Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fabriquer l’antique

 | 
Delphine Burlot

Deuxième partie. La fabrication du faux. L'exemple des peintures de Guerra

La fabrication du faux. L’exemple des peintures de Guerra

Texte intégral

1La fabrication des faux est à la fois matérielle et intellectuelle : le faux est d’abord imaginé, inventé, puis réalisé avec des matériaux susceptibles d’imiter l’œuvre qu’il est censé être. L’illusion est donnée par l’utilisation conjointe d’éléments destinés à suppléer aux « défauts » de la contrefaçon par rapport à l’original : l’histoire, la matérialité et l’âge, éléments caractéristiques de l’original, sont dans la contrefaçon fabriqués par le faussaire avec plus ou moins d’adresse. Le faux va paraître ancien car les matériaux qui le constituent sont différents des matériaux modernes et similaires à ceux employés par les artistes de l’Antiquité ; ils sont vieillis artificiellement ou sont grimés de façon à paraître anciens. L’histoire matérielle de l’œuvre est inventée, l’histoire de sa création et sa provenance sont changées pour correspondre à celles qu’elle est censée avoir, et une prétendue découverte est imaginée. La difficulté pour le faussaire est de rester plausible dans son invention. Il doit limiter les anachronismes et les faits extraordinaires tout en essayant de conférer une originalité à son œuvre, dans les deux sens du terme, car la contrefaçon doit paraître authentique mais également rare et attrayante.

2Nous avons choisi d’étudier le mode de fabrication adopté par Guerra, car plusieurs de ses œuvres ont pu être retrouvées et observées. Cependant, les procédés employés par les faussaires étant souvent similaires quel que soit le type de contrefaçon, nous aborderons ponctuellement d’autres exemples pour étayer notre argumentation.

3Après avoir présenté le corpus des œuvres étudiées et développé la méthodologie adoptée pour cette étude dans un premier chapitre, nous allons présenter le mode de fabrication des contrefaçons de peintures murales antiques, que nous avons déduit des observations des œuvres et des informations apportées par la documentation (témoignages de contemporains du faussaire, gravures, etc.). Nous présenterons tout d’abord (chapitre 9) les matériaux employés dans la fabrication du faux, car ils sont primordiaux dans l’histoire de la supercherie : c’est par eux que naît l’authenticité et, paradoxalement, c’est souvent par eux que naît le doute. Nous aborderons dans le chapitre suivant l’iconographie du faux et comment le faussaire construit une nouvelle image à partir de modèles anciens. Cette image, perception de l’Antiquité à un temps t, pourra elle aussi dévoiler le faux : une erreur dans l’iconographie, un anachronisme ou l’emploi inusuel d’un motif pourront à terme révéler la vraie nature de la contrefaçon. Dans ce même chapitre, nous évoquerons également les problèmes de style et de transmission involontaire du goût contemporain dans l’œuvre du faussaire, goût qui transparaîtra dans la contrefaçon jusqu’à apparaître comme une évidence aux yeux des spectateurs des générations suivantes, révélant la supercherie. Enfin, un dernier chapitre exposera l’invention de la fable, c’est-à-dire la création par le faussaire de l’histoire matérielle de son œuvre. Cette fable reflète les contextes archéologique et artistique dans lesquels la supercherie est née et met en exergue leurs éléments les plus frappants.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540