Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le luxe de l’imitation

 | 
Maud Mulliez

Chapitre 4. Imitation d’autres matériaux précieux

Texte intégral

  • 1 Des objets divers comme les masques ou les pinakes ornent aussi ces compositions : ils font écho à (...)

1Si la présence du marbre est majeure dans les trompe-l’œil architecturaux, d’autres matériaux précieux ont aussi leur place dans certains décors de IIe style, dès lors que ceux-ci se complexifient par une multiplication des plans perspectifs et par l’ouverture fictive de la paroi : métaux, gemmes, bois rares, écaille de tortue, ivoire, textile, verre transparent ou coloré, ornements végétaux1 rivalisent à la surface des parois peintes.

Les métaux

2Dans les représentations peintes, il n’est pas possible d’identifier précisément la nature du métal imité. Il s’agit globalement de métal jaune que l’on associe à l’or ou au bronze doré ; si les reflets sont plutôt rougeâtres, on incline alors vers le cuivre ; dans le cas d’un métal gris, on pense principalement à l’argent, mais il peut aussi s’agir de fer (pour un portail par exemple). On détermine les éléments métalliques dans les compositions d’après la connaissance que l’on a, en amont, des objets ou éléments architecturaux auxquels ils renvoient dans la réalité, ainsi que par le procédé pictural utilisé par les décorateurs pour les représenter, procédé à la fois simple et efficace qui consiste à rendre leur brillance caractéristique. L’objet, d’abord réalisé à l’aide d’une base colorée uniforme (grise, jaune ou rouge en fonction du métal), est rehaussé de touches généralement blanches qui restituent les éclats que la lumière provoque sur leur surface. Dans le cas de représentations d’objets de forme plus complexe, les creux sont figurés au contraire à l’aide de touches plus sombres.

3Parmi les éléments métalliques présents dans les peintures, certains appartiennent proprement à l’architecture feinte. Il s’agit alors soit d’éléments architectoniques dorés ou argentés à la feuille, soit d’éléments proprement en métal. D’autres sont des objets indépendants disséminés dans les représentations architecturales (vases, boucliers, etc.).

Les éléments métalliques dans l’architecture

Les différents métaux et leur utilisation en architecture

  • 2 Sur l’emploi du métal dans l’architecture, voir Orlandos 1966, p. 97-134. Sur l’utilisation des di (...)
  • 3 Le plomb et l’étain, utilisés dans l’architecture uniquement pour des éléments invisibles, ne sont (...)

4Les métaux ont été employés dans l’architecture dès l’époque protohistorique2, aussi bien pour des éléments de structure invisibles – qui ne sont pas pris en considération ici car ils ne peuvent entrer dans le champ de la représentation en trompe-l’œil3 – que pour des pièces visibles, fonctionnelles ou décoratives, et sous forme de revêtement.

5Le cuivre ne semble pas avoir été utilisé directement en architecture. En revanche, sous forme d’alliage (principalement avec l’étain, puis le zinc et d’autres matériaux en quantité minime), il donne le bronze dont l’usage architectural est, lui, répandu.

  • 4 Hom., Od., 4, 72 ; 6, 328 ; 7, 86 ; Il., 11, 65.
  • 5 Voir en particulier la tombe Heuzey à Verghina : Hellmann 2002, p. 243, fig. 337 (battants de port (...)

6Le bronze, mentionné dans les textes homériques4 pour son éclat dont il faisait resplendir les palais, était utilisé sous la forme de lamelles dont étaient revêtus des éléments en bois ou en pierre. Employé sous la forme d’ornements destinés à décorer les façades des palais ou des temples, il décorait aussi leur intérieur. Principalement utilisé à partir de l’époque classique pour revêtir des murs ou orner des portes, le bronze servait en particulier aux seuils, aux gonds, aux disques décoratifs (phiales), aux têtes de clous, aux clefs et serrures, ou encore aux heurtoirs : on trouve un certain nombre de ces éléments métalliques imités dans le marbre des portes de tombes5.

  • 6 Bien que Plin., 34, 146, évoque l’utilisation du fer en fusion, il est plus probable qu’il n’a été (...)

7Le fer, utilisé pour la fabrication de bijoux avant de l’être dans les constructions, pouvait être poli pour prendre un aspect brillant. Le fer martelé (forgé)6 servait pour le revêtement de portes et de portails et toutes leurs parties métalliques (gonds, clous, agrafes, griffes, coins, chevilles, serrures et verrous, etc.) ; il servait aussi à la fabrication d’éléments destinés à la clôture d’entrecolonnements et d’autres types de baies.

  • 7 En particulier, les chapiteaux du Sérapieion d’Alexandrie, les « yeux » en bronze des chapiteaux i (...)
  • 8 Par exemple, les boucliers en or cloués sur les architraves du Parthénon (butin d’Alexandre le Gra (...)

8L’or fut utilisé dans les constructions dès les temps protohistoriques. Délaissé à l’époque classique, il fut remis à l’honneur en architecture à l’époque hellénistique. Principalement apprécié pour sa brillance et le fait qu’il ne s’altère pas, l’or est surtout utilisé en revêtement, sous la forme de lamelles (d’épaisseur variable en fonction des périodes) appliquées sur des éléments décoratifs ou architectoniques en bronze, bois ou marbre7. Des éléments en or massif pouvaient aussi être fixés à des éléments du bâtiment8.

Graphique 11 – Répartition des matériaux imités pour la representation des modillons.

  • 9 Hom., Od., 1, 441-442 ; 4, 71 ; 7, 89-90.
  • 10 Exemple du Sérapieion d’Alexandrie, voir Orlandos 1966, p. 128.

9L’argent, présent principalement dans les mines aurifères mais d’extraction plus difficile que l’or, était utilisé comme ce dernier à des fins décoratives. On le trouvait sous la forme de feuilles appliquées, par exemple sur les jambages de portes, linteaux et heurtoirs9, mais aussi sur les murs10 et certainement sous la forme de divers éléments moulurés appliqués tout comme les feuilles d’or.

Les différents éléments métalliques identifiés dans les représentations peintes

Les modillons métalliques

  • 11 Comme cela a déjà été dit supra p. 60.
  • 12 Cette pratique peut éventuellement relever d’une mode ou d’un « truc » d’atelier qui se serait rép (...)
  • 13 Avec l’oxydation, le cuivre devient gris, mais il peut rester rouge s’il est fréquemment entretenu (...)

10Bien que l’on n’ait aucune attestation archéologique de cette pratique11, on trouve de nombreux exemples de modillons métalliques dans les trompe-l’œil tardo-républicains (détails fig. 31 et 48, ensembles fig. 17 et 50, entre autres)12. On compte au total 53 exemples de suites de modillons : certaines d’entre elles, plus robustes et réalisées comme de véritables petites sculptures dans un ton blanc crème, imitent certainement du marbre blanc (fig. 32), mais dans la majorité des cas c’est bien en métal qu’elles sont figurées : 23 de ces suites sont représentées en gris évoquant l’argent (ou un métal argenté), 17 en jaune (qui renvoie vraisemblablement au bronze doré) et 4 dans des teintes rouges pouvant rappeler le cuivre (graphique 11)13.

Les rinceaux décoratifs

  • 14 Sur les gemmes et verres colorés, voir infra p. 129 et suiv.
  • 15 Mazzoleni, Pappalardo 2004, p. 79-81, pl. 88-89.
  • 16 Ce mode de représentation est à rapprocher de celui du mur nord de l’oecus corinthien de la maison (...)
  • 17 Ailleurs, ces rinceaux de lierre enroulés autour de colonnes sont figurés en vert (par exemple dan (...)
  • 18 Ling 2005, p. 8-28, pl. 39-44, p. 240-253, 424-431.

11Entourant des colonnes, les rinceaux métalliques sont parfois associés à des pierres précieuses ou des cabochons de verre coloré, sertis dans leurs branchages14. Les exemples les plus fameux, qui témoignent d’une réalisation particulièrement virtuose, sont ceux du triclinium 14 de la villa A d’Oplontis où les rinceaux se développent autour de colonnes jaunes (elles-mêmes dorées ? fig. 65), et ceux du cubiculum M de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale, qui ornent des colonnes rouge vif15. Dans le triclinium G de cette dernière, les deux colonnes blanches situées de part et d’autre de la porte centrale sont aussi décorées de rinceaux ocre jaune, réalisés dans un style très différent, beaucoup plus esquissé, où ne sont insérés ni verres colorés ni pierres précieuses16. On reconnaît parfois la forme de feuilles de lierre17, notamment dans l’exèdre 25 de la maison du Ménandre18 où la couleur blanc grisâtre évoque plutôt un métal argenté, et dans le cubiculum 46 de la maison du Labyrinthe où la forme, très proche, est représentée en jaune foncé sur une colonne de la même couleur plus claire (fig. 66).

Fig. 65 - Représentation de métaux, pierres précieuses ou cabochons de verre. Oplontis, villa A, triclinium 14 (photos de droite et de gauche d’après Mazzoleni, Pappalardo 2004).

  • 19 Voir Cima 1986b (détails de tous les éléments en métal doré et gemmes découvert aux Horti Lamiani) (...)
  • 20 Lehmann 1953, p. 85-87, n. 8-10 et 13-14.
  • 21 DS, 18, 27, 2 : la description du dispositif décoratif créé pour le char destiné au transport de l (...)
  • 22 Sen., Ep., 86, 6 (voir Annexe 1).

12Contrairement aux modillons métalliques, ces rinceaux décoratifs correspondent à une pratique dont on a des traces réelles : les éléments de la collection des Horti Lamiani19 provenant de la villa de Palombara, sur l’Esquilin, datés du ier siècle apr. J.-C., ressemblent sans conteste aux rinceaux métalliques avec insertion de matériaux colorés d’Oplontis et de Boscoreale. Étant donné la datation de ces exemples réels, plus tardive d’un siècle, on peut faire deux suppositions : soit des décors réels comme ceux des Horti Lamiani existaient déjà au ier siècle av. J.-C. et les peintures que nous connaissons en sont des copies. C’est ainsi que les considère avec prudence Phyllis Williams Lehmann20 à la suite de Hendrik Gerard Beyen, en s’appuyant notamment sur les textes de Diodore de Sicile (historien grec contemporain des peintures qui nous occupent) et d’Athénée (érudit de la fin du iie siècle apr. J.-C.) : le premier décrit le luxueux char destiné au transfert du corps d’Alexandre le Grand en Égypte, le second sa tente d’apparat21. Soit, à l’inverse, ces décors pourraient être une projection de l’imagination de décors particulièrement riches, dont la réalisation a été effective plus tardivement. Ce schéma chronologique peut paraître improbable, mais nous en trouvons le parallèle chez Sénèque au sujet des décors d’opus sectile, lorsqu’il écrit dans une de ses lettres adressées à Lucilius que les décors de marbre imitent les tracés du pinceau (in picturae modum)22 : le découpage des marbres à la manière de l’opus sectile aurait été inventé par les peintres avant d’être réalisé en marbre réel en contexte romain. En effet, on peut penser à l’atrium de la villa des Mystères où des losanges sur la pointe assemblés à des triangles rectangles forment une composition simple du type de l’opus sectile, mais réalisée en peinture. Que l’imaginaire ou la fiction soit rattrapé par la réalité n’est finalement pas exceptionnel.

Fig. 66 - Colonnes ornées de rinceaux. [a] Pompéi, maison du Ménandre, exèdre 25 ; [b] Pompéi, maison du Labyrinthe, cubiculum 42 ; [c] Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G (MANN).

13Au total, treize rinceaux de ce type ont été identifiés : un seul ne décore pas une colonne mais un tympan (dans le triclinium G de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale), deux sont figurés en vert évoquant des végétaux réels et non leurs pastiches en métal (c’est le cas, par exemple, dans la bibliothèque de la maison éponyme à Pompéi). Parmi les dix exemples restants, un seul figuré en gris renvoie à l’argent, les neuf autres à la dorure.

Graphique 12 - Répartition des matériaux imités pour la représentation de rinceaux.

Les décors de couvertures (anti-oiseaux ?) et les acrotères

  • 23 Voir supra n. 13.

14Au sommet des murets, le long des corniches supérieures, à la naissance des toits là où se situeraient des antéfixes, on observe la présence d’éléments décoratifs ouvragés (souvent ajourés), dont le modèle le plus fréquent est une suite de S affrontés, séparés par un fer de lance. Ces motifs apparaissent dès que les décors en perspective s’ouvrent sur un extérieur imaginaire : on en trouve des exemples dans plusieurs pièces de la villa des Mystères, dans les décors des villas d’Oplontis (fig. 53, détail) et de Boscoreale, à Pompéi dans les maisons du Labyrinthe, du Cryptoportique (fig. 67), des Noces d’Argent, de la Bibliothèque (fig. 31), de M. Obellius Firmus, et à Rome aussi bien dans la maison d’Auguste que dans la précoce maison des Griffons – dans la partie de l’antichambre du cubiculum II, seul décor ouvert de l’édifice. Cinquante-trois exemplaires ont été répertoriés : généralement jaunes pour imiter le bronze doré ou gris plus ou moins foncé pour l’argent ou le fer, on en trouve aussi des exemples dont les reflets rouges renvoient peut-être au cuivre23.

Fig. 67 - Décor de couronnement (anti-oiseau ?). Pompéi, maison du Cryptoportique, frigidarium 20.

  • 24 Sauron 1994, p. 405.
  • 25 Sur le thème de la perte de matérialité des éléments d’architecture, voir supra p. 51.

15Ces décors métalliques sont analysés par Gilles Sauron comme des dispositifs destinés à éloigner les oiseaux24. Dans certains cas, ils sont cependant très espacés et n’empêcheraient nullement des oiseaux de se poser ; ils auraient alors perdu leur fonction au profit d’un rôle purement décoratif25. Dans le décor du frigidarium de la maison du Cryptoportique à Pompéi, un oiseau, justement, s’approche du décor métallique qui couronne la corniche d’un muret (fig. 67).

Les éléments de porte : heurtoirs et clous

  • 26 Orlandos 1966, p. 104-106.
  • 27 Cic., Verr., 2, 4, 69 ; voir supra p. 25.

16Les portes et portails sont un motif caractéristique des peintures de IIe style les plus prestigieuses : on trouve déjà une porte représentée dans le cubiculum II de la maison des Griffons à Rome. Ils constituent un support privilégié à la représentation d’éléments métalliques. On y trouve de simples clous parsemés symétriquement sur l’ensemble des battants, ainsi que des clous décoratifs en forme de phiale, comme l’illustrent le portail du triclinium G de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale (fig. 68) et la porte figurée dans le décor de l’atrium 5 de la villa A d’Oplontis (fig. 38). L’usage de ces disques décoratifs est bien connu pour l’époque classique, où ils étaient souvent en bronze26. L’épisode concernant la conduite de Verrès au temple de Minerve à Syracuse, relaté par Cicéron, nous apprend que l’accusé avait spolié jusqu’aux clous d’or et éléments d’ivoire qui en ornaient la porte27.

  • 28 Mazzoleni, Pappalardo 2004, p. 110.

17Des heurtoirs sont parfois figurés sur les représentations de ces riches portes. Ils peuvent prendre la forme de têtes de lion (fig. 65) – dont on conserve des exemplaires réels datant de la même époque – ou être réduits à leur plus simple forme d’anneaux (dans l’oecus 6 ou le cubiculum 1628 de la villa des Mystères, par exemple).

18Les portails et les grilles, qui pouvaient être en métal plein ou en bois couvert de plaques de métal, sont toujours représentés dans les peintures par des couleurs noires, bleu sombre ou grises qui rappellent le fer (graphique 13).

Graphique 13 - Répartition des éléments de porte en métal.

Fig. 68 - Métal dans l’architecture. [a] Oplontis, villa A, cubiculum 11, crochet de suspension de couronne à l’architrave ; [b] Pompéi, villa des Mystères, oecus 6, œil de volute doré, phiale dorée décorant l’avant-corps d’une frise d’entablement ; [c] Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G, portail orné de clous en forme de phiale. Pyxide en argent posée ou suspendue (Musée royal de Mariemont, inv. B96).

Les éléments architecturaux dorés ou argentés

  • 29 Martin 1965, p. 442-443.

L’habillage d’un élément architectonique par une feuille de métal – essentiellement de bronze – constitue une pratique plus courante qu’on a coutume de le supposer dans l’architecture grecque. […] La mode gagnera Rome et se répandra, après les victoires sur l’Asie, dans les belles maisons romaines et sur les décors pompéiens29.

  • 30 Plin., 33, 57.
  • 31 Plin., 33, 61 (trad. H. Zehnacker, CUF).

19Tous les éléments d’architecture représentés en jaune figurent-ils la dorure ? La réponse est sans doute non… mais lorsque des rehauts blancs ou jaune clair font briller illusoirement ces formes, la question est sans doute résolue. Dans l’architecture réelle, l’emploi du bronze, éventuellement doré, était d’abord réservé aux éléments en bois auxquels il servait de protection autant qu’il avait un rôle décoratif. Dans le livre 33 de son encyclopédie, Pline évoque la dorure des plafonds à caissons qui daterait – en contexte public – du iie siècle av. J.-C.30 ; cette pratique, passée dans les décors privés, se serait ensuite étendue aux voûtes et aux parois. L’auteur évoque aussi l’application de dorures par Catulus sur les tuiles du temple Capitolin, dont la restauration s’acheva en 69 av. J.-C. Plus loin, il livre une indication technique sur la dorure à la feuille31 :

Aucun autre corps n’est plus extensible en largeur que l’or ni ne se laisse réduire en un plus grand nombre de parties, puisqu’une once se divise en sept cent cinquante feuilles ou plus, qui mesurent quatre doigts dans les deux sens.

20L’« œil » des volutes, que l’on trouve dans certains décors orné d’une pierre ou d’un verre colorés, peut aussi être doré : c’est le cas des chapiteaux ioniques de l’oecus 6 de la villa des Mystères (fig. 68). Dans le cubiculum 4 de la même villa, les phiales et bucranes alternés qui ornent élégamment les chapiteaux de leur couleur ocre jaune rehaussée de reflets blancs se rapportent sans doute à la technique de la dorure à la feuille, de même que l’architrave de couleur mordorée qu’ils soutiennent.

Les objets en métal « indépendants » associés à l’architecture

  • 32 Intercalés entre des représentations de triglyphes sont figurés des vases (ainsi que des bucranes (...)

21La présence d’objets représentés en métal précieux (vraisemblablement en or ou en argent) ne semble pas circonscrite à une période précise du IIe style et s’observe dès les premiers décors architecturaux. On trouve, en effet, des objets posés sur des éléments d’architecture dans la salle G de la maison des Griffons sur le Palatin32, de même que dans les décors tardifs de la maison d’Auguste, également sur le Palatin, ou dans les décors intermédiaires campaniens, par exemple à la villa des Mystères ou à la villa A d’Oplontis.

  • 33 Dans ce cas, le point de vue selon lequel ils sont représentés est parfois différent de celui du r (...)

22Ces objets peuvent être posés sur un rebord fictif de l’architecture feinte33, être fixés ou suspendus à un élément de cette architecture.

Fig. 69 - Objets en métal associés à l’architecture. Pompéi, maison de la Bibliothèque, cubiculum 17 : vase d’argent repoussé, boucliers à umbo.

  • 34 Sur la vaisselle en argent retrouvée à Pompéi, à laquelle cet exemple peut être comparé, voir Guzz (...)

23Différents types de vases ont été répertoriés (amphores, hydries, pyxides, etc.) ; certains sont figurés en acrotère. Sur les 43 exemples répertoriés, la répartition entre l’argent et la dorure est à peu près équivalente ; on trouve de rares exemples dans les tons rouges qui imitent peut-être le cuivre (2) et d’autres brun verdâtre sans doute pour imiter un bronze patiné (5). Un exemple remarquable de vase en argent se trouve dans le cubiculum 17 de la maison de la Bibliothèque à Pompéi, où des motifs géométriques figurés dans des nuances de gris plus ou moins soutenues, évoquant des creux et des reliefs, sont certainement assimilables à un décor au repoussé (fig. 69)34.

  • 35 Exposition Roma. La pittura di un impero (Scuderie del Quirinale, Rome, 24 sept. 2009-17 janv. 201 (...)

24Généralement posés sur des éléments architecturaux, on en trouve cependant quelques exemplaires suspendus : dans la portion de paroi de l’oecus 22 de la maison du Cryptoportique présentée lors de l’exposition sur la peinture de l’Empire à Rome en 2009, un vase, qui pourrait aussi bien être en verre transparent qu’en métal, semble être suspendu ou flotter dans la partie supérieure du décor35. On en trouve un également dans le frigidarium 20 du complexe thermal adjacent à l’oecus de cette maison. Au niveau des parois latérales de l’alcôve nord du cubiculum 11 de la villa A d’Oplontis, une amphore centrale, dont on ne voit que la partie inférieure, pend à l’arrière de l’édicule (orné d’une pyxide en acrotère centrale), point d’où partent aussi de fines guirlandes d’olivier (fig. 70) ; c’est peut-être aussi le cas de la pyxide du triclinium G de Boscoreale (fig. 68c).

  • 36 Voir supra p. 85.

25Des brûle-parfum métalliques ou des autels comme ceux, en métal repoussé gris, du cubiculum M de la villa de Boscoreale sont aussi intégrés aux trompe-l’œil, ainsi que des candélabres en métal doré, comme on en voit dans le triclinium 14 de la villa A d’Oplontis (fig. 65)36.

26D’autres éléments de décor imitant le métal peuvent être fixés à l’architecture : les boucliers (étoilés, figurés ou encore à umbo) sont vus en perspective, seuls ou alignés (fig. 69) ou parfois de manière frontale. Ils sont indépendants de l’architecture mais contribuent à son ornementation. Les phiales qui ornent la frise dorique de l’atrium 5 de la villa A d’Oplontis ont, en revanche, un lien beaucoup plus étroit avec l’architecture (fig. 38).

  • 37 Flûtes, panneau du musée de Picardie, Amiens, inv. M. P. 3060.801, salle L, mur est (on voit moins (...)
  • 38 Barnabei 1901, p. 36-38. Voir aussi Barbet, Verbanck-Piérard 2013, I, p. 25-27 et 68-73.

27Parmi les éléments en métal figurent des instruments de musique de la salle D et de la salle L de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale (flûtes, cymbales, grelots de tambourin…) : les uns sont visibles dans les panneaux conservés37, d’autres ne sont connus que par la description de Felice Barnabei38. Ils devaient aussi être représentés de manière à donner l’impression d’objets en métal.

28Pour accrocher certains éléments autres que métalliques, il arrive que le crochet (en métal) soit visible, faisant preuve d’un réalisme particulièrement attentif. Ainsi dans le cubiculum 11 de la villa A d’Oplontis, des couronnes sont-elles suspendues à l’architrave à l’aide de crochets arrondis bien visibles, peints dans une couleur gris foncé rappelant le métal (fig. 68). La luxueuse tenture du temple tardo-républicain de Brescia est attachée – fictivement – à l’aide d’agrafes noires aux reflets blancs (fig. 78). Le plus souvent, cependant, le procédé d’accrochage n’est pas visible.

Les gemmes (ou cabochons de verre)

  • 39 Plin., 37, 11 (Voir Annexe 1).

29Du fait de leur transparence notamment, les gemmes étaient considérées comme une des matières précieuses par excellence. La vogue des pierres précieuses semble dater de la première moitié du ier siècle av. J.-C., parallèlement à celle des marbres polychromes, puisque Pline l’Ancien indique que la première collection de pierreries fut celle de Scaurus, beau-fils de Sylla39. Puis il évoque celle du roi Mithridate que Pompée le Grand consacra au Capitole.

Fig. 70 - Amphore suspendue, guirlande d’olivier, pyxide en acrotère. Oplontis, villa A, cubiculum 11.

Fig. 71 - Gemmes ou cabochons de verre. [a] Oplontis, villa A, cubiculum 11 ; [b] Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G (MANN, inv. s.n. 1).

30Dernier livre de l’Histoire naturelle, formant avec le précédent une sorte de « minéralogie », le livre 37 en est en quelque sorte le couronnement, comme l’indique dès l’introduction Eugène de Saint-Denis, essayant de retranscrire l’état d’esprit de Pline :

C’est dans les pierreries que la majesté de la nature est au plus haut point admirable ; une seule gemme est un abrégé de ses beautés.

  • 40 Je remercie Anne-Marie Guimier-Sorbets pour cette suggestion lors de ma soutenance de thèse.
  • 41 Voir supra p. 125 (rinceaux métalliques entourant les colonnes et données relatives aux Horti Lami (...)
  • 42 De Vos 1982, p. 252.
  • 43 Sauron 1988, p. 18-19 et 24-25. Cet élément hybride mi-végétal mi-minéral est évoqué par Lucrèce q (...)
  • 44 Sauron 1994, p. 382 et n. 280, p. 395-396 et n. 323.

31Dans les décors muraux, on trouve assez peu de représentations de pierres précieuses. Il pourrait d’ailleurs s’agir de cabochons de verre et pas nécessairement de pierres précieuses ou semiprécieuses40. Leur aspect très décoratif, coloré et brillant, les rend particulièrement visibles. Souvent associés à l’or, ces éléments peuvent être insérés dans un ouvrage de rinceaux41. Les deux célèbres exemples des villas d’Oplontis (fig. 65) et de Boscoreale, sont sans doute issus du même atelier42. Gilles Sauron insère ces décors dans une réflexion sur les grotesques, cette « volonté consciente de mélanger les règnes de la nature » : ici des gemmes naissent de tiges végétales – dont la réalisation, en métal feint, pousse encore d’un degré supplémentaire cette confusion des genres43. Il propose une lecture symbolique de ces ornements liée à sa théorie de l’initiation astrale de la nobilitas romaine, à laquelle participe notamment le mélange des règnes (ici minéral et végétal)44.

32Les pierres précieuses (ou cabochons de verre) peuvent aussi orner l’œil des volutes des chapiteaux ioniques ou des corniches rampantes d’un tympan, éléments qui, comme on l’a vu, sont parfois dorés. Dans le cubiculum 11 de la villa A d’Oplontis, ce sont peut-être des escarboucles (rouges) et dans le panneau du triclinium G de la villa de P. Fannius Synistor conservé au MANN, des escarboucles et des améthystes, les unes rouges, les autres violettes (fig. 71).

  • 45 Pour des études complètes sur les gemmes, voir Blümner 1884, II, p. 227-278 et bibliographie, p. 2 (...)
  • 46 Plin., 37, 120 (voir Annexe 1).
  • 47 Cima 1986b, p. 112-114, 117. Voir aussi Martini 1986.

33Pour l’identification des gemmes fictives45, rien ne peut être affirmé. On trouve des gemmes rouges, renvoyant certainement à l’escarboucle (ou grenat). Les violettes évoquent l’améthyste. Ces deux variétés se retrouvent dans les deux formes mentionnées (rinceaux ou œil de volute). Les gemmes bleues font vraisemblablement référence au jaspe bleu car le saphir, alors confondu avec le lapis-lazuli, n’est, comme le souligne Pline46, jamais transparent : on en trouve dans les deux décors de rinceaux gemmés (cubiculum M de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale et triclinium 14 de la villa A d’Oplontis), mais nulle part ailleurs. L’émeraude (ou tout autre pierre précieuse verte désignée par le vocable smaragdus, qui comprend aussi la topaze et peutêtre le péridot auquel Maddalena Cima identifie de nombreuses gemmes vertes retrouvées aux Horti Lamiani47) n’est que rarement représentée malgré la suprématie, entre toutes les pierres précieuses, que Pline lui attribue. On ne la trouve que dans les rinceaux métalliques entourant les colonnes rouge cinabre du cubiculum M de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale. Tous les décors cités ne renvoient peut-être qu’à des verres colorés dans les teintes qui viennent d’être énumérées (graphique 14).

Le bois

  • 48 Loiseleur des Longchamps 2014. On trouve des pinakes représentés en raccourci dont on n’aperçoit p (...)
  • 49 En particulier, les pinakes de la salle 71 de la maison de M. Fabius Rufus à Pompéi (fig. 74) ; su (...)

34Si les représentations des veines du marbre sont fréquentes dans les peintures illusionnistes, il en va tout autrement pour celles du bois… Matériau somme toute beaucoup plus accessible et quotidien, beaucoup plus utilisé aussi comme élément d’architecture, il est très rarement visible dans les décors architecturaux. Parce qu’il n’est en général que « support », il est presque toujours recouvert de peinture, dans la réalité comme dans les représentations : ainsi, par exemple, les poutres, les caissons ou encore les portes sont de couleurs variées et n’imitent pas les veines du bois. À plus forte raison les pinakes que l’on trouve dans de nombreuses peintures du IIe style48 n’exposent-ils pas non plus le bois, qui sert de support à un décor polychrome figuré (fig. 72). Dans tous ces cas, on sait que l’on a affaire à des « imitations de bois », bien que celui-ci soit invisible, par une connaissance en amont du matériau utilisé dans ces différentes fonctions. Pour les représentations de certaines portes ou des volets des pinakes, on peut trouver des exemples d’une couleur châtain, uniforme, couleur évidemment apparentée au bois mais dont l’essence n’est pas identifiable. Parfois les volets de pinakes sont blancs : il pourrait alors s’agir d’ivoire49.

  • 50 Plin., 13, 91-103 (voir Annexe 1).
  • 51 Ce bois, que l’on appelle « thuya articulé » (à ne pas confondre avec le « citre cédratier », comm (...)
  • 52 Il est possible que, dans l’architecture grecque aussi, le bois ait pu être destiné à des revêteme (...)
  • 53 Cic., Verr., 2, 4, 37 : maximam et pulcherrimam mensam citream. Ces fameuses tables de citre sont (...)
  • 54 Pour les différentes essences utilisées en lames, voir Plin., 16, 231 : le thuya, le térébinthe, l (...)
  • 55 Plin., 13, 96 (trad. A. Ernout, CUF).

35Ailleurs, le bois pouvait être utilisé pour son aspect décoratif sous la forme de placage ou, plus rarement, en masse. Certaines essences de bois étaient particulièrement recherchées pour leurs qualités esthétiques : on sait par Pline50 que le thuya (ou citre51) était exploité dans le monde grec d’Alexandre le Grand pour les charpentes des temples – il le tient de Théophraste52 – et dans le monde romain pour la fabrication de tables : les propriétés pratiques de ce bois rejoignaient, insiste-t-il, ses qualités visuelles. Théophraste, d’après ce qu’en rapporte Pline, indiquait que « c’est la racine qui donne le bois le plus madré, et celui dont on fait les ouvrages les plus précieux » : l’aspect bigarré en faisait donc déjà le prix. Pline mentionne qu’une table plaquée avait moins de valeur qu’une table réalisée massivement dans ce matériau : cela implique certainement que le placage était simple et qu’il ne s’agissait pas de marqueterie, sans quoi le rapport de valeur de l’un ou l’autre procédé aurait été plus discutable. On sait grâce à Cicéron que ce bois était déjà en vogue à la fin de la République, lui qui reproche à Verrès dans son plaidoyer d’avoir volé une table particulièrement précieuse à Q. Lutatius Diodorus53. Cependant le citre ainsi que les autres bois54 que l’on utilisait en lames pour les placages n’ont pas été employés exclusivement pour les tables ; ils pouvaient être utilisés à d’autres fins dans l’ébénisterie de luxe. Voici comment Pline décrit l’aspect du bois de citre55 :

La principale qualité des tables de citre, c’est d’avoir des veines en forme de cheveux crépus ou de petits chignons. Dans le premier cas, les veines courent en long et ces tables sont dites tigrées, dans le second, elles tournent sur elles-mêmes ; aussi qualifie-t-on ces tables de panthérines. Il en est aussi à madrures ondulées et frisées, dont les plus prisées sont celles qui imitent les ocelles des queues de paon. On tient en grande faveur – mais après ces dernières et aussi après celles qui sont nommées plus haut – les tables dont les madrures, serrées et granuleuses, sont dites, par comparaison avec le persil, persillées. Chez toutes ces sortes, la qualité essentielle est dans la teinte ; la préférée est celle du vin miellé, où se reflètent les vins dont elles s’abreuvent.

Graphique 14 - Répartition des différents types de gemmes potentiellement représentées.

Fig. 72 - Pinakes. [a] Pompéi, villa des Mystères, cubiculum 4, détail d’un pinax à volets et des caissons ; [b] Oplontis, villa A, pinax à volets vu en perspective.

  • 56 Plin., 37, 204 (voir Annexe 1).

36Ailleurs, il indique que le thuya est le bois auquel on attache le plus grand prix56.

  • 57 Pour les panneaux de portes et les chambranles : villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale (cubicu (...)
  • 58 Anderson 1987, p. 21.
  • 59 Sur l’écaille de tortue, voir p. suiv. Verg., G., 2, 463 ; Luc., Phars., 10 (voir Annexe 1).
  • 60 Plin., 16, 233 (voir Annexe 1).

37Dans les peintures de la fin de la République, quelques exemples représentant des incrustations ressemblent bien à des imitations de thuya, proches de la description plinienne : les madrures en petits chignons, qui ont quelque chose du pelage des panthères, la couleur de vin miellé… Il s’agit de bandes incrustées dans des panneaux de portes, dans des chambranles ou des pilastres et, dans un cas, d’un panneau inséré dans un soubassement57. Cependant, les plus fameux exemples de portes ainsi décorées provenant de différentes salles de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale (cubiculum M, triclinium G) ont souvent été identifiés comme des imitations d’écaille de tortue58, ce qui correspond aussi à l’usage antique de ce matériau, comme l’attestent des sources écrites59. Il est en fait possible qu’il s’agisse de représentations de thuya tout autant que d’écaille car, d’après la notice de Pline, celle-ci aurait été utilisée comme substitut du thuya – et non l’inverse –, ce qui laisse penser que ce bois précieux l’était plus encore que l’écaille : « l’invention d’esprits monstrueux l’a dénaturée par des teintures et l’a fait vendre plus cher en lui donnant l’aspect du bois60 ». Leur aspect est en effet fort ressemblant.

Fig. 73 - Représentation de thuya ou d’écaille de tortue. Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G (MANN, inv. s.n. 1) : détails des incrustations au niveau des battants de la porte et de son encadrement.

  • 61 Sur les procédés picturaux et l’éventuelle utilisation de l’éponge, voir infra p. 157-158.

38Sur le panneau du triclinium G de Boscoreale, conservé au MANN, deux types d’incrustations différentes se côtoient (fig. 73) : les bandes qui ornent les battants des portes blanches sont réalisées dans des couleurs qui vont du jaune vif au brun foncé, alors que le bandeau qui orne l’encadrement à oreilles de la porte sur tout le pourtour est en camaïeu brun dont les nuances sont à peine perceptibles. Dans le premier cas, des formes irrégulières brunes cernées d’un filet orange se détachent sur un fond jaune ; dans le second, des pointillés irréguliers brun foncé ont été appliqués à l’aide d’un pinceau chargé de peu de peinture ou d’une peinture suffisamment sèche pour que les poils du pinceau soient espacés et laissent des traces spécifiques (proches de l’effet que produirait une éponge) sur fond ocre orangé61.

39Si les bandes de la porte peuvent évoquer aussi bien l’écaille de tortue que l’aspect du thuya, le pourtour de la porte semble plutôt se rapporter à un bois précieux.

  • 62 CIL, VI, 33885 ; Hülsen 1890 ; Barnett 1982, p. 71.
  • 63 Plin., 5, 12 (voir le commentaire de J. Desanges, CUF) ; Stat., S., 3, 3, 94 (voir Annexe 1) : dan (...)
  • 64 Juv., 14 ; Ov. M., 2, 737 (voir Annexe 1).

40L’hypothèse que les incrustations au niveau des portes soient des bandes de thuya réside aussi dans le fait que ces portes, blanches, imitent peut-être des portes d’ivoire. Ces deux matériaux étaient souvent associés, comme on le sait par une inscription de l’époque d’Hadrien rapportant le règlement d’un collège d’artisans/marchands d’ivoire et de thuya62, mais aussi grâce aux textes de Pline, Stace et Martial63. L’argument n’est cependant pas suffisant pour assurer qu’il s’agit de thuya plutôt que d’écaille, l’ivoire étant fréquemment associé aussi à l’écaille de tortue64.

  • 65 Ces données, présentées lors du colloque de l’AIPMA à Naples en 2007 par F. Seiler (Deutsches arch (...)
  • 66 Barbet 2007, p. 469-470, fig. 2-3.

41À Pompéi, des imitations de bois ont été relevées parmi les fragments trouvés dans une grande fosse de la maison VI 16, 26-27. Ces éléments proviendraient des peintures d’un plafond à caissons et dateraient de la seconde moitié du iie siècle av. J.-C. Plusieurs types de bois de couleurs différentes y sont assemblés ; on y distingue des veines variées et les nœuds du bois65. Quelques exemples de représentation de bois, sans doute légèrement plus tardifs et appartenant à une aire géographique plus étendue, mais dans des décors qui reprennent ceux de IIe style de la péninsule italienne, ont été répertoriés en Gaule66. À Glanum, on trouve des motifs imitant le bois dans la maison aux Deux alcôves ainsi que dans le portique dorique : sur une base ocre jaune sont appliquées des veines verticales brun rouge. Dans le premier cas, elles sont parallèles et plus ou moins épaisses, formant de petits zigzags serrés ; dans l’autre, l’ondulation est surtout concentrée sur la partie haute des tracés.

L’écaille de tortue

  • 67 DS, 18, 27, 5.
  • 68 Ov., M., 2, 737 (voir Annexe 1).

42Matériau de luxe particulièrement prisé, l’écaille de tortue était utilisée sous la forme d’incrustations destinées à orner les architectures de luxe. Elle est souvent associée, dans les textes, à l’ivoire, à l’or ou encore à l’émeraude. Dans le passage sur le char funéraire destiné à transporter le corps d’Alexandre le Grand en Égypte, Diodore de Sicile décrit, au-delà des colonnes décorées d’acanthes dorées mentionnées supra p. 125, « une voûte en berceau, dorée et revêtue d’écailles où étaient serties des pierres précieuses67 ». Ovide évoque les chambres d’un palais (imaginaire mais sans doute inspiré des pratiques décoratives de son époque) ornées d’ivoire et d’écaille68.

  • 69 Plin., 33, 146 (voir Annexe 1).

43Pline y fait allusion au sujet du mobilier (tables et lits) qui était plus souvent en argent jusqu’à l’époque de Tibère où se multiplièrent les modèles garnis d’écaille de tortue. Il mentionne également l’emploi du thuya en placage, qui semble avoir été répandu avant l’écaille de tortue69.

  • 70 Verg., G., 2, 463, (voir Annexe 1).

44Lorsque Virgile, dans ses Géorgiques, envie les cultivateurs de ne pas être désireux des biens matériels rendus nécessaires par un fonctionnement social fondé sur un système de représentation (rapport clientes-patroni), il décrit la cérémonie de la salutation qui a lieu dans « une haute demeure », aux « chambranles incrustées de belle écaille » (ainsi que d’autres matériaux précieux disposés savamment)70. En effet, dans les trompe-l’œil c’est principalement sur des décors de portes qu’ont pu être relevées des bandes polychromes dont les madrures rappellent l’effet de l’écaille.

  • 71 Voir supra l’imitation du bois.
  • 72 Dubois-Pelerin 2008, p. 224-225, a également souligné cette proximité rendant délicate l’identific (...)

45Comme cela a déjà été dit71, l’aspect de l’écaille de tortue et celui de la loupe de thuya sont très proches, si bien que l’une pouvait être utilisée pour l’autre sans que l’on sache bien laquelle des deux était la plus prisée72. Cela rend donc délicate l’identification de ces bandes incrustées dans les panneaux de portes, leurs parastades ou leur encadrement entier, ainsi qu’au niveau de pilastres et de panneaux de soubassement traités dans des nuances allant du jaune au brun en passant par les reflets plus ou moins orangés et formant des tracés de type vermiculé ou des formes panthérines.

  • 73 D’après la planche XLII (en noir et blanc) publiée dans Lehmann 1953 : la facture semble très vois (...)
  • 74 Maison qui n’a pu être intégrée au corpus (voir Annexe 2) ; Barbet, Verbank-Piérard 2013, I, p. 75 (...)

46Ce motif vermiculé brun et mordoré est présent au niveau des panneaux de porte dans l’alcôve A du cubiculum 16 (et peut-être dans l’oecus 6, mais ce n’est pas très prononcé et le fond est violacé) de la villa des Mystères, dans le cubiculum M et le triclinium G de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale (fig. 73). On le retrouve pour l’ornement de pilastres dans le cubiculum 46 de la maison du Labyrinthe à Pompéi, dans la salle F de la villa de Boscoreale73, dans le tablinum de la maison du Verger74 ainsi que dans le cubiculum G de la maison de Cérès : mais ici les nuances, au lieu d’être dans les tons bruns, sont remplacées par des tracés violets et blancs dont on reconnaît cependant bien la facture. Pourrait-il s’agir d’un modèle copié sur d’autres peintures, considérées comme « à la mode », sans compréhension précise du motif ? De même, dans l’oecus p de la maison du Laraire d’Achille, on retrouve ce motif « édulcoré » : les deux pilastres qui se font face sont incrustés d’une bande centrale légèrement plus large que les deux bandes qui les encadrent. Sur le mur est, la bande centrale est formée de tracés ocre jaune brun où l’on reconnaît à peine le dessin de l’écaille de tortue ou du thuya, et les bandes latérales sont figurées en violet (peut-être uni ?) ; sur la paroi ouest, les trois bandes semblent d’une couleur unie (bordeaux au centre et violet de part et d’autre). L’état de conservation des pilastres ornés de longues bandes incrustées dans le cubiculum H et dans le triclinium D de la maison de Cérès ne permet pas d’affirmer qu’il s’agit de ce motif, mais cela est probable. Ailleurs, cependant, ces bandes décorant des pilastres sont agrémentées de motifs ornementaux – par exemple dans le cubiculum C de la même maison où des éléments floraux et des têtes de Gorgone ocre-jaune apparaissent sur un fond violet prune (fig. 5) ; ils peuvent aussi être d’une couleur unie (toujours dans les mêmes tonalités : violet, bordeaux ou brun), par exemple sur le mur ouest de l’oecus p de la maison du Laraire d’Achille.

Fig. 74 - Représentation d’écaille de tortue ( ?), pinakes, volets en ivoire ( ?). Pompéi, maison de Fabius Rufus, cubiculum 71.

47L’ornement est aussi présent au niveau des pilastres ayant une fonction de parastade dans le cubiculum M de Boscoreale, de part et d’autre des portes qui en sont également pourvues. On remarque que la représentation en perspective particulièrement attentive laisse entrevoir une face, vue en raccourci, de chacun des pilastres : ces faces latérales sont aussi dotées d’une bande incrustée. La facture de cet ensemble paraît assez proche des autres exemples de la villa (salle F et triclinium G), même si l’on observe de légères différences entre les quatre portes et leur structure, réparties sur les deux parois (est et ouest), notamment du point de vue du choix des couleurs : certaines incrustations semblent plus claires que d’autres, mais l’impossibilité de voir les peintures directement ne permet pas d’affirmer ces différences et de confirmer l’intervention éventuelle de plusieurs peintres.

  • 75 Pappalardo, Aoyagi 2006, p. 405, fig. 18.

48Enfin, ce type d’incrustations est visible au niveau d’un exemple isolé, sous la forme de panneaux (plus larges que tous les exemples de bandes longues et fines citées jusque-là) insérés dans le soubassement de la salle 71 de la maison de M. Fabius Rufus à Pompéi, au niveau de la paroi latérale conservée (fig. 74 ; tableau 9)75.

L’ivoire

  • 76 Matériau composé d’un mélange d’or et d’argent. Au sujet de l’électron, Pline écrit qu’Homère « ra (...)
  • 77 Voir, entre autres : Hom., Od., 4, 73 ; Plat., Rép., 2, 373 ; Catul., 64, 48 ; Verg., G., 1, 57 ; (...)
  • 78 Plin., 2, 8.
  • 79 Béal 2000, p. 101. Ce bâton d’ivoire figure aussi au rang des ornements portés par le général en c (...)
  • 80 Sur le prix de l’ivoire aux époques classique et hellénistique, voir Barnett 1982, p. 65 ; voir au (...)

49Matériau considéré parmi les plus précieux à côté de l’or, l’argent, l’électron76 ou encore l’écaille de tortue77, l’ivoire a parfois été remplacé par de l’os (éventuellement blanchi), matériau beaucoup moins prestigieux mais avec lequel il peut visuellement se confondre78. Jean-Claude Béal souligne qu’il était « signe de pouvoir dans les mains des sénateurs de la Rome républicaine », qui portaient en effet le scipio eburneus79. À l’époque impériale cependant, l’ivoire devient plus courant et son prestige en semble affaibli, comme le démontre l’étude de J.-C. Béal s’appuyant à la fois sur le matériel archéologique de tombes de la Gaule romaine, sur les textes des premiers siècles de notre ère et sur l’Édit sur les prix de Dioclétien où le prix de l’ivoire est fixé à 150 deniers par livre80.

Tableau 9 - Répartition des imitations d’écaille de tortue ou de thuya.

Fig. 75 - Mobilier en ivoire et os (b. pieds de trône en ivoire, d’après Bernard, 1970, pl. XX ; c. détail d’un pied de lit en os d’Aquinum, 2e moitié du iie siècle av. J.-C., © A. Cormier) et représentation (a. Pompéi, villa des Mystères, salle éponyme).

  • 81 Quelques exemples tirés d’Orlandos 1966, p. 133 : l’Athénaion archaïque de Syracuse (Cic., Verr., (...)
  • 82 Verg., G., 3, 26. La date du texte (autour de 29 av. J.-C.) est intéressante car elle coïncide à q (...)
  • 83 Ov., M., 4, 185 : Lemnius extempo valuas patefecit eburnas immisit deos, « Aussitôt l’artisan de L (...)

50Utilisé dès le cinquième millénaire pour la fabrication d’objets, l’ivoire a aussi été travaillé pour l’ornementation d’architectures luxueuses. Il est utilisé surtout pour le revêtement des portes en bois du sékos, enceinte sacrée des temples, puis, à partir de l’époque hellénistique, son usage semble s’étendre aux portes des habitations luxueuses. Aucune de ces portes n’a été conservée, mais il en est fait mention dans les textes ou dans des inscriptions81. Dans la littérature, on trouve chez Virgile82, évoquant un hypothétique retour à Mantoue, sa ville natale, la description d’un temple qu’il y construirait en l’honneur de César (Auguste) et dont les battants de porte porteraient des scènes de batailles « en or et en ivoire massif ». Ovide, dans un passage où il décrit le lieu où Mars et Vénus furent pris en flagrant délit, mentionne des portes d’ivoire83. Il s’agit bien sûr de textes poétiques, mais ils se font vraisemblablement l’écho d’une pratique réelle.

51L’ivoire pouvait orner aussi des charpentes et des murs. Certains éléments architectoniques pouvaient même être fabriqués en ivoire, puis être éventuellement teints ou dorés.

52L’usage de l’ivoire pour décorer le mobilier (lits, sièges, etc.) mais aussi des armes ou des instruments de musique était fréquent ; il était aussi utilisé dans la statuaire, combiné à d’autres éléments (notamment pour les statues chryséléphantines).

  • 84 De précieux exemples ont été publiés par Bernard 1970.
  • 85 Une thèse consacrée aux lits de Cumes, découverts entre 2002 et 2006 et datés de la fin de la Répu (...)
  • 86 Talamo 1987-1988.

53Dans les peintures, il n’est pas aisé de reconnaître si l’ivoire a fait l’objet de représentations du fait de son aspect blanc qui peut aussi renvoyer à du marbre ou à du bois peint. Il est cependant possible que le mobilier représenté dans la salle des Mystères de la villa éponyme renvoie à des sièges d’ivoire (fig. 75). Étant donné l’environnement prestigeux dans lequel se déroule la scène, il est peu probable qu’il s’agisse de bois peint, mais il pourrait en revanche s’agir de mobilier en marbre. En tout état de cause, les pieds de ces sièges sont comparables aux pieds « tournés » que l’on connaît dans le mobilier en ivoire84. Il s’agit de pieds de trône et de pieds de lit dont le modèle d’origine orientale a dû progressivement gagner l’Occident : trois lits d’une époque proche de celle des peintures de la villa des Mystères, réalisés en ivoire, ont été retrouvés dans une tombe de la nécropole de Cumes et sont en cours d’étude85. Un autre, en os, datant du iie siècle av. J.-C. a été découvert à Aquinum ; il est dans un état de conservation admirable car il n’a pas été brûlé lors d’une crémation funéraire (fig. 75). Un exemple, apparemment plus tardif, également en os, est exposé à la Centrale Montemartini à Rome86. Les représentations de ce type de mobilier sont fréquentes : on en trouve sur des céramiques, comme le cratère en calice à figures rouges du peintre des Enfers conservé au Louvre où Jason est représenté apportant à Pélias la toison d’or, pour ne prendre que cet exemple. Le roi d’Iolcos siège sur un trône à pieds tournés dont la peinture blanche relevée de liserés jaunes figure sans doute l’association de l’or et de l’ivoire ; ses pieds reposent sur un marchepied dont les couleurs sont semblables. Dans la fameuse fresque des Noces Aldobrandines d’époque augustéenne sont figurés un lit et un marchepied en ivoire (l’aspect de ce dernier est très comparable à celui du cratère du peintre des Enfers).

Tableau 10 - Répartition des possibles représentations d’ivoire dans les peintures.

Fig. 76 - Tenture maintenue par des anneaux. Oplontis, villa A, oecus 15.

  • 87 Dans l’Édit sur les prix de Dioclétien, l’ivoire et l’écaille de tortue sont traitées ensemble. Vo (...)

54Plusieurs portes dans les décors prestigieux peuvent aussi faire référence à des décors d’ivoire ; cette possibilité paraît d’autant plus plausible que c’est dans ces portes que sont incrustées des lames d’écaille de tortue ou de thuya, matériaux fréquemment associés (tableau 10)87.

55Par ailleurs, dans le décor particulièrement soigné de la maison de Fabius Rufus où est représenté un temple dont la porte entrouverte laisse apparaître Vénus et Cupidon, des pinakes figurent de part et d’autre de la porte. Leurs volets blancs pourraient indiquer de précieux objets sacrés en ivoire (fig. 74).

Les textiles

  • 88 Selon Engemann 1967, p. 95, ces éléments appartenaient aussi au répertoire domestique : des rideau (...)

56Outre les vêtements (dans les mégalographies et les rares exemples d’architectures habitées), les textiles que l’on trouve imités en peinture sont notamment des tentures : elles sont représentées selon deux schémas. Dans le premier cas, il s’agit de tentures toujours sombres, suspendues à l’aide de cordelettes ou d’anneaux à une corde qui forme étrangement un arc de cercle, assez peu naturaliste. Celui-ci fait souvent écho à un arc supérieur créant ainsi une impression d’oculus à travers lequel se profile un plan plus lointain. On voit généralement très distinctement des anneaux qui permettent d’accrocher la tenture à la corde, dans le salon 15 de la villa A d’Oplontis par exemple (fig. 76). Ils sont parfois remplacés par une double corde, comme dans le cubiculum 46 de la maison du Labyrinthe (fig. 77) : ces systèmes semblent se rapporter à des tentures coulissantes, comme on peut imaginer que devaient être les rideaux de théâtre88. Ce motif est toujours représenté dans la partie supérieure du décor.

57Dans l’autre cas, en revanche, la tenture est représentée en soubassement, elle est fixée à l’aide d’accroches qui ne sont pas toujours visibles, disposées à intervalles réguliers et provoquant des plis en forme d’éventail au niveau du textile dont les vagues se répandent entre chaque fixation. La couleur de ces tentures basses est claire et elles sont parfois ornées de motifs : un ou plusieurs liserés qui prennent la forme de vagues corinthiennes, de dents de loup ou d’une simple bande, parfois associés à un tapis d’éléments décoratifs, souvent des rosettes.

Fig. 77 - Tenture haute. Pompéi, maison du Labyrinthe, cubiculum 46.

Fig. 78 - Tenture de soubassement. Brescia, sanctuaire tardo-républicain, cella 1.

Fig. 79 - Tenture de soubassement. Pompéi, maison de Sutoria Primigenia, salle 6.

  • 89 Voir aussi Bianchi 2014, p. 225-228, fig. 3-6, 8, 13, p. 247, fig. 36. C’est aussi l’illustration (...)

58L’exemple le plus remarquable par sa facture est sans aucun doute celui du temple tardo-républicain de Brescia89, où les plis du drapé sont réalisés avec un soin extrême. Le tissu, élégamment relevé à deux reprises le long de la paroi, laisse apparaître les assises des panneresses vert céladon sous-jacentes. Les liserés ornementaux suivent admirablement les courbes du textile et des franges ont été disposées à la lisière inférieure. Le système d’accroche, coulissant, est bien visible. De petits anneaux courent le long d’une corde elle-même maintenue par des agrafes (fig. 78).

59Dans la salle 6 de la maison de Sutoria Primigenia, le traitement est beaucoup plus grossier. Les plis en éventail sont traités à l’aide d’un large pinceau, les bandes ornementales n’épousent pas les plis du textile (fig. 79). Dans le triclinium D de la maison de Cérès, le drapé est ocre jaune ; son état de conservation ne permet pas de juger de la qualité d’exécution.

  • 90 Verg., G., 2, 458-465 (voir Annexe 1).

60Parmi les matériaux précieux que Virgile énumère au sujet des pièces de la maison où a lieu la cérémonie de la salutatio, le poète cite les étoffes (vestis) : étant donné que les autres matériaux sont liés à l’ornementation (écaille de tortue, or, bronze), on peut supposer qu’il s’agit bien ici de tentures ou de tapis et non de vêtements d’apparat90.

Fig. 80 - Kalathos couvert d’une voile transparent. Oplontis, villa A.

  • 91 Sur la transparence, voir infra p. 159.

61Il faut ajouter à ces deux types de drapés, qui ont réellement un rôle dans la composition architecturale, tous les éléments textiles qui relèvent plus de l’ornementation. Parmi ceux-ci on compte les bandelettes de toute taille (souvent associées à des guirlandes, fig. 70) et les drapés votifs attachés à des colonnes, par exemple dans le cubiculum M de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale. Les cordes sont généralement associées aux tentures hautes et aux soubassements drapés dont il était question ci-dessus. On trouve également des rubans, notamment pour lier les couronnes : un bel exemple se trouve dans le cubiculum 11 de la villa A d’Oplontis (fig. 16). Dans l’oecus 23 de la même villa est aussi représenté l’unique exemple de voile91 pour cette période ; il couvre un panier d’offrandes (fig. 80). Dans le fameux salon H de la villa de Boscoreale, sur le siège où est assise la poétesse, est posé un coussin aux reflets moirés (fig. 14 ; graphique 15).

Graphique 15 - Répartition des éléments textiles imités dans les peintures.

Le verre

  • 92 Sen., Ep., 86, 6 (voir Annexe 1).
  • 93 Pour la représentation de cabochons, se reporter au passage sur les gemmes, supra p. 129-132.
  • 94 Sur la transparence, voir infra p. 159.

62Le verre apparaît dans certains décors en trompe-l’œil, soit pour figurer des inclusions de verre coloré sous la forme de cabochons (comparables à des pierres précieuses), soit pour l’imitation de vases ou de coupes posés sur des espaces plans créés dans l’architecture fictive. Les inclusions de verres colorés sont particulièrement en vogue au début de l’Empire pour orner les parois et les plafonds. Des exemples sont encore visibles sur les voûtes de l’Antiquarium du Palatin ; il en est aussi question dans une lettre de Sénèque à Lucilius92. Dans les peintures, ces verres colorés ne peuvent être différenciés des gemmes avec lesquelles ils cherchent à se confondre dans la réalité93. Les petits balsamaires d’une couleur assez foncée (brun ou noir) représentés dans une coupe de verre transparent94vert clair, dans la salle 5 dite « des Masques » de la maison d’Auguste sur le Palatin, pourraient eux aussi renvoyer à du verre coloré (fig. 81).

Fig. 81 - Verre transparent, verre coloré. Rome, maison d’Auguste, salle 5.

Tableau 11 - Répartition des imitations de verre.

Fig. 82 - Guirlandes et couronnes fines ; paysage idyllico-sacré au centre. Rome, maison d’Auguste, salle 5.

63Le verre est, en revanche, bien identifiable dans les peintures lorsqu’il s’agit de vases, en particulier de coupes de fruits. Les plus célèbres sont celle du cubiculum M de la villa de P. Fannius Synistor, posée sur la corniche d’un parapet, et celles de l’oecus 23 de la villa A d’Oplontis, au nombre de six (fig. 48 et 100).

  • 95 Sauron 1994, p. 383, n. 283 : « Il s’agit d’un type d’objet de production récente et dont il n’exi (...)

64L’existence de compotiers de verre aussi grands que ceux que l’on voit dans ces deux décors n’est, semble-t-il, pas attestée à cette période : la représentation picturale précéderait donc ici l’objet réel (tableau 11)95.

Les végétaux

  • 96 Guillaume-Coirier 1999 ; 2002.

65Les éléments végétaux sont présents sous plusieurs formes dans les peintures en trompe-l’œil de la fin de la République. On trouve notamment des objets plus ou moins complexes fabriqués à partir de végétaux : des guirlandes et des couronnes. À la suite de Germaine Guillaume-Coirier, on appelle « couronne » ce qui est fermé ou susceptible de l’être et « guirlande » ce qui est expressément destiné à rester ouvert96.

66Les couronnes fermées peuvent être accrochées à des colonnes votives : dans les décors pariétaux, elles sont souvent visibles dans les petits paysages idyllico-sacrés, tels ceux qui se développent sous les édicules fictifs de la salle 5 dite « des Masques » de la maison d’Auguste à Rome (deux couronnes sont suspendues aux fines guirlandes qui coiffent la composition avec le bétyle à tenons de bardage ; fig. 82).

67L’unique exemple connu de couronnes fermées représentées de manière très précise est celui du cubiculum 11 de la villa A d’Oplontis : deux couronnes de fleurs bleu-vert et jaunes, maintenues par un ruban rose, sont suspendues à un crochet au premier plan du trompe-l’œil (fig. 16).

  • 97 Sambon 1903, p. 22.

68On trouve des couronnes ouvertes dans le cubiculum M de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale : l’une est faite de fleurs de deux couleurs (jaunes et bleues), l’autre de feuillage (laurier ?) vert. Ces couronnes sont disposées à cheval sur la tenture fictive en avant des tholoi des parois latérales de l’alcôve. Un ruban au niveau de l’extrémité visible montre que les couronnes sont destinées à être fermées. Deux autres (blanches ?) sont suspendues, ouvertes, par une extrémité, sur la paroi sud du cubiculum de part et d’autre de l’entrée97.

  • 98 Cette ornementation correspond à une pratique réelle. Voir Grimal 1969, p. 299.

69Les guirlandes aussi sont de deux types. De lourdes guirlandes en feston sont suspendues à l’avant ou à l’arrière de colonnes, de piliers ou de cariatides en enfilade98. Elles font souvent l’objet d’un soin particulier apporté par les peintres pour y greffer différentes variétés de fleurs, de fruits et de feuillages (fig. 16).

70Parmi les feuillages, on a pu identifier du lierre, des branches ou des feuilles d’olivier, des aiguilles de pin, des feuilles de vigne, des feuilles de chêne, des feuilles d’acanthe et du laurier. Pour les fruits, des pommes de pin, des grappes de raisin, du myrte, des pêches, des pommes, des épis de blé, des coings, des poires, des grenades, des fruits de pavot, des prunes, des noix, des citrons, des gerbes de blé et des baies. Les fleurs ne sont pas souvent faciles à identifier, elles sont parfois très schématisées ; cependant, on a pu reconnaître des lauriers-roses, des lilas et des coquelicots.

71Ailleurs, de fines guirlandes, qui semblent souvent faites de feuilles d’olivier, sont suspendues à l’architrave d’un édifice ne formant que deux demi-festons de part et d’autre du point d’attache (fig. 70 et 82) : dans le triclinium 14 de la villa A d’Oplontis, elles pendent du bouclier central (fig. 65). Ces fines guirlandes sont aussi figurées en enroulement autour d’édifices votifs : par exemple, autour du podium du trépied de l’oecus 15 de la même villa (fig. 4) ; sur la tholos représentée dans le cubiculum 17 de la maison de la Bibliothèque, elles semblent étrangement s’envoler ou être en suspension (fig. 31).

72Sur les 75 guirlandes répertoriées, 39 sont des guirlandes fines, 46 sont des compositions végétales épaisses plus ou moins complexes.

  • 99 À propos des échelles, voir supra p. 75.

73En dehors de ces objets fabriqués à partir de végétaux, des fruits et des feuillages sont déposés « à l’état naturel », soit directement sur un plan de l’architecture, soit – pour les fruits notamment – dans des récipients en verre ou, exceptionnellement, dans une vannerie. Ils représentent vraisemblablement des offrandes, bien que la position haute des compotiers en verre de l’oecus 23 de la villa A d’Oplontis paraisse peu commune pour des offrandes. On recense, pour les fruits, des grenades, des coings, des grappes de raisin, des figues, des poires, des prunes, des épis de blé, de pommes de pin, des fruits de pavot ; pour les rameaux de feuillage, de l’olivier, du laurier, du pin, des feuilles de vigne et de figuier, du lierre. Dans le panneau provenant du cubiculum 17 de la maison de la Bibliothèque, conservé au MANN, les offrandes disposées devant la tholos sont totalement disproportionnées par rapport à l’architecture et aux personnages affairés autour du temple99.

  • 100 Voir supra p. 125.
  • 101 Sur les bases d’acanthe, leur origine et leur développement, voir Makowiecka 1969.

74Dans certaines compositions, c’est l’architecture elle-même qui prend une forme végétale : cette tendance, qui deviendra une constante dans les décors de IIIe style, se met en place progressivement au cours de la deuxième phase du IIe style. Les couronnes d’acanthe dorées et les rinceaux métalliques déjà cités en sont une première expression100. Mais dans les décors un peu plus tardifs, on peut mentionner les colonnes, bases et chapiteaux phytomorphes101 qui ornent certaines pièces de la maison de M. Obellius Firmus ou le cubiculum l de celle d’A. Trebius Valens (fig. 33).

  • 102 Concernant l’identification des différentes espèces dans les représentations de jardins – décors g (...)

75Les vues extérieures favorisent aussi les représentations végétales. Il s’agit alors de bosquets ou d’arbres isolés visibles au-delà de l’architecture représentée. Dans le frigidarium 20 de la maison du Cryptoportique, le traitement des arbres (ainsi que celui des oiseaux qui s’y dispersent) est très proche de celui de l’exèdre 25 qui donne sur le péristyle dans la maison du Ménandre. Les essences des arbres et des plantes sont rarement reconnaissables102. On peut toutefois identifier des palmiers en pot dans le cubiculum M de la villa de P. Fannius Synistor.

76La variété des matières, en dehors des marbres unis ou polychromes, contribue à enrichir les décors picturaux du Ier siècle av. J.-C. et à leur donner une dimension particulièrement prestigieuse : les métaux par leur éclat, les gemmes et le verre par leur lustre doublé de transparence, l’écaille de tortue et les bois précieux par leur chatoyance et leur exotisme (qui rejoint la symbolique « spatiale » des marbres étrangers et lointains évoquée plus haut, p. 80). Les textiles – en référence peut-être aux tentures attaliques – et les végétaux, parce qu’ils renvoient à des objets chargés d’une signification forte – les bandelettes sont liées au contexte funéraire et aux lieux sacrés, les guirlandes à des pratiques festives et les couronnes à une forme d’héroïsation –, participent à l’élaboration d’un discours métaphorique où le luxe se mêle au sacré.

Notes

1 Des objets divers comme les masques ou les pinakes ornent aussi ces compositions : ils font écho à des matériaux divers, souvent non homogènes : chiffon, plâtre ou bois peint, etc. C’est alors moins le matériau en soi qui compte que l’objet lui-même Sur l’usage réel des matériaux de luxe, Dubois-Pelerin 2007.

2 Sur l’emploi du métal dans l’architecture, voir Orlandos 1966, p. 97-134. Sur l’utilisation des différents métaux, voir aussi Blümner 1884, vol. IV.

3 Le plomb et l’étain, utilisés dans l’architecture uniquement pour des éléments invisibles, ne sont pas intégrés à cette étude.

4 Hom., Od., 4, 72 ; 6, 328 ; 7, 86 ; Il., 11, 65.

5 Voir en particulier la tombe Heuzey à Verghina : Hellmann 2002, p. 243, fig. 337 (battants de porte en pierre, imitant le métal. Fin du ive siècle, Paris, musée du Louvre, Ma 707).

6 Bien que Plin., 34, 146, évoque l’utilisation du fer en fusion, il est plus probable qu’il n’a été utilisé quasiment que martelé : voir Orlandos 1966, p. 111 et bibliographie relative.

7 En particulier, les chapiteaux du Sérapieion d’Alexandrie, les « yeux » en bronze des chapiteaux ioniques et les fleurons en bronze des caissons de l’Érechthéion, les astragales, moulures et étoiles des caissons du temple d’Asclépios à Épidaure, ou encore des portes avec leurs clous et disques saillants, des entablements de temples ou des plafonds entiers (exemples tirés d’Orlandos 1966, p. 125).

8 Par exemple, les boucliers en or cloués sur les architraves du Parthénon (butin d’Alexandre le Grand lors de la bataille du Granique, première bataille des Perses contre les Macédoniens). Les orifices destinés à l’accrochage sont encore visibles. Voir infra p. 128-129, les objets indépendants associés à l’architecture.

9 Hom., Od., 1, 441-442 ; 4, 71 ; 7, 89-90.

10 Exemple du Sérapieion d’Alexandrie, voir Orlandos 1966, p. 128.

11 Comme cela a déjà été dit supra p. 60.

12 Cette pratique peut éventuellement relever d’une mode ou d’un « truc » d’atelier qui se serait répandu en permettant, tout en ayant un aspect particulièrement décoratif, de renforcer l’impression d’espace par le jeu des ombres portées que ce motif favorise : voir supra p. 67-68 et Mulliez à paraître.

13 Avec l’oxydation, le cuivre devient gris, mais il peut rester rouge s’il est fréquemment entretenu. Il existe aussi des vernis qui le protègent : peut-être de telles techniques étaient-elles connues et en usage dans l’Antiquité ?

14 Sur les gemmes et verres colorés, voir infra p. 129 et suiv.

15 Mazzoleni, Pappalardo 2004, p. 79-81, pl. 88-89.

16 Ce mode de représentation est à rapprocher de celui du mur nord de l’oecus corinthien de la maison du Labyrinthe à Pompéi, malheureusement très dégradé mais où l’on décèle le même traitement fluide formant des parallèles régulières autour de la colonne.

17 Ailleurs, ces rinceaux de lierre enroulés autour de colonnes sont figurés en vert (par exemple dans la bibliothèque de la maison éponyme : Esposito 2008-2009, p. 53, fig. 2).

18 Ling 2005, p. 8-28, pl. 39-44, p. 240-253, 424-431.

19 Voir Cima 1986b (détails de tous les éléments en métal doré et gemmes découvert aux Horti Lamiani). Ces nombreux éléments issus de somptueux décors sont conservés à Rome, aux musées Capitolins où ils sont présentés dans la salle des Horti Lamiani. Voir aussi Moroni 2005, p. 88-89, où est publié un exemple de pilastre présentant des perforations régulières sans doute destinées à fixer ce type d’ornement.

20 Lehmann 1953, p. 85-87, n. 8-10 et 13-14.

21 DS, 18, 27, 2 : la description du dispositif décoratif créé pour le char destiné au transport de la dépouille d’Alexandre en Égypte comprend des colonnes où se déployait, de la base jusqu’au chapiteau, un rameau d’acanthe en or ; Ath., 12, 538d. Voir aussi Sauron 1994, p. 382, n. 280.

22 Sen., Ep., 86, 6 (voir Annexe 1).

23 Voir supra n. 13.

24 Sauron 1994, p. 405.

25 Sur le thème de la perte de matérialité des éléments d’architecture, voir supra p. 51.

26 Orlandos 1966, p. 104-106.

27 Cic., Verr., 2, 4, 69 ; voir supra p. 25.

28 Mazzoleni, Pappalardo 2004, p. 110.

29 Martin 1965, p. 442-443.

30 Plin., 33, 57.

31 Plin., 33, 61 (trad. H. Zehnacker, CUF).

32 Intercalés entre des représentations de triglyphes sont figurés des vases (ainsi que des bucranes et des masques) : Iacopi 1991, p. 86.

33 Dans ce cas, le point de vue selon lequel ils sont représentés est parfois différent de celui du reste du décor. Sur cette question, voir supra, p. 74.

34 Sur la vaisselle en argent retrouvée à Pompéi, à laquelle cet exemple peut être comparé, voir Guzzo 2006.

35 Exposition Roma. La pittura di un impero (Scuderie del Quirinale, Rome, 24 sept. 2009-17 janv. 2010) : voir La Rocca 2009, p. 158, 266-267.

36 Voir supra p. 85.

37 Flûtes, panneau du musée de Picardie, Amiens, inv. M. P. 3060.801, salle L, mur est (on voit moins clairement si celles du panneau du musée du Louvre ont des éléments en métal, P100, salle D, mur est) ; cymbales, panneau du Metropolitan Museum de New York, 03.14.4, salle L, mur ouest ; panneau du musée de Mariemont, B. 99, salle L, mur nord (celles de la salle D ne sont pas conservées) ; tambourins à grelots métalliques, panneau du musée de Picardie, Amiens, M. P. 3060.802. Barbet, Verbanck-Piérard 2013, II, pl. I, XIII-XIV.

38 Barnabei 1901, p. 36-38. Voir aussi Barbet, Verbanck-Piérard 2013, I, p. 25-27 et 68-73.

39 Plin., 37, 11 (Voir Annexe 1).

40 Je remercie Anne-Marie Guimier-Sorbets pour cette suggestion lors de ma soutenance de thèse.

41 Voir supra p. 125 (rinceaux métalliques entourant les colonnes et données relatives aux Horti Lamiani).

42 De Vos 1982, p. 252.

43 Sauron 1988, p. 18-19 et 24-25. Cet élément hybride mi-végétal mi-minéral est évoqué par Lucrèce qui critique la mode des grotesques – ces mille fables –, parmi lesquels il cite les arbres qui, au lieu de fleurs, se couvrent de pierres précieuses : gemmis florere arbusta suesse (Lucr., 5, 912). Sur l’origine des grotesques, Walter-Karydi 1990 ; voir aussi Charles-Picard 1981.

44 Sauron 1994, p. 382 et n. 280, p. 395-396 et n. 323.

45 Pour des études complètes sur les gemmes, voir Blümner 1884, II, p. 227-278 et bibliographie, p. 227.

46 Plin., 37, 120 (voir Annexe 1).

47 Cima 1986b, p. 112-114, 117. Voir aussi Martini 1986.

48 Loiseleur des Longchamps 2014. On trouve des pinakes représentés en raccourci dont on n’aperçoit parfois qu’à peine le sujet, mais le plus souvent, dans ces représentations obliques, il est même totalement absent ; d’autres sont vus de façon frontale et offrent au regard un thème bien identifiable.

49 En particulier, les pinakes de la salle 71 de la maison de M. Fabius Rufus à Pompéi (fig. 74) ; sur l’ivoire, voir infra p. 136.

50 Plin., 13, 91-103 (voir Annexe 1).

51 Ce bois, que l’on appelle « thuya articulé » (à ne pas confondre avec le « citre cédratier », comme l’indique le commentaire de P. Fournier à Plin., 13, 91, CUF), est originaire d’Afrique du Nord, du Sud de l’Espagne ou encore de l’île de Malte.

52 Il est possible que, dans l’architecture grecque aussi, le bois ait pu être destiné à des revêtements : mais s’agissait-il alors toujours de bois peint ? « On sait que des panneaux en bois peint ornaient l’intérieur de quelques édifices, à côté d’autres qui semblent avoir connu des boiseries aussi protectrices que décoratives » : Hellmann 2002, p. 109.

53 Cic., Verr., 2, 4, 37 : maximam et pulcherrimam mensam citream. Ces fameuses tables de citre sont aussi évoquées chez Strabon (4, 6, 2), qui les compare à celles que l’on peut réaliser avec un bois des Alpes, et chez Lucain (Phars., 9, 430) : « Les bois de Mauritanie sont la seule richesse de ce peuple, et encore en ignorait-il l’usage, heureux de vivre à l’ombre du feuillage de ses thuyas. Ce sont nos haches qui vinrent dans cette forêt inconnue, et nous avons été demander aux extrémités du monde les tables de nos festins. »

54 Pour les différentes essences utilisées en lames, voir Plin., 16, 231 : le thuya, le térébinthe, les divers érables, le buis, le palmier, le houx, l’yeuse, la racine de sureau, l’érable-ayart, l’aune.

55 Plin., 13, 96 (trad. A. Ernout, CUF).

56 Plin., 37, 204 (voir Annexe 1).

57 Pour les panneaux de portes et les chambranles : villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale (cubiculum M, triclinium G) ; pour les pilastres : maison du Labyrinthe, cubiculum 46 ; pour le panneau de soubassement, maison de M. Fabius Rufus, salle 71.

58 Anderson 1987, p. 21.

59 Sur l’écaille de tortue, voir p. suiv. Verg., G., 2, 463 ; Luc., Phars., 10 (voir Annexe 1).

60 Plin., 16, 233 (voir Annexe 1).

61 Sur les procédés picturaux et l’éventuelle utilisation de l’éponge, voir infra p. 157-158.

62 CIL, VI, 33885 ; Hülsen 1890 ; Barnett 1982, p. 71.

63 Plin., 5, 12 (voir le commentaire de J. Desanges, CUF) ; Stat., S., 3, 3, 94 (voir Annexe 1) : dans l’énumération des matériaux, « le bois de Massylie et la gloire de l’ivoire indien » sont cités ensemble : J.-C. Béal renvoie à ce passage de Stace au sujet de l’ivoire (mais de nombreux autres matériaux étrangers y sont cités) pour montrer le lien entre ces matériaux et la dimension de pouvoir qui y est associée au ier siècle apr. J.-C. : c’est le procurateur a rationibus qui contrôle l’approvisionnement de Rome en tous ces biens (Béal 2000) ; Mart., 6, 43, 9 ; 9, 22, 5 ; 10, 93.

64 Juv., 14 ; Ov. M., 2, 737 (voir Annexe 1).

65 Ces données, présentées lors du colloque de l’AIPMA à Naples en 2007 par F. Seiler (Deutsches archäologisches Institut, Berlin), ont été publiées (Seiler 2010, p. 151 et pl. xvii, fig. 1).

66 Barbet 2007, p. 469-470, fig. 2-3.

67 DS, 18, 27, 5.

68 Ov., M., 2, 737 (voir Annexe 1).

69 Plin., 33, 146 (voir Annexe 1).

70 Verg., G., 2, 463, (voir Annexe 1).

71 Voir supra l’imitation du bois.

72 Dubois-Pelerin 2008, p. 224-225, a également souligné cette proximité rendant délicate l’identification de ces bandes incrustées fictivement dans les peintures en trompe-l’œil.

73 D’après la planche XLII (en noir et blanc) publiée dans Lehmann 1953 : la facture semble très voisine de celle des incrustations des battants de porte du triclinium G. Voir aussi la description proposée dans Barbet, Verbanck-Piérard 2013, I, p. 40 et pl. 11.

74 Maison qui n’a pu être intégrée au corpus (voir Annexe 2) ; Barbet, Verbank-Piérard 2013, I, p. 75, fig. 43.

75 Pappalardo, Aoyagi 2006, p. 405, fig. 18.

76 Matériau composé d’un mélange d’or et d’argent. Au sujet de l’électron, Pline écrit qu’Homère « rapporte que le palais de Ménélas resplendissait d’or, d’électrum, d’argent et d’ivoire » (Plin., 33, 81). L’auteur de l’Odyssée avait aussi ajouté le bronze à cette énumération (Hom., Od., 4, 73).

77 Voir, entre autres : Hom., Od., 4, 73 ; Plat., Rép., 2, 373 ; Catul., 64, 48 ; Verg., G., 1, 57 ; Hor., O., 1, 31, 6 ; Plin., 8, 4, 1 ; 11, 1 ; 33, 81 ; 36, 5, etc. ; Ov., M., 2, 3 ; 2, 737 ; 4, 185 ; Mart., 6, 37, 5 ; Paus., 5, 12, 3.

78 Plin., 2, 8.

79 Béal 2000, p. 101. Ce bâton d’ivoire figure aussi au rang des ornements portés par le général en chef victorieux, lors des cérémonies du triomphe. On peut le mettre en parallèle avec les sceptres royaux qui étaient parfois réalisés en ivoire : dans un poème d’Ovide, le roi de Colchide, vêtu d’une robe de pourpre, tient en sa main un sceptre d’ivoire (Ov., M., 7, 102-103).

80 Sur le prix de l’ivoire aux époques classique et hellénistique, voir Barnett 1982, p. 65 ; voir aussi infra n. 87.

81 Quelques exemples tirés d’Orlandos 1966, p. 133 : l’Athénaion archaïque de Syracuse (Cic., Verr., 4, 56), le temple d’Asclépios à Épidaure, le temple d’Apollon à Delphes, le grand temple d’Apollon à Délos, le Didymeion de Milet, ou encore le vaisseau de Hiéron. Pour l’époque romaine, le portique d’Apollon dédié par Auguste après la bataille d’Actium en 31 av. J.-C. Apparemment, la fragilité du matériau n’empêchait pas son emploi pour des éléments faisant l’objet de manipulations fréquentes. Pline, quant à lui, déplore, après le passage sur les colonnes de Scaurus, que les ivoires – avec l’or, les pierres précieuses et le marbre – soient passées du domaine divin au domaine public, puis à l’usage des particuliers : Plin., 36, 5 (voir Annexe 1).

Verg., G., 3, 26. La date du texte (autour de 29 av. J.-C.) est intéressante car elle coïncide à quelques années près avec la dédicace du portique d’Apollon (voir n. précéd.).

82 Verg., G., 3, 26. La date du texte (autour de 29 av. J.-C.) est intéressante car elle coïncide à quelques années près avec la dédicace du portique d’Apollon (voir n. précéd.).

83 Ov., M., 4, 185 : Lemnius extempo valuas patefecit eburnas immisit deos, « Aussitôt l’artisan de Lemnos ouvre les portes d’ivoire et fait entrer les dieux » (trad. G. Lafaye, CUF). On ne sait pas de quel type de refuge il s’agit, mais on est ici dans le monde divin.

84 De précieux exemples ont été publiés par Bernard 1970.

85 Une thèse consacrée aux lits de Cumes, découverts entre 2002 et 2006 et datés de la fin de la République ou du début du Principat, est actuellement préparée par A. Cormier, à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.

86 Talamo 1987-1988.

87 Dans l’Édit sur les prix de Dioclétien, l’ivoire et l’écaille de tortue sont traitées ensemble. Voir Giacchero 1974, p. 172, 10-10-a-11. Le prix de l’ivoire y est fixé à 150 deniers par livre ; celui de l’écaille à 100. L’ivoire et le thuya (ou citrus) sont aussi souvent associés, comme l’atteste une inscription concernant le collège des eborarii-citriarii, qui travaillaient conjointement les deux matériaux : voir supra n. 62.

88 Selon Engemann 1967, p. 95, ces éléments appartenaient aussi au répertoire domestique : des rideaux étaient réellement utilisés dans l’univers privé pour cacher des pans de murs.

89 Voir aussi Bianchi 2014, p. 225-228, fig. 3-6, 8, 13, p. 247, fig. 36. C’est aussi l’illustration choisie pour la couverture de Divine Interiors (Moormann 2011).

90 Verg., G., 2, 458-465 (voir Annexe 1).

91 Sur la transparence, voir infra p. 159.

92 Sen., Ep., 86, 6 (voir Annexe 1).

93 Pour la représentation de cabochons, se reporter au passage sur les gemmes, supra p. 129-132.

94 Sur la transparence, voir infra p. 159.

95 Sauron 1994, p. 383, n. 283 : « Il s’agit d’un type d’objet de production récente et dont il n’existe pas d’exemple de cette dimension ; le peintre a donc ici “brodé” sur la réalité contemporaine. » D’autres chercheurs ont proposé de revoir la datation de la villa ; l’argument semble cependant insuffisant (sur l’imaginaire qui précède la réalité, voir supra p. 125). Sur le verre dans la peinture, voir Naumann-Steckner 1991.

96 Guillaume-Coirier 1999 ; 2002.

97 Sambon 1903, p. 22.

98 Cette ornementation correspond à une pratique réelle. Voir Grimal 1969, p. 299.

99 À propos des échelles, voir supra p. 75.

100 Voir supra p. 125.

101 Sur les bases d’acanthe, leur origine et leur développement, voir Makowiecka 1969.

102 Concernant l’identification des différentes espèces dans les représentations de jardins – décors généralement plus tardifs, mis à part celui d’époque augustéenne de la villa de Livie à Prima Porta –, voir Ciarallo 2006. Spécifiquement sur les essences de la villa de Livie, voir Caneva, Bohuny 2003. Cependant l’étude ne concerne pas les essences disséminées dans les décors architecturaux abordés ici.

Table des illustrations

Légende Graphique 11 – Répartition des matériaux imités pour la representation des modillons.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 65 - Représentation de métaux, pierres précieuses ou cabochons de verre. Oplontis, villa A, triclinium 14 (photos de droite et de gauche d’après Mazzoleni, Pappalardo 2004).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 66 - Colonnes ornées de rinceaux. [a] Pompéi, maison du Ménandre, exèdre 25 ; [b] Pompéi, maison du Labyrinthe, cubiculum 42 ; [c] Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G (MANN).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Graphique 12 - Répartition des matériaux imités pour la représentation de rinceaux.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 67 - Décor de couronnement (anti-oiseau ?). Pompéi, maison du Cryptoportique, frigidarium 20.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Graphique 13 - Répartition des éléments de porte en métal.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 68 - Métal dans l’architecture. [a] Oplontis, villa A, cubiculum 11, crochet de suspension de couronne à l’architrave ; [b] Pompéi, villa des Mystères, oecus 6, œil de volute doré, phiale dorée décorant l’avant-corps d’une frise d’entablement ; [c] Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G, portail orné de clous en forme de phiale. Pyxide en argent posée ou suspendue (Musée royal de Mariemont, inv. B96).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 69 - Objets en métal associés à l’architecture. Pompéi, maison de la Bibliothèque, cubiculum 17 : vase d’argent repoussé, boucliers à umbo.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 70 - Amphore suspendue, guirlande d’olivier, pyxide en acrotère. Oplontis, villa A, cubiculum 11.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 71 - Gemmes ou cabochons de verre. [a] Oplontis, villa A, cubiculum 11 ; [b] Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G (MANN, inv. s.n. 1).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Graphique 14 - Répartition des différents types de gemmes potentiellement représentées.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 72 - Pinakes. [a] Pompéi, villa des Mystères, cubiculum 4, détail d’un pinax à volets et des caissons ; [b] Oplontis, villa A, pinax à volets vu en perspective.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig. 73 - Représentation de thuya ou d’écaille de tortue. Boscoreale, villa de P. Fannius Synistor, triclinium G (MANN, inv. s.n. 1) : détails des incrustations au niveau des battants de la porte et de son encadrement.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 74 - Représentation d’écaille de tortue ( ?), pinakes, volets en ivoire ( ?). Pompéi, maison de Fabius Rufus, cubiculum 71.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Légende Tableau 9 - Répartition des imitations d’écaille de tortue ou de thuya.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 75 - Mobilier en ivoire et os (b. pieds de trône en ivoire, d’après Bernard, 1970, pl. XX ; c. détail d’un pied de lit en os d’Aquinum, 2e moitié du iie siècle av. J.-C., © A. Cormier) et représentation (a. Pompéi, villa des Mystères, salle éponyme).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Tableau 10 - Répartition des possibles représentations d’ivoire dans les peintures.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 76 - Tenture maintenue par des anneaux. Oplontis, villa A, oecus 15.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Fig. 77 - Tenture haute. Pompéi, maison du Labyrinthe, cubiculum 46.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 78 - Tenture de soubassement. Brescia, sanctuaire tardo-républicain, cella 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Légende Fig. 79 - Tenture de soubassement. Pompéi, maison de Sutoria Primigenia, salle 6.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 80 - Kalathos couvert d’une voile transparent. Oplontis, villa A.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Graphique 15 - Répartition des éléments textiles imités dans les peintures.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 81 - Verre transparent, verre coloré. Rome, maison d’Auguste, salle 5.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Tableau 11 - Répartition des imitations de verre.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 82 - Guirlandes et couronnes fines ; paysage idyllico-sacré au centre. Rome, maison d’Auguste, salle 5.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5860/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 453k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site