Version classiqueVersion mobile

Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique

 | 
Benoit Dercy

Première partie. De la matière au matériau et aux objets

Chapitre premier. Les procédés de traitement des peaux et fourrures. La fabrication du cuir et sa mise en forme

Texte intégral

  • 1 Bruneau, Balut 1997, p. 198, § 204.
  • 2 Ibid., p. 199-200, § 205.
  • 3 Ibid., p. 214-215, § 216a. Le tour de main « non pas entendu comme habileté spéciale ou même except (...)

1Le cuir n’est pas une matière naturelle, mais un matériau techniquement produit. « Il s’agit artificiellement de réduire autant que possible les caractères inutiles de la matière naturelle et d’y introduire les caractères utiles à des productions ultérieures [...]. En cela, c’est le “matériau” des ouvrages à venir qui se fabrique1. » Nous étudierons donc les qualités recherchées dans la matière naturelle et tâcherons de préciser quels traits sont réduits ou ajoutés à la peau au cours des processus de transformation en cuir ou en fourrure pour en faire le matériau voulu. Nous n’oublierons pas dans cette étude les questions du débitage et de l’outillage. En effet, dans la fabrication, « générativement, il faut produire les engins qui sont de deux ordres. D’une part, les éléments constitutifs de l’ouvrage à faire, les pièces dont il sera formé, par débitage de la matière naturelle [...] ou du matériau artificiel [...]. D’autre part, tous les ustensiles qu’on appelle trivialement les outils ou l’outillage2. » Enfin, nous tâcherons de décrire et de comprendre autant qu’il est possible à travers nos sources la manœuvre ou tour de main, « le geste ét[ant] dans l’outillage » et « l’outil étant autant geste qu’appareillage matériel3 ».

L’animal et sa peau

Les qualités attendues de la matière initiale

  • 4 Nous empruntons toutes ces remarques à Leguilloux 2004a, introduction p. 5-12 ; Chahine 2002 ; Harr (...)

2Trois éléments vont déterminer les qualités potentielles de la peau, et conséquemment, du cuir ou de la fourrure qu’on en tire : l’espèce à laquelle appartient l’animal dont on prélève la peau, l’âge de son abattage et son état sanitaire4.

3Si l’on considère les raisons d’ordre social et culturel, bien distinctes de l’analyse technique que nous allons mener, il apparaît que les anciens n’ont pas pu choisir en toutes occasions la bête à abattre en fonction de la fin ou du produit envisagés. De fait, l’animal abattu peut avoir été choisi par commodité ou « par défaut », parce qu’il appartient à la vie quotidienne (espèces domestiques, mais aussi chien, ou ailleurs dromadaire, hippopotame) ou qu’il répond à un besoin immédiat (animal domestique, en cas de guerre par exemple). Au contraire, certains animaux ne peuvent être abattus en raison de tabous ou d’interdictions :

  • 5 Par ailleurs, chez les Scythes, peuple de cavaliers par excellence, le cheval est occasionnellement (...)

4- le cheval est un animal noble et utile qu’on ne peut donc abattre ; il n’est jamais cité dans le monde grec pour sa peau5, même s’il était probablement utilisé en cas d’extrême nécessité. Le seul cas cité par Hérodote d’utilisation de la peau de cheval concerne des « barbares » :

Les Éthiopiens d’Asie [...] portaient sur la tête des peaux arrachées au front des chevaux avec les oreilles et la crinière ; la crinière leur tenait lieu d’aigrette, et les oreilles du cheval se dressaient toutes droites.
Oἱ ἐκ τῆς Ἀσίης Αἰθίοπες [...] προμετωπίδια δὲ ἵππων εἶχον ἐπὶ τῇσι κεφαλῇσι σύν τε τοῖσι ὠσὶ ἐκδεδαρμένα καὶ τῇ λοφιῇ· καὶ ἀντὶ μὲν λόφου ἡ λοφιὴ κατέχρα, τὰ δὲ ὦτα τῶν ἵππων ὀρθὰ πεπηγότα εἶχον (HDT VII, 70).

  • 6 Sur la préférence des divinités concernant les victimes, voir Jost 1992, p. 82 : « en général Poséi (...)
  • 7 Il n’y a pas d’interdits religieux systématiques en Grèce relatifs à l’abattage d’une espèce en par (...)

5-le sacrifice de certaines espèces peut être proscrit par un rite religieux6. Ainsi, des restrictions se rencontrent parfois dans le monde grec concernant le porc et son cuir7 :

  • 8 Stèle de marbre de Lartos-Ialysos relative à la pureté rituelle dans le sanctuaire d’Alektrôna, tra (...)

Règlement concernant ce qu’il n’est pas hosios d’introduire ou d’apporter dans le hieron et le temenos d’Alektrôna : que n’entrent ni cheval, ni âne, ni mule, ni ginos [cheval de petite taille, d’après Sokolowski], ni aucune bête de somme ; que personne ne mène aucun de ces animaux dans le temenos ; qu’aucune semelle ni rien qui soit en porc n’y pénètre (μηδὲ ὑποδή-|ματα ἐσφερέτω μηδὲ ὕειον μη-|θέν) ; si quelqu’un enfreint l’un de ces interdits, qu’il purifie le sanctuaire et fasse un sacrifice, sous peine d’être accusé d’impiété... (Le Guen-Pollet 1991a, no 28 = LSG 136, l. 25-27, v. 300 av. J.-C.)8.

  • 9 Voir par exemple PHILOST., Vie d’Apollonios de Tyane VIII, 7, 14 (éd. C. P. Jones, Loeb Classical L (...)
  • 10 Halm-Tisserant 1998, p. 56-60, pour le traitement littéraire (en comédie notamment) et artistique d (...)

6On sait aussi que les Pythagoriciens considéraient comme impurs les vêtements réalisés à partir de peaux d’animaux morts, que par conséquent ils portaient du lin et des sandales de papyrus tressé9. Quant à la peau humaine, elle ne saurait être utilisée dans une société civilisée mais l’écorchement humain10 apparaît bien dans certains mythes de châtiment ou comme supplice de choix ou trophée chez les barbares, ainsi que le rapporte à plusieurs reprises Hérodote :

  • 11 Sur ce passage d’Hérodote relatif à la pratique du scalp et de traitement du cadavre de l’ennemi pa (...)

[Un Scythe doit boire le sang du premier homme qu’il a abattu et présenter les têtes des vaincus au roi.] Ces têtes sont écorchées (ἀποδείρει αὐτὴν) de la manière suivante : le Scythe pratique une incision circulaire contournant les oreilles, saisit la peau et l’arrache du crâne en secouant (περιταμὼν κύκλῳ περὶ τὰ ὦτα καὶ λαβόμενος τῆς κεφαλῆς ἐκσείει) ; il racle ensuite la chair avec une côte de bœuf, pétrit la peau dans ses mains (σαρκίσας βοὸς πλευρῇ δέψει τῇσι χερσί), et, quand il l’a assouplie, en fait une espèce de serviette (ὀργάσας δὲ αὐτὸ ἅτε χειρώμακτρον ἔκτηται) ; il l’attache aux rênes du cheval qu’il monte, et il s’en glorifie ; car celui qui possède un grand nombre de ces serviettes, celui-là est jugé un homme très brave. Beaucoup d’entre eux font aussi avec les peaux écorchées des manteaux dont ils se revêtent (ἐκ τῶν ἀποδερμάτων καὶ χλαίνας ἐπείνυσθαι ποιεῦσι), formés de pièces cousues ensemble (συρράπτοντες) comme des capes de bergers (βαίτας) ; beaucoup arrachent aux cadavres de leurs ennemis la peau de la main droite, avec les ongles, et en font des couvercles pour leurs carquois (ἀνδρῶν ἐχθρῶν τὰς δεξιὰς χεῖρας νεκρῶν ἐόντων ἀποδείραντες αὐτοῖσι ὄνυξι καλύπτρας τῶν φαρετρέων ποιεῦνται) ; j’ai pu constater que la peau humaine est épaisse et brillante, presque, de toutes les peaux, la plus brillante de blancheur (δέρμα δὲ ἀνθρώπου καὶ παχὺ καὶ λαμπρὸν ἦν ἄρα, σχεδὸν δερμάτων πάντων λαμπρότατον λευκότητι). Beaucoup écorchent même des hommes tout entiers (ὅλους ἄνδρας ἐκδείραντες), étendent les peaux sur des morceaux de bois (διατείναντες ἐπὶ ξύλων) et les promènent à cheval (HDT IV, 64)11.

Ayant rendu pour de l’argent une sentence injuste, Sisamnès [un des juges royaux] avait été, sur l’ordre de Cambyse, égorgé, écorché de la tête aux pieds ; dans la peau arrachée de son corps, Cambyse avait fait tailler des bandes de cuir, qu’on avait tendues sur le siège où Sisamnès s’asseyait pour rendre la justice (σφάξας ἀπέδειρε πᾶσαν τὴν ἀνθρωπηίην, σπαδίξας δὲ αὐτοῦ τὸ δέρμα ἱμάντας ἐξ αὐτοῦ ἔταμε καὶ ἐνέτεινε τὸν θρόνον ἐς τὸν ἵζων ἐδίκαζε) ; et, le siège une fois recouvert de ces bandes (ἐντανύσας), il avait été désigné pour être juge à la place de Sisamnès, qu’il avait fait mettre à mort et écorcher (ἀπέδειρε), le fils de Sisamnès, en lui recommandant de se rappeler sur quel siège il était assis quand il rendait la justice (HDT V, 25, trad. revue).

[En Phrygie, là où se trouvent les sources du fleuve Catarractès, à l’endroit même où il jaillit] se trouve aussi l’outre du silène Marsyas, formée, à ce que disent les Phrygiens, de la peau de Marsyas écorché par Apollon, et suspendue par lui, ἐν τῇ καὶ ὁ τοῦ Σιληνοῦ Μαρσύεω ἀσκὸς ἀνακρέμαται, τὸν ὑπὸ Φρυγῶν λόγος ἔχει ὑπὸ Ἀπόλλωνος ἐκδαρέντα ἀνακρεμασθῆναι (HDT VII, 26).

  • 12 Nous donnons dans les notes suivantes un certain nombre de références. Toutes ces occurrences seron (...)
  • 13 Bœuf et/ou taureau, sans qu’il soit toujours possible de distinguer : Od. 10, 19-20 ; Il. 3, 375 ; (...)
  • 14 Notamment par le terme διφθέρα : Od. 13, 436-438 ; 14, 530 ; AR. Nu. 72 ; LUC. Tim. passim. La peau (...)
  • 15 Porc : LSG 136 (cf. supra) ; PHILOST. Gym. 10 ; sanglier : Il. 9, 548 ; PCZ IV, 59692, l. 18.
  • 16 Cerf : Od. 13, 436-438 ; peau de faon : HDT VII, 75, plus particulièrement la nébride : AR. Gr. 121 (...)
  • 17 Chien (?) : AR. Gu. 231, 447 ; Nu. 268 ; THEOCR. XV, 19-20 ; loup : Il. 10, 334, 459 ; POL. VI, 22, (...)
  • 18 Cheval : voir supra et n. 5 ; âne : XEN. An. III, 5, 9 ; PGM XXXVI, 362 ; onagre : PCZ IV, 59693, l (...)
  • 19 Lion : Il. 10, 23, 177-178 ; AR. Gr. 46-47, 496 ; Ps.-THEOCR. XXV, 142, 238 ; LUC. Hér. 1 ; panthèr (...)
  • 20 Martre : Il. 10, 335, 458 ; lièvre : Hymn. Pan, 42-43 ; loutre, castor, etc. : HDT IV, 109.
  • 21 LUC. Dém. 19.
  • 22 Od. 4, 436-437, 440 ; HDT I, 202.
  • 23 Autruche : HDT IV, 175 ; grue : HDT VII, 70 ; chameau : HDT III, 9 ; hippopotame : HDT II, 71. Pour (...)
  • 24 En revanche, la peau de poisson (ἰχθύα) peut être utilisée séchée pour fabriquer des râpes et des l (...)

7Finalement, notre seul corpus littéraire comporte la mention des peaux ou fourrures des animaux suivants12 : bovins13, ovins et caprins (mouton, brebis, agneau, bélier, chèvre, bouc)14, suidés (porc, sanglier)15, cervidés (cerf, faon)16, canidés17, cheval et âne18, félins/fauves (lion, panthère [fig. 2], lynx)19, mustélidés et rongeurs (martre, lièvre, loutre et castor)20, ours21, phoque22 et animaux plus exotiques (autruche, grue, dromadaire ou chameau, hippopotame)23. La peau de poisson (notre galuchat) n’est jamais citée pour de tels usages24.

Fig. 2 - Scène de thiase : satyre portant sur l’épaule une pardalis (peau de panthère). Coupe à figures rouges attribuée à Makron, détail de la face B (v. 490-480). Cambridge, Harvard University Art Museums, 1972.41. Imaging Department © President and Fellows of Harvard College.

8Toutefois, cette analyse réciproque des moyens et des fins qui se produit dans le système technique fait que si l’artisan grec ne peut choisir la bête (espèce, âge, santé) en prévision du matériau et de l’objet projetés, c’est à partir de la dépouille dont il dispose et en fonction de ces mêmes qualités attendues qu’inversement il concevra en la circonstance tel objet plutôt qu’un autre.

L’espèce

9Selon qu’on prélève la peau d’un bœuf, d’une chèvre ou d’un porc – et nous envisagerons avant tout ici les espèces domestiques, qui constituent la réserve la plus abondante et courante de peaux dans notre corpus –, le cuir qu’on en obtiendra (à condition d’appliquer par la suite un traitement adapté) aura des qualités propres, parce que les espèces diffèrent entre elles quant à l’épaisseur de la « fleur », la taille de la peau, le grain de la peau, et pour la fabrication de la fourrure ou de peaux tannées non dépilées, l’aspect initial du pelage.

La fleur

  • 25 Voir Harris 2014, p. 13, et Michel 2014.

10La peau est formée de trois couches de tissus : l’épiderme (la couche superficielle), le derme (élément essentiel pour la fabrication du cuir) et le tissu adipeux (ensemble de fibres blanches et de cellules graisseuses). Le derme est lui-même constitué de deux parties : la « fleur » (formée d’un réseau de fibres) et la « chair » (fibres plus grossières) ; plus la fleur est épaisse, plus le cuir sera souple et fin, donc fragile. Or, cette proportion entre fleur et chair varie d’une espèce à l’autre. Il a par ailleurs été constaté, lors de l’étude récente d’échantillons au microscope, que la structure de la peau varie, pour une même espèce, d’un endroit à l’autre de l’animal (cou, ventre, flancs…) et que le cuir qu’on en tire n’a pas les mêmes caractéristiques25. Si les Anciens ne disposaient pas d’outils scientifiques suffisants pour évaluer exactement ces éléments qui ont une influence sur la qualité du matériau obtenu, il est probable qu’ils en avaient une connaissance empirique.

  • 26 Dans l’exemple relevant du merveilleux littéraire de l’outre d’Éole (Od. 10, 19-20), le maître des (...)

11Le cuir obtenu à partir des peaux de bovins est le plus épais et le plus résistant, parce que la fleur représente dans la matière naturelle un sixième de l’épaisseur totale du derme chez l’adulte. Il est donc adapté à la réalisation d’objets nécessitant un matériau robuste, d’une certaine épaisseur, comme ceux soumis à des frottements répétés, à des coups : armes défensives (couche de cuir sur un bouclier, cuirasse, casques, couvre-mains du boxeur...), sangles et lanières (pièces de harnachement, laisses, muselières...), semelles, etc. De plus, ces objets étaient renforcés ou attachés par des clous (rivets de bouclier, clous de semelles, pièces métalliques de harnais...) : une certaine épaisseur du cuir est nécessaire en ce cas (3-4 mm au minimum) si l’on veut éviter, au moment de fabriquer l’objet ou de l’utiliser, qu’il ne se déchire26.

12La fleur représentant la moitié de l’épaisseur du derme, la peau des ovins et des caprins donne un cuir à la fois souple et résistant, parfaitement adapté à la confection d’articles qui doivent à la fois offrir une protection et permettre des mouvements aisés, comme les vêtements ou encore les empeignes de chaussures, ou d’objets pliables, déformables, dotés d’une certaine élasticité, propres donc à contenir d’autres objets variés ou liquides : outres, sacs... Les peaux non dégarnies étaient utilisées pour décorer les intérieurs (tapis, couvertures) ou pour certains vêtements.

  • 27 Leguilloux 2004a, p. 8.

13Notons ici le nombre très limité d’occurrences de peaux de porc dans notre corpus : la fleur de ces animaux représente elle aussi la moitié de l’épaisseur totale du derme, et le cuir qu’on peut en obtenir se présente comme un matériau très souple et fragile. Toutefois, cela ne suffit pas à expliquer que « son utilisation pour la réalisation d’objets usuels n’a, jusqu’à présent, pas été constatée27 ». L’animal, en fait, est très souvent utilisé pour la consommation carnée (la peau et son lard). Les Anciens ont pu noter également, certes tardivement dans notre corpus, une spécificité qui rend son usage extrêmement limité, voire déconseillé ou interdit dans certains domaines comme le sport et certainement l’armement (par exemple pour les énarmes de boucliers) : il déchire la peau de l’homme. C’est ainsi que Philostrate explique pourquoi on a changé le matériau dans la fabrication des protections des mains pour les combats de boxe, faites d’une grande lanière qu’on enroulait autour du poing :

Maintenant [...] on fait bouillir du cuir de bœuf très gras, et on en fabrique une lanière effilée et qui se prolonge sur les doigts [...] pour que les blessures soient moins graves [...]. On a banni du stade les lanières en cuir de cochon, pensant que les blessures qu’elles produisent sont douloureuses et difficiles à guérir.
Nυνὶ δὲ [...] ῥινοὺς γὰρ τῶν πιοτάτων βοῶν ἕψοντες ἱμάντα ἐργάζονται πυκτικὸν ὀξὺν καὶ προεμβάλλοντα [...] ὑπὲρ συμμετρίας τῶν τραυμάτων [...] ὅθεν τοὺς ἀπὸ τῶν συῶν ἐκκρίνουσι τῶν σταδίων, ὀδυνηρὰς ἡγούμενοι τὰς ἀπ’αὐτῶν πληγὰς καὶ δυσιάτους (PHILOST. Gym. 10).

14Les autres espèces de notre corpus sont plus occasionnellement utilisées : certaines sont prisées pour leur pelage (les fauves, notamment), dont on fabriquera une fourrure au cuir généralement souple ; certaines espèces non locales, comme le dromadaire ou l’hippopotame, offrent un derme peu fourni en fleur, donc un cuir épais, dans des contrées où les bovins sont rares ; les espèces de « circonstance » comme les cerfs, sangliers, faons..., lorsqu’elles sont prises à la chasse, sont, à cette occasion, traitées, mais souvent sommairement.

Le grain

  • 28 Ibid.

15Le « grain » de la peau, c’est-à-dire l’aspect de la surface papillaire, est déterminé par l’implantation des poils. Par conséquent, l’aspect du cuir varie selon les espèces : le grain du cuir sera petit et serré si la peau initiale est celle d’un mouton ou d’une chèvre ; il sera plus gros si elle provient d’un bovin28. Aristote, et après lui Pline, sans parler directement du grain d’une peau tannée, signalent la différence de dureté des poils en rapport avec l’épaisseur de la peau et le sexe de l’animal vivant :

La grosseur des poils, leur finesse et leur longueur varient selon les endroits, suivant les parties où ils se trouvent, suivant aussi la qualité de la peau. La plupart du temps, en effet, dans les peaux épaisses, les poils sont plus raides et plus gros…
Tὰ δὲ πάχη τῶν τριχῶν καὶ αἱ λεπτότητες καὶ τὰ μεγέθη διαφέρουσι κατὰ τοὺς τόπους, ἐν οἷς ἂν ὦσι τῶν μερῶν, καὶ ὁποῖον ἂν ᾖ τὸ δέρμα· ὡς γὰρ ἐπὶ τὸ πολὺ ἐν τοῖς παχυτέροις δέρμασι σκληρότεραι αἱ τρίχες καὶ παχύτεραι... (ARIST. H.A. III, 10, 517b).

La femelle a le poil plus fin dans les espèces qui ont des poils [...] et ont la chair plus molle que les mâles. τὸ θῆλυ [...] λεπτοτριχώτερον ὅσα τρίχας ἔχει [...] καὶ ὑγροσαρκότερα δὲ τὰ θήλεα τῶν ἀρρένων (ARIST. H.A. IV, 11, 538b).

Les poils qui sortent d’une peau épaisse sont rudes ; ils sont plus fins chez les femelles.
Pili e cute exeunt crassa hirti, femini tenuiores (PLIN. XI, 229).

La taille

  • 29 Voir infra p. 39-41.

16Un animal de petite taille, comme un ovin, un renard, voire un rongeur, permet de disposer, ipso facto, d’une petite surface de peau. Certes, plusieurs peaux tannées peuvent être assemblées pour former un objet de grande taille. Mais la relative petite taille des bêtes convient à la confection d’outres et gourdes, pour lesquelles il est préférable d’utiliser une peau non incisée, directement prélevée sur la bête par retroussement29.

  • 30 Ou pour servir de contenant plus volumineux : cf. supra n. 26 (Od. 10, 19-20). Pour d’autres exempl (...)

17Un bovin, un dromadaire dans d’autres contrées, un fauve offrent une plus grande surface, utilisable comme peau entière pour couvrir un espace plus grand ou contenir davantage30, ou encore débitable en des morceaux plus nombreux.

Les qualités du pelage : couleur, longueur, densité

18Nous ne disposons d’aucun document qui montre que certains animaux étaient élevés pour leur fourrure dans le monde grec. Les dépouilles des fauves (lions, panthères, lynx...) ou d’autres animaux sauvages (martres, lièvres, loutres, castors, cerfs, faons, ours, loups, renards...) proviennent de la chasse, et ces animaux sont précisément recherchés pour les qualités de leur pelage, mises en rapport avec l’utilisation qu’on compte en faire : la taille de la dépouille – coiffes confectionnées à partir des petites proies (alopekis, bonnet en peau de martre), vêtements de peaux ou couvertures pour les plus grandes –, mais aussi la longueur, l’épaisseur, la douceur, la couleur du pelage, si transformé soit-il au cours des opérations de tannage, déterminent les articles qu’on confectionnera, et réciproquement.

L’âge d’abattage

  • 31 Leguilloux 2004a, p. 8. L’outre d’Éole est faite de la peau d’un taureau de neuf ans (cf. supra n. (...)

19L’âge de la bête, toutes espèces confondues, influe sur l’épaisseur de la fleur : en vieillissant, elle s’amincit ; le cuir d’un animal âgé sera plus épais et résistant que celui obtenu à partir d’un individu jeune31. Les seuls témoignages écrits qu’il nous reste en rapport avec l’âge des animaux d’élevage sont de la main d’Aristote et de Pline, et concernent la qualité du poil et de la laine, non celle de la peau :

Quand les quadrupèdes vieillissent, leur pelage ou leur toison devient plus long, mais moins fourni.
Kαὶ τῶν τετραπόδων δὲ γινομένων πρεσβυτέρων τῶν μὲν αἱ τρίχες τῶν δὲ τὰ ἔρια βαθύτερα μὲν γίνεται, ἐλάττω δὲ τῷ πλήθει (ARIST. H.A. III, 11, 518b).

Chez les quadrupèdes, dans la vieillesse, le poil s’épaissit, mais la laine s’éclaircit.
Quadripedibus senectute <pili> crassescunt lanaeque rarescunt (PLIN. XI, 231).

  • 32 Reekmans 1996, p. 25.

20Lorsqu’un document précise l’âge d’abattage de la bête, il peut s’agir aussi de garantir la qualité de la viande qu’on en tire : la valeur du bétail qui sera sacrifié et mangé diminue avec l’âge. C’est ainsi qu’il faut comprendre les mots qu’Inaroüs, un éleveur de veaux, écrit à Artémidoros : « 39 veaux me restent pour les sacrifices, dont 11 sont vieux (πρεσβῦται) et sans utilité (ἀχρεῖοι) » (PSI IV 409, 12-14)32.

21Chez les bovins, la peau des individus les plus jeunes permet d’obtenir un cuir solide mais plus souple et plus fin, dans la mesure où chez le veau ou la génisse, la fleur représente un tiers de l’épaisseur du derme. Dans notre corpus cependant, deux objets seulement sont réalisés explicitement à partir de telles peaux : une gibecière (κυνοῦχος μόσχειος, XEN. Art ch. II, 9 et POLL. V, 31) et une « couche d’herbe sur laquelle sont entassées », près d’un ruisseau, « de bonnes peaux de génisses blanches » (στιβάς, ἐν δὲ νένασται | λευκᾶν ἐκ δαμαλᾶν καλὰ δέρματα, Ps.-THEOCR. IX, 9-10). C’est peut-être parce que, du fait de sa souplesse et de sa finesse, ce type de cuir permet de les conserver pliées – et donc de les transporter – plus aisément, voire, pour la couche moelleuse constituée de peaux de génisses chez Théocrite, qu’il est le gage du doux confort attendu dans un tel locus amoenus.

22L’âge de la bête au moment de son abattage est également un facteur qui entre en compte dans la taille de la peau qu’on souhaite en tirer.

L’état sanitaire de la bête

  • 33 Wissa 2006, p. 282.
  • 34 Cordonnerie 1984, chap. 3 « Les défauts du cuir », p. 11.
  • 35 Mann 1962, p. 13-14 : « défauts de la peau vivante » dus à des parasites, aux maladies, à la vieill (...)

23L’âge et l’état de santé sont déterminants pour la qualité de la peau ; une bête sous-alimentée fournit une peau fine et de mauvaise qualité33, marquée de rides ou comportant des zones calleuses34. Le choix d’une bête malade et amaigrie a les mêmes conséquences. Certains parasites peuvent également occasionner des lésions profondes de l’épiderme et atteindre le derme, trouant la peau ou la détruisant partiellement. Ces défauts ne sont toutefois pas faciles à identifier du vivant de l’animal35.

24Notre corpus mentionne à une occasion un cuir de « mauvais bœuf », μοχθηροῦ βοός (AR. Cav. 316) ; l’adjectif n’apporte pas d’éclaircissement en soi, mais un scholiaste en fait la lecture suivante, qui fournit une explication possible : « bœuf moribond ou sans force, maigre et au cuir mince », θανασίμου ἢ ἀσθενοῦς, ἰσχνοῦ καὶ λεπτοβυρσοῦ (Sch. Cav. 316b [vet]).

  • 36 L’adjectif στιφρός signifie « compact, bien serré », donc « robuste, solide ». Plutarque glose ici (...)

25À notre connaissance, seul Plutarque parmi les Anciens explicite les raisons pour lesquelles il faut choisir la peau d’un individu jeune et en pleine vigueur au moment de la mort, même s’il expose au même moment un grand nombre d’idées reçues et pour beaucoup irrationnelles : « Chez les animaux qui ne périssent pas de maladie ni de vieillesse, mais que l’on égorge, la peau est bien tendue, ferme et solide », τῶν μὴ νόσῳ μηδὲ γήρᾳ διαλυομένων, ἀλλ’ ὑπὸ σφαγῆς εὔτονον τὸ δέρμα καὶ στιφρὸν γίνεσθαι (PLUT. Prop. II, 9)36. Il reprend ailleurs cette idée en prétendant que c’est dans ce même type de cuir que doivent être taillées les chaussures pour garantir leur solidité :

Le poète nous dit que les chaussures doivent être en cuir de bœuf, et de ceux qui sont solides : telle est la peau des bœufs quand on les égorge, et non celle des animaux morts de mort naturelle. C’est connu : s’ils meurent de maladie ou de vieillesse, c’est donc que leur constitution s’est affaiblie, alors que s’ils sont égorgés, la force contenue dans leur peau est préservée. C’est pourquoi il faut fabriquer les chaussures à partir de ces dernières.
Ἐκ βοείων δερμάτων εἶναι κελεύει τὰ ὑποδήματα, καὶ τούτων τῶν ἰσχυρῶν· τοιαῦτα δ’ εἶναι τὰ τῶν σφαγέντων βοῶν, ἀλλ’ οὐ τὰ τῶν αὐτομάτως ἀποθανόντων. εἰκότως· ἀποθνήσκουσι μὲν γὰρ ἢ νοσήσαντες ἢ γηράσαντες ὥστε ἠσθενηκότες, τῶν δὲ σφαγέντων ἡ ἐν τοῖς δέρμασιν ἐνοῦσα δύναμις μένει. δεῖν οὖν ἐκ τούτων εἶναι τὰ ὑποδήματα (PLUT. fr. 74, Commentaire sur Les travaux et les jours d’Hésiode, v. 541-542).

A-t-on cherché, en Grèce ancienne, à améliorer ces critères ?

26En raison de ces qualités (potentielles, car à exploiter) de la peau naturelle, caractéristiques physiologiques (fleur, grain) et morphologiques (taille), on peut se demander si les Grecs ont cherché à transformer certaines espèces pour en tirer une meilleure peau. Pour ce faire, l’éleveur peut agir :

  • sur l’alimentation des animaux qui fournissent les peaux ;

    • 37 Nous n’évoquerons pas ici la question (économique) de l’amélioration du rendement de l’élevage par (...)

    sur le morphotype de l’animal, en le transformant par croisement des espèces ou en contrôlant plus attentivement la reproduction pour éviter une dégradation génétique du cheptel37.

27En outre, il peut chercher à implanter des espèces étrangères, sélectionnées car reconnues comme fournissant une matière première de meilleure qualité.

28Sur ces questions, nous disposons pour le monde grec de témoignages très peu nombreux et peu explicites, les textes grecs sur l’élevage ne nous ayant pas été conservés, au contraire de traités d’agronomie latins.

  • 38 L’attestation de tels bœufs se retrouve chez plusieurs auteurs grecs et latins (ARIST. Part. An. VI (...)
  • 39 Cf. p. 189, n. 2, de l’édition de Ph.-E. Legrand dans la CUF.

29Hérodote mentionne à une occasion une race étrangère de bœufs, ceux du pays des Garamantes « qui paissent à reculons » (οἱ ὀπισθονόμοι βόες) en raison de leurs « cornes inclinées en avant » (προεμβαλλόντων ἐς τὴν γῆν τῶν κερέων)38 et dont la peau est reconnue comme plus épaisse que celle des autres espèces : « ils ne diffèrent des autres bœufs que par ce trait [paître en reculant] et par la qualité de leur cuir, tant au point de vue de l’épaisseur que de la solidité (?) », οὐδὲν διαφέρουσι τῶν ἄλλων βοῶν ὅτι μὴ τοῦτο καὶ τὸ δέρμα ἐς παχύτητά τε καὶ τρίψιν (HDT IV, 183). Cette dernière partie du texte est plus difficile à comprendre. Le problème d’interprétation en est double : lorsque l’auteur mentionne le derma de ces bœufs, s’agit-il de leur peau ou du cuir obtenu à partir de leur peau ? Si le terme παχύτητα désigne sans aucun doute l’épaisseur de la peau, la formule καὶ <ἐς> τρῖψιν signifie-t-elle une meilleure « résistance à l’usure, aux frottements » ou une plus grande « souplesse » au toucher39 ? Les Garamantes habitant la région désertique du Fezzan en Libye, s’agit-il du « cuir de Libye » dont parle Hésychius quelque mille ans plus tard, considéré selon lui comme « le meilleur qui soit », δέρμα Λιβυκόν· ὡς κάλλιστον (HESYCH. s.v.) – mais selon quel critère ? La remarque de l’enquêteur, en tout cas, montre l’observation des traits pertinents de la peau et/ou du cuir par les Grecs, à date ancienne, et constitue peut-être un témoignage du projet qu’ils avaient de rechercher une meilleure qualité de la peau initiale et/ou du cuir obtenu, qu’ils aient eu ou non alors les moyens de la maîtriser, par exemple en implantant sur le sol grec la race des bœufs citée.

  • 40 PLAT., Lois V, 735 a-c.

30De telles pratiques d’amélioration des races par sélection, toutes empiriques fussent-elles, sont évoquées dans des textes théoriques. Platon, dans les Lois, évoque, à propos du contrôle de la population civique, l’épuration que pratique « quiconque a pris en main quelque troupeau, berger, bouvier, éleveur de chevaux ». La conclusion est évidente : « il faut séparer les bonnes races et les mauvaises (τὰ γενναῖα καὶ ἀγεννῆ)40 ».

  • 41 Tous les résultats et les conclusions que nous rapportons ici sont tirés de Chandezon 2004.
  • 42 ARIST. H.A. VIII, 28, 606a : « En Égypte, des animaux comme les bovins et les moutons sont plus gra (...)
  • 43 Leguilloux 2000, p. 77-78, et tableau p. 95. Tailles au garot : 50 cm à Tirynthe à l’époque submycé (...)
  • 44 Longueur maximale de la première phalange antérieure des bovins : 52 mm à Tirynthe à l’époque mycén (...)
  • 45 ARIST., H.A. III, 21, 522b17 : référence donnée par Chandezon 2004, p. 495.

31À côté de ce propos très général, des études archéozoologiques menées en Grèce mettent en lumière un véritable savoir-faire dans l’amélioration des races bovines et ovines41. Elle se traduit dans les faits par une recherche de l’augmentation de la taille des bêtes, expliquée du reste par divers facteurs chez Aristote42. L’étude des restes osseux apporte des résultats quantifiables. Ainsi, M. Leguilloux, par l’autopsie du matériel osseux trouvé lors des fouilles de sanctuaires égéens, comme ceux de Délos et de Tènos, observe une augmentation de la taille au garrot des moutons de l’ordre de 34 % sur un millénaire43. Par ailleurs, l’équipe de G. Boessneck a constaté une constante augmentation de la taille des bovins à partir de l’enregistrement de mesures de restes osseux44. Parallèlement, Aristote nous apprend que les bovins d’Épire étaient réputés à l’époque classique pour leur taille si importante que l’on devait se tenir debout pour les traire45.

  • 46 ATH. XII, 540c-e. On peut dater ces essais au plus tard de la fin du ive siècle, voire du iiie sièc (...)

32Quelques rares témoignages écrits font état également de tentatives d’acclimatation d’espèces importées en vue d’en tirer des produits de meilleure qualité. Athénée de Naucratis rapporte que Polycrate, tyran de Samos qui régna au cours du dernier tiers du vie siècle av. J.-C., avait essayé d’implanter dans son cheptel des espèces nouvelles : des moutons de Milet connus pour la qualité de leur laine46, des moutons d’Attique à laine fine, des chèvres de Skyros dont le lait était réputé.

  • 47 Chandezon 2004, p. 495.
  • 48 Les soins à porter à certaines espèces de moutons pour garder la qualité de leur laine ont fait l’o (...)

33Toutefois, ne nous méprenons pas sur les buts que les éleveurs se donnaient alors : d’après ces exemples, il s’agissait d’opérer des croisements d’espèces ou d’acclimater des espèces importées en vue de l’augmentation de taille des bovins, « critère important de sélection, dans la mesure où ces animaux étaient d’abord élevés pour la force de leur travail, et, secondairement, pour la viande qu’ils fournissent à l’occasion des sacrifices47 ». Pour les ovins, l’objectif était la qualité de la laine, notamment dans le cadre d’un artisanat textile de luxe48, puis la chair des moutons.

34Améliorer la qualité de la peau pour l’artisanat du cuir n’est donc jamais la finalité explicitement déclarée par quelque texte que ce soit. Si l’augmentation de taille de l’animal entraîne mécaniquement celle de la superficie de peau qui peut être prélevée, elle ne modifie pas, du moins pas nécessairement, une amélioration de sa qualité (tendreté, grain...).

  • 49 Georgoudi 1990, ad loc. et p. 251, n. 23, concernant l’utilisation de βύρσα pour la peau du vivant (...)

35En outre, il faut attendre les agronomes latins (Varron au ier siècle av. J.-C., Columelle au siècle suivant) et la compilation tardive des Géoponiques (xe siècle)49 pour que la douceur de la peau au toucher soit donnée comme un critère de sélection bovine parmi d’autres, en ce qui concerne un animal vivant, même si l’on peut interpréter ce critère comme valeur ajoutée si la perspective en est déjà d’en tirer un cuir de bonne qualité :

Ceux qui cherchent à acheter un troupeau de bovins doivent veiller à ce qu’ils aient un cuir ni rugueux ni rêche au toucher.
Qui gregem armentorum emere uult obseruare debet […] ut habeant […] corium tactu non asperum ac durum (VARR. E.R. II, 5, 8).

On recherchera les bœufs dont le corps est très doux au toucher.
Parandi sunt boves […] tactu corporis mollissimo (COLUM. Agr. VI, 1, 3).
Il faut choisir des génisses qui aient […] la peau douce au toucher et non pas dure comme du bois.
Δαμάλεις ἐκλεκτέον [...] ἐχούσας [...] βύρσαν εὐαφῆ καὶ μὴ ἀπεξυλωμένην (Géop. XVII, 2, 1).

Préserver l’intégrité de la peau

  • 50 Mann 1962, p. 12-13 : en raison des procédés de manutention et de la transformation de la peau brut (...)

36Il ne saurait y avoir de peau « parfaite », qui offre un épiderme et un derme sans altérations ni défauts (plaies profondes, lésions sous-cutanées ou marques dues à une maladie...). Mais pour offrir une surface et une épaisseur de cuir optimale à partir de la peau initiale, si l’on a le souci d’une fabrication efficace, il faut veiller à ne pas la trouer, la marquer, la laisser s’altérer par des agressions extérieures ou des infections. Le tannage, en effet, non seulement ne masquera pas les défauts d’une peau, mais pourra les accentuer50.

37La question est de savoir quels sont les moyens dont on disposait en Grèce ancienne pour préserver au mieux l’intégrité de la peau, du vivant de la bête jusqu’au moment de son abattage, mais aussi lors des divers traitements qui la transforment en cuir, puis au moment du stockage et de la manutention.

Précautions prises du vivant de l’animal : parcage, marquage, moment d’abattage

Parcage

  • 51 Cordonnerie 1984, p. 11.
  • 52 D’avis de spécialiste, aujourd’hui en Europe, où l’on utilise des peaux de bovins pour le cuir à se (...)
  • 53 Brunet, Collin Bouffier 2007, p. 91.

38Y a-t-il eu des élevages spécifiques dans le monde grec, dans lesquels on ait pris un soin particulier de la peau des bêtes, par exemple en les parquant dans des enclos protégés, en les isolant des autres individus du cheptel, des chiens errants ou d’arbres qui pourraient déchirer leurs flancs (coups de corne, morsures, éraflures), en les soignant attentivement pour éviter tout parasite, ou encore en recouvrant leur peau d’une protection pour prévenir la fermentation, qui abîme la fleur, provoquée par la crotte agglutinée dans les poils ou l’urine51 ? En Grèce, où « il existait certainement dans certaines régions un secteur pastoral plus spéculatif avec des formes de transhumance52, ainsi qu’un véritable pastoralisme nomade53 », cela est peu probable et, en tout cas, rien ne nous l’indique. Les bêtes devaient la plupart du temps rester la proie potentielle de prédateurs et errer à leur convenance, et si l’on parquait les bêtes, ce devait être avant tout pour les garder en vie et s’en garantir la propriété.

  • 54 Les exemples de cheptels préservés et réservés à la confection d’objets de luxe s’inscrivent de fai (...)
  • 55 Pline parle de couvertures faites en laine d’Arabie (PLIN. VIII, 190).
  • 56 Pour cet exemple, voir Chandezon 2004, p. 482-483.

39Les archives de Zénon, dont les plus anciens papyrus datent de 261 av. J.-C., mentionnent tout au plus certaines précautions portées envers une espèce de moutons, au cours d’une expérience d’acclimatation menée dans un grand domaine de l’Égypte hellénistique, sur la terre concédée par le roi de l’intendant des finances de Ptolémée II Philadelphe, le dioecète Apollônios, dans le Fayoum54 : on recouvrait alors d’une sorte de couverte de laine ou d’un manteau de cuir, les « moutons vêtus » de Milet, πρόβατα ὑποδίφθερα55. On voit qu’en fait il s’agissait de protéger la laine de cette race, très fine et d’une grande valeur, mais non la peau des animaux56.

  • 57 Voir Massendari 2007.

40Plus tard, les textes latins relatifs aux structures de stabulation et de parcage mettent essentiellement en avant le souci de protéger le bétail des excès de température et des dangers liés à un surnombre (pouvant entraîner leur écrasement), ou encore de gérer au mieux la reproduction, la gestation et le bon développement des nouveau-nés57. À aucun moment, il n’est question de préserver la peau de l’animal de quelque dommage que ce soit.

Marquage

  • 58 Le marquage doit en effet, par définition, être visible et, selon les cas, durable ; seule une brûl (...)
  • 59 Vanseveren 1936 : l’auteur donne un exemple, p. 259, commentant ainsi les l. 23-24 de l’inscription (...)
  • 60 Feyel 2009, p. 314.
  • 61 Berthiaume 1982, p. 86, au sujet des animaux thusimoi, propres à être sacrifiés (et consommés) et d (...)
  • 62 Pour une synthèse sur cet examen des victimes et leur marquage, sources et commentaires, voir Feyel (...)

41Une autre pratique connue dans le monde grec, mais sur laquelle nous ne sommes renseignés que pour certains cas particuliers, consiste dans le marquage au fer des bêtes, qui, en brûlant la peau, y laisse une trace indélébile, et peut entraîner l’abattage de l’animal en cas d’infection58. Dans le cadre du sacrifice, « les anciens marquaient les animaux (au fer rouge, avec une couleur tenace ou de la poix) pour différentes raisons : pour indiquer quel en était le possesseur, sanctuaire ou simple particulier ; pour attester que les bêtes présentaient toutes les qualités exigées des victimes ; enfin, pour faire connaître celui qui offrait la victime (que ce fût un individu ou une communauté) et parfois aussi la personne pour laquelle était fait le sacrifice. Le premier cas se rencontre surtout lorsqu’il est question d’un troupeau, des bêtes d’un domaine appartenant à un sanctuaire ou à un individu59 ». La deuxième pratique, appelée « docimasie », qui semble avoir connu une grande fortune un peu partout dans le monde grec classique et hellénistique – sans être toutefois attestée explicitement dans les textes pour Athènes60 – consistait en un examen précédant le sacrifice, à l’issu duquel les victimes reconnues comme valables, selon certains critères, notamment leur état de santé et leur intégrité physique (sans difformité ni mutilation)61, étaient marquées d’un signe : la victime appartenait dès lors à la divinité et le sacrifice était assuré62.

  • 63 AR. Nu. 23 et 437 ; fr. 43 K.-A., vol. III. 2, p. 53 = fr. 42 K., où le cheval ainsi marqué est nom (...)
  • 64 [ARIST.] Const. Ath. 49, 1-2 : ἡ βουλή [...] τοῖς δὲ μὴ δυναμ[ένοις ἀκολ]ουθεῖν ἢ μὴ θέλουσι μένειν (...)
  • 65 Par exemple, voir la pélikè lucanienne en provenance d’Héracléa, Policoro, Musée national de la Sir (...)
  • 66 Villeveygoux 2007, ibid.

42Le sens en était tout autre pour le cheval qu’on marquait au fer, sur la cuisse, de la lettre sigma ou koppa afin d’en indiquer la valeur et l’origine géographique, dans le cadre d’une vente ou d’une victoire à la course, ce dont témoignent Aristophane, Lucien et surtout, plus précisément, Hésychius63, ou encore de la marque apposée sur la mâchoire que mentionne La constitution d’Athènes et qui est appelée trysippion par Hésychius, pour désigner les chevaux réformés64. Sur les vases, enfin, le cheval d’Hermès est parfois représenté avec la marque d’un caducée sur la cuisse65. La valeur prophylactique du marquage n’est vraisemblablement pas négligeable66.

  • 67 Par exemple, χαρακτῆρα ἐπιβάλλειν, « apposer une marque », le mot χαρακτήρ désignant le « fer à mar (...)
  • 68 Ce marquage permet aussi la gestion des domaines de pâture en restreignant l’accès de terrains sacr (...)
  • 69 Nous empruntons les remarques suivantes à l’article méconnu mais remarquable de Sigrist 1981. D’apr (...)
  • 70 Sur les produits dérivés des peaux, notamment la colle, pour le monde grec, voir infra p. 154-156.

43Mais qu’en était-il pour l’élevage ? Conscients du caractère indélébile du marquage au fer, les Anciens prenaient-ils soin d’imprimer la marque au moyen d’un produit colorant – ce que semblent contredire les inscriptions, qui recourent à des termes non équivoques67, et qui va à l’encontre de la logique de revendication de propriété privée, seule une marque indélébile offrant une garantie contre le vol ou le mélange des cheptels68 ? Le faisaient-ils sur un endroit plus facilement retranchable, en évitant les parties plus recherchées de la future dépouille ? Devant le silence des sources grecques, qui pourrait nous amener à conclure que cette dernière interrogation est anachronique, nous pouvons apporter un élément de réponse emprunté au Proche-Orient : la question se posait certainement pour les tanneurs d’Umma au xxie siècle av. J.-C.69. Les tablettes qui y ont été trouvées font mention d’un produit nommé še-gín, qui semble dérivé des morceaux de peaux marqués, inaptes à leur utilisation pour la fabrication du cuir. M. Sigrist, dans l’étude qu’il en fait, en propose trois interprétations en fonction de l’emploi du mot dans d’autres contextes, qui précisent la destination du produit : une « résine » pouvant servir à cirer des tablettes, du bois, et même du cuir – mais il ne s’agit pas de cire d’abeille ; un « colorant » (mais on ne teinte pas les tablettes) ; plus vraisemblablement une « colle », obtenue par le chauffage de ces morceaux. Or, on sait que les Grecs et les Romains obtenaient une colle à partir de la peau de taureau70.

Moment d’abattage

  • 71 Trantalidou 2001, p. 285, qui renvoie aux témoignages consignés dans Vakalopoulos 1980, p. 131.

44Le moment de l’abattage (saison et heure de la journée) est aussi un critère à prendre en compte, si l’on songe que, d’une part, la chaleur excessive peut accélérer le processus de détérioration de la peau par décomposition de la fleur, et que, d’autre part, le poids de la peau et sa qualité dépendent de la saison où est égorgé l’animal. Des témoignages recueillis par écrit et oralement en Macédoine et en Thrace au xixe siècle soulignent le fait que la qualité des peaux et du pelage est meilleure quand l’animal est égorgé en saison hivernale : « plus l’hiver ou le climat est froid, meilleurs ils sont71 ». Qu’en est-il dans l’Antiquité ? Prenait-on des précautions dans ce domaine ? Il est difficile là encore de se prononcer de façon générale ou avec des preuves à l’appui quant à l’heure d’abattage, même dans le cadre du sacrifice public. En revanche, l’épigraphie nous fournit une documentation qui montre que les rituels étaient fixés par des calendriers stricts. Hors de ce cadre, nul renseignement n’est donné : les rares auteurs qui nous renseignent sur le dépeçage d’une bête dans notre corpus n’en précisent jamais les circonstances temporelles.

Après la mort de l’animal : transport de la peau, stockage

  • 72 Amphore à col attique à figures rouges, attribuée au Peintre de Pan, v. 470-460, Boston, Museum of (...)
  • 73 Van Straten 1995, fig. 163 et p. 154-155 : la scène du jeune homme transportant une peau de l’ampho (...)
  • 74 Durand 1979, p. 142, fig. 4. Van Straten 1995, p. 152-153, souligne à juste titre que les assistant (...)

45Le rare témoignage du transport de la peau au cours d’un sacrifice provient d’une amphore attique à figures rouges datée de 470-460 (fig. 3)72. Si la peau fait généralement partie des émoluments du prêtre, cette scène figurée ne fait pas explicitement référence à ces prérogatives73. Toutefois, J.-L. Durand identifie clairement « un acolyte, portant noué autour des reins le linge traditionnel des préposés à la viande74 » ; la scène laisse apparaître une certaine négligence dans le transport puisque la peau de grande taille, certainement de bœuf, est traînée à même le sol, tirée, non sans effort, par la queue dont on reconnaît le panache, au lieu d’être soulevée, voire véhiculée ou conditionnée immédiatement après son prélèvement. De fait, il ne semble pas y avoir eu d’équipement prévu dans le monde grec pour cela.

Fig. 3 - Transport de la peau d’un bovin par un acolyte après le sacrifice. Amphore attique à figures rouges attribuée au Peintre de Pan, face B (v. 470-460).
Boston, Museum of Fine Arts 01.8109. © 2015 Museum of Fine Arts, Boston.

  • 75 Mann 1962, p. 15.

46Une fois la peau devenue cuir, c’est-à-dire un matériau somme toute résistant, mais qui n’est jamais totalement impénétrable, un matériau dont l’aspect extérieur, la « face », doit rester lisse et intacte, au moins pour certaines utilisations ultérieures – comme pour la fabrication de chaussures de luxe –, son stockage et sa manutention nécessitent certaines précautions. Le cuir, s’il est stocké dans un endroit chaud et sec, se racornit, voire devient cassant. Un stockage à plat est préférable, vu qu’un cuir roulé ayant supporté de mauvaises conditions de stockage risque davantage de se craqueler au moment du déroulement, même si, dans les deux cas, les liens des ballots ou des rouleaux peuvent provoquer des marques d’abrasion75. Toutefois, la manutention de peaux de grand format semble plus aisée en rouleaux que par « liasses », sauf à recourir à certains véhicules et engins de levage. Quant aux fourrures, il n’est certainement pas bon de les disposer pressées l’une contre l’autre, si l’on veut préserver le résultat d’opérations déjà éventuellement menées de lissage des poils et de montage des pièces.

  • 76 Dans ce procès concernant un prêt maritime dont le plaideur poursuit le recouvrement, un certain Hi (...)
  • 77 Procès au cours duquel il est question d’un bateau qui a coulé avec ses marchandises.

47Les transporteurs, dans les témoignages que nous en avons à l’époque de Démosthène, adoptent plutôt une disposition en liasses (δέσμας) : les peaux, venues de la mer Noire, sont liées les unes aux autres et déposées à plat sur le pont du bateau d’Apollodore76, certainement dans la même position que pour leur stockage, dont la réalité s’avère fort probable du fait de la grande quantité de peaux en provenance de cette région. Les « mille peaux » qu’on entasse sur le pont du navire dont il est question dans le Contre Phormion77 doivent être placées dans la même position, au risque de rouler par mauvais temps et de tomber à l’eau.

[Apollodore a chargé sur le navire] un ou deux ballots de laine, onze ou douze amphores de salaisons, deux ou trois paquets de peaux de chèvres, et rien de plus.
Ἀγγεῖον ἓν ἢ δύο καὶ ταρίχους κεράμια ἕνδεκα ἢ δώδεκα καὶ δέρματ’ αἴγεια, δύο δέσμας ἢ τρεῖς, ἄλλο δ’ οὐδέν (DEM. C. Lacr. 34).

Alors que le bateau était chargé [...] au-delà de ce qu’il fallait, il prit en plus sur le pont mille peaux, [ce qui fut à l’origine du naufrage du bateau].
Γεγεμισμένης γὰρ ἤδη τῆς νεώς [...] μᾶλλον τοῦ δέοντος, προσανέλαβεν ἐπὶ τὸ κατάστρωμα χιλίας βύρσας... (Ps.-DEM. C. Phorm. XXXIV, 10)

  • 78 Cordonnerie 1984, p. 11.

48Aucun témoignage ne nous est parvenu qui fasse état de la détérioration de peaux fraîches ou tannées lors du stockage, due à des insectes comme les mites (attaquant poils et peau) ou les dermestes (qui détériorent la fleur)78, ou à des rongeurs, ni d’un traitement contre ces parasites.

Cas particuliers : quelle utilisation est faite des peaux abîmées ?

49En de nombreuses occasions et du fait des multiples causes que nous avons mentionnées, la peau fournie aux tanneurs devait être abîmée. La peau présentait alors des perforations, des griffures et n’était plus utilisable dans sa totalité – elle l’est peut-être davantage dans le cas de production d’une fourrure, le cuir étant dissimulé sous le pelage et pouvant être recousu. Pourtant, il n’est techniquement pas exclu que la peau initiale soit segmentée avant son traitement et qu’on n’en garde que des morceaux : la taille de la peau à traiter n’influe en rien sur l’efficacité du traitement – au contraire de l’épaisseur de la fleur, qui doit être prise en compte pour le dosage des produits tannants si l’on cherche un résultat satisfaisant.

  • 79 À Umma (Sigrist 1981), dans un système de collecte centralisé, des scribes ont consigné le nombre d (...)
  • 80 Voir infra p. 155-156.

50D’un point de vue économique, il y a fort à parier que ces (parties de) peaux abîmées – dont les témoignages ne parlent pas79 – étaient exploitées autant que possible, comme, par exemple, pour fabriquer de la colle animale80.

Du dépeçage à l’entretien du produit fini : les activités de transformation de la peau en cuir

Prélèvement de la peau lors du sacrifice

  • 81 Selon Platon, les mageiroi ont à « égorger les bêtes, puis à les dépouiller de leur peau, et, enfin (...)
  • 82 Nous traduisons ἀρταμεῖν (terme sans étymologie sûre) par « découper », « débiter » plutôt que « dé (...)
  • 83 On trouve en effet le terme δορίς chez Anaxippe (ive-iiie siècle) dans ATH. IV, 169b (μαγειρικὰ δὲ (...)

51La personne qui dépèce l’animal (le mageiros81) doit idéalement pratiquer une coupe propre et nette, éviter de laisser traîner la peau afin de ne pas la trouer ni de la griffer. Dans le cadre de la thusia – le sacrifice sanglant de consommation alimentaire –, cette opération d’ouverture de la bête et de découpe des parts est très réglementée pour des raisons religieuses. Un des rares textes apportant des précisions sur le geste accompli est emprunté à l’Électre d’Euripide, lorsqu’Oreste relève le défi que lui lance Égisthe, au cours d’un sacrifice aux Nymphes, d’ôter la peau d’un veau en un temps record et de conforter par là-même la réputation des Thessaliens, habiles « à découper82 un taureau et à dresser les chevaux », ταῦρον ἀρταμεῖ[ν] καλῶς | ἵππους τ’ὀχμάζει[ν] (EUR. El. 815-816). Il utilise pour cela un couteau à dépecer (δωρίς, « couteau dorien », au lieu de δορίς, par jeu étymologique, semble-t-il)83 :

  • 84 En grec κἀνεῖτο, aoriste 2 moyen de ἀνίημι, « découvrir », comme en Il. 22, 80 où la mère d’Hector (...)

[Oreste] saisit des deux mains le couteau dorien à la lame bien forgée […] et, empoignant une patte du veau, il mit à nu, par un large geste, les chairs blanches ; il enleva la peau en moins de temps qu’il ne faut à un coureur pour achever un aller-retour sur l’hippodrome. Alors, il écorche84 les flancs.
ὁ δ’ εὐκρότητον Δωρίδ’ ἁρπάσας χεροῖν […] καὶ λαβὼν μόσχου πόδα | λευκὰς ἐγύμνου σάρκας ἐκτείνων χέρα·| θᾶσσον δὲ βύρσαν ἐξέδειρεν ἢ δρομεὺς | δισσοὺς διαύλους ἱππίους διήνυσεν,| κἀνεῖτο λαγόνας (EUR. El. 819 et 822-826, trad. perso.).

  • 85 EUR. Méd. 1181 sq. : tandis que la fille du roi de Corinthe subit les premières tortures du poison (...)
  • 86 C’est, par exemple, l’interprétation du traducteur et commentateur L. Parmentier dans la CUF, t. IV (...)

52Si la comparaison empruntée à la course hippique est une façon de mesurer le temps que l’on retrouve, avec la variante de la marche, dans la Médée du même auteur85, elle a parfois été lue comme une indication du parcours que suit le bras du dépeceur, menant son couteau d’une patte à l’autre de l’animal et revenant en sens inverse86. Malheureusement, cette interprétation souffre de ce que le texte est un hapax, évoquant dans une langue poétique une situation de mise au défi exceptionnelle, et rien ici ne permet de supposer que l’auteur ait voulu décrire de manière réaliste ce geste technique.

53En revanche, le praticien hippocratique, soucieux de décrire avec précision le geste que doit faire le médecin, emprunte parfois des éléments de comparaison à d’autres domaines techniques. Dans le traité des Hémorroïdes, il déclare ainsi qu’il faut enlever avec le doigt le condylome saillant s’il cède sous l’enveloppe de la chair, et que l’opération ne « sera pas plus difficile que de faire glisser le doigt entre la peau et la chair d’un mouton qu’on écorche », Οὐδὲν γὰρ χαλεπώτερον ἤ περ προβάτου δειρομένου τὸν δάκτυλον μεταξὺ τοῦ δέρματος καὶ τῆς σαρκὸς περαίνειν (HIPPO. Hém. IV, 1, 14-16).

  • 87 On trouve aussi, formé sur la même racine, l’hapax δρατός (Il. 23,169 : δρατὰ σώματα, les « corps d (...)

54D’un point de vue lexical, les auteurs évoquant un dépeçage utilisent deux familles de mots renvoyant à deux gestes différents : l’une relative à l’acte de « fendre » la peau (σχίζω, ἀνασχίζω), l’autre à celui d’« écorcher » l’animal (δέρω/δείρω, ἀποδείρω, ἐκδείρω)87. Les préverbes permettent de préciser le geste :

σχίζω : Héraklès, semblable à un lion auprès du cadavre de Kyknos qu’il vient de tuer, « lui a brutalement de ses griffes puissantes taillé la peau », ἐνδυκέως ῥινὸν κρατεροῖς ὀνύχεσσι | σχίσσας (HES. Boucl. 427-428) ; Héraklès décide de « fendre la peau du lion [de Némée, réputée impénétrable] dans toute la longueur (ἀνα-) avec ses propres griffes », αὐτοῖς δέρμα λέοντος ἀνασχίζειν ὀνύχεσσι (Ps.-THEOCR. XXV, 277).

δείρω : HIPPO. Hém. IV, 1, 14-16.

ἐκδείρω insiste sur l’idée d’extraction, d’enlèvement de la peau : Éole « a écorché un bœuf de neuf ans » (ἐκδείρας... βοός ἐννεώροιο) pour en faire une outre (Od. 10, 19-20) ; Zeus « écorche un bélier » (κριὸν ἐκδείραντα, HDT II, 42) ; les Scythes « écorchent leurs ennemis tout entiers » (ὅλους ἄνδρας ἐκδείραντες, HDT IV, 64) ; HAN. Pér. 18 (gorilles).

ἀποδείρω a un sens intensif, « écorcher complètement » : les Scythes écorchent des victimes animales avant de les cuire (ἐπεὰν ἀποδείρωσι τὰ ἱρήια, HDT IV, 60-61) ; les mêmes écorchent les crânes de leurs ennemis ou leur « arrachent la peau de la main droite avec les ongles » (ὰς δεξιὰς χεῖρας... ἀποδείραντες αὐτοῖσι ὄνυξι) pour en faire des manteaux ou des carquois (HDT IV, 64) ; écorchement d’un cadavre (HDT V, 25, voir supra) ; écorchement de bêtes pour en faire un bateau d’outres (XEN. An. III, 5, 9, infra) ; Héraklès écorche le lion de Némée (Ps.-THEOCR. XXV, 278).

  • 88 Ps.-THEOCR. XXV, 272 : Héraklès se demande « comment arracher aux membres de la bête morte [le lion (...)
  • 89 HDT IV, 64 : le guerrier Scythe « pratique une incision circulaire autour des oreilles, et saisissa (...)

55D’autres termes détaillent quelque peu l’acte : la peau s’arrache en tirant vers soi (ἐρύομαι)88, ou encore en exerçant de petites secousses (ἐκσείω) après avoir pratiqué une incision qui contourne les parties qui n’ont pas d’intérêt (περιτέμνω)89.

  • 90 Les témoignages archéologiques consistent en des restes osseux (cheville osseuse, bas des pattes, q (...)

56On sait par ailleurs, par des attestations archéologiques – pour le monde romain90 – et de rares textes, que les cornes et la peau sont parfois prélevées ensemble. Simias le Grammairien (ive siècle av. J.-C.) laisse ainsi s’exprimer la dépouille du taureau de Crète, tué et dépecé par Héraklès : « Peau et cornes longues d’une brasse d’un bovin royal, nous gisons sous le porche du fils d’Amphytrion », Δέρμα καὶ ὀργυιαῖα κέρα βοὸς ἐκ βασιλῆος | Ἀμφιτρυωνίαδᾳ κείμεθ’ ἀνὰ πρόπυλον (A.P. VI, 114). Samos fils de Chrysogonos, un courtisan de Philippe V de Macédoine (221-178), fait de ce dernier le dédicant d’une offrande à Héraklès consistant en « la peau bien polie et les cornes d’un taureau aux longs mugissements », δέρμα ταναιμύκου λευρὸν ἔθηκε βοὸς | αὐτοῖς σὺν κεράεσσι (A.P. VI, 116). Dans le contexte bucolique du roman de Longus, les jeunes bergers consacrent un bouc à Pan qui leur est venu en aide : « ils l’aspergèrent de vin [...], l’immolèrent, le suspendirent et l’écorchèrent », ἐπισπείσαντες οἴνου ἔθυσαν […], ἐκρέμασαν, ἀπέδειραν. Après avoir fait cuire la viande, « ils accrochèrent la peau avec les cornes sur le pin contre la statue [du dieu] », τὸ δὲ δέρμα κέρασιν αὐτοῖς ἐνέπηξαν τῇ πίτυι πρὸς τῷ ἀγάλματι (LONG. II, 31, 2-3).

  • 91 Encore faut-il préciser que la séquence des gestes de découpe rituelle n’est pas intégralement donn (...)
  • 92 Sur la machaira, couteau sacrificiel, et ses représentations (ainsi que celles du geste associé) su (...)
  • 93 De nos jours, dans les abattoirs, la peau est ôtée « après une incision au couteau suivant un tracé (...)
  • 94 Athènes MNA 9683 (v. 475, Peintre de Pan). Durand, Lissarrague 1983, p. 157, pour la citation et le (...)

57Les témoignages iconographiques n’apportent guère d’informations plus précises sur le dépeçage, jamais illustré, au contraire de la découpe91. L’animal entier n’est toutefois jamais suspendu mais couché sur une table. La première incision ventrale, faite au moyen de la machaira92, permet de se frayer un chemin vers les splanchna, l’ensemble poumons-cœur, puis d’ôter le foie, ou inversement selon les rites, en incisant d’abord la peau sous le diaphragme. Pour ôter les viscères suivants, la rate et les rognons, il est nécessaire de fendre la peau, qui pouvait jusqu’à ce stade protéger la masse intestinale, sur toute sa longueur93. Quant aux représentations des instruments requis pour dépecer la victime, elles sont inexistantes, contrairement à celles de la machaira. Sur une face d’une pélikè attique à figures rouges du Musée archéologique d’Athènes (fig. 4), l’un des trois personnages, l’Égyptien qui se tient le plus à gauche, tient « par une lanière de cuir un étui qui ressemble à un carquois : il s’agit d’un étui à lames utilisé pour la préparation de la carcasse, lors des opérations de découpe. Cet objet ne figure pratiquement jamais dans les processions sacrificielles94 ». Il pourrait tout aussi bien s’agir, pour une partie des lames, du couteau à dépecer ; malheureusement, la partie coupante des lames, rangées dans ce fourreau multiple, n’est pas visible.

  • 95 Svenbro 1987. Le texte (LSG 151 A, l. 47 et l. 49-50) précise : « les endora sont enveloppées dans (...)
  • 96 Voir la loi sacrée sur l’Ilissos, infra p. 179-180, qui fait certainement référence à l’opération d (...)

58Dans les inscriptions donnant les prescriptions à suivre lors de sacrifices, le devenir immédiat de la peau prélevée se laisse parfois appréhender. Elle doit en effet être remise au prêtre comme émolument non consommable mais monnayable, seule ou enveloppant les endora, c’est-à-dire très certainement les splanchna : elle est « le souvenir de ce de ce qui a enfermé non seulement la bête vivante mais encore, à un certain point du rituel, les [parts] dont la consommation définit le cercle des sacrifiants95 ». On ne sait jamais si la peau est lavée immédiatement, ce qui paraît difficile en l’absence (apparente) d’équipement96.

Peau verte et traitements sommaires

  • 97 Voir infra p. 77 et suiv.
  • 98 Cabanes 2006, p. 44, développe les exemples des métiers du feu : la métallurgie (nécessitant une cu (...)

59Si le traitement de la peau paraît souvent sommaire et son entretien peu régulier, comme la « peau de bique » de Timon, le paysan totalement démuni et misanthrope de Lucien, ou celle de ses avatars, ce n’est pas simplement parce que ces portraits relèvent des clichés ancrés dans une sémiologie opposant de façon binaire le Grec policé et l’Autre, qu’il soit barbare, paysan rustre ou homme sauvage97. Un équipement coûteux, un long investissement et des compétences techniques poussées sont nécessaires à la fabrication d’un cuir de bonne qualité, ce qui explique qu’à la campagne comme dans les petits ateliers de la ville, il n’est guère possible de mener à bien toutes les étapes nécessaires à un tannage complet de la peau ou au travail de pelleterie. C’est d’ailleurs le cas de bien des industries de transformation98.

60On ne peut, pour chaque occurrence relevée, évaluer le degré de tannage, la qualité de préparation de la peau, tant les textes sont allusifs. Certaines toutefois donnent quelques pistes.

61Un certain nombre de références montrent tout d’abord l’absence même d’un traitement de la peau qui, arrachée à l’animal, très certainement lavée sommairement et séchée, est portée.

62Cette absence de gestes techniques, hormis celui de dépecer le corps de l’animal, se rencontre lorsque l’auteur évoque les prétendues coutumes de peuples barbares. Il s’agit à chaque fois de peuples qui n’ont aucune maîtrise des techniques du monde civilisé, qui utilisent ce qu’ils trouvent dans la nature sans le transformer. Hérodote mentionne les hommes d’une région lointaine, aux alentours de la Caspienne, qui ne maîtrisent ni le feu de la cuisson – puisqu’ils mangent cru – ni d’autres procédés de transformation des matières premières – puisqu’ils semblent porter des peaux de phoques fraîches ; les Locriens primitifs qu’évoque Pausanias ne connaissent pas la couture et recourent à des peaux non dépilées et non tannées qu’ils portent à même leur peau.

Fig. 4 - Étui contenant des lames utilisées lors du sacrifice pour le dépeçage (?) et le découpage des parts. Pélikè attique à figures rouges, détail de la face B (v. 470). Athènes, Musée archéologique national, MN 9683 (CC 1175). © PURH, © Fr. Lissarrague.

[Le fleuve Araxe, en réalité trois fleuves confondus en un par Hérodote, aboutit, pour un de ses quarante bras, à un pays de marécages et de lagunes] habités, dit-on, par des hommes qui vivent de poissons crus et s’habillent communément de peaux de phoques.
ἐν τοῖσι ἀνθρώπους κατοικῆσθαι λέγουσι ἰχθῦς ὠμοὺς σιτεομένους, ἐσθῆτι δὲ νομίζοντας χρᾶσθαι φωκέων δέρμασι (HDT I, 202).

On rapporte aussi que les premiers habitants de ces lieux étaient des autochtones, mais comme ils ne savaient pas encore comment coudre les vêtements, ils se fabriquaient une protection contre le froid au moyen de peaux non tannées de bêtes sauvages, tournant à l’extérieur la fourrure des peaux pour se donner belle apparence. Leur propre peau donc devait sentir aussi mauvais que les « cuirs ».
λέγεται δὲ καὶ ὡς οἱ πρῶτοι τῶν ἐνταῦθα ἀνθρώπων ἦσαν αὐτόχθονες, ἐσθῆτα δὲ οὐκ ἐπιστάμενοί πως ὑφαίνεσθαι σκέπην πρὸς τὸ ῥῖγος θηρίων δέρματα ἐποιοῦντο ἀδέψητα, τὸ δασὺ τῶν δερμάτων ἐς τὸ ἐκτὸς ὕπερ εὐπρεπείας τρέποντες· ἔμελλεν οὖν κατὰ τὸ αὐτὸ ταῖς βύρσαις καὶ ὁ χρώς σφισιν ἔσεσθαι δυσώδης (PAUS. X, 38).

  • 99 On parle de « cuir vert » ou « frais » quand il provient d’une bête récemment abattue sans avoir su (...)
  • 100 Sur στέρφος, voir A.RH. Arg. 4, 1348 (trois déesses, héroïnes tutélaires de la Libye [v. 1309] appa (...)
  • 101 Les différents objets réalisés en peau/cuir que sont la besace (πήρα), la bourse (κυνοῦχος), et la (...)

63La même utilisation de la peau verte99 se rencontre dans un cadre rustique de gens très démunis : Ulysse, déguisé par Athéna en mendiant, dort au sol sur une « peau de bovin non tannée », ἀδέψητος βοέη (Od. 20, 2-3 et 141-143) ; le pauvre hère Socharès, mort de faim sur un chemin, laisse comme dépouilles avec une besace, un bâton, une bourse vide et un bonnet, une gourde, « une peau de chèvre non tannée, toute durcie », ἀδέψητον ἀπεσκληρυμμένον αἰγὸς στέρφος100 (A.P. VI, 298, de Léonidas de Tarente, iiie siècle av. J.-C.)101.

64On la voit encore apparaître dans un contexte où, clairement, les individus veulent ou ont besoin d’utiliser cette peau immédiatement. Ainsi, il s’agit de se cacher sous ces peaux, sans souci de les garder longtemps (Od. 4, 436-437 et HDT II, 42) ; Héraclès veut disposer sur-le-champ de la protection de la peau de Némée qui est de toute façon indestructible, donc imputrescible (Ps.-THEOCR. XXV, 277-278).

  • 102 Faut-il voir dans les sakia que mentionne Xénophon des peaux non tannées que l’on nouait autour des (...)
  • 103 Voir infra p. 98-99 et n. 194.

65Enfin, Xénophon mentionne des objets liés à la protection de la personne (boucliers de fortune, chaussures)102 réalisés en peaux crues (ὠμός), fraîchement écorchées (νεόδαρτος), dans un contexte de guerre. Il peut s’agir de boucliers pris aux barbares, « couverts de cuir de bœuf non tanné, qui avait encore [son] poil », γέρρα ἔλαβον δασειῶν βοῶν ὠμοβόεια (XEN. An. IV, 7, 22). Mais l’urgence à fabriquer ces protections et le manque de moyens techniques pour mener à bien la transformation des peaux en cuir peut expliquer leur usage immédiat par les troupes grecques : ainsi, lorsque les soldats grecs, qui aperçoivent la mer au loin, apportent spontanément des pierres et forment un tertre, « ils y accumulent en tas des peaux de bœuf non tannées, des bâtons et les boucliers d’osier qu’ils avaient capturés », Ἐνταῦθα ἀνετίθεσαν δερμάτων πλῆθος ὠμοβοείων καὶ βακτηρίας καὶ αἰχμάλωτα γέρρα (XEN. An. IV, 7, 26) ; en plein hiver rigoureux, les troupes sont contraintes de se fabriquer des bottines de fortune, « chaussures grossières faites avec des peaux de bœufs récemment écorchés », καρβάτιναι πεποιημέναι ἐκ τῶν νεοδάρτων βοῶν (XEN. An. IV, 5, 14)103.

66Quelques auteurs mentionnent un simple séchage de la peau au soleil : l’adjectif αὖος qualifie alors la peau ayant subi cette seule action de l’air ambiant, et qui demeure par conséquent extrêmement fragile. La méthode est mentionnée par Hérodote en Égypte – région où la peau non traitée peut résister à un air suffisamment sec – lorsqu’il s’agit de fabriquer des hampes de javelot à base de peau d’hippopotame : « La peau [de l’hippopotame] est assez épaisse pour qu’on en fasse, lorsqu’elle est séchée, des hampes de javelot », Τὸ δέρμα δ’ αὐτοῦ οὕτω δή τι πάχυ ἐστι ὥστε αὔου γενομένου ξυστὰ ποιέεσθαι ἀκοντίων ἐξ αὐτοῦ (HDT II, 71). On rencontre le même type de séchage sommaire dans des contextes bucoliques et concernant des peaux exceptionnelles : Héraclès porte la « peau desséchée du lion » de Némée, σκύλος αὖον [...] λέοντος (Ps.-THEOCR. XXV, 142), et Hermès laisse se déshydrater à même une roche les peaux des bœufs d’Apollon : après avoir accompli le premier sacrifice de deux vaches du troupeau sacré d’Apollon, « il étendit les peaux sur une roche très sèche, si bien que maintenant encore elles subsistent depuis un nombre incalculable d’années », Ῥινοὺς δ’ ἐξετάνυσσε καταστυφέλῃ ἐνὶ πέτρῃ, | ὡς ἔτι νῦν τὰ μέτασσα πολυχρόνιοι πεφύασι (Hymn. Herm. I, 124-126).

  • 104 C’est le procédé d’échauffe naturelle, à un stade rudimentaire, non mentionné dans les sources grec (...)
  • 105 Mann 1962, p. 15-16.

67Idéalement pourtant, le séchage doit être rapide et effectué à l’ombre. En effet, s’il a lieu au soleil et lentement, la surface de la peau durcit et l’évaporation de l’eau cesse. Des bactéries se développent alors, les fibres du tissu du derme sont détruites et la peau est trouée. Le danger est toutefois moindre pour la peau des ovins car elle est plus fine et sèche plus vite. Ce principe de fermentation des peaux exposées à la chaleur humide peut, s’il est contrôlé, servir le dessein du travailleur de peaux, puisque la putréfaction desserre dans les premiers temps la racine des poils qu’il est alors plus facile d’enlever104. Un séchage excessif entraîne quant à lui un racornissement de la peau et l’apparition possible de taches grasses par diffusion de la graisse dans le derme105.

68On voit donc bien qu’à quelques exceptions près, empruntées au merveilleux littéraire ou expliquées par les circonstances qui pressent l’usager ou par le climat dans lequel elles apparaissent, les peaux devaient recevoir un minimum de traitement pour offrir un équipement viable, susceptible de protéger le corps ou de maintenir le pied efficacement et de durer.

Traitements des peaux : transformations

69Les théoriciens antiques de la technè le savent bien : du temps passe avant que l’habile artisan n’aboutisse à un produit fini de qualité. Un auteur hippocratique de la fin du ve siècle, qui reconnaît qu’un diagnostic ne s’établit pas dans la précipitation mais que le médecin, prudent, doit attendre, affirme par ailleurs que « dans tous les métiers qui sont actifs dans le domaine du visible et opèrent au moyen de matières faciles à retoucher – les uns opérant avec le bois, d’autres avec le cuir […] –, les travaux accomplis au moyen et à l’aide de ces matériaux, bien qu’ils puissent être facilement retouchés, ne sont pas accomplis pour autant plus rapidement qu’il ne convient, ni en sautant une étape, mais si un instrument fait défaut, ils s’interrompent. Or même dans ces métiers, la lenteur ne va pas dans le sens de l’intérêt ; pourtant, on la préfère », ὅσαι μετὰ τοῦ ὀφθῆναι ἐνεργοὶ καὶ τοῖσιν εὐεπανορθώτοισι σώμασι δημιουργεῦνται, αἱ μὲν μετὰ ξύλων, αἱ δὲ μετὰ σκυτέων [...], τὰ δ’ἐκ τούτων καὶ μετὰ τούτων δημιουργεύμενα, καὶ εὐεπανόρθωτα, ὅμως οὐ τῷ τάχει μᾶλλον ἢ ὡς δεῖ δημιουργεῖται, οὐδ’ ὑπερβατῶς, ἀλλ’, ἢν ἀπῇ τι τῶν ὀργάνων, ἐλινύει· καίτοι κἀκείνῃσι τὸ βραδὺ πρὸς τὸ λυσιτελέον ἀσύμφορον· ἀλλ’ ὅμως προτιμᾶται (HIPPO. VI, 23 (Litt.) = De l’art XI, 7). Le processus de transformation des peaux en cuir exige en effet de respecter un certain nombre d’étapes et une certaine durée, du moins si l’on veut obtenir un matériau de qualité satisfaisante.

  • 106 Sur ces points, voir Bruneau, Balut 1997, p. 146, § 145.

70Signalons toutefois que si nous présentons ici ces étapes dans l’ordre chronologique de leur déroulement, par « phases opératoires », nous ne perdons pas de vue qu’il s’agit d’une facilité rhétorique et que techniquement, « la fabrication n’a rien à voir avec la succession des étapes de l’exécution ». Si le temps est un facteur essentiel dans le traitement des peaux, comme nous le rappelions à l’instant avec l’auteur hippocratique, que la transformation de la matière peau en matériau cuir ne s’opère que dans une certaine durée (en raison de « propriétés transformationnelles »), la fabrication consiste à analyser réciproquement, d’un bout à l’autre de la chaîne opératoire, les moyens et les fins. Par exemple, on fabriquera une semelle de chaussure avec du cuir de bœuf parce que le derme du bœuf combiné à un tannage végétal plus puissant (précisément parce que le derme est plus épais et le supportera mieux), qui tannera et colorera par la même occasion la peau, permet d’obtenir un matériau très solide et que c’est le critère qu’on aura choisi ici. La déconstruction de la fabrication en autant d’étapes dans les pages qui suivent n’est pas une construction rationnelle de la fabrication, l’analyse de la production des qualités du matériau hors de la performance106.

71La différence entre la peau, matière initiale, et le cuir, matériau recherché, consiste en trois points.

72La peau est putrescible : dès la mort de l’animal commence le processus naturel de putréfaction. Il va s’agir de faire cesser ce phénomène de différentes façons, mécaniques et chimiques.

73La peau est molle, sans tenue lorsqu’elle n’est plus tendue par le squelette, puis en séchant, elle se racornit, se déforme. Il va s’agir de produire un matériau qui acquière à la fois de la souplesse et de la résistance pour produire des objets morphologiquement et physiologiquement « stables ».

74Enfin, la peau arrachée, exsangue, n’est pas à proprement parler colorée, elle noircit progressivement en pourrissant. Au contraire, au cours de sa transformation, la peau se colore, en raison de la modification de ses qualités physiologiques ou sous l’effet de produits, les pharmaka, soit que les tanins vont avoir cette action simultanément à celle du tannage, soit que des produits destinés à teindre uniquement seront utilisés.

Arrêter la putréfaction naturelle de la peau

75Nous ne sommes pas renseignés pour le monde grec sur les mesures suivantes, idéalement toutes réunies, qui visent à éviter une putréfaction rapide de la peau et sa dégradation immédiatement après le dépeçage : prise en compte de l’environnement extérieur, notamment de la température (il vaut mieux éviter les grandes chaleurs) ; rafraîchissement des peaux à l’eau courante ; stockage des peaux dans un lieu qui ne soit pas trop humide (pour éviter tout risque de moisissures) ; prise de mesures sanitaires pour éviter les parasites.

Préparation : gestes et outils

76En revanche, les textes littéraires et épigraphiques sont témoins des opérations qui consistent à ôter les parties putrescibles, la chair, la graisse, les poils, soit les opérations de lavage, d’écharnage et de dépilage. Ils nous renseignent également sur certains outils adaptés à ces tâches.

  • 107 Pour ce lexique spécialisé emprunté à la tannerie moderne, voir Leguilloux 2004a, p. 22-23 ; 2006, (...)
  • 108 Textes et commentaire sur ces deux inscriptions infra p. 179-181.

77De rares passages font état de l’existence d’une phase de nettoyage, bien qu’un seul précise que le matériau lavé est bien la peau animale. Une inscription attique du milieu du ive siècle av. J.-C. (IG II2 2934) mentionne quant à elle une association d’hommes et de femmes libres et d’esclaves « laveurs » qui offrent une stèle à relief dans un sanctuaire proche de l’Ilissos, sans autre précision concernant l’objet de leur soin. À supposer qu’il s’agisse bien de peaux fraîches, la durée ni l’équipement n’étant mentionnés ici, il est impossible de dire si l’on procédait alors à leur simple lavage à l’eau courante (« travail de rivière ») ou à un bain prolongé de ces peaux dans une eau claire pour leur redonner de la souplesse (« reverdissage ») et éliminer les poils et chairs résiduels (« trempe »)107. Un rapprochement entre cette inscription et la loi sacrée de l’Ilissos, qui interdit de rejeter des déchets en amont du sanctuaire d’Héraclès (IG I3 257, vers 440-420), permet d’émettre l’hypothèse de la localisation d’un travail de lavage simple à l’eau courante de peaux ou de trempe aux abords de ce fleuve, mais c’est là privilégier l’identification de l’objet du soin des laveurs à des peaux, que rien ne permet d’assurer108.

  • 109 Pour le sens de νακοδέψαι, voir infra p. 171. La forme nominale apparaît ailleurs mais désigne le p (...)

78Enfin, un passage du traité hippocratique Régimes, rédigé vers 400, offre une série de comparaisons entre l’intervention des médecins et différentes techniques artisanales. On y trouve, outre les gestes consistant à « presser » puis « peigner » – vraisemblablement plusieurs fois de suite – les poils, peut-être à différents stades du traitement (lavage, mais aussi graissage et teinture), l’attestation unique, sous forme verbale, du peigne du pelletier109, utilisé pour débarrasser les poils des viscosités qui y adhèrent : « les fourreurs étendent, pressent, peignent, lavent », νακοδέψαι τείνουσι, τρίβουσι, κτενίζουσι, πλύνουσι (HIPPO. Rég. I, 19, 1).

  • 110 Les traités modernes les plus précis distinguent, dans les méthodes artisanales de fabrication du c (...)
  • 111 Gansser 1951, p. 1161. L’auteur ajoute deux exemples d’utilisation d’os pour le dépouillage : les c (...)

79Hérodote, dans le livre IV de l’Enquête relatif aux coutumes des Scythes, qui retirent la peau des têtes de leurs ennemis, note l’utilisation d’un outil pour pratiquer l’écharnage110 des peaux humaines : « il racle ensuite la chair avec une côte de bœuf », σαρκίσας βοὸς πλευρῇ (HDT IV, 64). L’objet, pour le moins rudimentaire, est néanmoins choisi pour trois raisons, ce qui lui donne le statut d’outil : il est incurvé et creux, ce qui facilite l’arrachage et le recueillement des graisses et chairs collées à la peau ; il est solide. Qui plus est, la matière osseuse est particulièrement appropriée dans ce type d’opération car elle n’abîme pas la peau, comme risquerait de le faire une lame au fil trop tranchant111.

  • 112 Cette double lecture se trouve toute résumée dans la formulation de la Sch. Pl. 166e (manuscrit Par (...)
  • 113 Sch. Pl. 166a [rec] : κναφεύει· διὰ τοῦ κνάφου τὰ ἱμάτια καλλωπίζει. ἔστι δὲ κνάφος εἶδος ἀκάνθης, (...)
  • 114 Sch. Pl. 166b [rec] : γναφάλα· τὰ ἀποξύσματα τῶν δερματίων, « gnaphala : les raclures de petites pe (...)
  • 115 HIPPO. Rég. I, 14, 1 : « Les foulons opèrent ainsi : ils foulent, frappent, tirent ; en maltraitant (...)
  • 116 Cette scholie explique qu’il s’agit d’une variation phonétique et orthographique diachronique du mo (...)
  • 117 Rizopoulou-Egoumenidou 2009, p. 14 (avec références aux dictionnaires consultés) : le grec démotiqu (...)

80On doit en revanche écarter la mauvaise lecture que font les scholiastes d’un passage d’Aristophane. En effet, dans la liste des métiers du Ploutos, Carion mentionne, outre un cordonnier et un tanneur, un homme qui « est foulon », ὁ δὲ κναφεύει (AR., Pl. 166). Du fait de la varia lectio γναφεύει, les scholiastes n’ont cessé de proposer, à tort, deux interprétations du geste dont parle le dramaturge112 : « carder des manteaux de laine » pour les uns, qui glosent le terme κναφεύει113, ou « racler les peaux » pour les autres, qui retiennent la leçon γναφεύει114. Pourtant, à l’époque classique, le terme γναφεῖς renvoie sans équivoque aux foulons115. Cette distinction sémantique fautive, du reste dénoncée par une scholie ancienne116, mérite toutefois de retenir notre attention au sein de notre enquête philologique en ce qu’elle se retrouve dans la langue grecque spécialisée d’aujourd’hui117.

  • 118 Voir infra p. 38.
  • 119 Voir le commentaire dans l’édition de V.J. Matthews, p. 263, qui reprend la suggestion de Wyss selo (...)

81Le dépilage pouvait être facilité par une putréfaction contrôlée des peaux empilées les unes sur les autres (« échauffe naturelle »), dont nous avons peut-être une allusion dans un passage de Nicandre de Colophon (milieu du iie siècle av. J.-C.) cité plus bas118 ; par fumage, pratiqué au moins dès l’époque classique si l’on en croit Hésychius, qui glose ainsi le surnom attribué à Cléon : bursokappos, « celui qui fait fumer les cuirs », βυρσόκαππον· τὸν Κλέωνα (HESYCH. s.v.). Il mentionne également le terme πυρώλοφοι pour désigner des « courroies coupées dans des cuirs séchés au feu », ἱμάντες οἱ παρ’ὀπτηθεισῶν βυρσῶν τεμνόμενοι, ce que Photius, reprend, sous une forme proche πυρσολόφους empruntée à Antimaque de Colophon (né au milieu du ve siècle, floruit v. 404 av. J.-C., fr. 95 Matth. = fr. 83 Wyss)119 et en des termes similaires (PHOT. s.v. : πυρσολόφους· τοὺς ἐκ παροπτηθεισῶν βυρσῶν ἱμάντας τεμνομένους). Hésychius donne encore les leçons πυρσολεῖφοι ou πυρσόλειφθοι, « dépilés sous l’action du feu », ὑπὸ πυρὸς μεμαδισμένοι (HESYCH. s.v. πυρσολεῖφοι).

  • 120 Pline mentionne comme autre dépilatoire le suc laiteux de figue (fici sucus lacteus […] pilos detra (...)
  • 121 Gansser 1951, p. 1160.
  • 122 Les termes « plamage » et « plamer », auxquels recourt Faber 1948, p. 646 lorsqu’il mentionne les b (...)

82L’échauffe artificielle permet l’élimination des poils par traitement chimique. Théophraste et Dioscoride préconisent l’utilisation du fruit de la vigne sauvage ou bryone, dans des passages de nature cosmétologique : « comme drogue échauffante et âcre, il y encore la racine de la “vigne sauvage” (τῆς ἀμπέλου τῆς ἀγρίας ἡ ῥίζα), utilisée par conséquent comme dépilatoire et pour éliminer les taches de rousseur ; le fruit sert à dépiler les peaux », τῷ δὲ καρπῷ ψιλοῦσι τὰ δέρματα (THEOPH. Pl. IX, 20, 3) ; la vigne sauvage (ἄμπελος ἀγρία) « a un fruit en forme de grappe, rouge feu, grâce auquel on dépile les peaux », καρπὸν δὲ ἔχει βοτρυώδη, πυρρόν, ᾧ ψιλοῦται τὰ δέρματα (DIOSC. IV, 182). Pline, qui ici ne rejoint pas les botanistes grecs120, mentionne l’urine – qui exerce une action assouplissante sur les peaux fines121 – ou les feuilles de mûrier détrempées dans l’urine122 : « d’autres préfèrent le résidu de la boisson de l’homme, après qu’on a fait macérer les poils dans les ateliers de tanneurs [des cuirs] », alii praeferunt potus hominum in coriariorum [coriorum dans les manuscrits] officinis pilo madefacto (PLIN. XVII, 51) ; « les feuilles de mûrier, détrempées dans de l’urine, enlèvent les poils des peaux », folia mori in urina madefacta pilum coriis detrahunt (PLIN. XXIII, 140).

  • 123 Si du moins on suit avec les éditeurs du texte la leçon de la Souda qui donne cet hapax (s.v. κυνοῦ (...)

83Pour débarrasser la peau des derniers résidus du pelage, copeaux de chair et tissus adipeux, on lui faisait subir un traitement mécanique consistant à la racler : une scholie d’Aristophane nous renseigne sur l’action d’« enlever les poils des peaux en les frottant », τῶν δερμάτων ἀπομαδίζειν τὰς τρίχας (Sch. Cav. 373 [vet]). La peau devait alors être tendue sur un chevalet ou posée à plat. On recourait pour cela à un racloir métallique, auquel fait peut-être allusion un passage de Léonidas de Tarente (A.P. VI, 298, 3, du iiie siècle av. J.-C.) où la gourde (ὄλπη) d’un vagabond, vêtu du reste d’une simple peau de chèvre non tannée (ἀδέψητον αἰγὸς στέρφος), est qualifiée de ἀστλέγγιστον, « non raclée par le strigile »123. Le terme στλεγγίς pourrait ici désigner le racloir du tanneur, bien que l’association des deux instruments, gourde de cuir et strigile, soit habituelle dans le monde du gymnase (on les voit souvent représentés sur les vases suspendus dans le champ, attachés par une courroie) et puisse signifier simplement que l’homme n’a jamais fréquenté ce lieu.

  • 124 Crugnola 1971, scholie 423a.
  • 125 Le tranchet ou tranchant est étudié dans la partie relative aux outils du cordonnier, infra p. 47 e (...)
  • 126 Delort 1986, p. 66, précise toutefois que, à la fin du Moyen Âge, l’écharnage définitif pouvait se (...)

84Plus sûrement, on connaît par Nicandre le terme ἄρβηλος pour désigner la lame utilisée comme racloir (plutôt que comme couperet) : dans sa présentation de l’animal mythique nommé chêneau ou chélydre (δρυΐνας/χέλυδρος) qui vit dans les chênes ou les vélanis et ressemble à une hydre, l’auteur précise que « de sa peau s’élève une haleine odieuse, tout comme sur les flasques dépouilles et les cuirs des chevaux, quand pourrissent les déchets que raclent les arbêloi (racloirs) », τό δ’ ἀπὸ χροὸς ἐχθρὸν ἄηται, | οἷον ὅτε πλαδόωντα περὶ σκύλα καὶ δέρε’ ἵππων | γναπτόμενοι μυδόωσιν ὑπ’ ἀρβήλοισι λάθαργοι (NIC. Thér. 421-423). Le sens en est assuré par une scholie et par Hésychius : « on nomme arbêloi les instruments de fer arrondis, dont se servent les cordonniers pour couper et racler les peaux », ἄρβηλοι δὲ λέγονται τὰ κυκλοτερῆ σιδήρια, οἷς οἱ σκυτοτόμοι τέμνουσι καὶ ξέουσι τὰ δέρματα124 ; « an-arbêla : “ce qui n’a pas été raclé” : c’est au moyen d’arbêloi en effet qu’on racle des peaux », ἀνάρβηλα· τὰ μὴ ἐξεσμένα, ἀρβήλοις γὰρ τὰ δέρματα <ξέουσι> (HESYCH. s.v. ἀνάρβηλα). On notera toutefois chez le scholiaste la confusion entre deux instruments différents, le tranchet125 à lame effilée, qui sert à couper, et le racloir à lame émoussée, qui « accroche » le poil126.

  • 127 Crugnola 1971, ibid.
  • 128 Hésychius définit les lathargoi aussi comme des « vers » (σκώληκες). Ce terme technique n’a pas d’o (...)

85On notera en outre dans le précédent passage de Nicandre une possible allusion à l’échauffe naturelle, consistant à laisser pourrir sous contrôle les peaux pour faciliter l’enlèvement des poils ; mais surtout, l’emploi du terme λάθαργοι pour nommer avec précision les petits copeaux de cuir occasionnés par le passage du racloir, terme qu’on retrouve à nouveau chez le scholiaste et chez Hésychius définis comme « les membranes (pellicules) et raclures des peaux », λάθαργοι δέ, οἱ ὑμένες καὶ τὰ ξύσματα τῶν δερμάτων127, et « les parties raclées provenant de la peau sous l’action des racloirs », λάθαργοι·[...] τὰ ξυόμενα ἀπὸ τῆς βύρσης ὑπὸ τῶν ἀρβήλων (HESYCH. s.v.)128.

  • 129 Cf. Taillardat 1965, p. 347, § 595.
  • 130 Halm-Tisserant 1998, p. 35 et n. 112, avec renvoi à Burford 1972, p. 50-51.
  • 131 Voir Faber 1948, p. 646.
  • 132 Il y a peut-être une métaphore obscène ici, que ne relève pas J. Taillardat, vu que πάτταλος désign (...)
  • 133 Cf. Taillardat 1965, p. 347, n. 6. Voir encore : « c’est au sol après les avoir chevillées qu’ils é (...)
  • 134 C’est l’hypothèse qu’émet déjà Lafargue 2009, p. 193, n. 18 (= Lafargue 2013, p. 245, n. 19) : l’au (...)

86Certains textes mentionnent en outre les outils pour l’étendage des peaux, utilisables à différents moments de leur préparation (raclage, séchage). Dans les Cavaliers d’Aristophane, le Paphlagonien menace le Charcutier en ces mots : « ton cuir sera mis au chevalet », ἡ βύρσα σου θρανεύσεται (AR. Cav. 369). Une scholie de ce passage nous offre le nom de l’engin en question et sa brève description : « un thranos est en effet un support de bois pliant, où l’on étend les peaux », θράνος γὰρ τὸ ὑποπόδιον, ὅπου τὰ δέρματα ἐκτείνεται (Sch. Cav. 369a (I) [vet])129. Il pouvait s’agir d’un établi, constitué parfois simplement d’un tronc oblique, sur lequel l’artisan travaillait à califourchon130. Il semble, apprend-on avec l’injure suivante, qu’on procédait aussi au raclage des peaux, côté chair, au moyen d’un écharnoir, en les maintenant tendues au sol par des pieux, comme alternative au chevalet131 : « je te rétalerai à terre avec des chevilles », διαπατταλευθήσει χαμαί (AR. Cav. 371)132. Le geste est précisé par une autre scholie : « lorsqu’on étend les peaux sur le sol, afin qu’elles ne se rétractent pas ni ne se replient sous l’effet de la chaleur du soleil, on les tend au moyen de chevilles enfoncées à leurs extrémités », τὰς γὰρ βύρσας ἐκτείνοντες ἐπί τῆς γῆς, ἵνα μὴ συνάγοιντο καὶ συστέλλοιντο ἐκ τῆς τοῦ ἡλίου καύσεως, κατὰ τὰ ἄκρα παττάλοις κατακρούοντες ἐκτείνουσιν (Sch. Cav. 371a (I) [vet])133. En revanche, l’image utilisée dans un autre vers des Cavaliers lorsque le Paphlagonien prétend connaître « toutes les pièces chevillées et ajustées ensemble » de la machination ourdie contre lui, γομφούμεν’αὐτὰ πάντα καὶ κολλώμενα (AR. Cav. 462-463), n’est pas, à notre avis, une allusion au chevillage des peaux, mais relève du domaine de la construction de navires134.

87Hérodote mentionnait déjà de telles pratiques d’étendage chez les Scythes qui dépècent leurs ennemis : « beaucoup écorchent même des hommes tout entiers, étendent les peaux sur des morceaux de bois et les promènent à cheval », ὅλους ἄνδρας ἐκδείραντες […] διατείναντες ἐπὶ ξύλων (HDT IV, 64). Il est évident qu’il n’est pas question ici d’un procédé intégré dans une chaîne opératoire visant à fabriquer du cuir à partir de peaux humaines, mais on peut s’interroger sur l’objectif d’un tel étendage : s’agissait-il simplement de fabriquer un trophée provisoire ? Les Scythes cherchaient-ils à faire sécher ces dépouilles ennemies pour les conserver un certain temps ?

  • 135 Nous rendons par l’idée d’étendage le sens du préverbe dans διαπατταλεύω, « clouer en écartant les (...)

88C’est encore une peau humaine qu’on étend – à moins qu’on ne la suspende – dans le témoignage de Plutarque, lorsqu’il donne le récit de la vengeance de Parysatis contre l’eunuque du roi Masabatès qui a coupé la tête et les mains de Cyrus : elle le gagna, dit-il, au jeu de dés, puis « le livra aux bourreaux en leur ordonnant de l’écorcher vif, de fixer son corps en travers sur trois pieux, et d’étendre au moyen de clous135 sa peau à part », ἐγχειρίσασα τοῖς ἐπὶ τῶν τιμωριῶν προσέταξεν ἐκδεῖραι ζῶντα, καὶ τὸ μὲν σῶμα πλάγιον διὰ τριῶν σταυρῶν ἀναπῆξαι, τὸ δὲ δέρμα χωρὶς διαπατταλεῦσαι (PLUT. Arta. 17).

Traitements : pseudo-tannage

89Une fois la peau apprêtée, il faut veiller à ce qu’elle ne pourrisse pas. Or, en Grèce, contrairement aux régions semi-désertiques, l’air n’est pas suffisant sec pour assurer sans aucun traitement son imputrescibilité. Il faut donc chercher à fixer la structure du derme sans la modifier ; pour cela, différents procédés sont possibles et attestés : le fumage, le graissage, le salage et le tannage proprement dit (végétal).

  • 136 Gansser 1951, p. 1167.
  • 137 Chahine 2002, p. 21 : on applique l’huile avant ou après l’action de la fumée de feux de bois. Les (...)

90Le fumage des peaux, évoqué plus haut pour le dépilage, est également un moyen de les conserver puisqu’il occasionne une combustion lente des matières organiques et qu’il se forme alors par distillation sèche des produits goudronnés et des aldéhydes qui exercent un effet tannant et préservant136 ; le procédé pouvait entrer en combinaison avec l’huile137.

  • 138 Cf. Gansser 1951, p. 1157 : « c’est ainsi que l’on prépare les peaux de tambour, les lanières de cu (...)

91En traitant la peau à l’huile ou avec une graisse animale, en la soumettant au pilonnage (ou martelage) et en l’étirant pour une meilleure pénétration du corps gras dans les pores, on peut lui procurer les qualités du cuir que sont l’imputrescibilité et l’imperméabilité, bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un tannage mais d’un procédé de conservation138.

92L’auteur de l’Iliade, en fin observateur des pratiques du quotidien, nous renseigne sur l’opération de tannage par un produit gras (aloiphê), dans une comparaison entre la peau étirée de tous côtés pour être tendue et le corps de Patrocle que les deux camps, Troyens et Grecs, se disputent en le tirant :

  • 139 Le scholiaste explique ce geste par le fait qu’« ils n’étalaient pas encore par des chevilles les p (...)

On voit parfois un homme donner à tendre à ses gens la peau d’un grand taureau, tout imbibée d’aloiphê. Ils la prennent et s’écartent, en faisant cercle pour la tendre. Aussitôt l’humidité sort ; l’aloiphê pénètre d’autant mieux qu’il y a plus d’hommes à tirer139, et la peau se distend en tous sens.
Ὡς δ’ ὅτ’ ἀνὴρ ταύροιο βοὸς μεγάλοιο βοείην | λαοῖσιν δώῃ τανύειν, μεθύουσαν ἀλοιφῇ· | δεξάμενοι δ’ἄρα τοί γε διαστάντες τανύουσι | κυκλόσ’, ἄφαρ δέ τε ἰκμὰς ἔβη, δύνει δέ τ’ἀλοιφὴ | πολλῶν ἑλκόντων, τάνυται δέ τε πᾶσα διὰ πρό (Il. 17, 389-393).

  • 140 C’est ici le premier emploi du mot, qui désigne ailleurs toute espèce de sécrétion organique, voire (...)
  • 141 Il. 9, 208 : Patrocle pose sur un billot « un dos de brebis, un autre de chèvre grasse et l’échine (...)
  • 142 IG II2 1627, l. 313-317 : ὑπαλοιφὴ ἐμ φιδακνίωι | μέλαινα· ἑτέρα ἐν ἀμφορεῖ | μέλαινα· ἑτέρα λευκὴ (...)
  • 143 Il semble qu’un revêtement de poix était appliqué avant chaque navigation (AR. Ach. 189-190 : une t (...)
  • 144 HIPPON. Iamb. fr. 51 (Masson 1962) = fr. 46 Diels3 : ἔπειτα μάλθῃ τὴν τρόπιν παραχρίσας, « puis qu’ (...)

93Si cette description d’un geste technique ne laisse aucune ambiguïté quant au but de l’action mécanique consistant à tirer la peau pour permettre d’expulser l’humidité organique qu’elle contient (désignée par le terme ἰκμὰς140), la nature exacte de la substance qui l’imprègne, l’aloiphê – dont le sens premier est « onguent » – n’est pas assurée. Les scholiastes de ce passage y voient de l’huile : « la peau <est> imprégnée d’huile. Grâce à elle, les parties desséchées, amollies, se relâchent », δορὰν […] ἥτις πολλὴν ἐπίδοσιν ποιεῖται, καὶ ἐλαίῳ διάβροχον · τουτῷ γὰρ μαλαττόμενα τὰ κατεσκληκότα ἀνεῖται (Sch. Il. P389-393, n. 96). La Souda conserve au terme son caractère générique : il s’agit d’un « corps gras » (ἀλοίφη· τὸ λίπος) indéterminé. Mais chez Homère même, l’aloiphê désigne ailleurs de la graisse de porc141, et une inscription de 330 av. J.-C., qui établit la liste de marchandises pour bateaux142, donne un produit nommé hypaloiphê pour en enduire les coques : cet « enduit extérieur » existe, apprend-on, en deux variétés : blanche ou noire. Si l’enduit noir doit correspondre à la poix143, l’hypaloiphê blanche devait être une espèce de goudron fait de cire et de poix, qu’Hipponax mentionne peut-être lorsqu’il évoque la malthê pour le cirage de la quille144.

94Un autre exemple du procédé de graissage des peaux se lit des siècles plus tard chez Lucien, à l’occasion d’une comparaison entre la peau vivante humaine et la peau imprégnée d’huile (elaion) en vue de préparer un cuir résistant, car souple et non cassant :

Quant aux corps, [...] nous les frottons d’huile et nous les frictionnons, afin de mieux tendre les muscles. Il serait, en effet, absurde de croire que des peaux amollies par l’huile deviennent plus difficiles à rompre et capables de résister plus longtemps, quoique déjà mortes, et qu’un corps, où circule la vie, ne retirera pas encore plus d’avantage de la même onction.
Τὰ δὲ δὴ σώματα [...] χρίομεν ἐλαίῳ καὶ καταμαλάττομεν, ὡς εὐτονώτερα γίγνοιτο · ἄτοπον γάρ, εἰ τὰ μὲν σκύτη νομίζομεν ὑπὸ τῷ ἐλαίῳ μαλαττόμενα δυσραγέστερα καὶ πολλῷ διαρκέστερα γίγνεσθαι νεκρά γε ἤδη ὄντα, τὸ δ’ ἔτι ζωῆς μετέχον σῶμα μὴ ἂν ἄμεινον ἡγοίμεθα ὑπὸ τοῦ ἐλαίου διατεθήσεσθαι (LUC. Anach. 24).

  • 145 HDT II, 86 et 90. Certes, la momification n’est pas une opération de tannage à proprement parler ma (...)
  • 146 Leguilloux 2004a, p. 34.
  • 147 La technique existe au moins au iie siècle puisque des outres en peaux de chèvres conservant sur le (...)

95Une des préparations les plus rapides et les plus économiques des peaux peut consister à simplement les saler, pour à la fois les nettoyer et les conserver : le sel, par son action déshydratante, referme les pores de la peau. Les vertus du sel pour empêcher la putréfaction des chairs et de la peau sont par ailleurs signalées par Hérodote lorsqu’il décrit l’embaumement en Égypte, plus précisément une de ses phases qui consiste à plonger le corps dans le natron, désigné par le verbe ταριχεύω : « rendre imputrescible par assèchement au sel145 ». Toutefois, les peaux passées au sel « ont une durée de vie restreinte et doivent être utilisées à l’abri des intempéries146 ». Marion Labat, lorsqu’elle décrit la fabrication des outres en Afrique du Nord, précise qu’après avoir dépouillé l’animal, on sale l’extérieur des peaux, on retourne les poils vers l’intérieur. Elles sont frottées pour en enlever les petits morceaux de chair collés, puis mises à sécher au soleil, sans avoir été lavées ni rincées. Au bout de deux à trois jours, au cours desquels les peaux sont retournées régulièrement pour éviter les moisissures, on les retrousse pour mettre les poils à l’extérieur, puis on les nettoie. Notre corpus comprend une attestation « d’outres », probablement en peaux de chèvres, « tondues par un barbier (koureus) », κουρεῖ τῶι τοὺς ἀσκοὺς κείραντ[ι] (PCZ IV, 59780, l. 3-4). Après séchage, on en referme les orifices (pattes lorsqu’elles ont été enlevées, orifice anal, cou), en les ficelant ou en les cousant (fig. 5). On ne peut affirmer que les techniques sont absolument identiques du temps d’Aristophane147, mais on remarquera que ce procédé de salage des peaux est nommé sous forme d’une insulte adressée par Strepsiade, qui lance à son créancier que « nettoyé au sel, il servirait bien celui-là », ἁλσὶν διασμηχθεὶς ὄναιτ’ἂν οὑτοσί (AR. Nu. 1237). Il faut comprendre que l’homme pourrait servir d’outre, une fois sa peau passée au sel pour la rendre imputrescible. Une scholie l’explique : « ayant été nettoyé » (hapax) « on emploie l’expression pour une céramique ou pour une outre, qui gagnent en qualité quand on les frotte avec du sel », διασμηχθεὶς· ὡς ἐπὶ κεράμου ἢ ἀσκοῦ τὸν λόγον ποεῖται, οἵτινες σμηχόμενοι ἀλσί βελτίονες γίνονται (Sch. Nu. 1237eβ [vet]). La Souda glose ainsi : « il raille cet homme qui a le “cuir épais” [i.e. qui est grossier] : celles des peaux qui sont épaisses du fait de la graisse deviennent plus larges une fois amollies par le sel », ὡς παχύδερμον αὐτὸν χλευάζει· τὰ γὰρ παχέα ὑπὸ πιμελῆς τῶν δερμάτων ἁλσὶ μαλαττόμενα εὐρύτερα γίνεται (Souda s.v. ἁλσὶν).

Fig. 5 - Les différents types d’outres réalisées en peau de chèvre, d’après les modèles figurant dans les représentations grecques antiques. Repris à M. Labat (1998). © B. Dercy (2014).

  • 148 Moinier 2012, p. 117.

96On peut par ailleurs supposer que les bergers grecs, soucieux de fabriquer un objet banal dans un délai assez court et avec peu de moyens, adoptaient couramment ce traitement. On estime qu’il faut trois kilos de sel pour tanner une peau de chèvre, soit un pourcentage de 35 à 45 % en poids des peaux vertes148.

Traitements : tannage végétal

  • 149 Voir Van Driel-Murray 2008, p. 252. La terminologie anglaise à deux termes, « curing » et « taning  (...)
  • 150 Leguilloux 2004a, p. 30.

97Le tannage proprement dit, seul capable de procurer au cuir une résistance à l’eau et aux bactéries149, consiste à tremper les peaux dans plusieurs bains successifs d’eau et de produits tannants – le tanin est « un principe à réaction légèrement acide, soluble dans l’eau, astringent150 » ; l’eau permet la combinaison du tan avec les fibres de collagène du derme. Le dosage de ces pharmaka doit être pensé en fonction du derme à traiter : une peau de bovin supporte un bain à forte concentration de tanin, contrairement à une peau d’ovin. Concernant les fourrures, nos sources sont presque muettes. Idéalement, après avoir dégraissé le pelage (à l’urine par exemple), on doit le fixer en l’imbibant de saumure et le laisser sécher. Il n’y a en aucun cas de tannage dans des bains de tanins végétaux, trop agressifs.

98Les Anciens regroupent les agents chimiques sous le terme de pharmaka et opèrent parfois des distinctions entre les opérations de tannage (recourant à l’expression vague ἐς τὰ δέρματα) et de teinture (avec le terme βάπτουσι), alors que les deux processus sont simultanés avec les tanins tinctoriaux. Les peaux sont immergées dans des bains et battues pour une meilleure imprégnation des produits, ou au contraire pour les extraire du cuir en cours ou en fin de traitement, si l’on en croit des textes, certes tardifs, commentant les Cavaliers d’Aristophane :

[Les tanneurs] avaient l’habitude de battre les cuirs avec des morceaux de bois afin de les attendrir ; selon d’autres, afin d’en extraire facilement le produit.
τὰς βύρσας ξύλοις τύπτειν εἰώθασιν, ἵνα ἁπαλαὶ ὦσιν. ἔνιοι δὲ ἵνα διαλάβοιεν εὐχερῶς τοῦ φαρμάκου (Sch. Cav. 369a (II) [vet]).

  • 151 À propos des injures contre Cléon le tanneur en Cav. 196 et 203. Passage ambigu : nous comprenons ἵ (...)

Cela signifie « sentir mauvais », du fait de tremper les peaux et de les laisser un nombre relativement important de jours [immergées] dans un produit afin d’en extraire l’odeur de l’eau et des peaux souillées.
σημαίνει δὲ τὸ ἐκ τοῦ ἐμβρέχειν τὰ δέρματα καί πλείοσιν ἡμέραις ἐᾶν αὐτὰ εἰς τὸ φάρμακον ἵνα διαλάβοιεν ἀπὸ τῆς ὀσμῆς τοῦ ὕδατος καὶ τῶν δερμάτων μολυνομένων ἄχαρι ὀδωδέναι (Souda s.v. βυρσαίετος)151.

  • 152 Voir infra p 178-179.
  • 153 Voir la tombe de Rekhmirê, dans Leguilloux 2004a, p. 55 ; 2006, p. 14, fig. 4.

99Si le premier de ces textes mentionne des « morceaux de bois », ξύλα, vraisemblablement des rondins ou massues, pour battre (τύπτειν) les peaux, ni les sources iconographiques ni les vestiges grecs n’ont laissé la trace de conteneurs, baquets en bois ou cuves maçonnées152. On ne peut exclure par ailleurs que des pithoi aient servi à cette fin : l’usage de grandes jarres est déjà connu au milieu xve siècle av. J.-C. en Égypte pharaonique153.

  • 154 THEOPH. Pl. IV, 2, 8 : ἄκανθα, acacia = Acacia nilotica [L.] Willd, produit tannant déjà bien connu (...)
  • 155 Respectivement : THEOPH. Pl. III, 8, 6 et IV, 2, 8 (galle du chêne domestique, ἡμερίς) ; III, 18, 5 (...)
  • 156 HDT IV, 189 (ἐρευθέδανον, garance) ; DIOSC. III, 143 (ἐρυθρόδανον ἢ ἐρευθέδανον· ἔνιοι δὲ τεύθριον (...)

100Au nombre de ces pharmaka, Théophraste mentionne l’acacia154, la noix de galle, le sumac ; Hippocrate, Dioscoride, Pline et Galien citent également le sumac ; Pline ajoute à l’acacia et à la noix de galle, qu’il connaît aussi, la grenade155. Enfin, pour Dioscoride et Pline, la garance rougit les cuirs, ainsi que le notait déjà Hérodote ou comme en témoigne une lettre des archives de Zénon156.

  • 157 Leguilloux 2004a, p. 28-29.
  • 158 THEOPH. Pl. III, 14, 3 (κλήθρα, aulne) ; III, 9, 1 (παραλία, pin « maritime », en réalité P. halepe (...)
  • 159 PLIN. XXIV, 175 (notia « très connue des corroyeurs sous des noms divers ») ; selon H. Le Bonniec, (...)

101Les tanins dits « neutres » « permettaient de conserver au cuir sa couleur naturelle ou de lui donner une coloration très pâle. Ce sont souvent des écorces d’arbres : de chêne, de pin, d’aulne, la vigne sauvage et la notia, plante qui n’est pas identifiée157 ». Théophraste connaît les vertus de l’aulne et du pin d’Alep (qu’il nomme « pin maritime158 »), Pline celles de la notia et des vignes blanche et sauvage (Annexe 1)159.

  • 160 Wissa 2006, p. 285-286.
  • 161 Van Driel-Murray 2002, où l’auteur défend l’idée que la technologie de tannage végétal d’origine a (...)

102Les différences existant d’un auteur à l’autre dans la liste des tanins et de leurs effets, le manque de précision lexicale dans la description de ces effets par les auteurs Grecs donnent l’impression que la sélection des produits s’est faite de manière très empirique160 et montrent assez bien les limites des écrivains botanistes dans l’identification de la nature exacte de cet agent, si bien qu’on a pu affirmer que le tannage véritable du cuir précédant l’époque romaine se réduit à un « pseudo-tannage », très expérimental et imparfait161.

La question de l’alun

  • 162 Halleux 2005.
  • 163 Perna 2005, p. 41-42.
  • 164 Voir Joannès 2001, p. 37-38, pour l’époque sumérienne, et la synthèse de Perna 2005, notamment p. 4 (...)
  • 165 Borgard, Brun, Picon 2005, p. 5-7.

103L’alun, encore employé de nos jours en mégisserie, était connu de Théophraste si l’on en croit Diogène Laërce (V, 42) qui lui attribue un traité, perdu, Sur le sel, le natron et l’alun, et fut décrit initialement par Dioscoride (V, 106), qui note ses vertus échauffante et astringente, d’où son emploi médical pour nettoyer les plaies, les cicatriser, arrêter les hémorragies, etc.162. Hérodote mentionne pour le vie siècle un envoi de 1 000 talents, soit plusieurs tonnes, d’alun (στυπτηρίη) à Delphes par le pharaon Amasis, dans le cadre de la reconstruction du temple d’Apollon après l’incendie de 548 av. J.-C. (HDT II, 180), certainement en vue de badigeonner les poutres et les parties en bois du bâtiment pour les rendre ininflammables163. Si des attestations d’emploi d’alun en tannerie sont connues en Mésopotamie et peut-être pour le monde mycénien164, son utilisation en tannerie avant le iie siècle av. J.-C. dans le monde gréco-romain « reste obscure », faute de sources écrites et d’une « clé de lecture des vestiges archéologiques » susceptible d’établir la présence et la traçabilité d’un commerce de cette substance, comme cela est devenu possible avec la découverte de l’usage des amphores de Mélos et de Lipari pour l’exportation de l’alun, et leur distribution en Méditerranée pour le monde romain165.

Les opérations de « corroyage »

  • 166 « Les fibres de collagène qui, dans la peau, forment un réseau tridimensionnel, tendent à s’entasse (...)
  • 167 Wissa 2006, p. 278.
  • 168 Thomson 2006, p. 3.

104Pour éviter que la feuille de cuir ne devienne cassante, il est nécessaire de pratiquer un séchage sans étirement excessif. La différence fondamentale entre la fabrication du cuir et celle du parchemin repose sur ce procédé : comme pour le cuir, la peau d’un animal jeune ou mort-né – en général mouton, chèvre, veau – subit des opérations de lavage, écharnage, dépilage, rinçage, macération (dans la chaux, pour le dépilage), séchage. Mais pour obtenir du parchemin, les peaux, non tannées, sont tendues sur des cadres ou empilées sous presse, le but étant d’étirer la peau au fur et à mesure qu’elle sèche pour modifier la structure du derme166. La peau est « séchée sous une tension qui provoque l’élongation et l’alignement des fibres de collagène167 ». Enfin, le parchemin n’est pas un matériau résistant et stable lorsqu’il est soumis à la chaleur ou à l’humidité, contrairement au cuir168.

  • 169 Chahine 2002, p. 26.
  • 170 C’est pourquoi Caton préconise pour la fabrication de câbles de pressoir (funes torculis) un traite (...)
  • 171 On trouve en guise de produits graissants, outre l’huile d’olive (LUC. Anach. 24 : ἐλα(...)
  • 172 Ce qui était déjà connu depuis Homère de manière empirique est théorisé par Aristote, qui explique (...)
  • 173 Si sociologiquement, le tanneur n’est pas le cordonnier, tous deux ont le même geste technique qui (...)

105Il est dès lors nécessaire d’appliquer un corps gras car après toutes ces opérations, la peau en devenant cuir a perdu sa souplesse naturelle en raison de transformations chimiques (fixation des tanins et destruction des composés capables de fixer l’eau)169. Selon son mode d’obtention préalable, le cuir brut est plus ou moins raide, corné : les plus rigides sont ceux qui ont séché au sel170 ou qui sont conservés à plat après un simple séchage. La graisse (huile, graisse animale ou mélange171) est employée à différents stades d’élaboration du cuir ou au moment même de son utilisation, mais concourt aux mêmes effets : elle imprègne les pores du matériau172, le rendant imputrescible, souple et résistant. En cela, elle est aussi un produit d’entretien régulier, utilisé durant toute la durée de vie de l’objet en cuir pour le lubrifier173. De plus, comme cela est remarqué par Philon de Byzance, lorsqu’il est question de graisser des « échelles de cuir, qui sont cousues comme les outres et que des enduits de graisse aux coutures rendent assez hermétiques pour être gonflées », τὰς σκυτίνας κλίμακας […] αἳ ῥάπτονται καθάπερ οἱ ἀσκοὶ καὶ ὑπαλοιφῇ κατὰ τὰς ῥαφὰς ὑποστεγνωθεῖσαι φυσῶνται (PHIL. BYZ. Synt. Méc. V, D73 (= 102, 12-19), la graisse joue le rôle d’isolant à l’air.

  • 174 Leguilloux 2004a, p. 35.
  • 175 Nous devons cette lecture à Lafargue 2013, p. 247, n. 37.
  • 176 Perpillou 1973, § 157, n. 3 : στροβεύς n’est connu que par la scholie, comme un certain nombre d’au (...)

106L’assouplissement du cuir peut résulter d’une action mécanique consistant à battre et retourner le cuir après l’avoir rincé et séché. Cette action permet par la même occasion « de parfaire l’imprégnation des tanins dans les fibres du derme174 ». Cette phase d’amollissement par battage et retournement des peaux est peut-être évoquée implicitement, mais avec précision quant aux gestes à accomplir, dans certaines menaces adressées à l’encontre du Paphlagonien par le chœur des Cavaliers. Ce dernier exhorte le Charcutier à traiter l’ennemi ainsi : « attaque-le, fais-le tournoyer, ne fais rien à demi, car le voilà pris par le milieu du corps. Songe que, si tu l’assouplis du premier coup, tu ne trouveras qu’un lâche », ἀλλ’ ἔπιθι καὶ στρόβει, μηδὲν ὀλίγον πόει· | νῦν γὰρ ἔχεται μέσος. | Ὡς ἐὰν νυνὶ μαλάξῃς αὐτὸν ἐν τῇ προσβολῇ, | δειλὸν εὑρήσεις (AR. Cav. 387-389). Une scholie commente le premier geste et donne le nom de l’outil : « “fais-le tournoyer” : le strobeus est un outil à fouler ou carder. Il dit donc “fais-le tourner” et “retourne-le” », στρόβει· στροβεὺς ἐργαλεῖον κναφικόν. φησὶν οὖν, περίαγε αὐτὸν καὶ στρέφε (Sch. Cav. 386b [vet]). Si le scholiaste y voit une allusion au foulage ou au fait de carder la laine, le contexte de la pièce et l’identité de la cible de l’attaque rendent probable l’interprétation relative au corroyage des peaux175. Le nom de l’outil, strobeus (un hapax tardif176), renvoie à un objet cylindrique, certainement en bois.

  • 177 On reconnaît ce geste sur les scènes figurées de tombes égyptiennes de l’époque pharaonique, dès l’ (...)
  • 178 Exemples issus de contextes des ier-iiie siècles dans Schenk 2008, cat. 640 (plaque allongée de sec (...)

107On peut aussi assouplir le cuir en l’étirant afin d’en allonger les fibres, ou encore en exerçant à sa surface une légère pression au moyen d’une lame à faible tranchant, généralement de forme courbe, soit en le palissonnant (on fait subir au cuir un mouvement de va-et-vient sur une lame fixée à un support, le palisson), soit par buttage (cette fois, c’est la lame appelée queursoir qu’on passe sur les peaux fixées à un cadre), même si nos sources sont muettes sur ce point, alors qu’elles existent pour l’Égypte pharaonique dès l’Ancien Empire177. qu’on passe sur les peaux fixées à monde galloromain des objets confectionnés à partir d’os plats et longs ou de scapulae, interprétés comme des « lissoirs » utilisables pour travailler la céramique ou des matériaux souples comme le textile et le cuir178.

108Notons enfin que toutes ces opérations d’assouplissement ont pour effet conjoint de lustrer et de polir le cuir.

Donner une couleur et un éclat aux peaux

  • 179 Le phénol donne une couleur noire au cuir boucané. Cf. Barbe 2009, p. 16.

109Pour teinter durablement la peau, il faut fixer des pigments au niveau des cellules du derme, même si certains procédés, comme le fumage, donnent une couleur sombre au cuir179. Cette coloration a lieu en même temps que le tannage lorsqu’on utilise des tanins « tinctoriaux », si bien qu’elle n’est généralement pas due à un véritable choix de la part de l’artisan : fruits et écorce d’acacia (teinte bleutée), écorce de grenade (teinte ocre), noix de galle du chêne (teinte sombre, jusqu’au noir), sumac (jaune ocre). Ces substances ont un double effet sur le cuir : elles en resserrent les pores et y enferment leurs propres pigments. De même que la concentration du produit influe sur le degré de tannage, elle permet de varier l’intensité de la couleur.

  • 180 Leguilloux 2004a, p. 36, pour les cuirs ; p. 76, pour les fourrures.
  • 181 Dioscoride (V, 98) donne déjà les termes σταλακτόν (PLIN. stalagmias, « noir de cordonnier ») et λο (...)

110Il existe toutefois des tanins « neutres », qui laissent au cuir une teinte proche du naturel, très pâle : l’aulne, le pin, la notia ou vigne blanche. Pour le teindre, on a alors recours à des produits caustiques dilués « qui entament superficiellement la fibre dermique » et permettent d’y fixer la couleur180. Les textes grecs sont muets quant à cette opération dénommée « mordançage ». Pline est le seul à mentionner, outre la garance, le sulfate de cuivre, ou vitriol, qu’il nomme encore « noir pour teindre les cuirs », atramentum tinguendis coriis (PLIN. XXXIV, 123-124)181.

  • 182 Pour Aristote, il s’agit d’une encre noire qui permet de teinter des objets – qu’il ne définit pas (...)
  • 183 Chahine 2002, p. 27 : « le finissage ».
  • 184 Pour ἀνθεῖν au sens de « reluire », « briller », voir XEN. Cyr. VI, 4, 1 : l’armée de Cyrus « brill (...)
  • 185 Cf. Bücheler 1892, qui renvoie à Ps.-THEOCR. VIII, 18-19 (σύρριγγα [...] λευκὸν κηρὸν ἔχοισαν, « un (...)
  • 186 Cf. Headlam 1899 et 1904 ; commentaire de l’édition Knox 1966, p. 337, qui note une différence à Ro (...)

111Les gestes d’entretien consistant à polir et à cirer régulièrement le cuir entraînent et favorisent sa coloration. Les textes gardent la trace de divers produits ou ustensiles. Ainsi, Galien mentionne une « pierre à polir » les chaussures de femmes, dénommée ἀγήρατος, et le geste qui lui est associé, λαμπρύνειν, qui consiste à « polir, faire briller », en frottant (GAL. XII, 962 Kühn : ὁ τῶν σκυτέων λίθος, ᾧ λαμπρύνουσι τὰ τῶν γυναικῶν ὑποδήματα, καλεῖται δὲ ἀγήρατος ; GAL. XII, 983 Kühn : λίθον τὸν καλούμενον ἀγήρατον, ᾧ χρῶνται οἱ σκυτεῖς εἰς τὸ λαμπρύνειν τὰ ὑποδήματα τῶν γυναικῶν). Mycille, le cordonnier de Lucien, s’est précipité vers l’Hadès sans prendre le temps, dit-il, de « nettoyer le cirage noir » d’une chaussure, τὴν μελαντηρίαν ἀπονιψάμενος (LUC. Trav. 15) : le verbe ἀπονίπτω/-ίζω implique d’« enlever en lavant » avec de l’eau la couche excessive d’enduit noir, μελαντηρία182, appliquée au préalable, plutôt qu’un essuyage par frottement au moyen d’un tissu sec. Aristophane recourt quant à lui au verbe περικωνεῖν (AR. Gu. 600), « passer du kônos », soit « de la poix, du cirage ». De fait, on pratiquait certainement la technique de l’encaustique pour lustrer certaines chaussures en cuir, ce qui donnait un meilleur aspect, une sensation plus agréable au toucher, une meilleure résistance à l’abrasion et une certaine imperméabilité à l’eau183 ; un passage d’Hérondas très mutilé (HER. VII, 27-28) décrit une paire de chaussures : « aucune couleur n’égalera celle-ci, […] pas même l’éclat de la cire », [εὑρήσετ’ οὐδὲν ἄλ]λο τῷδ’ ἴσον χρῶμα,| κ[.....]ω κοὐδὲ κηρὸς ἀνθήσει 184. Il faut comprendre non pas que le cuir est blanc185, mais bien plutôt qu’il a un aspect jauni et est couvert d’une patine cireuse translucide186.

Fig. 6 - Atelier de cordonnier. Pélikè à figures rouges, face A (début du ve siècle). Oxford, Ashmolean Museum AN1896-1908 G. 247. © Ashmolean Museum, University of Oxford.

112Ainsi rendue imputrescible, teintée et régulièrement graissée, la matière est devenue un matériau après réduction du trait naturel de dégradation rapide et l’ajout des traits utiles relatifs à ses qualités dynamique et esthétique.

113Maintenant fabriqué, le cuir peut être utilisé pour la fabrication d’objets, après avoir été débité.

Débiter et agencer les peaux et le cuir : la cordonnerie

  • 187 Thompson 1954, p. 54-55 ; Thompson, Wycherley 1972, p. 174. Voir également le site <www.agathe.gr> (taper « Simon </www> (...)
  • 188 Athènes : paire de semelles de la tombe T ECK 64, datée de 375-350, dans laquelle ont été trouvés p (...)
  • 189 Voir le chapitre 3.

114Les sources qui nous informent des aspects techniques de la cordonnerie sont de nature plus variée : outre les textes, nous disposons de rares vestiges (atelier « de Simon » de la fin du ve siècle sur l’agora grecque d’Athènes187 ; paire de semelles d’époque classique conservée au musée du Céramique à Athènes ou trouvée dans une tombe de Phères188) et de représentations de cordonniers au travail sur vases (fig. 6, 32, 37) et stèles, funéraire et votive (fig. 7, 33). Nous n’évoquerons ici que les outils et les gestes de l’artisan, et réservons l’étude de son atelier (espace, agencement, mobilier), de son personnel et de sa clientèle pour la partie sociologique189.

Tὰ σκυτοτόμου σκεύη (POLL. X, 141) : les outils, ustensiles et petits objets

  • 190 L’assertion peut paraître étrange, mais on verra deux exemples pris à Lucien et Martial d’une telle (...)

115Les matériaux utilisés pour confectionner les outils sont le métal pour sa dureté ; les os (faciles à se procurer) de bœufs pour leur dimension et leur dureté, ou ceux de petits animaux pour leur petite taille et leurs extrémités pointues ; le bois pour sa dureté et la facilité à le façonner à la forme requise. Parfois, l’ouvrier peut mettre à contribution des parties de son corps : ses mains (plat, poing pour aplanir, lisser ; doigts pour positionner précisément, tirer…), voire ses dents190, remplacent ou complètent avec une efficacité plus ou moins grande l’outillage.

Les outils à percer, couper et mettre en forme

116Les outils dont disposent le cordonnier ou tout autre ouvrier taillant le cuir consistent principalement en un « tranchet » ou « tranchant » (lame semi-circulaire qui coupe et racle) et en une « alène » (poinçon qui perfore). C’est d’ailleurs ainsi que l’auteur du traité hippocratique Du régime (v. 400 av. J.-C.) résume les activités de ces artisans : « les cordonniers découpent des ensembles en morceaux et font des ensembles avec des morceaux. Coupant et perçant, ils rendent sain ce qui est pourri », σκυτεῖς τὰ ὅλα κατὰ μέρεα διαιρέουσι, καὶ τὰ μέρεα ὅλα ποιέουσι, τάμνοντες δὲ καὶ κεντέοντες τὰ σαθρὰ ὑγιέα ποιέουσι (HIPPO. Rég. I, 15, 1).

L’alène

  • 191 Voir Leguilloux 2004a, p. 68-69.

117Une multitude de termes, au demeurant peu attestés, servent à dénommer l’outil du cordonnier, bourrelier ou autre couseur du cuir, qui sert à perforer191.

  • 192 HESYCH. s.v. ὑπέατα· ὀπήτια (correction de M. Schmidt ; les manuscrits donnent ὕπεα· τὰ ὀπίσθια). C (...)
  • 193 Littéralement : « aiguille pour le tricot ».
  • 194 Cf. aussi le fragment de la comédie Les Crétois de Nicocharès, du ive ou iiie siècle (fr. 12 K.-A.,(...)

118Hérodote, tout d’abord, mentionne la coutume chez les Scythes de se lier par un serment en versant dans une coupe du vin et du sang des contractants, « qu’on a piqués avec une alène ou à qui on a fait avec un couteau une petite incision sur le corps », τύψαντες ὑπέατι ἢ ἐπιταμόντες μαχαίρῃ σμικρὸν τοῦ σώματος (HDT IV, 70). Le contexte n’ayant pas de lien direct avec la cordonnerie, on peut mettre en doute la validité d’une telle traduction (« aiguille » conviendrait mieux). C’est qu’en fait cet hapax est peut-être rattaché à ὀπήτιον par Hésychius192, donné également avec ὄπεαρ par Pollux dans la liste des outils du cordonnier : « opétia et opétidia, “alènes” et “petites alènes”, que les poètes nomment aussi chéleumata, “grosses aiguilles193” », ὀπήτια δὲ καὶ ὀπητίδια, ἃ καὶ χηλεύματα ἐκάλουν οἱ ποιηταῖ (POLL. VII, 83)194.

  • 195 Knox 1966, ad loc. Toutes ces interprétations (et restitutions proposées du passage) sont présentée (...)

119Dans son Mime VII consacré à la figure du cordonnier, Hérondas semble désigner l’alène au détour d’une phrase équivoque : Cerdon, qui tient une boutique de chaussures luxueuses et dirige une équipe d’ouvriers, demande à l’un de ses esclaves, Pistos, de réveiller son alter ego Drimyle, par cette curieuse injonction : « attache plutôt l’alène à son cou », μᾶλλον δὲ τὴν ἄκανθα[ν] †ἵωσεχ[.] νκαληἵ† ἐκ τοῦ τραχήλου δῆσο[ν] (HER. VII, 8-9). Les commentateurs ont diversement interprété ce passage, le mot ἄκανθα étant très polysémique (il désigne une épine, un dard ou n’importe quel outil pointu : aiguille, poinçon) : l’interprétation la plus convaincante consiste à dire que Pistos doit placer l’instrument – l’alène, eu égard au contexte – sous le vêtement de Drimyle pour l’empêcher de se coucher et de s’endormir sur place de peur de se piquer195.

  • 196 C’est un dérivé de κεντέω : « piquer, aiguillonner », issu de l’i.e. *kent-, « piquer » (EDG s.v.).(...)

120Au iie siècle, Lucien recourt à un autre terme pour désigner l’outil perforant. Le personnage de Mycille, en route vers Hadès, répond à Mercure, qui lui fait remarquer qu’il n’est pas permis de passer sans verser de larmes ni regretter quelque bien de son vivant : « Je vais pleurer, Mercure, pour te faire plaisir. Ah, mes cuirs ! Ah, mes vieux souliers ! Ah, mes savates pourries ! [...] Qui donc aura mon tranchet et mon alène ? », οἴμοι τῶν καττυμάτων· οἴμοι τῶν κρηπίδων τῶν παλαιῶν; ὀττοτοῖ τῶν σαπρῶν ὑποδημάτων. [...] τίς ἄρα μου τὴν σμίλην ἕξει καὶ τὸ κεντητήριον; (LUC. Trav. 20). Le mot est rare mais se rencontre en médecine pour désigner une « aiguille », et la Souda en fait un synonyme de « tatoueur »196. Il a donc un sens générique.

121L’amphore de Boston (fig. 32) montre, rangées sur une étagère murale, deux grosses aiguilles emmanchées, en tout point semblables aux alènes encore en usage aujourd’hui.

Les tranchets

  • 197 Pour l’Égypte, voir les reproductions de la tombe de Rekhmirê (réf. supra n. 153) ou Evely 2000, fi (...)
  • 198 Voir Leguilloux 2004a, p. 65-68.

122Des représentations figurées de tranchets sont connues dès l’Égypte ancienne et certains ont été retrouvés, croit-on, remontant à l’époque minoenne197. De fait, l’outil n’a guère évolué au cours des siècles et se reconnaît aisément à sa forme semi-circulaire198. Par conséquent, c’est sans difficulté qu’on l’identifie sur les vases de Boston, Oxford et Londres, accroché dans le champ, représenté sur une étagère ou dans la main du cordonnier, avec un manche certainement en bois, long et assez épais, ou une poignée semi-circulaire. Cependant, sur la pélikè d’Oxford (fig. 6), l’artisan tient en main une lame qui paraît droite.

  • 199 Le sens et la réalité de ce geste, et différentes interprétations de ce passage difficile, sont don (...)
  • 200 LUC. Trav. 20 supra.
  • 201 La σμίλη désigne en fait un bon nombre d’outils d’artisans : le tranchet du cordonnier, le ciseau à (...)

123Un passage d’Hérondas mentionne le nom de l’instrument déjà présent chez Platon (Alc. 129c, infra) : « mais on aiguiserait son tranchet (σμίλη) au contour de l’empreinte, que [...] la chose n’irait pas plus exactement qu’elle ne va », εἴ τις πρ[ὸ]ς ἴχνος ἠκόνησε τὴν σμίλην, | οὐκ ἂν [...] οὕτω | τοὔργον σαφέως ἔκειτ’ ἂν ὡς σαφῶς κεῖται (HER. VII, 119-121), affirme le cordonnier Cerdon à sa cliente199. Plus tard, Lucien, qui utilise aussi la forme σμίλη, comme nous l’avons vu200, atteste une forme neutre de diminutif lorsqu’il fait dire au cordonnier Mycille : « je suis bien plus en sécurité de faire mon métier de cordonnier, tout courbé […]. Tout ce que je risque, c’est, au cas où mon tranchant dérape et ne réussit pas à couper droit, d’entailler et de faire un petit peu saigner mon doigt », πολὺ ἀσφαλέστερον σκυτοτομεῖν ἐπικεκυφότα [...] ὁ γοῦν κίνδυνος ἐμοὶ μέν, εἰ παρολίσθοι τὸ σμιλίον καὶ ἁμάρτοι τῆς τομῆς τῆς ἐπ’ ἐυθύ, ὀλίγον τι αἱμάξαι τοῦ δακτύλου ἐντεμόντα (LUC. Songe 26)201.

  • 202 Il y aurait peut-être une différence entre la smilê, à lame droite (si l’on rapproche le texte d’Hé (...)

124Ailleurs, des synonymes sans doute partiels202 du mot sont donnés : Platon affirme que « le cordonnier tranche avec le tranchet “tomeus”, le tranchet “smilê”, et d’autres outils », σκυτοτόμος τέμνει που τομεῖ καί σμίλῃ καὶ ἄλλοις ὀργάνοις (PLAT. Alc. 129c), et Pollux dit des cordonniers que « leurs outils <sont> la smilê, le « tranchet » [...] et le peritomeus, <autre type de> tranchet, d’où <vient le verbe> “trancher en suivant le pourtour” », τὰ δὲ ἐργαλεῖα αὐτῶν σμίλη [...] καὶ περιτομεύς, ἀφ’ οὗ τὸ περιτέμνειν (POLL. VII, 82).

  • 203 Voir infra n. 238, notre interprétation du passage obscur de HER. VII, 119-121, qui va dans ce sens

125En outre, nous sommes renseignés par Théophraste sur l’utilisation du bois de poirier sauvage par les cordonniers, un bois dur qui permet d’aiguiser le tranchet : « les mauvais outils peuvent couper les bois durs plutôt que les bois tendres : ceux-ci leur font perdre leur affût [...], les autres les aiguisent au mieux : aussi les cordonniers font-ils leurs aiguisoirs (pinakes) en poirier sauvage », διὸ καὶ οἱ σκυτοτόμοι ποιοῦνται τοὺς πίνακας ἀχράδος (THEOPH. Pl. V, 5, 1). Le terme est repris par Hésychius, qui y voit des « pierres à aiguiser posées sur les établis des cordonniers », πίνακας· [...] καὶ οἱ ἐπὶ τῶν σκυτοτομικῶν τραπεζῶν λίθοι (HESYCH. s.v. πίνακας). Hésychius fait certainement erreur ou renvoie à une autre réalité, dans la mesure où les planches (πίνακας) dont parle Théophraste semblent bien être représentées sur les scènes vasculaires d’ateliers : le cordonnier a posé sur son établi une planche épaisse pour le protéger, qui lui sert à découper le cuir. Il est indispensable, s’il veut que la planche ne se dégrade pas rapidement sous les passages du tranchet et qu’elle offre suffisamment de résistance pour opérer une coupe droite de la feuille de cuir, que le bois soit d’une grande dureté. Qui plus est, donc, cela aiguise la lame de l’instrument203.

La forme (et objets associés)

  • 204 ἡ ῥυτίς désigne habituellement un « pli » de la peau, une « ride » et, par glissement de sens ici, (...)
  • 205 Leguilloux 2004a, p. 18.
  • 206 Pollux donne καλόπους dans une liste des mots composés d’un élément en –πους / -ποδ- en II, 195 ; κ (...)
  • 207 GAL. V, 890, 12 Kühn (παρασκευάζει τὸν καλόποδα δ’ ἡ τεκτονική : « l’art du charpentier fabrique la (...)
  • 208 Voir infra p. 54, l’exemple, de sens incertain, emprunté à Hérondas (VII, 119). Hésychius ne retien (...)
  • 209 Pour le monde romain, voir Leguilloux 2004a, p. 69-72.
  • 210 Ziomecki 1975, p. 35.
  • 211 Voir l’usage que font du marteau nos cordonniers. Cf. Dupont, Mathieu 1981, p. 215-236 : « Classifi (...)
  • 212 Voir Ziomecki 1975, p. 55, pour les conventions de ces images : représentations d’un volume sur le (...)

126Il reste un outil dont Platon donne une définition claire, mais sans le dénommer, à l’occasion du récit mené par le personnage d’Aristophane, dans le Banquet, du mythe des hommes sphères que Zeus coupe en deux pour se défendre : « Apollon [...] ramenant de toutes parts la peau sur ce qui s’appelle à présent le ventre, comme on fait avec les bourses à cordons (τὰ σύσπαστα βαλλάντια), il l’attachait fortement au milieu du ventre en ne laissant qu’une ouverture – ce qu’on appelle le nombril. Puis il effaçait la plupart des plis qui subsistaient, il modelait exactement la poitrine avec un outil pareil à celui qu’emploient les cordonniers pour aplanir sur la forme les plis du cuir », καὶ τὰς μὲν ἄλλας ῥυτίδας τὰς πολλὰς ἐξελέαινε καὶ τὰ στήθη διήρθρου, ἔχων τι τοιοῦτον ὄργανον οἷον οἱ σκυτοτόμοι περὶ τὸν καλάποδα λεαίνοντες τὰς τῶν σκυτῶν ῥυτίδας204 (PLAT. Banq. 191a). Pourrait-il s’agir de ce que nous nommons désormais « lissoir »205 ? Platon semble avoir renoncé ici à employer un vocabulaire trop spécialisé (à notre grand dam) qui eût pu égarer son lecteur, et a préféré la périphrase explicative, non dénuée de lexique technique mais qui reste facilement décomposable : le terme ὁ καλάπους, « pied de bois », variante de ὁ καλόπους rencontré chez Pollux206 et Galien207, remplace ici le nom ἴχνος, plus fréquent et polysémique208, pour désigner la forme en bois à laquelle recourt le cordonnier qui assemble les parties d’une chaussure209. Deux de ces instruments en bois sont accrochés dans le champ supérieur de la scène d’atelier de l’amphore de Boston (fig. 32) : ils ressemblent à des pieds au bout desquels dépassent des baguettes de bois permettant au cordonnier de retirer la forme de la chaussure une fois que celle-ci est terminée. Sur le tondo de la coupe de Londres (fig. 37), en revanche, le troisième objet suspendu dans le champ en partant de la gauche est moins facilement identifiable : ce pourrait être un marteau210 ou maillet de bois que le cordonnier utiliserait pour frapper l’alène, battre les chaussures, aplatir les plissages du cuir211... à condition de considérer que l’échelle n’est pas respectée, ce qui ne pose pas de difficulté212. Toutefois, une lecture moins douteuse consiste à voir en l’objet une forme de cordonnier d’aspect irrégulier, constituée d’une tige en bois ou métal et d’une pièce de bois parallélépipédique légèrement incurvée (à supposer que la représentation soit des plus réalistes). La stèle funéraire de Xanthippos (fig. 7) montre le défunt portant de la main droite un objet qu’on interprète aussi comme une forme, malgré un rendu très réaliste de la cheville et du cou-de-pied et l’absence de crochet ou de baguette à son extrémité supérieure.

  • 213 Cordonnerie 1984, p. 6 : « Effets de l’eau ». Les satiristes latins s’en souviennent lorsqu’ils rec (...)
  • 214 C’est l’opinion de Beazley (CVA Oxford, 2, p. 100 : « a twohandled vessel to catch parings ») vs Vi (...)
  • 215 Vickers 1990, p. 35, vase 23 : « Beneath the table is a bowl of water with which the leather would (...)

127Par ailleurs, pour appliquer au mieux la feuille de cuir ou une sangle sur la forme, lui assurer une bonne malléabilité, le cordonnier peut la tremper un court moment dans l’eau, qui lubrifie alors les fibres du cuir et en favorise le glissement213. Les bassines représentées sur les vases d’Oxford et de Boston ont pu être interprétées comme des conteneurs placés sous l’établi pour collecter les chutes de cuir en vue de leur recyclage (rustines pour le reprisage ; confection de colle ?)214, mais elles pourraient tout aussi bien servir à amollir la pièce de cuir en vue de la travailler215.

Fig. 7 - Stèle funéraire de Xanthippos, cordonnier. Stèle attique en marbre (v. 420). Londres, British Museum 1805,0703.183. Trustees of the British Museum.

Petits objets

128Les images vasculaires omettent un certain nombre d’ustensiles. Ainsi, on ne voit pas d’aiguilles, de ligneuls (gros ils enduits de poix), d’œillets, de clous : cela est sans aucun doute dû à la difficulté qu’il y a à les représenter tant ils sont petits et fins. Les textes toutefois en parlent sans équivoque, et certains artefacts utiles au travail du cordonnier ont été mis au jour lors d’opérations de terrain.

Clous

  • 216 Van Driel-Murray 2008, p. 487 : « there is no further datable evidence for nailed footwear before t (...)
  • 217 Six de ces clous sont exposés au musée de l’Agora et publiés sur le site <www.agathe.gr> sous le numéro d’inventai</www> (...)
  • 218 Pour une typologie des clous en fer et bronze dans les contextes gallo-romains, voir le tableau de (...)
  • 219 Descriptif de la tombe et de son matériel par I. D. Papaikonomou et Y. Morizot disponible sur la ba (...)

129Le personnage incarnant la grossièreté chez Théophraste porte des chaussures trop larges pour son pied, μείζω τοῦ ποδὸς τὰ ὑποδήματα φορεῖν, et les « garnit de clous », εἰς τὰ ὑποδήματα δὲ ἥλους ἐγκροῦσαι (THEOPH. Car. IV, 17). Il est donc étonnant de lire dans la littérature spécialisée que la semelle cloutée est une invention romaine216, même si notre témoignage textuel semble en faire une exception et que nous manquons de vestiges d’époque grecque. En effet, les fouilleurs de l’« atelier de Simon » ont mis au jour un petit nombre de clous de fer à tête large et plate, de diamètre et de longueur relativement importants (fig. 8)217, à la pointe effilée parfois recourbée, qui servaient selon eux à renforcer la semelle des chaussures pour les rendre plus solides ; mais il pourrait s’agir de clous d’huisserie ou de mobilier218. Trois clous de petite taille sont encore ichés dans une des deux semelles trouvées dans une tombe du Céramique du ive siècle, visibles aujourd’hui dans une vitrine du musée du site, mais ils ont dû davantage servir à nouer sur le pourtour les liens de la sandale, d’après leur disposition. En revanche, plusieurs exemplaires de chaussures ont été mis au jour dans la nécropole nord de Phères, en Grèce du Nord : dans une tombe à ciste fouillée en 1983, datée entre 410 et 300 et comportant un matériel abondant, on a retrouvé, outre la paire de sandales que la fillette défunte portait aux pieds, « deux paires de chaussures dont une en très bon état, avec semelles de cuir cousues d’une seule pièce, renforcées par du bois et des clous de bronze » (fig. 8) ; la tombe comptait aussi un chapeau de cuir revêtu de tissu219.

Fig. 8-9 - À gauche : paire de chaussures fermées au talon, retrouvée dans la tombe d’une fillette à Phères, v. 410-300. © Ekdoseis TAP. À droite : perles en os et clous en fer provenant de la « maison-atelier de Simon » sur l’agora d’Athènes. The House of Simon, 2000.06.0006. © American School of Classical Studies at Athens : Agora Excavations.

  • 220 Publiée dans Grandjouan 1961, p. 73, exemplaire no 922, et pl. 24. Voir aussi, consultable sur <www.agathe.gr>, le</www> (...)

130Enfin, une lampe à huile plastique en terre cuite trouvée sur l’Agora offre un exemple certain d’une semelle presque entièrement et très régulièrement recouverte d’une cinquantaine de petits clous à tête arrondie, mais elle est d’époque romaine220.

Œillets ?

  • 221 Parfois, ils sont plus gros encore : le lot BI 738, du ive siècle (daté par deux tessons hellénisti (...)
  • 222 Voir encore infra p. 184.

131Dans l’« atelier de Simon » encore, on a découvert des dizaines d’œillets en os, de 1,7 à 2 cm de diamètre en moyenne221, portant pour certains des traces d’usure (fig. 9). Rattachés à une activité de cordonnerie, ils pourraient avoir servi à renforcer les lacets des sandales, en leur extrémité par exemple ; à fermer la chaussure par un système de loquet de cuir (dont nous n’avons aucune attestation par ailleurs) ; à décorer la sandale… Ils n’auraient pas été utilisés en tout cas comme nos œillets actuels, comme renforts de trous à lacets, ce mode d’attache n’existant pas pour l’Antiquité. Toutes ces hypothèses sont bien peu satisfaisantes en réalité, et c’est la nature même du contexte et son identification avec un atelier de cordonnier qui mériterait, selon nous, d’être revue222.

Ligneuls et aiguilles

  • 223 Sur cette question de la spécialisation, voir infra p. 172 et suiv.
  • 224 Ce qui n’est pas anodin en terme de qualité de fabrication puisqu’une couture trop serrée cisaille (...)
  • 225 Cf. Cordonnerie 1984, ibid.

132À trois reprises, le procédé de couture au moyen de « fils » nommés νεῦροι est mentionné dans les sources littéraires. Chez Hésiode, il est recommandé pour affronter le froid de l’hiver de « coudre ensemble avec un nerf de bœuf des peaux de chevreaux d’une première portée », πρωτογόνων δ’ἐρίφων | [...] δέρματα συρράπτειν νεύρῳ βοός (HES. Trav. 543-544). Les auteurs classiques recourent à la forme verbale composée νευρορραφεῖν. Ainsi, Socrate demande à ses interlocuteurs Euthydème et Ctésippe s’ils maîtrisent l’art du cordonnier (σκυτικήν) : « Savez-vous tirer le ligneul ? », Ἦ καὶ νευρορραφεῖν δυνατώ ἐστον; (PLAT. Euthyd. 294b). Xénophon, quant à lui, décrit un atelier urbain dans lequel chaque ouvrier à une tâche spécialisée à accomplir : « il est des lieux où l’un gagne sa vie à tirer le ligneul... », ἔστι δὲ ἔνθα καὶ ὑποδήματα ὁ μὲν νευρορραφῶν μόνον τρέφεται… (XEN. Cyr. VIII, 2, 5)223. Le terme νεῦρον désigne un brin ou un fil de nature variée (nerf, tendon, courroie, peut-être corde), si bien qu’il est difficile d’estimer le degré de souplesse de ce fil, donc de l’assemblage réalisé224. En outre, les passages cités ne mentionnent pas l’usage de poix, qui facilite le passage du fil dans le trou, mais aussi renforce l’imperméabilité et la solidité de la couture225.

Objets incertains

133Les dimensions minuscules, les imprécisions – volontaires ou dues à leur dégradation – dans la figuration rendent difficile la lecture de certaines détails des documents iconographiques. Aussi présentons-nous à part les identifications très hypothétiques suivantes, qui s’appuient sur l’observation d’agrandissements des parties concernées des vases mais qui ne sont pas étayées par les sources textuelles.

Éponge et réglets ?

  • 226 CVA Boston, Museum of Fine Arts, 1, p. 27.
  • 227 Interprétation déjà présente chez Forbes 1966, p. 58 : « measuring sticks, like those of the presen (...)

134Sur l’amphore de Boston (fig. 32), le deuxième objet suspendu dans le champ depuis la gauche est composé d’une partie grossièrement arrondie qui comporte deux appendices linéaires verticaux. Il a pu être interprété comme une éponge226, dont le cordonnier pourrait se servir pour humidifier le cuir ou encore l’enduire d’une matière grasse pour le corroyer ou le cirer, et des baguettes pour prendre des mesures227.

Pince, tenailles ?

  • 228 Même lecture dans CVA Boston, ibid., et Vidale 2002, p. 139. Ziomecki 1975, p. 114, penche pour des (...)
  • 229 Autant d’usages empruntés au monde d’aujourd’hui. Cf. Dupont, Mathieu 1981.

135Nous croyons distinguer une pince228 à l’extrême gauche de l’étagère représentée sur le même vase ; elle pouvait servir à tirer le fil à travers une certaine épaisseur de cuir, à étirer le cuir, à arracher ou cisailler les clous229.

Poinçons ? Ciseau ?

  • 230 Le commentaire du CVA Oxford, 2, p. 100, reste plus prudent : de droite à gauche, pour les trois de (...)

136Rangés à la verticale sur l’étagère murale représentée sur la pélikè d’Oxford (fig. 6), et donc en partie invisibles, les trois objets de gauche, dont la partie supérieure est d’une bonne épaisseur (manches ?) et la partie inférieure très affinée (pour les deux premiers depuis la gauche) ou aplatie (pour le troisième), pourraient bien être des outils métalliques permettant de décorer le cuir230 : instruments (poinçons) pour entamer la matière ou aider à son enlèvement, par exemple pour ajourer un objet lors de la confection pour les deux premiers ; ciseau utilisé pour la découpe fine, ou encore guilloche pour le troisième ?

Morceaux de cuir

  • 231 Ziomecki 1975, p. 84-85.
  • 232 CVA Boston, ibid. et Vidale 2002, p. 139, ne tranchent pas, même si ce dernier estime que les hypot (...)
  • 233 Certains comme Vidale 2002, p. 140, identifient cette peau à un étui à aulos (cf. infra p. 134-135) (...)

137Les vases de Boston et de Londres (fig. 32 et 37) montrent, suspendus dans le champ, des objets qui, seuls, « ne constituent qu’une très faible base pour l’identification » de l’atelier, mais sont un « bon complément » aux outils quand ils leur sont associés231. Outre les objets finis ou en cours de réalisation que sont la besace, des chaussures assez informes (sur la coupe) et une sandale au sol (sur l’amphore), on observe sur les deux mêmes vases, pendues au mur par des anneaux de suspension, des pièces de cuir prêtes à la découpe, de forme trapézoïdale – sans qu’on sache comment interpréter la bordure soulignée d’un trait des pièces représentées sur l’amphore de Boston232. Sur cette dernière encore, derrière la main du personnage central féminin, pend une peau qui semble tachetée233.

Panier

  • 234 Cf. Ziomecki 1975, p. 114 : O. Lau parle de « Schusterkugel » et le décrit comme un récipient sphér (...)
  • 235 L’objet est couramment représenté sur les vases attiques. Cf. Vidale 2002, p. 139-140. On en trouve (...)

138L’amphore de Boston montre également un objet suspendu dans le champ à droite. Il a été interprété à tort comme un dispositif d’éclairage en verre234. Il s’agit en réalité d’un panier (kalathos)235 dont la fonction n’est pas claire, à supposer qu’elle soit unique et spécifique.

Objets non attestés

  • 236 Voir le développement de Ziomecki 1975, p. 69-70, « vêtement de travail ». Nous reviendrons plus ta (...)

139Les représentations figurées ni les textes ne font référence à la manique, au tablier de protection utilisé aujourd’hui ; les artisans sont représentés torse nu, le chiton tombant au niveau de la taille et couvrant les jambes, laissant les bras libres de leur mouvement pour accomplir aisément leur tâche. Bien que cette représentation soit courante, elle n’est pas exclusive et, par conséquent, pas représentative du monde de l’artisanat236.

140Par ailleurs, la technique consistant à polir au tampon une feuille de cuir n’est pas attestée par les sources grecques.

Le geste

141Les images vasculaires et les textes permettent en outre d’accéder au tour de main, de saisir les gestes du cordonnier, qui peuvent se résumer, selon Artémidore, à deux actions : couper le cuir à la bonne mesure et joindre les pièces par la couture :

[Rêver d’]être cordonnier ou menuisier, c’est bon pour tous ceux qui vivent conformément à la loi, à cause des mesures, et pour tous ceux qui veulent se marier ou entrer en association, à cause des coutures et des jointures.
σκυτεύειν δὲ καί τεκτονεύειν ἀγαθὸν πᾶσι τοῖς κατὰ νόμον ζῶσι διὰ τὰ μέτρα καὶ τοῖς γῆμαι ἢ κοινωνῆσαι θέλουσι διὰ τὰς ῥαφὰς καὶ τοὺς ἁρμούς (ARTEM. Onir. I, 51).

142Nous ajouterons succinctement les travaux de raccommodage.

La (bonne) coupe

  • 237 Dans son article « Les planches de l’Encyclopédie » paru en 1964 et repris dans Le degré zéro de l’ (...)

143Les images vasculaires ne nous donnent pas simplement accès à une batterie d’outils et d’accessoires juxtaposés, mais organisent la mise en scène vivante, narrative de ces objets237.

  • 238 L’obscurité du passage tient à la polysémie du nom ἴχνος qui peut signifier « l’empreinte », « la p (...)
  • 239 CVA Boston, ibid., et Vidale 2002, p. 140.
  • 240 Par ex. Ziomecki 1975, p. 116 : « Dans la réalité, ce mode de mesure pouvait tout au plus servir à (...)

144Ainsi, sur la pélikè d’Oxford, le cordonnier fait le geste de découper une pièce de cuir (une semelle ?) en suivant le contour du pied d’un jeune homme, qui prend peut-être appui sur l’artisan, afin d’en prendre la mesure la plus juste. La scène pourrait trouver un écho dans l’expression lancée par le cordonnier du Mime VII d’Hérondas, au moment où, prenant la mesure du pied de sa cliente, il s’exclame : « on aiguiserait son tranchet au contour du pied que […] la chose n’irait pas plus exactement qu’elle ne va ! », εἴ τις πρ[ὸ]ς ἴχνος ἠκόνησε τὴν σμίλην,| οὐκ ἂν ... οὕτω | τοὔργον σαφέως ἔκειτ’ἂν ὡς σαφῶς κεῖται (HER. VII, 119-121). Il faudrait donc comprendre l’expression ainsi : on couperait avec le tranchet en suivant le pourtour du pied. Toutefois, le passage est obscur et son interprétation controversée238. L’amphore de Boston (fig. 32) pourrait montrer par ailleurs l’instant précédant la prise de mesure, si l’on admet que la jeune femme tend une peau au cordonnier239 et qu’il lui indique d’un geste qu’il va la poser sur le billot pour y découper le contour du pied. Cependant, certains commentateurs des images vasculaires rejettent l’exactitude du geste du fait du danger qu’il peut y avoir à manier la lame si près d’un pied240. C’est oublier trop vite, nous semble-t-il, le savoir-faire du technicien, et il n’est pas impossible que les deux vases de Boston et d’Oxford, représentant à quelques secondes d’écart un même geste, renvoient à une pratique bien réelle.

  • 241 La tannerie moderne procède au refendage, qui consiste à scier la peau dans son épaisseur pour obte (...)
  • 242 DELG s.v. ὑπο ; LSJ propose pour ce passage le seul sens figuré du verbe : « cut underhand, in a ch (...)

145En plus d’être aux bonnes dimensions, une bonne coupe doit être régulière et d’une épaisseur suffisante pour que la chaussure ne se déforme pas, si l’on en croit Aristophane qui dénonce, par la voix du Charcutier des Cavaliers, les cordonniers qui escroquent leur clientèle et dont le paradigme est bien sûr Cléon : « tu t’y connais en couture […] toi qui taillais en biseau le cuir d’un mauvais bœuf et le vendais frauduleusement aux paysans ; ainsi, il paraissait épais, et on ne l’avait porté un jour qu’il s’était agrandi de deux palmes ! », σύ γ’ οἶσθα κάττυμ<α> [...] ὅστις ὑποτέμνων ἐπώλεις δέρμα μοχθηροῦ βοὸς | τοῖς ἀγροίκοισιν πανούργως, ὥστε φαίνεσθαι παχύ, | καὶ πρὶν ἡμέραν φορῆσαι μεῖζον ἦν δυοῖν δοχμαῖν (AR. Cav. 316-318). Le Premier serviteur a été victime de la même déconvenue : « il m’a joué à moi le même tour [...] : je n’étais pas arrivé à Pergase que je nageais dans mes souliers (ἔνεον ἐν ταῖς ἐμβάσιν) » (AR. Cav. 321). En dépit de son caractère satirique, on peut être tenté d’attribuer une part de technicité au passage : au sens propre, le verbe ὑποτέμνω signifie « couper en dessous ». Il s’agirait alors pour le cordonnier malhonnête de séparer la croûte de cuir de la pleine fleur pour vendre la première au prix d’un bon cuir, alors qu’elle est de qualité bien inférieure et ne résiste pas à l’usage mais se distend. Toutefois, le geste consistant à couper dans l’épaisseur du cuir paraît trop hasardeux ou coûteux avec l’outillage de l’époque241 – il faut alors des outils bien aiguisés et un soin particulier, donc un gros investissement en temps, ce qui s’accorde mal avec l’idée d’un cordonnier fraudeur. Une interprétation plus simple du texte consisterait à y voir une coupe mal réalisée, « en biais » dans l’épaisseur du cuir, si bien que le bord de la feuille de cuir ou de la semelle, une fois l’objet confectionné, paraîtrait plus épais qu’il ne le serait réellement ; le client serait alors contraint d’acheter plus rapidement une autre paire de chaussures. Quoi qu’il en soit, on a là la description d’un cuir qui se relâche, et deux raisons sont évoquées : la mauvaise qualité de la peau dont est issu le cuir et une coupe volontairement maladroite. C’est d’ailleurs le sens figuré que prend dans certains composés le préverbe ὑπο-, « par en dessous », d’où « secrètement », « de manière trompeuse »242.

  • 243 Cf. MART. IX, 73 : « Toi qui passais des jours à allonger avec les dents le cuir racorni et à mordr (...)

146Lucien, dans le même registre qu’Aristophane, nous donne à voir un autre fraudeur qui économise lui aussi son cuir aux dépens du client en l’étirant avec les dents, à défaut de pince, lorsque dans un rêve, un coq propose au cordonnier Mycille de s’introduire chez son concurrent Simon, qui a fait fortune malhonnêtement, afin de le voler « tandis que lui recommencera à ronger le cuir des chaussures pour l’étirer », ὁ δὲ αὖθις περιτρώξεται ἀποτείνων τὰ καττύματα (LUC. Songe 28)243.

  • 244 Texte dans Béal 2000, p. 24.

147Par ailleurs, la seule attestation d’un travail de sciage du cuir à l’état sec pour en amincir l’épaisseur et en faire des panneaux de lanternes n’apparaît que tardivement chez Plutarque : « les peaux et les cornes des animaux, entières, ne laissent pas passer la lumière à cause de leur compacité ; mais quand elles ont été sciées et polies, elles deviennent translucides », καὶ δέρματα καὶ κέρατα ζῷων ὅλα μὲν οὐ διίησιν αὐγὴν ὑπὸ στερεότητος, ὅταν δὲ πρισθῇ καὶ καταξεσθῇ, γίνεται διαφανῆ (PLUT. Mor. 953b, De la cause du froid)244.

L’assemblage : coutures, rivets

  • 245 Détaillés infra p. 60-62.
  • 246 Le rivetage se pratique encore aujourd’hui, essentiellement en sellerie et coffreterie (Cordonnerie(...)

148Le skuteus doit ensuite unir entre elles les parties qui constitueront l’objet fini. L’Iliade offre par ses multiples descriptions de boucliers (souvent de cuir et de métal)245 des détails de leur confection et le témoignage de synergie entre un cordonnier et un forgeron, ou peut-être du seul travail de ce dernier. C’est ainsi qu’est réalisé le « beau bouclier de bronze, ouvré au marteau » de Sarpédon : « le forgeron qui l’a ouvré naguère a ensuite, à l’intérieur, assemblé de multiples peaux au moyen de rivets d’or, qui les traversent toutes et sur tout le pourtour », καλὴν χαλκείην ἐξήλατον, ἣν ἄρα χαλκεὺς | ἤλασεν, ἔντοσθεν δὲ βοείας ῥάψε θαμειὰς | χρυσείῃς ῥάβδοισι διηνεκέσιν περὶ κύκλον (Il. 12, 295-297)246.

  • 247 Sur la question de la spécialisation et pour le texte intégral de ce passage, voir infra p. 172-173

149Mais en dehors de la confection de tels objets composés de plusieurs matériaux, la production du cordonnier consiste principalement en sandales, sacs, gourdes, harnais et courroies diverses… Dans le domaine de la chaussure, le texte le plus complet et précis nous est fourni par Xénophon lorsqu’il décrit l’atelier de cordonnerie d’une ville, où chaque ouvrier spécialisé travaille à sa tâche spécifique. Une série de verbes distingue explicitement un certain nombre de gestes techniques : « tirer le ligneul », νευρορραφεῖν ; « tailler [les empeignes] », σχίζειν ; « découper des tiges », χιτῶνας συντέμνειν ; « assembler des pièces », συντίθεσθαι (XEN. Cyr. VIII, 2, 5)247.

  • 248 Voir supra p. 51-52. Le clouage présente aussi des inconvénients : les pointes sont rigides et ne p (...)

150Parmi les procédés d’assemblage des parties possibles, il ressort que les cordonniers d’alors cousaient essentiellement. Le clouage, qui permet une plus grande rapidité dans l’exécution et qui serre bien les couches, semble avoir été réservé à la consolidation des semelles248. Nous n’avons en revanche aucune attestation de collage de feuilles de cuir.

  • 249 Juste avant cela, Corytto, la cliente satisfaite, vante en ces mots la qualité du travail de Cerdon(...)

151La finesse dans les coutures ou dans les attaches du système de fixation est tout un art qui peut être recherché pour diverses raisons. Ainsi, elles ne doivent pas blesser, comme le rappelle la cliente du cordonnier Cerdon, dans le Mime VI d’Hérondas, lorsqu’elle vante les qualités du godemiché (baubôn) qu’il a fabriqué pour elle et qui, par sa fermeté associée à la douceur et à la finesse des maigres lacets de cuir (himantiskoi), semble lui procurer beaucoup de plaisir : « un rêve de douceur ! Des attaches qu’on croirait de laine, non de cuir ! », ἀλλ’ ἡ μαλακότης ὕπνος, οἱ δ’ ἱμαντίσκοι | ἔρι’, οὐχ ἱμάν[τες] (HER. VI, 71-72)249.

152La même finesse dans l’exécution des jointures se retrouve avec une visée bien différente lorsqu’il s’agit de camoufler un message dans la semelle de souliers (bien qu’ici il s’agisse de chaussures non en cuir mais en fibre de papyrus) sans qu’on voie la reprise, chez Énée le Tacticien :

Que l’on insère le message, à son insu, dans ses souliers, entre les feuilles de la semelle, et qu’on l’y couse. [Une fois l’homme arrivé à destination, de nuit], on défera la couture faite à ses souliers [et la réponse], on la coudra dans sa semelle […]. Mais il faut faire ces coutures aux souliers le moins visibles possible.
κρυφαίως αὐτοῦ εἰς τὸ τῶν ὑποδημάτων πέλμα ἐντεθήτω εἰς τὸ μεταξὺ βυβλίον καὶ καταρραπτέσθω [...] ἀναλυέτω τὰς ῥαφὰς τῶν ὑποδημάτων καὶ ἐγκαταρράψας ἀποστελλέτω τὸν ἄνδρα [...] χρὴ δὲ τὰς ῥαφὰς τῶν ὑποδημάτων ὡς ἀδηλοτάτας ποιεῖν (EN. Pol. XXXI, 4-5).

Rajuster et raccommoder

  • 250 HIPPO. De lart XI, 7 : εὐεπανορθώτοισι σώμασι δημιουργεῦνται. Voir supra p. 35.

153L’auteur du traité hippocratique De l’art que nous citions plus haut insiste sur une possibilité dont jouit le cordonnier, au contraire du médecin : il travaille des matériaux faciles à retoucher250. De fait, notre corpus fait état de certains de ces tâches et gestes qui témoignent d’une sorte de « service après-vente » dont seul le cordonnier peut s’acquitter par son savoir spécifique.

  • 251 Nous n’oublions pas cette fois encore que le texte s’inscrit dans la satire à l’encontre du métier, (...)

154Dans un passage de Lysistrata, on voit un homme marié réclamer à un jeune cordonnier de venir chez lui en son absence pour réajuster en la relâchant un peu la courroie de la sandale de sa femme : « cordonnier, le petit doigt de pied de ma femme est trop serré par la courroie, étant délicat. […] Donne-lui du jeu pour qu’elle soit au plus large », ὦ σκυτοτόμε, μου τῆς γυναικὸς τοῦ ποδὸς | τὸ δακτυλίδιον πιέζει τὸ ζυγὸν | ἅθ’ ἁπαλὸν ὄν· [...] χάλασον ὅπως ἂν εὐρυτέρως ἔχῃ (AR. Lys. 413-419). Au-delà de l’équivoque érotique, on comprend qu’une telle opération, qui devait consister ici à découdre, tirer la lanière et éventuellement la recouper avant de la recoudre, revienne à un homme de métier251.

  • 252 « Quand un manteau de peau tient bien chaud, il faut aussi […] le rapiécer », τὴν γὰρ οὖν βαίτην | (...)
  • 253 Mot à mot, il s’agit de « recoudre par dessus » ; le terme σκυτοδέψης, traduit généralement par « c (...)

155Le cordonnier peut être amené à repriser toutes sortes d’objets, en bon couturier qu’il est (c’est-à-dire en tant qu’il dispose de l’outillage et qu’il maîtrise le geste associé à cet outil) : ici, Cerdon le cordonnier propose à Métrô, la cliente qui lui a donné des chaussures à raccommoder, de lui « rapiécer » aussi son « manteau de peau », βαίτην ῥάπτειν (HER. VII, 128-129)252 ; là, un homme superstitieux dont un sac (θύλακον) a été rongé par une souris et auquel on conseille « d’y faire poser une pièce par le cordonnier », ἐκδοῦναι τῷ σκυτοδέψῃ ἐπιρράψαι (THEOPH. Car. XVI, 6)253.

  • 254 Voir Taillardat 1965, p. 295, § 515, et n. 2, pour la scholie que nous traduisons : το(...)

156Un passage imagé d’Aristophane et les gloses qu’il a suscitées font certainement allusion aux « pièces » dont se servaient les cordonniers pour rafistoler des objets, rapetasser des vêtements et qui consistaient très probablement en chutes de cuir et morceaux de moindre valeur qu’ils recyclaient. Dans les Cavaliers, l’auteur comique dénonce l’attitude de Cléon, le « corroyeur paphlagonien », qui « flatte son maître [...] et le dupe avec des rognures de cuir et de tels mots », ὁ βυρσοπαφλαγών, ὑποπεσὼν τὸν δεσπότην | [...] ἐξηπάτα | κοσκυλματίοις ἄκροισι, τοιαυτὶ λέγων (AR. Cav. 49). Le terme κοσκυλμάτια pour désigner ici les propos subtils et trompeurs du démagogue vient tout droit de sa profession254. Hésychius et la Souda le définissent comme des « chutes de cuir » :

Morceaux découpés sur le pourtour d’une pièce de cuir.
κοσκυλμάτια· τὰ τῶν βυρσῶν περικομμάτια (HESYCH. s. v.).

Les toutes petites chutes de cuir.
κοσκυλμάτιον· τῶν βυρσῶν τὰ σμικρότατα περικόμματα (Souda s.v.).

  • 255 Voir infra p. 161, pour une interprétation plus développée du passage.

157Dans la même veine satirique, Gorgô se plaint de devoir nettoyer les « épluchures de vieilles besaces », γραιᾶν ἀποτίλματα πηρᾶν (THEOCR. XV, 19) que lui a rapportées du marché son mari : il pourrait s’agir de nettoyer de vieux objets hors d’usage pour en récupérer des morceaux et obtenir ainsi des pièces pour le raccommodage d’autres objets endommagés255.

  • 256 En fait, le mot signifie étymologiquement toute « tranche de cuir » destinée à « être cousue » (cf. (...)
  • 257 Cf. Pritchett 1956, p. 204, l. 230 : ὑποδημάτων δημοσίοις κάττυσις, τοῦ ζεύγους Ἀπολλοφάνηι Τυρμείδ (...)

158Il est enfin une réalité économique dont les textes se font l’écho : comme de nos jours, le raccommodage des chaussures était très certainement une des tâches que l’on donnait fréquemment au cordonnier, comme le rappelle l’adage de Platon : « l’art du cordonnier consiste aussi à raccommoder (καττύειν) » (PLAT. Euthyd. 294d). Le terme καττύειν appartient à une famille lexicale d’usage classique, constituée autour du nom de la semelle (κάττυμα/κάσσυμα) ou, dans son emploi pluriel et par synecdoque, des chaussures256. Le terme désigne par ailleurs des pièces de cuir rajoutées sur la face externe de la semelle d’usure, en contact avec le sol, pour la réparer ou en boucher les trous, ainsi qu’en témoigne la Souda : « morceaux de cuir solides et durs, que l’on dispose sous les sandales et autres modèles de chaussures », δέρματά τινα ἰσχυρὰ καὶ σκληρά, ἅπερ τοῖς σανδαλίοις καὶ τοῖς ἄλλοις ὑποδήμασιν ὑποβάλλεται (Souda s.v.). Le nom κάττυσις n’est connu que par une inscription en langue attique (IG II2 1672, l. 105 et l. 230)257.

  • 258 Leguilloux 2006 : dans le matériel en cuir du fort de Didymoi, l’auteur a repéré des objets portant (...)
  • 259 POLL. VI, 164 : παλίμπηγα δ’οἱ κωμικοὶ τὰ παλαιὰ καττύματα, καὶ παλινδορίαν [PLAT.COM. fr. 180 K.-A (...)
  • 260 HESYCH. s.v. παλινδορία· τὸ σκῦτος. La glose ne nous éclaire en rien a priori, si l’on s’en tient a (...)
  • 261 NIC. fr. 85, 6 (dans l’édition de Gow, Scholfiels 1953) = ATH. IX, 370a : « une autre <variété de chou> de couleur s</vari> (...)

159La langue grecque dispose pour désigner ces chaussures réparées ou de seconde main258 de quelques composés rares, constitués pour leur première partie de l’adverbe signifiant la réfection (παλίν) : on trouve ainsi les noms παλίμπηγα chez Pollux259, παλινδορία chez Pollux et Hésychius260, l’adjectif παλίμβολα dans un fragment de Nicandre transmis par Athénée261.

160L’usage de la peau, des fourrures et du cuir ne se résume toutefois pas aux vêtements et aux objets de transport. Dans le monde grec, parce qu’il est un matériau doté de nombreuses qualités que nous passerons en revue, le cuir est particulièrement recherché et utilisé quotidiennement dans tous les domaines.

Notes

1 Bruneau, Balut 1997, p. 198, § 204.

2 Ibid., p. 199-200, § 205.

3 Ibid., p. 214-215, § 216a. Le tour de main « non pas entendu comme habileté spéciale ou même exceptionnelle du bon ouvrier mais comme tropos, comme manœuvre », n’est donc pas l’objet de la seule ethnologie qui enquête chez les vivants.

4 Nous empruntons toutes ces remarques à Leguilloux 2004a, introduction p. 5-12 ; Chahine 2002 ; Harris 2014, p. 11 (« not only species [matters] but also the age, breed, climate and the way the animals were cared for »).

5 Par ailleurs, chez les Scythes, peuple de cavaliers par excellence, le cheval est occasionnellement empaillé pour servir de trophée dédié au roi mort. Voir HDT IV, 72, pour un cas de taxidermie de cinquante serviteurs et de cinquante chevaux, les plus beaux, un an après la mort du roi scythe : « ils (les) étranglent [...], leur vident le ventre, le nettoient, le remplissent de paille et le recousent (ἐξελόντες αὐτῶν τὴν κοιλίην καὶ καθήραντες ἐμπιπλᾶσι ἀχύρων καὶ συρράπτουσι). Ils les plantent en terre, serviteurs montant les chevaux, en cercle autour du tombeau. »

6 Sur la préférence des divinités concernant les victimes, voir Jost 1992, p. 82 : « en général Poséidon préfère les taureaux – impétueux à son image –, Athéna les vaches, Déméter les porcs, Dionysos les porcs et les chèvres » ; Georgoudi 2007, passim, par ex. p. 44 : Zeus lui-même reçoit des victimes qui vont « du grand bovidé au petit porcin, en passant par les ovins et, parfois même, par quelques caprins », « des animaux divers, dont l’immolation est prescrite, chaque fois, pour des raisons elles-mêmes diverses ».

7 Il n’y a pas d’interdits religieux systématiques en Grèce relatifs à l’abattage d’une espèce en particulier. Hérodote en cite certaines dans les rites égyptiens (HDT II, passim).

8 Stèle de marbre de Lartos-Ialysos relative à la pureté rituelle dans le sanctuaire d’Alektrôna, trad. Le Guen-Pollet 1991a, no 28, qui commente ainsi : « Le porc était rarement autorisé dans le culte d’Aphrodite par ailleurs (voir AR. Ach. 793-794). Pour ce qui est de l’ordre de pénétrer nu-pieds, il est parfois représenté sur des documents figurés et souvent spécifié dans les textes. […] Le règlement des Mystères d’Andanie du ier siècle av. J.-C. (LSG 65 = IG 5 (I), 1390, 23) ordonnait à ceux qui participaient aux cérémonies d’avoir les pieds nus (οἱ τελούμενοι | τὰ μυστήρια ἀνυπόδετοι ἔστωσαν, LSG 65, 15), tandis que les hierai gunaikes qui suivaient la procession avaient le droit de porter des chaussures à condition qu’elles fussent de feutre ou que, de cuir, elles fussent consacrées au dieu », μηδὲ ὑπο-|δήματα εἰ μὴ πίλινα ἢ δερμάτινα ἱερόθυτα (LSG 65, 23).

9 Voir par exemple PHILOST., Vie d’Apollonios de Tyane VIII, 7, 14 (éd. C. P. Jones, Loeb Classical Library, 2005) : Pythagore considérait comme impurs les vêtements faits à partir d’animaux morts (ἐσθῆτα ... ἀπὸ θνησειδίωνà savoir de cuir, et il se vêtait de lin et se chaussait de papyrus tressé.

10 Halm-Tisserant 1998, p. 56-60, pour le traitement littéraire (en comédie notamment) et artistique de ces scènes d’écorchement humain.

11 Sur ce passage d’Hérodote relatif à la pratique du scalp et de traitement du cadavre de l’ennemi par les Scythes, voir le commentaire dans Hartog 1991, p. 173-175. De telles serviettes (ou « essuie-mains ») sont encore attestées par Sophocle (« la tête rasée pour faire une serviette à la façon scythe », Σκυθιστὶ χειρώμακτρον ἐκκεκαρμένος ἐκδεδαρμένος, TGF2 432 = ATH. IX, 410c) et le terme est glosé par HESYCH. s.v. : Σκυθιστὶ χειρώμακτρον· οἱ Σκῦθαι τῶν λαμβανομένων πολεμίων ὧν τὰς κεφαλὰς ἐκδέροντες [ἦσαν] ἀντὶ χειρώμακτρον ἐχρῶντο. En revanche, les « pouvantails » faits des peaux des ennemis ne sont mentionnes que par Herodote, qui n’en explicite pas la fonction.

12 Nous donnons dans les notes suivantes un certain nombre de références. Toutes ces occurrences seront exploitées en temps voulu dans la suite de notre propos.

13 Bœuf et/ou taureau, sans qu’il soit toujours possible de distinguer : Od. 10, 19-20 ; Il. 3, 375 ; 7, 219-223 ; 13, 160-163 ; 16, 360 ; 17, 389-393, 492-3 ; HDT IV, 183 ; ATH. I, 27f ; veau et génisse : XEN. Art ch. II, 9 ; Ps.-THEOCR. IX, 9-10.

14 Notamment par le terme διφθέρα : Od. 13, 436-438 ; 14, 530 ; AR. Nu. 72 ; LUC. Tim. passim. La peau d’un ovin gardant encore sa toison est dénommée τὸ κῷδιον (AR. Cav. 400, Gr. 1478, Thesm. 1180 ; LUC. Songe 1), diminutif de τὸ κImage 100000000000000E0000000F7DE6F901FD299125.jpgας (notamment τὸ χρύσειον κῶας, la mythique « Toison d’or » : PIND. Pyth. IV, 231-232 (= 410-411) ; THEOCR. XIII, 16), et τὸ κῳδάριον, diminutif de τὸ κῷδιον (AR. Gr. 1202-1203, pour se moquer des diminutifs dont Euripide remplit ses vers ; CRAT. fr. 48 K.-A., vol. IV, p. 146 = fr. 41 K. : νακότιλτος ὡσπερεὶ κωδάριον ἐφαινόμην, « j’avais l’air, en quelque sorte, d’une petite toison tondue »). Les lexicographes connaissent les variantes κώδεια (POLL. II, 38) et κωδίς (HESYCH.). Le mot ἡ ἀρνακίς désigne une peau d’agneau sans qu’on sache si elle est dépilée ou non (AR. Nu. 730 ; la traduction de la CUF par peaux d’« ânon » reprend le calembour présent dans le texte d’Aristophane, l’expression (ἐξ) ἀρνακίδων, « à partir de peaux d’agneau », suggérant le verbe (ἐξ)ἀρνεῖσθαι, « nier » les dettes ici). Plus rares sont les termes ἡ νάκη, τὸ νάκος (Od. 14, 530 ; HDT II, 42 ; Ps.-THEOCR. XVII, 54, dans un sens obscène de toison d’un satyre ; A.P. VI, 78 ; ALCIPH. III, 34), πόκος (Il. 12, 451 ; EUR. El. 513 ; THEOCR. XV, 19-20 ; XXVIII, 12 ; ALCIPH. IV, 17), qui désignent une toison brute, non préparée.

15 Porc : LSG 136 (cf. supra) ; PHILOST. Gym. 10 ; sanglier : Il. 9, 548 ; PCZ IV, 59692, l. 18.

16 Cerf : Od. 13, 436-438 ; peau de faon : HDT VII, 75, plus particulièrement la nébride : AR. Gr. 1211 ; Ps.-THEOCR. Ep. II, 4 ; LUC. Dion. 1 ; A.P. VI, 56 ; VI, 87 ; VI, 165 ; VI, 172 ; VI, 177 ; VI, 292…

17 Chien (?) : AR. Gu. 231, 447 ; Nu. 268 ; THEOCR. XV, 19-20 ; loup : Il. 10, 334, 459 ; POL. VI, 22, 3 ; renard : HDT VII, 75 ; XEN. An. VII, 4, 4 ; PLUT. 229b ; hyène : PGM VII, 203.

18 Cheval : voir supra et n. 5 ; âne : XEN. An. III, 5, 9 ; PGM XXXVI, 362 ; onagre : PCZ IV, 59693, l. 17-18.

19 Lion : Il. 10, 23, 177-178 ; AR. Gr. 46-47, 496 ; Ps.-THEOCR. XXV, 142, 238 ; LUC. Hér. 1 ; panthère : Il. 3, 17 ; 10, 29-30 ; HDT VII, 69 ; AR. Ois. 1249-1250 ; lynx : Hymn. Pan, 23-24.

20 Martre : Il. 10, 335, 458 ; lièvre : Hymn. Pan, 42-43 ; loutre, castor, etc. : HDT IV, 109.

21 LUC. Dém. 19.

22 Od. 4, 436-437, 440 ; HDT I, 202.

23 Autruche : HDT IV, 175 ; grue : HDT VII, 70 ; chameau : HDT III, 9 ; hippopotame : HDT II, 71. Pour le dromadaire, dont on fait des éléments de harnachement comme ceux retrouvés dans le fortin de Didymoi (fin ier-début iiie siècle), voir Leguilloux 2004a, p. 34 ; 2011, p. 252.

24 En revanche, la peau de poisson (ἰχθύα) peut être utilisée séchée pour fabriquer des râpes et des limes (Archigénès, dans GAL. XII, 406 Kühn).

25 Voir Harris 2014, p. 13, et Michel 2014.

26 Dans l’exemple relevant du merveilleux littéraire de l’outre d’Éole (Od. 10, 19-20), le maître des vents sacrifie un « taureau de neuf ans » afin de confectionner un sac suffisamment ample et solide pour y enfermer les vents. Voir aussi Marlière 2002, p. 15.

27 Leguilloux 2004a, p. 8.

28 Ibid.

29 Voir infra p. 39-41.

30 Ou pour servir de contenant plus volumineux : cf. supra n. 26 (Od. 10, 19-20). Pour d’autres exemples non empruntés au merveilleux, voir infra p. 104-106, 110 (jeu de l’askoliasmos, soufflets de forge…).

31 Leguilloux 2004a, p. 8. L’outre d’Éole est faite de la peau d’un taureau de neuf ans (cf. supra n. 26).

32 Reekmans 1996, p. 25.

33 Wissa 2006, p. 282.

34 Cordonnerie 1984, chap. 3 « Les défauts du cuir », p. 11.

35 Mann 1962, p. 13-14 : « défauts de la peau vivante » dus à des parasites, aux maladies, à la vieillesse de l’animal.

36 L’adjectif στιφρός signifie « compact, bien serré », donc « robuste, solide ». Plutarque glose ici un vers de l’Iliade (3, 375) où il est question d’une courroie « taillée dans le cuir d’un bœuf abattu », ἱμάντα βοὸς ἶφι κταμένοιο, expression qu’un scholiaste commente « <tué> avec force et violence », ἰσχυρῶς καὶ μετὰ βίας (Sch. Il. Γ375, ms X°s.).

37 Nous n’évoquerons pas ici la question (économique) de l’amélioration du rendement de l’élevage par l’amélioration de l’alimentation, de l’hygiène du bétail, par le contrôle plus attentif de la reproduction, etc.

38 L’attestation de tels bœufs se retrouve chez plusieurs auteurs grecs et latins (ARIST. Part. An. VI, 16 : ὀπισθονόμοι et ὑποχωροῦντες παλιμπυγηδόν ; Alexandre de Myndos dans ATH. V, 221e (bœufs de Libye ὀπισθονόμοι) ; EL. Car. An. XVI, 33, mentionne des ὀπισθονόμοι βόες « chez les Libyens qui bordent l’Inde ») ; Pomponius Mela I, 45 (apud Garamantas etiam armenta sunt eaque obliqua cervice pascuntur) ; enfin PLIN. VIII, 178 (« Les bœufs […] sont de tous les animaux les seuls qui paissent à reculons (retro ambulantes pascuntur) ; chez les Garamantes, ils ne paissent même pas autrement »). Des peintures rupestres de Tassili n’Ajjer représentent plusieurs types de bœufs aux cornes pointant en avant ; ils pouvaient tout à fait paître à reculons, à moins que ce ne soient les peintures, bien antérieures au ve siècle, qui aient donné naissance à la légende (Asheri, Lloyd, Corcella 2007, p. 706). La qualité des peaux, dont Hérodote seul donne l’information, ne ferait aucun doute, et Hérodote aurait pu en prendre connaissance auprès de quelque marchand (How, Wells 1912, p. 362).

39 Cf. p. 189, n. 2, de l’édition de Ph.-E. Legrand dans la CUF.

40 PLAT., Lois V, 735 a-c.

41 Tous les résultats et les conclusions que nous rapportons ici sont tirés de Chandezon 2004.

42 ARIST. H.A. VIII, 28, 606a : « En Égypte, des animaux comme les bovins et les moutons sont plus grands qu’en Grèce [ou] de même taille, comme les [...] chèvres. On explique ces différences par la nourriture qui est abondante pour les uns, rare pour les autres [...]. En beaucoup d’endroits, c’est aussi le climat qui est responsable : ainsi, en Illyrie, en Thrace et en Épire, les ânes sont petits… »

43 Leguilloux 2000, p. 77-78, et tableau p. 95. Tailles au garot : 50 cm à Tirynthe à l’époque submycénienne vers 1050, 62 cm au vie siècle, 63 cm au ive siècle et 67 cm au ier siècle à Délos. Il faut toutefois rester prudent dans l’interprétation de tels calculs de taille au garot car ce sont « des évaluations plus que des chiffres précis », que « les données chiffrées restent encore rares » et ne « livrent pas la taille moyenne des animaux à telle époque et dans telle région » (Chandezon 2004, p. 493).

44 Longueur maximale de la première phalange antérieure des bovins : 52 mm à Tirynthe à l’époque mycénienne, 55 mm à Éphèse pour l’époque archaïque, 67 mm à Didymes à l’époque impériale, soit une croissance de plus de 20 % entre l’époque archaïque et l’époque impériale. Cf. Chandezon 2004, p. 491-492.

45 ARIST., H.A. III, 21, 522b17 : référence donnée par Chandezon 2004, p. 495.

46 ATH. XII, 540c-e. On peut dater ces essais au plus tard de la fin du ive siècle, voire du iiie siècle, époque des auteurs de première main, Klytos de Milet et Alexis de Samos. Voir Chandezon 2004, p. 479.

47 Chandezon 2004, p. 495.

48 Les soins à porter à certaines espèces de moutons pour garder la qualité de leur laine ont fait l’objet de commentaires des Anciens. Ainsi des « brebis habillées » (VARR. E.R. II, 2, 18-19) « qui, à cause de la qualité de leur laine (propter lanae bonitatem), sont recouvertes de peaux (pellibus integuntur), comme celles de Tarente et d’Attique, pour que la laine ne se salisse pas, ce qui empêcherait de la teindre comme il faut, ou de la laver et de la nettoyer » ; « pour tenir propres leurs bergeries et leurs étables, il faut donc plus de soin que pour les moutons à grosse laine. On fait donc un sol pavé de pierres, afin que l’urine ne stagne nulle part dans l’étable. Les divers aliments dont les bêtes sont friandes, tels que les feuilles de figuier et paille, marc de raisin, son, leur sont offerts en quantité modérée, pour éviter l’insuffisance ou l’excès de nourriture ».

49 Georgoudi 1990, ad loc. et p. 251, n. 23, concernant l’utilisation de βύρσα pour la peau du vivant de l’animal et la valeur ajoutée que peut représenter la douceur de la peau de l’animal vivant par anticipation de son utilisation sous forme de cuir. Les Géoponiques sont un recueil daté du xe siècle, constitué à partir des Eklogai de Cassianus Bassus, compilateur du vie siècle et dont les sources remontent au ive siècle apr. J.-C.

50 Mann 1962, p. 12-13 : en raison des procédés de manutention et de la transformation de la peau brute, une éraflure peut occasionner un trou ou entraîner une déchirure de la peau. « Il faut donc avoir grand soin de produire et de livrer au tannage des peaux présentant le moins possible de défauts. »

51 Cordonnerie 1984, p. 11.

52 D’avis de spécialiste, aujourd’hui en Europe, où l’on utilise des peaux de bovins pour le cuir à semelle, « la peau des animaux transhumants est plus prisée que celle des animaux élevés hors sol. Une vache qui vêle chaque année et qui vit en pleine nature, dans des conditions climatiques variables, donne une peau de meilleure qualité ». Voir Madec 1999, p. 40.

53 Brunet, Collin Bouffier 2007, p. 91.

54 Les exemples de cheptels préservés et réservés à la confection d’objets de luxe s’inscrivent de fait le plus souvent dans une société centralisée autour d’une élite riche au pouvoir, destinataire de cette production spécialisée. Ainsi, selon J. Bottero, il existait à Babylone un inspecteur spécialisé (sussiku) qui avait en charge l’équarrissage et la peausserie fine des troupeaux de la couronne ; des ouvriers spécialisés (sârip dušê), avaient pour tâche de préparer un cuir très raffiné, le dušu (Dict. Arch. Techn. 1963, s.v. « cuir »).

55 Pline parle de couvertures faites en laine d’Arabie (PLIN. VIII, 190).

56 Pour cet exemple, voir Chandezon 2004, p. 482-483.

57 Voir Massendari 2007.

58 Le marquage doit en effet, par définition, être visible et, selon les cas, durable ; seule une brûlure profonde, au deuxième voire au troisième degré, peut altérer la couleur du poil lorsqu’il repousse ou même empêcher sa repousse. Mais cette pratique n’est pas sans dangers : brûlure grave, marque informe, formation d’un kératome dévalorisant esthétiquement la robe de l’animal, infection. Aucun écrit ne nous est parvenu qui donne des recommandations ; ce savoir-faire s’est peut-être transmis oralement. Voir Villeveygoux 2007, p. 45-55.

59 Vanseveren 1936 : l’auteur donne un exemple, p. 259, commentant ainsi les l. 23-24 de l’inscription d’Ilion (τῆι βοῒ ἐπιγράψαντας | [τὸ ὄνομα τῆς φυλῆς]) : « chacun des phylarques doit faire marquer sur la vache un signe distinctif qui se trouvait au début de la ligne 24 (lacune du texte) ». Il renvoie également à IG VII 3171 (Orchomène) ; XI2 287 A 58 (Délos).

60 Feyel 2009, p. 314.

61 Berthiaume 1982, p. 86, au sujet des animaux thusimoi, propres à être sacrifiés (et consommés) et de l’examen des bêtes pour voir si elles sont en bonne santé. Le seul texte à faire état d’un « examen vétérinaire » est une Scholie à AR. Cav. 376 a (I), où il est question de l’ouverture du groin des porcs avec des chevilles pour savoir s’ils sont ladres. Voir aussi Feyel 2009, p. 317-323, qui commente POLL. I, 29 : « À propos des victimes que l’on présente lors d’un sacrifice. Les offrandes que l’on présente en vue d’un sacrifice doivent être des victimes bien constituées, entières, intactes, en bonne santé, exemptes d’infirmités, avec tous leurs membres, avec des membres bien conformés ; elles ne doivent ni être mutilées, ni estropiées, ni amputées de leurs extrémités, ni difformes », Περὶ τῶν προσαγομένων ἱερείων. τὰ δὲ προσακτέα θύματα ἱερεῖα, ἄρτια, ἄτομα, ὀλόκληρα, ὑγιῆ, ἄπηρα, παμμελῆ, ἀρτιμελῆ, μὴ κολοβὰ, μηδὲ ἔμπηρα, μηδὲ ἠκρωτηριασμένα, μηδὲ διάστροφα.

62 Pour une synthèse sur cet examen des victimes et leur marquage, sources et commentaires, voir Feyel 2006, passim, et 2009, p. 303-334 ; Berthiaume 1982, p. 87, avec exemple d’une inscription de 92 av. J.-C. (LSG 65 ; cf. LSS 83, règlement du culte de Dionysos à Astypalaia, iie ou ier siècle, l. 17 et commentaire) selon laquelle, pour les mystères d’Andania, l’examen avait lieu dix jours à l’avance et les animaux jugés acceptables étaient marqués au fer pour qu’on puisse aisément les identifier le moment du sacrifice venu (cf. Feyel 2009, exemple no 7, p. 307-308, commentaire p. 333).

63 AR. Nu. 23 et 437 ; fr. 43 K.-A., vol. III. 2, p. 53 = fr. 42 K., où le cheval ainsi marqué est nommé ὁ κοππατίας ; LUC. Ign. 5, recourt à l’adjectif κοππαφόρος ; HESYCH. s.v. κοππατίας·ἵππος κεκαυμένος, ἐντετυπωμένον ἔχων σημεῖον τὸ κόππα, ὅ ἐστι ἀπεστραμμένον, « koppatias : cheval marqué au fer rouge, ayant comme marque imprimée la lettre koppa, retournée » ; AR. Cav. 603 ; Nu. 122 et 1298 donnent le terme ὁ σαμφόρας, « marqué du signe san (nom dorien du sigma) ». Villeveygoux 2007, p. 45, mentionne les « chevaux porteurs du Coppa de Corinthe ou du Sampi de Sicyone ».

64 [ARIST.] Const. Ath. 49, 1-2 : ἡ βουλή [...] τοῖς δὲ μὴ δυναμ[ένοις ἀκολ]ουθεῖν ἢ μὴ θέλουσι μένειν ἀλλ’ ἀνάγουσι, τροχὸν ἐπὶ τὴν γνάθον ἐπιβάλλει, « le Conseil [...] fait marquer une roue sur la mâchoire les bêtes qui ne peuvent pas suivre ou qui ne veulent pas rester dans le rang mais qui en sortent » ; HESYCH. s.v. τρυσίππιον· τὸν χαρακτῆρα τὸν ἀπὸ τῆς βουλῆς ἐν ταῖς δοκιμασίαις τοῖς ἀδυνατοῖς καὶ τετρυ[μ]μένοις […] ἵνα μηκέτι στρατεύωνται, τὸ παλαιὸν ἐκάλουν τρυσίππιον. τροχὸς δὲ ἦν ὁ ἐπιβαλλόμενος χαρακτὴρ τῇ γνάθῳ τῶν ἵππων : « trysippion : marque apposée par le Conseil lors des inspections sur les chevaux invalides et à bout de forces […] afin qu’ils ne partent plus en campagne, anciennement appelée trysippion. La marque apposée sur la mâchoire des chevaux était une roue ». Cf. Feyel 2009, p. 58-59, ex. 3 et 5.

65 Par exemple, voir la pélikè lucanienne en provenance d’Héracléa, Policoro, Musée national de la Siritide (Moreno 2001, p. 95, fig. 42).

66 Villeveygoux 2007, ibid.

67 Par exemple, χαρακτῆρα ἐπιβάλλειν, « apposer une marque », le mot χαρακτήρ désignant le « fer à marquer », dans un décret de Bargylia en Carie v. 120 av. J.-C. (Feyel 2009, p. 306-307, pour le texte, et p. 329-330 pour le commentaire lexical) ; de même en Égypte au iie siècle apr. J.-C., le verbe σφραγίζω employé pour le marquage des victimes a pu signifier « marquer au fer rouge comme au moyen d’un sceau » (Feyel 2009, p. 332).

68 Ce marquage permet aussi la gestion des domaines de pâture en restreignant l’accès de terrains sacrés aux seuls animaux marqués, donc légitimes. Ainsi, un règlement sacré d’Ios du iiie siècle décrète que les animaux qui pâturent sur certains pâturages doivent être « marqués au feu » (ἱερὰ καῦσαι [τὰ θρέμματα]) et seront dès lors considérés comme « sacrés », c’est-à-dire qu’ils ne seront plus la propriété d’un simple particulier : « que les hériopes fassent proclamer que tous ceux qui en ont fait pâturer doivent faire marquer au feu les bestiaux comme sacrés ou ne pas les faire pâturer » (Chandezon 2003, p. 140, no 32, l. 3-4).

69 Nous empruntons les remarques suivantes à l’article méconnu mais remarquable de Sigrist 1981. D’après 489 tablettes de l’université de Syracuse, dans l’État de New York, datées de l’époque de la Troisième Dynastie d’Ur (v. 2100-2000) et provenant en grande partie de la ville d’Umma, l’auteur reconstitue la séquence des opérations de transformation des peaux en cuir et dégage le système administratif qui commandait et régissait cette entreprise.

70 Sur les produits dérivés des peaux, notamment la colle, pour le monde grec, voir infra p. 154-156.

71 Trantalidou 2001, p. 285, qui renvoie aux témoignages consignés dans Vakalopoulos 1980, p. 131.

72 Amphore à col attique à figures rouges, attribuée au Peintre de Pan, v. 470-460, Boston, Museum of Fine Arts, 01.8109 = ARV2 553/40. Les faces A et B du vase ne sont pas en relation : sur la face A, un arbitre déclare un jeune athlète victorieux.

73 Van Straten 1995, fig. 163 et p. 154-155 : la scène du jeune homme transportant une peau de l’amphore de Boston ne renvoie pas plus explicitement à la part du prêtre que les scènes, visibles sur un grand nombre de vases, représentant des hommes ou jeunes hommes transportant une patte de victime. Le seul exemple pour lequel on peut admettre que le peintre avait pour objectif de représenter la part du prêtre est la face A de la kylix attique à figures rouges de Macron (fig. 162 ; Londres, British Museum E 62, v. 500-475, ARV2 471/194) : on y voit un homme barbu, couronné de vigne, assis sur un tabouret, et un jeune homme qui lui apporte une patte et un plat contenant un gâteau (ou des tranches de viande). Sur la peau comme prérogative du prêtre, voir aussi infra p. 166-167.

74 Durand 1979, p. 142, fig. 4. Van Straten 1995, p. 152-153, souligne à juste titre que les assistants du sacrifice, porteurs de viandes, etc., sont représentés selon les mêmes codes que les artisans au travail : ici, l’acolyte porte enroulé l’himation autour de la taille.

75 Mann 1962, p. 15.

76 Dans ce procès concernant un prêt maritime dont le plaideur poursuit le recouvrement, un certain Hippias témoigne et affirme qu’Apollodore, un des commerçants fraudeurs, n’a ramené du Pont aucune marchandise pour remplacer les quelque 500 amphores à vin (ἐπ’οἴνου κεραμί[οι]) emportées (au lieu des 3 000 prévues, voir § 18-20), qui étaient destinées à la vente.

77 Procès au cours duquel il est question d’un bateau qui a coulé avec ses marchandises.

78 Cordonnerie 1984, p. 11.

79 À Umma (Sigrist 1981), dans un système de collecte centralisé, des scribes ont consigné le nombre de peaux arrivant au palais et y ont associé la cause de la mort de l’animal. Il peut être mort de cause naturelle (ug7) ou avoir été abattu volontairement par l’éleveur (ba-ug7), cas les moins mentionnés parce qu’ils sont les plus fréquents et les moins suspects. Mais la bête peut « avoir été prise par les chiens [sauvages] » (ur-e dab5-ba) ou « avoir péri par attaque » (de5-de5-ga, miqittu), c’est-à-dire sous l’effet de la chaleur ou par piétinement et étouffement lors de son transport. Toutefois, ces informations ne sont pas destinées aux ouvriers tanneurs – les scribes ne détaillent pas l’état de la peau, même si on peut en supposer les dégradations –, mais elles relèvent du droit : le berger ou le bouvier, qui n’est pas le propriétaire du bétail, doit pouvoir justifier aux yeux des intendants et de la justice du roi de sa bonne foi lors de la perte d’un animal. Pour montrer que l’animal n’avait pas été abattu illégalement à des fins personnelles, il devait d’ailleurs ramener la peau, mais aussi les tendons, parfois le crin de la queue ou la laine des animaux, toutes matières utiles à la fabrication d’objets quotidiens – mais pas la viande, pour des raisons d’hygiène – et prêter serment pour dégager sa responsabilité.

80 Voir infra p. 155-156.

81 Selon Platon, les mageiroi ont à « égorger les bêtes, puis à les dépouiller de leur peau, et, enfin, à découper la viande pour la mettre à rôtir ou à bouillir », σφάττειν τε καὶ ἐκδέρειν καὶ τὰ μικρὰ κρέα κατακόψαντα ἕψειν καὶ ὀπτᾶν (PLAT. Euthyd. 301c). Sur les traductions du mot et les rôles du mageiros, voir Berthiaume 1982, passim.

82 Nous traduisons ἀρταμεῖν (terme sans étymologie sûre) par « découper », « débiter » plutôt que « dépecer » (CUF) car le verbe renvoie au geste du boucher-cuisinier ; dans Alceste, le verbe est employé au sens figuré de « mettre en pièces » pour caractériser les juments de Diomède qui « de leurs mâchoires rapides déchiquètent les hommes », ἄνδρας ἀρταμοῦσι λαιψηραῖς γνάθοις (EUR. Alc. 494).

83 On trouve en effet le terme δορίς chez Anaxippe (ive-iiie siècle) dans ATH. IV, 169b (μαγειρικὰ δὲ σκεύη [...] : φέρ<ε> [...] δορίδα, κοπίδας τέτταρας, « ustensiles de mageiros : “apporte une doris, quatre coutelas”) et chez les lexicographes : HESYCH. s.v. δορίς· σκεῦος μαγειρικόν (cf. CALLIM. Aetia III, fr. 75, 11) et PHOT. s.v. δορίδες· σκεύη μαγειρικά. Pollux (VI, 89) liste trois couteaux mais ne nuance pas leurs fonctions : τὰ δὲ μαγείρου σκεύη [...] κοπίδα, μαχαίρας, δορίδας αἷς ἔδερον, « ustensiles du mageiros : kopis, machaira, doris avec lesquels ils dépeçaient ». La kopis est un « couperet », la machaira désigne tout type de coutelas utilisé dans le sacrifice pour égorger et découper la victime, mais aussi comme arme ; le dépouillement se fait avec la doris. C’est une lame de fer bien forgée (Égisthe dit à Oreste en El. 817 : « prends ce fer », λαβὲ σίδηρον). On notera dans la suite du passage qu’Oreste change de lame au moment de fendre le thorax du veau (El. 836-837) et prend alors « à la place du couteau dorien, un couperet (kopis) de Phthie » (Φθιάδ’ ἀντὶ Δωρικῆς | οἴσει τις ἡμῖν κοπίδ’ ἀναρρῆξαι χέλυν). La doris semble donc bien affectée ici au seul acte de fendre la peau avant de la prélever. Cf. encore Berthiaume 1982, p. 48 : « Lorsque le corps de l’animal sera vidé de ses entrailles (entera) et de ses viscères (splanchna), on pourra alors procéder au dépouillement avec un couteau spécial à lame droite, la doris. »

84 En grec κἀνεῖτο, aoriste 2 moyen de ἀνίημι, « découvrir », comme en Il. 22, 80 où la mère d’Hector « soulève son sein », κόλπον ἀνιεμένη, d’où le sens secondaire de « soulever » la peau, si bien que la chair qui est en dessous est mise à nu, donc « écorcher » (voir Denniston 1939, ad loc.). Cf. Od. 2, 300 : Télémaque trouve « dans la cour les prétendants […] qui flambaient les cochons et dépouillaient les chèvres » (μνηστῆρας [...]|αἶγας ἀνιεμένους σιάλους θ’ εὕοντας ἐν αὐλῇ) ; HESYCH. ἀνίεναι· δέρειν.

85 EUR. Méd. 1181 sq. : tandis que la fille du roi de Corinthe subit les premières tortures du poison de la robe offerte par Médée, ses servantes courent en tous sens chercher Créon et Jason : « Le temps qu’un bon marcheur rapide eût parcouru, d’un train vif, deux cents pas à peine, […] la victime se réveille » (trad. Debibour 1999).

86 C’est, par exemple, l’interprétation du traducteur et commentateur L. Parmentier dans la CUF, t. IV, p. 224, n. 2.

87 On trouve aussi, formé sur la même racine, l’hapax δρατός (Il. 23,169 : δρατὰ σώματα, les « corps dépouillés » des bœufs sacrifiés en l’honneur de Patrocle dont Achille prend la graisse pour enduire le corps de son ami) ; cf. νεόδαρτος, (peau) « fraîchement prélevée » (Od. 4, 436-437 ; 22, 363 ; XEN. An. IV, 5, 14), infra. Le verbe simple δέρω est encore usité avec le sens d’« écailler » ou d’« ôter la peau » des poissons (plutôt que « tailler des filets » dans la traduction de l’édition Loeb) : Athénée rapporte qu’Archippos dans Les poissons (fr. 23 K.-A. vol. II, p. 546 = fr. 25 K.) mentionne un certain Hermaios vendeur de poissons « qui dépiaute violemment les baudroies et les roussettes », ὃς βίᾳ δέρων ῥίνας γαλεούς τε (ATH. VI, 227a). Enfin, le verbe et ses composés connaissent certains emplois figurés dans la littérature comique et satirique : « écorcher quelqu’un à force de le fouetter », ou, de sens obscène, « (s’)écorcher à force de (se) frotter » (Annexe 4).

88 Ps.-THEOCR. XXV, 272 : Héraklès se demande « comment arracher aux membres de la bête morte [le lion de Némée] sa peau », ὅπως [...] βύρσαν | θηρὸς τεθνειῶτος ἀπὸ μελέων ἐρυσαίμην.

89 HDT IV, 64 : le guerrier Scythe « pratique une incision circulaire autour des oreilles, et saisissant la peau l’arrache par petites secousses », περιταμὼν κύκλῷ περὶ τὰ ὦτα καὶ λαβόμενος τῆς κεφαλῆς ἐκσείει.

90 Les témoignages archéologiques consistent en des restes osseux (cheville osseuse, bas des pattes, queue) ou des cornes trouvés dans des dépotoirs situés à proximité de tanneries supposées ou avérées (Pompéi, Liberchies) : voir Leguilloux 2004a, p. 56-60.

91 Encore faut-il préciser que la séquence des gestes de découpe rituelle n’est pas intégralement donnée par l’iconographie ; ainsi, on ne sait pas comment, par exemple, les Grecs ouvraient horizontalement la carcasse, de bas en haut ou de haut en bas. Voir Durand 1987.

92 Sur la machaira, couteau sacrificiel, et ses représentations (ainsi que celles du geste associé) sur les vases, voir, par exemple, Durand 1986, p. 109-115 ; Monteix 2008.

93 De nos jours, dans les abattoirs, la peau est ôtée « après une incision au couteau suivant un tracé qui définit la forme de la dépouille enlevée : le traçage doit, idéalement, inscrire la peau dans une figure géométrique ; les viscères abdominaux et thoraciques sont extirpés après ouverture de la face ventrale de l’animal selon la ligne médiane déjà suivie par le traçage ; enfin, les carcasses de gros animaux sont fendues de part et d’autre selon l’axe de la colonne vertébrale. Excepté l’arrachage des peaux d’ovins (qui se fait par traction et/ou poussage, à mains nues ou à l’aide de machines), il n’y a là aucun geste qui n’incise, coupe, tranche, divise par le couteau, le couperet ou la scie ». Voir Vialles 1987.

94 Athènes MNA 9683 (v. 475, Peintre de Pan). Durand, Lissarrague 1983, p. 157, pour la citation et le dessin (fig. 4) = Mehl 2009, p. 180, fig. 5. Sur l’autre face figurent, à terre, un kanoun et une machaira à lame courbe.

95 Svenbro 1987. Le texte (LSG 151 A, l. 47 et l. 49-50) précise : « les endora sont enveloppées dans la peau. [...] Au prêtre, comme parts d’honneur du bœuf, la peau et une cuisse – le prêtre s’occupe du rituel… », ἔνδορα ἐνδέρεται [...] | γέρη τοῦ βοὸς τῶι ἱερῆι δέρμα κ[αὶ σ]-|[κέ]λος -ἱερὰ ἱαρεὺς παρέχει.

96 Voir la loi sacrée sur l’Ilissos, infra p. 179-180, qui fait certainement référence à l’opération de trempe (macération des peaux dans une eau claire) ou à un simple lavage à l’eau courante de la peau tout juste ôtée à proximité d’un sanctuaire d’Héraklès.

97 Voir infra p. 77 et suiv.

98 Cabanes 2006, p. 44, développe les exemples des métiers du feu : la métallurgie (nécessitant une cuisson à fortes températures, un matériel de forge...) et la céramique (« exigeant de vrais artistes, potiers et peintres, tant pour la forme des vases que pour leur décoration »). Sur la répartition des modes de fabrication ville/campagne, voir le chapitre 3.

99 On parle de « cuir vert » ou « frais » quand il provient d’une bête récemment abattue sans avoir subi le moindre traitement. Un cuir est « brut », en revanche, quand il a été traité par le sel pour être conservé, mais non tanné. Cf. par ex. Sudre 1979, p. 7.

100 Sur στέρφος, voir A.RH. Arg. 4, 1348 (trois déesses, héroïnes tutélaires de la Libye [v. 1309] apparaissent à Jason « ceintes de peaux de chèvres qui depuis le haut de la nuque, leur enveloppaient le dos et les hanches », στέρφεσιν αἰγείοις ἐζωσμέναι ἐξ ὑπάτοιο | αὐχένος ἀμφί τε νῶτα καὶ ἰξύας) ; LYC. Alex. 1347 (Héraclès, nommé « bouvier » (βοηλάτην) suite au travail des bœufs de Géryon, est « revêtu d’une peau » στέρφος ἐγχλαινούμενον) ; Souda s.v. στέρφος· δέρμα, σκέπασμα (« protection »). καὶ στερφόπεπλος γὰρ ὁ Ἡρακλῆς. De la même famille sont en effet attestés deux adjectifs : στερφωτήρ chez IBYC. fr. 59 (55) Bgk (= Schol. A.RH. ad loc. : στέρφεσιν αἰγείοις· τοῖς δέρμασιν, ἔνθεν καὶ στερφῶσαι· Ἴβυκος δὲ στερφωτῆρα στρατὸν εἴρηκε τὸν ἔχοντα δέρματα, « Chez Ibycus, <on lit> “armée vêtue de sterphoi”, ce qui signifie “qui porte des peaux” ») et στερφόπεπλος, LYC. Alex. 652 (Héraclès sous le nom Mékisteus est nommé « le guide-bœufs », Βοαγίδα, « à l’habit de peau », στερφόπεπλος, par référence à sa léontè). Le mot semble donc apparaître essentiellement dans un contexte rustique ou barbare.

101 Les différents objets réalisés en peau/cuir que sont la besace (πήρα), la bourse (κυνοῦχος), et la gourde (ὄλπη) font l’objet de notices infra p. 106-109.

102 Faut-il voir dans les sakia que mentionne Xénophon des peaux non tannées que l’on nouait autour des pattes des chevaux (XEN. An. IV, 5, 36 : « le comarque apprit aux Grecs à nouer de petits sacs autour des pieds des chevaux et des bêtes de somme, toutes les fois qu’ils les mèneraient à travers la neige : sans cette précaution, ils enfonçaient jusqu’au ventre », διδάσκει ὁ κώμαρχος περὶ τοὺς πόδας τῶν ἵππων καὶ τῶν ὑποζυγίων σακία περιειλεῖν, ὅταν διὰ τῆς χιόνος ἄγωσιν· ἄνευ γὰρ τῶν σακίων κατεδύοντο μέχρι τῆς γαστρός) ? Aristote (H.A. II, 1, 499a 28-30), de son côté, mentionne des chaussures de protection pour les chameaux, dont la partie inférieure des pieds est fragile. Voir infra p. 99.

103 Voir infra p. 98-99 et n. 194.

104 C’est le procédé d’échauffe naturelle, à un stade rudimentaire, non mentionné dans les sources grecques. Voir Gansser 1951, p. 1164 ; Leguilloux 2004a, p. 24. Pour ce procédé de dépilage et d’autres dans le monde grec, voir infra p. 36-39.

105 Mann 1962, p. 15-16.

106 Sur ces points, voir Bruneau, Balut 1997, p. 146, § 145.

107 Pour ce lexique spécialisé emprunté à la tannerie moderne, voir Leguilloux 2004a, p. 22-23 ; 2006, p. 11.

108 Textes et commentaire sur ces deux inscriptions infra p. 179-181.

109 Pour le sens de νακοδέψαι, voir infra p. 171. La forme nominale apparaît ailleurs mais désigne le peigne à carder la laine (A.P. VI, 249, 3 et 5-6, de Philippe de Thessalonique, début du ier siècle : la vieille Aisionê consacre à Athéna Pallantias des navettes, des verges à tendre le fil, un « peigne à démêler la chevelure <de la laine> », un fuseau, une corbeille tressée « que jadis remplissaient des pelotons de laine cardée à coups de dents », κτένα κοσμοκόμην [...] τάλαρον ὅν ποτ’ ὀδόντι | ἐπλήρου τολύπη πᾶσα καθαιρομένη.

110 Les traités modernes les plus précis distinguent, dans les méthodes artisanales de fabrication du cuir, les opérations d’ébourrage (élimination des poils après un chaulage, au couteau à ébourrer, outil à deux poignées et lame peu tranchante incurvée épousant la courbe du chevalet), l’écharnage proprement dit (travail de précision qui consiste à enlever les portions de tissu musculaire et adipeux, la « chair », au moyen d’un couteau à écharner à la lame convexe et très tranchante) et le décrassage (élimination de l’épiderme, des racines des poils et glandes, avec une lame émoussée, par des pressions modérées) : Mann 1962, p. 36-39.

111 Gansser 1951, p. 1161. L’auteur ajoute deux exemples d’utilisation d’os pour le dépouillage : les chasseurs de chamois lorsqu’ils écorchent l’animal fraîchement tué ; les dents de morse utilisées au xixe siècle dans les petites tanneries. Pour le raclage, il renvoie à l’usage des côtes de rennes comme racloir chez les Esquimaux, tout en précisant que pour la peau brute, « c’est la pierre qui convient le mieux car elle a plus de prise sur la peau glissante » (p. 1162). Une côte de bœuf utilisée à cette fin a été trouvée dans l’un des dépotoirs de la tannerie de Pompéi : voir Brun, Leguilloux à paraître.

112 Cette double lecture se trouve toute résumée dans la formulation de la Sch. Pl. 166e (manuscrit Parisianus gr. 2821, vers 1370) : γναφεὺς ἐπὶ δερμάτων λέγεται, κναφεὺς δὲ ἐπὶ ἱματίων : « gnapheus s’emploie pour les peaux, knapheus pour les draps de laine ».

113 Sch. Pl. 166a [rec] : κναφεύει· διὰ τοῦ κνάφου τὰ ἱμάτια καλλωπίζει. ἔστι δὲ κνάφος εἶδος ἀκάνθης, « knapheuei : embellir l’aspect des draps au moyen du knaphos. Le knaphos est une sorte de peigne à carder » (manuscrit du xve siècle).

114 Sch. Pl. 166b [rec] : γναφάλα· τὰ ἀποξύσματα τῶν δερματίων, « gnaphala : les raclures de petites peaux » ; 166c [rec] : γναφεύω·τὸ τά δέρματα ξέω, « gnapheuô : le fait de racler les peaux » (manuscrits du xive siècle).

115 HIPPO. Rég. I, 14, 1 : « Les foulons opèrent ainsi : ils foulent, frappent, tirent ; en maltraitant ils rendent plus fort ; en tondant les fils qui dépassent ou en les rentrant, ils rendent les tissus plus beaux. » Καὶ οἱ γναφεῖς τοῦτο διαπρήσσονται· λακτίζουσι, κόπτουσιν, ἕλκουσι, λυμαινόμενοι ἰσχυρότερα ποιέουσι, κείροντες τὰ ὑπερέχοντα καὶ παραπλέκοντες καλλίω ποιέουσι. L’auteur du traité est anonyme, mais on attribue le Régime à la fin du ve siècle, aux environs de 400 (voir l’introduction à l’édition de la CUF, p. XIV). Hérodote emploie la forme κναφεύς (HDT IV, 14). Voir aussi Perpillou 1973, § 75 et passim.

116 Cette scholie explique qu’il s’agit d’une variation phonétique et orthographique diachronique du mot : « les anciens auteurs de langue attique écrivaient κναφεύει avec un κ en partant de κνάφος, plante épineuse avec laquelle on carde les étoffes ; les écrivains les plus récents avec un γ », κναφεύει· οἱ παλαιοὶ Ἀττικοὶ διὰ τοῦ κ παρὰ τὸ κνάφος. ἔστι δὲ κνάφος ἀκαντῶδές τι, ᾧ ξύουσι τὰ ἱμάτια. οἱ δὲ νεώτεροι διὰ τοῦ γ (Sch. Pl. 166a [vet]). Cette variation, dont la chronologie est d’ailleurs confirmée par les inscriptions (Chantry 2009, p. 388-399), pourrait découler de son caractère technique et populaire (voir DELG s.v. κνάπτω).

117 Rizopoulou-Egoumenidou 2009, p. 14 (avec références aux dictionnaires consultés) : le grec démotique connaît γναφέας, la « personne qui s’occupe de laver, blanchir et carder la laine » ; en revanche, le verbe γνάφω renvoie, pour le domaine du cuir, aux activités de dépilage, de prétannage ou de tannage des peaux, et l’adjectif γναφτός se dit d’une peau « tannée ». En dialecte chypriote, ὁ γναφκιάς signifie « le tanneur ».

118 Voir infra p. 38.

119 Voir le commentaire dans l’édition de V.J. Matthews, p. 263, qui reprend la suggestion de Wyss selon laquelle -λοφος équivaudrait à λοπός chez Hippocrate, au sens de « partie externe du cuir » (HIPPO. Litt. IV, 150 et 169 = Art. 33 et 38 ; voir infra p. 137-138).

120 Pline mentionne comme autre dépilatoire le suc laiteux de figue (fici sucus lacteus […] pilos detrahit : XXIII, 117) mais dans un contexte purement médical, sans préciser, comme il le fait habituellement, que ce peut être utile aux tanneurs.

121 Gansser 1951, p. 1160.

122 Les termes « plamage » et « plamer », auxquels recourt Faber 1948, p. 646 lorsqu’il mentionne les bains à base d’urine, sont impropres puisqu’ils concernent le fait de gonfler, amollir et dépiler par l’action de la chaux. Les textes grecs et latins ne nous disent rien du « confitage » des peaux aux excréments ou à la fiente, qui assouplissent et gonflent le derme.

123 Si du moins on suit avec les éditeurs du texte la leçon de la Souda qui donne cet hapax (s.v. κυνοῦχος), le manuscrit n’offrant pas de leçon satisfaisante. C’est un composé de στλεγγίς que les lexicographes glosent unanimement par le terme ξύστρα, « grattoir ».

124 Crugnola 1971, scholie 423a.

125 Le tranchet ou tranchant est étudié dans la partie relative aux outils du cordonnier, infra p. 47 et suiv.

126 Delort 1986, p. 66, précise toutefois que, à la fin du Moyen Âge, l’écharnage définitif pouvait se pratiquer avec une lame très coupante à l’oblique, sur une sorte de banc, mais il insiste alors sur les dernières membranes de chair qui pourraient empêcher une bonne pénétration du tanin, et non sur l’enlèvement des poils.

127 Crugnola 1971, ibid.

128 Hésychius définit les lathargoi aussi comme des « vers » (σκώληκες). Ce terme technique n’a pas d’origine claire (peut-être une origine pré-grecque ?). Cf. EDG s.v.

129 Cf. Taillardat 1965, p. 347, § 595.

130 Halm-Tisserant 1998, p. 35 et n. 112, avec renvoi à Burford 1972, p. 50-51.

131 Voir Faber 1948, p. 646.

132 Il y a peut-être une métaphore obscène ici, que ne relève pas J. Taillardat, vu que πάτταλος désigne le membre viril dans AR. A.F. 1020 (Taillardat 1965, p. 73, § 100).

133 Cf. Taillardat 1965, p. 347, n. 6. Voir encore : « c’est au sol après les avoir chevillées qu’ils écorchaient les peaux », χαμαὶ ἐπὶ τῶν παττάλων ἐξέδερον τὰ δέρματα (Sch. Cav. 371a (II) [vet]).

134 C’est l’hypothèse qu’émet déjà Lafargue 2009, p. 193, n. 18 (= Lafargue 2013, p. 245, n. 19) : l’auteur ne parle pas tant de chevillage de peaux déjà prélevées, dans sa note, que de l’instant consistant à vider et dépecer la bête (il s’agirait alors de l’attacher, au moyen de chevilles ?), parce qu’il garde en tête l’autre domaine de comparaison très développé dans ce passage de la pièce, la charcuterie. Le scholiaste commente ainsi l’usage du terme γομφούμενα : « chevillées : calées avec des coins. Les “chevilles” sont des coins par lesquels on attache, on ajuste et on tient ensemble les planches de bois », γομφούμενα· σφηνούμενα. γόμφοι γὰρ οἱ σφῆνες οἱ συνείροντες τὰς σάνιδας καὶ συναρμονιῶντες καὶ συνέχοντες (Sch. Cav. 463a [vet]) : on le voit bien, le vocabulaire utilisé et le commentaire nous orientent davantage vers le domaine de la charpenterie et de la construction navale.

135 Nous rendons par l’idée d’étendage le sens du préverbe dans διαπατταλεύω, « clouer en écartant les coins ».

136 Gansser 1951, p. 1167.

137 Chahine 2002, p. 21 : on applique l’huile avant ou après l’action de la fumée de feux de bois. Les aldéhydes et phénols des fumées « forment des combinaisons stables avec le collagène ». Si l’huile est appliquée avant le fumage, « la chaleur facilite l’oxydation des graisses, renforçant encore l’effet tannant ». Ce tannage « fournit un cuir coloré en brun foncé, résistant à l’eau, assez rigide, ce qui le rend adapté à la fabrication de récipients destinés à recevoir le vin ou l’huile ».

138 Cf. Gansser 1951, p. 1157 : « c’est ainsi que l’on prépare les peaux de tambour, les lanières de cuir et cordes de peau brute, ainsi que de nombreux objets d’équipement utilisés encore aujourd’hui par des peuplades primitives ».

139 Le scholiaste explique ce geste par le fait qu’« ils n’étalaient pas encore par des chevilles les peaux », οὔπω γὰρ ἐπασσάλευον τὰς βύρσας ἴσως (Sch. Il. Ρ389-393, n. 72-73, leçons bT (manuscrit du xie siècle et archétype). Sur l’étalage, voir supra.

140 C’est ici le premier emploi du mot, qui désigne ailleurs toute espèce de sécrétion organique, voire végétale : des liquides qui suintent d’un corps (celui de Polycrate, pendu et sans doute écorché : HDT III, 125), la sueur (ARIST. Part. An. 668b4), les humeurs que contient le corps humain (HIPP. Mal. IV, 40), métaphoriquement le vin, « jus de Bacchus », ἰκμάδα Βάκχου (A.P. V, 134, de Posidippe, première moitié du iiie siècle av. J.-C.). Généralement, ce n’est pas un liquide coulant mais une humidité suintante, propre à s’évaporer, ce qui ressort encore dans l’emprunt du terme qu’en fait le présocratique Diogène d’Apollonie pour caractériser de manière originale les corps métalliques malléables (elata) qui « émettent une certaine humeur (ἰκμάδα) et en attirent du dehors » (Diogène d’Apollonie 64A33, présocratique du ve siècle, conservé dans ALEX. APHR. Quest. II, 23). Cf. Halleux 1974, p. 71-72, avec renvoi à Lacroix 1957, p. 315-316. Ce dernier rappelle que W. Leaf, dans son commentaire de l’Iliade en 1902, affirme que la pratique d’un tel tannage primitif a encore lieu alors en Inde, et précise avoir lui-même consulté des spécialistes pour établir la véracité d’un tel procédé.

141 Il. 9, 208 : Patrocle pose sur un billot « un dos de brebis, un autre de chèvre grasse et l’échine d’un porc bien gavé, débordante de graisse », συὸς σιάλοιο ῥάχιν τεθαλυῖαν ἀλοιφῇ ; Od. 8, 476 : Ulysse coupe dans un « porc aux blanches dents, un morceau que bardait une abondante graisse », ἀργιόδοντος ὑός· θαλερὴ δ’ ἦν ἀμφὶς ἀλοιφή ; etc.

142 IG II2 1627, l. 313-317 : ὑπαλοιφὴ ἐμ φιδακνίωι | μέλαινα· ἑτέρα ἐν ἀμφορεῖ | μέλαινα· ἑτέρα λευκὴ ἐμ | φιδακνίωι· ἐν ἀμφορεῦσι | δυοῖν λευκή. Pour l’hypaloiphê, voir aussi PHIL. BYZ. Synt. Méc. V, D73 (infra p. 74), qui mentionne des échelles de cuir cousues et enduites de graisse (ὑπαλοιφῇ) aux coutures pour les rendre hermétiques et pouvoir les gonfler.

143 Il semble qu’un revêtement de poix était appliqué avant chaque navigation (AR. Ach. 189-190 : une trêve de cinq ans est présentée à Dicéopolis, mais elle « sent la poix (πίττη) et les constructions navales »). Dans une liste de produits de contrebande liés à la navigation, Aristophane cite la poix (AR. Gr. 364 : πίττα) qui donne de l’étanchéité au navire. La malthê est par ailleurs la cire qu’on étale sur les tablettes à écrire (DEM. C. Steph. II, 11,7 : « le témoignage doit être écrit sur de la cire pour qu’on puisse ajouter ou effacer à volonté »). Cf. aussi GAL. XIX, 120 Kühn (Linguarum seu dictionum exoletarum Hippocratis explicatio, s.v. μαλθώδεα) : « malthê : la cire, surtout quand elle est ramollie », μάλθη γὰρ ὁ κηρὸς καὶ μάλιστα ὁ μεμαλαγμένος ; POLL. X, 58 : ὁ δὲ ἐνὼν τῇ πινακίδι κηρὸς ἢ μάλθη ἢ μάλθα (avec citations empruntées à HDT VII, 239 ; CRAT. fr. 217 K.-A. vol. IV, p. 232 = fr. 204 K. ; AR. fr. 163 K.-A. vol. III. 2, p. 106 = fr. 157 K.).

144 HIPPON. Iamb. fr. 51 (Masson 1962) = fr. 46 Diels3 : ἔπειτα μάλθῃ τὴν τρόπιν παραχρίσας, « puis qu’on enduise la quille de goudron ». Sur l’hypaloiphê et son usage pour les bateaux, voir Morrisson, Williams 1968, p. 280.

145 HDT II, 86 et 90. Certes, la momification n’est pas une opération de tannage à proprement parler mais de conservation au moyen de sel et d’herbes aromatiques, mais on a retrouvé parfois des gousses d’Acacia nilotica dans la cavité abdominale après que les intestins eurent été enlevés. Le tannage des tissus, à supposer qu’il ait été réalisé, n’a jamais eu qu’un rôle secondaire. Cf. Gansser 1951, p. 1169.

146 Leguilloux 2004a, p. 34.

147 La technique existe au moins au iie siècle puisque des outres en peaux de chèvres conservant sur leur face externe des poils, presque toujours de couleur sombre, ont été retrouvées dans les fortins militaires romains du désert oriental égyptien, dans tous les niveaux d’occupation, à côté d’outres réalisées par couture de pièces de cuir tanné. Leguilloux 2006 ; 2011, p. 252, et p. 255, fig. 289, pour une gourde rectangulaire.

148 Moinier 2012, p. 117.

149 Voir Van Driel-Murray 2008, p. 252. La terminologie anglaise à deux termes, « curing » et « taning », recoupe la distinction française entre « pseudo-tannage » et « tannage (végétal) ».

150 Leguilloux 2004a, p. 30.

151 À propos des injures contre Cléon le tanneur en Cav. 196 et 203. Passage ambigu : nous comprenons ἵνα διαλάβοιεν… « afin de (les) séparer de l’odeur… », d’où « d’en extraire l’odeur », en gardant le sens du verbe tel qu’il apparaît dans la scholie que nous citons précédemment. On peut aussi comprendre : « afin de (les) séparer, à cause de l’odeur… ». Lafargue 2013, p. 247, n. 34, renvoie à une scholie formulée avec quasiment les mêmes mots que la glose de la Souda (Sch. Cav. 44c (I) [vet]) et donne à διαλαμβάνω un sens plus fort : « afin de (les) couper ».

152 Voir infra p 178-179.

153 Voir la tombe de Rekhmirê, dans Leguilloux 2004a, p. 55 ; 2006, p. 14, fig. 4.

154 THEOPH. Pl. IV, 2, 8 : ἄκανθα, acacia = Acacia nilotica [L.] Willd, produit tannant déjà bien connu à l’époque pharaonique (šnd.t), dont on a retrouvé des gousses dans l’atelier de tanneur du ier millénaire de Gebelein, en Haute-Égypte (fouilles de C. Schiaparelli), d’après Gansser 1951, p. 1159 ; les analyses de G. A. Bravo, chimiste italien spécialiste du cuir, faites sur quelques échantillons de cet atelier en 1948, ont démontré la présence de tanin, mais Van Driel-Murray 2009, p. 305, soutient, en dépit de la présence de peaux, d’outils, d’écorce et de feuilles d’acacia dans la tombe, que la plante était destinée à un autre usage et que l’invention du tannage à l’acacia en Égypte est plus récente (sur la question, cf. Wissa 2006, p. 285-286 et n. 55-56, 70). Pour d’autres analyses concernant l’utilisation des cosses d’acacia à l’époque pharaonique, voir Leach 1995. Cf. enfin Amigues 1995.

155 Respectivement : THEOPH. Pl. III, 8, 6 et IV, 2, 8 (galle du chêne domestique, ἡμερίς) ; III, 18, 5 (ῥοῦς, sumac) ; DIOSC. I, 108 (ῥοῦς) ; PLIN. XIII, 55 (rhus, sumac de Syrie) ; GAL. XII, 115 Kühn (ῥοῦς) ; PLIN. XIII, 63 et XXIV, 109 (acaciae semen, graine d’acacia) ; PLIN. XVI, 26 (galla, galle) ; PLIN. XIII, 113 ; XXIII, 107 et XXIV, 91 (granatum ou malicorium, grenade). Pline fait allusion dans cette dernière occurrence à « l’arbrisseau des corroyeurs » (frutex coriarius) « dont les feuilles sèches servent au tannage des cuirs comme l’écorce de grenade ». Des graines de grenade ont été retrouvées dans la grotte aux Lettres du désert de Judée, dont le mobilier a été déposé en 132-135 : voir Leguilloux 2006, p. 16 ; Yadin 1963, p. 157.

156 HDT IV, 189 (ἐρευθέδανον, garance) ; DIOSC. III, 143 (ἐρυθρόδανον ἢ ἐρευθέδανον· ἔνιοι δὲ τεύθριον καλοῦσι. ῥίζα ἐστὶν ἐρυθρά, βαφική) ; PLIN. XXIV, 94 (erythrodanum ou ereuthodanum ou encore rubia, garance). PCZ IV 59781, l. 9-13 : sur le verso de ce papyrus, on lit un compte dont la majeure partie concerne des transactions au sujet de la manufacture de licous, longes et rênes. Il y est fait mention d’une mine de garance (430 g) pour la teinture : ] ενον τοῖς τὰς κ[ο]ρ[υφαίας | φορβέα]ς καὶ ἀγωγεῖς ῥάπτουσι ξ [ | ] ὥστε εἰς τὰς τεμνομένας | φο]ρβέας καὶ κορυφαίας ἐκ στυππ(είου) ν . | ἐρυ]θρόδανον μν(ᾶ) α.

157 Leguilloux 2004a, p. 28-29.

158 THEOPH. Pl. III, 14, 3 (κλήθρα, aulne) ; III, 9, 1 (παραλία, pin « maritime », en réalité P. halepensis). Sur Théophraste, voir notamment Amigues 2002 : avec ses ouvrages Recherches sur les plantes (Historia plantarum) et Les causes de la végétation (De causis plantarum), Théophraste livre « dans le cadre d’une présentation thématique une somme considérable d’observations et de traditions sur l’ensemble du règne végétal » ; mais il lui manque une « nomenclature scientifique », il ne parvient pas à établir une « terminologie cohérente à partir de données tout à fait hétérogènes » (p. 226).

159 PLIN. XXIV, 175 (notia « très connue des corroyeurs sous des noms divers ») ; selon H. Le Bonniec, dans l’édition de la CUF, Dioscoride (IV, 182) donne ce terme comme équivalent à la vigne blanche ou bryone. Pline semble ne pas s’être aperçu qu’il consacrait deux notices à la même plante. Leguilloux 2004a, p. 29 (« la notia, plante qui n’est pas identifiée ») ne semble pas informée de cette concordance ; PLIN. XXIII, 22 (vitis alba, vigne blanche) et XIV, 98 (labrusca, vigne sauvage).

160 Wissa 2006, p. 285-286.

161 Van Driel-Murray 2002, où l’auteur défend l’idée que la technologie de tannage végétal d’origine a été transformée à la suite des innovations romaines (notamment p. 260-261 : « the Greek were experimental in spreading the technology […] of vegetal taning » ; « vegetal taning in Europe is intimately connected with the Roman presence ») vs Van Driel-Murray 2008, p. 487 : « By the time of Theophrastus [...], the properties of different trees with regard to taning seem to be thoroughly familiar, suggesting that the method was already well established by the close of the fifth century B.C. »

162 Halleux 2005.

163 Perna 2005, p. 41-42.

164 Voir Joannès 2001, p. 37-38, pour l’époque sumérienne, et la synthèse de Perna 2005, notamment p. 41-42, pour la période mycénienne, où les emplois exacts ne sont pas connus mais susceptibles d’être précisés par comparaison avec ceux du Proche-Orient, de l’époque d’Ur III à l’époque cassite, en tannerie, pour la teinture des tissus, la fabrication du verre, la pharmacopée.

165 Borgard, Brun, Picon 2005, p. 5-7.

166 « Les fibres de collagène qui, dans la peau, forment un réseau tridimensionnel, tendent à s’entasser les unes sur les autres parallèlement à la surface de celle-ci dans le sens des forces de traction qui sont exercées, produisant ainsi une structure lamellaire. Les fibres, très collées entre elles, présentent un angle d’entrelacement très faible, ce qui explique la très grande résistance mécanique du matériau [...]. L’ensemble de ces phénomènes mécaniques et chimiques permet de “figer” en quelque sorte les fibres dans cette structure quand le parchemin est sec, donnant ainsi son aspect semi-rigide au matériau », par opposition au cuir : Leguilloux 2004a, p. 41, citant Cl. Chahine sans référence précise ; voir Chahine 2001 et 2002.

167 Wissa 2006, p. 278.

168 Thomson 2006, p. 3.

169 Chahine 2002, p. 26.

170 C’est pourquoi Caton préconise pour la fabrication de câbles de pressoir (funes torculis) un traitement des peaux au sel suivi d’un corroyage à la graisse : il s’agit de prendre « huit bonnes peaux de notre région, fraîchement tannées (au sel), qui gardent le moins de sel possible ; il faut les tanner et les enduire de graisse, puis les faire sécher », indere oportet coria bona VIII nostratia recentia quae depsta sient, quam minimum salis habeant : ea depsere et unguere unguine prius oportet, tum siccare (CAT. Agr. 135, 3).

171 On trouve en guise de produits graissants, outre l’huile d’olive (LUC. Anach. 24 : ἐλαImage 10000000000000080000000F71D535F346C35DD3.jpgον ; CAT., Agr. 135, 3 : unguo), et l’aloiphê (Il. 17, 389-393) précédemment citées, l’amurca (PLIN. XV, 34 ; VARR. E. R. I, 61 et 64 ; CAT. Agr. 97 : « Enduisez d’amurque réduite par la cuisson essieu, courroies, chaussures et cuirs en général, vous les améliorerez », amurca dedocta axem unguito et lora et calciamenta et coria omnia, meliora facies). Sur sa nature exacte et ses usages, voir Brun 2003, p. 182-183 : graissage des essieux, des cuirs (notamment les chaussures) ; conservateur pour le vin et les fruits ; étanchéité des jarres à huile ; médicaments…

172 Ce qui était déjà connu depuis Homère de manière empirique est théorisé par Aristote, qui explique que l’huile a « des parties très légères » et que « grâce à cette contexture, elle pénètre à travers les pores (de la peau) », τὸ δ’ἔλαιον [...] λεπτομερέστατον˙ τοιοῦτον δ’ὂν εἰσδύνει διὰ τών πόρων (ARIST. Probl. XXXI, 21, 959b).

173 Si sociologiquement, le tanneur n’est pas le cordonnier, tous deux ont le même geste technique qui occasionne le même effet en vue de la même fin lorsqu’ils graissent une peau ou du cuir. « Ergologiquement, c’est-à-dire hormis toute valorisation et organisation professionnelle, entretien et réparation ressortissent à la fabrication autant que la production première » (Bruneau, Balut 1997, p. 199-200, § 205).

174 Leguilloux 2004a, p. 35.

175 Nous devons cette lecture à Lafargue 2013, p. 247, n. 37.

176 Perpillou 1973, § 157, n. 3 : στροβεύς n’est connu que par la scholie, comme un certain nombre d’autres termes tardifs. Lafargue 2013, ibid., traduit par « cylindre ».

177 On reconnaît ce geste sur les scènes figurées de tombes égyptiennes de l’époque pharaonique, dès l’Ancien Empire : peau ou cuir frotté sur un billot tripode au sommet visiblement arrondi dans le mastaba de Ti (Wissa 2006, p. 300, fig. 6 ; <http://www.osirisnet.net/mastabas/ty/ty_06.htm>) et le tombeau de Shedou (fig. 8) de la Ve dynastie ; sur un billot plat dans la tombe de Rekhmirê (Leguilloux 2004a, p. 55) ou sur l’angle aigu formé par les deux pieds d’un tréteau dans le tombeau d’Amenemhat à Deir el Medina (Wissa 2006, fig. 10), sous la XVIIIe dynastie.

178 Exemples issus de contextes des ier-iiie siècles dans Schenk 2008, cat. 640 (plaque allongée de section ovale, légèrement arquée, taillée dans un bois de cerf ; griffures, traces d’usure), cat. 641 (extrémité arrondie d’os long taillé ; griffures, traces d’usure) et fig. 120 ; p. 66 : « Ces instruments ont dû être créés ad hoc, au gré des besoins d’un artisan ou à partir de déchets d’os offrant un profil adéquat. De par leur nature extrêmement peu élaborée, il est fortement vraisemblable qu’un bon nombre d’objets similaires aient échappé à l’œil du fouilleur. » À Lousonna, une plaque marquée de griffures a pu être utilisée pour lisser un matériau doux comme le cuir (p. 66, avec référence).

179 Le phénol donne une couleur noire au cuir boucané. Cf. Barbe 2009, p. 16.

180 Leguilloux 2004a, p. 36, pour les cuirs ; p. 76, pour les fourrures.

181 Dioscoride (V, 98) donne déjà les termes σταλακτόν (PLIN. stalagmias, « noir de cordonnier ») et λογχωτόν (PLIN. lonchoton, « violet, tirant sur le blanc »), mais n’en mentionne pas l’usage en cordonnerie : σταλακτὸν καλεῖται ὑπὸ τῶν τὰ Κυπριακὰ μέταλλα ἐργαζομένων (DIOSC. V, 98, 1) ; ἄριστον δ’αὐτοῦ τὸ κυάνεον καὶ βαρύ, πυκνόν τε καὶ καθαρὸν καὶ διαυγές, οἷόν ἐστι τὸ σταλακτόν, ὑπ’ἄλλων δέ τινων λογχωτὸν καλούμενον (DIOSC. V, 98, 3). PHIL. BYZ. Synt. Méc. V, D77 (= 102, 31-33/36) évoque ce produit dans un tout autre usage, comme révélateur d’une encre sympathique : les lettres tracées sur un chapeau de feutre neuf ou sur la peau [humaine] « avec une mixture de noix de galle imbibée d’eau » (κηκῖδος θλασθείσης καὶ ὕδατι βραχείσης) » deviennent invisibles au séchage et réapparaissent avec une solution d’eau contenant du sulfate de cuivre que l’on passe à l’éponge. Cf. encore Forbes 1965, p. 230-231, pour tous ces emplois de l’atramentum.

182 Pour Aristote, il s’agit d’une encre noire qui permet de teinter des objets – qu’il ne définit pas – par contact (ARIST. Coul. 794a 20).

183 Chahine 2002, p. 27 : « le finissage ».

184 Pour ἀνθεῖν au sens de « reluire », « briller », voir XEN. Cyr. VI, 4, 1 : l’armée de Cyrus « brillait d’un éclat écarlate » (ἤνθει φοινικίσι, trad. perso.) ; POLL. I, 44 (« une teinture éclatante », ἀνθοῦσα [...] βαφή) ; X, 42 (« une couverture éclatante […] d’un rouge éclatant », στρωμνὴ [...] ἀνθοῦσα [...] κόκκωι ἀνθοῦσα). On notera toutefois que dans ces occurrences, le sens particulier du verbe concerne un rouge écarlate.

185 Cf. Bücheler 1892, qui renvoie à Ps.-THEOCR. VIII, 18-19 (σύρριγγ<α> [...] λευκὸν κηρὸν ἔχοισαν, « une syrinx garnie de cire blanche »), à HOR. Odes I, 13, 2-3 (cerea Telephi | laudas bracchia : « tu vantes Télèphe et ses bras de cire ») pour prouver qu’il y a ici une allusion à la couleur blanche de la chaussure. Contra note suivante.

186 Cf. Headlam 1899 et 1904 ; commentaire de l’édition Knox 1966, p. 337, qui note une différence à Rome entre calcei albi et calcei cerei et s’appuie, pour définir la couleur et l’aspect de la cire antique, sur la description des cérines, prunes décrites par Virgile (VIRG. Buc. II, 53 : cerea pruna), par Ovide (OV. Mét. XIII, 817-818 : pruna imitantia ceras, par opposition à « celles qu’assombrit un suc noir », nigro liuentia suco) et Pline qui distingue dans une énumération de prunes de couleur, les noires, les cérines – plus estimées – et les pourpres (PLIN. XV, 41).

187 Thompson 1954, p. 54-55 ; Thompson, Wycherley 1972, p. 174. Voir également le site <www.agathe.gr> (taper « Simon » dans le moteur de recherche) pour accéder aux photographies du matériel, plans de la zone et rapports de fouilles.

188 Athènes : paire de semelles de la tombe T ECK 64, datée de 375-350, dans laquelle ont été trouvés par ailleurs une pyxide en marbre tripode, deux bols à couvercle contenant des tablettes de fard et une pyxide corinthienne contenant des blocs de fard rosâtre. Ces objets sont exposés au musée du Céramique. Phères : tombe PHE001 à ciste, de fillette, datée de 410-300 (voir infra p. 52).

189 Voir le chapitre 3.

190 L’assertion peut paraître étrange, mais on verra deux exemples pris à Lucien et Martial d’une telle utilisation des dents, certes issus de la littérature satirique pour dénoncer un artisan fraudeur et, par là, critiquer une besogne mal faite. On ne peut exclure pour autant que ce trait soit issu de l’observation d’un geste habituel et on n’oubliera pas que le premier outil de l’homme peut être son propre corps, ainsi que le signale Gansser 1951, p. 1167, par l’exemple des femmes esquimaux qui ramollissent les peaux en les mâchant, l’action pancréatique de la salive cumulée à l’action mécanique des dents (écrasement) occasionnant une émulsion et une dissolution de la graisse naturellement contenue dans la peau fraîche. Également, sur une des scènes de la tombe de Rekhmirê, un cordonnier tire avec les dents le ligneul qui sort de la semelle d’une sandale (Wissa 2006, p. 300, fig. 11).

191 Voir Leguilloux 2004a, p. 68-69.

192 HESYCH. s.v. ὑπέατα· ὀπήτια (correction de M. Schmidt ; les manuscrits donnent ὕπεα· τὰ ὀπίσθια). Cf. EDG s.v. ὄπεας : du grec et i.e. *h3ekw - « voir ». La forme donnée par Hérodote (ὑπέατι) est au datif singulier. Le nominatif devait présenter une forme ὄπεαρ remplacée par ὄπεας. La forme *ὀπηατ-> *οπεᾱτ-donne ὀπητ- par contraction. Les neutres ὀπήτ-ιον (qu’on rencontre dans les écrits hippocratiques et la Bible des Septante) et ὀπήτ-ίδιον (Pollux) sont des dérivés diminutifs et présentent une forme en ὑπ- dans les gloses (par étymologie populaire, dialectale ?). Le mot devait signifier au sens propre « objet faisant un trou (ὀπή ; i.e. *opā-) ».

193 Littéralement : « aiguille pour le tricot ».

194 Cf. aussi le fragment de la comédie Les Crétois de Nicocharès, du ive ou iiie siècle (fr. 12 K.-A., vol. VII, p. 45 = fr. 9 K.), cité deux fois par Pollux en VII, 83 (τὰ δὲ ὀπήτια ὅπερ (ὄπεαρ Kock) ἐν Κρησὶ Νικοχάρης ἐκάλει) et X, 141 (τὰ δὲ σκυτοτόμου σκεύη [...] χηλεύματα καί ὄπεαρ καὶ ὀπήτιον, εἴρηται ἐν Νικοχάρους Κρησίν) : τοῖς τρυπάνοις ἀντίπαλον †ὅπερ ἀρχίλιον†. S’il est impossible de lui donner tout son sens aujourd’hui, il assimile notre « alène » (†ὅπερ = ὄπεαρ ?) à ses « rivaux » les « trépans » (τοῖς τρυπάνοις).

195 Knox 1966, ad loc. Toutes ces interprétations (et restitutions proposées du passage) sont présentées par Di Gregorio 2004, p. 232. Profitons ici de la traduction que nous donnons de l’italien lesina (« alène ») pour rappeler qu’il est à l’origine de l’expression « (ne pas) lésiner sur », par allusion à une pièce satirique italienne dans laquelle des avares, ayant choisi pour emblème une alène, raccommodaient eux-mêmes leurs chaussures par souci d’économie excessif (voir le Dictionnaire de l’Académie française).

196 C’est un dérivé de κεντέω : « piquer, aiguillonner », issu de l’i.e. *kent-, « piquer » (EDG s.v.). Souda s.v. στιγεύς· τὸ κεντητήριον (stigeus désigne le « tatoueur » depuis HDT VII, 35).

197 Pour l’Égypte, voir les reproductions de la tombe de Rekhmirê (réf. supra n. 153) ou Evely 2000, fig. 214-215 ; pour l’époque minoenne, p. 526, fig. 216 (planche d’outils métalliques dont la forme évoque celle de tranchets, les lames comprenant la plupart du temps un ou deux trous pour être fixées à un manche ; pour les autres outils qui sont moins spécifiques (poinçons, aiguilles, alènes, outils de polissage), l’auteur renvoie aux autres artisanats traités dans d’autres chapitres : travail du métal, du bois, textile, poterie). Enfin, un signe hiéroglyphique du Minoen Moyen I-II (fig. 216.14) désigné comme une truelle par Evans, est interprété par d’autres comme un tranchant de cordonnier.

198 Voir Leguilloux 2004a, p. 65-68.

199 Le sens et la réalité de ce geste, et différentes interprétations de ce passage difficile, sont donnés infra p. 54-55.

200 LUC. Trav. 20 supra.

201 La σμίλη désigne en fait un bon nombre d’outils d’artisans : le tranchet du cordonnier, le ciseau à bois du charpentier, le bistouri du chirurgien, le ciseau-burin du sculpteur. Le mot, d’origine incertaine, peut-être pré-grecque, a pu être décomposé comme un nom d’instrument en -λη (Chantraine 1933, p. 240, comme μήλη « sonde », χηλή « tenailles, pince »), mais aujourd’hui cela semble douteux ; d’autres proposent une racine *smei- « couper ». Cf. EDG s.v.

202 Il y aurait peut-être une différence entre la smilê, à lame droite (si l’on rapproche le texte d’Hérondas et le vase d’Oxford) et le tomeus, à lame courbe. C’est du moins ce que considèrent comme acquis Ziomecki 1975, p. 113, ou Lau 1967, p. 76. Les textes ne nous permettent pas de distinguer aussi nettement les deux tranchets.

203 Voir infra n. 238, notre interprétation du passage obscur de HER. VII, 119-121, qui va dans ce sens.

204 ἡ ῥυτίς désigne habituellement un « pli » de la peau, une « ride » et, par glissement de sens ici, déterminé par le complément du nom, les « plis du cuir ». On connaît dans un fragment de Ménandre (fr. 1059 K.) τὰ ῥυτίσματα, cité et défini par Photius : « les ravaudeuses d’habits déchirés [m. à m. « qui s’écartent »] appellent rutismata les pièces [à raccommoder] », αἱ ἀκέστριαι τῶν διερρυηκότων ἱματίων τὰ ἀναπληρώματα ῥυτίσματα ἐκάλουν.

205 Leguilloux 2004a, p. 18.

206 Pollux donne καλόπους dans une liste des mots composés d’un élément en –πους / -ποδ- en II, 195 ; καλόπους ou καλάπους selon les leçons des manuscrits, avec citation du passage de Platon, en X, 141.

207 GAL. V, 890, 12 Kühn (<παρασκευάζει> τὸν καλόποδα δ’ ἡ τεκτονική : « l’art du charpentier fabrique la forme en bois ») ; GAL. X, 653, 11 Kühn (dans le proverbe ἑνὶ καλόποδι πάντας ὑποδέουσιν, « ils chaussent tous <les hommes> au moyen d’une seule forme »). De τὸ κᾶλον, le « bois », la « bûche ». On trouve aussi le diminutif καλοπόδιον chez GAL. VI, 364, 3 Kühn (ἕνι καλοποδίῳ πρὸς ἅπαντας ἀνθρώπους ἀδύνατον χρῆσθαι τοῖς σκυτοτόμοις..., « il est impossible pour les cordonniers de recourir à une seule forme pour tous les hommes ») et Souda s.v. καλοπόδιον· σκυτινὸν ἐργαλεῖον, « outil pour le cuir ». Voir aussi en latin calopodion (SERV. En. 1, 39) ou encore le féminin calopodia (HOR. Sat. II, 3, 106). Le terme appartient bien au lexique spécialisé et est entré dans les langues de l’Est : par ex. arabe qālib, moyen persan kalapaδ, persan kālbud, grec moderne τό καλούπι ont le même sens de « forme ». Cf. EDG s.v. κᾶλον, qui signale en outre le terme καλοπέδιλα pour désigner des chaussures de bois chez THEOCR. XXV, 103.

208 Voir infra p. 54, l’exemple, de sens incertain, emprunté à Hérondas (VII, 119). Hésychius ne retient qu’une signification pour ἴχνος et les termes apparentés : « ichnos : empreinte, forme du pied », « ichmata cf ichnia : empreintes de chaussures » (?), ἴχνος· σημεῖον, ποδὸς τύπος. ἴχματα cf ἴχνια· ὑποδήματα σημεῖα.

209 Pour le monde romain, voir Leguilloux 2004a, p. 69-72.

210 Ziomecki 1975, p. 35.

211 Voir l’usage que font du marteau nos cordonniers. Cf. Dupont, Mathieu 1981, p. 215-236 : « Classification des outils et terminologie ». Aujourd’hui, on bat le cuir pour en resserrer les fibres (d’où le terme consacré de « resserrage ») et lui conférer plus de rigidité et de résistance, pour faire des semelles par exemple. Si on l’empêche ainsi de se déformer, demeure le risque de trop l’écraser. C’est pourquoi il est recommandé de mener cette opération sur une surface bien plane, avec un marteau plat et en contrôlant la puissance des coups (Cordonnerie 1984, chap. 2 « Les propriétés du cuir », p. 7 « Effets des chocs »).

212 Voir Ziomecki 1975, p. 55, pour les conventions de ces images : représentations d’un volume sur le plan (« les petits outils, tels que les marteaux, les pinces, les haches, etc. étaient représentés du côté le plus aisément lisible » afin d’être compréhensibles) ; disproportion (« c’est toujours conformément à ce principe que les peintres représentent certains objets d’une manière agrandie par rapport aux personnages »).

213 Cordonnerie 1984, p. 6 : « Effets de l’eau ». Les satiristes latins s’en souviennent lorsqu’ils recourent à l’expression proverbiale de « courroie dans l’eau » (lorus/lorum in aqua) pour désigner un (jeune) homme mou d’esprit ou, plus souvent encore, au membre flasque, donc impuissant (pour la bêtise : PETR. Sat. 57 : un co-affranchi de Trimalcion s’en prend à Ascylte, le traitant de jeune ignorant, « une vraie courroie dans l’eau, c’est plus mou mais ça ne vaut pas mieux », lorus in aqua : lentior, non melior ; pour l’impuissance : PETR. Sat. 134 ; MART. Ep. VII, 58, 3-4, où les amants d’une certaine Galla sont tous taxés d’impuissance, ayant « l’organe pareil à du cuir trempé dans l’eau », madido simillima loro | inguina).

214 C’est l’opinion de Beazley (CVA Oxford, 2, p. 100 : « a twohandled vessel to catch parings ») vs Vidale 2002, p. 137, n. 6. Ce dernier trouve étrange qu’un vase si grand et tenant une telle place dans l’image ne serve qu’à récolter les chutes de cuir : pourquoi les recueillerait-on avec tant de soin dans la mesure où elles n’occasionnent pas un grand désordre au sol et que, selon lui, elles ne peuvent être facilement recyclées ? M. Vidale admet cependant que la représentation d’une scène de découpe d’un gros thon sur une œnochoé à igures noires de l’Antikenmuseum de Berlin (F 1915, CVA Berlin, 7, pl. 36, in du vie siècle) semble donner raison à Beazley : deux personnages se tiennent debout, coupant le thon sur une table à trois pieds, analogue à celle de la pélikè d’Oxford et de la coupe de Londres, et sous la table, objet de l’attention de deux chiens, se trouve un grand vase ressemblant à un skyphos, qui pourrait avoir pour fonction de recueillir les déchets du poisson.

215 Vickers 1990, p. 35, vase 23 : « Beneath the table is a bowl of water with which the leather would be wetted before cutting. » On recourt aujourd’hui à des baquets ou à des cuves à tremper le cuir pour les semelles : cf. Dupont, Mathieu 1981.

216 Van Driel-Murray 2008, p. 487 : « there is no further datable evidence for nailed footwear before the mid-irst century B.C., nor it is depicted in Greek or Etruscan art ».

217 Six de ces clous sont exposés au musée de l’Agora et publiés sur le site <www.agathe.gr> sous le numéro d’inventaire IL 1361. Diamètre de la tête : entre 1,6 cm et 2,3 cm ; hauteur approximative : 1,5 cm. L’épaisseur assez importante de la pointe de section ronde, souvent tordue, n’est pas donnée.

218 Pour une typologie des clous en fer et bronze dans les contextes gallo-romains, voir le tableau de M. Feugère dans Villemeur et al. 2004, p. 133, fig. 31 : les clous de chaussures (« catégorie B »), qui mesurent jusqu’à 2 cm, ont une tige de section carrée et une tête conique, alors que les clous de fixation pour les huisseries et l’ameublement (« catégorie C ») sont plats ; leur tige, de section carrée, peut être assez longue, mais il existe des modèles plus courts (1,5 à 2,5 cm). Dans le matériel de Thasos, où près de 25 exemplaires ont été trouvés en contexte d’habitat d’époque tardive sur le site de l’Artémision, les clous en forme de « punaise » (= « catégorie C ») sont destinés à l’ornemental léger (fixation, ameublement) : les têtes sont toujours plates, les tiges courtes, de section carrée ou ronde, la pointe est effilée. Le plus long mesure 2,4 cm (renseignements fournis gracieusement par Clarisse Prêtre). Voir nos réserves sur l’identification du contexte à un atelier de cordonnier, infra p. 184.

219 Descriptif de la tombe et de son matériel par I. D. Papaikonomou et Y. Morizot disponible sur la base de données « L’enfant et la mort dans l’Antiquité » : <http://www.mae.u-paris10.fr/ema> (tombe PHE001, photo no 4).

220 Publiée dans Grandjouan 1961, p. 73, exemplaire no 922, et pl. 24. Voir aussi, consultable sur <www.agathe.gr>, le numéro d’inventaire L 1881, cliché 2004.01.1526.

221 Parfois, ils sont plus gros encore : le lot BI 738, du ive siècle (daté par deux tessons hellénistiques), comporte 18 anneaux en os, dont le diamètre oscille entre 1,5 et 2,5 cm et dont l’épaisseur peut atteindre 1,1 cm (0,6 cm pour les plus fins). Les autres proviennent de couches perturbées datées de la fin du ve siècle.

222 Voir encore infra p. 184.

223 Sur cette question de la spécialisation, voir infra p. 172 et suiv.

224 Ce qui n’est pas anodin en terme de qualité de fabrication puisqu’une couture trop serrée cisaille prématurément les fils en raison du jeu des pièces. Cf. Cordonnerie 1984, chap. 11 « Procédés d’assemblage des cuirs ». Pour un exemple de couture fine d’un habile cordonnier, voir infra p. 56.

225 Cf. Cordonnerie 1984, ibid.

226 CVA Boston, Museum of Fine Arts, 1, p. 27.

227 Interprétation déjà présente chez Forbes 1966, p. 58 : « measuring sticks, like those of the present day, were already in use then ».

228 Même lecture dans CVA Boston, ibid., et Vidale 2002, p. 139. Ziomecki 1975, p. 114, penche pour des tenailles, mais reconnaît la difficulté à lire l’image.

229 Autant d’usages empruntés au monde d’aujourd’hui. Cf. Dupont, Mathieu 1981.

230 Le commentaire du CVA Oxford, 2, p. 100, reste plus prudent : de droite à gauche, pour les trois derniers, « un couteau comme tient le cordonnier mais au manche carré et non arrondi ; deux lames de couteau dont on voit les soies (two knife-blades with the tangs showing) ».

231 Ziomecki 1975, p. 84-85.

232 CVA Boston, ibid. et Vidale 2002, p. 139, ne tranchent pas, même si ce dernier estime que les hypothétiques pièces de cuir sur l’amphore de Boston semblent coupées à la taille adéquate pour la fabrication d’une chaussure.

233 Certains comme Vidale 2002, p. 140, identifient cette peau à un étui à aulos (cf. infra p. 134-135) et prétendent que la femme la tend au cordonnier, ce qui permet de voir en elle une hétaïre.

234 Cf. Ziomecki 1975, p. 114 : O. Lau parle de « Schusterkugel » et le décrit comme un récipient sphérique rempli d’eau, qu’on suspendait devant une source lumineuse afin que, à la manière une lentille, il focalisât le faisceau lumineux sur l’objet sur lequel travaillait l’artiste (Lau 1967). Or, signale J. Ziomecki, on ne sait pas réaliser de boule en verre translucide soufflé à l’époque où a été réalisé le vase de Boston.

235 L’objet est couramment représenté sur les vases attiques. Cf. Vidale 2002, p. 139-140. On en trouve un de forme très semblable sur le tondo de la coupe de Boston, Museum of Fine Arts 95.29, peinte par Oneisimos vers 480 av. J.-C. (ARV 222, 59).

236 Voir le développement de Ziomecki 1975, p. 69-70, « vêtement de travail ». Nous reviendrons plus tard (infra p. 193-194) sur le port de couronnes par les cordonniers représentés sur les vases de Boston et d’Oxford.

237 Dans son article « Les planches de l’Encyclopédie » paru en 1964 et repris dans Le degré zéro de l’écriture, R. Barthes définissait les deux dimensions de ces images sans textes, construites en deux parties, comme nos trois exemples de cordonnier sur vases : d’un côté est montré l’outil ou le produit semi-fini « isolé de tout contexte réel, montré dans son essence », qui n’a alors « aucune vie » (dimension paradigmatique, qui place des exemplaires côte à côte) ; dans l’autre partie, que Barthes appelle « vignette », l’objet (outil ou feuille de cuir), placé dans une scène de confection dans l’atelier, est « saisi dans une scène vivante, enchaîné à d’autres objets à l’intérieur d’une situation réelle » (dimension syntagmatique, qui lie). Nos images grecques procèdent en effet de cette bipartition : les objets qu’utilise le cordonnier sont repris, isolés et présentés dans le champ du vase, comme accrochés au mur qu’ils permettent par ailleurs d’évoquer, créant ainsi l’espace de l’atelier dans une image avare de détails architecturaux, ou encore disposés à la queue leu leu sur une étagère fixée au mur. À ce langage de l’image se superpose celui des textes : dans le dialogue que nous établissons entre les deux types de sources testimoniales, de simples mots correspondent aux objets de l’axe paradigmatique (on établit alors un catalogue des noms d’outils et d’objets), tandis que pour comprendre au mieux le geste de l’artisan, il nous faut placer en regard des phrases évoquant des actions, des fragments de narration.

238 L’obscurité du passage tient à la polysémie du nom ἴχνος qui peut signifier « l’empreinte », « la plante du pied », « la semelle », « la forme », voire « la chaussure » (comme au vers 20 du même mime, reconstitué en τελέων ἄρη[σεν ἐκ μερ]έων ἴχνος, « la forme » ou « la chaussure est constituée d’un assemblage de parfaites [parties ?] ». Cf. Di Gregorio 2004, p. 243). Zanker 2009, ad loc., traduit ἴχνος par « semelle de chaussure » et reconnaît que la raison pour laquelle aiguiser une lame sur la semelle d’une chaussure la rendrait mieux ajustée n’est pas claire, pas plus que de l’aiguiser en suivant le pied même, d’ailleurs. À notre avis, deux interprétations sont envisageables : l’une revient à voir dans l’expression un proverbe dont le sens nous échappe ; l’autre consiste à prendre ἴχνος au sens de « forme de cordonnier », en prenant appui sur le passage précédant où Cerdon enjoint sa cliente en ces termes : « Mets ici ton pied mignon, que je le place sur la forme. Là !… rien à ajouter, rien à retirer », Φέρ’ ὧδε τὸν ποδίσκον· εἰς ἴ<χ>νος θῶ μιν.| Πάξ· μήτε προσθῇς μήτ’ ἀπ’ οὖν ἕλῃς μηδέν (HER. VII, 113-114). S’agit-il d’une forme creuse, comme le paraît la planche sur l’amphore de Boston (?), et dans laquelle entrerait parfaitement le pied de la cliente ? Si tel est le cas, « aiguiser son tranchet » à la planche de bois dur prend tout son sens (cf. supra p. 48-49). Mais dans ce dernier exemple, on peut aussi considérer qu’il s’agit de placer le pied sur le tracé du pied précédemment tracé par le cordonnier (qu’il ne fait pas, toutefois, lors de la visite narrée dans le mime).

239 CVA Boston, ibid., et Vidale 2002, p. 140.

240 Par ex. Ziomecki 1975, p. 116 : « Dans la réalité, ce mode de mesure pouvait tout au plus servir à relever le contour du pied. Il est certain que nul cordonnier ne découpait aussitôt de cette manière les semelles, la chose étant malaisée pour lui et dangereuse pour le client. On peut deviner que le peintre a simplement associé en une seule scène deux opérations consécutives : la prise de mesures et le découpage des semelles. »

241 La tannerie moderne procède au refendage, qui consiste à scier la peau dans son épaisseur pour obtenir la « pleine fleur » du cuir (la couche supérieure), la « croûte de cuir » (sa partie inférieure côté chair), voire des couches intermédiaires. Voir par ex. Barbe 2009.

242 DELG s.v. ὑπο ; LSJ propose pour ce passage le seul sens figuré du verbe : « cut underhand, in a cheating way, of a roguish leather-seller ». Ce double sens de l’expression ὑποτέμνειν δέρμα se retrouve dans les scholies : voir Sch. Cav. 316a [vet], « ostis upotemnôn, “lorsqu’on coupe obliquement” : lorsque <les peaux> sont coupées en biseau, elles semblent plus épaisses. Une irrégularité dans la coupe fait croire à l’épaisseur <de la peau> », ὅστις ὑποτέμνων· ὅταν γὰρ ὑποτέμνηται πάχυτερα γίνονται. τὸ γὰρ ἀνώμαλον τῆς τομῆς παχύτητος δόξαν ἐργάζεται ; 317d, « “frauduleusement” : agissant avec ruse. En effet, les peaux coupées de biais paraissent épaisses », πανούργως] μετὰ μηχανῆς τοῦτο ποιῶν τὰ γὰρ πλαγίως τεμνόμενα δέρματα παχέα φαίνεται (trad. perso.).

243 Cf. MART. IX, 73 : « Toi qui passais des jours à allonger avec les dents le cuir racorni et à mordre les vieilles semelles pourries par la boue », Dentibus antiquas solitus producere pelles / et mordere luto putre vetusque solum.

244 Texte dans Béal 2000, p. 24.

245 Détaillés infra p. 60-62.

246 Le rivetage se pratique encore aujourd’hui, essentiellement en sellerie et coffreterie (Cordonnerie 1984, chap. 11 « Procédés d’assemblage des cuirs »).

247 Sur la question de la spécialisation et pour le texte intégral de ce passage, voir infra p. 172-173.

248 Voir supra p. 51-52. Le clouage présente aussi des inconvénients : les pointes sont rigides et ne permettent pas le jeu des fils entre les pièces assemblées ; ils peuvent rouiller et blesser l’usager (Cordonnerie 1984, chap. 11).

249 Juste avant cela, Corytto, la cliente satisfaite, vante en ces mots la qualité du travail de Cerdon : « Quel travail ! Tu croirais voir la main d’Athéna elle-même et non pas de Cerdon. » La douceur de l’instrument était déjà évoquée au v. 36 du mime ; voir infra p. 145-146.

250 HIPPO. De lart XI, 7 : εὐεπανορθώτοισι σώμασι δημιουργεῦνται. Voir supra p. 35.

251 Nous n’oublions pas cette fois encore que le texte s’inscrit dans la satire à l’encontre du métier, puisqu’il est dit dans ce passage que le mari jette ainsi et malgré lui sa femme dans les bras de l’artisan.

252 « Quand un manteau de peau tient bien chaud, il faut aussi […] le rapiécer », τὴν γὰρ οὖν βαίτην | θάλπουσαν ... δεῖ ... καὶ ῥάπτειν. Il pourrait s’agir d’un proverbe signifiant « un bon procédé en appelle un autre », Cerdon faisant cadeau d’une paire de chaussures à Métrô parce qu’elle lui a apporté une cliente. Voir dans l’édition de la CUF, p. 98, n. 1. On voit bien ici que le lexique n’indique pas toujours clairement l’idée de réfection (ῥάπτειν, « coudre » et non « re-coudre ») ; ici, c’est le contexte qui joue.

253 Mot à mot, il s’agit de « recoudre par dessus » ; le terme σκυτοδέψης, traduit généralement par « corroyeur », est à comprendre ici comme le cordonnier dont l’activité consiste aussi à graisser le cuir pour l’assouplir. Voir infra p. 170.

254 Voir Taillardat 1965, p. 295, § 515, et n. 2, pour la scholie que nous traduisons : τοImage 10000000000000080000000F71D535F346C35DD3.jpgς περικεκομμένοις καὶ ἀπορριφεImage 10000000000000080000000F71D535F346C35DD3.jpgσι δέρμασι· βούλεται δὲ λέγειν, λογαρίοις αἱμύλοις, « au moyen des morceaux de cuir découpés sur le pourtour et mis au rebut : image utilisée pour les mots trompeurs ». Ailleurs (AR. Gr. 819), ce sont les subtilités d’Euripide qui sont comparées aux « éclats de bois fabriqués au ciseau » (l’outil employé, la smilê, prenant le sens non de tranchet dans ce contexte, mais de ciseau du charpentier).

255 Voir infra p. 161, pour une interprétation plus développée du passage.

256 En fait, le mot signifie étymologiquement toute « tranche de cuir » destinée à « être cousue » (cf. latin suo, « coudre », et subula, « alène » ; HESYCH. s.v. καττύειν· συρράπτειν, « kattuein : coudre ensemble/raccommoder » ; EDG s.v. κασσύω, « piquer, coudre comme un cordonnier », d’origine pré-grecque). Exemple d’emploi au singulier : Sch. Cav. 315b [vet] : κάττυμα· τὸ ἄκρον δέρμα « partie supérieure du cuir ». Exemple d’emploi au pluriel : AR. Gu. 1160. Emploi verbal en composition : LUC. Ecr. Hist. 23, où le narrateur mentionne « une cuirasse tout à fait ridicule faite [...] de cuirs pourris recousus ensemble », θώραξ δὲ πάνυ γελοῖος [...] ἐκ δερμάτων σαπρῶν συγκεκαττυμένος.

257 Cf. Pritchett 1956, p. 204, l. 230 : ὑποδημάτων δημοσίοις κάττυσις, τοῦ ζεύγους Ἀπολλοφάνηι Τυρμείδει ΙΙΙΙ. Voir infra p. 100.

258 Leguilloux 2006 : dans le matériel en cuir du fort de Didymoi, l’auteur a repéré des objets portant la trace de « réparations de fortune », d’objets « conçus ou réparés à partir de peaux n’ayant bénéficié que de traitements rudimentaires » (p. 22) et un grand nombre de « chaussures frustes » (p. 107 et catalogue).

259 POLL. VI, 164 : παλίμπηγα δ’οἱ κωμικοὶ τὰ παλαιὰ καττύματα, καὶ παλινδορίαν [PLAT.COM. fr. 180 K.-A. = 164 K.] ; VII, 82 : τὰ παλαιὰ καττύματα παλίμπηγα ὀνομάζεται : « palimpêga (les “reconsolidés”) : chez les Comiques [1099 K.], les vieilles chaussures de cuir ; on trouve aussi palindoria » ; « les vieilles semelles sont appelées palimpêga, “reconsolidées”. Le mot est en effet formé de πάλιν, “de nouveau”, et d’après πήγνυμι (de πήγνυμι, “fixer, coller, unir, joindre”) ; l’adjectif πηγός, πάγιος signifie “solide” ».

260 HESYCH. s.v. παλινδορία· τὸ σκῦτος. La glose ne nous éclaire en rien a priori, si l’on s’en tient au sens générique de skutos, le « cuir », pas plus que la citation qu’Hésychius donne ensuite d’un passage de Platon le Comique (voir Annexe 4 : emplois figurés du verbe « écorcher »). Mais le recoupement avec une scholie au vers 317 des Cavaliers en précise un sens plus restreint, puisqu’elle donne pour synonyme de skutos kattumata : Sch. Cav. 317a : καττύματα δὲ τὰ ἄκρα δέρματα καὶ εἰς λεπτὸν τετμημένα, ἃ προστίθεται τοῖς σανδαλίοις. τοῦτο δὲ εἶπεν ὡς πρὸς σκυτέα, « les kattumata sont la partie supérieure des peaux coupées finement qu’on applique aux (à l’avant des ?) sandales. S’emploie pour skutea ».

261 NIC. fr. 85, 6 (dans l’édition de Gow, Scholfiels 1953) = ATH. IX, 370a : « une autre <variété de chou> de couleur sale de grenouille, telle que du chou de Cumes, ressemble <par sa feuille> aux semelles qu’on recoud sur des sandales de seconde main » (mot à mot : « retournées », ou plutôt « décousues puis recousues », « refaites »), ὁμοίη βατραχέη κύμη τε κακόχροος, ἣ μὲν ἔοικε πέλμασιν, οἷσι πέδιλα παλίμβολα κασσύουσιν.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 - Scène de thiase : satyre portant sur l’épaule une pardalis (peau de panthère). Coupe à figures rouges attribuée à Makron, détail de la face B (v. 490-480). Cambridge, Harvard University Art Museums, 1972.41. Imaging Department © President and Fellows of Harvard College.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 3 - Transport de la peau d’un bovin par un acolyte après le sacrifice. Amphore attique à figures rouges attribuée au Peintre de Pan, face B (v. 470-460).Boston, Museum of Fine Arts 01.8109. © 2015 Museum of Fine Arts, Boston.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 4 - Étui contenant des lames utilisées lors du sacrifice pour le dépeçage (?) et le découpage des parts. Pélikè attique à figures rouges, détail de la face B (v. 470). Athènes, Musée archéologique national, MN 9683 (CC 1175). © PURH, © Fr. Lissarrague.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 5 - Les différents types d’outres réalisées en peau de chèvre, d’après les modèles figurant dans les représentations grecques antiques. Repris à M. Labat (1998). © B. Dercy (2014).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6 - Atelier de cordonnier. Pélikè à figures rouges, face A (début du ve siècle). Oxford, Ashmolean Museum AN1896-1908 G. 247. © Ashmolean Museum, University of Oxford.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 7 - Stèle funéraire de Xanthippos, cordonnier. Stèle attique en marbre (v. 420). Londres, British Museum 1805,0703.183. Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 8-9 - À gauche : paire de chaussures fermées au talon, retrouvée dans la tombe d’une fillette à Phères, v. 410-300. © Ekdoseis TAP. À droite : perles en os et clous en fer provenant de la « maison-atelier de Simon » sur l’agora d’Athènes. The House of Simon, 2000.06.0006. © American School of Classical Studies at Athens : Agora Excavations.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search