Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre II. Anthropologie de l’écriture

Les Gaulois et l’écriture aux IIe-Ier s. av. J.-C.*

Texte intégral

  • * Les Gaulois et l’écriture aux IIe-Ier s. av. J.-C., dans Articulations entre culture matérielle et (...)
  • 1 Bats 1988b.
  • 2 Appien, IV, 12. La scène se passe en 121 av. J.-C. et Bituit est en fait le roi des Arvernes.

1L’usage de l’écriture n’est pas attesté en Gaule avant la fondation de Marseille vers 600 av. J.-C. par des Grecs de Phocée. Dans l’état actuel de nos connaissances, ce n’est que quatre siècles plus tard que des Gaulois ont commencé à l’utiliser eux-mêmes pour écrire leur langue. J’avais insisté dans une étude précédente1 sur ce décalage, unique en Méditerranée, où en général les populations indigènes, italiques ou ibères, ont récupéré ce système d’expression et de communication très vite après leurs premiers contacts avec l’une ou l’autre des deux grandes civilisations de l’écrit, phénicienne et grecque. Cela s’applique à tous les domaines y compris la littérature, si l’on en croit le témoignage de Strabon (III, 1, 6) à propos des Turdétans « qui connaissent l’écriture et possèdent encore, témoins de leur antique passé, des chroniques historiques, des poèmes et des lois en vers qu’ils disent vieux de 6000 ans ». Ce n’est pas le cas des Gaulois : la société celtique appartient à un type de société qui privilégie la transmission orale de sa culture. À côté des druides, maîtres de l’enseignement du sacré où, d’après César, un interdit religieux frappait l’usage de l’écrit, une place importante est occupée par d’autres maîtres de l’oralité, les bardes. Diodore et Strabon, d’après Poseidonios, Ammien Marcelin, d’après Timagène (lui aussi tributaire de Poseidonios), les décrivent comme des poètes, compositeurs et chanteurs, en s’accompagnant de la lyre, de morceaux héroïques et satiriques : tel le barde de la suite de Bituit, évoqué par Appien, improvisant devant les envoyés romains un hymne racontant les exploits du roi et du peuple des Allobroges2. Ce privilège de l’oral se poursuivra jusqu’au temps de l’Irlande païenne où ni les druides, ni les poètes ne confieront leur savoir à l’alphabet ogamique ; ce n’est qu’avec la christianisation que les moines commencèrent à transcrire en latin le vieux fond épique et littéraire. Mais la société gauloise des IIe-Ier s. av. J.-C. n’est pas pour autant une société sans écriture.

L’écriture en Gaule d’après les sources littéraires grecques et latines

2Dans la littérature grecque, les allusions sont rares.

3Diodore de Sicile, qui publie sa Bibliothèque Historique au début du règne d’Auguste, y consacre au livre V de longs chapitres (23-32) à la Gaule, vraisemblablement inspirés des Histoires de Poseidonios, qui vint en Gaule dans la première décennie du Ier s. av. J.-C. Il note (V, 28) que « lors des funérailles de leurs morts, certains Gaulois jettent sur le bûcher des lettres écrites à leurs parents morts, comme si ceux-ci étaient capables de les lire ».

4Une autre information se trouve chez Strabon (IV, 1, 5) : « À preuve, ce qui se passe aujourd’hui [à Marseille] : les meilleurs esprits s’adonnent tous à l’art oratoire et à la philosophie, de sorte que, il y a peu, la cité s’était ouverte comme école aux barbares et avait fait des Gaulois des amis des Grecs au point qu’ils écrivaient en grec jusqu’à leurs contrats ».

  • 3 Cf. dans le même sens la phrase de la célèbre oraison funèbre de Périclès, selon Thucydide (II, 41 (...)
  • 4 D’après Strabon (IV, 4, 6), Éphore, vers le milieu du IVe s., dépeignait déjà les Gaulois comme «  (...)
  • 5 Ferrary 1988, 505-511.
  • 6 Strabon l’utilise une autre fois (toujours en IV, 1, 5) où il faut peut-être lui donner un autre s (...)
  • 7 J’ai essayé de conserver l’original des manuscrits que les éditeurs modifient en général, comme, p (...)

5« Ce qui se passe aujourd’hui » (τὰ καθεστηκότα νυνί) s’oppose à « il y a peu » (μικρὸν πρότερον) : cette opposition, aujourd’hui/autrefois, νῦν/πρότερον, récurrente chez Strabon, met habituellement en parallèle le temps où celui-ci rédige sa Géographie, c’est-à-dire, en gros, l’époque augustéenne, et celui de sa source principale pour la Gaule, Poseidonios, vers le début du Ier s. av. J.-C. Ici cependant, Strabon semble raccourcir le décalage en précisant « il y a peu ». Il s’agit en tout état de cause d’une ouverture récente, aux Gaulois en général et sans doute d’abord à ceux du Midi. « École » (παιδευτήριον), est à prendre avec un sens métaphorique3 (même si cela se fait aussi par l’intermédiaire d’écoles, au sens réel), parce que les barbares sont comme des enfants qu’il faut instruire de la supériorité de la culture grecque. Ainsi mériteront-ils d’être qualifiés d’« amis des Grecs », φιλέλληνες4. J.-L. Ferrary5 a bien montré, en effet, le lien entre φιλέλληνες et παιδεία à l’époque hellénistique. Les Grecs ayant placé, en toute conscience, l’éducation et la culture qu’ils nomment du même mot, paideia, comme critères déterminants de l’identité grecque, comme la marque distinctive de l’hellénisme, la paideia devait aussi devenir une composante fondamentale du philhellénisme. La transmission de la culture grecque se fait en grec et, comme preuve de leur philhellénisme, les Gaulois vont jusqu’à écrire « en grec » (ἑλληνιστί), c’est-à-dire en langue grecque. Le sens d’ἑλληνιστί ici est évident ; c’est l’adverbe (du verbe ἑλληνίζω, parler en grec), normal pour dire « en grec »6. Lorsqu’il veut parler de l’écriture en général, et notamment de celle d’une langue autre que le grec, Strabon utilise le terme γραμματική. Ainsi, à propos de l’écriture chez les Ibères (III, 1, 6) : « Les Turdétans utilisent l’écriture... Les autres peuples d’Ibérie se servent également de l’écriture, pas avec une seule façon de la noter, mais en fonction de la langue propre à chaque peuple »7. L’opposition est claire entre les Ibères et les Gaulois : les Ibères possèdent une écriture pour noter leur langue, les Gaulois écrivent en grec.

6Pour parler de l’écriture utilisée chez les Celtes, César utilise l’expression graecis litteris, « en caractères grecs », « en alphabet grec » :

7BG I, 29

8« On trouva dans le camp des Helvètes des tablettes écrites en caractères grecs ; elles furent apportées à César. Elles contenaient le décompte (ratio) nominatif des émigrants en âge de porter les armes, et un autre séparé pour les enfants, les vieillards et les femmes ».

9BG VI, 14

10« Beaucoup [de jeunes gens] viennent spontanément suivre l’enseignement [des druides], beaucoup leur sont envoyés par les familles. On dit qu’auprès d’eux ils apprennent un nombre considérable de vers. Aussi plus d’un reste-t-il vingt ans à suivre cet enseignement. Les druides estiment qu’il serait sacrilège de consigner leur enseignement (disciplina) par écrit, alors que pour tout le reste en général, pour les comptes privés et publics (publicis privatisque rationibus), ils utilisent les caractères grecs (graecis litteris). Mais ils me paraissent avoir établi cet usage pour deux raisons, parce qu’ils ne veulent pas que leur enseignement soit divulgué, ni que d’autres part leurs élèves se fiant à l’écriture, négligent leur mémoire. Car il arrive d’ordinaire à la plupart des gens que le secours de l’écrit provoque un affaiblissement de l’attention et de la mémoire pour retenir par cœur ».

11Une fois rappelé que la Gaule dont parle César dans les chapitres 13 à 16 du Livre VI, c’est la Gaule chevelue et non la Transalpine, il nous faut nous arrêter sur deux problèmes d’interprétation :

12Quel sens attribuer à l’expression graecis litteris ?

13Les druides sont-ils les détenteurs exclusifs de l’écriture ?

1. L’expression graecis litteris

14L’expression graecis litteris paraît ambiguë, « en caractères grecs » pouvant signifier « en utilisant l’alphabet grec », mais aussi « en grec », comme équivalent d’ἑλληνιστὶ.

  • 8 Polyen VIII, 23, 6, qui signale lui aussi le stratagème de César, ne donne pas ce genre de précisi (...)

15César utilise une troisième fois l’expression dans BG V, 48 : à Cicéron assiégé dans son camp chez les Nerviens (en Belgique), César fait parvenir une lettre : « Il l’écrit en caractères grecs pour que, si elle est interceptée, l’ennemi ne connaisse pas nos plans ». L. A. Constans traduit « en grec » avec raison. Dion Cassius (XL, 9, 3) qui rapporte l’épisode dit ἑλληνιστί, « en grec », et ajoute que César utilisa un code secret8.

16Une enquête chez les auteurs contemporains de César (Cicéron, Varron, Tite-Live) montre que la façon normale de dire « en grec » est d’utiliser l’adverbe graece (avec parallèle latine, « en latin ») qui, en revanche, ne se trouve pas chez César.

17Chez Cicéron, on trouve 24 fois graecis litteris, mais toujours utilisé avec le sens de « littérature grecque », et 71 fois graece avec le sens de « en grec » (parler en grec, savoir le grec, etc.), mais une fois la formule parallèle latinis litteris (Tusc. I, 1) avec le sens d’écrire « en latin ».

18Chez Varron, dans son traité De la langue latine, on trouve deux fois litterae graecae avec le sens de « lettres de l’alphabet grec » (et une fois litterae latinae avec le sens de « lettres de l’alphabet latin ») et l’auteur utilise 22 fois graece lorsqu’il donne l’équivalent « en grec » d’un mot latin.

19Chez Tite-Live, qui n’utilise pas le terme graece, on trouve deux exemples qui éclairent notre recherche :

20XXVIII, 46, 16 : « Hannibal fait construire un autel près du temple d’Héra Lacinia sur lequel il fit graver une très longue inscription racontant ses exploits en caractères puniques et grecs (Punicis Graecisque litteris) », c’est-à-dire, évidemment, en punique et en grec.

21XL, 29, 4 : on découvre des livres du roi Numa dans deux coffres en pierre portant une inscription : Litteris Latinis Graecisque utraque arca inscripta erat : « chaque coffre portait une inscription en caractères latins et grecs » ; la suite du texte montre que le sens signifie en fait « en latin et en grec ».

22Il apparaît donc que l’expression graecis litteris dans la littérature du Ier s. av. J.-C., si elle est peu usitée, a toujours le sens de « en grec ». Cicéron et Tite-Live nous donnent sans doute la clef de l’utilisation de la formule graecis ou latinis ou punicis litteris : elle concerne très précisément la chose écrite, où l’alphabet recouvre la langue. Il est donc difficile d’imaginer, malgré Varron, que César puisse l’utiliser avec des sens différents pour distinguer écriture grecque en langue grecque (cas de la lettre à Cicéron) et écriture grecque en langue gauloise (cas éventuel des druides et des listes des Hélvètes), malgré l’archéologie qui révèle une épigraphie gallo-grecque.

2. Qui écrit ?

23Il y a deux façons de comprendre le texte de César qui ont été toutes deux utilisées sans qu’on en ait tiré vraiment les conclusions qui s’imposent.

24César écrit : « Les druides estiment (existimant) qu’il serait sacrilège de consigner leur enseignement par écrit, alors que pour tout le reste en général, pour les comptes privés et publics, ils utilisent (utuntur) les caractères grecs », du moins dans la traduction de L. A. Constans (et aussi de C. Jullian), où « druides » est le sujet unique des deux verbes existimant et utuntur : ce qui ferait des druides les scribes attitrés dans la société gauloise, détenteurs de l’écriture : les lettrés, sachant lire et maîtres de l’apprentissage de l’écriture à travers le monopole de l’enseignement. Le maintien d’un haut niveau de compétence dans le domaine de l’écrit allié à leur rôle de gardien des idées leur assurerait le contrôle des moyens d’archivage et de communication écrits du moins tant qu’un autre enseignement laïque (par l’ouverture de Marseille et les effets de la conquête romaine) ne vient pas entamer ce monopole, accélérant la diffusion de l’alphabet qui permet l’accès à l’art de lire et d’écrire au-delà de la caste des lettrés. Aussi sans doute faut-il faire la part des choses en fonction de la chronologie et de l’espace géographique. On y reviendra plus loin.

25Mais il y a une autre façon de comprendre le texte de César car toute forme verbale latine contient en elle-même un sujet et en raison de l’autonomie de cette forme verbale, le sujet peut changer dans une même phrase sans aucune indication particulière, le sujet se dégageant du contexte ou étant laissé dans le vague comme dans les troisièmes personnes indéfinies. Ainsi que dans notre phrase, le sujet d’existimant est “druides”, mais celui d’utuntur peut être un indéfini “on”, c’est-à-dire les Gaulois en général (c’est le parti adopté par exemple par M. Lejeune, 1985, 3). D’où la traduction : « Les druides estiment qu’il serait sacrilège de consigner leur enseignement par écrit, alors que pour tout le reste en général, pour les comptes privés et publics, les Gaulois utilisent les caractères grecs ». Plus loin (VI, 19), César évoque, comme exemple d’un de ces comptes privés, le compte financier, dressé au moment du mariage, à partir de la dot de la femme et d’une somme équivalente engagée par l’homme, peut-être par écrit d’après le terme utilisé (pecuniae ratio). Or César, on l’a vu, est rejoint par Strabon pour témoigner de l’usage de l’écrit dans le domaine profane, notamment dans le champ de l’économie privée. Au Ier s. de n. è. encore, Valère Maxime fait allusion à des reconnaissances de dettes payables même dans l’au-delà, tandis que Pomponius Mela parle des « comptes commerciaux (negotiorum ratio) et des recouvrements de créances (exactio crediti) emportés aux enfers » par les défunts, pratiques qui rappellent celles décrites par Diodore un siècle plus tôt.

26En outre, si tous les documents de compte ou les lettres, qu’ils aient été sur support périssable (tablettes de bois, voire papyrus) ou recyclable (lames de plomb) nous échappent, la diffusion de l’épigraphie gallo-grecque sur support de pierre ou de céramique, y compris en Gaule chevelue, prouverait elle aussi qu’elle dépassait une classe de lettrés, mais n’ôte pas la possibilité d’une spécialisation de certains secteurs techniques de l’écriture dans les mains d’une caste. Un contre-exemple sur les limites de la culture des druides nous est fourni par l’un des plus célèbres d’entre eux, Diviciacos, druide éduen rencontré en 58 par César au moment de la migration des Hélvètes. Pour communiquer avec lui, César est obligé de faire appel à un interprète (BG, I, 19), ce qui signifie que non seulement Diviciacos ne pratiquait pas le latin, malgré le voyage à Rome auprès de Cicéron quelques années plus tôt, mais pas davantage le grec que parlaient couramment tant Cicéron que César. Sa tribu ne pouvait guère compter sur lui pour tenir les comptes,... à moins qu’il n’ait bien sûr utilisé le gallo-grec.

Les témoignages archéologiques de l’écriture : grec et gallo-grec

27Il faut distinguer moments et espaces.

1. Jusqu’au IVe s. av. J.-C.

28Jusqu’au IVe s. av. J.-C., la situation est simple : entre l’Ibérie et l’Italie, les seuls témoignages d’écriture sont d’une part en grec, d’autre part en étrusque.

Fig. 1 − Inscriptions grecques de Ruscino (]ΛΟΗΦΟΡΟ[), Montlaurès (]OΔΑΙΜΟN[) et Bessan (Ve s.).

29En dehors de Marseille et Emporion mêmes, ces témoignages sont de deux types :

  • des inscriptions et graffiti sur céramique, en général marques de propriété de noms à racines grecques ou étrusques9
  • une lamelle de plomb, à Pech Maho, écrite sur ses deux faces, en grec (memorandum évoquant un contrat commercial) et en étrusque.
  • 10 Cf. Bertucchi 1992, 195-196 ; Bouloumié 1992, 267-269.

30Ces inscriptions, à mettre en relation avec l’activité commerciale des Grecs et des Étrusques d’Emporion à Marseille, se trouvent sur le littoral et dans des sites dont le mobilier contient une bonne part d’importations (outre Pech Maho, il faut citer Lattes [pour l’étrusque], Bessan, Ensérune, Montlaurès, Ruscino) (Fig. 1), mais sont en définitive peu nombreuses, voire quasiment absentes en Provence (Saint-Blaise10) (Fig. 2).

Fig. 2 − Inscription grecque de Saint-Blaise sur pithos : ΜƑΡΕΣΙΚΟΣ.

  • 11 Cf. pour le plomb de Pech Maho : Lejeune et alii 1988 ; Lejeune 1991 ; Ampolo 1990/91 ; de Hoz 199 (...)

31Le grec et l’étrusque sont des langues véhiculaires du commerce et l’on doit envisager des situations de bilinguisme avec résidence de Grecs ou d’Étrusques dans des établissements indigènes11.

2. À partir du IVe s.

32À partir du IVe s., on voit apparaître, dans la zone ibère du Levant et jusqu’à l’Hérault (Ensérune), un nouveau système d’écriture : la langue ibère transcrite par un alphabet semi-syllabique adapté de l’écriture hispanique méridionale doit, au moins dans la partie languedocienne, être considérée comme une langue véhiculaire ; à Ensérune moins de la moitié des noms de personnes se rattache à une racine ibère, les autres sont gaulois ou celto-ligures. Il s’agit toujours des mêmes types d’inscriptions : marques de propriété sur céramique et lettres et contrats sur plomb. La nouveauté, c’est que les indigènes maintenant écrivent.

33J’ai dit que la langue ibère fonctionne ici comme langue véhiculaire ; que se passe-t-il si la personne qui écrit est un Gaulois ? Comme on n’a pas d’exemple d’épigraphie gallo-ibère, c’est-à-dire en caractères ibères mais parlant gaulois, il est évident que ce Gaulois est un bilingue qui écrit son nom en le transposant en langue ibère et à l’aide de caractères ibères. L’alphabet semi-syllabique ibère paraît, d’ailleurs, mal adapté à la phonétique gauloise si l’on compare les transcriptions de noms gaulois en ibère et en grec ou gallo-grec.

3. À partir de la fin IIIe s./début IIe s.

34À partir de la fin IIIe s. /début IIe s., sur un certain nombre de sites indigènes de Gaule méridionale, on trouve des mots gaulois, en majorité des noms propres gaulois, écrits en caractères grecs ; c’est à partir de ces inscriptions que l’on a parlé d’épigraphie gallo-grecque, qui peut prendre plusieurs formes :

  • marques de propriété sur céramique, en général datables grâce au support,
  • inscriptions lapidaires : dédicaces votives ou épitaphes, en général indatables,
  • inscriptions sur plomb, rares,
  • légendes monétaires.

Fig. 3 − Inscription du Mont Beuvray : ΔΟΝΝΙΑC, (propriété de) Donnia.

35La distribution géographique se fait clairement en trois zones principales (autour de l’Étang de Berre, à cheval sur la basse Durance et en Languedoc oriental) d’intervention privilégiée de Marseille avant et surtout après la création de la Transalpine. Dans le courant du Ier s. av. J.-C., une autre zone de diffusion de l’écriture gallo-grecque se constitue en Gaule du Centre-Est. Il s’agit là aussi essentiellement d’inscriptions de noms propres sur céramique à côté de rares inscriptions lapidaires. On les trouve chez les Ségusiaves (surtout à Roanne), chez les Éduens au Mont Beuvray (les plus nombreuses) (Fig. 3), chez les Mandubiens à Alésia et chez les Lingons (à Vertault) (Fig. 4).

  • 12 On possède vraisemblablement un parallèle d’un Ibère parlant grec et écrivant son nom, Kanikone, e (...)

36Le gallo-grec est une adaptation de l’alphabet grec hellénistique récupéré sans aucun doute à Marseille. Le gaulois y trouvait le stock nécessaire de voyelles et de consonnes mieux adaptées à sa phonétique que ne l’était l’alphabet semi-syllabique ibère. Le gallo-grec est une écriture qui transcrit la langue gauloise et donc normalement se différencie nettement du grec transcrivant la langue grecque. Pourtant, il y a un problème que les éditeurs de cette épigraphie gallo-grecque n’ont pas vraiment affronté et qui me semble en revanche évident : lorsque cette épigraphie se résume à l’énoncé d’un nom propre, fut-il gaulois, comment reconnaître s’il appartient à un Gaulois écrivant sa langue en gallo-grec ou à un Gaulois bilingue écrivant son nom en grec, comme nous venons de noter à Ensérune ou Pech Maho des Gaulois écrivant leur nom en caractères ibères à l’intérieur d’inscriptions en langue ibère ? De même en ce qui concerne le gallo-latin, P.-Y. Lambert (1995, 118) notait avec raison que pour les marques de propriété sur céramique, « c’est la finale du nom en -us qui permet de décider si l’inscription est gauloise ou latine » et que « l’inscription réduite à un nom présentant une lacune finale ne pourra être considérée comme gauloise de façon sûre ». Le problème n’est pas différent avec le gallo-grec puisque la transcription en grec aura la même finale en -os12.

Fig. 4 − Carte de répartition des inscriptions en caractères grecs sur pierre et céramique sur les sites indigènes de Gaule (IIe-Ier s. av. J.-C.).

37Or nous avons précisément, en Gaule méridionale, des preuves écrites de l’existence de situations de bilinguisme : ce sont les exemples clairs d’une épigraphie grecque émanant de Gaulois ou destinée à des Gaulois :

  • une main de bronze, « signe de reconnaissance auprès des Ouelaunoi », si l’on en croit l’inscription grecque ΣΥΜΒΟΛΟΝ ΠΡΟΣ ΟΥΕΛΑΥΝΙΟΥΣ13
  • des légendes monétaires : on trouve d’une part des ethniques de forme grecque, avec désinence au génitif pluriel sur le modèle normal des légendes monétaires grecques (cf. l’exemple proche Massalietôn) : Glanikôn, Kainiketôn, Samnagetôn, Loggostaletôn. Certains peuvent recouvrir le réseau des poleis Massalias : en ce sens également, la légende Aue (pour Aὐενιών, Avignon) ne peut être que grecque et les légendes Aoue (pour Ἀουεννιών) et Kabe (pour Καβελλιών, Cavaillon)14 doivent être en grec plutôt qu’en gallo-grec. On trouve d’autre part, sur les monnaies des Longostalètes de la région de Béziers15, des noms de chefs gaulois (Bitouios, Bitouiotouos, Kaiantolos, Rigantikos ou Brigantikos), souvent affublés du titre grec de roi (Βασιλεύς), soit au nominatif, soit au génitif sur le modèle normal du monde grec de l’époque hellénistique. Toutes ces monnaies se situent à l’intérieur de la province de Transalpine et leur datation, mal assurée, est sans doute plutôt de la première moitié du IIe s. av. J.-C.16.
  • des inscriptions gravées sur des vases du sanctuaire d’Aristée à l’Acapte (Hyères, Var), sur le territoire de la colonie massaliète d’Olbia, par des Gaulois écrivant en grec : il y en a une vingtaine datées de la deuxième moitié du IIe s. et de la première moitié du Ier s. av. J.-C.17. Prenons quelques exemples :
    1. Ουελαυνος Ἀρισταίωι χάριν ἔχω[ν]
      Ouelaunos, à Aristée, avec reconnaissance
    2. [Αδ]ρετιλλος Σολτμαριος Ἀριστ[αίῳ χά]ριν [
      Adretillos, fils de Solimaros, à Aristée, avec reconnaissance
    3. Ουενινος Κονγενοαλου Ἀρτσταίῳ ἀνάθεμα
      Oueninos, fils de Kongenoalos, à Aristée, cette offrande
    4. Ρεγοαλος Ουελαυνου Ἀρισταίω χάριν λεγόμενος (Fig. 5)
      Regoalos, fils de Ouelaunos, avec reconnaissance

Fig. 5 – Inscription du sanctuaire d’Aristée à l’Acapte (Hyères, Var).

  • 18 P.-Y. Lambert (1995, 44 ; 1997, 40) utilise même les transcriptions de Regoalos et Kongenoalos pou (...)
  • 19 Notons cependant que le suffixe patronymique en -ios existe aussi en grec, spécialement en poésie.
  • 20 On peut bien sûr imaginer que les dédicaces sont rédigées sur place par un scribe grec, mais la mu (...)

38Outre la transcription des noms identique à celle attendue en gallo-grec18, on notera l’adjectif patronymique, Solimarios, à suffixe en -io- courant en langue gauloise, à côté de la forme normale en grec du nom patronymique au génitif dans les exemples 3 et 419. Or, ici on est sûr qu’il s’agit d’épigraphie grecque parce qu’on a les formules complètes20. Imaginons que ces Gaulois aient écrit seulement leur nom : nous ne pourrions décider s’il s’agit de grec ou de gallo-grec.

39Il en est de même pour tous les graffites les plus anciens retrouvés sur les sites indigènes à partir de la fin du IIIe s. et qui se limitent à noter des noms propres ou des parties de noms (les premières lettres) (Fig. 6 et 7). Le plus ancien exemple se situe sur le site de l’Île à Martigues ; il s’agit de l’inscription Orbônos ou Orbôlios, sur une coupe de campanienne A précoce de la deuxième moitié du IIIe s., pour laquelle j’avais émis l’hypothèse d’un Gaulois écrivant son nom en grec (Bats, 1988b, 125, reprise par de Hoz, 1998, 126) : le scénario imaginé par Lejeune (1988, 86 : un objet de collection transmis de possesseur en possesseur) pour rajeunir l’inscription et en faire une inscription gallo-grecque, n’est pas soutenable dans la mesure où le vase provient de la couche de destruction du village à la fin du IIIe s. J’avais proposé par ailleurs (Bats, 2000, 77), que le Ritumos de Martigues, qui, dans la première moitié du IIe s., avait inscrit vingt fois son nom Ριτυμος, sur sa vaisselle, écrivait en grec et que le u pouvait être alors un/u/plus ouvert (à côté d’un /u/ fermé commun dans les inscriptions gallo-grecques où il est rendu par le digramme oυ), que l’on retrouverait dans la graphie latine Ritomaros à côté de Ritumaros. J. de Hoz (communication personnelle) estime, à juste titre, que dans ce cas le scripteur aurait utilisé l’omicron plutôt que l’upsilon (mais le scripteur possède un nom à suffixe -mo inconnu par ailleurs en gaulois et qui pourrait se rattacher à un fond encore imparfaitement “gallicisé”). J. de Hoz pense cependant que si Ritumos n’écrit sans doute pas en grec, il le fait à partir de sa connaissance du grec : « on se trouverait devant un usage de l’alphabet grec pour écrire du gaulois où, à partir de l’utilisation d’un upsilon à valeur /u/ dans les diphtongues eu/au, un Gaulois, connaisseur du grec (ou guidé par un Grec), aurait opté pour la graphie υ au lieu du digramme oυ, sans qu’il y ait possibilité de confusion, dans la mesure où la valeur /ü/ n’existe pas en gaulois ».

Fig. 6 – Inscription de l’Ile à Martigues : ΟΡΒΩΛΙΟΣ.

Fig. 7 – Inscription de l’Ile à Martigues : ΡΙΤΥΜΟΣ.

40L’identité gallo-grecque de tous ces graffites peut être révélée de la manière suivante :

  1. par la présence d’une des éventuelles adaptations de l’alphabet grec en gallo-grec, c’est-à-dire le q pour noter l’affriquée équivalente à dentale + sifflante ts / ds ; le χ pour noter la spirnte x en combinaison avec t et s, dans le groupe de consonnes [xt] et [xs]
  2. par la présence d’une forme nominale déclinée (la présence d’une forme nominale gauloise de type patronymique en -ios ne suffit pas comme le montre le Solimarios de l’Acapte) : à ma connaissance, le témoignage le plus ancien serait alors l’inscription du Baou Roux, Αθουιται (ou Αειουιται) Κογγενομαρος (Kongenomaros pour Adsouita [ou Aiouita]), datée du dernier quart du IIe s.21 (Fig. 8).

Fig. 8 – Inscription du Baou-Roux à Bouc-Bel-Air.

41De plus, nous avons parallèlement sur le site de Lattes la présence de deux abécédaires qui offrent deux particularités qui en font des témoignages d’apprentissage du grec plutôt que du gallo-grec.

  • 22 Cf. Bats 1988a, 148 et Bats 1988b, 127-128 ; Py 1994, 280, fig. 77.

42Tous les deux sont gravés sur des tessons de campanienne A datée ou issue de couches de la première moitié du IIe s.22.

Fig. 9-10 – Abécédaires de Lattes.

43Le premier abécédaire (Fig. 10), sur deux lignes complètes, présente, dans l’ordre, les lettres

ΑΒΓΔΕΖΙΙΘ
ΙΚΛΜΝΞΟΠΡC

44où la présence de la lettre zéta, non utilisée en gallo-grec, pousse à y voir un abécédaire grec plutôt que gallo-grec. Les lettres assez mal formées font penser à un exercice d’écolier qui n’a d’ailleurs pas réussi à aller jusqu’au bout de l’alphabet qui, après quelques cafouillis au niveau du mu, du nu et de l’omicron, semble s’arrêter au sigma (lunaire).

45Il faut s’arrêter un peu plus longuement sur le deuxième abécédaire (Fig. 9), inscrit sur trois lignes, incomplètes du fait de la cassure à droite du tesson :


ΚΝΑΞ
Τ (?)

  • 23 La liste du Manuel contient dix-huit monosyllabes ; on y trouve des mots peu usités difficiles à p (...)

46La graphie est de bien meilleure facture et la deuxième ligne renferme un mot rare de la langue grecque κνάξ, glosé gala leukon (lait blanc) par Hésychius probablement d’après un fragment de Thespis cité par Clément d’Alexandrie (Strom., V, 8, 48) qui mentionne aussi le sens de maladie de la peau selon Apollodore de Corcyre. Mais ce qui en fait tout l’intérêt dans notre cas, c’est que l’on retrouve ce mot dans une liste de mots monosyllabiques rangés par ordre alphabétique sur un Manuel d’enseignement retrouvé sur un papyrus d’Alexandrie de la fin du IIIe s. av. J.-C.23 et dans une formule enfantine, contenant une seule fois toutes les lettres de l’alphabet (κναξζβί χθύπτης φλεγμὼ δρόψ), citée par Clément d’Alexandrie (ibid.). Le Manuel comprend aussi des listes de mots de deux, trois, quatre et cinq syllabes. La répétition de ces listes de mots et de ce type de formules (Clément d’Alexandrie en cite deux autres), associée à un exercice de lecture ou de dictée, est destinée à assouplir la prononciation, mais elles servent aussi de modèles d’écriture (ὑπογραμμός), comme le précise Clément d’Alexandrie et comme le prouve l’ostrakon de Lattes : on appréciera l’importance de ce document unique d’un apprentissage du grec dans le monde occidental.

  • 24 Prosdocimi 1990 (sp. 221 et s.) : de très belles pages, parfois difficiles, toujours suggestives, (...)

47Il existe donc à Lattes un enseignement-apprentissage du grec. Était-il le fait de familles grecques résidant à Lattes ou des indigènes eux-mêmes ? Y a-t-il un enseignement parallèle du gallo-grec ? Ou faut-il envisager que l’apprentissage du gallo-grec passait par celui du grec ? A. L. Prosdocimi a bien montré, à propos du passage alphabet grec-alphabet étrusque, la persistance d’un modèle d’alphabet “théorique” conservant tous les signes non utilisés dans l’alphabet d’usage, qui pourrait très bien s’appliquer ici24.

  • 25 Cf. Bats 1988a.
  • 26 Prosdocimi, 1995, 54.

48En tout cas, des Gaulois écrivent leurs noms en caractères grecs à Lattes dès le IIe s., comme l’attestent les nombreuses inscriptions gravées sur céramique25, sans qu’il soit possible de décider s’il le font en grec ou en gallo-grec. Mais peut-être faut-il envisager une phase d’écriture en “gaulois épigraphique”, utilisant un alphabet grec encore non adapté à la phonétique gauloise, sur le modèle du “ligure épigraphique”, postulé par A. L. Prosdocimi pour désigner « la langue des inscriptions sur des stèles de la Lunigiana, vers 500 av. J.-C., en caractères étrusques qui n’avaient pas été adaptés »26.

Écriture et identité gauloise

  • 27 Dumézil 1940.
  • 28 Goody 1994, 177-199. C’est paradoxalement l’ethnologue qui, en transcrivant pour la première fois (...)

49En Gaule chevelue, César témoigne, au milieu du Ier s. av. J.-C., d’une « peur de l’écriture » dans le champ du sacré où un interdit religieux frappait l’usage de l’écrit. César, cependant, ne se contente pas de cette explication pourtant a priori suffisante, et ajoute un commentaire personnel. D’une part, les druides auraient à cœur de conserver le secret de leur discipline et d’en éviter la diffusion, d’autre part ils seraient mus par un motif pédagogique d’exercer la mémoire de leurs élèves. Le premier argument qui va au-delà de l’interdit religieux ajoute une dimension sociale. Pomponius Mela (III, 2,19) note que l’enseignement se fait « en secret, soit dans une grotte, soit dans des vallons écartés » et Lucain (Phars., v. 453-454) fait habiter les druides dans des « bois sacrés écartés » (remotis lucis). Les druides, « maîtres de sagesse », « philosophes » et « théologues », interviennent comme une confrérie accueillant des initiés poursuivant leur formation à l’écart de la vie en société. Garants de l’ordre du monde, ils sont aussi les garants de l’ordre social et de leur propre place, comme classe sacerdotale, dans la reproduction de cette société. G. Dumézil avait tenté lui aussi d’expliquer cette peur de l’écriture27. Selon lui, il fallait rapprocher les vers de la tradition druidique des itihasa indiens, des gatha bouddhiques de l’Inde, des gatha avestiques de l’Iran et des épopées irlandaises, qui permettaient d’entrevoir un même prototype : « des morceaux en vers, relativement fixés pour les passages pathétiques ou importants, mais, pour le reste, une prose à l’état fluide que chaque récitant traitait à sa manière, l’allongeant ou la comprimant ». Une telle tradition, vivante par définition, laissant à chaque génération le soin de réviser et d’accommoder les récits autour de quelques points fixes, ne pouvait que répugner à l’écriture. Parallèlement à la transmigration des âmes, « à chaque génération, en chaque étudiant, le savoir se réincarne... Les druides n’ont pas voulu immobiliser dans des signes morts une science qu’ils considéraient comme sans cesse renaissante ». Et G. Dumézil rapproche cette attitude des druides de la résistance de Numa ou des Pythagoriciens face à l’écrit selon le récit de Plutarque (Numa, XXII, 2-3) : « vers la fin de sa vie, Numa avait enseigné aux prêtres ce qu’il avait mis dans ses écrits et en avait fixé dans leur mémoire tout le contenu et toute la pensée ; aussi ordonna-t-il de les ensevelir avec son corps, estimant qu’il n’était pas convenable de confier la garde de ses enseignements secrets à des lettres mortes. C’est, diton, pour la même raison que les Pythagoriciens ne mettent pas non plus leurs doctrines par écrit et qu’ils les confient à la mémoire de ceux qui en sont dignes, par une transmission purement orale ». J. Goody28 étudiant la transmission du mythe du Bagré, un long poème de 12000 « vers », chez les LoDagaa du Ghana, montre comment, dans cette société sans écriture, « en l’absence d’une version originale qui puisse être étudiée comme un texte ou d’un détenteur unique de la tradition orale, le Bagré se dilatait, se développait et se resserrait à chaque nouvelle narration d’une manière productrice, créatrice qui caractérise une grande partie des activités orales de type littéraire ». Comme le druide gaulois, le récitant du Bagré, un initié face à des néophytes ou à des initiés tenus au secret, est dans la situation à la fois de récitant et de créateur. La tradition orale va de pair avec une remémoration créatrice, c’est l’écriture qui permet le développement de la mémoire mécanique, de la mémorisation du mot à mot. L’argument pédagogique de César va à l’encontre de cette donnée qui recouvre, on l’a vu, l’un des aspects du système scolaire grec et romain fondé sur la répétition et l’écriture de listes de mots où la mémoire auditive est relayée par la mémoire visuelle.

50Si le champ « littéraire » échappe donc à la fixation par l’écriture, Strabon et César témoignent, en revanche, pour le Ier s. av. J.-C., de l’usage de l’écrit dans le domaine profane, notamment dans le champ de l’économie privée et de l’économie politique. On sait que ces deux champs ont été privilégiés dans toutes les civilisations aux débuts de l’écriture : que l’on songe aux tablettes mésopotamiennes en cunéiforme ou à celles minoennes en linéaire A et mycéniennes en linéaire B. On les retrouvera, avec l’intermédiaire de l’alphabet latin, par exemple sur les comptes des potiers de La Graufesenque, au Ier s. de n. è., gravés sur des fonds de plats sigillés dans un mélange de latin et de gaulois. Tous les autres supports éventuels, périssables, ont disparu.

51Ceux qui subsistent pour une période antérieure, sur des supports non périssables, appartiennent à un autre champ, celui de l’affirmation de soi, dans une proclamation d’identité.

52C’est en tout cas à partir du début du IIe s. que certains sites du Midi de la Gaule (Teste Nègre aux Pennes-Mirabeau, Martigues, Lattes, Saint-Blaise), dont le mobilier atteste des relations suivies avec Marseille, offrent d’un seul coup ces témoignages d’inscriptions de noms propres en alphabet grec sur céramique. Pourquoi à ce moment-là ? La raison est certainement à chercher dans l’établissement d’un nouveau type de relations entre Grecs et indigènes sur certains sites dont cette explosion écrite serait un signe : disons que du point de vue culturel il témoigne d’une affirmation d’identité, d’une prise en compte de soi par rapport à l’Autre d’une façon qui n’existait pas auparavant dans ce secteur. Mais ce processus semble se dérouler en deux étapes. Je serais tenté de penser que dans un premier temps on se trouve dans une situation de contacts individuels où les échanges (ou la proximité géographique), accompagnés éventuellement de la résidence de familles grecques sur les sites indigènes des contacts, ont développé le bilinguisme et où le grec est d’abord la langue véhiculaire écrite. C’est dans ce contexte d’emprunt technique qu’est créée l’écriture gallo-grecque dont les principaux vestiges, et notamment les inscriptions lapidaires, sont certainement essentiellement de la fin du IIe s. et surtout du Ier s. av. J.-C. Mais c’est le moment où l’environnement socio-politique change d’un seul coup : avec la conquête romaine, on passe d’une situation de rencontres à une situation de domination. À côté du grec qui continue à être utilisé jusque dans le courant du Ier s. av. J.-C., le gallo-grec se développe et culmine dans le cadre de la province de Transalpine. Est-ce paradoxal et faut-il y voir un argument supplémentaire pour remettre en cause une véritable organisation de cette province par l’administration romaine ? En réalité ce phénomène est parfaitement compatible avec l’attitude des Romains vis-à-vis des provinces conquises : Rome s’est toujours accommodée de la diversité culturelle de ses sujets ; la pénétration et l’expansion du latin n’ont jamais pris la forme de la contrainte ; le multilinguisme a partout été une situation normale : cela avait été le cas, en Italie, dans les régions conquises sous la République ; sous l’Empire il n’y aura jamais non plus de politique spécifique pour imposer l’usage quotidien du latin. Mais bien sûr la fondation de colonies romaines en territoire conquis, le service militaire, la promotion politique dans le cadre municipal et impérial et le désir de faire carrière à Rome seront des moyens d’assurer peu à peu la victoire du latin. Ce qui n’empêchera pas parallèlement qu’une épigraphie gallo-latine assurant la transcription de la langue gauloise continue à maintenir une expression d’identité “traditionnelle”.

  • 29 Lejeune 1985, 418-420.
  • 30 Fellmann 1999a et b.

53En attendant, c’est le gallo-grec qui, avec le grec, constitue pour les Gaulois, plus qu’un moyen de communication et, peut-être, de comptage et d’enregistrement d’archives, un moyen d’affirmation identitaire, personnelle, sociale et politique : ce dernier aspect est évidemment privilégié par les vestiges archéologiques, telles que les inscriptions sur pierre ou les monnaies. Cette affirmation d’identité par l’écriture, radicalisée par les contacts politiques et économiques développés par les conquérants et leurs représentants sur place, soldats, administrateurs, colons, marchands, dépasse les frontières de la province romaine. Chez les Hélvètes, le témoignage de César est corroboré par deux découvertes de la région de Berne. La présence de la signature en alphabet grec d’un artisan, du nom de Korisios, sur une épée de fer de La Tène finale retrouvée à proximité de l’oppidum de Port, occupé dans la première moitié du Ier s. av. J.-C.29 prend un relief inattendu avec la publication récente d’une inscription gallo-grecque, en l’honneur du dieu métallurgiste Goban(n)o, sur un lingot de zinc provenant de l’oppidum de Berne30 (Fig. 11).

Fig. 11 – Inscription de l’oppidum de Berne : ΔΟΒΝΟΡΗΔΟ ΓΟΒΑΝΟ ΒΡΕΝΟΔΩΡ ΝΑΝΤΑΡΩΡ.

Fig. 12. Inscription de l’oppidum de Manching.

Jouis de la vie,31er3233 duo nominapraenomennomen nomencognomen nomina3435e

54Résumons les grands traits de notre reconstruction :

  • À partir de la fin du IIIe s. av. J.-C., les relations entre les Grecs de Marseille et les indigènes du bas-Rhône et du Languedoc oriental sont arrivées au point de déclencher l’usage de l’écriture chez ces derniers, écriture en grec plutôt qu’en gallo-grec.
  • Le signe de marquage de propriété est le premier témoignage d’écriture, et le seul qui ait subsisté : est-il significatif ? A-t-on le droit de s’appuyer sur lui pour comprendre cet emprunt de l’écriture ? Car sans l’information césarienne, peu avant le milieu du Ier s. av. J.-C. (depuis quand peut-elle s’appliquer ?), on ignorerait l’usage de l’écriture pour les « comptes publics et privés » qui est une manifestation d’une toute autre portée. Est-elle en grec, comme l’affirment César et Strabon, ou en gallo-grec, comme le voudrait le témoignage, incomplet, de l’archéologie ? Sans doute les deux formes existent-elles parallèlement et a-t-il existé une période de tâtonnements avant l’adaptation de l’alphabet grec à la phonétique gauloise.
  • Il faut faire la part des choses en fonction de la chronologie et des espaces géographiques. Malgré l’absence de documents, on ne peut pas être sûr que les Grecs de Marseille et les Gaulois n’aient jamais utilisé l’écrit dans leurs relations commerciales, leurs relations politiques, comme l’ont pratiqué les Ibères. Il est évident que le gallo-grec est né dans l’environnement de Marseille, dans un milieu où le bilinguisme gaulois/grec était depuis longtemps une nécessité des échanges. Il a eu ses prolongements dans les centres de contact commerciaux et politiques, d’où sa diffusion le long de l’axe Rhône-Loire-Saône au Ier s. av. J.-C. En Gaule chevelue, les druides, caste d’intellectuels, sont devenus une caste de lettrés – un peu comme les clercs du Moyen Age –, au service de l’aristocratie, face à un peuple d’illettrés ; parmi ces derniers, cependant, marchands et artisans ont pu accéder à l’apprentissage de l’écriture nécessaire à leurs contacts d’échanges.
  • Le gallo-grec, qui n’a jamais totalement remplacé le grec, est en tout état de cause un phénomène tardif, issu du bilinguisme grec/gaulois, et limité, du moins d’après les témoignages qui nous sont parvenus36 : paradoxalement son développement apparaît lié à la volonté de s’identifier comme Gaulois face aux Romains dans le cadre des premiers temps d’une province romaine ; d’un outil technique, on est passé à une forme de prise de conscience de revendication culturelle et politique qui n’a jamais cessé et resurgit épisodiquement, sous d’autres formes, même au temps de l’intégration par le latin. A.L. Prosdocimi (1991 ; 1995) voyait, d’une part, “l’affirmation idéologique relevant d’un mouvement intérieur qui amène les Celtes à affirmer d’eux mêmes leur identité politique et culturelle”, “nationale” celte, dans l’utilisation de l’alphabet lépontique pour les légendes de certaines monnaies de Narbonnaise (plutôt que l’alphabet latin) et de Norique (plutôt que l’alphabet vénète), et, d’autre part, un refus de la romanité dans l’adoption tardive (c’est-à-dire au moment de la conquête romaine) de l’alphabet grec par les Gaulois du Midi de la Gaule ou de l’alphabet ibérique par les Celtibères. En fait, on voit bien que les deux réactions sont indissociables.

Notes

1 Bats 1988b.

2 Appien, IV, 12. La scène se passe en 121 av. J.-C. et Bituit est en fait le roi des Arvernes.

3 Cf. dans le même sens la phrase de la célèbre oraison funèbre de Périclès, selon Thucydide (II, 41, 1), où c’est Athènes qui est l’école de la Grèce : λέγω τήν πImageσαν πόλιν Ἑλλάδος παίδευσιν εImage ναι.

4 D’après Strabon (IV, 4, 6), Éphore, vers le milieu du IVe s., dépeignait déjà les Gaulois comme « philhellènes ».

5 Ferrary 1988, 505-511.

6 Strabon l’utilise une autre fois (toujours en IV, 1, 5) où il faut peut-être lui donner un autre sens (« à la grecque ») : les Marseillais fondèrent des bastions contre les Ibères, « auxquels ils transmirent leur culte ancestral d’Artémis d’Éphèse, de sorte qu’ils sacrifient en son honneur à la grecque » ; mais le sens de « en grec » n’est pas à exclure.

7 J’ai essayé de conserver l’original des manuscrits que les éditeurs modifient en général, comme, par exemple, Fr. Lasserre qui traduit : « Les autres peuples d’Ibérie se servent également de l’écriture, mais ils n’en ont pas unifié les signes ; en effet, leur langue même n’est pas unifiée et chaque peuple a la sienne propre ».

8 Polyen VIII, 23, 6, qui signale lui aussi le stratagème de César, ne donne pas ce genre de précision.

9 Cf. Bats 1988b, 127 ; Colonna 1980 ; Bats 1988a, 157-158 ; Py 1995, 266-268.

10 Cf. Bertucchi 1992, 195-196 ; Bouloumié 1992, 267-269.

11 Cf. pour le plomb de Pech Maho : Lejeune et alii 1988 ; Lejeune 1991 ; Ampolo 1990/91 ; de Hoz 1998 ; Decourt 1999. Pour les Étrusques à Lattes : Marchand, Mendoza 1980 ; Py 1995.

12 On possède vraisemblablement un parallèle d’un Ibère parlant grec et écrivant son nom, Kanikone, en grec sur deux skyphoi du dernier quart du IVe s. av. J.-C. à Peyriac-de-Mer (Bats 1988b, 125)..

13 Cf. M. Guarducci, Epigrafia greca, II. Roma, 1969, 582-583 ; G. Barruol, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule. Étude de géographie historique. Paris, 1969 (Ier suppl. à la RAN), 372-373.

14 Αὐενιών, chez Strabon et Stéphane de Byzance et dans le cod. a de Ptolémée ; Ἀουεννιών chez Ptolémée mais Ἀουενιων dans les codd. OP. Καβελλιών chez Ptolémée et Stéphane de Byzance ; Καβαλλίων chez Strabon.

15 Cf. Clavel 1970, 180-200 ; Colbert 1973, 206-213.

16 Il est vraisemblable que ces monnaies ont été créées à l’origine par des monétaires grecs, contrairement aux émissions de Gaule interne qui se présentent comme des imitations, le plus souvent de modèles romains, avec des légendes en gallo-grec ou mixtes. Rappelons que les monnaies à légendes lépontiques Kasios, Ialkovezi, Iazu ont été attribuées à tort, à mon avis, à des peuples de la vallée du Rhône, notamment aux Cavares ou aux Allobroges (Deroc 1983) : outre l’alphabet lépontique, inconnu dans cette zone (à l’exception d’un graffite des Baou de Saint-Marcel transcrivant un nom propre cisalpin), l’onomastique n’appartient pas au stock gaulois auquel ces populations se rattachent sans équivoque à travers tous les autres témoignages ; il pourrait s’agir de monnayages de chefs de tribus alpines affirmant d'ailleurs leur identité, comme les Celtes d'Italie, à travers un alphabet « élevé idéalement à une dimension nationale » (Prosdocimi 1991, 56-57 ; Prosdocimi 1995).

17 Cf. Coupry, Giffault 1984.

18 P.-Y. Lambert (1995, 44 ; 1997, 40) utilise même les transcriptions de Regoalos et Kongenoalos pour noter, comme évolution du système consonantique dans la langue gauloise, la disparition de /w/ (noté par le digramme ou) intervocalique dans la fianale -walos>-alos ; mais à l’Acapte le même Regoalos fils de Ouelaunos écrit aussi son nom Regoualos où le /w/ est noté par upsilon seul au lieu du digramme omicron-upsilon : ne faut-il pas penser qu’on est encore dans une période de tâtonnements sur la transcription des phonèmes gaulois ?

19 Notons cependant que le suffixe patronymique en -ios existe aussi en grec, spécialement en poésie.

20 On peut bien sûr imaginer que les dédicaces sont rédigées sur place par un scribe grec, mais la multiplicité et les différences de graphie invitent à penser que les dédicants ont écrit eux-mêmes leurs dédicaces.

21 La deuxième lettre du premier mot est mal lisible dans une cassure du vase. J’avais hésité (Boissinot, Bats 1988, n. 10) entre les lectures Αθουιται et Αειουιται que j’avais finalement retenue ; sans doute faut-il suivre M. Lejeune (1994, 181-182) qui préfère la lecture Αθουιται mieux assurée sur le plan philologique et onomastique.

22 Cf. Bats 1988a, 148 et Bats 1988b, 127-128 ; Py 1994, 280, fig. 77.

23 La liste du Manuel contient dix-huit monosyllabes ; on y trouve des mots peu usités difficiles à prononcer qui se terminent par la lettre xi (pux, lax, sarx, aix, lugx, stragx, knax), mais aussi des mots au contenu sémantique particulier (parties du corps, animaux, éléments ou substances) : cf. Guéraud, Jouguet 1938 ; Marrou 1986, 227-236 ; Debut 1983.

24 Prosdocimi 1990 (sp. 221 et s.) : de très belles pages, parfois difficiles, toujours suggestives, sur le face à face enseignementapprentissage dans des situations de dons/emprunts.

25 Cf. Bats 1988a.

26 Prosdocimi, 1995, 54.

27 Dumézil 1940.

28 Goody 1994, 177-199. C’est paradoxalement l’ethnologue qui, en transcrivant pour la première fois une version du Bagré enregistrée au magnétophone, en a créé la référence obligée.

29 Lejeune 1985, 418-420.

30 Fellmann 1999a et b.

31 Krämer 1982, 490-492. Un distique recueilli dans l’Anthologie Palatine (X, 43) joue sur le fait que ΖImageθι est constitué de 4 lettres successives de l’alphabet. Même si on ne veut voir qu’un abécédaire, la présence du zéta, comme à Lattes, ferait pencher vers du grec plutôt que du gallo-grec. Un autre fragment de céramique contemporaine porte le graffito BOIOS, nom celte, en alphabet latin (ibid.).

32 Cf. Möberg 1987 ; Lambert 1995, 180-181.

33 Benabou 1976, 471-509.

34 Comme on le voit, par exemple, déjà dans les inscriptions du sanctuaire de l’Acapte signalées ci-dessus.

35 Le Glay 1977 ; 1989. Exemples de la nécropole de Lattes (fin Ier s. av. J.-C.-IIe s.) : Demougeot 1972 ; inscriptions de Nîmes : Christol 1992.

36 A Lattes, les graffiti de tout genre (c’est-à-dire y compris de simples signes en forme de croix) sur campanienne A issus des fouilles depuis 1983 représentent à peine plus de 1 % des individus (48 sur près de 4300). Mais, encore une fois, nous ignorons tout de l’écriture sur des supports périssables ou recyclables.

Notes de fin

* Les Gaulois et l’écriture aux IIe-Ier s. av. J.-C., dans Articulations entre culture matérielle et sources antiques dans la recherche sur l’Âge du fer européen. Actes du XXIIIe Colloque de l’AFEAF (Nantes, 1999). Rennes, 2003, 369-380 (Suppl. 10 à la RAO). Pour les références bibliographiques, cf. synthèse (p. 164-166).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 − Inscriptions grecques de Ruscino (]ΛΟΗΦΟΡΟ[), Montlaurès (]OΔΑΙΜΟN[) et Bessan (Ve s.).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2 − Inscription grecque de Saint-Blaise sur pithos : ΜƑΡΕΣΙΚΟΣ.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 3 − Inscription du Mont Beuvray : ΔΟΝΝΙΑC, (propriété de) Donnia.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 4 − Carte de répartition des inscriptions en caractères grecs sur pierre et céramique sur les sites indigènes de Gaule (IIe-Ier s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 5 – Inscription du sanctuaire d’Aristée à l’Acapte (Hyères, Var).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 6 – Inscription de l’Ile à Martigues : ΟΡΒΩΛΙΟΣ.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 7 – Inscription de l’Ile à Martigues : ΡΙΤΥΜΟΣ.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 8 – Inscription du Baou-Roux à Bouc-Bel-Air.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 9-10 – Abécédaires de Lattes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende Fig. 11 – Inscription de l’oppidum de Berne : ΔΟΒΝΟΡΗΔΟ ΓΟΒΑΝΟ ΒΡΕΝΟΔΩΡ ΝΑΝΤΑΡΩΡ.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 12. Inscription de l’oppidum de Manching.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5368/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540