Version classiqueVersion mobile

Fabriquer l’antique

 | 
Delphine Burlot

Deuxième partie. La fabrication du faux. L'exemple des peintures de Guerra

La fabrication du faux. L’exemple des peintures de Guerra

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fabrication des faux est à la fois matérielle et intellectuelle : le faux est d’abord imaginé, inventé, puis réalisé avec des matériaux susceptibles d’imiter l’œuvre qu’il est censé être. L’illusion est donnée par l’utilisation conjointe d’éléments destinés à suppléer aux « défauts » de la contrefaçon par rapport à l’original : l’histoire, la matérialité et l’âge, éléments caractéristiques de l’original, sont dans la contrefaçon fabriqués par le faussaire avec plus ou moins d’adresse. Le faux va paraître ancien car les matériaux qui le constituent sont différents des matériaux modernes et similaires à ceux employés par les artistes de l’Antiquité ; ils sont vieillis artificiellement ou sont grimés de façon à paraître anciens. L’histoire matérielle de l’œuvre est inventée, l’histoire de sa création et sa provenance sont changées pour correspondre à celles qu’elle est censée avoir, et une prétendue découverte est imaginée. La difficulté pour le faussaire est de rester plausible dan...

© Publications du Centre Jean Bérard, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search