Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre I. Les usages de la vaisselle céramique

Remarques finales au colloque de Naples 1994 “Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise”*

Texte intégral

1. Qu’est-ce que la céramique commune ?

  • * Remarques finales, dans Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise. La vaisselle de cui (...)
  • 1 Mais un article récent (O. Leblanc, A. Desbat, Un lot de céramiques du début du IIIe s. à Saint-Ro (...)
  • 2 Dans ce sens on ne voit pas pourquoi la catégorie serait destinée à disparaître au fur et à mesure (...)

1Éliminons d’abord un faux problème qui a parfois montré le bout du nez. « Céramique commune », au singulier, terme générique, ou « céramiques communes », au pluriel, terme collectif, c’est la même chose. La définition est essentiellement « technologique », avec un certain consensus au sein de la communauté des chercheurs de Narbonnaise1 : une céramique ordinaire sans vernis grésé et généralement sans décor, à pâte parfois grossière, ce qui ne veut pas dire d’une technologie rudimentaire, comme on peut s’en rendre compte avec la céramique culinaire, dont les qualités techniques en font un produit hautement perfectionné. Mais elle s’oppose à la céramique fine (aux céramiques fines) à pâte épurée, souvent à vernis grésé et décorée. En somme, la céramique commune représente une catégorie de céramique, constituée de plusieurs classes que la tradition et l’usage archéologiques ont identifiées et continuent à identifier2 selon divers critères et que l’on peut retrouver par exemple dans les dénominations du Dicocer souvent utilisé au cours de ces journées. En général, c’est sur un ou plusieurs critères que reposent ces dénominations, par exemple :

  • critère technologique : « céramique kaolinitique »
  • critères géographique et technologique : « céramique à pisolithes du Languedoc oriental »
  • critères géographique et fonctionnel : « céramique africaine de cuisine »
  • critères géographique et chronologique : « céramique commune méditerranéenne tardo-romaine » – critères technologique et chronologique : « céramique à pâte claire récente ».

2Le seul critère fonctionnel est-il suffisant ? C’est cette voie qu’empruntent Cl. Panella (« céramique utilitaire où l’aspect fonctionnel prévaut sur l’aspect artistique ») ou, partiellement, G. Gasperetti (« ceramica d’uso comune » caractérisée à partir de critères de nécessité et de fonctionnalité). Mais, par définition, toute céramique, quelle qu’elle soit, commune ou fine, décorée ou non, vernie ou non, est fonctionnelle ! Une céramique commune peut présenter des détails de finition particulièrement soignés (artistiques ! ?) inutiles du point de vue fonctionnel. à l’opposé, dira-t-on que la céramique sigillée, emblématique de la céramique fine, présente un aspect artistique plus que fonctionnel ? Un bol ou une assiette en céramique sigillée sont-ils moins fonctionnels qu’en céramique commune ? Bien sûr que non et on le voit bien dans le faciès des céramiques communes de Pompéi, présentées par G. Gasperetti, ou d’Herculanum présentées par L. Scatozza ou de Circello ou d’ailleurs : les formes ouvertes (bols, écuelles, assiettes...) y sont rares, parce que précisément elles sont fournies par la céramique fine (sigillée, vases à parois fines), ou le verre ou le métal (gobelets).

3Une définition fonctionnelle pourrait à la rigueur convenir pour les céramiques communes utilisées pour la vaisselle de cuisine, mais s’avérerait tout à fait insuffisante pour ce qui concerne la vaisselle de table, où elles cohabitent avec les céramiques fines.

4Considérons donc que le terme de céramique commune est d’abord un terme de commodité de langage même s’il ne recouvre pas une définition scientifique trop précise.

2. L’analyse

5On peut regrouper les problèmes rencontrés autour de deux thèmes principaux : – la quantification – la classification, qui sont à la base de toute possibilité d’interprétation. La quantification représente en outre pour le lecteur la seule possibilité de contrôle et de discussion des hypothèses présentées par l’auteur. Tous les participants en ont été conscients et si l’on constate un certain retard en Campanie, cela tient souvent au fait que l’on a affaire à des fouilles anciennes – et je pense tout particulièrement à Pompéi et Herculanum –, où le ramassage du mobilier s’est trop souvent arrêté aux seuls exemplaires complets voire au mobilier considéré comme noble (et ce n’était bien sûr pas le cas de la céramique commune !). Il faudrait en outre prendre l’habitude de présenter les comptes en tableaux qui permettent une lecture facile et directe des données brutes et ne pas se contenter de pourcentages qui en général appartiennent déjà à l’interprétation. L’utilisation pour l’enregistrement des données d’un système intégré du type SYSLAT devrait devenir la règle pour toute nouvelle fouille.

6Restent que deux problèmes doivent avoir reçu au préalable une réponse satisfaisante : la valeur de l’échantillon et l’identification de la classe de céramique. En ce qui concerne le premier je pense que Cl. Panella est trop pessimiste lorsqu’elle dit que « il y a peu de contextes pour lesquels la quantification ait un sens ». L’expérience de terrain montre au contraire que ces contextes sont courants. Sans parler des sols d’occupation livrant un mobilier fragmentaire et souvent peu abondant, les remblais de préparation et les comblements divers, qui constituent la majorité des dégagements, proposent en général un échantillonnage largement représentatif non pas certes de la consommation de telle ou telle famille en particulier, mais d’une moyenne d’une zone ou d’un quartier. Et il existe bien sûr toutes les formes de dépotoirs ponctuels, de maisons ou de potiers !

7Il paraît difficile de compter les céramiques communes sans les classer. Mais il existe au moins deux niveaux de classement, par classes et par formes.

8J’ai déjà évoqué le problème de la définition des classes. Les plus faciles à déterminer ont été celles qui avaient une diffusion « internationale » et qui donc avaient été repérées partout comme telles : c’est le cas de la céramique africaine de cuisine ou de la céramique à engobe interne rouge pompéien. C’est le cas aujourd’hui je crois de la « céramique italique de cuisine » comme propose de la désigner V. Di Giovanni. Les choses s’avèrent moins faciles pour les céramiques communes de table de production plus diffuse, c’est-à-dire liées à des ateliers de diffusion locale ou régionale. D’autant plus que des productions que l’on croyait locales s’avèrent en fait liées à des courants de diffusion beaucoup plus larges comme l’a montré C. Pavolini à Ostie. Mais il ne faut pas oublier que la classification est d’abord un outil d’analyse des formes d’une catégorie : tant mieux si le critère de provenance géographique y a sa part. En l’absence de découverte d’indices sûrs de production (fours ou rebuts de cuisson), il n’est pas toujours facile de déterminer l’origine. C. Panella et G. Olcese ont précisément relevé que les analyses de pâte sur lesquelles on fondait beaucoup d’espoirs se révèlent souvent décevantes : ainsi pour la zone Étrurie-Latium-Campanie où la présence des mêmes minéraux volcaniques empêche d’aller au-delà d’une précision de grande région centro-tyrrhénienne.

9Une fois surmontés (ou non) les problèmes d’échantillonnage et de définition des classes, il fallait résoudre celui de la définition des formes. Il résulte que dans ce domaine règne une certaine anarchie, surtout d’ailleurs en ce qui concerne la vaisselle de table. Il devrait être plus facile de se mettre d’accord sur la définition et le vocabulaire des formes de la vaisselle de cuisine. Je me permets de rappeler les propositions que j’ai déjà eu l’occasion de faire à ce sujet ; on peut rassembler les formes de la cuisine romaine (héritière en partie de la cuisine grecque) sous 5 rubriques :

grec

latin

français

italien

 ?

patina

plat (à feu ou à four)

piatto

lopas

patella

faitout

tegame

caccabé

caccabus

marmite

pentola

chytra

olla

pot

olla

tagenon

sartago

poêle

padella

10Sous l’influence anglo-saxonne, la lopas/patella a parfois été nommée “casseruola” (C. M. Coletti) ou “casserole” (L. Rivet) ; le terme me paraît trop anachronique pour être retenu. Par ailleurs la patina n’a pas toujours été distinguée de la patella, ni la patella du caccabus, ni même l’olla du caccabus (V. Di Giovanni, R. Federico, M. Moliner). Il est vrai que la patella profonde ne se distingue pas toujours aisément du caccabus. Mais la distinction est assez claire – évidemment sur des exemplaires complets – à partir de critères morphologiques : la patella a un diamètre à l’ouverture compris entre 2 et 4 fois la hauteur, le caccabus entre les 3/4 et 2 fois celle-ci, l’olla moins des 3/4. Je reviendrai plus loin sur ces problèmes à propos de l’interprétation fonctionnelle et de ses conséquences sur la consommation et l’alimentation qu’elle implique.

11La situation est plus complexe en ce qui concerne la vaisselle de table, mais dans l’attente d’études plus précises il me semble qu’il convient de choisir les solutions les plus simples en adoptant des termes génériques tels que cruches, pichets, écuelles, assiettes, gobelets, tasses.

3. Interprétations

12Une chose me semble claire, c’est que plus personne ne se contente d’étudier le mobilier céramique pour lui-même ou comme simple élément datant. Les organisateurs de ces journées – outre moi-même, Michel Pasqualini, Gabriella Gasperetti et Vincenzo Di Giovanni – avaient souhaité mettre l’accent sur l’interprétation culturelle à travers les faciès de consommation, d’où le sous-titre « la vaisselle de cuisine et de table ». Mais on a vu que deux voies plus traditionnelles, explorant les problèmes de production et de diffusion, restaient privilégiées, davantage d’ailleurs parmi les intervenants italiens que parmi ceux de Gaule. Cela tient je crois d’abord à un héritage (les travaux pionniers impulsés par A. Carandini, A. Giardina, A. Schiavone), ensuite à la situation particulière des grandes fouilles campaniennes (toujours les cités vésuviennes...) où la quantification et l’échantillonnage posent encore des problèmes insolubles. On a vu par la présentation du mobilier de la maison de Julius Polybius que le nombre des vases céramiques par rapport aux récipients de bronze avait été très sous-évalué et que les premiers étaient certainement de loin les plus nombreux dans les cuisines pompéiennes ; reste que la proportion fragments/vases entiers est étrange pour un état surpris par l’éruption. Dans ce contexte, le travail pilote, et ô combien indispensable, de typologie effectué par G. Gasperetti et V. Di Giovanni à partir principalement des mobiliers de Pompéi, devra être confronté (et sans doute complété) avec les trouvailles des autres sites contemporains de la Campanie pour lui donner toute l’ampleur nécessaire.

13On ne m’en voudra pas trop, j’espère, de laisser volontairement de côté les résultats présentés dans une vision économique et technologique – la part des importations ou exportations de céramique commune et la connaissance des lieux de production pour reconstruire la circulation des productions aux différentes époques – pour insister plutôt sur les problèmes soulevés dans le cadre d’une définition fonctionnelle et culturelle de ces céramiques. Ce n’est pas nier en effet les raisons économiques, sociales et technologiques qui expliquent que telle céramique commune soit issue de tel atelier ou de telle zone plutôt que de telle autre ; c’est ajouter une autre dimension en prenant en compte aussi la responsabilité des consommateurs pour qui, au fond, la céramique trouve sa raison d’exister.

14Pour les consommateurs la céramique cesse d’être une production artisanale ou un objet de commerce, elle devient un élément fonctionnel ayant sa place dans un jeu de coutumes ou d’habitudes alimentaires, un élément de vaisselle de table ou de cuisine. Or du fait du nombre des informations littéraires ou iconographiques disponibles et de la proximité de notre propre culture par rapport à la culture romaine, il nous est possible de reconstruire non seulement la fonction de ces vaisselles mais aussi souvent leur usage, que l’on peut résumer dans le tableau ci-dessous.

  • 3 Encore plus sensible à la relecture de sa communication !

15L’analyse sur chaque site du faciès fonctionnel à travers les formes de la vaisselle doit théoriquement permettre de dresser des faciès culturels interrégionaux et de comparer des habitudes alimentaires et des manières de table. En outre dans les situations de conquête et de contacts coloniaux qui caractérisent la création progressive de l’empire romain, la vaisselle céramique peut servir d’outil de mesure, de marqueur culturel, de différenciation ou d’intégration. D’où l’intérêt des comparaisons entre Rome et les régions italiennes, et entre la région de Campanie et la province de Narbonnaise. Encore, faut-il, comme je l’ai rappelé, que l’échantillonnage ait été fait correctement et que l’analyse suive le même modèle. Et il faut bien reconnaître qu’il y a encore, sauf exception, beaucoup de chemin à parcourir et que nos journées d’études ne nous auront pas permis d’atteindre tous les objectifs. D’autant plus que l’interprétation des faits demande ensuite un effort d’imagination et une certaine confiance dans la vraisemblance des hypothèses possibles. Là-dessus, L. Rivet nous a donné une vision, me semble-t-il, beaucoup trop pessimiste3 que viennent heureusement contredire les résultats obtenus dans d’autres secteurs.

Schéma des fonctions et usages de la vaisselle romaine.

  • 4 Que les pots représentent encore sous le Haut Empire les trois quarts des récipients culinaires de (...)

16J’en veux pour exemple le problème de l’adoption en Gaule de formes de vaisselle de cuisine « méditerranéennes » (plats, faitouts et marmites). Souvent abordé pour la période protohistorique, où l’on a noté la résistance des milieux indigènes, le problème continue à se poser pour la période d’après la conquête romaine. à Marseille le faciès montre logiquement une prédominance des faitouts et marmites et la plupart importés puisque la ville continue à ne pas produire de vaisselle culinaire. Mais dans la région nîmoise, n’en déplaise à J.-L. Fiches, la résistance du pot se poursuit4 et c’est aussi le cas à Aix-en-Provence où N. Nin a souligné l’extrême lenteur de pénétration des formes méditerranéennes et en basse Provence encore au IIe s., en Languedoc occidental et de façon encore plus prononcée en Aquitaine méridionale. Dans cette région F. Réchin a pu opposer d’un côté villes et villae, de l’autre sites ruraux de tradition indigène et c’est une des clefs face aux incohérences relevées par L. Rivet opposant (« réalités urbaines et réalités rurales » : car les « réalités rurales » dont il parle ce sont précisément des villae et la villa présente un mode de vie plus proche de la ville que du village. En Narbonnaise (et en Campanie ?) un autre clivage se superpose à celui-ci, c’est celui qui oppose sites du littoral, accessibles à la distribution maritime, et sites de l’intérieur. Dans ce cas l’opposition entre céramiques importées et céramiques locales/régionales pourra prendre un sens autant économique que culturel et expliquer un retrait encore plus fort par rapport aux emprunts méditerranéens.

17J’ai dit que je reviendrai sur le problème du vocabulaire car, dans l’interprétation fonctionnelle, il est de toute première importance. Un nom n’est pas interchangeable pas plus que le récipient qu’il désigne ne l’est pour assurer tel ou tel type de cuisson, ou du moins pas toujours. Ainsi lorsque dans sa typologie V. Di Giovanni regroupe sous le terme de « tegame » les formes de patina, patella et sartago et surtout lorsqu’il voit une évolution de la patella au caccabus entre 200 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. pour arriver à son type 2210, je crois qu’il y a de sa part une erreur d’interprétation fonctionnelle. Si la patella/lopas du IIIe s. av. J.-C. disparaît du répertoire italique de Campanie ce n’est pas parce qu’elle se transforme en caccabus ; la forme continue à exister ailleurs. En Campanie (et ailleurs) le caccabus devient la forme privilégiée d’une nouvelle cuisine. La patella réapparaîtra dans l’usage avec les formes Hayes 19, 23B et 197 de la céramique africaine de cuisine et leur emprunt représente sans doute un nouveau changement dans l’alimentation, plutôt que dans le mode de cuisson. Patella et caccabus permettent en effet la réalisation de plats sautés ou mijotés, puisque tous deux présentent la même possibilité de cuisson à découvert et en vase clos. La différence réside dans la quantité ou la taille des mets apprêtés. De même patina et patella peuvent accueillir des préparations identiques, mais l’une (fond plat) se fera en cuisson sub testum, ou in tuo, l’autre (fond bombé) sur brasero ou support mobile.

  • 5 En mars 1994, l’Université de Barcelone et le Conjunto monumental d’Ampurias ont organisé une tabl (...)

18La céramique ne couvre certes pas toutes les possibilités de consommation alimentaire. Dans le contexte antique, elle en est cependant sans doute l’expression privilégiée – l’exemple de la maison de Julius Polybius est là pour en témoigner, même dans le cadre d’un mode de vie élevé – et les recherches menées dans cette direction sur le mobilier paraissent tout à fait justifiées. Pour les chercheurs qui travaillent dans les provinces romaines, les résultats obtenus en Italie sont essentiels comme base de comparaison pour évaluer un des aspects de la romanisation5.

Notes

1 Mais un article récent (O. Leblanc, A. Desbat, Un lot de céramiques du début du IIIe s. à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), RAN, 1992, p. 133-150) situe la céramique à engobe rouge-pompéien parmi les céramiques fines.

2 Dans ce sens on ne voit pas pourquoi la catégorie serait destinée à disparaître au fur et à mesure que les productions trouveront une paternité, comme le suggère I. Bragantini.

3 Encore plus sensible à la relecture de sa communication !

4 Que les pots représentent encore sous le Haut Empire les trois quarts des récipients culinaires de la région nîmoise (contre 80 à 85 % pour la période antérieure) me paraît témoigner avant tout de la force des traditions indigènes même si les emprunts de caccabi, patellae et patinae (1/4 des vases) marquent une certaine ouverture vers les modes culinaires italiques.

5 En mars 1994, l’Université de Barcelone et le Conjunto monumental d’Ampurias ont organisé une table ronde consacrée aux céramiques communes romaines de la Péninsule ibérique dont les objectifs recoupaient ceux de nos journées d’étude. Les actes ont été publiés : Ceràmica comuna romana d’època alto-imperial a la Peninsula Ibèrica. Estat de la questio (X. Aquilué, M. Roca coord.). Empuries, 1995 (Monog. Emp. VIII).

Notes de fin

* Remarques finales, dans Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise. La vaisselle de cuisine et de table (M. Bats dir.). Actes du colloque intern. de Naples (1994). Naples, 1996 (Coll. CJB, 14), p. 481-484.

Table des illustrations

Légende Schéma des fonctions et usages de la vaisselle romaine.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540