Version classiqueVersion mobile

Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique

 | 
Benoit Dercy

Annexes

Annexe 2. Tableau analytique des outils et gestes en vue de la fabrication et de la mise en forme du cuir, attestés par les textes et l’iconographie

Texte intégral

1Nous redonnons ici la liste des outils utilisables et des gestes praticables au cours des différentes opérations du travail de la peau et du cuir, dans une modélisation à laquelle nous confrontons nos sources : elle repose ici sur une analyse technique des équipements nécessaires et des opérations à effectuer, en envisageant toutes les possibilités, attestées ou non pour la Grèce antique, plutôt qu’elle n’est une remise en ordre chronologique des étapes au sein d’une chaîne opératoire qui irait de l’arrachage de la peau au cirage du produit fini (telle que nous l’avons suivie dans le chapitre 1).

1. On trouve dans le lexique spécialisé médical, et cité par Hésychius, le verbe ἀποδερματίζω, « écorcher, dénuder ». Cf. DELG s.v. δέρω.
2. Cf. PIND. fr. 217, PLUT. 567b, mais aussi Coll. hipp. ; un sens figuré se rencontre chez LUC. Pseud. 20 : « mettre à nu, découvrir ».
3. Ces termes techniques ne se rencontrent que dans le lexique médical et ne rentrent donc pas à proprement parler dans le cadre de notre étude ; voir παραδέρω, « écorcher » et περιδέρω, « écorcher tout autour », dans le Corpus hippocratique ; ἀποδέρειν : « enlever un peu de peau » chez Galien et Oribase. Dans un tout autre usage, une inscription présente le composé ἐνδέρειν, « envelopper dans une peau » (SIG 1025 Cos).
4. Les composés ἀπο-, ἐκ- σαρκίζειν sont tardifs.

5. Les tanins tinctoriaux et, globalement, la plupart des procédés de pseudo-tannage donnent une couleur à la peau brute. Nous ne considérons ici que la modification de la couleur après obtention du cuir.

6. Le patron offre l’avantage de minimiser les chutes et les coutures.

7. Leguilloux 2004a, p. 69 : découverte d’instruments rustiques en os (métacarpes de petits ruminants) en guise d’alènes dans un dépotoir de la seconde moitié du iiie siècle apr. J.-C. à Liberchies, en Belgique, avec des chutes de cuir.
8. On appelle aujourd’hui « prêtant » la qualité qui veut qu’un cuir, lorsqu’il n’est pas fortement tanné, résiste dans un temps court à la déformation provoquée par une contrainte extérieure et, au contraire, conserve la forme qu’on lui a donnée au bout d’un certain temps.

Table des illustrations

Légende 1. On trouve dans le lexique spécialisé médical, et cité par Hésychius, le verbe ἀποδερματίζω, « écorcher, dénuder ». Cf. DELG s.v. δέρω.2. Cf. PIND. fr. 217, PLUT. 567b, mais aussi Coll. hipp. ; un sens figuré se rencontre chez LUC. Pseud. 20 : « mettre à nu, découvrir ».3. Ces termes techniques ne se rencontrent que dans le lexique médical et ne rentrent donc pas à proprement parler dans le cadre de notre étude ; voir παραδέρω, « écorcher » et περιδέρω, « écorcher tout autour », dans le Corpus hippocratique ; ἀποδέρειν : « enlever un peu de peau » chez Galien et Oribase. Dans un tout autre usage, une inscription présente le composé ἐνδέρειν, « envelopper dans une peau » (SIG 1025 Cos).4. Les composés ἀπο-, ἐκ- σαρκίζειν sont tardifs.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende 5. Les tanins tinctoriaux et, globalement, la plupart des procédés de pseudo-tannage donnent une couleur à la peau brute. Nous ne considérons ici que la modification de la couleur après obtention du cuir.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende 6. Le patron offre l’avantage de minimiser les chutes et les coutures.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende 7. Leguilloux 2004a, p. 69 : découverte d’instruments rustiques en os (métacarpes de petits ruminants) en guise d’alènes dans un dépotoir de la seconde moitié du iiie siècle apr. J.-C. à Liberchies, en Belgique, avec des chutes de cuir.8. On appelle aujourd’hui « prêtant » la qualité qui veut qu’un cuir, lorsqu’il n’est pas fortement tanné, résiste dans un temps court à la déformation provoquée par une contrainte extérieure et, au contraire, conserve la forme qu’on lui a donnée au bout d’un certain temps.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5971/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search