Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chronique napolitaine

Les années napolitaines (1991-2000)

Jean-Pierre Brun

Testo integrale

1Avoir été le successeur de Michel Bats à la direction du Centre Jean Bérard m’oblige ; m’oblige à rappeler son action lorsqu’il était à la tête de cette institution ; m’oblige à confesser que je lui dois mes meilleures années en Italie après qu’il m’a transmis le témoin.

2Michel Bats fut nommé à compter du 1er octobre 1991 à la tête du Centre Jean Bérard qui était alors un centre de recherche autonome du Ministère des affaires étrangères fondé par Georges Vallet en 1967. Très vite, il s’immergea dans la vie napolitaine, renouant avec Emanuele Greco, alors Professeur à l’Istituto Universitario Orientale et l’homme de Paestum, et se liant d’amitié avec Stefano De Caro, alors Surintendant archéologue de Naples et Caserta, avec Bruno d’Agostino, lui aussi Professeur à l’Orientale et qui deviendra son collègue et voisin sur les fouilles de Cumes, avec Angela Pontrandolfo, Professeur à l’Université di Salerno, avec Claudia Montepaone, professeur à l’Université Federico II, avec Mario Lombardo, professeur à l’Université de Lecce.

3L’héritage était en ordre de marche. À Naples, il y avait aussi une collègue du CNRS, installée de longue date, Claude Albore-Livadie. Il y eut, jusqu’à sa disparition en 1994, la figure tutélaire et fidèle de Georges Vallet, associée à celle tout aussi bienveillante de Laura Mascoli Vallet. Un coup de chance extraordinaire qu’il fallut saisir sans hésiter vint de la proposition du Surintendant archéologue Stefano De Caro d’associer le CJB à l’élaboration d’un vaste projet de recherches sur Cumes qui devait orienter l’avenir du Bérard pour les vingt années suivantes.

4En ces années là, le Surintendant De Caro, fort de l’appui des autorités locales, envisageait d’utiliser une partie des fonds structurels que la Communauté Européenne avait octroyés à l’Italie du Sud pour créer à Cumes et plus généralement dans les Champs Phlégréens, un “grand attracteur culturel”.

5L’ambition était double. Il s’agissait d’une part de rééquilibrer au profit des territoires à l’ouest de Naples le tourisme qui se concentre sur la trop médiatique Pompéi, attracteur mondial pour des raisons qui ne sont pas uniquement historiques et culturelles, mais qui tiennent à la notoriété du site et à l’émotion qu’il continue de dégager du fait des circonstances de son ensevelissement.

6L’autre objectif était d’affronter un défi considérable : la zone à l’ouest de Naples a connu, subi devrait-on dire, un fort développement industriel à partir du milieu du XIXe siècle. Ce tissu industriel a occulté progressivement le charme des Champs Phlégréens qui, aux XVIIIe et XIXe siècles, enchantait les voyageurs du Grand Tour au moins autant que les ruines de Pompéi. L’industrie a dégradé les Champs Phlégréens et leur image. Les aciéries de Bagnoli en étaient emblématiques. Baia, lieu de villégiature de l’aristocratie romaine, fut défigurée par les chantiers navals et les carrières de pouzzolane dont les dégâts furent autant archéologiques qu’environnementaux. Mais, par une pirouette de l’histoire, l’industrie, et la pollution dans le cas spécifique de Cumes, ont relativement protégé cette terre de l’urbanisme massif qui s’est développé anarchiquement au nord et à l’est de Naples. En cette fin du XXe siècle, âge de la désindustrialisation, les vastes terrains occupés par l’industrie allaient être libérés ; il fallait donc, dans une vision de haute politique, proposer tout de suite un nouveau destin pour les Champs Phlégréens sous peine de les voir dévorés par l’urbanisme sauvage qui recouvre la Campanie.

7Stefano De Caro imagina alors un vaste plan demandant un financement colossal. Les trois axes majeurs consistaient à dégager la colonie romaine de Pouzzoles sur le Rione Terra, à reprendre les fouilles de Cumes et à créer un Musée des Champs Phlégréens dans le château de Baia pour présenter, entre autres, les collections archéologiques de Cumes. La participation aux nouvelles fouilles, dans le cadre du projet Kymè 1, permit à Michel Bats de donner une impulsion formidable au Centre Jean Bérard pour accompagner la redécouverte d’un site majeur. Il participa alors avec fièvre aux réunions préparatoires : il en ressortit que nos collègues de la Surintendance s’occuperaient de l’Amphithéâtre et des galeries, que, sous la direction de Carlo Gasparri, de la regrettée Stefania Muscettola et de Giovanna Greco, l’Università Federico II fouillerait le centre monumental entre le Capitole et la Masseria del Gigante, que l’équipe de l’Istituto Universitario Orientale guidée par Bruno d’Agostino dégagerait les remparts du nord et que le Centre Jean Bérard rechercherait les ports.

8Étrange histoire et double défi.

9Étrange histoire parce qu’il semblait alors établi que l’acropole de Cumes formait dans l’Antiquité un cap au sud duquel s’étendait un premier port, le plus important, dans une lagune aménagée, et qu’un second port était implanté au nord, dans la lagune de Licola. De novatrices études de photo-interprétation avaient même dessiné les grandes lignes des vestiges, identifiant des quais et un phare. On croyait tenir une illustration archéologique d’un fameux passage de Denys d’Halicarnasse évoquant le retour, à la fin du VIe siècle avant J.-C., du futur tyran de la cité, Aristodème ; celui-ci serait entré avec son armée et ses bateaux dans « les » ports de Cumes. Le résultat principal des fouilles dirigées par Michel Bats avec la complicité de Michel Pasqualini, mis à disposition par le Conservateur régional de l’archéologie de PACA, Jean-Paul Jacob, dans le cadre d’un échange avec la surintendance de Naples, fut de démolir cette interprétation merveilleuse et de prouver qu’il n’y eut jamais de port au sud de l’acropole, seulement des plages battues par les vents…

10Double défi aussi. D’une part, Michel Bats voulut reconstituer l’évolution des paysages et de l’environnement en faisant appel aux chercheurs du CEREGE sous la direction de Christophe Morhange, avec Jean-Philippe Goiran, pour mener à bien les études géomorphologiques et sédimentologiques et à Sylvie Coubray pour les études anthracologiques. D’autre part, découvrir, prospecter, sonder, relever les vestiges antiques aux marges de la ville qui permirent à la Surintendance de montrer que le site de Cumes s’étendait nettement au-delà des murailles de la cité et qu’il convenait de mettre en œuvre des expropriations et des mesures de protection en fonction de ce nouveau périmètre archéologique. Ce qui fut fait dans le cadre du projet Kymè II au cours de la décennie 2000.

11Ces premières années des fouilles de Cumes furent pleines de ferveur et d’amitié. Elles virent passer bien des jeunes archéologues aujourd’hui quadragénaires, Alain Bouet, Caroline d’Annoville, David Ollivier, Maya Charlier, Jean-Christophe Treglia, Fabienne Gateau, Ilaria Tirloni, qui se débattirent entre les exigences pressantes du directeur – trouver les structures portuaires –, et les refus opposés par la nature du terrain, avec l’omniprésence de la nappe phréatique qui empêchait tout sondage de quelque profondeur.

12Mais l’appétit de Michel Bats ne pouvait se satisfaire d’un seul site, fut-il aussi beau que Cumes. Grâce à l’amitié d’Emanuele Greco, il fut initié à Paestum, siège d’une longue tradition de collaboration franco-italienne. Il put y appliquer sa méthodologie de l’étude de la vaisselle à l’abondant mobilier que le fouilleur avait mis au jour dans le comblement de l’ecclesiasterion de l’époque classique. Il trouva un alter ego en la personne d’Angela Pontrandolfo. Tous deux dirigèrent une étude qui, pour aride qu’elle puisse paraître, ne manquait pas d’attraits collatéraux : la meilleure mozzarella du monde (encore qu’il y ait débat sur le meilleur producteur), les cèpes de Capaccio et les soirées à la pizzeria le Scugnizzo.

13L’activité du Centre Jean Bérard ne se limitait toutefois pas aux fouilles, si prestigieuses soient-elles. Il fallait aussi animer la recherche et accueillir les chercheurs qui faisaient alors leur thèse. Avec l’entremise de Georges Vallet auprès du sous-directeur des sciences sociales et humaines au ministère des Affaires étrangères de 1990 à 1993, Yves Saint-Geours, furent mis en place un poste de pensionnaire et des bourses d’étude d’un mois. Parmi les premiers à en bénéficier, je citerai Antigone Marangou débusquant les amphores crétoises dans les réserves de Pompéi où Michel Pasqualini retrouvait les modèles des céramiques communes de Narbonnaise, Philippe Borgard, invité à travailler avec Luigi Bernabò Brea et Madeleine Cavalier pour résoudre le mystère des amphores à alun de Lipari, ou Jean-Christophe Sourisseau complétant ses travaux sur les amphores de Marseille archaïque. À côté de ces intermittents, les chercheurs permanents, pensionnaires du Bérard, entre 1992 et 1996, se nommaient Sylvie Coubray qui étudiait les charbons de bois de Cumes et Gilles Abbas qui analysait les pâtes d’amphores de Grande-Grèce et de Sicile dans le cadre d’une thèse de doctorat. Priscilla Munzi, après avoir fouillé sur le chantier franco-italien de Laos, rédigeait à Naples une thèse de doctorat sur le mobilier du site, avant d’être recrutée comme ingénieur CNRS auprès du CJB.

14Le Musée Archéologique National de Naples était aussi une source d’études de longue haleine : Suzanne Tassinari achevait la publication de la vaisselle en bronze de Pompéi et Ludi Chazalon entreprenait une thèse de doctorat sur les vases attiques à figures noires de la collection des Bourbon. Ces admirables objets réclamaient un photographe de talent en la personne de Philippe Foliot, photographe au laboratoire photo du CCJ à Aix-en-Provence, qui effectua plusieurs missions à Naples durant ces années là pour effectuer des centaines de prises de vues avec l’aide de Gaetano Imparato, photographe du Centre Jean Bérard aujourd’hui disparu mais dont chacun conserve un souvenir précis.

15Le centre collaborait aussi à une entreprise de longue haleine associant le CNRS en la personne d’Alix Barbet et la Surintendance de Pompéi avec Paola Miniero : la publication de la villa de San Marco à Stabies. Y donnait toute sa mesure l’architecte du centre, Jacques Rougetet dont les admirables dessins illustrent les deux volumes parus en 2000.

16Mais pour qu’un centre de recherche fonctionne, il faut une logistique solide depuis une base située au deuxième étage du Grenoble, l’Institut français, Via Crispi. La gestion quotidienne n’est pas sans noblesse : il faut s’occuper de trouver et entretenir des locaux et des financements. Cela signifie multiplier et cultiver les relations amicales avec les décideurs, préparer des dossiers, gérer les flux financiers. Michel Bats n’était pas seul à la manœuvre. Il profita des innombrables relations amicales tissées au fil des ans par Maria Francesca Buonaiuto et il put s’appuyer, comme moi-même par la suite, sur Tonia Brangi tenant la comptabilité avec une rigueur absolue. Sans elles, le Bérard n’aurait pas fonctionné et n’aurait pas pu surmonter les crises, ni travailler tout simplement.

17Car le centre était aussi un atelier d’édition artisanale associant Michel Bats, Maria Francesca Buonaiuto et Marina Pierobon pour les illustrations. Sortirent coup sur coup de presse les actes de plusieurs colloques : Les bois sacrés en 1993, Le ravitaillement en blé de Rome en 1994, Les élites municipales de l’Italie en 1996, Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise la même année, Héra. Images espaces cultes en 1997, Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente, Les Princes de la Protohistoire et l’émergence de l’état en 1999, La céramique attique du IVe s. en Méditerranée occidentale et La Villa San Marco a Stabia en 2000. À côté de la « Collection », Michel Bats créa une nouvelle série d’un format plus maniable, intitulée « Études », destinée à accueillir des manuels, des thèses ou des recueils tels que Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile. IVe-IIIe s. avant J.-C. de Christian Vandermersch en 1995, et, en collaboration avec Alfonso Mele et l’Université Federico II, Da Sibari a Thurii de Maurizio Bugno, Aristosseno di Taranto d’Amedeo Visconti en 1999 et enfin les leçons d’Ettore Lepore au Collège de France en 2000. Il faut faire une mention spéciale de l’ouvrage de John Boardman, Les Grecs outre-mer, le plus grand succès de vente du CJB, dont Michel a assuré tout à la fois la traduction et la mise en page.

18Si beaucoup de publications du Centre Jean Bérard sont des actes de colloques, la tradition développée par Mireille Cébeillac et Olivier de Cazanove fut amplifiée par l’organisation de plusieurs colloques qui firent date. J’en cite seulement trois car ils portèrent sur des thèmes chers à Michel Bats : Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise, Les Eubéens en Occident et Confini e frontiera nella Grecità d’Occidente. Le premier illustre son engagement en faveur d’une étude de la vaisselle céramique qui ne se réduise pas aux éléments datant – c’est-à-dire à la céramique fine –, mais qui prenne en compte la dimension sociologique et culturelle de la vaisselle culinaire et de service en tant que marqueur de la cuisine des peuples et de leur identité. Le second, organisé avec l’ami Bruno d’Agostino, fit le point sur les premiers colonisateurs grecs de l’Occident, champ que le fouilleur d’Olbia n’a jamais cessé de labourer. Quant au troisième, il fut, en 1997, l’année de tous les dangers, le 37e congrès de Tarente, organisé pour célébrer les trente ans du Bérard, en commun avec les amis de l’Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia.

19Les colloques présentent bien des avantages et bien des inconvénients. Ils permettent aux chercheurs de se rencontrer et de confronter leurs approches, de présenter des recherches nouvelles débouchant sur des mises au point parfois majeures. Mais il faut en gérer les aspects matériels depuis la recherche des financements jusqu’à l’organisation des invitations et des hébergements, en passant par les repas et les buffets, puis par la chasse aux auteurs pour qu’ils rendent leurs textes. Dans ces épuisantes tâches, Michel Bats a toujours pu compter sur le soutien de l’ensemble de nos collaborateurs qui n’ont jamais compté leurs heures, ni ménagé leur peine pour que les rencontres du Bérard laissent aux participants un souvenir fort de science, de détente et d’amitié et pour que les colloques puissent déboucher rapidement sur des publications.

20Les livres qu’on édite, qu’on reçoit en hommage ou qu’on achète, il faut les mettre à la disposition des chercheurs. C’est une rude entreprise pour un centre de recherche sans grands moyens financiers : Michel Bats et Maria-Giovanna Canzanella ont considérablement développé la bibliothèque ouverte aux chercheurs français et napolitains grâce à une active politique de dons et d’échanges avec d’autres éditeurs scientifiques. L’afflux nouveau des livres a nécessité une extension de la bibliothèque et l’informatisation de son fichier.

21Mais les chercheurs non napolitains qui veulent travailler à Naples n’ont pas seulement besoin de livres, il leur faut aussi un hébergement. Une avancée décisive dans l’accueil des chercheurs fut la création de la foresteria du Vicolo della Serpe. Ce petit palazzo situé à quelques encablures de la gare et du Musée est un atout. Sans lui, les chercheurs auraient de grosses difficultés à se loger pour des séjours d’étude. Là encore, l’amitié de Stefano De Caro et de Bruno d’Agostino fut décisive. Le premier a créé les conditions de l’hébergement de la foresteria dans un immeuble dévolu à la Surintendance, le second fut, durant très longtemps, le président du CISA, l’organisme qui gère l’ensemble du bâtiment abritant outre les chambres, des dépôts de fouille, une salle de conférence, des laboratoires, des bureaux et la bibliothèque de Paola Zancani Montuoro. Si la foresteria, dans les années 1990, a été si accueillante et si bien entretenue, c’est qu’à cette époque Anna Maria Gallo s’en occupait quotidiennement en étroite concertation avec Claudio Di Finizio.

22On ne saurait évoquer le mandat de Michel Bats sans rappeler qu’il lui échut de subir la crise et d’assurer le sauvetage du Centre Jean Bérard. En novembre 1996, le Ministère des affaires étrangères, faisant face à une diminution de son budget, décida de fermer le centre sans préavis le 1er janvier 1997. Michel Bats ne s’est pas incliné. Il a organisé la résistance, appelant à la rescousse tous nos alliés de l’École française d’Athènes, de l’École française de Rome, des centres de recherche du CNRS, des universités françaises et italiennes. À force de pétitions et de pressions, avec au premier rang celles des universitaires et archéologues italiens auprès de l’ambassade de France, il obtint gain de cause. Certes le Ministère des affaires étrangères ne revint pas sur sa décision, mais il accepta de donner du temps pour que soit trouvée une solution. Et la solution fut trouvée à la faveur d’une alternance politique avec l’appui des nouvelles autorités du Ministère de l’Éducation et du CNRS : le Bérard se métamorphosa, abandonnant sa mue des Affaires étrangères pour se couler dans la peau d’une unité du CNRS associée à l’Ecole de Rome. La mutation fut douloureuse, mais le même cœur continuait de battre.

23Michel Bats a donc changé le Bérard. Il l’a changé dans sa vie quotidienne, dans ses problématiques scientifiques, dans les services qu’il offre aux chercheurs et dans sa structure, le faisant évoluer de centre du Ministère des Affaires Etrangères à l’Unité Mixte de Service 1797 du CNRS et de l’École française de Rome créée en 1999.

24Mais le Bérard a changé Michel Bats. Il a élargi ses horizons, il l’a amené à se confronter à des sites majeurs, il lui a fait prendre conscience de la place exacte de Marseille et de ses epiteichismata dans le mouvement de la colonisation grecque en Occident. Lorsque le directeur du Bérard est revenu fouiller à Olbia de Provence après son long séjour en Italie, son regard avait changé et nul doute qu’il a scruté les niveaux grecs de l’îlot VI en intégrant ce qu’il avait intimement acquis en travaillant à Cumes, à Paestum ou à Sybaris.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540