Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre V. Étrusques et Phocéens en Occident

Systèmes chronologiques et mobiliers étrusques du Midi de la Gaule au premier Âge du fer (v. 600-v. 480 av. J.-C.) : les rythmes de l’archéologie et de l’histoire*

Texte intégral

  • * Systèmes chronologiques et mobiliers étrusques du Midi de la Gaule au premier Âge du fer (v. 600-v (...)

1Avec la fondation de Marseille, la Gaule entre dans l’histoire, celle de l’écriture des auteurs grecs anciens. Et donc l’histoire de la Gaule du premier Âge du fer se réduit presque à celle d’une cité grecque, Marseille. L’archéologie prétend la recontextualiser et nous aider à en reconstruire les vrais rythmes, ceux des indigènes, premiers acteurs de l’histoire de ce pays. En fait, ce colloque nous demande d’en déplacer le centre de gravité dans une troisième direction, celle de l’archéologie et de l’histoire des Étrusques dans leur relation avec la Gaule. Notre tâche est heureusement mieux ciblée puisqu’il s’agit d’essayer de suivre la piste de ces protagonistes à travers les productions qui leur sont attribuées, en essayant de leur attribuer la part qui leur revient dans leur distribution. À première vue, il s’agit d’une enquête plus facile que pour la période précédente puisque l’on a affaire, non plus à des objets isolés, qui peuvent se transmettre de main en main en dehors de tout courant commercial, mais à des arrivages en série de produits étrusques : amphores, bucchero, céramique étrusco-corinthienne, céramique commune, dont les quantités et la régularité impliquent des relations continues. Mais le point de départ est des plus ambigus et la suite reste presqu’entièrement tributaire de notre connaissance des productions et des rythmes de la cité phocéenne de Marseille.

1. Les ambiguïtés de la chronologie archéologique autour de 600 av. J.-C.

2La datation, vers 600, de la fondation de Marseille n’est plus aujourd’hui contestée. C’est celle fournie par les sources antiques : 600/599 (Timée), 616-578 (le règne de Tarquin l’Ancien, selon Trogue-Pompée et Tite-Live), 600/599-597/596 (la 45e Olympiade, d’après Solin), 598/7 (Chronique d’Eusèbe, version latine de Jérôme), 593/2 (Chronique d’Eusèbe, version arménienne). Les trouvailles archéologiques des niveaux les plus anciens s’y insèrent parfaitement.

3En revanche, pour la datation strictement archéologique des sites indigènes provençaux ou languedociens, les indicateurs chronologiques restent souvent ambigus. Ils sont tributaires d’une part de la datation des productions massaliotes, qui proposent un terminus post quem vers 600, d’autre part de la datation attribuée à quelques catégories de céramiques importées et éventuellement associées aux productions étrusques.

1.1. La chronologie des mobiliers

• les productions étrusques

– le bucchero nero

4Toutes les trouvailles les plus anciennes de bucchero nero étrusque en Gaule appartiennent (à une exception près à Saint-Blaise) à un bucchero de transition, entre bucchero sottile, daté entre le milieu du VIIe s. et le début du VIe s., et bucchero pesante, produit à partir du début du VIe s. : ce bucchero de transition se situe donc autour de 600. La forme de loin la plus courante est le canthare de type Rasmussen 3e/Gras 1-2, qui apparaîtrait dans le dernier quart du VIIe s. en bucchero sottile pour le premier (Rasmussen 1979), à partir de 600 seulement pour le second (Gras 1974). Il ne semble pas qu’il y ait une différence chronologique entre le type Gras 1 (avec traits incisés sous la lèvre) et le type Gras 2 (sans incisions).

– la céramique étrusco-corinthienne

5Cette céramique figurée de production étrusque apparaît dans la deuxième moitié du VIIe s. à l’école de la céramique corinthienne qui en fournit les étapes chronologiques, depuis le proto-corinthien récent, dans les ateliers de Véies, Vulci et Caeré. Mais d’après G. J. Szilagyi (1998), toute la céramique figurée étrusco-corinthienne retrouvée en Gaule appartient à des séries datables entre 590/580 et 550.

– les amphores

  • 1 Cf. Docter et alii 1997, 29-30. À Tarquinia, une amphore de type Py 1/2 est présentée par C. Chiar (...)

6Il est pour le moment difficile de dater les débuts de la production des types d’amphores étrusques qui nous intéressent (Sourisseau à par.). Toutes les trouvailles en Italie se situent à partir de vers 600 (ou un peu avant en Campanie sur le modèle pithécussain) (Albore Livadie 1978 et 1985 ; Gras 1985, 336-364 ; Rizzo 1990). Je crois qu’il faut insister sur ce fait. Sur les 21 amphores étrusques des nécropoles de Vulci présentées par Rizzo (1990), pas une seule n’est présente dans un contexte antérieur à 600 ; or, la datation de ces contextes repose sur des associations multiples et précises de céramique fine. On cite toujours un seul exemple antérieur, identifié précédemment comme phénicien, mais rendu à l’Étrurie par une analyse pétrographique, provenant d’une tombe de Gabii du second quart du VIIe s.1 J.-Chr. Sourisseau la rattache à son groupe 2 de pâte (Caeré). R. F. Docter considère qu’elle appartient à la même catégorie d’amphores non tournées, mais finies au tour (type Zit-A 5), découvertes à Carthage et Toscanos entre 660 et 630 (Docter et alii 1997) et qui disparaissent dans le dernier tiers du siècle : elles seraient les prototypes (amphoren protoetruskischen) des amphores tournées.

– les bassins en bronze

7La période de plus grande concentration de la production étrusque des modèles à vasque basse et rebord perlé ou lisse, qui nous concernent, se situe entre le troisième quart du VIIe s. et le milieu du VIe s. (Albanese 1985).

• les céramiques grecques

8Toutes présentent une chronologie qui flotte entre la fin du VIIe et le début du VIe s. : corinthien ancien (620-590) et moyen (600-570), en réalité assez rare ; céramiques ioniennes : les coupes A1, A2, B1 (620-580 : Boldrini 1994) ainsi que les coupes dites rhodiennes à oiseaux, dont seule la quatrième et dernière série datée par Cook (1998) de 615-600 (mais jusqu’en 580 par Hayes dans Tocra I, no 733) est présente en Gaule, et les coupes à rosettes de points, à méandres ou à filets datés 625-575.

1.2. La chronologie des sites

9On comprend donc la difficulté de dater avec précision, juste avant ou juste après 600, c’est-à-dire avant ou après la fondation de Marseille, les premiers sites récepteurs de produits étrusques en Gaule. Et pourtant, ils ne sont qu’au nombre de cinq ou six à poser ce problème !

• Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, B.-du-Rh.)

10Le problème a longtemps été brouillé par l’interprétation des fouilles anciennes sur le site de Saint-Blaise où “l’abondance” de mobilier étrusque a même fait parler d’emporion étrusco-ligure (Bouloumié 1982a).

  • 2 Pour une analyse précise du dossier de Saint-Blaise, voir Sourisseau 1997, II(2), 337-363.

11Dans la couche VII datée du dernier quart du VIIe s. qu’il définit comme étrusque (Rolland 1963 et 1964), H. Rolland associe amphores étrusques et « amphores de type rhodien, peintes de bandes ou de décors en S », bucchero nero, bols rhodiens à oiseaux, coupes ioniennes A1 et des « tessons italo-corinthiens, œnochoé portant la figure d’un onagre et coupes décorées d’une zone de cygnes » : or ces deux derniers tessons appartiennent l’un à un vase du Peintre delle Teste di Lupo (Szilagyi 1998, 436, no 21 : vers 590-570), l’autre à une coupe du cycle de Codros (Szilagyi 1998, 521, no 22 : vers 575-560). Donc, ou bien le niveau VII de Rolland est théorique et reconstitué à partir des éléments considérés par lui comme les plus anciens du mobilier, ou bien cette couche cumule plusieurs niveaux compris entre la fin du VIIe et le premier tiers du VIe s.2. Le sondage du secteur Q 8/9 réalisé par B. Bouloumié (Bouloumié 1982b) est trop exigu (6 m2) pour fournir les informations attendues, mais paraît confirmer la présence simultanée dès l’origine de produits étrusques et grecs orientaux. Retenons que Saint-Blaise est le seul site à avoir livré du bucchero sottile (1 œnochoé à décor en éventail) et qu’on y trouve des céramiques grecques – bols à oiseaux et coupes ioniennes A1 – absentes pour le moment (mais pour combien de temps ?) à Marseille.

• Tamaris, L’Arquet (Martigues, B.-du-Rh.)

12Ces deux sites de promontoire littoraux voisins, situés entre Marseille et Saint-Blaise, présentent une physionomie et un faciès proches. À L’Arquet (Lagrand 1959), la publication très partielle du mobilier signale la présence d’objets datables autour de 600 et en-deça : bucchero nero de transition, amphores étrusques, mais aussi céramique corinthienne (cruche à décor de rosette pointée du corinthien ancien/moyen, skyphoi), et ionienne (bord d’une coupe A1, d’un bol à oiseaux, d’une amphore, etc.). La reprise récente de l’étude du mobilier de Tamaris (Duval 1998) permet d’avoir une vision plus précise de ce site que des fouilles récentes ont largement confirmée. Là-aussi, au cours de la première phase d’occupation datée v. 600/v. 575, on trouve bucchero nero et amphores étrusques de type 1/2 et 3A/B, associés à la céramique grecque orientale (coupe A2, kylix/bol) et massaliète à pâte claire et grise monochrome et de la céramique corinthienne présente dans les remblais de mise en place de la période II qui confirme ce faciès, avec, semble-t-il, une plus forte quantité de céramique étrusque (canthares à bord incisé ou non, olpé et œnochoé, amphores). En l’état actuel de nos connaissances, la présence de céramique massaliète à Tamaris dès la première phase placerait le site postérieurement à L’Arquet ; mais comme pour Saint-Blaise les fouilles ne nous donnent pas la précision espérée.

• Tonnerre I (Mauguio, Hérault), La Liquière (Calvisson, Gard)

13Sur ces deux sites, la première couche d’occupation ne contenait que des amphores et du bucchero étrusques. Comme la couche suivante contenait en outre des céramiques grecques, M. Py en a conclu que c’est entre les deux qu’avait eu lieu la fondation de Marseille et donc que la première phase était le témoignage d’un commerce antérieur purement étrusque. Ces deux sites étant les seuls à ma connaissance à présenter un tel profil, il faudrait alors les traiter à part dans l’ensemble du Midi de la Gaule et clore le débat sur le constat que le commerce étrusque s’était limité à l’étang de Mauguio avec un prolongement vers l’habitat de La Liquière et, en tout cas, éviter de faire d’un cas exceptionnel une règle générale. C’est cela qui m’avait poussé à envisager une autre solution (Bats 1998). En fonction de la chronologie des mobiliers (aucun qui ne puisse être daté après 600) et de la stratigraphie (M. Py souligne « les nombreuses filiations qui existent d’une phase à l’autre et qui empêchent de concevoir des écarts importants entre chacune d’elles »), le phasage de La Liquière (I ancien : 625-600 ; I récent : 600-575 ; II : 575-525) défini par M. Py (1984) m’apparaissait trop rigide et trop tiré vers le haut, et j’avais proposé d’abaisser la chronologie absolue du site d’un quart de siècle. Aujourd’hui, M. Py place les importations étrusques « dans les dernières années du VIIe s. » (Py 2003a) (toujours avant la fondation de Marseille) et élargit la phase La Liquière I récent au premier tiers du VIe s. (Py 2003b).

• Pézenas (Hérault), nécropole Saint-Julien

  • 3 Cf. l’analyse des vases stamnoïdes effectuée par J.-J. Jully (1977) à laquelle les publications ré (...)
  • 4 Cf. Dedet et alii 2003, avec une datation sans doute trop haute dans le dernier quart du VIIe s. a (...)

14A. Nickels (1990) avait proposé, sur des bases qui ne sont pas clairement explicitées, une périodisation par zones de cette nécropole : zone I 610-590, zone II 590-570, zone III 570-520, zone IV 520-480. Dans la zone I, les importations grecques orientales (vases à pâte claire et décors peints [bandes, rosettes de points] – stamnoi, coupes à lèvre sans anse, œnochoés – et à pâte grise monochrome – urnes, dinoi et œnochoés) avoisinent des canthares de bucchero nero (mais une seule fois en association). Ces voisinages et associations se poursuivent dans les zones II et III : ce n’est que dans cette dernière que l’on verrait apparaître les amphores étrusques et les bassins en bronze. Pour les vases considérés comme de provenance grecque orientale, on manque encore de modèles de comparaison dans leur lieu d’origine3, mais les formes et surtout les décors correspondent à un environnement où se marque encore, mais faiblement, le style orientalisant quand, à partir de la fin du VIIe s., il se réduit parfois à de simples bandes peintes accompagnées ou non de motifs végétaux ou géométriques simplifiés. L’équipe qui prépare la publication de cette nécropole semble avoir quelque peu modifié le découpage d’A. Nickels4 dont la validité et la chronologie ne pourront être mesurées que par une confrontation des mobiliers tombe à tombe. Ce découpage entraîne en tout cas un certain nombre de questions. Par exemple, l’antériorité des tombes avec canthares en bucchero nero par rapport aux tombes avec amphores étrusques, ou encore le fait que les mêmes stamnoi orientaux se retrouvent en zone/période I et II.

2. La périodisation archéologique

2.1. La première moitié du VIe s.

• Marseille

  • 5 Villard 1960 ; 1992 ; Gantès 1992 ; 1999 ; Sourisseau 1997.

15Le faciès des importations de céramique de Marseille5 est maintenant assez bien connu dans ses trois composantes :

  • les productions étrusques :
    • 80 à 90 % des amphores (types Py 1/2, 3A, 3B réparties en trois catégories principales dont deux reliées à Vulci et Caeré et une troisième non identifiée) ;
    • à 25 % (selon les secteurs) de la vaisselle fine (bucchero, étrusco-corinthien) et commune (ollae, écuelles) ;
  • les productions grecques :
    • ± 10 % des amphores (Chios, Clazomènes, Lesbos, Milet, Samos ; quelques-unes d’Athènes, de Corinthe, d’Italie du Sud) ;
    • céramique fine : 30 à 40 % de la vaisselle (grecque orientale, corinthienne, attique, laconienne) ;
  • les amphores de tradition phénico-punique de la zone du détroit de Gibraltar et d’Ibérie.

16Les productions locales de céramique (céramique à pâte claire, puis céramique grise monochrome) constituent, selon les secteurs, entre le tiers et les deux tiers de la vaisselle fine.

• Les sites indigènes

17Les sites indigènes occupés dans la première moitié du VIe s. sont peu nombreux. Les productions étrusques y sont toujours accompagnées de productions grecques orientales ou massaliètes.

  • 6 Les données d’Agde et Bessan demandent d’ailleurs une révision dans la mesure où elles incluent de (...)
  • 7 Pour l’œnochoé rhodienne (réparée !) de type A de Pertuis, habituellement datée du dernier quart d (...)

18 dans l’horizon proche de Marseille : outre Saint-Blaise, les habitats de Tamaris et l’Arquet, dès le premier quart du siècle, le Baou de Saint-Marcel après 575 et peut-être Saint-Pierre-les-Martigues juste avant 550 ont livré les mêmes productions importées qu’à Marseille, avec la même prépondérance des amphores étrusques, où les proportions par catégorie se différencient selon les sites (Sourisseau 1997), révélant ainsi des redistributions, des opérateurs, des moments, voire des goûts diversifiés ; dans le reste du Midi, quelques habitats, essentiellement languedociens, ont livré de rares témoignages d’importations de céramiques étrusques (amphores de type Py 1/2 et 3A et B, bucchero de transition avec canthares de type Gras 1 et surtout 2 et 3) et grecques (notamment des bols rhodiens et des coupes ioniennes B1). En Languedoc occidental, on peut citer Béziers (Olive, Ugolini 2003) et Carsac (Carsac 1986). En Languedoc central et oriental, outre les gisements lagunaires (Tonnerre, La Rallongue, Forton) et l’oppidum de La Liquière déjà cités, ce sont, dans le Gard, à l’intérieur des terres, la Grotte suspendue de Collias (une coupe rhodienne à filets, mais pas de céramique étrusque), l’habitat du Haut-Castel (une coupe B1) et peut-être l’oppidum de la Jouffe (une coupe rhodienne à rosettes ?) et, sur l’Hérault, les sites d’Agde et de Bessan dont le statut est débattu6. Si l’on considère les trouvailles faites dans les tombes et nécropoles, dans l’Hérault, à Servian, une tombe a livré un bol rhodien à décor d’arêtes rayonnantes et, à Pézenas, on l’a vu, la nécropole de Saint-Julien fournit des vases étrusques et grecs orientaux (Giry 1965 ; Dedet et alii 2003). Particulièrement significative la répartition des vases de bronze étrusques (Dedet 1995, 293-295), tous retrouvés, mis à part quelques dépôts de fondeur, dans des sépultures à tumulus et spécialement dans des sépultures “riches” ; il s’agit d’une œnochoé “rhodienne” de type A (à Pertuis) et de 30 bassins à rebord perlé ou lisse ou à bord droit répartis entre un groupe provençal (8 bassins dans des tumulus regroupés entre le Verdon et le massif de la Sainte-Victoire) et un groupe languedocien essaimé de l’Aude au Rhône7, dont les contextes donnent rarement une datation précise.

Fig. 1 – Évolution de la part des amphores étrusques par rapport à l’ensemble des amphores à Marseille (trait continu) et dans la région nîmoise (pointillé) (d’après Sourisseau 1997 et Py 1990).

19 Le site de Sant Martí d’Empúries mérite une mention (Aquilué dir. 1999). Dans sa phase II, datée par les fouilleurs entre 625 et 580, le village indigène reçoit quelques amphores étrusques accompagnées d’amphores phéniciennes occidentales et d’amphores proto-ibériques, puis d’amphores puniques et grecques ; la céramique fine associe d’abord bucchero nero (un fragment) et céramique corinthienne (un fragment), auxquels s’ajoutent ensuite céramiques grecques orientales et grise monochrome.

2.2. v. 540/530-v. 480 av. J.-C. : rupture... et continuité ?

20Cette période voit l’implantation d’une multitude d’habitats nouveaux en Gaule méridionale. Les courbes des approvisionnements en amphores (fig. 1) sont particulièrement éloquente, mais les céramiques fines suivent la même évolution.

2.2.1. Marseille et la Provence : rupture

• Les amphores

21C’est le moment où démarre la production des amphores massaliètes, d’abord amphores sans mica ou avec mica fin (type feldspathique), puis avec grosses particules de mica, qui passent progressivement de 30 à 60 % du total des amphores (le pourcentage est encore plus important si l’on tient compte uniquement des amphores vinaires). Parallèlement, la courbe des amphores grecques importées grimpe jusqu’à 40 % à la fin du VIe s. avant de retomber autour de 15 % au fur et à mesure que la production massaliète augmente ; on note d’ailleurs que ce ne sont plus les amphores de Grèce de l’Est qui sont alors majoritaires, mais celles définies comme de type corinthien B ancien (qui ne sont pas de Corinthe et que J.-Chr. Sourisseau propose de situer à Sybaris).

22Dans le même temps, les amphores étrusques chutent d’un seul coup à 20 %, puis à moins de 10 % ; tandis que le groupe d’origine non identifiée diminue, les amphores de Vulci et Caeré deviennent majoritaires.

23On saisit donc bien un effet de substitution des amphores étrusques par des amphores grecques et, progressivement, par la production proprement massaliète qui monte en puissance. Le relais est pris à parts égales par l’importation d’amphores grecques et par la production locale, ce qui prouve bien que c’est l’arrêt des importations étrusques qui a provoqué le développement du vignoble marseillais (et non l’inverse) : Marseille a dû faire face à une rupture de sa principale source d’approvisionnement en vin.

• Les céramiques fines

24Le bucchero disparaît. La part majoritaire passe aux productions locales, particulièrement à pâte claire où les coupes B2 massaliètes se substituent aux coupes ioniennes, et s’il y a augmentation des céramiques grecques importées, c’est au profit exclusif des céramiques attiques.

2.2.2. Le Languedoc oriental : continuité et rupture

25La rupture de la quantité d’amphores étrusques est nette puisque l’on passe de plus de 80 % à 43 %, mais elle est de fait moins forte qu’à Marseille (où l’on passe de 80 à 20 %) et la continuité se marque par les importations d’amphores de type Py 4 (Py 1995). Il faut cependant relativiser le phénomène en n’oubliant pas que, dans le dernier quart du siècle, dans la région nîmoise, 25/30 % d’amphores étrusques cachent 70 % d’amphores massaliètes ! Mais une différence réelle existe par rapport à la consommation massaliète que révèle bien la courbe des amphores étrusques : il y a entre 525 et 475 proportionnellement deux fois plus d’amphores étrusques en Languedoc oriental que dans le bas Rhône provençal.

26Le cas de Lattes est-il une exception ? En 1996 (Py 1996, 91-93), les chiffres publiés (sur des bases statistiques faibles) donnaient 87 % d’amphores massaliètes dans les niveaux liés à la construction du rempart archaïque. La fouille en cours (Py 2003a, 28) de ce qui pourrait être un entrepôt de produits étrusques (amphores et céramiques communes) est-il représentatif du site tout entier ? Que Lattes puisse être une porte d’entrée (gateway community, cf. Bats 1992) des navigateurs méditerranéens, on y reviendra plus loin.

2.2.3. Le Languedoc occidental

27À Béziers, au début du Ve s., la répartition des amphores donne encore une place appréciable aux amphores étrusques (20 %), minoritaires cependant face aux amphores ibériques (32 %), massaliètes (34 %), grecques (12 %) et puniques (4 %).

28Sur les sites nouveaux de Pech Maho et Montlaurès (Ugolini 1997), les informations concernant les amphores et céramiques tournées, encore peu précises, montrent une majorité (60 à 70 %) de produits ibériques à côté d’objets massaliètes (20 à 30 %) et étrusques (5 à 10 %).

29À Sant Martí d’Empúries (la Palaiapolis), la proportion d’amphores étrusques qui a culminé à 53 % vers le milieu du VIe s. (contre 26,5 % pour les amphores phéniciennes et ibériques et 16 % pour les amphores grecques) tombe, vers 500, à 14 % avec 35 % pour les amphores ibériques et 35 % pour les amphores grecques. On comparera ces données avec celles de la “Neapolis” d’Ampurias citées par E. Sanmartí (1990) : vers 500, 3 % d’amphores étrusques, 25 % d’amphores grecques, 60 % d’amphores ibériques.

30Après 480, aucun chercheur ne le conteste, le monopole massaliète est désormais présent dans toute la Gaule méridionale (y compris à Lattes) aussi bien pour les amphores que pour les céramiques fines où le pourcentage des céramiques attiques reste toujours minoritaire.

3. De l’archéologie à l’histoire

31Dans la mesure où il n’est pas possible d’affiner la chronologie archéologique, le choix de l’interprétation dépend du contexte historique vraisemblable : faut-il envisager des réseaux de distribution parallèles et différents ? Des distributions communes indifférenciées par les uns ou les autres ?

32C’est à partir du VIIIe s. que le commerce méditerranéen archaïque connaît, notamment sous l’influence orientale, une longue évolution qui le fait passer, dans le domaine grec, de la prexis aristocratique, avec ses deux aspects piraterie et hospitalité, à l’emporía ouverte où cohabitent navigateurs grecs, étrusques, phéniciens et puniques, puis à l’emporía réglementée inter-cités/inter-états et effectuée par des marchands professionnels, qui finira par triompher à l’époque classique.

3.1. Prexis et emporía (v. 600-v. 540/530 av. J.-C.)

33Le cas des Phocéens en Occident est emblématique de la façon dont s’entremêlent encore au VIe s. anciennes et nouvelles pratiques, en fonction des interlocuteurs.

34Les diffusions d’objets isolés jusqu’à la fin du VIIe s. font plutôt penser à des circulations inter-indigènes qu’à des contacts directs ; en outre ces circulations semblent avoir plutôt progressé du Sud (= de l’Espagne) que de l’Est (elles s’arrêtent à l’Hérault) : il faudrait alors penser d’abord aux Phéniciens et aux Puniques (cf. par exemple le cas de Sant Marti d’Empúries : amphores phéniciennes, proto-ibériques et étrusques vers 600, mais dans un lieu de rencontre avec les Phocéens massaliètes qui y fondent Emporion).

35On a tenté de relier la présence des Étrusques en Gaule à leur expansion le long du littoral ligure (cf. en dernier lieu Bonamici 1996). Mais cette expansion s’arrête à Gênes et se situe dans la deuxième moitié du VIe s. Au-delà de Gênes et jusqu’à Marseille, c’est ensuite le vide complet. En ce qui concerne le littoral “ligure” gaulois, ce n’est qu’à partir du dernier quart du VIe s. que des habitats, dont certains existaient déjà auparavant (Antibes, Maravieille, le Mont-Garou), ont livré des amphores étrusques, et toujours en compagnie d’amphores massaliètes. Il est difficile de faire de la Ligurie ce relais entre l’Étrurie et la Gaule que la logique de la géographie voudrait imposer. Cela ne signifie pas que la navigation le long de cette côte n’existe pas – l’épave d’Antibes en témoigne –, mais que le secteur qui intéresse les distributeurs de produits étrusques se situe exclusivement entre les deux pôles phocéens de Marseille et Emporion, et cela n’est pas dû au hasard des trouvailles archéologiques...

36Le cas de Tonnerre I et de La Liquière est-il différent de celui de Saint-Blaise ?

  • 8 Cf. sur cette notion, les remarques de Lepore 1970.

37À Saint-Blaise, la continuité des mêmes approvisionnements au-delà de la date fatidique de la fondation de Marseille et peu à peu élargis traduit la continuité des contacts avant et après l’installation des Phocéens. Saint-Blaise pourrait avoir été le point de contact entre indigènes (les Segobriges de Nannos) et Phocéens qui ont logiquement opéré des navigations de reconnaissance. En Languedoc oriental, c’est dans le même temps où les Phocéens s’installaient à Marseille que les Étrusques ont pu aborder, seuls ou en compagnie de ces mêmes Phocéens. Faut-il envisager, comme l’avait fait B. Bouloumié (1982a) et comme le fait encore M. Py (1993), deux courants commerciaux parallèles, l’un étrusque, prédominant, en Provence et en Languedoc, l’autre phocéen limité à Marseille (et donc susceptible, d’ailleurs, de fournir aussi les Marseillais en amphores et céramique étrusques) ? Dans le contexte historique que je défends, je propose une autre solution, celle du commerce emporique “ouvert”8, c’est-à-dire d’un commerce qui, dans les contacts avec les indigènes, mêle la pratique de la prexis aristocratique à un autre type de distribution nouveau en Méditerranée nord-occidentale. De quoi s’agit-il ? D’un commerce où les professionnels s’imposent peu à peu face aux aventuriers de la prexis et utilisent des techniques d’échanges qui s’appuient notamment sur des lieux de rencontre spécifiques, les emporia, ouverts à l’initiative (ou avec l’accord) des autorités locales. Il n’est pas nécessaire de développer ici le lien privilégié qui unit la pratique phocéenne à la diffusion de l’emporía en Méditerranée, au cours de la première moitié du VIe s., de Naucratis à Emporion (et Mainaké ?) en passant par Marseille.

  • 9 Ce nouveau courant commercial grec-oriental, issu en particulier de l’Ionie du Nord, qui touche l’ (...)

38Mais il faut insister sur le fait que, dans cette emporía dynamisée par les Phocéens, promoteurs, selon Hérodote, des makrai nautiliai de l’Étrurie à l’Espagne, les Étrusques occupent une place essentielle, directement et indirectement. D’abord parce que l’Étrurie est la première étape occidentale des Phocéens où ils trouvent, depuis quelques décennies, des clients privilégiés pour les productions égéennes orientales qu’ils apportent (sans doute avec d’autres Grecs orientaux)9 et, maintenant, pour leur colonie massaliète, le vin nécessaire à leur propre consommation et à leurs échanges gaulois. Ensuite parce que les Phocéens ont trouvé en Étrurie une société dominée par des élites dont les entreprises maritimes ne devaient pas se limiter à la piraterie, même si les Grecs leur en ont fait une réputation (sauf ceux de Caeré, selon Strabon), mais recouvraient aussi l’autre face de la prexis, l’hospitalité et l’échange, et s’inséraient même dans la pratique nouvelle de l’emporía dont l’ouverture de l’emporion de Gravisca, vers 600/590, puis de celui de Pyrgi est la marque la plus éclatante. De cette participation pour la Gaule témoignent, par exemple, directement un graffite de Saint-Blaise sur amphore de type 3A (asu zufre : nom+cognomen selon Colonna 1998) et peut-être l’épave d’Antibes avec son mobilier de bord de faciès “étrusque”. Mais il me semble évident que ce sont les fondations phocéennes (Marseille et, peut-être, Agde, Emporion, Mainakè ( ?), Alalia) qui, par leur caractère permanent, ont créé les conditions de cette emporía en Méditerranée nord-occidentale au-delà de l’Étrurie précisément qui constituait leur pôle intermédiaire.

  • 10 L’épave de Miet 3, datable sans doute dans la première moitié du VIe s., mais incomplètement connu (...)

39Dans ce contexte, peut-on continuer à croire que seuls les Étrusques transportent des produits étrusques ? Personne n’oserait affirmer aujourd’hui que les marchands d’Athènes sont les seuls à distribuer la céramique attique (notamment en Étrurie où les marques peintes des commerçants ioniens ont depuis longtemps été reconnues). Dans le cadre du commerce de type emporique qui se développe en Méditerranée principalement entre navigateurs grecs, étrusques et phéniciens ou puniques, on ignore la part exacte qui revient à chacun ; les exemples des sites de Saint-Blaise (et l’Arquet ?), Tamaris, Tonnerre I/La Liquière et Pézenas, qui paraissent présenter des cas de figures différents, témoignent sans doute plutôt du croisement des diverses possibilités de distribution et de redistribution. D’ailleurs, les épaves du Giglio, d’Antibes, plus tard celles de Bon Porté et du Dattier, montrent des cargaisons mixtes10. Mais seuls les Phocéens ont mis en place des bases fixes en Gaule méridionale (et en Ibérie). Pourquoi ? Il est clair que l’emporía est réellement l’alternative développée par les Phocéens en réponse à la pauvreté de leur territoire ; et en s’installant à Marseille, on sait qu’ils n’ont pas choisi un riche territoire agricole (même si ce territoire leur fournira par la suite, avec le vin, la base de leurs échanges gaulois). Peut-on imaginer que ces Grecs qui apparaissent alors parmi les navigateurs et les marchands les plus dynamiques de Naucratis à Tartessos, seraient, en Gaule, des partenaires passifs d’Étrusques transportant seuls leurs produits depuis l’Étrurie, voire y redistribuant les produits grecs orientaux apportés en Étrurie par eux-mêmes ou d’autres Grecs d’Asie mineure ? et que ce n’est qu’après le milieu du VIe s. que Marseille viendrait elle-même s’insérer dans le jeu des relations nouées par les Étrusques avec les populations du Languedoc oriental (Py 2003a, 28) ? C’est pourtant le même auteur (Py 1984, 277) qui invitait, au moins à partir de la fondation de Marseille, « à prendre en compte le “facteur phocéen” à côté du “facteur étrusque” ».

3.2. De l’emporía ouverte au partage des espaces maritimes (v. 540/530-v. 480 av. J.-C.)

40Cette emporía ouverte trouve un coup d’arrêt en 540/530 par la volonté, semble-t-il, d’une coalition étrusco-carthaginoise. J’ai déjà suffisamment développé ce thème (Bats 1994 ; 1998) pour me contenter d’en reprendre ici les conclusions.

  • 11 Cf. Cristofani 1983 ; Colonna 1989, 372 et Bonamici 1996 ; Gras 2003 propose de voir dans le nom m (...)

41Après la bataille d’Alalia, les cartes sont redistribuées (avec même l’accord de Delphes où Caeré construit un “trésor”) : la Corse et la côte tyrrhénienne nord incluant la Ligurie italienne reviennent aux Étrusques, la Sardaigne aux Carthaginois, les Phocéens d’Alalia, réimplantés à Vélia, sont réintégrés dans l’horizon achéo-chalcidien de Grande-Grèce, tandis que les Phocéens de Marseille voient leur espace délimité en Méditerranée nord-occidentale entre Ligurie et Ibérie. À la suite d’Alalia, ces limites font encore l’objet de luttes : tandis que vers le Sud, en 524, la bataille de Cumes, marque un coup d’arrêt à l’expansion des Étrusques vers la mer Tyrrhénienne méridionale, leur zone d’intervention se prolonge vers le Nord, la plaine du Pô et le long des côtes ligures jusqu’au domaine massaliète dont la limite serait signalée par la fondation d’Antipolis11.

42Il existe maintenant en Méditerranée occidentale, une emporía réglementée par des accords et des conventions, à l’image de celle de 507 rapportée par Polybe entre Rome et Carthage, avec des zones contrôlées selon des stipulations précises.

43Dans leur zone de contrôle nord-occidentale, qu’ils défendent contre « ceux qui leur contestaient la mer au mépris du droit » (Strabon, IV, 1, 5), les Phocéens de Marseille se transforment en Massaliètes à part entière : la polis Massalia s’affirme alors dans son domaine “gaulois” avec un territoire où se met en place un vignoble d’exportation, tout en continuant à utiliser les ouvertures autorisées dans les zones contrôlées par d’autres, d’où la continuité de leur présence aussi bien en Étrurie, dans le vieil emporion de Gravisca comme dans ceux nouvellement ouverts de Pyrgi ou Regisvilla, qu’en Espagne, où les Ibères continuent à intervenir dans l’organisation commerciale (cf. les lettres sur plomb de Pech Maho et d’Ampurias). Et symétriquement, les Étrusques aussi peuvent trouver leurs portes d’entrée en Gaule, à Marseille même, qui continue à accueillir leurs amphores, et dans des emporia indigènes : cf. la lettre de Pech Maho dont le texte étrusque mentionne d’ailleurs Marseille, le graffite étrusque d’Ensérune de la fin du Ve s. (de Hoz 2008) et les trouvailles de Lattes (graffites et entrepôt) et peut-être l’épave du Grand Ribaud F (graffite étrusque sur une amphore du mobilier de bord). Dans l’arrière-pays, la redistribution se fait dorénavant à partir de nouveaux établissements relais indigènes qui scandent l’interface maritime/terrestre où se déroulent les rencontres (Bats 1992).

44Après 480, la radicalisation des oppositions s’opère en mer Tyrrhénienne méridionale sous l’impulsion de Syracuse ; plus que la bataille d’Himère, qui ne change rien aux positions des adversaires en Méditerranée occidentale, c’est la deuxième bataille de Cumes en 474, remportée par Hiéron de Syracuse, qui marque la fin de la dernière poussée étrusque vers le sud. Au nord, Gênes constitue un emporion, qui devient d’ailleurs un lieu de rencontre privilégié pour les Étrusques et les Massaliètes.

45En essayant de préciser la chronologie des mobiliers et des sites, d’en faire l’analyse et de les replacer dans leur contexte historique, on a essayé de donner une réponse aux trois questions qui sont au centre du débat.

1) A quelle date passe-t-on des objets isolés aux séries continues ?

46Dans le cadre des systèmes actuels de datation, ce n’est pas dans le dernier quart du VIIe s. qu’il faut placer les mobiliers étrusques des nouveaux trafics en Gaule méridionale, mais autour de 600 av. J.-C. C’est précisément autour de cette date qu’apparaissent dans les nécropoles de Vulci les premières amphores étrusques et que plusieurs phénomènes archéologiquement contemporains se situent en Gaule méridionale :

  • mobilier importé de l’habitat de Saint-Blaise (et de l’Arquet ?) qui avant cette date a reçu quelques objets isolés ;
  • fondation de Marseille (vers 600/596 en datation textuelle) ;
  • établissement des gisements lagunaires de l’étang de Mauguio et de l’habitat de La Liquière, où, répétons-le, il n’y a aucune contrainte à dater le mobilier importé le plus ancien avant 600 (comme aussi celui de la nécropole de Saint-Julien à Pézenas).

2) Qui a pris l’initiative de commercer en Gaule ?

47Étant donné le petit nombre de sites touchés, le type d’objet (vases à boire, objets métalliques) ou de produit (amphores = vin) et la faiblesse des quantités mises en jeu (et qui le resteront en milieu indigène jusqu’à la fin du VIe s.), il est raisonnable de déduire que le trafic qui se met en place prend les allures d’un chieftain’s trade littoral avec retransmission inter-indigènes, sans commune mesure avec ce que sera la diffusion des amphores massaliètes à partir du dernier quart du VIe s. liée à la multiplication des habitats groupés dans l’arrière-pays et des relais indigènes sur la côte dont certains jouent le rôle de gateway community (= empórion). C’est l’époque de l’emporía ouverte en Méditerranée occidentale, où chacun peut nouer des contacts, mais certains navigateurs sont allés plus loin que d’autres et bénéficient d’établissements permanents conçus comme autant d’emporia dans les territoires pourvoyeurs de richesses (métaux) : les Phéniciens et Puniques ont montré la voie en Andalousie ; les Phocéens, venus plus tard, s’installent de Marseille (puis Agde ?) à Emporion, Mainaké et Alalia. Il y a là, à l’évidence, la volonté d’organiser un système de bases fixes qui permettent des contacts suivis et, finalement, le passage à d’autres types de relations avec les indigènes.

3) Qui transporte les amphores (et les céramiques) étrusques ?

48Tous les navigateurs en contact avec l’Étrurie sont susceptibles de le faire : Puniques, Grecs orientaux ou des colonies occidentales, Étrusques eux-mêmes.

49Par une dérive moderniste de la réflexion historique, on est parfois arrivé à une double impasse :

  • en affirmant que seuls les Étrusques sont susceptibles de transporter amphores et céramiques de l’Étrurie vers la Gaule (et donc en toute logique aussi partout où ces produits figurent, c’est-à-dire Carthage, la Grande Grèce, la Sicile, la Sardaigne, l’Espagne)
  • en feignant de croire que les Phocéens, malgré leur réputation de gens de l’emporía, ont fondé successivement en quelques années Marseille, Emporion et Alalia dans le bassin occidental de la Méditerranée comme de simples colonies de peuplement (agricoles ?) dans lesquelles ils s’abstiennent de participer même au transport de leurs approvisionnements, parce qu’importés en partie d’Étrurie où les navigateurs grecs orientaux sont pourtant présents depuis plusieurs décennies.

50Il faut donc rendre à chacun son rôle. Les Phocéens font certainement partie des navigateurs grecs orientaux en liaison avec l’Étrurie dans la deuxième moitié du VIIe s. et avec eux à l’origine de l’ouverture des emporia de Gravisca et de Pyrgi. Jusqu’en 540, ils sont vraisemblablement partenaires des Étrusques dans le cadre de navigations emporiques et de contacts aristocratiques : la séparation en des “commerces” parallèles organisés n’interviendra éventuellement qu’à partir de cette date. Mais, en Gaule méridionale, le point de référence de ces trafics, c’est malgré tout, à l’origine, l’installation des Phocéens à Marseille, premier centre consommateur de produits étrusques.

Bibliographie

Synthèse bibliographique du Chapitre Étrusques et Phocéens en Occident

Albore Livadie 1978 : Cl. Albore Livadie, Sur les amphores de type étrusque des nécropoles archaïques de Nuceria : aspects et problèmes de l'étrusquisation de la Campanie, RELig, 1978, 71-135.

Albore Livadie 1985 : Cl. Albore Livadie, La situazione in Campania, dans Commercio etrusco, 127-154.

Amphores de Marseille 1990 : Les amphores de Marseille grecque. Chronologie et diffusion (M. Bats dir.), Lattes-Aix-en-Provence 1990 (EtMass, 2).

Ampolo 1994 : C. Ampolo, Greci d’Occidente, Etruschi, Cartaginesi : circolazione di beni e di uomini, dans Magna Grecia, Etruschi, Fenici. Atti XXXIII Conv. St. Magna Grecia (Taranto, 1993), Taranto, 1994, 223-252.

Aquilué dir. 1999 : X. Aquilué dir., Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament precolonial a l’Empúries actual, Girona, 1999 (Monografies emporitanes, 9).

Arcelin 1992 : P. Arcelin, Société indigène et propositions culturelles massaliotes en basse Provence occidentale, dans Marseille grecque, 305-336.

Arcelin et alii 1982 : P. Arcelin, Ch. Arcelin-Pradelle, Y. Gasco, Le village protohistorique du Mt-Garou (Sanary, Var), DocAMérid, 5, 53-137.

Bats 1986 : M. Bats, Le territoire de Marseille grecque : réflexions et problèmes, dans Le territoire de Marseille. Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence (1985). Aix-en-Provence, 1986 (EtMassa, 1), 17-42.

Bats 1992 : M. Bats, Marseille, les colonies massaliètes et les relais indigènes dans le trafic le long du littoral méditerranéen gaulois (VIe-Ier s. av. J.- C), dans Marseille grecque, 263-278.

Bats 1994 : M. Bats, Les silences d’Hérodote ou Marseille, Alalia et les Phocéens en Occident jusqu’à la fondation de Vélia, dans Apoikia. Scritti in onore di G. Buchner. AION (Archeol.), n.s. 1, 1994, 133-148.

Bats 1998 : M. Bats, Marseille archaïque : Étrusques et Phocéens en Méditerranée nord-occidentale, MEFRA, 2, 1998, 609-633.

Bats 1998, à paraître : M. Bats, Identités ethnoculturelles et espaces en Gaule méditerranéenne (principalement aux VIe-Ve s. av. J.-C.), dans Confini e frontiera nella Grecità d’Occidente. Atti XXXVII Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 1997), sous presse (= Napoli 1999, 381-417).

Boitani 1985 : F. Boitani, Cenni sulla distribuzione delle anfore da trasporto arcaiche nelle necropoli dell’Etruria meridionale, dans Commercio etrusco, 23-26.

Boldrini 1994 : S. Boldrini, Le ceramiche ioniche. Bari, 1994 (Gravisca. Scavi nel santuario greco, 9).

Bonamici 1996 : M. Bonamici, Contributo alle rotte arcaiche nell’alto Tirreno, Studi Etruschi, LXII, 1996, 3-43.

Bouloumié 1979 : B. Bouloumié, Essai de classification du bucchero trouvé à Saint-Blaise (Fouilles H. Rolland), dans Le bucchero nero étrusque et sa diffusion en Gaule méridionale. Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence (1975), Bruxelles, 1979 (Coll. Latomus, 160), 111-123.

Bouloumié 1982a : B. Bouloumié, Saint-Blaise et Marseille au VIe s. av. J.-C. L’hypothèse étrusque, Latomus, 41, 1, 1982, 74-91.

Bouloumié 1982b : B. Bouloumié, Recherches stratigraphiques sur l’oppidum de Saint-Blaise (B. d. R.), Rev. Archéol. SITES, Avignon, 1982 (Hors-série 1).

Bouloumié 1992 : B. Bouloumié, avec la coll. de M. Borély, Saint-BIaise (fouilles H. Rolland). L’habitat protohistorique. Les céramiques grecques (Travaux du Centre Camille-Jullian, 13). Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1992. (cit. p. 314)

Bound 1991 : M. Bound, The Giglio Wreck. Athens, 1991 (ENALIA, Suppl. 1).

Bresson 1993 : A. Bresson, Les cités grecques et leurs emporia, dans L’emporion (A. Bresson et P. Rouillard dir.), Paris 1993 (Publ. Centre P. Pâris, 26), 163-226.

Brunel 1948 : J. BRUNEL, Marseille et les fugitifs de Phocée ; REA 50, 1948, 5-26.

Buchner, Ridgway 1993 : G. Buchner, D. Ridgway, Pithekoussai I. La necropoli : tombe 1-723, Rome, 1993.

Cabrera 1988-1989 : P. Cabrera Bonet, El comercio foceo en Huelva : cronología y fisionomia, Huelva arqueologica, X-XI/3, 1988-1989, 43-100.

Carsac 1986 : J. Guilaine et alii, Carsac, une agglomération protohistorique en Languedoc, Toulouse, 1986.

Casevitz 1985 : M. Casevitz, Vocabulaire de la colonisation en grec ancien. Étude lexicologique, Paris, 1985.

Colonna 1985 : G. Colonna, Anfore da trasporto arcaiche : il contributo di Pyrgi, dans Commercio etrusco, 5-18.

Colonna 1989 : G. Colonna, Nuove prospettive sulla storia etrusca tra Alalia e Cuma, dans Atti del Secondo Congresso Internazionale Etrusco (Firenze, 1985). I, Roma, 1989 (Suppl. di SE), 361-376.

Colonna 1998 : G. Colonna, Rivista di epigrafia etrusca. Gallia Narbonnensis : Saint-Blaise, Studi Etruschi, LXIV, 1998 [2001], 433-435, no 101 Commercio etrusco  : Il commercio etrusco arcaico. Atti dell’Incontro di studio (Roma, 1983), Roma, 1985.

Cook 1998 : R. M. Cook, P. Dupond, East Greek Pottery, London/New York, 1998.

Cristofani 1983 : M. Cristofani, Gli Etruschi del mare, Milano, 1983.

Cristofani 1997 : M. Cristofani, Un naukleros greco-orientale nel Tirreno. Per un’interpretazione del relitto del Giglio, dans Id., Etruschi e altre genti nell’Italia preromana, Roma, 1997, 21-48.

Dedet 1995 : B. Dedet, Étrusques, Grecs et indigènes dans les Garrigues du Languedoc oriental au premier Âge du fer. Habitats et sépultures, dans Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à A. Nickels, Paris-Lattes, 1995 (EtMass, 4), 277-308.

Dedet et alii 2003 : B. Dedet, T. Janin, G. Marchand, M. Schwaller, Canthares, bassins et amphores pour l’au-delà : la nécropole de St-Julien à Pézenas (Hérault), dans Landes dir. 2003, 169-182 et 207-209.

De Wever 1968 : J. De Wever, Thucydide et la puissance maritime de Massalia, AntClass XXXVII, 1, 1968, 37-58.

Dietler 1992 : M. Dietler, Commerce du vin et contacts culturels en Gaule au premier Âge du fer, dans Marseille grecque, 401-410.

Docter et alii 1997 : R. F. Docter et alii, Early Central Italian Transport Amphorae from Carthage : Preliminary Results, RSF, XXV, 1, 1997, 15-58.

Ducat 1974 : J. Ducat, La tradition “basse” sur la fondation de Marseille, dans Hommages à P. Fargues, Ann. FacLScHum de Nice 21, 1974, 69-72.

Duval 1998 : S. Duval, L’habitat côtier de Tamaris (B.-du-Rh.). Bilan des recherches et étude du mobilier des fouilles de Ch. Lagrand, DocAMérid, 21, 1998, 133-180.

Étrusques en mer : L. Long, P. Pomey, J.-Chr. Sourisseau dir., Les Étrusques en mer. Épaves d’Antibes à Marseille, Aix-en-Provence, 2002.

Gailledrat 1997 : E. Gailledrat, Les Ibères de l’Èbre à l’Hérault (VIe-IVe s. av. J.-C.), Lattes, 1997 (MAM, 1).

Gantès 1992 : L.-F. Gantès, L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète, dans Marseille grecque, 171-178.

Gantès 1999 : L.-F. Gantès, La physionomie de la vaisselle tournée importée à Marseille au VIe s. av. J.-C., dans Céramique et peinture grecques. Modes d’emploi. Actes du colloque intern. de Paris, 1995, Paris, 1999, 365-381.

Giry 1965 : J. Giry, La nécropole préromaine de St-Julien (Pézenas, Hérault), RELig, XXXI, 1-2, 1965, 117-238.

Gras 1974 : M. Gras, Les importations du VIe s. av. J.-C. à Tharros (Sardaigne), MEFRA, 86, 1974, 79-139.

Gras 1985 : M. Gras, Trafics tyrrhéniens archaïques, Rome, 1985 (BEFAR, 258).

Gras 1987a : M. Gras, Le temple de Diane sur l’Aventin, REA, 89, 1987, 48-61.

Gras 1987b : M. Gras, Marseille, la bataille d’Alalia et Delphes, DHA, 13, 1987, 161-181.

Gras 1991 : M. Gras, Occidentalia. Le concept d’émigration ionienne, dans Miscellanea etrusca e italica in onore di M. Pallottino, ArchClass XLIII, 1991, 269-278.

Gras 1995 : M. Gras, L’arrivée d’émigrés à Marseille au milieu du VIe s. av. J.-C., dans Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à A. Nickels. Paris-Lattes, 1995 (EtMass, 4), 363-366.

Gras 2000 : M. Gras, Les Étrusques et la Gaule méditerranéenne, dans Mailhac et le Premier Âge du fer en Europe occidentale. Hommage à O. et J. Taffanel. Actes du colloque intern. de Carcassonne (1997), Lattes, 2000, (MonAMédit, 7), 229-241.

Gras à paraître : M. Gras, La battaglia del mare sardonio. Appunti e ricordi, dans La battaglia del mare sardonio. Atti della tavola rotonda di Oristano (ott. 1998), à paraître (= Cagliari-Oristano, 2000, 35-46).

Gras 2003 : M. Gras, Antipolis et Nikaia. Les ambiguïtés de la frontière entre la Massalie et lItalie, dans Peuples et territoires en gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol. Montpellier, 2003 (Suppl. 35 à la RANarb), 241-246.

Hesnard 2002 : A. Hesnard, Épave Écueil de Miet 3 (archipel de Marseilleveyre, baie de Marseille), dans Étrusques en mer, 32-36.

de Hoz 2007 : J. de Hoz, A Celtic Personal Name on an Etruscan Inscription from Ensérune, Previously Considered Iberian (MLH B.1.2b), dans J. L. Garcia Alonso (éd), Celtic and Other Languages in Ancient Europe, Salamanca, 2008, 17-27 (AQ, 127).

Jully 1977 : J.-J. Jully, Vases stamnoïdes de type grec archaïque en provenance d’une nécropole languedocienne de la fin du Ier Âge du fer, Monuments Piot, 61, 1977, 1-24.

Lagrand 1959 : Ch. Lagrand, Un habitat côtier de l’Âge du Fer à l’Arquet, à La Couronne (Bouchesdu-Rhône), Gallia, XVII, 1959, 180-201.

Landes dir. 2003 : Chr. Landes dir., Les Étrusques en France. Archéologie et collections. Catalogue de l’exposition, Lattes, IMAGO-musée de Lattes, 2003.

Lepore 1970 : E. Lepore, Strutture della colonizzazione focea in Occidente, PdP, XXV, 1970, 19-54 (= Colonie greche dell’Occidente antico. Roma, 1989, 111-138).

Lepore 1988 : E. Lepore, L’emporion : alcuni problemi storiografici e metodologici, dans Flottes et commerce grecs, carthaginois et étrusques en Mer Tyrrhénienne. Actes du symposium de Ravello, 1987, Strasbourg, 1988 [1993] (PACT 20), 47-53 et 54.

Louis, Taffanel 1958 : M. Louis, O. et J. Taffanel, Le premier Âge du Fer languedocien. II ; Les nécropoles à incinération, Bordighera-Montpellier, 1958.

Malkin 1987 : I. Malkin, Religion and colonization in ancient Greece, Leiden 1987 (St. in Greek and Roman religion, 3).

Malkin 1992 : I. Malkin, Missionaires païens dans la Gaule grecque, dans La France et la Méditerranée (I. Malkin dir.), Leiden 1992, 42-52.

Marseille grecque = Marseille 1992 : Marseille grecque et la Gaule. Actes des colloques de Marseille (1990), Lattes/Aix-en-Provence, 1992 (EtMass, 3).

Martelli Cristofani 1978 : M. Martelli Cristofani, La ceramica greco-orientale in Etruria, dans Les céramiques de la Grèce de l’Est et leur diffusion en Occident. Actes du colloque de Naples (1976). Paris/Naples, 1978 (Coll. CJB, 4), 150-212.

Martelli Cristofani 1989 : M. Martelli Cristofani, La ceramica greca in Etruria : problemi e prospettive di ricerca, dans Atti del Secondo Congresso Internazionale Etrusco (Firenze, 1985). II. Roma, 1989 (Suppl. di SE), 781-811.

Mele 1979 : A. Mele, Il commercio greco arcaico. Prexis ed emporie, Naples, 1979 (Cahiers CJB, 4).

Mele 1986 : A. Mele, Pirateria, commercio e aristocrazia : replica a Benedetto Bravo, DHA, 12, 1986, 67-109.

Mele 1988 : A. Mele, Il Tirreno tra commercio eroico ed emporia classica, dans Flottes et commerce grecs, carthaginois et étrusques en Mer Tyrrhénienne. Actes du symposium de Ravello, 1987. Strasbourg, 1988 [1993] (PACT 20), 57-68.

Morel 1983 : J.-P. Morel, Les relations économiques dans l'Occident grec, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du colloque de Cortone (24-30 mai 1981), Pise-Rome, 1983 (Coll. EFR 67), 549-580

Morel 1988 : J.-P. Morel, Les Phocéens dans la mer Tyrrhénienne, dans Flotte e commercio greco, cartaginese ed etrusco nel Mar Tirreno, Atti del simposio europeo di Ravello (1987), Strasbourg 1988 [1993] (PACT, 20), 429-461.

Morel 1992 : J.-P. Morel, Marseille dans la colonisation phocéenne, dans Marseille 1992, 15-25.

Morselli, Tortorici 1985 : Ch. Morselli, E. Tortorici, La situazione di Regisvilla, dans Commercio etrusco, 27-40.

Nickels 1989 : A. Nickels, Agde. La nécropole du premier Âge du Fer, Paris, 1989 (Suppl. 19 à la RAN).

Nickels 1990 : A. Nickels, Essai sur le développement topographique de la nécropole protohistorique de Pézenas (Hérault), Gallia, 47, 1990, 1-27.

Olive, Ugolini 2003 : Chr. Olive, D. Ugolini, Béziers : site majeur du Midi de la Gaule (VIe-IVe s. av. J.-C.), dans Landes dir. 2003, 147-158.

Pizzo 1995 : M. Pizzo, Ceramica dipinta di fabbrica coloniale. Forme aperte, dans Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto. 3. L’oikos greco del saggio S. Lo scavo e i reperti, Milano, 1995, 65-75 et fig. 67-83.

Py 1984 : M. Py, La Liquière (Calvisson, Gard), village du premier Âge du Fer en Languedoc oriental, Paris, 1984 (Suppl. 11 à la RAN).

Py 1985a : M. Py, Les gisements lagunaires au premier Age du Fer, dans L’occupation des rivages de l’étang de Mauguio (Hérault) au Bronze Final et au premier Age du Fer. III, Synthèses et annexes, Caveirac, 1985, 47-84.

Py 1985b : M. Py, Les amphores étrusques de Gaule méridionale, dans Commercio etrusco, 73-94.

Py 1990 : M. Py, Culture, économie et société protohistoriques dans la région nîmoise, Rome, 1990 (Coll. EFR, 131).

Py 1993 : M. Py, Les Gaulois du Midi de la fin de l’Age du bronze à la conquête romaine, Paris, 1993.

Py 1995 : M. Py, Les Étrusques, les Grecs et la fondation de Lattes, dans Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels. Lattes-Paris, 1995, 261-276 (EtMass, 4).

Py 1996 : M. Py, Éléments de datation concernant l’enceinte pré-romaine de Lattes, dans M. Py, Urbanisme et architecture dans la ville antique de Lattes, Lattes, 1996 (Lattara, 9), 83-102.

Py 2003a : M. Py, Les Étrusques et le Languedoc oriental, dans Landes dir. 2003, 27-29.

Py 2003b : M. Py, La Liquière (Calvisson, Gard), dans Landes dir. 2003, 107-115 et 199-201.

Rasmussen 1979 : T. B. Rasmussen, Bucchero Pottery from Southern Etruria, Cambridge, 1979.

Rizzo 1990 : M. A. Rizzo, Le anfore da trasporto e il commercio etrusco arcaico. I. Complessi tombali dall’Etruria meridionale, Roma, 1990.

Rolland 1963 : H. Rolland, La stratigraphie de Saint-Blaise, CRAI, 1963, 81-89.

Rolland 1964 : H. Rolland, Chronologie de Saint-Blaise, Provence Historique, 14, 1964, 7-15.

Rouillard 1991 : P. Rouillard, Les Grecs et la Péninsule Ibérique du VIIIe au IVe s. av. J.-C., Paris, 1991 (Publ. Centre P. Pâris, 21).

Sanmartí 1990 : E. Sanmartí Grego, Les amphores massaliètes d’Emporion du milieu du VIe s. au milieu du IVe s. av. J.-C., dans Les amphores de Marseille grecque. Chronologie et diffusion. Actes de la table ronde de Lattes (1989), Lattes-Aix-en-Provence, 1990, 165-170.

Sanmartí 1995 : E. Sanmartí Grego, La présence grecque en Péninsule ibérique à l’époque archaïque, dans Les Grecs et l’Occident. Actes du colloque de la villa ‘Kérylos’ (1991), Rome, 1995 (Coll. EFR, 208), 71-82.

Slaska 1985 : M. Slaska, Le anfore da trasporto a Gravisca, dans Commercio etrusco, 19-21.

Sourisseau 1997 : J.-Chr. Sourisseau, Recherches sur les amphores de Provence et de la basse vallée du Rhône aux époques archaïque et classique (fin VIIe-début IVe s. av. J.-C.). I. Synthèse ; II. La documentation archéologique. Thèse de doctorat (nouveau régime) de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1997.

Sourisseau à par. : J.-Chr. Sourisseau, Les amphores étrusques et les échanges en Gaule méridionale à l’époque archaïque, dans Hommages à R. Bloch et J. Heurgon, suppl. à Studi etruschi, à paraître.

Stea 1997 : G. Stea, Ceramica dipinta di fabbrica coloniale, dans Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto. 5. L’oikos greco del saggio H. Lo scavo e i reperti, Milano, 1997, 53-74.

Szilagyi 1998 : J. G. Szilagyi, Ceramica etrusco-corinzia figurata. II. 590/580-550, Firenze, 1998.

Tocra I : J. Boardmann, J. Hayes, Excavations at Tocra, 1963-1965, The Archaic Deposits I, Oxford, 1966.

Torelli 1971 : M. Torelli, Il santuario di Hera a Gravisca, PdP, 26, 1971, 44-67.

Torelli 1977 : M. Torelli, Il santuario di Hera a Gravisca, PdP, 32, 1977, 398-458.

Torelli 1981 : M. Torelli, Il commercio greco in Etruria tra l’VIII ed il VI secolo a. C., dans Il commercio greco nel Tirreno in età arcaica. Atti del convegno di Salerno (1977), Salerno, 1981, 67-81.

Torelli 1982 : M. Torelli, Per la definizione del commercio greco-orientale : il caso di Gravisca, PdP, 37, 1982, 304-325.

Ugolini 1997 : D. Ugolini, Les oppida du bassin audois côtier : questions de chronologie et de mobilier (VIe s. av. J.-C.), dans D. Ugolini dir., Languedoc occidental protohistorique. Fouilles et recherches récentes (VIe-IVe s. av. J.-C.), Aix-en-Provence, 1997, 157-172.

Ugolini, Olive 1990 : D. Ugolini, Chr. Olive, La chronologie des amphores massaliètes dans le commerce biterrois aux Ve et IVe s. av. J.-C., dans M. Bats dir., Les amphores de Marseille grecque. Chronologie et diffusion, Lattes/Aix-en-Provence, 1990 (EtMass, 2), 119-123.

Ugolini, Olive 2003 : D. Ugolini, Chr. Olive, La place des importations étrusques dans le cadre de l’évolution du Languedoc centro-occidental côtier (650-300 av. J.-C.), dans Landes dir. 2003, 35-48.

Vallet, Villard 1955 : G. Vallet, Fr. Villard, Megara Hyblaea. V. Lampes du VIIe s. et chronologie des coupes ioniennes, MEFRA, 67, 1955, 7-34.

Vallet, Villard 1966 : G. Vallet, Fr. Villard, Les Phocéens en Méditerranée occidentale à l’époque archaïque et la fondation de Hyélè, dans Velia e i Focei in Occidente, PdP, CVIII-CX, 1966, 166-190.

Velia 1994 : G. Greco, F. Krinzinger (a cura di), Velia, Studi e ricerche, Modena, 1994.

Villard 1960 : Fr. Villard, La céramique grecque de Marseille (VIe-IVe s.), essai d’histoire économique. Paris, 1960 (BEFAR, 195).

Villard 1992 : Fr. Villard, La céramique archaïque de Marseille, dans Marseille grecque, 163-170.

Notes

1 Cf. Docter et alii 1997, 29-30. À Tarquinia, une amphore de type Py 1/2 est présentée par C. Chiaramonte Treré [Tarquinia. Scavi sistematici nell’abitato (campagne 1982-1988). I materiali 1, Roma, 1999 (Tarchna II)] comme appartenant aux premières décennies du VIIe s. ; cependant, il est noté, dans Tarchna I, à propos de cette même amphore « l’incertitude de son attribution au dépotoir 88 [daté 600-525] ou au remblai 89 [daté du premier quart du VIIe s.] ».

2 Pour une analyse précise du dossier de Saint-Blaise, voir Sourisseau 1997, II(2), 337-363.

3 Cf. l’analyse des vases stamnoïdes effectuée par J.-J. Jully (1977) à laquelle les publications récentes n’ont guère apporté de nouveauté.

4 Cf. Dedet et alii 2003, avec une datation sans doute trop haute dans le dernier quart du VIIe s. au lieu de la dernière décennie.

5 Villard 1960 ; 1992 ; Gantès 1992 ; 1999 ; Sourisseau 1997.

6 Les données d’Agde et Bessan demandent d’ailleurs une révision dans la mesure où elles incluent des amphores « ionio-massaliètes» micacées pour la période antérieure à 540, alors qu’il est maintenant bien établi que cette production est postérieure à cette date.

7 Pour l’œnochoé rhodienne (réparée !) de type A de Pertuis, habituellement datée du dernier quart du VIIe s., on comparera avec les deux exemplaires identiques des tombes 26 et 76 de Chiaramonte datées du premier quart du VIe s. (A. Bottini, M. Tagliente, Osservazioni sulle importazioni etrusche in area lucana, dans Magna Grecia, Etruschi, Fenici. Atti XXXIII Conv. St. Magna Grecia (Taranto, 1993). Taranto, 1994, 487-528).

8 Cf. sur cette notion, les remarques de Lepore 1970.

9 Ce nouveau courant commercial grec-oriental, issu en particulier de l’Ionie du Nord, qui touche l’Étrurie méridionale à partir du dernier tiers du VIIe s. est une donnée fondamentale pour comprendre les relations qui se créent, dans la phase de l’orientalisant récent, dans le cadre d’une mobilité sociale accrue à l’intérieur même des cités étrusques et, pour notre propos, entre les élites et les commerçants grecs au nombre desquels la composante phocéenne est logiquement présente. Cf. pour les données, Martelli Cristofani 1978 et pour l’interprétation, Torelli 1981, toujours fondamental.

10 L’épave de Miet 3, datable sans doute dans la première moitié du VIe s., mais incomplètement connue, n’a livré que des amphores et du bucchero étrusques : Hesnard 2002.

11 Cf. Cristofani 1983 ; Colonna 1989, 372 et Bonamici 1996 ; Gras 2003 propose de voir dans le nom même d’Antipolis la marque de la limite de leur propre domaine emporique “en face” de Nikaia, limite du commerce emporique contrôlé par les Étrusques : cette hypothèse, séduisante, ne peut aujourd’hui trouver sa confirmation archéologique, mais rappelons qu’une fouille, que nous y avons menée avec Ch. Pradelle et P. Arcelin en 1983-84 sur le site indigène du Rocher, témoigne d’un brusque apport d’importations (où dominent les amphores massaliètes (60 %) à côté de 11 % d’amphores étrusques, 14 % d’amphores grecques et 14 % d’amphores “ionio-massaliètes”) dans une phase datée entre 540 et 475.

Notes de fin

* Systèmes chronologiques et mobiliers étrusques du Midi de la Gaule au premier Âge du fer (v. 600-v. 480 av. J.-C.) : les rythmes de l’archéologie et de l’histoire, dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti del XXIV Convegno di studi etruschi ed italici (Marseille-Lattes, 26 septembre - 1er octobre 2002), Pisa-Roma, 2006, 81-92.
Pour les références bibliographiques, cf. synthèse (p. 346-349).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Évolution de la part des amphores étrusques par rapport à l’ensemble des amphores à Marseille (trait continu) et dans la région nîmoise (pointillé) (d’après Sourisseau 1997 et Py 1990).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540