Version classiqueVersion mobile

Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique

 | 
Benoit Dercy

Annexes

Annexe 3. Tableau synoptique des noms des métiers et des lieux associés au travail des peaux et du cuir

Texte intégral

1Nous classons les occurrences d’après la nature des sources (littéraires, épigraphiques, papyrologiques) puis dans l’ordre chronologique.

1. Si l’on s’en tient à ce qui nous est parvenu des témoignages écrits, le terme βυρσεύς apparaît tardivement (Perpillou 1973, § 144, et § 317 pour les composés de βύρσα), mais la création de noms en -εύς est « particulièrement active » au ve siècle av. J.-C. pour les « petits métiers populaires ou d’activités humbles, notamment chez les comiques » (36 termes, dont 21 nouveaux, parmi lesquels σκυτεύς : § 83 et § 91) ; au ive siècle, « les noms d’artisans et de gens de petits métiers sont très nombreux puisqu’ils fournissent le tiers de la liste » (§ 103). Sur le phénomène des doublets et la fréquence de leurs emplois, voir également § 299 : « Les textes attiques, surtout ceux qui imitent la langue parlée, ou la transposent littérairement : comédie, littérature dialoguée, et plus tard ceux qui doivent subir l’influence de la koinê, présentent de façon évidente pour un certain nombre de noms une concurrence entre une forme en -εύς et une forme composée. Cette dernière est alors la plus ancienne, permanente, attestée par l’épigraphie ; l’autre, apparaissant à côté d’elle, d’une manière familière par sa tonalité, abréviative par son emploi, accidentelle par sa fréquence, fait penser à quelque sous-produit familier de la forme composée, incomplètement absorbé dans le lexique. »

2. Étude comparée des emplois de σκυτεύς/σκυτοτόμος dans Perpillou 1973, § 301-305.

3. Perpillou 1973, § 423 : terme « vraiment pléonastique puisque σκῦτος et βύρσα sont de même sens ».
4. Voir Voutsa 2001, p. 150-152, pour la nomenclature relative au travail du cuir. J.-P. Olivier voit dans le terme di-pte-ra-to-po-ro (>*διφθεροφορος) un « porteur d’un vêtement de peau, peut-être un desservant de sanctuaire, à l’image des porteurs d’offrandes, revêtus d’une sorte de jupe en peau d’ovin, qui sont peints sur le sarcophage d’Haghia Triada » (Olivier 1959).

Autres termes signifiant « cordonnier », plus tardifs

2- καλιγάριος ou variante καλ(λ)ικάριος : du ive siècle au début du viiie siècle apr. (Russo 2004a, p. 206) d’après le latin caliga, et le grec καλίγιον ; HESYCH. s.v. σκυτεύς, en fait un synonyme, avec un troisième terme, σαγγάριος.

3- κρηπιδάριος : une seule attestation : BGU I 344,5 (iie/iiie siècle apr. J.-C. ; Russo 2004a, p. 207).

4- τζαγκάριος : tardif vie-viiie siècles (Russo 2004a, p. 216).

5Le lexique byzantin distingue les tanneurs (βυρσοδεψοί et σκυτοδεψοί, mais aussi « ceux qui travaillent dans les produits liquides », ἐνεργοῦντες ἐν τοῖς ὑγροῖς), les corroyeurs (μαλακατάριοι) et les cordonniers (ὑποδηματοποιός, καλιγάριος, καλιγάς, τσαγγάριος, ὑποδηματορράφος, ἡπήτης) (Trantalidou 2001, p. 280, n. 75).

Table des illustrations

Légende 1. Si l’on s’en tient à ce qui nous est parvenu des témoignages écrits, le terme βυρσεύς apparaît tardivement (Perpillou 1973, § 144, et § 317 pour les composés de βύρσα), mais la création de noms en -εύς est « particulièrement active » au ve siècle av. J.-C. pour les « petits métiers populaires ou d’activités humbles, notamment chez les comiques » (36 termes, dont 21 nouveaux, parmi lesquels σκυτεύς : § 83 et § 91) ; au ive siècle, « les noms d’artisans et de gens de petits métiers sont très nombreux puisqu’ils fournissent le tiers de la liste » (§ 103). Sur le phénomène des doublets et la fréquence de leurs emplois, voir également § 299 : « Les textes attiques, surtout ceux qui imitent la langue parlée, ou la transposent littérairement : comédie, littérature dialoguée, et plus tard ceux qui doivent subir l’influence de la koinê, présentent de façon évidente pour un certain nombre de noms une concurrence entre une forme en -εύς et une forme composée. Cette dernière est alors la plus ancienne, permanente, attestée par l’épigraphie ; l’autre, apparaissant à côté d’elle, d’une manière familière par sa tonalité, abréviative par son emploi, accidentelle par sa fréquence, fait penser à quelque sous-produit familier de la forme composée, incomplètement absorbé dans le lexique. »
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5974/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5974/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 2. Étude comparée des emplois de σκυτεύς/σκυτοτόμος dans Perpillou 1973, § 301-305.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5974/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende 3. Perpillou 1973, § 423 : terme « vraiment pléonastique puisque σκῦτος et βύρσα sont de même sens ».4. Voir Voutsa 2001, p. 150-152, pour la nomenclature relative au travail du cuir. J.-P. Olivier voit dans le terme di-pte-ra-to-po-ro (>*διφθεροφορος) un « porteur d’un vêtement de peau, peut-être un desservant de sanctuaire, à l’image des porteurs d’offrandes, revêtus d’une sorte de jupe en peau d’ovin, qui sont peints sur le sarcophage d’Haghia Triada » (Olivier 1959).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5974/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5974/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5974/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search