Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre I. Les usages de la vaisselle céramique

Du cratère sympotique au stamnos funéraire : tombes “aristocratiques” du Midi de la Gaule (IVe-Ier s. av. J.-C.)*

Texte intégral

  • * Du cratère sympotique au stamnos funéraire : tombes aristocratiques du Midi de la Gaule (IVe-Ier s (...)

1Il s’agit de confronter deux séries de tombes, d’une part à Ensérune entre 325 et 250 av. J.-C., d’autre part dans la basse vallée du Rhône (Saint-Laurent-des-Arbres, Beaucaire, Les Baux) dans la première moitié du Ier s. av. J.-C. (Fig. 1). Leurs points communs sont qu’elles contiennent des armes, qu’elles appartiennent à une zone où l’incinération est de règle depuis l’Age du Bronze et que le vase cinéraire, cratère, puis stamnos, est lié à un certain type de consommation du vin. Notre ambition est, à travers l’analyse du contenu des tombes, comme témoignage d’une rencontre de cultures, d’essayer de retrouver la réalité des rites pratiqués et d’entrevoir une partie de l’idéologie funéraire qu’ils sous-tendent.

Fig. 1 – Carte de situation des tombes étudiées.

2Les trois tombes d’Ensérune appartiennent à la dernière phase d’utilisation de la nécropole, entre le dernier quart du IVe s. av. J.-C. et le troisième quart du IIIe s. av. J.-C. où, dans un tiers des tombes, le vase cinéraire est constitué par un cratère en calice ou en cloche à figures rouges ou surpeints, ou un cratère (ou canthare) à pouciers à vernis noir, et où 20 % des 230 tombes fouillées contiennent des armes.

Tombe 121 d’Ensérune1 (Fig. 2-4)

  • 1 Jannoray 1955, 234-235. La publication de la nécropole du deuxième Âge du fer d’Ensérune est en co (...)

3Dans un loculus de 0,68 m de diamètre et environ 0,40 de profondeur, rempli de cendres, divisé en deux parties par une cloison d’argile crue ; dans la partie sud, le mobilier céramique ; dans la partie nord, les armes.

  • 2 La photo du mobilier dans Jannoray 1955, pl. XXXVIII, a inversé la position des coupes 4 et 7 et c (...)

4Le vase cinéraire (no 1) est un cratère en cloche attique à figures rouges et rehauts blancs (style de Kertch) du Peintre de Yalta (ARV 2, p. 1452) daté du troisième quart du IVe s. av. J.-C. Le bord manque. Diam. max. de la panse : 20 cm ; haut. conservée : 28 cm. Décor : Face A : un Éros jouant du tambourin entre deux danseuses. Face B : trois jeunes gens drapés. Un plat à poisson attique à vernis noir (no 2) (Type Morel 1122) lui sert de couvercle (diam. b. 26,5 cm). À l’est du vase cinéraire, un bol à vernis noir (no 3) de l’atelier des Petites Estampilles (Type Morel 2783 ; diam. b. 15 cm ; décor de 4 rosettes à 8 pétales) sur lequel était posée une coupelle à pâte claire (no 4) (diam. b. 6 cm) contenant une coquille d’œuf et un os de volatile. Au sud du vase cinéraire, un pot non tourné à une anse verticale (no 5), orné sur l’épaule d’un décor incisé de chevrons surmonté d’une ligne horizontale (Type CNT-LOC U4a6 ; diam. b. 12 cm) sur lequel était posée, en guise de couvercle2, une coupe à vernis noir des ateliers de Rosas (no 7) (Type Morel 2714 ; diam. b. 9,7 cm). À l’ouest du vase cinéraire, dans le remplissage de cendres, la patte droite d’un ovicaprin et la patte postérieure gauche d’un porc, en connexion.

Fig. 2 – Tombe 121 d’Ensérune en cours de fouille (Jannoray 1955).

Fig. 3 – Tombe 121 d’Ensérune : plan reconstitué (M. Bats).

Fig. 4 – Tombe 121 d’Ensérune : mobilier (Éch. 1 :6) (Jannoray 1955).

5Les armes comprennent une grande épée repliée dans son fourreau de 0,78 m de long, une pointe de lance à douille de 17,5 cm de long, toutes deux en fer et des éléments de chaîne torsadée en fer. Tous ces objets semblent proches de ceux recueillis dans la tombe 163.

6La présence du bol de l’atelier des Petites Estampilles fait que l’enfouissement de la tombe ne peut pas être antérieur au dernier quart du IVe s., celle d’un bol des ateliers de Rosas le situe plutôt à l’extrême fin du siècle.

Tombe 163 d’Ensérune3 (Fig. 5-6)

  • 3 Gallet de Santerre 1968, 75-77 ; Schwaller et alii 1987.

7Dans un loculus à peu près circulaire d’environ 1,40 cm de diamètre et 0,80 m de profondeur.

8L’enfouissement semble présenter trois zones de dépôt :

  1. Dépôt du vase cinéraire (no 199), un cratère à poucier à vernis noir (Type Morel 3521) à panse à godrons et décor de guirlande surpeinte sur le col, de production italique (Diam. b. 27,4 cm ; h 30,7 cm), au centre du loculus ; il contient des ossements brûlés « d’un adulte robuste » et des pierres rougies par le feu ; d’autres ossements se retrouvent dans le comblement du loculus. Contre la paroi est, une coupe à vernis noir (no 200) (Type Morel 2762) à décor interne de 5 palmettes inscrites dans un cercle, des ateliers de Rosas et un pot à une anse, non tourné, (no 217), contenant des os de coq et coiffé par une coupe à une anse à pâte claire massaliète (Type CL-MAS 413), forme qui disparaît dans le deuxième quart du IIIe s. Vers le nord, des fragments de céramique (un fragment de coupe à vernis noir [no 208] du même type que no 200, des tessons d’amphore massaliète, un bord de cratère en calice [no 209]), des fragments de languettes en os taillé (décor de coffret ?), des fibules ; ces éléments épars faisaient vraisemblablement partie des restes du bûcher apportés dans le loculus. Sur le fond se trouvaient en outre un os de membre postérieur gauche de mouton (a), le squelette presque complet d’un porcelet, deux os du membre postérieur gauche d’un porc adulte, partie de membres antérieurs de deux jeunes ovicaprins et des ossements de lapin.
  2. À un niveau supérieur, contre la paroi sud du loculus sont déposés un plat à poisson à vernis noir (no 202) (Diam. b. 26,7 cm), à sillons réservés près du bord et autour de la cupule centrale (Type Morel 1121), vraisemblablement attique, et des armes (no 223), comprenant une grande épée en fer (L. de la lame 66,4 cm ; L. tot. 71 cm) dans son fourreau, à entrée à décor en lyre zoomorphe incrusté de corail et bouterolle à décor de triscèle, un fragment de fer de lance à douille à décor gravé (L. totale 18 cm), deux fragment d’umbo à ailettes curvilignes et demi-circulaires et d’orle de bouclier, des fragments d’une chaîne-échelle de ceinturon en bronze à anneaux en forme de tête de bovins stylisés. Une datation est proposée dans la période de transition entre la phase ancienne et la phase moyenne de La Tène, soit dans le deuxième quart du IIIe s.
  3. À ce même niveau sont déposés dans la zone sud-ouest une coupe à vernis noir (no 201) (Diam. b. 22,2 cm) (Type Morel 2762) à décor interne de cinq palmettes tangentes à un double cercle incisé, des ateliers de Rosas comme le no 200, un œuf d’oie (b), une coupelle à vernis noir (no 204) (Type Morel 2714), des ateliers de Rosas, un pot non tourné à une anse décoré de 3 protubérances (no 206) (CNT-LOC G7a ; diam. b. 6,7 cm), un balsamaire à pâte claire (no 207) (Type UNGUENT A1).

Fig. 5 – Tombe 163 d’Ensérune : plan reconstitué (Schwaller, Rapin 1987).

Fig. 6 – Tombe 163 d’Ensérune : mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Schwaller, Rapin 1987).

9La sépulture est recouverte par « un dispositif de pierres de taille variable » dont une dalle calcaire, au centre du loculus, épaisse d’environ 16 cm, qui, avec la rupture du support vraisemblable de bois, serait venu écraser le cratère cinéraire et le pot à une anse, non tourné (no 217) jusqu’au niveau du plat no 202, à moins qu’elle n’ait été en position de stèle signalant la sépulture.

Tombe 181 d’Ensérune4 (Fig. 7-8)

  • 4 Numérotation de la publication en cours = T. 3 in Schwaller et alii 1995.

10Dans une fosse irrégulière de 1,25 m dans sa plus grande longueur sur 0,85 m dans sa plus grande largeur creusée jusqu’au substrat rocheux, présentant deux zones de dépôt :

  • à l’est, le vase cinéraire (no 1), un cratère à godrons à anses bifides en pâte grise, d’origine ibérique, contenant une partie (le reste au fond de la fosse dans une couche cendreuse) des os incinérés d’un adulte et un fragment de fibule en fer (no 4) à pied replié sur l’arc et ornement de corail ; contre le cratère, entre celui-ci et le bord est de la fosse, la moitié inférieure d’un pot à pâte jaune (no 2), contenant les restes en connexion d’une pintade entière et d’autres pièces osseuses de volatile non identifié ;
  • à l’opposé, à l’ouest, un dépôt comprenant une épée en fer (L. tot. 73 cm) dans son fourreau à entrée décorée d’une paire d’oiseaux affrontés (no 5), un fer de lance à douille (L. cons. 41 cm) (no 7), une chaîne de ceinturon en fer torsadée, tous rangés parallèlement ; au nord de l’épée, un bol à vernis noir (no 3) (type Morel 2764) décoré d’une rosette centrale, des ateliers de Rosas, et une patte droite arrière de porc en connexion ; plus au nord, dans un niveau cendreux, un orle de bouclier (no 8) et un élément de tabletterie.

Fig. 7 – Tombe 181 d’Ensérune : plan (Schwaller et alii 1995).

Fig. 8 – Tombe 181 d’Ensérune : mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Schwaller et alii 1995).

11La couverture était vraisemblablement composée d’un lit de blocs encore en place dans la partie sud.

12En parallèle, les trois tombes de la basse vallée du Rhône ont été choisies avant tout en fonction de la possibilité de disposer de l’intégralité du mobilier et, au moins grossièrement, la disposition des objets dans la tombe.

Tombe XXVII des Baux5 (Fig. 9-11)

  • 5 Arcelin 1980.

13Dans un caisson de dalles de pierre d’environ 1,20 m de long sur 0,60 m de large installé dans une grande fosse d’environ 3 m de long creusée jusqu’au substrat calcaire.

14Contre le côté est du coffre, une petite fosse oblongue est creusée dans le substrat rocheux et divisée en 2 par une pierre plate transversale : dans le compartiment nord, sur un lit de pierraille, les restes d’une mandibule de suidé ; celui du sud était vide.

15Dans le caisson, les vases en place sont regroupés dans la moitié sud :

  • dans l’angle sud-est, le vase cinéraire (no 21), un stamnos à anses plaquées en pâte jaune-beige (Type CL-REC 11a), contenant des restes osseux incinérés, mêlés à des cendres, d’un adulte ;
  • au nord du vase cinéraire, deux urnes modelées (no 19 [Type CNT-PRO U7a1] et 20 [Type CNT-PRO U7b]) ;
  • à l’ouest, deux coupes à vernis noir (campanienne A tardive, type Morel 2942) empilées (no 178 et 18), avec entre elles un couteau en fer et à leur niveau les restes d’un umbo de bouclier en fer plié ; sous le pied du plat no 178, un anneau en fer (no 186) ; entre le vase cinéraire et les coupes, un simpulum en bronze. Puis, vers l’Ouest, un plat à vernis noir (campanienne C, type Morel 2266/2284) contenant 3 dents de suidé et sans doute empilés deux autres plats du même type ; à proximité, sur le substrat, des restes de pièces en fer : un anneau (no 97), une tige, peut-être une anse, (no 185) et un clou (no 96).
  • au-dessus de l’ensemble, une amphore italique de type Dressel IC dont manque le fond.

Fig. 9 – Tombe XXVII des Baux : plan (Arcelin 1980).

Fig. 10 – Tombe XXVII des Baux : coupe (Arcelin 1980).

Fig. 11 – Tombe XXVII des Baux : mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Arcelin 1980).

16Recouvrant le remplissage du caisson, un blocage de pierres très serrées (couche 3), dont certaines travaillées ou sciées, mêlées de fragments de céramique qui constituent les restes de 4 vases (2 cruches tournées à pâte jaunâtre [Type CL-REC 3a], une jatte [Type CNT-PRO J3b1] et une assiette [Type CNT-PRO J2c] modelées). Le fouilleur estime que cette couche provient d’un remaniement postérieur de la tombe nécessité peut-être par les travaux agricoles responsables aussi de l’écrêtage et des arrachements des dalles du caisson. Les pierres pourraient provenir des aménagements (stèle, autel ?) situés au Nord du caisson à l’intérieur du creusement de la grande fosse.

Tombe de Saint-Laurent-des-Arbres6 (Fig. 12-13)

  • 6 Barruol, Sauzade 1969.

17Vraisemblablement dans une fosse creusée en pleine terre, le mobilier est regroupé en deux dépôts distincts :

  • à l’est, le vase cinéraire (no 6), un stamnos à anses plaquées en pâte jaune-beige (Type CL-REC 11a), contenant des ossements incinérés, mêlés à des cendres et de menues pièces métalliques dont la bouterolle de l’épée ; il est flanqué, vers le n-o, d’une cruche tournée à pâte jaunâtre (Type CL-REC 3a) et d’une urne modelée (no 4 [Type CNT-PRO U7a1]). Perpendiculairement vers le n-e, on trouve successivement 3 vases à vernis noir de campanienne A tardive, un bol (no 3, type Morel 2974), une coupe (no 2, type Morel 2942) et un plat (no 1, type Morel 2282), flanqués à l’est d’un simpulum en bronze et à l’Ouest d’un couteau en fer ;
  • à l’ouest, un dépôt d’armes comprenant une épée en fer dans son fourreau, pliée à angle droit (no 13) et flanquée d’un fer de lance (no 9) et de 2 longs clous en fer (no 10 et 11), et surmontée d’un casque en bronze de la série étrusco-italique à volutes gravées sur le couvre-nuque (no 12) et d’un umbo de bouclier.

Fig. 12 – Tombe de Saint-Laurent-des-Arbres : plan (Barruol, Sauzade 1969).

Fig. 13 – Tombe de Saint-Laurent-des-Arbres : mobilier (Éch. 1 : 6) (d'après Barruol, Sauzade 1969).

Tombe 5 de la nécropole des Colombes à Beaucaire7 (Fig. 14-15)

  • 7 Dedet et alii 1974, 85-100.

18Dans un caisson de dalles calcaires, sans dalle de couverture ni de fond, en partie détruite avant sa fouille, une partie seulement du mobilier a pu être récupéré en place.

  • dans l’angle nord-ouest, le vase cinéraire était vraisemblablement l’un des deux stamnos à anses plaquées en pâte jaunâtre (no 27 et 28, type CL-REC 11a), plutôt le no 27 qui contenait une fibule en fer (no 42) et deux monnaies (no 64, potin à la grosse tête et no 65, petit bronze de Marseille au taureau cornupète) ; toujours le long du côté Nord, trois vases à vernis noir de campanienne A tardive, empilés, un bol (no 22, type Morel 2825), une assiette (no 25, type Morel 1312) et un bol (no 24, type Morel 2974) et, sur le fond de la tombe, deux fragments de plats à vernis noir de campanienne A tardive, un bord (no 23, type Morel 1441/1443) et un fond (no 35, avec un graffiti en caractères grecs KAM) ;
  • au centre, une olpé en céramique grise de la côte catalane (no 33, Type COT-CAT Gb7), deux lampes à engobe noir du type biconique de l’Esquilin (no 31 et 32), puis, alignés du nord au sud, un talon de lance en fer (no 41) et deux couteaux en fer (no 43 et 44) ;
  • le long du côté sud, un gobelet de céramique à parois fines (Type PAR-FIN 2) et une épée en fer dans son fourreau, pliée en son milieu (no 37).
  • 8 Vernant 1982a et 1982b.

19Dans toutes les cultures (indo-européennes en particulier), la mort est traitée « comme un changement d’état, l’entrée dans un autre monde que celui des vivants, l’accès à un ailleurs »8. Le mort doit donc quitter le monde des vivants et entrer progressivement dans celui des trépassés. Or la corruption du corps est toujours conçue comme une souillure. Nombreux sont donc les rites de purification auxquels la famille et l’entourage du défunt doivent se soumettre. Dans ce but, on met en place un scénario des funérailles qui se déroulent sur le modèle d’un rite de passage pouvant comporter différentes étapes depuis la purification des proches et des objets qui ont appartenu au mort jusqu’à la séparation définitive d’avec le monde des vivants. Les sépultures témoignent des dernières phases de ces étapes. Dans l’espace géographique retenu, la phase précédant l’ensevelissement réside dans la crémation du cadavre. Comme chez les Grecs d’Homère, les flammes du bûcher « dévorent tout ce qui, en lui, est fait de chair et de sang, c’est-à-dire à la fois mangeable et sujet à la corruption » ; « seuls subsistent les « os blancs » incorruptibles, non entièrement calcinés et qu’il est facile de reconnaître, en les distinguant des cendres du bûcher, pour les recueillir à part et les déposer dans le tombeau » directement ou à l’intérieur d’un récipient.

Fig. 14 – Tombe 5 de la nécropole des Colombes à Beaucaire : plan reconstitué (Dedet et alii 1974).

Fig. 15 – Tombe 5 de la nécropole des Colombes à Beaucaire: mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Dedet et alii 1974).

  • 9 Sur ces problèmes, on se reportera en priorité aux travaux de B. d’Agostino : d’Agostino 1985, 198 (...)

20Il faut considérer le « mobilier » déposé dans la tombe comme un système d’objets qui accompagnent le mort et expriment le rapport complexe avec la société des vivants et distinguer à l’intérieur de ce mobilier deux catégories fonctionnelles d’objets9 :

  • les objets personnels du mort en tant qu’individu (échantillons de sa richesse : vêtements, parures, coffrets décorés) et en tant qu’être social (éléments de sa puissance : armes) : ce sont en général des objets brûlés en même temps que le cadavre.
  • les restes des rites accomplis par les vivants à l’occasion de l’ensevelissement (crémation et recueil des cendres) et les objets destinés à assurer au mort la satisfaction de besoins imaginaires dans la période entre la mort biologique et la mort culturelle, avec des éléments destinés à aider le mort à assurer son passage vers l’au-delà, à l’apaiser et à apaiser les dieux qui doivent l’accueillir : libations, sacrifices, objets « magiques ». Les objets utilisés au cours du rituel sont laissés dans la tombe avec le vase cinéraire, d’abord parce qu’ils sont indissolublement liés au mort ; sans doute certains lui appartiennent-ils et participent-ils à conserver une image de son statut social (couteau à découper les viandes, simpulum à puiser le vin), à cheval sur les deux catégories fonctionnelles.
  • 10 Brunaux 1986, 88.

21Cette distinction peut apparaître d’ailleurs disposition même des objets à l’intérieur tombe. Nous avons retenu des tombes où la priorité est donnée à la représentation sociale de l’individu puisque les objets personnels qui sont mis en évidence sont les armes. Celles-ci appartiennent toutes à la panoplie des armes celtes laténiennes. Tantôt la panoplie est complète (épée et chaîne de ceinturon, lance, bouclier, casque), tantôt, le plus souvent, incomplète. Dans tous les cas ces armes ont été passées sur le bûcher, voire pliées, c’est-à-dire volontairement détruites. J.-L. Brunaux10 comparait ce rite avec un rite similaire chez les Noubas du Soudan, les Vaïs du Libéria et quelques peuples d’Océanie, pour qui les objets possèdent une sorte de double : dans l’au-delà, les morts n’utilisent pas les objets qui se trouvent dans les sépultures mais leurs doubles et il faut détruire les premiers pour que les seconds s’en détachent plus facilement. Dans le monde grec existait la croyance que la crémation fait passer aussi d’une façon mystérieuse les objets dans le monde des morts et leur permet éventuellement d’en disposer dans l’au-delà. D’autres objets personnels ont été brûlés sur le bûcher : des fibules qui témoignent que le mort a été incinéré habillé (T. 163 et 181 d’Ensérune ; T. 5 de Beaucaire) et, à Ensérune, des éléments de tabletterie résidus vraisemblables de coffrets dont ils constituaient le décor. Nous reviendrons plus loin sur la présence de couteaux et de simpula.

  • 11 Cf. par exemple Guichard, Vaginay 1993, 241 : « L’association de récipients et d’ustensiles de dif (...)

22C’est à partir des objets liés au rituel de l’ensevelissement que les archéologues ont trop souvent limité l’interprétation du contenu des tombes11 à deux types d’explication :

  1. Retenir, comme base du culte funéraire, la conception d’une survie imaginée sur le modèle de la vie terrestre avec les mêmes besoins parmi lesquels vient en première place celui de la nourriture et de la boisson ; d’où le dépôt de vaisselle et d’« offrandes alimentaires » comme « viatique » du mort. Or, si l’on fait référence à la pensée religieuse grecque, le mort est affamé et assoiffé précisément parce qu’il ne peut plus accéder aux nourritures terrestres, il ne peut plus participer aux banquets des vivants12, ce dont le console ironiquement Lucien13 : les libations et les sacrifices, effectués par les vivants, sont certes destinés à les nourrir, comme l’écrit Lucien en se moquant14, notant combien il peut être frustrant de voir s’envoler en fumée ces belles nourritures lorsque les sacrifices se terminent par la crémation des victimes15, mais pas au sens terrestre : libations de type χοαί, où on retiendra l’idée de « répandre » (χείν) sur la terre le liquide que l’on ne boit pas, et sacrifices, définis par le verbe καθαγιζεῖν, qui consistent dans l’anéantissement, le plus souvent dans la combustion totale d’une offrande animale ou végétale, se font « au profit de la puissance du mort pour l’accroître et la vivifier »16. C’est par une déviation superstitieuse et populaire que l’on a pu passer parfois avec le temps à une vision « matérialiste », du rite sacrificiel à la nourriture du mort, dont témoigne la diatribe de Lucien au IIe s. de notre ère.
  2. Relier aux restes d’un repas funéraire, pris par les vivants, avant l’ensevelissement, en compagnie du mort, la présence dans la tombe de vaisselle et de restes animaux, non consommés (ceux du mort) ou brûlés ou portant des traces de « manipulation » (ceux des vivants). Les archéologues qui en parlent le justifient en s’appuyant sur les exemples grecs et romains. Or, si le silicernium romain, d’après Varron (Menip. fr. 303), se passe en effet près de la tombe (ad sepulcrum), c’est une fois les funérailles achevées (funus exequiati) et les convives y échangent entre eux un souhait de bonne santé (vale) d’où le mort est évidemment exclu. Varron précise son équivalence avec le pérideipnon grec et celui-ci se passe au retour des funérailles dans la maison du mort, une fois celle-ci purifiée, et il n’est pas question que le mort y soit présent même symboliquement17. Comme le silicernium, sa fonction est de resserrer les liens sociaux dans la communauté touchée par la mort de l’un des siens et non de rendre encore une fois un hommage au mort qui, à ce moment-là, a définitivement quitté le monde des vivants. Ainsi, à Marseille, d’après Valère Maxime (II, 9), « sans lamentations, sans gestes désordonnés, le deuil se termine le jour même des funérailles par un sacrifice domestique, suivi d’un repas pour les parents ». Des repas d’anniversaire ou au cours de la fête annuelle des morts pourront encore avoir lieu sur la tombe accompagnés de sacrifices. Des restes éventuels pourront donc subsister à proximité, mais en dehors de la sépulture, alors que celle-ci reçoit des libations par un système de vases percés ou de tubulures fichés en terre.

23L’analyse attentive des fameux restes alimentaires et des objets présents à l’intérieur de la tombe oblige en tout cas à opérer un tri qui éloigne, en général, de l’idée de repas funéraire.

  • 18 Cf. Méniel 1993.
  • 19 Cf. par exemple Brunaux 1986, 120-125 ; Brunaux 2000, passim.
  • 20 Œufs à Ensérune (325-225 av. J.-C.) : T. 146, 149, 152, 153, 155, 166, 172, 175, 176, 178 (Gallet (...)
  • 21 Volailles à Ensérune (325-225 av. J.-C.) : T. 166, 175, 178 (Gallet de Santerre 1968) ; une pintad (...)
  • 22 Poissons à Ensérune (325-225 av. J.-C.) : T. 2/Schwaller 1995 (rascasse et muge), T. 5/Schwaller 1 (...)
  • 23 Pintus 1985.
  • 24 Sophocle, ap. Pline XXXVII, 40 ; skyphoi attiques du Musée de Tarquinia (CVA Italia 26, Tarquinia (...)

241) Les restes animaux sont représentés par leurs ossements. Dans nos tombes, contrairement à ce qui a été observé dans certaines nécropoles de Gaule interne18, on ne trouve pas les restes d’animaux brûlés sur le bûcher. C’est pourtant, en Grèce, on l’a vu, un type de sacrifice réservé aux morts (kathagizein, enagizein), réduit à l’égorgement de la victime et à l’offrande de sang accompagnés d’une prière, avant que la victime soit intégralement brûlée. En revanche, on trouve des os appartenant à des animaux déposés entiers (jeunes) ou découpés en quartiers : d’après l’état des os, on ne peut pas dire s’ils sont crus ou cuits (c’est-à-dire bouillis ou rôtis). Ils résultent alors de sacrifices sanglants, effectués au moment de l’ensevelissement, et la tombe hérite de la totalité de la victime (porcelet ou agneau) ou des meilleurs morceaux (gigots de moutons et jambons de porcs). Cette offrande ostentatoire n’est pas à proprement parler une offrande « alimentaire » et s’il est difficile d’affirmer que le sacrifice a été accompagné ou non de consommation de viande par les vivants, il est possible qu’en dehors de la part du mort tout ait été anéanti par le feu. Certes, seule l’archéologie nous renseigne sur les sacrifices animaux chez les Gaulois, mais leur parenté avec les sacrifices grecs a été soulignée19. Enfin, certaines offrandes animales prennent un sens dans le cadre de croyances particulières, mystiques, voire de superstitions. C’est le cas de parties inhabituelles du corps des animaux, comme des mandibules ou des dents de porc (T. XXVII des Baux). C’est aussi le cas du dépôt d’œufs (d’oie et de poule)20 à même la fosse (T. 163 d’Ensérune) ou dans un récipient (T. 121 d’Ensérune), de volailles21 (ici, un coq dans la tombe 163 ; une pintade dans la tombe 181 d’Ensérune), en général dans un vase non tourné coiffé ou non d’une coupe, ou de morceaux de poisson22 dans la fosse ou dans un récipient. L’oeuf, symbole cosmique lié à la genèse du monde, est aussi un des symboles de la rénovation périodique de la nature et M. Éliade a insisté sur le fait que « le symbole que l’œuf incarne ne se rapporte pas tant à la naissance qu’à une renaissance, répétée suivant le modèle cosmogonique... L’œuf confirme et promeut la résurrection ». Comme ces œufs sont parfois des œufs d’oie, on se souviendra que l’oie est, dans la tradition celtique continentale et insulaire, l’avatar féminin lunaire du cygne solaire et la messagère de l’Autre Monde. Le coq aussi a une forte valeur symbolique23 comme animal solaire qui annonce la lumière et la vie, plus particulièrement la nouvelle vie de l’âme, symbole lui aussi de renaissance, comme le soleil renaît chaque jour. En Grèce, il est particulièrement associé à Apollon, dieu-soleil et à son fils Asclépios, dieu guérisseur, à Attis, dieu solaire, mort et ressuscité, à Dionysos, lui aussi mort et ressuscité, à Hermès, dieu psychopompe et à Perséphone/Coré, divinité infernale redoutable ou reine des Bienheureux, garante du salut éternel et du retour de la végétation. Le coq était particulièrement lié aux croyances pythagoriciennes, selon lesquelles il était consacré à la lune et au soleil, au point que Lucien (Gall., 4), jouant sur les mots, identifie le ‘Gallus’ (= coq/Gaulois) à Pythagore lui-même. La pintade (en grec méléagris) était associée en Grèce au héros Méléagre dont les sœurs inconsolables de la mort de leur frère furent changées en pintades par Artémis qui les transporta dans son sanctuaire de Léros en Anatolie où elles lui étaient consacrées. Originaire d’Afrique du Nord, elle est mentionnée pour la première fois chez Sophocle, mais figure déjà sur deux skyphoi attiques à figures noires datés de 525-475 (Fig. 16) et, peut-être plus significatif pour nous, sur des monnaies du type Auriol24 de Marseille (Fig. 17) dont on connaît les liens étroits avec Artémis. Enfin, le poisson est lui aussi symbole de vie et de fécondité, mais le fait que les espèces représentées à Ensérune et, surtout, à Nîmes soient des poissons de mer doit prendre un sens particulier, notamment la rascasse.

Fig. 16 – Pintades sur un skyphos du Musée de Tarquinia (CVA Italia 26, Tarquinia 2).

Fig. 17 – Pintade sur des monnaies de Marseille (Furtwängler 1978).

  • 25 On ne connaît malheureusement aucune donnée quantitative pour l’habitat d’Ensérune, ni pour celui (...)
  • 26 Dedet et alii 1978, 101-108 ; Garmy et alii 1981.

252) Les vases. Pris séparément, ils ne sont pas différents de ceux que l’on trouve dans les habitats : ce sont, sauf exception (T. XXVII des Baux où les vases à vernis noir paraissent neufs), des vases qui présentent des traces d’usage, voire des réparations. C’est leur assemblage qui est spécifique et ne correspond pas en général aux proportions retrouvées sur les habitats. Et d’abord, tous les vases, sans exception, attribués au service de table, appartiennent à des céramiques tournées. Bien plus, la majorité sont des vases à vernis noir importés, attiques, italiques ou ibériques, seuls un ou deux vases, en général une cruche, sont des céramiques tournées d’origine régionale. Or on sait que tous les habitats indigènes présentent aux IVe-IIIe s. une proportion majoritaire de vases non tournés et une proportion encore importante au Ier s.25. Il y a donc un premier tri par lequel on choisit la catégorie la plus luxueuse disponible. Ensuite, si l’on regarde les formes retenues, il faut distinguer entre les tombes d’Ensérune et la série de tombes du Ier s. À Ensérune au IIIe s., les coupes, coupelles et bols à vernis noir, la coupe monoansée à pâte claire recoupent les formes les plus répandues dans les habitats ; les plats à poisson (T. 121 et 163), par contre, sont des formes rares dans les habitats : par exemple, à Lattes, pour la même période, deux individus sur 41 à vernis noir. Notons l’absence des vases à boire qui dans l’habitat sont des skyphos, des kylix (type bolsal) et des canthares à pouciers. Dans les tombes du bas Rhône au Ier s., on constate, en revanche, un nouveau tri dans le répertoire disponible en comparaison avec les habitats. Si la tombe de Saint-Laurent-des-Arbres fournit un élément de chacune des formes-types (assiette, coupe, bol), les tombes 5 de Beaucaire et XXVII des Baux montrent déjà un nombre d’assiettes supérieur à la moyenne ; la plupart des tombes de Beaucaire fournissent précisément un répertoire où les formes d’assiettes prédominent largement, de la T. du Mas de Jallon avec 8 assiettes sur 11 vases à vernis noir à la T. 19 de la nécropole des Marronniers avec 21 assiettes, pour 26 vases à vernis noir, empilées sur deux piles26 (Fig. 18). Il est clair que les vases présents dans nos tombes ne représentent ni un service à boire, ni un service à manger, mais une sélection de récipients de qualité qui ne recoupent pas vraiment le service de table de l’habitat et qui peuvent toujours se référer à des rites. Tous en effet se révèlent d’éventuelles patères à libation. Qu’ils aient appartenu au mort ou qu’ils aient été apportés par les participants au service funèbre, ils entrent de par leur fonction dans la part du mort. Notons, dans le cadre de ces rituels de décontamination, la présence dans la tombe 163 d’Ensérune d’un balsamaire contenant huile ou parfum utilisés sans doute pour l’onction du mort ou la lustration de ses ossements.

  • 27 Gallet de Santerre 1968 : T. 148, des ossements de petite volaille ; T. 152, des ossements de vola (...)

26Lorsque la céramique modelée de production locale ou régionale est présente, il s’agit toujours de pots (l’urne des archéologues), en un ou deux exemplaires, que ce soit à Ensérune aux IVe-IIIe s. ou dans le bas Rhône au Ier s. Le pot est, dans la panoplie de la vaisselle d’habitat, le récipient culinaire par excellence, où l’on cuit par ébullition. Or, à Ensérune, dans les tombes 163 et 181, le pot contenait respectivement les restes d’un coq et d’une pintade ; en outre dans les deux autres tombes d’Ensérune (Schwaller 1995) offrant un pot, celui-ci contenait le squelette d’une pintade entière. On ajoutera les pots signalés par les fouilleurs des tombes ouvertes entre 1954 et 1965 où, en l’absence d’une analyse plus précise, le contenu est défini comme os de volaille27. Il y a donc là un rituel récurrent qui ne peut avoir qu’une valeur symbolique dont la plus évidente est fondée sur le fait que les volailles se reproduisent par des œufs, symboles par excellence de la renaissance. Lorsqu’ils ne contiennent pas de restes animaux, les pots pouvaient contenir des offrandes non sanglantes, végétales, disparues sans laisser de trace.

273) Autres objets. Les trois tombes du bas Rhône contiennent un couteau, et deux d’entre elles un simpulum. Le grand couteau est celui de la découpe du sacrifice, le simpulum sert à puiser le vin dans le vase à mélanger. En l’absence de simpulum, la présence d’une olpé (no 33 de la T. 5 de Beaucaire) évoque la même fonction. La disposition de la tombe de Saint-Laurent-des-Arbres paraît significative. Le couteau est placé de telle sorte qu’il relie les vases du rituel aux objets personnels (armes) ; le simpulum occupe la même place entre le vase cinéraire et les trois vases à libation. De même, aux Baux, le simpulum fait le lien entre le vase cinéraire et les deux coupes empilées, no 18 et 178, entre lesquelles se trouvait aussi le couteau. Rendus au mort qui retrouve ainsi sa fonction sociale de sacrificateur et de chef du symposion, ils ont une position qui symbolise et rétablit le lien entre les catégories d’objets autour de sa personne.

  • 28 Pontrandolfo 1988. Cf. aussi d’Agostino 1988.
  • 29 Cf. La Genière 1987, 275-277.
  • 30 Murray 1988.
  • 31 Bottini 1992, 134-148 ; Pontrandolfo 1995, 194-195.

284) Vase cinéraire. Or, avec le vase cinéraire, cratère à Ensérune, stamnos dans les tombes du bas Rhône, l’allusion à la consommation du vin est évidente et renvoie au mélange, donc, apparemment, à une consommation de type grec. On rejoint les réflexions des historiens des rites funéraires archaïques et classiques de la Grande Grèce : « mettre en avant la consommation de vin, en utilisant le modèle du symposion comme moyen de distinction sociale, est caractéristique des élites étrusques et du monde indigène de Grande Grèce qui exhibent comme signe de status, le cratère, vase par excellence à l’intérieur de ce rituel »28. En revanche, dans les dépôts des nécropoles grecques de la période classique, Naples, Syracuse, Megara Hyblaea, Camarine, Gela, Sélinonte, Agrigente et Lipari le cratère-cinéraire concerne un nombre très limité d’individus (membres de sectes ?)29, alors que, depuis le Ve s., « grande sobriété et refus de tout signe ostentatoire caractérisent les sépultures dans tout le monde grec » et qu’O. Murray30 a montré que dans le monde grec il existait « a polarity, a more or less absolute distinction between the world of the symposion and the world of the dead ». Aussi, a-t-on rappelé que les cultes à mystères promettaient une vie “sympotique” dans l’au-delà. Mais l’image du banquet des Bienheureux sous sa forme la plus élaborée renvoie aussi à l’idéal du milieu aristocratique : l’immortalité est l’entrée dans un groupe de privilégiés dont la qualité se révèle le mieux dans un banquet31.

Fig. 18 – Tombe 19 de la nécropole des Marroniers à Beaucaire (Dedet et alii 1978).

  • 32 Dubosse 2000.

29Qu’en est-il à Ensérune ? La majorité des vases à boire (coupes et skyphos attiques à vernis noir ou à figures rouges) dans les tombes comme dans l’habitat concernent la période jusqu’au premier quart du IVe s. Les vases de service (cratères attiques, puis ibériques et italiques) appartiennent pour la plupart à la période suivante32. Dans les tombes de la première phase (425-375 av. J.-C.), les vases à boire sont considérés comme des objets personnels du mort et brûlés avec lui sur le bûcher. La deuxième phase (375-325 av. J.-C.) marque un premier changement : tandis que les vases à boire disparaissent, les ossements du mort sont récupérés à l’intérieur d’un vase, le plus souvent un récipient à pâte claire de type ibéro-languedocien, parfois aussi un cratère, accompagné éventuellement, selon le sexe, d’armes et d’objets de parure, objets personnels récupérés sur le bûcher. La troisième phase de la nécropole confirme le cratère comme vase cinéraire prépondérant, et les vases d’accompagnement ne sont pas des vases à boire spécifiques, mais des vases à usage multiple, accompagnés de pots non tournés, avec souvent des restes animaux (coquilles d’œufs, os et squelettes de volailles, de lapins, d’ovidés et de suidés, rares restes de poissons), parfois d’armes et d’objets de parure, objets personnels récupérés sur le bûcher.

  • 33 Laurens, Schwaller 1987.

30L’allusion à la consommation du vin semble donc prendre une valeur différente entre la première phase (uniquement des vases à boire) et les deuxième et troisième (usage du cratère comme vase cinéraire) avec l’addition d’une « référence à la culture du symposion, à la consommation collective et socialisée du vin »33 et la refonctionnalisation funéraire du cratère. Mais la troisième phase ajoute une nouvelle dimension avec les allusions aux libations et aux sacrifices : à côté du statut social personnel du défunt, toujours présent, on met en avant une idéologie de la mort qui se préoccupe du salut de l’âme et manifeste la participation du groupe.

  • 34 Aux Baux (dans un dépotoir isolé : P. Arcelin, Recherches archéologiques au col de La Vayède, Les (...)
  • 35 Hors-tombe de la nécropole des Colombes à Beaucaire (Dedet et alii 1974) ; T. 2 et 6 de la nécropo (...)
  • 36 Pour une période plus ancienne (fin IVe-IIIe s. av. J.-C.), on peut la rapprocher de vases en pâte (...)

31Le vase cinéraire des trois tombes du bas Rhône revêt une égale fonction symbolique. Il s’agit, en effet, d’une forme de vase stamnoïde qui pourrait être spécialement produit pour le service funéraire. Les trouvailles hors contexte funéraire sont rares34. La plupart des exemplaires proviennent de tombes où ils constituent toujours le vase cinéraire35, mais où ils peuvent se trouver en plusieurs exemplaires. C’est une forme dont on ne connaît pas d’équivalent dans les productions contemporaines36, mais qui, avec sa panse globulaire, son col court et ses deux anses horizontales plaquées, est bien celle d’un stamnos, c’est-à-dire d’un vase à mélanger le vin et l’eau. Or, dans ces tombes l’allusion au vin est clairement exprimée à travers la présence d’instruments à verser (simpula ou olpés, cruches), parfois d’amphores vinaires, et de coupes et patères à libation (plutôt qu’à boire). Lorsqu’il existe un ou deux stamnos supplémentaires, il est facile d’imaginer qu’ils aient pu servir à effectuer le mélange destiné aux libations. On aurait donc ici aussi le rappel à la consommation socialisée du vin, mais à travers un récipient spécifique qui donne la priorité à l’aspect funéraire de la démarche.

  • 37 Vernant 1982a.
  • 38 Théophraste, Caract., 16.
  • 39 On sait que pour les Grecs, le vin pur est un poison et boire le vin pur une pratique barbare. Cic (...)
  • 40 César, BG, VI, 14 ; Diodore, V, 28 ; Strabon, IV, 4, 4 ; Mela, III, 2, 19 ; Ammien Marcellin, XV, (...)
  • 41 Jambl., Vita Pyth., 108-109 ; 154-156.
  • 42 Cf. Bottini 1992, p. 66-70 et 172. Dans la tombe 121 d’Ensérune, outre la présence d’un œuf, on no (...)
  • 43 Bottini 1992, p. 156.
  • 44 Laurens, Schwaller 1987, p. 391-392, ne le pensaient pas, préférant s’en tenir à la seule « consom (...)

32Ce travail souhaite rendre à l’analyse des tombes une dimension eschatologique qui a souvent été oubliée au profit des seuls aspects sociaux, même si ceux-ci restent prioritaires. Nous avons affaire à des tombes dont le contenu est l’image de rencontres complexes avec des objets issus de cultures différentes : des armes et des fibules celtes, manifestement importées, des vases d’origine grecque, eux aussi importés, associés à des productions locales. La mort est toujours une étape importante dans la vie d’un groupe. Les rites doivent permettre au mort d’accéder « à une nouvelle condition d’existence sociale, de transformer sa disparition, son absence à l’univers des vivants, en un état positif stable : le statut de mort »37. Pour cela, l’intervention des vivants consiste d’abord à éviter l’impureté du cadavre, impureté certes « innocente », liée au cycle de la vie – naissance et mort –, mais dont il convient d’être purifié : les Grecs possèdent le verbe agnizein, « rendre agnos », pour désigner l’ensemble des rites funèbres destinés à éliminer ces impuretés. Le superstitieux de Théophraste « évite de marcher sur une tombe, d’approcher d’un mort ou d’une femme en couches : il tient beaucoup, dit-il, à ne pas se charger d’une souillure »38. Car l’impureté du mort atteint aussi les vivants qui l’approchent. Après avoir lavé et apprêté le mort, la crémation, les libations et les sacrifices constituent les principaux rites de purification et d’accompagnement. Les restes qui en subsistent dans (ou autour de) la tombe ne sont pas ceux d’un repas funéraire et ne sont pas destinés à fournir un viatique au mort, mais à témoigner que les rites ont bien été respectés. Ils sont sans doute aussi, dans leur complexité, plus que cela : des signes, des messages adressés à la communauté d’appartenance, au défunt lui-même ou directement à la divinité susceptible d’assurer son salut. Les deux groupes de tombes que nous avons retenus montrent le point de départ au IVe s. et le point d’aboutissement au Ier s. av. J.-C. de cette démarche en Gaule méridionale. L’aspect social y conserve jusqu’au bout ses prérogatives, et d’abord parce que notre choix a porté précisément sur les tombes d’une classe que l’on peut définir comme aristocratique. Cela se marque par la présence de certaines catégories d’objets personnels, armes, instruments de la consommation de viande (couteaux) et du vin (cratère, simpulum) et une certaine accumulation de céramiques sélectionnées (coupes et assiettes à vernis noir importées), défonctionnalisées de leur usage quotidien ou social et refonctionnalisées pour l’usage funéraire (cinéraire/sacrifice/libation/offrandes), voire spécifiques (vase cinéraire-stamnos). Depuis le début, les contacts avec les Grecs sont à l’origine de la consommation du vin : l’hellénisme s’identifie pour les Gaulois à une civilisation du vin. Puis les élites semblent adopter également la façon de le boire39 et le cratère, avec aussi son iconographie, sympotique ou dionysiaque, y fait référence et se retrouve, dans la deuxième phase d’Ensérune, aussi bien dans l’habitat que dans la tombe. Mais, dans la troisième phase, le cratère (ou canthare) à pouciers à vernis noir qui sert de cinéraire est pratiquement absent de l’habitat : son usage, quasiment réservé à la tombe, est la dernière étape avant la création d’un vase spécifique et préfigure en quelque sorte ce qui se passe au Ier s. dans la basse vallée du Rhône. Comme si, après avoir emprunté le point de départ à la culture grecque, les Gaulois avaient radicalisé ses implications dans le domaine funéraire. L’analyse que nous avons faite avec l’appui de la littérature grecque trouve là sa justification, que les Anciens eux-mêmes avaient entrevue avec stupéfaction : ces Gaulois qui croyaient à l’immortalité de l’âme, à la métempsycose et à l’indestructibilité de l’univers40, Valère Maxime les aurait bien traités d’insensés, « nisi idem braccati sensissent, quod palliatus Pythagoras credidit » : la comparaison est loin d’être exacte puisqu’ici l’âme immortelle est dégagée par le feu de son enveloppe charnelle et s’envole avec la fumée vers un au-delà céleste, alors que Pythagore interdisait la crémation pour éviter de confondre ce qui est divin et ce qui est mortel, sans parler du tabou des sacrifices sanglants41. Alors, au-delà de la culture du symposion est-on renvoyé à la diffusion du culte de Dionysos dans une religion de salut individuel ? Outre l’allusion à la consommation du vin, très présente, on peut relever la signification particulière de l’œuf comme source de vie et promesse de résurrection dans les mythes eschatologiques en général et orphiques en particulier, dont on connaît les liens avec Dionysos42. Dans la tombe 5 de Beaucaire, la présence d’un miroir, objet de luxe exceptionnel, est apparemment difficile à expliquer dans une tombe masculine ; mais c’est aussi un objet symbole de la passion de Dionysos, « un des attributs du dieu qui apparaissent dans le rituel mystérique, symbole de connaissance que le mythe orphique fait intervenir au moment culminant de la passion du dieu »43. Peut-on aller jusque là dans l’interprétation de l’idéologie funéraire de nos tombes ?44 Il faudrait mieux connaître aussi les implications de la superstition et des pratiques magiques certainement très fortes dans les relations des vivants avec la mort.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

AFEAF 1993 : V. Guichard, M. Vaginay (dir.), [Les Celtes en Normandie.] Les rites funéraires en Gaule (IIIe-Ier s. av. J.-C.), Actes du XIVe Colloque de l’AFEAF (Evreux, 1990). Rouen, 1993 (Suppl. à la RAO, 6).

Arcelin 1973 : Ch. et P. Arcelin, La nécropole protohistorique de la Catalane aux Baux-de-Provence (B.-du-Rh.), RANarb, VI, 1973, 91-195.

Arcelin 1979 : P. Arcelin, La nécropole préromaine de l’Arcoule, commune du Paradou (B.-du-Rh.), DocAMérid, 2, 133-156.

Arcelin 1980 : P. Arcelin, Nouvelles observations sur la nécropole préromaine de La Catalane aux Baux-de-Provence (B.-du-Rh.), EcAntNimes, 15, 1980, 91-110.

Barruol, Sauzade 1969 : G. Barruol, G. Sauzade, Une tombe de guerrier à Saint-Laurent-des-Arbres (Gard). Contribution à l’étude des sépultures du Ier s. av. J.-C. dans la basse vallée du Rhône, RELig, XXXV, 1-3, 15-89.

Bats 1990 : M. Bats, Tombes et nécropoles de Narbonnaise aux IIe-Ier s. av. J.-C. : problèmes de datation et de chronologie, dans Gaule interne et Gaule méditerranéenne aux IIe et Ier s. av. J.-C. : confrontations chronologiques (A. Duval, J.-P. Morel, Y. Roman, dir.), Actes de la table ronde de Valbonne (1986), Paris, 1990, 269-290.

Bats 2001, à paraître : M. Bats, Les Gaulois et l’écriture aux IIe-Ier s. av. J.-C. : un problème d’identité, dans Articulations entre culture matérielle et sources antiques dans la recherche sur l’Age du fer européen. Actes du XXIIIe Colloque de l’AFEAF (Nantes, 1999), à paraître dans les Suppl. à la RAO [Rennes, 2003, 369-380 (Suppl. 10 à la RAO)].

Bottini 1992 : A. Bottini, Archeologia della salvezza. L’escatologia greca nelle testimonianze archeologiche. Milano, 1992.

Brunaux 1986 : J.-L. Brunaux, Les Gaulois. Sanctuaires et rites. Paris, 1986.

d’Agostino 1985 : B. d’Agostino, Società dei vivi, comunità dei morti : un rapporto difficile, DdA, n.s. I, 47-58.

d’Agostino 1988 : B. d’Agostino, Il rituale funerario nel mondo indigeno, dans Magna Grecia (a cura di G. Pugliese Caratelli), III, Milano, 1988, 91-114.

d’Agostino 1990 : B. d’Agostino, Problemi d’interpretazione delle necropoli, dans R. Francovitch, D. Manacorda (dir.), Lo scavo archeologico : dalla diagnosi all’edizione. Firenze, 1990, 401-420.

d’Agostino 1996 : B. d’Agostino, La necropoli e i rituali della morte, dans I Greci, II, 1. Torino, 1996, 435-470.

d’Agostino 1999 : B. d’Agostino, Le vase céramique grec dans ses espaces : la tombe, dans Céramiques et peinture grecques : modes d’emploi. Actes du colloque intern. de l’École du Louvre (Paris, 1995). Paris, 1999, 87-90.

Dedet et alii 1974 : B. Dedet, A. Michelozzi, M. Py, La nécropole des Colombes à Beaucaire (Gard), IIe-Ier s. av. J.-C., RANarb, VII, 1974, 59-118.

Dedet et alii 1978 : B. Dedet, A. Michelozzi, M. Py, Cl. Raynaud, C. Tendille, Ugernum. Protohistoire de Beaucaire. Caveirac, 1978.

Dubosse 2000 : C. Dubosse, La céramique attique du IVe s. d’Ensérune, dans La céramique attique du IVe s. en Méditerranée occidentale. Actes du colloque international (Arles 1995). Naples, 2000 (Coll. CJB, 19), 209-216.

Furtwängler 1978 : A. E. Furtwängler, Monnaies grecques en Gaule, le trésor d’Auriol et le monnayage de Massalia 525/520 - 460 av. J.-C. Fribourg, 1978 (Typos III).

Gallet de Santerre 1966 : H. Gallet de Santerre, Sur quelques sépultures et rites funéraires d’Ensérune, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à A. Piganiol, II, 1966, 1027-1036.

Gallet de Santerre 1968 : H. Gallet de Santerre, Fouilles dans le quartier Ouest d’Ensérune (Insula no 10), RANarb, 1, 1968, 39-83.

Garmy et alii 1981 : P. Garmy, A. Michelozzi, M. Py, Une nouvelle sépulture protohistorique à Beaucaire, Gard : la tombe du Mas de Jallon, RANarb, 14, 1981, 71-87.

Guichard, Vaginay 1993 : V. Guichard, M. Vaginay, Les mobiliers funéraires en Gaule aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Réflexions méthodologiques, dans AFEAF 1993, 231-243.

Jannoray 1955 : J. Jannoray, Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines en Gaule méridionale, Rome, 1955 (BEFAR, 181).

Kurtz, Boardman 1971 : D. C. Kurtz, J. Boardman, Greek Burial Customs, Londres, 1971.

La Genière 1987 : J. de La Genière, Des usages du cratère, dans Grecs et Ibères au IVe s. av. J.-C., Actes de la table ronde de Bordeaux (1986), REA, 89, 3-4, 1987, 271-282.

Laurens, Schwaller 1987 : A.-F. Laurens, M. Schwaller, Vases attiques importés sur l’oppidum d’Ensérune : essai d’approche anthropologique, dans Grecs et Ibères au IVe s. av. J.-C., Actes de la table ronde de Bordeaux (1986), REA, 89, 3-4, 1987, 385-395.

Méniel 1993 : P. Méniel, Les animaux dans les pratiques funéraires des Gaulois, dans AFEAF 1993, 285-290.

Murray 1988 : O. Murray, Death and Symposion, dans La parola, l’immagine, la tomba, Atti del colloquio Intern. di Capri, AION ArchStAnt, X, 1988, 239-257.

Pintus 1985 : G. M. Pintus, Storia di un simbolo : il gallo, Sandalion, 8-9, 1985-1986, 243-267.

Pontrandolfo 1988 : A. Pontrandolfo, L’escatologia popolare e i riti funerari greci, dans Magna Grecia (a cura di G. Pugliese Caratelli), III, Milano, 1988, 171-196.

Pontrandolfo 1995 : A. Pontrandolfo, Simposio e élites sociali nel mondo etrusco e italico, dans O. Murray, M. Tecusan (eds), In vino veritas, Oxford, 1995, 176-195.

Royer, Verdin 2000 : R. Royer, Fl. Verdin, Servanes à Mouriès ou les faubourgs de l’oppidum des Caisses de Saint-Jean, dans Milieu et sociétés dans la vallée des Baux. Études présentées au colloque de Mouriès. Montpellier, 2000 (RANarb, Suppl. 31), 157-180.

Schwaller, Rapin 1987 : M. Schwaller, A. Rapin, Contribution à l’étude de l’armement celtique : la tombe 163 d’Ensérune (Hérault), RevArchNarb, 20, 1987, 155-183.

Schwaller, Marchand 1993 : M. Schwaller, G. Marchand, La phase tardive de la nécropole d’Ensérune (Hérault), dans AFEAF 1993, 225-229.

Schwaller et alii 1995 : M. Schwaller, H. Duday, Th. Janin, G. Marchand (avec la coll. d’A. Gardeisen), Cinq tombes du deuxième Âge du fer à Ensérune (Nissan-lez-Ensérune, Hérault), dans Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à A. Nickels. Paris-Lattes, 1995 (ÉtMass 4), 205-230.

Serra Ridgway 1996 : F. R. Serra Ridgway, I corredi del fondo Scataglini a Traquinia. Milano, 1996.

Vernant 1982a : J.-P. Vernant, Introduction, dans G. Gnoli, J.-P. Vernant (dir.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes. Cambridge/Paris, 1982, 5-15 (repris sous le titre : Inde, Mésopotamie, Grèce : trois idéologies de la mort, dans J.-P. Vernant, L’individu, la mort, l’amour. Soi-même et l’autre en Grèce ancienne. Paris, 1989, 103-115).

Vernant 1982a : J.-P. Vernant, La belle mort et le cadavre outragé, dans G. Gnoli, J.-P. Vernant (dir.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes. Cambridge/Paris, 1982, 45-76 (repris sous le même titre, dans J.-P. Vernant, L’individu, la mort, l’amour. Soi-même et l’autre en Grèce ancienne. Paris, 1989, 41-79).

Notes

1 Jannoray 1955, 234-235. La publication de la nécropole du deuxième Âge du fer d’Ensérune est en cours de préparation sous la direction de Martine Schwaller, que je remercie d’avoir répondu à mes questions avec patience et générosité.

2 La photo du mobilier dans Jannoray 1955, pl. XXXVIII, a inversé la position des coupes 4 et 7 et cette dernière était bien retournée sur le bord du pot non tourné.

3 Gallet de Santerre 1968, 75-77 ; Schwaller et alii 1987.

4 Numérotation de la publication en cours = T. 3 in Schwaller et alii 1995.

5 Arcelin 1980.

6 Barruol, Sauzade 1969.

7 Dedet et alii 1974, 85-100.

8 Vernant 1982a et 1982b.

9 Sur ces problèmes, on se reportera en priorité aux travaux de B. d’Agostino : d’Agostino 1985, 1988, 1990, 1996, 1999.

10 Brunaux 1986, 88.

11 Cf. par exemple Guichard, Vaginay 1993, 241 : « L’association de récipients et d’ustensiles de différentes fonctions doit a priori traduire les différents aspects du repas funéraire et permettre de décider s’il peut s’agir du silicernium de la tradition romaine ou d’un viatique réservé à l’usage du défunt », qui résume bien la position la plus répandue.

12 Lucien, De Luctu, 13 : « Mon doux enfant, tu m’as quitté et tu es mort..., tu ne pourras plus banqueter, ni tomber amoureux, ni t’enivrer dans les symposia avec tes camarades ».

13 Lucien, De Luctu, 16 : « Songe qu’il est tellement plus beau d’être assoiffé que de boire, d’être affamé plutôt que de manger, de frissonner plutôt que d’être couvert de vêtements ».

14 Lucien, De Luctu, 9 : « [les fantômes des morts] sont nourris de nos libations et de nos sacrifices sur les tombes ; si bien que celui qui ne laisse derrière lui ni ami ni parent sur terre est condamné à s’administrer sans manger et affamé ».

15 Lucien, De Luctu, 19 : c’est le mort qui parle : « Pourquoi nous verser du vin pur en libation ? Croyez-vous qu’il s’égoutte jusqu’à nous et qu’il parvient à l’Hadès ? Et les sacrifices que vous brûlez, vous voyez bien vous-mêmes, je pense, que la partie la plus nourrissante s’en va en fumée vers le ciel sans que nous puissions en jouir, nous, en bas et que ce qu’il en reste, les cendres, est inutile, à moins que vous ne croyez que nous nous nourrissons de cendres ».

16 Cf. Rudhardt 1992, 236-238 et passim.

17 Kurtz, Boardman 1971, 146.

18 Cf. Méniel 1993.

19 Cf. par exemple Brunaux 1986, 120-125 ; Brunaux 2000, passim.

20 Œufs à Ensérune (325-225 av. J.-C.) : T. 146, 149, 152, 153, 155, 166, 172, 175, 176, 178 (Gallet de Santerre 1968) ; T. 2 et 5/Schwaller 1995. On trouve des œufs réels ou factices en pierre ou en argile placés dans les tombes non seulement en Attique (Kurtz 1971, 77), mais aussi en Grande Grèce, dans la nécropole grecque de Lipari (Bernabò Brea 1965), en milieu indigène (par exemple dans la nécropole de Rutigliano dans les Pouilles : Atti Taranto 16, pl. 110, dans une lékanide ; Atti Taranto 17, pl. 61, dans un skyphos).

21 Volailles à Ensérune (325-225 av. J.-C.) : T. 166, 175, 178 (Gallet de Santerre 1968) ; une pintade dans les tombes 2 et 5/Schwaller 1995 ; un canard dans la tombe 5/Schwaller 1995. À Nîmes (Mail romain : première moitié du Ier s. av. J.-C.) : T. 225 (un pigeon), T. 226 (os de pigeon).

22 Poissons à Ensérune (325-225 av. J.-C.) : T. 2/Schwaller 1995 (rascasse et muge), T. 5/Schwaller 1995 (muge) ; à Nîmes (Mail romain : première moitié du Ier s. av. J.-C.) : T. 225 (rascasse, maquereau, muge), T. 226 (rascasse).

23 Pintus 1985.

24 Sophocle, ap. Pline XXXVII, 40 ; skyphoi attiques du Musée de Tarquinia (CVA Italia 26, Tarquinia 2, pl. 37,4) et du MET de New York (CVA USA 1, Hoppin/Gallatin Coll., pl. 8) ; monnaies de Marseille du type Auriol : Furtwängler 1978, 270, 275 et pl. 38, qui identifie l’oiseau représenté à une outarde.

25 On ne connaît malheureusement aucune donnée quantitative pour l’habitat d’Ensérune, ni pour celui de Beaucaire. Dans un dépotoir du Ier s. av. J.-C. aux Baux (Arcelin 1981), les céramiques non tournées représentent 48 %, les céramiques à vernis noir 30 % et les céramiques tournées autres 22 %. Au Marduel, site dans l’horizon de Saint-Laurent-des-Arbres, pour la période 100-75, les céramiques non tournées représentent 72 %, les céramiques à vernis noir 16 %. À titre de comparaison, à Lattes (Lattara 7), site indigène très « ouvert », pour la période 300-250 av. J.-C., les céramiques non tournées représentent, selon les secteurs, entre 40 et 60 % de la vaisselle, les vases à vernis noir, entre 6 et 14,5 % et les céramiques tournées, entre 33,5 et 42 % ; pour la période 100-50 av. J.-C., les céramiques non tournées représentent 31 % de la vaisselle, les vases à vernis noir 56 % et les céramiques tournées 13 %.

26 Dedet et alii 1978, 101-108 ; Garmy et alii 1981.

27 Gallet de Santerre 1968 : T. 148, des ossements de petite volaille ; T. 152, des ossements de volaille ; T. 158, les ossements d’un poulet ; T. 166, des os de volaille ; T. 175, une tête de lapin, une carcasse de volaille avec sa tête et 2 œufs ; T. 178, des os de volaille. Jannoray 1955, 236, n. 2, parle de poulets et de pigeons.

28 Pontrandolfo 1988. Cf. aussi d’Agostino 1988.

29 Cf. La Genière 1987, 275-277.

30 Murray 1988.

31 Bottini 1992, 134-148 ; Pontrandolfo 1995, 194-195.

32 Dubosse 2000.

33 Laurens, Schwaller 1987.

34 Aux Baux (dans un dépotoir isolé : P. Arcelin, Recherches archéologiques au col de La Vayède, Les Baux-de-Provence (B.-du-Rh.), DocAMérid, 4, 1981, 107 et fig. 37, no 149 et 159 ?) ; à Eyguières (dans un fossé « cultuel » ou funéraire : Fl. Verdin, Saint-Pierre-de-Vence à Eyguières au Ier s. av. J.-C. : un quartier cultuel et funéraire au voisinage des Caenicenses ?, dans Milieu et sociétés dans la vallée des Baux. Études présentées au colloque de Mouriès. Montpellier, 2000 (RANarb, Suppl. 31), fig. 6 ; à Glanum (dans un puits : inédit, rens. J.-Chr. Sourisseau) ; à Avignon (D. Carru, Occupations préaugustéennes d’Avignon (Ve-Ier s. av. J.-C.), dans Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, 2000, 206, fig. 4 : milieu Ier s. av. J.-C.) ; au Pègue (A. Perraud, Le Pègue, préface de Marseille ?, Paris, 1955, p. 21-22, fig. 9) ; au Marduel (M. Py, D. Lebeaupin et alii, Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnetdu-Gard), III, Les niveaux des IIe et Ier s. av. n. è. sur le chantier central. DocAMérid, 9, 1986, fig. 48,1 et 53,24 : v. 75-25 av. J.-C.).

35 Hors-tombe de la nécropole des Colombes à Beaucaire (Dedet et alii 1974) ; T. 2 et 6 de la nécropole des Marronniers à Beaucaire (Dedet et alii 1978) ; T. du Mas de Jallon à Beaucaire (Garmy et alii 1981) ; T. VIII et hors-tombe de la nécropole de la Catalane aux Baux (Arcelin 1973) ; T. 0 de la nécropole de l’Arcoule au Paradou (Arcelin 1979) ; T. 7 et 9 de la nécropole de Servanes à Mouriès (Royer, Verdin 2000).

36 Pour une période plus ancienne (fin IVe-IIIe s. av. J.-C.), on peut la rapprocher de vases en pâte claire massaliète, l’urne CL-MAS 511 et le stamnos CL-MAS 571 et, en Italie, de stamnoi eux aussi en contexte funéraire (par exemple, à Adria en céramique à vernis noir, forme Morel 4412a1, et à Tarquinia, Serra Ridgway 1996, tav. CCXIX, fig. 187).

37 Vernant 1982a.

38 Théophraste, Caract., 16.

39 On sait que pour les Grecs, le vin pur est un poison et boire le vin pur une pratique barbare. Cicéron dans un passage du Pro Fonteio conservé par Ammien Marcellin (XV, 12, 4) notait que les Gaulois considéraient le vin dilué comme un poison. Mais Poseidonios émet une opinion plus nuancée : « la boisson chez les riches gaulois est le vin, transporté depuis l’Italie et la chôra massaliète, qu’ils boivent pur, bien que parfois ils le mélangent à un peu d’eau ».

40 César, BG, VI, 14 ; Diodore, V, 28 ; Strabon, IV, 4, 4 ; Mela, III, 2, 19 ; Ammien Marcellin, XV, 9, 8 ; Valère Maxime, II, 6, 10.

41 Jambl., Vita Pyth., 108-109 ; 154-156.

42 Cf. Bottini 1992, p. 66-70 et 172. Dans la tombe 121 d’Ensérune, outre la présence d’un œuf, on note que la face A du cratère représente la figure d’Éros, qui, dans les phases les plus anciennes des cosmogonies orphiques, est la figure divine née de l’œuf primordial engendré par la Nuit tandis que de la coquille brisée en deux se forment la Terre et le Ciel.

43 Bottini 1992, p. 156.

44 Laurens, Schwaller 1987, p. 391-392, ne le pensaient pas, préférant s’en tenir à la seule « consommation du vin, au symposion, bon à la fois pour la vie et dans la tombe ». Dans la zone et la chronologie qui nous concernent, en tout cas, ce n’est pas la conquête romaine de la province de Transalpine qui apportera des modifications notables. Cf. Bats 2001.

Notes de fin

* Du cratère sympotique au stamnos funéraire : tombes aristocratiques du Midi de la Gaule (IVe-Ier s. av. J.-C.), dans Identités et cultures dans le monde méditerranéen antique. Hommage à Fr. Croissant. Paris, 2002, 277-302.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de situation des tombes étudiées.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-1.jpg
Fichier image/, 113k
Légende Fig. 2 – Tombe 121 d’Ensérune en cours de fouille (Jannoray 1955).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-2.jpg
Fichier image/, 354k
Légende Fig. 3 – Tombe 121 d’Ensérune : plan reconstitué (M. Bats).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-3.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Fig. 4 – Tombe 121 d’Ensérune : mobilier (Éch. 1 :6) (Jannoray 1955).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-4.jpg
Fichier image/, 165k
Légende Fig. 5 – Tombe 163 d’Ensérune : plan reconstitué (Schwaller, Rapin 1987).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-5.jpg
Fichier image/, 137k
Légende Fig. 6 – Tombe 163 d’Ensérune : mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Schwaller, Rapin 1987).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-6.jpg
Fichier image/, 243k
Légende Fig. 7 – Tombe 181 d’Ensérune : plan (Schwaller et alii 1995).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-7.jpg
Fichier image/, 76k
Légende Fig. 8 – Tombe 181 d’Ensérune : mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Schwaller et alii 1995).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-8.jpg
Fichier image/, 139k
Légende Fig. 9 – Tombe XXVII des Baux : plan (Arcelin 1980).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-9.jpg
Fichier image/, 117k
Légende Fig. 10 – Tombe XXVII des Baux : coupe (Arcelin 1980).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-10.jpg
Fichier image/, 252k
Légende Fig. 11 – Tombe XXVII des Baux : mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Arcelin 1980).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-11.jpg
Fichier image/, 220k
Légende Fig. 12 – Tombe de Saint-Laurent-des-Arbres : plan (Barruol, Sauzade 1969).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-12.jpg
Fichier image/, 75k
Légende Fig. 13 – Tombe de Saint-Laurent-des-Arbres : mobilier (Éch. 1 : 6) (d'après Barruol, Sauzade 1969).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-13.jpg
Fichier image/, 203k
Légende Fig. 14 – Tombe 5 de la nécropole des Colombes à Beaucaire : plan reconstitué (Dedet et alii 1974).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-14.jpg
Fichier image/, 91k
Légende Fig. 15 – Tombe 5 de la nécropole des Colombes à Beaucaire: mobilier (Éch. 1 : 6) (d’après Dedet et alii 1974).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-15.jpg
Fichier image/, 300k
Légende Fig. 16 – Pintades sur un skyphos du Musée de Tarquinia (CVA Italia 26, Tarquinia 2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-16.jpg
Fichier image/, 156k
Légende Fig. 17 – Pintade sur des monnaies de Marseille (Furtwängler 1978).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-17.jpg
Fichier image/, 90k
Légende Fig. 18 – Tombe 19 de la nécropole des Marroniers à Beaucaire (Dedet et alii 1978).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5353/img-18.jpg
Fichier image/, 443k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540