Version classiqueVersion mobile

Les savoirs professionnels des gens de métier

 | 
Nicolas Monteix
, 
Nicolas Tran

Le savoir professionnel des métiers de l’Antiquité : constantes et spécificités. Conclusions et questions

Anne-Françoise Garçon

Texte intégral

1Je remercie Nicolas Tran et Nicolas Monteix de m’avoir invitée à cette belle et passionnante réunion de travail. D’une part, j’y ai trouvé un intérêt professionnel : il est important d’entendre vos réflexions en termes d’histoire des techniques sur ces domaines. D’autre part, j’ai l’impression qu’un renouveau total se déroule en ce moment en archéologie romaine, en particulier pour la connaissance sur les techniques.

2Alors que nous sommes trop enfermés dans nos périodes, limitant en cela les échanges, j’apprécie d’autant le geste d’oser inviter une historienne moderniste et contemporanéiste qui travaille sur les techniques du patrimoine industriel. Il est vraiment très rafraîchissant de voir autant de jeunes collègues, de jeunes chercheurs, travailler avec tant de compétences et d’enthousiasme sur ces sujets ardus. Cela me semble exemplaire : j’aimerais voir autant de jeunes modernistes travaillant avec cet enthousiasme en histoire des techniques.

3Cette conclusion ne sera qu’une ébauche, faute de mieux en si peu de temps. Je commencerai par saluer le changement de posture sur le monde du travail à l’époque romaine, analysé en introduction. Comme l’a noté Miko Flohr, on passe du regard de l’élite romaine sur les artisans au regard des artisans sur eux-mêmes. Un second point crucial a été abordé à plusieurs reprises : comment, de manière générale, incorporer des éléments d’histoire des techniques à l’histoire économique et sociale ? N. Tran a suggéré de nouvelles approches, plaidant pour une approche micro, une approche sociale s’intéressant aux acteurs de l’économie au lieu d’un point de vue macroscopique centré, par exemple, sur la masse monétaire et sur les moyens de transport. Je tiens à souligner votre remarquable volonté pluridisciplinaire de faire se rejoindre des disciplines historiques différentes et en particulier l’histoire et l’archéologie, et à le faire avec raison et pondération. Il y a aujourd’hui, particulièrement en archéologie médiévale, une tendance très forte à surinvestir l’archéologie, en raison de la matérialité de l’objet, à négliger l’archive au profit de la fouille. Je constate avec plaisir que ceux qui sont au plus près de la relation histoire-archéologie, c’est-à-dire ceux qui travaillent sur les mondes grecs et romains n’ont pas ce travers, qu’ils ne partagent pas cette forme de néo-positivisme. Je voudrais enfin rappeler les travaux de Jean Andreau, qui ont été présents en creux et constituent un des éléments fondateurs de votre pensée, et saluer les recherches lancées par Jean-Pierre Brun à Pompéi et Herculanum, qui ont amené un véritable renouvellement, dont les résultats sont déjà perceptibles à travers ces journées.

4J’ajouterai quelques propos qui se rapportent à l’histoire des techniques, que je pratique depuis trente ans. L’historien des techniques est l’un des rares qui doit obligatoirement faire se confronter en permanence les données écrites et celles de la matérialité, en utilisant des concepts spécifiques, propres à ce champ de l’histoire. Faire une histoire des techniques suppose de se placer dans une posture qui essaie de mettre en lumière l’historicité de la technique : cela oblige tout d’abord à postuler que les techniques ont une histoire. Mais, c’est aussi admettre que cette histoire technique s’exprime en des modalités et des temporalités différentes de celles de l’économique et du social. Sans cela, on ferait une histoire sociale ou une histoire économique qui se contenteraient d’observer les techniques. Il faut dégager une temporalité et des modalités d’expression propres à la technique, pour percevoir la manière dont elle se manifeste à travers l’économie ou le social.

5Le but de cette réunion était de cerner les hommes de métier romains et leur savoir-faire. Ils sont apparus dans toute leur diversité : à travers les peintres (avec Domenico Esposito), les métallurgistes (avec Michel Pernot), les structores et les acteurs des chantiers (avec Hélène Dessales), les foulons (avec M. Flohr), les apprentis (avec Christel Freu). N. Tran et N. Monteix abordèrent l’artisanat et ses praticiens de manière plus générale.

6Je commencerai par une réflexion d’ensemble. Ce qui m’a frappé dans les présentations et les discussions qui ont suivi, c’est le peu de différences qu’il y a entre l’organisation d’un métier à l’époque romaine et aux époques médiévale ou moderne. Par organisation, dans un propos technique et non économique, j’entends la manière dont se structure le savoir professionnel et influe sur l’organisation de l’atelier, du foulon, du peintre, comme du maçon. J’envisage aussi les modalités de transmission, ainsi que les questionnements sur la division ou non des tâches et sur la relation entre métiers et fonctions. L’organisation et son évolution incluent également le passage d’un artisanat « simple » à un artisanat plus complexe, avec les éventuelles transformations de la position du donneur d’ordres. Dans l’exemple de Narbonne, dont a parlé Maria Luisa Bonsangue, une telle dynamique est possible entre le Ier et le IIe s. avec l’enrichissement de la cité : les maîtres artisans changent de statut et deviennent des chefs d’entreprise, avec autour d’eux un réseau de soustraitants. C’est un processus que l’on retrouve de façon étonnante de l’époque médiévale jusqu’au milieu du XIXe siècle. Les ressemblances avec la période contemporaine sont également troublantes sur les questions liées à l’apprentissage, développées par Chr. Freu.

7Observons maintenant notre façon de percevoir l’organisation de l’atelier. En général, il est impossible de s’empêcher de projeter nos connaissances sur le sujet analysé. Il me semble cependant important de mélanger, voire de contrebalancer, notre manière de penser avec l’idée de constantes techniques. C’est-à-dire qu’à un certain stade de maturité technique, tous les ateliers de forgeron se ressemblent, que l’on soit en Chine, à Rome au Ier s. ou au XIXe s. en France. En raison de ces constantes, je ne saurai être d’accord avec la notion de koinè proposée par N. Monteix, mais qui est intéressante cependant. Je remercie ce dernier de prendre le risque de déstructurer un peu nos pensées : la koinè est un langage commun à tous, tandis que la constante technique n’implique pas une communauté de langage. Pour prendre un exemple, un forgeron chinois s’entendrait spontanément avec un forgeron allemand du XVIIe s., parce que leurs outils – des marteaux, une enclume –, la disposition de leur atelier, leurs façons de faire – la trempe –, étaient à peu près identiques ; l’entente se ferait au simple niveau de la technique pure, au niveau du geste. Toutefois, en raison des divergences de représentations mentales et de symbolique entourant leur activité, la dénomination de ces éléments serait différente, ce qui me semble interdire la possibilité de recourir au concept de koinè. Cependant, la question a été posée et il faut y réfléchir.

8Je me permettrai une dernière remarque générale d’ordre historiographique. En France, il existe une tendance forte à la structuration de l’histoire par périodes, ce qui, dans le champ de l’histoire des techniques, incite les chercheurs à penser que chaque phénomène commence à son époque. Étonnamment, à travers vos écrits, les historiens de la période antique ne semblent pas avoir ce travers. Au contraire, vous montrez même une tendance inverse qui consiste à se fixer sur l’époque moderne pour comprendre ce qui se passe dans l’Antiquité. J’en profite pour signaler qu’il convient d’avoir une utilisation circonspecte de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, fréquemment entachée d’erreurs, souvent corrigées dans l’Encyclopédie méthodique de Ch.-J. Panckoucke à laquelle on pense moins, de même d’ailleurs qu’à la Description des arts et métiers. Le geste fondateur de Diderot et d’Alembert n’est nécessairement pas le bon, en termes de référent pur, pour comprendre les procédés techniques.

9À partir de ces réflexions générales, j’ai distingué deux gros blocs – un sur la question du savoir-faire proprement dit et un second sur la question de l’identité professionnelle – que je vais maintenant reprendre pour vous dire, très modestement, la manière dont je les ai perçus et le mode sur lequel cela s’exprimerait aux XVIe et XVIIe siècles par exemple.

10À propos du savoir-faire proprement dit, trois éléments principaux sont apparus. Le premier d’entre eux est la qualification, plus précisément, la question de la détermination de la qualification. N. Tran a bien montré les mots utilisés dans ‘l’officialité’ de l’expression des métiers : doctus, peritus, ingeniosus. J’ai cru comprendre que ce mécanisme de valorisation reposait sur l’individu. D’une certaine manière, le nom de l’artisan, le cas échéant gravé dans la pierre, était susceptible de constituer une sorte de marque avant la lettre, attestant la qualité d’un atelier. À mon avis, cette garantie de savoir-faire valorise autant l’acquéreur que le producteur et renvoie à la demande : le savoir-faire de l’acquéreur, qui sait aller vers le bon atelier ou utiliser la bonne ‘marque’, est valorisé. Cette remarque se situe au cœur du problème de la dualité dans l’expression des métiers. Dans toutes les sociétés, il est plus valorisant de pratiquer l’otium et d’avoir de l’argent que d’être obligé de travailler en permanence à battre le métal ou d’exercer tout autre vile activité. Cependant, il est préférable pour l’élite riche et oisive de recourir aux services d’un artisan de valeur, dont la qualité des prestations est reconnue. De cette manière, un consensus s’établit entre le producteur et l’acquéreur. Mais, paradoxalement, c’est là aussi que s’installe l’ambiguïté de la relation à l’artisanat : dévalorisé d’un côté parce qu’il n’est qu’artisan, mais valorisé quand il s’agit de son propre artisan, celui avec qui l’on traite parce qu’on le considère meilleur que les autres.

11Un second point est celui de la dénomination, présent dans toutes les interventions, question beaucoup plus intéressante et importante qu’on pourrait le penser de prime abord. Vos travaux doivent être mis en avant : je ne suis pas persuadée que les historiens des techniques spécialistes des périodes médiévale ou moderne sachent qu’il y a tant de dénominations de corps de métiers, de métiers ou de fonctions, dans le monde romain. Les appellations professionnelles foisonnent littéralement, ce qui me semble être une marque de l’attachement de l’artisan à son métier.

12Le troisième point est constitué par l’expression du savoir-faire dans l’atelier et montre une grande modernité. H. Dessales a présenté la capacité à innover ; M. Pernot a évoqué l’adaptation aux besoins de la production ; D. Esposito a montré que les réalisations des peintres se modelaient sur les goûts, les besoins et la nécessité du paraître. Cette faculté de changement est presque une constante de la société humaine.

13Sur toutes ces questions, je renverrai au XVIe s., moment crucial dans l’histoire du fait technique, quand apparaît la catégorie sociale des ingénieurs, situés à l’interface de la pratique et de la technique. Pour se justifier socialement, ces ingénieurs ont produit une littérature proprement technique. En particulier, ils ont essayé, exactement comme l’a fait N. Tran, de définir l’être technicien au sens générique du terme. De façon très intéressante, ils ont abandonné le doctus et le peritus pour souligner l’ingenium dans la pensée technique. De cette manière, une distinction s’est établie entre deux régimes de savoir-faire proches sans être identiques : le régime de la pratique et le régime de la technique.

14Le premier repose plutôt sur l’oralité. Il touche essentiellement les formes, les vecteurs et les contenus de la transmission du savoir, avec un usage fort du symbolisme pour faciliter la mémorisation : les expressions, les savoir-faire des métiers s’expriment par des métaphores assimilées par les apprentis. Ce régime de la pratique est un régime de métier, ‘artisanal’ dans un sens très général ; mais n’est pas écrit. Ces mots-là sont inaccessibles à l’historien. Les praticiens connaissent les mots, mais ne les utilisent pas, ne les divulguent pas. J’en profite pour rappeler que, généralement, les gens parlent peu dans les ateliers : il peut leur arriver de chanter pour donner un rythme, mais dans l’atelier c’est un savoir implicite qui ordonne.

15Le régime de la technique repose sur l’écrit, et met en jeu autre chose que le geste praticien, fréquemment appelé – de manière inadaptée à mon avis – « geste empirique ». H. Dessales a bien montré la différence entre une recherche théorique – Théophraste, Vitruve – et le niveau de pratique que met en évidence l’archéologie. Les régimes d’action, ou si vous préférez les modalités de la pensée opératoire, ne sont pas tout à fait identiques, dans l’un et l’autre cas. Il est alors nécessaire de se poser les questions : pourquoi Vitruve ? Pourquoi Théophraste ? Quel est leur positionnement par rapport au langage et à la pratique d’atelier qui nous échappent complètement ? Répondre par analogie est osé, quand la comparaison se fait avec des faits et une évolution survenus postérieurement. Néanmoins, cette démarche peut aider à conceptualiser. Dans l’Europe moderne, en effet, le régime de la technique s’est développé entre le XVIIe et le XVIIIe siècles, quand les intellectuels ont compris qu’il y avait dans les ateliers des éléments de rationalité à maîtriser et que cela pouvait faire progresser l’économie. Ils sont donc allés dans les ateliers pour comprendre cette rationalité artisanale et en faire autre chose : écrire une technologie. C’est le projet de Diderot, clairement affirmé dans l’article « Arts » de l’Encyclopédie.

  • 1 Desrosiers 1997.

16Il faudrait donc comprendre, pour la période antique, pourquoi coexistent ces deux états des régimes d’action et comment on passe de l’un à l’autre. Tout en restant prudent : il y a une historicité de ces régimes ; mais tous les métiers n’ont pas la même relation au régime de la pratique. Sophie Desrosiers le montre bien, dans ses travaux sur le textile des Andes1. Pour le tissage d’un textile, le véritable savoir c’est le calcul de la croisure, de la manière dont se fait la séparation des fils de chaine en nappes. La symbolisation opératoire est moindre, et l’on se situe dans une pré-mathématique, dans un travail préscientifique. Par contre, le résultat, les dessins obtenus, quoique très stylisés à nos yeux, pour ne pas dire abstraits, sont porteurs de symboles et d’identité.

17Je me permets d’ouvrir une ultime parenthèse sur le régime de la technique. Le terme de recette a été employé à propos des alliages pour la brasure au plomb dans l’Histoire naturelle de Pline, ou à propos des alchimistes grecs. Ce vocable me semble peu adapté : il tend à bloquer le débat et porte une forme de dévalorisation des textes antiques. La recette est le premier état du régime de la technique : une première tentative pour mettre par écrit ce qui était transmis auparavant à l’oral. Il ne faut donc pas déconsidérer d’emblée ces énoncés techniques si l’on veut en comprendre la portée, dans l’ordre de la construction des savoirs – et pas seulement dans l’ordre de ce qu’ils nous apprennent sur les procédés anciens.

18Revenons donc sur l’identité professionnelle, que l’on peut analyser selon trois angles. L’organisation des tâches a été disséquée par D. Esposito, à travers ce qu’il a appelé le système de production de peintures. Utiliser le concept de système conduit à prendre en compte la totalité de l’environnement du geste productif. Depuis presque dix ans, j’essaie de cerner et de comprendre la notion de système technique développée par B. Gille – parfois sous le sceau de l’érudition et du bon sens, parfois moins – comme une tentative héroïque et un peu précoce pour sortir l’appréciation technique de l’évolutionnisme. Plus j’avance dans cette notion de système technique, plus je m’en défie. Quoi qu’il en soit, on voit, avec la peinture, avec l’organisation des chantiers ou les ateliers de foulons, des modes de productions définis dans leur intégralité, ce qui devrait faire modèle pour les relations histoire-archéologie des époques postérieures.

  • 2 Leroi-Gouhran 1970, p. 27-32. Voir aussi Leroi-Gourhan 1971, p. 23-42.

19Cela renvoie à la chaîne opératoire, objet polémique à force d’être constitutif de la pensée des archéologues, qui trop souvent se bloquent avec cette notion. Ce concept a été forgé par A. Leroi-Gourhan, qui a montré, alors même qu’il le créait, à quel point il s’en défiait2. La chaîne opératoire est un outil mental, dont l’archéologue a besoin pour comprendre l’atelier dès la fouille, et qui pose l’ensemble des étapes productives depuis l’arrivée de la matière première jusqu’à l’achèvement de l’objet produit, quel qu’il soit : une peinture, une pièce de tissu, un objet en métal quel qu’il soit. La chaîne opératoire est un outil absolument indispensable, à condition de ne pas en faire la totalité des outils disponibles et de savoir le relativiser. C’est la traduction théorique de ces constantes techniques précédemment évoquées. Mais tout bon artisan, nécessairement, passe son temps à quitter la chaîne opératoire. Comme on le voit dans l’exemple des tuiles utilisées dans la maçonnerie, innover c’est savoir emprunter les éléments d’une autre chaîne opératoire et les mélanger. Car, comme l’a souligné N. Monteix, dans une chaîne opératoire, il y a des moments ou des outils cruciaux, des nœuds techniques, qu’il faut savoir distinguer parce que ce sont eux que l’artisan utilise pour basculer vers autre chose, pour inventer en somme une autre manière de faire, et soit modifier légèrement le procédé, l’adapter aux contraintes auxquelles il doit faire face, ou aux besoins auxquels il doit répondre, soit encore faire émerger un procédé totalement nouveau, ou l’emprunter. La notion de chaîne opératoire, importante en soi, ne doit pas être sacralisée : elle est à relativiser et à compléter.

  • 3 Pour une définition plus ample de cette notion, voir Garçon 1997, p. 24-25 et Garçon et al. 2006, (...)
  • 4 Darré 1985.

20M. Pernot a exprimé l’ensemble des moyens qui sont nécessaires pour que se réalise une chaîne opératoire ; ce que j’appelle un complexe technique : la chaîne opératoire du tissage ne peut pas se dérouler si personne n’a fabriqué de métier à tisser, si les matériaux premiers n’ont pas été apprêtés, et ainsi de suite3. La notion de complexe technique donne une troisième dimension à la chaîne opératoire en intégrant les matières premières, les outils, les savoirfaire, les donneurs d’ordres, etc. À titre d’exemple, plaçons les fouleries étudiées par M. Flohr sous ce terme : dans le cas des plus petites implantations, en l’absence de structure de rinçage, le complexe technique est incomplet ; sa complétude est un facteur discriminant pour analyser et appréhender les échelles de production. Je placerais la notion de koinè – définie par les sociologues du travail, Jean-Pierre Darré en particulier, par le terme de co-activité – à l’intérieur du complexe technique : ce sont les discours implicites qui font que tous les corps de métiers se comprennent4. L’analyse de la ruralité dans les années 1960 a montré que, grâce à un implicite très fort, tous les corps de métiers se comprenaient, connaissaient les besoins d’un paysan. Tout ceci a disparu durant les années 1970. Un complexe technique suppose un langage implicite commun à l’ensemble des corps de métiers qui fait qu’ils se comprennent et peuvent produire les uns pour les autres sans difficulté.

21Cela dit, quittons l’organisation des tâches productives pour évoquer l’apprentissage. Le chapitre rédigé par Chr. Freu montre l’émergence d’une politique économique à partir d’un souci fiscal : la perpétuation des savoir-faire locaux est soutenue parce que génératrice de taxes. La description qui y est faite d’un processus d’apprentissage ouvert, selon un habitus ou un paradigme totalement différent de celui développé lors des époques médiévale et moderne, structuré autour de la notion de secret, est particulièrement impressionnante. Au Moyen Âge, on ne s’échange pas les apprentis ; les contrats d’apprentissage contiennent une clause interdisant de s’installer à proximité de son maître. L’Égypte romaine montre au contraire, un croisement des apprentis, l’apprentissage de base chez soi étant complété par un perfectionnement chez le voisin. En ce sens, la conception du métier n’est pas celle des époques médiévale et moderne. Cela me semble ouvrir une piste de réflexion qui peut sans doute renvoyer au fait d’écrire ses recettes, d’écrire ses techniques, d’inventer donc une technologie, dans un mouvement qui n’était pas celui des artisans.

  • 5 Shinn 1998.

22Abordons brièvement, tant il y aurait à dire, le thème de la fierté artisanale, qui ne ressortit pas complètement à l’histoire ou à l’archéologie. La fierté d’être un homme de métier existe. A contrario, elle explique les suicides dans les grandes entreprises en France. La violence et l’inhumanité inouïes développées lors de restructurations brutales empêchent ces hommes de trouver une valorisation dans leur travail, les amenant au suicide après leur avoir nié leur fierté de métier. Or, cette fierté ne relève pas du social, beaucoup d’entre eux bénéficiant d’une position tout à fait convenable dans la société. La fierté de produire, appelée chef-d’œuvre à l’époque moderne, n’est pas seulement une réalité sociale. C’est aussi une réalité anthropologique, et la dénier, c’est retirer de la valeur au travail. La fierté artisanale relève du positionnement social, mais aussi de l’habitus technique et de l’idéal culturel. Se faire représenter sur les stèles par un outil, c’est exposer une fierté de métier, et cela a une autre signification que l’inscription du nom, de la marque donc, ou que l’inscription sociale dans le groupe des seuiri Augustales. En fait, ce sont trois formes d’appartenance identitaire, à trois degrés divers. Voici, pour le comprendre un autre argument : les corps de métiers ne cherchent pas nécessairement à être visible socialement. Au XXe s., les études de Terry Shinn ont montré que les spécialistes de l’instrumentation scientifique, dotés d’un très fort savoir-faire et d’un habitus technique très développé, ont préféré ne pas constituer une profession dûment reconnue et règlementée, considérant qu’il était préférable pour eux de ne pas affronter les problèmes liés à leur émergence en tant que groupe social5. Un groupe professionnel peut se structurer selon deux manières d’exister : en se fondant sur l’habitus technique, autour duquel le métier se construit et dans lequel on reconnaît un foulon d’un autre, et sur l’habitus social. Mais, à l’origine de toute profession, il y a un habitus technique, qui peut suffire à qualifier la profession sans chercher d’habitus social. En d’autres termes, pour paraphraser Simone de Beauvoir, ce n’est pas la société qui décide que quelqu’un est un foulon. Ce sont d’abord ses pairs qui le désignent comme tel à partir d’un apprentissage. La question est tout autre quand il s’agit de déterminer la valorisation sociale de cette personne en tant que foulon. Il ne faut pas sous-estimer le lien à la technique comme constitutif de l’identité, ce qui renvoie forcément à une fierté, institutionnalisée aux époques médiévale et moderne autour de la notion de chef-d’œuvre.

  • 6 Dib 1957.

23La taille de l’atelier est-elle garante de l’absence d’acculturation ? Dans un petit atelier, est-on davantage dans une ambiance techno-sociale forte que dans un grand atelier où l’on risque, au contraire, de perdre cette relation à l’identité technique et professionnelle ? Cette vision me semble propre à notre culture. Par exemple, dans Le métier à tisser, Mohamed Dib montre un homme dans un petit atelier, complètement écrasé par l’obligation qu’il a de survivre et donc de travailler de huit heures du matin jusqu’à dix heures du soir6. Et dans un cas comme celui-là, la dimension de l’atelier ne joue pas le rôle principal dans l’acculturation : ce sont les composantes sociales qui le font. D’ailleurs, si cet homme est pauvre et si son donneur d’ordres ne paie pas, il travaille longtemps, il s’épuise à la tâche pour gagner peu. La taille de l’atelier n’interfère pas.

24J’achèverai cette conclusion par des questions et par l’évocation de points qui auraient pu être abordés ou mériteraient d’être développés.

25Quelle est la relation individu-collectif, rapidement évoquée ?

26Quelle est la place des femmes ? Au Moyen Âge, dans la teinture, leur rôle est très important. Qu’en est-il durant l’Antiquité romaine ? Ne trouve-t-on que des hommes dans tous les ateliers évoqués ? Et si oui, pourquoi ?

27La relation ruralité-urbanité, qu’il ne faut pas confondre avec la relation ville-campagne. Quelle est la place de la campagne dans la ville ? Au XVIIIe s., en Bretagne par exemple, les villes sont remplies de fermes. Quelle est, inversement, la place de la ville dans la campagne ? Je suppose qu’un tel problème se pose aussi pour l’époque romaine.

28Quelle définition juridique est donnée de la technique ? Et, en rapport avec ce que je disais des régimes de la pensée opératoire, régime de la pratique et régime de la technique : comment, sur les chantiers et dans les ateliers, s’organisait l’interface entre les artisans et les structores ?

29Enfin, de manière plus générale, comment placer l’analyse technique, posée à juste titre par N. Monteix, par rapport à l’analyse économique et sociale ?

Notes

1 Desrosiers 1997.

2 Leroi-Gouhran 1970, p. 27-32. Voir aussi Leroi-Gourhan 1971, p. 23-42.

3 Pour une définition plus ample de cette notion, voir Garçon 1997, p. 24-25 et Garçon et al. 2006, p. 21-23.

4 Darré 1985.

5 Shinn 1998.

6 Dib 1957.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search