Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre IV. Marseille et la Gaule

Massalia et les formes d’organisation inter-poleis et supra-poleis en extrême-Occident Massalia et les formes d’organisation inter-poleis et supra-poleis en extrême-Occident, dans Forme sovrapoleiche e interpoleiche di organizzazione nel mondo greco antico. Atti del Convegno internazionale di studi (Lecce, 17-20 settembre 2008). Lecce, 2008, 492-504.

Texte intégral

1La colonisation phocéenne en extrême-Occident a donné lieu à de nombreuses études centrées sur ses aspects économiques, mais bien peu, depuis l’article fondateur de Lepore (1970), Strutture della colonizzazione focea in Occidente, sur ses implications institutionnelles et politiques.

2Ainsi, on a imaginé une forme d’organisation inter-poleis en parlant d’un réseau phocéen d’Occident (Cf. par exemple Morel 1997), appuyé sur une vision globale de toutes les fondations coloniales qui leur étaient attribuées sans distinguer entre colonies et sous-colonies et en raisonnant comme si le mouvement colonial grec s’articulait en entités ethniques ou politiques sommaires, qu’elles soient eubéennes, achaïennes ou corinthiennes, sans tenir compte des rivalités sociales métropolitaines, souvent à l’origine de ces fondations, et des nouvelles rivalités nées au sein des colonies. Quelles relations entre Phocée et ses seules colonies directes, Massalia et Alalia ? Entre Massalia et Alalia ? Il y eut certes l’accueil des réfugiés phocéens à Marseille et Alalia : simple compassion maternelle ou signe de subordination ? Mais avant cet exode, aux dires d’Hérodote, les Phocéens avaient tenté de créer une nouvelle ville aux îles Oinoussai et, si l’on en croit toujours Hérodote, c’est à Alalia que fut installée la nouvelle Phocée avec le transfert des cultes civiques ; est-ce à dire qu’Alalia avait des liens plus étroits ou une dépendance plus forte que Massalia ? Pour la suite, que savons-nous des liens entre Velia et Marseille en dehors de la définition de Vélia comme ville des Massaliotes et des Phocéens par le Periodos du Pseudo-Scymnos (v. 250) et du fait que Massalia adopte, deux siècles après Velia, le lion passant comme symbole du revers de ses drachmes. En fait, au VIe s. le cosiddetto réseau phocéen n’est, sans doute, qu’un élément d’un système économique plus large en train d’évoluer de la prexis à l’emporíe. Si réseau phocéen il y a en extrême-Occident, avec des formes institutionnelles inter-poleis et supra-poleis, il est exclusivement massaliote. Or, la donnée de base est, au moins à partir de la prise de Phocée par les Perses, puis l’abandon d’Alalia, l’isolement de Massalia dans un extrême-Occident “barbare”. En partant des informations littéraires et archéologiques, on peut ordonner ces expériences en trois moments. (Fig. 1)

Idia pragmata et fondations d’emporia (VIe/Ve s. av. J.-C.)

3J’emprunte à Lepore la prise en compte chez Charon de Lampsaque d’une tradition phocéenne des idia pragmata des familles aristocratiques comme base dynamique de la colonisation phocéenne. Lepore avait insisté « sull’aspetto individuale e “semiprivato”, se così si può dire, dell’attività coloniale e dell’emporía focea ancora non chiaramente legate alla comunità cittadina che a lungo del resto conservò strutture oligarchiche ristrettissime e organizzazioni genetiche, senza evidenti opposizioni di un demos ». Il s’agit de la période où les Phocéens de Phocée et de Marseille pratiquent une forme d’échanges selon le modèle aristocratique commerce-piraterie-hospitalité (makrai nautiliai avec des pentécontères, c’est-à-dire des navires de guerre et non des navires marchands ; piraterie signalée par Trogue Pompée et Hérodote ;pratique de l’hospitalité avec les rois barbares de Tarquin l’Ancien à Nannos et à Arganthonios) et qui correspond, à Marseille, au premier état de sa constitution politique, très fermée, décrite par Aristote (Pol. V, 6, 2-3). Mais c’est aussi l’époque où ces liens personnels débouchent en Méditerranée occidentale sur la mise en œuvre d’un commerce emporique organisé et sur la création d’établissements de rencontres où les mêmes Phocéens jouent un rôle majeur, de Gravisca à Emporion.

Fig. 1 – Phocéens et Massaliotes en Méditerranée occidentale.

Fig. 2 – Emporion (Empúries) (d’après Itineraris d’Empúries, 1993).

4Précisément, l’établissement de l’Emporion ibérique est emblématique de l’activité des Phocéens de Massalia. Les auteurs antiques (Pseudo-Scylax, 2 ; Pseudo-Scymnos, 203-204 ; Strabon, III, 4, 8) sont unanimes (sauf Tite-Live, XXXIV, 9) pour leur en donner la paternité. Strabon en précise l’évolution, d’une Palaiopolis sur une île à une polis sur la terre ferme, toutes deux en partie explorées par les archéologues (Fig. 2). Sur l’îlot de San Martí d’Empúries (Aquilué 1999), le premier emporion s’installe dans un habitat indigène du premier Âge du fer, vers 580/560 av. J.-C., où la présence “phocéenne” apparaît à travers l’importation de céramiques grecques, notamment à pâte claire de production massaliote. L’installation sur le continent, au sud de la petite darse naturelle qui sépare les deux établissements, se fait, vers 540/520, par la construction d’une nouvelle ville, de petites dimensions, entourée d’un rempart dont le faciès (amphores et céramique : Sanmartí et al., 1990) semble toujours lié à Massalia et au contexte grec, mais aussi aux productions puniques et ibères du sud de la péninsule. Comment évolue cet établissement, dont les liens avec l’autorité indigène restera toujours forte, selon les informations transmises par Strabon ou Tite-Live, par rapport à sa “métropole” massaliote, il est difficile de le dire. En tout cas, ses habitants ont acquis l’ethnonyme d’Emporitai comme en témoignent deux plombs inscrits d’Emporion même (Sanmartí-Grego, Santiago 1988) et de Pech Maho (Lejeune, Pouilloux, Solier 1988) de la première moitié du Ve s. et, plus tard (mais la date est uniquement stylistique), les monnaies frappées en leur nom, d’abord abrégé EM, puis développé EΜΠOΡITΩN. Si la frappe de monnaie constitue pour une cité hellénique une marque traditionnelle de son existence juridique, elle ne nous dit rien des relations inter-poleis entre Emporion et Massalia. Or ces liens apparaissent particulièrement étroits lors de la deuxième guerre punique quand, en 217, Massalia sert de guide à la flotte romaine qui vient relâcher à Emporion avant la bataille navale de l’Èbre.

5Il faut vraisemblablement situer dans la même période que la fondation d’Emporion, au moment des contacts des Phocéens signalés par Hérodote avec le royaume de Tartessos, celle de Mainakè, dans la région de Malaga (Aviénus, Ora, 426-431), non encore identifiée archéologiquement, fondation massaliote selon le Pseudo-Scymnos (v. 146-147), mais phocéenne selon Strabon (III, 4, 2), ce qui signifierait que la fondation serait antérieure à 545. Quel sens attribuer à la remarque de Strabon que les ruines visibles de son temps (ou de celui de ses sources, Artémidore ou Poseidonios) sont ceux d’une “ville grecque” ?

6Un scénario proche de celui d’Emporion nous est fourni aussi pour Arles, sur le bas Rhône, nommée Thélinè, Graio incolente, selon Aviénus (Ora, 689-691). D’après les recherches archéologiques (Arcelin, 1995 et 2000), après un établissement limité au sein d’un habitat indigène dans le dernier quart du VIe s., on a mis au jour un quartier d’îlots d’habitations orthonormés, édifié au début du Ve s. (Fig. 3). La proximité géographique invite à y voir une intervention de Massalia, mais, en dehors d’un faciès (amphores et céramiques : Sourisseau 1997, 274-307) essentiellement massaliote, l’archéologie ne nous fournit aucune information sur le statut de la ville et ses liens avec Massalia.

Fig. 3 – Arles, Jardin d’Hiver. Plan simplifié des vestiges (d’après Arcelin 1995).

Fondations de colonies-forteresses et affirmation de la cité (IVe/IIIe s. av. J.-C.)

7La suite des entreprises coloniales massaliotes se développe dans un environnement qui est en train de changer rapidement avec l’expansion romaine d’abord en Italie, puis en Méditerranée occidentale en confrontation avec Carthage : Marseille, coupée du monde grec oriental, se situe décisément en Méditerranée occidentale et se retrouve impliquée dans le camp romain dont elle épouse les vicissitudes et les succès.

8C’est à ces fondations que fait vraisemblablement allusion Strabon (IV, 1, 5) : « Plus tard, les Massaliotes acquirent la force et le courage pour conquérir quelques-unes des plaines alentour, déployant la même puissance qu’ils avaient mise pour fonder aussi les villes, bastions avancés, les unes du côté de l’Ibérie face aux Ibères, auprès desquels ils introduisirent le culte de leur patrie à Artémis d’Éphèse, au point d’être célébré en grec, Rhoè Agathè face aux barbares qui habitent autour du Rhône, Tauroention, Olbia, Antipolis et Nikaia face au peuple des Salyens et aux Ligyens qui tiennent les Alpes ». À Rhoè Agathè ( ?), il faudrait sans doute ajouter Rhodanousia, citée à côté des précédentes par le Pseudo-Scymnos, v. 208-209, mais définie comme polis en Massalía par Stéphane de Byzance.

9Pour cette période, les fondations les mieux attestées sont en Gaule, mais le modèle a peut-être déjà été expérimenté en Ibérie avec les polichnia de la région du Cap de la Nao, attribués par Strabon (III, 4, 6) aux Massaliotes et parmi lesquels il cite nommément Hèméroscopéion (mais Phôkeôn apoikos, selon Stéphane de Byzance, d’après Artémidore ; non identifié par l’archéologie), bastions avancés face au domaine punique plutôt que face aux Ibères, près de la frontière de Mastia Tarseiôn, fixée par le traité romano-carthaginois de 348. Peut-être faut-il mettre en relation ces fondations avec l’apparition, au IVe s., dans l’arrière-pays, d’inscriptions en alphabet grec, dit grec-ibérique, qui dépend d’un alphabet ionien que J. de Hoz (1987) restitue au cours du Ve s.

10Rhodè (ou Rhodos, selon Strabon) – fondée par Marseille (selon le Pseudo-Scymnos, v. 204), mais polikhnion des Emporitains, selon Strabon III, 4, 8, et possession des Massaliotes selon le même en XIV, 2, 10, en position d’appui par rapport à Emporion, à laquelle elle fait face géographiquement – appartient sans doute aussi à la définition strabonienne de ces colonies (IV, 1, 9 : « maintenir libre la mer quitte à laisser aux indigènes la maîtrise du pays »), quand on voit comment, au début du IIe s., elle est justement tombée aux mains des Ibères de l’arrière-pays et doit être reprise par les Romains, avant de débarquer à Emporion, au moment de leur intervention en Espagne en 195 contre le soulèvement ibère. Mais quelle est la nature du contrôle massaliote à partir du moment où, dans la deuxième moitié du IIIe s., on voit la ville frapper monnaie (Fig. 4) au nom des Rhodètai, selon le style et l’étalon des monnaies massaliotes ? Comment ne pas songer, comme on le verra plus loin, aux frappes des poleis Massalias au sein de l’arkhé massaliote en Gaule aux IIe-Ier s. ?

11Côté gaulois, la chronologie des fondations massaliotes semble aller du début du IVe s. (Agathè) au milieu du IIIe s. (Nikaia). Mais, comme nous l’avons déjà écrit (Bats 2004), seules Agathè et Olbia sont archéologiquement visibles. La première est très sommairement connue par des éléments de son rempart et quelques vestiges de son habitat.

Fig. 4 – Rhode (Roses), drachme (Avers : tête féminine à gauche ; légende : ΡΟΔHΤΩΝ. Revers : rose vue de dessus ; poids moyen : 4,81 g) (300-270 av. J.-C.) (d’après M. Campo, dans Puig, Martín 2006).

12Les fouilles récentes que j’ai menées à Olbia fournissent en revanche une information originale. La fouille en extension d’un îlot d’habitation (îlot VI) de cette colonie à l’urbanisme géométrique nous informe sur la réalité d’un cléros-oikopédon dévolu à chaque famille de colons. L’îlot apparaît, en effet, au moment de la fondation, divisé en 3 modules égaux définissant pour chaque famille une maison de 126 m2 organisée selon un plan-type qui semble en partie modulable selon l’activité du colon, en particulier s’il est artisan (Fig. 5).

13Quel est le statut de ces établissements ? Chez Stéphane de Byzance, Tauroeis est qualifiée, d’après Artémidore, de Massaliètôn apoikos et Nikaia de Massaliôtôn apoikos (sans référence, mais la forme Massaliètôn/Massaliôtôn traduit une différence chronologique des sources). Il n’est sans doute pas raisonnable pour cette époque de donner au terme d’apoikos un sens trop précis. Cela peut cependant nous inciter à penser que les parallèles ne se trouvent pas dans les clérouquies athéniennes du Ve s. (qui sont des établissements temporaires de garnisaires), mais plutôt dans celles du IVe s. (mal connues) et surtout dans les coloniae maritimae civium romanorum des IVe et IIIe s., aussi bien du point de vue urbanistique qu’institutionnel (Bats 2004). Il s’agit de fondations civiques, pensées et réalisées dans le cadre de la cité, comme prolongements et bastions avancés (epiteikhismata) du territoire “politique” et liées entre elles autour du culte d’Artémis d’Éphèse, comme Strabon se plaît à le souligner. Les habitants sont des citoyens massaliotes, dans une position géo graphique particulière, mais aussi politique s’il convient de les inclure, aux côtés des poleis Massalias, dans les hypèkooi cités par Strabon (IV, 1, 5) après la prise de la ville par les troupes de César. L’idée de subordination contenue dans ce terme (Cf. infra sa discussion) se retrouve en IV, 1,9, lorsque Strabon précise que de son temps Nikaia « reste sous le contrôle des Massaliotes » (hypo tois Massaliôtais) tandis qu’Antipolis « a été séparée des Massaliotes et libérée de leurs ordres ». La cité-mère est représentée à Nikaia par l’envoi d’un magistrat, un episcopos, selon le terme d’une inscription du IIIe s. de n.è. (CIL, V, 7914 : duumvir Massiliae, episcopus Nicaeensium).

Fig. 5 – Olbia de Provence (Hyères). Plan de l’îlot VI vers 300 av. J.-C. (DAO D. Ollivier/M. Bats).

14À l’origine, le rôle de ces colonies est triple :

  • social (lotissement, comprenant oikopedon et kleros, pour des citoyens-soldats vraisemblablement pris dans les classes pauvres du demos de la métropole),
  • militaire (epiteikhismata, bastions avancés pour le contrôle d’une route et d’un domaine maritimes),
  • commercial (limité, comme le montre bien leur faible impact sur l’environnement indigène).

15Notons qu’à partir de la fin du IIIe s. av. J.-C., les différentes restructurations internes de l’îlot fouillé montrent l’effacement de la répartition égalitaire du lotissement original.

Le temps de l’impérialisme romain : l’arkhè de Marseille et les poleis Massalias

16Au moment de la conquête romaine de la Transalpine, Marseille possède un territoire constitué par son bassin géographique, prolongé jusqu’au delta du Rhône (Bats, 2001).

17Sur l’existence d’une arkhè massaliote au-delà de son territoire propre, on a invoqué Strabon (IV, 2, 3) : au moment de l’intervention romaine, « les Arvernes étendaient leur arkhè jusqu’à Narbonne et jusqu’aux frontières de la Massaliotide » (hè Massaliotis, hapax pour désigner l’arkhè de Marseille !). En outre, Stéphane de Byzance fait référence à cinq établissements qu’il qualifie de poleis Massalías, à distinguer d’autres dits en Massalia (Rhodanousia, avec un doublet Rhadanousia, et Troizen en Massalia tès Ialias) : Azania (d’après Philon de Byblos, Ier-IIe s.), Alonis (d’après Artémidore, dernier quart du IIe s. av. J.-C.), Auenion, Kabellion (d’après Artémidore), Kyrene. En dehors d’Auenion (Avignon) et de Kabellion (Cavaillon), situés chez les Cavares, on ne sait pas localiser les autres agglo mérations et ces deux dernières sont considérées comme purement gauloises.

18Quel est le statut de ces poleis Massalias ? Le sens de Massalía dans l’expression poleis Massalias a été l’objet de diverses interprétations (Brunel 1945 ; Rolland 1949 ; Barruol 1969 ; Privitera 2007). Je retiens pour ma part la solution la plus économique : Massalía est le nom de la cité et il faut vraisemblablement donner au génitif une valeur d’appartenance aussi bien géographique que politique à la cité de Marseille. En partant d’une information donnée par Cicéron (Pro Balbo, 50), Chr. Goudineau (1976) a fait une démonstration parfaitement claire dans ce sens : un habitant d’Avignon (Avenniensis) dans la première moitié du Ier s. av. J.-C. (vers 70) est qualifié de foederatus, c’est-à-dire, dans le contexte régional des cités fédérées connues (réduites à Massalia et aux Voconces, et où ne figurent pas les Cavares), qu’il appartient à la civitas foederata Massilia dont il est considéré par Cicéron et son auditoire romain comme membre à part entière. Mais Cicéron le qualifie d’Avignonais et non de Massaliote. Or, nous nous trouvons à ce moment-là projetés dans le cadre de la province romaine de Transalpine et Chr. Goudineau, cherchant « un lien assez fort pour que l’ensemble constitue un tout, jouissant, dans le cadre d’un foedus avec une puissance extérieure, des mêmes clauses et des mêmes droits », y voyait une relation dans le cadre d’un « état fédéral regroupant autour de Marseille un certain nombre de cités (Avignon, Cavaillon, Glanon, les Kainikétai) conservant leur individualité propre, leur corps de citoyens, frappant selon les normes massaliotes leur propre numéraire ». En fait, le lien est vraisemblablement fourni par Strabon (IV, 1, 5) qui qualifie ces composants de l’arkhè massaliote (comme ceux des epiteikhismata) d’hypèkooi (où Chr. Goudineau 1976, n. 36, voyait des “sujets” à proximité même de Marseille qu’il différenciait des cités fédérées). Or, ce terme est loin d’avoir un sens aussi clairement défini que le fait la traduction par “sujets” (Cf. Lemosse 1967, passim ; Bugno 1999, 10-17). L’idée de subordination (hypo) est, effectivement, confirmée dans les 33 occurrences du terme chez Strabon, dans un contexte aussi bien mythique qu’historique, grec ou non-grec, mais toujours sous le contrôle d’une puissance centrale dominante. Cela va des 25 villes (poleis) hypèkooi de Sybaris au VIe s. av. J.-C. (VI, 1, 13) ou des Latins (socii nominis Latini), hypèkooi des Romains après la guerre latine de 340-338 (VI, 4, 2), aux 24 kômai, hypèkooi du chef-lieu de Nîmes dans le cadre du droit latin attribué au peuple des Volques Arécomiques (IV, 1, 12), en passant par les rois, socii et amici populi romani, qui aux IIe et Ier s. av. J.-C., en Afrique et en Asie, conservèrent leur royaume par la bonne volonté de Rome (VI, 4, 2). Mais, comme le contextualise M. Lemosse (1967, 156), sous la domination romaine, « le contenu de ce terme combine deux notions, celle de soumission, mais aussi celle de liberté ; il sous-entend que les hommes ainsi désignés conservent leur personnalité et leur capacité juridique, mais que leur indépendance, sans disparaître complètement, est affectée par l’existence d’une hégémonie au profit d’une autre puissance ». De même, M. Bugno (1999, 22-23), à propos de l’empire de Sybaris, arrivait à la conclusion que les poleis hypèkooi se référaient « à des sujets qui font partie intégrante du corps civique de la cité dominante (politai) et obéissent aux lois de celle-ci, tout en étant considérés de rang inférieur ». Autrement dit, il faut imaginer un subtil équilibre entre subordination et liberté, mais suffisamment clair, en terme de subordination, pour que l’administration romaine les considère comme partie intégrante de la civitas massaliote, et, en terme d’autonomie, pour rendre compte du fait que ces poleis frappent monnaie à leur nom propre, marque traditionnelle pour une cité hellénique de son existence juridique. En outre, à cette époque, et toujours en fonction de l’exemple romain, la frappe n’est pas l’objet d’un droit régalien aussi nettement affiché à la souveraineté et elle peut être fonction de la puissance politique ou économique de la ville concernée ; elle se situe, malgré tout, dans le même espace que celui des frappes des hypèkooi de l’empire de Sybaris au VIe s. av. J.-C., qualifiées, par les historiens contemporains, de “monnaies d’empire”. Ainsi, Avignon émet à son nom (AOYE ou AYE) des monnaies (oboles, tétroboles, petits bronzes) qui s’insèrent stylistiquement et métrologiquement dans le système massaliote. De même Cavaillon émet des petits bronzes (les seuls connus par l’archéologie) à légende KABE, de métrologie et de style massaliote. Mais d’autres villes, non répertoriées par Stéphane de Byzance, semblent pouvoir se situer dans le même contexte, non seulement par la frappe de monnaies, mais aussi par leur développement architectural : Glanon, Nîmes, bien connus archéologiquement, ou les Kainikétai et les Samnagétai, non identifiés sur le terrain (Pour toutes ces monnaies, voir Py 2006, avec la bibliographie antérieure) (Fig. 6 et 7).

19Il nous reste à affronter deux problèmes :

201) Cette arkhè incluant des villes gauloises est-elle l’héritière d’une situation antérieure prise en compte et acceptée lors de la création de la province romaine de Transalpine ou résulte-t-elle d’une volonté romaine de récompenser un allié, tout en se déchargeant d’une administration qu’elle est incapable d’assumer seule ?

21Lors de la conquête romaine de la Transalpine, les territoires conquis ont été l’objet d’une redactio in provinciam avec installation de troupes et fondation de colonies, mais Marseille, cité alliée de Rome, y conservait son territoire et son autonomie. Nous connaissons, par ailleurs, les cadeaux faits à Marseille par les autorités romaines. Après l’intervention en 123 de Sextius Calvinus, les Marseillais bénéficient de la remise d’une bande côtière de 8 à 12 stades de Marseille à l’Italie, mais évacuée de ses habitants, puis en 102 de celle des Fossae Marianae par Marius, ce qui leur procure la perception de taxes, mais sans doute peu de poleis. Enfin, César (BC, I, 35) fait allusion à des concessions de territoires (concedere agros) chez les Arécomiques et les Helviens, faites « au nom de l’état » par Pompée (en 77 ?). Il n’est donc question ni d’Avignon, ni de Cavaillon. En revanche, P. Arcelin (2003) a bien défini les arguments archéologiques, particulièrement le développement urbanistique et architectural visible dès le milieu du IIe s., qui poussent à créditer Marseille d’un contrôle déjà en place sur Avignon et Cavaillon avant l’intervention romaine. Les mêmes arguments et la numismatique sont peut-être valables aussi, on l’a dit, pour d’autres villes, Glanum, Nîmes et d’autres, inconnus (les Kainikétai et les Samnagétai) ou mal situés comme ces Albici venus, selon César (BC, I, 34), au secours de la ville lors du siège de 49, qui in Massiliensium fide antiquitus erant, qui reprend la formule romaine de la soumission des peuples in fidem recepti. On peut s’interroger sur la nature des liens unissant ainsi Massalia à des établissements gaulois. Faut-il penser à des traités d’alliance en bonne et due forme ou à des relations de philia et xenia, nouées avec les “principes Gallorum”, hospites des “duces Massilienses”, signalées par Tite-Live (XXVII, 36,3) au moment du passage d’Hannibal ? Ces liens étaient, en tout cas, assez lisibles pour être authentifiés par l’administration romaine.

Fig. 6 – Monnaies “d’empire” de Massalia. 6a : Avignon, drachme (Avers : Tête masculine [Apollon ?] à gauche. Revers : Sanglier courant à gauche ; légende : AOYE), 18 exemplaires connus (Poids moyen : 2,30 g). 6b : Cavaillon, petit bronze (Avers : Tête masculine [Apollon ?] à gauche. Revers : Lion marchant à gauche ; légende : KABE). 6c : Glanon, drachme (Avers : Tête féminine à gauche. Revers : Taureau bondissant à gauche ; légende : γλανικων), deux exemplaires connus (1,85 et 2,18 g). 6d : *Kainika, drachme (Avers : Tête masculine à droite. Revers : Lion [ou loup] à droite ; légende : καινικητων), quatre exemplaires connus (2,01-2,07 g). Éch. env. x 2.

Fig. 7 – Situation des principales poleis Massalias nommées et possibles.

222) Cette arkhè constitue-t-elle un espace continu prenant en compte la totalité du territoire des tribus gauloises concernées ou seulement le chef-lieu urbain ? Le terme de polis repris par Stéphane de Byzance paraît en limiter la portée à un établissement urbain et, par ailleurs, on voit mal que la puissance romaine ait renoncé à l’exploitation d’un trop vaste ensemble conquis par les armes. Même si, dans un premier temps, on voit bien que c’est la partie occidentale de la Province, de Narbonne à Toulouse et à l’Espagne, qui ait accaparé toute l’attention et les forces du conquérant, s’appuyant par ailleurs sur Massalia pour la gouvernance de la partie orientale.

23Dès le départ, Massalia assume son destin en Méditerranée occidentale, d’abord relais de Phocée avec l’Espagne, qui constituera durablement un objectif majeur. La ville a très vite assumé l’importance de sa position stratégique entre l’Italie et l’Espagne qu’elle renforce à partir du IVe s. par le biais de ses epiteikhismata le long des côtes gauloises et des relations avec la Ligurie (Gênes, Cf. Milanese 1987) et, de plus en plus étroites, avec Rome. D’où la logique, d’une part de l’appui systématique aux revendications de Rome face à Carthage dont l’expansion dans le cadre hispanique la concerne directement et, d’autre part, du “retour sur investissement” au moment de la conquête de la Transalpine. En ce sens, l’étude des relations entre Rome et Marseille aurait fourni une expérience inter-poleis exemplaire en extrême-Occident. On y aurait même trouvé l’émergence tardive du souvenir d’une parenté depuis longtemps oubliée, avec la double intervention, au cours du IIe s. av. J.-C., de Marseille, amie de Rome, en faveur de sa sœur Lampsaque, puis de sa mère Phocée, menacées dans leur existence par l’alliée romaine occidentale.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Aquilué 1999 : X. Aquilué (dir.), Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament pre-colonial à l’Empúries actual. Girona, 1999 (Monografies emporitanes, 9).

Arcelin 1995 : P. Arcelin, Arles protohistorique, centre d’échanges économiques et culturels, dans P. Arcelin, M. Bats, D. Garcia, G. Marchand, M. Schwaller (éd.), Sur les pas des Grecs en Occident… Hommages à André Nickels. Lattes/Paris, 1995, 325-338 (ÉtMass, 4).

Arcelin 2000 : P. Arcelin, Arles protohistorique, agglomération et structuration urbaine, dans M. Baudat (éd.), Espaces et urbanisme à Arles, des origines à nos jours. Actes du Colloque d’Arles, novembre 1998. Arles, Groupe archéologique arlésien, 2000, 7-23.

Arcelin 2003 : P. Arcelin, Les poleis Massalias d’Étienne de Byzance et les mutations culturelles de la Protohistoire récente dans la basse vallée du Rhône, dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Montpellier, 2003, 131-145 (Suppl. à la RAN, 35).

Barruol 1969 : G. Barruol, Les peuples préromains du sud-est de la Gaule. Étude de géographie historique. Paris, de Boccard (nouv. éd. 1975) (Suppl. à la RAN, 1).

Bats 2001 : M. Bats, La chôra de Massalia, dans Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero. Atti XL Convegno intern. di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 2000). Napoli, 491-512.

Bats 2004 : M. Bats, Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire hellénistique, dans Des Ibères aux Vénètes. Phénomènes proto-urbains et urbains de l’Espagne à l’Italie du Nord (IVe-IIe s. av. J.-C.). Actes du colloque intern. de Rome (1999). Rome, 51-64 (Coll. EFR, 328).

Brunel 1945 : J. Brunel, Étienne de Byzance et le domaine marseillais, REA, XLVII, 1-2, 1945, 122-133.

Bugno 1999 : M. Bugno, Da Sibari a Thurii. La fine di un impero, Naples, Centre Jean Bérard (Études, III).

Goudineau 1976 : Chr. Goudineau, Sur un mot de Cicéron ou Avignon et le domaine de Marseille, dans L’Italie préromaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à J. Heurgon, I, Paris, École Française de Rome, 325-332 (Coll. EFR, 27).

De Hoz 1987 : J. De Hoz, La escritura greco-ibérica. Veleia, II-III, 1985-1986, 285-298.

Lejeune, Pouilloux, Solier 1988 : M. Lejeune, J. Pouilloux, Y Solier, Étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude), RAN, 21, 1988, 19-59.

Lemosse 1967 : M. Lemosse, Le régime des relations internationales dans le Haut-Empire romain, Paris, 1967.

Lepore 1970 : E. Lepore, Strutture della colonizzazione focea in Occidente, PdP, XXV, 1970, 19-54.

Milanese 1987 : M. Milanese, Scavi nell’oppidum preromano di Genova, Roma, 1987 (Studia Archaeologica 48).

Morel 1997 : J.-P. Morel, Problématiques de la colonisation grecque en Méditerranée occidentale : l’exemple des réseaux, dans Cl. Antonetti (ed.), Il dinamismo della colonizzazione greca, Napoli, 59-70.

Privitera 2007 : S. Privitera, Poleis Massalias : Da Artemidoro di Efeso a Eustazio di Tessalonica. MEFRA, 119/1, 2007, 41-49.

Puig, Martín 2006 : A. M. Puig, A. Martín (coord.) : La colònia grega de Rhode (Roses, Alt Empordà), Girona (Sèrie monogràfica, 23).

Py 2006 : M. Py, Les monnaies préaugustéennes de Lattes et la circulation monétaire protohistorique en Gaule méridionale, Lattes, ADAL (Lattara, 19).

Rolland 1949 : H. Rolland, À propos des fouilles de Saint-Blaise. La colonisation pré-phocéenne. Les étrusques. Le domaine de Marseille, REA, LI, 1-2, 1949, 83-99.

Sanmartí et al. 1990 : E. Sanmartí et al., Les amphores massaliètes d’Emporion du milieu du VIe au milieu du IVe s. av. J.-C., dans M. Bats (dir.), Les amphores de Marseille grecque, chronologie et diffusion. Actes de la table ronde de Lattes (11 mars 1989). Aix-en-Provence, 1990, 165-170 (EtMass, 2).

Sanmartí-Grego, Santiago 1988 : E. Sanmartí-Grego, R. A. Santiago, La lettre grecque d’Emporion et son contexte archéologique, RAN, 21, 1988, 3-17.

Sourisseau 1997 : J.-Chr. Sourisseau, Recherches sur les amphores de Provence et de la basse vallée du Rhône aux époques archaïque et classique (fin VIIe-début IVe s. av. J.-C.). I. Synthèse ; II. La documentation archéologique. Thèse de doctorat de l’Université de Provence. Aix-en-Provence, 1997.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Phocéens et Massaliotes en Méditerranée occidentale.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 2 – Emporion (Empúries) (d’après Itineraris d’Empúries, 1993).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 3 – Arles, Jardin d’Hiver. Plan simplifié des vestiges (d’après Arcelin 1995).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4 – Rhode (Roses), drachme (Avers : tête féminine à gauche ; légende : ΡΟΔHΤΩΝ. Revers : rose vue de dessus ; poids moyen : 4,81 g) (300-270 av. J.-C.) (d’après M. Campo, dans Puig, Martín 2006).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 5 – Olbia de Provence (Hyères). Plan de l’îlot VI vers 300 av. J.-C. (DAO D. Ollivier/M. Bats).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 6 – Monnaies “d’empire” de Massalia. 6a : Avignon, drachme (Avers : Tête masculine [Apollon ?] à gauche. Revers : Sanglier courant à gauche ; légende : AOYE), 18 exemplaires connus (Poids moyen : 2,30 g). 6b : Cavaillon, petit bronze (Avers : Tête masculine [Apollon ?] à gauche. Revers : Lion marchant à gauche ; légende : KABE). 6c : Glanon, drachme (Avers : Tête féminine à gauche. Revers : Taureau bondissant à gauche ; légende : γλανικων), deux exemplaires connus (1,85 et 2,18 g). 6d : *Kainika, drachme (Avers : Tête masculine à droite. Revers : Lion [ou loup] à droite ; légende : καινικητων), quatre exemplaires connus (2,01-2,07 g). Éch. env. x 2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5416/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 7 – Situation des principales poleis Massalias nommées et possibles.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5416/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540