Version classiqueVersion mobile

Les savoirs professionnels des gens de métier

 | 
Nicolas Monteix
, 
Nicolas Tran

Par-delà les savoirs professionnels. Synthèse des débats

Texte intégral

1Lors de la réunion de travail qui s’est déroulée à Rome les 12 et 13 octobre 2009, beaucoup de temps fut laissé à la discussion après chaque présentation. Cela permit aux auteurs d’enrichir leur texte final, en intégrant les remarques précises qui leur avaient été faites. Cependant, dans bien des cas, le temps disponible, le nombre réduit d’orateurs et d’auditeurs, ainsi que la cohérence de nos préoccupations scientifiques permirent à la réflexion de se développer librement, en dépassant la simple reprise de l’exposé qui venait d’être prononcé. S’éloignant progressivement du thème des savoirs, les débats se firent souvent plus larges et plus généraux. Ce sont ces pistes de réflexion communes, regroupées par thèmes, que les pages suivantes voudraient exposer. Il faut avouer que la plupart des problèmes posés demeurent en suspens. Nous espérons que leur formulation nous permettra de progresser, individuellement et collectivement, dans les années à venir.

Les sources de l’histoire des gens de métier romains

2L’un des objectifs de notre rencontre était de confronter et de croiser des documents de nature fort diverse. En conséquence, chaque type de source suscita des interrogations spécifiques. Orateurs et auditeurs se posèrent des questions sur leur documentation de prédilection et sur celle des autres. En matière d’épigraphie, les problèmes soulevés portèrent sur la datation des documents et sur le prisme, sans aucun doute déformant, que constituent les textes composés par, ou à la demande, des hommes de métier romain. Bien souvent, face aux difficultés de datation des épitaphes, les historiens ont eu tendance à considérer leurs documents comme contemporains, ce qu’ils n’étaient pas (J.-P. Brun). Les chercheurs devraient en avoir plus conscience : leurs commentaires et leurs conclusions sont susceptibles de ne valoir que pour des périodes limitées. Dans certains cas, la répartition chronologique des inscriptions apparaît, au contraire, de manière assez claire et incontestable. En Gaule par exemple, la plupart des inscriptions d’artisans et de commerçants de Narbonne se concentrent au début de l’époque impériale (M. L. Bonsangue). À Lyon, en revanche, le monde du travail est très présent dans l’épigraphie de la seconde moitié du IIe siècle et au début du IIIe. Est-ce à dire que le déclin de l’économie urbaine de Narbonne, passée l’époque flavienne, fut inexorable et que Lyon ne fut pas une grande place de commerce avant les années 150 ? Chacun sait qu’il serait faux de l’affirmer. Faut-il invoquer de brusques changements de goûts et de modes de représentation épigraphique, à l’échelle d’une seule cité ? Sans doute, mais encore faudrait-il tenter de les expliquer et, surtout, tenir compte de la très inégale répartition chronologique des inscriptions de Narbonne et de Lyon, en général, et pas seulement des documents concernant les métiers. Liés notamment aux aléas des trouvailles d’inscriptions, les effets de sources sont puissants (M. L. Bonsangue, N. Laubry, N. Tran). D’autant que, conservées ou non, les inscriptions n’ont jamais livré un reflet dépourvu de déformations (A.-Fr. Garçon). Une part de la population employée dans l’artisanat et le petit commerce ne faisait pas l’acquisition d’une pierre tombale. Une autre ne prit pas soin de signaler quelque métier à la postérité, sans qu’il faille en déduire qu’elle ne fût jamais animée d’une quelconque fierté professionnelle. Enfin, la mention épigraphique d’un métier ressemble parfois au port d’un titre, qui tend à s’appliquer en priorité aux exploitants d’un atelier ou d’un commerce bien plus qu’à leur main-d’œuvre (N. Tran).

3L’usage des textes littéraires a été soumis à des interrogations parfois assez voisines. Ainsi, des décalages entre les discours et les pratiques ont été pointés. Face au poncif vitruvien et plinien voulant que le matériau le plus ancien est forcément le meilleur, force est de constater que les indications textuelles et les observations des maçonneries divergent (H. Dessales). Les chronologies, spécifiques ou au contraire interdépendantes, de l’histoire de la littérature et de l’histoire des métiers ont également suscité des questions. Alors que des propos de Stace et de Martial laissent implicitement percevoir des éléments de fierté professionnelle, ne pourrait-on pas identifier un ‘moment flavien’, sachant que la représentation de scènes artisanales fut placée au centre du programme iconographique du forum transitorium (S. Santoro) ? Il est difficile de répondre par l’affirmative, car les passages commentés ne livrent pas un discours construit, mais de simples expressions (telles que dominus tabernae) ou des propos très brefs (cf. « artifices mirantur opus », Stat., Silu., 3, 1, 135). Ces mots semblent influencés par la pensée d’autrui, plus qu’ils ne trahissent le point de vue personnel de leurs auteurs (N. Tran). L’analyse des textes se doit donc de prendre en compte des jeux d’interaction complexes entre différents systèmes de représentation.

4Les deux journées d’étude furent l’occasion de se réjouir du dialogue tissé entre spécialistes des textes et archéologues. Il fut aisé et fécond, sans que cela nous surprenne. Nous étions persuadés que l’histoire nous réunissait tous : historiens utilisant en priorité l’archéologie, d’une part, et historiens utilisant en priorité les textes, d’autre part (J.-P. Brun). Les deux approches sont complémentaires, à l’évidence, qu’il s’agisse de les conjuguer ou de pallier les manques inhérents à chacune d’elles. Ainsi, l’apport de l’archéologie des techniques est d’autant plus précieux que des périodes et des régions entières ne sont éclairées par aucun texte, ou presque (M. Pernot). Toutefois, il fallut souligner les difficultés propres à l’archéologie de l’artisanat romain. De manière très générale, les deux tiers de l’activité, si ce n’est les trois quarts, nous échappent, car les vestiges sont des plus labiles. La difficulté à repérer les traces d’activité de tissage à Pompéi, où le textile était assurément l’un des moteurs de l’économie, en donne l’illustration. Cependant, pour les filières les moins mal connues, l’état de conservation exceptionnel des données pompéiennes doit permettre d’identifier des structures transposables ailleurs, autour du bassin méditerranéen. Ce sont nos grilles d’analyse qu’il convient d’affiner, tant il est vrai que l’on ne trouve que ce que l’on connaît (J.-P. Brun). Aussi gagne-ton à se rappeler que les archéologues de l’Antiquité pensèrent ne jamais avoir découvert de moulins hydrauliques, aussi longtemps que le dogme d’une invention médiévale de ces équipements perdura. De même, pour identifier le moulin à tan de la tannerie de Saepinum, il fallut se convaincre qu’il put en exister dès l’Antiquité.

5Parmi les vestiges envisagés, les images laissées par l’Antiquité, sous la forme de peintures ou de sculptures, ont confirmé les difficultés de nos travaux, en suscitant des interprétations de détail divergentes. Des pièces pourtant très célèbres sont loin d’avoir livré tous leurs secrets : il fut longuement question de la présence ou non d’un soufflet sur l’une des fresques de la Casa dei Vettii, par exemple (J.-P. Brun, N. Monteix, M. Pernot, A. Saint-André). La raison qui poussa les propriétaires de cette maison, qui de toute évidence n’étaient pas des gens métier, à choisir un tel décor est tout aussi énigmatique (D. Esposito, N. Monteix). Les représentations du travail ne se limitaient donc pas entièrement à l’autocélébration des travailleurs. La part de convention et d’idéalisation, étant intervenue dans la composition de ces images, souleva aussi des questions.

L’organisation interne des ateliers

6Les discussions sur ce thème furent, en fait, assez variées. Certaines ont porté sur l’organisation matérielle de l’espace de production et sur sa rationalité. Dans les fouleries, par exemple, il fallait composer avec la saleté inhérente à certaines phases de traitement des étoffes. La succession des opérations était facilitée par un agencement approprié des stalles de foulage, d’une part, et de bassins de rinçage dont les eaux étaient plus ou moins souillées, d’autre part (M. Flohr). L’organisation d’un atelier, au sens matériel du terme, supposait également d’en choisir la taille et les capacités de production. La différence d’échelle de production entre Pompéi et Ostie et ses répercussions sur la condition des travailleurs furent donc soulignées comme des faits indiscutables et remarquables, mais qui n’autorisaient tout de même pas l’emploi de l’adjectif ‘industriel’ (N. Monteix).

7L’atelier fut aussi envisagé comme une communauté de travailleurs, organisée dans le but de produire. Nous nous intéressâmes alors à la répartition des tâches, à la division du travail. Celle-ci ne saurait être confondue avec la division des métiers : avec le grand nombre de spécialisations professionnelles que l’historiographie a souvent jugé caractéristique de l’économie romaine (N. Tran). Pour plus de clarté, sans doute faut-il différencier des fonctions assumées par un nombre variable d’individus, quand un seul personnage ne les cumulait pas toutes (M. Pernot). Les quatre fonctions de chef d’entreprise, de contremaître planifiant les tâches, d’ouvrier spécialisé et de manœuvre chargé des basses besognes furent distinguées. Plus les employés d’une entreprise étaient nombreux, plus les relations personnelles avaient tendance à se concentrer entre individus investis d’une même fonction, entre les esclaves affectés aux cuves des grandes fouleries par exemple (M. Flohr). Par ailleurs, le recours à des manœuvres, assurant parfois à eux seuls l’essentiel des opérations requises par une production spécifique, conduit à nuancer l’idée d’un artisanat romain reposant, avant tout autre chose, sur des savoir-faire pointus, acquis pendant des mois, si ce n’est des années, d’apprentissage.

8Réfléchir sur l’organisation des ateliers revient donc, en grande partie, à tenter d’en déceler la hiérarchie. Elle fut exprimée sur des images sculptées ou peintes, à travers des modes distincts d’encadrement de la main-d’œuvre (N. Tran). Les maîtres artisans apparaissent tantôt comme des experts du travail manuel, aidés par un personnel subalterne, tantôt comme des donneurs d’ordre qui ne travaillaient pas de leur main. Faut-il reconnaître un des leurs au centre du relief d’artisans métallurgistes conservé au Musée de Naples (M. Pernot ; voir fig. 61 p. 107) ? En outre, l’idée de hiérarchie semble parfois s’imposer comme une conclusion de l’étude des productions. Les peintures pariétales d’Ostie laissent présumer l’intervention successive de tâcherons puis de peintres plus habiles, ou une répartition des tâches entre ces mêmes acteurs suivant la pièce décorée (S. Falzone). Cependant, un tel schéma paraît loin d’être systématiquement applicable : un même peintre pouvait moduler le soin qu’il mettait dans son travail, en fonction de ce qu’il peignait et de la pièce qu’il décorait (D. Esposito). Les poteries conservées indiquent, pour leur part, des hiérarchies d’atelier liées à l’âge. Les empreintes digitales encore observables sur les céramiques montrent que des enfants étaient mis précocement au travail (J.-P. Brun). Ils se voyaient confier les tâches les moins difficiles, comme la fabrication des lampes, ce qui leur permettait de se former progressivement. Les papyrus et les inscriptions évoquent le travail d’enfants de dix à quatorze ans (Chr. Freu, N. Tran). Avant l’âge de sept ans, que les Anciens eux-mêmes considéraient comme un tournant fondamental (Chr. Freu, Y. Rivière), le développement physiologique de l’enfant et, en particulier, l’incomplète maîtrise de ses gestes excluaient sa mise au travail (M. Pernot). La durée des apprentissages constitue une donnée tout aussi primordiale : la plus ou moins grande technicité, reconnue à une activité, dépendait beaucoup de ce paramètre. Toutefois, les apprentis restaient souvent au service de leur maître, si bien que l’on peut parfois s’interroger sur le mot discipulus, attesté notamment dans les textes juridiques. S’il appartient indéniablement au champ sémantique de l’éducation, il paraît parfois désigner tous les assistants d’un maître artisan, quel que soit leur âge (N. Tran).

Les gens de métier et le reste de la population

9Les hommes de métier se distinguaient du reste de la population, et se distinguaient entre eux, par leurs cultures techniques. Il est essentiel d’en explorer le contenu, les limites et les changements (induits par l’innovation), pour comprendre ces individus et leur personnalité : leur habitus à la fois technique et social (H. Dessales, A.-Fr. Garçon). Mais il est difficile de le faire, tant l’historien moderne peut rester prisonnier de ses propres marqueurs. Par exemple, l’étude de la fabrication des tuiles suggère que le principe d’économie du geste, si fermement ancré dans les cultures techniques modernes, ne l’était pas à ce point dans l’Antiquité (H. Dessales). D’autres préoccupations, en matière de transport et de stockage notamment, le reléguèrent sans doute au second plan.

10Comment les gens de métier et leur rapport à la technicité étaient-ils perçus par le reste de la population et, en particulier, par les catégories supérieures des sociétés du monde romain ? Les ambiguïtés propres aux regards portés sur les hommes de métier furent soulignées. Ainsi, les textes littéraires sur la peinture et les peintres révèlent que certaines artes pouvaient être aussi célébrées que leurs praticiens étaient dépréciés (D. Esposito). Néanmoins, aussi irréfutables qu’ils soient, ces témoignages n’autorisent aucune généralisation, car il en existe d’autres, contradictoires, reconnaissant de réels mérites à des artifices (N. Tran). Dans les deux cas, l’éloge du savoir-faire pouvait servir, par un jeu de miroir, à valoriser le bon goût du consommateur, du fin connaisseur des belles choses (A.-Fr. Garçon). En outre, les métiers de l’artisanat ne formaient pas un ensemble homogène et ne suscitaient pas les mêmes sentiments (J.-P. Brun). L’éloge de la technicité semble se focaliser sur certaines activités (le travail des métaux précieux, par exemple), tandis que d’autres semblent toujours décriées (la tannerie, par exemple). Néanmoins, ces jugements de valeurs et la place des artisans dans les hiérarchies sociales pouvaient être en décalage (N. Tran). Ainsi, une activité brocardée, car associée à l’idée de saleté, pouvait fournir la richesse nécessaire à l’attribution d’une position valorisante dans la cité, à travers l’octroi du titre de seuir Augustalis par exemple.

11En tout cas, contrairement à ce que M. I. Finley et ses élèves ont longtemps professé, les gens de métier n’étaient pas unanimement, ou n’étaient pas seulement, méprisés par les membres de l’élite sociale et politique. De même, les cités et l’État romain ne se désintéressaient pas de l’économie urbaine, au contraire. Les papyrus égyptiens montrent que la puissance publique se souciait de l’artisanat, en général, et de la transmission des savoir-faire, en particulier, pour des raisons fiscales, notamment (Chr. Freu). En outre, l’Édit du Maximum révèle une préoccupation pour les prix pratiqués par les artisans et les petits commerçants, sans que rien n’indique qu’elle fut tout à fait inédite (J.-P. Brun). Dès lors, faut-il vraiment exclure l’existence de toute « politique économique » dans l’Antiquité romaine ? J.-P. Brun, ainsi que Chr. Freu à la lumière des exemptions accordées aux artisans, estiment qu’il n’y a pas lieu de le faire. Même si cela ne procédait pas d’une politique clairement définie et unifiée, la puissance publique eut une influence notable sur l’évolution de certaines productions artisanales. Ainsi, il est désormais bien connu que l’essor de la production de tonneaux fut favorisé par la commande de grandes quantités de vin, destinées aux armées des frontières septentrionales de l’empire (J.-P. Brun).

Clients et commanditaires des hommes de métier romains

12Au-delà des problèmes de représentations sociales et culturelles, la question des clients et des commanditaires a été abordée comme un élément essentiel à la compréhension des économies urbaines. Il convient de s’interroger sur les formes juridiques que prenaient ces relations entre les professionnels et leurs clients. Celles-ci ne se réduisaient pas à des activités de vente stricto sensu, en raison de l’ampleur du travail à façons notamment (N. Tran). En outre, il faut avoir à l’esprit que des hommes de métier se trouvaient parfois en affaire entre eux et organisaient une circulation des objets dans des états intermédiaires (M. Pernot). D’autres fournissaient l’outillage, plus ou moins coûteux et sophistiqué, nécessaire au fonctionnement des ateliers. Sans doute les métiers à tisser étaient-ils plus souvent fabriqués par les menuisiers que par les tisserands eux-mêmes (J.-P. Brun, Chr. Freu, N. Monteix, M. Pernot). L’Édit du Maximum plafonna les prix de certains équipements, celui de meules de minoteries par exemple, ce qui permet d’identifier des activités qui exigeaient une mise de fonds assez importante (N. Tran).

13De manière générale, le destinataire des biens produits jouait un rôle de donneur d’ordres et, à un titre ou à un autre, influait sur la chaîne opératoire (A.-Fr. Garçon, N. Monteix, M. Pernot). Cela est bien perceptible dans le domaine de la construction, à travers les sources juridiques éclairant les contrats de locatio-conductio (H. Dessales). Le client avait son mot à dire sur le choix des matériaux, sur la durée des opérations, le coût total du chantier. Ses volontés déterminaient donc, pour une bonne part, les choix techniques qui étaient faits. Par ailleurs, les murs des édifices pompéiens permettent de s’interroger sur la manière dont les commandes étaient passées auprès des peintres (D. Esposito). Ces derniers avaient à proposer une série de motifs, dont les combinaisons étaient infinies, même si de nouveaux motifs étaient régulièrement inventés. Quant aux clients, leurs souhaits pouvaient être inspirés par des réalisations existantes. Ainsi peuvent s’expliquer les ressemblances entre les décors d’édifices publics et privés. La famille des Nigidii Mai, par exemple, semble avoir fait décorer le macellum de la colonie, avant de recourir à la même officine et à des motifs très voisins pour sa demeure privée : la Casa dei Dioscuri. Dans d’autres cas, c’est l’influence de décors privés (celui de la Villa dei Misteri, par exemple) sur les décors publics qui peut être décelée.

14L’influence de la demande est beaucoup plus difficile à cerner pour d’autres productions, dont la tendance à la standardisation était forte (H. Dessales, D. Esposito). En Égypte, le papyrus P. Oxy. Hels., I, 40, évoque la fabrication de 3 000 manteaux d’enfants identiques, mais les modalités de la production textile étaient très diverses : il faut envisager l’existence de plusieurs manières de produire et de vendre au sein d’une même filière (Chr. Freu). Dans tous les cas, la dynamique du goût et ce que l’on peut appeler l’habitus du consommateur tenaient tout de même un rôle fondamental (A.-Fr. Garçon). Qui en était le principal moteur ? Qui des fabricants, des clients, voire des marchands, faisaient la mode ? Telle est la question que soulève l’évolution des fibules gauloises et donc de leur technique de fabrication, entre la fin de l’Âge du Fer et le début de l’époque romaine (M. Pernot). Le destinataire était un personnage essentiel, car les économies du monde romain étaient des économies de la demande, à laquelle s’adaptait la production (J.-P. Brun). En Gaule, une transition vers une « économie de la consommation » est perceptible peu avant le changement d’ère, à travers l’évolution des productions métallurgiques (M. Pernot). Plus importantes quantitativement et plus standardisées, elles s’adressèrent désormais à une clientèle beaucoup plus large socialement, même si le maintien d’un artisanat de luxe est tout aussi irréfutable.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search