Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chapitre I. Les usages de la vaisselle céramique

Consommation, production et distribution de la vaisselle céramique*

Texte intégral

1. Définitions

  • * Consommation, production et distribution de la vaisselle céramique, in : Grecs et Ibères au IVe s. (...)

11.1. Nous ne prenons pas en compte tous les récipients de terre cuite. Nous ne retenons que les vases-marchandises, c’est-à-dire ceux qui sont acquis pour eux-mêmes et non pour leur contenu, récipients culinaires, vaisselle de table, vases d’ornement ou d’offrandes. On élimine donc les vases-conteneurs, c’est-à-dire essentiellement les amphores destinées au transport de denrées (vin, huile, grains, condiments, etc) qui sont les véritables objets de la transaction ; mais on élimine aussi les gros vases de stockage du type « pithoi » ou « dolia ».

  • 1 Marchandises, marchés, échanges dans le monde romain, Annali del Seminario di Studi del Mondo clas (...)

21.2. Le cœur de notre débat concerne la place respective et l’articulation des trois processus de prise en charge de la vaisselle céramique : la production sous son double sens économique (mode de production) et technico-culturel (produit élaboré), la consommation, acte technico-culturel inséré dans un réseau de croyances et d’habitudes, la distribution, acte d’échange lié à des structures et des pratiques sociales, économiques et culturelles. Cette communication se veut notamment une illustration des questions que J.-P. Morel a posées à plusieurs reprises à propos de l’influence de la clientèle sur la production et le commerce de la céramique1.

31.3. Les intervenants : Grecs et Ibères, mais aussi, à l’occasion, Puniques et Gaulois, chez eux et entre eux, dans la Méditerranée nord-occidentale, zone de contact par excellence, mer-continent, et partenaires dans les rôles de navigateurs, commerçants, colons et indigènes, principalement au IVe s. av. J.-C., et en tout cas avant l’établissement de l’Empire romain.

4L’enquête est délicate par suite du manque de données quantitatives comparables de site à site ; elle sera donc partielle, mais permet d’entrevoir des tendances qui trouveront des prolongements avec la progression des méthodes de fouille fournissant des analyses chiffrées.

2. Consommation

5L’utilisation de la vaisselle céramique peut se mesurer à travers deux activités particulièrement caractéristiques, à la fois parce qu’elles en sont les principales consommatrices et qu’elles se déroulent dans le cadre de gestes rituels : l’alimentation et la mort. On essaiera donc de les saisir dans les mobiliers des habitats et des nécropoles.

2.1. L’alimentation2

  • 2 On trouvera une présentation détaillée de la démarche avec une analyse des modèles grecs, romain e (...)

6Les régimes alimentaires et les manières de table figurent parmi les aspects culturels les plus résistants aux changements. Chaque culture possède ses instruments de préparation et de consommation, qui ne sont pas strictement interchangeables, même s’il peut y avoir des emprunts de sous-culture à sous-culture, voire de culture à culture, et s’il existe des coïncidences de nécessité.

2.1.1. Modèles grecs

A. Athènes

7La cuisson des aliments se fait dans des récipients spécialisés en fonction du type de cuisson ou du type d’aliments. On peut ainsi distinguer 4 formes principales :

  • le pot (chytra) (récipient traditionnel à bouillir)
  • la marmite (caccabè) (née vers le milieu du VIe siècle, pour les cuissons mixtes)
  • le faitout (lopas) (à partir de la fin du VIe siècle, pour le poisson)
  • la poêle (tagènon) (à partir du Ve siècle, pour la friture).
  • 3 Il faut sans doute manipuler ces chiffres avec prudence dans la mesure où l’on ignore sur quels cr (...)

8Il est difficile de connaître leurs proportions dans la batterie de cuisine du IVe siècle, par manque de données chiffrées ; deux exemples, l’un du dernier quart du Ve siècle (Jones 1962), l’autre de la fin du IVe (Jones 1973), donnent respectivement 7 lopades pour 7 chytrai, et 7 lopades pour 13 chytrai. Pour la vaisselle de table, le recensement des formes de céramique à vernis noir dans la publication des fouilles de l’Agora (Sparkes, Talcott 1970) peut servir de base de départ3 (Tableau 1).

9On constate :

  • une certaine diversification des formes, avec peut-être une tendance à la standardisation dans la deuxième moitié du IVe siècle ;
  • la prépondérance des vases à boire, signe vraisemblable de la popularité des séances de symposion ;
  • la nette préférence pour les écuelles peu profondes par rapport aux bols et l’importance déjà des plats de service.

B. Olbia de Provence (2e moitié du IVe siècle)

10Dans cette colonie de Marseille, la vaisselle présente des caractéristiques qui, rejoignant celles d’Athènes, ont des chances de recouvrir des manifestations culturelles grecques. Pour la vaisselle de cuisine, le décompte des récipients englobe la 2e moitié du IVe siècle et le IIIe siècle ; on trouve des pots (37,5 %), des marmites (18,7 %) et des faitouts (43,7 %). La vaisselle de table (Tableau 1) comprend des vases à vernis noir attiques et des vases à pâte claire de production massaliète, qui, sauf exception (écuelle Bats F233), recoupent (ou se contentent de reproduire ?) les formes attiques qu’elles complètent ou remplacent (dans le tableau, le premier chiffre représente les vases attiques, le deuxième, éventuellement, entre parenthèses, les vases à pâte claire massaliète de forme identique ou complémentaire). Si l’on compare la répartition des vases d’Olbia avec celle d’Athènes, on note que :

  • toutes les formes présentes à Athènes se retrouvent à Olbia aussi, en céramique attique à vernis noir mais les proportions diffèrent : les plus évidentes concernent le nombre de coupes/écuelles et de vases à boire ;
  • la production locale fournit près de 60 % de la vaisselle de table (à laquelle il faudrait ajouter la quasi totalité des cruches), dans toutes les catégories d’usage, mais particulièrement dans les coupes/écuelles et les vases à boire.

2.1.2. Faciès indigènes

  • 4 Les comptages des individus ont été réalisés à partir des publications suivantes : pour Ullastret, (...)

11A. En Ibérie. Il n’y a pas, à notre connaissance, de site publié fournissant les données quantitatives complètes par catégories céramiques ; nous devrons nous contenter ici de la répartition des céramiques attiques4.

12Commentaire :

  • les formes présentes recoupent strictement celles qui sont utilisées en milieu grec ; on notera cependant la faiblesse des formes d’assiettes et de plats, dont l’usage est au contraire un des traits caractéristiques des manières de table à la grecque ;
  • il y a opposition très nette entre Ullastret d’un côté, La Bastida et Covalta de l’autre : on constate à Ullastret une inflation des vases à boire, encore accentuée si l’on tient compte de la céramique à figures rouges. C’est une caractéristique qui rapproche ce site du faciès des habitats indigènes de Gaule méridionale, mais à un niveau quantitatif inaccoutumé ;
  • inversement, on constate à La Bastida et à Covalta un remarquable pourcentage de coupes-écuelles que l’on rapprochera de celui de la nécropole d’El Cigarralejo et des nécropoles de la province de Murcia (cf. ci-dessous) ;
  • on n’oubliera pas que, même à Ullastret, les céramiques attiques sont minoritaires par rapport aux productions locales ou régionales.

13B. En Gaule méridionale

  • 5 Comptages effectués d’après M. Py, Les oppida de Vaunage (Gard) (Fouilles 1958-1968). Thèse de 3èm (...)

14a . La Vaunage au IVe siècle5.

15Les vaisselles de cuisine et de table sont fournies pour 95 % par les productions locales en céramique modelée. Le récipient céramique quasi unique pour la cuisson (mais quel était le rôle des chaudrons métalliques ?) est le pot, vase polyvalent servant aussi pour le stockage. La vaisselle de table est constituée de bols hémisphériques (70 %), de jattes (20 %) et de coupes (10 %). La céramique tournée représente donc soit un luxe soit un exotisme, essentiellement à travers les vases attiques et ceux de Marseille à pâte claire. Sa répartition montre un répertoire à peu près consacré au service du vin, moins riche, et de très loin, mais proportionnellement encore plus exclusif qu’à Ullastret. La Vaunage est vraisemblablement en position de redistribution de seconde, voire de troisième ou quatrième main : les chiffres de Lattes ou Ensérune seraient certainement d’une toute autre ampleur, mais toujours, cependant, en ce qui concerne la céramique attique, en situation minoritaire par rapport aux productions locales modelées ou régionales (dont massaliètes) tournées.

  • 6 D’après Gantès 1977.

16b . L’oppidum de Teste-Nègre aux Pennes-Mirabeau (B.du-Rh.), Nages (Gard) et Olbia de Provence vers 200/190 av. J.-C.6.

17À cette date, la céramique d’importation est constituée par la campanienne A ancienne : c’est sa répartition que nous comparerons, sur deux sites indigènes (l’un à 10 km de Marseille, l’autre à 30 km de la côte du Languedoc oriental), avec celle du “modèle” grec d’Olbia.

18Si toutes les formes présentes à Teste-Nègre et à Nages recoupent celles d’Olbia, on constate d’une part un appauvrissement du répertoire de Teste-Nègre par rapport à Olbia et de Nages par rapport à Teste-Nègre, d’autre part des répartitions de formes tout à fait différentes entre les trois sites (Teste-Nègre plus proche d’Olbia, Nages accueillant en priorité les formes de bols) ; ces trois tendances se trouvent confirmées si l’on complète les faciès en signalant qu’à Olbia les productions massaliètes à pâte claire fournissent un apport à peu près équivalent à la campanienne pour environ 7 % aux céramiques modelées locales, tandis qu’à Teste-Nègre campanienne A, céramique à pâte claire massaliète et céramique modelée locale représentent chacune 1/3 des produits consommés, et qu’à Nages la céramique modelée locale apporte environ 92 %, contre 6 % à la campanienne et 2 % à la céramique tournée massaliète.

2.2. La mort7

  • 7 D. C. Kurtz et J. Boardman, Greek Burial Customs. London, 1971.

19Dans une sépulture, inhumation ou incinération, on peut distinguer deux zones d’expression rituelle qui peuvent être ou non séparées physiquement :

  • la sphère du défunt, représenté par son squelette ou ses cendres, accompagnés ou non d’objets personnels, précieux ou d’usage courant ;
  • la sphère des rites d’accompagnement définis par des offrandes et des sacrifices qui ont laissé ou non des vestiges, objets de tous les jours ou spécialement destinés à ce genre de dépôt. Il semble que, lorsque les rites s’accompagnent de dépôts rituels, il existe un minimum qui peut d’ailleurs, comme à Carthage8, être défini par des règles précises et il est difficile de savoir si la présence d’objets de qualité (vases de forme rare ou à décor) ou en quantité est l’expression d’une plus ou moins grande richesse ou bien si elle recouvre tel aspect du rituel qui nous échappe.

2.2.1. Modèles méditerranéens

A. Athènes

  • 9 L’apparition vers le milieu du IVe s., puis la multiplication des unguentaria dans les tombes ont (...)

20Inhumations et crémations sont pratiquées de pair. Si, durant la période archaïque, les inhumations apparaissent moins nombreuses que les crémations, durant la période classique, le choix résulte plutôt d’une simple décision familiale ou individuelle. Il semble cependant qu’il y ait une diminution des crémations au cours du IVe siècle et, au cours de la période hellénistique, l’inhumation devient la pratique la plus courante. Il apparaît que ce qui compte le plus pour les Athéniens dans les funérailles, c’est la préparation et l’exécution de la sépulture et des rites plus que le dépôt d’offrandes : beaucoup de tombes sont sans dépôt et peu ont de riches offrandes. Peuton préciser à quel moment du rituel on utilise et on dépose des récipients céramique ? Au moment du dépôt du corps dans la tombe au troisième jour après la mort (“ta trita”) a lieu une dernière libation dont témoigneraient les coupes ou les vases à verser posés près du mort ou retrouvés hors des tombes, notamment sur des surfaces aménagées à proximité. Dans des fosses creusées près de la sépulture, on trouve aussi parfois des restes brûlés (cendres, os d’animaux, avec parfois des coupes, bols et plats) destinés au défunt qui ne peuvent représenter, comme on l’a dit parfois, les vestiges du « perideipnon », qui est pris dans la maison du défunt par les participants aux funérailles. Au neuvième jour (“ta enata”), famille et amis se réunissent de nouveau sur la tombe, mais nous ne savons rien des rites qu’ils y accomplissent et nous ignorons si les dépôts extérieurs peuvent aussi être mis en place à ce moment-là. Quelle que soit la période, ce qui caractérise les tombes athéniennes, c’est le petit nombre d’offrandes qu’elles contiennent. Durant la période archaïque, on trouve en général une coupe, un bol ou une cruche, parfois un vase à huile en forme de bouteille, sans doute une production à destination strictement funéraire. Pour les périodes classique et hellénistique, à côté d’éventuels coupes, bols, pyxides en céramique commune, identiques à ceux de la vie domestique, la tombe contient presque toujours un vase à huile caractéristique : lécythe haut à fond blanc réservé, semble-t-il, aux Athéniens d’Attique ou de la diaspora, ou, en règle générale, lécythe aryballique décoré d’une palmette à figure rouge (anthémion), puis, à partir de la deuxième moitié du IVe siècle, unguentarium, souvent en plusieurs exemplaires, avec ou sans vernis noir, évoluant d’un profil globulaire vers un profil fusiforme. C’est aussi seulement à la période hellénistique que les lampes apparaissent parmi le mobilier des tombes, où les objets de luxe restent rares9.

B. Ampurias10

  • 10 M. Almagro, Las necrópolis de Ampurias. Barcelona, 1953.

21Nous laissons de côté la nécropole de Las Corts qui pose trop de problèmes de fouille et d’interprétation et nous en tenons aux nécropoles Marti (172 sépultures dont 140 inhumations), Bonjoan (84 sépultures dont 80 inhumations), Mateu (17 sépultures dont 6 inhumations) et Granada (15 sépultures dont 14 inhumations). Sur ces 288 sépultures, 109 contenaient un mobilier céramique (on ne décompte pas comme vase céramique l’amphore qui servait parfois de réceptacle pour des inhumations d’enfants). Tombes et vases se répartissent de la façon suivante :

22On constate une convergence avec les caractères relevés dans les nécropoles attiques :

  • un faible nombre de vases céramiques11 : sauf pour la période archaïque, le nombre de vases par sépulture est en majorité inférieur à 3 ; on constate cependant une augmentation du nombre des tombes contenant plus de 3 vases au IIIe siècle due à la multiplication des unguentaria ;
  • la présence de vases spécialisés : lécythes d’importation jusqu’au milieu du IVe siècle, unguentaria (de production locale ?) ensuite ;
  • la rareté de vases autres que ceux nécessaires aux libations : le nombre de tombes en contenant augmente cependant aux IIIe et IIe siècles.

a) Répartition des tombes en fonction du nombre de vases

a) Répartition des tombes en fonction du nombre de vases

b) Répartition des tombes en fonction de la présence de différents types de vases

b) Répartition des tombes en fonction de la présence de différents types de vases

Plats et assiettes
Lamb. 23
Morel F 2220

28
14 (+ 4 ?)
14

15 %

Coupes/écuelles
Lamb. 21
Lamb. 22
Lamb. 21/25
Morel 109
Coupelles diverses

64 (+15)
13 (+3)
15 (+10)
29 (+2)
2
5

34,40 %

Bols
Lamb. 24

7
7

3,80 %

Vases à boire à anses
Lamb. 40
Lamb 42Ba
Lamb. 43

87
5
70
12

46,80 %

Total

186

C. Carthage

23Les chiffres sont tirés de l’étude de F. Chelbi (1981) ; les circonstances des fouilles et de la conservation du mobilier obligent à n’y voir qu’une information tendancielle. Il s’agit des céramiques à vernis noir attiques du IVe s. (les productions locales figurent entre parenthèses).

24On constate encore une fois que l’on puise dans le même répertoire de formes qu’à Athènes. La production locale copie en outre aussi bien les plats Lamb. 23 que les écuelles Lamb. 21 ou 22 (cf. Fantar1972 et Chalbi1972). Nous ignorons quelle proportion de tombes contenait des vases importés.

2.2.2. Nécropoles ibériques

  • 12 Comptages effectués à partir de la recension de J. M. Garcia Cano 1982 ; les nécropoles retenues s (...)

25Nous nous en tiendrons aux exemples les mieux documentés dans ce domaine, ceux de la province de Murcia, où le plus connu est celui d’El Cigarralejo à Mula. On retiendra les céramiques attiques recueillies dans les sépultures de la première moitié du IVe siècle de ce dernier site, que l’on mettra en parallèle avec celles des autres nécropoles regroupées ensemble et des habitats12.

26On retrouve toujours le même répertoire, légèrement appauvri par rapport à Athènes et avec des proportions différentes. On note particulièrement la part majoritaire des coupes-écuelles, même si le pourcentage des vases à boire est à compléter par les récipients à figures rouges : c’est un trait tout à fait notable que l’on avait déjà relevé en opposant l’habitat d’Ullastret à ceux de La Bastida et de Covalta. On ajoutera que les proportions sont strictement semblables entre les habitats et les nécropoles. Nous n’aurions garde d’oublier que ces récipients n’appartiennent pas à la culture ibérique et qu’ils ne constituent pas le mobilier normal des sépultures : au Cigarralejo sur environ 450 tombes fouillées, à peine 73 (soit 16 %) contenaient des vases attiques (dont 60 % avec un seul de ces vases), et au Cabecico del Tesoro les 594 sépultures fouillées n’ont livré que 43 vases attiques. Parmi les vases importés, ni lécythe ni unguentarium, uniquement des éléments du service de table, mais qui ont pu être détournés de leur destination originelle ; car nous savons bien peu des rites funéraires. Si l’on s’arrête un instant sur les deux tombes « princières » du Cigarralejo décrites par E. Cuadrado (1968), on constate qu’elles présentent pour la céramique attique un faciès contradictoire (11 kylix et canthares pour 4 coupes-écuelles dans la T. 200 ; 2 kylix pour 16 coupes-écuelles dans la T. 277) et que la céramique ibérique est représentée dans les deux cas par des assiettes et des pots à provision : minoritaire, cette catégorie régionale pourrait figurer l’aspect rituel, tandis que les vases attiques marqueraient la façade sociale.

3. Productions locales et régionales

  • 13 Il s’agit en fait des trois premiers niveaux définis par Peacock 1982, pour le monde romain.

27Pour les habitants de l’Attique, les céramiques à vernis noir ou à figures rouges fabriquées par les potiers du Céramique sont des productions locales ! Mais nous continuons à nous situer dans le domaine occidental, Ibérie-Gaule méridionale. En fonction des modèles ethnographiques et des exemples archéologiques, on peut proposer un cadre de production à 3 niveaux dont les deux premiers, sans doute essentiels, ne sont pas pour autant les plus faciles à saisir13.

3.1. Production domestique

28La diversité des techniques et des tours de main des vases adaptés à la consommation de chaque famille, jattes et écuelles pour manger, pots pour cuire les aliments, cruches et pots à eau, jarres à provision, n’apparaît pas telle sur les sites protohistoriques qu’il faille imaginer une production strictement domestique, dans chaque famille, mais plutôt un système de communauté ou d’échanges de services. Ces céramiques non tournées constituent, au moins pour les récipients de cuisine en Ibérie, et pour toute la vaisselle, en Gaule, jusqu’au Ier s. av. J.-C., la base de la consommation.

3.2. Production artisanale élémentaire

  • 14 Py 1978.
  • 15 Py 1978, p. 200 (l’atelier A de Nages) et J.-C. Échallier, M. Py, La provenance des vases non tour (...)

29Le passage de la production domestique à la production artisanale n’est pas facile à saisir. Même lorsqu’on dispose de témoignages archéologiques, comme sur l’oppidum de Nages (Gard) où ont été découverts deux fours de potiers ayant fonctionné dans le deuxième quart du IIe s. av. J.-C.14 : ces fours ont servi à la cuisson des deux formes de base de la vaisselle utilisée par les habitants de l’oppidum, les pots et les bols hémisphériques, ainsi qu’à celle de chenets. Ce dernier trait témoignerait plutôt en faveur d’un artisan spécialisé, prototype du potier de village. Un tel type d’artisan peut d’ailleurs produire pour une diffusion plus large : au Ier s. av. J.-C., Nages est en partie approvisionné en pots par un potier qui paraît installé à la périphérie du Bois des Lens, à une dizaine de kilomètres de l’oppidum15.

3.3. Production artisanale spécialisée

30Il s’agit d’une production qui, par les quantités mises en jeu ou par la spécialisation de ses formes, peut se trouver diffusée au-delà du centre de fabrication et de sa zone proche. Elle peut constituer pour un type de consommateurs une fonction primaire, essentielle, et pour d’autres un apport secondaire. Elle peut concerner aussi bien des céramiques fines que des poteries utilitaires.

3.3.1. Céramiques utilitaires

31Un bon exemple est fourni par des céramiques modelées de la région de Marseille (Arcelin, 1979 et 1985) produites à partir de la deuxième moitié du IIe siècle jusque dans le troisième quart du Ier s. av. J.-C. et diffusées d’une part à Marseille et dans les villages indigènes proches, d’autre part dans les colonies de Marseille (Tauroeis, Olbia, Antibes). La production a porté sur 7 formes dont la répartition sur l’ensemble des sites de consommation est la suivante :

  • Forme Arcelin 4 (= lopas) : 50 à 60 % ;
  • Forme Arcelin 1 (= pot indigène) : 20 à 25 % ;
  • Forme Arcelin 5 (= caccabé) : 15 à 20 % ;
  • les 4 autres (dont Arcelin 6 = poêle) : 5 à 10 %.

32Cette répartition trouve tout son sens si l’on distingue sites indigènes et sites grecs massaliètes ; à Olbia de Provence, la forme Arcelin 4 représente 69 % des trouvailles, la forme Arcelin 5, 23,6 %, la forme Arcelin 1, 5,6 % et la poêle, 1,8 % tandis que sur les sites indigènes la pourcentages sont de 60 % pour les formes 1, 3, 8 et 40 % pour les formes 2, 4, 5. On a ici l’exemple d’une production régionale adaptée à un double marché et une double culture, représentés par des formes spécialisées de récipients de cuisson. Ces ateliers indigènes qui témoignent d’un syncrétisme plutôt que d’une intégration culturelle, détiennent le quasi-monopole de fourniture de récipients culinaires à Marseille et ses colonies provençales. On ne peut rêver d’une meilleure adaptation production/consommation.

3.3.2. Céramiques fines

33Les exemples pourraient être multipliés dans ce domaine ; nous nous contenterons d’en prendre trois.

A. Production de céramique massaliète à pâte claire et pseudo-ionienne peinte

34Cette céramique représente la production locale mise en place par les Marseillais pour leurs propres besoins depuis le VIe siècle jusqu’au Ier s. av. J.-C. On peut regrouper les deux aspects que l’on distingue habituellement mais qui recouvrent en grande partie les mêmes formes produites soit sans engobe soit avec un engobe ou un décor simple de lignes ou de bandes brun à brun-rouge. Le répertoire appartient à la koiné grecque depuis les coupes de type B2 au VIe siècle jusqu’aux assiettes de type Lamb. 36 au IIe siècle en passant par les coupes à une anse (Lamb. 56), la kylix de type Lamb. 42B, les plats à poisson ou les coupes-écuelles de type Lamb. 21. Cette production fournit aussi, pendant toute la période, la totalité des cruches à eau, une forme de coupe-écuelle (BatsF232) à lèvre courte rentrante, ainsi qu’une petite olpé à anse surélevée (cf. le tableau 1 pour Olbia au IVe siècle). La diffusion de cette céramique accompagne celle des amphores massaliètes et de la céramique attique en Gaule et de l’Italie à l’Ibérie, mais, on l’a vu pour la Vaunage, seules certaines formes du répertoire se retrouvent au-delà des habitats grecs, jusqu’au IIe siècle, c’est-à-dire les formes du service à boire : kylikés et cruches.

Diffusion des ateliers de céramique grise monochrome.

B. Productions de céramique grise monochrome en Gaule méridionale

  • 16 Arcelin-Pradelle, 1982, 1984 ; Nickels, 1978, 1980.
  • 17 Les chiffres sont d’autant plus caractéristiques que pour le groupe 2, aspect 1, Marseille, Saint- (...)

35Ces productions, qui se situent entre le deuxième quart du VIe siècle et la fin du Ve siècle, ont en commun une technique (cuisson réductrice) et un répertoire (ou partie) de formes ; mais les travaux de Ch. Arcelin-Pradelle et d’A. Nickels16 ainsi que la découverte de fours et de dépotoirs au Mourre de Sève à Sorgues (Vaucluse) et à Béziers ont montré que l’on avait affaire à une série d’ateliers indépendants à diffusion restreinte. Le répertoire comprend 9 formes principales qui peuvent se répartir en deux groupes : des formes grecques (Pradelle F1, coupe-écuelle, de profil identique à celle fabriquée en pâte claire de forme Bats F232 ; Pradelle F5, copie de la coupe de type B2 beaucoup plus courante elle aussi en pâte claire ; Pradelle F8 et 9, œnochoés à embouchure trilobée ou ronde ; Pradelle F10, petite olpé à anse surélevée), et des formes « indigènes » (Pradelle F2, bol hémisphérique ; Pradelle F3, coupe carénée ; Pradelle F6 et 7, jattes carénées). Tous les ateliers n’ont pas produit toutes les formes ou bien l’ont fait en fonction de clientèles différentes ; la répartition des formes attribuables à 3 ateliers distincts est à ce point de vue caractéristique17.

36Ces ateliers qui utilisent une technique importée, le tour (et sans doute aussi des potiers massaliètes ?) adaptent leur production à une double culture, c’est-à-dire à une double clientèle : nous sommes dans une situation symétrique de celle que nous avons déjà notée en 3.3.1., avec manifestement aussi une parfaite adaptation production/consommation en milieu ambivalent.

C. Productions à vernis noir des ateliers de Rosas (et d’ailleurs ?)

  • 18 Solier 1969 ; Sanmarti 1978 ; Sanmarti, Solier 1978 a et b.

37Plusieurs ateliers ont été individualisés en Catalogne18 où l’on a retrouvé des fours à Rosas (Rhodé) : ateliers de Nikias-Iôn, ateliers des patères à 3 palmettes radiales et des 3 palmettes sur stries, atelier des petites patères Lamb. 55, atelier des rosettes nominales, etc. Tous ont fonctionné au cours de la période allant de la fin du IVe siècle à la fin du IIIe s. av. J.-C. Les formes produites sont celles que l’on retrouve dans la koiné gréco-italique (atelier des petites estampilles et campanienne A archaïque) mais avec quelques formes spécifiques, dont la plus courante est la coupe-écuelle Lamb. 26, issue de la forme attique Lamb. 21, mais en général plus profonde. Cette céramique, malgré ses qualités techniques, est peu diffusée au-delà de sa zone de production, atteignant de façon épisodique Marseille ou le Sud de l’Ibérie. Il faudrait évoquer dans cette rubrique toutes les productions de céramique ibériques, peintes ou grises monochromes. Le point commun de ces multiples productions locales ou régionales, c’est qu’elles fournissent les céramiques de base de la consommation quotidienne et qu’elles prennent en charge les particularités des sous-cultures que les céramiques d’importation ne peuvent couvrir.

4. Distribution

4.1. Le rôle des distributeurs

4.1.1. Importateurs et producteurs

A. La céramique est et n’est pas un objet de commerce

38En tout cas, pour la période qui nous intéresse ici, on ne connaît pas d’épave chargée uniquement de céramique. L’épave du Sec est là pour nous le rappeler : la céramique apparaît toujours comme accompagnement minoritaire d’une cargaison constituée d’amphores, c’est-à-dire de vin, mais elle constitue un objet d’échange omniprésent. Cependant si l’on considère les quelques prix de vases connus dans le monde grec et la façon dont certaines importations ont pu provoquer l’arrêt de productions locales (par exemple la campanienne A par rapport aux productions à pâte claire massaliètes), on peut s’interroger sur leur valeur économique au sein de leur propre cadre culturel.

B. Ruptures et changements

39Au cours du IVe s. av. J.-C., les distributeurs massaliètes, ampuritains ou puniques assurent l’importation de céramiques attiques dont le répertoire de formes est strictement identique à celui d’Athènes, même si les proportions varient. La rupture de distribution de ces céramiques en Méditerranée occidentale à la fin du IVe siècle (ou un peu plus tard à Carthage ?) entraîne un changement des producteurs de vaisselle céramique :

  • à Marseille : productions latiales de l’atelier des petites estampilles, puis campanienne A archaïque ;
  • dans l’Ampurdan : développement d’ateliers à Rosas.

40Or, ces changements de producteurs s’accompagnent de modifications du répertoire des formes (par exemple bols Lamb 27ab d’un côté, coupes Lamb. 26 de l’autre) qui apparaissent encore parallèles à celles que l’on suit à Athènes, mais en y ajoutant une tonalité spécifique notamment par l’intermédiaire des décors estampillés. Il y a en quelque sorte un phénomène d’autonomisation de sous-cultures dans le cadre de la koiné méditerranéenne. Cette tendance se poursuit d’ailleurs au siècle suivant, l’Ibérie paraissant tributaire d’un réseau de distribution lié à l’Étrurie (campanienne B), tandis que Marseille maintient des relations privilégiées avec la Campanie (campanienne A) : différences d’impact et de réceptivité à la romanisation.

4.1.2. Importation et distribution

  • 19 Bats 1986.

41Si l’on admet le rôle marchand de Marseille, d’Ampurias ou de Carthage en Méditerranée occidentale, doit-on admettre la confusion des réseaux d’importation et de distribution (et de redistribution) ? Nous l’avons vu, ce sont les mêmes céramiques importées que l’on trouve dans ces ports et dans les habitats indigènes, malgré des quantités ou des proportions différentes, mais il est douteux que les navires au long cours aient pratiqué le cabotage : une cargaison du type du Sec paraît devoir être déchargée dans un port colonial (Marseille, Ampurias, Agde) ou un port franc (le “port of trade” de Polanyi). La dispersion le long des côtes est un effet du cabotage de redistribution, la diffusion vers l’intérieur se faisant soit grâce aux marchés des ports de débarquement soit par colportage. Sans doute y a-t-il eu des variations géographiques et chronologiques. En Gaule méridionale, par exemple, Marseille paraît avoir pratiqué, aux VIe-Ve siècles, le contact direct aussi bien que l’usage des intermédiaires du littoral ; aux IVe-IIIe siècles, ceux-ci paraissent assurer l’essentiel des transactions, retenant et filtrant les échanges dans les deux sens, avant un retour aux contacts directs vers l’intérieur, sous l’impulsion des marchands italiens19. Qu’en est-il en Ibérie ? Ullastret a pu jouer ce rôle d’intermédiaire entre les Grecs d’Emporion et l’arrière-pays ; la situation est certainement plus complexe dans le Sud-Est.

4.2. La réaction des récepteurs

4.2.1. L’adaptation des objets à leur fonction

42Chaque aire culturelle possède ses productions destinées à offrir des formes adaptées aux fonctions imposées par les coutumes ; mais la qualité particulière de tel élément étranger identique ou équivalent peut le faire préférer à une production domestique ou locale. Nous en avons vu de multiples exemples : le succès des cruches tournées à Marseille en milieu indigène, la substitution aux formes modelées des formes tournées en céramique grise monochrome, la fourniture des marmites et friteuses, l’arrêt des productions à pâte claire massaliètes devant la campanienne A, etc. Il peut même exister, dans ce cadre, des échanges culturels ou des emprunts : ainsi lorsque les productions locales copient servilement des formes importées (par exemple les céramiques à vernis noir à Carthage) ou les adaptent (par exemple les marmites attiques inspirées de modèles phénico-puniques auxquels elles empruntent même sans doute le nom de caccabé). Mais on notera que ces va-et-vient représentent soit des emprunts à une culture dominante, soit des échanges entre cultures de même nature ou de même niveau. Dans ce cadre, un client peut même bénéficier d’une production spécifique : ainsi au IIe s. av. J.-C. un atelier campanien a continué à fabriquer pour le domaine massaliète des kylikes Lamb. 42Bb, en vogue au IIIe siècle, mais démodées ailleurs par la suite.

4.2.2. L’impact des différenciations sociales

43Le problème se pose aussi bien dans les cités grecques ou puniques que dans les villages indigènes. La rareté des céramiques d’importation dans les habitats ou les nécropoles indigènes invite à y voir des éléments de luxe, qui, dans un système social de chefferies, pouvaient faire plus souvent l’objet de redistributions sociales que d’achat direct : dans un tel cadre, peut-on parler de clientèle dans le même sens que pour celle qui, à Athènes ou à Marseille, trouve ses pots en vente chez le potier ou sur le marché ? Les productions massaliètes à pâte claire et pseudo-ionienne qui représentent souvent des doublets vulgaires des vaisselles attiques ou italiques à vernis noir ne sont-elles pas destinées avant tout aux classes pauvres incapables d’acheter les produits importés ? Mais que sait-on par ailleurs d’une véritable vaisselle de luxe, métallique, d’or ou d’argent, comme on en connaîtra aux époques hellénistique et romaine ? Pourquoi, au IIIe siècle, Rosas est-elle apparemment le seul établissement grec nord-occidental à relancer la fabrication de céramiques à vernis noir ? Faut-il y voir des raisons techniques ou socio-économiques, différentes de celles de Marseille, par exemple ?

4.2.3. Acculturation

  • 20 Si, à Ensérune, comme ailleurs dans la zone de diffusion grecque, la céramique attique est liée à (...)

44Il me semble que nous touchons ici au cœur de l’interprétation de notre débat et de l’intervention des consommateurs indigènes, conçus comme clientèle. Or on commettrait un contre-sens en projetant dans l’Ibérie ou la Gaule protohistoriques la situation des cultures grecque ou punique ou encore celle de l’Hispanie ou de la Gaule romaines. Dans le cadre des échanges inégalitaires pratiqués par les trafiquants grecs ou puniques, ce ne sont pas les indigènes qui sont demandeurs et ces trafiquants ne sont pas à proprement parler des marchands de céramique ou de vin : ces produits ne sont pour eux, selon une formule avancée par F. Villard à propos du vin massaliète, qu’« un objet d’échange contre un produit, à leurs yeux, beaucoup plus précieux ». Dans cet échange, le vase perd son simple statut d’instrument de vaisselle pour prendre celui d’objet précieux ; il n’est donc pas nécessaire qu’il corresponde à une fonction identique dans la culture indigène. Au contraire, sa valeur s’accroîtra dans un cadre de relations de redistributions ostentatoires par son caractère même de non-fonction primaire. Ainsi dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Indiens Kwakiutl échangeaient-ils avec les trafiquants blancs leurs fourrures contre des couvertures, des machines à coudre ou des phonographes, qui, à leur tour, permettaient d’acquérir, au sein du groupe, des coppers, simples écussons de cuivre dont la possession assurait un grand prestige20.

45On peut même sans doute aller encore plus loin pour faire ressortir l’absence d’initiative et d’influence des récepteurs sur les donneurs. Il est apparu, dans notre bref inventaire des faciès de consommation, qu’on pouvait distinguer deux zones géographiques : d’une part la Gaule méridionale et la Catalogne où toutes les céramiques importées privilégiaient le service du vin (vases individuels à boire, cratères, oenochoés), d’autre part l’Ibérie du Sud-Est où, dans la vaisselle à vernis noir, dominaient les formes de coupes-écuelles, à côté des vases à boire, exclusifs dans la vaisselle à figures rouges. Il se trouve que ces deux zones paraissent correspondre aux réseaux de distribution, l’une des Grecs de Marseille et d’Ampurias, l’autre des Puniques. On pourrait alors se demander si la philoinia des Gaulois n’a pas été façonnée de longue date par les Étrusques puis les Grecs, fameux adeptes des banquets et des symposia, plus systématiquement que ne l’ont peut-être fait les simples consommateurs de vins (parfois soumis à la prohibition) que furent les Puniques. Non seulement les indigènes n’ont pas eu à choisir vraiment la céramique étrangère qu’on leur offrait, mais en plus leurs fournisseurs leur ont imposé un modèle de consommation quasi-exclusif, de type colonial, privilégiant un aspect ostentatoire. Cependant une éventuelle distinction entre modèles grecs et puniques de distribution n’explique pas tout. Il est aussi vraisemblable qu’au IVe s. les Ibères du Levante, plus réceptifs, et surtout soumis à des contacts plus anciens et plus réguliers (y compris avec les Grecs au temps d’Arganthônios), ont connu une acculturation plus précoce que les Gaulois. On constate un décalage de quelque deux siècles dans les formes de consommation, de production. À Nages, ce n’est qu’à partir du IIe siècle que se développe la consommation de céramique étrangère dans toutes ses formes, et qu’elle provoque le recul des productions domestiques. C’est à partir de ce moment aussi que s’opèrent de véritables choix au sein du répertoire (cf. Tableau 3 : Teste-Nègre et Nages) et que semble se mettre en place une production artisanale spécialisée en céramique culinaire. Aspects importants des changements de mœurs non seulement au niveau des manières de table mais dans la démarche et l’organisation d’un groupe qui consacre une part (sans doute faible !) de son surplus à l’achat de vaisselle et non plus seulement d’objets de luxe pouvant faire l’objet de redistributions sociales.

5. Conclusions

465.1. Dans la zone géographique retenue (Gaule méridionale et Ibérie) et pour la vaisselle céramique, ce qui ressort c’est la part prépondérante des productions locales et régionales, en tout cas jusqu’au IIe siècle : les productions extérieures de vaisselle n’ont une réelle importance que dans la koiné grecque, parce que leur importation recouvre autant un phénomène culturel qu’un phénomène économique : la démarche du client vers l’achat de céramique est un signe d’intégration culturelle dans le domaine de production de cette céramique.

475.2. Or la production à diffusion internationale est l’expression de la culture du producteur et non de celle du consommateur ; seule la proximité peut créer la possibilité d’une adaptation d’un producteur à plusieurs cultures : on en a vu des exemples dans la basse vallée du Rhône à des périodes aussi différentes que les VIe-Ve et les IIe-Ier siècles ; dans ce cas, il y a juxtaposition et non création mixte.

485.3. Les distributeurs puisent dans un répertoire unique, en fonction de leurs débouchés : l’efficacité de leurs réseaux de redistribution peut influer sur la quantité plus que sur la qualité, parce que dans le domaine de la céramique, comme dans les autres domaines, à l’intérieur d’un processus d’acculturation, c’est la culture dominante qui s’impose à la culture réceptrice.

495.4. Sans doute faut-il mettre à part, plus pour les vases d’apparat que pour la vaisselle à vernis noir, les domaines, comme l’Italie ou le Pont, où les intérêts directs d’Athènes ne sont pas étrangers aux quantités de vases attiques qui y sont distribués. Ailleurs, et l’épave du Sec, par la composition de sa cargaison, en est un nouvel exemple, le transport (et la distribution ?) de céramique sont tributaires de ceux du vin qui reste la véritable monnaie d’échange des négociants et marchands étrangers en pays indigène. En Ibérie, les découvertes de sculpture de Porcuna montrent que, dés le IVe s., les chefs ibères ne se contentaient pas toujours d’échanges de vin ou de céramique-verroterie.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Arcelin 1979 : P. Arcelin, La céramique modelée au Ier s. av. J.-C. dans les Bouches-du-Rhône, Thèse de IIIe cycle dactylographiée, Université de Provence.

Arcelin 1985 : P. Arcelin et M. Picon, Ateliers de céramique non tournée en Provence occidentale à la fin de l’Age du fer, dans Histoire des techniques et sources documentaires, cah. No 7 du GIS, Aix-en-Provence.

Arcelin-Pradelle 1982 : Ch. Arcelin-Pradelle, B. Dedet et M. Py, La céramique grise monochrome en Languedoc oriental, dans RAN, XV.

Arcelin-Pradelle 1984 : Ch. Arcelin-Pradelle, La céramique grise monochrome en Provence, Suppl. 10 à la RAN.

Bats 1986 : M. Bats, Le vin italien en Gaule aux IIe-Ier s. av. J.-C. : problèmes de chronologie et de distribution, dans DHA, 12.

Bats 1988 : M. Bats, Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques, Suppl. 18 à la RAN.

Chalbi 1972 : F. Chalbi, Céramique à vernis noir de La Rabta, dans Latomus, XXXI.

Chalbi 1981 : F. Chalbi, Céramique à vernis noir de Carthage, Thèse de IIIème cycle dactylographiée, Université de Provence.

Cuadrado 1968 : E. Cuadrado, Tumbas principescas de El Cigarralejo, dans MM, 9.

Dedet, Py, 1976 : B. Dedet et M. Py, Introduction à l’étude de la protohistoire en Languedoc oriental, dans ARALO, cah. No 5.

Fantar 1972 : M.R. Fantar, La tombe de la Rabta : un nouveau document pour la connaissance de Tunès, dans Latomus, XXXI.

Gantès 1977 : L.F. Gantès, L’oppidum préromain de La Teste Nègre aux Pennes (B.-du-Rh.), Mémoire dactylographié, Université de Provence.

Garcia Cano 1982 : J. M. Garcia Cano, Ceramicas griegas de la region de Murcia, Murcie.

Jones 1962 : J.E. Jones, L.H. Sackett et A.J. Graham, The Dema House in Attica, dans ABSA, 57.

Jones 1973 : J.E. Jones, A.J. Graham et L.H. Sackett, An Attic Country House below the Cave of Pan at Vari, dans ABSA, 68.

Lamboglia 1954 : N. Lamboglia, La ceramica precampana della Bastida, dans APL, V.

Miller 1974 : S. G. Miller, Menon’s Cistern, dans Hesperia, XLIII.

Nickels 1978 : A. Nickels, Contribution à l’étude de la céramique grise archaïque en Languedoc-Roussillon, dans Les céramiques de Grèce de l’Est et leur diffusion en Occident, Naples, 1976.

Nickels 1980 : A. Nickels, Les plats à marli en céramique grise monochrome de type roussillonnais, Ruscino, l, dans Suppl. 7 à la RAN.

Peacock 1982 : D. P. S. Peacock, Pottery in the Roman World : an ethnoarchaeological approach, London, 1982.

Picazo 1977 : M. Picazo, La ceramica atica de Ullastret, Barcelone, 1977.

Py 1978 : M. Py, L’oppidum des Castels à Nages (Gard), Suppl. XXXV à Gallia.

Sanmartí 1978 : E. Sanmartí, L’atelier des patères à trois palmettes radiales et quelques productions connexes, dans Archéologie en Languedoc, 1.

Sanmartí, Solier 1978a : E. Sanmartí et Y. Solier, Note sur l’atelier pseudo-campanien des rosettes nominales, dans Archéologie en Languedoc, 1.

Sanmartí, Solier 1978b : E. Sanmartí et Y. Solier, Les patères à trois palmettes sur guillochures : note sur un nouveau groupe de potiers pseudo-campanien, dans RAN, XI.

Solier 1969 : Y. Solier, Note sur les potiers pseudo-campaniens NIKIAS et IÔN, dans RAN, II.

Thompson 1934 : H. A. Thompson, Two Centuries of Hellenistic Pottery, dans Hesperia, 3.

Vall de Pla 1971 : M. A. Vall de Pla, El poblado ibérico de Covalta (Albaida, Valencia), I, El poblado, las excavaciones y las cerámicas de barniz negro, Valence, 1971.

Notes

1 Marchandises, marchés, échanges dans le monde romain, Annali del Seminario di Studi del Mondo classico, 1982, p. 209-210 ; La céramique comme indice du commerce antique (réalitéset interprétations, in : Trade and Famine in Classical Antiquity, Cambridge, 1982, p. 72-73. Quelques interrogations sur ce thèmese trouvent aussi dans le recueil d’articles: Production and Distribution: a ceramic viewpoint, BAR, Int. Ser., 120, 1981.

2 On trouvera une présentation détaillée de la démarche avec une analyse des modèles grecs, romain et celte de Gaule méridionale et son application au cas d’Olbia de Provence dans Bats 1988.

3 Il faut sans doute manipuler ces chiffres avec prudence dans la mesure où l’on ignore sur quels critères ont été retenues les formes provenant des différents dépôts ; on les comparera aux quelques données disponibles par ailleurs pour l’Attique (cf. tableau ci-contre).

Image

4 Les comptages des individus ont été réalisés à partir des publications suivantes : pour Ullastret, Picazo 1977 (chiffres donnés par l’auteur) ; pour La Bastida, Lamboglia 1954 ; pour Covalta, Valle de Pla 1971 (chiffres repris à partir du comptage des bords).

5 Comptages effectués d’après M. Py, Les oppida de Vaunage (Gard) (Fouilles 1958-1968). Thèse de 3ème cycle, dactylographiée. Montpellier, 1972 ; on trouvera les profils des vases concernés dans Dedet, Py 1976, 70-73.

6 D’après Gantès 1977.

7 D. C. Kurtz et J. Boardman, Greek Burial Customs. London, 1971.

8 Sur les rites funéraires à Carthage, voir l’étude d’H. Benichou-Safar, Les tombes puniques de Carthage. Topographie, structures, inscriptions et rites funéraires. Paris, 1982 (Études d’Antiquités Africaines).

9 L’apparition vers le milieu du IVe s., puis la multiplication des unguentaria dans les tombes ont été aussi constatées à Carthage, où les lampes étaient présentes régulièrement dès le VIe s. av. J.-C.

10 M. Almagro, Las necrópolis de Ampurias. Barcelona, 1953.

11 On a parfois laissé entendre que les nécropoles d’Ampurias n’avaient pas livré tout le mobilier qu’on serait en droit d’en attendre ; il est vrai que, par exemple, les Musées de Gerona ou de Valencia, sans parler d’éventuelles collections particulières, recèlent un certain nombre de vases provenant de ces nécropoles : représentent-ils d’autres sépultures ou doivent-ils être rajoutés à l’intérieur de celles qui ont été publiées ?

12 Comptages effectués à partir de la recension de J. M. Garcia Cano 1982 ; les nécropoles retenues sont celles d’Alcantarilla (CalleCura Hurtado Lorente), Verdolay (Cabecico del Tesoro), Archena (Cabezo del Tio Pio), Jumilla (Coimbra del Barranco Ancho et nécropoles de la Senda) ; les habitats, ceux de la Cieza (Bolbax), Alcantarilla (Cabeza de la Rueda), Fortuna (Castillejo de los Baños et Castillico de las Penas), Cobatillas la Vieja, Jumilla (Coimbra del Barranco Ancho) Moratalla (Los Molinicos).

13 Il s’agit en fait des trois premiers niveaux définis par Peacock 1982, pour le monde romain.

14 Py 1978.

15 Py 1978, p. 200 (l’atelier A de Nages) et J.-C. Échallier, M. Py, La provenance des vases non tournés dits de “l’atelier A de Nages”, DAM, 6, 1983.

16 Arcelin-Pradelle, 1982, 1984 ; Nickels, 1978, 1980.

17 Les chiffres sont d’autant plus caractéristiques que pour le groupe 2, aspect 1, Marseille, Saint-Blaise et Saint-Marcel regroupent près de 90 % des trouvailles et pour le groupe 2, aspect 2, Marseille et St-Marcel, 95 % tandis que le groupe 3 est absent de Marseille.

18 Solier 1969 ; Sanmarti 1978 ; Sanmarti, Solier 1978 a et b.

19 Bats 1986.

20 Si, à Ensérune, comme ailleurs dans la zone de diffusion grecque, la céramique attique est liée à la consommation du vin, peut-on dire, comme le font A.-F. Laurens et M. Schwaller, qu’elle est commémorée jusque dans la tombe ? N’y a-t-il pas là un changement de fonction destiné à exprimer, maintenant, aussi la richesse du défunt ?

Notes de fin

* Consommation, production et distribution de la vaisselle céramique, in : Grecs et Ibères au IVe s. av. J.-C. : commerce et iconographie. Actes de la table ronde intern., Bordeaux 1986. RevEtAnc, 1987, 197-216.

Table des illustrations

Titre Tableau 1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Tableau 3
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre a) Répartition des tombes en fonction du nombre de vases
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre b) Répartition des tombes en fonction de la présence de différents types de vases
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5338/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Diffusion des ateliers de céramique grise monochrome.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5338/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540