Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre VI. Olbia de Provence

Michel l’Olbien, souvenirs de campagne

Alain Bouet et Florence Verdin

Texte intégral

1Il était une fois un maître et son étudiant. Ce maître, « Monsieur Coupry » comme l’a toujours appelé Michel Bats, a eu une influence déterminante dans sa vie et dans sa carrière. C’est grâce à lui, son professeur d’histoire grecque à l’Université de Bordeaux, qu’il fit la connaissance, avec d’autres, d’Olbia, durant l’été 1961 pour sa première expérience archéologique. Mais, contrairement aux autres aux carrières aussi brillantes que diverses qui les ont emmenés vers de nouveaux horizons, Michel est toujours resté très attaché au site varois. Pour nous, « Monsieur Coupry » est une grande silhouette, un peu voûtée, qui venait visiter les fouilles lors des chantiers de la fin des années 1980 auxquels nous participions. Nous n’en connaissons, hormis ses écrits, que des anecdotes que Michel nous racontait avec délectation – la sieste faite dans le bureau du premier étage de l’ancienne maison du gardien de la propriété qui servait alors de maison de fouille après avoir pris le prétexte de la préparation des cours d’Agrégation pour se retirer – ou les belles lignes qui lui rendent hommage dans l’avant-propos de son « Olbia romaine ». Les méthodes de fouille étaient celle d’une époque finissante où la stratigraphie, que l’on pratiquait seulement sur quelques chantiers particulièrement en pointe, n’avait qu’une place mineure. Mais la fouille était aussi une expérience de vie collective où les contraintes matérielles étaient gérées avec efficacité et gentillesse par madame Coupry. Une communauté où les valeurs humaines avaient autant d’importance que les qualités scientifiques pour reprendre les termes mêmes de Michel. Ce respect vis-à-vis d’un professeur à qui Michel savait qu’il devait beaucoup était toujours perceptible dans son attitude, dans son regard, lors des passages du maître sur le site.

2Il était une fois un maître et ses fouilleurs. Les années ont passé : l’étudiant bordelais a repris le flambeau ; il est désormais le responsable de ce site emblématique de la Provence hellénique. À son tour, il forme les fouilleurs, plusieurs générations de fouilleurs : la toute première, celle de la reprise des fouilles à partir de 1982, puis la nôtre quelques années plus tard, des années 1986-1989, enfin celle de la reprise des travaux après son retour de Naples, celle d’après 2002.

Au-dessus des tombes tardives, au pied du rempart ouest d’Olbia (1988).

3Les temps ont changé. Nous ne l’avons jamais appelé « Monsieur Bats », mais simplement « Michel », le tutoiement a rapidement été de mise, la décontraction, les plaisanteries, voire les taquineries très souvent présentes. Mais sur le fond, rien n’a été profondément bouleversé. Nous savons ce que nous devons à Michel. Il nous a formé à la stratigraphie ou nous a donné nos premières responsabilités de terrain, c’est-à-dire qu’il nous a apporté sa confiance. C’est une chance que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

4La fouille de l’îlot VI allait engager Michel une bonne partie de sa vie. Le but était au départ d’atteindre les niveaux grecs et d’étudier notamment le découpage des îlots dans la seule fondation militaire massaliète intégralement préservée en Gaule méridionale, remarquable exemple d’urbanisme hellénistique dont les principales caractéristiques furent soulignées par Michel à plusieurs reprises, notamment dans la publication du colloque consacré à l’urbanisation, Des Ibères aux Vénètes, en 2004. Las, il fallut d’abord étudier les niveaux tardo-antiques et antiques. Las ? Non pas vraiment, car ceux-ci recélaient des informations importantes qui ont donné lieu à des études spécifiques et à de nombreuses collaborations. Jean Andreau a eu la lourde tâche de commencer leur exploration, avec son lot de remblais, de fosses... et de jeunes fouilleurs débutants un peu chiens fous. Puis, il y eut la découverte de l’entrepôt d’amphores et des joies du nettoyage à l’aspirateur, au soleil, en position instable sur des planches. Presque du travail de préhistorien ! Durant l’hiver 1989/1990, il a fallu travailler au remontage de ces amphores dans une maison plus froide et moins accueillante que l’été. Un carroyage dessiné à la craie sur le carrelage de la grande salle reproduisait celui de la fouille. Travail indispensable et ingrat qui permettait, un peu plus à chaque séjour, de reconstituer l’organisation interne du rangement à l’intérieur du bâtiment. Nous étions obligés d’enjamber ces monceaux d’amphores. Le local servant de cuisine était sordide et notre seul réconfort était, à midi, d’ouvrir avec envie la boîte de « riboulade », un mélange de riz et boulettes de viande peu avenantes il est vrai, qui faisait tant rire Michel et qu’il n’a jamais osé goûter.

5C’était l’époque également de l’invention de la maison à pastás de l’îlot VI. Une découverte surprenante et l’ouverture sur un monde scientifique encore peu familier pour nous. Pendant ce temps, à la porte de l’îlot, un autre groupe était à la rue… pour la bonne cause puisqu’il s’agissait de fouiller les niveaux de voirie. En cette fin des années 80 et début des années 90, la fouille des rues monopolisait l’attention des chercheurs du Midi, notamment suite à l’expérience lattoise : l’alternance rapide des niveaux de circulation, de recharges, de traces de réfection des bâtiments permettait d’appréhender plus finement l’évolution chronologique d’un quartier que les espaces intérieurs. Pour ce faire, Michel avait sollicité Pierre Poupet qui, en tant que géologue pédologue, avait à cœur de décortiquer la stratigraphie en mettant en évidence les interactions entre apports anthropiques et modifications liées au milieu environnant. Quoique nous riions parfois bêtement à l’évocation du jargon du pédologue, les agrégats, paléosols, bioturbations et animaux fouisseurs n’avaient plus de secret pour nous. Nous revoyons Michel, les lunettes posés sur le front, examinant méticuleusement ces sédiments, les décrivant avec une multitude de nuances colorées. Un comble, selon nous,... pour un daltonien !

Lecture au pied du temple dit de Poseidon à Paestum (1995).

6L’un d’entre nous [AB] se souvient de ses angoisses à l’idée de mal faire dans sa première responsabilité de secteur lorsque, au fond du sondage au pied du rempart ouest, il sentait sa présence au-dessus de lui. Il se rappelle également ses paroles rassurantes, ses encouragements, son petit sourire en coin qui l’apaisaient quelques temps.

7Sur le front de mer, de l’autre côté de la clôture protectrice qui séparait deux mondes, celui de la multitude des baigneurs et surfeurs bronzant à la chaîne sur quelques mètres carrés de sable et celui des découvreurs auquel nous n’étions pas peu fiers d’appartenir, s’étendait aussi notre champ d’action. Les vestiges immergés et visibles en coupe dans le parking étaient allègrement escaladés tout l’été par des corps huilés et indifférents. Mais quand la mairie d’Hyères décida d’implanter une base nautique sur la tour sud-est du rempart, la guerre fut déclarée ; Michel monta au créneau – un comble pour un rempart arasé ! – et la fouille permit d’appréhender l’évolution de cette partie de la fortification, ce qui donna lieu à l’article publié en 1995 dans les Hommages à André Nickels (Études Massaliètes 4).

8Le lavage et le tri du mobilier permettaient de nous familiariser avec la céramique à travers laquelle Michel retraçait devant nous les grandes lignes de l’histoire économique d’Olbia, comme dans la communication du colloque consacré aux Phocéens, I Focei dall’Anatolia all’Oceano (publié dans La Parola del Passato en 1982). Le rangement était en revanche un peu plus empirique. Nous disposions du garage et du « bungalow anglais », élégante appellation de l’entrepôt bringuebalant en bois dans lequel Michel, armé d’une pelle, livrait aux rats une chasse éperdue. Il s’y trouvait également deux chambres approximatives, attribuées généralement à d’anciens « olbiens ». « Aller au bungalow anglais » signifiait à la fois aller dormir ou aller faire du rangement.

9L’été coulait, agréable, avec pour cadre cette maison que l’on partageait avec les gardiens successifs et le jardin au charme suranné, avec ses bassins (bien pratiques aussi pour recevoir provisoirement les bois des bateaux antiques du port de Toulon). Parfois, les promenades sur le site réservaient des surprises, comme l’année où une plantation de substances illicites nous était apparue, judicieusement masquée par un rempart de hautes herbes, ce qui en disait long sur la vigilance du gardien !

10Il régnait sur le chantier une ambiance studieuse durant les heures de travail qui tranchait nettement avec celle des heures de repos. Plus d’invocations de cours à préparer ! Langueur de l’apéritif enfin à l’ombre ou du bain de mer (selon les goûts). La sieste était assumée, voire revendiquée. Et les nuits étaient courtes, dans les rires et les vapeurs d’alcool. Nous étions jeunes et la fatigue n’avait que peu de prise sur nous.

11Comme dans toute colonie grecque qui se respecte, il y avait des banquets et des jeux. Michel nous a ainsi initiés au kottabos sous l’olivier séculaire. Les Olbiades, très lointain succédané parodique des Jeux Olympiques mâtiné d’Intervilles, déchaînaient alors les foules. Après la grande procession inaugurale et les offrandes devant le feu sacré qui grésillait au sommet du tas de déblais, les équipes devaient affronter des épreuves plus loufoques les unes que les autres, comme le remplissage du tonneau des Danaïdes, le lancer de tessons ou la plus classique course de chars (en brouettes). Michel, tel un Guy Lux olbien, remettait alors aux vainqueurs force récompenses et couronnes de lauriers sous le regard luisant et envieux du reste de l’équipe.

12S’il ne fallait retenir que l’essentiel de tous ces souvenirs d’un XXe s. finissant, c’est qu’à l’école olbienne, Michel aura formé des générations de fouilleurs à la rigueur dans le travail, mais dans une ambiance pour le moins décontractée. C’est le cocktail indispensable qui permet de se surpasser dans un travail qui demeure toujours physique. À notre tour, nous essayons d’appliquer cette méthode. Nous n’avions pas conscience que nous vivions là une formation pratique à l’archéologie qui était en pleine mutation ; celle acquise principalement sur des fouilles programmées – alors très nombreuses – et dans un système de bénévolat qui nous faisait vivre, l’espace de quelques semaines, entre passionnés.

Table des illustrations

Légende Au-dessus des tombes tardives, au pied du rempart ouest d’Olbia (1988).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Légende Lecture au pied du temple dit de Poseidon à Paestum (1995).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5440/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540