Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre IV. Marseille et la Gaule

Définition et évolution du profil maritime de Marseille grecque (VIe - Ier s. av. J.-C.) Définition et évolution du profil maritime de Marseille grecque (VIe–Ier s. av. J.-C.), dans L’exploitation de la mer. La mer, moyen d’échange et de communication. VIes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire, Antibes, Octobre 1985, Éditions A.P.D.C.A., Juan-les-Pins, 1986, 31-53.

Texte intégral

1Marseille, cité maritime, voilà bien une évidence. Marseille grecque le fut dès l’origine, par contrainte et par vocation, comme sa métropole Phocée. Tout le monde connaît les textes de Trogue-Pompée (ap. Justin, XLIII, 3) et de Strabon (IV, 1, 5) qui, rapprochés, dressent un étonnant parallèle entre les deux cités, mère et fille :

2Justin : « Les Phocéens, contraints, par l’exiguïté et l’aridité de leur territoire, à s’adonner à des activités davantage sur mer que sur terre, appuyaient leur mode d’existence sur la pêche et le commerce et même sur la piraterie qui, à cette époque, était tenue pour glorieuse ».

  • 1 On ne manquera pas d’évoquer aussi le raccourci utilisé par Strabon (VI, 1, 1) pour décrire les ac (...)

3Strabon : « Les Massaliotes occupent un territoire planté d’oliviers et couvert de vignes, mais pauvre en céréales à cause de son aridité, si bien que, comptant plus sur la mer que sur la terre, ils préférèrent tirer parti de leurs dons pour les métiers de la navigation »1.

4Les questions auxquelles je voudrais tenter de répondre concernent la part que les activités maritimes des Phocéens de Marseille représentent aussi bien en fonction de leur puissance (ou du moins dans l’image qu’ils en donnent) que dans le partage des responsabilités au sein des relations méditerranéennes. Cette vision replacée dans la longue durée devrait permettre de mieux cerner les limites et les faiblesses d’une cité que l’on a trop souvent assimilée à des partenaires occidentaux, dont la taille et la puissance n’étaient pourtant pas comparables, qu’il s’agisse de Syracuse, de Carthage ou de Rome.

1. Les activités commerciales maritimes dans la naissance et l’établissement de la puissance massaliète (VIe-milieu du Ve s. av. J.-C.)

  • 2 Pour ne citer que les ouvrages ou articles les plus récents où l’on trouvera la bibliographie anté (...)

5Pour cette période, nous nous appuyons sur un certain nombre de faits et d’interprétations, maintenant largement connues et acceptées. Aussi me contenterai-je de ne retenir, avec, en toile de fond, un schéma simplifié, que les faits susceptibles d’éclairer notre propos, tout en renvoyant aux études spécialisées qui fondent cette réflexion2.

1.1. Le moment de la fondation de Marseille

6Ni le rôle pionnier des Phocéens, ni l’aspect commercial de la fondation de Massalia n’avaient échappé aux auteurs anciens. Si l’on en croit Hérodote (1, 163), « les Phocéens sont les premiers des Grecs qui aient accompli des navigations lointaines ; ce sont eux qui découvrirent le golfe Adriatique, la Tyrrhénie, l’Ibérie, Tartessos ». C’est vraisemblablement au cours de ces navigations que, aux dires de Justin (XLIII, 3), « ayant osé avancer aussi loin que le rivage de l’Océan, ils touchèrent dans le golfe Galatique à l’embouchure du Rhône et, séduits par l’agrément du lieu, retournèrent chez eux où, ayant raconté ce qu’ils avaient vu, ils engagèrent un plus grand nombre de compagnons ». Aristote (ap. Athénée, XIII, 576) et Plutarque (Solon, 2) définissent de façon claire la qualité de ces fondateurs : « Ce sont des marchands phocéens d’Ionie qui fondèrent Marseille », écrit Aristote ; « on a vu des commerçants fonder de grandes villes, comme Protis qui fonda Marseille », dit Plutarque.

7L’archéologie a apporté une large confirmation à cette vision des choses, tout en offrant les matériaux susceptibles de préciser la participation des Phocéens et des Massaliètes aux courants commerciaux dans le bassin occidental de la Méditerranée. À la veille de la fondation de Massalia, celui-ci apparaît divisé en trois grand ensembles :

  • la partie Sud (Afrique du Nord, Sicile occidentale, Sud de l’Espagne, Baléares, Sardaigne), zone privilégiée de l’expansion phénicienne, caractérisée par la présence de colonies puniques anciennes (Utique, Carthage) ;
  • la partie orientale, où l’on peut distinguer deux pôles : d’une part, au Sud-Est (Sicile, Italie du Sud), une zone privilégiée de l’expansion grecque, où les plus anciens et les plus actifs ont été les Corinthiens de Syracuse et les Eubéens des villes du Détroit et de Campanie, d’autre part, au Nord-Est, l’Étrurie, liée aussi bien à l’un qu’à l’autre des ensembles déjà définis ;
  • la partie Nord, de la Ligurie à la Catalogne, encore indemne de toute fondation étrangère, restée pendant longtemps à l’écart des grands courants commerciaux méditerranéens, mais qui connaît dans les dernières décennies du VIIe s. av. J.-C. une double approche : d’une part, à l’Est la diffusion de produits étrusques (amphores et leur service d’accompagnement de bucchero et de céramique étrusco-corinthienne) qui, sur des sites comme Saint-Blaise, la Liquière ou les habitats des rives de l’étang de Mauguio, paraissent constituer les seules importations présentes3, d’autre part, à l’Ouest (par exemple à l’Illa-d’en-Reixa ou à Ullastret) l’arrivée de quelques amphores phénico-puniques4. Or dans ce secteur Nord de la Méditerranée occidentale, ce double mouvement se poursuit dans la première moitié du VIe s. av. J.-C., donc après les fondations de Massalia et Emporion, en présentant les caractères suivants :
    1. la diffusion des produits étrusques s’amenuise au fur et à mesure que l’on va vers l’Ouest : majoritaires à Saint-Blaise, à la Liquière, à Bessan (La Monédière), encore 30 % des amphores à Pech Maho, mais des fragments peu nombreux à Emporion ou à l’Illa-d’en-Reixa ; de façon symétrique, la diffusion des amphores phénico-puniques diminue en allant vers l’Est : majoritaire à l’Illa-d’en-Reixa (et Emporion !), près de 40 % à Pech Maho, quelques-unes seulement à Saint-Blaise ; si les chiffres sont difficiles à manipuler en l’absence de comptages précis par séquences chronologiques exactement comparables, la tendance générale est bien celle-là.
    2. en Provence et en Languedoc, les produits étrusques se maintiennent en chiffres absolus (et diminuent en chiffres relatifs) ; le bucchero disparaît complètement des importations après le milieu du VIe siècle, seules subsistent ensuite les amphores.
    3. dès après 600, on trouve sur les sites de Gaule du Sud (et notamment à Massalia), à côté des produits étrusques, de rares vases corinthiens et surtout des céramiques de Grèce de l’Est (coupes ioniennes archaïques A1, A2, B1, B2 et amphores ioniennes, céramiques grise buccheroïde éolienne ?) ; c’est aussi d’ailleurs le faciès du site de Tharros en Sardaigne. Puis, à partir du deuxième quart du siècle, particulièrement après le milieu, deux catégories prennent une importance croissante : les importations de céramique fine attique et surtout les produits occidentaux massaliètes (céramiques pseudo-ioniennes peintes ou non, une partie de la céramique grise monochrome, amphores) ; rappelons qu’en Catalogne et Languedoc occidental, à côté de la vaisselle fine attique, ce sont les amphores phénico-puniques qui restent largement majoritaires. Les questions qui se posent concernent bien sûr l’identité de ceux qui assurent le transport de ces différents produits. Faut-il distinguer entre production, transport et distribution (ou redistribution) ? et quelle part y prennent Phocéens et Massaliotes ? Il apparaît à l’évidence que les Phocéens se sont installés dans l’espace laissé libre entre les implantations étrusques et grecques à l’Est et phénico-puniques à l’Ouest : Massalia et Emporion se situent de façon exactement symétrique par rapport à ces deux implantations et vont permettre à leurs habitants de s’insérer comme un coin entre elles.

8Il apparaît aussi que les navigateurs étrusques et phéniciens ont précédé les Phocéens dans ce domaine nord-occidental, tandis que ceux-ci pourraient bien, à partir du début du VIe siècle, assurer en priorité les liaisons avec le bassin oriental de la Méditerranée, utilisant comme comptoirs de débarquement aussi bien leurs propres fondations de Massalia, Emporion (puis Alalia) que les ports d’accueil installés à Gravisca, Tartessos ou Mainaké. L’impression qui prévaut pour cette période est que le bassin occidental représente une zone de conquête et d’aventure où les cartes ne sont pas encore distribuées, zone de recherche de matières premières plus que de marchés où ont lieu des échanges qui peu à peu se régularisent et assurent d’abord la distribution de produits disponibles sur place. Le « plus » qu’apportent les Phocéens, c’est, d’une part, des liaisons régulières avec le bassin oriental et, d’autre part, un réseau de redistribution fixe à partir des deux pôles principaux de Massalia et d’Emporion, qui révélera d’ailleurs son extraordinaire efficacité dans la période suivante.

1.2. L’émergence de Marseille (v. 550-450 av. J.-C.)

1.2.1. Les mécomptes des Phocéens

9En 546, la victoire de Cyrus sur Crésus provoque rapidement la mainmise perse sur les cités grecques d’Asie qui, à l’exception de Milet, avaient soutenu le roi de Lydie. Seuls les Phocéens, ou du moins, après réflexion, la moitié d’entre eux, préfèrent quitter leur patrie et finissent par débarquer à Marseille et à Alalia. On connaît la suite : apparemment plus enclins à la piraterie qu’au commerce, les nouveaux arrivants aboutissent à lasser la patience de leurs voisins.

  • 5 Quelle interprétation faut-il donner aux vers du Ps.-Scymnos (v 250· 252) concernant « Hyélé, vill (...)

10Étrusques de Caere et Carthaginois coalisés infligent (vers 540/535 av. J.C. ?) une sérieuse défaite aux Phocéens qui, obligés de quitter la Corse, se retrouvent en définitive fondateurs d’Hyélé. Il ne semble pas que Marseille ait pris part à cette bataille d’Alalia et l’on peut s’étonner qu’elle n’ait pas recueilli partie ou totalité des cinq ou six mille ( ?) rescapés, à un moment de son histoire où pourtant elle aurait pu éprouver le besoin de se consolider, si l’on place, vers cette période (ou un peu avant), l’épisode de Comanus pour rejeter les Massaliètes à la mer5.

  • 6 Selon Hérodote (VI, 12), ce serait Dionysios de Phocée qui aurait enseigné la manœuvre du diekplou (...)

11Que Phocée elle-même ait eu du mal à retrouver sa prospérité après la conquête perse et la perte de la moitié de ses habitants, puis les déboires des émigrés d’Alalia, nous en avons sans doute un reflet, vers 500/495, au moment de la révolte de l’Ionie. À cette occasion, Phocée est un des artisans du rassemblement de la flotte ionienne à laquelle elle donne le commandant, Dionysios6, ce qui confirme la réputation maritime de la cité ; mais elle ne peut fournir que trois trières, ce qui représente le plus petit contingent (à égalité avec Myonte), que l’on comparera aux cent fournies par Chios ou aux quatre-vingts par Milet. La flotte, on le sait, est vaincue par la flotte perse (c’est-à-dire phénicienne) à Ladé.

12Phocée continue-t-elle malgré tout à jouer un rôle maritime et notamment en liaison avec Massalia ? On peut en douter. Pour Thucydide (I, 13-14) en tout cas, si le VIe siècle a été celui des flottes ioniennes, les grandes puissances maritimes sont les Phéniciens, les tyrans de Sicile et les Corcyréens ainsi qu’Athènes et Égine. Que les Massaliètes ne soient pas cités ne doit pas nous étonner, car, on va le voir, même au plus fort de leur puissance et de leur expansion, leur zone d’activité apparaît dorénavant bien délimitée.

1.2.2. Le domaine d’activité massaliète

13En fait, il n’est pas facile d’apprécier vraiment l’activité maritime des Massaliètes. Car nous sommes réduits pour cela à ne prendre en compte que les vestiges non périssables que l’on peut leur attribuer (amphores micacées, céramiques pseudo-ionienne ou pseudo-attique, monnaies) (= exportations) ou ceux qui les accompagnent (céramique attique, amphores étrusques ou puniques) (= importations). En fonction de ces éléments, cependant, on note :

  • d’une part, l’établissement d’un quasi-monopole de distribution de produits massaliètes (à côté de céramique attique, de rares amphores étrusques jusque vers le milieu du Ve siècle et de quelques amphores puniques en Provence et en Languedoc oriental et, au-delà, vers l’intérieur de la Gaule7 ; cette distribution sans doute par cabotage à travers de véritables relais portuaires comme Espeyran ou Lattes ou de simples plages le long des côtes est-elle uniquement le fait des Massaliètes ou bien est-elle aussi relayée par des navigateurs ou des intermédiaires indigènes ? On a du mal à imaginer que, pour des échanges plus lointains, particulièrement vers la Bourgogne, les Massaliètes n’aient pas convoyé eux-mêmes le cratère de Vix ou même d’autres objets moins fabuleux.
  • d’autre part, au-delà de ce véritable domaine réservé, l’existence de routes maritimes jalonnées, vers l’Est par les amphores massaliètes de Gênes, Pise, Gravisca (et dans l’arrière-pays les monnaies du type d’Auriol du trésor de Volterra), Syracuse et Sardaigne8, vers l’Ouest par les trouvailles du Languedoc occidental (Montlaurés, Pech Maho, Ruscino) et Catalogne (Emporion, Ullastret) où, cependant, se maintient la domination des amphores puniques (ou/et ibéropuniques ?)9.

14Pour apprécier ici la véritable activité maritime des Massaliètes, les questions qui se posent et auxquelles nous avons du mal à répondre sont les suivantes : les Marseillais franchissent-ils régulièrement le détroit de Messine au-delà de Syracuse (ou de Tarente), où ils pouvaient s’approvisionner en céramique attique et échanger, comme aussi en Étrurie, les métaux de Bretagne, de Gaule ou d’Ibérie ? Peut-on déduire de l’existence du Trésor des Marseillais ou de la stèle d’« Apellis, fils de Démon, massaliète », à Delphes, à la fin du VIe siècle, l’existence de relations commerciales suivies vers le bassin oriental de la Méditerranée ? Et si l’on se tourne vers l’Ouest, quels sont les liens qui relient Massalia à Emporion et quelle place respective les deux établissements occupent-ils dans l’interdiffusion des produits de leurs aires géographiques ou dans leur distribution jusque dans l’isthme gaulois ?

1.2.3. Les luttes pour la maîtrise de la mer ?

  • 10 Voir sur ce sujet la mise au point de C.R. Whittaker, Carthaginian imperialism in the fifth and fo (...)
  • 11 Dans le face à face avec Carthage, deux périodes se détachent, d’une part, celle de Gélon (bataill (...)

15Ce véritable monopole de redistribution instauré par Marseille dans la partie nord-occidentale de la Méditerranée semble s’instaurer sur un arrière-plan de luttes armées répétées sur mer et de concurrence ou d’accord commercial entre leurs protagonistes. Jusqu’à quel point peut-on disjoindre dans les relations maritimes celles qui mettent en jeu flottes militaires, flottes commerciales (quand ce ne sont pas les mêmes !) et pirates ? Les rivalités paraissent s’assumer en partie entre blocs ethniques (Grecs, Étrusques, Puniques, Romains ?), avec cependant entre eux des nuances, des ententes provisoires ou même des traités, et surtout le fait que l’un des problèmes autour duquel s’articulent ces antagonismes est constitué par la Sicile et la politique en général agressive des tyrans de Syracuse vis-à-vis de Carthage10 ou des Étrusques, qui cristallise les regroupements d’alliance11. Si bien que l’on peut se demander si ce que l’on présente habituellement comme une lutte séculaire pour la domination des mers ou contre “l’ennemi héréditaire” n’est pas plutôt une suite de combats suscités de façon périodique par des tyrans en mal de popularité, mais n’affectant pas outre mesure, entre-temps, les relations interméditerranéennes. Ainsi voit-on les marchands carthaginois se réinstaller à Syracuse (et ailleurs) après le traité de 405, avant d’être expulsés et de voir leurs entrepôts et leurs navires pillés au moment de la rupture de 398 (Diod., XIV, 46), ou encore imagine-t-on qu’ils figurent avec d’autres négociants parmi les milliers de résidents étrangers qui se trouvent en permanence à Agrigente, dont l’une des activités les plus lucratives est le commerce de l’huile d’olive avec Carthage (Diod., XIII, 81, 4-5 et 84-3). C’est que, comme on le voit bien à travers le traité de 508 entre Rome et Carthage, la distinction doit être faite entre les navires de guerre et les navires de commerce, dont les libertés de circulation ne sont évidemment pas du même ordre ; même dans le traité de 348, dont les clauses sont plus restrictives, de vastes secteurs du domaine punique (Carthage, la Sicile) et Rome même restent ouverts aux affaires commerciales pour les citoyens des deux états.

  • 12 En dehors de l’entente au moment d’Alalia, il faut retenir les enclaves puniques dans les ports de (...)
  • 13 Thucydide et la puissance maritime de Massalia, dans AC, XXXVII, 1, 1968, 37-58.
  • 14 Il faut, dès cette époque, se poser la question de l’origine punique ou ibéro-punique. En tout éta (...)

16Sur un fond de solidarité grecque face à l’entente “barbare” étrusco-carthaginoise12, il faut alors peut-être marquer les limites des différents chocs. Ainsi la bataille d’Alalia ne serait qu’une opération de police contre la piraterie phocéenne dont un autre représentant, l’ancien commandant de la flotte ionienne à Ladé, Dionysios, prolongera encore la tradition au début du Ve siècle en attaquant, depuis la Sicile, les convois étrusques et carthaginois (mais non les Grecs) (Hérod., VI, 17) ; on a déjà noté la remarquable absence, au moins dans les textes, des Massaliotes dans ces événements. Si ceux-ci interviennent contre les Carthaginois et remportent sur eux une (ou plusieurs ?) victoire(s) navale(s), c’est, aux dires de Justin, XLIII, à la suite de la capture de bateaux de pêche (massaliotes ?) ; ce (ou ces) combat(s) naval(s) entre Massaliotes et Carthaginois se sont-ils limités à la période 525-480, comme le propose J. de Wever13, ou bien ont-ils jalonné les siècles ? On constate en tout cas que les amphores puniques14 ne sont pas moins nombreuses dans le domaine de distribution massaliète après la bataille d’Alalia, pas plus d’ailleurs que les amphores étrusques. La disparition du bucchero après ± 540 marquerait certes la mainmise unilatérale sur les relations avec l’Étrurie par les marchands massaliètes, présents à Gravisca, durant toute la période qui nous concerne ici. Mais si les amphores étrusques se raréfient en Gaule du Sud au cours du Ve s. av. J.-C., c’est que non seulement le vin massaliète y a acquis un véritable monopole, mais aussi parce que les cités étrusques connaissent leur propre évolution et que s’affirme un déplacement des centres d’intérêt vers la Campanie et vers la plaine du Pô avec le développement du commerce terrestre transalpin en direction de la Gaule interne et des relations Grecs-Étrusques par les voies adriatiques (Spina, Hadria). Que Marseille imite, dans ses oboles, au milieu du Ve siècle les types de Syracuse et au début du IVe siècle s’inspire, pour sa drachme lourde, du modèle créé par Euainétos ne signifie pas qu’elle épouse la politique extérieure de la cité sicéliote, mais qu’elle se rallie à l’emblème commercial d’une cité qui reste une plaque tournante entre les deux bassins de la Méditerranée.

2. Forces et faiblesses d’une implantation maritime (v. 450-49 av. J.-C.)

2.1. Le sens de l’implantation massaliète en Gaule méridionale

17Le Ve siècle voit donc se dérouler une série d’événements qui vont marquer un changement sensible dans la politique commerciale massaliète en Méditerranée. Outre les modifications au sein du monde étrusque, il faut signaler celles qui affectent les activités massaliètes en Gaule et en Ibérie. En Gaule interne, dans le secteur bourguignon-jurassien, l’abandon (Mont-Lassois) ou la transformation des habitats s’accompagnent de la disparition des amphores massaliètes dès le début du siècle. Une même contraction du domaine de distribution massaliète s’observe dans l’isthme gaulois. À Emporion, si quelques amphores massaliètes continuent à arriver, c’est à juste titre que F. Villard a insisté sur la disparition des monnaies du type du trésor d’Auriol et les débuts de la frappe de monnaies propres comme marque de l’indépendance de la cité par rapport à Marseille ; mais voyons-y le signe de la réussite des Emporitains plutôt que celui du déclin de Marseille.

  • 15 Les comptages des céramiques attiques à figures rouges de Marseille effectués par F. Villard reste (...)

18Il faudrait disposer de données quantitatives sur les produits distribués par Marseille dans les oppida de Gaule méridionale mais leur déclin commence, semble-t-il, à la fin du Ve siècle et s’accentue manifestement au IVe siècle15. On sait aussi que Marseille subit au cours de la première décennie du IVe siècle une pression de ses voisins qui, sous la forme de l’épisode de Catumandus, la mettent dans une situation qui rappelle fort celle de Rome prise par les troupes de Brennus, à peu près à la même période. Sans vouloir ressusciter le thème des invasions celtes, il y a là l’indication d’une pression dont on ne trouvera un équivalent que deux siècles et demi plus tard avec l’offensive salyenne.

  • 16 Pour Agathé : A. Nickels, Agde grecque : les recherches récentes, dans I Focei dall’Anatolia all’O (...)
  • 17 Jusqu’à ce moment, les Marseillais étaient présents partout sur la côte par l’intermédiaire de rel (...)
  • 18 Dans les luttes qui, depuis la fin du Ve s. et pendant le IVe s., opposent Carthage aux tyrans de (...)

19Or, c’est précisément aussi au cours de cette période qu’il faut placer le début d’une politique qui paraît avant tout chercher à établir en bordure de son domaine nord-occidental une ligne fortifiée qui, pour avoir quelque ressemblance avec celle que Rome édifie le long de l’Ager Romanus, n’en représente pas moins une idée stratégique tout à fait différente. Nous faisons allusion ici à la fondation successive d’une chaîne de colonies/forteresses le long de la côte gauloise. Dans l’état actuel de nos connaissances, leur ordre chronologique pourrait être le suivant : Agathé (fin Ve s. av. J.-C.), Antipolis (même période ou un peu plus tôt ?), Olbia (peu après le milieu du IVe siècle), Tauroeis et Nikaia (avant la fin du IIIe siècle ?)16. L’objectif de ces fondations est clairement exprimé par Strabon – des bastions contre les Barbares de l’arrière-pays (IV, 1, 5) – qui précise même, à propos de celles de la côte provençale (IV, 1, 9) : = « pour maintenir libre la mer, quitte à leur laisser la maîtrise du continent ». Elles sont donc destinées non pas à défendre le continent contre des attaques de la haute mer (c’est-à-dire, par exemple, les Carthaginois ou les Étrusques), mais à assurer la libre circulation le long des côtes menacées par les pirateries ligure et salyenne à partir de leurs bases continentales. Il nous semble qu’il y a là l’adoption d’une nouvelle stratégie par Marseille qui nous livre à la fois les signes et les limites de son domaine : d’une part, les Massaliètes manifestent le fait que la maîtrise de la mer ne se défend plus seulement sur mer (avec des flottes militaires), mais aussi sur terre17 (cf. l’idée qui émergera peu à peu de la politique de Rome : on n’obtiendra la maîtrise de la Méditerranée que le jour où l’on en tiendra toutes les côtes) ; d’autre part, Marseille marque bien que son objectif concerne exclusivement la partie nord-occidentale de la Méditerranée18 : les positions d’Antibes et d’Agde sont symboliques à cet égard. Antibes représente le point où l’on touche le continent sur la route Italie centrale-Corse-Gaule et à égale distance de Marseille et de Gênes en direction de l’Étrurie. Agde apparaît comme le point de rupture et de rencontre avec les populations ibères et le réseau de distribution emporitain : la zone Orb-Hérault marque bien la limite entre les diffusions majoritaires d’amphores ibéro-puniques d’un côté et massaliètes de l’autre.

  • 19 Ainsi peut-on aussi relever pour Olbia une position à proximité de la vallée du Gapeau et au débou (...)

20Notons, pour bien marquer ce changement de politique, que nous suggérons, qu’Agde comme Antibes étaient, avant leur nouveau statut de « colonies », largement fréquentées par les navigateurs massaliètes. Aussi ces fondations ont-elles pu prendre différents aspects, de la colonie de peuplement (Agde, Antibes ?) à la forteresse militaire (Olbia ?). Il faut dire que, si l’arrière-pays alpin d’Antibes ne paraît pas avoir présenté d’attrait économique évident (encore que l’on aimerait savoir l’intérêt d’une convention avec les Ouelaunioi proches suggérée par la fameuse main de bronze), Agde semble au contraire bien placée pour recevoir les métaux du Lodévois et du sud du Massif Central19 ; elle était bien placée aussi au débouché des voies d’Aquitaine et transcentrales que l’on a envisagées comme voies de l’étain. C’est pourtant plutôt la route joignant la Cornouailles à Marseille par la Seine, la Saône et le Rhône dont témoignent Poseidonios (d’après Strabon III, 2, 9 et IV, l, 14) et Diodore de Sicile (V, 38), s’inspirant à la fois de Poseidonios et de Timée, vraisemblablement dès le début du IIIe s. av. J.-C. On connaît l’hypothèse que F. Villard a tiré de ce fait, en attribuant au voyage de Pythéas, réalisé vers la fin du IVe siècle, l’objectif de réouverture de cette route de l’étain. F. Villard a estimé, en effet, qu’une expédition comme celle de Pythéas n’avait pu être organisée sans le concours financier de la cité et que celle-ci ne pouvait espérer trouver dans ces parages autre chose que l’étain. L’auteur ne croit pas cependant qu’il s’agissait d’ouvrir une nouvelle route maritime tentant de concurrencer celle des Phéniciens, car, selon lui, « l’entreprise aurait été hasardeuse et peu rentable, étant donné la longueur du trajet maritime de l’Angleterre jusqu’à Marseille en contournant toutes les côtes d’Espagne ». Mais alors pourquoi avoir choisi la voie d’exploration maritime et non la route terrestre ? En outre, le trajet détroit de Gibraltar/Marseille n’est guère plus long que le trajet détroit de Gibraltar/Carthage : route bien connue des Massaliètes, empruntée aussi par le navigateur Euthyménès et jalonnée par les polichnia du sud de l’Espagne. Ajoutons pourtant un argument à l’hypothèse terrestre de F. Villard : il est de fait que la lecture de Strabon laisse entendre que les îles Cassitérides apparaissent aux Anciens plus près de l’Espagne et celle-ci plus près de la Bretagne qu’elles ne l’étaient en fait. Rien n’empêche alors de penser que la constatation de la réalité des distances aurait pu faire choisir à Pythéas la route terrestre à travers la Gaule, qu’il aurait pu d’ailleurs emprunter lui-même, si l’on en croit la remarque de Polybe (ap. Strabon, II, 4, 9) tenant pour invraisemblable que Pythéas « ait parcouru de telles distances à la fois sur mer et sur terre ». Mais tout cela reste fragile.

2.2. Marseille et l’intervention de Rome en Méditerranée (IIIe-Ier s. av. J.-C.)

21Le véritable tournant dans le destin et les activités maritimes de Marseille est à rattacher à un événement qui lui est extérieur : l’ascension de Rome et son émergence à partir du IIIe s. av. J.-C. comme puissance navale et impérialiste en Méditerranée. Or cela signifie que, de partenaire égale, Marseille devient bientôt cliente d’une puissance qui la dépasse de loin et joue le rôle de leader jusque dans sa zone d’activité, avant d’entrer en conflit avec elle.

2.2.1. Marseille et l’élimination de Carthage

  • 20 Outre les références archéologiques que l’on trouvera dans les articles cités à la n. 8, il faut s (...)

22On a dit comment sa volonté de se constituer une zone exclusive d’activité dans la partie nord-occidentale de la Méditerranée tenait Marseille éloignée des tensions qui resurgissaient de façon chronique autour de la Sicile et de ses voisins carthaginois. On ne sera donc pas étonné de l’absence totale de Marseille au cours de la première guerre punique, pourtant guerre navale par excellence, où l’on avait vu Vélia, aux côtés de Tarente, Locres et Naples, aider les Romains à passer leurs troupes en Sicile. Il n’est pas sûr, en définitive, que le passage sous domination romaine de la Sicile, puis de la Sardaigne et la Corse ait eu quelque conséquence sur les relations de la cité massaliète avec ces îles20.

  • 21 C’est le titre d’un chapitre de l’ouvrage de J.-P. Brisson, Carthage ou Rome ?, Paris, 1973.
  • 22 Si ces polichnia servaient, comme on peut logiquement le penser, pour les Marseillais, de débouché (...)
  • 23 Cf. U. Wilcken, Hermès, XLI, 1906, 103-141 et J. Taillardat, La trière athénienne et la guerre sur (...)

23On sait par contre combien Marseille se trouve traditionnellement associée à Rome dans la deuxième guerre punique. On a même parfois lié son déclenchement à des « intrigues marseillaises »21, parce qu’Appien rapporte l’inquiétude manifestée auprès de Rome, à l’occasion des activités d’Hannibal en Ibérie, « par les Grecs vivant dans la région de Sagonte ». Il est vrai qu’existaient vraisemblablement dans la région les trois polichnia (dont Hèméroskopeion) cités par Strabon (III, 4, 6) comme massaliètes22, et surtout que, plus au Nord, Emporion et Rhodè pouvaient être concernées par une violation du traité de l’Èbre... s’il entrait dans les intentions d’Hannibal de procéder à leur conquête – ce qui ne fut pas le cas –. Mais il y a suffisamment d’arguments – et la suite des opérations le montre amplement – pour penser que Marseille et ses sœurs ou filles ibériques n’entraient guère en tant que telles dans l’enjeu de cette guerre et que Rome ne se serait pas lancée dans la bataille uniquement pour calmer leurs inquiétudes ou même défendre leurs intérêts. C’est un fait cependant que nous trouvons par la suite les Massaliètes aux côtés des Romains et notamment sur mer, mais les choses ne sont pas tout à fait claires. À en croire Polybe (III, 95) et Tite-Live (XXII, 19 et XXVI, 19), qui manifestement le suit, la participation massaliète se serait réduite à deux croiseurs rapides de reconnaissance en 217 et à quatre trières escortant Scipion de MarseilIe à Emporion en 210 et rentrant à Marseille aussitôt après. Or il existe aussi un fragment de l’historien lacédémonien Sosylos d’après lequel les Massaliètes auraient activement contribué à la victoire navale romaine de 217 sur la flotte d’Himilcon23, en utilisant la tactique du diekplous, tactique liée à l’éperonnage qui aura encore les préférences massaliètes en -49. Pourquoi Polybe (et Tite-Live) ont-ils ainsi minimisé le rôle des Marseillais ? Ou bien pourquoi Sosylos, partisan d’Hannibal, l’aurait-il amplifié ?

  • 24 Cf. M. Bats, La vaisselle céramique d’Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturel (...)

24La deuxième guerre punique marque la fin de Carthage comme puissance maritime en Méditerranée, mais la cité punique n’en continue pas moins de participer aux mouvements du commerce. Marseille paraît même posséder avec elle des liens suffisamment étroits pour importer peut-être un peu de vin (mais les amphores sont-elles puniques ou ibériques ?) et surtout une partie de sa vaisselle culinaire : c’est de Carthage, en effet, que paraissent venir les lopades et les caccabai dans lesquelles les Massaliètes apprêtent leurs poissons et leurs ragoûts durant toute la première moitié du IIe s. av. J.-C.24.

2.2.2. Les vicissitudes de l’expansion commerciale massaliète

a) Une réouverture vers l’Orient ?

  • 25 Cf. L. Robert, art. cit. à la n. 20.
  • 26 On ajoutera, dans ce regard vers l’Est, aussi, les quatre Massaliètes, théorodoques de Delphes, ho (...)

25Dès la fin du IIIe s. av. J.-C., Rome tourne ses regards vers le bassin oriental de la Méditerranée et, après quelques hésitations, s’assure, au cours de la première moitié du deuxième siècle, la soumission de la Macédoine, de la Grèce et de l’Asie Mineure. Est-ce un hasard si la plupart des témoignages de la diaspora massaliète dans ces régions date précisément du IIe siècle25 : dans l’île de Leucade (stèle de Démétrios), à Délos (décret du peuple et du Conseil en l’honneur de Léon, fils de Léon au début du IIe siècle et en tout cas avant 166 ; dédicace d’un vase dans le sanctuaire des dieux égyptiens par Philon, fils de Métrodôros figurant sur l’inventaire de Callistratos en 156-155), à Athènes (4 épitaphes concernant deux hommes, Théodôros, fils de Léomachos et Sphairos, fils de Platon, et deux femmes, Akropolis, fille d’Apollônios et Cléopâtre, fille d’Alexandros), à Rhodes (épitaphe d’une femme, fille de Sôteridas), à Lindos (dédicace à Athéna Lindia et Hermès Hégémôn par Thalès, fils de Poseidermos)26 ? Ce n’est pas non plus un hasard si, durant ce même siècle, deux cités orientales sont amenées à utiliser leur parenté avec Marseille pour intervenir auprès de la puissance romaine : ainsi Marseille sert-elle d’intermédiaire en 197 en faveur de Lampsaque, en 129 en faveur de Phocée. Il ne s’agit pas seulement d’envisager comment les Marseillais se sont peut-être servis de leur vieille amitié avec Rome pour la suivre ou l’accompagner dans cette ouverture politico-économique vers l’Orient hellénique ; la présence permanente de citoyens massaliètes postulée par le type des inscriptions (décrets honorifiques ou épitaphes) traduit peut-être aussi un changement dans l’organisation commerciale, qui verrait la substitution de marchands résidents ou sédentaires aux marchands voyageurs accompagnant leur marchandise.

b) La concurrence italienne en Occident ?

  • 27 Ce phénomène s’observe aussi bien en Languedoc oriental (M. Py, L’oppidum des Castels à Nages (Gar (...)

26À partir du IIIe s. av. J.-C. – et sans doute plutôt à partir du milieu du siècle –, on note sur les sites littoraux du réseau de distribution massaliète l’apparition des amphores gréco-italiques (types Lyding Will a, b, c, d). Leur nombre s’accroît au cours du IIe s., les Dressel 1 remplaçant les dernières gréco-italiques de type Lyding Will e. Leur diffusion se fait manifestement au détriment des amphores massaliètes, qui semblent disparaître complètement au cours de la deuxième moitié du siècle27. Parallèlement les céramiques campaniennes à vernis noir et les quelques mortiers italiques qui accompagnent ces amphores chassent rapidement les céramiques à pâte claire, fabriquées à Marseille, qui continuent cependant à être représentées par des formes de cruches.

  • 28 A. Tchernia, Italian wine in Gaul at the end of the Republic, dans Trade in the Ancient Economy, L (...)
  • 29 La présence de marchands massaliètes à Toulouse dans la deuxième moitié du IIe s. av. J.-C. est re (...)
  • 30 Chr. Goudineau, Marseilles, Rome and Gaul from the third to the first century BC, dans Trade in th (...)

27En outre, après quelques tentatives isolées vers la Gaule intérieure dans la première moitié du IIe siècle, on assiste, après le milieu du siècle, à un véritable déferlement d’amphores Lyding Will e puis Dressel 1, accompagnées ou non de céramiques à vernis noir dans deux directions où les produits massaliètes étaient auparavant absents, l’axe Aude-Garonne, avec notamment la mise en place d’un important centre de redistribution à Toulouse, et la Bourgogne, où, en pays éduen, Châlon-sur-Saône acquiert très vite une importance capitale. Les informations tirées de Poséidonios, Diodore de Sicile (V, 26), Cicéron et César ne laissent aucun doute sur la participation directe des marchands italiens à ce commerce du vin en Gaule, qui paraît s’accélérer à partir du moment où l’intervention en Transalpine fournit une nouvelle base de départ28. Les marchands italiens, qui semblent avoir d’abord distribué leur vin à partir du Nord-Est de l’Espagne vers le Languedoc occidental et l’isthme gaulois, se sont-ils contentés d’intervenir en dehors de l’ancien réseau de distribution massaliète ? Si cela paraît vraisemblable au départ, il faut envisager à partir de la deuxième moitié du siècle une certaine interpénétration où des marchands marseillais ont pu aussi participer à l’approvisionnement des nouveaux débouchés gaulois ouverts par les negotiatores italiens29. Cette situation de concurrence parallèle transparaît particulièrement à travers le fait qu’au moins à partir de la conquête de la Transalpine (mais sans doute avant) les Romains installent leurs propres relais à Narbonne, puis aux débouchés des Fossae Marianae (Arles ? et entrepôts de Fos). Il apparaît que la diffusion du vin italien a dû provoquer une grave crise, si l’on doit accepter qu’il finit par se substituer au vin massaliète, qui ne constitue plus un terme d’échange et n’est même plus consommé par les Massaliètes eux-mêmes, par exemple dans leur colonie d’Olbia. Il faut bien dire que la disparition de tout conteneur connu de vin massaliète entre ± le milieu du IIe s. av. J.-C. et le règne d’Auguste constitue un mystère aussi inexplicable que difficilement acceptable. Si elle est réelle, cela signifie que les Massaliètes se trouvent privés de ce qui était leur moyen d’échange privilégié pour les produits gaulois qui constituaient à leur tour l’essentiel de leur fret maritime. Quelle part les Massaliètes prennent-ils durant cette période aux mouvements en Méditerranée et comment équilibrent-ils leur balance commerciale ? N’est-ce pas le moment où ils tentent une reconversion par une implantation limitée au-delà de leur chôra primitive et un nouveau type d’installation à l’intérieur de certaines de leurs forteresses maritimes30 ? Il semble bien en tout cas que l’on puisse trouver un certain nombre de signes de leur faiblesse concernant leur marine, et notamment leur marine de guerre, dont on peut penser qu’ils ont dû renoncer à l’entretenir sur un grand pied.

2.2.3. L’état de la marine massaliète

a) La piraterie ligure et salyenne

  • 31 Alors que sur terre, dans l’arrière-pays de Marseille, se déroulent manifestement des événements m (...)
  • 32 Tite-Live, XL, 18 et 25-29 ; Plut, Aemil., 6. Cf. : H. A. Ormerod, Piracy in the Ancient World, An (...)
  • 33 Appien, Mithr., 95 ; Florus, III, 6. Cf. H. A. Ormerod, op. cit. note précédente, 234-236.

28On a vu que, selon Strabon, les Marseillais avaient installé le long de la côte provençale une série de forteresses maritimes destinées avant tout à servir de bases de lutte « contre les peuples qui leur disputaient injustement la maîtrise de la mer » et contre lesquels ils luttèrent souvent avec succès, ainsi que le prouvaient les trophées exposés à Marseille (Strabon, IV, 1,5) ou peut-être aussi le nom de la forteresse de Nikaia. C’est que les peuples ligures et salyens paraissent avoir entretenu une tradition d’aventuriers et de marins qui les portera d’abord à pratiquer la piraterie avant de les jeter, comme marchands, sur de frêles esquifs, jusque dans les mers de Sardaigne et de Libye (Diodore, V, 10). Si l’Aegitna de Polybe est peut-être avant tout un repaire de pirates, l’Oxybios de Strabon (IV, l, 10) pourrait être un relais plus pacifique. Il semblerait que, pour une raison qui nous échappe (mais qui peut tenir avant tout à un problème de source)31, la piraterie ligure ait connu une recrudescence à partir du IIe s. av. J.-C. En 181, les Massaliètes se plaignent auprès du Sénat romain des dommages causés par les pirates ligures : faut-il y voir un aveu de faiblesse des Massaliètes ou un rappel à l’ordre à l’intention des Romains ? Je pencherais plutôt pour la deuxième interprétation, dans la mesure où les actions militaires menées alors aussi bien sur terre que sur mer concernèrent les Ingauni, peuple de la région d’Albenga, qui pouvaient faire partie de ces Ligures ralliés, lors de la deuxième guerre punique, à Hasdrubal, puis à Magon de Plaisance en 200. Les campagnes aboutirent à la capture de 32 bateaux pirates et, sur terre, au massacre ou à l’arrestation de ceux qui leur servaient de soutien32. En 154, contre les Ligures Déciates et Oxybiens qui assiégeaient Antipolis et Nikaia, puis en 125, contre les Salyens qui ravageaient le territoire même de Massalia, est mise en lumière la faiblesse de la défense terrestre massaliète. Autant on avait pu continuer à naviguer malgré les attaques des pirates, autant les attaques sur terre mettaient en danger la vie même des Massaliètes dans leurs établissements. On soulignera cependant que les interventions romaines de 125/123 se traduisent pour Marseille par une mesure dans laquelle on a surtout voulu voir un agrandissement territorial : la dévolution d’une étroite bande littorale de Marseille à la Ligurie. Il nous semble en fait que cette mesure doit être interprétée avant tout dans le cadre de la lutte contre les repaires de pirates : les Romains avaient procédé de la même façon, une dizaine d’années auparavant, pour mettre fin en Illyrie à la piraterie des Ardiaioi (Strabon, VII, 6). On sait que Massalia ne fut pas capable de tenir parfaitement cette côte provençale et qu’il faudra les campagnes menées en 67 à l’initiative de Pompée par ses légats Pomponius (dans le golfe gaulois) et Atilius (dans le golfe de Ligurie) pour venir à bout d’une piraterie qui poursuivait ses méfaits33.

b) La flotte massaliète en 49 av. J.-C.

  • 34 Sur ces épisodes, voir surtout les analyses détaillées de M. Clerc, Massalia, II, 1929, 110-127.

29À partir des informations données par César et Lucain, on peut cerner d’assez près les forces navales qui participèrent aux deux engagements menés au cours du siège de la ville, l’un en face du Lacydon, l’autre au large de Tauroeis (Six-Fours, Var)34. Au moment de la première bataille navale, les Massaliètes alignent 17 navires de guerre (naves longae) (César, BC, I, 56, 1) qui sont des trières (cf. César, BC, II, 6) ; 11 seulement sont pontés. À ces navires de guerre, il faut ajouter 7 navires légers (naves actuariae) amenés par Domitius et un certain nombre de bâtiments plus petits (minora navigia), parmi lesquels sans doute des navires de charge (naves onerariae) réquisitionnés dans les ports alentour (César, BC, I, 36, 2) et des bateaux de pêche (piscatoriae) nommés aussi lors de la deuxième bataille navale (César, BC, II, 4, 2). Voilà une flotte que l’on comparera aux 10 trières autorisées à Carthage vaincue à la fin de la deuxième guerre punique plutôt qu’aux 130 quadrirèmes et quinquérèmes alignées par cette cité à la bataille de Myles en 260. Voilà aussi une flotte dont viendront à bout les 12 navires de guerre (naves longae) construits à Arles sur les ordres de César et confiés à D. Brutus, et qui incluaient un certain nombre de grosses unités. César (BC, I, 58, 3) mettait sur le compte du bois vert « la lenteur et la lourdeur » de ses vaisseaux. Lucain est plus précis (Phars., III, V, 514 et 529-537) ; si la flotte comprend des birèmes (liburnae) et des trirèmes, on y trouve aussi des quadrirèmes et des navires possédant « un plus grand nombre d’avirons », sans doute des quinquérèmes, mais aussi au moins une héxère pourvue d’une tour, constituant le navire amiral de Brutus. C’est que Trebonius disposait, avec trois légions, d’un très important réservoir humain non seulement pour le recrutement des rameurs mais aussi pour celui des fantassins embarqués. La description par César de l’armement et de la tactique utilisée lors de cette première bataille est claire : ces navires sont fortement équipés de « javelots, tragules et autres projectiles » (I, 57, 2) destinés à accabler l’ennemi sous un déluge d’artillerie, puis à l’aide de « mains de fer et de grappins » ils les abordent, profitant alors de la supériorité militaire (et numérique !) des légionnaires embarqués (I, 58, 4). Les Massaliètes, au contraire, « forts autant de la vitesse de leurs navires que de l’habileté de leurs pilotes », cherchent à mettre en œuvre des tactiques fondées sur l’éperonnage, soit selon la manœuvre du periplous (l, 58, 1) (« producta longius acie circumvenire nostros », soit selon celle du diekplous (ibid. : « remos transcurrentes detergere »). La bataille s’achève par la retraite des Marseillais, (qui perdent 9 navires dont 3 coulés et 6 capturés (I, 58,5 et II, 5, 1) : la tactique de l’abordage a été plus payante que celle de l’éperonnage. Lors de la deuxième bataille navale, les Massaliètes ont tiré les leçons de la première. À leurs trières, ils ajoutent « des bateaux de pêche (piscatoriae) qu’ils avaient pontés de façon à protéger les rameurs contre les projectiles et les remplissent d’archers et d’artillerie » ; comme ils ont radoubé de vieux navires pour remplacer les 9 perdus au cours de la première bataille (BC, II, 4) et qu’ils ont reçu le renfort de 17 bâtiments, dont quelques-uns munis d’éperons (BC, II, 3), la partie peut paraître plus équilibrée. En fait en raison de la rapide défection de la flotte de Nasidius et malgré le courage des Albiques, qui représentaient l’infanterie embarquée sur les navires massaliètes, ceux-ci sont encore victimes de la supériorité des grosses unités romaines qui choisissent, selon Lucain (Phars., III, v. 556-570), « un mode de combat tel qu’en présente la terre » : « dans cette guerre navale, c’est l’épée qui agit le plus » (v. 569-570). Encore une fois l’infanterie romaine l’a emporté à l’abordage !

30Que conclure pour qualifier la flotte massaliète ? À l’évidence, au Ier siècle av. J.-C., Marseille n’entretient plus qu’une flotte légère, peut-être capable de lutter contre la petite piraterie mais non contre la moindre flottille militaire équipée de gros bateaux. En 210 déjà, on l’a vu, ce sont 4 trières que les Marseillais avaient affrétées pour convoyer jusqu’à Emporion les 30 quinquérèmes de la flotte de Scipion.

31Sans doute avaient-ils renoncé à s’équiper plus lourdement dans la mesure où ils pensaient pouvoir compter sur la flotte romaine ; sans doute aussi n’en avaient-ils pas les moyens, financiers et démographiques plus que techniques. Il n’empêche que, même si le blocus par les troupes césariennes les coupait de leurs approvisionnements en bois de construction, on puisse s’étonner que leurs navalia n’aient pu sortir durant les longs mois du siège les mêmes navires que César réussit à faire construire en un mois à Arles.

3. Les limites du dynamisme massaliète : faiblesses structurelles ou conjoncturelles ?

32Marseille paraît avoir joui dans l’Antiquité d’une réputation qui la faisait comparer à d’illustres cités qui eurent, comme elle (mais plus qu’elle !) un destin méditerranéen maritime : Athènes, Carthage, Syracuse ou Rome. Mais à la base de leur réussite, il y eut un certain nombre de facteurs favorables, qui existaient dès le départ ou qu’elles surent mettre en valeur ou créer : ainsi en est-il de la disposition d’un territoire aux ressources et à la population suffisantes pour constituer une base de départ et que l’on accroîtra soit par l’extension terrestre directe de la chôra politiké ou de territoires sujets, soit par la suprématie maritime donnant accès aux richesses du commerce international ou à l’exploitation de sujets ou d’alliés d’au-delà des mers. Encore faut-il que la cité possède une classe d’entrepreneurs ou sécrète des personnalités susceptibles de l’engager dans de telles entreprises. Qu’en est-il de Marseille ?

3.1. Territoires et ressources

  • 35 Cf. M. Bats, art. cit. à la note 28. [Cf. Bats 2000, La chôra de Massalia, et 2008, Massalia et le (...)

33Il n’est pas question de refaire ici une étude que nous avons en partie abordée ailleurs35. Marseille se trouve isolée en bordure d’un continent barbare : pas de voisins grecs échelonnés comme en Grande-Grèce (ou même sur les bords de la mer Noire) ni appartenant à une koiné culturelle proche comme en Ibérie phénico-punique. La chôra immédiate paraît s’être toujours réduite au bassin de Marseille, enserré de tous côtés par des hauteurs répulsives (massif de Marseilleveyre et chaîne de Saint-Cyr, au sud ; chaîne de l’Étoile et chaîne de l’Estaque, à l’est et au nord) ; peut-être connut-elle quelque agrandissement tardif (au IIe siècle av. J.-C.) vers les plaines d’Aubagne, de Marignane et de la basse vallée de l’Arc.

34Ce territoire, pauvre en céréales, portait cependant des oliviers et surtout de la vigne qui, de tout temps, servit à Marseille de monnaie d’échange et « grâce à laquelle elle se procurait au dehors tous ses approvisionnements », selon les termes de Paulin de Pella au début du Ve siècle (Eucharisticos, v. 526-527).

  • 36 La taille des deux colonies/forteresses d’Agde (un peu plus de 4 hectares) et Olbia (un peu moins (...)

35Véritables prolongements de la cité massaliète, mais toujours de petite taille, ses colonies/forteresses du littoral languedocien et provençal lui donnent accès plus qu’à de riches terres agricoles, qui apparaissent en général bien limitées36, à des ressources minérales proches (grenat et argent des Maures, minerais métalliques du sud du massif Central ; corail et pourpre des Stœchades) ou lointaines (étain de Cornouailles). Qu’en est-il, par contre, des relations de Marseille avec ses sœurs ou filles ibériques, Emporion et les trois polichnia du Sud-Est, qui lui donnent théoriquement accès aux immenses richesses minières de la péninsule ? On sait comment, aux dires d’Hérodote (I, 163), le roi de Tartessos, Arganthonios « donna largement » de l’argent aux Phocéens menacés par l’avance perse et comment, selon le recueil des Singularités merveilleuses (§ 87), les Massaliètes recueillaient l’argent fondu par les feux de forêt déclenchés par les bergers ibères. L’archéologie ne permet guère d’aller bien loin dans cette direction : en tout état de cause, on l’a dit plus haut, les amphores massaliètes sont peu nombreuses sur la côte catalane, quels que soient le lieu et la période. Et si l’on songe aux richesses que tirèrent des mines ibériques les Phéniciens, les Carthaginois puis les Romains, on doute quelque peu que les Massaliètes n’aient pu jamais en assurer vraiment l’exploitation à leur profit !

  • 37 Cf. les pages consacrées à ces sujets par M. Clerc, Massalia, I, 284-288 et surtout F. Benoit, Rec (...)

36C’est que l’on oublie trop souvent d’accorder à un autre type d’activités la part, peut-être prépondérante, qui lui revenait parmi le peuple massaliète ; je veux parler de l’exploitation des ressources de la mer, pêche et sel37. Pourtant ce n’est sans doute pas un hasard si l’étymologie anecdotique du nom de Massalia rapportée par Timée (ap. Stéphane de Byzance, Ethnika, s.v. Massalia) fait allusion à cette vocation de pêche, ou encore, on l’a vu, si les hostilités entre Carthage et Marseille auraient été déclenchées à la suite de la capture de bateaux de pêche, ou si, lors du siège de 49 av. J.-C., on arme, en désespoir de cause, les naves piscatoriae nombreuses dans le Lacydon. En attendant les analyses de restes que ne manqueront pas de livrer des fouilles minutieusement menées à Marseille, les auteurs anciens, parfois tardifs, font allusion aux poissons de l’étang de Vaccarès (Sur les Singularités merveilleuses, § 89), à ceux de l’étang de Berre estimé aussi pour ses huîtres (Strabon, IV, 1,8 ; Ausone, Epist., IX, 26), aux thons de l’embouchure du Rhône (Oppien, La Pêche, III, 625-648 ; Élien, Sur la nat. des anim., XIII, 16), aux espadons pêchés au harpon (Oppien, ibid., III, 542-559) et aux rougets dégustés par Milon (Dion, Hist. rom., XL, 54-3). Que la pêche servît de base aux conserves pour lesquelles les étangs du delta du Rhône fournissaient le sel, cela paraît logique, même si Strabon n’en dit rien alors qu’il mentionne les salaisons de poissons de Vélia (VI, l, 1). Il s’agit en somme d’activités de main d’œuvre, peu lucratives à coup sûr, mais où les habitants de Marseille ont dû exceller.

  • 38 Pour le monnayage, cf. en dernier lieu, C. Brenot et A. Siais, De Phocée à Massalia, Catalogue du (...)

37Ne faut-il pas voir une image de ces limites du territoire et des ressources massaliètes dans son monnayage, fait surtout de petites pièces d’argent ou de bronze, comme dans l’absence de toute politique de grands travaux en dehors des murailles et des temples d’Artémis et d’Apollon38 ? De quelle façon faudrait-il alors imaginer les concentrations de capitaux nécessités par le développement du grand commerce ou les investissements autorisés par les profits ainsi dégagés ?

3.2. Démographie et société

38Les renseignements directs des auteurs anciens sur la démographie massaliète sont totalement inexistants : on ne peut rien déduire de Strabon (IV, 1, 4) qualifiant la ville de « considérable », avec le même mot, M. Clerc l’avait noté, que pour la ville de Dertona (V, II) : même si l’on s’en tient à la superficie, les quelque 50 à 60 hectares inclus dans l’enceinte hellénistique sont loin des superficies de Vélia, Poséidonia ou Syracuse et les fouilles de la butte des Carmes montrent que l’occupation en est fort lâche.

  • 39 Il est possible (mais non obligatoire comme le prétend M. Clerc, Massalia, II, 1929, 111) que les (...)
  • 40 Ce qui ne manque pas d’être en contradiction avec sa remarque antérieure (II, 4, 1) sur « la dispo (...)
  • 41 Y. Garlan a montré que si les cités grecques avaient utilisé couramment des esclaves comme valets (...)

39Il est possible de proposer une évaluation de la population en utilisant les informations de César, qui nous ont déjà permis de cerner l’état de la flotte massaliète en 49 av. J.-C. Si l’on admet que les 17 navires armés par les Marseillais sont des trières39 et que tous les postes de rameurs sont pourvus, les équipages, en dehors de l’infanterie de marine, représentaient environ 3200 hommes. Or nous savons que les limites furent imposées par manque d’hommes autant que de navires : en effet, lors de la deuxième bataille navale, si les Marseillais réussissent à radouber et armer de vieux navires sortis de leurs navalia, ils ont le plus grand mal à leur assurer un équipage et doivent faire appel à tous les hommes libres disponibles ; il est important de noter ici que c’est dans cette catégorie que César (BC, II, 5) précise leur âge (jeunes et vieux) et leur qualité (honesti et amplissimi)40. Alors que, précédemment, (BC, I, 34) il avait noté que Domitius avait recruté les équipages de ses navires parmi « ses esclaves, ses affranchis et ses fermiers », on peut en déduire que, même au plus fort du danger, les Marseillais n’avaient pas enrôlé leurs esclaves dans les rangs de rameurs41. Et par ailleurs, il apparaît que les auxiliaires Albici auxquels on avait fait appel servaient essentiellement comme combattants et, sur les navires, jouaient le rôle d’épibates.

40Aux 3200 marins montés sur les trières, il faut ajouter ceux qui embarquèrent dans les multiples petits navires et barques de pêche : nous proposons de façon arbitraire d’en compter moins de 200, car, plus nombreux, ils auraient pu permettre d’équiper d’autres trières. Il faut ajouter enfin un minimum de défenseurs à l’intérieur de la ville qui continuait à être assiégée par au moins deux légions et qu’il n’était pas question de dégarnir complètement ; cependant César (BC, II, 5) laisse entendre que « ces jeunes soldats restés dans la place avec d’autres plus âgés et les femmes et les enfants » étaient peu nombreux, dans le mesure où tous les espoirs de vaincre étaient reportés sur la bataille navale qui allait avoir lieu ; ils étaient en tout état de cause moins nombreux que ceux qui avaient embarqué, d’autant plus qu’ils représentaient normalement les nobiles face au recrutement populaire des rameurs : un chiffre arbitraire de l’ordre du millier nous paraît constituer un grand maximum.

  • 42 Cf. Cl. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen, 1. Les structures de l’Italie romaine (...)
  • 43 D’après E. Baratier (édit), Histoire de Marseille, Toulouse, 1973, p. 102 et 138. Camille Jullian (...)

41Comment tenir compte des 1700 marins des 9 navires coulés ou capturés lors de la première bataille navale ? Nous pensons qu’un bon nombre (les 2/3 ?) a pu être sauvé grâce aux petits navires qui accompagnaient les trières ; pour le reste – dans la mesure où nous cherchons à établir le chiffre de la population civique mâle adulte – ou bien on considérera que leur nombre est compensé, pour nos calculs, par l’appel aux classes d’âge normalement trop jeunes pour servir sous les armes ou bien qu’il faut malgré tout en tenir compte (ce qui explique les 2 chiffres de la fourchette du nombre de citoyens). Le coefficient multiplicateur retenu aussi bien en Grèce qu’en Italie, pour obtenir à partir de ce chiffre celui de la population civique totale, varie de 3 à 4 et le nombre des étrangers domiciliés et des esclaves s’évalue alors entre le tiers et le quart de ce dernier chiffre42. On pourrait ainsi proposer comme approximation pour Marseille 4400 à 5000 citoyens, qui seraient 13200 à 20000 avec leur famille, pour une population totale de 17600 à 25000 habitants auxquels il faudrait ajouter ceux des colonies/forteresses. Il est intéressant de comparer ces chiffres à ceux de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne, lorsque la ville était encore comprise dans des limites de même ampleur que celles de la ville antique. Si l’on en croit les données du temps ou les reconstitutions, la population de Marseille aurait été de ± 25000 habitants à la fin du XIIIe siècle, période prospère, pour tomber autour de 10000 au siècle suivant après la Peste Noire, remonter vers 15000 au début du XVIe siècle et atteindre 30000 vers le milieu de ce même siècle43.

42Si l’on veut bien accorder quelque crédit aux chiffres avancés pour 49 av. J.-C., on se demandera s’ils sont transposables pour d’autres périodes. Nous pensons, on l’a vu, qu’à cette date Marseille est en période de stagnation plutôt que d’expansion (mais le lien n’est pas évident avec le taux de natalité !). Il est probable que les fondations de colonie ont représenté des périodes d’essor démographique. Les comparaisons que l’on pourra établir avec d’autres cités du monde méditerranéen devront être tempérées par cette possibilité de variations dans le temps. On aura cependant ainsi un ordre de grandeur qui nous donnera une échelle pour mieux juger Marseille (Cf. tableau page suivante).

  • 44 Aristote, Pol., V, 6, 1305b 5-10 et VI, 7, 1321a 26-35.

43Cette relative médiocrité démographique est à l’image d’une société immobile et conservatrice où le gouvernement des optimates maintenait le peuple dans une situation que Cicéron comparait à une forme d’esclavage. D’autres cités, Carthage ou Sparte, ont connu ce même type de sclérose aristocratique, mais possédaient quelques exutoires, notamment, pour Carthage, l’enrichissement (Aristote, Polit., II, XI) et l’institution des rois qui fournissait à des personnalités entreprenantes l’occasion d’opposer un contrepoids en général dynamique au prudent Conseil des Anciens. Rien de tel apparemment à Marseille où, au sommet de la pyramide socio-politique, les Trois Timouques n’étaient que les exécutants du Conseil des Six Cents, dont le recrutement paraît avoir privilégié avant tout la naissance et avoir été peu propice à l’émergence d’hommes nouveaux, même si l’une des rares modifications connues de la Constitution massaliète entrouvrait la porte à un recrutement en partie fondé sur le mérite (Aristote, Polit., VI, 7, 4). C’est que la cité conserve un aspect primitif dans son fonctionnement, avec la primauté des rapports de parenté (les géné des fondateurs) comme fondements des rapports sociaux et politiques, donnant accès aussi bien aux décisions politiques (Conseil des 600) qu’aux ressources agricoles du territoire (droit de propriété) : or, parmi celles-ci, le vin constitue le terme de base pour tous les échanges lucratifs (par mer et sur terre), si bien que ce monopole assure à ces familles le monopole du commerce international, accusant encore la fermeture du corps économique et social confondu avec le corps politique aux conditions d’accès très restrictives44.

population civique (citoyens avec leur famille)

population totale

source

Athènes vers 432

110 à 180 000

215 à 300 000

Erhenberg, op. cit.

Athènes en 313

60 à 85 000

140 à 190 000

Erhenberg, op. cit.

Sparte en 371

7 à 9 000

190 à 270 000

Erhenberg, op. cit.

Agrigente en 406

20 000

200 000

Diodore de Sicile XIII, 84

Carthage en 149

700 000
200 à 300 000

Strabon XVII, 833
Nicolet, op. cit. (d’après Brunt)

Rome et territoire romain fin IIIe s. av. J.- C.

900 000

Nicolet, op. cit. (d’après Beloch)

44La mer a constitué le moteur du destin de Marseille grecque : toutes ses activités, comme les limites de son expansion territoriale, en témoignent. Nous avons proposé une périodisation de ces activités que l’on peut schématiser ainsi :

  1. Au cours de la première moitié du VIe s. av. J.-C., les Phocéens assurent leur installation sur les bords du Lacydon en faisant, dès le départ, de l’emporion accueilli en tant que tel par les indigènes une véritable cité : le pouvoir indigène n’est pas assez fort pour s’opposer à cette installation.
  2. Au cours du siècle suivant, les Marseillais réussissent à gagner leur place au sein des puissances maritimes de Méditerranée occidentale, notamment aux dépens des Puniques, contre lesquels ils se battent victorieusement, et des Étrusques, qui cèdent le terrain pour se tourner (ou parce qu’ils se tournent) vers d’autres débouchés : c’est aussi la période de plus grande extension des activités commerciales de Marseille.
  3. S’étant assuré le monopole des marchés de Gaule méridionale, qui représente cependant une certaine contraction de son domaine d’intervention, Marseille tente de le fixer à son profit par l’intermédiaire d’une série de relais/forteresses destinés autant à servir de bases militaires que de bornes dissuasives et de relais marquant les limites de son domaine commercial vis-à-vis de tous les navigateurs du secteur, pirates ou commerçants, comme aussi des interlocuteurs de l’arrière-pays. Cette politique trouve sa poussée maximum à la fin du IIIe s. et dans la première moitié du IIe, et c’est par elle que, paradoxalement, se mettent en place en même temps les prémisses des difficultés de la cité.
  4. À partir du début du IIe s., l’intervention des négociants italiens, d’abord en parallèle et sous couvert de l’alliance Marseille-Rome, puis la conquête de la Transalpine ajoutent une nouvelle dimension au monopole massaliète en Gaule avant de le battre en brèche : sans doute les Marseillais continuent-ils à participer comme intermédiaires et comme entrepreneurs de transports, sans doute obtiennent-ils de la part des nouveaux conquérants des compensations fiscales (dont la justification est d’ailleurs plus politique qu’économique45) ; mais l’initiative n’est plus de leur chef.

45Malgré sa taille modeste, ce qui a fait la force de la cité massaliète peut se résumer dans trois directions :

  • Marseille a su tirer parti des rivalités des grands partenaires méditerranéens, Phocéens, Étrusques, Carthaginois, Syracusains et Romains, soit en se gardant d’intervenir, soit en bénéficiant de l’alliance du vainqueur (et au Ier s., Pompée aurait pu vaincre César !).
  • Marseille a su limiter ses ambitions et les adapter à ses possibilités : dans sa zone d’activités privilégiée de Gaule méridionale, elle a pu ainsi s’assurer un monopole de plusieurs siècles, sans doute en renonçant assez tôt à une coûteuse politique navale militaire qui semble se réduire à la lutte contre les pirates de la côte provençale.
  • Marseille a su créer d’elle une image reprise à satiété par tous les auteurs qui ont parlé d’elle : une cité fière de ses traditions, observatoire avancé de la “civilisation” dans un espace longtemps “barbare” et agressif qui lui a servi en quelque sone de faire-valoir. En fait son succès appartient au temps des cités. Comme toutes ses sœurs helléniques, mal adaptées au système des grandes monarchies hellénistiques et à l’impérialisme romain naissant, Marseille se trouve, depuis le IIIe s. av. J.-C. et le choc Rome-Carthage, condamnée à la défensive et obligée à s’intégrer tant bien que mal dans un univers économique et politique qui n’est plus à son échelle. Or elle reste prisonnière de structures sociales et politiques archaïques qui font certes l’admiration condescendante d’un Cicéron, mais poussent au mauvais choix du courant pompéien contre César. Cependant, même après son échec de 49, la cité possède une certaine capacité de récupération : dès la période augustéenne, on assiste à une vigoureuse reprise de la production et de la diffusion des amphores massaliètes (c’est-à-dire du vin !) non seulement en Provence mais à Rome même46.

Notes

1 On ne manquera pas d’évoquer aussi le raccourci utilisé par Strabon (VI, 1, 1) pour décrire les activités d’une autre colonie phocéenne d’Occident, Vélia : « Les Éléates sont contraints par la pauvreté de leur sol de se consacrer surtout aux métiers de la mer, d’exploiter les salaisons de poisson et d’autres activités de ce genre ».

2 Pour ne citer que les ouvrages ou articles les plus récents où l’on trouvera la bibliographie antérieure : J. Boardman and N. G. L. Hammond, ed., The expansion of the Greek World, Eight to Sixth Centuries B.C. The Cambridge Ancient History, 2nd ed., vol. III, 3, 1982 ; J.-P. Morel, Greek colonization in Italy and in the West (Problems of Evidence and Interpretation), dans Crossroads of the Mediterranean, Archeologia Transatlantica, II, Publication d’Histoire de l’art et d’archéologie de l’Université Catholique de Louvain, 1983 ; Id., les relations économiques dans l’Occident grec, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Actes du Colloque de Cortone (1981), 1983.

3 Cf. J.-P. Morel, Le commerce étrusque en France, en Espagne et en Afrique, dans L’Etruria mineraria, Atti del XII Convegno di Studi Etruschi e Italici (1979), 1981 ; B. Bouloumié, Recherches sur les importations étrusques en Gaule du VIIIe au IVe s. av. J.-C., Thèse d’État dactylographiée, Paris, 1980 ; M. Py, La Liquière (Calvisson, Gard), village du l’Âge du fer en Languedoc oriental, Suppl. 11 à la RAN, 1984 ; M. Py, B. Dedet, L’occupation des rivages de l’étang de Mauguio (Hérault) au Bronze final et au premier Âge du fer, 3 vol., Publications de l’ARALO, Caveirac, 1985.

4 Els origens del mon iberic, Simposi intemacional (Barcelona­ Empúries, 1977), (= Ampurias, 38-40, 1976-78), passim ; O. Arteaga, J. Padro i E. Sanmarti, El factor fenici a les sostes catalanes i dei Golf de Lio, dans Els pobles preromans dei Pirineu, 2 Colloqui intern. d’arqueol. de Puigcerda, 1978 ; E. Sanmarti, Les influences méditerranéennes au N.E. de la Catalogne à l’époque archaïque et la réponse indigène, dans I Focei dal Anatolia all’Oceano, PdP, CCIC-CCVII, 1982.

5 Quelle interprétation faut-il donner aux vers du Ps.-Scymnos (v 250· 252) concernant « Hyélé, ville des Massaliotes et des Phocéens qu’ont fondée les Phocéens, fuyant la domination perse » ? Qu’elle est passée à un moment (mais quand ?) sous la domination massaliète ? Ou bien que des Massaliètes s’y sont installés après la fondation qui est attribuée aux seuls Phocéens (mais quand ?) ? M. Gras, (Caesarodunum, 12, 1977, 155-157) propose que Marseille soit devenue la nouvelle métropole des colonies phocéennes d’Occident après la chute de Phocée.

6 Selon Hérodote (VI, 12), ce serait Dionysios de Phocée qui aurait enseigné la manœuvre du diekplous aux Grecs d’Ionie, juste avant la bataille de Ladé, au cours de laquelle seuls les Chiotes auraient d’ailleurs été capables de la pratiquer (Hérod., VI, 15).

7 Cf. Le tableau de répartition des amphores massaliètes, dans G. Bertucchi, Les amphores de Marseille grecque (600-200 av. J.-C.). Identification, typologie, chronologie, importance économique, Thèse de IIIe cycle dactylographiée, Université de Provence, 1979, p. V-XIII. Ajouter : A. Müller, La stratigraphie du Cluzel (Commune de Toulouse), RAN, XII, 1979, 125-160.

8 Pour Gênes : F. Tiné Bertocchi, Recenti rinvenimenti Genovesi. Osservazioni sulle ceramiche importate dell’abitato preromano di Genova, dans I Focei dall’Analolia all’Oceano, PdP, CCIV-CCVII, 1982, 343-347 ; M. Milanese, Tipologia delle anfore, ibid., 348-353. Pour Pise : O. Pancrazzi, Pisa. Testimonianze di une rota greca arcaica, ibid., 331-342. Pour Gravisca : M. Torelli, Per la definizione del commercio greco-orienlale : il caso di Gravisca, ibid., 304· 326 ; M. Slaksa, Anfore marsigliesi a Gravisca, ibid., 354· 359. Pour Syracuse : P. Pelagatti, Le anfore di tipo marsigliese nel Tirreno e in Sicilia, communication (non publiée) à la Table-Ronde « Vélia et les Phocéens : un bilan dix ans après », Naples, 1981. Pour la Sardaigne : R. Zucca, Ceramica gréco-orientale nei centri fenici di Sardegna. Nuove acquisizioni, dans I Focei dall’Anatolia all’Oceano, PdP, CCIV-CCVII, 1982, 445-454 (450).

9 En attendant les publications site par site, on trouvera des informations quantitatives chez J.-J. Jully, Importations de céramiques, influences commerciales et ambiance culturelle en Languedoc méditerranéen et Roussillon de la fin du VIIe s. à la fin du IVe s. av. notre ère, Caesarodunum, 12, 1977, 160-196 ; Id., Les importations de céramique attique (VIe-IVe s.) en Languedoc méditerranéen, Roussillon et Catalogne, Paris, 1980 ; et aussi les ouvrages cités ci-dessus n. 4, auxquels on ajoutera : Y. Solier, Céramiques puniques et ibéro-puniques sur le littoral du Languedoc du début du VIe s. au début du Ier s. av. J.-C., RELig, 34, 1968, 127-150.

10 Voir sur ce sujet la mise au point de C.R. Whittaker, Carthaginian imperialism in the fifth and fourth centuries, dans Imperialism in the Ancient World (P.D.A. Garnsey & C.R. Whittaker ed.), Cambridge, 1982, 59-90.

11 Dans le face à face avec Carthage, deux périodes se détachent, d’une part, celle de Gélon (bataille d’Himère et luttes avec Anaxilaos de Rhégion, allié temporaire des Puniques), d’autre part, celle qui court de Denys l’Ancien à Agathoclès. Contre les Étrusques, on rappellera la victoire de Hiéron au large de Cumes (474), le ravage des côtes étrusques, de l’île d’Elbe, de la Corse orientale en 453-452, l’aide symbolique apportée par les Étrusques en 413 aux Athéniens assiégeant Syracuse et le pillage de l’île d’Elbe et du sanctuaire de Pyrgi par Denys en 385.

12 En dehors de l’entente au moment d’Alalia, il faut retenir les enclaves puniques dans les ports de Caere et Tarquinia, et il a déjà été suggéré que les « conventions d’importation et les accords mutuels de sécurité » signalés par Aristote (Pol., III, 9, 1280a 36) entre Étrusques et Carthaginois pourraient bien n’être guère différents des traités signés entre Rome et Carthage.

13 Thucydide et la puissance maritime de Massalia, dans AC, XXXVII, 1, 1968, 37-58.

14 Il faut, dès cette époque, se poser la question de l’origine punique ou ibéro-punique. En tout état de cause (c’est-à-dire même si l’on ne doit parler que d’amphores puniques), il reste à savoir si ces amphores atteignaient Marseille (et la Gaule méridionale) par la voie nord-sud, par exemple à travers le relais de la Sardaigne, ou bien par l’ouest, par le circuit des Baléares ou/et de l’Ibérie (et Emporion), ou bien même à travers les deux voies en même temps.

15 Les comptages des céramiques attiques à figures rouges de Marseille effectués par F. Villard restent valables, même si la prise en compte des vases unis à vernis noir en atténue quelque peu le déclin au Ve s. On en a un indice aussi à travers les données de l’oppidum du Mont-Garou, sur la côte varoise (cf. P. Arcelin, Ch. Arcelin-Pradelle, Y. Gasco, Le village protohistorique du Mont-Garou (Sanary, Var). Les premières manifestations de l’impérialisme marseillais sur la côte provençale, DAM, 5, 1982, 130). En Languedoc oriental, M. Py (Évolution des rapports sociaux de la fin de l’Âge du bronze à la conquête romaine en Languedoc oriental, dans Archéologie et rapports sociaux en Gaule, Actes de la Table-ronde CNRS de Besançon (mai 1982), Paris, 1984, 181) note « une baisse très générale des achats extérieurs, qui stagnent à partir du IVe s. à un niveau plus bas que celui atteint au Ier Âge du Fer ». Au contraire, pour le Languedoc occidental, les chiffres fournis par J.-J. Jully (art. cit. ci-dessus en n. 9) montrent une augmentation des produits importés, au moins de la fin du Ve au milieu du IVe s. av. J.-C. à rapprocher de la même tendance reconnue à Ampurias.

16 Pour Agathé : A. Nickels, Agde grecque : les recherches récentes, dans I Focei dall’Anatolia all’Oceano, PdP, CCIV-CCVII, 1982, p. 269-279. Pour Antibes : fouilles inédites (cf. Gallia, 1985). Pour Tauroeis : F. Brien, Les documents et collections archéologiques relatifs au site de Tauroeis-Tauroentum (Le Brusc, Var), Thèse de 3e cycle dactylographiée, Université de Provence, 1982.

17 Jusqu’à ce moment, les Marseillais étaient présents partout sur la côte par l’intermédiaire de relais qui restaient des habitats indigènes, même si on a pu envisager de les y voir résider : par exemple à Agde (et à Antibes ?) ou à Espeyran (et à Lattes ?). Stratégie, disons-nous, car il semble bien qu’il s’agisse d’une politique à long terme et non pas seulement d’une réponse à une situation conjoncturelle.

18 Dans les luttes qui, depuis la fin du Ve s. et pendant le IVe s., opposent Carthage aux tyrans de Syracuse, Marseille apparaît totalement absente.

19 Ainsi peut-on aussi relever pour Olbia une position à proximité de la vallée du Gapeau et au débouché des minerais d’argent et de fer et du grenat des Maures ; mais il faut bien constater combien nous manquons, pour le littoral et l’arrière-pays, encore peu explorés, de témoignages de relations pour les IVe et IIIe s. av. J.-C.

20 Outre les références archéologiques que l’on trouvera dans les articles cités à la n. 8, il faut signaler que les documents épigraphiques mentionnant des Marseillais avant le temps de la domination romaine à Panonnos (dédicace à Aphrodite de Clégoras, IG, XIV, 295), à Syracuse (épitaphe de Xénocritos, fils d’Héphaistoclès : Clerc, I, p. 318) et à Tharros (épitaphe d’Euxénè, fille d’Anaxi laos, IG, XIV, 610) sont plus nombreux que par la suite (à Lilybée, épitaphe de Poseidermos, fils de Pythagorès : L. Robert, Noms de personnes et civilisation grecque, I, Noms de personnes dans Marseille grecque, Journal des savants, oct.-déc. 1968, 197-213 (206).

21 C’est le titre d’un chapitre de l’ouvrage de J.-P. Brisson, Carthage ou Rome ?, Paris, 1973.

22 Si ces polichnia servaient, comme on peut logiquement le penser, pour les Marseillais, de débouché aux métaux ibériques de la région de Castulo (cf. aussi Strabon signalant les mines de fer du Cap de la Nao à proximité d’Hèméroskopeion), les Marseillais pouvaient craindre l’arrêt définitif par Carthage de sources de revenus importants, déjà largement entamées par les implantations récentes d’Akra Leuké et Carthago Nova.

23 Cf. U. Wilcken, Hermès, XLI, 1906, 103-141 et J. Taillardat, La trière athénienne et la guerre sur mer aux Ve et IVe s., dans Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, J.-P. Vernant dir., Paris-La Haye, 1968, spécialement 203-204.

24 Cf. M. Bats, La vaisselle céramique d’Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels, types et fonction, thèse de IIIe cycle dactylographiée, Université de Provence, 1985 (paru en Supplé ment à la RAN, 1988).

25 Cf. L. Robert, art. cit. à la n. 20.

26 On ajoutera, dans ce regard vers l’Est, aussi, les quatre Massaliètes, théorodoques de Delphes, honorés en 196-195 de la charge de proxènes, et la présence de mercenaires massaliètes dans les armées des rois grecs d’Orient, spécialement en Égypte (cf. M. Clavel-Lévêque, Marseille grecque. La dynamique d’un impérialisme marchand, Marseille, 1977, 39-41).

27 Ce phénomène s’observe aussi bien en Languedoc oriental (M. Py, L’oppidum des Castels à Nages (Gard), XXXVe Suppl. à Gallia, 1978, 246-247 et n. 169, 170) que dans le Bas-Rhône (G. Barruol, M. Py, Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à St-Gilles-du-Gard, RAN, XI, 1978, 92-93) ou la Provence (P. Arcelin, Ch. Arcelin-Pradelle, Y. Gasco, Le village protohistorique du Mont-Garou (Sanary, Var). Les premières manifestations de l’impérialisme marseillais sur la côte provençale, op. cit., 100 ; G. Rayssiguier, Le sondage IIIa des Baou de Saint-Marcel à Marseille, DAM, 6, 1983, 71 et 76 ; à Olbia : observations personnelles).

28 A. Tchernia, Italian wine in Gaul at the end of the Republic, dans Trade in the Ancient Economy, Londres, 1983, 87-104 ; Id., Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores, Thèse d’État, Université de Paris-Sorbonne, 1984 [Rome, 1986, BEFAR 261] ; M. Bats, Le vin italien en Gaule aux IIe-Ier s. av. J.-C. en Gaule : problèmes de chronologie et de distribution, DHA, 12, 1986, 391-430.

29 La présence de marchands massaliètes à Toulouse dans la deuxième moitié du IIe s. av. J.-C. est rendue vraisemblable par la découverte de restes de récipients de cuisson (lopades) en céramique modelée produite par des ateliers de la région marseillaise, cf. M. Bats, Le vin italien, art. cit.

30 Chr. Goudineau, Marseilles, Rome and Gaul from the third to the first century BC, dans Trade in the Ancient Economy, London, 1983, 16-86, envisage que Marseille s’appuie sur une chôra élargie et s’assure des revenus invisibles par des exportations de technologie militaire (ou civile : Id., Un contrepoids de pressoir à huile d’Entremont (B. du Rh.), Gallia, 42,1984, 219-221), sur cette idée et notre vision de la chôra massaliète, cf. M. Bats, Le territoire de Marseille grecque : réflexions et problèmes, dans Le territoire de Marseille grecque, Aix-en-Provence, 1986 (ÉtMass 1) (cf. dans ce même recueil : P. Arcelin, Le territoire de Marseille grecque dans son contexte indigène).

31 Alors que sur terre, dans l’arrière-pays de Marseille, se déroulent manifestement des événements militaires dont témoigne seulement l’archéologie (cf. les études de P. Arcelin et M. Bats citées à la note précédente), les interventions contre les pirates ligures et salyens sont mentionnées par les auteurs anciens parce qu’elles mettent en jeu Rome, centre d’intérêt des historiens qui en parlent.

32 Tite-Live, XL, 18 et 25-29 ; Plut, Aemil., 6. Cf. : H. A. Ormerod, Piracy in the Ancient World, An essay in Mediterranean History, 1924, 164-166 ; M. Clerc, Massalia, II, 1929, 28-30.

33 Appien, Mithr., 95 ; Florus, III, 6. Cf. H. A. Ormerod, op. cit. note précédente, 234-236.

34 Sur ces épisodes, voir surtout les analyses détaillées de M. Clerc, Massalia, II, 1929, 110-127.

35 Cf. M. Bats, art. cit. à la note 28. [Cf. Bats 2000, La chôra de Massalia, et 2008, Massalia et les formes d’organisation..., infra dans ce volume].

36 La taille des deux colonies/forteresses d’Agde (un peu plus de 4 hectares) et Olbia (un peu moins de 3 hectares) est comparable. Leurs chôrai, par contre, seraient radicalement différentes par leur étendue (de l’ordre de 90 km2 pour Agde, de 300 hectares pour Olbia) et leur module (un carré de 180 m de côté à Agde, de 105 m de côté à Olbia) : M. Clavel-Lévêque, Un cadastre grec en Gaule : la chôra d’Agde (Hérault), Klio, 64, 1982, 275-295. (repris dans M. Clavel-Lévêque, Cadastres, centuriations et problèmes d’occupation du sol dans le Biterrois, dans Cadastres et espace rural, Table-ronde de Besançon (Mai 1980), Paris, 1983, 207-258) ; J. Benoit, L’étude des cadastres antiques : à propos d’Olbia de Provence, DAM, 8, 1985. Par ailleurs les possibilités d’étendue d’éventuelles chôrai pour Tauroeis à Six-Fours (Var), Antipolis ou Nikaia sont limitées dans des régions proches de zones marécageuses et de reliefs tourmentés.

37 Cf. les pages consacrées à ces sujets par M. Clerc, Massalia, I, 284-288 et surtout F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, Aix-en-Provence, 1965, 203-211.

38 Pour le monnayage, cf. en dernier lieu, C. Brenot et A. Siais, De Phocée à Massalia, Catalogue du Fonds Général des Archives de la ville de Marseille, Marseille, 1981 et les remarques de M. Clavel-Lévêque, dans Marseille grecque, op. cit., 100-102, qui a, par ailleurs (103-109), du mal à démontrer la monumentalité et le développement urbain de la ville.

39 Il est possible (mais non obligatoire comme le prétend M. Clerc, Massalia, II, 1929, 111) que les onze navires non montés aient été des birèmes, nécessitant donc des équipages moins nombreux d’environ un tiers ; compte tenu de ce fait, les fourchettes que nous proposons pour la population mâle adulte représentent des maxima.

40 Ce qui ne manque pas d’être en contradiction avec sa remarque antérieure (II, 4, 1) sur « la disposition d’un effectif considérable de rameurs et de pilotes » pour équiper des navires de remplacement.

41 Y. Garlan a montré que si les cités grecques avaient utilisé couramment des esclaves comme valets d’armée, « on ne faisait que rarement appel à certains d’entre eux pour participer aux combats – seulement aux moments les plus critiques où la survie même de la communauté semblait menacée » (cf. Y. Garlan, Les esclaves grecs en temps de guerre, dans Actes du colloque d’histoire sociale (1970). Besançon, 1972, 29-62 ; Id., Quelques travaux récents sur les esclaves en temps de guerre, dans Actes du Colloque sur l’esclavage (1972), Besançon, 1974, 15-18 ; Id., A propos d’un ouvrage de l’École de Mayence, Opus, I, 1982, 75-79). La défiance des Marseillais vis-à-vis des esclaves, qui transparaît dans la mesure rapportée par Valère-Maxime (Mém., II, 6, 7) à propos de leur affranchissement, aspect de leur idéologie conservatrice, se retrouve sans doute dans la non-mobilisation des esclaves lors du siège de 49 ; les Marseillais ont par contre fait appel à des auxiliaires ligures selon une pratique peut-être plus courante chez eux (cf. par exemple Polybe, III, 41, 9 et Tite-Live, XXI, 26-5).

42 Cf. Cl. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen, 1. Les structures de l’Italie romaine, Paris, 1977, 80-85 et V. Erhenberg, L’État grec, Paris, 1976, 66-69, où l’on trouvera la bibliographie antérieure. Si les chiffres donnés par Diodore pour Agrigente (cf. ci-dessous) sont exacts, ils doivent inciter à envisager les coefficients avec prudence !

43 D’après E. Baratier (édit), Histoire de Marseille, Toulouse, 1973, p. 102 et 138. Camille Jullian (Histoire de la Gaule, V, p. 37) proposait une population de 40000 à 60000 habitants, chiffre auquel se rallie aussi M. Clerc (Massalia, II, p. 87 et 191-192).

44 Aristote, Pol., V, 6, 1305b 5-10 et VI, 7, 1321a 26-35.

45 Cf. le leit-motiv sur ces « fidèles alliés de Marseille » « sans lesquels nos généraux n’ont jamais triomphé dans les guerres transalpines » (De Offic., II, 8,28 et Pro Fonteio, V, 13 ; XX, 45).

46 Cf. G. Bertucchi, Fouilles d’urgence et ateliers de potiers sur la butte des Carmes à Marseille : les amphores, RAN, XV, 1982, 135-160, et sur le vin de Marseille à Rome, les allusions de Martial (III, 82, 22-25 ; X, 36 ; XIII, 123 ; XIV, 118).
(Les traductions des textes anciens cités sont de l’auteur).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540