Version classiqueVersion mobile

Amendolara

 | 
Juliette de La Genière

Observations, bilan, hypothèses

Amendolara en Italie méridionale

Texte intégral

  • 66 R. Peroni et al., Ricerche sulla Protostoria della Sibaritide 1 (Cahiers CJB VII), p. 10-20 ; II ( (...)
  • 67 Le cambriolage de l’Antiquarium d’Amendolara, qui a eu lieu dans la nuit du 5 au 6 juillet 1973, a (...)

1Les travaux de R. Peroni et de son équipe ont établi que les phases du Bronze récent et final étaient représentées à Amendolara ; elles y ont été suivies par un établissement important de l’Âge du fer dont de nombreux documents ont été recueillis sporadiquement ; et cela, aussi bien dans l’habitat établi sur la fortification naturelle de l’actuel Rione Vecchio, que dans les nécropoles, malheureusement détruites, dont la plus importante est celle d’Agliastroso, juste au sud de l’habitat, de l’autre côté d’un profond ravin66. La qualité des objets de bronze, ceux que conserve le Musée de Reggio de Calabre, et ceux qui avaient été sauvés par les soins du Docteur Vincenzo Laviola, illustrent la prospérité de cet établissement de l’Âge du fer, qui pourrait avoir été comparable à celui de la Motta de Francavilla Marittima ; fibules, bijoux, nombreux javelots et belles pointes de lance en bronze, tout ce riche mobilier évoquait l’importance du site à l’Âge du fer67.

  • 68 Zancani Montuoro 1980-1982, p. 29-40, tav. XI b-XVI. Zancani Montuoro 1974-1976, p. 51-66, tav. XX (...)
  • 69 Un seul fragment de Santo Cavalcatore pourrait faire exception et illustrer ces trafics antérieurs (...)

2Cependant, si la plaine côtière entre Crathis et Raganello a pu être un lieu où, après la fondation de Pithecusses, des navigateurs phéniciens, eubéens, ou autres, ont échangé, contre de l’eau ou des produits frais, des objets de l’artisanat grec ou oriental, objets que l’on retrouve dans plusieurs tombes de Francavilla Marittima de la deuxième moitié du VIIIe siècle, comme la tombe T. 8, ou la tombe T. 6968, il apparaît que la vallée du Straface, au pied du Rione Vecchio d’Amendolara n’a pas connu des fréquentations maritimes aussi intenses : en effet, dans la masse du matériel sporadique d’Agliastroso, comme parmi les fragments trouvés sous l’habitat, à Santo Cavalcatore, on ne connaît actuellement pas un seul document qui pourrait illustrer avec évidence des trafics côtiers à la veille de la fondation de Sybaris69 ; peut-être, ce silence disparaîtrait-il si une recherche systématique dans le secteur d’Agliastroso pouvait être menée.

  • 70 J. de La Genière, Not. Sc., 1977, p. 389-422.
  • 71 J. de La Genière, in : Crossroads in the Mediterranean, Brown University, 1981, p. 163-189, notamm (...)

3Lorsque les Achéens s’installent à Sybaris, toute l’économie d’une vaste région est bouleversée : les habitats qui dominaient comme en couronne la vaste plaine de l’Esaro, du Crathis et du Raganello s’effacent, et ainsi le chapitre de ces trafics maritimes est désormais clos faute d’interlocuteurs œnôtres. À Francavilla Marittima, tandis qu’un culte grec s’installe sur la Motta, la nécropole demeure peu utilisée jusque dans les dernières décennies du VIIe siècle ; ensuite, pendant une période qui n’atteint pas les dernières décennies du VIe siècle, un modeste groupe d’habitants vivra au pied de la Motta et enterrera les siens à Macchiabate sur les sépultures anciennes. Les transformations entraînées par l’arrivée des Achéens ne se sont pas arrêtées aux limites de la Sybaritide : en effet, sur la moyenne vallée du Crathis, on observe à la même époque des changements soudains dans des sites importants à l’Âge du fer, comme Torano70 ou Bisignano71.

  • 72 La Genière 1968, pl. 32, 33.
  • 73 Voir note 21.

4L’abandon de l’habitat de l’Âge du fer à Amendolara, que l’on a évoqué plus haut, paraît être également une conséquence directe de la fondation de Sybaris ; ici, toutefois, l’effacement des habitants n’est pas complet puisqu’un petit groupe d’entre eux s’est établi, peu de temps après, à moins de deux km sur la colline de S. Nicola ; il était libre, comme l’indiquent les quelques pointes de lance déposées dans les tombes d’hommes. Malgré les bouleversements subis, malgré l’appauvrissement évident, les habitants, on l’a vu, s’efforcent de maintenir les traditions funéraires, notamment pour les tombes des femmes ; en effet, dans la mesure du possible, on accompagne la morte avec des bijoux traditionnels ; mais ceux-ci sont usés maintenant, parfois cassés ; il est clair que manquent les artisans qui pourraient les réparer, ou les remplacer, ou encore créer des types nouveaux, comparables à ceux qui ont cours en Basilicate au VIIe siècle et dont les tombes de Sala Consilina présentent une riche collection72. Au milieu de cette pauvreté générale, deux mobiliers funéraires, P.O. 259 et P.O. 263, plus d’un demi-siècle plus tard, évoquent le souvenir d’une distinction sociale révolue, comme il pouvait y en avoir eu aussi parmi les habitants du Rione Vecchio au siècle précédent73.

5La petite population de S. Nicola n’était pas complètement isolée. Si elle avait ses potiers pour fabriquer les cruches traditionnelles à décor géométrique, elle utilisait désormais les formes grecques pour ses vases à boire et, tout au long du VIIe siècle, elle a partagé avec les habitants des centres proches de la façade ionienne, les coupes à filets ou coupes fines de type subgéométrique dérivées de modèles protocorinthiens. Quel que soit le, ou quels que soient les centres producteurs de ces vases à boire, cet usage commun implique des relations, au moins indirectes, entre acheteurs et vendeurs.

  • 74 I. Berlingò, Not. Sc., 2004-2005, Policoro, la nécropole sud-occidentale, p. 329-382, notamment p. (...)

6Certains objets paraissent être arrivés à Amendolara à la faveur de contacts avec la zone côtière entre Sinni et Agri, région qui entretenait d’intenses trafics avec la Grèce de l’est, notamment Rhodes, et aussi les Cyclades, pendant une période qui couvre tout le VIIe siècle, comme l’ont montré les fouilles menées par I. Berlingo74, et comme le montre ici l’étude des Ægyptiaca de F. De Salvia (p. 213 s.).

  • 75 I. Berlingò, Le necropoli di Siris, Bd Arch., 22, 1993, p. 1-23, notamment p. 15. L. Malnati, Tomb (...)

7En même temps, on connaît à Policoro deux tombes de la nécropole occidentale qui ont livré des fibules phrygiennes, les tombes 11 et 405, cette dernière datée par un aryballe du Protocorinthien moyen, et il est assez vraisemblable que c’est au voisinage des colons de Colophon que l’on doit les fibules de type phrygien de Santa Maria d’Anglona75 ; voisinage qui expliquerait aussi la présence d’une phiale de bronze phrygienne dans une tombe “émergente” d’Amendolara (P.O. 259) au milieu du VIIe siècle.

  • 76 J. Boardman, Excavations in Chios, 1952-55, Oxford 1967, p. 128-129, n. 390-401.
  • 77 Roccanova, Nécropole de Tre Confini, tombes n. 3, 8, J. de La Genière, in : Les céramiques de Grèc (...)
  • 78 Quatre exemplaires, n. 86-89, dans la tombe 3 de Chiaromonte-Sotto la Croce, A. Russo Tagliente, N (...)

8Quelques décennies plus tard, vers la fin du VIIe, ou au début du VIe siècle, un plat creux à pied dont le rebord creusé de rainures est pourvu de quatre prises (P.O. 280) imite un modèle métallique dont maintes traductions en terre cuite existent en Ionie76 ; ce vase est très répandu à la même époque dans plusieurs centres proches des vallées de l’Agri et du Sinni, notamment à Roccanova77, comme à Chiaromonte78, et cela au temps où les Colophoniens étaient présents sur le Sinni. Il apparaît ainsi que les habitants d’Amendolara n’ignoraient pas cette région.

Fig. 19 — S. Nicola : rue de l'habitat du VIe siècle.

  • 79 J. de La Genière, Not. Sc., 1971, p. 441-442, fig 2 et 3. La Genière, Nickels 1975, p. 483-498, fi (...)
  • 80 Not. Sc., 1970, III Suppl., p. 216-366.

9Au cours du deuxième quart du VIe siècle, un changement rapide survient dans la composition des mobiliers funéraires de Paladino : on a évoqué plus haut la disparition des cotyles profondes à lèvre qui laissent place à une arrivée massive de coupes de type ionien B2, souvent associées à des amphores d'une forme caractéristique ; ce changement s’est fait sans transition, car on ne compte aucun cas d’association de cotyles profondes et de coupe B2 dans une même tombe. Il devient alors intéressant de rappeler que l’apparition à Amendolara de ces amphores et des coupes ioniennes coïncide avec le moment où l’habitat de S. Nicola, jusque là très modeste et peu organisé, acquiert en plusieurs secteurs, un aspect urbanisé avec des édifices rectangulaires, qui parfois recouvrent des structures d’habitations plus anciennes, et parfois s’organisent de part et d’autre d’une rue nettement tracée (fig. 19), parfois en détruisant d'anciens fours abandonnés (fig. 20)79 : on se croirait dans le quartier des Stombi à Sybaris80. Et c’est en effet du côté de Sybaris qu’il faut chercher la cause des transformations qui affectent le centre habité comme la nécropole d'Amendolara.

  • 81 M. Lombardo, La tradizione su Amyris e la conquista achea di Siri, PdP, CXCIX, 1981, p. 193-218. A (...)
  • 82 M. Giangiulio, Ricerche su Crotone arcaica, Pise, 1989, p. 249, n. 121.

10Car elles se sont produites au lendemain de la conquête par les Achéens du territoire de Siris. La riche cité de Siris était encore brillante au temps du célèbre mariage d’Agaristé, la fille du tyran de Sicyone, c’est-à-dire en 576/75, ou en 572/71. Sa chute survint peu après, comme l’ont établi plusieurs études dans les années 8081. On sait que cet événement a été suivi de près par la victoire miraculeuse des Locriens à la bataille de la Sagra, que de bons arguments permettent de placer au plus tard vers 56082. C’est donc dans les quelque douze ou quinze années qui précèdent cette date qu’aurait eu lieu la mainmise des Sybaritains sur toute la façade ionienne jusqu’aux limites de Métaponte.

Fig. 20 — S. Nicola : structures du VIe siècle au-dessus des restes d'un four de potier antérieur.

  • 83 E. Greco, L’impero di Sibari, ACT 1992, p. 459-485. P. G. Guzzo, Cronache dall’impero, in : Greci (...)
  • 84 M. Lejeune in : Épéios et Philoctète en Italie, Lille 1987, CJB XVI, Naples 1991, p. 63-65.

11Et ainsi, l’appartenance nouvelle à l’“Empire” de Sybaris83 se traduisit à Amendolara par le changement rapide du mobilier funéraire, le renouveau de l’habitat, calqué désormais sur le modèle sybaritain ; en même temps une activité nouvelle débute, ou se développe, celle du tissage, qui a laissé sur le sol des nouvelles demeures des quantités de pesons d’argile en forme de tronc de pyramide ; sur certains d’entre eux est gravé en alphabet achéen un anthroponyme féminin au nominatif84 dont on ne peut savoir s’il désigne la propriétaire du métier à tisser ou une résidente achéenne à S. Nicola ; en tout cas ces noms grecs dans une agglomération non grecque illustrent le lien étroit qui paraît exister alors entre les habitants grecs et non grecs de l’espace dominé par Sybaris.

  • 85 E. Kunze, Eine Urkunde der Stadt Sybaris, VII Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, Berlin 196 (...)
  • 86 V. Ehrenberg, Der Staat der Griechen, Zürich 1965, p. 137.
  • 87 Le mobilier le plus récent de l’habitat, comme celui des dernières tombes est le même que celui de (...)
  • 88 La Genière, Nickels 1975, p. 88, fig. 6. La Genière 1991, p. 62, fig. 6.

12Quant au statut qui pourrait définir la condition nouvelle du groupe d’œnôtres de S. Nicola après la chute de Siris, il est probable qu’ils comptent parmi les habitants de l’une des vingt-cinq cités sujettes évoquées par Strabon (VI, 1, 13), et en même temps parmi les summachoi cités dans la célèbre inscription d’alliance entre Sybaris et les Serdaioi85, des summachoi qui, comme l’a écrit V. Ehrenberg86, se trouvent dans une situation de “symmachie hégémoniale”. Et ainsi, la petite agglomération d’Amendolara, dépendante de Sybaris, dont elle est solidaire désormais, disparaît avec elle87, même si quelques pauvres restes de murets en mauvais appareil, et quelques rares fragments88, témoignent d’une fragile tentative de survie de ce site au lointain passé.

Notes

66 R. Peroni et al., Ricerche sulla Protostoria della Sibaritide 1 (Cahiers CJB VII), p. 10-20 ; II (Cahiers CJB VIII), Naples 1982, p. 147-150. R. Peroni, F. Trucco, Enotri e Micenei nella Sibaritide, II, Altri siti della Sibaritide, Taranto, 1994, p 832-879. Cl. Belardelli, B. Capoferri, L’età del bronzo ad Amendolara (CS) in : Atti della XXXVII Riunione Scientifica, II, Preistoria e Protoistoria della Calabria, Firenze, 2004, p. 813-817.

67 Le cambriolage de l’Antiquarium d’Amendolara, qui a eu lieu dans la nuit du 5 au 6 juillet 1973, a privé le nouveau Musée d’Amendolara d'une forte proportion des objets de bronze de la collection Laviola. Seules les fibules avaient été intégralement dessinées et publiées par F. Lo Schiavo (Lo Schiavo 2010)

68 Zancani Montuoro 1980-1982, p. 29-40, tav. XI b-XVI. Zancani Montuoro 1974-1976, p. 51-66, tav. XXII-XXIII.

69 Un seul fragment de Santo Cavalcatore pourrait faire exception et illustrer ces trafics antérieurs aux fondations coloniales. C’est un fragment de cotyle à profil arrondi signalé par S. Luppino et alii (Atti Taranto XLVI, 2006, p. 487-495), étudié par A. Vanzetti, Notazioni sulla fine dell’età del ferro precoloniale nella Piana di Sibari, in : Prima delle colonie, Matera 2007, Venosa 2009, p. 179-202, notamment p. 182 et note 20. Cependant F. Quondam, in : La Necropoli di Francavilla Marittima tra mondo indigeno e colonizzazione greca, ibid., p. 139-178, notamment p. 162 et n. 97, hésite à désigner ce document comme une importation. Ce même fragment, selon J. K. Jacobsen, Greek Pottery on Timpone della Motta and the Sibaritide c. 780 to 620 B.C., PhD. Thesis Groningen University 2007, p. 50, pourrait avoir été produit à Francavilla Marittima.

70 J. de La Genière, Not. Sc., 1977, p. 389-422.

71 J. de La Genière, in : Crossroads in the Mediterranean, Brown University, 1981, p. 163-189, notamment p. 174-175, fig. 12.

72 La Genière 1968, pl. 32, 33.

73 Voir note 21.

74 I. Berlingò, Not. Sc., 2004-2005, Policoro, la nécropole sud-occidentale, p. 329-382, notamment p. 379.

75 I. Berlingò, Le necropoli di Siris, Bd Arch., 22, 1993, p. 1-23, notamment p. 15. L. Malnati, Tombe arcaiche di Santa Maria d’Anglona (scavi 1972-1973), QuadAcme 4 1984, p. 41-95, particulièrement p. 76, tav. XX B, de la tombe XXIII, datée dans la première moitié du VIIe siècle av. J.-C.

76 J. Boardman, Excavations in Chios, 1952-55, Oxford 1967, p. 128-129, n. 390-401.

77 Roccanova, Nécropole de Tre Confini, tombes n. 3, 8, J. de La Genière, in : Les céramiques de Grèce de l’Est et leur diffusion en Occident, Naples-Paris 1978, p. 322 et pl. CXLVIII, fig. 3 ; Nécropole de Serre, G. Tocco Sciarelli, Aspetti culturali della Val d’Agri dal VII al VI sec. a.C. in : Scritti in onore di D. Adamesteanu, Matera 1980, p. 439-475.

78 Quatre exemplaires, n. 86-89, dans la tombe 3 de Chiaromonte-Sotto la Croce, A. Russo Tagliente, Not. Sc., 1992-93, p. 351, fig. 77.

79 J. de La Genière, Not. Sc., 1971, p. 441-442, fig 2 et 3. La Genière, Nickels 1975, p. 483-498, fig. 3,7,10-14. La Genière 1991, fig. 3-5.

80 Not. Sc., 1970, III Suppl., p. 216-366.

81 M. Lombardo, La tradizione su Amyris e la conquista achea di Siri, PdP, CXCIX, 1981, p. 193-218. A. Griffith, Sikyon, Oxford, 1982, p. 83-84. G. L. Huxley, Siris arcaica nella storiografia greca, Atti Taranto 1980, Napoli, 1981, p. 29-43.

82 M. Giangiulio, Ricerche su Crotone arcaica, Pise, 1989, p. 249, n. 121.

83 E. Greco, L’impero di Sibari, ACT 1992, p. 459-485. P. G. Guzzo, Cronache dall’impero, in : Greci in Occidente 1996 A, 69-78. Id., Osservazioni sull’“impero” di Sibari, in : Il mondo enotrio tra VI e V sec. a.C., Napoli 1996-1998, p. 77-81.

84 M. Lejeune in : Épéios et Philoctète en Italie, Lille 1987, CJB XVI, Naples 1991, p. 63-65.

85 E. Kunze, Eine Urkunde der Stadt Sybaris, VII Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, Berlin 1961, p. 207-210, taf. 86, 2.

86 V. Ehrenberg, Der Staat der Griechen, Zürich 1965, p. 137.

87 Le mobilier le plus récent de l’habitat, comme celui des dernières tombes est le même que celui de la strate e du sondage 3 des fouilles de Sybaris (Not. Sc., 1969, Suppl. I, p. 72, fig. 63, n. 110, 111) ; on y trouve en particulier des coupes à vernis noir de type C.

88 La Genière, Nickels 1975, p. 88, fig. 6. La Genière 1991, p. 62, fig. 6.

Table des illustrations

Légende Fig. 19 — S. Nicola : rue de l'habitat du VIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Légende Fig. 20 — S. Nicola : structures du VIe siècle au-dessus des restes d'un four de potier antérieur.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/5208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search