Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre IV. Marseille et la Gaule

Le territoire de Marseille grecque : réflexions et problèmes*

Texte intégral

  • * Le territoire de Marseille grecque : réflexions et problèmes, dans Le territoire de Marseille. Act (...)
  • 1 Cf. notamment Arist., Polit. l, 1252 b 27-34, III, 1275 b 20, III, 1281 a l, 1283a 32, VII, 1326 b (...)

1Qu’elle soit de Grèce propre ou fondation coloniale, il n’existe pas de cité grecque, au sens aristotélicien du terme – une communauté de citoyens (familles et villages) tendant à une vie autarcique et accomplie (téléia) – sans territoire aussi exigu soit-il, espace politique (de propriété et de résidence) et d’exploitation1. Aussi le territoire idéal est-il celui qui parvient à regrouper autour de la ville (et de son acropole) une plaine pour ses céréales (et ses oliviers), des collines pour ses troupeaux, des forêts, le plus souvent possible un bord de mer pour installer un port et pêcher (ou en l’absence de mer, des lacs poissonneux). Le bassin de Marseille offre précisément un site de ce type : au-delà du port du Lacydon et de la ville enserrant dans son rempart la plage et les buttes Saint-Laurent, des Moulins et des Carmes, se développe une dépression en forme de trapèze, parcourue par l’Huveaune et le Jarret, et limitée au nord et à l’est par l’extrémité de la chaîne de l’Estaque et la chaîne de l’Étoile, au sud par la montagne de Marseilleveyre et la chaîne de Saint-Cyr ; vers l’est, après l’étranglement de la Penne-sur-Huveaune, s’ouvre le triangle de la plaine d’Aubagne fermée par la chaîne de la Sainte-Baume : autant de frontières naturelles ainsi offertes à la chôra entourant la ville et que la cité se devait d’atteindre. Telle serait sans doute la situation dans toute sa simplicité si l’on traitait d’une cité en Grèce propre ; mais Marseille présente une double caractéristique qui vient brouiller les cartes :

  1. la cité étant posée en bordure d’un continent “barbare”, ses limites ne se font pas avec d’autres cités grecques, mais avec des peuplades pour qui la frontière n’a sans doute pas la même signification : en ce sens sa situation est différente non seulement des cités de Grèce propre, mais aussi de celles de Grande-Grèce et Sicile et même de la mer Noire.
  2. nous sentons, à travers de maigres témoignages écrits antiques, que le territoire de la cité au sens large fut discontinu dans l’espace et dans le temps : rappelons tout de suite que nous nous limitons à l’horizon géographique immédiat de la cité, et que nous excluons donc de ces réflexions aussi bien les antennes de la chôra en forme de colonies (Agathé, Rhodanousia, Théliné, Tauroeis, Olbia, Athenopolis, Antipolis, Nikaia) que les poleis Massalias (Avignon, Cavaillon, et autres) qui ne doivent pas, de toute façon, être assimilées à la chôra stricto sensu2. La reconstitution de ce territoire a donné lieu déjà à de nombreuses tentatives et il n’est pas sûr que nous soyons mieux armés aujourd’hui pour en proposer une nouvelle ; aucun texte antique n’est venu s’ajouter à ceux déjà connus, et si l’archéologie a mis au jour de nouveaux vestiges tant à Marseille que sur les habitats indigènes alentour, leur publication partielle ou inexistante ne permet pas d’y accéder encore normalement.

1. Le territoire de Marseille à travers l’historiographie récente3

1.1. F. Villard, 1960

2À partir des textes (Strabon, Justin, Stéphane de Byzance), Villard définit deux périodes dans l’histoire de l’expansion massaliète :

  • 1ère période : celle des victoires maritimes, notamment sur Carthage dans la deuxième moitié du VIe siècle et au début du Ve siècle av. J-C.
  • 2e période : « celle qui verrait l’établissement de la puissance massaliote sur le territoire environnant ».

3Ainsi pour l’époque hellénistique, en tout cas au IIe siècle, le domaine massaliote se présente sous la forme de deux bandes discontinues, l’une partant de Marseille et englobant, vers l’ouest, le Sud de l’étang de Berre et le delta du Rhône, l’autre, plus au Nord, constituée par la basse plaine de la Durance. Des données de l’archéologie, Villard tirait deux certitudes :

  • Saint-Blaise, entouré d’une muraille dans la deuxième moitié du IVe siècle, fut un poste massaliote dès la première moitié du VIe siècle, après avoir été au siècle précédant un comptoir rhodien.
  • Saint-Marcel, dès l’époque archaïque, Teste-Nègre aux Pennes-Mirabeau et, vraisemblablement, l’ensemble des oppida situés en-deçà d’un rayon d’une quinzaine de kilomètres autour de Marseille, sont « des postes de surveillance massaliotes destinés à couvrir les abords de la cité ».

4Villard aboutit ainsi à la reconstruction suivante du domaine terrestre de Marseille :

  • à l’époque archaïque : « vers l’Est et le Nord-Est, la vallée de l’Huveaune, vers l’Ouest... la chaîne de l’Estaque, entre l’étang de Berre et la mer, jusqu’à Saint-Blaise et peut-être le delta du Rhône » ; même extension à l’époque classique.
  • à l’époque hellénistique (= i.e. dès le début du IIIe siècle), « Marseille se taille un nouveau domaine dans l’angle formé par le Rhône et la basse Durance ».

1.2. J. De Wever, 1966 et M. Clavel, 1977

5Des trouvailles archéologiques nombreuses, mais statistiquement inexploitables et mal datées, ont conduit, en 1966, J. de Wever à proposer un schéma de l’expansion de la chôra massaliote qui n’est plus soutenable aujourd’hui ; et pourtant l’auteur était bien conscient du danger de sa méthode : « Faut-il expliquer la présence dans ces régions d’importations grecques remontant parfois au VIe siècle avant notre ère par une conquête massaliote ou par des relations commerciales entre Grecs et indigènes ? ». Dix ans plus tard, M. Clavel-Lévêque, malgré quelques réticences, lui emboîte le pas et c’est à cette dernière que nous emprunterons le tableau qui suit, émaillé de citations de la première :

« Aux VIe et Ve siècles, la chôra serait limitée à la plaine située dans le voisinage immédiat de la ville, dominée par des oppida servant de postes de surveillance, dont le plus important est Saint-Marcel, à seulement 8 km du Vieux-Port. Ce n’est qu’au IVe siècle, lors du renouveau de sa puissance que Marseille commence à étendre son territoire. Elle s’empare de toute la côte de l’Estaque et de toute la région de l’étang de Berre : la chôra atteint une ligne qui passe à l’ouest d’Istres et de Saint-Blaise, et qui atteint la mer, à l’est de Port-de-Bouc, en un point situé entre Port-de-Bouc et l’Arquet. ... Simultanément Massalia étend sa domination vers le Nord et vers l’Est, en direction de la chaîne de Vitrolles et de la chaîne de l’Étoile (oppida du massif d’Allauch ; oppidum de la Teste-Nègre, aux Pennes-Mirabeau) ».

« Dans le courant du IIIe siècle, ce territoire s’étend encore vers l’Ouest : “Lorsqu’éclata la deuxième guerre punique, la partie orientale au moins du delta du Rhône faisait partie de la chôra”. Dès le début du siècle, une fortification savante, de type hellénistique, remplace à Saint-Blaise l’enceinte de l’oppidum hallstattien ».

« Enfin, “entre 218 et 125/4, les Massaliotes s’emparèrent de la plaine du bas-Rhône (au Sud d’Avignon et à l’Est du fleuve) et de celle de la basse-Durance (au Nord de la chaîne des Alpilles) avec même quelques têtes de pont au-delà de la Durance” ».

6M. Clavel précise même : « Le pays était solidement tenu, non seulement par de véritables places fortes dotées d’admirables remparts, comme Olbia ou Saint-Blaise, mais par des oppida utilisés par les Massaliotes comme postes de surveillance et qu’on peut, grâce à une étude minutieuse, distinguer des oppida indigènes voisins », et de citer comme postes marseillais : Verduron, Teste-Nègre, La Cloche et comme oppida indigènes, Rognac et Vitrolles. On aimerait savoir sur quels critères l’auteur a opéré une telle distinction.

1.3. Un problème de modèle : Marseille et le type phocéen de cité marchande sans territoire (“Città senza territorio”, E. Lepore, 1968, 34-36)

  • 4 Vallet, Atti Taranto VII, 1967, 138, en vient à écrire que, pour Marseille, « la notion de territo (...)

7Justin pour Phocée, Strabon pour Vélia et Marseille établissent un lien de cause à effet entre la pauvreté du territoire de ces cités et les activités maritimes de leurs habitants. Cela peut être vrai pour Phocée (et encore !), mais pour Vélia et Marseille la causalité doit jouer en sens inverse : c’est en fonction de leurs activités maritimes que les Phocéens se sont établis en ces lieux d’Occident, qu’ils connaissaient avant de s’y installer. Que ces activités maritimes (pêche, piraterie, commerce) expliquent ensuite leur désintérêt pour l’extension de leur territoire, contrairement à beaucoup d’autres colonies, cela paraît vraisemblable. Mais on peut se demander s’il est bien raisonnable de parler à cette occasion de colonie sans territoire pour l’opposer au type de la colonie de peuplement agricole. Comme le note Van Compernolle (Cortone, 1983, p. 1038, cf. n. 48) « toute colonie doit s’emparer d’une chôra si elle veut s’assurer d’un minimum de sécurité, d’indépendance et de subsistance ». Ce territoire est plus ou moins riche ou plus ou moins étendu ; sa structure et celle de la population qui l’occupe permettent une exploitation plus ou moins rentable et donc une expansion englobant à la fois nouvelles terres et nouveaux exploitants (colonies à vocation agricole), ou au contraire la recherche d’autres sources de richesse (par exemple, colonies à vocation commerciale). Mais le terme de cité sans territoire paraît introduire une vision trop ambiguë pour qu’on puisse continuer à l’utiliser. On a l’impression que les historiens modernes sont eux aussi victimes de cette espèce de lieu commun antique de la pauvreté des territoires des colonies phocéennes destiné à expliquer leur vitalité maritime4. Mais après tout, en limitant la chôra de Marseille au bassin de l’Huveaune et du Jarret, on obtient (en incluant les collines du pourtour) une superficie de l’ordre de 300 km2 (plus, si l’on ajoute la plaine d’Aubagne), qui ne sont certes pas comparables aux 2650 km2 de l’Attique ou aux 4700 de Syracuse, mais sont à mettre en rapport avec ceux d’Égine (85 km2) ou des cités de Phocide (22 cités pour 1650 km2), de Crète (100 pour 8500 km2) ou de Lesbos (6 pour 1750 km2), voire de la mer Noire (Chersonèse, 120 km2 de terres agricoles à partir du IIIe siècle, mais 30 fois moins auparavant). (Cf. aussi la comparaison avec Megara Hyblaea donnée par H. Tréziny, dans cette table ronde).

2. Critères et problèmes d’appropriation et d’exploitation

2.1. Problèmes de frontière et de défense du territoire

  • 5 Cf. par exemple, M. Sartre, Aspects économiques et aspects religieux de 1a frontière dans les cité (...)
  • 6 Cf. notamment L. Robert, Gnomon, 42, 1970, 598-603.

8Entre deux cités ou deux états, il existe toujours, dans le monde grec classique et hellénistique, une frontière, sous la forme d’une ligne précise, soulignée éventuellement par des bornes : de l’importance d’une telle ligne témoignent les multiples et interminables querelles territoriales que se livrèrent les cités entre elles5. Le respect de cette ligne se pose donc notamment en termes militaires. La défense de la cité passe en premier lieu par la protection de la ville derrière un rempart, mais aussi par la mise en place de tours (purgoi) et de forteresses (phrouria) destinées à la fois à servir de refuges aux habitants ou aux travailleurs des champs et à la couverture des régions frontalières ; leur garde est assurée par des garnisons, parfois non permanentes et l’envoi de soldats-patrouilleurs. Ce système est connu en Attique, où le premier rôle revient aux éphèbes au cours de leur deuxième année de service militaire, en Épire, en Asie Mineure, sur la mer Noire, et Aristote (Pol., V, 1307a 27 et b 6) en signale l’existence à Thourioi6. À Marseille, Strabon indique l’existence de purgoi à l’embouchure du Rhône, mais il y voit surtout des points de repère pour la navigation (cf. ci-dessous 3.2.2.). On rappellera ici aussi le site de l’oppidum du Pain-de-Sucre au Verduron, qui pourrait être soit une garnison, soit une ferme fortifiée (cf. ci-dessous 2.3.4 et n. 37 et Chabot 1986). Mais le problème qui se pose ici, c’est celui de l’existence éventuelle d’oppida fortifiés sur le territoire de la cité. Car il me semble que si Marseille peut s’accommoder, sur son territoire, d’indigènes encore culturellement barbares, elle peut difficilement leur permettre de s’y retrancher à l’intérieur d’habitats fortifiés, sauf dans trois cas de figure : ou bien présence d’une garnison marseillaise, ou bien habitat mixte ou bien habitat « assimilé » concourant à la défense commune. Or l’interprétation dans ce sens de certains oppida est primordiale pour envisager ces problèmes de défense et de frontière :

  • Les oppida de Saint-Marcel, dont celui des Baou, situés sur l’étranglement séparant le bassin de Marseille de la plaine d’Aubagne : que cette dernière fasse ou non partie du territoire au moment de l’occupation des Baou de Saint-Marcel (2e quart VIe-Ve s. av. J.-C., puis IIe s. av. J.-C.), il est difficile d’admettre que l’oppidum ne soit pas sous contrôle massaliète7.
  • L’oppidum des Maillans, sur la chaîne de l’Étoile, commandant avec le Verduron le passage vers le Nord entre l’Estaque et l’Étoile, et qui semble vigoureusement fortifié (date : IIe s. av. J.-C. ?)8.
  • L’oppidum de Saint-Blaise, verrou sur le passage entre l’étang de Berre et le golfe de Fos, où le rempart du IIe s. av. J.-C. porte, semble-t-il, la marque des architectes et des artisans marseillais : véritable rempart avec garnison massaliote ou muraille de prestige, « old fashioned », pour recueillir les bonnes grâces de quelque potentat local ?9.
  • 10 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Athènes, 1974 (BEFAR 223).
  • 11 Cf. Y. Garlan, Recherches…, op. cit., p. 6 ; A.M. Bon éd. Énée le Tacticien, Poliorcétique, CUF, 1 (...)
  • 12 César (B.C., II, 2) écrit qu’« il y avait à Marseille depuis longtemps (antiquitus) un tel approvi (...)
  • 13 G. Bertucchi, F. Sa1viat, Un monument méconnu de Massalia : les caves de St-Sauveur, citernes-font (...)

9Les informations fournies par Strabon et César suggèrent en fait que les Marseillais s’en sont tenus à une stratégie accordant la priorité à la défense non du territoire, mais de l’agglomération urbaine, en s’appuyant, pour la tactique, sur la poliorcétique. Depuis quelle date ? On a attribué à Périclès la paternité de ce type de stratégie qu’il définissait ainsi pour ses concitoyens à la veille de la guerre du Péloponnèse : « il faut nous désintéresser de la terre et des maisons, pour ne veiller que sur la mer et la ville » (Thuc., I, 143, 5), et aussi « se préparer pour la guerre et faire rentrer tout ce qu’ils avaient dans la campagne, ne pas sortir pour livrer bataille mais veiller sur la ville en s’y renfermant et mettre en état la flotte qui faisait leur force ». Mais Y. Garlan10 a rappelé que, dès la fin du VIIe siècle, Milet avait usé de cette même stratégie pour résister aux agressions lydiennes et qu’elle était en germe à Athènes dès l’époque des Guerres Médiques. Cette stratégie prit toute sa valeur à partir du IVe s. av. J.-C. avec le développement de la poliorcétique et les progrès techniques des machines de siège. À propos de Marseille, Strabon (IV, 1,5) ne nous donne pas de précision chronologique, se contentant d’introduire ses remarques par l’adverbe « autrefois » : « ils ont aussi chez eux des bassins de radoub et un arsenal ; mais ils disposaient en outre autrefois d’une grande quantité de navires ainsi que d’armes et d’engins multiples pour les transports par mer et pour le siège des villes (poliorkia), grâce à quoi ils purent d’une part résister aux Barbares, d’autre part se gagner l’amitié des Romains, auxquels ils rendirent d’utiles services dans maintes occasions ». Notons tout de suite qu’il n’y a pas lieu de s’étonner que Strabon mette en relation les techniques de poliorkia et le fait de résister aux Barbares : dès le traité d’Énée le Tacticien qui, sous le titre de Poliorcétique, ne porte que « sur la résistance des assiégés », il y a assimilation de l’art de la défense au même titre que celui de l’attaque dans la définition de « l’art des sièges »11. Outre ces armes et ces machines de sièges12 (dont elle devait fournir aussi ses forteresses maritimes de Provence et Languedoc) et sa flotte, nous savons que Marseille possédait, pour faire face à d’éventuelles agressions, des greniers publics (César, B.C., I, 36 ; II, 22) et des citernes13.

  • 14 Ch. Goudineau, Marseilles, Rome and Gaul from the third to the first century BC, dans P. Garnsey, (...)
  • 15 Il n’est pas sûr que les choses seraient plus simples, comme l’indique l’auteur, p. 85, pour rendr (...)

10Que toute cette technologie militaire de Marseille ait été destinée moins à être utilisée pour sa propre défense qu’à être vendue au plus offrant, et notamment aux Barbares qui l’entouraient, c’est une éventualité qui a été récemment proposée14 et dont on aura compris qu’elle nous parait en contradiction avec notre lecture plus classique des témoignages antiques ; car, si Strabon écrit que les Romains, alliés de Marseille, en furent les bénéficiaires, il dit aussi clairement que ces armes par ailleurs étaient destinées à la résistance contre les Barbares : considérer cette remarque comme un topos sans valeur relève de l’acte de foi15.

  • 16 G. Vallet, La cité et son territoire dans les colonies grecques d’Occident, dans Atti Taranto VII, (...)
  • 17 Les représentations d’Entremont au IIe siècle mais aussi les crânes encloués à l’entrée de l’oppid (...)

11G. Vallet16 a insisté sur le rôle des sanctuaires extra-urbains pouvant constituer une véritable « ceinture sacrée » autour du territoire et exprimé l’opinion que « les sanctuaires conçus ou sentis comme une affirmation de l’hellénisme ont joué pour cette appropriation de la chôra un rôle plus important que les avant-postes militaires ». Nous en avons certainement un exemple dans le sanctuaire d’Artémis que Strabon signale sur une île à l’embouchure du Rhône, plutôt destiné d’ailleurs aux navigateurs qu’aux Barbares de l’intérieur (ce qui est sans doute symptomatique des priorités définies par la cité massaliote !) Tout aussi significatifs, probablement, mais en sens inverse (marque et vitrine du monde salyen), le sanctuaire ligure de Roquepertuse à Velaux : sa destruction, manifestement par les balistes massaliètes, a-t-elle valeur symbolique ou est-elle liée à une appropriation de la région ? La vivacité des manifestations des cultes et représentations de la religion ligure à proximité immédiate de la ville jusqu’à basse époque montre-t-elle des Ligures réfractaires à toute assimilation ou des Marseillais peu missionnaires ?17 Le résultat, c’est en tout cas l’absence de tout vestige de culte hellénique de quelque importance dans l’horizon massaliète.

2.2. Acculturation et domination : Grecs et indigènes

12Pour Marseille, le problème de la frontière de son territoire civique ne se pose évidemment pas dans les termes de relations entre cités ; nous ne savons même pas si les tribus indigènes limitrophes étaient réellement organisées en états et encore moins si des conventions pouvaient être passées, comme cela est vraisemblable, entre les différents pouvoirs. Mais les limites ont pu comporter des zones géographiquement floues, à la façon des marges, des eschatiai qui apparaissent souvent aux confins des cités grecques. La frontière apparaîtrait alors autant comme une séparation entre deux civilisations que l’on saisirait à travers le passage d’un genre de vie à un autre. Dans la mesure où on admet que des populations indigènes ont pu être englobées dans les limites du territoire (particulièrement si l’on envisage une extension postérieure à la fondation), le problème serait d’arriver à faire la distinction entre des populations autonomes, proches et en relations suivies avec Marseille et des populations dépendantes ou semi-dépendantes résidant à l’intérieur de la chôra. Autrement dit : peut-on faire une différence entre une acculturation de domination et une acculturation de proximité ?

13Prenons quelques exemples de signes matériels et culturels, comme éventuels indicateurs d’une influence particulièrement forte de la cité massaliote, pouvant impliquer une domination directe.

2.2.1. La vaisselle-céramique (amphores et dolia exclus)

  • 18 Cf. M. Bats, La vaisselle céramique d’Olbia de Provence (Hyères, Var). Recherches sur l’alimentati (...)

14Les sites proprement massaliotes d’Olbia et d’Agde permettent de poser comme fortement significatifs18 :

15• la proportion entre céramique tournée et céramique non tournée

  • 19 Les pourcentages ont été calculés d’après les sources suivantes : Teste-Nègre : L. F. Gantès, L’op (...)

Olbia

93 % de céramique tournée

Teste-Nègre19

72 %

Baou de Saint-Marcel

2e moitié VIe siècle

46 %

2e moitié IIe siècle

60 %

2e moitié IIe siècle

34 %

Espeyran

55 à 75 % selon les périodes

16Ces pourcentages recouvrent, semble-t-il, une distinction à l’intérieur de deux systèmes socioculturels entre une production artisanale (Olbia) et une production domestique plus ou moins remise en cause par la proximité géographique de Marseille et peut-être des types de relation à caractère d’échanges ou de domination.

17• la proportion au sein des récipients de cuisson entre pots (ou urnes) et marmites et faitouts :

Olbia

15 % de pots

Teste-Nègre

70 % de pots

Saint-Blaise

70 % de pots

18(Notons que dans ce domaine comptages et comparaisons sont délicats dans la mesure où tous les pots n’ont pas servi de récipients de cuisson : les écarts sont malgré tout suffisamment larges pour laisser peu de doutes).

  • 20 Ainsi pourrait-on rechercher dans la Marseille des premiers temps, grecque par les hommes, mais in (...)

19Par ce biais, on peut conclure au caractère grec ou non grec des habitants d’un site20, ce qui permettrait de cerner d’éventuels hameaux de citoyens-exploitants : aucun des sites connus jusqu’ici ne paraît appartenir à cette catégorie, même si la présence de quelques marmites et faitouts à Teste-Nègre semble s’opposer à leur extrême rareté à Martigues ou à Saint-Blaise, encore au IIe s. av. J.-C.

2.2.2. Les monnaies

  • 21 A. E. Furtwängler, Monnaies grecques en Gaule, le trésor d’Auriol et le monnayage de Massalia (525 (...)

20Faut-il insister sur la non-signification, au titre d’une domination, du quasi-monopole des monnaies de Marseille dans une région où elle fut longtemps seule à en frapper ? On ne peut qu’être étonné de voir A. E. Furtwängler déduire de la circulation monétaire l’existence d’une « importante chôra massaliote » dès le début du Ve s. av. J.-C.21

2.2.3. Les emprunts techniques

a) Dans la construction

  • 22 Martigues : J. Chausserie-Laprée. L. Domallain, N. Nin, Le quartier de l’Île à Martigues, six anné (...)
  • 23 Cf. Les articles cités à la note 9 et aussi J. et Y. Rigoir, Le chapiteau préromain de Saint-Blais (...)

21Deux apports techniques peuvent être mis au crédit des Phocéens-Massaliètes : l’utilisation des briques crues et la taille de la pierre. A Martigues, sur le site de l’Île, au Ve siècle et à Saint-Pierre-les-Martigues, à la fin du IVe siècle, les murs sont aussi montés selon cette technique, sur des soubassements de pierre. Mais le rempart archaïque d’Agde d’avant la fondation coloniale comporte déjà une élévation en briques crues, comme aussi les murs d’habitation à Saint-Blaise avant le milieu du VIe siècle22. Le rempart de Saint-Blaise, comme celui du IIe s. av. J.-C. de Marseille, présente des blocs dont la taille layée en chevrons à l’aide du marteau taillant a été décrite comme caractéristique des ateliers massaliotes23 ; Chr. Goudineau a relevé à Entremont l’existence d’un contrepoids de pressoir à huile, en calcaire de la Couronne et portant le même type de taille. Mais les gros blocs de pierre bruts du rempart du IVe s. av. J.-C. à Olbia s’adaptent au matériau présent sur place (bancs de grès) comme les blocs mal équarris du rempart d’Entremont (bancs de calcaire) ou les pierres aplaties de celui de Nages (calcaire délité).

22On peut aussi penser aux apports urbanistiques : ainsi, dans la construction des remparts, l’utilisation de tours carrées de type grec s’opposerait aux tours rondes ou ovales indigènes. De même, les exemples d’urbanisme géométrique d’Olbia ou d’Agde ont-ils pu servir de modèle aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la chôra. Quel rapport y a-t-il entre la ville haute d’Entremont avec son plan en îlots “rectangulaires” identiques et son rempart à tours carrées (imitation de fort massaliote, à la mode d’Olbia ?) et le village de la Cloche dont l’ordonnancement en îlots indépendants irréguliers ne semble imposé que par la seule topographie (cf. aussi le Baou Roux de Bouc-Bel-Air). Lequel des deux sites a le plus de chance de se trouver sur la chôra massaliote ?

b) Dans la production céramique

  • 24 Pour 1a céramique grise monochrome : Ch. Arcelin-Pradelle, La céramique grise monochrome en Provenc (...)
  • 25 P. Arcelin, La céramique modelée au Ier s. av. J.-C. dans les Bouches-du-Rhône. La vaisselle culin (...)

23Aux périodes archaïque et classique, on voit naître en Provence et Languedoc une série d’ateliers régionaux utilisant la technique du tournage et fournissant en vases tournés de formes souvent traditionnelles (mais il y a aussi des formes d’emprunt helléniques), de technique grise monochrome (dite « phocéenne ») ou subgéométrique rhodanien, plus fréquemment des sites celto-ligures que Marseille elle-même24. Inversement au IIe s. av. J.-C. se développent, sans doute sur le versant nord de la chaîne de l’Étoile, des ateliers qui produisent, en céramique non tournée, des formes de récipients de cuisson typiquement grecs (marmites, faitouts et poêles) que l’on ne retrouve quasiment utilisés qu’à Marseille et dans ses colonies maritimes25. Laquelle de ces deux séries d’ateliers a-t-elle le plus de chance de se trouver à l’intérieur du territoire de Marseille ?

c) Les pressoirs à huile

  • 26 Chr. Goudineau, Marseilles. Rome and Gaul from the third to the first century B.C., op. cit., n. 1 (...)

24Les maies et contrepoids de pressoirs à huile cités ci-dessous (2.3.) appartiennent à des machineries de type évolué que l’on ne trouve avant et en même temps que dans le monde gréco-italique. D’apport massaliète aussi, l’utilisation des meules de type Olynthe à va-et-vient que l’on a retrouvées à Entremont, Saint-Blaise ou Teste-Nègre. Il est évident que les emprunts techniques ne postulent pas une emprise directe : il suffit du déplacement de quelques artisans spécialisés (particulièrement potiers et tailleurs de pierre) ou de la formation de quelques indigènes : la persistance du modelage jusqu’au Ier siècle, à une quinzaine de kilomètres de Marseille, montre peut-être les limites des transferts de techniques au sein du monde salyen. Chr. Goudineau a proposé qu’une grande partie de l’activité massaliète, à partir du IIIe s. av. J.-C., ait consisté dans un véritable commerce de technologie civile et militaire26 : aux remarques avancées précédemment (cf. n. 15), j’ajouterai que, pour ma part, j’insisterai plutôt sur les difficultés de leur assimilation (cf. les problèmes de transfert de technologie dans les pays du Tiers-Monde contemporain) ou sur la volonté des Marseillais d’en conserver le monopole (par exemple sans doute pour l’art des fortifications ou la vinification).

2.2.4. L’écriture

  • 27 Cf. M. Lejeune, Textes gallo-grecs. Etudes celtiques, XV, 1976-1977, 105-110 ; Id., La campanienne (...)

25L’utilisation de l’alphabet grec n’est, bien sûr, pas un signe suffisant ; il faut aussi faire des distinctions entre inscriptions parlant grec et inscriptions parlant gaulois (= gallo-grec). Dans l’horizon immédiat de Marseille, en dehors de l’inscription de Vitrolles et des stèles de Coudoux, les plus fréquentes sont constituées par des graffiti, surtout de propriété, sur céramique ; ceux de Saint-Blaise livrent uniquement des noms gaulois, ceux de la Cloche aussi (avec en outre le verbe gaulois imi, 1e p. sg. du verbe être)27. Encore toutes ces inscriptions appartiennent-elles aux IIe et Ier s. av. J.-C. Et, s’il fallait limiter le territoire aux seules inscriptions hellénophones, celui-ci serait réduit à la seule ville de Marseille (cf. IG, XIV ; Études Classiques, III, 1968-1970).

2.2.5. La religion

26Nous avons déjà noté la résistance des indigènes à l’accueil de cultes, rites et représentations issus du monde grec : leur présence n’en serait donc que plus significative d’une influence plus directe de la cité massaliote.

27À côté des crânes encloués de l’oppidum de la Cloche qui perpétuent encore au milieu du Ier s. av. J.-C. des croyances sans doute bien étrangères aux cultes massaliotes, on peut retenir deux exemples allant en sens inverse :

  1. les offrandes de fidèles massaliotes ou convertis aux divinités chthoniennes des grottes du versant Nord du massif de Marseilleveyre, pour des périodes allant du VIe au IIe s. av. J.-C.28.
  2. les stèles funéraires de Coudoux/Ventabren, anépigraphes ou offrant le nom du défunt en alphabet grec, trahissent une pratique grecque mais portent des noms de personnes gaulois, vraisemblablement au Ier s. av. J.-C.29.

2.3. Démographie, exploitation, productions

  • 30 Cf. M. Euzennat, Ancient Marseilles in the Light of Recent excavations, AJA, 84, 1980, 133-140.
  • 31 Cf. aussi au début du Ve s. ap. J.-C., « la maison située en ville avec un jardin attenant », de P (...)
  • 32 Cf. ma communication, Définition et évolution du profil maritime de Marseille grecque (VIe-Ier s. (...)

28Strabon (IV, l, 4) a noté « l’étendue considérable » de la ville de Marseille. De fait, on sait aujourd’hui que le rempart du IIe siècle, intégrant les trois buttes Saint-Laurent, des Moulins et des Carmes, englobait une superficie de l’ordre de cinquante hectares30. Tout le terrain disponible ne devait d’ailleurs pas être bâti, comme en témoigne par exemple l’existence de fours de potiers sur les Carmes, au moins dans la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C.31. Quant à la ville archaïque et classique, son extension nous échappe encore, si bien qu’il est difficile d’apprécier l’importance de la population qui pouvait y vivre. J’ai proposé ailleurs, en utilisant les informations données par César, d’évaluer la population globale de Marseille (citoyens et non-citoyens) en 49 av. J.-C. à quelque 20000 personnes. À titre de comparaison plausible, on peut relever que la ville médiévale ou du début de l’époque moderne (proche en étendue de la ville hellénistique) et son terroir comprenaient une population évaluée, selon les périodes, de 10000 à 25000 habitants32.

  • 33 Cf. L. Robert, Noms de personnes et civilisation grecque. I. Noms de personnes dans Marseille grec (...)
  • 34 Sur ces problèmes de développement d’un démos, cf. M. Clavel-Lévêque, Marseille grecque, 1977, 118 (...)

29En réalité, ce que nous savons du corps civique et de l’onomastique massaliètes incline peut-être à envisager plutôt une démographie restreinte, par suite d’une double fermeture. D’une part, les auteurs anciens – au-delà de la mixité suggérée pour le moment de la fondation – ont insisté sur la politique d’isolement voulue par Marseille ou imposée par un environnement hostile, et qui exclut apparemment une situation de mélange ethnique ; le conservatisme de l’onomastique massaliote qui reste étroitement liée à celle de l’Ionie semble confirmer ce fait mais rien ne ressemble plus à un nom grec que celui adopté par un barbare, à partir de la deuxième génération !33 D’autre part les institutions suggèrent une fermeture du corps civique et une domination des géné archaïques, source d’unions endogamiques. Qu’un démos existe et se développe, nous devons le déduire tant de l’existence et du développement d’un artisanat de la céramique ou de la pierre que de l’essor de la viticulture34, mais aussi peut-être et surtout de la vitalité des métiers de la mer : marins de commerce et rameurs de pentécontères (puis de trières) et aussi pêcheurs, domaine que l’on oublie trop souvent. Nous savons par ailleurs qu’à côté des citoyens existaient des esclaves (Valère-Maxime, II, 6,7) et que des auxiliaires gaulois avaient l’habitude de combattre avec eux (Polybe, III, 41, 9 Tite-Live, XXI, 26, 5 ; César, BC, l, 34 ; 56 ; 57, etc).

30Nous ignorons quel fut le régime foncier dans les débuts de la colonie, au moment où, selon quelque vraisemblance, les Marseillais étaient les hôtes des Ségobriges : y eut-il ou non donation de territoire en même temps que du lieu de fondation de la ville ? (la situation paraît différente de celle de Lampsaque où le roi Mandrôn promet « une part de la chôra et de la polis »). L’appropriation en tout cas doit suivre la victoire sur Comanus. Y eut-il, à ce moment-là, découpage du terroir en parcelles égales suivant un système connu dans d’autres colonies ? Nous n’en savons rien et l’urbanisation tentaculaire de la ville actuelle de Marseille risque d’avoir masqué à jamais d’éventuelles traces (mais on peut penser peut-être tirer quelque information du cadastre napoléonien ?). S’il y eut partage, il dut se faire entre les familles des fondateurs et comme le terroir resta le même au cours des siècles suivants, on a pu aboutir, selon le régime d’héritage et d’aliénation en vigueur, à un morcellement extrême de la propriété ou à la constitution d’un démos, de plus en plus important, exclu de son bénéfice : dans les deux cas et malgré l’exutoire des activités maritimes, des problèmes ne pouvaient manquer de se poser (comme antérieurement à Phocée !) qui ont pu être résolus d’une part à travers l’implantation de sous-colonies, d’autre part par une politique de conquête et d’extension de la chôra.

  • 35 J. Coupry, Apports d’Olbia de Provence à l’épigraphie grecque d’Occident, dans Acts of the 5th Epi (...)
  • 36 L’hypothèse des marques de séries annuelles par un magistrat que retient G. Bertucchi (cf. aussi p (...)

31Qu’un domaine public ait existé, cela est vrai semblable : ainsi, les greniers publics auxquels César fait allusion (B.C., II, 22) étaient-ils alimentés à partir du terroir ou avec les prélèvements du domaine au-delà ? Pour répondre, il faudrait savoir si les castella d’où provenaient les grains désignent des habitats indigènes ou des forteresses massaliotes. La question se pose aussi à propos des vignobles. On sait en effet que les estampilles d’amphores vinaires massaliotes se présentent sous la forme de marques alphabétiques (une lettre, parfois deux à l’intérieur d’un cartouche rond ou sans cartouche) : « sorte de numérotage alphabétique avec passage au système à deux lettres quand l’alphabet est épuisé » ?35 Ce sont peu probablement (en tout cas pour les lettres seules) des abréviations de noms propres, qui par ailleurs ne figurent jamais en clair ; mais peut-être des indications (d’année ?) apposées par un magistrat-contrôleur qui n’ont pas besoin de signaler le nom du propriétaire si c’est l’état (c’est-à-dire le domaine public) ?36

  • 37 Cf. S. C1astrier, BSPF, 1909, p. 31, repris dans L. Chabot, Le Castellas de Rognac et l’étang de B (...)
  • 38 Cf. D. M. Pippidi, Le problème de la main d’œuvre agricole dans les colonies grecques de la Mer No (...)
  • 39 Apud Strabon, III, 4, 17 ; pour la localisation en Ligurie, cf. aussi Diod., IV, 20 et Ps. Arist.,(...)
  • 40 Cf. par exemple : K. D. White, Roman Farming, 1970, 347-350.

32Le terroir était normalement cultivé par les citoyens eux-mêmes, qui pouvaient résider en ville, toutes les terres du bassin de Marseille se situant dans un rayon de 8 à 10 kilomètres autour de la ville. Ainsi a-t-on parfois reconnu en Grande Grèce et ailleurs une zone vide d’habitat entre la ville et la zone d’extension postérieure de la chôra. Il faut signaler ici l’existence, au nord de la ville, en bordure de l’Estaque, au Verduron (oppidum du Pain-de-Sucre) d’une structure d’habitat qui n’est pas sans rappeler les fermes fortifiées connues dans d’autres régions du monde grec, et notamment en Crimée37. Les Marseillais ont-ils utilisé une main-d’œuvre servile dans leurs champs ? Pour ces terres en bordure des continents barbares (notamment en mer Noire), on a pensé que plutôt qu’à l’utilisation des esclaves qui auraient pu facilement s’échapper, les cités grecques avaient recours au système des populations indigènes semi-dépendantes ou libres38. Il se trouve que nous possédons pour Marseille une information allant plutôt dans ce sens ; c’est celle que nous rapporte Poseidonios39, hôte en Ligystique d’un propriétaire massaliète du nom de Charmoléon, qui utilise pour piocher ses champs des ouvriers et ouvrières payés à la journée. L’information est tardive (début du Ier siècle av. J.-C.) et concerne une propriété en Ligystique, c’est-à-dire du côté de Nice ou d’Antibes ; elle peut être caractéristique d’un type d’exploitation massaliète, au moins sur des terres nouvellement conquises, mais elle recoupe aussi les recommandations de Caton (Agr. XV, 4) pour la location au jour le jour et de Varron (RR. 1, 17, 2-3) en faveur de l’usage de mercenariat au lieu d’esclaves, d’une part pour les terrains difficiles (ce qui est le cas ici), d’autre part à l’occasion de travaux saisonniers comme les vendanges ou la moisson40.

  • 41 J.-P. Brun, L’oléiculture antique en Provence. Paris, CNRS 1986 ; Chr. Goudineau, Un contrepoids d (...)

33Sur les productions du territoire, nous disposons de la fameuse phrase de Strabon : « Les Massaliotes occupent un territoire où pousse l’olivier et qui est couvert de vignes, mais pauvre en céréales à cause de son aridité » (IV, 1, 5). Par César (B.C. I, 36 ; II, 22), nous savons qu’en fait de céréales, ils consommaient le blé, mais aussi l’orge et le millet. En relation avec la culture de l’olivier, les plus anciens vestiges de production d’huile sont à Martigues où, dans le site de l’Île, deux maies de pressoir se trouvent en remploi dans des murs de cabanes des IVe et IIe s. av. J.-C. ; dans notre horizon, d’autres vestiges de pressoirs ont été signalés, au IIe siècle, au Grand Arbois à Septêmes, à Saint-Blaise, à Entremont, sur l’oppidum de Pierredon à Éguilles (Bouches-du-Rhône), et à la Courtine d’Ollioules (Var)41. Même si l’on envisage un territoire large, certains de ces sites ne peuvent s’y trouver inclus (Entremont, Éguilles, Ollioules). Cependant il est vraisemblable que c’est avant tout pour le marché marseillais qu’ils produisaient de l’huile.

  • 42 Je remercie F. Salviat d’avoir attiré mon attention sur ce terme d’insistance (qui est apparemment (...)

34Malgré tout, la grande affaire du territoire semble bien avoir été la viticulture ; outre Strabon (à moins que ce ne soit Poseidonios ?) qui a forgé le terme de katámpelos42 pour marquer que le terroir devait en fait être couvert de vignes, ce sont les conteneurs de vin, ces amphores à pâte micacée, bien connues des archéologues, qui, dès la fin du VIe siècle et jusque dans le courant du IIe s. av. J.-C., à travers leur commercialisation, nous documentent sur l’importance de sa production.

35Nous avons pour la première moitié du Ve s. ap. J.-C. un témoignage particulièrement évocateur sur cette véritable monoculture de la vigne à Marseille ; dans son poème Eucharisticos, Paulin de Pella parle ainsi de son petit domaine marseillais où il vient de se réfugier : « ce n’était pas un de ces domaines qu’on exploite avec des ouvriers à soi ; ce n’était pas un vignoble – ces vignobles qui sont la seule culture de la cité et grâce auxquels elle se procure au dehors tous ses approvisionnements – c’était seulement une maison en ville avec un jardin contigu » (v. 520-528). Gageons que la situation n’avait guère changé par rapport à la période qui nous intéresse et que nous avons là, en un raccourci, simplificateur certes, un écho des termes de l’échange dans l’emporion massaliote.

  • 43 Ces chiffres, cités par J. Billioud, dans Histoire du commerce de Marseille (G. Rambert, dir.), T. (...)

36Tout en connaissant les limites de telles comparaisons, il n’est pas non plus sans intérêt de savoir que, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, la récolte de vin (sur un terroir correspondant au bassin de Marseille) aurait atteint dans les bonnes années 220 000 hectolitres (pour une consommation sur place des 30000 habitants de l’ordre de 60000 hectolitres), ce qui est un chiffre considérable, qui dégagerait 160000 hectolitres pour l’exportation ; à la même époque, la production d’huile dépasse les 500 000 litres, alors qu’au siècle précédent il fallait en importer pour la consolidation des ménages43.

37Une telle situation atteste l’importance que revêtent à la fois les relations avec l’arrière-pays et les facilités de la navigation pour compléter le ravitaillement, principalement en céréales : mutatis mutandis les choses ne devaient pas être sans ressemblance.

3. Étapes et modalités de la formation du territoire de Marseille

38Lorsqu’on aborde cette question, il faut, je crois, garder présent à l’esprit un fait sur lequel les auteurs anciens ont particulièrement insisté : la pression barbare sur Marseille ne s’est jamais relâchée. Silius Italicus évoquant la situation des Marseillais à la fin du IIIe siècle les représente « entourés de tribus arrogantes et terrifiés par les rituels sauvages de leurs voisins barbares » (Punica, XV, 169172) ; on sait aussi que les Marseillais, outre du commerce maritime, s’étaient fait une spécialité des armes et des machines de siège « grâce auxquelles ils purent résister aux barbares » (Strabon, IV, 1, 5), et leurs forteresses maritimes furent avant tout destinées à faire face aux peuplades du continent qui pouvaient gêner leurs activités maritimes. Ces brèves remarques, qu’il n’y a pas lieu de développer ici, sont destinées à nous rappeler que Marseille joue son avenir sur mer et que sa vision terrestre se limite à garder cette liberté maritime et à trouver des débouchés commerciaux.

3.1. L’installation des Phocéens

  • 44 Cf. E. Lepore, PdP, 1970, 21-22, où l’on trouvera aussi les références aux auteurs antiques.

39La colonisation phocéenne appartient, dans la tradition, au courant d’installation pacifique : Phocée elle-même, Lampsaque, Marseille, Ampurias (mais pas Hyélé)44.

  • 45 Sur ces problèmes de mariage, on se reportera avec profit à l’article de J.-P. Vernant, Le mariage (...)
  • 46 On rapprochera tout particulièrement en commentaire à ce mariage ce qu’écrit J.-P. Vernant, op. ci (...)
  • 47 Cf. dans ce sens : J.-P. Morel, Présences et influences grecques en Italie Centrale (VIIe-VIe s. a (...)

40Pour Marseille, les deux récits de fondation rapportés par Justin (XLIII) et Aristote (ap. Athénée, XIII, 576 ab) se confirment et se complètent. Cette fondation se fait dans un cadre très précis. Les Phocéens, après un voyage de reconnaissance, viennent offrir leur amitié (amicitiam petentes) au roi Nannos qui les reçoit comme des hôtes (xénos ; Graeci hospites). Dans un deuxième temps, l’un des œcistes (Euxenos, nom évocateur, chez Aristote, Protis chez Justin) épouse la fille du roi Nannos qui l’a choisi selon la procédure que les ethnologues désignent du nom de svayamvara45, et son père offre, à titre de don gracieux d’hôte (dâtiné, de règle, selon les traditions de l’hospitalité, de celui qui reçoit à celui qui est reçu, cf. E. Benveniste, Vocabulaire des institutions indo-européennes, 1, 1969, 68-70), plutôt que de dot (dôra, meilia), le locus condendae urbis. Enfin, dans son nouveau lieu de vie marseillais, Petta accède à son tour à un nouveau statut que traduit son changement de nom majoré en Aristoxéné qui doit jouer aussi sur le double sens de xénos, hôte (reçu) et étranger : leur fils indique par son nom de Protis que c’est lui qui est en fait le fondateur du génos et amplifie ainsi en même temps la mixité et la fusion des deux ethnies46. Il est amusant de noter que tout ce processus représente une reconstruction des pratiques grecques de l’époque archaïque et le roi Nannos se comporte en fait comme le ferait en milieu grec le chef d’un génos. L’attitude de son fils Comanus n’en sera donc que plus répréhensible, quand il rompt des liens d’hospitalité et veut récupérer par la violence un don que rien, dans l’attitude des Marseillais décrite par Justin, ne permet de remettre en cause. C’est ici sans doute que se situe le malentendu d’où est sorti le conflit avec Comanus : ce que les Grecs ont conçu comme un don gratuit et qu’ils ont reçu (acceptus repris deux fois par Justin) n’était qu’une tolérance d’installation d’un comptoir à titre précaire. L’apologue de la chienne et de ses petits introduisant l’épisode de Comanus paraît clair à ce sujet47. Or, le propre d’une telle situation est d’être à tout moment révocable à partir de l’instant où l’autorité d’accueil estime qu’elle n’en tire plus avantage ou que sa sécurité est menacée : tandis qu’à Ampurias, les indigènes choisissent d’habiter contre l’emporion grec « pour assurer leur sécurité » (Strabon, III, 4, 8), puis même de fusionner, à Marseille, les Phocéens eurent à subir une manifestation de rejet.

41Derrière ces récits de fondation se cache donc un processus d’installation qui n’a certes rien d’original mais dont on doit pouvoir retenir deux vraisemblances :

  • comme la plupart du temps pour les fondations coloniales, les colons arrivés sans femme sont contraints « pour fabriquer de nouveaux citoyens capables d’assurer l’existence de la nouvelle cité »48 de contracter des unions avec les femmes indigènes, dont Petta/Aristoxéné est le symbole49.
  • le premier établissement des Phocéens n’est qu’une ville/comptoir sans territoire (locus condendae urbis), ou mieux installée sur un territoire qui ne leur appartient pas mais où ils sont respectés en tant qu’étrangers liés par des liens d’hospitalité avec la puissance locale, le roi des Ségobriges50. Ces liens impliquent manifestement la liberté de circulation de ces indigènes à l’intérieur de la ville et notamment leur accueil dans certaines fêtes religieuses51.
  • 52 Peut-être faut-il relier à cet épisode l’allusion de Tite-Live (V, 34) aux Phocéens en train de s’ (...)
  • 53 On connaît le passage de Strabon (VI, 1, 1) résumant Antiochos qui montre les Phocéens « faisant v (...)

42La rupture paraît intervenir très rapidement puisque Justin la situe sous le règne du fils de Nannos, soit une génération après l’installation des Phocéens52. Le nouveau roi et 7000 Ségobriges furent tués et il est vraisemblable que le reste de la population fut réduite en servage ou se réfugia au-delà de la couronne des collines qui entourent le bassin de Marseille : il est logique de penser que c’est à ce moment-là que cette zone changea de maître et fut annexée comme territoire par la ville. « Après ces événements, ajoute Justin, les Marseillais livrèrent de grands combats aussi bien contre les Ligures que contre les Gaulois ». Face à la nécessité de défense et à ces pressions extérieures, les Marseillais semblent avoir renoncé pendant longtemps à développer un territoire, plus adapté à l’arboriculture qu’à la céréaliculture. Faut-il voir dans cette exiguïté la raison pour laquelle Marseille semble n’accueillir qu’une partie des Phocéens, qui en 545 préfèrent s’expatrier plutôt que de passer sous la domination de Cyrus ?53

3.2. Élargissement du territoire ?

3.2.1. « Les plaines alentour »

43Pour répondre à cette question, nous disposons de textes peu clairs, mais que l’on peut tenter d’expliciter. Il s’agit essentiellement de trois passages de Justin et de Strabon :

44Justin, XLIII, 3 :

45Après avoir noté la fondation de Marseille, Trogue-Pompée ajoute : « Mais les Ligures, jaloux de voir la ville se développer (incrementum urbis), accablaient de guerres continuelles les Grecs qui, pour conjurer ces dangers, mirent tant d’application qu’après avoir vaincu leurs ennemis, ils fondèrent dans les territoires conquis de nombreuses colonies ».

46Justin, XLIII, 4 :

47Après l’épisode de Comanus, Trogue-Pompée écrit : « Les Marseillais livrèrent de grands combats aussi bien contre les Ligures que contre les Gaulois, ce qui ajouta à la gloire de la cité et, par leurs victoires redoublées, rendit célèbre la vaillance des Grecs chez les peuples voisins »... (Suivent des remarques sur la lutte contre les Carthaginois et les liens d’amitié avec les Espagnols et les Romains). « Alors que Marseille brillait ainsi par la célébrité de ses exploits, l’abondance de ses richesses et la gloire vigoureuse de ses soldats, soudain les peuples limitrophes s’unissent pour abolir le nom des Marseillais comme pour éteindre un incendie qui les menace tous ». (Suit l’épisode de Catumandus, qui, juste antérieur à la prise de Rome par les Gaulois, se situe donc vers 390/386 av. J.-C.).

48Strabon, IV, 1, 5 :

  1. « Les Massaliotes occupent un territoire où pousse l’olivier et qui est couvert de vignes mais pauvre en céréales, à cause de son aridité, si bien que, comptant plus sur la mer que sur la terre, ils préférèrent tirer parti de leurs dons pour les métiers de la navigation. Mais plus tard cependant, ils acquirent la force et le courage pour conquérir quelques unes des plaines alentour, déployant la même puissance qu’ils avaient mise pour fonder aussi leurs forteresses, les unes du côté de l’Ibérie face aux Ibères.... d’autres, [Rhodé et] Agathé face aux barbares qui habitent autour du Rhône, d’autres, Tauroeis, Olbia, Antipolis et Nikaia face au peuple des Salyens et aux Ligyens qui tiennent les Alpes ».
  2. « Ils disposaient aussi, autrefois, d’une grande quantité de navires, d’armes et de machines utiles pour les transports par mer et pour la poliorcétique, grâce auxquels ils purent faire face aux Barbares et gagner l’amitié des Romains, auxquels ils rendirent service à plusieurs reprises et qui, à plusieurs reprises aussi, prirent part à leur accroissement ».

La chôra masseliète

49Il me semble que l’on peut tirer de ces textes des informations convergentes :

  • 54 Ainsi que tentent de le faire par exemple Villard 1960, 109 et Clavel 1977, 127.
  • 55 Cf. J. Brunel, Une tradition milésienne et la légende marseillaise de Catumandus, Bull. Sté d’Hist (...)

501. En XLIII, 4, Justin énumère un certain nombre d’événements situés dans la période qui va de la victoire sur Comanus au renoncement de Catumandus, c’est-à-dire entre ± 580 et ± 390 ; ces événements sont présentés en deux groupes logiques, opposant d’une part des relations de guerre (combats contre les Ligures et les Gaulois d’un côté, les Carthaginois de l’autre), d’autre part des relations d’amitié (avec les Espagnols et avec les Romains), et il est donc vain d’y rechercher un enchaînement chronologique54. On notera que, pour cette période, Justin parle de la gloire de la cité et de la vaillance des Grecs mais nullement de conquêtes territoriales ; cependant on peut interpréter l’épisode de Catumandus comme une réplique à une tentative d’expansion, ainsi que le suggère l’image de l’incendie qui menace les peuples limitrophes. Mais il est évident, par ailleurs, que l’attaque de Catumandus, son dénouement miraculeux55 et la paix perpétuelle signée avec lui ont stoppé cette tentative si elle a existé et excluent en tout état de cause une expansion dans la période immédiatement postérieure.

  • 56 Lepore 1970, 25, confond à tort sous le vocable d’épiteichis mata, ces forteresses coloniales énum (...)
  • 57 Pour Agde : A. Nickels, Les Grecs en Gaule : l’exemple du Languedoc (Cortone, 1983) 409-425 ; Id.,(...)

512. Nous connaissons bien les « nombreuses colonies » massaliotes évoquées par Justin en XLIII, 3 : ce sont manifestement celles que Strabon énumère en IV, 1, 5, forteresses fondées en pays barbare de l’Espagne à l’Italie, mais qui ne concernent nullement une extension de la chôra proche de la cité56. Il se trouve que nous sommes capables de préciser la date de quelques-unes d’entre elles57 :

  • Agathè : fin Ve-début IVe s. av. J.-C.
  • Olbia : vers 350/340 av. J.-C.
  • Tauroeis : fin IIIe av. J.-C. ?
  • Nikaia : après 260 ( ?) et avant 154 av. J.-C.

52On a l’impression que la ville bloquée dans une expansion à partir de sa chôra proche pourrait trouver une compensation dans la fondation de ces colonies maritimes qui, par ailleurs, s’insèrent dans une politique de nécessaire maîtrise de la mer. Et on a du mal à imaginer que, pour ces deux siècles (IVe-IIIe), Marseille, malgré la vigueur dont parle Justin, ait eu la capacité financière, militaire et démographique de mener de front cet essaimage colonial et une extension de sa chôra proche.

  • 58 L’emploi de l’aoriste éktisan dans la subordonnée, après l’aoriste íschusan dans la principale est (...)

533. Strabon, IV, 1, 5, cela a été remarqué, distingue bien deux grandes périodes dans l’histoire de Marseille, séparées par l’adverbe hystéron, “plus tard”, mais on n’a sans doute pas assez insisté sur le fait que la construction de cette deuxième partie de la phrase (et de la périodisation) renvoyait la fondation des épiteichismata plutôt à la première période qu’à la deuxième58. Cela signifie que ces deux périodes peuvent être mieux définies dans l’espace et dans le temps :

  • première période : de la fondation à la deuxième moitié du IIIe siècle, période marquée par des activités maritimes et la fondation de forteresses maritimes en Espagne et d’Agde à Nice.
  • deuxième période : à partir de la deuxième moitié du IIIe siècle, période au cours de laquelle les Marseillais font la conquête de « quelques-unes des plaines alentour » ; à ce sujet trois problèmes se posent :

54a) Pour quelles raisons Marseille s’est-elle lancée dans une politique nouvelle dans son histoire ? Pour résumer, on peut envisager trois orientations possibles :

  1. Une poussée expansionniste dans une phase de croissance : Marseille enrichie par ses activités maritimes et au faîte de sa puissance militaire investit ses moyens dans la conquête de terres grâce auxquelles les familles marchandes élargissent une propriété foncière jusqu’alors limitée par l’exiguïté de la chôra.
  2. Une reconversion économique : Marseille voyant son monopole commercial dans le bassin nord occidental et la Gaule méridionale remis en cause par l’arrivée du vin et des marchands italiens est contrainte de s’assurer une nouvelle façon de vivre qui tend à la rapprocher de l’image classique de la cité coloniale créant au-delà de son territoire autarcique une zone d’exploitation de surplus (encore faudrait-il que ces surplus concernent les céréales plutôt que la vigne !).
  3. Une opération stratégique destinée à créer une zone tampon permettant d’éloigner la menace des peuples indigènes qui s’organisent ou deviennent agressifs, par exemple dans une phase d’intégration/rejet bien connue dans le processus d’acculturation.

55Au vrai, ces trois hypothèses peuvent s’additionner ou se compléter l’une l’autre.

56Notons cependant que la limite d’importance de la chôra apparaît sans doute à travers l’organisation socio-politique de la cité aristocratique qui reste jusqu’au bout d’abord fondée sur des critères d’appartenance aux géné et non de richesse ou de propriété, comme on en vit l’évolution dans d’autres cités grecques.

57b) Où se situent ces plaines ? Quelle étendue ont-elles ?

58c) Comment s’est faite cette expansion ? En une seule fois ou en plusieurs étapes ? Grâce au seul courage des Marseillais ou avec l’aide des Romains ?

59Quels indices archéologiques peut-on invoquer en faveur de cette poussée ?

60— avant la fin du IIIe siècle av. J.-C. : abandon définitif de l’oppidum fortifié de Notre-Dame-de-Pitié à Marignane, momentané de l’habitat de l’Île à Martigues.

61— au début du IIe s. av. J.-C. : destruction par un incendie et abandon de l’oppidum fortifié de la Teste-Nègre aux Pennes-Mirabeau, destruction violente (boulets de baliste) et incendie du sanctuaire salyen de Roquepertuse à Velaux et de l’oppidum du Baou-Roux à Bouc-Bel-Air.

62— dans le deuxième quart du IIe siècle av. J.-C., restructuration ou réoccupation d’habitats existants (Saint-Pierre-les-Martigues, Saint-Blaise avec construction d’un rempart de blocs appareillés) ou ayant existé (Saint-Marcel, l’Île à Martigues, Baou-Roux à Bouc-Bel-Air) ; création de nouveaux habitats forti fiés (Le Baou-Rouge à Auriol, Entremont, la Tête-de-l’Ost à Mimet) ou non (La Cloche aux Pennes-Mirabeau : tous ces habitats sauf celui de la Cloche (et peut-être Entremont ?) sont détruits ou abandonnés dans le dernier quart du IIe siècle av. J.-C. tandis que le Castellas de Rognac paraît occupé à partir du milieu du Ier s. av. J.-C. (comme aussi celui de Roquefavour à Ventabren ou encore Saint-Pierre-les-Martigues).

63On connaît quelques éléments historiques rapportés par les auteurs antiques pour cette période :

  • en 154 av. J.-C., d’après Polybe (34, 8), les Marseillais furent bloqués chez eux tandis qu’Antipolis et Nikaia étaient assiégées ; on sait que les Romains intervinrent contre les Déciates et les Oxybiens, et on doit supposer que, de leur côté, les Marseillais débloquèrent leur ville.
  • en 125-123, les Romains soumettent les Salyens qui, aux dires de l’abréviateur de Tite-Live (Per., 60), « fines Massiliensium populabantur » : que l’on traduise « fines » par “frontières” ou “territoire”, il est clair que, pour les Salyens comme pour les Marseillais, ces limites existaient sur le terrain ! Si les événements majeurs connus (prise de la capitale des Salyens et fondation d’Aquae Sextiae) sont à mettre à l’actif des Romains, il est légitime de penser que les Marseillais participèrent aussi aux opérations militaires.
  • de 104 à 102, Marius séjourne avec son armée dans la région proche de Marseille et effectue quelques incursions dans la Provincia, avant de battre les Teutons à la bataille d’Aix. Les Marseillais ne restèrent pas inactifs puisque Marius leur remit les Fossae Marianae, qu’il venait de faire creuser, « pour les récompenser de leur bravoure dans la guerre » (Strabon, IV, 1, 8). C’est aussi à l’occasion de cette bataille que Plutarque (Marius, 21) affirme que les Marseillais auraient utilisé les ossements des Cimbres et des Teutons vaincus pour enclore leurs vignes qui, s’il faut prendre l’auteur au sérieux, ne devaient pas être très éloignées du lieu des combats59.
  • en 90, « C. Caelius vainquit les Salyens qui s’étaient révoltés » (Tite-Live, Per., 173) : opération de police à l’intérieur d’une province, qui ne devrait guère concerner les Marseillais, du moins directement.

64On pourrait ainsi proposer les pistes suivantes :

  1. Jusqu’au IIIe s. av. J.-C., Marseille joue avant tout son avenir sur mer, en maintenant une chôra limitée avec des relations parfois tendues avec ses voisins.
  2. vers la fin du IIIe et le début du IIe siècles, Marseille pourrait franchir la passe de Septêmes et étendre sa domination sur les plaines du sud-est de l’étang de Berre (des Pennes-Mirabeau à Châteauneuf-les-Martigues et Marignane), et une partie de la chaîne de l’Estaque ( ?)60, mais sans inclure Saint-Blaise : réduction en esclavage, déplacements de population, création de situations de dépendance sont vraisemblables, sans colonisation directe perceptible61, mais, avec, aux abords, la création en réaction, d’habitats fortifiés indigènes. Vers l’Est, la réoccupation des Baou de Saint-Marcel pourrait aller aussi bien dans le sens d’un retrait que d’une expansion vers la plaine d’Aubagne.
  3. En fait, c’est surtout après l’intervention romaine de 125-123 que l’on doit envisager pour Marseille des acquisitions de territoire vers le Nord et l’Ouest, en plus de l’étroite bande côtière qui lui fut remise par Sextius Calvinus. En tout état de cause et à partir de cette intervention, les problèmes de domination massaliète au-delà de la chôra originelle nous paraissent se poser de façon particulière ; jusqu’à cette date, en effet, les choses ont dû être moins tranchées et prendre la forme d’avancées et de reculs successifs au-delà de cette chôra62.

3.2.2. Le delta du Rhône

65Nous trouvons à son sujet quelques allusions un peu plus explicites quoique d’interprétation assez délicate dans les textes anciens.

  • 63 Tel doit être vraisemblablement envisagé le site d’Espeyran à Saint-Gilles (importance des trouvai (...)

66L’intervention la plus ancienne paraît être la fondation de forteresses destinées « à faire face aux barbares qui habitent aux abords du Rhône ». Strabon (IV, 1, 5) cite Agathé et Rhoé/Rhodé/Rhodanousia ; on doit pouvoir y ajouter, pour une période difficile à préciser, Arles « appelée Théliné au temps ancien où les Grecs y habitaient » (Aviénus, Ora maritima, 690-691) : points d’appui des Marseillais dans une région qui, par ailleurs, leur échappe mais où ils trouvent des relais pour leurs échanges63.

67Dans le recueil Des Singularités merveilleuses (5, 89), un paragraphe est consacré à un curieux étang situé « dans la chôra des Massaliotes, aux abords de la Ligystique » : il est difficile de ne pas le localiser dans le delta du Rhône, ou à sa proximité immédiate (F. Benoit proposait d’y voir le Vaccarès). Or la localisation par rapport à la Ligystique permet peut-être de dater cette information. On sait en effet par Strabon (IV, 6, 3) que « les anciens auteurs appelaient pays ligystique le pays occupé aujourd’hui par les Massaliotes », faisant ainsi aller la Ligurie jusqu’à Marseille (et au-delà), alors que les auteurs postérieurs nomment les Salyens Celtoligures et que Strabon invite à limiter la Ligurie à l’Argens ; de fait le terme de Ligystique au sens large est utilisé par Hécatée, Aristote, Timée ou Polybe, si bien que l’on est en droit de penser que c’est à partir d’Artémidore et de Poseidonios qu’on l’a restreint au sens défini par Strabon. Ainsi l’utilisation de la Ligystique pour localiser notre étang indiquerait une compilation d’un auteur antérieur à Artémidore et Poseidonios et inviterait à inclure cet étang (et le delta du Rhône ?) dans la chôra massaliote avant les interventions romaines de 125/123 et donc aussi avant le don des Fossae Marianae en 102.

  • 64 Toutes les utilisations du verbe éxoikéiô au moyen et au passif recouvrent le sens de : « admettre (...)

68Précisément, après avoir mentionné la remise par Marius du canal qu’il venait de faire creuser, Strabon (IV, 1, 8) ajoute que de toute façon, l’accès du fleuve demeurait délicat en raison des dépôts fluviatiles qui affleurent et du niveau particulièrement bas de la côte ; « aussi les Marseillais ont-ils édifié des tours en guise de repères, afin de se faciliter au mieux l’accès de la région64 ; ainsi ont-ils également construit dans la même zone un sanctuaire d’Artémis d’Ephèse, après avoir délimité un emplacement formant île dans les bouches du fleuve ». Strabon ne lie pas la construction des tours-repères à la remise du canal, mais à la présence des dépôts alluviaux et à la mauvaise vision de la côte, phénomènes qui existaient de tout temps : il n’y a donc aucune raison de déduire de ce texte que la chronologie de la construction des tours et du sanctuaire d’Artémis est postérieure à cette remise. On rapprochera peut-être de ces aménagements les structures que l’installation de la zone industrielle de Fos a fait disparaître à la Roque d’Odor : le mobilier (campanienne A, bols à reliefs, céramique non tournée des ateliers de la région de Marseille) suggère une occupation vers la deuxième moitié du IIe siècle et le début du Ier s. av. J.-C.

  • 65 Nous savons par Pline l’Ancien (III, 4, 33) que, parmi les trois bouches principales du Rhône, la (...)

69En 218 av. J.-C., alors qu’Hannibal a franchi l’Èbre, Rome envoie une armée sous le commandement de Scipion pour lui barrer la route ; selon Polybe, III, 41, « Publius (Scipion) s’étant fait transporter le long de la Ligystique arriva le cinquième jour après son départ de Pise dans la région de Marseille (éis toùs katà Massalían tópous) et ayant abordé à la première bouche du Rhône qu’on appelle massaliotique, il débarquait ses troupes »... ; pour J. de Wever « ce passage prouve clairement l’existence d’une chôra massaliôtis qui s’étendait à l’Ouest de la ville jusqu’au delta du Rhône » (donc d’un seul tenant et incluant la chaîne de l’Estaque). Autant effectivement on peut estimer que Scipion s’installe dans un mouillage utilisé ou préparé par les Massaliotes et que la bouche massaliotique recouvre un sens de domination (et pas seulement géographique65, autant à suivre Polybe à la lettre, on peut douter qu’il fasse allusion à une chôra continue : hoi kata Massalian tópoi n’est pas l’équivalent de hê chôra massaliôtis !

3.3. La civitas foederata Massiliensium

  • 66 À ces tractations qui eurent lieu avec le Sénat, notamment par l’entremise de Cicéron, ce dernier (...)
  • 67 On saisit ici la difficulté qu’il y a à isoler l’étude du territoire (chôra) de celle du domaine. (...)
  • 68 Pour les limites des cités de Marseille et d’Arles, cf. O. Hirschfeld, CIL, XII, 65 et 77 ; M. Cle (...)

70À l’époque romaine, Marseille est l’une des 21 ou 22 civitates délimitées, sans doute en 27 av. J.-C. par Auguste, en même temps qu’étaient définies les frontières de la province de Narbonnaise. En fait, cette organisation reprend ou modifie une situation mise en place sous César et les triumvirs. Or, nous pouvons nous faire une idée un peu précise des conditions dans lesquelles Marseille trouva ses limites. Au moment de la capitulation des Marseillais devant ses troupes en -49, César exigea qu’ils lui « remettent les armes et les machines de guerre, qu’ils fassent sortir leurs navires du port et des chantiers, qu’ils lui livrent l’argent du trésor public ; ces choses faites, César laissa subsister la ville considérant plutôt son nom et son antiquité que sa conduite envers lui et y plaça deux légions en garnison » (B.C., II, 22). César est donc muet sur les conditions territoriales qu’il imposa à la ville. Nous savons par Cicéron qu’après la mort de César, Marseille put espérer recouvrer « ce qui lui avait été enlevé par le droit de la guerre » (Phil. XIII, 32) : on voit mal dans la liste des confiscations que César énumère ce qui pourrait avoir fait l’objet de tractations susceptibles d’inquiéter à ce point Antoine66. Mais ailleurs (de Off., 11, 8), selon l’interprétation de M. Clavel-Lévêque (1977, 142), Cicéron aurait reproché à César d’avoir fait figurer dans son triomphe « Marseille, comme image de la perte de son imperium (ad exemplum imperii amissi) » : pour éviter d’imaginer des réductions à l’état de pérégrins de citoyens de Marseille ou des déplacements de population trop importants (Strabon, IV, 1, 5, Florus, IV, 2 ou Orose, VI, 15 précisent que la ville conserva la liberté et Pline, III, 33, la qualifie de civitas foederata), il vaut mieux supposer que l’imperium que perdit Marseille ne concernait que le domaine situé au-delà de la ville et de la chôra politiké67. Or les limites de la civitas se déduisent assez clairement de celles du territoire qui fut attribué à la colonie d’Arles, fondée entre 46 et 44 par Tiberius Nero68 : elles coïncident avec celles que nous avons définies pour le bassin de Marseille, avec peut-être une excroissance vers le nord englobant la commune des Pennes-Mirabeau (si l’on suit la limite du diocèse de Marseille). Marseille se retrouvait ainsi dans le cadre auquel elle avait toujours été réduite avant ses incursions du IIe s. av. J.-C., puis son intégration dans la province de Transalpine.

71En définitive, on connaît encore mal les caractéristiques de l’occupation de la chôra de Marseille grecque ; on ne sait pas vraiment interpréter les oppida qui la ceinturent ; tout au plus peut-on affirmer qu’ils ne sont pas occupés par des Grecs. Ils peuvent être aussi bien des points de contact avec l’arrière-pays que les habitats, plus ou moins fortifiés, d’une main-d’œuvre en bordure d’un territoire tout entier voué à la viticulture.

  • 69 Outre le texte tardif de Paulin de Pella déjà cité, on pensera aux productions d’amphores qui se p (...)

72Il serait faux de qualifier précisément Marseille de « cité sans territoire » si l’on veut bien accepter de retenir quelle monnaie d’échange représentait sa production vinicole, même lorsque le vin italien prit peu à peu la première place sur les marchés gaulois69. Mais il apparaît, à travers aussi bien les maigres informations antiques que dans les limites de l’acculturation ou la priorité donnée à la ville dans sa stratégie de défense, que cette chôra ne fut conçue comme une base d’expansion territoriale qu’à une date relativement tardive : à partir du IIe siècle av. J.-C. et sous la pression d’événements qui lui échappent en grande partie, Marseille voit ce territoire s’agrandir soit grâce à ses propres forces, soit par des dons de la puissance romaine : mais l’intervention de cette dernière à partir de 125 vient modifier complètement la situation d’une cité bientôt englobée dans une province.

73[Mise à jour dans ma communication :
La chôra de Massalia, dans Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero. Atti XL Convegno intern. di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 2000). Napoli, 2001, 491-512.]

Notes

1 Cf. notamment Arist., Polit. l, 1252 b 27-34, III, 1275 b 20, III, 1281 a l, 1283a 32, VII, 1326 b 25-32, etc. Si le territoire n’est pas suffisant à lui seul pour définir la cité, il est indispensable comme « communauté de lieu » (koinônia topou : III, 1280 b 30-36 ; hé chôra koinon : III, 1283 a 32).

2 Cf. “Massalia et les formes d’organisation inter-poleis et supra-poleis en extrême-Occident”, plus loin dans ce volume.

3 Ouvrages cités en abrégé dans cette partie : F. Villard, 1960 : La céramique grecque de Marseille (VIe-IVe s. av. J.-C.). Essai d’histoire économique, Rome (BEFAR 195) ; J. de Wever, 1966 : La chôra massaliote d’après les fouilles récentes, Antiq. Class., 35, 71-117 ; M. Clavel, 1977 : Marseille grecque ; R. Martin, 1973 : Rapports entre les structures urbaines et les modes de division et d’exploitation du territoire, dans Problèmes de la terre en Grèce ancienne, 97-112 ; E. Lepore, 1968 : Per una fenomenologia storica del rapporto città-territorio in Magna Grecia, dans La città e il suo territorio, Atti Taranto VII, 1967 (1968). Outre les études de F. Villard, J. De Wever et M. Clavel, il faut citer G. Barruol, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule, Étude de Géographie historique, Suppl. 1 à la RAN, 1969 (19752). Dans le cadre de son étude, l’auteur est amené à préciser, mais sans entrer dans les détails, l’étendue du domaine territorial de Marseille : – p. 222 : « Marseille devient maitresse du territoire des Segobrigii, dès la fin du Vle siècle, à la suite des luttes qui l’opposèrent à Comanus, roi de cette peuplade… Cependant cette domination se serait alors limitée au proche terroir marseillais et peut-être Marseille attendit-elle le IVe ou le IIIe siècle pour s’emparer des terres du delta (y compris Saint-Blaise) jusque vers Avignon » ; – p. 228 : À partir du milieu du IIe siècle : « Marseille désormais avec l’aide des Romains prend possession d’un territoire continu le long du littoral depuis les Bouches-du-Rhône jusqu’au-delà de Monaco et à l’intérieur du delta du Rhône jusque dans la région d’Avignon », puis, au début du Ier siècle, Marseille étend son domaine sur la rive droite du Bas-Rhône, mais l’auteur s’interroge sur le type d’administration de cette grande “Massalie”.

4 Vallet, Atti Taranto VII, 1967, 138, en vient à écrire que, pour Marseille, « la notion de territoire et d’expansion du territoire n’a guère de sens et [que] discuter la plus ou moins grande extension des terres grecques autour de Marseille n’a d’intérêt qu’au niveau de l’histoire locale » : à partir de quelle étendue le territoire d’une cité dépasse-t-il le cadre local ?

5 Cf. par exemple, M. Sartre, Aspects économiques et aspects religieux de 1a frontière dans les cités grecques, Ktema, 4, 1979, 213-224.

6 Cf. notamment L. Robert, Gnomon, 42, 1970, 598-603.

7 P. Agostini, L’oppidum préromain des Baou de Saint-Marcel à Marseille (VIIe-IIe s. av. J.-C.), Thèse de IIIe cycle dactylographiée, Université de Provence, 1972 ; L.F. Gantès, G. Rayssiguier, Les sondages 1 b-Nord des Baou de Saint-Marcel à Marseille, DAM, 3, 1980, p. 65-85 ; P. Agostini, L.-F. Gantès, H. Moustier, G. Rayssiguier, L’oppidum des Baou de Saint-Marcel, sondage III, Bull. arch. Prov., 5-6, 1980, p. 130-139 ; G. Rayssiguier, le sondage IIIa des Baou de Saint-Marcel à Marseille, DAM, 6, 1983, p. 67-77. Cf. aussi la communication de C. Guichard- G. Rayssiguier dans Le territoire de Marseille (ÉtMass 1).

8 Cf. L. Chabot, Le Castellas de Rognac et l’étang de Berre à l’époque préromaine, RELig, 1-3, 1968, p. 205-208.

9 Cf. J.-Cl. Bessac, Le rempart hellénistique de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, B.-du-Rh.) : technique de construction, DAM, 3, 1980, 137-157 ; J. et Y. Rigoir, Sondage au pied du rempart de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, B.-du-Rh), DAM, 4, 1981, 179-184 ; B. Bouloumié, M. Fincker, H. Tréziny, Le rempart hellénistique de Saint-Blaise, II, Sondage stratigraphique de la campagne 1981, AAntHung, 29, 1981, 227-266 ; B. Bouloumié, Recherches stratigraphiques sur l’oppidum de Saint-Blaise, 1982. Id, Un oppidum gaulois à Saint-Blaise en Provence, Histoire et archéologie, Dossier no 84, juin 1984 (avec la bibliographie) ; H. Tréziny, communication dans Le territoire de Marseille (ÉtMass 1). Sur la présence d’une maison à abside avec murs de briques crues du VIe siècle : P. Arcelin, Ch. Pradelle, J. et Y. Rigoir, Note sur des structures primitives de l’habitat protohistorique de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, B.-du-Rh.), DAM, 6, 1983, 138-143.

10 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Athènes, 1974 (BEFAR 223).

11 Cf. Y. Garlan, Recherches…, op. cit., p. 6 ; A.M. Bon éd. Énée le Tacticien, Poliorcétique, CUF, 1967, p. XXII-XXIV.

12 César (B.C., II, 2) écrit qu’« il y avait à Marseille depuis longtemps (antiquitus) un tel approvisionnement de matériel de guerre de toute sorte et une telle quantité de projectiles qu’aucune baraque d’approche en osier ne pouvait en soutenir la puissance » : à moins d’imaginer qu’ils possédaient des dons de prémonition, on peut penser que les Marseillais avaient accumulé un tel matériel non pour soutenir le siège de César, mais pour faire face à des attaques venant de l’arrière-pays ; doit-on s’en étonner en avançant que Marseille se trouvait depuis plusieurs décennies incluse dans une province romaine ? Mais on rappellera la révolte des Salyens de 90, puis, en 83, les campagnes de C. Valerius Flaccus qui séjourna vraisemblablement à Marseille, et, en 77, la marche belliqueuse de Pompée traversant la Gaule méridionale vers l’Espagne, en 66 puis en 62-61, la révolte des Allobroges. Enfin, à partir de 58, les événements de Gaule chevelue pouvaient donner des idées aux peuples de Transalpine, ce qui ne semble pas avoir été le cas (à moins que l’on n’invoque la correction possible des victos Sallyas de César, B.C., l, 35) et les Marseillais avaient pu être, durant cette période, les fournisseurs de César, grand utilisateur de machines de sièges.

13 G. Bertucchi, F. Sa1viat, Un monument méconnu de Massalia : les caves de St-Sauveur, citernes-fontaines de la cité antique, Archéologie du Midi méditerranéen, 3, 1981, 17-32.

14 Ch. Goudineau, Marseilles, Rome and Gaul from the third to the first century BC, dans P. Garnsey, C. R. Whittaker, K. Hopkins (ed.) Trade in the Ancient Economy, Berkeley & Los Angeles, 1983, 76-86.

15 Il n’est pas sûr que les choses seraient plus simples, comme l’indique l’auteur, p. 85, pour rendre compte de : 1)« la présence des boulets de pétroboles sur des sites dont la destruction ne correspond à aucune date historique » : outre que nous connaissons ces « dates historiques » uniquement parce que Rome se trouve mêlée aux événements, on peut penser que, sauf aux moments où la pression dépassait leurs possibilités, les Marseillais ont été capables d’utiliser seuls les engins dont ils s’étaient fait une spécialité ; nous reviendrons d’ailleurs ci‑dessous sur ce problème (3.2.1) ; 2) « les événements de 154 et 125 » : Pourquoi les Marseillais menacés n’auraient-ils pas profité des intérêts que devaient avoir les Romains aussi bien dans la mise au pas des Ligures contre lesquels ils intervenaient depuis plusieurs décennies que dans celle des Salyens (notons que Diodore, XXXV, 23 parle, dans la capitale des Salyens, de l’existence d’un groupe de « philoromains » – et non de « Massaliotemen » – sous l’autorité d’un certain Craton) et autres Voconces, qui risquaient de troubler de fructueux échanges (cf. A. Tchernia, Italian wine in Gaul at the end of the Republic, dans Trade in the Ancient Economy, 1983, 87-104), pour leur en faire partager aussi le maintien ? Les événements de ces deux dates concernaient d’ailleurs sans doute des attaques particulièrement organisées, puisqu’en 154, Marseille elle-même paraît être menacée, et qu’en 125 l’intervention romaine concerne non seulement les Salyens mais les Voconces et de nouveau les Ligures. Ne trouve-t-on pas aussi, dans tout cela, une confirmation de cette stratégie de défense de la ville, impuissante à prendre en compte d’autres types de combats ? ; 3) « la décadence de Marseille » : selon l’auteur, la confection du matériel de siège ou de navigation employait ingénieurs, techniciens et artisans qui se retrouvent en chômage technique ; cela constituait-il la principale richesse ou le premier secteur d’emploi ? Nous ne le croyons pas : il faut plutôt penser à la pêche, à la production vinicole et aux activités commerciales maritimes et terrestres. La décadence ne vient-elle pas plutôt de la concurrence extraordinaire à laquelle, à partir de la fin du IIIe s., les producteurs de vin, les marins et marchands italiens soumirent des gens qui jusque-là se trouvaient pratiquement en situation de monopole ? On peut ajouter que la comparaison que fait Strabon (XIV, 2, 5) entre Marseille, Rhodes et Cyzique quant « au soin extrême apporté par ces trois villes à tout ce qui touche aux ingénieurs militaires, à la fabrication de machines et aux dépôts d’armes et autres engins » n’encourage guère à l’envisager dans une optique commerciale : la remarque, venant après celle qu’à Rhodes certains ports étaient cachés et interdits d’approche à toute personne, sous peine de mort, inviterait même à penser l’inverse.

16 G. Vallet, La cité et son territoire dans les colonies grecques d’Occident, dans Atti Taranto VII, 1967 (1968), particulièrement 81-94 ; Id., Urbanisation et organisation de la chôra coloniale grecque en Grande-Grèce et en Sicile, Cortone, 1983, 944-945.

17 Les représentations d’Entremont au IIe siècle mais aussi les crânes encloués à l’entrée de l’oppidum de la Cloche et la forêt sacrée de Lucain (Phars. III, 339-452) (La Sainte-Baume ?) encore au milieu du Ier s. av. J.-C. rejoignent les observations de Poseidonios sur le culte des têtes coupées et la remarque de Strabon selon laquelle c’étaient les Romains qui avaient mis fin à ces pratiques « barbares » (IV, 4, 5). On opposera cette “résistance” des Salyens à la notation de Strabon (IV, l, 5) selon laquelle les Ibères avaient adopté le culte d’Artémis d’Éphèse et appris des Marseillais à sacrifier selon les rites grecs.

18 Cf. M. Bats, La vaisselle céramique d’Olbia de Provence (Hyères, Var). Recherches sur l’alimentation et les manières de table, Thèse de doctorat de IIIe cycle, Université de Provence, 1985 (spécialement le ch. 2) (= Michel Bats, Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.) Modèles culturels et catégories céramiques, Paris, 1988 (supplément 18 à la RAN).

19 Les pourcentages ont été calculés d’après les sources suivantes : Teste-Nègre : L. F. Gantès, L’oppidum préromain de la Teste-Nègre aux Pennes (B.-du-Rh.), TER dactylographié, Université d’Aix-en-Provence, 1977 ; Les Baou de Saint-Marcel : chiffres donnés lors de la table-ronde par Mlle Guichard ; Espeyran : listing aimable ment communiqué par M. Py ; Saint-Blaise : P. Arcelin, La céramique modelée au Ier s. av. J.-C. dans les B.-du-Rh. (cité n. 25), notamment 56 et 89.

20 Ainsi pourrait-on rechercher dans la Marseille des premiers temps, grecque par les hommes, mais indigène par les femmes, d’éventuels emprunts à la batterie de cuisine salyenne, si les Phocéens n’ont pas imposé leurs goûts dès le départ.

21 A. E. Furtwängler, Monnaies grecques en Gaule, le trésor d’Auriol et le monnayage de Massalia (525/520-460 av. J.-C.), Fribourg, 1978, notamment 307-310. En ce qui concerne la signification du trésor d’Auriol, cf. les remarques de A. Stazio, Monetazione greca e indigena nella Magna Grecia, Atti Coll. di Cortona, 1980, Rome, 1983, (CollEFR 67) 963-978, notamment 971-974 « en milieu indigène proche des colonies grecques, thésaurisation des monnaies d’argent pour la valeur intrinsèque du métal plus que pour leur valeur monétaire ».

22 Martigues : J. Chausserie-Laprée. L. Domallain, N. Nin, Le quartier de l’Île à Martigues, six années de recherches archéologiques. Catalogue de l’exposition, Martigues, 1984 ; Saint-Pierreles-Martigues : Ch. Lagrand, Un nouvel habitat de la période de la colonisation grecque : Saint-Pierre-les-Martigues (B.-du-Rh.) (VIe s. av. J.-C. - Ier s. ap. J.-C.), DAM, 2, 1979, 81-106 ; Saint-Blaise : P. Arcelin, Ch. Pradelle, J. et Y. Rigoir, cité n. 37.

23 Cf. Les articles cités à la note 9 et aussi J. et Y. Rigoir, Le chapiteau préromain de Saint-Blaise, DAM, 6, 1983, p. 143-144. N’est-ce pas à des constructions comme celles de Saint-Blaise (ou du moins à ses ruines) ou de Glanum que pouvait songer Trogue-Pompée lorsqu’il notait que « les Gaulois apprirent des Marseillais à ceindre leurs villes de remparts », plutôt qu’aux murailles de pierres brutes ou peu retaillées de la plupart des oppida ?

24 Pour 1a céramique grise monochrome : Ch. Arcelin-Pradelle, La céramique grise monochrome en Provence, Suppl. 10 à la RAN, 1984 ; Ch. Arcelin-Pradelle, B. Dedet, M. Py, La céramique grise monochrome en Languedoc oriental, RAN, XV, 1982, 19-67 ; Ch. Arcelin, Recherches sur la céramique grise monochrome de Provence, dans Les céramiques de Grèce de l’Est et leur diffusion en Occident. Naples, 1976 (1978), 243-247 ; A. Nickels, Contribution à l’étude de la céramique grise archaïque en Languedoc-Roussillon, ibid., 248-267 ; P. Agostini, La céramique grise des Baou de Saint-Marcel à Marseille : formes en convergence avec des types indigènes, Bull. Arch. Prov. 2, 1978, 1-16. Pour le subgéométrique rhodanien : F. Benoit, Céramique peinte de tradition ionienne en France : le subgéométrique rhodanien, Hommages à F. Grenier, RELig, 1962, 1, 274-285 ; M. Py, La céramique grecque de Vaunage et sa signification, CLPA, 20, 1971, p. 80-88 ; Ch. Lagrand, J.-P. Thalmann, Les habitats protohistoriques du Pègue (Drôme). Grenoble, 1973, 56-83.

25 P. Arcelin, La céramique modelée au Ier s. av. J.-C. dans les Bouches-du-Rhône. La vaisselle culinaire autochtone de la conquête à la romanisation (125 av. J.-C.-règne d’Auguste). Thèse de IIIe cycle dactylographiée, Université de Provence, 1979, 145-195. Cf. aussi Bats 1988, cité n. 18.

26 Chr. Goudineau, Marseilles. Rome and Gaul from the third to the first century B.C., op. cit., n. 14 et Id., Un contrepoids de pressoir à huile d’Entremont (B. du Rh.), Gallia, 42, 1984, 219-221.

27 Cf. M. Lejeune, Textes gallo-grecs. Etudes celtiques, XV, 1976-1977, 105-110 ; Id., La campanienne inscrite de Saint-Blaise et Saint-Rémy, RAN, XIV. 1981, 99-123 ; Id., Rencontres de l’alphabet grec avec les langues barbares au cours du Ier millénaire avant J.-C., Cortone, 1983, p. 731-751 (particulièrement 743-751 : le dossier gallo-grec). Id., Recueil des inscriptions gauloises. fasc. 1, Textes gallo-grecs. 45e Suppl. à Gallia, 1985. Sur la fréquence des graffiti de propriété, on peut comparer ceux que l’on trouve sur campanienne A à Saint-Blaise au IIe siècle (environ 6 % des vases : d’après Lejeune, RAN, XIV, 1981, complété par A. Cayot, Recherches sur la céramique campanienne de Saint-Blaise. TER dactylographié, Aix-en-Provence, 1983) et sur campanienne A et B du IIe siècle à Olbia (moins de 2 % des vases) (cf. la remarque de H. Tréziny, en 2.2.4. dans Le territoire de Marseille (ÉtMass 1).

28 Cf. P. Agostini, Le massif de Marseilleveyre, Provence Historique, XVII, 1967, 333-359, où l’on trouvera la bibliographie antérieure et une étude détaillée du mobilier de la grotte de l’Ours ; cf. ci-dessus, Les remarques d’Henri Tréziny en 2.2.2.

29 M. Lejeune, Épigraphie gauloise à Coudoux (B.-du-Rh.), RAN, X, 1977, 59-75 ; (suite), RAN, XI, 1978, 135-140 ; J.-P. Musso, Épigraphie gallo-grecque et latine de Ventabren, Coudoux (B.-du-Rh.), Rev. arch. Sites, no 14, janv. fév. mars, 1983, 6-9 ; M. Lejeune, dans Gallia, 1, 1983, 1-5.

30 Cf. M. Euzennat, Ancient Marseilles in the Light of Recent excavations, AJA, 84, 1980, 133-140.

31 Cf. aussi au début du Ve s. ap. J.-C., « la maison située en ville avec un jardin attenant », de Paulin de Pella ; voir plus loin dans ce paragraphe.

32 Cf. ma communication, Définition et évolution du profil maritime de Marseille grecque (VIe-Ier s. av. J.-C.), aux VIe Rencontres intern. d’archéologie et d’histoire d’Antibes (24-26 oct. 1985) (infra dans ce volume). Et aussi Histoire de Marseille, sous la direction d’E. Baratier, 1973 : p. 102 : 2e moitié du XIIIe siècle : 25 000 ; milieu XIVe siècle (après la peste noire) : 10 000 environ ; p. 138 : vers 1520 : 15 000 ; en 1544 : 26 000.

33 Cf. L. Robert, Noms de personnes et civilisation grecque. I. Noms de personnes dans Marseille grecque, JS, 1968, 197-213 ; J. Coupry, M. Giffault, La clientèle d’un sanctuaire d’Aristée aux Îles d’Hyères (Ier s. av. J.-C.), PdP, 1982, 360-369 ; id., Onomastique non hellénique dans l’anthroponymie olbienne et massaliète en Ligurie marseillaise, à la fin de l’époque hellénistique, d’après les ex-voto du sanctuaire d’Aristée à l’Acapte, dans Mélanges Lerat, 1984, 1, 209-219.

34 Sur ces problèmes de développement d’un démos, cf. M. Clavel-Lévêque, Marseille grecque, 1977, 118-122, qui n’insiste guère sur les métiers de la mer.

35 J. Coupry, Apports d’Olbia de Provence à l’épigraphie grecque d’Occident, dans Acts of the 5th Epigraphic Congr., 1967, 146 ; on trouve cependant des doubles lettres qui paraissent être les premières lettres d’un nom : ainsi ΔHM peut être Démétrios aussi bien que le démosion, proposé par G. Bertucchi, Les amphores de Marseille grecque (600-200 av. J.-C.). Identification, typologie, chronologie, importance économique, Thèse de IIIe cycle dactylographiée, Université de Provence, 1979, qui signale aussi des motifs figurés ou non (flèche, swastika, cheval…).

36 L’hypothèse des marques de séries annuelles par un magistrat que retient G. Bertucchi (cf. aussi pour les marques des amphores de Thasos : Y. Garlan, Koukos, Données nouvelles pour une nouvelle interprétation des timbres amphoriques thasiens, dans BCH, Suppl. V, 1979 ; M. Debidour, Réflexions sur les timbres amphoriques thasiens, ibid.) doit se concevoir plutôt comme une délivrance d’autorisation d’utilisation par séries, dans la mesure où les marques ont été apposées au moment du tournage des amphores et où, par ailleurs, elles sont loin de figurer sur tous les exemplaires. Peut-on envisager, dans un autre sens, que seules les amphores destinées à accueillir la récolte du domaine public étaient ainsi estampillées ? Mais cette pratique des marques alphabétiques n’est-elle pas à mettre en parallèle avec celle que l’on trouvera, aux deux derniers siècles de la République, sur les amphores italiques ? (Cf. D. Manacorda, Produzione agricola, produzione ceramica e proprietari nell’ager Cosanus nel Io s. A. C., dans Società romana e produzione schiavistica, II, 1981, 27). [Cf. les propositions de M. Py pour un système de datation annuel in : DICOCER2, Corpus des céramiques de l’Âge du fer de Lattes (fouilles 1963-1999), T1, Lattes, 2001, 209-231 (Lattara 14)].

37 Cf. S. C1astrier, BSPF, 1909, p. 31, repris dans L. Chabot, Le Castellas de Rognac et l’étang de Berre à l’époque préromaine, RELig., 1968, p. 207 [En dernier : L. Bernard, 2000]. Pour le monde grec : J. Pecirka, Homestead farms in classical and hellenistic Hellas, dans Problèmes de la terre en Grèce ancienne, 1973, 113-147 ; A. Wasowicz, Typologie des habitats antiques sur le littoral de la Mer Noire, Archeologia (Pol.), XXX, 1981, 1-16.

38 Cf. D. M. Pippidi, Le problème de la main d’œuvre agricole dans les colonies grecques de la Mer Noire, dans Problèmes de la terre en Grèce ancienne (M. I. Finley, dir.), 1973, 63-82.

39 Apud Strabon, III, 4, 17 ; pour la localisation en Ligurie, cf. aussi Diod., IV, 20 et Ps. Arist., Sur les Singul. merv., 91.

40 Cf. par exemple : K. D. White, Roman Farming, 1970, 347-350.

41 J.-P. Brun, L’oléiculture antique en Provence. Paris, CNRS 1986 ; Chr. Goudineau, Un contrepoids de pressoir à huile d’Entremont (B. du Rh.), art. cit.

42 Je remercie F. Salviat d’avoir attiré mon attention sur ce terme d’insistance (qui est apparemment un hapax).

43 Ces chiffres, cités par J. Billioud, dans Histoire du commerce de Marseille (G. Rambert, dir.), T. III, 1951, (p. 415 et 425) sont calculés à partir des taxes prélevées sur les entrées des produits dans la ville de Marseille. Le raisonnement utilisé risque, me semble-t-il, d’avoir fortement surestimé la production locale : on comparera, en effet, le chiffre de production du vin avec celui de 187000 hectolitres en 1805 et de 218 000 hectolitres comme moyenne décennale pour la période 1818-1827 dans tout l’arrondissement de Marseille (cantons de Marseille, Aubagne, La Ciotat, Roquevaire) et l’estimation de 70 000 hectolitres pour la seule commune de Marseille en 1820 (Statistique du département des Bouches-du-Rhône, T. II, 1829, 786-791 et T. III). On notera cependant qu’au XVIe siècle – comme dans l’Antiquité – la vigne paraît confiner à la monoculture : un témoin affirme en 1554 (qui n’est pas une année de disette) que le terroir ne peut fournir que 15 jours de blé à sa ville, malgré la pratique de l’ouillère, forme de coltora promiscua qui intercale des bandes de blé entre les rangées de vigne (cf. Histoire de Marseille, Privat, 1973, 151-152). En ce qui concerne l’huile, les comparaisons sont moins anachroniques qu’on peut le penser ; au XVIe siècle, une moitié de la production revient à la consommation des ménages (cuisine), l’autre aux savonneries et à l’exportation ; dans Marseille grecque aussi, la part d’huile destinée aux soins corporels est sans doute au moins aussi importante que celle destinée à la cuisine !

44 Cf. E. Lepore, PdP, 1970, 21-22, où l’on trouvera aussi les références aux auteurs antiques.

45 Sur ces problèmes de mariage, on se reportera avec profit à l’article de J.-P. Vernant, Le mariage, PdP, 1973, 51-79 (repris dans le recueil Mythe et Société en Grèce ancienne, 1974, 57-81).

46 On rapprochera tout particulièrement en commentaire à ce mariage ce qu’écrit J.-P. Vernant, op. cit., 1974, 77, sur le double rôle de la femme en tant que fille offerte en mariage « tissant entre groupes des réseaux d’alliance » et en tant qu’épouse et mère transmettant 1a souveraineté.

47 Cf. dans ce sens : J.-P. Morel, Présences et influences grecques en Italie Centrale (VIIe-VIe s. av. J. C.), dans Actes du VIIe Congr. de la FIEC. Budapest. 1979 (1983), 230 ; Id., Les relations économiques dans l’Occident grec, Cortone 1983, 569-570 ; G. Nenci et S. Cataldi, Strumenti et procedure nei rapporti tra Greci e indigeni, Cortone, 1983, 593-596. Ainsi R. Bastide (Anthropologie appliquée, Paris, 1971, 104) rappelle-t-il que « par un quiproquo tragique pour eux, les Indiens d’Amérique du Nord eurent l’air de retourner en arrière, puisqu’ils avaient accepté de vendre leurs terres aux premiers Blancs arrivés sur leurs rivages, mais (qu’) ils n’avaient pas la même conception contractuelle de la vente que ces Blancs ; ils n’avaient pas, comme les puritains le pensaient, vendu la propriété de la terre (qui, pour eux, était inaliénable), ils en avaient vendu l’usufruit ; lorsqu’ils la redemandèrent, on les considéra comme incapables de tenir leurs promesses ou comme poussés par Satan ».

48 Cf. R. Van Compernolle, Femmes indigènes et colonisateurs, Cortone, 1983, 1033-1049.

49 Il ne semble pas qu’il faille voir dans la présence d’une femme au sein de l’expédition l’indication que les Phocéens étaient aussi accompagnés d’un certain nombre de femmes. Strabon (IV, 1, 4) raconte en effet qu’ils embarquèrent à Éphèse Aristarché, qui devint à Marseille la première prêtresse d’Artémis. Or le rapprochement des noms d’Aristarché et d’Aristoxéné présente un parallélisme sur la grande qualité de leur titulaire, l’un qualifiant « l’hôte/étrangère », l’autre que Strabon paraît expliquer en disant qu’elle était « l’une des femmes les plus considérées de la ville » d’Ephèse, mais le dérivé Aristarch- qui se rencontre ordinairement au masculin (Aristarchos), reflète le double sens du verbe archéin, « commencer » et « commander » : Aristarché est en effet le guide (hegemon) prescrit aux Phocéens par la déesse éphésienne. Mais on ne manquera pas par ailleurs de rapprocher ce nom des mots archêis, archinê et archeitis qui désignent des prêtresses sur des inscriptions d’Amyclae (IG V 1, 586), Syros (SIG, 890) et Thasos (IG XII, 8, 526) (cf. Chantraine, Dict. Etym. s.v. archô), comme aussi de l’Aristarcheion, nom du temple d’Artémis à Élis (cf. Plutarque, Moral. 302 C).

50 Il me semble qu’il faut éliminer un synœcisme ou une sympoliteia que propose Cataldi (art. cit., dans Cortone, 1983), dans la mesure où sous Comanus encore les relations sont placées hospitii iure. On remarquera à ce sujet que même à Ampurias la sympoliteia, que suggère Strabon III, 4, 8, fut tardive, puisqu’elle n’existe pas encore au début du IIe s. (cf. Tite-Live, XXXIV, 9).

51 L’attaque de Comanus devait avoir lieu au moment des Floralia, où l’utilisation des guirlandes de feuillage et surtout de chars et l’allusion à des orgies paraissent évoquer les Anthestéries, de la fin de l’hiver, en l’honneur de Dionysos (cf. en ce sens, M. P. Nilsson, Griechische Feste von religioser Bedeutung, 1906, 268 et L. Deubner, Attische Feste, 1932, 122) plutôt que 1es Anthesphories en l’honneur de Déméter et Coré (cf. en ce sens, M. Clerc, Massalia, op. cit., I, 453-454). Orgéons et thiases ont pu servir, en dehors des groupements politiques, de creuset pour des rapprochements entre Grecs et indigènes. Par ailleurs, L. Gernet a souligné l’importance de la notion d’hospitalité au sein des fêtes, comme aussi le lien entre certaines fêtes et les mariages (cf. L. Gernet, Frairies Antiques, dans Anthropologie de la Grèce antique, 1968, 34-45).

52 Peut-être faut-il relier à cet épisode l’allusion de Tite-Live (V, 34) aux Phocéens en train de s’installer, assaillis par les Salyens et recevant l’aide de bandes gauloises en route vers l’Italie sous la conduite de Bellovèse et que l’auteur situe sous le règne de Tarquin l’Ancien (c-à-d entre 616 et 578) ; mais il a pu exister aussi une tradition moins pacifique que celle de Justin et Aristote concernant la première installation des Phocéens.

53 On connaît le passage de Strabon (VI, 1, 1) résumant Antiochos qui montre les Phocéens « faisant voile d’abord vers la Corse et Marseille sous la conduite de Créontiadès, mais qui, repoussés, fondèrent Élée » ; c’est un raccourci du récit plus détaillé d’Hérodote (l, 164-167) qui, il est vrai, ne parle pas de Marseille. Je suis d’accord avec l’interprétation de J. Brunel, Marseille et les fugitifs de Phocée, REA, 1948, 5-26, et estime donc inutile de corriger Massalia en Alalia.

54 Ainsi que tentent de le faire par exemple Villard 1960, 109 et Clavel 1977, 127.

55 Cf. J. Brunel, Une tradition milésienne et la légende marseillaise de Catumandus, Bull. Sté d’Hist. et Archéo. de Nîmes et du Gard, 1, 1933-34, 51-56.

56 Lepore 1970, 25, confond à tort sous le vocable d’épiteichis mata, ces forteresses coloniales énumérées par Strabon et les oppida fortifiés où, on l’a noté, Villard voyait « des postes de surveillance massaliotes » et qui, on le sait, sont des habitats indigènes dont la chronologie n’est pas toujours facile à établir.

57 Pour Agde : A. Nickels, Les Grecs en Gaule : l’exemple du Languedoc (Cortone, 1983) 409-425 ; Id., Agde grecque : les recherches récentes, dans I Focei dall’Anatolia all’Oceano, PdP, 1982, 269-279. Pour Olbia : J. Coupry, Olbia la Massaliote, dans Simposio de colonizaciones, Barcelona, 1971, (1974), 191-199 avec la bibliographie antérieure ; M. Bats, Commerce et politique massaliètes aux IVe et IIIe s. av. J.-C. Essai d’interprétation du faciès céramique d’Olbia de Provence (Hyères, Var), dans I Focei dall’Anatolia all’Oceano, PdP, 1982, 256-267 ; Id., La vaisselle-céramique d’Olbia de Provence..., op. cit. à la n. 18. Pour Tauroeis : F. Brien, Les documents et collections archéologiques relatifs au site de Tauroeis-Tauroentum (Le Brusc, Var), Thèse de IIIe cycle dactylographiée, Université de Provence, 1982. Pour Nice : on peut déduire de la Périégèse du Pseudo-Scymnos, qui présente Antibes comme la dernière colonie massaliète vers l’Est, que la fondation de Nice est au moins postérieure à la mort de Timée (260 av. J.-C. environ), cité comme source de ce passage, et de Polybe, 33, 8-10, qu’elle est antérieure aux événements de 154 où elle se trouve impliquée.

58 L’emploi de l’aoriste éktisan dans la subordonnée, après l’aoriste íschusan dans la principale est syntaxiquement normal pour indiquer un fait passé, antérieur à un autre fait passé ; en outre dans la pensée de Strabon, il est évident que la fondation des épiteichismata est liée à la maîtrise de la mer et non à une expansion territoriale (bien au contraire !). Notons que G. Barruol, 1969. p. 222, avait utilisé cette antériorité des épiteichismata que, d’ailleurs, F. Lasserre a bien marquée dans sa traduction de la CUF. J. de Wever (Thucydide et la puissance maritime de Massalia, AC, XXXVII, 1, 1968. p. 37-58) avait proposé une interprétation du texte de Pausanias X, 8, 6 (« Après qu’ils eurent obtenu, grâce à leur flotte, l’hégémonie sur mer au détriment des Carthaginois, les Massaliotes acquirent la région qu’ils occupent maintenant et atteignirent un haut degré de prospérité ») qui impliquait aussi deux phases successives de l’histoire de Marseille : « une période d’expansion maritime qui aboutit à l’hégémonie sur mer suivie d’une période d’expansion territoriale durant laquelle les Massaliotes ont occupé les plaines environnantes et se sont constitué leur chôra ». De Thucydide I, 13-14, J. de Wever déduisait que les victoires navales de Marseille sur Carthage s’étaient déroulées durant la période située entre la fin de la tyrannie de Polycrate (522 av. J.-C.) et la fin du règne de Darius (485 av. J.-C.).

59 Il ne faut peut-être pas trop demander à cette utilisation macabre des ossements qui pouvaient rappeler à la fois le danger que l’on avait couru et la victoire qui avait eu lieu : mais ne sommes-nous pas après tout dans une région où l’on pratique encore l’enclouage des crânes ? M. Clerc (Massilia, II, 53) avait proposé la plaine de Trets-Pourcieux-Pourrières comme localisation des combats.

60 Est-il nécessaire de relier l’exploitation des carrières de La Couronne à la possession du territoire attenant ? À l’Arquet, Ch. H. Lagrand a noté l’existence d’emplacements de carrières de surface au IVe s. av. J.-C. ; le mobilier du village qui leur est associé est manifestement celui d’une population indigène et non massaliote (cf. Ch. H. Lagrand. Un habitat côtier de l’Age du Fer à l’Arquet, à La Couronne (B. du Rh.), Gallia, 17. 1959). R. Guéry, P. Pirazzoli, P. Trousset (Les carrières littorales de la Couronne : indices de variation du niveau marin, dans Histoire et Archéologie, Dossier no 50, fév. 1981, 18-27) signalent que les environs immédiats de la carrière Roquetaillade, à Carro, « étaient déjà occupés vers le IIe s. avant notre ère, époque qui correspond à la construction du rempart hellénistique de Marseille ». Cf. aussi, dans ÉtMass 1 : Discussions.

61 Extension dont le souvenir pourrait s’être conservé à l’époque romaine dans l’excroissance qui, au-delà du bassin de Marseille, englobe la commune des Pennes Mirabeau. P. Arcelin, étudiant l’évolution interne des habitats de Provence et mettant en relation avec les destructions d’habitats indigènes que nous avons notées, celles de la Borie du Loup à la Roque d’Anthéron, de Bompas sur la Durance et de certains quartiers d’Arles, envisage une « expansion territoriale de la chôra marseillaise dans le premier quart du IIe siècle jusqu’au contact avec les populations cavares (Lubéron, Durance, Alpilles) », sous la forme d’un protectorat où les « populations semblent conserver leur autonomie politique » (Évolution des rapports sociaux dans la basse vallée du Rhône aux IIe et Ier siècles avant notre ère, dans Archéologie et rapports sociaux en Gaule, Besançon, 1982 (1984), 189-194). Cette vision des choses, reprise dans sa communication du 16/3/85, a été abandonnée dans la version écrite par l’auteur pour ces Actes.

62 Il paraît difficile d’utiliser la seule mention de la Massaliotide (= hé Massaliôtis, s.e. chôra ou par Strabon, IV, 2, 3 (« Les Arvernes étendaient leur souveraineté jusqu’à Narbonne et jusqu’aux frontières de la Massaliotide »), pour justifier son extension sur la rive droite du Bas-Rhône à une date ancienne (G. Barruol, op. cit. n 3. 227). Strabon qui est en train de démontrer la puissance des Arvernes suggèrerait plutôt que leur empire englobait sans doute les Volques et les Salyens : ainsi verra-t-on, après leur défaite de 123, les dynastes Salyens trouver refuge chez les Allobroges, autre peuple manifestement intégré dans cet empire.

63 Tel doit être vraisemblablement envisagé le site d’Espeyran à Saint-Gilles (importance des trouvailles d’amphores, mobilier non spécifiquement culturellement grec, inscriptions gallo-grecques) plutôt que comme une éventuelle Rhodanousia (G. Barruol, M. Py, Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard, RAN, XI, 1978).

64 Toutes les utilisations du verbe éxoikéiô au moyen et au passif recouvrent le sens de : « admettre dans sa familiarité, se concilier » : c’est notamment le cas des deux autres passages où Strabon utilise ce verbe (II, 3, 4 ; V, 4, 12). Pourquoi alors traduire, comme le fait F. Lasserre « désirant d’ailleurs marquer de toutes les manières que cette région leur appartient » ? C’est d’une part rattacher le participe présent exoikeioumenos au verbe exoikô (avec le sens « d’occuper entièrement » chez Thucydide, II, 17, 1) et d’autre part apporter dans le raisonnement de Strabon une déviation que le traducteur est obligé d’introduire en ajoutant l’adverbe « d’ailleurs ». Ces tours (purgoi) ne doivent pas en effet être prises au sens militaire du terme, mais au sens de colonnes repères ou de « phares » ; on ne peut manquer d’évoquer à leur sujet ce que nous dit Strabon (III, 5, 5) sur les deux tours qui marquent le détroit de Sicile : « Les habitants de Rhégion ont érigé la petite colonne en forme de tourelle (purgion) qui se voit sur le détroit de Sicile et juste en face d’elle s’élève la tour (purgos) dite de Peloros » pour compléter le parallélisme, on notera la présence d’un sanctuaire de Poséidon près de la colonne de Rhégion (cf. Strabon, VI, 1, 5).

65 Nous savons par Pline l’Ancien (III, 4, 33) que, parmi les trois bouches principales du Rhône, la plus orientale s’appelait massalioticum et la plus occidentale hispaniense ce qui suggère plutôt des dénominations de localisation ; dans le même sens, Strabon signale que l’on appelle le Golfe du Lion, Golfe “Galatique” ou “Massaliotique”, parce que, des deux échancrures qui le constituent, la plus importante se trouve du côté du Rhône et de Marseille.

66 À ces tractations qui eurent lieu avec le Sénat, notamment par l’entremise de Cicéron, ce dernier fait plusieurs fois allusion (Philip. VII, 6 ; XIII. 32 ; Ad Att., XIV. 14,6). M. Clerc (Massalia, op. cit., II. 245) a pu même proposer que le Sénat ait envisagé de restituer à Marseille des terres données aux nouveaux colons d’Arles, mais le passage invoqué (Philip., XIII, 31) a peu de chance de s’appliquer à ce cas plus qu’à n’importe quelle autre colonie.

67 On saisit ici la difficulté qu’il y a à isoler l’étude du territoire (chôra) de celle du domaine. [Cf. la synthèse signalée n. 2].

68 Pour les limites des cités de Marseille et d’Arles, cf. O. Hirschfeld, CIL, XII, 65 et 77 ; M. Clerc, Aquae Sextiae, 1916, 165-197 (avec bibliographie antérieure, notamment sur les lapides finales entre les cités d’Aix et d’Arles, pour lesquelles on ajoutera H. de Gerin-Ricard, REA, 1928, 215-218, et que l’on n’a aucune raison de repousser à la fin du IIe siècle ap. J.-C. comme le fait G. Barruol, op. cit., 207). [Cf. J. Gascou, Les limites de la cité antique d’Aquae Sextiae, dans Inscriptions latines de Gaule Narbonnaise, Actes de la table ronde de Nîmes (1987), École ant. de Nîmes, n.s. no 20, 1989, 37-49].

69 Outre le texte tardif de Paulin de Pella déjà cité, on pensera aux productions d’amphores qui se poursuivent au cours du Ier s. av. J.-C. et pendant tout le Haut-Empire (cf. G. Bertucchi, Fouilles d’urgence et ateliers de potiers sur la butte des Carmes à Marseille : les amphores, RAN, XV, 1982, 135-160) et aux allusions de Martial sur le vin de Marseille à Rome.

Notes de fin

* Le territoire de Marseille grecque : réflexions et problèmes, dans Le territoire de Marseille. Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence (1985). Aix-en-Provence, 1986 (ÉtMass, 1), 17-42.

Table des illustrations

Légende La chôra masseliète
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540