Version classiqueVersion mobile

Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique

 | 
Benoit Dercy

Seconde partie. Les travailleurs des peaux et du cuir

Quel avenir pour le « cuir grec » ?

Texte intégral

  • 1 Mann 1962, p. 1, pour un récapitulatif des qualités du cuir de fabrication artisanale.

1Il est apparu à travers notre enquête essentiellement philologique que les peaux et le cuir étaient des matériaux courants dans le monde grec antique, aux usages parfois insoupçonnés, en dépit d’une dépréciation ou d’une indifférence à leur égard et malgré l’investissement que représente la fabrication du cuir (coût réel, en temps, en équipements…). C’est qu’il est doté de qualités évidentes que les Anciens savaient lui reconnaître. De fait, seule la peau transformée par différents procédés permettant de limiter son dessèchement et sa putréfaction réunit de nombreuses propriétés qu’aucune autre matière naturelle ou artificielle ne saurait cumuler : solidité et souplesse, résistance et flexibilité d’un matériau qui, au contraire du tissu, ne s’effiloche pas et se déchire plus difficilement ; respiration et imperméabilité d’un matériau poreux, qui se laisse traverser par l’air et la vapeur d’eau mais est suffisamment étanche pour qu’on puisse l’utiliser comme contenant ; propriétés thermostatiques du cuir et des peaux ayant gardé leurs poils ; débitage et assemblage aisés rendant relativement facile la fabrication d’objets (ce qui ne signifie pas pour autant absence de spécialisation dans les métiers de la cordonnerie au sens large) ; possibilité de teinture, de dorure1... À ces qualités physiques concrètes se sont adjointes des valeurs sociales, symboliques, les vêtements de peau renvoyant pour la Grèce des cités au monde non urbanisé, sauvage et/ou barbare.

  • 2 Voir les enquêtes de Mann 1962 pour l’Afrique noire ; Zarkia 1997 pour la Grèce ; Labat 1998 pour (...)

2Certes, la qualité du traitement des peaux connaissait alors des degrés très différents, comme on a pu l’observer encore dans des sociétés pratiquant des activités de tannage préindustrielles2 : la qualité du produit final dépend de nombreux facteurs que nous avons passés en revue, qu’ils soient relatifs à la qualité initiale de la peau, au choix des procédés employés, à l’habileté de l’artisan, à des circonstances plus locales et aléatoires comme la température extérieure… facteurs qui existaient tous bel et bien, même si nous manquons de témoignages fiables ou précis à leur sujet pour les périodes que nous avons étudiées.

  • 3 Harris 2014, p. 15, concernant les démarches de l’archéologue : « archaeologists seek to identify (...)

3Les tableaux sociologique de la répartition des métiers et axiologique de l’image de ces métiers dans la société aux époques archaïque et hellénistique sont également difficiles à dresser en raison des lacunes documentaires, la période classique offrant le plus grand nombre de témoignages, limités à la cité athénienne. Si nous avons construit des développements en croisant des sources parfois éloignées géographiquement et surtout chronologiquement, nous avons aussi tâché d’éviter l’écueil principal qui consiste à formuler des « vérités » en généralisant des faits à partir d’exemples3 certes attestés, mais rares et limités dans leur valeur de témoignage digne de foi (en raison du prisme déformant envisagé qu’est le texte, avec la subjectivité, les choix et les erreurs possibles de l’auteur qu’il comporte, voire ceux apportés par la transmission du texte). Il convient au lecteur de garder à l’esprit la même prudence que celle avec laquelle nous émettons des conclusions, lorsque nous n’avouons pas l’impossibilité dans laquelle nous sommes d’en tirer de plus franches.

4Que reste-t-il à dire à l’issue de cette enquête ? De nouvelles perspectives pourraient-elles s’offrir à nous à l’aune de découvertes matérielles délivrant des sources testimoniales ou des objets ? Cela est peu probable.

  • 4 Sur le vain espoir de voir augmenter de manière significative les sources écrites et la nature lim (...)

5Pour ce qui relève d’hypothétiques nouveaux textes techniques et inscriptions, il ne faut pas oublier, ainsi que nous le disions en introduction, que les domaines technique et artisanal n’ont guère été pris en considération par les Anciens ; qu’en dépit de l’existence d’une littérature technique, disparue au fil de la transmission des textes, les chances sont minimes de trouver un jour une documentation fournie sur la tannerie ou la cordonnerie qui aurait survécu au naufrage du temps et nous aurait jusqu’à présent échappé4.

  • 5 C’est bien la masse grandissante et la mise en série des faits archéologiques qui permet d’éviter (...)
  • 6 Van Driel-Murray 2009, p. 305 ; Brun 2012, § 95 ; Harris 2014, p. 12.
  • 7 C’est la période à laquelle on place généralement le développement de nouveaux appareils dans le d (...)
  • 8 Voir l’expérience menée par E. Cheshire pour vérifier les qualités du cuir bouilli, réputé opposer (...)
  • 9 Harris 2014, p. 11. Poplin 1991, cite trois exemples de peaux travaillées de l’âge du Bronze, qui (...)

6Quant aux vestiges, il paraît assez peu probable également de bénéficier dans les années à venir d’un matériel qui, par son nombre5 et sa qualité, permette d’aller beaucoup plus loin dans l’analyse. Cela vient des variations climatiques des zones géographiques qui nous concernent, entraînant une alternance de sécheresse et d’humidité et empêchant la permanence des nappes phréatiques qui pourraient conserver des vestiges de cuir ; en outre, de ce que le tannage végétal – qui permet, seul, une très bonne conservation du cuir – semblait moins étendu et standardisé dans le monde grec (des époques archaïque à hellénistique) que dans le monde romain6. Or, précisément, une réévaluation de l’apparition de nouvelles techniques de tannage et de leur diffusion, peut-être à la fin de l’époque classique ou à l’époque hellénistique7, ne peut passer que par la découverte de vestiges d’installations clairement identifiés comme tels, par la mise en série avec ceux connus dans le monde romain. Par ailleurs, lorsque vestiges de cuir il y a, et malgré l’apport des sciences dures en archéologie, il reste que leur état limite l’investigation scientifique – comme le montre un article des plus récents en la matière pour des époques moins reculées dans le temps8 –, dans la mesure où le milieu d’enfouissement du cuir a pu perturber chimiquement et physiquement l’objet au point de rendre difficile l’identification de l’espèce animale utilisée et de la méthode de transformation de la peau en cuir9.

7Pour autant, nous ne prétendons pas ici à l’exhaustivité ni à l’établissement définitif d’un état de la question. Notre entreprise visait à réunir les sources, en langue originale pour les textes et au moyen de reproductions photographiques pour les images, autant qu’il était possible dans un format et dans des délais raisonnables, afin d’offrir aux chercheurs un ensemble d’indices bruts à côté d’un commentaire personnel. Nous pensons avoir apporté notre lot de réponses et nous espérons surtout avoir ouvert des pistes au sujet d’un matériau longtemps laissé pour compte et sur lequel on pouvait prétendre qu’il y avait (bien trop) peu à dire.

Notes

1 Mann 1962, p. 1, pour un récapitulatif des qualités du cuir de fabrication artisanale.

2 Voir les enquêtes de Mann 1962 pour l’Afrique noire ; Zarkia 1997 pour la Grèce ; Labat 1998 pour l’Afrique du Nord.

3 Harris 2014, p. 15, concernant les démarches de l’archéologue : « archaeologists seek to identify materials, such as leather, and processes, such as tanning, in a highly empirical manner to allow them to draw generalizations about material and use ». Nous ne saurions pour autant tenir le même constat généralisant et dévalorisant : tout archéologue n’a pas le défaut d’ériger en loi l’observation particulière qu’il donne d’un fait archéologique ! Voir infra n. 5.

4 Sur le vain espoir de voir augmenter de manière significative les sources écrites et la nature limitée, notamment en termes d’échelle géographique, des informations fournies par les papyrus d’Égypte les plus récemment trouvés, voir Brun 2012, § 24-25.

5 C’est bien la masse grandissante et la mise en série des faits archéologiques qui permet d’éviter l’écueil que met en avant Harris (supra n. 3) et d’avancer des conclusions nouvelles. Voir Brun 2012, § 29, 49, 53, 57.

6 Van Driel-Murray 2009, p. 305 ; Brun 2012, § 95 ; Harris 2014, p. 12.

7 C’est la période à laquelle on place généralement le développement de nouveaux appareils dans le domaine agricole, qui se traduit par un passage d’une économie « domaniale », tournée vers l’autoconsommation, ou d’échelle locale à une « commercialisation de vente en gros » (Brunet, Collin Bouffier 2007, p. 190). En outre, la première source faisant référence au tannage végétal de notre corpus est Théophraste (fin ive-début iiie siècle).

8 Voir l’expérience menée par E. Cheshire pour vérifier les qualités du cuir bouilli, réputé opposer, dans la littérature médiévale, une très grande résistance à la pénétration des flèches : les tests ont dû être menés sur du cuir moderne, obtenu en suivant les recettes et techniques de l’époque, car les échantillons médiévaux offraient un cuir trop dégradé, ayant perdu ses qualités d’origine, mettant ainsi en cause la validité de l’expérience (Harris 2014, p. 13).

9 Harris 2014, p. 11. Poplin 1991, cite trois exemples de peaux travaillées de l’âge du Bronze, qui ont été conservées grâce aux sels de cuivre provenant des objets de bronze placés à leurs côtés (une parure de cuir garnie de cabochons de bronze mise au jour en Côte-d’Or ; une lanière et un lambeau de peau fine semblable à de la peau de chamois découverts en Ardèche ; un ouvrage en pelage de blaireau trouvé en Allemagne). Le cuivre conserve la matière et la forme de l’objet, contrairement aux sels de fer qui se déposent sur la structure et finissent par la remplacer.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search