Préface

Claude Pouzadoux

1Il est plus courant aujourd’hui de souligner les limites de l’approche stylistique que de reconnaître son apport à la connaissance d’une production artistique ou artisanale. Le reproche est d’autant plus accusé qu’elle constitue souvent, faute de données sur le contexte de découverte, le principal, voire le seul, critère de datation. Considérée sous cet angle, cette démarche finit par être considérée comme obsolète et erronée. L’actualisation des grands systèmes de classement a néanmoins ouvert la voie au développement d’une approche historique des styles fondée sur la combinaison d’observations internes et de données externes aux œuvres. C’est dans cette perspective qu’a travaillé Ágnes Bencze pour répondre à deux questions : retrouver et expliquer, d’une part, ce qui définit le style de la coroplathie votive tarentine à l’époque archaïque, reconstituer, d’autre part, la culture visuelle d’une communauté.

2En se situant au plus près des œuvres, elle restitue par une description dont la précision n’a d’égal que l’élégance, l’évolution morphologique et technique des figurines en terre cuite. La rigueur avec laquelle elle exprime chaque spécificité et formule les différences lui permet d’affiner les regroupements et de retrouver les connexions historiques malgré la dispersion du matériel entre différentes collections et l’absence de provenance assurée. Elle s’est donné en outre les moyens de penser le morcellement culturel et d’en rendre compte en privilégiant une conception polycentrique de la Méditerranée archaïque. Elle ne néglige pour cela aucun facteur susceptible d’expliquer la formation d’un style local dans le cadre d’une apoikia, et met en évidence les emprunts à des modèles multiples et à des savoir-faire variés.

3Personne ne pourrait présenter mieux que l’auteur l’origine, les étapes et les résultats d’un projet admirablement mené comme on le lira dans le premier chapitre où elle expose sa démarche. Mais avant de lui laisser la parole, je forme le vœu que cet ouvrage soit aussi le signe d’un intérêt accru pour les arts de la Grande Grèce et plus particulièrement pour ceux de Tarente et de la région des Pouilles à laquelle le Centre Jean Bérard souhaite s’ouvrir davantage.

Auteur

Claude Pouzadoux