Version classiqueVersion mobile

Fabriquer l’antique

 | 
Delphine Burlot

Remerciements

Texte intégral

1Ce travail n’aurait pu voir le jour sans l’aide, l’appui et le soutien constants d’Hélène Eristov ni sans l’aide de François Baratte, de Nathalie de Chaisemartin et d’Alain Schnapp. Je leur exprime toute ma gratitude. Je suis extrêmement reconnaissante envers François Baratte, Hélène Eristov et Alain Schnapp pour la relecture attentive qu’ils ont faite de mon manuscrit.

2Je tiens à remercier également toutes les personnes qui m’ont aidée dans mes recherches et dans l’élaboration de cet ouvrage : tout d’abord les membres du jury de ma soutenance de doctorat, en particulier Daniela Gallo, professeur à l’université de Grenoble 2, dont les conseils m’ont été extrêmement utiles, Mariette De Vos, professeur à l’université de Trente, et Martin Galinier, professeur à l’université de Pau.

3Je voudrais remercier pour leur aide les conservateurs qui m’ont permis d’observer les œuvres et les archives de leurs collections : en France, Mathilde Avisseau-Broustet au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France, Cécile Giroire, Catherine Metzger et Daniel Roger au département des Antiquités grecques et romaines du musée du Louvre. Je tiens à remercier tout particulièrement Daniel Roger pour le soutien qu’il a apporté à mes recherches, Franziska Hourrière et Sylvie Colinart, qui m’ont soutenue lors de la préparation de mon mémoire de l’INP. Je remercie également Alix Barbet, Nicole Blanc (laboratoire AOROC, UMR 8546 CNRS-ENS) et Martine Denoyelle (INHA) pour leurs conseils.

4En Grande-Bretagne, Ian Jenkins au département des antiquités romaines du British Museum, Lucilla Burn au Fitzwilliam Museum de Cambridge, Elisabeth Goring au National Museum of Scotland d’Édimbourg, Helen Whitehouse et Mickael Vickers à l’Ashmolean Museum d’Oxford.

5En Italie, Paolo Liverani au musée du Vatican, Maria Luisa Nava et Andrea Milanese au Musée archéologique national de Naples, Maria Antonietta Tomei et Paola di Giambattista au Musée national romain, Anna Lo Bianco au palais Barberini, Angela Cipriani de l’Académie de Saint-Luc, ainsi que les membres de l’Académie étrusque de Cortone. Je tiens également à remercier Paola D’Alconzo, Gabriella Prisco et Gianluca Vecchio de leur aide. Enfin, je suis tout particulièrement reconnaissante à Gianna Musatti, Marina Cavalieri et Massimo Lasco de m’avoir fait découvrir la peinture antique à la maison d’Auguste sur le Palatin.

6Aux États-Unis, Mark Santangelo à la bibliothèque du Metropolitan Museum, Claire Lyons, Jens Daehner, Kenneth Lapatin et Peter Bonfitto à la villa Getty de Malibu.

7Ce travail n’aurait pu voir le jour sans le soutien de différentes institutions, et je tiens à en remercier les directeurs et membres : Gaëtan Carnot, président de la fondation Carnot, Michel Gras, Stéphane Verger et Yannick Nexon à l’École française de Rome, Jean-Pierre Brun et Claude Pouzadoux au Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS-EFR), Richard Peduzzi, Marc Bayard et Angela Stahl à l’Académie de France à Rome, Jean-Pierre Étienvre et Daniel Baloup à la Casa de Velázquez, Thomas Gaehtgens au Getty Research Institute.

8Je suis également très reconnaissante envers les scientifiques ayant accepté de collaborer à ce projet, et tout particulièrement envers Nathalie Buisson, ingénieur de recherche à la BnF, ainsi que Marie-Christine Papillon, ingénieur au laboratoire de l’INP, et Thierry Borel au laboratoire du C2RMF. L’encouragement constant de mes collègues restaurateurs, notamment celui de Céline Maujaret, m’a grandement aidée.

9Les derniers préparatifs de ce livre n’auraient pas été possibles sans le travail de Magali Cullin et je tiens à l’en remercier tout particulièrement, ainsi que de son aide et de ses conseils. La relecture de mon manuscrit par Hélène Dessales et par Claude Pouzadoux, leurs suggestions sur la forme et le contenu de ce livre m’ont également été très utiles. Je leur en suis très reconnaissante. Enfin, je remercie Gisèle Burlot pour avoir traqué les dernières coquilles de ce texte.

10Je dois le titre de ce livre à Felicity Bodenstein ; je la remercie de cette idée et pour le soutien qu’elle m’a apporté durant la rédaction du manuscrit.

11Enfin, je tiens à remercier tous mes proches de leur aide, notamment ceux qui m’ont accueillie chez eux lors de mes séjours à l’étranger, Robyn Camp, Massimo Lasco, Elisa Nicoud, Manuel Sanz, Claudia Linker, Marine Prissette, Hélène Favre, Felicity Bodenstein. Je remercie également le reste de mes amis et ma famille de leurs conseils et de leur soutien.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search