Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre V. Étrusques et Phocéens en Occident

Les silences d’Hérodote ou Marseille, Alalia et les Phocéens en Occident jusqu’à la fondation de Vélia*

Texte intégral

  • * Les silences d’Hérodote ou Marseille, Alalia et les Phocéens en Occident jusqu’à la fondation de V (...)

1Derrière cette étude, se trouve d’abord l’invraisemblable silence d’Hérodote sur Marseille : la cité phocéenne avait-elle donc si peu d’importance qu’elle ne pouvait apparaître, pour le père de l’histoire, que comme point de repère géographique de ces mystérieux Sigynnes parcourant les contrées ligures pour vendre d’improbables denrées ? En contrepoint, fallait-il considérer comme un inutile bavardage ces multiples mentions souvent allusives, pleines de pièges, des auteurs parlant de la Marseille archaïque à l’occasion de la chute de Phocée et du départ des Phocéens vers l’Occident ? L’étude de J. Brunel (Brunel 1948), suivi par F. Villard (Villard 1960) et d’autres, semblait clore la question. Heureusement, par touches successives (Gras 1987a et b ; 1991 ; 1995), M. Gras recousait entre elles des traditions à première vue contradictoires pour les insérer dans les trafics méditerranéens. Sur fond de l’étude fondatrice d’E. Lepore (Lepore 1970), J.-P. Morel continuait à construire pierre à pierre un véritable monument phocéen (Morel 1975 ; 1982 ; 1988 ; 1992) tandis qu’A. Mele élargissait le débat au commerce grec archaïque (Mele 1979 ; 1988) et que F. Villard (Villard 1992) lançait un nouveau pavé dans la mare du statut colonial de Marseille. Pendant ce temps, l’archéologie marseillaise progressait à pas de géants et offrait enfin de nouveaux et solides éléments d’appréciation (Marseille 1992, passim). On découvrira au fil des pages l’aiguillon de bien d’autres chercheurs. J’ai essayé pour ma part de reprendre les quelques textes antiques rendus coupables de certaines de nos erreurs, pour tenter d’illustrer « la dignité que nous devons reconnaître à la tradition écrite face aux données archéologiques » (Morel 1988, 460). Les reconquêtes proposées pourront paraître futiles et les résultats contestables, mais il faut parfois rechercher la simple vraisemblance historique, « à moins d’abandonner tout espoir d’explication, ce qui n’arrive que trop souvent, hélas ! aux historiens de la Grèce archaïque » (Malkin 1992, 51). Le thème retenu sera donc celui des relations entre les Phocéens et leurs colonies occidentales, au premier rang desquelles Marseille, avec, en thème central, l’épisode dramatique de la fuite des citoyens de Phocée face à la conquête perse.

1. Marseille et l’emporía phocéenne en Occident

  • 1 Villard 1960 ; Marseille 1992.

2Aujourd’hui plus personne ne doute de la date de fondation de Marseille vers 600 av. J.-C., qui fait d’elle la plus ancienne colonie des Phocéens en Occident. L’archéologie1 est venue largement confirmer Timée et les chronographes tardifs qui plaçaient cette fondation entre les années 600 et 596 : Timée (ap. Ps-Scymnos, 211-214 : 120 ans avant Salamine) en 600/599, Solin (II, 52 : dans la 45e Olympiade) entre 600 et 596, Eusèbe en 598 et Saint-Jérôme en 599. En outre, Tite-Live et Justin la situaient sous le règne de Tarquin l’Ancien, soit, dans l’annalistique romaine, entre 616 et 578.

  • 2 La seule chose à modifier concerne l’occupation du site de Vélia avant la fondation de 540 : contr (...)
  • 3 Contrairement à ce qu’écrit Villard 1992, 169, Aristote ne parle pas des Phocéens qui, « en Ionie, (...)

3Pour le contexte de la fondation, faut-il revenir encore une fois sur l’emporía pratiquée par les Phocéens ? Les études de E. Lepore (1970) et A. Mele (1979 ; 1988, 62) ont parfaitement défini ce qu’elle était et n’ayant rien à y ajouter2, je me contenterai de citer un peu longuement ce dernier : « Che il commercio praticato dai Focei sia ἐμπορία è esplicitamente rilevato dalle fonti : Aristotele da un lato, Plutarco dall’altro3, richiamando tradizioni relative alla fondazione di Massalia usano esattamente questa definizione. Già Herodoto, d’altro canto, riferendo dell’ostilità dei Chioti a un eventuale insediamento foceo nelle isole Oinoussai, lo motiva col timore che queste isole potessero essere trasformate in un emporion. Ancora Herodoto ricorda i Focei tra i fondatori dell’Hellenion e prostatai dell’emporion di Naukratis. Parallelamente la stessa tradizione focea mette in rilievo il carattere alternativo respetto all’agricoltura che i commerci focei hanno, sottolineando il rapporto di questi con la povertà e ristrettezza del territorio di Focea e delle sue colonie : coerentemente nel già citato Plutarco i Focei fondatori di Massalia appaiono come testimoni di una concezione del commercio di tipo esiodeo. Nello stesso senso parla la rivendicazione ai Focei della pratica delle μακραὶ υαυτιλίαι nella scoperta dell’Adriatico, della terra dei Tirreni, dell’Iberia e di Tartesso : navigazioni su lunghe distanze e a largo raggio, che si propongono come alternative alle pratiche agricole del tipo di quelle che già Esiodo conosceva come ἐμπορίη. Del resto nell’ambito di queste υαυτιλίαι si colloca l’arrivo a Tartesso, che già il samio Coleo aveva scoperto e utilizzato come ἐμπόριον. In conclusione le navigazioni, frequentazioni e fondazioni focee tra la fine del VII e il pieno VI secolo sono per la tradizione che è anche focea ricondotte sotto il segno dell’emporia e presentate con i caratteri che struturalmente, da Esiodo in poi, caratterizzano l’ἐμπορίη ».

4C’était aussi l’analyse développée par Vallet, Villard (1966), où apparaissait déjà cependant l’idée que parmi les établissements phocéens d’Occident, il fallait mettre de côté Marseille « qui est une fondation coloniale au plein sens du terme avec, dès l’origine, œcistes et transferts des cultes venus de la métropole ». Villard 1992 revient sur cette spécificité et énumère les caractéristiques qui font de Marseille « une apoikia classique », et dont certaines appellent un commentaire :

  • une expédition de reconnaissance » : mais cette expédition se situe précisément au cours de navigations plus amples, qui les ont amené in ultimam Oceani oram, d’après Justin, qui est le seul à détailler ainsi la fondation de Marseille, navigations, qu’il est légitime de mettre en relation avec les makrai nautiliai d’Hérodote dont le but n’était certainement pas de simple exploration géographique.
  • la consultation de l’oracle (celui d’Artémis d’Éphèse) avant le départ » et « le transfert rituel des cultes (par les soins de la prêtresse Aristarchè qui accompagne les Phocéens) » : s’agit-il d’un oracle ? Strabon dit qu’une voix (logon ekpesein et non logion restitué par Cazaubon) fut entendue au moment où les Phocéens quittaient leur patrie : on reviendra plus loin sur ce récit. Il n’y a pas de transfert rituel des cultes de la métropole : Aristarchè, qui ne deviendra prêtresse d’Artémis qu’après l’arrivée à Marseille, emporte une copie de la statue de culte de l’Artémis d’Éphèse.
  • l’accord avec le souverain du pays qui concède le site de la ville » : certes, mais Justin raconte aussi comment les indigènes ont fini par réagir lorsqu’ils ont eu l’impression que les Phocéens de Marseille passaient du statut d’inquilini à titre précaire à celui de propriétaires à part entière4, ce qui pourrait jeter un doute sur la nature de la fondation originelle.

5En tout état de cause, même en admettant – ce qui est le cas – que Marseille ait été fondée selon les règles d’une colonie (présence d’un ou deux œcistes, date précise de fondation), cela ne préjuge pas de sa fonction et de ses liens avec sa métropole et ne l’isole pas du reste de la Méditerranée.

  • 5 Pour Tamaris : Ch. Lagrand, dans CLPA 11, 1962, 258-260 ; 12, 1963, 249-251. Pour l’Arquet : Ch. L (...)
  • 6 Mainakè, selon Strabon, III, 4, 2, était (puisque en ruine à son époque) « d’après la tradition la (...)
  • 7 Pour l’Espagne : Rouillard 1991, sp. 217-316. Pour Gravisca : bibliographie, dans BTCGI, III, s.v.(...)

6F. Villard voit une preuve de cet isolement dans le fait que parallèlement aux quelques importations de céramiques de Grèce de l’Est, phocéennes, les habitants aient mis en place des ateliers de céramique locale. Il en vient ainsi à imaginer que les Phocéens de Marseille aient simplement vivoté à l’intérieur de leur établissement, utilisant comme lieux d’approvisionnement « les petits emporia préexistants proches de chez eux, comme ceux de Tamaris ou de l’Arquet ou l’emporion beaucoup plus important de Saint-Blaise » ou accueillant « directement chez eux des négociants venus d’Étrurie », tributaires ainsi du commerce étrusque sans y participer ? D’abord, il est impossible de définir comme emporia les petits habitats indigènes de Tamaris et de l’Arquet qui ont livré une poignée de tessons importés parmi une masse de mobilier indigène, ni même l’oppidum de Saint-Blaise où, vers 600, la proportion de céramique indigène non tournée atteint près de 90 % du mobilier5. Ensuite pourquoi refuser à Marseille le rôle de relais phocéen que l’on accorde aux autres implantations phocéennes d’Occident, contemporaines ou immédiatement postérieures à la fondation de Marseille (Mainakè, Emporion, Alalia, Agathé) ? Villard, pour dénier à Marseille ce rôle, avance l’absence de diffusion de produits méditerranéens au-delà de l’environnement immédiat de Marseille ; mais n’est-ce pas plutôt le signe d’un engagement limité de la colonie vers son arrière-pays ? N’en serait-il pas ainsi si Marseille n’était encore qu’une escale des Phocéens, s’insérant dans un réseau occidental plus vaste dont Hérodote nous fournit la clef : les makrai nautiliai des Phocéens concernent l’Adriatique, la Tyrrhénie, Tartessos et l’Ibérie. Si l’Adriatique n’a toujours pas fourni d’élément susceptible d’étayer une pénétration phocéenne reconnaissable, il en va différemment pour les deux autres secteurs. Je renvoie sur tout cela aux exposés de Lepore 1970 et Morel 1988. Si Hérodote ne parle pas de la Gaule, c’est précisément parce qu’elle n’est pas le but de ces navigations ! Marseille, puis Alalia (elle aussi colonie à part entière selon la définition de Villard) représentent les installations fixes en bordure des secteurs qui sont les véritables sources de profit : Marseille à mi chemin de l’Étrurie et de l’Ibérie, Alalia face à l’Étrurie et sur la route de l’Ibérie soit directe par les bouches de Bonifacio, soit indirecte via Marseille. Dans les zones d’acquisition elles-mêmes, les Phocéens exploitent un certain nombre d’établissements6 qui pourraient procéder d’un système d’emporion au sens de port of trade : Mainaké pour Tartessos, Emporion (et peut-être déjà Hèmeroskopeion) pour l’Ibérie avec une échelle intermédiaire possible à Agathé, Gravisca pour l’Étrurie7. Le faciès des importations à Marseille et en Gaule méridionale autour de 600 et dans la première moitié du VIe s. me semble confirmer cette vision des choses. J’ai déjà émis ailleurs des doutes sur l’antériorité d’un commerce étrusque organisé en Gaule méridionale dans le dernier quart du VIIe s. avant la fondation de Marseille (Bats 1992). Les quelques trouvailles sur lesquelles s’appuie cette définition ne me paraissent pas en effet suffisantes : les amphores étrusques et le bucchero du style de transition retrouvés sur les quelques sites concernés (La Liquière, Tonnerre, Saint-Blaise, L’Arquet et peut-être Tamaris) ne diffèrent pas de ceux que l’on trouve dans les premières couches de Marseille, où l’on sait maintenant qu’ils constituent dans la première moitié du VIe s. une proportion, majoritaire pour les amphores et importante pour la céramique fine, du mobilier recueilli. Je préfère donc voir dans ces trouvailles la trace des navigations phocéennes aussi bien qu’étrusques (plutôt que celle d’un « commerce » étrusque solitaire), car il est bien entendu que les Phocéens ne sont pas les seuls à naviguer dans le cadre des échanges qu’ils ont suscités en mer Tyrrhénienne. On comprendra alors que si je suis d’accord avec Morel 1988 sur le fait qu’il n’y a pas entre Phocée et Marseille un « commerce colonial », je m’écarte au moins sur un point du tableau qu’il brosse. Je ne crois pas que la mer Tyrrhénienne soit « secondaire structurellement par rapport au cœur du dispositif [phocéen] qui se trouve à Marseille », que « la volonté des Phocéens ait été de créer un réseau entre l’Asie Mineure et la Gaule via la Tyrrhénienne », car, dans cette première moitié du VIe s., la Gaule reste largement inexploitée par les navigateurs méditerranéens, qu’ils soient Étrusques, Puniques, ou Phocéens. Les trouvailles se résument à quelques centaines de fragments de céramique fine (bucchero, céramiques de Grèce de l’Est, attique et grise monochrome et à pâte claire de fabrication régionale) et d’amphores (puniques, gréco-orientales, corinthiennes et surtout étrusques), dans quelques habitats du bas Rhône, proches de Marseille, où ils représentent entre 2 et 10 % de tout le mobilier céramique. Il faut y ajouter une trentaine de vases en bronze étrusques le plus souvent dans des tombes de chefs, parfois sous tumulus. En somme, un faciès qui relève plus encore de l’échange d’objets que d’un véritable commerce et qui n’a rien à voir avec celui qui se mettra en place après 540.

  • 8 Sur tout cela Morel 1988, spécial. p. 440-445.

7La colonisation phocéenne n’est pas une colonisation de la faim issue d’une crise agraire ou d’une crise démographique, mais le résultat d’un esprit d’entreprise symbolisé par l’emporía. Les Phocéens gèrent par son intermédiaire « des trafics qui dépassent de loin la communauté phocéenne » et « dans ces trafics, la grande spécialité des Phocéens – plus importante que la diffusion des vases attiques – consistait à faire affluer vers le monde méditerranéen ou à transporter d’un bout à l’autre de la Méditerranée les métaux, les céréales et sans doute les esclaves »8.

2. Marseille et les fugitifs de Phocée

2.1. Le récit d’Hérodote (I, 161-167)

8Du récit, dramatique et détaillé, d’Hérodote, par ailleurs bien connu, nous ne retiendrons que les éléments importants pour notre objectif :

  • Le départ des Phocéens devait être un voyage sans retour comportant le transfert de la cité symbolisé par celui de ses objets sacrés et de ses cultes.
  • L’objectif originel n’était pas l’Occident, puisque les Phocéens tentent de s’installer aux îles Oinoussai qu’ils proposent d’acheter aux Chiotes.
  • Malgré les engagements et les imprécations contre ceux qui renonceraient, plus de la moitié des citoyens, au dernier moment, retournent à Phocée.
  • Devant l’impossibilité de s’installer aux îles Oinoussai, les Phocéens décident de gagner la Corse où ils possédaient une colonie « édifiée vingt ans auparavant sur l’avis d’un oracle » ; « ils y habitent en commun pendant cinq ans avec ceux qui étaient arrivés avant eux et y élèvent des sanctuaires ».
  • « Comme ils razziaient tous leurs voisins, Tyr rhéniens et Carthaginois s’entendent pour lancer contre eux leurs navires au nombre de soixante pour chacun. Les Phocéens armant eux aussi leur flotte, forte de soixante navires, les affrontent dans la mer appelée Sardonienne. Le résultat du combat naval fut pour les Phocéens une victoire cadméenne… Ils regagnèrent Alalia, prirent à bord leurs enfants, leurs femmes et tout ce que leurs navires pouvaient porter du reste de leurs biens et après avoir abandonné la Corse il firent voile vers Rhégion… De là, ils s’assurèrent la possession d’une ville du pays d’Œnotrie qui porte aujourd’hui le nom de Hyélè. Ils fondèrent cette ville après avoir appris d’un homme de Poseidonia que le Kyrnos, que la Pythie leur avait dit de coloniser, était un héros et non l’île ».

9Un faux problème à propos de la colonie d’Alalia : inutile de corriger ἀνεστήσαντο ι des manuscrits par ἐνεκτήσαντο ou de vouloir lui donner le sens de « relever », qui sous-entendrait qu’une ville existait déjà à l’emplacement d’Alalia au moment de sa fondation v. 565 ; le terme est usité ailleurs par Hérodote dans le sens d’“élever, édifier”.

10Un vrai problème à propos de Vélia : faut-il penser qu’il y eut deux temps dans la naissance de Vélia : dans un premier temps des Phocéens se rendirent maîtres d’une cité déjà existante (ἐκτήσαντο πόλιν...ταύτην ἥτις νῦν Ὑέλη καλέεται), et dans un deuxième temps, ils procèdent à l’acte de fondation (ἔκτισαν) quand le sens de l’oracle leur est révélé par un Poseidoniate. Ou bien e ἔκτισαν (cf. Ἐλνέαν κτίσαι chez Antiochos) se contente-t-il de reprendre sous une forme technique l’acte qui était exprimé auparavant sous une forme matérielle ? Pour le moment l’archéologie répondrait plutôt dans ce sens, puisqu’en définitive rien dans le mobilier recueilli ne permet d’envisager une occupation antérieure à ca. 540.

  • 9 Cf. la discussion, dans E. Greco, Sul cosiddetto ‘errore’ di Alalia, PdP, 162, 1975, 209-211.

11Reste le problème de l’oracle. Celui-ci disait donc aux Phocéens : κτίσαι Κύρνον et le Poseidoniate en révèle l’ambiguïté par le jeu de mots sur Kyrnos, île et héros. Mais ne faut-il pas se poser la question de la chronologie de cet oracle : avait-il été donné aux fondateurs de 565 comme cela semble découler de l’information d’Hérodote I, 165 (ἐκ θεοπροπίου) ou à ceux de 545 ? Car, après tout, après l’échec d’installation aux Oinoussai, un oracle aurait pu enjoindre aux Phocéens de « coloniser la Corse » (sans que cela implique une nouvelle fondation, puisqu’Alalia existait déjà) ou « d’instituer le culte du héros Kyrnos » : le silence d’Hérodote à ce sujet est-il à nouveau suffisant pour éliminer cette possibilité ? Quoi qu’il en soit, et sans entrer dans le débat sur le culte de Kyrnos à Vélia ou le fait que l’interprète ait été un Poseidoniate9, je retiens que l’intérêt principal des réfugiés d’Alalia dans cette réinterprétation de l’oracle est de retrouver une légitimité à représenter la nouvelle métropole phocéenne, puisque, malgré l’échec de leur installation à Alalia, ils demeurent les descendants des réfugiés arrivés de Phocée avec leurs hiera.

2.2. Les fugitifs de Phocée réfugiés à Marseille

12Il est un autre silence d’Hérodote encore plus accablant : les Phocéens fugitifs n’auraient cherché refuge qu’à Alalia et ignoré complètement Marseille. Et pourtant les auteurs anciens sont nombreux à témoigner de leur arrivée dans la colonie gauloise, plus nombreux même que la tradition moderne, par suite de corrections ou de traduction fautives, ne l’a jusqu’ici accordé. Ces témoignages paraissant lier l’arrivée à Marseille à la fondation de la cité, J. Ducat 1974 avait attiré l’attention sur la « tradition fictive » d’une date basse de la fondation de Marseille, avançant que la thématique constitutive de cette tradition était « en réalité une thématique causale ». Cela est vrai pour certains des auteurs invoqués, mais il avait tort d’affirmer aussitôt après : « supposer que la prise de Phocée avait provoqué un nouvel afflux de colons à Marseille, tout en étant parfaitement vraisemblable en soi, apparaissait comme une tentative arbitraire et inadéquate » ; car cet afflux a réellement eu lieu. La confiance absolue accordée au récit d’Hérodote a eu l’effet pervers de faire oublier, ou plutôt de trahir les informations fournies par les autres historiens antiques. M. Gras (1995) a récemment, à propos de l’épisode strabonien d’Aristarchè, réhabilité l’émigration phocéenne à Marseille : on peut, me semble-t-il, argumenter encore plus fortement son analyse.

13Il y a d’abord un premier groupe d’auteurs classiques dont l’information est clairement exprimée. Le plus ancien à signaler l’émigration à Marseille est Antiochos de Syracuse, auteur de la deuxième moitié du Ve s. av. J.-C. Le fait nous est connu par Strabon (VI, 1, 1) qui le résume en une phrase : « Antiochos dit qu’une fois Phocée prise par Harpage, général de Cyrus, ceux qui le purent, ayant embarqué sur leurs navires avec leur famille, firent voile d’abord vers la Corse et Marseille sous la conduite de Créontiadès, puis, ayant été repoussés, fondèrent Élée ».

  • 10 Cétait l’hypothèse de Meltzer (Geschichte der Karthager, I, Berlin, 1876, 486-488). Strabon est so (...)

14Il est légitime de comprendre que, selon Antiochos, parmi les réfugiés de Phocée, les uns se sont rendus en Corse et les autres à Marseille. Pour éviter de contrarier Hérodote, on a très tôt (Cazaubon) proposé de corriger Μασσαλίαν en Ἀλαλίαν, malgré un effet redondant évident. Contre cette correction arbitraire que rien n’impose, on pourrait en outre retenir que Strabon, parlant de la fondation de Vélia, a préféré s’appuyer sur Antiochos plutôt que sur Hérodote, le considérant peut-être mieux informé. On a par ailleurs contesté, à juste titre, que si l’on gardait la mention de Marseille, les Phocéens aient été repoussés à la fois de Corse et de Marseille avant de se retrouver pour fonder Vélia. Mais on peut estimer que Strabon suit assez librement sa source et que, par maladresse d’abréviateur10, il applique aux deux groupes de réfugiés la mésaventure rapportée par Hérodote pour ceux d’Alalia. Dans la phrase de Strabon, πρῶτον ... δὲ ; établit un balancement entre εἰς Κύρνον καὶ ; Μασσαλίαν πλεῦσοαι et Ἐλέαν κτίσοαι : il faut donc comprendre que les Phocéens fugitifs ont rejoint les uns la Corse, les autres Marseille avant d’être repoussés (par la coalition étrusco-carthaginoise) et que (d’après Hérodote) les réfugiés d’Alalia aillent fonder Hyélè. Faut-il pousser la maladresse de Strabon jusqu’à lui faire dire qu’après tout la séparation en deux groupes aurait pu se faire après l’échec d’Alalia ? La négligence serait peut-être un peu grosse.

15Au IVe s. nous avons les témoignages d’auteurs considérés comme de bons auteurs, Isocrate et Aristoxène de Tarente.

16Chez Isocrate (Archidamos, 84), Archidamos vient d’inviter ses compatriotes Lacédémoniens à ne pas se montrer moins vaillants que les Athéniens qui, plutôt que de se soumettre aux Perses n’ont pas hésité à évacuer leur ville et il ajoute : « il serait encore bien plus ridicule que, tandis que les Phocéens, fuyant la tyrannie du Grand Roi, quittèrent l’Asie et allèrent s’installer à Marseille (εἰς Μασσαλίαν ἀπῴκησαν), nous en arrivions, nous, à ce point de bassesse de nous soumettre aux ordres de gens dont nous avons toujours été les maîtres ».

17Le sens du verbe ἀποικέω est parfaitement clair (cf. Casevitz 1985, 114-115) : en dehors du thème de présent, où il signifie « habiter à distance », il désigne un émigration et son terme, sans idée de fondation ou de colonisation et signifie simplement « s’installer (à distance) en un lieu d’accueil ». C’est si évident que le lexicographe Harpocration citant ce passage d’Isocrate (Lexique des dix orateurs, s.v. Μασσαλία) fait remarquer : « que dès avant cette date Marseille avait été fondée (ὤκιστο) par les Phocéens, cela est manifeste notamment chez Aristote dans la Constitution de Marseille ».

18Aristoxène de Tarente, fr. 23 (Müller FHG, II, p. 279) rappelait que « Pythagore était contemporain de Xénophon, d’Anacréon, de Polycrate et de la ruine des Ioniens par Harpage le Mède lorsque des (ou les) Phocéens en fuite allèrent s’installer à Marseille (Φωκαεῖς φυγόντες Μασσαλίαν ᾤκησαν) ». Selon Casevitz (1985, 75-81), sur l’ensemble des emplois de oἰκέω aux Ve et IVe s. le verbe signifie « habiter, résider » et, au thème d’aoriste, n’indique jamais la fondation d’une cité : « οἰκησαι πóλιν, c’est s’installer en une cité déjà constituée ».

19Isocrate et Aristoxène montrent comment l’histoire des Phocéens quittant leur patrie pour échapper à la domination perse était bien connue en Grèce et Villard (1960, 80 n. 4) relevait qu’Isocrate la choisissait même, à côté de celle des Athéniens fuyant Xerxès, « comme symbole de la résistance qu’il convient d’opposer aux menaces d’assujettissement des Perses » : pourtant la référence à Hérodote lui faisait douter « que ces fugitifs aient cherché refuge à Marseille » (ibid., 79).

20Enfin, selon Agathias (Hist. I, 2), auteur du VIe s. de n.è., « les Phocéens ayant quitté jadis l’Asie à cause de la domination des Mèdes s’installèrent (κατῴκησαν) à Marseille sous le règne de Darius fils d’Hystape ». Selon Casevitz (1985, 161-163), « κατοικέω est volontiers employé pour des individus, des peuples ou des fractions de populations qui résident (ou, à l’aoriste, sont venus résider), s’installent, provisoirement ou définitivement « les Phocéens… fondèrent Marseille ». Reste le problème de la datation sous Darius pour lequel Brunel propose une explication judicieuse : Harpage, général de Cyrus, dont le nom était lié à l’abandon de Phocée aurait pu être confondu avec son homonyme qui fut au service de Darius.

21Il y a ensuite un certain nombre d’auteurs, de langue grecque ou latine, d’époque romaine, qui connaissent l’information mais la présentent de façon ambiguë ou erronée.

22Le cas de Solin, compilateur du IIIe s. de n. è., est singulier : il a, lui, été victime d’un raccourci mal interprété et accusé d’embrouiller les événements en écrivant, II, 52 : Phocaenses quondam fugati adventu Persarum Massiliam urbem olympiade quadragesima quinta condiderunt, « les Phocéens, qui un jour fuirent à l’arrivée des Perses, fondèrent la ville de Marseille lors de la 45e Olympiade (= en 600/599-597/596) ». Quelle valeur donner à fugati ? Il est vrai que les écrivains d’époque impériale ont souvent employé le participe en -tus pour marquer la circonstance qui accompagne l’action principale (Ernout, Thomas 1953, 277). Mais dans ce cas l’information transmise par Solin est une absurdité ! Peut-on penser que Solin qui connaît la date de fondation de Marseille, ignore la date, connue de tous, à laquelle les Perses firent la conquête de l’Ionie ? Il faut donc comprendre en fait que Solin signale le fait marquant de l’histoire de Phocée qu’il situe quondam et qui n’a rien à voir avec la précision de la date olympique pour la fondation de Marseille. En définitive, Solin ne nous apprend donc rien sur la destination des fugitifs de Phocée.

  • 11 Mais on sait qu’Ammien Marcellin utilise aussi Aulu-Gelle où il aurait pu trouver son information 

23Deux auteurs de langue latine peuvent être regroupés ensemble : Hygin (ap. Gell., X, 16, 4) poète du début du Ier s. de n. è., et Ammien Marcellin (XV, 9), historien du IVe s., que l’on a voulu faire découler d’une source commune qui serait Timagène, historien de langue grecque du Ier s. av. J.-C.11

24Hygin : « Ceux qui ont été chassés de la terre phocéenne par Harpale, préfet du roi Cyrus, ont fondé les uns Vélia, d’autres Marseille ».

25Ammien Marcellin : « Une population d’Asie originaire de Phocée cherchant à éviter la rigueur d’Harpale, préfet du roi Cyrus, gagna l’Italie par mer. Une partie fonda Vélia en Lucanie, une autre Marseille dans la Viennoise ».

  • 12 Peut-on proposer de corriger chez Ammien Marcellin “Italiam” par “Alaliam” ? On aurait alors un pa (...)

26Faut-il voir, chez ces auteurs, seulement le rapprochement, par ignorance du détail des choses, entre deux événements dont le lien de cause à effet paraît logique : les Phocéens chassés d’Asie viennent fonder Vélia et Marseille, dont les auteurs connaissent la commune origine phocéenne ? C’est une explication plus vraisemblable que celle qui y verrait une réminiscence des émigrations doubles (dont l’une aboutit effectivement à la fondation d’une ville) dans la mesure où, pour cette dernière, l’étape d’Alalia est ignorée12.

27Le même lien causal fuite-fondation paraît se retrouver chez Pausanias mais pourrait bien résulter d’une interprétation incorrecte de son texte. Visitant Delphes dans le troisième quart du IIe s. de n. è. Pausanias (X, 8, 6-7) signale à Marmaria quatre naoi, dont le temple d’Athéna Pronoia et ajoute : « Parmi les statues, celle qui se trouve dans le pronaos [du temple d’Athéna Pronoia] est une offrande de Massaliotes, d’une taille plus grande que celle de l’intérieur. Ces Massaliotes sont des colons originaires de Phocée en Ionie, précisément une portion de ceux qui jadis s’enfuirent de Phocée devant Harpage le Mède. Ayant surpassé les Carthaginois en navires – γενόμενοι δὲ ναυσὶν ἐπικρατέστεροι Καρχηδονίων – (= ayant acquis la suprématie navale sur les Carthaginois), ils arrivèrent à posséder la terre qui est la leur et atteignirent un haut degré de prospérité. L’offrande des Massaliotes est en bronze ».

28Il nous est facile de justifier la traduction de : γενόμενοι...Καρχηδονίων par le rapprochement qu’on peut en faire avec l’emploi de la même formule dans un contexte sans ambiguïté par Pausanias en II, 29, 5, d’ailleurs dans une formulation conceptuelle fort proche de celle développée ici : προελθοῦσι δὲ Ἀιγινήταις ἐς μέγα δυνάμεως, ὡς Ἀθηναίων γενέσθαι ναυσὶν ἐπικρατεστέρους καὶ ἐν τῷ Μηδικῷ πολέμῳ παρασχέσθαι πλοῖα μετά γε Ἀθηναίους πλεῖστα, οὐ παρέμεινεν ἐς ἅπαν ἡ εὐδαιμονία …, « Les Éginètes parvinrent à une grande puissance si bien qu’ils surpassèrent les Athéniens en navires et que, lors de la Guerre Médique, c’est eux qui fournirent le plus de navires, du moins après les Athéniens, mais leur prospérité ne fut pas permanente ». Le parallélisme est évident. La compréhension de Pausanias, X, 8, 6-7 a été jusqu’ici induite par un rapprochement abusif avec Pausanias, X, 18, 7 et avec Thucydide, I, 13, 6, lui aussi mal traduit. On reviendra plus loin sur les implications du passage à propos de la suprématie navale de Marseille sur Carthage.

29Le texte de Pausanias se présente donc comme la mention d’une offrande des Massaliotes, mention à l’intérieur de laquelle l’auteur développe une incise, comme il le fait souvent, pour expliquer brièvement au lecteur non averti qui étaient les Massaliotes dédicants. Et il en ressortirait, comme on l’a interprété jusqu’ici, que Pausanias reliait la fondation de Marseille à l’émigration d’une partie des Phocéens devant la conquête perse, puisqu’il semble établir un lien de cause à effet entre l’hégémonie acquise sur les Carthaginois et le succès de leur établissement à Marseille. Or la meilleure façon de rendre à cette incise une valeur qui la relie à l’offrande qui a retenu l’attention de Pausanias, c’est d’attribuer à l’article + particule δὲ une valeur démonstrative (normale, même sans balancement avec οἱ μέν), voire de corriger le οἱ δὲ, par οἱδε, adjectif-pronom démonstratif désignant les personnes les plus rapprochées, celles dont on vient de parler. Le sens serait alors : « Ces Massaliotesci (dont je parle), c’est-à-dire ceux qui ont fait l’offrande ». Pausanias aurait donc pu apprendre par la dédicace qu’il lisait que c’était les Phocéens fugitifs qui avaient fait l’offrande ; ce qui nous pousserait à envisager une occasion suffisamment proche de l’émigration ou en liaison avec elle, pour que les dédicants aient pu encore en faire mention. Dans ce cas, Pausanias n’envisagerait ici que l’émigration de 545, sans vouloir dire que ces Phocéens étaient aussi les fondateurs de Marseille, mais simplement les responsables principaux de l’expansion et de la prospérité de la cité. On rend ainsi à Pausanias le bénéfice d’une bonne information, ce qui ressort aussi du fait que, pour lui, les fugitifs se rendant à Marseille n’étaient qu’une partie des Phocéens (μοῖρα καὶ αὕτη) quittant leur patrie : il devait donc savoir qu’une autre partie avait gagné Alalia.

30La compilation d’Isidore de Séville (Orig., XV, 1) est plutôt amusante : Cum Cyrus maritimas urbes Graeciae occuparet et Phocenses (sic) ab eo expugnati omnibus angustiis premerentur, iurauerunt ut profugerent quam longissime ab imperio Persarum, ubi ne nomen quidem eorum audirent, atque in ultimos Galliae sinus navibus profecti armisque se adversus Gallicam feritatem tuentes, Massiliam condiderunt, « Au moment où Cyrus occupait les villes grecques du littoral [asiatique] et où les Phocéens vaincus étaient complètement acculés, ils firent le serment de fuir la domination des Perses aussi loin qu’il faudrait pour ne plus entendre même leur nom ; c’est pourquoi partis sur leurs navires jusqu’aux limites de la mer gauloise et se défendant par les armes contre la sauvagerie des Gaulois, ils fondèrent Marseille ».

31Ce texte, où Isidore affirme clairement le lien entre la fuite de Phocée et la fondation de Marseille se présente en réalité comme le collage d’au moins deux sources différentes. La dernière phrase est la copie presque mot à mot du résumé de Trogue Pompée par Justin (XLIII, 3, 4) : Temporibus Tarquinii regis ex Asia Phocaeensium iuventus... in ultimos Galliae sinus navibus profecta Massiliam... condidit, magnasque res, sive dum armis se adversus Gallicam feritatem tuentur sive dum altro lacessunt, a quibus fuerant antea lacessiti, gesserunt.

32Mais là où Justin pour situer la fondation de Marseille écrivait Temporibus Tarquini regis, Isidore colle le moment de la conquête perse. L’allusion au serment des Phocéens fugitifs n’est pas sans rappeler celui qu’évoque Hérodote, mais se rattache manifestement à une autre source puisqu’Isidore y associe la fondation de Marseille et non celle de Vélia. Ce texte est typique de la vision dramatique de la colonisation grecque qui ne pouvait s’expliquer que par une émigration sous la contrainte à la suite de « disette, catastrophe naturelle, guerre, stasis, surpopulation, ordre contraignant de l’oracle de Delphes » (Ducat 1974, 71).

33Le dernier texte qui évoque les fugitifs de Phocée, dans une vision à la fois tragique et obscure, se trouve chez Sénèque dans sa Consolation à Helvia (VII, 8), composée lors de son exil en Corse : « Ayant abandonné le pays de Phocée, des Grecs qui habitent aujourd’hui Marseille séjournèrent d’abord dans cette île (= la Corse) ; on ne sait s’ils la quittèrent à cause de l’insalubrité du climat, du voisinage de la toute puissance italienne ou de la nature inhospitalière du littoral. Ce ne fut pas manifestement à cause de la sauvagerie des indigènes, puisqu’ils allèrent alors se mêler aux farouches et grossières populations de la Gaule ».

34Quelle valeur historique accorder à ces informations alors que l’auteur lui-même avoue son ignorance ? Phocide (sic) relicta fait-elle allusion à la fondation d’Alalia ou aux fugitifs de Phocée ? Dans ce dernier cas, peut-on en tirer l’information que des (ou les) Phocéens fugitifs auraient pu gagner Marseille après leur séjour à Alalia et leur « défaite » par « la toute puissance italienne » (qui serait alors étrusque) lors de la bataille d’Alalia ? Et Sénèque associe-t-il alors la fuite des Phocéens à la fondation de Marseille ou en fait-il une simple émigration ?

35a) Les témoignages antiques sur la destination des fugitifs de Phocée en 545 peuvent donc se classer en trois groupes :

  1. Tous les fugitifs se sont rendus à Alalia avant de fonder Vélia (Hérodote).
  2. Les fugitifs se sont répartis en deux groupes, les uns se rendant à Alalia, les autres à Marseille (Antiochos, Pausanias), avec la variante exacte de la fondation de Vélia (Antiochos) et celle erronée de la double fondation (Hygin, Ammien Marcellin).
  3. Tous ( ?) les fugitifs se sont rendus à Marseille (Isocrate, Aristoxène de Tarente, Agathias) avec la variante erronée de la fondation de Marseille (Isidore de Séville, Sénèque).

36b) On ne sait pas si les fugitifs se sont tous rendus d’abord à Alalia, puis après la bataille se sont répartis en deux groupes, l’un allant fonder Vélia, l’autre se réfugiant à Marseille ; selon Antiochos, les deux groupes existaient avant la bataille d’Alalia même s’il leur attribue un seul guide.

37c) Il n’est pas innocent pour l’histoire de leur fonction et des relations colonie-métropole (particulièrement pour Marseille traditionnellement tenue à l’écart par la critique moderne) que les fugitifs de Phocée aient finalement rejoint les deux colonies d’Occident, après avoir, il est vrai, dans un premier temps tenté de fonder un nouvel emporion aux îles Oinoussai : cet événement viendrait en quelque sorte valider la vision d’un réseau phocéen occidental bicéphale où Alalia et Massalia occupent des positions équivalentes et parallèles, mais où Alalia joue cependant, selon le schéma hérodotéen, le rôle principal.

2.3. Aristarchè et la fondation du culte d’Artémis d’Éphèse

38Hérodote se faisait l’écho de sources manifestement vélines, faisant des colons de Vélia les seuls descendants légitimes des réfugiés de Phocée. Les Massaliètes ont peut-être cherché à s’appuyer sur l’Artémis d’Éphèse comme garante de leur propre légitimité en diffusant l’histoire édifiante de la prêtresse Aristarchè.

39L’épisode d’Aristarchè se trouve chez Strabon IV, 1, 4 : « Au point culminant [de Marseille] sont établis l’Ephésion et le sanctuaire d’Apollon Delphinios. Tandis que celui-ci est commun à tous les Ioniens, l’Ephésion lui, est un temple de l’Artémis révérée à Éphèse. On raconte en effet qu’au moment où les Phocéens quittaient leur patrie une parole fut entendue (ou un oracle leur fut rendu) (selon que l’on accepte ou non la correction de Cazaubon de λόγον en λόγιον) de prendre comme guide de leur navigation la personne indiquée par Artémis d’Éphèse. Eux donc, étant venus toucher à Éphèse, de se demander de quelle manière ils se procureraient auprès de la déesse ce qui leur avait été prescrit. Or voici qu’Aristarchè, une des femmes les plus considérées de la ville, vit en songe la déesse apparaître devant elle et lui ordonner de partir avec les Phocéens après avoir pris une certaine copie de statue parmi les objets sacrés. Cela ayant été fait et l’expédition parvenue à son terme, ils établirent le sanctuaire et honorèrent particulièrement Aristarchè en la désignant comme prêtresse et dans toutes leurs cités coloniales, partout, ils honorent surtout la déesse et conservent à sa statue la même configuration et tous les autres usages qui sont de règle dans la métropole ».

  • 13 Hellenica XIII, 1965, 120-125.

40Signalons pour l’instant un seul problème de traduction – il y en a d’autres que nous verrons plus loin –, celui d’ἀφιδρυμά τι τῶν ἱερῶν: : Lasserre (Budé) traduit par « modèle réduit du sanctuaire », M. Gras (1987a) par « reproduction du sanctuaire » (tout en le différenciant du παράδειγμα des architectes) parce qu’il le met en relation avec le τό ἱερòν ἰδρύσασθαι, qu’il considère à l’image de l’ἀφίδρυμα pris à Éphèse ; je préfère retenir le sens de « copie d’image consacrée, de statue », comme le propose L. Robert13 (et comme le retient aussi Malkin 1992), car, comme le note L. Robert, il y a un lien évident établi par Strabon entre cet ἀφ ίδρυμα et le ξοάνον d’Artémis conservé dans sa configuration primitive à Marseille et dans ses colonies.

41Dans un article récent, I. Malkin (1992) a proposé de rattacher cet épisode à la fuite des Phocéens après la prise de Phocée v. 545 plutôt qu’à la fondation de Marseille en 600 comme on le faisait jusqu’à présent, en s’appuyant sur le fait que les Marseillais auraient particulièrement choyé Artémis, et singulièrement Artémis d’Éphèse, pour ses vertus protectrices récemment mises en évidence lors de l’attaque de Crésus contre Éphèse. Lorsqu’à leur tour, les Phocéens se trouvent menacés par les Perses, « pourquoi ne pas s’attacher à la déesse d’Éphèse dont les vertus protectrices s’étaient révélées naguère d’un tel éclat, dans des circonstances en tous points semblables ? Pourquoi ne pas s’attacher à Artémis, l’hegemoniè qui avait guidé, croyait-on, leurs propres ancêtres ioniens quand ceux-ci se virent expulsés de leur patrie grecque et se mirent à en chercher une nouvelle, en Asie Mineure ? » La proposition est séduisante, mais le dossier pour le moins ambigu.

42Aristarchè est recrutée comme ἡγεμών τοῦ πλοῦ. Gras (1995) reprenant la proposition de Malkin estime que le récit permet précisément de faire « la différence entre la figure de l’oikistès et celle de l’hègémon : celui-ci est le chef de l’expédition, le responsable du voyage, celui-là distribue les lots lors de l’installation des colons », les deux rôles pouvant être confondus lorsqu’il y a fondation au terme de l’expédition ; en 545, seul l’hègémon était nécessaire puisqu’il s’agissait de rejoindre une colonie déjà installée. Mais les fugitifs de 545 avaient-ils besoin d’un hègémon pour rejoindre un endroit qu’ils fréquentaient depuis déjà plus d’un demi-siècle ? L’objection, certes de type « rationaliste » (mais Strabon parle d’un ἡγεμών τοῦ πλοῦ, et non d’un ἡγεμώνι tout court), n’est d’ailleurs pas plus valable si l’on replace Aristarchè lors de la fondation de 600 puisque Trogue Pompée nous dit qu’elle advint à la suite d’une navigation de reconnaissance.

  • 14 Cf. Malkin 1987, 71.

43La solution est à chercher dans la fonction religieuse de la mission d’Aristarchè14 : celle-ci aboutit en effet à l’implantation du culte d’Artémis d’Éphèse à Marseille et dans ses colonies. En affinant les positions de Malkin 1992 et Gras 1995, on peut proposer deux schémas dont l’aboutissement est d’ailleurs similaire. Malkin (1992), gêné par la mise en phase du témoignage d’Hérodote, rapportant que les Phocéens fugitifs avaient opéré le transfert des cultes en embarquant statues et offrandes de leurs dieux, de celui d’Antiochos leur donnant un seul chef, Créontiadès, et de celui de Strabon associant le transfert du culte d’Artémis d’Éphèse à Aristarchè, proposait que cette dernière ait d’abord fait escale à Alalia, avant de rejoindre Marseille après la bataille de v. 540 : ainsi se trouvait respectée une double légitimité religieuse, les fondateurs de Vélia assurant le transfert des cultes de la métropole, les réfugiés de Marseille s’assurant la protection d’Artémis d’Éphèse. Gras (1995) développe un autre schéma. Les deux groupes seraient en réalité distincts dès le départ de Phocée : l’un sous la conduite de Créontiadès se rendant à Alalia (avec les cultes de la métropole ?), l’autre, finalement guidé par Aristarchè (détaché du premier à la suite de la voix entendue au moment de quitter Phocée), se donnant « une légitimité religieuse » grâce à l’appui du clergé et de la déesse d’Éphèse. Selon Strabon, l’effigie de l’Artémis éphésienne de Marseille avait servi de modèle à celle de la Diane de l’Aventin à Rome. Or le sanctuaire de Diane sur l’Aventin passe traditionnellement pour une création de Servius Tullius (578-524). M. Gras (1987a) a insisté sur son rôle d’hieron asylon et imaginé qu’il avait pu accueillir une partie des émigrés phocéens : dans cet article, M. Gras rattachait l’épisode d’Aristarchè à la fondation de Marseille en 600, mais, si on le situe en 545, le passage des fugitifs de Phocée aurait pu être précisément l’occasion de sa création sous l’égide d’Aristarchè qui transportait une copie de la statue de l’Artémis d’Éphèse.

44Strabon peut-il nous aider à y voir plus clair ?

  • 15 Cf. G. Vallet, La cité et son territoire dans les colonies grecques d’Occident, dans La città e il (...)

45Le développement sur Aristarchè vient comme une explication de la faveur du culte d’Artémis au tout début des paragraphes consacrés à Marseille dont il s’est contenté de dire qu’elle était ktivsma Fwkaievwn, « une fondation des Phocéens », sans aucune autre précision sur les conditions et la date de fondation. Autant il serait précisément logique de voir dans l’histoire d’Aristarchè un épisode de la fondation, « au moment où les Phocéens quittent leur patrie », autant la formule est suffisamment vague pour pouvoir s’appliquer aussi à la fuite de 545. Cependant, I. Malkin (1987, 70) avait dans un premier temps opté pour le positionnement en 600 : « it seems probable that the original foundation is meant, which is indicated by the use of the genitive absolute τῆς ἀποικίας λαβούσης τέλος ». Le sens d’ἀποικία est en effet parfaitement clair chez Strabon et ne se distingue en rien de celui étudié pour la période classique par Casevitz (1985, 120-130). Sur les 49 occurrences relevées chez Strabon, on retrouve en effet les deux sens complémentaires définis par cet auteur : soit une expédition colonisatrice, soit le point d’aboutissement de cette expédition, la cité coloniale ; mais, « mouvement d’une population qui va s’établir, l’apoikia se dirige en un pays où une cité est fondée et organisée, ou bien (…) là où une colonie est déjà installée, qu’elle existe encore ou qu’elle soit à relever, à renouveler… ». Autant dire que le génitif absolu peut concerner aussi bien l’expédition de 600 que celle de 545 ; le seul doute pourrait venir de la question de savoir si l’on pouvait considérer la fuite de 545 comme une véritable apoikia et si la situation de l’Asie mineure et singulièrement d’Éphèse au moment de la migration pouvait s’accommoder d’un tel détour. Le problème est d’autant plus irritant que Strabon devait savoir distinguer les deux événements puisque c’est lui qui nous a transmis le passage d’Antiochos de Syracuse, et l’épisode d’Aristarchè lui tenait particulièrement à cœur puisqu’à l’origine de la diffusion du culte d’Arté mis d’Éphèse sur lequel il revient à plusieurs reprises dans les livres III et IV : malheureusement, comme nous ne connaissons rien des sanctuaires qu’il évoque, ceux-ci ne nous sont d’aucun secours pour l’aspect chronologique des choses. Quant à faire des Massaliotes des « missionnaires païens » (Malkin 1992), c’est un autre problème qu’il n’y a pas lieu de traiter ici. On rappellera seulement, dans le cadre des implantations coloniales, la fonction des sanctuaires comme lieux de contact et de protection tant pour le territoire des cités que pour les échanges15. En tout état de cause, si l’épisode d’Aristarchè trouve peut-être sa meilleure logique en 545, il n’est nullement nécessaire pour assurer l’arrivée de réfugiés phocéens à Marseille parfaitement attestée par ailleurs.

3. La victoire navale des Marseillais sur les Carthaginois et la bataille d’Alalia

46Le point de départ de cette discussion est l’article de M. Gras (1987b), avec lequel je suis globalement d’accord me contentant d’intervenir sur la compréhension des textes et sur les implications massaliotes de la fameuse bataille.

  • 16 Cf. déjà M. Clerc, Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité, I, Marseille 1927, 176-177 ; (...)

47Des sept textes que M. Gras a eu raison de retenir, deux continuent à poser des problèmes de traduction qui empoisonnent leur utilisation, ceux de Thucydide, I, 13, 6 et de Pausanias, X, 8, 6-7. J’ai déjà abordé le problème de la traduction de Pausanias et proposé une solution nouvelle, issue de Pausanias lui-même (rapprochement avec II, 29, 5) en traduisant : « ayant surpassé les Carthaginois en navires », au lieu de l’habituel « vainqueurs sur mer des Carthaginois » (Brunel 1948, repris par Villard 1960). En écrivant cela, Pausanias inclut vraisemblablement, comme preuve de cette hégémonie navale massaliote, la victoire dont les prémices sont représentés par l’offrande d’une statue d’Apollon signalée plus loin (X, 18, 7), mais on ne peut établir aucun lien direct entre la statue du pronaos du temple d’Athéna Pronoia et la mention de cette supériorité navale massaliote : s’il fallait faire un rapprochement ce serait plutôt entre la taille démesurée de la statue, plus grande que la statue de culte, et le haut degré de prospérité auquel étaient parvenus les Massaliotes. Et s’il fallait penser à un occasion de dédicace d’une statue d’Athéna, la meilleure occasion ne serait-elle pas lors de l’épisode de Catumandus, lorsque Marseille fut sauvée par l’intervention miraculeuse de la déesse ? Or nous savons par Justin (XLIII, 5), qui rapporte l’épisode, que les Massaliotes allèrent à Delphes et bien que l’abréviateur emploie la formule quo missi munera Apollini tulerant, il serait bien étonnant qu’ils n’aient pas tenu à remercier aussi Athéna16.

48En X, 18, 7, par contre, le texte de Pausanias est parfaitement clair : « la statue d’Apollon qui est la plus proche du lion [offert par les Phocidiens d’Élatée] est une offrande des Massaliotes, prémices de leur combat naval sur les Carthaginois ». La formule utilisée par Pausanias dans ce passage devait reprendre celle qu’il avait lue sur la dédicace de la statue, quelque chose comme : ΤΩ ΠΟΛΛΩΝΙ ΑΝΕΘΕΣΑΝ ΜΛΣΣΑΛΙΗΤΑΙ ΦΩΚΑΕΙΣ (ΚΑΤΑ) ΑΠΑΡΧΗΝ ΑΠΟ ΤΗΣ ΠΡΟΣ ΚΑΡΧΗΔΟΝΙΟΥΣ ΝΑΥΜΑΧΙΑΣ. En fonction de la traduction de X, 8, 6-7, on se contentera d’attribuer à l’article (τῆς ναυμαχίας) une valeur possessive (« leur combat naval ») au lieu d’imaginer (comme le font Brunel 1948, 16 et Villard 1960, 87) que la bataille en question est celle-là même que Pausanias a mentionnée auparavant. On notera, par ailleurs, que si Pausanias avait en tête en X, 18, 6-7 comme signe de la supériorité navale des Massaliètes la victoire illustrée par l’offrande de la statue d’Apollon, cette victoire devait se situer au moment de ou après l’arrivée des réfugiés de Phocée. On en avait la confirmation chez Thucydide, I, 13, 6, qui notait que les Massaliètes avaient vaincu sur mer les Carthaginois, « à l’époque de Cyrus et de son fils Cambyse ».

  • 17 Il est évident, comme le note J. de Wever (1968, 56) que Thucydide suit un ordre chronologique des (...)

49Sur cette date, les multiples commentateurs de Thucydide (sauf, à tort, J. de Wever 1968, 56-57)17 étaient d’accord, mais la difficulté de traduction de la phrase de Thucydide le rendait responsable lui-aussi d’une chronologie erronée pour la fondation de Marseille.

50La difficulté vient de la valeur à accorder au participe présent οἰκίζοντες et du sens du verbe οἰκίζω, accessoirement de la valeur de l’imparfait ἐνίκων. Le participe présent implique normalement une action qui se développe en même temps que celle du verbe de la proposition où il se trouve ; ainsi il est clair que ναυμαχοῦντες est concomitant à ἐνίκων : c’est une bataille navale qui donne la victoire aux Massaliètes. Pour ὀικίζοντες, Brunel (1948, 15), retenant le sens habituel d’ὀικίζω, « fonder une colonie », proposait donc comme traduction : « lors de la fondation de Marseille ». Ce qui était plus correct que la traduction de J. de Romilly dans la collection de référence française (CUF, 1953 et 19642) : « en allant fonder Marseille ». Brunel (1948) rejetait par avance cette traduction en remarquant à juste titre qu’on utiliserait alors plutôt le participe futur οἰκιοῦντες : c’est ce que fait précisément Thucydide en VI, 23, 2, que J. de Romilly traduit en effet : « …en allant fonder une colonie… ».

51Brunel (1948) (et Villard 1960, 79) avaient donc proposé que Pausanias et Thucydide suivaient la même tradition qui liaient la fondation de Marseille et le départ des Phocéens vers 545. Il restait malgré tout difficile de croire que Thucydide, si bien renseigné sur tout ce qui touchait la colonisation grecque en Occident, ait pu ignorer la date réelle de fondation de Marseille. Aussi, Gomme (A historical Commentary to Thucydides, I, 1945, 124), par exemple, invitait à corriger Μασσαλίαν en Ἀλαλίαν.

52J. de Wever (1968, 54-55), s’appuyant sur un vers d’Hérondas, proposait de donner à οἰκίζω un sens équivalent à οἰκέω ou au moyen οἰκίζεσθαι, et donc de traduire : « les Phocéens qui habitent Massalia… ». Enfin Casevitz (1985, 96-97), après avoir noté que, pour des raisons historiques on pouvait hésiter à traduire ici « fonder » ou « peupler », ajoutait que, « n’indiquant à l’origine qu’une migration, οἰκίζω pouvait ne pas exclure que la fondation de Marseille soit antérieure à ce voyage des Phocéens ». Il suggérait donc manifestement d’attribuer à οἰκίζω, le sens habituellement dévolu à ἀποικίζω, « émigrer », et de considérer les Phocéens en question non comme les fondateurs de Marseille mais comme les réfugiés de 545. La solution est habile et mériterait qu’on s’y arrête, si, en définitive, Thucydide lui-même ne nous donnait ailleurs la clef pour un sens qui rejoint celui proposé par J. de Wever. On trouve en effet en III, 93,2 une construction exactement parallèle à celle qui nous occupe, avec le verbe principal à l’imparfait encadré par deux participes présents dont le verbe οἰκίζω, sous la forme d’un génitif absolu : πᾶς γάρ τις Λακεδαιμονίων οἰκιζόντων θαρσαλέως ᾔει, βέβαιον νομίζων τὴν πóλιν, que l’on doit traduire : « En effet, des Lacédémoniens l’habitant [Héraclée Trachinienne] (=puisqu’elle était habitée par des Lacédémoniens), tout un chacun s’y rendait en confiance, estimant la ville sûre ».

  • 18 Lorsqu’il veut désigner une victoire précise, Thucydide utilise soit la formule ναυμαχοῦντες + ver (...)

53La traduction de Thucydide I, 13, 6 s’impose donc : « [J’ajoute que] les Phocéens qui habitaient Marseille étaient vainqueurs des Carthaginois en les combattant sur mer ». Il s’agit pour Thucydide, parlant de la puissance navale des Ioniens et en ayant donné d’abord deux exemples pris en Ionie même (d’une part les Ioniens καθ´ ἑαυτοὺς θαλάσσης, d’autre part Polycrate de Samos), de préciser que son troisième exemple concerne bien des Ioniens, en l’occurrence les Phocéens, mais qu’il s’agit de ceux qui sont installés à Marseille (et non à Alalia, par exemple !). L’emploi de l’imparfait, alors que dans les autres exemples de la suprématie des Ioniens Thucydide avait utilisé l’aoriste, ainsi que l’utilisation du participe ναυμαχοῦντες plutôt que du mot ναυμαχίαν18, invitent à donner à l’imparfait ἐνίκων, un sens itératif, qui le rapprocherait du saepe fuderunt de Justin (XLIII, 5). Mais si ces trois auteurs parlent de la même chose, Pausanias témoigne de l’existence d’un combat naval unique, ou, du moins, décisif.

54Nos sources littéraires, un fois correctement établies, peut-on relier la supériorité navale massaliète et leur victoire sur les Carthaginois à la bataille d’Alalia ?

  • 19 Cf. en dernier lieu Bats 1992.
  • 20 Faut-il relier à cette victoire la construction du Trésor de Marseille à Delphes ? C’est possible.

55M. Gras (1987a, 163-166) en a, je crois, fait une démonstration convaincante : la victoire cadméenne d’Hérodote s’appliquerait à la rencontre des Phocéens d’Alalia avec les Étrusques, tandis que les Phocéens de Marseille pouvaient remporter une victoire décisive sur les Carthaginois. Aux cohérences relevées par M. Gras, j’en ajouterai une autre, de pure méthodologie : nos reconstructions de l’histoire antique reposent avant tout sur le concept général de vraisemblance historique : pourquoi faudrait-il au-delà de toute vraisemblance faire l’hypothèse d’une victoire inconnue des Phocéens de Marseille sur les Carthaginois ? J’avais jusqu’ici19 accepté la non-participation des Massaliètes à la bataille d’Alalia. Je crois que c’était par trop négliger la force de l’apport des réfugiés de Phocée à Marseille et la fonction de Marseille comme antenne dans le réseau phocéen20.

56La signification politico-économique de cet événement a été si parfaitement définie par A. Mele (1988, 66) que je tiens à citer in extenso ce qu’il écrit à ce sujet : « Dunque queste μακραὶ ναυτιλίαι focee, nella misura in cui si collegano all’insieme degli avvenimenti tra la fondazione di Massalia e la battaglia del Mare Sardo ci pongono di fronte all’affermarsi delle ragioni e della pratica della emporia all’interno però di tradizioni e modelli arcaici di commercio-pirateria-ospitalità con implicita indistinzione tra momento politico-militare (le navi da guerra, le fondazioni coloniali) e momento commerciale emporico. È particolarmente significativo allora che a porre fine a ciò sia la συμμαχία di Cartaginesi e Tirreni, saldamente attestati con συνθῆκαι ed ἐμπόρια sulla distruzione-subordinazione dell’emporia al politico : la distinzione-subordinazione sottolineata da Aristotele tra συνθῆκαι emporiche e πόλις è esattamente quella che la coalizione cartaginese-tirrena impone ai Focei. Il significato epocale della battaglia del mare Sardo ne esce cosi ben chiaro, anche nelle sue conseguenze : il distaccarsi di Massalia dall’esperienza di Alalia ; il ricorso a Delfi e la riconferma cerite di quel νόος θεουδής essenziale al rapporto con il ξεῖνος greco ; la “retta” interpretazione dell’oracolo suggerita dal Poseidoniate ai Focei superstiti il loro collocarsi, grazie alla acquisizione di Elea, all’interno dell’orizzonte tirreno meridionale, di tradizione achea e calcidese ».

  • 21 Le mobilier céramique recueilli à Antibes lors de découvertes fortuites ou d’une fouille inédite m (...)
  • 22 Cf. J.-L. Reille, G. Abbas, Les inclusions minérales des amphores massaliètes et leur significatio (...)
  • 23 Cf. Amphores de Marseille 1990.
  • 24 Ce sont des pourcentages identiques que l’on rencontre à Arles née vers le début du dernier quart (...)
  • 25 Sur tout cela, cf. Bats 1992 avec la bibliographie.
  • 26 Vélia développe ses propres productions d'amphores et de céramique, cf en dernier lieu Velia, Stud (...)

57Les Phocéens d’Alalia n’avaient pas compris à temps ce changement. Marseille, elle, a très bien su tirer les conséquences de cette nouvelle donne en Méditerranée occidentale, qui pour elle prend un double aspect. D’une part, la chute de Phocée met fin au réseau phocéen, mais Marseille en récupère à son profit les différentes antennes. En mer Tyrrhénienne, Alalia est perdue, peut-être substituée dès ce moment par une colonie massaliète à Antipolis (la ville en face de la Corse ?)21, mais les navigateurs massaliètes restent présents dans les emporia étrusques de Gravisca ou de Pyrgi. En Espagne, il est possible que Mainakè n’ait pas survécu à Arganthonios, mais les Marseillais apparaissent très actifs à Emporion et pourraient avoir créé à Hèmeroskopeion une nouvelle base avancée vers les richesses métallifères du Sud, symbolisée par son sanctuaire-frontière d’Artémis éphésienne. Car leur présence est maintenant parfaitement signalée par les restes de leurs amphores. D’autre part, en effet, Marseille développe sa propre assise terrestre. C’est un mouvement assez général des cités grecques d’Occident, perceptible à travers toutes ces amphores dites ionio-massaliètes qui doivent marquer en réalité l’émergence et la diffusion des productions locales : le vin devient pour chacun un terme privilégié des échanges. Pour nous en tenir à Marseille, il est aujourd’hui parfaitement clair22 que ces amphores apparues dans le troisième quart du VIe s. sont de fabrication massaliète et qu’elles précèdent, puis accompagnent, à partir d’environ 525 et jusqu’au début du Ve s., les amphores à pâte micacée typiques de la production massaliète jusqu’au IIe s. av. J.-C.23. On a vu que, durant toute la première moitié du VIe s., les amphores retrouvées à Marseille et dans quelques sites de la basse vallée du Rhône étaient majoritairement d’origine étrusque. À partir de v. 540, ce rapport s’inverse au profit des amphores massaliètes, brutalement à Marseille même, plus graduellement ailleurs : par exemple à Saint-Blaise, vers 520 les amphores étrusques représentent 72 % des amphores, et encore 52 % vers 50024, dans la région nîmoise aux mêmes dates respectivement 40 et 25 %. Preuve que les relations continuent avec l’Étrurie et que les habitudes de consommation ont la vie dure. Mais parallèlement ce sont des dizaines de nouveaux habitats qui émergent sur toute la bordure méditerranéenne de Gaule du Sud et où les nouveaux consommateurs s’approvisionnent presque uniquement en produits massaliètes (amphores, céramique à pâte claire) ou d’importation (céramique attique)25. C’est le moment aussi où les produits remontent l’axe Rhône-Saône jusqu’en Bourgogne (cf. les trouvailles de Vix, datées vers 530/510). En revanche, rien n’atteste de relations privilégiées entre Marseille et Vélia : la koiné phocéo-massaliète est ailleurs et Vélia en reste pour le moment à l’écart26. Ce n’est qu’au IVe s. (ou peu avant) que le lion des monnaies massaliètes et vélines symbolisera la reprise de ces relations. À Marseille même, la deuxième moitié du VIe s. est marquée par une extension de la ville, avec la construction vraisemblable d’un rempart, dans les limites qui resteront à peu près inchangées jusqu’à la période romaine. En somme le succès de Marseille est la conséquence directe de la chute de Phocée et de l’échec tragique de sa sœur corse Alalia.

  • 27 Cf. Bats 1992 ; Bresson 1993, 208-213.

58On le voit, l’histoire de Marseille archaïque et de ses relations phocéennes n’est pas facile à démêler. Mais ce dont il faut se garder à tout prix c’est de projeter dans cette période l’image beaucoup plus éclatante et documentée de la Marseille de la fin de l’archaïsme et de la période classique et hellénistique. J’ai voulu montrer que les années 540 marquent un tournant décisif pour les Phocéens en général, mais particulièrement pour ceux d’Occident et pour Marseille, en quelque sorte libérée d’entraves collectives dont l’initiative lui échappe en partie et prompte à assumer cette liberté dans un environnement très ouvert, largement inexploité, mais difficile à pénétrer. Jusqu’en 540, Marseille vit au rythme de l’emporía de sa métropole. Ce premier demi-siècle est celui de la mise en place et de l’exploitation d’un réseau occidental dans une structure où cohabitent aspects archaïques, aristocratiques, individuels des échanges et caractéristiques nouvelles d’une organisation collective peu à peu élaborée. Héritière de ces deux tendances contradictoires, Marseille tire parti de son isolement pour imposer son contrôle sur un vaste espace maritime : après avoir été un rouage, important sans doute, d’un système qui la dépasse, Marseille devient à son tour le centre moteur d’un nouveau système27.

Fig. 1 – Les zones commerciales contrôlées en Méditerranée occidentale après 540 (DAO J. Cavero, LabEx TransferS, in Une Odyssée gauloise, Arles, 2013.

Notes

1 Villard 1960 ; Marseille 1992.

2 La seule chose à modifier concerne l’occupation du site de Vélia avant la fondation de 540 : contrairement à ce que l’on croyait à l’époque, aucun mobilier ne peut vraiment être mis en rapport avec la période précédent cette fondation. Cf. Morel 1988 et Velia 1994

3 Contrairement à ce qu’écrit Villard 1992, 169, Aristote ne parle pas des Phocéens qui, « en Ionie, possédaient un emporion », mais des Phocéens qui, « en Ionie, pratiquaient l’emporía » (οἱ ἐν Ἰονίᾳ ἐμπορίᾳ χρώμενοι) et chez Plutarque (Sol., 2, 6-7), si le terme de marchand n’est pas utilisé pour qualifier Protis, celui-ci est bien cité comme exemple de ceux qui pratiquait l’emporía à l’époque où celle-ci était honorée (ἐμπορία δόξαν εImageχεν; ἐμπορία χρήσασθαι), comme aussi Solon, Thalès, Hippocrate et Platon.

4 255.

Cf. déjà Morel 1983, 569 et Bats 1986, 26 et ce volume, 254-255.

5 Pour Tamaris : Ch. Lagrand, dans CLPA 11, 1962, 258-260 ; 12, 1963, 249-251. Pour l’Arquet : Ch. Lagrand, Un habitat côtier de l’Âge du fer à l’Arquet, à La Couronne (B.-du-Rh.), Gallia XVII, 1, 1959, 179-201. Pour Saint-Blaise : P. Arcelin, Le territoire de Marseille grecque dans son contexte indigène, dans Le territoire de Marseille grecque, Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence (1985), Aix-en-Provence 1986, n. 106.

6 Mainakè, selon Strabon, III, 4, 2, était (puisque en ruine à son époque) « d’après la tradition la dernière des villes phocéennes vers l’Occident » ; on retrouve la même information chez le Ps-Scymnos, 146-149, « la plus éloignée de toutes les villes grecques d’Europe », mais définie comme « polis massaliotikè », ce qui n’interdit pas qu’elle ait pu être fondée par les Phocéens avant d’être récupérée par les Massaliètes. C’est également le cas d’Emporion, Hèmeroskopeion et Agathè. Emporion est une fondation phocéenne selon Tite-Live (XXVI, 19, 11 : oriundi et ipsi [sc. comme les Marseillais] a Phocae asunt et XXXIV, 9, 1 : Graeci... a Phocaea unde et Massilienses oriundi, Silius Italicus (III, 369 : Phocaicae Emporiae) et Pline l’Ancien (III, 22 : Emporiae... Graecorum qui Phocaensium fuere suboles) ; selon le Ps-Scymnos, Emporion et Rhodè sont deux villes grecques, ἃς Μασσαλιῶται Φωκαεῖς ἀπῴκισαν, que l’on doit traduire, « que les Phocéens Massaliotes colonisèrent », sans entendre forcément une fondation (cf. Casevitz 1985, 132), d’autant plus que le poète précise ensuite que Rhodè avait été fondée (ektisan) par les Rhodiens. Selon Scylax, 2, les habitants d’Emporion sont des colons des Marssaliotes (Μασσαλιωτῶν ἄποικοι) ; pour Strabon, III, 4, 8, et pour Etienne de Byzance, s.v., Emporion est une fondation des Massaliotes (Μασσαλιωτῶν κτίσμα). Hèmeroskopeion est un πολίχνιον Μασσαλιωτῶν, selon Strabon, III, 4, 6 et colonie des Phocéens (Φωκαέων ἄποικος) selon Artémidore ap. Étienne de Byzance, s.v. Agathè est dite possession des Phocéens selon Scymnos ap. Étienne de Byzance, s.v., des Phocéens fondateurs de Marseille selon le Ps-Scymnos, 207-208, fondation massaliote par Strabon (IV, 1, 5 et IV, 1, 6 : κτίσμα Μασσαλιωτῶν) ; quondam Massiliensium par Pline l’Ancien (III, 33).

7 Pour l’Espagne : Rouillard 1991, sp. 217-316. Pour Gravisca : bibliographie, dans BTCGI, III, s.v. Pour la Gaule méridionale : Bats 1992.

8 Sur tout cela Morel 1988, spécial. p. 440-445.

9 Cf. la discussion, dans E. Greco, Sul cosiddetto ‘errore’ di Alalia, PdP, 162, 1975, 209-211.

10 Cétait l’hypothèse de Meltzer (Geschichte der Karthager, I, Berlin, 1876, 486-488). Strabon est souvent coupable de telles négligences lorsqu’il cite des auteurs : cf. par ex. à propos d’Hérodote les remarques de Legrand, éd. d’Hérodote (Budé), I, p. 113.

11 Mais on sait qu’Ammien Marcellin utilise aussi Aulu-Gelle où il aurait pu trouver son information !

12 Peut-on proposer de corriger chez Ammien Marcellin “Italiam” par “Alaliam” ? On aurait alors un parallèle avec le texte de Sénèque cité plus loin.

13 Hellenica XIII, 1965, 120-125.

14 Cf. Malkin 1987, 71.

15 Cf. G. Vallet, La cité et son territoire dans les colonies grecques d’Occident, dans La città e il suo territorio, Atti VII conv. Taranto (1967), Napoli 1968, 81-94 et G. Vallet, Urbanisation et organisation de la chora coloniale grecque en Grande Grèce et en Sicile, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Actes du colloque de Cortone (1981, Pise-Rome 1983 (Coll. EFR, 67), 944-945 ; M. Torelli, Per la definizione del commercio greco-orientale : il caso di Gravisca, dans I Focei dall‘Anatolia all’Oceano, PdP, CCIV-CCVII, 1982, 304-325.

16 Cf. déjà M. Clerc, Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité, I, Marseille 1927, 176-177 ; 185-186.

17 Il est évident, comme le note J. de Wever (1968, 56) que Thucydide suit un ordre chronologique descendant, mais il est évident aussi que cette chronologie n’est pas continue : les différentes périodes ne se suivent pas sans solution de continuité ; il y a un « trou » entre l’affirmation de la puissance des Corinthiens et celle des Ioniens, comme entre celle des Ioniens et celle des tyrans siciliens et des Corcyréens. Par ailleurs, à l’intérieur du développement sur les Ioniens Thucydide prend la peine de situer de façon plus précise ses deux premiers exemples comme il ne le fait pas pour le troisième, celui-ci doit être situé dans l’ensemble de la période définie auparavant, c.-à-d. sous Cyrus et Cambyse, et non, comme le voudrait De Wever (1968, 56-57), « au cours de la période qui s’écoule entre la fin de la tyrannie de Polycrate (522 av. n. è.) et un moment qui se situe vers la fin du règne de Darius (mort en 485-484) ». Le τε qui suit Φωκαῆς marque simplement la conclusion du développement sur la puissance des Ioniens sans aucune valeur de succession temporelle.

18 Lorsqu’il veut désigner une victoire précise, Thucydide utilise soit la formule ναυμαχοῦντες + verbe νικᾶν à l’aoriste (cf. I, 117, 1 et VII, 41, 1), soit le mot ναυμαχίαν + verbe νικᾶν à l’aoriste (VII, 66, 2), ou encore τὰς ναυμαχίας + verbe νικᾶν au parfait pour rappeler plusieurs victoires antérieures.

19 Cf. en dernier lieu Bats 1992.

20 Faut-il relier à cette victoire la construction du Trésor de Marseille à Delphes ? C’est possible.

21 Le mobilier céramique recueilli à Antibes lors de découvertes fortuites ou d’une fouille inédite menée avec Ch. Pradelle et P. Arcelin en 1983-84 témoigne d’un brusque apport d’importations (où dominent amphores massaliètes et céramique attique) à partir du dernier quart du VIe s.

22 Cf. J.-L. Reille, G. Abbas, Les inclusions minérales des amphores massaliètes et leur signification : le cas des formes archaïques et le problème de la localisation des sites de production, dans DocAMérid 15, 1992, 431-437.

23 Cf. Amphores de Marseille 1990.

24 Ce sont des pourcentages identiques que l’on rencontre à Arles née vers le début du dernier quart du VIe s. (Cf. J.-Chr. Sourisseau, Le Jardin d’Hiver à Arles, dans Amphores de Marseille 1990, 197), vraisemblable emporion nommé alors Thélinè, Graio incolente (Aviénus, Ora maritima, 690-691) alors que l’établissement contemporain d’Espeyran, où l’on a proposé de voir la Rhodanoussia du Ps.-Scymnos, présente dès sa fondation près de 90 % d’amphores massaliètes (Cf. G. Barruol, M. Py, Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard, RANarb XI, 1978, 19-100).

25 Sur tout cela, cf. Bats 1992 avec la bibliographie.

26 Vélia développe ses propres productions d'amphores et de céramique, cf en dernier lieu Velia, Studi e ricerche (a cura di G. Greco e F. Krinzinger), Modena, 1994.

27 Cf. Bats 1992 ; Bresson 1993, 208-213.

Notes de fin

* Les silences d’Hérodote ou Marseille, Alalia et les Phocéens en Occident jusqu’à la fondation de Vélia, dans Apoikia. Scritti in onore di G. Buchner. Annali di Archeol. e Storia Antica, NS 1, 1994, 133-148.
Pour les références bibliographiques, cf. synthèse (p. 346-349).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les zones commerciales contrôlées en Méditerranée occidentale après 540 (DAO J. Cavero, LabEx TransferS, in Une Odyssée gauloise, Arles, 2013.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 395k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540