Version classiqueVersion mobile

Fabriquer l’antique

 | 
Delphine Burlot

Première partie. Découvrir les antiquités, fabriquer l'antique

Chapitre 5. Les mosaïques en relief (1715-1769)

Texte intégral

Naissance de la supercherie

  • 1 Lettre de Paciaudi au comte de Caylus du 10 juillet 1759 : Paciaudi 1802, p. 66.
  • 2 Selon Engelmann, Paciaudi fait peut-être référence aux deux emblemata qui se trouvaient autrefois (...)
  • 3 Lettre de Paciaudi au comte de Caylus, du 19 septembre 1759 : Paciaudi 1802, p. 81.
  • 4 Paciaudi 1802, p. 81-82.

1Dans les années 1755-1760, au moment même où les touristes se passionnaient pour les peintures antiques en vente clandestinement à Rome, c’est-à-dire au moment où la supercherie de Guerra était à son apogée, un autre type d’œuvres commença à attirer l’attention des antiquaires et des collectionneurs. Il s’agissait de mosaïques d’un genre particulier, appelées « mosaïques en relief » car leurs tesselles étaient appliquées sur un morceau de stuc en relief. Paciaudi décrit l’une d’elles, représentant un Faune, achetée par le cardinal Albani en 1759, comme « une découverte dans le règne de l’Antique [... car] c’est la première fois qu’on a vu cette espèce de mosaïque1 ». Or, deux mois plus tard, il admet qu’il ne connaît « pas beaucoup les mosaïques à relief ». Il en a « vu quelques morceaux qui représentoient les jeux du cirque ; mais ils ne remontent qu’aux siècles du bas Empire, et précisément au temps de Valentinien. On n’en trouve pas à Rome d’une antiquité plus reculée2 ». Il change d’avis sur le fragment d’Albani, alors qu’il a cherché des exemples de mosaïques en relief « dans toutes les ruines de palais, basiliques, temples, thermes, etc., où le pavé, les murs, les voûtes avoient des ornemens de mosaïque, et [il n’a pu] trouver le moindre vestige de relief, même dans l’immense villa d’Adrien à Tivoli3 ». Il en conclut que le morceau est moderne, ce qui déplaît fort au cardinal. Paciaudi remarque cependant que, dans les jardins italiens datant du xve siècle, « toutes les fontaines sont d’une mosaïque assez grossière, mais à relief » et que « cette invention pouvoit être connue et pratiquée encore par les anciens4 ».

Faune. Mosaïque en relief. H./l. 49 × 31,5 cm. Paris, BnF, Cabinet des médailles, inv. 57.258 (photographie de l’auteur).

  • 5 Caylus 1752, III, p. 228-229, pl. LIX, no 2, et VI, p. 274-275, pl. LXXXVI, no 1. L’Espérance est (...)
  • 6 Cette œuvre est aujourd’hui conservée au Cabinet des médailles.
  • 7 Michaelis 1882, p. 678, no 27.
  • 8 Zoega 1808, II, p. LXIV.
  • 9 « Es ist aber von dieser Art nur ein einziges kleines Stück bekannt, welches der bekannte Ritter F (...)
  • 10 L’abbé Fauvel, chapelain de Louis XIV et ami de Montfaucon, avait constitué un cabinet d’antiquité (...)
  • 11 Mustilli 1958, p. 588.
  • 12 Lettre de Paciaudi au comte de Caylus, de Rome, le 19 septembre 1759 : Paciaudi 1802, p. 81.

2D’autres mosaïques de même nature se trouvaient dans les collections du roi de France où elles étaient entrées, semble-t-il, dans le deuxième quart du xviiie siècle. Ainsi, en 1759, Caylus publie dans le troisième volume de son Recueil d’antiquités un médaillon représentant un portrait de femme qu’il identifie comme une Vénus, conservé dans la salle des antiques du Roi (fig. 35), et, en 1764, dans le sixième volume du même ouvrage, une figure représentant l’Espérance, conservée au même endroit (pl. 2)5. Il omet de publier un Mercure ou Faune qui se trouvait également dans les collections royales6 (fig. ci-contre). Caylus ne connaissait pas l’origine de ces pièces et pensait qu’elles avaient été réalisées par le même artiste de l’Antiquité. Un autre fragment représentant Hercule au jardin des Hespérides se trouvait dans la collection Pembroke à Wilton House7. Engelmann remarquera en 1908 la similitude de la mosaïque de Pembroke avec un bas-relief de la collection Albani8. Winckelmann indique que cette œuvre a été rapportée au VIIIe comte de Pembroke par Andrew Fountaine au début du xviiie siècle, ce qui placerait la date d’apparition de ce type de mosaïque à une période plus ancienne que les années 17509. L’inscription Abbatus Fauvelus au revers de la mosaïque de l’Espérance serait compatible avec cette date précoce, l’abbé Fauvel ayant constitué sa collection dans la première moitié du xviiie siècle10. Notons enfin, pour accréditer l’hypothèse d’une apparition précoce, que D. Mustilli attribue la fabrication de ces mosaïques au faussaire Leoni, artiste vénitien qui réalisa un certain nombre de fausses antiquités11. Paciaudi, qui avait entendu parler de ce faussaire, avait mis en garde Caylus : « Au commencement de ce siècle, un certain Leoni, vénitien, qui contrefaisoit toutes sortes d’antiquités, même les vases étrusques, à merveille, fit aussi des ouvrages en mosaïque, qu’il vendoit comme antiques. Le cardinal de Polignac en acheta deux. Tâchez de vous assurer que ce ne sont point ceux du cabinet du roi : si ces derniers sont véritablement anciens, vous publierez une rareté singulière12. » Les deux mosaïques auxquelles l’antiquaire italien fait référence sont-elles l’Espérance et le Mercure qui se trouvaient autrefois au Cabinet des antiques du roi et qui sont maintenant au Cabinet des médailles ?

  • 13 Nous avons peu d’informations sur cet artiste. Le Thieme-Becker (Thieme et Becker 1907) indique qu (...)
  • 14 Lavagne, de Balanda et Uribe Echeverría 2000, p. 437. Engelmann 1908, p. 469. Cette œuvre est aujo (...)
  • 15 Paciaudi note qu’il « jure comme un turc » de s’être laissé prendre : Paciaudi 1802, p. 81. Cette (...)

3En 1760, peu de temps après la révélation de l’inauthenticité du Faune acquis par Albani, la supercherie fut découverte : ces mosaïques n’étaient pas antiques, elles étaient fabriquées par Pompeo Savini, mosaïste travaillant justement pour le cardinal Albani13. Une fois la mystification dévoilée, Savini continua de produire des mosaïques en relief, mais sans en cacher la véritable origine. C’est ainsi que l’une d’elles, représentant les Heures dansantes fut donnée par le cardinal Albani à Joseph II lors de son séjour à Rome, en 1769 (fig. 36). Le cardinal prit soin de lui préciser qu’il s’agissait d’une œuvre moderne, ce qui aurait pu être facilement vérifié, l’œuvre étant signée au revers Pompeo Savini fece Roma14. Il apparaît donc que ces mosaïques, que l’on avait prétendues antiques, étaient fabriquées sous le toit du cardinal Albani, ce qui laisse douter qu’il ait véritablement été dupe de la fraude malgré ce qu’il avait fait croire15.

Seconde vie de la supercherie

  • 16 Désiré Raoul-Rochette (1790-1854) succéda à Millin en 1819 au poste de conservateur du Cabinet des (...)
  • 17 Raoul-Rochette 1836, p. 428.
  • 18 Ces deux mosaïques passèrent ensuite dans la collection de Francesco Santangelo (1754-1836), qui f (...)
  • 19 Voir Welcker 1818 ; Visconti 1782, VII, p. 80, c.

4La supercherie dévoilée, les mosaïques en relief furent donc offertes en présent aux personnages illustres de passage à Rome. On pourrait penser que l’histoire s’arrêta là. Or, ce n’est pas le cas. Plusieurs décennies plus tard, alors que cette mystification avait disparu des mémoires, les mosaïques en relief attirèrent de nouveau l’attention des savants... pour leur antiquité ! Ce regain d’intérêt est peut-être dû à la publication en 1836 de l’ouvrage de Raoul-Rochette intitulé Peintures antiques inédites, dans lequel une bonne place est réservée à ces œuvres16. Dans le commentaire de la planche représentant l’Espérance, Raoul-Rochette s’étonne qu’elles aient été oubliées des savants : « Je remarquerai d’abord, comme une chose faite pour exciter quelque surprise, le silence qu’ont gardé, sur cette classe de travaux en mosaïque, exécutées en bas-relief, les antiquaires qui se sont occupés spécialement de la mosaïque17. » Parmi les pièces qu’il présente dans son ouvrage se trouvent les mêmes mosaïques que celles qui étaient apparues dans l’entourage d’Albani au milieu du xviiie siècle : l’Hercule au jardin des Hespérides de la collection Pembroke, une Espérance et son pendant, un Mercure, conservés dans la collection de l’archevêque de Tarente et qui, comme le montrent les lithographies qui les reproduisent, sont des répliques de deux des mosaïques en relief du Cabinet des médailles18, et une Isis, retrouvée en 1788 dans la villa d’Hadrien et placée dans la collection Borgia19. Enfin, la mosaïque offerte comme une œuvre moderne par Albani à Joseph II est présentée par l’auteur comme une œuvre antique représentant Les Heures.

  • 20 Seules les briques émaillées assyriennes peuvent être rapprochées de ce type d’œuvre.
  • 21 Nous ne savons pas si la Vénus y était encore conservée alors.
  • 22 Voir Bundgaard-Rasmussen 2011.

5Nous assistons ainsi à la renaissance de la supercherie avec l’apparition d’une deuxième vague d’engouement pour les mosaïques en relief, qui, rappelons-le, n’ont aucun équivalent connu dans l’antiquité romaine20. La réapparition de la fraude a sans doute pour origine la personne qui a attiré l’attention de Raoul-Rochette sur ces œuvres. Ce dernier, conservateur au Cabinet des médailles, n’avait, semble-t-il, pas fait attention aux deux ou trois spécimens de mosaïques en relief conservés dans le musée dont il avait la garde et qui avaient été publiés par Caylus soixante-dix ans auparavant21. Il ne les mentionne qu’après avoir vu deux autres exemplaires chez l’archevêque de Tarente, Giuseppe Capecelatro, et c’est sans doute ce collectionneur et marchand qui les lui a présentées. Ce dernier est un personnage ambigu, que des études récentes ont montré impliqué dans la vente de contrefaçons de vases grecs22.

  • 23 Voir Duran 1843. La mosaïque fut présentée à l’Exposición minería de Madrid en 1883 : voir Mélida (...)

6Ce n’est probablement pas un hasard si l’on retrouve ensuite des mosaïques en relief chez d’autres collectionneurs européens ayant voyagé en Italie dans le premier quart du xixe siècle. Ainsi, une autre mosaïque en relief représentant Hercule au jardin des Hespérides, identique à celle de la collection Pembroke, se trouvait dans une collection espagnole en 1843, celle de Benito Maestre, habitant près de Madrid. Il l’aurait acquise auprès d’un chevalier dont il tait le nom, qui aurait voyagé en Italie et en Grèce23. Comme pour les autres pièces de la série, cette œuvre est louée dans les ouvrages antiquaires pour sa rareté et son antiquité.

  • 24 Engelmann 1908.
  • 25 Ceci ne se remarque qu’après une observation minutieuse à l’œil nu. Il ne s’agit pas d’un fait évi (...)

7Les mosaïques en relief eurent donc un double succès, la supercherie naissant au xviiie siècle, tout d’abord de manière discrète dans la première moitié du siècle, puis avec plus de publicité dans les années 1760 ; elle réapparut au xixe siècle. Il fallut attendre 1908 pour qu’Engelmann dénonce à nouveau la fraude. Il remarqua également que ces œuvres n’étaient pas des mosaïques réalisées à l’aide d’un assemblage de tesselles, mais qu’il s’agissait de moulages en stuc dans lesquels un réseau quadrillé avait été gravé et peint de manière à faire croire à la présence de tesselles24. Cette expertise technique était la preuve de l’inauthenticité des pièces, et il est étrange que personne avant Engelmann ne se soit suffisamment penché sur ces mosaïques pour s’apercevoir de cette évidence25.

Une fabrication en série

  • 26 Nous ne développerons pas ici le cas de la mosaïque en relief dite d’Isis, trouvée à la villa d’Ha (...)

8Toutes les mosaïques en relief dont nous avons pu retrouver la mention ont été produites en plusieurs exemplaires : l’Espérance, le Faune, Hercule au jardin des Hespérides et les Heures ont toutes été réalisées en double ou en triple26. En effet, il semblerait qu’un nombre limité de motifs ait été réalisé par Savini, car il se serait servi de moules pour les réaliser. De fait, leur technique de réalisation, c’est-à-dire du stuc ou du plâtre moulé sur lesquelles sont peintes des tesselles feintes, permet la production en série.

  • 27 Louvre, MR 747.
  • 28 Voir Kurz 1982. Nous ne savons pas si l’œuvre se trouve encore aujourd’hui au British Museum.

9Il est possible que ces moules aient eu à l’origine une autre destination, comme par exemple la fabrication de moulages en plâtre d’œuvres antiques, et qu’ils aient ensuite été réemployés dans la fabrication de mosaïques en relief. La mosaïque du Faune et celle de l’Espérance sont en effet copiées de la base d’un candélabre de la collection Barberini conservé au Vatican, représentant un Hermès et une Vénus. Il existe au moins deux exemplaires de ces mosaïques, l’un se trouvant au Cabinet des médailles, l’autre au Musée de Naples. Notons que la mosaïque du Faune qui se trouvait chez Albani provenait sans doute du même modèle que les deux exemplaires de Faune que nous venons d’évoquer. Nous avons vu qu’Hercule au jardin des Hespérides, dont un exemplaire était en Espagne et un autre en Angleterre, provient d’un bas-relief de la collection Albani et que les Heures ont pour modèle un bas-relief de la collection Borghèse, aujourd’hui au Louvre27. Enfin, une contrefaçon conservée au British Museum – un bas-relief représentant le Bonus Eventus réalisé dans une matière peinte de façon à imiter le lapis-lazuli (fig. 37) – a également pour modèle l’Hermès du candélabre Barberini28. Selon Otto Kurz, elle a été sculptée dans une pierre calcaire puis peinte en bleu, mais il serait intéressant d’examiner à nouveau l’objet car il pourrait s’agir de stuc peint et non pas de calcaire. Dans ce cas, on pourrait attribuer aussi le Bonus Eventus à l’atelier de Pompeo Savini.

  • 29 « Rien n’est plus simple que de travailler les briques en relief, et le cardinal Albani n’a pas eu (...)

10L’utilisation d’un candélabre conservé au Vatican comme modèle dans la réalisation des mosaïques en relief n’est pas surprenante puisque Pompeo Savini, l’auteur présumé de la fraude, y travaillait. Nous ne pouvons déterminer si l’idée de la mystification vient de lui ou de son mécène, le cardinal Alessandro Albani. Nous savons en effet par Caylus que ce dernier fabriquait des « briques en relief29 ». Le cardinal cherchait sans doute alors à retrouver le mode de fabrication des plaques de terre cuite en relief, appelées aujourd’hui plaques Campana, dont il possédait quelques exemplaires dans sa collection. La succession des événements n’est pas difficile à retrouver : Albani se serait amusé à fabriquer des « briques en relief », puis il aurait eu l’idée de peindre des tesselles de mosaïques par dessus. Cela serait plus en accord avec l’apparition de ces œuvres dans la première moitié du xviiie siècle, car Pompeo Savini n’était sans doute pas actif à cette période. Ces mosaïques pourraient avoir été fabriquées par Albani lui-même. Paciaudi qualifie le cardinal de « tant soit peu fripon », ce qui étaye notre hypothèse. Il y a eu complicité entre le mosaïste et le collectionneur dans la réalisation de la supercherie, même si les informations que nous avons ne nous permettent pas de savoir qui a eu initialement cette idée.

Conclusion

11La supercherie est notable car elle a pour sujet l’invention d’un type d’œuvre qui n’existe pas dans l’Antiquité et qui, par conséquent, ne peut vraisemblablement pas être antique. Son origine est à replacer dans un contexte d’expérimentations destinées à retrouver le secret de fabrication d’œuvres antiques (les plaques Campana), qui a peu à peu dérivé par l’invention d’un nouvel objet : la mosaïque en relief. La nouveauté, la rareté et l’aspect attrayant de ces œuvres ont séduit les antiquaires contemporains de leur invention... et leurs successeurs. Car la renaissance de la fraude est particulièrement remarquable. L’affaire n’ayant pas fait grand bruit lorsque la supercherie fut dévoilée la première fois, la véritable origine des œuvres fut oubliée par les générations suivantes, ce qui permit à la supercherie de renaître. Si les acteurs de cette renaissance sont connus, leur rôle est plus incertain, car il est difficile aujourd’hui de savoir s’ils ont agi de bonne ou de mauvaise foi. Or, la fraude peut facilement être dévoilée par une observation des œuvres qui permet de montrer l’évidence : ce ne sont pas de véritables mosaïques puisque les tesselles sont feintes. Comment Capecelatro, ce grand amateur de vases, qui avait de bonnes connaissances antiquaires, ne s’est-il pas aperçu que les deux mosaïques en relief de sa collection n’étaient pas, techniquement parlant, de véritables mosaïques ? Il n’y a que deux possibilités : soit il avait une mauvaise vue ( !), soit il était parfaitement conscient de la véritable nature des mosaïques en relief.

12Grâce au développement des études sur le collectionnisme et sur les contrefaçons, les mosaïques en relief réapparaissent dans les expositions. Autrefois témoins d’un art de l’Antiquité dont on avait oublié l’existence, elles sont aujourd’hui les témoins du développement d’un goût pour l’antique s’étant manifesté par la fabrication de pièces originales (dans leur conception) qui faisaient rêver.

Notes

1 Lettre de Paciaudi au comte de Caylus du 10 juillet 1759 : Paciaudi 1802, p. 66.

2 Selon Engelmann, Paciaudi fait peut-être référence aux deux emblemata qui se trouvaient autrefois dans la collection du cardinal Massimi, représentant des combats de gladiateurs : Engelmann 1908. Sur ces deux œuvres, voir Cacciotti 1996, p. 229-230.

3 Lettre de Paciaudi au comte de Caylus, du 19 septembre 1759 : Paciaudi 1802, p. 81.

4 Paciaudi 1802, p. 81-82.

5 Caylus 1752, III, p. 228-229, pl. LIX, no 2, et VI, p. 274-275, pl. LXXXVI, no 1. L’Espérance est aujourd’hui conservée au Cabinet des médailles.

6 Cette œuvre est aujourd’hui conservée au Cabinet des médailles.

7 Michaelis 1882, p. 678, no 27.

8 Zoega 1808, II, p. LXIV.

9 « Es ist aber von dieser Art nur ein einziges kleines Stück bekannt, welches der bekannte Ritter Fountaine, zu Anfange dieses Jahrhunderts, aus Rom nach Engeland geführet hat […] » : Winckelmann 2008, p. 13 (préface des Anmerkungen über die Geschichte der Kunst des Alterthums). L’œuvre fut d’abord conservée dans la collection Fountaine à Narford Hall, puis dans la collection Pembroke à Wilton House (Winckelmann 2008, p. 173, n. 13, 22-25). Voir aussi Welcker 1818. Andrew Fountaine se rendit deux fois en Italie, en 1702 et en 1715 : Ingamells 1997, p. 376-377.

10 L’abbé Fauvel, chapelain de Louis XIV et ami de Montfaucon, avait constitué un cabinet d’antiquités qui comprenait notamment un grand nombre d’objets égyptiens. Montfaucon dit de lui qu’il « enrichit chaque jour son cabinet de tout ce qu’il trouve à acheter » (Montfaucon 1724, p. xiv). Il mourut en 1742.

11 Mustilli 1958, p. 588.

12 Lettre de Paciaudi au comte de Caylus, de Rome, le 19 septembre 1759 : Paciaudi 1802, p. 81.

13 Nous avons peu d’informations sur cet artiste. Le Thieme-Becker (Thieme et Becker 1907) indique qu’il était actif entre 1769 et 1780, mais nous savons qu’il a fabriqué des mosaïques avant 1769. Zani remarque qu’il s’était attribué l’invention des mosaïques en relief.

14 Lavagne, de Balanda et Uribe Echeverría 2000, p. 437. Engelmann 1908, p. 469. Cette œuvre est aujourd’hui conservée à Vienne, au Kunsthistorisches Museum. Il existerait d’autres mosaïques en relief avec le même motif : voir Winckelmann 2008, p. 173, n. 13, 28-29.

15 Paciaudi note qu’il « jure comme un turc » de s’être laissé prendre : Paciaudi 1802, p. 81. Cette colère pourrait bien être feinte.

16 Désiré Raoul-Rochette (1790-1854) succéda à Millin en 1819 au poste de conservateur du Cabinet des médailles. C’est à la suite de plusieurs voyages en Italie et en Sicile, effectués en 1826 et 1827, qu’il rédigea son ouvrage. Voir Perrot 1906.

17 Raoul-Rochette 1836, p. 428.

18 Ces deux mosaïques passèrent ensuite dans la collection de Francesco Santangelo (1754-1836), qui fut vendue par son fils, Nicolò, au Musée archéologique de Naples en 1864 : voir Welcker 1818, p. 292 ; Raoul-Rochette 1836, p. 394 ; Engelmann 1908. Elles sont décrites en 1875 dans le guide du Musée de Naples, exposées dans la troisième des salles présentant les œuvres de la collection Santangelo : voir Monaco 1875, p. 261. Nous remercions Andrea Milanese de nous avoir aidée dans la recherche de cette information.

19 Voir Welcker 1818 ; Visconti 1782, VII, p. 80, c.

20 Seules les briques émaillées assyriennes peuvent être rapprochées de ce type d’œuvre.

21 Nous ne savons pas si la Vénus y était encore conservée alors.

22 Voir Bundgaard-Rasmussen 2011.

23 Voir Duran 1843. La mosaïque fut présentée à l’Exposición minería de Madrid en 1883 : voir Mélida 1893.

24 Engelmann 1908.

25 Ceci ne se remarque qu’après une observation minutieuse à l’œil nu. Il ne s’agit pas d’un fait évident qui se comprend du premier coup d’œil. Nous avons pu vérifier que les mosaïques en relief du Cabinet des médailles avaient été réalisées ainsi.

26 Nous ne développerons pas ici le cas de la mosaïque en relief dite d’Isis, trouvée à la villa d’Hadrien en 1788 et dont Rochette a publié une planche en couleur, car elle a été réalisée avec une technique différente, qui s’apparente à la brique émaillée ; elle est probablement antique. Voir Raoul-Rochette 1836, p. 394, pl. XIV.

27 Louvre, MR 747.

28 Voir Kurz 1982. Nous ne savons pas si l’œuvre se trouve encore aujourd’hui au British Museum.

29 « Rien n’est plus simple que de travailler les briques en relief, et le cardinal Albani n’a pas eu beaucoup de peine » (lettre de Caylus à Paciaudi, du 14 mai 1759) : Caylus et al. 1877, I, p. 70.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search