Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Introduction

L’anthropologie de l’antiquité et l’archéologie, réflexion sur un parcours

Alain Schnapp et Bruno D’Agostino

Texte intégral

1Pour les chercheurs de notre génération le lien entre antiquité et anthropologie apparaît comme une dimension cruciale de la recherche. L’influence de l’école française d’anthropologie de Claude Lévi-Strauss à Maurice Godelier n’a cessé de modeler la réflexion des antiquistes italiens ou français qu’il s’agisse d’Ettore Lepore, de Jean-Pierre Vernant, de Pierre Vidal-Naquet ou de Paul Veyne. Ce que Jacques le Goff définit comme anthropologie historique n’aurait pas pu trouver sa place dans le nouveau champ de l’histoire sans l’influence d’une pensée anthropologique dont les origines se confondent avec la sociologie de Durkheim et de Mauss….

  • 1 Londres, Routledge, 1978.
  • 2 Johannes Hasebroek, Staat und Handel im Alten Griechenland, Tübingen, Mohr, 1928.
  • 3 Albin Lesky, Die Griechische Tragödie, Koerner, Stuttgart, 1938, 2-3.

2Reste que l’anthropologie des mondes anciens n’est pas en soi une idée neuve. Voici bien longtemps que Pierre Vidal-Naquet a démontré comment l’œuvre du jésuite Lafitau a su tisser un lien ontologique entre les Iroquois et les Anciens, et ce genre d’idées apparaît très clairement à travers les expéditions anglaises ou françaises en Amérique du Nord dès le XVIe siècle. La découverte du Nouveau Monde a été l’occasion d’une réflexion privilégiée sur les rapports entre passé et présent. Les habitants de l’Amérique apparaissent comme l’incarnation d’un univers dont les racines plongent dans une très ancienne histoire de l’humanité qui peut relever, selon les uns de la Grèce ou de Rome ou selon d’autres, des périodes les plus reculées de l’Europe, celles qui se confondent avec « l’état de nature ». Malgré ces heureuses prémisses, la tradition d’un dialogue fructueux entre sciences de l’Antiquité et anthropologie ne s’est pas maintenue. Dans son livre « Anthropology and the Greeks » S. Humphreys1 a posé les jalons de cette disjonction qui advient avec l’émergence de l’Altertumswissenschaft pour n’être finalement dépassée qu’au tournant du XXe siècle quand des esprits comme J. Frazer, J. Harrison, G. Murray et Erwin Rhode entreprennent de confronter leur lecture des mondes classiques avec les acquis de l’anthropologie de leur temps. Cette ouverture, qui est un retour aux sources de l’ethnographie comparée, subit un recul évident dans les décennies qui suivent la première guerre mondiale. L’histoire ancienne et l’archéologie de l’après guerre se tournent vers les bâtisseurs d’Empire et les hommes illustres, vers celle des groupes dirigeants, qu’une approche prosopographique permet de mettre en scène. S’impose alors une histoire des élites qui apparaît comme le modèle des régimes forts. Rien d’étonnant à ce que des travaux novateurs sur l’économie et sur la société comme ceux d’un Johannes Hasebroek2 soient presque ignorés pendant longtemps. Le divorce entre le monde des études anciennes et les sciences sociales dans leur ensemble est patent. En témoigne la phrase d’A. Lesky, un des meilleurs spécialistes de la tragédie grecque, qui affirme sans état d’âme sa répugnance « à mettre en relation une des plus nobles réalisations de la civilisation grecque avec les danses de sauvages exotiques »3.

  • 4 Trade and Market in the Early Empires. Economies in History and Theory, edited by Karl Polanyi, Co (...)
  • 5 Couroi et courètes : essai sur l’éducation spartiate et sur les rites d’adolescence dans l’antiqui (...)
  • 6 Georges Dumézil, Mythe et Épopée, Paris, Gallimard, 1968, 12-13.

3L’histoire des idées ne se soumet pas toujours cependant à l’histoire tout court. Il serait bien sûr tentant de considérer que le renouveau des contacts entre l’anthropologie et l’étude des sociétés anciennes coïncide avant les lendemains du second conflit mondial. Un moment où K. Polanyi lance à Columbia ses grands programmes d’histoire comparée4 et où Louis Gernet commence ses séminaires de sociologie de l’antiquité grecque à la VIe section de l’École Pratique des Hautes Études. Mais cela n’est pas totalement convaincant. Les traits de la méthode durkheimienne sont bien apparents chez Gernet dès sa thèse de 1917, et son attention anthropologique transparaît dans divers articles comme « Frairies antiques » de 1928. Au contact de Mauss et de Granet, d’autres réflexions se font jour parmi lesquelles on reconnaîtra tout particulièrement Couroi et Courètes d’Henri Jeanmaire5, sans doute la plus avancée des tentatives de tisser un lien entre les initiations africaines et celles du monde grec ancien. Et il faut sans doute rappeler que les années 1935-1938 sont considérées par Georges Dumézil lui-même comme « décisives » dans le long processus de quête qui allait bâtir une sociologie de la pensée des Indo-européens6. On peut bien sûr discuter de ce qu’il faut entendre par anthropologie, mais nous nous en tiendrons dans les lignes qui suivent à une définition très générale : l’anthropologie des mondes antiques est une attitude qui tend à déconstruire le modèle téléologique de l’Altertumswissenschaft qui voit dans les sociétés gréco-romaines le modèle de la culture occidentale. Une approche de domaines variés, économie, mythologie ou archéologie, qui tend à privilégier un modèle comparatiste et intègre des expériences différentes de ce qu’il est convenu d’appeler les racines gréco-romaines de l’Europe.

  • 7 Walter Golschmidt, The anthropology of Franz Boas, essays on the centennial of his birth, The Amer (...)
  • 8 Michael Young, Malinowski : Odyssey of an Anthropologist, 1884-1920, Yale University Press, 2004.
  • 9 Nancy C. Lutkehaus, Margaret Mead : The Making of an American Icon, Princeton University Press, 20 (...)

4Négligée dans l’entre-deux-guerres, aux quelques exceptions que nous venons de citer, l’anthropologie revient en force dans les années cinquante comme source et inspiration de l’étude des mondes grecs et romains. Ce renouveau n’est pas seulement dû à l’influence de Polanyi et de Gernet, aux œuvres si contrastées de G. Dumézil et de M. Finley, mais aussi à un climat intellectuel très différent. Le dynamisme des départements d’archéologie, surtout dans les universités anglo-saxonnes, l’influence d’œuvres fondatrices comme celles de Franz Boas7, de Bronislaw Malinowski8 ou de Margaret Mead9, le phénomène de la décolonisation également conduisent à un intérêt nouveau pour une discipline jusque-là un peu marginale. Par ailleurs l’œuvre de Claude Lévi-Strauss joue un rôle qu’il ne faudrait pas négliger. En quelques années la réputation internationale qui est la sienne – qui n’est pas sans rappeler celle d’un Mommsen au tournant du siècle précédent – auréole l’anthropologie et, en particulier, ce qu’il définit comme l’anthropologie sociale, d’une lumière inédite. Une part non négligeable des spécialistes de l’Antiquité intègre dès lors à son questionnaire une méthode qui fait une place à l’anthropologie comparée. Ce tournant est considérable, mais il ne touche pas tous les domaines et toutes les paroisses de l’étude de l’Antiquité ; certains secteurs comme l’histoire sociale ou l’histoire des religions sont atteints les premiers par cette vague. D’autres chantiers comme celui de l’histoire économique, après le choc prometteur des travaux de Polanyi, ne semblent pas avoir produit les résultats qu’on pouvait espérer. Dans ces domaines l’Antiquité est à la traîne, sans doute aussi du fait des sources disponibles : un chef-d’œuvre comme celui de Braudel sur la Méditerranée moderne n’est pas à la portée d’un historien de l’Antiquité, quelle que soit sa curiosité anthropologique et sa capacité de synthèse.

  • 10 Voir Graham Clarke, Prehistory since Childe, London, 1975 (First Gordon Childe Memorial lecture).

5On peut donc se demander pourquoi l’archéologie du monde gréco-romain semble avoir été si peu influencée par les différents courants de l’anthropologie historique. La préhistoire et la protohistoire ont accompli durant la première moitié du XXe siècle des progrès conséquents. Avec l’œuvre de Vere Gordon Childe, depuis les années 30, la préhistoire est devenue, au sens propre, une science sociale10 qui affronte sans complexe le débat avec l’histoire globale de l’humanité, mais l’archéologie classique est restée à la traîne. Elle campait sur le paradigme développé par Eduard Gerhard au milieu du XIXe siècle, celui d’une discipline centrée sur un modèle humaniste étroitement lié à l’histoire des « grandes civilisations ». Certes, en Grande-Bretagne John Beazley faisait de la typologie céramique une science exacte, en Allemagne Paul Jacobsthal et Ernst Langlotz développaient une histoire des formes renouvelée et en Italie Ranuccio Bianchi-Bandinelli ouvrait l’histoire de l’art sur l’histoire sociale. Mais ces acquis conduisaient plus à une histoire des objets, des influences et des échanges qu’à une histoire de la production, de la démographie et de la vie quotidienne.

6L’enthousiasme pourtant ne faisait pas défaut au début des années 50. Avec la réouverture et le développement des écoles d’archéologie après la fin de la guerre, la mise au point de protocoles de fouilles plus précis, l’intérêt pour les questions d’histoire économique, rares étaient ceux qui n’espéraient pas un renouveau profond des études d’archéologie classique. Cinquante années plus tard il faut convenir que le bilan est contrasté. Les domaines de l’archéologie classique qui ont fait l’objet d’un bouleversement radical sont limités. Dans le temps même où les paléontologues rajoutaient quelques millions d’années à l’histoire de l’homme, où les préhistoriens dans la ligne d’André Leroi-Gourhan et bientôt de Lewis Binford entreprenaient l’étude ethnologique des habitats préhistoriques et la reconstitution des chaînes de production des silex, où les protohistoriens bouleversaient l’histoire du peuplement européen et proche-oriental, les archéologues classiques se contentaient d’explorer quelques épaves, qui jetaient une lumière nouvelle sur l’histoire maritime, et de raffiner leurs typologies et leurs chronologies. Leur travail multiforme a débouché sur la publication de fouilles nouvelles, sur l’exploration de territoires mal connus, sur la connaissance approfondie des écoles de sculpture, de céramique ou d’architecture, mais aucun modèle d’ensemble n’a émergé qui bouleverse le cadre des interprétations traditionnelles. Les domaines pionniers ont été ceux de l’interprétation des nécropoles et le développement des surveys qui conduisent progressivement à l’élaboration de nouveaux schémas de peuplement et à une reconsidération drastique des relations entre populations coloniales et populations indigènes. Certes, nous n’écrivons plus l’histoire archaïque de la Grèce comme au début des années cinquante. Comme Finley le proposait déjà dans Le Monde d’Ulysse, la confrontation des résultats de fouille et une relecture des textes classiques dans leur dimension anthropologique ont permis de reconstituer l’histoire des grands sanctuaires helléniques comme Delphes, Samos ou Milet. Les fouilles de Pithécusses/Ischia ont changé drastiquement notre interprétation de la colonisation en Occident. En bref ce ne sont pas les découvertes qui ont fait défaut mais l’absence d’un paradigme plus ambitieux et d’une approche critique des sources tant matérielles que littéraires.

7On le voit, le dialogue entre anthropologie et archéologie classique ne s’est pas développé au même rythme que dans les autres secteurs de la recherche archéologique. La mauvaise volonté des chercheurs n’est pas la source de ce déficit, il faut en rechercher les causes dans les traditions et l’histoire de la discipline elle-même. Préhistoire et Protohistoire sont naturellement anthropologiques. On ne peut étudier un habitat sans poser des questions élémentaires : quelle était la taille du site ?, sa durée d’occupation ?, les traits de la population qui l’habitait ?, les coutumes alimentaires, les techniques de production, les rites funéraires ?... Ainsi au niveau pourrait-on dire capillaire, chaque rapport de fouille correctement menée révèle des données démographiques, alimentaires, technologiques qui permettent de rassembler les éléments d’une histoire anthropologique. Inversement la fouille d’un habitat classique est dominée par des questions de dénomination et de stylistique. Quel était le nom du lieu dans l’Antiquité, correspond-il aux sources écrites connues, les monuments eux-mêmes sont-ils attestés dans la tradition ? Le savoir que la tradition textuelle offre à l’archéologue est un outil indispensable et d’une certaine manière un obstacle, car il bride les questionnements. On cherchera à identifier les personnalités artistiques déjà connues (« Meisterforschung »), à étudier certaines cités, certains quartiers, certains monuments car déjà présents dans les sources écrites. Cette tradition explique le peu d’intérêt porté jusqu’aux années 80 à des questions classiques en archéologie préhistorique : l’alimentation, l’exploitation du sol, l’histoire des techniques. L’archéologie classique est restée longtemps prisonnière de la vieille catégorie de la « vie quotidienne », ce chapitre un peu simplet de tout manuel bien conçu qui accompagnait la grande fresque historique des événements dans leur succession chronologique.

  • 11 Herbert Hoffmann, In the Wake of Beazley, Prolegomena to the anthropological study of Greek vase p (...)

8Les résultats d’une certaine forme d’archéologie traditionnelle témoignent de ce poids de la tradition et de la difficulté d’adapter les stratégies de terrain à un agenda plus novateur. Cela ne se limite pas bien sûr à la seule archéologie militante. H. Hoffmann11 a démontré comment l’histoire de la peinture grecque a été toute entière dominée par l’histoire des personnalités artistiques. La méthode de Beazley qui a révolutionné nos connaissances sur le monde des peintres et des potiers de l’Attique a en quelque sorte occupé tout le champ de la recherche. Alors que des centaines d’articles sont dédiés à l’histoire des personnalités artistiques et des “mains”, presque rien n’a été consacré au cadre social de la peinture, aux rapports entre usage des vases et sujets, à la sémiotique des images. Certes, l’école “symboliste” de la première partie du XIXe siècle, pour reprendre le terme de Salomon Reinach, avait rendu quelque peu ridicule la sémiotique des images, mais le poids de « l’attributionnisme » a d’une certaine manière tari la source du travail iconographique.

  • 12 Roland Martin, Recherches sur l’agora grecque, études d’histoire et d’architecture urbaines, Paris (...)
  • 13 Landscape and History in Central Italy, Oxford : B. H. Blackwell, 1965 (2nd J.L. Myres Memorial Le (...)

9On pourrait faire les mêmes constatations en matière d’architecture et d’urbanisme. Si l’étude des centres urbains a notablement progressé, en particulier grâce aux travaux de Roland Martin12, les exploitations rurales grecques et romaines n’ont été que tardivement étudiées dans la seconde moitié du XXe siècle. C’est à la suite de fouilles extensives menées en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Hollande qu’on a pu disposer d’une documentation fiable sur les pratiques agricoles des sites de colonisation romaine. Les archéologues de la Méditerranée à la suite de J. B. Ward Perkins13 ont ainsi commencé à s’intéresser à ce genre de sites dans la fin des années 60.

10Le climat a donc changé radicalement dans les décennies 70 et 80 du fait du succès d’une certaine forme d’anthropologie historique dont les travaux de J.-P. Vernant, P. Vidal-Naquet et E. Lepore portent témoignage, et de l’influence toujours plus affirmée des réflexions historiographiques d’Arnaldo Momigliano. Il est modifié profondément par l’apparition de nouvelles techniques de terrain souvent issues de l’archéologie préhistorique. Le mouvement de la “new archaeology” et l’œuvre de Lewis Binford qui milite pour une archéologie anthropologique a certainement joué un rôle dans ce processus. Ce contexte a conduit à des changements d’envergure qui ont affecté autant les techniques de fouille proprement dites que les objectifs de l’enquête archéologique. Certaines fouilles des années 50 et 60 reposaient encore sur des stratégies de pure prédation qui ne tenaient aucun compte du contexte stratigraphique et de la distribution des objets dans le sol. Dans des secteurs décisifs comme l’archéologie funéraire ou l’archéologie des sanctuaires, on assiste à une transformation radicale des protocoles d’analyse et de l’observation des dépôts in situ. Les premiers exemples de sociologie funéraire comme les premières prospections systématiques qui mêlent télédétection, échantillonnage de surface et analyse spatiale datent de ces décennies. Elles contribuent à intégrer la pratique de l’archéologie classique dans le champ plus général d’une archéologie comparée, qui se pose des questions à caractère anthropologique. La distinction entre fouille préhistorique et fouille classique s’estompe devant l’apparition de nouvelles procédures de détection, d’extraction et d’interprétation des données qui s’appuient sur des outils quantitatifs et spatiaux. Bref l’archéologie classique de la décennie 80 ne ressemble guère à celle des années 50.

  • 14 Bats 1988, 20.
  • 15 Roland Hampe, Adam Winter, Bei Töpfern und Zieglern in Süditalien, Sizilien und Griechenland. Main (...)
  • 16 Joseph Veach Noble, The Techniques of Painted Attic Pottery. Watson Guptill publications, New York (...)

11Dans un tel contexte, l’originalité et le travail novateur de Michel Bats prennent un sens tout particulier. Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence, paru en 1988, se distingue de toutes les études de matériel céramique précédentes en se définissant comme « une certaine vision ethnologique ». M. Bats nous explique dès son riche avant-propos que l’idée d’une approche anthropologique de l’histoire de l’alimentation lui est venue à la lecture de l’ouvrage de J.-J. Hémardinquer paru en 1970 sous la forme d’un « cahier des Annales ». Bien sûr l’histoire de l’alimentation apparaît comme un genre particulier dans le champ de l’histoire des Annales, mais le coup de génie de M. Bats est d’en faire un paradigme de l’étude d’un ensemble céramique comme celui des fouilles du site urbain d’Olbia. Olbia présentait des qualités très particulières pour justifier un tel type d’étude monographique. Le site était bien défini comme une apoikia de Marseille, sa durée de vie (350-50 av. J.-C.) correspondait parfaitement au rayonnement de la métropole, reconnue comme une cité qui défendait soigneusement son mode de vie et ses traditions helléniques. D’emblée, la céramique n’est pas considérée dans le travail de Bats comme un simple outil de datation mais comme un marqueur social, la trace d’usages culinaires qu’il est possible de reconstituer avec précision. Dès le début de son ouvrage, M. Bats annonce la couleur. Il se place dans le champ d’une anthropologie des techniques qui s’intéresse à l’ensemble des phases et des enchaînements des pratiques culinaires à partir du moment où les produits à consommer sont accessibles au cuisinier. Mais alors que l’ethnologue part du commencement du processus, l’archéologue doit entamer son enquête par la fin : « afin de remonter la chaîne opératoire en sens inverse »14. La réflexion de Michel Bats est importante parce qu’elle ouvre un passage théorique qui lui permet de tirer profit de la notion de chaîne opératoire. Les préhistoriens dans la lignée de Bordes et Leroi-Gourhan avaient exploré cette voie en jetant les bases d’une approche fonctionnelle de l’industrie lithique, le travail de M. Bats adopte le même paradigme en l’appliquant à la céramique antique. On peut s’interroger sur le fait que la question n’ait jamais été évoquée avant lui dans ces termes. Les raisons en sont évidentes. Pour les archéologues classiques, la céramique est avant tout un « fossile directeur », son utilité consiste à offrir des références chronologiques stables, éventuellement à attester l’existence d’échanges entre producteurs et consommateurs, mais la dimension anthropologique de la céramique comme instrument de la vie quotidienne n’est pas prise en considération. Les rares études consacrées à la céramique entendue comme objet d’histoire des techniques sont celles qui se préoccupent des techniques de production. Il s’agit d’enquêtes ethnographiques comme celles d’A. Winter et de R. Hampe15 ou de J. V. Noble16 qui visaient à reconstituer les techniques de fabrication des vases et la chaîne des opérations de production. Travaux d’un grand intérêt, mais qui ne répondaient pas à la question : à quoi sert la production céramique dans la vie quotidienne ?

12Dès son introduction, M. Bats souligne qu’à un moment où les ethnologues comme Claude Lévi-Strauss, Jack Goody ou Hélène Balfet et Christian Pelras avaient expliqué comment l’histoire de l’alimentation et des manières de table pouvaient contribuer à la compréhension de l’histoire culturelle et sociale, il paraissait important de ne pas considérer la production céramique comme une fin mais comme un moyen. En fait sous son titre modeste « Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence », M. Bats définit un programme ambitieux qui vise à fonder une histoire culturelle des pratiques alimentaires. Bien sûr, l’ouvrage s’appuie sur un fonds documentaire céramique qu’il étudie soigneusement dans sa dimension diachronique, mais il s’agit en fait du premier travail d’ensemble sur la relation entre les formes de la production céramique dans le monde grec et romain et les usages qui la conditionnent. Les spécialistes de l’étude des vases antiques, et particulièrement des vases grecs, s’étaient attachés à comprendre l’immense vocabulaire que nous ont laissé les auteurs et les lexicographes pour tout ce qui touche aux formes des vases antiques. Ce long travail de reconstitution a débouché sur un vocabulaire communément accepté qui sert de référent à la description des vases. Mais tous les céramologues sont conscients du caractère approximatif de ces appellations qui sont doublement instables du point de vue régional et chronologique.

13En jetant les bases d’une étude des formes céramiques qui s’appuie sur leurs usages déterminés par leur fonction culinaire, M. Bats a ouvert un chemin proprement anthropologique qui, pour la première fois, permet de mettre de l’ordre dans une tradition lexicographique confuse. Si la variété même des formes céramiques peut être réduite à un certain nombre de fonctions bien attestées, préparation des aliments, type de cuisine et de consommation, alors il devient possible de reconstituer les pratiques de la cuisine antique et d’en inférer un certain nombre de pratiques culturelles. La céramique peut être analysée comme un marqueur culturel et social. La recherche de M. Bats est d’abord un soigneux travail lexicographique qui traque dans la tradition littéraire l’ensemble des sources liées aux usages de la céramique, c’est ensuite une réflexion ethnologique sur les types et les usages culinaires et c’est, in fine, un traité des comportements alimentaires en Provence aux époques classique et hellénistique. Michel Bats a contribué à faire passer les études céramiques de la typologie à la vaisselle, c’est-à-dire d’une approche essentiellement chronologique à une analyse des traditions culturelles, de leur interprétation et de leur réception. Son travail débouche sur une vaste enquête ethnologique qui saisit les subtiles différences culturelles entre monde grec, monde romain et monde celto-ligure. Plus de vingt années après la parution de cet ouvrage, il est possible de considérer le chemin parcouru. Les deux décennies écoulées ont précisément été celles de l’affirmation progressive d’une approche « culturaliste » de l’archéologie classique, une révision critique des notions de colonisation et d’acculturation. L’étude de la vaisselle d’Olbia est un livre fondateur parce qu’il explore les voies de la vie quotidienne, qu’il tire partie d’un corpus de vaisselle qui rend compte, au plus près, de la vie matérielle des populations telle qu’elle apparaît au travers des résultats des fouilles archéologiques. L’analyse de la cuisine quotidienne antique était limitée jusque là au seul examen des sources littéraires. En combinant avec maestria l’ensemble des documents disponibles, M. Bats a prouvé qu’une anthropologie du quotidien était possible et il ouvre la voie à d’autres percées du même genre. L’archéologie classique peut ainsi trouver sa place dans la maison commune d’une archéologie comparative dont les relations avec l’anthropologie et l’histoire ancienne sont apaisées.

Notes

1 Londres, Routledge, 1978.

2 Johannes Hasebroek, Staat und Handel im Alten Griechenland, Tübingen, Mohr, 1928.

3 Albin Lesky, Die Griechische Tragödie, Koerner, Stuttgart, 1938, 2-3.

4 Trade and Market in the Early Empires. Economies in History and Theory, edited by Karl Polanyi, Conrad M. Arensberg, and Harry W. Pearson, The Free Press, New York, 1957. Voir : Jean-Michel Servet, Jérôme Maucourant et André Tiran, La modernité de Karl Polanyi, L’Harmattan, Paris 1998.

5 Couroi et courètes : essai sur l’éducation spartiate et sur les rites d’adolescence dans l’antiquité hellénique, Lille, 1939 (Travaux et mémoires de l’Université de Lille, 21).

6 Georges Dumézil, Mythe et Épopée, Paris, Gallimard, 1968, 12-13.

7 Walter Golschmidt, The anthropology of Franz Boas, essays on the centennial of his birth, The American anthropologist, vol 61, No 5, part 2, Memoire 89, Octobre 1959 ; Marshall Hyatt, Franz Boas, Social Activist : The Dynamics of Ethnicity (Contributions to the sudy of anthropology), Praeger, New York, 1990.

8 Michael Young, Malinowski : Odyssey of an Anthropologist, 1884-1920, Yale University Press, 2004.

9 Nancy C. Lutkehaus, Margaret Mead : The Making of an American Icon, Princeton University Press, 2008.

10 Voir Graham Clarke, Prehistory since Childe, London, 1975 (First Gordon Childe Memorial lecture).

11 Herbert Hoffmann, In the Wake of Beazley, Prolegomena to the anthropological study of Greek vase painting, Hephaistos 1, 1979, 61-70.

12 Roland Martin, Recherches sur l’agora grecque, études d’histoire et d’architecture urbaines, Paris, De Boccard, 1951 ; L’urbanisme dans la Grèce antique, Paris, Picard, 1956.

13 Landscape and History in Central Italy, Oxford : B. H. Blackwell, 1965 (2nd J.L. Myres Memorial Lecture).

14 Bats 1988, 20.

15 Roland Hampe, Adam Winter, Bei Töpfern und Zieglern in Süditalien, Sizilien und Griechenland. Mainz, Römisch Germanisches Zentralmuseum, 1965.

16 Joseph Veach Noble, The Techniques of Painted Attic Pottery. Watson Guptill publications, New York, 1965.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540