Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le luxe de l’imitation

 | 
Maud Mulliez

Annexe 3. Présentation de l’outil de recherche

Texte intégral

1Afin d’analyser les peintures de IIe style sous l’angle de la distribution des couleurs et des matières imitées, la réalisation d’une banque de données s’est avérée nécessaire. Sa mise en place, longue et parfois fastidieuse, a permis d’améliorer la précision de l’observation des enduits peints et, par la suite, de compiler, d’analyser et d’extraire des données.

  • 4 L’idée selon laquelle l’élaboration d’un tel outil aiguise l’observation a été mise en valeur par (...)

2Une base de données répertoriant les observations de manière organisée grâce à un certain nombre de critères pertinents permet en effet de décrire efficacement les parois. Elle prémunit contre les jugements trop subjectifs et permet aussi de mettre en évidence des correspondances que l’on n’aurait peut-être pas soupçonnées. Elle invite aussi, notamment par la nécessité de nommer ce que l’on voit de manière très précise, à observer plus finement certains détails4 et à s’attarder sur des éléments auxquels on n’aurait pas prêté attention. Elle permet enfin de rendre compte des décors d’une manière plus exhaustive et plus efficace.

3Chaque recherche nécessite la création d’un outil adéquat : il faut donc savoir ce que l’on cherche pour déterminer les rubriques à renseigner et réfléchir de manière constructive à l’élaboration de la trame. Toutes les rubriques permettent, une fois renseignées, de faire des analyses croisées des données, sur lesquelles peuvent ensuite s’appuyer les arguments de l’étude : on peut en extraire toutes sortes d’informations, isolées ou regroupées, concernant, dans le cas présent, l’emploi des couleurs, les matières représentées, la fonction des pièces, la localisation des édifices, etc., et un ensemble de détails qui se sont avérés pertinents pour la compréhension des systèmes décoratifs.

  • 5 Généralement le passage d’un décor à l’autre à lieu au sein d’une paroi et de celle qui lui fait f (...)

4La banque de données a été réalisée sur le logiciel Excel : les décors pariétaux d’un corpus de 38 bâtiments (maisons, villas, temples) ont été étudiés par unité décorative (UD), c’est-à-dire par « décor continu au sein d’une même pièce » : une UD ne se confond que rarement avec une paroi, et pas nécessairement avec une pièce. En effet, le décor d’une pièce n’est pas toujours unitaire et continu ; il peut être bipartite ou même divisé en UD plus nombreuses : sur les 135 pièces étudiées, 78 ont un décor unifié, 44 sont bipartites, et 13 ont entre trois et cinq UD. La différenciation entre ces espaces (matérialisée par le décor) est vraisemblablement d’ordre fonctionnel : pour les pièces à décor double, on identifie généralement une antichambre et une alcôve (pour les cubicula), ou un vestibule et la pièce elle-même. La délimitation est généralement renforcée par la représentation d’un pilastre5 ; elle était souvent répercutée au niveau du décor du sol, et vraisemblablement au niveau du plafond dont on conserve très rarement des vestiges.

5Ne sont pas pris en compte au sein de la base de données, consacrée à la peinture les sols, les plafonds et les décors en stuc réalisés sur la zone supérieure de certaines parois, qui sont cependant évoqués occasionnellement dans cet ouvrage. Il faut par ailleurs signaler qu’il est rare de conserver un décor complet appartenant à la même chronologie. Les décors sont souvent incomplets. Nous avons tenu compte de cet aspect y compris quand des statistiques ont été réalisées.

  • 6 La liste complète des éléments décoratifs, classés par nature, avait été proposée dans la version (...)

6Plusieurs critères ont donc été définis pour décrire les parois du corpus de la manière la plus précise et la plus adaptée possible à cette recherche : certains sont des critères informatifs, d’autres sont des critères d’analyse. À chaque critère est consacrée une colonne du tableur Excel. Les lignes sont dédiées aux éléments décoratifs répertoriés, c’est-à-dire aux éléments architecturaux ou ornementaux qui composent le décor6 : il y a un élément décoratif par ligne et, pour chacun, apparaît une série d’informations dans les colonnes du tableur.

  • 7 Voir Coarelli 1983 ; Torelli, Massa-Pairault, Coarelli 1985, p. 290-292.
  • 8 Voir supra p. 71 et suiv.

7Sont appelés « critères informatifs » tous ceux qui servent à situer le décor (site, bâtiment, pièce), qui en donnent les dimensions, l’orientation, etc. Ces critères, qui peuvent paraître uniquement des outils « pratiques » destinés à situer le décor, contiennent en réalité aussi des informations qui servent l’analyse : la situation d’un décor privé à Rome plutôt que dans les régions côtières est, par exemple, une information majeure. L’élaboration d’un décor, dans la mesure où celui-ci participe de la représentation des propriétaires, ne peut être la même à Rome, où le pouvoir est centralisé et où il est mal venu de faire concurrence aux plus puissants, et dans les villas de plaisance où le luxe n’a pas la même signification politique ni les mêmes répercussions7. De même, la rubrique concernant l’orientation des parois peut paraître a priori anodine, dans la mesure où l’on ne connaît pas de croyance liée à l’orientation des bâtiments (comparable, par exemple, aux églises orientées). Elle est en réalité d’un intérêt non négligeable pour l’information qu’elle donne sur l’arrivée de la lumière dans la pièce. Elle invite à s’interroger sur la manière dont les peintres ont respecté ou non cette source de lumière naturelle : y ont-ils prêté attention pour appliquer les touches lumineuses du « bon côté » ? S’en sont-ils tenus à une représentation arbitraire de l’impact de la lumière sur les éléments d’architecture représentés ? Ou bien ont-ils préféré soumettre les éléments peints à une source lumineuse fictive appartenant à la composition, puisque certains décors figurent une ouverture vers un extérieur imaginaire8.

8D’autres critères sont choisis pour permettre de répondre à des questions précises, spécifiquement motivées par la présente recherche. Ce sont les « critères d’analyse ». Une colonne du tableur étant consacrée à chacun d’eux, cela permet de réaliser des analyses croisées.

  • 9 Le lexique a été constitué en croisant les données du Dictionnaire méthodique de l’architecture gr (...)

9Chaque élément du « lexique ornemental » a d’abord dû être nommé d’après un thésaurus précis dont les choix ne sont pas toujours aisés, notamment en raison du fait qu’en peinture les éléments d’architecture réelle sont parfois travestis. En effet, ils n’y ont pas la fonction constructive qui leur incombe dans la réalité et ils peuvent ainsi prendre des formes très libérées : ces déformations conduisent à un vocabulaire éventuellement imprécis, parfois absurde. La constitution de ce thésaurus est aussi rendue complexe par le fait que certains termes du vocabulaire architectural sont employés dans un sens différent par les spécialistes de la peinture. Il suffit de nommer les orthostates, par exemple, pour ne surtout pas savoir ce dont on parle ! La définition première donnée par les manuels d’architecture indique qu’il s’agit à l’origine de tout bloc de pierre dressé, puis le terme évolue pour ne désigner que les blocs situés au-dessus de la plinthe et appartenant au soubassement. En peinture, en revanche, le terme d’orthostate, déviant de son sens originel par un glissement vers le haut, est utilisé pour désigner les grands panneaux situés au niveau médian de la paroi et non dans le soubassement. Le « lexique » décoratif est principalement constitué d’éléments empruntés au répertoire architectural, mais d’autres types d’éléments s’y mêlent9.

10Chaque élément a ensuite été localisé au sein de son décor : les unités décoratives (UD) qui imitent des espaces tridimensionnels ont été étudiées en fonction du découpage spatial qu’elles figurent en perspective, selon une syntaxe décorative obéissant à une double grammaire : les éléments décoratifs se déploient, d’une part, selon un axe vertical, en hauteur, et, d’autre part, selon des niveaux de profondeur plus ou moins nombreux. Certains d’entre eux s’articulent horizontalement (assises, colonnades, etc.). Différents critères spatiaux ont donc été définis pour décrire et analyser la composition des décors ainsi que l’articulation des différents éléments décoratifs.

  • 10 Par exemple, quel type de moulure ? à oves, rais de cœur ou cannelures ? Quel est le profil des pa (...)
  • 11 Par exemple, pour un pinax, s’il est « à volets » ; pour une frise, si elle est « doublée de modil (...)

11On en a précisé, lorsque cela était possible, la « nature » (textile, bois, métal, marbre, verre, matériaux hétérogènes, figure animale ou humaine), noté le relief10, puis défini les détails formels qui le caractérisent11.

  • 12 <http://pourpre.com/chroma/dico.php?typ=champ>.

12Différentes rubriques ont ensuite été consacrées à la couleur : aux onze champs chromatiques (bleu, rouge, jaune, vert, orange, violet, gris, blanc, rose, brun et noir) ont été ajoutés les éléments bigarrés ; par convention « polychrome » a été attribué à un élément polychrome par nature (marbre, bois…) et « multicolore » à un élément peint (masques, pinakes, éléments d’architecture décorés de motifs ornementaux, etc.). La dénomination des nuances a notamment été fixée à l’aide du nuancier du site Pourpre.com12. Pour les éléments polychromes, on a précisé l’agencement des couleurs et les « dessins » marmoréens que forment les traces des différentes couleurs ou bien le motif peint, géométrique ou figuré.

13La couleur sert aussi aux peintres à faire intervenir la lumière : les rubriques consacrées à cette analyse ont servi à décrire les procédés destinés à rendre l’ombre et la lumière et à préciser la provenance de la lumière, afin de vérifier si elle est figurée en adéquation avec la provenance réelle de la lumière dans la pièce ou si elle est arbitraire.

14Lorsque les matériaux figurés ont pu être identifiés avec précision, cela a été mentionné. Ce sont les marbres qui ont le plus souvent bénéficié de cette indication : on a pu préciser qu’il s’agissait, par exemple, d’une imitation d’onyx ou de marbre de Numidie. Mais d’autres matériaux peuvent aussi être déterminés, comme les végétaux représentés dans les guirlandes (lierre, feuilles de vignes ou d’olivier, aiguilles de pin, etc.).

15Ont ensuite été répertoriées les données techniques relatives à des traces d’outils ou des gestes picturaux : les différents procédés répertoriés pour figurer l’ombre et la lumière, le traitement (réaliste ou schématique), la présence de tracés préparatoires, de hachures, de projections de peinture, l’utilisation d’outils particuliers, l’étonnant procédé des « points successifs », les dégradés, les points de vue divers ou les échelles multiples au sein d’un même décor, la distinction de plusieurs mains pour la réalisation d’un même sujet, la présence de repentirs ou de restaurations.

16Une colonne a également été consacrée à établir des comparaisons entre différents décors et une autre à des remarques diverses.

17Il aurait été précieux de pouvoir préciser les pigments utilisés pour chaque surface peinte. Malheureusement, cette entreprise n’a pas été envisageable, étant donné l’étendue du corpus et la nécessité d’analyses physico-chimiques. Lorsque les publications renseignent sur cette question, l’information a été notée dans une colonne spécifique. Il n’est pas possible actuellement de tirer de réelles conclusions de cette rubrique trop peu renseignée, mais la base de données est destinée à être complétée et utilisée ultérieurement.

18Afin de tirer parti de ce catalogage, il a été nécessaire de passer par une étape de comptage des éléments représentés. Lorsque les parois sont détériorées, pour définir le nombre de fois où l’élément décoratif est repris dans la même UD, c’est le nombre de fois minimum où l’élément était présent qui a été pris en compte ; s’il s’agit d’un léger manque sur un décor suffisamment répétitif pour que la restitution soit certaine, les éléments absents ont été comptabilisés.

  • 13 Les mesures n’auraient pas été faites sur place, mais à l’aide d’un logiciel permettant de mesurer (...)
  • 14 Un test a été réalisé pour calculer la répartition des couleurs : d’une part, en ne tenant compte (...)
  • 15 Vitr., Arch., 7, 5, 8 (voir Annexe 1).
  • 16 Voir supra p. 30 sur la répartition des couleurs unies et des éléments polychromes dans le cubicul (...)

19Pour prendre en compte le critère quantitatif, le choix de la méthode d’analyse a été délicat : initialement, il avait été envisagé de mesurer précisément la surface de chaque élément de décor, mais l’entreprise, titanesque, n’était pas envisageable dans le cadre de cette étude13. Une échelle de valeur a donc été établie à partir de la moyenne des surface des éléments relevés sur différents décors14. Un autre critère de type quantitatif peut aussi croiser celui des surfaces : il s’agit du nombre d’occurrences des éléments identiques. Le croisement de ces deux critères permet une approche beaucoup plus complète. En effet, la prise en considération de la surface d’un élément est souvent significative : dans son Traité d’architecture, Vitruve se plaint qu’à son époque on barbouille les parois de rouge cinabre15 et que ce n’est plus le talent mais la quantité de matériaux coûteux qui donne de la valeur aux décors. Cependant, la pertinence de ce critère est parfois discutable. L’impact visuel le plus fort n’est pas nécessairement lié à la surface accordée à un élément du décor. Les petites zones représentant des pierres précieuses ou de petits blocs polychromes attirent davantage l’œil, par effet de contraste, qu’une grande zone monochrome16.

20Cette banque de données a donc été très précieuse pour cette recherche, à la fois par les résultats qu’elle a donnés (dont témoignent les tableaux et les graphiques insérés dans le texte ou dans l’Annexe 4) et par la précision d’observation que son élaboration a nécessitée. Toutefois, seule une infime part de ses potentialités a été utilisée ici. Il serait intéressant de la développer afin qu’elle puisse être un outil utilisable par d’autres chercheurs. Le catalogue réalisé dans le cadre du doctorat peut d’ores et déjà constituer un outil intéressant, même s’il mériterait des modifications et des corrections : une fiche créée pour chaque décor (classé par site et par édifice) présente une image, la localisation et un bilan des différents points d’observation qui viennent d’être présentés, ainsi qu’une bibliographie. Il est disponible sur Internet à l’adresse <http://restauration-peinture.eu/​archeologie/​these/​>, ainsi que sur <www.academia.edu>, profil Maud Mulliez.

Notes

4 L’idée selon laquelle l’élaboration d’un tel outil aiguise l’observation a été mise en valeur par A.-M. Guimier-Sorbets dans un ouvrage consacré aux bases de données en archéologie : « On constate, en premier lieu, que le simple fait de constituer une base de données conduit à étudier le matériel d’une façon plus approfondie et plus systématique qu’on ne le fait sinon (parce qu’il faut d’abord choisir les données et prendre en compte et donc réfléchir à ce qu’on va en faire, qu’il faut ensuite en déterminer le système de description, et qu’il faut enfin examiner chaque document avec suffisamment de régularité pour fournir une description homogène de l’ensemble du matériel) » (Guimier-Sorbets 1990, p. 20). Cet ouvrage, qui faisait suite à un important travail publié en 1978 avec R. Ginouvès (Ginouvès, Guimier-Sorbets 1978), était destiné à encourager l’utilisation de tels outils au moment où l’informatique, déjà utilisée en archéologie, commençait à être investie par le grand public.

5 Généralement le passage d’un décor à l’autre à lieu au sein d’une paroi et de celle qui lui fait face, découpant la pièce en deux U affrontés. Il arrive cependant que le changement se produise dans un angle. La fonction de ce changement de décor est alors différente.

6 La liste complète des éléments décoratifs, classés par nature, avait été proposée dans la version originale de la thèse (Mulliez 2011, p. 301-311 : Annexe III, Thésaurus) ; elle ne présente pas un intérêt suffisant ici pour être reproduite. Voici quelques éléments décoratifs, à titre l’exemple : acrotère, architrave, bandeau, bordure, clou, corniche, couronne, filet, guirlande, heurtoir, masque, orthostate, panneau de soubassement, panneresse, pilastre, pinax, pelte, plinthe, porte, rinceau, tambourin, tholos, etc.

7 Voir Coarelli 1983 ; Torelli, Massa-Pairault, Coarelli 1985, p. 290-292.

8 Voir supra p. 71 et suiv.

9 Le lexique a été constitué en croisant les données du Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine (Ginouvès, Martin 1985 ; Ginouvès 1992 ; 1998) et celles du Bulletin de liaison du CEPMR no 7 (Barbet 1984).

10 Par exemple, quel type de moulure ? à oves, rais de cœur ou cannelures ? Quel est le profil des panneaux ? etc. Le vocabulaire utilisé pour ces reliefs correspond à celui de Ginouvès, Martin 1985 ; certaines moulures ont cependant été difficiles à identifier (voir supra p. 51 et suiv.).

11 Par exemple, pour un pinax, s’il est « à volets » ; pour une frise, si elle est « doublée de modillons » ; pour un chapiteau, s’il est « corinthien » ou « ionique », etc.

12 <http://pourpre.com/chroma/dico.php?typ=champ>.

13 Les mesures n’auraient pas été faites sur place, mais à l’aide d’un logiciel permettant de mesurer les surfaces à partir d’une photo ; le travail restait malgré tout colossal.

14 Un test a été réalisé pour calculer la répartition des couleurs : d’une part, en ne tenant compte que du nombre de fois où une même couleur était répertoriée (en notant le cas échéant le nombre de fois où un même élément était répété) ; d’autre part, en tenant compte de sa surface à partir d’une moyenne établie pour la surface de chaque type d’élément (par exemple, une boutisse vaut 1, une panneresse 3, un orthostate 15). Le résultat s’est avéré beaucoup plus probant en tenant compte de la surface, même si le calcul n’est pas suffisamment précis.

15 Vitr., Arch., 7, 5, 8 (voir Annexe 1).

16 Voir supra p. 30 sur la répartition des couleurs unies et des éléments polychromes dans le cubiculum C de la maison de Cérès.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site