Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’un monde à l’autre

 | 
Michel Bats

Chronique napolitaine

Pour un dialogue franco-italien. Témoignage

Michel Gras

Texte intégral

1Un matin d’un jour d’hiver du début de 1991, je me morfondais dans le RER C bloqué – pour des raisons inconnues de moi – au-dessus de la Seine, non loin de la maison de la radio. À ma droite, on apercevait, dans la brume froide, le pont Mirabeau (« sous le pont Mirabeau/coulent la Seine et nos amours… »).

2Les vers d’Apollinaire ne réussissaient pourtant pas à retenir mon attention. Je me rendais comme tous les matins à mon bureau du CNRS, encore pour peu de temps au Quai Anatole-France. Parmi mes préoccupations, une revenait de manière lancinante : il fallait trouver un directeur pour le Centre Jean-Bérard de Naples qui sortait d’une période assez trouble sur le plan administratif, en dépit d’excellents résultats scientifiques, et je savais que, sur le choix du directeur, se jouait le futur de ce Centre fondé par Georges Vallet en 1966.

3Notre arrêt se prolongeait. Tout à coup, mes voisins me virent sursauter et me regardèrent d’un air inquiet et vaguement hostile comme cela arrive régulièrement dans les transports parisiens. Je venais de trouver le nom que je cherchais depuis plusieurs mois et qui, en un éclair, s’était déjà imposé à moi : il fallait Michel Bats à la direction de Naples.

4Michel Bats. Nous nous connaissions finalement alors assez peu. Il venait du Béarn, alors que mes références étaient le Languedoc, la Provence et la Savoie. Je l’avais croisé pour la première fois à Bordeaux en décembre 1986 au colloque sur Grecs et Ibères au IVe siècle avant J.-C. J’avais été ébloui par son livre Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence, Paris, 1988, dont j’avais fait un compte rendu enthousiaste (De la céramique à la cuisine. Le mangeur d’Olbia, dans REA, 1989, p. 65-71). Personnalité attachante, mais surtout homme de terrain doté d’un fort bagage théorique, il était en train d’importer de nouveaux savoirs chez mes amis archéologues languedociens en leur parlant de Jack Goody et de quelques autres. Chercheur au CNRS, il était alors affecté à l’équipe de Lattes.

5Le même jour, entre deux réunions, j’appelai Guy Barruol, le « Nestor » languedocien de ces années-là, dont la sagesse m’était indispensable. Je lui parlai de mon idée, redoutant une raison incontournable qui la rendrait immédiatement caduque. Barruol, lapidaire comme toujours, me répondit : « C’est jouable. Il faut voir avec lui ». Michel Bats fut aussitôt en ligne : je me rendis compte que cela lui tombait sur la tête, mais lui faisait plaisir. Je lui donnai un temps de réflexion.

6Le plus dur n’était pas fait. Je n’étais en rien le seul acteur de cette pièce. Les trois personnages qu’il fallait convaincre étaient par ordre alphabétique Charles Pietri, alors directeur de l’École française de Rome, qui souhaitait une tutelle plus forte de Rome sur Naples, Yves Saint-Geours, en responsabilité au ministère des Affaires étrangères, et Georges Vallet, ancien directeur à Rome, alors directeur de recherche émérite au CNRS, qui était encore plus près du terrain, si je puis dire, puisqu’il résidait à Naples et s’était rapproché d’un Centre qu’il n’avait jamais vraiment quitté des yeux.

7Pietri et Vallet, les deux directeurs avec lesquels j’avais eu le privilège de travailler à Rome, ne furent pas faciles à convaincre et je ne dis pas cela pour me donner le beau rôle. Ils n’avaient rien contre Bats qu’ils ne connaissaient pas, mais c’est précisément cette méconnaissance qui les inquiétait. Il est vrai que choisir Bats était une vraie révolution dans l’histoire du « Bérard » puisque , depuis la fondation, tous les directeurs et directeurs adjoints avaient été des anciens « romains », ce que Bats n’était pas. J’y voyais pour ma part un avantage pour donner un signal fort de changement. Il y avait aussi le fait que Bats était un spécialiste de la Gaule plus que de l’Italie méridionale, mais sur ce point le dossier pouvait se plaider.

8Vallet fut indécis un temps : il fallut organiser une rencontre dans la maison de Bourgogne, rencontre qui faillit mal tourner puisque Bats, bloqué par un retard du train, arriva avec retard ; puis, autour des fromages de chèvre et du pouilly-fuissé, et malgré l’orage qui éclatait, le climat se détendit : en quelques heures, Vallet jugea Bats « sympa » ce qui pour lui voulait dire pas mal de choses.

9Pietri, rencontré à plusieurs reprises, se fit tirer l’oreille. Jusqu’au 14 mai 1991 à l’occasion d’une rencontre bilatérale franco-algérienne, où Saint-Geours était également présent, et où je le revois encore, appuyé contre une console du salon bleu du Palais Farnèse, et riant tout en tirant sur sa pipe et me disant « Vous êtes vraiment têtu ! ». Ce jour-là, j’ai su que c’était gagné : Pietri ne riait ainsi que quand il était d’accord. Ce fut, hélas, la dernière fois que je le vis rire : il devait mourir quelques mois plus tard.

10Bats partit ainsi à Naples. Il eut l’occasion de me dire souvent que ce choix avait changé sa vie. Il changea aussi celle du Centre. En effet, tout en s’inscrivant dans la continuité sur de nombreux points, Michel Bats apporta au Centre, outre ses qualités intellectuelles, une autre manière de travailler : avec le personnel il perfectionna la PAO, révolutionnant ainsi la fabrication des publications. Il ouvrit surtout un nouveau dialogue franco-italien, entre le Midi de la France et l’Italie méridionale.

11En effet, et c’était là le véritable enjeu, ces deux régions actives sur le plan archéologique vivaient côte à côte et sans échanges intellectuels ou presque. Les migrations étaient à sens unique : des anciens de Rome revenaient en Provence. Cette fois le mouvement se faisait dans l’autre sens : un méridional d’adoption « descendait » dans le Sud italien. De là naquirent entre Naples, Salerne, Aix-en-Provence et Lattes notamment, de nouveaux réseaux. Et tout naturellement quand Michel Bats dut partir à la fin de son mandat, ce fut encore un provençal, Jean-Pierre Brun, qui prit le poste pour écrire une nouvelle page de la riche histoire du Centre Jean Bérard.

12Il faudrait plus de temps, et plus de pages, pour mesurer l’apport profond du séjour de Michel Bats à Naples. Il y eut certes beaucoup d’initiatives, à commencer par la fouille de Cumes qui allait conditionner la vie du Centre pour longtemps ; mais la dimension intellectuelle devra être un jour analysée avec soin, également à la lumière de plusieurs publications en préparation. Mais cela peut déjà se mesurer par l’apport du Mezzogiorno à la bibliographie de Michel.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540