Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre VI. Olbia de Provence

Établissements grecs du littoral gaulois III. Olbia de Provence (Hyères, Var)*

Full text

  • * Établissements grecs du littoral gaulois, III - Hyères (Olbia de Provence), dans Archéologie des r (...)

1Les vestiges reconnus dès le milieu du XIXe s. au lieu dit l’Almanarre, au point de contact du tombolo ouest de la presqu’île de Giens avec le continent, avaient été interprétés comme ceux de la statio de Pomponiana. Mais, en 1909, une inscription “au génie de l’association du quartier des Olbiens” (Genio viciniae castellanae Olbiensium) a définitivement identifié le site comme Olbia de Provence, mentionnée à plusieurs reprises dans la littérature antique (par exemple, Scymnos, v. 206-216 ; Strabon, IV, 1, 5 et 9), comme apoikos des Massaliètes, à côté d’Agathé (Agde), Rhodanousia (sur les bords du Rhône), Tauroeis (Le Brusc à Six-Fours), Antipolis (Antibes) et Nikaia (Nice). L’établissement, baptisé Olbia, “la Bienheureuse” ou “la Fortunée”, en signe de bon augure, a été fondé, au pied du Mont des Oiseaux, peu après le milieu du IVe s. av. J.-C., sur l’extrémité d’un banc, de grès plongeant au Sud dans le golfe de Giens et limité à l’est par des marécages, en partie drainés de nos jours, qui devaient se prolonger entre le double tombolo, alors vraisemblablement en cours de formation, enserrant une lagune ouverte vers l’ouest. Il est stratégiquement bien placé sur “le grand tournant ligure” (J. Coupry), au point le plus méridional de la côte provençale, à l’entrée (ou à la sortie) du couloir que les Îles d’Hyères ménagent du Cap Sicié au Cap Lardier. Les 50 dernières années d’exploration archéologique ont montré le caractère exceptionnel de ce site conservé dans son intégralité, la seule des colonies massaliètes précisément localisée et visible.

Sauvegarde et révélation d’Olbia

2Enseignant d’histoire grecque à l’Université de Bordeaux et lié par des liens personnels à la ville d’Hyères, Jacques Coupry effectua de 1947 à 1951 une série de sondages autour du site occupé par une propriété sur laquelle le propriétaire refusait obstinément toute intervention.

3C’est ainsi que furent successivement mis au jour des portions des remparts est, nord et ouest de la ville antique qui se trouva ainsi parfaitement délimitée. Grâce à ces travaux et à l’appui de Fernand Benoit, le secteur bénéficia de trois arrêtés de classement au titre des monuments historiques. Mais ce n’est que lorsque le propriétaire commença à arracher les arbres et passer au bulldozer le “bois sacré” autour de la chapelle de Saint-Pierre qu’il fut contraint de vendre son terrain à l’État (1955).

4Olbia était sauvé et protégé.

5J. Coupry en poursuivit l’exploration de 1956 à 1972. Son objectif prioritaire fut de définir son urbanisme. Les trois côtés connus fournissaient l’hypothèse d’un quadrilatère carré, dont la porte d’entrée, découverte à l’est dès 1947, paraissait occuper le milieu du côté. Entré par cette porte dans la ville, J. Coupry eut très vite, en remontant le long de la rue est-ouest qui la prolongeait, la révélation d’une organisation de l’habitat en îlots de 11 m de large séparés par des ruelles de 2,20 m. De là, on pouvait sauter

6directement au centre de la ville, qui révélait le carrefour de deux axes principaux, puis, dans leur prolongement, à l’ouest et au nord. Il sufisait ensuite de quelques sondages judicieusement placés pour récupérer la longueur des îlots et vériier l’existence d’un schéma théorique urbain géométrique régulier : un carré de ± 160 m (1 stade) de côté, entouré d’un rempart avec tours d’angles, percé d’une seule porte fortiiée à l’Est (ce qui n’exclut pas l’existence éventuelle de poternes sur les autres côtés) et découpé en quatre quartiers de 10 îlots par deux axes principaux, N-S de 4,20 m de large et E-O de 5,20 m ; les îlots rectangulaires de 11 m sur 34,50 m sont séparés par des ruelles de 2,20 m de large.

Fig. 1 – Vue aérienne du site d’Olbia de Provence prise de l’Est (1999) (Cl. Chr. Hussy, SRA-PACA).

7Mais ces fouilles ont ouvert sur d’autres découvertes.

8L’aménagement d’une place et le creusement d’un puits monumental à l’angle nord-est du carrefour central empiétant sur l’extrémité de l’îlot XIX sont très certainement contemporains de la fondation de l’agglomération. Cet espace public est couvert d’un dallage de grandes pierres plates en grès sommairement équarries occupant dans son état primitif une surface de 42 m2. Le puits est un ouvrage circulaire, d’une profondeur de 7,50 m, pour un diamètre de 2,10 m. Jusqu’à 6,60 m, le cuvelage, très bien conservé, est bâti avec de gros moellons en grès grossièrement taillés formant un appareil irrégulier. À partir de ce niveau, le puits est directement creusé dans le rocher jusqu’au fond. L’eau de la nappe phréatique s’infiltre à cet endroit grâce à des failles latérales. Dans son dernier état de fonctionnement, une margelle carrée constituée de blocs taillés en grès gris couronne le puits. Les marques d’usure et de frottement présentes sur ces blocs témoignent de l’intense utilisation du puits jusqu’à son abandon au cours du IIIe s. de n. è. Aux Ier-IIe s., la place est bordée d’un portique sur lequel s’ouvrent deux boutiques dont l’une est une taverne signalée par un comptoir en L, agrémenté d’un enduit peint d’un décor de leurs, festons et guirlandes.

9Dans le secteur nord, outre le rempart et la tour médiane, ont été mis au jour un ensemble thermal (Ier s.) et un vraisemblable sanctuaire d’Aphrodite, abandonné à l’époque romaine. Ce dernier occupe la partie nord d’un îlot (XVI) qui s’appuie sur le rempart nord : il est signalé par une inscription à la déesse sur un bloc enterré à l’intérieur d’un local contenant aussi un dépôt de 200 coupes en céramique commune ainsi qu’un trésor d’une centaine de grands bronzes massaliètes de la fin du IIIe s. av. J.-C. Une borne encastrée dans le mur est porte une inscription à un Héros anonyme.

10À l’opposé de la porte de la ville, l’extrémité ouest de la plateia E-O vient buter sur une construction rectangulaire occupant deux demis-îlots, abandonnée elle-aussi à l’époque romaine. La position de l’édifice, son plan pratiquement clos et la trouvaille de plusieurs figurines de terre-cuite dont des modèles de “déesse-assise” ont suggéré à J. Coupry qu’il pouvait s’agir d’un sanctuaire dédié à Artémis d’Éphèse, la divinité que l’on retrouve, selon Strabon, dans toutes les colonies massaliètes.

11Mais paradoxalement, la divinité la mieux connue sur le territoire d’Olbia, se trouve en bordure de Giens (lieu-dit L’Acapte) où J. Coupry a dirigé, de 1973 à 1982, la fouille d’un sanctuaire rupestre dédié à Aristée et fréquenté de la fin du IIe s. av. J.-C. au début du Ier s. de n.è. : ce lieu sacré a livré plus de 600 vases dont 350 inscrits en grec portant une dédicace au dieu. Autant que sur les pratiques cultuelles, ces inscriptions nous fournissent une information exceptionnelle sur l’onomastique massaliète.

La fonction d’une colonie massaliète

12L’image d’Olbia révélée par les fouilles de J. Coupry semblaient parfaitement coller avec celle qu’on pouvait déduire des informations données par Strabon sur les colonies massaliètes conçues comme des epiteichismata, des bastions avancés, « contre les barbares de l’arrière-pays, voulant maintenir libre la mer quittes à leur laisser la maîtrise du territoire ». C’est, en effet, moins le territoire terrestre des indigènes qui est visé par ces points d’appui, que le territoire maritime. En fait, les epiteichismata visent avant tout à défendre des incursions de piraterie la route maritime que les Marseillais considèrent comme partie intégrante de leur territoire. Ils permettent de procéder à des incursions terrestres contre tel habitat indigène considéré comme nid de pirates, mais aussi à des incursions contre les pirates eux-mêmes et leur situation correspond bien à la nécessité d’être facilement secourus par mer ; bien plus, leur proximité par couple — Tauroeis/Olbia ; Antipolis/Nikaia — leur permet de s’épauler l’un l’autre, si bien que pour en venir à bout les indigènes sont contraints de les attaquer simultanément comme cela se produisit en 154, obligeant les Marseillais à faire appel à Rome pour se dégager.

13Cette vision privilégiait cependant une interprétation trop militaire des colonies, comparables à des forteresses de frontière attiques occupées par des garnisons. Mais J. Coupry (1971) avait proposé, à juste titre, de comparer Olbia aux clérouquies athéniennes, mal connues, et surtout aux coloniae maritimae civium romanorum contemporaines, particulièrement le castrum d’Ostie.

14Pour le vérifier, il fallait connaître, non plus seulement l’urbanisme d’Olbia, mais aussi l’organisation des îlots d’habitation. C’est dans ce but que nous avons entrepris la fouille complète de l’un d’entre eux, l’îlot VI (fouilles programmées 1982-1989 et 2002-2008) (Voir le plan vers 300 av. J.-C. à la page 301).

15L’îlot apparaît, au moment de la fondation, divisé en 3 modules égaux de 11 x 11,50 m définissant pour chaque famille une maison de 126 m2, organisée selon un plan-type de 3 ou 4 pièces, de part et d’autre d’une galerie centrale (pastas), avec des murs à solin de pierre et élévation de briques crues, qui semble en partie modulable selon l’activité du colon, en particulier s’il est artisan. Or, c’est le cas pour l’îlot VI. Dès l’origine, le module nord est occupé par la famille d’un forgeron dont l’atelier va subsister à travers des aménagements successifs jusque vers 40/30 av. J.-C. De même, le module central comprend, à l’origine, une pièce ouvrant directement sur la rue est et pourvue d’un four fermé, autour duquel les rejets de cuisine (coquillages, graines, récipients) et de cendre s’accumulent au fil des ans jusqu’à obturer la porte de communication avec le couloir d’entrée de la maison. L’usage de ce four, dont l’utilisation a été intensif au regard des rejets qu’il a engendrés, pourrait être associé à une activité de petit métier culinaire (opsopoios), préparation et cuisson de plats, plutôt qu’à une simple activité domestique. Au début du IIe s. av. J.-C., l’organisation interne de la maison est complètement remaniée : la partie sud comprend deux pièces à sol de béton de tuileau, tandis qu’au nord apparaît une montée d’escalier interne.

16Le module sud présente au moment de la fondation deux pièces au sol de béton de tuileau au nord de la pastas centrale : le bassin rond, à l’enduit interne très usé, qui occupe l’une d’elles est peut-être lié à une activité artisanale qui nous échappe. Dans son dernier état au Ier s. av. J.-C., le module a été divisé par un mur longitudinal en deux maisons égales : à l’est, un petit atelier de forge accolé à un espace domestique ; à l’ouest, une boutique, avec une nouvelle porte ouverte sur la rue, où l’on traite le poisson.

Fig. 2 – Vue générale, prise du sud, de l’îlot VI d’Olbia de Provence (2008) (Cl. M. Bats).

17« Blocs égaux, unités d’habitation, le plan et les dispositions d’Olbia se prêtent à l’idée d’une fondation d’un seul trait et d’une distribution égalitaire de lots d’habitats ». Ainsi s’exprimait J. Coupry en 1971. La fouille de l’îlot VI, si elle est représentative de l’ensemble du site, vient pleinement confirmer cette image d’une « isonomie, de classe moyenne ou modeste », de la colonisation hellénistique de Marseille. Elle montre d’abord que le lot dévolu, à l’origine, à des familles de colons, vraisemblablement issues des classes populaires, devait représenter une véritable promotion sociale. Elle dévoile aussi que l’on souhaitait créer dans ces villes nouvelles un tissu social opérationnel couvrant l’ensemble des activités urbaines. De ce point de vue, on peut imaginer que l’îlot VI n’en est qu’une des facettes, où l’artisanat du feu occupe une place de choix : c’est, d’ailleurs, un nouvel atelier de forge qui sera installé au centre de l’îlot après sa restructuration vers 40/30 (Bats 2006). Elle montre enfin que ces lots ont été attribués en toute propriété, ce qui explique l’évolution des espaces au cours des trois siècles suivant la fondation, avec des agrandissements et des modifications structurelles importantes des maisons.

Bibliography

Abréviations bibliographiques

Bats 1988 : M. Bats, Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 – v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, Paris, CNRS, 1988 (Suppl. 18 à la RAN).

Bats 1995 : M. Bats, La tour d’angle sud-est d’Olbia de Provence et son dépotoir (v. 225-150 av. J.-C.), dans Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à A. Nickels, Lattes-Aix-en-Provence, 1995, (ÉtMass, 4), 371-392.

Bats 1999 [2004] : M. Bats, Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire hellénistique, dans Des Ibères aux Vénètes. Phénomènes proto-urbains et urbains de l’Espagne à l’Italie du Nord (IVe-IIe s. av. J.-C.). Actes du colloque intern. de Rome (1999), Rome, 2004 (Coll. EFR, 328), 51-64.

Bats 2006 : M. Bats dir., Olbia de Provence (Hyères, Var) à l’époque romaine. Aix-en-Provence, Edisud/CCJ, 2006 (ÉtMass, 9).

Coupry 1954 : J. Coupry, Fouilles à Olbia (Hyères, Var), Gallia, 12, 1954, 3-33.

Coupry 1968 : J. Coupry, Olbia de Ligurie, RELig, 34, 1968, 237-246.

Coupry 1971 : J. Coupry, Le plan de la ville massaliote d’Olbia de Ligurie, Annales de la société des sciences naturelles et d’archéologie de Toulon et du Var, 1971, 26-42.

Coupry, Giffault 1982 : J. Coupry, M. Giffault, La clientèle d’un sanctuaire d’Aristée aux îles d’Hyères (Ier siècle av. J.-C.), dans I Focei dall’Anatolia all’Oceano, PdP, CCIV-CCVII, 1982, 360-370.

Endnotes

* Établissements grecs du littoral gaulois, III - Hyères (Olbia de Provence), dans Archéologie des rivages méditerranéens : 50 ans de recherche. Actes du colloque d’Arles 2009. Paris, 2010, 158-163.

List of illustrations

Caption Fig. 1 – Vue aérienne du site d’Olbia de Provence prise de l’Est (1999) (Cl. Chr. Hussy, SRA-PACA).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5455/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,0M
Caption Fig. 2 – Vue générale, prise du sud, de l’îlot VI d’Olbia de Provence (2008) (Cl. M. Bats).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5455/img-2.jpg
File image/jpeg, 1,5M

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540