Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Physionomies d’une cité grecque

 | 
Ágnes Bencze

Chapitre 2. La phase protoarchaïque

Texte intégral

2.1. Introduction

1Alors qu’on n’a jamais tenté de retracer l’histoire complète ou au moins de donner une vue d’ensemble de la plastique de terre cuite de Tarente à partir d’un catalogue dont l’objet eût été de réunir toute la documentation disponible, pour la toute première phase de la production, il existe un ouvrage de ce genre. Le livre de M. Borda, Arte dedalica a Taranto (1979), fait actuellement figure d’ouvrage de référence, et l’on a généralement admis qu’il constituait une présentation exhaustive de la « protohistoire » de la plastique de terre cuite tarentine, pour la période correspondant en gros au premier siècle de la colonie spartiate. L’auteur s’est proposé en effet de classer les documents plastiques de terre cuite antérieurs au début de la production massive d’ex-voto archaïque récente. Mais ce corpus, quantitativement plutôt restreint, a été complété, comme on le verra, par une série de documents plastiques appartenant à d’autres catégories (bronzes, ivoires et vases à relief), dont la plupart sont de provenance inconnue et sans autre lien avec Tarente que des attributions hypothétiques, généralement difficiles à démontrer.

  • 1 Une part importante des documents « dédaliques » de Borda est conservé au Museo Civico de Trieste, (...)

2Contrairement aux recherches directes et détaillées que j’ai pu consacrer à la production tarentine des phases suivantes, j’ai donc choisi de prendre ici comme point de départ cet ouvrage de Borda, et de présenter le matériel à l’occasion d’un réexamen systématique de ses hypothèses. Au demeurant, plusieurs exemplaires importants de ce groupe ne m’étaient accessibles, dans les conditions actuelles, qu’à travers des publications1. Comme on le verra toutefois, plusieurs pièces du catalogue de Borda seront à exclure de la première phase de production, car ils appartiennent en réalité à une période plus récente ; et son catalogue peut en revanche être complété par un petit nombre d’exemplaires qui n’étaient évidemment pas connus de l’auteur à l’époque de sa rédaction.

3Avant d’entrer dans la présentation détaillée du matériel, on peut, pour caractériser d’une manière générale ce premier groupe de la production tarentine, faire les observations suivantes.

  • 2 Cf. Olbrich 1979, pl. 1-5 et 47-49. Borda 1979, p. 19 cherche à expliquer cette pauvreté de docume (...)

4La faiblesse quantitative de ce matériel frappe d’emblée, surtout si on le compare aux grandes masses de terres cuites produites à Tarente au cours des siècles suivants ; il s’agira en tout d’une vingtaine d’exemplaires, auxquels on peut ajouter deux plaques à relief, représentant douze types coroplastiques. C’est un cadre qui ne contraste pas seulement avec celui de la production tarentine ultérieure, mais aussi avec celui du matériel « dédalique » d’un centre voisin comme Métaponte, qui est nettement plus riche, contrairement à ce qu’on pourrait attendre compte tenu des dates de fondation des deux cités2.

  • 3 Cf. ci-dessous p. 40-44 et 134-137.

5En second lieu, il est important de noter que le matériel protoarchaïque de Tarente, par rapport à l’histoire que nous essayons de retracer dans les chapitres qui suivent, apparaît comme presque totalement isolé. Les figurines de cette première phase n’offrent en effet avec les créations plus récentes, ni par la technique ni dans le style, aucune analogie assez frappante pour nous éclairer sur l’origine des phénomènes qui caractériseront les abondantes productions du VIe siècle. Bien qu’il s’agisse dans les deux cas de figurines moulées, celles du VIIe siècle, à la différence des productions plus récentes, ne peuvent pas être caractérisées véritablement comme une « production de masse », puisque nous n’y trouvons actuellement que quatre types qui soient représentés par plus de deux exemplaires, tandis que la plupart des objets catalogués sont des pièces uniques. En outre il y a peu de signes dans ce corpus de matériel, qui puissent laisser prévoir les solutions techniques caractéristiques des deux productions suivantes3. Quant au style, on peut dire sans hésitation qu’une rupture claire sépare cette production de celle qui débute, selon toute vraisemblance, dans le deuxième quart du VIe siècle et qui s’avère elle-même d’abord plutôt éclectique et expérimentale, comme si elle était justement à la recherche d’un répertoire de formes d’expression appropriées ; en tout cas les stylisations qu’on peut observer dans le groupe protoarchaïque seront, me semble-t-il, totalement oubliées dans cette deuxième « phase de recherche » de la coroplathie tarentine.

6Mais les formules stylistiques attestées par ce matériel protoarchaïque constituent de toute façon un tableau profondément hétérogène, où même le schéma morphologique conventionnel du « style dédalique » apparaît en plusieurs variantes qui ne sauraient guère se référer à une seule et même tradition. Nous trouverons donc ici deux catégories de produits, qui se distinguent nettement : un groupe de figurines de moindre qualité et de dimensions réduites semble avoir constitué une classe de production plus « commune », réellement multipliée et offerte en plusieurs exemplaires dans les sanctuaires du Pizzone et de Saturo ; un autre noyau est celui des pièces isolées, de plus grand format et d’une qualité en quelque sorte exceptionnelle, dont on ne connaît en général que des exemplaires uniques. Les documents des deux groupes se distinguent aussi du point de vue technique, non seulement par une exécution plus ou moins soignée, mais aussi par le procédé de moulage lui-même : tandis que les petites figurines de qualité modeste sont en général pleines, avec le revers simplement lissé à l’aide d’un outil plat, les « pièces uniques » plus grandes sont souvent creuses et fermées à l’arrière par une paroi d’argile modelée à la main et ajoutée séparément à l’avers sorti d’un moule. Ce fait indique la coexistence dans cette phase de production de plusieurs traditions artisanales, et sans doute de différents niveaux d’expérimentations technologiques.

7Compte tenu de la différence profonde, à la fois stylistique et technique, que l’on observe entre ces deux groupes de la production (et aussi entre les divers exemplaires de chacun), on est bien forcé de se demander aussi s’il s’agit véritablement dans tous les cas de produits locaux. Faute d’une analyse directe de toutes les pièces conservées, cette question devra rester ouverte pour le moment ; il suffit de souligner qu’elle se pose, surtout en ce qui concerne les pièces « de parade », qui sont, à vrai dire, particulièrement hétérogènes, et dans le cas desquelles on ne saurait exclure la possibilité d’une importation.

  • 4 Borda 1979, p. 20: « A Taranto le matrici sembrano derivare, nella fase iniziale della produzione, (...)

8Curieusement, M. Borda n’a même pas pris en considération une telle éventualité. En revanche il fait souvent référence à la possibilité d’une utilisation de moules importés, en supposant parfois très concrètement que certains exemplaires de son catalogue puissent être les (sur)moulages de prototypes créés ailleurs, plus précisément à Sparte4, sans fournir toutefois aucun rapprochement concret, suffisamment précis pour démontrer la dépendance mécanique d’un exemplaire tarentin par rapport à un prototype « étranger ».

  • 5 En faisant référence le plus souvent à Jenkins 1933 et à Jenkins 1936.
  • 6 Il semble adopter parfois une position nettement critique à l’égard des hypothèses antérieures de (...)

9Il convient d’observer à ce propos que l’étude de Borda est visiblement guidée par l’idée que, Tarente étant la seule colonie occidentale certainement fondée par des Spartiates, la Laconie a dû nécessairement y être la source principale et peut-être unique des créations plastiques protoarchaïques. Il tend donc à définir l’origine des modèles stylistiques de chaque document en cherchant des rapprochements au sein du répertoire plastique « dédalique » laconien5, en suivant implicitement le postulat selon lequel tous les documents artistiques tarentins du VIIe siècle entrent dans la catégorie du « dédalique » et reflètent par conséquence des apports doriens, donc laconiens. Bien qu’il observe maintes fois des correspondances frappantes entre des exemplaires tarentins et le répertoire plastique protoarchaïque crétois, Borda explique presque toutes ces coïncidences en rappelant un autre postulat, selon lequel la Crète serait la source première de l’ensemble du Zeitstil international que constitue le « dédalique », ce qui suffirait donc à expliquer a priori n’importe quelle coïncidence « superficielle » entre un document italiote et de possibles modèles crétois6. Force est de constater toutefois que le petit groupe de terres cuites protoarchaïques de Tarente constitue, malgré la quantité modeste des exemplaires, un ensemble évidemment plus complexe, au sein duquel l’importance des modèles laconiens ne semblera ni particulièrement grande, ni même, à vrai dire, assez claire pour autoriser des conclusions historiques précises.

  • 7 Istanbul, Musée Archéologique, no 729. Borda 1979, fig. 15, p. 56-57.

10Contrairement à la démarche qui sera adoptée pour la présentation des deux autres classes de production, le matériel protoarchaïque n’est pas divisé ici en « séries », pour la simple raison qu’il ne se prête pas à la reconnaissance de lignées de tradition cohérentes et indépendantes. Les types seront donc considérés un à un, en suivant grosso modo l’ordre de présentation de Borda, que l’on abandonnera seulement pour permettre la distinction entre les deux groupes majeurs, ainsi, parfois, que des associations stylistiques qui semblent avoir échappé à l’archéologue italien ; en outre, les exemplaires qui n’étaient pas connus en 1979 seront systématiquement insérés à côté des pièces qui leur ressemblent le plus dans le catalogue de Borda. Le plus souvent je renonce également aux descriptions détaillées, qui seront indispensables dans la présentation des deux autres classes, et je me contente de renvoyer à Borda, sauf dans le cas des pièces inédites. Par contre, et à titre exceptionnel, aucun exemplaire ne sera exclu de ce chapitre en raison de son état de conservation médiocre ou de la qualité de sa surface, sauf dans un cas, le no IIIa10 de Borda, un buste en très mauvais état, conservé à Istanbul, qui n’est de toute façon documenté que par une seule photo de mauvaise qualité7.

2.2. Les « figurines-plaques » reproduites par moulage

11À l’intérieur du matériel protoarchaïque, le noyau isolé ici, surtout sur la base de caractéristiques techniques, et composé de sept types coroplastiques, constitue le seul vestige de l’activité d’un possible atelier tarentin avant 600 av. J-C. De manière significative, les figurines de ce groupe, là où la provenance en est documentée, se partagent entre les fouilles de Saturo et le site urbain identifié au sanctuaire du Pizzone. Le sujet représenté est, dans tous les cas où il est reconnaissable, celui d’une figure féminine debout, vêtue d’une longue robe ceinturée à la taille, les deux mains serrées contre les cuisses.

Type Pr1

Pr1.1. Moule de buste, Malibu, J. P. Getty Museum.
(Borda 1979, no IIIa2, p. 31, fig. 2-3). Pl. II.

Pr1.2. Tarente, 74875 ; prov. de Saturo, inédit. Pl. II.
H. totale : 12,2 cm ; h. visage : 21 mm ; l. visage : 16 mm.

Figure féminine debout, cassée au milieu de la partie inférieure, pour le reste complète.
Avers moulé, plein, revers aplati. Surface couverte d’une couche épaisse d’incrustations.
Argile beige clair, plutôt dure.

On y ajoutera : Tarente, 9395 (Borda 1979, no IIIa1, p. 29-30, fig. 1).

12Les deux premiers numéros du catalogue de Borda, un fragment (tête) de figurine, provenant de Tarente (sans autres précisions) et un moule conservé au Musée Getty de Malibu (notre no I) appartiennent certainement au même type coroplastique. Le moule de Malibu, conservé dans son intégralité, montre en outre clairement qu’il était prévu pour le moulage non d’une figurine entière, mais d’un buste, sur lequel sont indiqués d’ailleurs des éléments de vêtement habituels dans la plastique du VIIe siècle : les deux extrémités de l’épiblèma sur les deux épaules sont un écho lointain du schéma de vêtement qu’on observe par exemple sur la « Dame d’Auxerre ».

13Borda suggère qu’il s’agit d’une représentation limitée au buste, en se fondant justement sur la fermeture du moule au niveau des épaules. Mais un troisième document, trouvé à Saturo (notre Pr1.2) nous apporte une information différente : il atteste en fait la présence du même type coroplastique (visage et buste) dans le cadre d’une figurine complète, représentée dans la pose qui paraît habituelle dans cette classe de terres cuites. Étant donnée la différence de dimensions (celles qu’indique Borda pour la tête de Tarente et pour le moule de Malibu montrent que la tête devait mesurer à peu près 5 cm de haut sur 4 de large), il est fort probable que la figurine de Saturo représente une génération dérivée du type, moulé à partir d’un « prototype secondaire » par la combinaison d’un buste moulé à l’aide d’un moule comme celui de Malibu et d’une partie inférieure, qui pouvait être même façonnée à la main. Si c’est le cas, il faut constater que les trois exemplaires du premier type protoarchaïque illustrent une pratique technologique à la fois complexe et développée, que l’on ne saurait guère considérer comme expérimentale.

14En tout cas cette constatation ne plaide pas en faveur de l’hypothèse de Borda, qui faisait de ce type une des premières créations de la production tarentine, même si l’on ne peut exclure qu’il soit arrivé là en même temps qu’une pratique artisanale déjà sophistiquée, grâce à l’immigration d’artisans formés ailleurs. Mais on est évidemment là dans le domaine des conjectures.

  • 8 Rizza 1968, pl. XIII, 69.
  • 9 Borda 1979, p. 30.
  • 10 Rizza 1968, pl. XXIII, 137.

15La datation du type au milieu du VIIe siècle paraît également arbitraire. Parmi les rapprochements proposés par Borda le seul vraiment frappant est celui qu’il établit avec une tête de Gortyne8, très voisine surtout en ce qui concerne la structure de la coiffure. Bien que les différences soient également claires, notamment dans les proportions et la forme du menton, il reste certain que ce visage crétois est beaucoup plus proche du type tarentin que les parallèles laconiens évoquées par Borda9. Mais la comparaison s’impose de manière encore plus évidente avec une autre tête de Gortyne (pl. II)10, laquelle, outre la coïncidence presque parfaite de l’encadrement morphologique, présente aussi une structure de visage remarquablement proche de celle du type tarentin, avec son contour allongé mais presque rectangulaire et son plan facial convexe.

Type Pr2

Pr2.1. Tarente, 4781 (Borda 1979, no IIIa3, p. 32-33, fig. 4). Pl. II.

Pr2.2. Saturo, sans no (caisse 1183). Pl. II.
H : 20 ; l : 20 ; α : 8,5 ; β : 11.

Figure féminine debout, cassée au-dessous de la taille, les deux bras cassés au coude.
Moulé, plein, revers aplati. Surface propre mais plutôt abîmée.
Argile beige clair, de consistance moyenne.

On y ajoutera : deux exemplaires sans no, provenant des fouilles de Saturo (1976).

  • 11 Cf. Borda 1979, p. 32.

16Ce type de figure féminine, plutôt simple, est représenté à Saturo par trois exemplaires au moins, appartenant à la même génération, qui viennent s’ajouter à l’exemplaire publié par Borda. Malgré la stylisation conventionnelle de la chevelure (en « perruque à étages ») et du corps, cette figure semble défier le classement fondé sur l’hypothèse d’une évolution continue du visage « dédalique » d’une forme triangulaire vers une forme sphérique. Ce visage, au contour largement arrondi, ne semble pas en tout cas justifier les rapprochements proposés par Borda avec les figures « dédaliques anciennes » et « moyennes » de Gortyne, ni avec une figurine dédalique ancienne de Sparte, datée par Jenkins de 670-65511.

  • 12 Cf. ci-dessous Chapitre 3, en part. p. 90 et suiv.

17En revanche plusieurs indices suggèrent, à mon sens, qu’il s’agit en réalité d’une création relativement récente, qui se référe aux formules désormais banalisées d’une morphologie caractéristique du VIIe siècle, mais dont la réalisation elle-même n’est sans doute pas antérieure au début du VIe, dans un contexte proche de celui des premiers précurseurs de la classe de production qui sera présentée dans le chapitre suivant12. Ainsi pourrait s’expliquer en tout cas la solution technique et le schéma adoptés pour la représentation des bras, qui étaient probablement moulés à part et ajoutés à la figurine, apparaissant ainsi comme pliés au coude et tendus en avant – selon un schéma qui constitue, comme on le verra ci-dessous, l’un des traits les plus constants de la seconde production archaïque de Tarente.

18La séquence de ces petites figurines, moulées pleines et relativement plates, encadrées par une morphologie typiquement « dédalique », mais dont la forme de tête n’entre pas clairement dans les catégories de Jenkins, peut être complétée par les deux variantes d’un type que Borda, apparemment, ne connaissait pas.

Type Pr3

Pr3.1. Amsterdam, 14424. Pl. II.
H. totale : 17 cm ; h. visage : 16,5 mm ; l. visage : 16 mm.

Figure féminine debout, bras gauche et avant-bras droit cassés.
Moulé, plein, revers aplati. Surface plutôt abîmée, avec des traces de couleur ?
Argile beige clair, de consistance moyenne.

On y ajoutera deux autres exemplaires, sans no d’inventaire, provenant de Saturo.

Pr3b

Pr3b. 1. Saturo, sans no (caisse 1186). Pl. II.
H : 22 ; l : 22 ; α : 10 ; β : 12.

Tête de figurine, cassée à la base du cou.
Moulé, plein, revers aplati. Surface plutôt abîmée.
Argile beige clair, de consistance moyenne.

On y ajoutera : Tarente, 77271 (prov. de Saturo), inédit.

Type Pr4

  • 13 Evans 1886, p. 25, fig. 2 ; Higgins 1967, pl. XXII f ; Higgins 1970, p. 268.

Pr4. Oxford, no 1886.737 (Borda 1979, no IIIa4, p. 34, fig. 5)13. Pl. III.

19La célèbre figurine trouvée par A. Evans dans ce qu’il appelait « une couche archaïque » du sanctuaire du Pizzone, est le premier exemplaire connu du « dédalique tarentin ». Elle pourrait être considérée aussi comme l’une des « pièces uniques » de cette période, non seulement parce qu’on n’en connaît aucun autre exemplaire, mais aussi à cause de son exécution plus complexe, particulièrement soignée. Il s’agit en fait d’une figurine complète, moulée à l’avers, pleine, mais dont le corps a un véritable volume au lieu d’être une « plaque », l’arrière étant lissé soigneusement à l’aide d’un outil ; elle était recouverte d’une peinture noire qui est toujours conservée sur plusieurs parties de la surface. D’autre part, ses dimensions (17,5 cm de haut) la rapprochent des figurines de ce premier groupe, où elle s’insère assez bien aussi du point de vue stylistique, à côté justement du type/exemplaire suivant, comparable pour les proportions et pour la structure de la tête.

  • 14 Jenkins 1933, pl. 10,7-8.
  • 15 Rizza, dans ASAtene, n. s. 29-30 (1967-8), p. 237, no 86 ; datation proposée « après 640 ».

20Les rapprochements de Borda paraissent pertinents, à la fois avec les têtes laconiennes du sanctuaire d’Artémis Orthia14, parmi lesquelles nous trouvons aussi un parallèle pour la peinture noire couvrant la chevelure, et avec la statuette de terre cuite d’Axos, dénudant son ventre, dont le geste, en dépit d’une fonction iconographique différente, est très semblable du point de vue formel15.

Type Pr5

Pr5. Trieste, 4401 (Borda 1979, no IIIa5, p. 36-38 fig. 6 ; Poli 2010, no 2, p. 52 et 56). Pl. III.

  • 16 Borda 1979, p. 37.

21Cette figurine-plaque, connue actuellement elle aussi par un seul exemplaire, s’insère solidement dans le groupe des figurines « dédaliques » mineures, étant proche à la fois de la figurine d’Oxford, mais aussi du type suivant, surtout en ce qui concerne le traitement de la chevelure, tandis que la structure du visage en diffère sensiblement. Les rapprochements crétois, admis par Borda pour ce type et le suivant16 s’imposent à la vérité notamment pour le dernier, tandis que la figurine de Trieste apparaît plutôt comme une version moins exigeante du type de la figurine d’Oxford.

Type Pr6

Pr6. Berlin, 7876 (Borda 1979, no IIIa7, p. 41-42, fig. 8). Pl. III.

  • 17 Voir aussi Lo Porto 1964, p. 243, fig. 59.

On y ajoutera : Tarente, 119821 (Borda 1979, no IIIa6, p. 39-40 fig. 7), provenant de Saturo (hauteur totale : 5,8 cm, h. visage : 20 mm, l. visage : 1,8 cm)17.

22Des deux exemplaires connus de ce type, c’est celui du Musée de Berlin (provenance rapportée : Tarente) qui est le plus complet : une grande partie du visage y est restée lisible. Les coïncidences précises entre cette figurine et ce qui reste de celle de Saturo, justifient en tout cas leur attribution à un seul type coroplastique, contrairement à l’analyse de Borda, qui tend à les dissocier et à même à les dater de deux périodes successives.

  • 18 Rizza 1968, p. 232, fig. 329, pl. XXX.
  • 19 Borda 1979, p. 40: « In ultima analisi la fonte stilistica sembra laconica ».
  • 20 Lo Porto 1964, p. 242-243, fig. 59 (« forse ricavata dalla stessa matrice di una figurina analoga (...)

23Les meilleurs rapprochements qui s’imposent à propos de ce visage sont fournis de nouveau par le riche répertoire de créations plastiques protoarchaïques de Gortyne, dont l’exemplaire le plus semblable est le no 190 du catalogue de Rizza, qui en fait le point de départ de sa série de visage « dédaliques tardifs », située entre 640 et 620 av. J.-C.18. Les définitions données par Borda pour la figurine-plaque de Trieste (« dérivée d’un archétype crétopéloponnésien ») et pour la figurine de Berlin (« dérivation d’un modèle crétois ou rhodien »), semblent à la fois vagues et inutilement compliquées ; quant à l’autre exemplaire de notre type PrF, trouvé à Saturo, il a été lié par Borda à l’art laconien, sur la base de comparaisons très approximatives, évidemment les seules que permettait l’état de conservation de la pièce19. Il est convenable de rappeler par contre que l’appartenance de cette statuette au même type de celle de Berlin a été suggérée déjà par F.G. Lo Porto, qui l’a publiée pour la première fois dans ses notes sur les fouilles de Saturo20.

Type Pr7

Pr7.1. Tarente, 119825, provenant de Saturo (Borda 1979, no IIIa11, p. 59-60, fig. 16). Pl. III
H. totale : 10,4 cm ; h. visage : 63 mm ; l. visage : 48 mm ; α : 31 mm ; β : 42 mm.

Pr7.2. Tarente, 187001, provenant de Saturo (Lo Porto, dans Atti Taranto 17 (1977), p. 495-504, pl. LVI, 1). Pl. III.

On y ajoutera : Catalogo del Museo I, 2, p. 50, fig. 30, tête de figurine provenant de Saturo (1976).

  • 21 Rolley 1994, p. 306.

24Les trois exemplaires de ce type, dont un seul a été inséré dans le catalogue de Borda, se rapprochent par leurs traits techniques et aussi par leurs dimensions des « types à exemplaire unique » du groupe suivant, avec lequel ils constituent comme un chaînon intermédiaire. Le type, plus précisément l’exemplaire no Pr7.1, a été d’ailleurs invoqué à propos du « type » suivant, c’est-à-dire du premier de nos exemplaires uniques, la tête bien connue et souvent débattue du Louvre, MNB 254321. Le rapprochement des profils (pl. III) montre qu’il ne s’agit pas probablement de deux exemplaires d’un même type coroplastique, considéré le contraste qui subsiste entre les contours rigides de la tête Pr7.1 et les transitions fluides de la tête du Louvre ; mais leur ressemblance, en particulier structurale, reste tout de même frappante, surtout si l’on considère le contour allongé et mince de la face ou le traitement très similaire des yeux. Celui-ci constitue d’ailleurs aussi un élément de comparaison, qui lie ce visage au type précédent.

  • 22 Borda 1979, p. 59-60.
  • 23 Rizza 1968, pl. XVI.

25Les rapprochements « dédaliques récents » laconiens et corinthiens de Borda restent de toute façon peu convaincants et ne sauraient guère aider à l’encadrement stylistique de notre type PrH, la célèbre tête tarentine « dédalique » du Louvre22. En revanche, le répertoire de Gortyne fournit ici, une fois de plus, un parallèle très direct : la tête no 16 de Rizza23 rappelle en fait très fortement la vue frontale de notre type tarentin, par son contour général, ainsi que par le modelé de sa bouche aux lèvres épaisses et nettement définies.

2.3. Les documents isolés

Type Pr8

Pr8. Louvre, MNB 2543 (Borda 1979, no IIIa12, p. 61-62, fig. 17-18).

  • 24 La bibliographie antérieure à 1979, donnée par Borda, note 154, doit être complétée par deux contr (...)
  • 25 J. Dörig, Lysippe und Iphianassa, AM, 77, 1962, p. 72-91.

26Cette pièce, connue depuis longtemps, a été souvent commentée et évoquée en tant que représentant significatif de l’art « dédalique » tarentin24 ; il est d’autant plus frappant de constater que son encadrement stylistique précis a, jusqu’ici, découragé les chercheurs. Dans le sous-chapitre consacré à cette tête, Borda s’est contenté en fait de rappeler les hypothèses d’un article de J. Dörig, avec lesquelles il semble s’accorder pleinement. Celui-ci a pour sujet un groupe protoarchaïque grec en ivoire, conservé à New York, et attribué par Dörig à Tarente, sur la base de plusieurs rapprochements établis avec les éléments d’un catalogue d’œuvres d’origine tarentine réelle ou supposée25. La comparaison entre la tête tarentine du Louvre et celle de la figure de droite, la mieux conservée, du groupe Morgan a constitué une des preuves majeures de Dörig et paraissait parfaitement convaincante à Borda, au point qu’il a cru pouvoir en tirer des conclusions plutôt aventureuses concernant l’apparition d’un esprit « impressionniste » dans la plastique tarentine de la fin du VIIe siècle : liée au réveil d’une tradition « géométrique », qui aurait dissous les cadres rigides du canon « dédalique », cette tendance serait attestée à Tarente justement par l’ivoire de Dörig et par une antéfixe à tête humaine, sur laquelle nous reviendrons dans notre dernier chapitre. Contrairement à Borda, j’avoue ne voir aucune ressemblance frappante entre la tête du Louvre et celle de la figure mieux conservée de l’ivoire Morgan ; cette dernière me rappelle plutôt, en fait, une structure qui semble caractéristique de la plastique crétoise du milieu du VIIe siècle, et qui sera évoquée dans un moment à propos des types tarentins Pr10 et Pr11 ; il s’agit en tout cas d’une structure de tête essentiellement massive et carrée, voire grossière, avec un nez plutôt court qui jaillit en se détachant abruptement du plan du front. Tout cela n’a rien en commun avec la tête tarentine, caractérisée justement par l’allure fuyante de la partie inférieure du visage et des plans des joues, par l’empâtement des maxillaires et par un certain déséquilibre, créé justement par le nez long, tendu en avant, mais toujours en ligne continue avec le front. Les dimensions exagérées des yeux, l’unique point commun des deux représentations, sont un trait largement diffusé, pour ne pas dire une constante, de la plastique protoarchaïque.

  • 26 Cf. ci-dessous p. 78-113.

27Une solution différente pour déterminer le style de la tête du Louvre a été proposée par Cl. Rolley, sur la base justement des grands yeux écarquillés, cernés par des paupières dissymétriques, en fins bourrelets plastiques, qu’il décrit comme « exorbités » et trouve typiquement laconiens. Mais à part une confirmation théorique de la tendance spécifiquement laconienne à accentuer les yeux, en leur conférant une expressivité particulière, il me paraît difficile de déceler dans cette tête aucun trait qui oriente vraiment de ce côté, ni de lui trouver le moindre parallèle précis dans le répertoire laconien du VIIe ou même du VIe siècle. Les deux principales lignées stylistiques de l’art laconien, dont l’influence se laissera reconnaître dans la phase suivante de la plastique de terre cuite tarentine26, me semblent en tout cas fondamentalement étrangères à la stylisation de cette petite œuvre protoarchaïque.

  • 27 Borda 1979, p. 62.

28Le seul élément de comparaison qui paraissait pertinent, et que la restauration de la terre cuite et la documentation détaillée dont elle s’est accompagnée sont venues d’ailleurs confirmer par la suite, est d’ordre morphologique et concerne la stylisation de la chevelure en tresses ou en mèches tombant des tempes en forme d’éventail, derrière les oreilles, rapprochée par Borda de la stylisation, en effet similaire, de la statue d’Eleutherna, et qui lui permettait d’en faire aussi un indice chronologique décisif à l’appui de sa datation à la fin du VIIe siècle27.

29Mais cette forme de représentation de la chevelure fournit aussi un indice concernant l’exécution particulière de la tête, qui la distingue nettement des autres œuvres appartenant à cette phase de la production. Elle est en réalité creuse, et non pleine comme le croyait Borda, composée d’un visage moulé, remarquablement profond pour l’époque, d’une paroi dorsale et de nombreux éléments rapportés, comme probablement les grandes oreilles elles-mêmes, et naturellement les mèches de cheveux, dont la plupart sont perdues ; elle est en outre ouverte en haut, ce qui indique qu’elle était certainement couronnée à l’origine par d’autres éléments aujourd’hui perdus, dont nous ne pouvons évidemment pas nous faire la moindre idée précise. L’idée s’impose donc que cette œuvre « construite », qui se distingue de la plupart des autres éléments du catalogue de Borda par son traitement en ronde-bosse, soit le produit d’un atelier tout à fait différent, dont les artisans avaient été nécessairement formés dans une tradition beaucoup plus sophistiquée – sans qu’on puisse formuler pour le moment aucune hypothèse vraiment solide concernant l’identité de cette tradition.

  • 28 Bien que Borda 1979, p. 43 se soit prononcé justement en sens opposé.

30Contrastant avec cette tête énigmatique, deux autres pièces se laissent rattacher, me semble-t-il, assez clairement, à une source bien précise, qui est encore une fois l’art crétois du VIIe siècle. La kourotrophe de Trieste et une tête de grande figurine-plaque conservée à Heidelberg sont en fait étroitement liées entre elles par une structure de visage qui reste à peu près identique28, et qui trouve des correspondants précis dans le matériel de Gortyne.

Type Pr9

Pr9. Trieste 2393 (Borda 1979, no IIIa9, p. 46-55, fig. 11-14). Pl IV.

  • 29 Pour une bibliographie complète v. Borda 1979, note 85.
  • 30 Cf. ci-dessous, p. 40-50.

31La statuette de kourotrophe, sans doute la pièce la plus connue, après la tête du Louvre MNB 2543, du répertoire « dédalique » tarentin29, se distingue à plusieurs égards des autres éléments de ce répertoire. Son bon état de conservation permet aussi d’en apprécier en détail la technique : elle a été soigneusement décrite par M. Borda, qui accordait une attention particulière à la polychromie des engobes utilisés et aux éléments de décoration peinte, toujours visibles sur la « robe » de la statuette. Objectivement, on peut dire que cette statuette excelle surtout par la complexité des procédés employés, plutôt que par la qualité du modelé, qui paraît même négligé, si on le compare à celui de la tête conservée à Heidelberg ci-dessous, Pr11). Elle combine en fait trois techniques différentes : sa partie inférieure cylindrique étant faite au tour de potier, ses bras, son buste, la figure de l’enfant tenu dans ses bras modelés à la main, ainsi que la paroi de revers de la tête et du buste, tandis que le visage et une partie du buste sont moulés. Visiblement, de fréquentes retouches ont contribué à l’effet final, surtout en ce qui concerne la chevelure, animée dans le dos par un riche réseau d’incisions. En comparant ces données techniques aux deux phases de production suivantes, la question se pose de savoir s’il ne s’agit pas ici d’un exemple ancien de la pratique, largement diffusée au VIe siècle tout le long du Golfe de Tarente, qui consiste à fabriquer les statuettes, surtout féminines, par la combinaison régulière d’éléments tournés, modelés et moulés, en complétant le tout par des pastillages exubérants30. L’isolement complet de cette statuette, qui est séparée des productions de masse plus récentes par un décalage chronologique en tout cas considérable, nous empêche toutefois de pousser plus loin cette hypothèse.

  • 31 Rolley 1994, p. 151.
  • 32 Rizza 1968, p. 217-218.

32Il en va un peu de même de l’origine de la jupe en cloche ou en cylindre, faite au tour. La parenté structurelle du corps de la statuette, en cylindre évasé et joint au buste par une articulation anguleuse bien marquée, avec des documents crétois plus anciens a été relevée par Cl. Rolley31. La survivance des formules subminoennes de représentation du corps en Crète jusqu’à l’époque géométrique et dédalique a été mise en lumière par G. Rizza32 et la ressemblance du torse de notre statuette avec ceux des « déesses au pavot » est en fait assez frappante ; on se demandera toutefois si ces coïncidences sont suffisantes pour qu’on puisse construire sur elles l’hypothèse que la kourotrophe de Trieste dépende des modèles crétois.

  • 33 Rizza 1968, fig. 290.
  • 34 Rizza 1968, p. 242.

33En revanche un rapprochement crétois s’impose pour la tête de notre statuette, qui me paraît à la fois assez solide et assez immédiat pour constituer un indice fiable concernant l’origine de ses modèles. Le fragment de tête de Gortyne no 7333 (pl. IV) montre en effet avec celle de la kourotrophe une ressemblance profonde, non seulement quant à la vue frontale, où leur parenté est soulignée par les mêmes détails peints, mais surtout en vue de profil. G. Rizza a rappelé l’importance particulière de l’analyse du profil dans le classement de la plastique crétoise protoarchaïque, au sein de laquelle, parallèlement à la multiplicité des variations physionomiques qui affectent notamment l’allure des contours de la face, la structure décelée dans les profils constitue un fil conducteur constant. Son fragment no 73 et avec lui la tête de la kourotrophe tarentine s’insèrent dans la séquence par laquelle Rizza illustre le développement de ses phases « dédalique ancienne » et « moyenne »34.

  • 35 Borda 1979, p. 51: « In realtà non c’è nella statuetta nulla di più cretese di quanto ci possa ess (...)

34Il semble, somme toute, que l’on puisse apporter, concernant la statuette de Trieste, de solides arguments en faveur de l’hypothèse de connexions stylistiques crétoises, que M. Borda refusait complètement35, en cherchant à définir le style et la date de la statuette à travers une série de comparaisons péloponnésiennes, surtout corinthiennes, qui le conduisaient à la dater de la dernière décennie du VIIe siècle.

Type Pr10

Pr10. Heidelberg T. 16 (Borda 1979, no IIIa8, p. 43-45, fig. 9-10).

  • 36 Le rapprochement de Borda avec une tête d’ivoire du sanctuaire d’Artémis Orthia, (Dawkins 1929, pl (...)

35Le fragment de Heidelberg, qui est quant à la qualité technique le meilleur exemplaire du corpus protoarchaïque actuellement connu, a été identifié par Borda comme le fragment d’une statuette représentant une figure entière. Mais alors qu’il reconnaissait la ressemblance précise qui existe dans le rendu de la chevelure entre cette œuvre et la précédente, au point de les attribuer hypothétiquement « à un même atelier », il a décrit le visage comme foncièrement différent de celui de la kourotrophe et a cherché pour lui des comparaisons laconiennes. Je crois que le rapprochement proposé ici, pl. IV, entre ce fragment, la tête de la kourotrophe et la tête « dédalique moyenne » de Gortyne suffira à montrer que la parenté de ces trois œuvres justifierait au moins la réouverture du dossier36.

Type Pr11

Pr11. Saturo, sans no (caisse 14), provenant des fouilles du 1976-1977. Pl. IV.
H : 38 ; l : 27 ; α : 14 ; β : 20.

Tête de figurine, cassée à la base du cou.
Moulé, plein, revers aplati. Surface mais plutôt abîmée, couverte de concrétions.
Argile beige clair, de consistance moyenne.

  • 37 Mollard-Besques 1954, no B436.

On y ajoutera : Louvre MNB 2218 (Borda 1979, no IIIa13, p. 63-64, fig. 19)37.

36Ce dernier document « isolé » du corpus de Borda se distingue des précédents par ses dimensions modestes et par sa qualité médiocre, aggravée encore par la mauvaise conservation de sa surface qui a pour effet d’émousser bien des détails plastiques. Cet état de choses, que l’auteur déplore dans la description de la pièce, l’a visiblement empêché d’en faire une analyse réellement précise : il se borne à constater la « modernité » de la représentation, que trahissent des oreilles bien visibles, bien que disproportionnées et fort stylisées, ainsi que la stylisation des cheveux tombant de part et d’autre du cou en tresses perlées. La grande profondeur du volume de cette tête fournit d’ailleurs une confirmation supplémentaire de sa datation récente, entre la fin du VIIe et le début du VIe siècle.

  • 38 Avec Wallenstein 1971, pl. VII, 1.
  • 39 Cf. une tête de figurine de terre cuite, Paros, no T37 : O. Rubenohn, Das Delion von Paros, 1962, (...)

37Les rapprochements établis par Borda avec des œuvres corinthiennes, notamment avec des appliques de pyxides ne sont guère convaincants qu’au niveau morphologique38 : des plans convergents des joues et même des yeux du petit visage du Louvre, en même temps que du profil fuyant de la partie inférieure du visage, résulte en effet un déséquilibre qui est tout à fait étranger aux têtes corinthiennes citées et rappelle plutôt des stylisations protoarchaïques cycladiques39, même si l’usure de notre pièce tarentine interdit un rapprochement vraiment précis.

Type Pr12

  • 40 Voir aussi Langlotz, Hirmer 1963, p. 251, fig. 4 et Rolley 1994, p. 151, fig. 315.

Pr12. Tarente, sans no (Borda 1979, no IIIa14, p. 65-66, fig. 20)40. Pl. IV.

38La dernière pièce du catalogue de Borda qui reste à considérer sort de la catégorie de la « petite plastique » : avec ses 19 cm de haut, cette tête doit être plutôt décrite comme celle d’une statue, plutôt que d’une statuette de terre cuite. Selon la description de Borda elle n’aurait du reste jamais appartenu à une figure entière, mais aurait été une représentation de tête indépendante, même si l’idée d’une antéfixe ne s’impose pas. La base plate de l’objet, qui coupe la composition à la base du cou par une ligne horizontale régulière, n’exclut pourtant pas d’une façon péremptoire son appartenance à une statue, laquelle pouvait bien être composée d’éléments préparés séparément.

39Quoi qu’il en soit, il s’agit certainement d’une œuvre de grande qualité, à la fois par la précision du modelé et par la réussite esthétique de la représentation, dont les commentateurs ont souligné à juste titre l’expressivité exceptionnelle et même l’originalité avec laquelle le modeleur a réussi à remplir un formulaire qui appartient nettement à la morphologie « dédalique » du VIIe siècle. Mais en même temps il est très probable qu’il ne s’agit plus d’une création protoarchaïque, mais d’une œuvre archaïsante du début du VIe siècle, comme le suggérait d’ailleurs déjà Borda, qui la mettait en relation avec les kouroi du premier groupe de Richter, encore que ses rapprochements « doriens » avec les jumeaux argiens de Delphes et avec des œuvres corinthiennes semblent plutôt vagues. À vrai dire, cette tête monumentale « pseudo-dédalique » est la première œuvre du corpus tarentin qui me paraisse nettement apparentée à la tradition laconienne, dont nous allons analyser dans le chapitre suivant deux lignées, apparemment parallèles, reconnaissables dans le matériel plastique tarentin du VIe siècle. N’ayant rien à voir avec une création banale, cette tête ne s’insère pas parfaitement et simplement dans une de ces deux traditions, mais elle semble curieusement partager des traits fondamentaux avec les deux : c’est d’une part la vivacité d’expression créée par la saillie accentuée des pommettes, qui contribue avec l’allure fuyante du nez à souligner en quelque sorte le regard, même si les yeux ne sont pas ici particulièrement écarquillés (cf. ci-dessous, pl. XIII-XIV) ; d’autre part, les contours particulièrement nets, voire rigides d’une face essentiellement ovale, caractérisée par les grands yeux soigneusement cernés, par un nez long et par une petite bouche courte qui se maintient rigoureusement sous la base du nez (cf. ci-dessous, pl. XVI).

40Une tête inédite du Musée National de Tarente (no 2301), que nous ne pouvons reproduire ici, est très proche de la tête Pr12, de dimensions similaires et peut-être même dérivée du même prototype coroplastique. Bien qu’elle soit fragmentaire, on voit clairement qu’elle appartenait à un buste et était pourvue d’une barbe, ajoutée après le moulage.

2.4. Des Crétois ou des Laconiens ? Conclusions préliminaires

41Le bilan que l’on peut dresser à partir de cette révision rapide des documents matériels de la première phase de production et de l’unique tentative de catalogue complet qui y a été consacrée, montre qu’il reste encore beaucoup à faire pour définir clairement les cadres stylistiques de cette période.

  • 41 Je me réfère surtout aux datations hautes données par Borda aux types Pr1 et Pr2, que j’ai préféré (...)

42Le nombre réduit des exemplaires ne facilite pas forcément en effet le travail de celui qui cherche à reconnaître l’existence de traditions caractéristiques sur le site, coexistantes ou successives, mais qui pourraient être suivies tout au long de leur évolution. En tout cas il est évident que le matériel tarentin actuellement connu ne se prête pas à la reconnaissance de cette sorte de lignées stylistiques continues. Les deux groupes de types, divisés dans les pages précédentes en fonction de leur qualité technique et du nombre des exemplaires, ne nous renseignent que sur l’existence, d’une part, d’une activité productrice locale (pas forcément très ancienne)41, et de la présence à Tarente de plusieurs créations exceptionnelles pour leur qualité esthétique ou pour leur originalité, réalisées à la même époque. Quant à ces dernières, pourtant, il faut ajouter d’emblée que c’est justement leur qualité exceptionnelle qui empêche, au moins pour le moment, de les insérer clairement dans une histoire du développement artistique local, faute de chaînons intermédiaires qui permettraient de déterminer leur véritable place dans ce contexte.

43À la lumière de cette constatation, la démarche de Borda, qui cherchait à reconstruire une séquence chronologique linéaire, susceptible de se refléter même dans l’ordre de présentation du matériel, semble de toute façon erronée. Bien qu’il critique souvent les conclusions chronologiques de Jenkins, il paraît somme toute attaché au concept de base d’un style « dédalique », dont les variations formelles reflèteraient logiquement des changements de goût graduels, qui se seraient succédés logiquement pendant le VIIe siècle et au début du VIe.

  • 42 Cf. Pr4, en partie Pr5 et Pr12.

44Un autre parti pris auquel Borda reste rattaché le plus souvent dans son livre, est celui de la pré pondérance supposée de modèles artistiques laconiens dans l’art du premier siècle de l’histoire de Tarente ; cette thèse est présentée parfois en net contraste avec l’hypothèse, presque totalement refusée par lui, des apports crétois dans la formation du milieu artistique tarentin du VIIe siècle. La révision qu’on vient de faire ici, d’une part, des rapprochements de Borda, en même temps qu’une première recherche d’autres comparaisons possibles, ne confirme pas la position de l’archéologue italien. Quant aux possibles éléments de style laconien, il faut constater, à peu d’exception près42, que le matériel tarentin protoarchaïque, tel qu’il nous est connu aujourd’hui ne montre pas de ressemblances particulièrement frappantes avec la plastique laconienne de l’époque. Il faut avouer en fait, que les rapprochements établis par Borda, ou par d’autres chercheurs, ne montrent que des correspondances superficielles entre nos documents tarentins et ceux des divers centres de la Grèce égéenne. Mais dans les quelques cas où il m’a semblé reconnaître des coïncidences suffisamment précises avec un répertoire formel étranger, elles confirmaient juste ment l’hypothèse de la présence à Tarente de modèles stylistiques crétois.

  • 43 Bonn, collection privée ; Borda 1979, no IIIc1, p. 78-81, fig. 25. Taranto, Musée National ; Lippo (...)
  • 44 Rizza 1968, nos 127, 317-9, 321.
  • 45 Cf. Borda 1979, p. 79-80.
  • 46 E. Langlotz, dans Antike Plastik, Berlin, 1928, p. 114-115, fig. 2.
  • 47 Borda 1979, p. 79.
  • 48 Rizza 1968, nos 171 et 173, fig. 318-321.
  • 49 Cf. p. ex. chez Rizza 1968, pl. IV.

45Quant à une telle présence, nous pouvons d’ailleurs compléter les observations faites dans les pages précédentes par le témoignage de deux documents ultérieurs. Les deux plaques de terre cuite à reliefs, trouvées respectivement à Tarente et à Saturo, montrent une filiation directe par rapport à l’art de la Crète protoarchaïque (pl. V)43. Les deux objets sont pourvus de trous de suspension, et très probablement de fonction votive ; ce type d’objet est largement connu, sous cette même forme, dans le riche matériel coroplastique de Gortyne44. L’appartenance de ces objets à un atelier local est confirmée par le type de pinax représentant le couple interprété le plus souvent comme Thésée et Ariane, et par l’existence d’un autre exemplaire au moins trouvé à Tarente45. Le rapprochement de ce petit relief avec l’art crétois, suggéré déjà par Langlotz, qui fut le premier à le mettre en relation avec la représentation de la cruche d’Arkades46, a été repris par Borda, qui a cherché toutefois à montrer le caractère éclectique du style de représentation, au sein duquel le schéma iconographique crétois s’enrichirait d’une forme de stylisation péloponnésienne47. Toutefois le « Thésée » de cette plaque n’en trouve pas moins des parallèles très étroits sur les représentations d’anatomie masculine de plaques similaires de Gortyne48. L’autre pinax, découvert plus récemment, apporte une confirmation supplémentaire, à la fois de la fabrication tarentine de la plaque représentant « Thésée et Ariane », et de l’origine crétoise des schémas adoptés pour ces compositions. On reconnaît fort bien, en fait, le schéma de la triade divine du relief de Gortyne49, heureusement adapté ici au thème du choros, avec les deux participants féminins vêtus, les bras des personnages croisés avec un sens décoratif qui correspond à celui de l’autre pinax tarentin, et avec le personnage masculin central répétant très précisément la formule que laissent entrevoir aussi les fragments du personnage central de la triade de Gortyne.

46Bien que l’origine laconienne des Tarentins ait été un véritable lieu commun même dans l’historiographie antique, le cadre que nous venons de tracer, en témoignant dans la première phase de l’histoire de la cité d’une présence de traits culturels crétois plutôt que laconiens, s’accorde en revanche avec la vision que nous suggèrent d’autres sources.

  • 50 Cf. Wuilleumier 1939, p. 20-21 et Bérard 1957, p. 162-163.

47Il faut rappeler en effet tout d’abord le témoignage des sources littéraires, dans lesquelles le souvenir d’une présence crétoise sur le futur emplacement de Tarente revient plusieurs fois : selon l’histoire de la fondation de Tarente, racontée par Antioche de Syracuse (ap. Strab. VI, 3), les Parthénioi durent faire face, lors de leur arrivée, à une population locale mixte, composée de « Barbares » et de « Crétois ». Ce témoignage est confirmé ultérieurement par Athénée, qui renvoie à Timée (FrHGr I, 196, 14)50. À propos de la défaite subie par les Tarentins contre les Messapiens à l’aube de l’époque classique, c’est Hérodote (VII, 170) qui rappelle que les « Barbares » d’Hyria auraient été les descendants d’un groupe de Crétois, arrivés à l’Ouest avec Minos, restés en Italie méridionale et « devenus des Messapiens d’Iapygie ».

  • 51 Stibbe 1975, p. 30 et suiv.
  • 52 Lo Porto 1974, p. 183-186.

48Sans pouvoir bien entendu rouvrir ici la question de l’interprétation de ces témoignages, on ne saurait pourtant négliger une autre évidence, celle qui est fournie par le cadre archéologique des importations céramiques sur le site. Tandis qu’on signale en effet entre le début et le dernier quart du VIIe siècle une absence remarquable de la céramique laconienne dans la chôra de Tarente51, F.G. Lo Porto a noté il y a longtemps une présence particulièrement consistante de céramique crétoise et cycladique sur la péninsule du Salento durant la même période, contrastant avec la rareté générale de ce matériel dans toutes les autres régions de Grande Grèce52. Ces données archéologiques ne se limitent pas d’ailleurs aux sites « indigènes » de la zone de Tarente, mais ont été confirmées par les fouilles de la ville elle-même et à Saturo.

Notes

1 Une part importante des documents « dédaliques » de Borda est conservé au Museo Civico de Trieste, où je n’ai pas pu obtenir accès au matériel. Quelques autres pièces, conservées au Musée National de Tarente, m’ont été également inaccessibles.

2 Cf. Olbrich 1979, pl. 1-5 et 47-49. Borda 1979, p. 19 cherche à expliquer cette pauvreté de documents par la comparaison, à vrai dire, plutôt forcée avec les « centres du Péloponnèse » où la quantité de terres cuites serait inférieure à cette époque par rapport à la Crète.

3 Cf. ci-dessous p. 40-44 et 134-137.

4 Borda 1979, p. 20: « A Taranto le matrici sembrano derivare, nella fase iniziale della produzione, da Sparta ».

5 En faisant référence le plus souvent à Jenkins 1933 et à Jenkins 1936.

6 Il semble adopter parfois une position nettement critique à l’égard des hypothèses antérieures de quelques auteurs, qui avaient déjà évoqué la possibilité de sources crétoises à propos de plusieurs documents « dédaliques » de Tarente, comme p. ex. Wuilleumier 1939, p. 396-397 et Lo Porto 1964, p. 242-243 ; cf. Borda 1979, p. 21 avec note 24.

7 Istanbul, Musée Archéologique, no 729. Borda 1979, fig. 15, p. 56-57.

8 Rizza 1968, pl. XIII, 69.

9 Borda 1979, p. 30.

10 Rizza 1968, pl. XXIII, 137.

11 Cf. Borda 1979, p. 32.

12 Cf. ci-dessous Chapitre 3, en part. p. 90 et suiv.

13 Evans 1886, p. 25, fig. 2 ; Higgins 1967, pl. XXII f ; Higgins 1970, p. 268.

14 Jenkins 1933, pl. 10,7-8.

15 Rizza, dans ASAtene, n. s. 29-30 (1967-8), p. 237, no 86 ; datation proposée « après 640 ».

16 Borda 1979, p. 37.

17 Voir aussi Lo Porto 1964, p. 243, fig. 59.

18 Rizza 1968, p. 232, fig. 329, pl. XXX.

19 Borda 1979, p. 40: « In ultima analisi la fonte stilistica sembra laconica ».

20 Lo Porto 1964, p. 242-243, fig. 59 (« forse ricavata dalla stessa matrice di una figurina analoga da Taranto, che lo Jenkins classifica nel gruppo di Eleutherna »).

21 Rolley 1994, p. 306.

22 Borda 1979, p. 59-60.

23 Rizza 1968, pl. XVI.

24 La bibliographie antérieure à 1979, donnée par Borda, note 154, doit être complétée par deux contributions plus récentes : S. Besques, Une tête dédalique de Tarente. Remarques sur sa restauration, RLouvre, 35, 1985, p. 169-173 ; Rolley 1994, p. 306, fig. 315.

25 J. Dörig, Lysippe und Iphianassa, AM, 77, 1962, p. 72-91.

26 Cf. ci-dessous p. 78-113.

27 Borda 1979, p. 62.

28 Bien que Borda 1979, p. 43 se soit prononcé justement en sens opposé.

29 Pour une bibliographie complète v. Borda 1979, note 85.

30 Cf. ci-dessous, p. 40-50.

31 Rolley 1994, p. 151.

32 Rizza 1968, p. 217-218.

33 Rizza 1968, fig. 290.

34 Rizza 1968, p. 242.

35 Borda 1979, p. 51: « In realtà non c’è nella statuetta nulla di più cretese di quanto ci possa essere in tutta la produzione protoarcaica di terrecotte dell’occidente… ».

36 Le rapprochement de Borda avec une tête d’ivoire du sanctuaire d’Artémis Orthia, (Dawkins 1929, pl. CLXXIII, 5) me paraît particulièrement contestable.

37 Mollard-Besques 1954, no B436.

38 Avec Wallenstein 1971, pl. VII, 1.

39 Cf. une tête de figurine de terre cuite, Paros, no T37 : O. Rubenohn, Das Delion von Paros, 1962, pl. 26.

40 Voir aussi Langlotz, Hirmer 1963, p. 251, fig. 4 et Rolley 1994, p. 151, fig. 315.

41 Je me réfère surtout aux datations hautes données par Borda aux types Pr1 et Pr2, que j’ai préféré remettre en cause ci-dessus.

42 Cf. Pr4, en partie Pr5 et Pr12.

43 Bonn, collection privée ; Borda 1979, no IIIc1, p. 78-81, fig. 25. Taranto, Musée National ; Lippolis 1995, pl. XXX, 3.

44 Rizza 1968, nos 127, 317-9, 321.

45 Cf. Borda 1979, p. 79-80.

46 E. Langlotz, dans Antike Plastik, Berlin, 1928, p. 114-115, fig. 2.

47 Borda 1979, p. 79.

48 Rizza 1968, nos 171 et 173, fig. 318-321.

49 Cf. p. ex. chez Rizza 1968, pl. IV.

50 Cf. Wuilleumier 1939, p. 20-21 et Bérard 1957, p. 162-163.

51 Stibbe 1975, p. 30 et suiv.

52 Lo Porto 1974, p. 183-186.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site