Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre II. Anthropologie de l’écriture

La logique de l’écriture d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique*

Texte intégral

  • * La logique de l’écriture d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique, RevArchNarb (...)
  • 1 J. Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris, 1979 ; E. A. Havelock (...)

1Plusieurs publications récentes ont renouvelé l’approche de l’expression écrite dans les sociétés antiques1. Comme la plupart d’entre-elles, nous ne nous engageons pas ici dans une étude philologique mais sur la voie de l’anthropologie culturelle et de l’histoire sociale. Pour autant notre démarche diffère de celle de l’ouvrage de J. Goody auquel nous avons emprunté en partie son titre, et qui s’intéressait aux premiers effets de l’écriture sur l’organisation des sociétés antiques : on a cherché à savoir comment et pourquoi, au-delà d’éventuelles raisons phonétiques, les sociétés indigènes de Gaule méridionale avaient adapté à leur langue tel alphabet plutôt que tel autre et en vue de quel(s) usage(s) elles avaient adopté l’écriture : c’est donc dans un dialogue entre les partenaires en présence et leur relation à l’écrit que nous essayons de nous engager.

1. De la langue à l’écriture

1.1. Le réseau ethno-linguistique

  • 2 Il faut partir des travaux de Barruol 1969 (147-165) et de Unterman 1969, où l’on trouvera la bibl (...)

2Peut-on essayer de tracer le réseau des langues en Gaule méridionale, des Alpes aux Pyrénées sans risquer de tomber encore un fois dans le débat, déjà fort encombré, des limites de peuplement2 ? Pour essayer d’en suivre le contour et l’évolution, il faut combiner les informations des auteurs anciens, de l’archéologie et de l’épigraphie. Or ni les auteurs anciens, par leurs propos vagues, ni l’épigraphie, rare, souvent tardive, partielle ou incompréhensible, ne nous permettent de brosser un tableau vraiment nuancé, tandis que l’archéologie a tendance à donner une vision plutôt homogène de la civilisation matérielle des différents peuplements protohistoriques de l’Italie à l’Espagne.

3Mais notre chance vient du fait que, lorsque les auteurs anciens distinguent des peuples différents, leur vision rejoint la nôtre dans la mesure où ils sous-entendent en général des différences qui tiennent d’abord à la langue et accessoirement à l’aspect physique plutôt qu’aux mœurs ; et c’est heureux, car, sur ce dernier aspect, la vision du barbare retrouve cette impression de similitude que donne plus ou moins l’archéologie.

4Les premiers auteurs qui ont évoqué ces contrées, Hésiode, Hécatée, Hérodote ou Eschyle ne connaissent qu’un seul peuple qu’ils qualifient de Ligure ou Lygien : ce qualificatif unique peut traduire autant leur ignorance qu’une réelle uniformité de peuplement. Ce n’est en tout cas que progressivement que les auteurs prendront en compte notamment le processus de celtisation de ce substrat pré-indoeuropéen : ces Ligures ne seraient que l’avatar nord-méditerranéen (de l’Âge du bronze ?) des tribus en place avant l’arrivée des peuplades d’Europe centrale dont les avancées et les infiltrations se poursuivront tout au long des siècles à partir de l’Âge du fer.

  • 3 D. Ugolini, Chr. Olive, Béziers et les côtes languedociennes dans l’Ora Maritima d’Aviénus, RevArc (...)
  • 4 Pour le Pseudo-Scymnos, qui parle de la fondation de Marseille d’après Timée, Emporion et Rhodé, d (...)
  • 5 C’est sans doute aussi la raison pour laquelle, contredisant les informations que nous avons déjà (...)

5Les textes sont connus ; ne retenons que les plus significatifs. Pour le Périple du Pseudo-Scylax (IVe siècle avant J.-C.), décrivant les rivages du bassin occidental de la Méditerranée, « après les Ibères habitent les Ligures et les Ibères mêlés jusqu’au Rhône, puis, au-delà du Rhône, les Ligures jusqu’à Antion ». L’Ora Maritima d’Aviénus, composé au IVe siècle de notre ère, mais aux sources d’inspiration multiples des IVe et Ve siècles av. J.-C.3, place près de l’étang Taurus (étang de Thau) sur le fleuve Oranus (Hérault) la frontière entre « la terre ibère et les rudes Ligures » (v. 611-613) ; plus loin (v. 628-630), l’auteur précise que les Ligures s’étendaient du mont Setius (Mont Saint-Clair à Sète) et des Alpes jusqu’à la Méditerranée4. Plutarque (P.-Ém., VI), interprétant les mêmes sources, écrit qu’au IIe siècle av. J.-C. les Ligures de la bordure des Alpes se trouvent « mêlés aux Gaulois et aux Ibères établis sur la côte ». Polybe et Strabon sont en apparence plus schématiques, bien que disposant d’informations de première main : Polybe a traversé l’Espagne et le Sud de la Gaule à deux reprises vers le milieu du IIe siècle et Strabon compile Artémidore et Poseidonios qui ont fréquenté ces mêmes régions quelques décennies plus tard ; il est difficile d’imaginer que ces auteurs ignorent que la langue écrite (et, au moins en partie, parlée) chez les Neroncen ou à Ensérune est l’ibère et non le gaulois ! Mais parce que cela correspond à une réalité qu’il conviendra de ne pas oublier et qui a été sanctionnée par l’organisation administrative de la conquête romaine en extrême Occident5, l’un et l’autre (III, 4, 10) font des Pyrénées la frontière entre les Ibères et les Gaulois : Polybe insiste à plusieurs reprises sur le fait que « dans la région du Narbon et jusqu’aux Pyrénées sont établies des populations gauloises » (III, 2, 37 : cf. aussi III, 2, 39-40 ; XXXIV, 10). Au moment du passage d’Hannibal à travers la Gaule du Sud, ce sont aussi des peuples et des roitelets gaulois que Tite-Live situe dans la région d’Illiberris/Ruscino. Ces informations sont importantes car tous les auteurs anciens expriment consciemment que les clivages ethno-linguistiques se font entre les Ibères, les Celtes et les Ligures ; de ce qui, pour notre propos, les oppose et les unit, Strabon donne un excellent résumé dans l’introduction de son chapitre sur la Celtique Transalpine (IV, 1, 1) : « Certains auteurs considèrent les Aquitains comme un peuple absolument à l’écart en raison non seulement de sa langue mais aussi de son apparence physique et ressemblant plutôt aux Ibères qu’aux Gaulois. Les autres peuples sont gaulois et, s’ils ne parlent pas tous la même langue, du moins n’y en a-t-il que quelques-uns qui en pratiquent d’autres, d’ailleurs peu différentes ». Strabon situe bien par ailleurs en dehors de la mouvance celte les Ligures qui, de son temps, ne désignent plus que les peuples à cheval sur les Alpes et les Apennins : parlant des Alpes, il écrit en effet (II, 5, 28) : « Elles abritent dans leurs monts diverses peuplades, toutes de race celte, sauf les Lygiens ; ceux-ci sont d’une race différente tout en ayant un mode de vie très voisin ».

  • 6 La position de Tite-Live en fait n’est pas aussi claire. En V, 34, il paraît bien présenter comme (...)

6Or la linguistique confirme, on le sait, d’une part le caractère non indo-européen des langues ibères et celui non indo-européen, quoiqu’en voie d’indo-européanisation de la toponymie et de l’onomastique ligures (à défaut de la langue qui nous échappe), d’autre part l’homogénéité indo-européenne d’un ensemble où Gaulois cisalpins, transalpins et lépontiens représentent des variétés du vieux celtique continental. Du côté provençal, les auteurs anciens, au dire de Strabon (IV, 6, 3), ont fini par parler de Celto-Ligures à propos des Salyens d’abord assimilés aux Ligures et Justin (43, 3), résumant Trogue-Pompée, rapporte que Marseille fut fondée parmi « les Ligures et les terribles peuples gaulois » – et on a depuis longtemps noté le caractère gaulois du nom des Ségobriges et de leurs rois Nannos et Comanos – : façon de décrire la juxtaposition synchronique de peuples considérés comme différents mais où l’élément gaulois a fini par l’emporter. Aussi Strabon (par ex. IV, 6, 3) et Tite-Live (par ex. Per. LX)6 – à la lumière des découpages de l’administration romaine ? – traitent-ils par ailleurs systématiquement les Salyens de Gaulois, ainsi que le sous-entendent les Fastes, qui, dans les triomphes de M. Fulvius Flaccus et C. Sextius Calvinus, distinguent les Salyens des Ligures.

7Quand et comment ce réseau ethnique s’est mis en place reste un problème particulièrement difficile à cerner, mais, on le verra, le type d’alphabet, la chronologie d’adoption de l’écriture et sa fonction pourront nous aider à formuler des hypothèses.

  • 7 Cf. J.-C. Richard, Les monnayages indigènes de Narbonne et sa région, dans Narbonne, archéologie e (...)

8L’archéologie nous fournit-elle également, à partir de la définition de zones culturelles, des indices qui recoupent ou complètent ces informations littéraires et qui puissent nous aider à cerner des zones linguistiques ? Leur maniement est délicat et peut prêter à des interprétations contradictoires. Le principal danger consiste à confondre ou à assimiler zones de peuplement et zones d’impact (ou de développement) économique et culturel. Ainsi selon Solier (Ampurias, 38-40, 1976-78), à partir du milieu du VIe siècle, la pénétration en Languedoc d’un puissant courant ibéro-punique « aurait contribué, d’une part à resserrer les liens culturels déjà anciens unissant le Languedoc occidental à la Catalogne, d’autre part à développer la personnalité de ces provinces par rapport aux autres domaines du Midi de la Gaule soumis plus exclusivement à l’influence grecque » ; il n’y a certes qu’en apparence quelque contradiction à faire d’Emporion grecque l’intermédiaire privilégié de ces influences ibéro-puniques. Mais doit-on conclure que le même phénomène d’ibérisation aurait pu se produire en Languedoc oriental si le commerce ampuritain, au lieu du commerce massaliète, y avait joué un rôle prépondérant, ou bien que ce processus n’avait pu se développer en Languedoc occidental que parce que le substrat indigène était en réalité le même que celui de la Catalogne voisine ? L’évolution que l’on saisit en fait depuis le milieu du VIIe siècle, notamment à travers certaines céramiques locales non tournées de la nécropole du Grand Bassin I de Mailhac, et que l’on a qualifiée de pré-ibérisation, ne permet pas de répondre vraiment à la question. À l’autre bout de la chaîne, aux IIe-Ier siècles, on constate que les monnaies indigènes de la région de Narbonne présentent des légendes en caractères ibériques (Neroncen, Seloncen, Birikantin/o) tandis que celles de la région de Béziers sont à caractères grecs (Longostaléton, Bétarratis, séries des chefs gaulois)7. La situation est même plus complexe dans cette zone charnière où Birikantio peut évoquer un toponyme gaulois et où certaines émissions des Longos-talètes portent la légende supplémentaire biurbi en caractères ibériques. État que paraît confirmer la tentative de J. Untermann 1969 de retrouver sous les noms des scripteurs en caractères ibériques des vases d’Ensérune les éléments ibériques, gaulois et ligures : ajoutons que, si on les met en relation avec la date de leur support, on constate que ces trois éléments se trouvent mêlés dès le départ, c’est-à-dire la deuxième moitié du IVe siècle. La même information pourrait transparaître à travers le mobilier des tombes de la nécropole des IVe-IIIe siècles où se trouvent associées les armes de type celtique (longues épées plates, fers de lance à douille) et de type ibérique (épées falciformes, javelots soliferrea). L’archéologie inviterait donc à interpréter l’ibérisation comme un processus d’évolution sous une pression économique et culturelle externe allant jusqu’à l’emprunt d’une écriture unique dans un milieu ethnique mêlé : un processus parallèle en quelque sorte à ce que pourrait être, vers l’Est, l’hellénisation dans un milieu celto-ligure.

  • 8 Cf., en dernier lieu, pour le Languedoc oriental : Py 1987 ; pour la Provence : M. Bats, La Proven (...)
  • 9 La forme a été définie par A.-H. Amann, Le matériel archéologique préromain découvert au Mont-Garo (...)

9À cheval sur le Rhône, le Languedoc oriental et la Provence occidentale présentent des faciès très proches au Ier Âge du fer et qui se différencient peu au cours du 2e Âge8. En Provence, on a peut-être un signe distinctif d’un faciès céramique proprement ligure dans une forme particulière d’urne, à panse bitronconique et bord déversé, apparue au cours du Ve siècle et qui va rester pratiquement le seul type en usage jusqu’au Ier siècle avant J.-C. sur les habitats indigènes de Marseille à l’Italie, du Sud-Est des Bouches-du-Rhône aux départements du Var et des Alpes-Maritimes9 : un tel critère nous paraît éventuellement opérateur dans la mesure où il permet de distinguer un secteur dans un ensemble globalement soumis aux mêmes influences méditerranéennes à travers le commerce massaliète. Cette “méditerranéisation”, plutôt qu’hellénisation, se présente comme le pendant de l’ibérisation à l’Ouest, mais est loin d’avoir les mêmes effets, peut-être à cause d’une attitude différente des Grecs de Marseille et aussi d’une celtisation plus massive, plus insidieuse ou plus continue, en particulier aux IVe-IIIe siècles avant J.-C., à côté d’un domaine ligure fonctionnant en circuit fermé et résistant à toute assimilation.

10Pour le moment, nous retiendrons donc qu’au cours de l’Âge du fer le bloc ethno-linguistique gaulois rejoint, vers le Sud-Est, le substrat ligure, réduit à la Provence orientale et alpestre et au littoral, et se superpose en partie à lui ; il rencontre le substrat ibère vers l’Ouest, en Languedoc occidental et Roussillon, et le recouvre partiellement, les auteurs antérieurs à Polybe et l’archéologie situant l’avancée extrême des Ibères et du processus d’ibérisation au niveau de la zone Orb/Hérault. Dans ce domaine où plusieurs langues se juxtaposent, l’adoption de l’écriture est en quelque sorte un phénomène colonial dans la mesure où elle résulte d’un emprunt externe, mais la situation est loin d’être uniforme. Plusieurs modèles étaient possibles : les choix ne furent pas dus au hasard mais leurs raisons n’apparaissent pas toujours évidentes.

1.2. Contacts et bilinguisme

  • 10 J. Coupry, M. Giffault, Onomastique non hellénique dans l’anthroponymie olbienne et massaliète en (...)
  • 11 M. Lejeune, À propos d’un plomb inscrit d’Elne, REtAnc, LXII, 1960, 62-79 ; Id. Textes gallo-grecs (...)
  • 12 Lejeune 1988a, 84-86.
  • 13 En dernier lieu : M. Guarducci, Epigrafia greca, II. Rome, 1969, 582-583 et Barruol 1969, 372-373 (...)
  • 14 M. Lejeune, J. Pouilloux, Y. Solier, Étrusque et ionien archaïque sur un plomb de Pech Maho (Aude) (...)
  • 15 Strabon utilise le terme ellénisti qui peut signifier aussi « à la manière grecque » comme c’est l (...)

11Quels modèles ? À l’Ouest, l’alphabet phénicien était pratiqué, au moins dès le VIIIe siècle, dans les établissements implantés vraisemblablement plus anciennement sur les rivages sud-atlantiques de l’Espagne. Au Sud et à l’Ouest, à Marseille vers 600, à Ampurias peu après, des Grecs phocéens installent des comptoirs pratiquant l’écriture en alphabet ionien. À l’Est enfin, l’alphabet étrusque, issu de l’alphabet grec, est utilisé, depuis le VIIe siècle, en Étrurie et accompagne, au VIe siècle, l’expansion étrusque dans la plaine du Pô. Sur mer, la présence simultanée de navigateurs grecs, phéniciens, étrusques, puniques fournissait aussi de multiples possibilités de contacts avec les clients indigènes du littoral : bilinguisme ou interprète étaient de règle. Comme aussi à l’intérieur des établissements coloniaux. Les indices en sont, il est vrai, relativement tardifs. Varron (apud Saint-Jérôme, Commentaire de St-Paul, IIe Ép. aux Galates et Isidore, Orig., XV, I, 63) rappelle que de son temps les Massaliètes étaient trilingues, « pratiquant outre le grec, le gaulois et le latin ». Sur le territoire d’Olbia de Provence, colonie massaliète, les quelques fidèles celto-ligures qui fréquentent le sanctuaire d’Aristée s’expriment en grec et non en gallo-grec10. Strabon et Tite-Live ont décrit Ampurias comme une ville double où l’habitat indigène n’était séparé de la cité grecque que par un mur mitoyen avant que les deux communautés ne se fondent (au IIe siècle ou avant ?) en une seule. Tite-Live a bien noté les rapports à la fois de méfiance et de réciprocité que Grecs et Espagnols y entretenaient auparavant. Les nombreuses inscriptions ibères que l’on y a recueillies viennent illustrer le fait que les habitants grecs devaient aussi y pratiquer la langue ibère et que des Ibères devaient y vivre en permanence. Maigres témoins de cet état de chose : un ostrakon où se révèle sans doute un apprentissage des signes de l’alphabet levantin (Fig. 1) et un fond de coupe attique du IVe siècle jusqu’ici mal lu et interprété portant un graffite double, en caractères grecs et ibères (peut-être le même nom répété : Porochirinai/Biurkeren). À l’inverse, les indices ne manquent pas non plus pour accréditer l’existence d’habitants bilingues dans certains villages indigènes : des gens capables de parler mais aussi d’écrire et de lire la langue grecque. À Peyriac-de-Mer, village détruit dans le dernier quart du IVe siècle avant J.-C., deux skyphoi portent un nom en alphabet grec : Kanikône (Fig. 2) ; reliant ce graffite à l’inscription sur plomb d’Elne, M. Lejeune envisageait l’usage d’un alphabet ibéro-grec attesté par ailleurs au IVe siècle dans la région d’Alicante. Mais d’une part, U. Schmoll a pu soutenir que le plomb d’Elne est un texte gallo-grec et d’autre part, l’utilisation, sur le graffite de Peyriac, de l’oméga et de l’epsilon, absents de l’ibéro-grec méridional, plaide plutôt en faveur d’un scripteur ibère parlant grec et translittérant son nom (ou tel autre mot) en grec, mais dans sa forme indigène (la finale en -e est fréquente dans les mots ibères)11. Sans doute avonsnous aussi affaire à un indigène gaulois à propos de l’inscription Orbônos (ou Orbôlios) sur une coupe du milieu ou de la deuxième moitié du IIIe siècle (Fig. 3), recueillie dans la couche de destruction du village de Martigues vers la fin du siècle : l’utilisation de l’oméga pousse ici aussi à envisager pour ce Gaulois une translittération de son nom en grec plutôt qu’à imaginer, comme le fait M. Lejeune, un scénario destiné à rajeunir le graffite qui serait autrement l’exemple le plus ancien d’écriture en gallo-grec12. À ce bilinguisme diffus, on peut ajouter vraisemblablement un témoignage officiel : la main de bronze portant l’inscription Symbolon pros Ouelaunious qui était manifestement destinée à être reconnue et lue par ses destinataires : or, ces Velaunii sont cités parmi les gentes alpinae du trophée de la Turbie13. En Languedoc occidental, la connaissance de la langue grecque est aussi attestée de façon éclatante par un texte sur lamelle de plomb retrouvé à Pech Maho14 ; ce texte du Ve siècle, en dialecte ionien, qui présente une parfaite maîtrise de la langue avec ses élisions et ses crases, fut sans doute rédigé par l’un des partenaires grecs de la transaction (peut-être l’Heronoios dont le nom figure à part sur la lamelle) ; mais outre que la copie ici conservée se trouve sur un habitat sans conteste indigène, on ne peut douter de la compréhension de la langue grecque par les témoins, tous ibères par leur anthroponyme. Si l’on en croit Strabon (IV, I, 5), c’est encore en langue grecque15 que les Gaulois rédigeaient « récemment » (= aux IIe-Ier siècles avant J.-C. ?) leurs contrats ; l’auteur y voit un effet du philhellénisme des Barbares éduqués par les Marseillais. En tout cas c’est la même volonté d’afficher ce bilinguisme qui se maintient parmi certains peuples indigènes alors qu’aux IIe-Ier siècles av. J.-C. l’usage de l’ibère ou du gallo-grec est devenu courant : ainsi les légendes des monnaies frappées par les Glanikoi, les Samnagetai et les Kainiketai présententelles la terminaison grecque du génitif pluriel comme celles des Longostalètai dont les chefs se parent parfois du titre grec de basileus.

Fig. 1 – Ostrakon d’Emporion (Cliché Musée archéologique de Barcelone). Éch. 1 : 1.

Fig. 2 – Skyphos de Peyriac-de-Mer (Cliché P. Bouscarle).

Fig. 3 – Kylix inscrite de l’Île de Martigues (Dessin N. Nin).

  • 16 Et au-delà, sous l’Empire, non seulement l’épigraphie grecque manifeste sa vivacité à Marseille mê (...)

12L’importance de la route maritime longeant les côtes d’Italie à Marseille et en Espagne parcourue par les marins massaliètes et la présence de Marseille elle-même et d’un essaim de colonies ou de comptoirs massaliètes sur un littoral que, du côté provençal, d’après Strabon (IV, 6, 3), les Salyens occupent, mêlés aux Grecs de Tauroeis, Olbia, Antipolis et Nikaia, constituent l’élément d’explication le plus évident à ce phénomène de connaissance de la langue grecque. Les implantations de Rhodanousia, d’Agde et d’Emporion ont joué dans ce même sens vers l’ouest. Ce sont ces contacts permanents qui ont donné naissance à cet emprunt direct d’une langue étrangère et le justifient : la langue grecque est celle des détenteurs des clefs des échanges commerciaux. Mais la situation n’est certainement pas la même dans tous les secteurs ni dans toutes les périodes et son prolongement sous la domination romaine en Transalpine au temps de la République16 ne manque pas de nous interroger.

  • 17 J.-J. Jully, Y. Solier, Les céramiques attiques de Montlaurès, Narbonne, archéologie et histoire, (...)
  • 18 F. Benoît, Résultats historiques de fouilles d’Entremont (1946-1967), Gallia, 26, 1, 1968, fig. 33
  • 19 Bats 1988.
  • 20 O. Guéraud, P. Jouguet, Un livre d’écolier du IIIe siècle avant J.-C., Le Caire, 1938 (Publication (...)
  • 21 Cl. A. de Chazelles, J.-C. Roux, L’emploi des adobes dans l’aménagement de l’habitat à Lattes au I (...)

13On peut même sans doute aller plus loin. Sur les sites de Montlaurès à Narbonne, de La Monédière à Bessan ou de Ruscino, plusieurs graffites relevés sur des céramiques attiques du Ve siècle évoquent la présence réelle de Grecs dans l’habitat : Pythô(nax ?), (Aris ?)tarcho(s), Daimon( ) à Montlaurès, ( )nion ka(los ?), (A) théna( ) d’un graffite sur 3 lignes à Bessan ( )léphoros à Ruscino17. Indubitablement grecs aussi la transcription et le nom, complet ou abrégé, de Philé( ) sur un fragment de campanienne A du IIe siècle retrouvé à Entremont18. Ce bilinguisme peut-il donner lieu à un véritable apprentissage de la langue grecque selon les méthodes de la scolarité hellénique ? C’est une hypothèse que l’on est en droit de formuler à la suite de la découverte à Lattes19 dans un contexte de la première moitié du IIe siècle avant J.-C. de deux abécédaires grecs gravés sur ostrakon : l’un se présente, par son caractère maladroit, comme un véritable exercice d’écolier (Fig. 4) ; l’autre, par la qualité de sa graphie, pourrait être le modèle écrit par le maître : sous les premières lettres apparaît en outre un mot rare de la langue grecque : knax (Fig. 5) ; or, il s’agit là d’un de ces mots monosyllabiques utilisés dans un manuel d’apprentissage retrouvé sur un papyrus d’Alexandrie de la fin du IIIe siècle avant J.-C.20. Alors n’avons-nous pas plutôt la page d’écriture imposée à un élève grec, dont la famille résidait de façon permanente dans l’agglomération de Lattes ? La trouvaille a eu lieu dans le secteur d’une maison à plusieurs pièces, dont certaines à sol en opus signinum et l’une d’elles avec les trois banquettes en U caractéristiques d’un andrôn21. La forte acculturation hellénique de Lattes va bien dans le sens de contacts très étroits avec les navigateurs grecs et autorise, dans son faciès céramique, une présence réelle d’habitants de souche grecque : bien des graffites sur céramique paraissent d’ailleurs nommer ces derniers (Cf. Bats 1988, no 12-14, 42-44, 71, 73). La découverte de ces ostraka prend toute sa valeur quand on se souvient que, si les fouilles de l’Agora d’Athènes ont livré une dizaine d’abécédaires sur ostrakon, ce type de document est absent des colonies grecques de Gaule ou d’Espagne : peut-être cependant faut-il interpréter de cette façon ou plutôt comme « page » d’écriture un ostrakon mal lisible d’Ampurias (Fig. 6) et un tesson de campanienne A d’Olbia (Fig. 7).

Fig. 4 – Abécédaire de Lattes (Cliché Chr. Landes).

Fig. 5 – Abécédaire de Lattes (Cliché Chr. Landes).

Fig. 6 – Ostrakon d’Emporion (Cliché Musée d’ Empuries).

Fig. 7 –Ostrakon d’Olbia (Cliché J. Coupry).

  • 22 Pour les inscriptions phénico-puniques d’Espagne : M. G. Guzzo Amadasi, Le iscrizioni fenicie e pu (...)

14C’est une situation parallèle que l’on retrouve ailleurs, en rapport avec la présence de colonies phénico-puniques, sur le littoral de la péninsule ibérique de Gadès à Alicante, comme du côté italique les graffiti étrusques de Gênes (ou la stèle de la Lunigiana ?) invitent à conjecturer un bilinguisme étrusque/ligure jusqu’à l’intégration romaine22.

15Que se passa-t-il avec la conquête romaine de la Transalpine ? En dehors des Marseillais qui pratiquaient déjà le latin, y eut-il la mise en place d’un bilinguisme celte/latin ? Nous avons précédemment évoqué la persistance d’un bilinguisme celte/grec et nous n’avons que peu de témoignages épigraphiques en latin avant la période césarienne, mais la présence de colons, de soldats, de marchands italiens à Narbonne et dans le reste de la Gaule transalpine (et chevelue) avant cette période ne laisse pas de doute sur sa réalité. Le plus ancien document lapidaire inscrit en latin est la borne milliaire de Treilles, érigée au nom de Domitius Ahenobarbus et datée de 118 ou 117 av. J.-C. ; il faut attendre ensuite la période triumvirale, voire augustéenne, pour trouver d’autres inscriptions. Certaines amphores italiques en divers endroits de la Gaule portent aux IIe-Ier s. des inscriptions peintes en latin, abréviations destinées à être lues par les marchands, ce qui restreint donc leur portée comme document écrit. Que les députés gaulois, venus de la province de Transalpine à Rome pour accuser Fonteius, effrayent, au dire de Cicéron (Pro Font., 33), les Romains « par les sonorités horribles de leur langage barbare » ne signifie nullement qu’ils ignoraient le latin et qu’Indutiomaros avait déposé en gaulois. Nous connaissons en effet le bilinguisme de certaines élites. Les plus connus sont les personnages que César utilise parfois comme interprètes tels, par exemple, ceux issus de cette famille de princes helviens qui avaient obtenu la citoyenneté romaine de C. Valerius Flaccus, C. Valerius Caburus et ses fils C. Valerius Procillus et C. Valerius Domnotaurus (BG, I, 19 ; 47 ; 53 ; VII, 65). En Gaule interne, la situation était évidemment très différente et, au Ier s. av. J.-C. encore, la langue vernaculaire paraît seule pratiquée. César est accompagné en permanence d’interprètes et il utilise pour des missions spéciales les services de ces élites bilingues de la Narbonnaise. Mais si l’on n’est pas étonné d’apprendre, à l’occasion d’un stratagème de César, que les Nerviens ignoraient la langue grecque (BG, V, 48) ou que les Germains Arioviste et Ambiorix ne comprenaient pas le latin, on l’est davantage en constatant que César (BG, 1, 19) est obligé de recourir à l’aide d’un interprète pour converser avec le chef héduen Diviciacos : celui-ci, pourtant venu en ambassade à Rome en 61, ne connaissait donc pas le latin bien que son peuple fût ami et allié du peuple romain depuis deux générations. Le passage au latin, s’il peut sembler lent, finit par s’imposer mais sans aboutir jamais au triomphe du monolinguisme de la langue du conquérant. Il faut dire qu’à ce moment-là la vigueur de la langue indigène avait pu trouver un allié dans son expression écrite, avec l’adoption et l’adaptation d’alphabets méditerranéens, phénicien, grec et étrusque, et c’est de la signification et de la fonction de cette écriture qu’il faut s’occuper après avoir mis d’abord en place le cadre chronologique et géographique.

Fig. 8 – Kylix d’Ensérune (Cliché MNE).

1.3. L’adoption de l’alphabet

  • 23 En dernier lieu, de Hoz 1981 ; Id., Origine ed evoluzione delle scritture ispaniche, AION(ling.), (...)
  • 24 L’inscription se trouve sous le pied d’une coupe-skyphos (no inv. Museo de Ullastret 2576) datable (...)
  • 25 Untermann 1980 ; A. Soutou, Épigraphie ibérique et rutène dans le Nord-Ouest de l’Hérault, Archéol (...)

16À l’Ouest, au VIIe siècle (ou avant ?), les indigènes de basse Andalousie adaptèrent à leur langue les signes de l’alphabet phénicien en le transformant en un semi-syllabaire ; cette écriture ibérique méridionale fut à son tour adaptée au VIe siècle par les peuples de l’Algarve pour noter une langue à système vocalique moins riche. Après une réforme orthographique, l’écriture méridionale sert de base à une nouvelle adaptation dite écriture ibérique de l’Est ou du Levant, elle-même à la base (à la fin du IIIe siècle ?) de l’écriture celtibérique de la vallée de l’Èbre et du haut Tage23. Le plus ancien document en écriture de l’Est est à Ullastret, un nom gravé sur un fond de kylix attique à figures noires tardives utilisée vers la fin du Ve s.24. L’usage de l’écriture ibérique s’étend au IVe siècle et, en Gaule, le plus ancien témoignage se trouve à Ensérune, le site qui a livré le plus de vestiges inscrits sur céramique, un nom gravé sur une coupe attique à figures rouges vers le milieu du IVe siècle (Fig. 8) ; Ensérune est aussi, avec la trouvaille isolée, du Ier s. av. J.-C., de Ceilhes-et-Rocozels près de Bédarieux, le point le plus oriental du Languedoc : en effet le plomb retrouvé à Lattes porte une inscription en écriture méridionale, qui en fait un objet importé, et les graffites présentés comme ibériques par Unterman (1980, B. 2.1 ; B. 2.2.2.) sont en réalité étrusques (Cf. Bats 1988). Jusqu’au Ier s. av. J.-C., d’autres graffites et inscriptions ont été retrouvés à Mailhac, Montlaurès, Pech Maho, Ruscino et Elne ; vers la Gaule occidentale, outre le graffite unique de la Lagaste, les trouvailles de Vieille-Toulouse et d’Aubagnan représentent des importations qui n’imposent même pas de penser qu’elles pouvaient être lues sur place25.

  • 26 M. Lejeune, Lepontica, Paris, 1971 ; Lejeune 1988 ; Popoli e civilta dell’Italia antica, VI, Lingu (...)
  • 27 F.M. Gambari, G. Colonna, Il bicchiere con iscrizione arcaica da Castelletto Ticino e l’adozione d (...)
  • 28 Pour les monnaies : A. Pautasso, Le monetazioni preromane con leggende in alfabeto leponzio emesse (...)

17À l’Est, du Piémont à la Vénétie, c’est l’alphabet étrusque qui a servi de modèle aux différents idiomes indigènes, donnant naissance à quatre types principaux d’alphabets : les alphabets de Lugano, de Sondrio, de Bolzano et d’Este26. Celui qui nous intéresse ici est l’alphabet de Lugano, adapté par les Celtes Lépontiens dans la région du Lac Majeur et du Lac de Côme ; le plus ancien graffite a été retrouvé dans une sépulture du milieu du VIe s. av. J.-C. à Castelletto Ticino27. Les Gaulois cisalpins, amenés par la seconde vague celtique du IVe siècle, s’en sont emparés pour noter leur langue, mais peut-être pas avant la deuxième moitié du IIIe siècle et les documents recueillis sont encore moins d’une dizaine. Chez les Gaulois transalpins, l’utilisation de cet alphabet est, elle aussi, attestée aux IIe et Ier s. av. J.-C. par de rares vestiges chez certains peuples d’entre Rhône et Alpes : légendes de monnaies attribuées en dernier lieu aux Cavares et graffite isolé des Baou de St-Marcel (Fig. 13) sur fond de campanienne A du milieu du IIe s28.

  • 29 Lejeune 1985. Ajouter : Py 1987, T. 3, 774-784 ; Bats 1988a ; Lejeune 1988a.
  • 30 Pour Saint-Blaise : Lejeune 1985 et A. Cayot, La céramique campanienne de Saint-Blaise (Saint-Mitr (...)
  • 31 Cf. M. Guarducci, Epigrafia greca, I, Roma, 1967, 372 sq. Il convient de différencier cette graphi (...)

18Entre ces deux zones, c’est l’alphabet grec ionien normalisé qui fut adopté par les peuples gaulois et celto-ligures de la basse vallée du Rhône, de la Provence occidentale et du Languedoc oriental, peut-être dès la fin du IIIe s. av. J.-C., à coup sûr aux IIe et Ier s. av. J.-C.29. Si, comme je le pense, le graffite Orbôlios de Martigues est une transcription en langue grecque, les plus anciens témoignages de gallo-grec indubitables sont difficiles à nommer dans la mesure où les graffites sur céramique représentent des noms abrégés ou des lettres isolées et où les inscriptions lapidaires ont été en général signalées hors de tout contexte. Sur céramique plusieurs sites peuvent revendiquer une datation dans le premier quart du IIe s. ou un peu avant pour des graffites sur campanienne A ancienne : Saint-Blaise, Teste-Nègre, Beaucaire, Nages30. Sur pierre, l’inscription datée la plus ancienne est l’épitaphe d’Atila à Sernhac (Fig. 9) près de l’oppidum du Marduel que le mobilier de la tombe situe dans le troisième quart du IIe s. ; l’inscription de Montagnac qu’après Jacobsthal, M. Lejeune 1985 accepte de faire remonter jusqu’au IIIe s. ne mérite point tant d’honneur : ni les caractères ni le style de cette imitation de chapiteau toscan n’imposent une datation aussi haute. On reverra de même à la baisse celle proposée par le même auteur (« pas plus bas que le milieu du IIe s. ») pour les inscriptions G-203 de Nîmes et G-214 de St-Côme où les lettres à tracé concave et apices en triangle se rattachent à une mode épigraphique connue ailleurs dans le monde gréco-romain du milieu du Ier s. av. au IIe s. ap. J.-C.31. Par la vallée du Rhône, cette écriture gallo-grecque atteignit, à partir du Ier siècle av. J.-C., les tribus du Centre-Est, Bituriges Cubes, Ségusiaves, Héduens, Mandubiens et Lingons. Sans doute était-elle connue aussi chez les Nitiobroges de la région d’Agen (marque du torque de Mailly) et, d’après César (BG, I, 29), chez les Helvètes de la Suisse romande.

Fig. 9 – Épitaphe d’Atila à Sernhac (Cliché et dessin M. Py).

19Ce tableau chronologique est certes dépendant du hasard des trouvailles archéologiques : ainsi l’institution de l’alphabet lépontique traditionnellement fixée au IVe siècle av. J.-C. doit-elle être remontée dans la première moitié du VIe s. depuis la découverte de Castelletto Ticino. On reste malgré tout sur des décalages d’adoption, dont Untermann 1969 n’a pas suffisamment tenu compte et qui ont peu de chance d’être modifiés pour des régions où les fouilles ont été largement développées et concernent notamment des sites déjà occupés au moment où y apparaissent les premiers témoignages graphiques : c’est précisément le cas du Levant espagnol ou de la Gaule méridionale. L’alphabet ibérique méridional semble naître au moins un siècle après l’implantation de son modèle phénicien dans le pays gaditain ; ce serait un décalage de l’ordre de deux siècles que l’on constaterait entre lui-même et l’alphabet levantin, et entre l’alphabet levantin et son adaptation à la langue celtibère. Il faut admettre que les Lépontiens par contre se sont emparés immédiatement du modèle nord-étrusque, tandis que les Celtes, installés en Cisalpine à partir du début du IVe siècle, n’utiliseront cet alphabet lépontique que près de deux siècles plus tard. Le décalage serait encore plus important en ce qui concerne le gallo-grec, puisque ce sont quatre siècles qui le séparent de la fondation de Marseille : cette adoption paraît anormalement tardive et on y reviendra plus loin. On insistera aussi sur le fait qu’en Espagne, la présence d’Ampurias, depuis le début du VIe siècle, n’aura suscité aucun avatar indigène d’écriture ; le gréco-ibère de la région d’Alicante restera un épisode limité géographiquement et chronologiquement. Faut-il établir des comparaisons avec d’autres régions ? En Italie centrale, c’est en une ou deux générations que les alphabets latin, falisque ou sabin se démarquent de l’étrusque. En Italie méridionale, près de deux siècles s’écoulent avant que les indigènes des Pouilles et de Calabre adaptent les alphabets grecs respectivement de Tarente et des colonies achéennes de Crotone et Sybaris, mais à peine un demi-siècle avant que les Osques utilisent à leur profit, à partir du milieu du IVe s., l’alphabet grec banalisé.

20On le voit, le temps de latence, de maturation nécessaire à l’adoption de l’écriture varie suivant les différents groupes linguistiques, mais dure en moyenne un à deux siècles. La présence d’un modèle à proximité est une condition nécessaire mais non suffisante : la situation de la société emprunteuse et ses relations avec les modèles virtuels sont des critères qu’il faut aussi prendre en compte. Nous essaierons d’y remonter à travers les fonctions que ces différentes sociétés ont dévolues à leur usage de l’écrit.

2. La fonction de l’écriture : les documents écrits

21Adopter un alphabet et écrire, ce n’est pas seulement résoudre un problème technique mais cela correspond à la fois à un moment de l’évolution interne d’une société et aux fonctions que cette société lui assigne. Ce sont ces fonctions qu’il nous faut maintenant découvrir en faisant l’inventaire des informations et des documents dont nous disposons tant pour les modèles que pour les emprunteurs.

2.1. Écrits et établissements grecs

22Pour nous en tenir à la documentation épigraphique disponible, on peut tenter de regrouper les documents récupérés sous cinq rubriques principales :

2.1.1. Documents politiques

  • 32 Cité par A. N. Oikonomidès, Greek Inscriptions from the Ancient City of Massalia, AncWorld, XI, 19 (...)

23Aucun document lapidaire ou sur bronze de type politique incontestable n’est parvenu jusqu’à nous ni à Marseille ni à Emporion. Nous savons pourtant par Strabon (IV, 1, 5) qu’à Marseille les lois ioniennes étaient affichées en public : ne l’étaient-elles que sur des supports périssables aujourd’hui disparus ? Un fragment d’inscription à lettres à apices en triangle, peut-être du Ier s. av. J.-C., pourrait représenter une liste de noms de personnages publics32. C’est aussi vraisemblablement la cité de Marseille qui avait concédé aux Ouelaunioi le symbole d’amitié en forme de main de bronze que nous avons déjà évoqué. En fait les seuls documents publics politiques aujourd’hui disponibles sont les monnaies sur lesquelles, à partir du Ve s., Marseille et Emporion proclament le nom de leur cité ou de leurs citoyens (nom complet au génitif pluriel ou abrégé aux trois premières lettres).

2.1.2. Dédicaces33

  • 33 F. Salviat, Le Trésor des Marseillais et sa dédicace, Archéol. Du Midi médit., 3, 1981, 7-16 ; G. (...)

24La plus ancienne se trouve à Delphes : il s’agit de la pierre d’entablement du Trésor des Marseillais gravée au nom de la cité vers 530. D’autres sont à Délos dans le sanctuaire des dieux égyptiens, sur l’acropole de Lindos à Athéna et Hermès, à Palerme en l’honneur d’Aphrodite. À Marseille même, seulement deux ou trois inscriptions lapidaires de ce type ont été mises au jour : une dédicace à Dionysos, que le type d’écriture situe au Ve s. av. J.-C., une à Bélénos, datable vraisemblablement du Ier s. av. J.-C. et peut-être une à Leukothéa (IG, XIV, 357, à rapprocher de IG, XIV, 2433). Dans les colonies massaliètes, les fragments retrouvés à Antibes sont difficiles à interpréter et à dater et l’on n’est pas sûr que le galet de Terpôn (écriture du Ve s. ?) soit d’origine locale. À Olbia, les dédicaces, par ailleurs seuls vestiges d’épigraphie sur pierre, se contentent d’énoncer des noms de divinités (en général au génitif de propriété) : Aphrodite, Léto, les Mères, le Héros (présent également dans la colonie-sœur de Tauroeis). D’Agde provient une dédicace aux Mères et aux Dioscures (IG, XIV, 2514). Certains graffites sur céramique ont pu aussi être interprétés comme appartenant à de la vaisselle consacrée : ainsi à Olbia pour Artémis ou Héra, mais c’est bien sûr au sanctuaire d’Aristée à l’Acapte, sur le territoire d’Olbia, que l’on pense d’abord : relativement tardif par rapport à la fondation de la colonie, puisque fréquenté de la fin du IIe s. à la fin du Ier s, av. J.-C., on y a retrouvé sur des vases d’offrandes quelque 350 dédicaces de Grecs d’Olbia ou d’ailleurs donnant leur nom et leur patronyme, en général dans une formule passe-partout de vœu exaucé.

25À Vaugrenier, dans l’horizon immédiat d’Antipolis, la trouvaille de plusieurs dizaines de fragments de céramique campanienne A portant des graffites en caractères grecs invite à envisager ce même type d’offrandes. On pensera dans le même registre à l’offrande par un Grec de Naples d’une pyxide en ivoire aux divinités ligures de Lerôn et Lériné à l’île Sainte-Marguerite.

26Enfin, l’historien Peiresc nous a conservé, provenant de Marseille, le texte d’une inscription honorifique sur bronze (IG, XIV, 2445) (du Ier s. av. J.-C. ?) en l’honneur de Kleudemos, vétéran ayant eu le prix de discipline militaire parmi les éphèbes et ayant été deux fois gymnasiarque.

2.1.3. Épitaphes

  • 34 Clavel-Lévêque 1977, 40.

27Malgré la découverte à Marseille même de monuments funéraires et de quelques portions de nécropoles, tous les documents épigraphiques concernant des Marseillais défunts se trouvent à l’extérieur de la cité puisque l’épitaphe de Theumedon (IG, XIV, 2446) relève du temps de l’empire romain. La plus ancienne appartient à la deuxième moitié du VIe siècle (ou au Ve siècle ?) avant J.-C., c’est l’épitaphe du Marseillais Apellis, fils de Démon, mort à Delphes ; puis, pour la période hellénistique, d’autres épitaphes de Marseillais ont été découvertes à Rhodes, à Athènes, dans l’île de Leucade, en Sicile (à Syracuse et à Lilybée), à Tharros, à Rome et à Emporion34. La fouille d’une nécropole du 2e Âge du fer à Agde n’a livré non plus ni stèle, ni épitaphe, comme aucune des nécropoles grecques d’Emporion.

2.1.4. Documents privés35

  • 35 P. Calligas, An inscribed Lead Plaque from Korkyra, AnnBrSchAth, 66, 1971, 79-93 ; K. Braun, Der D (...)

28C’est vraisemblablement dans ce domaine que la perte des supports de bois ou de papyrus nous prive de la majorité des sources d’informations. Ceux qui nous restent se trouvent sur ostrakon ou sur lamelle de plomb. J. de Hoz a récemment insisté sur l’importance de ce dernier support dans le monde grec, confirmée par les récentes trouvailles de tablettes de reçus de dettes à Corcyre (vers 500 av. J.-C.) ou des archives de la cavalerie athénienne aux IVe-IIIe s. Dans notre secteur géographique, on retiendra que l’habitude paraît bien mieux représentée dans le domaine ibère : il faut signaler deux lettres à Emporion dont une datée du début du Ve s., une à Rhodé et une à Agde, les deux sans doute du IVe s. ; on y ajoutera des tablettes d’exécration retrouvées à Emporion, Olbia (inédit) et Antibes (inédit). Signalons qu’Emporion a aussi livré deux lamelles de plomb portant des inscriptions ibères : l’une d’elles, retrouvée dans un contexte de la fin du IIIe s., est formellement identifiée comme une lettre privée.

Fig. 10 – Lettre sur ostrakon d’Olbia (Cliché CCJ).

29Sur ostrakon, nous ne connaissons que les deux fragments de campanienne A d’Olbia du IIe s., l’un adressé à « la chère Mnésinoé », l’autre annonçant l’envoi d’une lettre concernant les esclaves (Fig. 10).

2.1.5. Marques de propriété

  • 36 Je remercie L.-F. Gantès d’avoir bien voulu me signaler le graffite de Marseille issu des ancienne (...)
  • 37 Cf. G. Bertucchi, Les amphores de Marseille grecque (600-200 av. J.-C.). Identification, typologie (...)

30Les mutilations des céramiques et les abréviations rendent souvent difficiles la lecture et la restitution des mots ou des noms propres qu’elles recouvrent. On interprète en général ces graffites comme des marques de propriété. À Marseille, nous ne connaissons que peu de graffites sur céramique, mais il faut dire que les publications de mobilier sont à peu près inexistantes : le plus ancien est du type « objet parlant » sur un col de cruche à pâte claire de la fin du VIe s. annonçant son appartenance à un propriétaire dont le nom se termine en [… tomacho (génitif en -o d’un Aristomachos vel similis) : […]tomacho em[i] (« j’appartiens à […]tomachos »)36 (Fig. 11). G. Bertucchi a signalé une amphore du IVe s. où figure le nom gravé d’Alexis. Dans l’épave du Grand Congloué 1, on a recueilli une écuelle de campanienne A portant à l’intérieur le graffite explicite : « (vase) d’Ariston ; pose, lâche, laisse ». Bien qu’appartenant à une épave échouée dans les eaux de Marseille qui était vraisemblablement destinée la cargaison, il est difficile d’affirmer que le membre de l’équipage propriétaire de l’écuelle était massaliète. À Emporion aussi, les graffites sur céramique les plus nombreux représentent des marques de propriété à côté de quelques invocations. Du fait de l’ampleur des fouilles, la colonie massaliète d’Olbia a livré plusieurs dizaines d’inscriptions gravées et l’on a pu se livrer à un calcul statistique simple : près de 15 % des vases de céramique à vernis noir de la fin du IVe et du IIIe s. présentent un graffite contre seulement près de 2 % pour les vases de campanienne A ; on aurait donc affaire à une habitude qui, en milieu grec, paraît tomber en désuétude37.

Fig. 11 – Inscription sur une cruche de Marseille (Cliché CCJ).

  • 38 Cf. A. W. Johnston, Trademarks on Greek Vases, Warminster, 1979. Sans doute faut-il interpréter co (...)

31Ces graffites de propriété peuvent aussi recouvrir des marques commerciales, tracées surtout sous le pied des vases par les marchands passant commande dans un atelier de céramique pour signaler au potier les modèles choisis. Lorsque ces marques commerciales ne comportent pas d’indication chiffrée de quantité ou de prix, il est en réalité impossible de les distinguer des marques de propriété banales38.

2.1.6. Conclusions

32Il convient d’abord de se demander si les trouvailles de Marseille, Ampurias et leurs colonies correspondent au panorama des usages relevés dans d’autres cités grecques et qu’à partir des exemples d’Athènes on a souvent généreusement attribués à tout le monde grec. Certes, comme partout ailleurs (sauf en Égypte), nous avons perdu tous les écrits sur supports périssables (tablettes de bois enduites ou papyrus). Mais, on l’a vu, les documents épigraphiques concernant Marseille grecque sont en nombre infime et ils sont paradoxalement plus nombreux hors de Marseille. À Emporion, le répertoire lapidaire, quoiqu’un peu plus fourni, reste peu explicite. Dans tous les cas, les documents officiels écrits exposés au public sur des matériaux durables sont rarissimes, les trouvailles concernent essentiellement des pièces émanant de et destinées à des individus privés. Cette situation n’est pas unique dans le monde grec : Finley (1987) rappelait que si la démocratique Athènes a livré des milliers de documents divers, l’oligarchique Corinthe n’en a pratiquement pas fourni un seul et les aristocratiques ou tyranniques cités de Sicile à peine une poignée. La production de documents officiels écrits et surtout la publicité donnée apparaissent en rapport étroit avec le système politique de la cité, sans oublier cependant que, comme le soulignait encore Finley (1987, 84), aucune autre démocratie grecque n’avait suivi l’exemple athénien d’une publication sur pierre aussi intense.

  • 39 M. Lombardo, Marchands, transactions économiques, écriture, in : Detienne 1988, 159-187.

33La fonction littéraire ne semble guère plus brillante. Nous ignorons si la cité de Marseille possédait une bibliothèque. Aucun écrivain massaliète, en dehors des navigateurs Pythéas et Euthyménès, n’a laissé son nom dans la littérature grecque, mais on connaît une version des poèmes homériques désignée comme massaliotique et l’on voit encore au pied de la butte Saint-Laurent quelques gradins d’un théâtre de type grec. Au dire de Strabon, à Marseille, de son temps, « tous les citoyens de bonne famille s’adonnaient à l’art oratoire et à la philosophie » et « la cité avait su persuader les Romains les plus illustres de venir étudier dans ses murs plutôt qu’à Athènes » : mais cela nous est présenté surtout comme les signes d’une véritable reconversion d’une ville dont l’esprit d’entreprise s’exprimait plus volontiers auparavant dans les activités commerciales, maritimes ou guerrières. Ne faut-il pas alors imaginer une ville aristocratique, peu portée au dialogue avec les citoyens d’un démos dont la condition, selon Cicéron (Rép., 1, 27), « ressemble jusqu’à un certain point à l’esclavage », longtemps peu encline à la culture littéraire et artistique, où l’exaltation de l’individu s’accompagnait d’une « vie simple et d’une sage modération », sans affichage ostentatoire à travers des inscriptions visibles de tous, sans dialogue du mort avec le passant ou de l’offrant avec la divinité ? L’on comprend moins bien, cependant, dans ce conteste utilitariste l’absence de documents marchands, mais on comprend mieux peut-être le retard mis par les Celto-Ligures à adopter à leur tour une forme d’expression aussi peu visible. Le contraste n’apparaît que plus flagrant avec les colonies grecques de la zone nord-ibère. Là aussi, pourtant, tout écrit de type public ou de type privé ostentatoire paraît absent ou du moins fortement négligé : certes la fouille d’Emporion avait peu entamé, jusqu’à une date récente, les niveaux d’occupation grecque, mais les nécropoles classiques ont été largement fouillées sans révéler d’épitaphe et aucune inscription monumentale n’a été mise au jour dans les importants dégagements effectués depuis cinq ans. Par contre l’utilisation de l’écriture comme moyen d’expression commercial apparaîtra encore plus évident lorsque, à côté des documents proprement emporitains, on évoquera, par exemple, les trouvailles des tablettes en plomb de Pech Maho : il faut insister sur le fait que la lettre sur plomb à caractère commercial du début du Ve s. est l’un des plus anciens documents de ce type recueillis dans le monde grec, et que le contrat de vente, retrouvé sur le site de Pech Maho mais rédigé en grec et passé à Emporion, figure parmi les plus anciens que l’on connaisse : on saisira toute l’originalité de la situation en se souvenant que « l’emploi du contrat écrit semble, dans l’Athènes du IVe s., une pratique relativement répandue, mais occasionnelle, qui ne se généralise que dans le contexte du commerce maritime à longue distance »39.

  • 40 Ainsi ne doit-on pas voir dans le graffite F171 de l’Agora d’Athènes métige une graphie fautive po (...)
  • 41 Pour la période du VIIIe au Ier siècle avant J.-C., les 483 graffites de l’Agora d’Athènes publiés (...)

34Quant aux inscriptions de propriété, elles constituent en Grèce, mais aussi en milieu phénicien, une grande partie des inscriptions alphabétiques archaïques. Partant du fait que la première écriture alphabétique grecque est une écriture de graffites, de dédicaces et d’inscriptions funéraires, c’est-à-dire de noms propres, J. Svenbro (1988, cité n. 1) a récemment proposé d’y voir avant tout une machine à produire du son, une nouvelle manière de faire résonner par la lecture à haute voix de son nom le « kléos » du scripteur : ce « renom sonore » apparaît comme une véritable obsession des Grecs d’Homère à Platon, parce que le kléos appartient comme la génésis au désir humain d’immortalité. Le scripteur est d’abord un onomatothète : il appose des noms désignant propriétaires, artisans, donateurs, destinataires ; confiés à l’écrit, ces noms propres résonneront chaque fois qu’un lecteur mettra sa voix à leur service, et, même avec l’invention de la lecture silencieuse à la fin du VIe s., l’écriture est susceptible de devenir la représentation de la voix : l’œil voit le son. Mais l’utilisation des abréviations, où le nom peut prêter à plusieurs restitutions, me semble réduire bientôt cette onomatothèse à une simple volonté de marquer l’appartenance. C’est dans ce sens que vont certaines formules qui invitent à utiliser ou au contraire à ne pas toucher l’objet ainsi marqué40. M. Lombardo s’est demandé également « si cette exigence de marquer par l’écriture la possession de certains objets n’aurait pas trouvé un terrain particulièrement favorable dans le domaine des activités commerciales » : par exemple, la nécessité pour l’emporos de marquer son phortos ou chargement commercial sur un navire ne lui appartenant pas et où voyagent plusieurs emporoi ou encore entre associés dans une même entreprise commerciale. Sans doute n’est-il pas hasardeux « de voir un rapport significatif entre les premières formes d’utilisation de l’écriture alphabétique, d’une part, et l’émergence et la diffusion d’un proprietorial concern, d’autre part, avec tout ce que cela implique vraisemblablement sur le plan des réalités socio-économiques ». Mais, sauf pour les notations numériques, il n’y a pas de place prioritaire ou privilégiée des transactions commerciales dans les phases initiales de l’écriture grecque, mais plutôt dans ses développements. Il faut bien noter, me semble-t-il, cette évolution idéologique significative d’une notation aristocratique du kléos, où le propriétaire revendique parfois sa qualité de scripteur (Cf. par exemple à Emporion : « Un tel, fils de […]elos a écrit » : fig. 12), dans le sens d’une simplification où une marque abrégée suffit à désigner avant tout, voire seulement, la propriété. Comme l’ont déjà montré les pourcentages d’Olbia, cette façon de marquer sa propriété reste une habitude dont il est difficile d’apprécier l’importance : si, à Athènes, ce type de graffite représente, du VIIe au Ier s. av. J.-C., plus de la moitié des graffites sur céramique retrouvés dans les fouilles de l’Agora41, c’est peu par rapport aux dizaines de milliers de fragments de céramique recueillis ! À l’époque hellénistique et romaine, cette pratique semblerait être surtout diffusée dans les milieux populaires de vie communautaire (équipages de navires, soldats en garnison).

Fig. 12 – Inscription sur un vase attique d’Emporion (Cliché Musée d’Empúries).

2.2. Les habitats indigènes

2.2.1. Écrits ibères

  • 42 Sur ces problèmes la présentation la plus claire est celle de de Hoz 1981.

35On a déjà évoqué les cas de bilinguisme grec/ibère qui, sur certains habitats, ont précédé ou accompagné l’adoption et le développement d’une écriture de la langue parlée indigène et se sont traduits par des documents écrits (marques de propriété en divers endroits, lettre commerciale de Pech Maho). Mais c’est pourtant l’alphabet hispanique méridional qui fut adapté pour l’écriture de la langue ibère. Est-il utile de rappeler que, si la lecture de ces écrits paraît aujourd’hui assurée, leur compréhension reste à peu près complètement obscure42 ? Dans le domaine géographique retenu, les documents recueillis se répartissent en cinq catégories d’importance inégale au sein desquelles l’interprétation n’est pas toujours assurée.

A) Inscriptions lapidaires

36Les deux seules retrouvées appartiennent-elles à deux genres différents ? À Pech Maho, dans un contexte du IIIe s., c’est une cuve en calcaire à deux compartiments, d’une taille soignée, qui porte sur son rebord horizontal une inscription en deux lignes : dédicace votive, marque de propriété ou signature de l’artisan ? En revanche, on doit avoir à Ruscino une dédicace votive sur un petit autel (ou stèle) de calcaire inscrit sur ses quatre faces mais mutilé.

B) Marques doliaires

  • 43 Cf. Jannoray 1955, 261-265, 435-437 ; l’auteur invitait implicitement à rapprocher la marque Botur (...)

37Elles figurent dans des cartouches rectangulaires ou ronds, accompagnées parfois de motifs figurés, et désignent vraisemblablement les artisans potiers. Untermann (1980) en recense 17 à Ensérune (B. 1.351 à B. 1.368) où parmi les noms lisibles les gaulois sont les plus nombreux (Tessilus, Vassillus, Boturo. Ati(), Latumarus), un à Mailhac (B.5.2 : un ibère Turtularka, présent aussi à Ensérune), à Pech Maho (B.7.32) et à Ruscino (B.8.20). À Ensérune les dolia appartiennent tous à la période milieu IIIe-Ier s. av. J.-C.43. Dans la même catégorie d’inscriptions, il faut signaler la présence à Ensérune, sur l’anse d’une amphore de type « gréco-italique », d’une marque estampée de potier (B. 1.369 : Tiri).

C) Légendes monétaires44

  • 44 J. Untermann, Monumenta Linguarum Hispanicarum, I, 1975.

38Des monnaies à légendes ibères issues d’ateliers hispaniques ont bien sûr circulé sur la plupart des sites indigènes de Languedoc occidental et Roussillon occupés au 2e Âge du fer. Mais il est clair que nous ne voulons relever ici que les légendes sur les monnaies frappées dans la région même. Les premières figurent sur des monnaies d’argent dites monnaies à la croix, imitant les drachmes de Rhodé, avec les légendes Acereconton et Untikia. Le monnayage de bronze présente au moins trois séries ; la plus nombreuse porte au revers la légende Neroncen accompagnée parfois de So, de Biu ou de Biurbi et au droit la légende Eba ou Tivis. Les deux autres arborent la légende Seloncen (avec au droit Eba) et la légende Biricantin/Biricatio (avec au droit Eba). Le suffixe -cen paraît bien désigner un peuple et les Neroncen ont été attribués à l’oppidum de Montlaurès. Leur datation a fait l’objet de deux théories, proposant soit une chronologie haute à partir du IIIe s., soit une chronologie basse liée à la création de la province de Narbonnaise : écriture et développement des sociétés s’accommoderaient fort bien de la datation haute !

D) Graffites et marques peintes sur céramique

39Les graffites gravés à la pointe sèche sur le fond externe ou les parois des vases céramiques appartiennent, semble-t-il, dans leur majorité à la catégorie des inscriptions de propriété. Toutes les catégories de céramique tournée sont concernées, des plus luxueuses aux plus humbles, du troisième quart du IVe s. (attique à figures rouges ou à vernis noir) à la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. (campanienne B). Le nom figure seul abrégé ou complet, en ce cas accompagné parfois d’une désinence possessive en -mi (ou -wi) et rarement d’un patronyme (par exemple à Pech Maho : Untermann 1980, B. 7.17). Ces marques de propriété ont été retrouvées à Ensérune, Ceilhes-et-Rocozels, Montlaurès, Mailhac, La Lagaste, Pech Maho, Ruscino et Elne. À Ensérune, les noms lus se répartissent quasiment à égalité entre anthroponymes ibères et gaulois. Il n’est pas impossible qu’une ou deux lettres isolées sur le fond externe représentent des marques commerciales, surtout lorsqu’elles figurent sur des vases issus des ateliers de Rhodé. L’utilisation des ostraka est présente, mais rare : à Ensérune, en campanienne A, deux fragments retaillés en forme de jetons (Untermann 1980, B. 1.371, 372) et un fragment portant une liste de trois noms superposés suivis d’une indication numérique (Untermann 1980, B.33).

  • 45 On a du mal à imaginer que, dans une zone qui connaît depuis longtemps l’usage des lettres commerc (...)

40On a relevé, à Vieille-Toulouse (Hte-Gar.), sur des amphores vinaires de type gréco-italique du IIe s. av. J.-C., des inscriptions peintes en rouge organisées en deux séquences comportant un nom propre suivi d’une indication numérique. Parmi les treize noms lus, entiers ou abrégés, à côté de noms à désinence ibère (Carb, Iu, Sacar, Usi) ou gauloise (Anbi), certains pourraient s’interpréter comme des gentilices latins (Babirgi / Fabricius, Binugi / Vinucius, Curti / Curtius, Seste / Sextius) et le fait qu’un seul figure en caractères latins (Q. Ofeli) indiquerait alors qu’ils devraient désigner des Ibères de Tarraconnaise récemment promus. Les questions qui se posent concernent la qualité des scripteurs et des destinataires et la signification des informations numériques. Les interprétations qui en ont été données par les éditeurs ne sont guère satisfaisantes : inscriptions effectuées au point de débarquement (Narbonne ?) et nommant les clients destinataires (commerçants plutôt que particuliers) de Vieille-Toulouse avec, selon M. Vidal, le volume de vin global destiné au client ou, selon M. Lejeune, l’indication du prix à payer45. Il est pourtant difficile de ne pas rapprocher ces inscriptions des tituli picti des amphores impériales et de ne pas voir dans les personnes nommées les commerçants chargés de la distribution, navicularii, mercatores ou diffusores, propriétaires d’un lot ou d’une cargaison – et le chiffre pourrait alors indiquer, par exemple, le nombre d’amphores dévolues à chacun. Si les amphores concernées sont originaires d’Italie ou de Sicile, les inscriptions pourraient avoir été peintes au point de débarquement (Narbonne ou tel autre des relais maritimes de la côte ibère) ou d’embarquement à partir d’un port de redistribution comme pouvait l’être Emporion ; mais on ne peut non plus éliminer la possibilité d’une production de vin ibérique (Cf. la marque estampée sur amphore et les timbres figurés des dolia d’Ensérune) et donc d’achat sur place par des marchands indigènes ou latins bilingues spécialisés dans le trafic du secteur ibère.

E) Lettres sur plomb

41C’est une originalité du monde ibère que d’avoir livré plusieurs témoignages de ce type d’écrit qu’on a noté comme caractéristique de la culture grecque. Nous en avons déjà signalé dans l’habitat grec d’Emporion. Y. Solier (1979) a publié de façon très complète quatre lamelles de plomb inscrites découvertes sur l’oppidum de Pech Maho dans un contexte archéologique de la deuxième moitié du IIIe s. L’auteur concluait pour trois d’entre elles à « des lettres ou des contrats en rapport avec l’activité commerciale » et une éventuelle signification différente pour la quatrième. Parmi les 16 noms propres reconnus, au moins deux font songer à des noms gaulois (Botuaoris/Boduorix, Lituris/Liturix), les autres se rattachant pour la plupart à des anthroponymes connus de l’onomastique ibérique. Dans cette même livraison (RANarb., 1988), Y. Solier publie un nouveau document de Pech Maho à onomastique ibère et une lettre inscrite sur plomb d’Ensérune sur laquelle apparaît l’idionyme gaulois de Catumarus.

2.2.2. Textes gallo-grecs46

  • 46 Pour la bibliographie, voir n. 29.
  • 47 Une des exceptions est, à Cavaillon, le nom d’origine latine Scourra (Lejeune 1985, G-141).

42Si l’on tient compte de tous les documents publiés en Narbonnaise suivant les principes retenus par M. Lejeune, c’est-à-dire en éliminant les graffites se réduisant à une seule lettre, on arrive à un total de 277, dont 3 inscriptions rupestres, 74 inscriptions lapidaires, 14 sur matériaux divers (métal, os) et 188 sur céramique. Si leur lecture ne pose, sauf mutilation grave, aucun problème, leur interprétation pourrait être délicate… s’ils ne se réduisaient la plupart du temps à des énoncés onomastiques brefs. Notons que sur la quasi-totalité de ces documents, les noms, simples ou à éléments composés, se rattachent au fond gaulois47 et trouvent en général des parallèles notamment dans les cognomina d’époque impériale des territoires celtes. Les publications récentes de Lejeune 1985 et 1988 nous permettront d’aller ici à l’essentiel.

A) Graffites sur céramique

  • 48 Sur une panse d’amphore vinaire italique du milieu du Ier siècle de l’oppidum de Nages figure le m (...)

43Toutes les catégories de céramique sont concernées, mais les plus nombreux figurent cependant sur la vaisselle campanienne qui, on le sait, représente aux IIe-Ier s. la vaisselle tournée de table la plus courante à cause de la disparition, après 150, des productions à pâte claire massaliètes. Sauf dans de rares cas, ils constituent des marques de propriété, presque toujours sous la forme d’un idionyme seul, rarement écrit en entier, le plus souvent réduit aux deux ou trois premières lettres : lorsqu’il figure in extenso, c’est toujours au nominatif. Dans un seul cas, sur une écuelle en campanienne A du Ier s. de l’oppidum de la Cloche, on a affaire à un objet parlant avec idionyme au génitif et forme verbale immi : « j’appartiens à Escengolatis ». L’inscription du Baou Roux de Bouc-Bel-Air fournit une exception puisqu’elle représente une formule votive avec nom féminin (divinité ?) au datif (Aeiouitai) et nom du dédicant au nominatif (Congennomaros)48.

B) Inscriptions lapidaires

• Dédicaces votives

44On en décompte une vingtaine sur des supports divers (plaques, stèles, autels, pilastres, chapiteaux, vasques). Une seule (Lejeune 1985, G-153) utilise le verbe de consécration eiorou, correspondant au gallo-latin ieuru, « dedicavit », avec datif théonymique et accusatif de l’objet dédié : elle est faite à Vaison par un citoyen de Nîmes en l’honneur de Belesama. Toutes les autres fonctionnent, selon une formule propre au gallo-grec de Narbonnaise, avec le verbe d’offrande dede, « dedit », et l’expression formulaire bratoudecantem (ou -ten) d’interprétation controversée, mais où paraît figurer l’équivalent celtique du latin « gratia », les autres éléments étant le théonyme au datif et le nom du dédicant au nominatif. On les connaît dans les Bouchesdu-Rhône (à Orgon en l’honneur de Taranos, à Saint-Chamas en l’honneur de Bélénos, à Glanum en l’honneur des Mères Glaneicai/Glaniques et des Déesses Rocloisiai/Ecoutantes ou Renommées), dans le Vaucluse (à Malaucène pour le dieu Graselos), dans le Gard (à Collias aux déesses Andounai, à Collorgues, à Nîmes aux Mères Namausicai, à Saint-Côme) et dans l’Hérault à Montagnac. Dédicaces votives sans conteste, enfin, que celles de Cadenet et de Saint-Saturnin d’Apt dédiées par des pèlerins qui, selon une mode relevée en d’autres endroits de la Méditerranée, y ont fait figurer, sous leur nom, des empreintes de pieds, à la fois pour fixer le souvenir du chemin parcouru et pour continuer à bénéficier, malgré leur absence, de la protection directe de la divinité.

• Épitaphes

45La quarantaine d’épitaphes, qui figurent sur des blocs, des cippes, des colonnes, des chapiteaux ou des stèles de formes variées dont beaucoup d’autres sont anépigraphes, donne une idée du succès de ce type de monument auprès des populations gauloises de Provence et du Languedoc oriental. La plupart se trouvent malheureusement hors de tout contexte archéologique et ne sont donc pas reliées à des sépultures dont le mobilier permettrait de préciser la datation : la seule exception est la tombe d’Atila à Sernhac à placer dans le troisième quart du IIe siècle. L’épitaphe comprend en général la seule mention du défunt, idionyme souvent accompagné du patronyme, soit au nominatif, soit au datif ; dans ce dernier cas, on peut trouver, au nominatif, le nom du curateur et, même, un verbe signifiant ériger ou consacrer. Les trouvailles se répartissent en quelques sites privilégiés : dans les Bouches-du-Rhône à Coudoux/Ventabren (4 stèles en gallo-grec et 2 en gallo-latin) et à Glanum (4 stèles) où toutes les nécropoles s’échelonnent de la fin du IIe à la fin du Ier siècle avant J.-C., dans le Vaucluse à Cadenet, Cavaillon (5 stèles inscrites, de la nécropole des Vergers ?), Gargas, L’Isle-sur-la-Sorgue, Saignon, Villelaure ?, dans le Gard à Nîmes (5 stèles), Redessan, St-Gilles, Sernhac, Uzès et dans l’Hérault à Castelnau-le-Lez.

• Inscriptions diverses

46On retiendra trois inscriptions rupestres à Martigues, Istres ((propriété) « des déesses-mères ») et Cavaillon et, vraisemblablement, une partie de liste de notables, dont un praitor, à Vitrolles.

C) Inscriptions sur plomb

47Les cinq inscriptions sur lame de plomb recueillies à Eyguières (Bouches-du-Rhône), dans le Vaucluse à Carpentras et Cavaillon et à Gaujac (Gard), courtes, illisibles ou de lecture difficile, n’appartiennent manifestement pas à la catégorie épistolaire privée ou commerciale que nous avons notée dans les domaines grec et ibère.

D) Légendes monétaires

48On a évoqué l’existence en milieu indigène de légendes grecques. Mais les légendes Bètarratis à Béziers ou Nemau(sos) / Namasat(is) à Nîmes s’expriment vraisemblablement en gallo-grec. D’autres, abrégées, pourraient être aussi bien en grec qu’en gallo-grec : Aoue(nio) à Avignon, Kabe(lio) à Cavaillon ou Krixxo dans la zone de l’étang de Berre. Toutes ces émissions semblent datées à partir du dernier quart du IIe siècle avant J.-C.

2.2.3. Inscriptions en alphabet gaulois cisalpin

  • 49 En tout cas, l’utilisation massive du gallo-grec chez les Cavares du sud rend très improbable l’at (...)

49Des légendes en alphabet de Lugano figurent sur des monnaies d’argent que la dispersion et quelques erreurs alphabétiques ont fait attribuer, à notre avis sans grande certitude, à des peuples de la basse vallée du Rhône, Salyens ou Cavares49 ; on y lit, au revers, sous un buste de cheval ou un cheval galopant, les noms de tribus ou de chefs de tribus Iailkovesi (avec variantes fautives Ialk- et Ialik-), Kasios et Iazus. Prototypes éventuels et évolution des poids suggèrent une émission à cheval sur le dernier quart du IIe siècle et la première moitié du Ier siècle avant J.-C.

Fig. 13 – Graffite en alphabet cisalpin des Baou de Saint-Marcel (Marseille) (Dessin G. Rayssiguier).

  • 50 R. S. Conway, J. Whatmough, S.E. Johnson, The Prae-Italic Dialects of Italy, 1933, no 266 ; à rapp (...)

50Le seul autre vestige gravé en alphabet gaulois cisalpin est, à ma connaissance, un graffite sur un fond de campanienne A du IIe siècle des Baou de Saint-Marcel (Fig. 13) ; une lecture dextroverse donne ( )oidsa(i) que l’on proposera de compléter en Koidsai, datif singulier d’un nom connu en Cisalpine50, marquant l’appartenance plutôt que la consécration.

3. L’écriture dans les sociétés indigènes

51Si l’on met à part la zone ligure de Provence orientale vide de tout vestige écrit, les questions autour de l’écriture, au sein des sociétés gauloises/celto-ligures d’une part, et ibères/ibéro-gauloises d’autre part, tournent autour de trois thèmes principaux :

  • les décalages chronologiques d’adoption et d’utilisation ;
  • les fonctions communes ;
  • les spécificités d’utilisation.

3.1. Les décalages chronologiques

  • 51 M. Lejeune 1983, 740-741.

52Le problème majeur, nous l’avons déjà noté, réside dans l’adoption tardive d’un alphabet grec dans la zone Languedoc oriental – Provence occidentale. La seule raison avancée est qu’il y aurait un décalage entre la création d’une écriture indigène et l’apparition des premiers vestiges écrits dû essentiellement au temps de transmission du cercle des clercs créateurs à des couches sociales plus étendues. Dans cette zone on est sûr, du fait de l’intensité de l’activité archéologique, que ce décalage ne provient pas du hasard des trouvailles et que nous possédons réellement les tout premiers documents au début du IIe siècle. Donc, même en admettant que la création a pu intervenir une ou deux générations plus tôt, il subsiste encore un écart invraisemblablement long à partir de l’installation des Phocéens à Marseille. Nous reviendrons plus loin sur l’affirmation de ce principe selon lequel la naissance d’une écriture indigène inspirée de l’écriture grecque serait toujours « l’œuvre voulue et réfléchie d’un petit groupe de clercs locaux ». Il est accompagné d’un autre qui veut que, dans cette entreprise, « les Grecs ont dû être des témoins indifférents n’ayant de motifs ni pour l’encourager ni pour la contrarier » même si l’on admet que « c’est probablement dès la seconde moitié du IIIe siècle que les écoles massaliotes se sont ouvertes à des Gaulois »51.

  • 52 M. Bats, Définition et évolution du profil maritime de Marseille grecque (VIe-Ier siècles avant. J (...)
  • 53 M. Bats, Recherches sur l’histoire et l’expansion de Marseille grecque (VIe-Ier s. avant J.-C.)(...)
  • 54 M. Py, Évolution des rapports sociaux de la fin de l’Âge du bronze à la conquête romaine en Langue (...)

53Or on sait bien que les Marseillais ont veillé jalousement sur leur identité et sont restés très isolés sur leur petite chora autour du Lacydon. Mais leurs marchands et leurs marchandises ont largement circulé dans toute la Gaule méridionale, dès le VIe siècle : on a vu leurs noms figurer sur un certain nombre de vases utilisés sur quelques sites indigènes et le bilinguisme nous est apparu, au moins sur le littoral, comme une nécessité et une réalité permanentes. On a même pu envisager que la présence d’ateliers de poterie tournée (grise monochrome ou sub-géométrique) et de techniques architecturales (maisons à abside), au cours des VIe-Ve siècles, jusque dans des zones de l’intérieur, recouvrait un certain essaimage de techniciens et pas seulement de techniques. Si l’on compare donc le temps de maturation chez ces Celto-ligures à celui qui a précédé l’emprunt de l’écriture par leurs frères les Celtibères vis-à-vis de l’alphabet levantin ou les Celtes cisalpins vis-à-vis de l’alphabet lépontique, c’est à partir de la fin du Ve siècle que l’on attendrait les premières manifestations d’une écriture gallo-grecque. Pourquoi la société celto-ligure confrontée depuis deux siècles avec un partenaire marseillais omniprésent n’était-elle pas alors prête à intégrer cette forme d’expression ? L’hypothèse que nous proposons fait ressurgir le fantôme si controversé des mouvements de populations reliés au passage Hallstatt/La Tène vers le deuxième quart ou le milieu du Ve siècle et celui de l’arrivée de vagues celtiques qui auraient pu se produire, comme en Italie du Nord, à partir du début du IVe siècle, progressives tout au long du siècle pour n’avoir pas submergé d’un seul coup les peuples en place, mais suffisantes pour avoir brouillé les cartes et remis en cause dans certains secteurs une évolution en cours, tout en attirant l’attention des historiens grecs contraints de créer le terme de celto-ligure pour qualifier le nouveau peuplement mis en place. Tel serait le cas de la basse vallée du Rhône et de ses abords dont on retrouverait la trace à travers l’épisode symbolique de la fausse ( ?) prise de Marseille, peu avant celle de Rome, par le chef gaulois Catumandus. J’ai montré ailleurs52 comment, après le recul progressif à partir de ses positions les plus avancées de l’intérieur et l’impression d’un passage à vide à l’intérieur de la cité massaliète durant la période 475-425/400, mis en évidence par F. Villard et qui n’a pas vraiment été comblé depuis, le IVe siècle marque précisément pour Marseille la mise en place d’une nouvelle politique essentiellement tournée vers le renforcement de ses positions maritimes tout le long de la côte méditerranéenne : prise en compte d’une situation nouvelle et reflet massaliète des mouvements affectant le milieu gaulois, qui impliquent une reconversion partielle de la cité grecque. En complément à ce schéma, il faut envisager dans un premier temps la fermeture de l’arrière-pays au commerce direct massaliète et ses marchands poussés à fréquenter les relais littoraux indigènes qui s’enrichissent en assurant la redistribution. Puis les Marseillais nouent peu à peu de nouveaux liens du type philia ou xenia avec les élites de certains secteurs, préparant ainsi une subordination qui prendra un aspect plus institutionnel à partir de l’intervention romaine de 125/121. Ce schéma que j’ai développé dès 1983 dans une étude inédite53 a été partiellement repris par M. Py dans sa thèse où mon étude est largement évoquée mais réduite à une présentation incomplète ; renonçant donc à des rapports tributaires précédemment envisagés dès le IVe siècle54, M. Py envisage, derrière l’hospitalité, des rapports inégalitaires avec accaparement des surplus indigènes fait partiellement sans contre-valeur mais avec d’éventuelles prestations de services en matière d’organisation, d’urbanisme et de défenses. Complétons, tout en imaginant des relations plus égalitaires. Incapables d’imposer (ou ne le souhaitant pas) l’usage de la langue grecque ou bien à la demande de ces élites, les Marseillais auront pu ajouter à ces contreparties l’adaptation de leur alphabet à la langue gauloise. On verra plus loin que la répartition géographique des textes gallo-grecs va bien dans le sens de cette hypothèse.

  • 55 Cf. Jannoray 1955, 388-400 ; A. Rapin, M. Schwaller, Contribution à l’étude de l’armement celtique (...)
  • 56 Cela n’interdit pas une situation plus complexe au niveau de l’expression orale qui peut juxtapose (...)

54Il faut imaginer un processus différent pour les Ibéro-gaulois de Roussillon et Languedoc occidental : non seulement ils empruntent un alphabet ayant déjà fait ses preuves pour une langue proche de la leur (voire semblable), mais en outre leurs relations d’échanges ne paraissent pas impliquer de relations de dépendance avec les intermédiaires emporitains habitués à côtoyer quotidiennement, à leur porte même, d’autres partenaires ibères avec lesquels ils finiront par fonder une communauté unique, ce qui traduit, malgré des apparences de méfiance communes, une attitude foncièrement différente de celle des Grecs de Marseille. L’adoption de l’écriture y est en décalage chronologique, avec le modèle grec de plus de deux siècles, mais avec le modèle ibérique levantin d’à peine un demi-siècle. Or nous avons la chance d’entrevoir grâce à Pech Maho et Ensérune la naissance et l’évolution de l’écriture en milieu indigène : et Ensérune est un cas exceptionnel puisque nous y connaissons à la fois habitat et nécropole. L’usage de l’écriture ibérique apparaît à Ensérune précisément dans la deuxième moitié du IVe siècle au moment où commencent les incinérations contenant des armes et des objets métalliques de type celtique55 : cette revendi cation de celticité s’accompagne donc d’une expression écrite ibérique, la première témoignant d’une volonté d’affirmer une identité encore récente, la deuxième de l’aboutissement d’une évolution. Tout se passe comme si les infiltrations celtes étaient venues mourir sur le môle littoral ibère sans perturber vraiment son évolution interne. Un équilibre se serait établi avec assimilation linguistique en faveur de la culture la plus évoluée, de la même façon qu’au Bas Empire les envahisseurs barbares assimileront, en Gaule, la langue latine et même le cadre institutionnel romain. Car s’il semble bien que des noms gaulois (voire du vieux fonds « ligure ») apparaissent à Ensérune tant dans les graffites sur céramique que dans le texte sur plomb, la langue transcrite comme l’écriture, utilisées là et à Pech Maho, sont celles de la côte levantine et non une langue celtique comme celle des Celtibères de la vallée de l’Èbre (le plat en bronze de Gruissan portant une inscription celtibère est à mettre au rang des objets allogènes)56. Quand on voit à Ensérune (et à Pech Maho) le parallélisme des faciès céramiques avec celui d’Emporion et notamment la part prise par les produits ibériques et la vaisselle à vernis noir de la colonie emporitaine de Rhodé, il est tentant d’imaginer – et, en se souvenant de l’attitude des Grecs d’Emporion, cela pourra sembler moins paradoxal – que ceux-ci aient pu constituer sinon le vecteur principal du moins le catalyseur d’une écriture qui n’était pas la leur.

3.2. Identités et spécificité

55Ce qui frappe en définitive, c’est l’exact parallélisme entre chacun des modèles fonctionnels et chacun des emprunts, d’un côté entre Emporitains et Ibères, de l’autre entre Massaliètes et Gaulois : si bien que ce qui rapprochait et différenciait les Grecs de Marseille et ceux d’Emporion se retrouve de la même façon chez les Ibères et les Gaulois.

56Identité : partout, le premier usage de l’écriture est individualiste, affirmation de son nom, pour soi et pour les autres ; on écrit son nom et on marque en même temps sa propriété sur un objet ; on fait résonner le renom sonore de sa famille et de ses dieux voire de sa communauté, mais les actes politiques sont absents de l’affichage.

57Spécificité : les Celto-Ligures en restent là et accentuent même ces manifestations par des inscriptions monumentales sur pierre : c’est le reflet d’une société où les relations ostentatoires occupent encore une place privilégiée. Les Ibères y ajoutent la fonction d’outil économique, signe de participation à une société ouverte sur des préoccupations économiques d’échanges dans un cadre de marché au point qu’au IIIe s. ils ont fait de leur langue écrite la langue commerciale, à côté (ou à la place ?) du grec.

58À l’origine de l’adoption de l’écriture chez les indigènes de Gaule du Sud, il semble donc que l’on retrouve le schéma que l’on a décrit pour le monde grec : d’abord une appropriation individuelle, aristocratique, destinée à faire résonner un nom, bien à sa place dans l’expression des élites ibères et ibéro-gauloises par ailleurs exaltées dans la richesse de leurs tombes, comme des élites gauloises valorisées par les relations d’hospitalité ou d’amitié avec leurs homologues massaliètes : l’usage économique ne viendra qu’ensuite : pendant longtemps la seule langue commerciale parlée et écrite en usage d’Emporion à Marseille, c’est le grec. Même la langue ibérique, la plus précoce à s’individualiser par l’écriture restera d’abord limitée à cette expression personnelle : les lettres sur plomb à caractère commercial ne semblent apparaître qu’au IIIe siècle. La diffusion de l’écrit perceptible à travers les graffites sur céramique a pu laisser croire à une certaine popularité. Lejeune 1985, notant « l’abondance de ces marques dans des logis d’oppida qui, visiblement, n’appartenaient pas à des membres des classes dirigeantes », ne nous dit pas à quoi auraient dû ressembler ces logis des notables ! En fait ce qui est frappant dans ces graffites, c’est leur rareté par rapport aux quantités de céramique que livre toute fouille d’habitat. On peut cependant envisager une double manifestation de l’écriture : d’une part une appropriation aristocratique qui culminera dans l’épigraphie lapidaire que l’on doit massivement situer au Ier siècle avant J.-C. et qui semble plus caractéristique des communautés de l’intérieur, d’autre part une diffusion populaire mais limitée, sensible dans les graffites sur céramiques et dans le fait que les habitats du littoral y paraissent plus ouverts.

Fig. 14 – Carte de répartition des textes gallo-grecs dans leur distribution régionale (DAO d’après M. Lejeune 1985).

59Qu’en est-il du rôle des clercs ?

  • 57 Cf. par exemple J. P. V. D. Balsdon, Romans and Aliens, Londres, 1979, 122.

60César (BG, VI, 14) est parfois cité à contre sens57 pour manifester le rapport entre l’écriture et la caste des druides, car il y est précisément souligné que les druides, jaloux du secret de leur doctrine, refusent de la livrer à l’écriture. Par contre il est bien question dans ce même passage de l’utilisation laïque de l’écriture en caractères grecs, pour des « comptes (ou des listes) publics et privés » (« publicis privatisque rationibus ») ; c’est le même terme (« ratio ») qu’emploie César (BG, I, 29) pour désigner les listes nominatives des émigrants en état de porter les armes, des enfants, des vieillards et des femmes qui figuraient sur les tablettes saisies dans le camp des Helvètes. N’oublions pas d’ailleurs que César est censé parler de la Gaule interne et que nous sommes déjà au milieu du Ier siècle avant J.-C. Notons que ces informations impliquent l’existence d’une notation numérique absente de nos documents gallo-grecs (mais présente dans la transcription ibérique comme en témoignent les inscriptions peintes de Vieille-Toulouse).

61Dans le domaine de l’écriture gallo-grecque de Gaule méridionale, la distribution géographique permet de distinguer trois zones principales (Fig. 14) :

  • le secteur de l’étang de Berre ;
  • un secteur à cheval sur la Durance, des Alpilles au Lubéron ;
  • le Languedoc oriental.
  • 58 M. Bats, Le territoire de Marseille grecque : réflexions et problèmes, EtMass, 1, 1986, 17-42.
  • 59 Benoit 1965, fig. 34, 35 : « cursive latine avec l’emploi de lettres grecques (rho, lambda, upsilo (...)
  • 60 Cf. notamment C. A. Möberg, Quand l’archéologie rencontre les rencontres d’alphabets…, dans Mélang (...)

62Or ces secteurs recoupent très précisément des zones où l’on suppose un rôle particulier de Marseille. Le secteur de l’Étang de Berre représente la proximité géographique : c’est même un domaine où l’on a pu proposer une intervention directe dès le début du IIe siècle58. La basse vallée de la Durance recouvre notamment les cités d’Avignon et de Cavaillon qui sont nommées par Artémidore, donc dès la fin du IIe siècle, « poleis Massalias », villes de Marseille. En Languedoc oriental, en 77, Pompée a remis « officiellement »/« au nom de l’État » romain (publice), des champs (voire les champs) des Helviens et des Arécomiques à la cité de Marseille. Dans tous ces secteurs, la présence des Marseillais se manifeste par l’intermédiaire de liens de xenia et philia entre principes gallorum et duces massilienses avant de constituer, sous l’égide de Rome, un véritable empire (en 49, Cicéron parlera de l’imperium amissum de Marseille) à l’intérieur de la Provincia. A contrario, l’absence des graffites gallo-grecs à Entremont ou dans les habitats de la côte ligure (par exemple au Mont-Garou ou à la Courtine d’Ollioules), pourtant encore occupés à la fin du IIe siècle, y marquerait les limites de l’intervention massaliète ou la résistance culturelle autant que l’existence d’une langue différente du gaulois ou le retard de développement de leur société. Pourquoi alors ne pas envisager que les promoteurs de l’expression écrite gallo-grecque ne furent pas les Marseillais eux-mêmes plutôt que telle caste de clercs gaulois aussi discrets qu’amateurs de secrets ? Cette emprise massaliète, puis le dynamisme des peuples emprunteurs expliqueraient, d’une part la vigueur du gallo-grec à l’intérieur de la Transalpine après la conquête de 125/121, d’autre part sa persistance et son extension vers le Centre-Est jusqu’à l’époque claudienne. Contrairement au schéma, proposé par Lejeune 1983, d’une évolution en trois volets (gallo-grec jusqu’à César, puis gallo-latin jusqu’à Claude et enfin latin), il n’y pas d’épisode intermédiaire gallo-latin, mais juxtaposition des deux formes d’expression gallo-grec/gallo-latin, puis juxtaposition du gallo-latin et du latin au profit de ce dernier cependant ; le gallo-latin ne laissera en définitive que peu de vestiges. Le passage de l’alphabet grec à l’alphabet latin sera d’ailleurs difficile comme en témoignent de nombreuses inscriptions hybrides depuis le graffite d’Entremont59 au début du Ier siècle jusqu’aux légendes des monnaies de divers peuples de Gaule interne (légendes bilingues ou utilisation de lettres grecques, par nécessité, comme l’affriquée, ou par confusion, comme le P (= rho grec) ou le C (= sigma lunaire) pour le R ou le S latin)60.

3.3. Conclusion

63L’écriture apparaît donc comme un magnifique révélateur social. Le parallélisme constaté entre son développement et le développement des sociétés indigènes s’explique par le fait qu’elle se trouve à un carrefour privilégié d’expressions : expression socioculturelle du triomphe de l’individu (le kléos et la propriété) et expression économique (le champ d’action ibéro-empuritain d’un côté, massaliète de l’autre) qui viennent recouper des divisions ethno-linguistiques (adéquation entre une langue et un alphabet) et socio-politiques (organisations des « cités » et relations de dépendance). Du côté ibérique, l’affirmation culturelle d’appartenance à un ensemble ethno-linguistique a été plus forte que la pression économique du partenaire étranger, d’où l’adoption de l’alphabet levantin alors qu’il existait dans le même temps une écriture gréco-ibère ; du côté gaulois, la pression économique et politique de ce partenaire a supplanté cette affirmation d’identité ; c’est l’alphabet grec et non l’alphabet lépontique qui s’est imposé.

  • 61 Je rejoins l’interprétation faite par J.-L. Fiches (Tombes et monuments lapidaires dans l’espace r (...)

64Après avoir commencé au IIe siècle avant J.-C. à inscrire leur nom sur des supports banals, chefs et notables cavares et volques le gravent dans la pierre, alors que les princes salyens préfèrent la médiation de la statuaire : les textes gallo-grecs où dominent largement les documents de type ostentatoire nous confirment l’image d’une société fortement hiérarchique dont les élites affichent leur puissance affirmée par ailleurs par la consommation et les redistributions : mais ce moyen d’expression et de communication les prépare aussi à une affirmation politique reconnue par l’autorité romaine et que l’octroi du droit latin viendra sanctionner : il suffit pour cela de comparer la carte de répartition des inscriptions gallo-grecques à celle des oppida latina61. La société ibéro-gauloise, qui pratique un marquage de propriété plus systématique mais moins ostentatoire, paraît tout aussi hiérarchisée mais plus contrastée parce que ses notables participent directement à la production des richesses dans une économie ouverte vers l’extérieur : peut-être y existe-t-il même une classe de marchands à côté d’une aristocratie guerrière ; paradoxalement son destin politique après l’intervention romaine y paraît beaucoup moins évident que du côté celto-ligure.

65[La tablette d’exécration d’Olbia signalée comme inédite à la page 124 a été publiée : M. Bats, M. Giffault, Une tablette d’envoûtement en plomb à Olbia de Provence, dans Mélanges J. Coupry, RevEtAnc, 99, 1997, 459-462.]

Notes

1 J. Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris, 1979 ; E. A. Havelock, Aux origines de la civilisation écrite en Occident. Paris, 1981 ; J. Goody, La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines. Paris, 1986 ; Finley 1987 ; Détienne 1988 ; Lejeune 1988 ; J. Svenbro, Phrasikleia. Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne. Paris, 1988.

2 Il faut partir des travaux de Barruol 1969 (147-165) et de Unterman 1969, où l’on trouvera la bibliographie antérieure à 1969.

3 D. Ugolini, Chr. Olive, Béziers et les côtes languedociennes dans l’Ora Maritima d’Aviénus, RevArchNarb, 20, 1987, partant de l’observation archéologique d’un abandon de Béziers entre 330/300 et 170/150 avant J.-C., estiment que pour cette partie de la description « les sources (ou la source) de l’écrivain seront à rechercher parmi les ouvrages de cette période en langue grecque (Polybe, Poseidonios d’Apamée, etc.) ou latine (Ennius, Caton l’Ancien, Naevius, etc.) » voire postérieurs (Pline, Pomponius Mela) et que c’est par souci d’archaïsme et pour décrire le pays avant l’intervention romaine que l’auteur aurait choisi d’évoquer un état antérieur à la réoccupation de Béziers vers 150 ; outre que rien ne nous autorise à imaginer qu’Ennius ou Naevius aient pu parler des côtes languedociennes, cette volonté d’archaïsme d’Aviénus n’est-elle pas précisément inscrite dans le choix volontaire de ses sources qu’il se donne la peine de nommer (v. 42-50) et qui, d’Hécatée de Milet à Thucydide, sont toutes antérieures au IVe s. de notre ère !

4 Pour le Pseudo-Scymnos, qui parle de la fondation de Marseille d’après Timée, Emporion et Rhodé, de même qu’Agde, Rhodanousia, le Rhône et Marseille, se trouvent déjà chez « les Ligures du littoral » qui se situent au-delà des Ibères arrêtés dans la région de l’Ebre ; contrairement à ce qu’écrivent Jannoray 1955 (378) et Barruol 1969 (155, n. 7), le texte ne dit pas qu’Agde et Rhodanousia sont en Ibérie, mais que les Phocéens sont venus en Ibérie après les Rhodiens (v. 206), ce qui revient d’ailleurs à dire que Rhodé, présentée au vers précédent comme fondation rhodienne, se trouvait en Ibérie, l’auteur distinguant donc entre le pays et son peuplement.

5 C’est sans doute aussi la raison pour laquelle, contredisant les informations que nous avons déjà notées, Aviénus écrit aux vers 472-473 que « la domination des Ibères s’étendait jusqu’aux Pyrénées ».

6 La position de Tite-Live en fait n’est pas aussi claire. En V, 34, il paraît bien présenter comme non-gaulois les Salyens qui attaquent les Marseillais au moment du passage des troupes gauloises de Bellovèse et dans le Fragment 18, rapporté par Julius Obsequens, il est question d’un massacre de Ligures Salyens en 125 av. J.-C.

7 Cf. J.-C. Richard, Les monnayages indigènes de Narbonne et sa région, dans Narbonne, archéologie et histoire, I, Montpellier, 1973,135-149.

8 Cf., en dernier lieu, pour le Languedoc oriental : Py 1987 ; pour la Provence : M. Bats, La Provence protohistorique, dans Histoire de la Provence des origines à l’an Mil (P. A. Février dir.), Rennes, 1989.

9 La forme a été définie par A.-H. Amann, Le matériel archéologique préromain découvert au Mont-Garou (Sanary, Var), Toulon, 1977, 239-240 (formes A4/A5). Cf. aussi : P. Arcelin, La céramique modelée du Ier siècle avant J.-C. dans les Bouches-du-Rhône, Thèse de 3e cycle dactylographiée, Université de Provence, 1979, 65-69 ; P. Arcelin, Ch. Arcelin-Pradelle et Y. Gasco, Le village protohistorique du Mont-Garou (Sanary, Var), DocAMérid, 5, 1982, 82 et n. 132 ; J. Latour, L’oppidum du Baou des Noirs à Vence (A-M), DocAMérid, 8, 1985, 15.

10 J. Coupry, M. Giffault, Onomastique non hellénique dans l’anthroponymie olbienne et massaliète en Ligurie marseillaise, à la fin de l’époque hellénistique, d’après les ex-voto du sanctuaire d’Aristée à l’Acapte, dans Hommages à L. Lerat, I, 1984, 209-219.

11 M. Lejeune, À propos d’un plomb inscrit d’Elne, REtAnc, LXII, 1960, 62-79 ; Id. Textes gallo-grecs, EtCelt. XV, 1976-1977, 118-120 et pl. VI ; U. Schmoll, Althispanische Miszellen, I, Zeitschrift für vergleichende Sprachf., 78, 1963, 49-50 ; au lieu du nom Diouathth(os), on peut aussi envisager une coupure après Diou et nom propre du type Aththe(domaros/dillos). Sur l’écriture grécoibérique, voir en dernier lieu : J. de Hoz, La escritura greco-ibérica, dans Studia Palaeohispanica, Actas del IV° Col. sobre lenguas y culturas paleohispanicas (Vitoria, 1985), Veleia, 2-3, 1987, 285-298.

12 Lejeune 1988a, 84-86.

13 En dernier lieu : M. Guarducci, Epigrafia greca, II. Rome, 1969, 582-583 et Barruol 1969, 372-373 et pl. VIII.

14 M. Lejeune, J. Pouilloux, Y. Solier, Étrusque et ionien archaïque sur un plomb de Pech Maho (Aude), RANarb, 21, 1988.

15 Strabon utilise le terme ellénisti qui peut signifier aussi « à la manière grecque » comme c’est le cas dans ce même paragraphe où l’auteur évoque les Ibères qui sacrifient « à la manière grecque », plutôt qu’« en langue grecque ».

16 Et au-delà, sous l’Empire, non seulement l’épigraphie grecque manifeste sa vivacité à Marseille même et dans ses établissements (Agde, Olbia, Nice), mais aussi ailleurs, particulièrement en Gaule méridionale (cf. IG, XIV) où aux Gaulois peuvent s’ajouter bien sûr des immigrés originaires des provinces orientales de l’Empire. Au IIe siècle, Lucien (Heracl., 4) nous raconte que, se trouvant en Gaule à la recherche d’éclaircissements sur la représentation d’Hercule dans l’art gaulois, il avait interrogé un Gaulois qui avait été capable de lui répondre en grec et, au siècle suivant, c’est en grec que l’artisan arlésien de souche gauloise Q. Licinius Touteinos signe une série de miroirs votifs à montures de plomb étudiés par G. Barruol dans RANarb, 18, 1985 et 20, 1987.

17 J.-J. Jully, Y. Solier, Les céramiques attiques de Montlaurès, Narbonne, archéologie et histoire, I, 1973, 124 ; J.-J. Jully, La céramique attique de La Monédière, Bessan, Hérault. Bruxelles, 1973 (Coll. Latomus, 124), 191-210 et pl. VIII, 24, 25, 26 ; G. Claustres, Stratigraphie de Ruscino, EtRoussil, 2, 1951, fig. 22.

18 F. Benoît, Résultats historiques de fouilles d’Entremont (1946-1967), Gallia, 26, 1, 1968, fig. 33.

19 Bats 1988.

20 O. Guéraud, P. Jouguet, Un livre d’écolier du IIIe siècle avant J.-C., Le Caire, 1938 (Publications de la Société royale égyptienne de papyrologie, Textes et documents, II). Dans ce manuel, knax fait partie d’une liste de mots monosyllabiques rangés par ordre alphabétique, comprenant à côté de mots usuels, des mots rares comme knax, stragx ou klagx ; le mot knax est glosé gala leukon (lait blanc) par Hésychius probablement d’après un fragment de Thespis cité par Clément d’Alexandrie (Strom., V, 8, 48), qui mentionne aussi le sens de maladie selon Apollodore de Corcyre. Le même Clément nous apprend encore « que knax figurait dans un de ces upogrammoi paidikoi (formules enfantines) formés de mots rares et qui contenaient chacun une seule fois toutes les lettres de l’alphabet : la récitation ou la lecture de ces formules, appelées par Quintilien chalinoi (freins), était surtout destinée à assouplir la prononciation » et à faire disparaître les éventuels défauts de langues. Un papyrus nous a conservé l’une d’elles : « knaxzbi chthuptès phlegmodrôps ». On imagine le petit enfant lattois aux prises avec de telles formules !

21 Cl. A. de Chazelles, J.-C. Roux, L’emploi des adobes dans l’aménagement de l’habitat à Lattes au IIIe siècle avant n. è., Lattara, 1, 1988, p. 161-174.

22 Pour les inscriptions phénico-puniques d’Espagne : M. G. Guzzo Amadasi, Le iscrizioni fenicie e puniche delle colonie in Occidente. Roma, 1967 ; J.-M. Solà Solé, A proposito de nuevas y viejas inscripciones fenopunicas de la Peninsula ibérica, dans Homenaje a Garcia Bellido, I. Madrid, 1976 ; M. G. Guzzo Amadasi, Remarques sur la présence phénico-punique en Espagne d’après la documentation épigraphique, dans Actes du IIe Congr. Intern. d’Études des cultures de la Méditerr. occid., II, Alger, 1978 ; J. de Hoz, Escritura fenicia y escrituras hispanicas. Algunos aspectos de su relación, Aula Orientalis, 4, 1986. Pour les inscriptions étrusques de Gênes : A. Neppi-Modona, Rivista di Epigrafia etrusca, StEtr, XXXVIII, 1970, 282-286.

23 En dernier lieu, de Hoz 1981 ; Id., Origine ed evoluzione delle scritture ispaniche, AION(ling.), 5, 1983, 27-61.

24 L’inscription se trouve sous le pied d’une coupe-skyphos (no inv. Museo de Ullastret 2576) datable à partir de 440/430 mais qui paraît en usage à Ullastret à la fin du Ve et au début du IVe siècle : cf. G. Trias de Arribas, Ceramicas griegas de la Peninsula ibérica, Valence, 1968, 224 et pl. CXXVIII ; M. Picazo, La ceramica atica de Ullastret, Barcelone, 1977, 20-25, no 26.

25 Untermann 1980 ; A. Soutou, Épigraphie ibérique et rutène dans le Nord-Ouest de l’Hérault, Archéologie en Languedoc, 1984, 7-8 ; Vidal 1983.

26 M. Lejeune, Lepontica, Paris, 1971 ; Lejeune 1988 ; Popoli e civilta dell’Italia antica, VI, Lingue e dialetti (a cura di A. L. Prosdocimi), Roma, 1978.

27 F.M. Gambari, G. Colonna, Il bicchiere con iscrizione arcaica da Castelletto Ticino e l’adozione della scrittura nell’Italia nordoccidentale, StEtr, LVI, 1988, 119-164. L’étude de cette inscription et des autres inscriptions lépontiques des VIe-Ve s. av. J.-C. montre en outre que l’alphabet lépontique a été créé peu de temps après la réforme alphabétique étrusque septentrionale de la fin du VIIe s. av. J.-C. Il est donc antérieur à la phase de la Certosa et à la conquête étrusque de la vallée du Pô. G. Colonna analyse les indices archéologiques témoignant de contacts directs entre l’Étrurie septentrionale et la vallée du Pô où l’inscription étrusque la plus ancienne se trouve précisément dans la zone lépontique, à Sesto Calende, sur une coupe de fabrication régionale de la fin du VIIe s.

28 Pour les monnaies : A. Pautasso, Le monetazioni preromane con leggende in alfabeto leponzio emesse da popoli delle regioni alpine, AttiCeSDIR, 1975-1976, 473-500 ; A. Deroc, Les monnaies gauloises d’argent de la vallée du Rhône, Paris, 1983. Pour le graffite présenté à tort comme ibère : Chr. Guichard, G. Rayssiguier, La dernière période d’occupation de l’oppidum des Baou de St-Marcel à Marseille, Les céramiques d’importation et le monnayage, DocA-Mérid, 11, 1988, 79 et fig. 7, no 102.

29 Lejeune 1985. Ajouter : Py 1987, T. 3, 774-784 ; Bats 1988a ; Lejeune 1988a.

30 Pour Saint-Blaise : Lejeune 1985 et A. Cayot, La céramique campanienne de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, Bouchesdu-Rhône), DocAMérid, 7, 1984, 53-78 ; pour Teste-Nègre : L. F. Gantès, L’oppidum préromain de Teste-Nègre aux Pennes (Bouches-du-Rhône), Mémoire de maîtrise dactylographié, Université de Provence, 1977 ; pour Beaucaire et Nages : Py 1987.

31 Cf. M. Guarducci, Epigrafia greca, I, Roma, 1967, 372 sq. Il convient de différencier cette graphie recherchée de celle qui présente aussi des empattements à l’extrémité des lettres mais dans un style beaucoup plus sobre qui permet d’ailleurs de rapprocher les inscriptions G-106 (et G-107 ainsi que G-3 de Coudoux, quoiqu’un peu moins soignées) de Ventabren et G-213 de Redessan.

32 Cité par A. N. Oikonomidès, Greek Inscriptions from the Ancient City of Massalia, AncWorld, XI, 1985, 53-60 (54 avec référence inexacte).

33 F. Salviat, Le Trésor des Marseillais et sa dédicace, Archéol. Du Midi médit., 3, 1981, 7-16 ; G. Rougemont, Inscriptions de Marseille, EtClass, III, 1968-1970, 1-4 ; Clavel-Lévêque 1977, 40 ; Coupry 1970 ; J. Coupry, M. Giffault, La clientèle d’un sanctuaire d’Aristée aux Iles d’Hyères (Ier siècle av. J.-C.) ParPas., 1982, 360-369 ; J. H. Clergues, les fouilles de la plaine d’Antibes : Vaugrenier, RELig., XXV, 1-3, 1969, 184-187 ; J. Coupry, G. Vindry, Lérôn et Lériné aux Iles de Lérins : un couvercle en ivoire à dédicace grecque découvert à l’île Ste-Marguerite (Cannes), RANarb, 15, 1982, 335-360.

34 Clavel-Lévêque 1977, 40.

35 P. Calligas, An inscribed Lead Plaque from Korkyra, AnnBrSchAth, 66, 1971, 79-93 ; K. Braun, Der Dipylon-Brunnen B1, II, Die Inschriften auf metal, MDAI(Ath), 85, 1970, 197-269 ; Almagro 1952 ; E. Sanmarti, R. A. Santiago, Une lettre grecque sur plomb trouvée à Emporion (Fouilles 1985), ZPE, 68, 1987, 119-127 ; F. Salviat, Tablettes de plomb inscrites à Emporion et à Sigean, RANarb, 21, 1988 ; E. Sanmarti, R. A. Santiago, La lettre grecque d’Emporion et son contexte archéologique, ibid. ; Coupry 1970,145.

36 Je remercie L.-F. Gantès d’avoir bien voulu me signaler le graffite de Marseille issu des anciennes fouilles du Fort-Saint-Jean et de m’avoir autorisé à en publier une photographie. Les noms se terminant en […]tomachos ne sont pas tellement nombreux : on en dénombre à peine une demi-douzaine dans le recueil de Fr. Bechtel (Die historische Personennamendes Griechischen, Halle, 1917), les plus courants étant Aristomachos et Prôtomachos.

37 Cf. G. Bertucchi, Les amphores de Marseille grecque (600-200 av. J.-C.). Identification, typologie, chronologie, importance économique, Thèse de 3e cycle dactylographiée, Université de Provence, 1979 ; M. Guarducci, Epigrafia greca, III, Roma, 1974, 342 ; Almagro 1952 ; Coupry 1970, 142-144 ; M. Bats, Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, Suppl. 18 à la RANarb., 1988, planches passim.

38 Cf. A. W. Johnston, Trademarks on Greek Vases, Warminster, 1979. Sans doute faut-il interpréter comme marques commerciales les caractères grecs sur le fond externe de certains vases attiques, évoqués comme graffites de contenance à Ruscino (G. Claustres, Stratigraphie de Ruscino, ÉtRoussil., 2, 1951, 184) et qui, transcrits en général comme ibériques à valeur phonétique par Untermann, à Ensérune (Untermann 1980, no B1.2., 1.4, 1.8, 1.36, 1.102) ou à Montlaurès (Untermann 1980, no B.8.9, 8.10) viennent doubler ou non des graffites en caractères ibériques (Cf. aussi dans ce sens M. Lejeune dans Vidal 1983, note V, p. 37).

39 M. Lombardo, Marchands, transactions économiques, écriture, in : Detienne 1988, 159-187.

40 Ainsi ne doit-on pas voir dans le graffite F171 de l’Agora d’Athènes métige une graphie fautive pour mé thige, « ne me touche pas », plutôt qu’un idionyme Métigènes, inconnu par ailleurs, proposé par M. Lang (The Athenian Agora, XXI, Graffiti and Dipinti, Princeton, 1976, 41) ?

41 Pour la période du VIIIe au Ier siècle avant J.-C., les 483 graffites de l’Agora d’Athènes publiés par M. Lang se répartissent de la façon suivante : abécédaires : 10 ; messages et listes : 16 ; noms d’amour ou de haine : 34 ; noms sur ostrakon : 43 ; notations numériques : 16 ; marques de propriété : 251 (privées) + 29 (publiques) ; dédicaces : 22 ; notations commerciales : 14 (capacité) + 4 (poids) + 5 (date) + 3 (contenu) + 4 ; divers : 32.

42 Sur ces problèmes la présentation la plus claire est celle de de Hoz 1981.

43 Cf. Jannoray 1955, 261-265, 435-437 ; l’auteur invitait implicitement à rapprocher la marque Boturo, parfois associée à une représentation de raisins, et le graffite botiror (Untermann 1980, B. 1.348) du grec botrus, grappe de raisin, d’étymologie méditerranéenne selon Chantraine (Dict. étym. de la langue grecque, s.v.) : le terme aurait fourni alors une indication de contenu plutôt que d’origine ou de propriété.

44 J. Untermann, Monumenta Linguarum Hispanicarum, I, 1975.

45 On a du mal à imaginer que, dans une zone qui connaît depuis longtemps l’usage des lettres commerciales, on utilise un moyen aussi sommaire comme « titre de perception, soit pour régler livraison présente, soit pour solder la livraison antérieure

46 Pour la bibliographie, voir n. 29.

47 Une des exceptions est, à Cavaillon, le nom d’origine latine Scourra (Lejeune 1985, G-141).

48 Sur une panse d’amphore vinaire italique du milieu du Ier siècle de l’oppidum de Nages figure le mot « paide » dont on ne sait s’il parle en grec ou en gallo-grec.

49 En tout cas, l’utilisation massive du gallo-grec chez les Cavares du sud rend très improbable l’attribution de ces monnaies que propose A. Deroc ; le confluent Rhône-Durance est bien placé au débouché des pays cisalpins et représente une zone de passage où bien des monnaies doivent offrir une dispersion privilégiée.

50 R. S. Conway, J. Whatmough, S.E. Johnson, The Prae-Italic Dialects of Italy, 1933, no 266 ; à rapprocher aussi du Coisis de l’inscription de Todi (Cf. Lejeune 1988, E5).

51 M. Lejeune 1983, 740-741.

52 M. Bats, Définition et évolution du profil maritime de Marseille grecque (VIe-Ier siècles avant. J.-C.), dans L’exploitation de la mer, II, VIe Rencontres Inter. d’Archéo. et d’Hist. d’Antibes, 1985 (1986), 31-53 ; Id., Le vin italien en Gaule aux IIe-Ier siècles avant J.-C. Problèmes de chronologie et de distribution, DialHist Anc, 12, 1986, 391-430.

53 M. Bats, Recherches sur l’histoire et l’expansion de Marseille grecque (VIe-Ier s. avant J.-C.) (à paraître) [non publié, ndlr].

54 M. Py, Évolution des rapports sociaux de la fin de l’Âge du bronze à la conquête romaine en Languedoc oriental, dans Archéologie et rapports sociaux en Gaule, Actes de la table ronde de Besançon, 1982 (1984), 171-183 ; Py 1987, 185-194.

55 Cf. Jannoray 1955, 388-400 ; A. Rapin, M. Schwaller, Contribution à l’étude de l’armement celtique : la tombe 163 d’Ensérune (Hérault), RANarb 20, 1987, 155-183.

56 Cela n’interdit pas une situation plus complexe au niveau de l’expression orale qui peut juxtaposer deux langues parlées gauloise et ibérique ; comme le prouvent des exemples italiens, le bilinguisme se poursuit parfois des siècles après l’assimilation ethnique et politique (Cf. H. Homeyer, Some observations on bilingualism and language shift in Italy from the 6th to 3d cent. B.C., Word, 13, 3, 415-440).

57 Cf. par exemple J. P. V. D. Balsdon, Romans and Aliens, Londres, 1979, 122.

58 M. Bats, Le territoire de Marseille grecque : réflexions et problèmes, EtMass, 1, 1986, 17-42.

59 Benoit 1965, fig. 34, 35 : « cursive latine avec l’emploi de lettres grecques (rho, lambda, upsilon) : BAL.MARDIUS.HR.CV…BAL » où l’on pourrait reconnaître en fait le nom gaulois Bal(l) omarios ; F. Salviat (Archéologie d’Entremont au Musée Granet, 1987, 239) propose une transcription Valmarros, mais, selon D. E. Evans (Gaulish personal names, 1967, 147 et 269), la langue celte distingue les deux racines bal- et val-. Le vase inscrit, une assiette en campanienne A de forme Lamb. 36, est malheureusement perdu.

60 Cf. notamment C. A. Möberg, Quand l’archéologie rencontre les rencontres d’alphabets…, dans Mélanges Colbert de Beaulieu, Paris, 1987, 639-649.

61 Je rejoins l’interprétation faite par J.-L. Fiches (Tombes et monuments lapidaires dans l’espace rural arécomique (IIIe-Ier s. av. n. ère), dans Mélanges P. Lévêque, 2, 1989, 207-229) de l’évolution des sociétés indigènes en territoire volque arécomique, l’usage de l’écriture gallo-grecque (comme plus tard de l’épigraphie latine ?) constituant, à mon avis, un élément d’expression privilégié de l’aristocratie, tandis que les tombes simples à armes apparaîtraient, selon l’auteur, distinctives de l’émergence d’une couche de paysans guerriers.

Notes de fin

* La logique de l’écriture d’une société à l’autre en Gaule méridionale protohistorique, RevArchNarb, 21, 1988,121-148.
Pour les références bibliographiques, cf. synthèse (p. 164-166).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Ostrakon d’Emporion (Cliché Musée archéologique de Barcelone). Éch. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 2 – Skyphos de Peyriac-de-Mer (Cliché P. Bouscarle).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3 – Kylix inscrite de l’Île de Martigues (Dessin N. Nin).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 4 – Abécédaire de Lattes (Cliché Chr. Landes).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 5 – Abécédaire de Lattes (Cliché Chr. Landes).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 6 – Ostrakon d’Emporion (Cliché Musée d’ Empuries).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 7 –Ostrakon d’Olbia (Cliché J. Coupry).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 8 – Kylix d’Ensérune (Cliché MNE).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Fig. 9 – Épitaphe d’Atila à Sernhac (Cliché et dessin M. Py).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 10 – Lettre sur ostrakon d’Olbia (Cliché CCJ).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 11 – Inscription sur une cruche de Marseille (Cliché CCJ).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 12 – Inscription sur un vase attique d’Emporion (Cliché Musée d’Empúries).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 13 – Graffite en alphabet cisalpin des Baou de Saint-Marcel (Marseille) (Dessin G. Rayssiguier).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 14 – Carte de répartition des textes gallo-grecs dans leur distribution régionale (DAO d’après M. Lejeune 1985).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5365/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540