Version classiqueVersion mobile

Le travail des peaux et du cuir dans le monde grec antique

 | 
Benoit Dercy

Avant-propos

Texte intégral

1Ce travail est né d’une idée, surgie spontanément lors d’une réunion préparatoire de fin de Licence 3 d’Archéologie grecque à Paris-Sorbonne (Paris IV), en juin 2007 : alors que les futurs étudiants de Master que nous étions formulaient tour à tour les idées ou sujets qui pourraient devenir les leurs, je soumis, dans la droite ligne du cours sur l’« archéologie du disparu » qui m’avait nourri, la proposition d’une anthologie commentée sur un matériau courant de l’Antiquité, mais quasiment disparu pour ce qui est des vestiges : le cuir. Devant l’enthousiasme non dissimulé de mon professeur Alexandre Farnoux, je me lançai le soir même dans la relecture avide d’Aristophane, et commençai la collecte d’objets et d’évocations des peaux, cuirs et fourrures qui allait s’avérer fort riche. Un an après, je soutins mon Master 2 sur le sujet, après avoir collecté quelque 130 pages de citations littéraires et épigraphiques, et établi un commentaire technique de 70 pages.

2Sur les encouragements de mon directeur de recherches, mais aussi de Martine Leguilloux, archéozoologue et spécialiste du cuir romain, et de Jean-Pierre Brun, alors directeur du Centre Jean Bérard de Naples, rencontrés sur le chantier de fouilles de Dréros en Crète dans l’été 2010, je repris cette anthologie afin de la compléter et de refondre un mémoire trop nettement scindé en deux parties. Trois séjours à la Fondation Hardt de Vandœuvres et quelques mois passés dans la bibliothèque de l’École française d’Athènes me permirent d’augmenter mon corpus de moitié, en parcourant notamment les éditions d’inscriptions grecques et de papyrus égyptiens, mais aussi la littérature secondaire ayant trait aux divers objets rencontrés, ainsi qu’aux techniques et à l’artisanat, l’esprit souvent mu par une curiosité assez peu raisonnable.

3Il fallait donc terminer l’ouvrage pour ne pas le laisser lettre-morte et le soumettre à la critique. Ce travail a toujours été mené dans l’esprit d’offrir avant tout une somme : une anthologie de textes repris et traduits, souvent discutés, autant que possible insérés dans un commentaire technique, philologique et historique, qui connaît, à n’en pas douter, des faiblesses. C’est d’ailleurs pourquoi il a paru utile de publier cette monographie, avec l’optique qu’elle suscite le dialogue et enrichisse notre connaissance sur un artisanat encore bien méconnu aujourd’hui.

4Je remercie très chaleureusement toutes les personnes (et les institutions qu’elles représentent) qui m’ont encouragé dans cette entreprise parfois hasardeuse, souvent retardée, jamais décevante : mon directeur de recherches, Alexandre Farnoux ; mes correcteurs enthousiastes et généreux, Francine Blondé pour partie, Martine Leguilloux et Jean-Pierre Brun sans lesquels l’ouvrage n’aurait pas atteint ce degré d’exactitude et de rigueur ; Claude Pouzadoux, directrice actuelle du Centre Bérard, pour son accueil chaleureux dans la collection « Archéologie de l’artisanat antique » et sa confiance souriante et sans bornes ; Pierre Ducrey et l’équipe attentive de la Fondation Hardt (Heidi Del Lago, Monica Brunner, Gary Vachicouras, Pascale Derron) pour leur soutien et leurs témoignages de sympathie lors de mes trois séjours en Suisse, sans lesquels rien n’eût été possible ; le laboratoire « Antiquité classique et tardive » de l’UMR 8167 et son directeur, Olivier Munnich, pour leur soutien financier ; les personnes qui m’ont éclairé par leur expertise dans certains domaines : Anny-France Caussain-Damas, docteur en médecine grecque antique à Paris-Sorbonne, pour ses éclaircissements sur les gestes du praticien hippocratique ; Giulia Boetto et Patrice Pomey, du Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence, pour leurs réponses salutaires relatives au vocabulaire de la navigation et aux techniques de construction des navires grecs antiques.

5J’exprime ma gratitude sans commune mesure à mon amie Nathalie, relectrice indéfectible du manuscrit ; à mes ami(e)s, la plupart (ex-)doctorant(e)s, qui ont eu une oreille attentive, parfois amusée, lors de mes développements impromptus ou de mes communications plus officielles sur le sujet.

6Je remercie également Magali Cullin-Mingaud de sa patience et de son écoute, de son extrême soin à réaliser un si bel ouvrage ; Giuseppina Stelo d’avoir conçu la maquette de la couverture ; Florence Monier et Marcel Cuvigny de leur relecture attentive.

7Je dédie ce livre à ceux qui m’ont permis de mener à bien mes premières études en philologie classique, par leur soutien matériel, leurs encouragements incessants et leur stimulante fierté, mes chers parents ; à Fabien enfin, qui a su ne pas se montrer jaloux des nombreuses heures que j’ai passées en compagnie de ces pages.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search