Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre V. Étrusques et Phocéens en Occident

Marseille archaïque : Étrusques et Phocéens en Méditerranée nord-occidentale Marseille archaïque : Étrusques et Phocéens en Méditerranée nord-occidentale, dans MEFRA, 2, 1998, 609-633.
Pour les références bibliographiques, cf. synthèse (p. 346-349).

Texte intégral

1La fondation de Marseille vers 600 av. J.-C. est tardive dans le cadre de la colonisation grecque en Occident. Pourtant elle se produit dans une zone encore vierge de colonisation alors que l’ouest et le sud du bassin occidental de la Méditerranée connaissent depuis près de deux siècles la présence de colons orientaux : Phéniciens et Puniques en Afrique du Nord et en Espagne du Sud, Grecs en Sicile et en Italie méridionale avec un essaimage très serré de colonies.

2Que dans ces conditions des objets grecs isolés aient pu parvenir en Gaule méridionale avant la fondation de Marseille n’a donc rien d’étonnant : on s’étonnera plutôt qu’il n’y en ait pas davantage ! Ces objets sont bien connus :

  • à Mailhac, une coupe d’imitation proto-corinthienne à rebord à filets et panneau réservé sur l’épaule attribuée à la première moitié du VIIe s.1
  • dans la nécropole du Peyrou à Agde2 :
    • deux coupes profondes subgéométriques à rebord à filets et vasque vernie dérivant du protocorinthien géométrique, que Nickels rattachait à une production d’Italie du Sud, où elles sont en effet courantes tout au long du VIIe s.3, mais M. Gras a récemment proposé de les rattacher à une production d’origine étrusque de Tarquinia4 ;
    • une coupe basse de style protocorinthien subgéométrique à rebord à filets et bande réservée décorée de baguettes verticales sur l’épaule que Nickels rattachait à une véritable production corin
    • une œnochoé à embouchure trilobée à surface peinte orange où Nickels voyait une imitation protocorinthienne, éventuellement d’Italie du Sud.

3Tous ces vases peuvent être datés vers le troisième quart du VIIe s., comme le proposait Nickels, ou même plus tôt pour les coupes profondes ; ils appartiennent en tout cas à une série d’objets qui ne trouvent pas ailleurs en Gaule méridionale de confrontations et sont séparés par un saut chronologique d’au moins un quart de siècle des séries qui, comme je vais essayer de le montrer, représentent les plus anciennes importations en relation avec l’arrivée des Phocéens en Méditerranée nord-occidentale et à leur installation à Marseille.

Carte des sites de la période 600-540/530 ayant livré des productions étrusques et/ou grecques orientales.
1. Marseille ; 2. Plan d’Aups (tumulus des Béguines) ; 3. Vauvenargues (tumulus de Lambruisse 1) ; 4. Vauvenargues (tumulus de Lambruisse 2) ; 5. Vauvenargues (tumulus de Claps) ; 6. Pourrières (tumulus de Pourrières) ; 7. Pourrières (tumulus « à la fosse ») ; 8. Saint-Paul-les-Durance (tombe de Cadarache) ; 9. Pertuis (tumulus de l’Agnel) ; 10. Serres (tumulus Bosquet 1) ; 11. Avançon (tumulus de Chavignières) ; 12. Martigues (Tamaris) ; 13. Saint-Mitre-les-Remparts (Saint-Blaise) ; 14. Arles ; 15. Beaucaire (La Redoute) ; 16. Roquemaure ; 17. Bagnols-sur-Cèze (Haut-Castel) ; 18. Collias (Grotte Suspendue) ; 19. Saint-Géniès-de-Malgoirès (tumulus du Serres des Fontaines 1) ; 20. Montmirat (La Jouffe) ; 21. Calvisson (La Liquière) ; 22. Étang de Mauguio Tonnerre 1, Forton, La Rallongue) ; 23. Lattes (dépôt de Soriech) ; 24. Fabrègues (dépôt de Launac) ; 25. Vic-la-Gardiole (La Roubine) ; 26. Saint-Bauzille-de-la-Sylve (dépôt du Puech Crochu) ; 27. Florensac (tombe du Rec de Bragues) ; 28. Bessan (La Monédière) ; 29. Pézenas (nécropole de Saint-Julien) ; 30. Servian (nécropole de La Cartoule) ; 31. Mourèze (tombe des Faïsses) ; 32. Taussac-la-Billières ; 33. Puysserguier (tombe ? de La Prade : cratère corinthien) ; 34. Mailhac (nécropole du Grand Bassin II ; 35. Esperaza (dépôt de Pailhères) ; 36. Ampurias.

1. La chronologie du soi-disant commerce étrusque primordial

  • 5 Py 1993, 84-88.

4La situation est clairement définie par celui qui en a été le principal promoteur, M. Py5 : « Les premiers qui réussissent à construire un réseau efficace d’échanges sur les rivages gaulois sont les Étrusques... Pendant près de trois quarts de siècle (des environs de 625 aux environs de 550 av. J.-C.) les Étrusques vont occuper une position dominante dans les transactions maritimes qui se développent en Provence et en Languedoc ». Cette vision a été largement acceptée par les chercheurs jusqu’à devenir la vulgate de toute reconstruction historique incluant la période et l’espace géographique sans que les étruscologues se soient jamais vraiment interrogés sur la justification d’une expansion étrusque vers les rivages bas rhodaniens et languedociens.

5En fait le problème doit être posé sous ses deux aspects principaux :

  1. Peut-on affirmer, comme on le fait communément, qu’il y a préexistence du commerce étrusque par rapport au commerce grec ?
  2. Quel sens donner au faciès des importations à Marseille et en Gaule méridionale jusque vers 540/530, où les amphores étrusques sont majoritaires et où la vaisselle fine étrusque est bien représentée aux côtés de la vaisselle grecque ?

6Première question : y a-t-il dès le dernier quart du VIIe s. des témoignages d’un commerce étrusque primordial ?

7En 1985, M. Py notait : « dans l’état actuel des choses les observations de la Liquière et des gisements lagunaires sont les seules sur lesquelles on puisse se fonder de façon sûre pour affirmer cette préexistence en certains points du littoral gaulois ». En effet, sur les sites provençaux de Tamaris et de Saint-Blaise, qui avaient également été retenus à l’appui de ce commerce étrusque primordial, les mobiliers étrusques ont toujours été présentés mêlés aux importations grecques. Seuls les sites languedociens (La Liquière, Tonnerre 1) offrent une séquence dont la couche la plus ancienne livre uniquement des produits étrusques, amphores seules ou associées à quelques fragments de bucchero de transition (pas de bucchero sottile), tandis que les couches postérieures livrent aussi amphores grecques et céramiques fines grecques et massaliètes. La stratigraphie et la répartition du mobilier suggèrent à M. Py qu’il n’y a pas un fort écart chronologique entre les deux phases.

8Mais avant d’aller plus loin dans l’analyse régionale, il convient de rappeler d’abord des remarques d’ordre chronologique général qu’on aurait bien fait de ne jamais perdre de vue :

  1. L’apparition du bucchero de transition en Étrurie est traditionnellement datée de la fin du VIIe s.6 et sa production se poursuit dans le premier quart du VIe s. quand apparaît le bucchero pesante ; le début de la production des canthares de type Gras1/Rasmussen3e, seuls présents dans les couches les plus anciennes des sites languedociens et provençaux, est situé dans le dernier quart du VIIe s. par T. Rasmussen (en bucchero sottile), autour de 600 par M. Gras7, mais leur production se poursuit jusque dans le troisième quart du VIe s. ;
  2. En Étrurie méridionale et en Campanie, les amphores étrusques – qui sont là aussi du même type qu’en Gaule, bien sûr, c’est-à-dire Py 1/2 et 3A-3B –, sont toutes dans des contextes funéraires datables par la céramique corinthienne et étrusco-corinthienne de la période du corinthien ancien (c’est-à-dire 620-580) ; dans les tombes antérieures, lorsqu’il y a des amphores, elles sont soit de type phénicien ou local (Ischia) soit de type grec (corinthiennes, chiotes, eubéennes ?, attiques...)8.

9Si l’on considère le plan régional :

10a) les sites provençaux

11• Saint-Blaise

  • 9 Le sondage du secteur Q 8/9 fait par B. Bouloumié (Bouloumié1982) est trop exigu (6 m2) pour fourn (...)
  • 10 Sourisseau 1997, II, 337-363.

12On espère une reprise des fouilles à Saint-Blaise pour disposer enfin d’une stratigraphie correcte de ce site9. J.-Chr. Sourisseau10 qui a revu l’ensemble du mobilier disponible a bien montré que les niveaux VII de Rolland ou IIIa de Bouloumié, datés du dernier quart du VIIe s., sont strictement théoriques et reconstitués à partir des éléments les plus anciens du mobilier.

  • 11 Cf. Bouloumié 1979.

13Les choses une fois remises à leur place, il reste seulement un fragment de canthare en bucchero sottile à décor d’éventail11 et deux catégories de céramique grecque qui ne trouvent pas de parallèle à Marseille : les bols rhodiens à oiseau et les coupes ioniennes A1, pour lesquels on a considéré à tort la date de 600 comme limite intangible ; il convient de noter que :

  • d’une part les niveaux de fondation de Marseille ont été rarement atteints et de nouvelles découvertes peuvent apporter ces classes manquantes,
  • d’autre part la très grande majorité du mobilier archaïque de Saint-Blaise appartient à la première moitié et au milieu du VIe s. (la seconde moitié du VIe et le Ve s. sont moins bien représentés) : les quelques éléments les plus anciens peuvent être datés à partir de l’extrême fin du VIIe s. et autour de 600.

14• Tamaris (Duval 1998) : rien n’est antérieur à 600 sur un site qui présente un seul niveau d’occupation et semble abandonné avant le milieu du VIe s.

15b) Les sites languedociens

16Le phasage de La Liquière (I ancien : 625-600 ; I récent : 600-575 ; II : 575-525) défini par Py (1984) apparaît trop rigide, trop serré et trop tiré vers le haut.

17La phase I ancien ne contenant que des amphores étrusques et du bucchero semblables à ceux de la phase I récent, c’est en fait la phase I récent qui sert de pivot de datation à l’aide de deux séries d’éléments :

  • des céramiques attribuées au Corinthien ancien ou au Corinthien moyen (620-575) et qui sont en réalité de l’étrusco-corinthien dont 2 fragments ont été attribués par Szilagyi12 à des productions de Vulci (groupe des coqs affrontés et groupe de Toronto) postérieures à 580 ;
  • des coupes ioniennes : 1 coupe A1, 1 coupe A1 ou B1, 2 coupes A2 ou B1 (anses), 1 coupe B1.
  • 13 Cf. en dernier lieu, Boldrini 1994, 137-235 avec discussion et bibliographie antérieure.

18Même si l’on retient comme A1 le seul fragment susceptible de l’être (Py 1984, fig. 73,1), les fourchettes chronologiques trop étroites de la typologie Vallet/Villard (1955) (ci-dessous entre parenthèses) seules retenues par M. Py sont à revoir13 selon le schéma suivant :

19A1 : 640-580 (630-600)

20A2 : 620-575/550 (620-600)

21B1 : 620-570/550 (620-580)

22Si l’on ajoute aux observations précédentes que les canthares de la série Gras 1 se retrouvent aussi bien en phase I qu’en phase II, on ne peut suivre M. Py lorsqu’il écrit que « l’analyse des mobiliers et la chronologie qu’on en tire n’oblige à prendre en compte aucun chevauchement d’une phase sur l’autre, ni même aucun chevauchement d’un niveau sur deux phases ». En effet, pour tenir compte de la chronologie des mobiliers, les fourchettes adoptées pour la datation des phases devraient au contraire se chevaucher de la façon suivante :

23620-575 pour La Liquière I ancien

24600-550 pour La Liquière I récent

25575-525 pour La Liquière II

  • 14 A s’en tenir à sa chronologie, M. Py aurait dû logiquement conclure de la présence d’une coupe A1 (...)

26Mais, dans la réalité – et c’est la stratigraphie parfaitement établie par l’auteur qui le dit – au moins en ce qui concerne les cabanes L3, L7 et L11, où il y a une succession de l’occupation sur les trois phases (alors que les autres cabanes ne connaissent qu’une seule phase d’occupation ou deux phases non consécutives), il est difficile de conclure à un chevauchement de niveau sur plusieurs phases. Or si rien n’interdit (mais encore une fois la chronologie du matériel étrusque n’y oblige pas) d’arrêter la phase I ancien en 600, la phase I récent doit en revanche obligatoirement être prolongée jusque dans le deuxième quart du VIe s., ce qui se traduit par un chevauchement avec la phase II (par ex. pour la cabane L7B où le mobilier du sol 4 et de la couche 5, attribués à la phase I récent, associe un fragment de coupe ionienne A1 et un fragment étrusco-corinthien du groupe des coqs affrontés)14. La solution la plus économique compatible avec la stratigraphie me paraît donc d’abaisser la chronologie absolue du site d’un quart de siècle, les chevauchements chronologiques de mobilier représentant les normales intrusions ou durées d’usage, ce que M. Py exprimait en fait en notant « les nombreuses filiations qui existent d’une phase à l’autre et qui empêchent de concevoir des écarts importants entre chacune d’elles ».

27Quelle que soit la solution retenue, la date de 600 ne peut pas être considérée comme un verrou et la première phase d’occupation du site peut être datée aussi bien après 600 qu’avant selon le seul schéma retenu par M. Py.

28On arrive à la même conclusion avec l’analyse de l’occupation du site lagunaire de Tonnerre 1.

29c) On y reviendra plus loin en détail, mais on peut noter dès à présent que les types d’amphores (types Py 1/2) et de bucchero étrusques (canthares de la série 1, coupes, œnochoés) retrouvés sur ces divers sites sont exactement semblables à ceux recueillis à Marseille dans les couches qui suivent sa fondation.

30Une conclusion s’impose donc : tous les sites de Gaule méridionale pris comme témoins d’un commerce étrusque primordial dans le dernier quart du VIIe s. présentent en réalité une stratigraphie et un mobilier dont les débuts peuvent se situer au plus tôt à l’extrême fin du VIIe s., mais où la date de 600 ne constitue en rien un butoir infranchissable.

31Reste maintenant à envisager notre deuxième question.

2. Les Phocéens à Marseille et en Méditerranée occidentale

2.1. L’emporía phocéenne

  • 15 Lepore 1970 ; 1988 ; Mele 1979 ; 1986 ; 1988 ; Torelli 1982. On verra tout ce que cette étude doit (...)

32Il n’est apparemment pas inutile de rappeler au préalable quelques aspects de l’analyse du commerce grec archaïque à travers les travaux d’E. Lepore, M. Torelli et surtout A. Mele15.

33C’est à partir du VIIIe s. que le commerce grec archaïque connaît une longue évolution qui le fait passer de la prexis aristocratique, avec ses deux aspects piraterie et hospitalité, à l’emporía réglementée inter-états/inter-cités et effectuée par des marchands professionnels qui finira par triompher à l’époque classique. On suit cette évolution aussi bien à travers les œuvres littéraires d’Hésiode à Thucydide en passant par Solon et Théognis qu’à travers les pratiques de ceux qui opéreront selon ce modèle dans la mer Tyrrhénienne dès le VIIIe s. (Eubéens) et ensuite (Phocéens, Samiens, Milésiens ou Éginètes).

  • 16 M. Gras a souligné à plusieurs reprises ce fractionnement de la diaspora phocéenne, en dernier lie (...)

34Le cas des Phocéens est emblématique de la façon dont s’entremêlent encore au VIe s. anciennes et nouvelles pratiques. Aristote, parlant de la fondation de Marseille, les définit précisément comme des Ioniens qui pratiquaient l’emporía et Plutarque caractérise Protis, le fondateur de Marseille, comme un aristocrate pratiquant l’emporía au temps où celle-ci était honorée et fondant Marseille après s’être lié d’amitié avec les Celtes rhodaniens. Hérodote signale les Phocéens parmi les fondateurs de l’emporion de Naucratis en Égypte et le même auteur nous dit que ce sont eux les premiers des Grecs qui aient accompli des makrai nautiliai (navigations lointaines qui leur permirent de découvrir le golfe Adriatique, la Tyrrhénie, l’Ibérie et Tartessos ; ce que Trogue Pompée confirme en quelque sorte en écrivant qu’avant de fonder Marseille les Phocéens étaient parvenus jusqu’à l’Océan, et qu’illustrent bien la fondation (en même temps ou peu après Marseille) d’un établissement au nom transparent, Emporion, en Ibérie, et peut-être celle de Mainaké en bordure du royaume de Tartessos, où en tout cas ils développent d’étroites relations avec le roi Arganthonios. Si l’on ajoute, vers 565, la fondation d’Alalia, en Corse, face à la côte étrusque, on appréciera encore mieux la proposition de M. Torelli d’attribuer à ces mêmes Phocéens la responsabilité de l’ouverture de l’emporion de Gravisca. L’importance de l’emporía phocéenne est telle dans cette première moitié du VIe s. que lorsque, à l’occasion de la prise de Phocée par les Perses, Hérodote rapporte l’hostilité des Chiotes à un éventuel établissement des Phocéens dans les îles Oinoussai, la raison en est la peur de les voir y installer un emporion qui viendrait les concurrencer directement. Il est donc clair que l’emporía est réellement l’alternative développée par les Phocéens en réponse à la pauvreté de leur territoire et qu’elle se déroule à l’intérieur d’un véritable “réseau”. Mais on n’aura garde d’oublier que ce réseau, qui est relié à une cité (les sources parlent toujours globalement de “Phocéens”), en reflète certainement aussi les composantes sociales : la multiplication des fondations coloniales, les contrastes et les divisions qui se font jour au moment de la prise de Phocée, avec la fuite d’une partie seulement de ses habitants, en deux groupes qui se rendent à Alalia et à Marseille, le départ d’Alalia vers Rhégion (mais pas vers Marseille ?) et la fondation de Vélia16 recoupent vraisemblablement des comportements sociaux où s’affrontent les groupes aristocratiques qui constituent la société phocéenne archaïque.

35Je crois que jusqu’à la chute de Phocée (et plus précisément jusqu’à la fondation de Vélia) il faut se garder de donner à Marseille l’image et la fonction qu’elle va prendre par la suite et qu’il convient donc de bien distinguer deux temps dans l’histoire de Marseille archaïque.

2.2. Les deux temps de l’histoire de Marseille archaïque

2.2.1. Premier temps : 600-540/530

a) Le faciès de Marseille17

  • 17 Villard 1960 ; 1992 ; Gantès 1992 ; Sourisseau 1997.

36On s’en tiendra, bien sûr, aux faits marquants pour notre propos.

37• en ce qui concerne les importations :

38— importance des productions étrusques :

  • 80 à 90 % des amphores (types Py 1/2, 3A, 3B réparties en 3 catégories principales dont 2 reliées à Vulci, Caeré et une troisième production non identifiée)
  • 10 à 25 % de la vaisselle fine (bucchero, étrusco-corinthienne) et commune (ollae, écuelles)

39— liens privilégiés avec le bassin oriental de la Méditerranée :

  • ± 10 % des amphores (Chios, Clazomènes, Lesbos, Milet, Samos ; quelques-unes d’Athènes, de Corinthe, d’Italie du Sud)
  • céramique fine : 30 à 40 % de la vaisselle (grecque orientale, corinthienne, attique, laconienne)

40— présence d’amphores de tradition phénico-punique de la zone du détroit de Gibraltar et d’Ibérie

41• au plan des productions locales, démarrage d’une production de céramique, au cours du premier quart du siècle : céramique à pâte claire, puis céramique grise monochrome qui constituent d’emblée plus du tiers de la vaisselle fine.

42b) Les importations sur les sites indigènes de la Gaule méridionale

  • à proximité immédiate de Marseille : les habitats de Saint-Blaise, Tamaris, dès le premier quart du siècle, le Baou de Saint-Marcel après 575 ont livré les mêmes productions qu’à Marseille, même si dans des proportions différentes selon les sites, révélant ainsi des redistributions ou des goûts diversifiés ;
  • au-delà, quelques habitats, essentiellement languedociens, ont livré de rares témoignages d’importations de céramiques étrusques (amphores de type Py 1/2 et 3A et B, bucchero de transition avec canthares de type Gras 1 et surtout 2 et 3) et grecques (notamment des bols rhodiens et des coupes ioniennes B1) ; outre les gisements lagunaires (Tonnerre, La Rallongue, Forton), ce sont, dans le Gard, à l’intérieur des terres, la Grotte suspendue de Collias et les oppida de La Liquière et de la Jouffe et, sur l’Hérault, les sites d’Agde et de Bessan. À La Liquière, le pourcentage de ces importations reste stable pendant toute la période, autour de 12 % de la totalité des tessons recueillis : cette stabilité qui s’oppose à la progression continue constatée sur les sites indigènes à partir du dernier quart du VIe s. est un indicateur des limites de diffusion dans un contexte d’échange d’objets de luxe. C’est à une conclusion identique que l’on doit se rallier si l’on considère les trouvailles faites dans les tombes et nécropoles. Dans l’Hérault, à Servian, une tombe a livré un bol rhodien à décor d’arêtes rayonnantes et à Pézenas (nécropole de Saint-Julien) on a recueilli, pour le premier quart du VIe s., une dizaine de vases grecs orientaux (stamnoi rhodiens, œnochoés) et 4 ou 5 canthares étrusques, mais aussi des armes de type grec (cnémides, cuirasses, lances) ; ce n’est qu’à la phase suivante qu’apparaissent des amphores étrusques et grecques. Particulièrement significative la répartition des vases de bronze étrusques, tous retrouvés, mis à part quelques dépôts de fondeur, dans des sépultures à tumulus et spécialement dans des sépultures “riches” ; il s’agit d’une œnochoé “rhodienne” de type A (à Pertuis) et de 30 bassins à rebord perlé ou lisse ou à bord droit répartis entre un groupe provençal (8 bassins dans des tumulus regroupés entre le Verdon et le massif de la Sainte-Victoire) et un groupe languedocien essaimé de l’Aude au Rhône18.

2.2.2. Deuxième temps : 540/530-v. 480

a) le faciès de Marseille19

  • 19 Cf. n. 16.

43• Démarrage et affirmation d’une production d’amphores (c’est-à-dire de vin), d’abord amphores sans, puis, avec grosses particules de mica, qui passent progressivement de 30 à 60 % du total des amphores (le pourcentage est encore plus important si l’on tient compte uniquement des amphores vinaires).

44Dans le même temps, les amphores étrusques chutent à 20 puis à moins de 10 % avec une baisse du troisième type d’origine inconnue au profit des types provenant de Vulci et Caeré, tandis que les amphores grecques importées grimpent jusqu’à 40 % avant de retomber autour de 15 % ; mais ce ne sont plus les amphores de Grèce de l’Est qui sont alors majoritaires, mais celles définies comme de type corinthien B ancien (qui ne sont pas de Corinthe, et que J.-Chr. Sourisseau propose de situer à Sybaris).

45On saisit donc bien un effet de substitution des amphores étrusques par des amphores grecques et, progressivement, par la production proprement massaliète qui monte en puissance.

46• Évolution parallèle des céramiques fines : la part majoritaire passe aux productions locales et s’il y a augmentation des céramiques grecques importées c’est au profit exclusif des céramiques attiques.

47b) En Gaule, on peut mesurer le nouvel impact de Marseille à travers deux phénomènes :

  • en Gaule méridionale, une explosion d’habitats nouveaux, principalement d’habitats fortifiés, perchés ou non, qui accueillent des quantités de plus en plus importantes des productions massaliètes d’amphores et de céramique fine20 ;
  • en Gaule interne, des contacts privilégiés avec les sites princiers du Nord-Est, de la Bourgogne au Wurtemberg.

2.3. Les Phocéens de Gravisca à Tartessos

2.3.1. Gravisca21

  • 21 Torelli 1971 ; 1977 ; 1982 ; Slaska 1985 ; Boldrini 1994.

48Sans doute est-ce à travers l’histoire sociale et politique de Tarquinia que l’on doit chercher l’explication de l’ouverture à Gravisca d’un espace en fonction des échanges internationaux, de l’emporía, qui n’est pas sans rappeler l’expérience parallèle de Naucratis avec ses temples, ses résidents, ses règles de fréquentation. Rappelons seulement que c’est à Tarquinia que dans la deuxième moitié du VIIe s. était venu s’installer Démarate de Corinthe, autre figure d’aristocrate navigateur à la charnière entre commerce héroïque et emporía. En tout cas Gravisca remplit une toute autre fonction que celle de port-débouché de Tarquinia : coincée entre Caere et Vulci, Tarquinia ne bénéficiera d’un territoire vers l’intérieur des terres qu’à partir du IVe s., elle ne produit pas d’amphores, c’est-à-dire de vin ; en revanche par Gravisca s’exportent les amphores de Vulci (types Py 1/2 et 5) et de Caeré (types Py 3A, 3B, puis 4), celles-là même que l’on retrouve à Marseille (le troisième groupe d’amphores d’origine inconnue repéré à Marseille est présent, mais peu représenté à Gravisca). Mais l’emporía c’est aussi tout ce qu’apportent les Grecs et notamment les Grecs orientaux et l’on voit bien à travers les rythmes de deux catégories de céramique orientale, les coupes ioniennes et les amphores, que la grande période de cette présence se situe entre + 575 et 525, ce qui correspond à ce que l’on connaît dans le reste de l’Étrurie (mais aussi à Marseille...). Du côté des amphores importées, ce sont aussi les amphores de Grèce de l’Est qui prédominent : amphores de Samos, de Lesbos, Chios, Clazomènes et Milet ; en somme les mêmes qu’à Marseille. Pour le moment la grande inconnue que représentent les productions céramiques de Phocée ne permet pas de préciser la part qui pourrait leur revenir, mais toute l’Ionie semble bien représentée tant pas les céramiques que par l’onomastique.

  • 22 Colonna 1985.
  • 23 Morselli, Tortorici 1985.

49Après ± 530, on note la chute presque complète des importations de céramique gréco-orientale, remplacée par les productions attiques véhiculées par les gens d’Égine. Du côté des amphores, même baisse des importations de Grèce de l’Est, au profit des corinthiennes A, des attiques à la brosse et surtout des amphores de type corinthienne B et ionio-massaliètes (c’est-à-dire de Grande Grèce), mais les Marseillais sont représentés par quelques amphores, comme aussi d’ailleurs à Pyrgi22 et à Regisvilla23.

2.3.2. Tartessos24 et l’Ibérie25

  • 24 Cabrera 1988-1989 ; 1995 ; Rouillard 1991 ; Sanmartí 1995.
  • 25 Rouillard 1991 ; Gailledrat 1997.

50À l’autre bout du réseau phocéen, les trouvailles de la zone de Huelva montrent que les importations de céramiques grecques (et quelques étrusques) s’échelonnent majoritairement du début du VIe s. jusque vers 540/530 avec une prédominance des produits grecs orientaux (jusqu’à 80 % des trouvailles de céramique fine et d’amphores) sur les autres céramiques (attiques, corinthiennes, laconiennes). On n’aura garde d’oublier comment Hérodote insiste tout particulièrement sur les relations fructueuses nouées par les Phocéens avec Arganthonios. Arganthonios connaît les Phocéens comme originaires de Phocée, c’est à eux, menacés par la progression perse, qu’il propose de s’installer à Tartessos et c’est pour reconstruire les murailles de Phocée qu’il offre une partie de ses richesses. Cela veut-il dire que ses interlocuteurs sont uniquement des Phocéens de Phocée ou que tous les autres, par exemple ceux de Marseille, apparaissent aussi comme tels parce qu’en somme Marseille ne serait qu’un élément d’une chaîne qui a son origine en Ionie ?

51À partir de ± 530, à Huelva/Tartessos, les importations grecques déclinent rapidement et finissent par se réduire à une poignée de tessons à la fin du siècle.

  • 26 Un bon résumé des connaissances chez Villard 1960, 115-117. Les dernières fouilles, menées en 1994 (...)
  • 27 Sanmartí 1990.
  • 28 À Marseille (Sourisseau 1997), seule une infime minorité d’amphores ibériques retrouvées dans le p (...)

52Qu’en est-il de la colonie phocéenne ibérique d’Emporion ? Du noyau primitif situé sous le village actuel de Sant-Martí d’Empúries (la Palaiapolis de Strabon), on ne sait que peu de choses en attendant la publication des fouilles récentes26. Le faciès de la Neapolis, à partir d’un peu avant le milieu du VIe s., est à peine mieux connu en dehors du mobilier des nécropoles. Des données précises existent cependant pour le matériel amphorique27. La première phase montre, à côté d’une majorité d’amphores ibériques (58 %), la présence d’amphores grecques (19 %, en majorité chiotes et corinthiennes), étrusques (12,5 %) et phéniciennes de la zone du détroit de Gibraltar (4 %). Dans le dernier quart du VIe s., apparaissent les amphores massaliètes qui avec plus de 20 % du total occupent la deuxième place devant les amphores grecques (15 %), tandis que les amphores étrusques chutent à 3 %. Ces pourcentages prennent tout leur sens si l’on ajoute que les amphores ibériques ne sont peut-être pas (en tout cas pas seulement) des amphores vinaires28 : le vin d’Emporion archaïque serait alors essentiellement d’abord grec et étrusque, puis massaliète et grec.

2.4. Interprétation

53En recollant les morceaux du puzzle on peut proposer un schéma interprétatif.

2.4.1. Pour le premier temps

541) Il n’y a pas de commerce étrusque en Gaule méridionale antérieur à la fondation de Marseille : en dehors des objets isolés arrivés vers 650 ou peu après, les arrivages en série commencent autour de 600 av. J.-C. Ce serait donc les Phocéens qui auraient entraîné dans leur sillage leurs partenaires étrusques vers les rivages de la Gaule.

  • 29 Il y a peu à ajouter à ce qu’écrivaient Vallet, Villard 1966, 186 n. 59 sur l’inexistence d’argume (...)
  • 30 Cf. les hypothèses démographiques développées par Gras 1985.

552) La fondation de Marseille ne peut pas être séparée de celle des autres colonies ou établissements phocéens qui interviennent dans le premier tiers du VIe s. (Emporion, Alalia et logiquement peut-être Mainaké) : toutes ces fondations se situent dans le cadre de l’emporía phocéenne, qui relie les deux bassins de la Méditerranée de Phocée à l’Ibérie. Marseille et Alalia sont deux têtes de pont entre Étrurie et Ibérie : d’Alalia d’avant 530 nous connaissons bien peu archéologiquement29, mais on peut penser qu’elle avait une importance réelle au moins égale à Marseille, dans la mesure où au moment de la chute de Phocée, c’est à Alalia, si l’on en croit Hérodote, que les fugitifs s’installent en y transférant les cultes de la métropole et où la colonie est capable d’armer 60 navires dans la bataille de la mer sarde30.

  • 31 Martelli 1978 ; 1989.
  • 32 Dans ce cadre, les navigateurs étrusques ont pu mettre en place des relations privilégiées avec ce (...)
  • 33 Bound 1991 ; Cristofani 1997.

563) Dans le “réseau” phocéen, l’Étrurie joue un rôle privilégié, non seulement comme zone réceptrice (cf. les importations grecques en Étrurie méridionale, particulièrement à Caere, Tarquinia et Vulci, mais aussi ailleurs)31, mais, en outre, comme relais vers Marseille et l’Espagne : les Phocéens, porteurs des produits orientaux, y trouvent une marchandise de consommation et d’échange essentielle, le vin qu’ils récupèrent dans l’emporion de Gravisca (et vraisemblablement aussi ailleurs – catégorie 3 des amphores étrusques de Marseille –, la fréquentation de Pyrgi, emporion et port de Caeré, et de Regisvilla, emporion et port de Vulci, semblant intervenir plus tard, dans le dernier tiers du VIe s.). Les Étrusques participent-ils directement à ces échanges ? C’est vraisemblable, même si leur part est difficile à évaluer, puisque, contrairement aux Phocéens, ils ne possèdent pas en Gaule d’établissement fixe ; même l’épave d’Antibes (récif de la Love, vers 560/540) n’en est pas une preuve suffisante : on peut imaginer aussi bien quelque aristocrate caerétain qu’un Phocéen venu s’approvisionner à Pyrgi ou Gravisca. Mais, répétons-le, si les Étrusques sont présents, c’est comme partenaires d’emporía32 avec les Phocéens installés à Marseille comme aussi bien sûr avec d’autres navigateurs grecs (Cf., par exemple, l’épave du Giglio, vers 590/580, interprétée par Cristofani comme celle d’un naukleros grec oriental)33, en fonction des accords en cours dans ces établissements. Dans cette première période nous avons affaire, en effet, à un commerce emporique “ouvert” ; le signe de la “fermeture” par délimitation de zones réservées est donné par la bataille d’Alalia.

574) Quelle est la place de la Gaule dans l’emporía phocéenne ? Lorsque Hérodote indique que leurs navigations lointaines ont conduit les Phocéens en Tyrrhénie, en Ibérie et à Tartessos, on pourrait penser qu’à une époque où la géographie faisait aller les Ibères jusqu’au Rhône, cette partie de la Gaule méridionale se trouvait incluse dans leurs itinéraires d’autant plus que, on l’a vu à travers les témoignages archéologiques, le secteur à l’ouest du Rhône est plus largement touché que la Provence. Et on rappellera qu’Hérodote n’inclut pas la Ligurie dans ces navigations phocéennes alors que, la seule fois où il cite Marseille, il la situe chez les Ligures. Pourtant ce n’est pas par hasard que Marseille fut fondée puisque c’est à la suite de navigations de reconnaissance, selon Trogue Pompée, ou d’un oracle, selon Strabon (comme aussi plus tard pour Alalia, d’après Hérodote), que les colons phocéens s’installèrent sur les rives du Lacydon. Les trouvailles archéologiques de cette première période montrent en tout cas deux choses :

  • d’une part le type des produits, vin, céramique de qualité et bronzes, produits de luxe retrouvés dans les contextes indigènes, s’insère parfaitement dans un trafic aristocratique typique où les marchands doivent se concilier les chefs locaux par des cadeaux appropriés
  • d’autre part ces contacts paraissent plutôt limités, mais dans des situations différentes selon les zones :

58a) en Provence

591) à proximité immédiate de Marseille (Saint-Blaise, Tamaris) dans un contexte d’habitats avec des échanges plus importants et réguliers qui, au-delà de leur situation géographique, fait penser à une possibilité d’intermédiaires ;

602) autour du Massif de la Sainte-Victoire dans des contextes funéraires avec des objets isolés, typiques du chieftain’s trade ;

  • 34 Cf. par exemple le Mont Garou où les premières importations associent amphores étrusques, puniques (...)

613) l’absence totale de mobilier importé dans les habitats côtiers entre Marseille et l’Italie avant le dernier tiers du VIe s.34 ;

  • 35 Cf. en dernier lieu D. Garcia (Le dépôt de bronzes launacien de Roque-Courbe (Saint-Saturnin, Héra (...)

62b) en Languedoc, en petite quantité, mais très essaimé aussi bien dans des habitats que dans des sépultures, ce qui pourrait indiquer des contacts plus ouverts, plus diffus à partir d’une côte plus facile d’accès (ne pas oublier qu’une série continue de lagunes se succède pratiquement du Rhône jusqu’à l’Ibérie) et où les “dépôts de fondeur” (les dépôts “launaciens”, longtemps attribués à l’Âge du bronze, mais dont l’enfouissement semble couvrir plutôt le VIe s.)35 pourraient constituer un indice des métaux recherchés par les navigateurs méditerranéens.

  • 36 Cf. Bats 1992 et Dietler 1992 ; Bats 1999.

63Il n’est pas déraisonnable d’imaginer que, dans cette première période, l’absence d’habitats indigènes structurés ait multiplié les contacts directs entre marchands méditerranéens et interlocuteurs indigènes : rencontres occasionnelles et liens de philia et de xenia devenant permanents et contraignant les indigènes à une structuration de leurs sociétés (cf. le double système de la traite volante et des marchés fixes sur les côtes d’Afrique occidentale à l’époque précoloniale)36.

2.4.2. Pour le deuxième temps

64540/530 marque une remise en cause de l’organisation de l’emporía phocéenne et un double tournant pour l’organisation commerciale et pour les fonctions de Marseille.

651) L’emporía phocéenne est frappée dans ses trois composantes principales par trois évènements majeurs :

  • la prise de Phocée, vidée de la moitié de ses habitants, et la conquête perse de l’Ionie, dont l’impact est évident sur l’emporía grecque
  • la bataille d’Alalia opposant Étrusques et Carthaginois aux Phocéens d’Occident
  • la crise du royaume de Tartessos où la chute des importations grecques semble commencer dès les années 550.
  • 37 On rapprochera de la formule d’Aristote (Pol. III, 7,7 1280a39) σύμβολα περὶ τοῦ μή ἀδικεῖν, « des (...)
  • 38 Cristofani 1983, 64-66.
  • 39 Qu’Hérodote s’en soit fait un écho non critique montrerait qu’on ne pourrait pas plus qualifier se (...)
  • 40 Voire même, comme le propose Ampolo (1994, 231), de « faire payer aux navigateurs des droits de pa (...)
  • 41 Cf. Cristofani 1983 ; Colonna 1989, 372 et Bonamici 1996 ; Gras 2000, propose de voir dans le nom (...)

662) La bataille d’Alalia est à replacer dans le cadre de l’organisation emporique en mer Tyrrhénienne. Mais si ses conséquences sont claires – une redistribution des cartes – on peut donner à son origine une double signification selon l’interprétation que l’on donne au texte d’Hérodote sur les rapts et les pillages commis par les Phocéens d’Alalia. Pour Mele (1988), la bataille de la mer sarde marquerait un coup d’arrêt à la tradition du modèle aristocratique commerce/piraterie/hospitalité, encore pratiqué par les Phocéens, au moment de et après la fondation de Marseille (makrai nautiliai avec des pentécontères, c’est-à-dire des navires de guerre et non des navires marchands ; piraterie signalée par Trogue Pompée et Hérodote ; pratique de l’hospitalité avec les rois barbares de Tarquin l’Ancien à Nannos et à Arganthonios), à côté de leur participation à un commerce emporique structuré (de Gravisca à Emporion). L’alliance entre Étrusques et Carthaginois contre les Phocéens à Alalia serait destinée à imposer à ces derniers une nouvelle définition du commerce avec la distinction/subordination de ce dernier par rapport au politique : comme le dit clairement Aristote, Étrusques et Carthaginois ont établi entre eux des conventions (sunthékai) et des accords (symbola) destinés à assurer leurs échanges mutuels dans le respect du droit et des traités écrits (graphai) d’alliance contre les ennemis communs (cf. comme modèle de ces conventions, les sunthékai de 509 entre Rome et Carthage)37. Le commerce emporique passe maintenant partout par la mise en place d’espaces bien déterminés dans leur extension géographique et politique avec des règles d’accès précises. Mais précisément la bataille d’Alalia traduit peut-être simplement les tensions pour la définition de ces espaces, car en ce qui concerne les relations commerciales toute notre reconstruction repose sur le fait que le système emporique fonctionnait entre les Phocéens de Marseille et les cités étrusques. La fondation d’Alalia avait pu déjà apparaître, plus que comme une concurrence à l’emporion de Gravisca, comme une infiltration à l’intérieur des domaines étrusque et carthaginois ; le renforcement de cette base (mais aussi de Marseille) par l’arrivée des réfugiés phocéens ne pouvait qu’accentuer cette crainte d’une mainmise en mer Tyrrhénienne. Étrusques (et particulièrement ceux de Caeré) et Carthaginois défendent ce qu’ils considèrent comme leur espace politique38 et l’accusation de piraterie des Phocéens d’Alalia peut n’être que simple propagande étrusco-carthaginoise destinée à justifier leur intervention armée39 ; sans doute les gens d’Alalia ont-ils alors simplement tenté d’imposer eux aussi leur zone réservée40. Après la bataille d’Alalia, les cartes sont redistribuées (avec même l’accord de Delphes) : la Corse et la côte tyrrhénienne nord incluant la Ligurie italienne reviennent aux Étrusques, la Sardaigne aux Carthaginois, les Phocéens d’Alalia, réimplantés à Vélia, sont réintégrés dans l’horizon achéo-chalcidien de Grande-Grèce, tandis que les Phocéens de Marseille voient leur espace reconnu délimité en Méditerranée nord-occidentale entre Ligurie et Ibérie. À la suite d’Alalia, non seulement les Étrusques défendent leur domaine vers le Sud (cf. en 524, la bataille de Cumes, au niveau de la limite centre-sud des Étrusques dans la mer Tyrrhénienne), mais étendent aussi leur zone d’intervention vers le Nord le long des côtes ligures jusqu’au domaine massaliète dont la limite serait signalée par la fondation d’Antipolis41.

  • 42 Cf. Py 1990 ; Bats 1992 ; 1994 ; Arcelin 1992.

673) Ainsi relégués dans leur zone de contrôle, les Phocéens de Marseille se transforment en Massaliètes à part entière : la polis Massalia s’affirme alors dans son domaine “gaulois” avec un territoire où se met en place un vignoble d’exportation, tout en continuant à utiliser les ouvertures autorisées dans les zones contrôlées par d’autres, d’où la continuité de leur présence aussi bien en Étrurie, dans le vieil emporion de Gravisca comme dans ceux nouvellement ouverts de Pyrgi ou Regisvilla, qu’en Espagne, où les Ibères commencent à intervenir aussi dans l’organisation commerciale (cf. les lettres sur plomb de Pech Maho et d’Ampurias). C’est donc en quelque sorte sous la contrainte de la redistribution des cartes en mer Tyrrhénienne (à laquelle on ajoutera les difficultés provoquées par la conquête perse de l’Ionie) que les Marseillais sont amenés à assumer pleinement leur destin gaulois. Il est évident que les contacts de la première période expliquent la rapidité avec laquelle se développe un nouveau marché dans un contexte social en rapide mutation qui connaît un ample mouvement de regroupement, sédentarisation et organisation communautaire42.

  • 43 Cf., par exemple, les représentations de navires (et de combats navals) dans les tombes ou sur les (...)

68L’hypothèse d’un commerce étrusque primordial en Gaule méridionale, comme seul à même de transporter ses propres productions, a été bâtie sur quelques tessons retrouvés sur deux sites mineurs du Languedoc oriental, mais est née avant tout d’une vision des échanges calquée sur l’image du commerce colonial entre deux cités grecques, qui plus est entre métropole et colonie. En effet, au VIIIe s., et sans doute encore au VIIe, les céramiques eubéennes de Pithécusses ou de Cumes sont vraisemblablement transportées par des Eubéens comme les céramiques corinthiennes de Syracuse le sont par des Corinthiens. Ici nous nous trouvons dans le cadre de contacts entre des cultures différentes. Avant le VIe s., en Occident au moins, ces contacts passent par une implantation coloniale ou par l’emporía aristocratique sous ses deux aspects hospitalité-piraterie. Mais l’Orient et les Phéniciens ont montré la possibilité de contacts médiatisés par les autorités locales. L’un des premiers exemples occidentaux est l’ouverture de l’emporion de Gravisca. C’est un lieu d’échanges privilégié où l’on trouve rassemblés à la fois les produits destinés aux consommateurs étrusques et ceux (issus ou non de l’environnement local) qui intéressent en retour les navigateurs autorisés à le fréquenter. Sans doute n’est-ce pas un hasard si Tarquinia paraît avoir devancé Vulci ou Caeré dans l’ouverture emporique. Comme Phocée, Tarquinia est privée d’un territoire important, à l’inverse des deux autres cités de l’Étrurie méridionale, siège de grands propriétaires terriens. Sans doute ceux-ci, et particulièrement, semble-t-il, ceux de Caeré, ont-ils pratiqué, comme leurs contemporains grecs, le commerce aristocratique43. Mais c’est Tarquinia qui se donne la première les instruments adaptés aux nouvelles formes de l’emporía et qui sert dans un premier temps à la fois de porte d’entrée et de débouché pour ses voisines. Ce n’est que dans la deuxième moitié du VIe s. que Caeré avec Agylla/Pyrgi et Vulci avec Regae/Regisvilla disposeront à leur tour de leur propre emporion. Marseille est une fondation coloniale au sens plein du terme (et sans doute est-ce aussi le cas d’Alalia) : il n’y a pas de contradiction avec le fait que les Phocéens soient d’abord des gens de l’emporía, que, dans ce cadre, ils aient été aussi les interlocuteurs voire les artisans de l’ouverture de l’emporion de Gravisca. Comment fonctionne l’emporía phocéenne ? Estelle un mouvement continu de l’Ionie à l’Espagne en passant par la mer Tyrrhénienne avec des arrêts programmés aussi bien en Étrurie qu’à Marseille ? Ou bien n’y-a-t-il pas un partage des taches, avec rupture de charge en Étrurie, où les Phocéens de Marseille prendraient, au moins en partie, le relais des trafics vers l’Ouest ? Le patron du bateau coulé au large de l’île du Giglio est-il un Grec d’Ionie ayant chargé sa cargaison au fil de ses escales et en train de poursuivre son itinéraire, – pourquoi pas –, vers Marseille, au moment de son naufrage ? Ou bien était-il, par exemple, un Phocéen de Marseille venu s’approvisionner dans l’emporion de Gravisca et surpris par la tempête sur son chemin de retour ? Car à côté de la Campanie, la Sicile, Carthage et la Sardaigne, les Phocéens de Marseille ont été certainement les premiers clients des productions étrusques, d’abord pour eux-mêmes en tant que consommateurs, et aussi, pour leurs contacts en Gaule et au-delà. Il n’y a donc pas de contradiction, non plus, entre une emporía tyrrhénienne développée parallèlement par les Phocéens de Marseille (et éventuellement leurs partenaires étrusques) autour des produits étrusques (surtout le vin et, en partie, la céramique) pour leur propre consommation et leurs contacts locaux et une emporía “internationale” transportant les produits grecs orientaux vers l’Étrurie, Marseille et l’Espagne. Peut-être y-a-t-il aussi des problèmes de valeur marchande et d’appréciation culturelle qui nous échappent. Que savons-nous par exemple du goût du vin étrusque par rapport au goût du vin de Grèce orientale ?

Notes

1 Louis, Taffanel 1958, 69.

2 Nickels et al. 1989, 287-289.

3 Cf. par exemple en dernier lieu à l’Incoronata de Metaponte : Pizzo 1995, 66-67, 70-71 ; Stea 1997, 55, 57-58 avec la bibliographie antérieure.

4 Les Étrusques et la Gaule méditerranéenne, dans Mailhac et le Premier Âge du fer en Europe occidentale. Hommages à O. et J. Taffanel. Actes du coll. intern. de Carcassonne (1997), Lattes, 2000, 229-241. Cf. CVA Italia 55, Tarquinia III, pl. 25 pour les œnochoés et 52 pour les skyphoi. La proposition de M. Gras sous entend que ces objets marqueraient les débuts du commerce étrusque dès le milieu ou le troisième quart du VIIe s. et qu’il y aurait continuité avec les amphores et le bucchero des sites languedociens datés par M. Py du dernier quart du siècle. C’est précisément cette chronologie que nous entendons remettre en cause et montrer qu’il y a solution de continuité entre les trouvailles d’Agde (dont il reste en tout état de cause à assurer l’origine) et celles de Tonnerre I et La Liquière.

5 Py 1993, 84-88.

6 Cf. par exemple Villard 1960, 17-18.

7 Cf. Gras 1974 ; Rasmussen 1979.

8 Boitani 1985 ; Rizzo 1990 ; Albore Livadie 1978 ; 1985 ; Buchner, Ridgway 1993.

9 Le sondage du secteur Q 8/9 fait par B. Bouloumié (Bouloumié1982) est trop exigu (6 m2) pour fournir les informations attendues, mais confirme la présence simultanée de produits étrusques et grecs orientaux. Il suffirait peut-être de terminer la fouille commencée par Ch. Arcelin-Pradelle dans le secteur M/N 11.

10 Sourisseau 1997, II, 337-363.

11 Cf. Bouloumié 1979.

12 Szilagyi 1998. M. Py le signale déjà dans Py 1990, 534.

13 Cf. en dernier lieu, Boldrini 1994, 137-235 avec discussion et bibliographie antérieure.

14 A s’en tenir à sa chronologie, M. Py aurait dû logiquement conclure de la présence d’une coupe A1 et de coupes A2, respectivement datées par lui, d’après Vallet/Villard, 630-600 et 620-600, à un apport contemporain des productions étrusques du dernier quart du VIIe s.... qui de ce fait ne se seraient plus trouvées isolées ; pour repousser cette conclusion et dater « ces coupes des environs de 600 ou des premières décennies du VIe s. », il avance (Py 1984, 207) que ces dates Vallet/Villard sont « des dates approximatives de production en chronologie archéologique » et qu’il faut tenir « compte des délais de diffusion et de la durée d’usage » : est-ce à dire que ces phénomènes, valables pour les productions grecques, ne le sont pas pour les productions étrusques ?

15 Lepore 1970 ; 1988 ; Mele 1979 ; 1986 ; 1988 ; Torelli 1982. On verra tout ce que cette étude doit aux travaux d’Alfonso Mele : je souhaite qu’elle soit une incitation aux chercheurs français à les lire et les relire.

16 M. Gras a souligné à plusieurs reprises ce fractionnement de la diaspora phocéenne, en dernier lieu Gras 1995.

17 Villard 1960 ; 1992 ; Gantès 1992 ; Sourisseau 1997.

18 Afin d’éviter d’alourdir la bibliographie, je renvoie aux ouvrages les plus récents où l’on trouvera la bibliographie antérieure : Py 1985a ; 1990 ; Nickels 1990 ; Arcelin 1992 ; Bats 1992 ; Dedet 1995 (liste et carte de distribution des bassins étrusques pour la Gaule méridionale) ; Gailledrat 1997. Les données d’Agde et Bessan demandent une révision dans la mesure où elles incluent des amphores massaliètes pour la période antérieure à 540 alors qu’il est maintenant bien établi que cette production est postérieure à cette date. Pour l’œnochoé rhodienne de type A de Pertuis, habituellement datée du dernier quart du VIIe s., on comparera avec les deux exemplaires identiques des tombes 26 et 76 de Chiaramonte datées du premier quart du VIe s. (A. Bottini, M. Tagliente, Osservazioni sulle importazioni etrusche in area lucana, dans Magna Grecia, Etruschi, Fenici. Atti XXXIII Conv. St. Magna Grecia (Taranto, 1993). Taranto, 1994, 487-528).

19 Cf. n. 16.

20 Il est pour le moins ambigu d’écrire, comme le fait Py 1985b, 87, que « la diminution des proportions d’amphore étrusque est très progressive dans les niveaux de la fin du VIe et du Ve s. et qu’elle prolonge sans rupture [c’est moi qui souligne] le mouvement amorcé au cours des trois premiers quarts du VIe s. » avant d’ajouter : « ce qui chute rapidement entre 525 et 475, c’est l’importance relative de la part étrusque dans le commerce des amphores » ; d’une part les courbes d’évolution artificiellement lissées (comptages pondérés par tranches de 20 ans) présentées par l’auteur accentuent visuellement la progressivité et atténuent les possibles ruptures ; d’autre part, la chronologie archéologique établie par quart de siècle englobe les données de part et d’autre de ca. 540/530. Retenons que jusqu’à l’apparition des amphores massaliètes, les amphores étrusques représentent partout au moins 80 % des amphores et que dans la phase suivante (datée archéologiquement 525-500) elles passent à moins de 25 % : il y a bien rupture, puis diminution progressive. M. Py a par ailleurs soutenu (Py 1995), à la lumière des résultats des fouilles Prades à Lattes et de la distribution des amphores étrusques de type Py 4, la persistance d’un réseau étrusque en Languedoc oriental entre 525 et 475 : bien que les arguments soient convaincants, on attendra que les fouilles actuelles de Lattes aient atteint les niveaux de fondation pour valider cette hypothèse qui, à cette époque, cadrerait mal avec la nouvelle organisation emporique ou, en tout cas, y apporterait une nuance importante.

21 Torelli 1971 ; 1977 ; 1982 ; Slaska 1985 ; Boldrini 1994.

22 Colonna 1985.

23 Morselli, Tortorici 1985.

24 Cabrera 1988-1989 ; 1995 ; Rouillard 1991 ; Sanmartí 1995.

25 Rouillard 1991 ; Gailledrat 1997.

26 Un bon résumé des connaissances chez Villard 1960, 115-117. Les dernières fouilles, menées en 1994/1995, ont permis de mettre au jour des vestiges architecturaux (murs à bases de pierres et élévation de briques crues) et un mobilier avec “une présence abondante de céramiques d’importation (coupes ioniennes, céramique grise monochrome ou “gris phocéen”, céramique ionienne peinte, bucchero nero, amphores grecques...) ainsi qu’un matériel de production locale” (X. Aquilué, J. Pardo, Ampurias, une cité antique de la Méditerranée, Archeologia, n ° 315, sept. 1995, 19-31).

27 Sanmartí 1990.

28 À Marseille (Sourisseau 1997), seule une infime minorité d’amphores ibériques retrouvées dans le port présente un intérieur poissé. En outre, dans une communication présentée au colloque de Madrid (13-14 janvier 1997), J. Sanmartí a indiqué que, sur 13 échantillons d’amphores ibériques de Catalogne méridionale, l’analyse physico-chimique montrerait que 12 auraient contenu de la bière !

29 Il y a peu à ajouter à ce qu’écrivaient Vallet, Villard 1966, 186 n. 59 sur l’inexistence d’arguments archéologiques à propos de la persistance de l’habitat grec après 540/535 et la nécropole documentée à partir de la fin du VIe s. est celle d’une population étrusque (Cf. G. Colonna, SE, 41, 1973, 566-572).

30 Cf. les hypothèses démographiques développées par Gras 1985.

31 Martelli 1978 ; 1989.

32 Dans ce cadre, les navigateurs étrusques ont pu mettre en place des relations privilégiées avec certains points de contact, par exemple en Languedoc oriental (cf. supra, n. 21).

33 Bound 1991 ; Cristofani 1997.

34 Cf. par exemple le Mont Garou où les premières importations associent amphores étrusques, puniques et massaliètes (P. Arcelin, Ch. Arcelin-Pradelle, Y. Gasco et coll., Le village protohistorique du Mont-Garou (Sanary, Var). Les premières manifestations de l’impérialisme marseillais sur la côte provençale. DAM, 5, 1982, 53-137).

35 Cf. en dernier lieu D. Garcia (Le dépôt de bronzes launacien de Roque-Courbe (Saint-Saturnin, Hérault), DAM, 10, 1987, 9-29) qui date l’enfouissement de ce dépôt, l’un des plus importants connus avec 428 pièces, dans la deuxième moitié du VIe s.

36 Cf. Bats 1992 et Dietler 1992 ; Bats 1999.

37 On rapprochera de la formule d’Aristote (Pol. III, 7,7 1280a39) σύμβολα περὶ τοῦ μή ἀδικεῖν, « des conventions au sujet du respect du droit », de l’expression de Strabon (IV, 1, 5) notant que les Massaliotes eurent continuellement à lutter contre τοὺς ἀμφισβητοῦντας τῆς θαλάττης ἀδίκως », « ceux qui leur contestaient la mer au mépris du droit ».

38 Cristofani 1983, 64-66.

39 Qu’Hérodote s’en soit fait un écho non critique montrerait qu’on ne pourrait pas plus qualifier ses sources de pro-vélines que d’anti-massaliètes : elles seraient plutôt pro-étrusques !, mais qu’elles recoupent une remarque de Strabon (V, 2, 3) rappelant que les gens de Caeré « jouissaient d’une excellente réputation auprès des Grecs, non seulement de courage mais aussi de justice pour s’être abstenu de piraterie bien que la ville fut extrêmement puissante ». Le problème est de savoir de quand datent les accords Étrusques-Carthaginois : préexistaient-ils à la bataille d’Alalia et donc cette bataille fut-elle nécessaire pour obliger les Phocéens à en tenir compte et à s’insérer à leur tour dans ce système (c’est la logique développée par Mele 1988) ou bien cette bataille fut-elle l’occasion d’organiser politiquement et de formaliser par écrit les nouveaux rapports de force (c’est la vision développée par Cristofani 1983).

40 Voire même, comme le propose Ampolo (1994, 231), de « faire payer aux navigateurs des droits de passage et des taxes portuaires, en s’en prenant à ceux qui refusaient de payer, c’est-à-dire en somme ce que faisaient les pirates », en dehors, ajouterais-je, des traités ou conventions.

41 Cf. Cristofani 1983 ; Colonna 1989, 372 et Bonamici 1996 ; Gras 2000, propose de voir dans le nom même d’Antipolis la marque de la limite de leur propre domaine emporique « en face » du commerce emporique contrôlé par les Étrusques. Faut-il souligner à quelle distance de toute cette interprétation se trouve la conclusion de V. Krings à la fin d’un chapitre intitulé « Les leçons d’Alalia » (dans Carthage et les Grecs c. 580-480 av. J.-C., textes et histoire, Leiden-Boston-Köln, 1988) : « ce qui s’impose alors est une Méditerranée “en mouvement”, dans laquelle sont amenés à s’illustrer non des blocs bien constitués, mais des groupes d’individus qui agissent en fonction d’intérêts personnels et de circonstances ponctuelles, plutôt que par référence à un intérêt collectif et dans le cadre de grands desseins » ?

42 Cf. Py 1990 ; Bats 1992 ; 1994 ; Arcelin 1992.

43 Cf., par exemple, les représentations de navires (et de combats navals) dans les tombes ou sur les céramiques figurées étrusques de Caeré et Tarquinia au VIIe s. (Cristofani 1983, 24-32).

Table des illustrations

Légende Carte des sites de la période 600-540/530 ayant livré des productions étrusques et/ou grecques orientales.1. Marseille ; 2. Plan d’Aups (tumulus des Béguines) ; 3. Vauvenargues (tumulus de Lambruisse 1) ; 4. Vauvenargues (tumulus de Lambruisse 2) ; 5. Vauvenargues (tumulus de Claps) ; 6. Pourrières (tumulus de Pourrières) ; 7. Pourrières (tumulus « à la fosse ») ; 8. Saint-Paul-les-Durance (tombe de Cadarache) ; 9. Pertuis (tumulus de l’Agnel) ; 10. Serres (tumulus Bosquet 1) ; 11. Avançon (tumulus de Chavignières) ; 12. Martigues (Tamaris) ; 13. Saint-Mitre-les-Remparts (Saint-Blaise) ; 14. Arles ; 15. Beaucaire (La Redoute) ; 16. Roquemaure ; 17. Bagnols-sur-Cèze (Haut-Castel) ; 18. Collias (Grotte Suspendue) ; 19. Saint-Géniès-de-Malgoirès (tumulus du Serres des Fontaines 1) ; 20. Montmirat (La Jouffe) ; 21. Calvisson (La Liquière) ; 22. Étang de Mauguio Tonnerre 1, Forton, La Rallongue) ; 23. Lattes (dépôt de Soriech) ; 24. Fabrègues (dépôt de Launac) ; 25. Vic-la-Gardiole (La Roubine) ; 26. Saint-Bauzille-de-la-Sylve (dépôt du Puech Crochu) ; 27. Florensac (tombe du Rec de Bragues) ; 28. Bessan (La Monédière) ; 29. Pézenas (nécropole de Saint-Julien) ; 30. Servian (nécropole de La Cartoule) ; 31. Mourèze (tombe des Faïsses) ; 32. Taussac-la-Billières ; 33. Puysserguier (tombe ? de La Prade : cratère corinthien) ; 34. Mailhac (nécropole du Grand Bassin II ; 35. Esperaza (dépôt de Pailhères) ; 36. Ampurias.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540