Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le luxe de l’imitation

 | 
Maud Mulliez

Avant-propos

Texto completo

1Ouvrir ce livre sur des remerciements me semble en résonance avec les échanges et le soutien qui m’ont permis de réaliser la thèse de doctorat qui en est à l’origine, et d’achever aujourd’hui cette publication ; c’est avec joie que je les adresse en tout premier lieu à Agnès Rouveret sans qui, pour moi, ni livre ni recherche n’auraient eu lieu. Elle a su déceler mieux que moi les qualités et l’intérêt que je saurais développer au cours d’un tel cheminement. Partant d’une recherche consacrée aux imitations de marbres dans les peintures de IIe style pompéien, mon travail s’est étendu, dans le cadre du doctorat, aux autres matériaux précieux, puis aux questions ayant trait aux gestes et aux outils des peintres, dont les traces nous sont livrées à la surface des parois. Ces thématiques contribuent de façon significative à construire l’histoire des techniques et enrichissent de manière originale un aspect de l’histoire sociale du ier siècle av. J.-C.

  • 1 La thèse était composée de quatre volumes et un CD. Le présent livre restitue, selon une nouvelle (...)

2Cet ouvrage est issu d’une thèse intitulée Matière et couleur dans la peinture pariétale romaine de la fin de la République, préparée en cotutelle entre les universités Paris Ouest-Nanterre-La Défense et L’Orientale de Naples, sous la double direction d’Agnès Rouveret et d’Irene Bragantini, et soutenue le 3 février 20111. Ma vive reconnaissance leur est adressée : leur attention, leur exigence et leurs encouragements m’ont permis d’avancer sans relâche sur les sentes, parfois tortueuses et escarpées, de la recherche. Leur érudition, dont elles ont su me faire profiter, leurs relectures et leurs conseils ont été très précieux aussi pour cette version remaniée. Les remarques d’Irene Bragantini, sa connaissance très pointue et constamment à jour des publications les plus récentes m’ont été extrêmement profitables pour la réécriture de certains passages et la restructuration du livre.

3Je remercie aussi très chaleureusement les autres membres du jury : Lucia Faedo, Anne-Marie Guimier-Sorbets et Philippe Jockey – qui a su m’encourager à mettre mon savoir-faire artistique au service de mes recherches – pour leur lecture patiente et le profit que j’ai pu tirer des remarques qu’ils m’ont adressées lors de la soutenance et des discussions qui ont eu lieu depuis lors.

4Sans l’aide des différentes institutions françaises qui m’ont formée en France et soutenue en Italie, et sans l’accueil des institutions italiennes, ce projet n’aurait pu avoir lieu. L’UMR ArScAn et l’équipe ESPRI, au sein desquelles j’ai pu réaliser mes recherches, en bénéficiant notamment des ressources de la Maison René Ginouvès-Maison d’Archéologie et d’Ethnologie de Nanterre, dirigée par Pierre Rouillard puis par Frédéric Hurlet, ont constitué un terreau très propice à toute démarche heuristique que j’ai pu engager. Je remercie Michel Gras et Catherine Virlouvet, directeur et directrice de l’École française de Rome, où j’ai eu l’occasion de passer trois séjours dans le cadre des bourses de l’EfR et de travailler régulièrement depuis, Yann Rivière et Stéphane Bourdin, directeurs des études pour l’Antiquité, ainsi que Yannick Nexon et Annie Coisy, responsables de la bibliothèque de l’EfR, dont les ressources documentaires et le cadre de travail m’ont été particulièrement bénéfiques. Jean-Pierre Brun m’a généreusement accueillie au Centre Jean Bérard de Naples, qu’il dirigeait, lors de mes séjours d’observation sur le terrain. À sa suite, Claude Pouzadoux me témoigne une grande confiance en acceptant mon manuscrit, publié aujourd’hui dans la collection Archéologie de l’artisanat antique du CJB : je la remercie chaleureusement pour son écoute et son exigence stimulante et formatrice.

5Pietro Giovanni Guzzo, puis Teresa Elena Cinquantaquattro et Massimo Osanna, Surintendants de Pompéi, m’ont permis de travailler sur les sites de Campanie afin d’y mener des observations et de procéder aux mesures et aux photographies qui constituent mes outils de recherche et de démonstration. Mariarosaria Borriello et Valeria Sampaolo m’ont permis d’accéder aux peintures du Musée archéologique de Naples, même lorsque les salles étaient fermées au public, ainsi qu’aux réserves. Grâce aux différentes autorisations accordées par Angelo Bottoni de la Surintendance de Rome, j’ai pu mener mes recherches dans les maisons du Palatin ainsi qu’au sein des musées Capitolins et du Musée national romain (Palazzo Massimo). À Brescia, j’ai été accueillie très chaleureusement par Filli Rossi, directrice archéologue de la Surintendance pour les Biens archéologiques de Lombardie, et Francesca Morandini, conservatrice des Musées de la Ville de Brescia. Elles m’ont permis d’observer attentivement et de photographier les fresques du temple tardo-républicain. Je remercie Annie Verbanck-Piérard, du Musée royal de Mariemont, Michel Draguet puis Éric Gubel, du musée du Cinquantenaire (musées royaux d’Art et d’Histoire) de Bruxelles, qui m’ont permis d’y photographier les peintures de Boscoreale.

6Je remercie aussi certains de mes professeurs du passé, qui ne savent pas qu’ils m’ont amenée jusque-là ; je leur dois beaucoup : Paul Fave, Pierre Gardeil (†) et Christian Monjou.

7Que soient pleinement remerciés mes relecteurs et relectrices pour leur patience et leur acuité à diverses étapes de la rédaction : Alain Demaizière, Hortense Fabre, Isabelle Hervy, Sophie Kauffmann, Jean-Christophe Labbé, Christine Mulliez, Yolaine Mulliez, Sylvaine Vidaud, ainsi qu’Alix Barbet, Magali Cullin-Mingaud et Florence Monier pour la version remaniée. Pour les discussions et échanges techniques ou scientifiques qui m’ont permis de franchir plusieurs Rubicon dans cette quête, je remercie Baptiste Augris, Julie Aveline, Cécile Batigne, Sophie Bouriez, Stéphane Brel, Robin Brigand, Mathilde Carrive, Clément Chillet, Anselme Cormier, Baudouin Coupey, Dora D’Auria, Dario Del Bufalo, Marion Faure, Claire Fontaine, Jean Gardeil, Michaël Gasperoni, Adeline Grand-Clément, Arnaud Harfort, Claire Joncheray, Albane Loiseleur des Longchamps, Sophie Montel, Priscilla Munzi, Isabelle Pérès, Évelyne Prioux, Ghislaine Stouder, François-Xavier Tramond, Pascal Vallet, Stéphanie Wyler, Caroline Zaitoun. À ceux qui m’ont accueillie – ou recueillie – lors de mes divers périples, j’adresse des remerciements hospitaliers : Danièle Blouet, Damien Chatard et Judith Haussling, Simone Eboli, Rita Fiorenza et Mathieu Imbert, Nathalie et Henri de Gaujac, Bernard Hermann, Liloïe Jacqueminet, Sophie Kauffmann et Juan Rodriguez, Marie-France Niemants, Sylvain Tesson, Astrid Wendlandt. Je destine un remerciement particulier à Isabelle Hervy, qui sait combien son aide m’a été précieuse.

8À la dernière étape de la publication, le travail minutieux de Magali Cullin-Mingaud a permis que ce livre prenne forme, alliant textes et images : je la remercie chaleureusement pour son écoute, ses conseils et son talent. Merci aussi à Giuseppina Stelo, qui a réalisé la maquette de la couverture.

9Enfin, ma gratitude infinie va à ma famille pour son soutien et sa patience.

10Peyradis, décembre 2014

Notas

1 La thèse était composée de quatre volumes et un CD. Le présent livre restitue, selon une nouvelle organisation, les volumes I, III et IV, qui étaient consacrés au texte argumenté (I) et aux planches, les peintures d’une part (III) et un recueil des matériaux réels représentés (ou susceptibles de l’être) dans les décors en trompe-l’œil de la fin de la République (IV). Le troisième volume, un catalogue répertoriant l’ensemble des décors du corpus et où étaient consignés de nombreux résultats issus d’une base de données créée ad hoc, n’a pas lieu d’être publié ici (voir la description dans l’Annexe 3 de ce volume).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540