Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre VI. Olbia de Provence

Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire aux IVe-IIIe s. av. J.-C.*

Texte intégral

  • * Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire aux IV(...)
  • 1 « Les Phocéens fondateurs de Marseille possèdent Agathé et Rhodanousia que baigne le grand fleuve (...)
  • 2 IV, 1, 5 : « Plus tard, les Massaliotes... fondèrent les villes qui leur servent de bastions avanc (...)

1La liste de ces établissements (ktismata) massaliètes est bien connue. Ce sont ceux qu’énumèrent Scymnos (v. 206-216)1 et Strabon (IV, 1, 5 et 9)2 : Agathé, Rhodanousia, Tauroeis, Olbia, Antipolis et Nikaia, définis comme villes (poleis), apoikoi des Massaliotes (Ét. de Byzance, s.v. Nikaia et Tauroeis).

2Si les sites d’Agathé à Agde et d’Olbia à Hyères sont matériellement assurés et celui de Tauroeis probable à Six-Fours, l’emplacement de Nikaia et d’Antipolis dans le tissu urbain des villes modernes de Nice et d’Antibes est inconnu et celui de Rhodanousia à Espeyran purement conjectural. Si l’on s’en tient aux informations sûres, ces établissements paraissent dater des IVe-IIIe s. av. J.-C. Seule la date de fondation d’Olbia est assurée par l’archéologie, vers 325 av. J.-C. A. Nickels datait le passage de l’habitat indigène à la colonie massaliète vers la fin du Ve ou le début du IVe s. Le mobilier le plus ancien récupéré sur le site du Brusc à Six-Fours remonte à la première moitié du IIIe s. Le fait que Scymnos signale Antipolis comme dernière fondation massaliète et ignore Nikaia invite à placer la fondation de celle-ci après le milieu du IIIe s. et avant 154, date à laquelle Polybe situe une intervention romaine venue au secours d’Antipolis et Nikaia.

3C’est donc seulement à partir d’Agde et d’Olbia que l’on peut se faire une idée de la topographie et de l’urbanisme de ces établissements.

4Le site présumé de la colonie d’Agathé, occupe une petite table basaltique descendant en pente douce vers l’Hérault qui la borde à l’ouest et la met en communication avec la mer aujourd’hui à 3,5 km vers le sud. Les restes des remparts nord et sud et des vestiges de la trame urbaine, reliés aux orientations des rues actuelles, ont permis d’envisager pour la ville massaliète un quadrilatère de 257 m (distance mesurée entre les tracés parallèles de la Poste et de la rue Jean Roger) sur 200 m au maximum. A. Nickels a reconnu deux techniques de construction du rempart correspondant à deux moments différents, le plus ancien (IVe s.) à soubassement de blocs de basalte bruts et élévation en briques crues, le plus récent (IIe s. ?) à soubassement en appareil rectangulaire pseudisodome. La trame urbaine de même orientation que la fortification dessine un quadrillage géométrique. La colonie prend la suite d’un habitat indigène dont les fortifications antérieures sont arasées et remblayées. On ignore bien sûr le sort réservé aux indigènes qui l’occupaient, mais il n’y a pas de trace archéologique de violence.

Fig. 1 – Agde. Topographie de la ville grecque (d’après Nickels 1976).

Fig. 2 – Olbia de Provence. Plan schématique de la ville (DAO M. Bats).

5Le site d’Olbia, à l’extrémité d’un petit plateau de grès qui surplombe le Golfe de Giens de 3 à 5 m, est vierge de toute occupation au moment de sa fondation ; il faut signaler cependant qu’à peine 1 km en arrière, l’oppidum de Costebelle est abandonné vers la même date. Le plan d’Olbia est de loin le mieux connu à la suite des fouilles de J. Coupry. Le schéma théorique est un carré de ± 160 m de côté, entouré d’un rempart avec tours d’angles, percé d’une seule porte fortifiée à l’Est (ce qui n’exclut pas l’existence éventuelle de poternes sur les autres côtés) et découpé en 4 quartiers de 10 îlots par deux axes principaux, N-S de 4,20 m de large et E-O de 5,20 m ; les îlots rectangulaires de 11 m sur 34,50 m sont séparés par des ruelles de ± 2,20 m de large. Il ne semble pas qu’il y ait d’espace public, agora ou bouleuterion. La fortification présente, comme à Agde, deux techniques de construction, la plus ancienne, utilisée au moment de la fondation de la ville, en gros blocs de grès bruts, la plus récente, pour des réfections ponctuelles, en appareil rectangulaire pseudisodome.

  • 3 Strabon globalise et inclut aussi comme epiteichismata les villes massaliètes d’Ibérie : autant ce (...)

6Désignées par les deux auteurs comme des poleis (et le nom même d’Antipolis est clair sur ce point), ces colonies massaliètes sont qualifiées par Strabon d’epiteichismata. Ce terme renvoie à une pratique, l’epiteichisis, qu’Y. Garlan a retenue comme caractéristique au sein de la stratégie traditionnelle de pression sur le territoire ennemi au Ve s. et qui est définie par Thucydide dans deux discours prononcés par les Corinthiens et par Périclès en 432-431 à la veille de la guerre du Péloponnèse (I, 122, 1 et 142, 2-4) : il s’agit de se ménager dans le territoire ennemi un point d’appui occupé de façon durable par une garnison. Le seul epiteichismos expressément désigné comme tel par Thucydide est celui de Décélie en Attique qui resta aux mains des Péloponnésiens et de leurs alliés entre 413 et 404. « Les epiteichismoi devaient satisfaire à une double condition : pouvoir être aisément secourus par la puissance occupante et par conséquent ne pas être trop enfoncés à l’intérieur du territoire ennemi tout en occupant une forte position stratégique permettant d’exercer un contrôle efficace et continu sur un large secteur », puisque le rôle principal imparti est de permettre les incursions dans le territoire ennemi. C’est bien le sens retenu par Strabon dans les trois autres occurrences : les collines du Caelius et de l’Aventin, incluses dans l’enceinte de Rome par Ancus Martius afin qu’elles ne puissent être utilisées comme epiteichismata (V, 3, 7) par d’éventuels attaquants ; Rhégion utilisée comme epiteichisma contre la Sicile par Octavien au moment du soulèvement de l’île par Sextus Pompée (VI, 1, 6) ; Pylos de Messénie occupée par les Athéniens en 425 comme epiteichisma contre les Lacédémoniens (VIII, 4, 2). En utilisant un terme technique précis, Strabon est donc très clair sur la fonction qu’il attribue aux colonies massaliètes3. Certes l’epiteichisma est lié à une campagne militaire, à un événement ponctuel, mais les Marseillais ne se considéraient‑ils pas en guerre permanente contre les indigènes celto-ligures ? Aussi avaient-ils soit occupé des sites précédemment aux mains des barbares (Agde), soit créé ex nihilo des points d’appui (Olbia). Cependant c’est moins le territoire terrestre des indigènes qui est visé par ces points d’appui, que le territoire maritime. En fait, les epiteichismata visent avant tout à défendre des incursions de piraterie la route maritime que les Marseillais considèrent comme partie intégrante de leur territoire. Ils permettent de procéder à des incursions terrestres contre tel habitat indigène considéré comme nid de pirates, mais aussi des incursions contre les pirates eux-mêmes et leur situation correspond bien à la nécessité d’être facilement secourus par mer ; bien plus, leur proximité par couple – Tauroeis/Olbia ; Antipolis/Nikaia – leur permet de s’épauler l’un l’autre, si bien que pour en venir à bout les indigènes sont contraints de les attaquer simultanément comme cela se produisit en 154, obligeant les Marseillais à faire appel à Rome pour se dégager. Dans ce cas, en dépit de son caractère offensif, l’epiteichisma, c’est aussi en quelque sorte une défense avancée du territoire de Marseille sur une ligne de frontière au sens d’interface entre un domaine terrestre “barbare” et un domaine maritime “grec”.

7S’il n’est pas douteux que ces établissements sont des possessions de Marseille, on s’est interrogé sur le statut de leurs habitants. On peut imaginer qu’ils constituent des forteresses dont la proximité de la métropole peut justifier une occupation par des garnisons comme, par exemple, les forteresses de la chôra attique, mais où l’on peut envisager aussi l’envoi de colons selon le modèle grec des clérouquies ou romain des coloniae maritimae civium romanorum.

poleis, duumvir Massiliae, agonothetos et episcopos Nicaensium, politai,4 coloniae maritimae
  • 5 Aristote, Ec. II, 1347a 18 : « les Athéniens habitant à Potidée » ; Dém., C. Aristocr., 103 : « le (...)

8Les clérouquies athéniennes du IVe s. – à Lemnos, Imbros, Skyros, Samos, Potidée ou en Chersonèse – constituaient le « prolongement géographique du ter ritoire civique dont les habitants demeurent des citoyens athéniens5, même s’ils n’exercent pas effectivement les droits liés à cette qualité du fait de l’éloignement géographique, et constituent une communauté politique qui, sans être à proprement parler une polis autonome, n’en devait pas moins posséder une assemblée, un conseil et des magistrats locaux », supervisés par un magistrat venu d’Athènes, souvent le chef de la garnison militaire, stratège ou hipparque (Cl. Mossé). De ces clérouquies, bases stratégiques en Mer Égée et moyen de donner des terres aux plus pauvres, on ne sait malheureusement rien de la forme de leur implantation sur le terrain, mais on peut douter qu’il s’agissait de la création d’une ville nouvelle.

Fig. 3 – Ostie. Plan du Castrum (d’après Hesberg 1985).

Fig. 4 – Minturnes. Plan restitué de la colonie maritime (d’après Hesberg 1985).

  • 6 La date précise de la fondation d’Ostie n’est pas connue par les textes. Le mobilier le plus ancie (...)

9Le rapprochement, comme l’avait proposé J. Coupry (1971), avec les coloniae maritimae romaines semble, de ce point de vue, plus pertinent. Dans ce cas aussi on a affaire à des colons faisant intégralement partie du corps civique et qui ne sont que des morceaux de Rome hors du territoire romain. Il s’agit d’établissements nouveaux dont la fonction est d’abord militaire et qui s’installent, sauf exception (comme Tarracina et peut-être Antium), sur un territoire vide ou, comme à Pyrgi ou Castrum Novum, à la place d’habitats antérieurs éliminés par la force. Du IVe s. au début du IIe, ces colonies de citoyens furent peuplées d’un petit nombre de familles, fixé à 300, dû, semble-t-il, à la répugnance de l’état romain devant l’idée paradoxale de séparer un groupe de citoyens de la métropole au sein d’une communauté artificielle, pourvue de ses propres institutions, calquées certes sur celles de Rome et dont les citoyens sont tenus par toute législation romaine, mais avec les difficultés de contrôle qu’on imagine. Bénéficiaires d’un lot de 2 jugères, à peine suffisant pour vivre, il est probable que les colons sont recrutés parmi les pauvres sans terre qui, en fait, n’avaient pas été retenus pour la levée, et l’exemption de service légionnaire, dont ils bénéficiaient comme colons, était donc de peu d’importance pour l’armée romaine. En revanche, ils sont mobilisés en permanence (interdiction de s’absenter plus de 30 jours) pour la défense de la ligne de côte de l’ager Romanus, pour empêcher le passage par mer et par terre des ennemis vers Rome. Le traité de 348 avec Carthage « défend aux Carthaginois de faire tort aux habitants d’Ardea, d’Antium, de Circeii et de Tarracina ». C’est précisément ce littoral qui accueille les premières colonies maritimes d’Ostia6, d’Antium (338), Tarracina (329), suivies de celles de Minturnae et Sinuessa (295) pour assurer les communications entre Rome et ses nouvelles dépendances de la Campanie du Nord ; puis, face à la menace carthaginoise qui a trouvé des alliés en Étrurie, ce sera le tour de Castrum Novum (264), Pyrgi (264 ?), Alsium (247) et Fregenae (245). On voit donc comment ces créations qui suivent l’extension du territoire romain qu’il s’agit de défendre des dangers maritimes représentent, en somme, des epiteichismata dont le rôle est d’une certaine façon l’inverse des colonies massaliètes chargées de défendre le domaine maritime massaliète face à un territoire terrestre abandonné aux indigènes. C’est encore à la même logique qu’obéit la mesure prise en 123 par Sextius Calvinus de dégager une bande littorale de leurs habitats celto-ligures : le but de l’opération n’est pas de conquérir un territoire mais d’empêcher les Celto-ligures d’accéder à la mer. Cette mesure rappelle celle prise un siècle auparavant par les Romains pour mettre fin en Illyrie à la piraterie des Ardiaioi (Strabon, VII, 5, 6).

Fig. 5 – Pyrgi. Topographie de la colonie maritime (d’après Brandt 1985).

Fig. 6 – Oinoé. Plan de la forteresse de Myoupolis (d’après Vanderpool 1978).

  • 7 La question “Was early Ostia a Colony or a Fort ?” (Pohl 1983) soulève un faux problème : il n’y a (...)

10Mais du point de vue de la topographie et de l’urbanisme, ces colonies maritimes présentent des caractéristiques communes exceptionnelles qui les apparentent étroitement aux epiteichismata massaliètes : création artificielle, standardisée, en général ex nihilo, en terrain dégagé, petites dimensions, organisation géométrique, principe égalitaire, priorité à la fonction militaire7, qui annonce la structure des camps romains, définis par Polybe (VI, 42) comme une « installation familière, unique et invariable ». On connaît partiellement sur le terrain la topographie d’Ostie, Minturnes et Pyrgi.

11La première occupe un rectangle de 194 sur 125m, la seconde un carré de 160 m de côté, soit pour les deux une superficie de l’ordre de 25000 m2. Pyrgi a la forme d’un trapèze de 240 m sur 218, soit une superficie à peu près double des précédentes. D’après ce que l’on peut déduire des vestiges fouillés (principalement à Ostie), toutes offrent un urbanisme géométrique organisé de part et d’autre de deux axes principaux ouvrant sur quatre portes au milieu de chaque côté de la fortification périmétrale.

12Mais il est une autre analogie architecturale qu’il faut évoquer, celle des forteresses que les Athéniens implantèrent, particulièrement sur la frontière avec la Béotie, de Rhamnonte à Eleutherai, à la fin du Ve s. et dans la première moitié du IVe pour protéger la chôra attique contre d’éventuelles incursions terrestres. Au IVe s., elles paraissent fonctionner par la garnison des jeunes athéniens au cours de la deuxième année de l’éphébie. Leurs dimensions s’accordent avec celles de nos colonies. L’une d’entre elles, la forteresse de Myoupolis, identifiée en général avec l’antique Oinoé, présente un plan qui, s’il n’est connu que par des croquis peu précis, est d’un type très proche de celui d’Olbia. L’enceinte de blocs appareillés, large de 2,50 m à sa base, est bien conservée sur trois côtés et paraît délimiter un carré d’environ 125 m de côté. La courtine Nord présente des tours d’angles et deux bastions intermédiaires – un seul, semble-t-il, sur les côtés Est et Ouest ; une seule porte paraît possible, sur le côté Sud. S’il s’agit bien d’Oinoé, assiégée par Archidamos en 431 (Thuc. II, 18) et prise par ruse en 411 (Thuc. VIII, 98), Myoupolis pourrait être l’exemple le plus ancien de ce type de forteresse à plan carré, située sur un bas plateau, mais elle présente les signes évidents d’une substantielle reconstruction, vraisemblablement au IVe s.

Fig. 7 – Ikaros (Failaka). La forteresse : état 1 (d’après Callot 1989).

Fig. 8 – Tanaïs. Topographie (d’après Arsenieva, Shelov 1988).

13Le monde grec offre d’ailleurs d’autres exemples significatifs. L’un d’eux, qui évoque lui aussi le plan d’Olbia, à une échelle un peu plus réduite, se trouve dans le Golfe Persique, sur l’île de Failaka, antique Ikaros, à quelques kilomètres au large de l’Émirat de Koweit, vraisemblable epiteichisma des Séleucides pour la flotte qu’ils entretenaient dans le Golfe sur la route des Indes. Fondée à l’extrême fin du IVe s., Ikaros se présente comme une enceinte carrée d’une soixantaine de mètres de côté, renforcée aux angles par des tours carrées. Les courtines, épaisses d’environ 2,20 m, comportaient un socle en moellons avec une élévation de briques. L’accès principal se faisait au Sud par une double porte établie dans une tour ; la courtine Nord possédait une petite poterne. Les deux temples repérés à l’intérieur et les quelques vestiges de bâtiments fouillés présentent les mêmes orientations que les remparts et laissent entrevoir une organisation géométrique de l’espace (Callot 1989).

14Sans doute peut-on rattacher à cette même conception donnant la priorité à la fonction militaire et défensive des villes-forteresses à plan orthogonal de l’époque hellénistique d’Épire et du Pont-Euxin, telles Ammotopos et Tanaïs. La première, peut-être fondée par Pyrrhus, dessine un quadrilatère de quelque 300 m de côté, avec une entrée principale fortifiée au Nord, enserrant un espace où s’entrevoient quelques axes orthogonaux (Hammond 1953). Tanaïs, epiteichisma du royaume du Bosphore à l’embouchure du Tanaïs/Don, est encore très mal connu pour la période hellénistique, mais il est très vraisemblable que la fortification dessinait dès la fondation, au tout début du IIIe s., un carré d’environ 220 m de côté (Arsenieva, Shelov 1988 ; Treister 1994, 29-30).

  • 8 Diod., XV, 13,1 : « Denys se proposait de contrôler la navigation du détroit de la mer Ionienne po (...)
  • 9 Diodore (XV, 13,4 ; 14,2) parle de Lissos, mais l’archéologie montre que la ville est proprement i (...)

15Un autre secteur, celui de la côte dalmate, pourrait nous fournir sans doute, s’il était mieux connu, des points de comparaison contemporains. Ce sont d’abord les villes de « l’empire adriatique » de Denys de Syracuse, Lissos ( ?), Issa et ses sous-colonies de Tragyrion et Epetion, où, comme le note M. Lombardo (1993), les objectifs stratégico-militaires (contrôle du Ionios poros et lutte contre la piraterie illyrienne)8, le nombre de colons, la taille de leur lotissement, l’organisation institutionnelle des colonies (entrevus à travers le psephisma de Lumbarda) et les rapports avec la métropole (présence d’un eparchos syracusain à Lissos – ou Issa)9 ne sont pas sans rappeler ceux que nous avons définis aussi bien pour les colonies massaliètes que pour les coloniae maritimae. Leur topographie est particulièrement mal connue, mais les restes visibles à Issa (sur l’île de Vis) montrent qu’il s’agit de villes de petites dimensions dotées d’un quadrillage interne. Du même type apparaît la petite ville de Pharos (mod. Stari Grad, sur l’île d’Hvar), fondée en 385 par des colons de Paros avec l’aide de Denys, où l’on propose de restituer, dans la plaine en bordure de la baie de Stari Grad, une ville rectangulaire de 150 m sur 100.

16Ainsi replacées dans le contexte méditerranéen des IVe-IIIe s. av. J.-C., les colonies massaliètes de Gaule méridionale prennent des contours plus précis et moins originaux.

17Telles que nous les connaissons à travers les exemples d’Agde et d’Olbia, elles se présentent sur le plan architectural comme de petites villes-forteresses dont la fonction militaire est essentielle. Leur plan urbain à trame géométrique « apparaît avec la simplicité de ses fonctions pratiques et utilitaires » (R. Martin) tant sur le plan militaire que social. Elles correspondent en effet sur la plan institutionnel à un lotissement, comprenant oikopedon et kleros, pour des citoyens-soldats vraisemblablement pris dans les classes pauvres, plus proches en cela des clérouquies athéniennes ou des coloniae maritimae romaines que des forteresses de frontière attiques occupées par des garnisons. Sur le plan stratégique, elles jouent le rôle d’epiteichismata, postes de garde avancés pour le contrôle d’une route et d’un domaine maritimes : elles exercent essentiellement les fonctions de guet et de surveillance. Mais il convient de les situer aussi dans un contexte plus vaste au carrefour d’une réflexion sur la défense du territoire confiée aux citoyens et du développement des théories de la poliorcétique (Énée le Tacticien), dans un cadre où la maîtrise des mers reste (ou devient) primordiale, pour Athènes, Rome ou Marseille, mais au moment où se met en place, auprès des rois hellénistiques ou à Carthage, la puissance terrestre d’armées permanentes d’unités mercenaires.

Fig. 9. Entremont (DAO P. Arcelin, in Des rites et des hommes, Paris, 2011).

18Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’elles n’aient pas représenté pour les sociétés indigènes un modèle à imiter. À une exception près : Entremont.

  • 10 Rien à voir avec l’autre exemple d’urbanisme régulier en milieu indigène, celui de Nages II, mis e (...)

19On a depuis longtemps noté la ressemblance entre le plan d’Olbia et celui de l’habitat 1 d’Entremont, comme une image déformée du carré d’Olbia en un losange de 100 m de côté. L’enceinte, en gros blocs, d’une largeur proche de 1,50 m, arasée mais bien attestée sur les faces Nord et Est, est flanquée au Nord de 4 tours quadrangulaires creuses régulièrement espacées de 20 m environ, sans entrée visible. L’espace intérieur semble structuré en îlots en forme de parallélogramme de 10/11 m sur 24 m, séparés par des rues de 3 m et H. Tréziny (1989) en a proposé une reconstruction selon un schéma théorique qui en ferait « au sens propre un quartier d’Olbia ». L’originalité d’une telle organisation qui tranche avec les plans habituels des habitats indigènes contemporains10 et avec celle de l’habitat 2 d’Entremont même pose un réel problème d’interprétation. Il n’y a pas d’argument décisif pour imposer une différenciation chronologique entre un habitat 1 plus ancien (début IIe s.) et un habitat 2 plus récent (vers 150) : P. Arcelin (1987), refusant de voir un plan et une trame architecturale originaux et proposant les deux étapes successives comme la meilleure hypothèse, notait que « le mobilier archéologique provenant du quartier haut est globalement identique à celui découvert sur les sols d’habitation et dans les rues de l’habitat 2 ». Même si dans le dernier état d’occupation de l’oppidum, quand l’enceinte de l’habitat 1 semble avoir été arasée, on a du mal à distinguer des fonctions différentes, l’explication primitive de ces deux structures emboîtées doit être cherchée dans ce sens. Quelle que soit l’hypothèse retenue, l’unicum que représente l’habitat 1 dans le contexte indigène appelle un modèle (réinterprété) qui, à la lumière de ce que nous venons de dire, a toute chance d’être issu du monde gréco-romain,... et le plus proche est à Olbia. Mais le simple modèle architectural est ici distingué de la fonction.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Arcelin 1987 : P. Arcelin, L’habitat d’Entremont : urbanisme et modes architecturaux, dans Archéologie d’Entremont au Musée Granet, Aix-en-Provence, 1987, 57-98.

Arsenieva, Shelov 1988 : T. M. Arsenieva, D. B. Shelov, Das antike Tanais. Forschungen und Geschichte, Klio, 70, 1988, 372-403.

Bats 1989 : M. Bats, Les établissements massaliètes, dans La Provence des origines à l’an Mil (P.-A. Février dir.), Rennes, 1989, 213-222.

Brandt 1985 : J. R. Brandt, Ostia, Minturno, Pyrgi. The planning of three Roman colonies, AAAH, s.2, 5, 1985, 25-87.

Bugno 1999 : M. Bugno, Da Sibari a Thurii. La fine di un impero, Naples, 1999 (CJB, Ét. III).

Callot 1989 : O. Callot, Failaka à l’époque hellénistique, dans L’Arabie pré-islamique et son environnement historique et culturel. Actes du colloque de Strasbourg (1987), Leyde, 1989, 127-143.

Chandler 1926 : L. Chandler, The North-West Frontier of Attica, JHS, 46, 1926, 1-21.

Coarelli 1992 : F. Coarelli, Colonizzazione e municipalizzazione : tempi e modi, dans Conquista romana y modos de intervención en la organización urbana y territorial. Atti del I congr. Storico-archeologico hispano-italiano (Elche 1989), DdA, 1992, 21-30.

Coupry 1971 : J. Coupry, Le plan de la ville massaliote d’Olbia de Ligurie, Annales Soc. Sc. Nat. et Archéo. de Toulon et du Var, 1971, 26-42.

Garlan 1974 : Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Paris, 1974 (BEFAR 220).

Gschnitzer 1958 : F. Gschnitzer, Abhängige Orte im griechischen Altertum, Munich, 1958.

Hammond 1953 : N. G. L. Hammond, Hellenic Houses at Ammotopos in Epirus, ABSA, 48, 1953, 135-140.

Hesberg 1985 : H. von Hesberg, Zur Plangestaltung der Coloniae Maritimae, MDAI (R), XCII, 1985, 127-150.

Kirigin 1989 : B. Kirigin, The Greeks in Central Dalmatia : some new evidence, dans Greek Colonists and Native Populations. Proc. I Australian Congr. of Classical Archaeology (Sydney, 1985), Canberra-Oxford, 1989, 291-321.

Lauter 1992 : H. Lauter, Some remarks on fortified settlements in the Attic countryside, dans Fortificationes antiquae (S. van de Maele and J. M. Fossey ed.), Amsterdam, 1992, 77-91.

Lenoir 1986 : M. Lenoir, Le camp romain et l’urbanisme hellénistique et romain, dans La fortification dans l’histoire du monde grec. Actes du colloque de Valbonne (1982), Paris, 1986, 329-336.

Lombardo 1993 : M. Lombardo, Lo psephisma di Lumbarda : note critiche e questioni esegetiche, Hesperìa, 3, 1993, 161-188.

Martin 1996 : A. Martin, Un saggio sulle mura del Castrum di Ostia (Reg. I, ins. X, 3), dans « Roman Ostia » revisited. Archaelogical and Historical Papers in memory of R. Meiggs, Rome, 1996, 19-38.

Nickels 1976 : A. Nickels, G. Marchand, Recherches stratigraphiques ponctuelles à proximité des remparts antiques d’Agde, RAN, IX, 1976, 45-62.

Nickels 1982 : A. Nickels, Agde grecque. Les recherches récentes, dans I Focei dall’Anatolia all’Oceano. Actes du colloque de Naples (1981), PP, 204-207, 1982, 269-279.

Ober 1985 : J. Ober, Fortress Attica. Defense of the Athenian Land Frontier, 404-322 B.C., Leyde, 1985.

Pohl 1983 : I. Pohl, Was early Ostia a Colony or a Fort ?, PP, 109, 1983, 123-130.

Prendi, Zheku 1986 : F. Prendi, K. Zheku, Considérations sur le développement urbain de Lissus (fin du IVe-Ier s. av. n.è.), Iliria, 1986, 1, 58-66 (en albanais avec résumé en français).

Rendic Miocevic 1983 : D. Rendic Miocevic, I Greci in Dalmazia e i loro rapporti col mondo illirico, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du colloque de Cortone (1981), Pise-Rome, 1983 (Coll. EFR 67), 187-198.

Salmon 1963 : E. T. Salmon, The coloniae maritimae, Athenaeum, XLI, 1963, 3-38.

Salmon 1969 : E. T. Salmon, Roman Colonization under the Republic, London, 1969, 70-81 et 177-181.

Treister 1994 : M. Y. Treister, Archaeological news from the Northern Pontic region, AncCivScytSib, 1, 1994, 2-39.

Tréziny 1989 : H. Tréziny, Métrologie, architecture et urbanisme dans le monde massaliète, RAN, 22, 1989, 1-46.

Vanderpool 1978 : E. Vanderpool, Roads and Forts in Northwestern Attica, CalifStudClassAnt, 11, 1978, 227-245.

Zevi 1996 : F. Zevi, Sulle fasi più antiche di Ostia, dans “Roman Ostia” revisited. Archaeological and Historical Papers in memory of R. Meiggs, Rome, 1996, 69-89.

Notes

1 « Les Phocéens fondateurs de Marseille possèdent Agathé et Rhodanousia que baigne le grand fleuve Rhône... Suivent, après Marseille, Tauroeis et, à proximité, la ville d’Olbia, et Antipolis, la dernière d’entre elles ».

2 IV, 1, 5 : « Plus tard, les Massaliotes... fondèrent les villes qui leur servent de bastions avancés, les unes du côté de l’Ibérie contre les Ibères..., une autre, [Rhoé] Agathé, contre les barbares qui habitent aux abords du Rhône, d’autres enfin, Tauroention, Olbia, Antipolis et Nikaia contre le peuple des Salyens et contre les Lygiens qui habitent les Alpes ». IV, 1, 9 : « De Massalia au Var et à la partie occupée par les Lygiens, le littoral comprend les villes des Massaliotes, Tauroention, Olbia, Antipolis et Nikaia... Les Massaliotes avaient fortifié ces fondations contre les barbares de l’arrière-pays, voulant maintenir libre la mer quittes à leur laisser la maîtrise du territoire ».

3 Strabon globalise et inclut aussi comme epiteichismata les villes massaliètes d’Ibérie : autant ce peut être le rôle dévolu aux polichnia du Sud, tel Héméroscopéion, autant le rôle d’Emporion est différent : on pourra retenir cependant que tous sont manifestement des établissements fortifiés de petite taille, sans doute proches architecturalement des colonies de la Gaule méridionale.

4 On se reportera, en dernier lieu, au premier chapitre de Bugno 1999, qui étudie notamment le sens du mot chez Strabon à propos de “l’empire” de Sybaris.

5 Aristote, Ec. II, 1347a 18 : « les Athéniens habitant à Potidée » ; Dém., C. Aristocr., 103 : « les citoyens habitant en Chersonèse » ; « le peuple des Athéniens à Samos » (Syll. 3 276A) ; « le peuple des Athéniens habitant à Myrina » (IG, XII, 8,4) etc : cf. Gschnitzer 1958, 98-112.

6 La date précise de la fondation d’Ostie n’est pas connue par les textes. Le mobilier le plus ancien du Castrum d’Ostie (F. Zevi, dans Roma medio republicana. Aspetti culturali di Roma e del Lazio nei secoli IV e III a.C., Roma, 1973, 343-361) couvre tout le IVe s. ; la trouvaille récente de céramique de l’atelier des Petites Estampilles dans un sondage contre la muraille (Martin 1996) situerait sa construction au plus tôt dans le dernier quart du siècle (Cf. aussi Zevi 1996).

7 La question “Was early Ostia a Colony or a Fort ?” (Pohl 1983) soulève un faux problème : il n’y a pas de contradiction entre la fonction militaire et le statut de colonie (cf. Zevi 1996, 76).

8 Diod., XV, 13,1 : « Denys se proposait de contrôler la navigation du détroit de la mer Ionienne pour rendre sûre la route de l’Épire et de disposer en propre des cités capables de fournir un mouillage à ses vaisseaux ».

9 Diodore (XV, 13,4 ; 14,2) parle de Lissos, mais l’archéologie montre que la ville est proprement illyrienne et que la création de la ville avec son enceinte, comme prolongement de l’établissement de hauteur de Kodra et Kalasë, date de la fin du IVe s. (Prendi, Zheku 1986). Aussi a-t-on proposé de corriger, chez Diodore, Lissos en Issa, malgré la tradition manuscrite unanime pour Lissos : cf. Rendic Miocevic 1983 et la discussion avec L. Braccesi, ibid., 199-202.

10 Rien à voir avec l’autre exemple d’urbanisme régulier en milieu indigène, celui de Nages II, mis en place vers le milieu du IIIe s. av. J.-C. Comme le note Tréziny 1989, 39, « la juxtaposition d’îlots et de rues de même largeur (5 m en moyenne), la construction de files de cases entre deux rues, alors que l’on attendrait deux demi-îlots accolés à un axe médian, bref le caractère “filiforme” de l’habitat éloignent considérablement des modèles grecs ».

Notes de fin

* Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire aux IVe-IIIe s. av. J.-C., dans Des Ibères aux Vénètes. Phénomènes proto-urbains et urbains de l’Espagne à l’Italie du Nord (IVe-IIe s. av. J.-C.). Actes du colloque intern. de Rome (1999), Rome, 2004 (Coll. EFR, 328), 51-64.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Agde. Topographie de la ville grecque (d’après Nickels 1976).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-1.jpg
Fichier image/, 137k
Légende Fig. 2 – Olbia de Provence. Plan schématique de la ville (DAO M. Bats).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-2.jpg
Fichier image/, 117k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-3.jpg
Fichier image/, 10k
Légende Fig. 3 – Ostie. Plan du Castrum (d’après Hesberg 1985).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-4.jpg
Fichier image/, 141k
Légende Fig. 4 – Minturnes. Plan restitué de la colonie maritime (d’après Hesberg 1985).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-5.jpg
Fichier image/, 137k
Légende Fig. 5 – Pyrgi. Topographie de la colonie maritime (d’après Brandt 1985).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-6.jpg
Fichier image/, 190k
Légende Fig. 6 – Oinoé. Plan de la forteresse de Myoupolis (d’après Vanderpool 1978).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-7.jpg
Fichier image/, 107k
Légende Fig. 7 – Ikaros (Failaka). La forteresse : état 1 (d’après Callot 1989).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-8.jpg
Fichier image/, 84k
Légende Fig. 8 – Tanaïs. Topographie (d’après Arsenieva, Shelov 1988).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-9.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Fig. 9. Entremont (DAO P. Arcelin, in Des rites et des hommes, Paris, 2011).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5452/img-10.jpg
Fichier image/, 270k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540