Version classiqueVersion mobile

Les savoirs professionnels des gens de métier

 | 
Nicolas Monteix
, 
Nicolas Tran

Apprendre et exercer un métier dans l’Égypte romaine (Ier - VIe siècles ap. J. -C.)

Christel Freu

Texte intégral

Nous tenons ici à remercier N. Monteix et N. Tran pour leurs précieuses relectures et leurs conseils bibliographiques, notamment dans les domaines qui nous étaient étrangers. Nos remerciements vont aussi à tous les autres participants de ces deux journées de réunion de travail, dont les remarques nous ont permis d’approfondir certains points. Enfin, ce travail ayant été également présenté au séminaire de M. Corbier, nous tenons à la remercier d’avoir attiré notre attention sur de nouveaux détails, dont certains se retrouvent dans cette version écrite.

  • 1 Van Minnen 1987, p. 44-45 ; Ruffing 2008, I et II, dont le recensement de tous les noms de métier r (...)

1Le travail des artisans d’Égypte à l’époque romaine est partiellement connu grâce aux papyrus. On apprend ainsi le nom de nombreux métiers, dont la spécialisation est souvent très poussée1. Parmi les différents types de documents évoquant le travail des hommes de métier, les commandes de travaux, les livres de compte qui dressent un bilan de l’exécution des tâches, les reçus d’achats d’outils ou les contrats de travail permettent de comprendre quels étaient le nombre d’ouvriers requis pour un travail donné, les temps de travail, ainsi qu’en certains cas, les techniques et les outils mis en œuvre pour réaliser les tâches demandées aux artisans. Ils nous renseignent aussi sur l’organisation de la main-d’œuvre au sein des métiers, sujet sur lequel on se penchera aussi du point de vue de la maîtrise technique.

  • 2 Voir Biscottini 1966, p. 60-90 et p. 186-292, notamment, p. 66-67 : « nel nostro archivio […] manca (...)

2Dans cette masse documentaire apportant des éclairages épars et parfois faibles, se signalent particulièrement pour notre propos une quarantaine de contrats d’apprentissage (didaskalikai), où de jeunes adolescents sont placés chez un artisan durant quelque temps pour apprendre son métier : si ces contrats contiennent quelques détails qui pourront être exploités pour comprendre l’acquisition des savoir-faire professionnels, ils ne livrent malheureusement sur les techniques proprement dites que bien peu d’informations, car ils évoquent essentiellement le temps d’apprentissage, les conditions de placement des jeunes gens et leur rétribution2.

  • 3 Cette remarque rejoint les observations faites dans d’autres chapitres de ce volume : celles de N. (...)

3Nous partirons néanmoins de ce que ces didaskalikai disent du savoir-faire technique des futurs artisans ; nous nous demanderons ensuite ce qu’il advient précisément de ces artisans qualifiés au sein des métiers. Notre réflexion portera sur plusieurs points : on soulignera d’abord la considération qui entoure les spécialistes des technai en Égypte, mais on insistera aussi sur la grande diversité des hommes de métiers et de leur savoir-faire : les chefs de métier et les directeurs d’atelier sont en effet à la tête d’un monde hiérarchisé et complexe3.

Apprendre le métier

Le groupe des apprentis en Égypte

  • 4 Pour les impôts acquittés par les artisans, voir d’abord la synthèse de Wallace 1969, p. 191-213 et (...)

4Dans les villes et les villages d’Égypte, les apprentis (μαθηταί) forment des groupes définis et reconnus officiellement par les municipalités et l’État romain, qui ont intérêt à percevoir leurs impôts professionnels, mais aussi à soutenir ces jeunes gens qui sont l’avenir des métiers et de la prospérité économique du pays. Les apprentis doivent être dénombrés et déclarés comme tels aux autorités auxquelles ils paient les impôts professionnels, ainsi sans doute qu’une taxe d’apprentissage4. Ainsi dans un papyrus provenant d’Oxyrhynchos et daté de 62 ap. J.-C., le tisserand Pausiris déclare :

  • 5 P. Mich. III, 172, l. 4-16 : βούλομαι […] ἐκδόσθαι τὸν ἀφήλικά μου υἱὸν Παυσῖριν ὥστε μαθεῖν τὴν γε (...)

Je désire […] mettre mon fils Pausiris, un mineur, en apprentissage auprès du maître (didaskalos) Epinikos, fils de Théon, du quartier du temple d’Hermès de sorte qu’il apprenne l’art du tissage et paie l’impôt acquitté par les gens de sa sorte. Je demande donc que mon fils soit enregistré dans le groupe des apprentis comme il convient5.

5Plusieurs textes soulignent par ailleurs l’intérêt pour l’État de voir se perpétuer vivants et actifs les métiers des villes et des villages. Dans un papyrus d’Oxyrhynchos daté de 192, le chef-tisserand Isidore demande à être exempté de la lourde liturgie d’assistant stratège, pour la raison que de telles exemptions ont toujours été accordées à des hommes de sa sorte :

  • 6 P. Oxy. XXII, 2340 : Οἱ τοιοῦτοι ἀφείθησαν διὰ τὸ χρησίμ[ου] ς εἶναι τῷ ταμε[ί]ῳ.

Des hommes de sa position ont été exemptés parce qu’ils étaient utiles au Fisc […]6.

  • 7 Biscottini 1966, p. 67 (cf. P. Phil. I, col. I, l. 31-34, qui évoque l’exemption des charges publiq (...)

6Et de fait, on sait que les artisans égyptiens bénéficiaient de l’exemption des munera7. Un siècle et demi plus tard, en 337, Constantin confirmera et précisera cette attention impériale à l’égard des hommes de métier, en conditionnant les exemptions fiscales des artisans à leur rôle joué dans l’apprentissage technique :

  • 8 CTh., 13, 4, 2 (2 août 337) : Idem A. ad Maximum, praefectum praetorio. Artifices artium breui subd (...)

Nous ordonnons que les artisans qui demeurent dans chaque cité et qui pratiquent les métiers dont la liste suit, soient libérés de tous les services publics obligatoires, du moment que leurs loisirs sont dépensés à apprendre ces métiers, où ils puissent désirer vivement devenir eux-mêmes plus habiles et instruire leurs enfants8.

7L’empereur cherche ainsi à favoriser la perpétuation des savoir-faire professionnels, dans les secteurs qui intéressent au premier chef l’État (comme la construction publique par l’aide aux architectes, ingénieurs, peintres, etc.).

  • 9 P. Oxy. VII, 1029 : « […] Total cinq hommes. Nous jurons par l’empereur César Nerva Trajan Auguste (...)

8Les apprentis sont par ailleurs liés aux associations professionnelles : certes, les mathètai n’y entrent pas dès la période de leur apprentissage, mais les corporations veillent sur eux et semblent, dès le Haut-Empire, jouer, pour eux, un rôle d’intermédiaire important auprès des autorités civiles ou impériales ; ce sont les membres des collèges qui renseignent les autorités sur la situation des hommes de métier, sur leur nombre ainsi que sur ceux de leurs apprentis. Un papyrus d’Oxyrhynchos, daté de 107 ap. J.-C., rappelle ainsi un serment de cinq ouvriers graveurs de hiéroglyphes qui comptent les membres de leur corporation, mais qui déclarent aussi, dans ce serment très officiel que leur technè ne possède ni étrangers, ni apprentis. À l’évidence, ces derniers n’appartiennent pas au collège, mais ils sont bien comptabilisés par lui9.

9Mais dans ces groupes d’apprentis, si surveillés et choyés par les municipalités et par les empereurs, tous n’avaient pas même statut ; car les buts de l’apprentissage étaient différents à la ville et à la campagne, pour les esclaves et pour les libres, pour les fils d’artisans ou pour les jeunes orphelins devant travailler pour vivre. Et l’avenir de ces apprentis n’allait pas être le même selon qu’ils appartenaient à tel ou tel groupe.

  • 10 La liste des documents évoquant une mise en apprentissage comprend les contrats d’apprentissage pro (...)
  • 11 Sont mentionnés dans Bergamasco 1995, p. 98, le P. Aberd. I, 59, du IVe/Ve s., le SB XIV, 11982 de (...)
  • 12 Le nombre de ces textes, certes restreint, est néanmoins, relativement à la population concernée, a (...)

10On connaît ces mathètai aux conditions si diverses par les contrats de didaskalikai ou d’autres documents assimilés : on en compte quarante pour la période du Haut-Empire10 et quatre pour l’Antiquité tardive11. Cette quarantaine de contrats n’est pas un nombre négligeable (on a, par exemple, pour la même époque, une centaine de contrats de mariage), puisqu’il concerne le milieu assez restreint de la population des artisans qualifiés et des personnes intéressées à un titre ou à un autre à apprendre un métier pour en vivre. Ces textes forment donc un corpus sûrement représentatif12 qui, malgré des biais inévitables, mais aisés à circonscrire, offre tout de même des résultats intéressants.

L’apprentissage, une pratique courante…

  • 13 Voir Bagnall – Frier 1994, p. 124-126. Pour la pratique du fosterage dans le monde ancien, voir Cor (...)

11Dans cette Égypte romaine où le fosterage des enfants était répandu dans les familles, qui accueillaient volontiers les enfants isolés, orphelins ou enfants de premier lit13, il n’est guère étonnant qu’ait aussi été fréquent le placement, pour cause professionnelle, de jeunes gens dans des foyers étrangers ou amis.

12Qui avait intérêt à mettre son enfant ou son esclave en apprentissage ?

13Si tous les documents ne spécifient pas la qualité sociale des contractants, bien des informations importantes peuvent tout de même être tirées des textes les plus complets, notamment du groupe des papyrus d’Oxyrhynchos du Ier s. ap. J.-C. où les scribes avaient l’habitude de donner des informations précises sur le représentant de l’apprenti.

  • 14 Les cas d’orphelins mis en apprentissage sont répertoriés par Bergamasco 2006, p. 55-59 (P. Mich. I (...)

14D’abord, ces enfants ne se trouvent pas tous dans la même situation familiale : on compte ainsi, à côté des esclaves et des fils de familles, d’assez nombreux cas – un huitième du corpus au Haut Empire – d’enfants orphelins pour lesquels l’apprentissage va servir à gagner une autonomie financière ou à les rendre utiles au sein du foyer qui les emploie14.

  • 15 P. Fouad I, 37. Voir Whitehorne 1988, p. 445-450 pour la reconstitution de la carrière de ce Romain (...)
  • 16 P. Oxy. XXXI, 2586 (la date de 253 donnée par l’éditeur est fausse) ; voir Bergamasco 1995, p. 112- (...)

15Ensuite, il est notable de trouver, aux côtés des fils d’artisans apprenant le métier de leur père, quelques enfants dont les parents n’étaient pas artisans : ainsi, le jeune Fuscus est mis en apprentissage en 48 ap. J.-C. par son père L. Pompeius Niger, oxyrhynchite assez aisé, vétéran de la XXIIe légion et citoyen romain depuis 44 ap. J.-C.15 ; on connaît aussi le jeune fils d’Aurelius Hermias mis en apprentissage en 264 ap. J.-C. auprès d’un tisserand de lin, et dont le grand-père avait été agoranome à Oxyrhynchos16. Ainsi, de petits notables de cités provinciales pouvaient trouver intéressant qu’un de leurs enfants possède les compétences d’un artisan qualifié, dont il allait se servir comme maître d’atelier ou comme employé qualifié.

  • 17 Les filles apprenties sont presque toutes esclaves (on compte cinq jeunes mathètai esclaves de sexe (...)
  • 18 Zambon 1935, p. 31-32 ; Biežunska-Małowist 1977, II, p. 89 et p. 104-105. Si l’onprend l’exempledes (...)
  • 19 En 13 av. J.-C. à Alexandrie, un citoyen romain, Gaius Iulius (Phili) os, place un de ses esclaves (...)
  • 20 P. Oxy. XLI, 2977 (Oxyrhynchos, 239 ap. J.-C.) : ὁμολογοῦσιν ἀλλήλοις… ὁ μὲν Διογένης ἐκδεδωκέναι τ (...)

16Par ailleurs, de jeunes esclaves, garçons et filles17, sont aussi confiés aux artisans par des maîtres qui veulent exploiter le travail de leurs douloi à leur profit. Cette pratique est plus villageoise que citadine18 et le profil des propriétaires d’esclaves n’est pas le même selon ces milieux : à Alexandrie ou à Oxyrhynchos, ce sont souvent des personnes aisées, citoyens romains, vétérans, notables des cités qui placent ainsi leurs douloi19. Et parmi ces derniers, on compte des oikogenes, « esclaves nés dans la maison »20, souvent particulièrement choyés et pour qui l’apprentissage pouvait être un atout en cas d’affranchissement. Dans les villages, les propriétaires paraissent beaucoup plus modestes.

  • 21 Voir Zambon 1935, p. 3 sq. ; Wipszycka 1965, p. 61 ; M. V. Biscottini (1966, p. 63-64), qui parle à (...)
  • 22 Voir Biscottini 1966, p. 60-90 et p. 186-292. Migliardi Zingale 2007, p. 205, revient elle aussi su (...)
  • 23 P. Oxy. II, 322 (réédité par Biscottini 1966, no 14) daté de 26 ap. J.-C. où la mère de Tryphon, Th (...)
  • 24 P. Oxy. II, 310 (= SB X, 10247), réédité par Biscottini 1966, no 33.
  • 25 P. Mich. III, 170, daté de 49 et P. Mich. III, 172, daté de 62 ap. J.-C.
  • 26 P. Mich. III, 171-172.

17Mais, c’est surtout chez les artisans qualifiés des villes et des villages que la mise en apprentissage d’adolescents mineurs ou de jeunes adultes apparaît comme une pratique courante ; l’apprentissage dans une famille étrangère permettait ainsi aux enfants d’artisans de se perfectionner dans un art qu’ils pratiquaient souvent dès l’enfance en apprenant des techniques particulières, inconnues de leurs parents, chez d’autres maîtres tisserands de la ville21. Le cas de la famille de Tryphon, fils de Dionysos, et tisserand assez aisé à Oxyrhynchos dans la première moitié du Ier s., en est un bon témoin22. Cette famille pratique l’art du tissage depuis plusieurs générations : un bulletin de recensement rappelle ainsi qu’en 11 ap. J.-C., le grand-père de Tryphon, Tryphon fils de Didymos, tisserand de soixantecinq ans, vivait dans le même foyer que ses trois fils, Didymos, Dionysos et Thoonis, âgés de trente-huit, trente-trois et vingt-deux ans, tous pratiquant l’art du tissage (P. Oxy. II, 314). Dans les papiers de son petit-fils Tryphon fils de Dionysos, sont conservés deux contrats d’apprentissage des jeunes gens de la famille qui furent placés dans d’autres familles de tisserands de la ville en 26 et en 66 ap. J.-C. (son jeune frère Onnophiris et son propre fils, Thoonis)23 ; on sait en outre qu’un autre de ses fils, Apion, est déclaré dès l’âge de dix ans comme travaillant au métier et payant la taxe du gerdiakon comme les autres apprentis24. De la même façon, les deux fils du tisserand Pausiris résidant à Oxyrhynchos au milieu du Ier s. ap. J.-C. (Ammonios et Pausiris) sont tous deux placés comme apprentis tisserands chez des collègues de leur père25. On observe même, dans ces documents, un échange d’enfants entre deux des trois familles de tisserands concernés : en effet, en 58, Pausiris accueille le neveu orphelin et mineur du tisserand Epinikos et quatre ans plus tard c’est au tour d’Epinikos de prendre en apprentissage le fils mineur de Pausiris26.

  • 27 Bergamasco 1995, p. 158-159.

18Les enfants sont ainsi échangés entre familles de connaissance, ayant des affaires en commun, mais aussi un intérêt à cet apprentissage mutuel27. Certains historiens ont vu dans ces échanges la preuve d’une réglementation officielle empêchant l’apprentissage des enfants chez leurs propres parents. S’il ne fait aucun doute que les métiers et leurs apprentis étaient contrôlés avec soin par les autorités municipales et impériales, on n’a trace nulle part d’une telle réglementation et on a désormais la preuve même du contraire : d’une part, la loi de Constantin de 337 – citée précedemment –, quoique tardive, évoque l’apprentissage des enfants chez leurs propres parents ; d’autre part, le P. Oxy. Hels. I, 29 de 54 ap. J.-C., où l’on voit un orphelin placé par sa grand-mère chez son oncle, montre maintenant que des enfants pouvaient être placés au sein de membres de leur famille.

  • 28 L’existence d’un règlement concernant le placement des apprentis dans une famille étrangère a été p (...)

19L’intérêt pratique et économique des échanges d’enfants entre artisans les explique sans doute mieux qu’une loi officielle28.

… en certains milieux

  • 29 Voir les calculs de R. Bagnall et B. Frier (1994, p. 53-57). Ils rappellent qu’à l’époque même où l (...)
  • 30 L’article de Van Minnen 1987, p. 31-88, s’interroge sur la différence de nature existant, dans l’Ég (...)

20On voit ensuite que les habitants des villes mettaient un peu plus en apprentissage leurs enfants que ceux des campagnes (où l’on compte d’ailleurs plus de mises en apprentissage d’esclaves) : ainsi, au Haut-Empire, période à laquelle les villages, surtout ceux de l’Arsinoïte, sont bien représentés dans la documentation papyrologique, on compte quatorze contrats provenant des villages de ce nome Arsinoïte (Tebtynis, Socnopaiou Nesos, Talei ou Karanis), deux provenant du village d’Ankyron dans le nome Hérakléopolite, tandis que vingt-quatre contrats viennent des villes, essentiellement d’Oxyrhynchos (vingt et un), mais aussi d’Alexandrie pour la période augustéenne (deux) et d’Antinoopolis pour le IIIe s. (un). Le hasard des découvertes compte évidemment beaucoup dans ces localisations (on sait combien Alexandrie est peu représentée dans les papyrus). On voit cependant que le rapport entre villes et campagnes, s’il n’est pas écrasant au profit des premières, est néanmoins significatif dans cette Égypte où la population rurale représentait au moins les deux tiers de la population globale29. Ainsi, si l’on admet que l’apprentissage d’une profession auprès d’un maître artisan permettait d’obtenir une meilleure qualification dans le métier que la seule éducation par la pratique, il paraît clair que l’artisanat urbain comptait davantage de professionnels spécialisés, sans doute aussi plus aisés30.

  • 31 Cette importance de l’apprentissage du tissage a aussi été relevée par Bergamasco 1995, p. 104-105, (...)
  • 32 P. Oxy. XXXI, 2586 : on place un jeune garçon chez un linouphos et P. Fouad I, 37 où le jeune homme (...)
  • 33 P. Oxy. XLI, 2977 et BGU IV, 1021. Cette question a été longtemps débattue (on hésite à traduire le (...)
  • 34 PSI X, 1132 : l’enfant Onnophris du village de Talei est placé par sa mère chez un ψιαθοπλόκος. Ce (...)
  • 35 Ce poids est depuis longtemps connu, mais a, encore récemment, été réévalué dans un dossier très co (...)
  • 36 Voir Ciszuk 2000, p. 265-282.
  • 37 Voir à ce propos la remarquable étude de Ciszuk – Hammarlund 2008, p. 119-133.
  • 38 Wipszycka 1965, p. 48-58, notamment p. 53-54 : « Les métiers à tisser étaient relativement simples. (...)
  • 39 Wipszycka 1965, p. 53-54 : les papiers de Tryphon d’Oxyrhynchos, évoqués supra, mentionnent un méti (...)
  • 40 Forbes, IV, 1956, p. 194-207, Wipszycka 1965, p. 48-54, Ciszuk – Hammarlund 2008, p. 120-127, mette (...)
  • 41 Voir Wild 1970, pl. XI a et b.
  • 42 Pour M. Ciszuk et L. Hammarlund (2008, p. 119-133), ces trois types de métiers à tisser coexistaien (...)
  • 43 Dans les conclusions à ce volume, A.-F. Garçon (infra, p. 138) souligne la spécificité du travail t (...)

21Ces textes concernent enfin en grande majorité les arts du textile : sur quarante didaskalikai connus au Haut-Empire, vingt-trois concernent l’apprentissage du tissage sans que soit spécifié le type de tissu (on parle de gerdiakè technè)31 ; deux touchent au tissage du lin32, deux au cardage de la laine, si l’on considère que le terme ktenistès désigne bien ce métier33 et un autre enfin à la confection de nattes34. La prépondérance de l’apprentissage dans les métiers du textile s’explique par le poids de cette industrie dans l’économie égyptienne35, ainsi que par la complexité de ces savoir-faire : on n’apprend pas le filage, mais toutes les techniques particulières pour créer des tissus de prix comme les tissus sergés, damassés ou les taquetés coptes datant des premiers siècles de notre ère et que l’on a retrouvés en nombre dans les déserts égyptiens et syriens, grâce aux fouilles de Palmyre d’abord, puis de Myos Hormos ou du Mons Claudianos dans les années 1980-199036. Comme les métiers à tisser de ces époques, avec leur bâti de bois, ne se retrouvent guère dans les fouilles (sauf quand il existe encore les pesons du métier vertical), c’est la seule étude des tissus qui permet de comprendre quels étaient les outils dont se servaient les artisans : l’étude des bordures, de la longueur du tissu et des types d’entrecroisement des fils de chaîne et de trame permet désormais d’identifier le métier à tisser et les manières dont la chaîne s’attachait ou non au cadre de bois37. Les archéologues et les historiens des techniques s’accordent à penser que les métiers, malgré certaines innovations apparues aux époques hellénistique ou romaine, restaient tous assez simples38, comme le montre d’ailleurs leur faible coût à l’achat39. L’ancien métier horizontal, planté dans le sol, où l’on travaillait assis40, ainsi que le métier incliné à pesons, où les tisserands travaillaient debout, ont été utilisés, notamment en Égypte, pendant toute l’Antiquité, mais le métier à peson a dû peu à peu céder la place au métier vertical au début de l’ère romaine ; quant à ce métier vertical, à double traverse et sans pédales (comme on en voit dans quelques représentations du Haut-Empire, sur le forum de Nerva et sur les fresques de l’hypogée des Aurelii41), il nécessitait un tisserand assis ou debout, des aides maniant différentes lices pour faire passer les fils de trames et un maître tisserand surveillant l’ensemble de l’ouvrage42. La simplicité de facture des métiers antiques ne les empêchait donc pas de permettre une grande complexité du croisement des fils de la chaîne et de la trame. Car le savoir-faire des tisserands qualifiés n’était pas tant dû à la maîtrise d’un outil complexe qu’à la possession de gestes réclamant rapidité et habileté43.

  • 44 Bergamasco 2004, p. 28, estime, à la suite de W. Clarysse et P. J. Sijpestein que la σωμφιακὴ τέχνη (...)
  • 45 Bradley 1991, p. 109-110.

22Les autres contrats concernent des métiers aussi divers que la musique ou la danse, l’orfèvrerie, la maçonnerie, la production de clous, la sténographie, l’écriture des hiéroglyphes, le maquillage des corps ou la danse44, qui réclament tous une certaine maîtrise technique, parfois fort complexe (orfèvrerie ou sténographie par exemple)45.

La mise en apprentissage

  • 46 En réalité, deux termes se rencontrent essentiellement : didaskalos et épistatès, mais ce dernier n (...)
  • 47 Herrmann 1958, p. 119-139, notamment p. 122-123. Dans certains cas, le maître artisan paie pour la (...)

23Ces apprentis, esclaves ou libres, travaillent et vivent chez l’artisan qui les forme et qui est appelé souvent le maître (didaskalos46). Suivant les cas, les vivres et les vêtements sont tantôt fournis par le maître artisan, tantôt par le représentant de l’enfant, lequel peut aussi parfois recevoir l’argent correspondant aux vivres fournis. Ces différents modes d’entretien de l’enfant témoignent sans doute de la part de travail effectif que l’artisan pouvait attendre de son apprenti : quand il avait tout à apprendre, les parents se chargeaient de sa nourriture ou de ses vêtements, par la suite, le maître en faisait peu à peu son salarié47.

  • 48 Wipszycka 1965, p. 58-59 ; Biežunska-Małowist 1977, II, p. 87 ; Bradley 1991, p. 111.
  • 49 Bergamasco 1995, p. 153-162.
  • 50 Bergamasco 1995, p. 151-152.

24On est apprenti, enfin, pendant des temps variables, entre six mois et cinq ans. Cette variation des temps d’apprentissage peut s’expliquer de plusieurs façons : par le savoir préalable des apprentis, par le fait qu’ils pouvaient disposer de plusieurs maîtres ou encore par le degré de qualification qu’ils entendaient acquérir48. Il a pu d’ailleurs exister, selon M. Bergamasco, des phases différentes dans l’organisation du travail des ateliers égyptiens : dans l’Oxyrhynchos du milieu du Ier s., les textes évoquent des entreprises familiales où les mises en apprentissage sont moins longues, tandis qu’à la fin du IIe s. et au cours du IIIe s., les ateliers d’Oxyrhynchos paraissent plus grands, les employés plus nombreux et formés plus longtemps49. Mais, l’apprentissage sur une durée très longue de quatre à cinq ans était aussi une manière d’employer un jeune salarié, devenu bien qualifié, dans un emploi qui rapportait des revenus à sa famille50.

25Il est tout de même probable qu’en sortant de l’apprentissage, tous les jeunes gens n’avaient pas la même qualification. Malgré quelques exceptions, les jeunes esclaves sont mis moins longtemps en apprentissage (un ou deux ans en moyenne) que les libres (pour eux, les contrats de deux, trois et cinq ans sont assez fréquents). Ainsi, la qualification du jeune esclave semble moins poussée, sans doute à cause de ce qu’on entend faire de ces artisans esclaves : des employés des ateliers ou des employés domestiques et non des maîtres artisans dirigeant des ateliers et maîtrisant les techniques les plus perfectionnées.

  • 51 Ce contrat n’est à vrai dire pas exactement un contrat d’apprentissage, mais plutôt un « contrat d’ (...)
  • 52 P. Fouad I, 37, l. 2 : ἐγδιδάξαι τὴν λινουφικὴν τῶν καθημένων τέχνην.
    « Il apprendra l’art de ceux q (...)
  • 53 Wipszycka 1965, p. 50-63 : « les didaskalikai ne précisaient pas d’habitude la technique du tissage (...)

26Le plus souvent, les clauses des contrats restent floues car ce savoir-faire professionnel est souvent difficilement mesurable. Seul un contrat d’apprentissage de la sténographie est plus précis et les étapes de l’apprentissage y sont mieux définies : l’adolescent doit savoir dans un premier temps reconnaître les lettres, puis les écrire rapidement et les lire sans fautes51. Un contrat très intéressant d’Oxyrhynchos, déjà exploité par E. Wipszycka dans son histoire de l’industrie textile en Égypte romaine, précise, en 48 de notre ère, que le jeune garçon apprendra auprès du maître l’art du tissage assis52. Mais, le plus souvent, on se contente de préciser que le maître devra avoir enseigné tout ce qu’il sait. Les formules des didaskalikai insistent en effet sur le caractère personnel et singulier de l’art professionnel dispensé par le maître53. Il est dit que le maître enseignera « tout ce qu’il sait », « tout son art ». Ainsi, deux papyrus proclament :

  • 54 P. Wisc. 4 (Oxyrhynchos, 53 ap. J.-C.) ; P. Tebt. II, 385 (Tebtynis, 117 ap. J.-C.) : ὥστε μαθεῖν τ (...)

[…] de sorte qu’il apprenne tout l’art de tisserand, comme [son maître] le sait lui-même54.

  • 55 M. Bergamasco (1995, p. 133-134) note que de tels examens sont mentionnés relativement rarement (4 (...)

27Un examen pouvait enfin sanctionner la maîtrise du métier55. Plusieurs papyrus l’attestent, qui mentionnent un contrôle des compétences par des membres éminents du métier, sans doute appartenant aux corporations professionnelles. Ainsi, dans un papyrus de 48 ap. J.-C., le didaskalos s’engage auprès du père de l’enfant, L. Pompeius Niger, à lui montrer ce qu’il lui a appris en deux ans. L’examen aura lieu, précise-t-il, devant une commission de trois compagnons de métier, sans doute membres d’une corporation (homotechnôn) :

  • 56 P. Fouad I, 37, l. 7-8 : τούτου δὲ πληρωθέντος ἐπιδείξομαι σοὶ αὐτὸν ἐπὶ ὁμοτέχνων τριῶν. Cette tra (...)

Au temps révolu, je te le montrerai devant trois hommes du même métier56.

28Le papyrus de Berlin (BGU IV, 1125) de 13 av. J.-C. mentionne lui aussi cet examen final ; enfin, dans le P. Carlsberg 53 (=SB XX, 15023), qui paraît être une liste fiscale concernant des foulons et des teinturiers, il est dit aux lignes 12-13 :

  • 57 Ὀρσενοῦφις Ἥρωνος ἡγούμ(ενος) γερδ(ίων) Τεβτ[ύνεως / ὑπ (ὲρ) διακρίσεως μαθητῶ(ν) (δραχμὰς) χ( ?). (...)

Orsenouphis fils d’Héron chef des tisserands de Tebtynis / Pour l’examen des apprentis 600 ( ?) drachmes57.

  • 58 Wipszycka 1965, p. 59 : « Il me semble cependant qu’il ne faut pas considérer cet exemple comme val (...)

29Le chef de la corporation des tisserands du village de Tebtynis paie donc une taxe pour l’examen des apprentis et s’occupe de son organisation. Dans l’Antiquité tardive, on a encore la preuve d’un examen corporatif : dans le P. Aberd. I, 59 (frag. 3, l. 3) la jeune fille qui a appris la broderie doit être évaluée par la [κοιν]ότητα τῶν συν[τ]εχ(νιτῶν), c’est-à-dire par des membres de la corporation des brodeurs, à la fin de son temps d’apprentissage. Contrairement, donc, à ce que pensait E. Wipszycka58, cet examen corporatif n’est pas nouveau au Bas Empire, même s’il y fut peut-être rendu obligatoire.

30Que devenaient par la suite ces professionnels qualifiés ? Comment s’inséraient-ils dans le métier ? Quels étaient leur statut et leur place exacts ? C’est ce que nous allons essayer de voir à présent.

Les professionnels et leur savoir-faire

  • 59 Wallace 1969, p. 194-198, discute, mais sans parvenir à une conclusion ferme, les différents taux d (...)

31Les jeunes gens à peine sortis d’apprentissage vont être employés à différents titres, selon leur statut juridique et social (esclaves ou libres, fils d’artisans ou venus d’ailleurs), les moyens de leurs parents et la qualification acquise, due en partie au temps passé à apprendre le métier. Tous n’obtiennent pas la même place dans le métier, ni le même salaire59.

32On distinguera d’abord, surtout au Haut-Empire, les artisans esclaves et les libres, qui ne travaillent pas, on l’a dit, pour les mêmes raisons, ni sans doute avec les mêmes qualifications.

Les esclaves de l’artisanat

  • 60 Biežunska-Małowist 1977, II, p. 87 ; Bergamasco 1995, p. 123-125, qui remarque que toutes les jeune (...)
  • 61 Ulpien, dont l’opinion est conservée dans un texte du Digeste, estime en effet que les jeunes escla (...)
  • 62 Biežunska-Małowist 1977, II, p. 88-89 et p. 103-108.
  • 63 Notamment le P. Wisc. 5 provenant d’Oxyrhynchos et daté de 186 ap. J.-C.
  • 64 SPPXXII, 36, provenant deSocnopaiou Nesos en 125 ap. J.-C.

33Les jeunes esclaves – qui représentent dans ce corpus des didaskalikai un quart des apprentis au Haut-Empire – pouvaient en effet servir « à la satisfaction des besoins de la famille », à produire des objets destinés à des clients de leur maître ou enfin à rapporter des rentes au maître, qui les louait à d’autres artisans ou les plaçait à la tête d’un atelier60. Les Romains estimaient que leur travail ne pouvait commencer qu’à partir de cinq ans61, mais dans les contrats d’apprentissage ils semblent avoir le même âge que les libres, aux alentours de dix-douze ans. Le louage de service des esclaves qualifiés auprès d’artisans dont ils avaient appris la spécialité est attesté par quelques papyrus, qui ont été bien exploités par Isa Biežunska-Małowist62 : on a quelques contrats de louage63 ou de placement de l’esclave en remboursement des dettes de son maître64. Une lettre d’un jeune homme, Neilos, à son père raconte que l’adolescent a été envoyé faire ses études sans doute à Alexandrie en compagnie d’un esclave, Héraclas, appartenant à son père et qui était chargé de lui procurer des revenus ainsi sans doute que de veiller à son entretien. L’esclave, après avoir été emprisonné pour une affaire qu’on ignore, s’est enfui et Neilos suppose qu’il a dû revenir auprès de son maître. Il propose alors à son père de le louer sur place à un charpentier et de lui fournir les gains de la location, qui devrait lui rapporter, croit-il, deux drachmes par jour :

  • 65 P. Oxy. XVIII, 2190, l. 49-51 (=SB XXII, 15708) : Ἀλλ’ὅμως δύνῃ, εἰ μὴ πέμπεις αὐτόν, παραδοῦναι γε (...)

Mais si tu ne le renvoies pas, tu peux au moins le confier à un charpentier – car j’ai entendu dire qu’un jeune homme y gagne deux drachmes par jour – ou le placer dans un autre emploi où il pourra gagner davantage65.

34Ces esclaves devaient donc compter parmi les aides salariés des professionnels des métiers, appelés aussi μίσθιοι dans les textes : mais, comme les libres, ils étaient salariés à divers titres de qualification et suivant diverses rémunérations, comme nous le verrons par la suite.

  • 66 Biežunska-Małowist 1977, II, p. 88-89 et p. 106-107.

35Des esclaves artisans pouvaient-ils également être mis par leur maître à la tête d’un atelier dont ils auraient eu la charge de la direction ? Ce n’est pas impossible, quoiqu’on en n’ait aucun exemple assuré ; on voit certes des esclaves payer des taxes sur le métier qu’ils exercent et recevoir pour ces paiements des quittances. Mais ces documents ne sont pas du tout la preuve que des esclaves travaillaient pour leur compte, puisque les apprentis paient eux aussi ces taxes66.

Les artisans libres

  • 67 Les comparaisons lexicales entre termes désignant les hommes de métier (essentiellement technitès e (...)

36La place des libres dans la hiérarchie des professionnels est moins évidente. Car si la terminologie des textes grecs est d’une certaine utilité pour classer les artisans dans un métier67, elle n’est pas toujours assez précise, on va le voir.

  • 68 Pour la question du regroupement associatif des professionnels des métiers en Égypte, voir Fikhman (...)

37Les artisans spécialistes et maîtres de leur atelier sont désignés par les textes soit d’après le nom de leur métier, qui confère à lui seul une forte identité sociale (on parle des tisserands de lin – οἱ λινόϋφοι, des maçons – οἱ οἰκοδόμοι, des foulons – οἱ γναφεῖς), soit comme τεχνῖται. Artisans indépendants, ils paient les taxes de leur métier tout en étant exemptés des liturgies qui pèsent sur les propriétaires terriens ; assez aisés, citadins ou villageois reconnus, ce sont eux enfin qui entrent de façon privilégiée dans les associations professionnelles à l’époque impériale et protobyzantine68. Leur condition pouvait donc attirer les fils de notables, comme le montrent sans doute les exemples des fils de L. Pompeius Niger et d’Aurelius Hermias placés en apprentissage pour devenir tisserands.

  • 69 Wipszycka 1965, p. 54-57 ; Van Minnen 1987, p. 56.
  • 70 Dans certains cas, la fin de l’apprentissage était d’ailleurs sanctionnée par le don des outils qui (...)
  • 71 Biscottini 1966, p. 70-72.
  • 72 Carrié 2004, p. 13-43, notamment p. 39. Ces calculs concernent cependant la période tardive et ne d (...)

38Propriétaires ou locataires de leur local69, possédant en tout cas les outils qui les distinguent comme spécialistes70, les τεχνῖται ont assurément toujours un pied dans leur métier et une bonne connaissance de leur savoir-faire professionnel : ils ont appris le métier jeunes, on l’a vu, mais la relative aisance de leurs parents leur permet de posséder une pièce-atelier et de gérer des affaires. Ces spécialistes, au cours de leur carrière et s’ils réussissent dans leurs affaires, ont tendance à se détacher du travail proprement manuel et à ne conserver que des tâches de contrôle, de supervision ou d’enseignement. Le cas de Tryphon est encore un bon exemple : ce maître tisserand, possédant plusieurs locaux où il doit employer des aides salariés71, met toutefois son jeune fils en apprentissage dans le métier pour perpétuer la maîtrise de l’ouvrage et les gestes des savoirs spécialisés, toujours requis du patron. Mais ces patrons peuvent ensuite se détacher de l’exercice manuel : ils ne font plus assurément les tâches les moins spécialisées, et peuvent même renoncer à tout type de travail manuel. Ainsi, Tryphon se lance dans les années 50 dans diverses opérations financières : en 50/51, on sait qu’il possède une deuxième maison ; deux années plus tard, il achète un nouveau métier de tissage, alors qu’il ne peut plus travailler lui-même car il devient peu à peu aveugle d’un œil. Il acquiert encore en 55 ap. J.-C. une moitié de maison à trois étages avec son cousin Pnepheros et quelques années plus tard une autre maison achetée à un certain Antiphanes fils d’Heraklas ; pour faire tous ces achats, il emprunte différentes sommes d’argent mais ne paraît pas pour autant tomber dans l’endettement, puisqu’il prête lui-même cinquante drachmes en 57 ap. J.-C. Cette « période intense d’opérations financières », selon l’expression de Maria Valentina Biscottini, ne peut s’expliquer que par la prospérité des affaires de Tryphon à l’époque, qui lui permet apparemment d’agrandir son atelier, en achetant un nouveau métier, sans qu’il ne paraisse plus occupé à l’exercice manuel de sa profession. Certes, il n’est pas certain, tant s’en faut, que Tryphon doive cette aisance à son métier de tisserand, et ses opérations spéculatives, de prêt à intérêt, d’achats de maison peut-être en vue d’une location, expliquent sans doute mieux cette bonne fortune retrouvée. Mais il n’empêche qu’il devait nécessairement avoir auparavant dégagé un surplus pour pouvoir ainsi se lancer dans de telles pratiques spéculatives. Cette idée est encore confortée par les récents calculs de J.-M. Carrié concernant précisément les bénéfices que permettait de dégager la possession d’un atelier textile, car le tissage apportait au filé une forte valeur ajoutée sur le produit fini72. Les signes de l’aisance de certains maîtres tisserands ne manquent d’ailleurs pas dans les papyrus et semblent même se renforcer à partir du IIe s. ap. J.-C.

  • 73 Van Minnen 1987, p. 56-58 ; il se rallie, contre E. Wipszycka, à l’interprétation que Reil (1913, p (...)
  • 74 P. Oxy. XXII, 2340, col. 1 : Ἐπίμαχος Γαίου ὑποστρατηγὸς δέλτα γράμματος ἀνέδωκεν τὸν ἡμέτερον ἀνθ’ (...)

39Au sommet de la hiérarchie des technitai, on trouve en effet, à partir du IIe s. ap. J.-C., des hommes riches, sans doute venus de l’artisanat, mais désignés dans les sources comme « chefs d’ateliers » : ergastèriarchès ou histonarchès73. Un texte éloquent évoque ainsi un de ces maîtres enrichis et devenu « chef d’atelier » : il s’agit des minutes d’un procès où est rapportée, en 192 ap. J.-C., la plainte d’un tisserand chargé, à tort selon lui, de la liturgie d’assistant-stratège (hypostrategos). Cet ergastèriarchès dirige un atelier de tisserands et son avocat dit de lui qu’il a sous ses ordres de nombreux linouphoi74. L’ancien hypostrategos vient de le nommer à sa place, sous prétexte qu’il n’était pas tisserand, mais marchand de parfum, profession riche à en croire les avocats. Le plaignant proteste en assurant qu’il n’est pas marchand, mais bien maître tisserand, prétendant de ce fait à l’exemption traditionnelle dont bénéficient ses compagnons de métier, à cause de leur utilité pour la cité et le fisc. Le juge la lui accorde, selon l’usage, à condition qu’il parvienne à fournir les preuves de sa situation. Mais le fait qu’il ne soit pas marchand de parfum n’empêche pas ce chef d’atelier d’être très aisé (euschemon).

  • 75 Cf. Reil 1913, p. 25 (note 1) et p. 32 pour les « aides » des artisans de la construction. Il cite (...)
  • 76 SB XX, 15024.
  • 77 Voir, par exemple, P. Sakaon 22, l. 34. Cf. Lewis 1997, p. 25-26.

40Employés par les technitai et les chefs d’atelier, les artisans moins qualifiés sont appelés dans les sources ἐργάται, ὑπουργοί ou, sous la forme d’un participe substantivé, ὑπουργοῦντες75 (les « aides »), ou encore μίσθιοι (« les salariés ») : ils sont assimilés, par les historiens modernes, à des tâcherons, hommes de peine peu spécialisés et salariés, et même salariés à la journée, puisque le mot ἐργάτης désigne aussi la journée de travail. Il ne fait pas de doute qu’ἐργάτης ou ὑπουργός ont très souvent le sens de tâcheron : des comptes de domaines agricoles mentionnent ainsi des paiements à des ergatai dont la tâche n’est pas spécifique et à qui l’on a donc pu confier tout type de travaux ; des listes fiscales provenant de Tebtynis et datées du IIe s. parlent quant à elles d’ἰδιῶται ἐργατευόμενοι (« travailleurs non qualifiés ») à la suite des hommes de métiers dûment répertoriés76. C’est aussi par le mot d’ergatès que l’on désigne dans l’Antiquité tardive les travailleurs chargés de lourds travaux aux ordres de liturges77. Mais cela signifie-t-il pour autant que les salariés assistants des hommes de métier sont tous des tâcherons non qualifiés ? La réalité est en fait plus complexe, car tous ces termes, ἐργάται, ὑπουργοί ou même μίσθιοι sont assez flous et peuvent de fait désigner différents types de travailleurs.

41Il est certain que, dans tous les domaines de la vie économique, les artisans spécialistes ont toujours eu besoin d’aides pour toutes les tâches moins complexes.

  • 78 Wipszycka 1965, p. 63-64.

42Dans le secteur textile, le maître tisserand avait, par exemple, besoin de tels aides pour l’ourdissage des fils de la chaîne – c’est-à-dire la préparation délicate des fils de chaîne qui doivent être parallèles et bien tendus – ou le maniement des lices de la trame à la main78. Ainsi, le procès-verbal du sénat d’Oxyrhynchos daté de 270 ap. J.-C. (et connu par le P. Oxy. XII, 1414, l. 13) évoque les employés des tisserands, qualifiés de façon très floue d’hypourgoi : les tisserands de la ville, groupés en collège, demandent en effet à être autorisés à relever les prix des tissus qu’ils fabriquent [δι]ὰ [τὴ]ν πλεοτιμίαν [τῶ]ν εἰδῶν καὶ τὴν πλεομισθίαν τῶν ὑπουργ[ῶ]ν (« du fait de l’augmentation de la valeur des matières premières et de l’augmentation de la rémunération de ceux qui travaillent pour nous »).

  • 79 Trois livres de compte de temples, datant du IIe s., mentionnent des assistants de tailleurs de pie (...)
  • 80 Plin., NH, 36, 67 : « ce fut une entreprise beaucoup plus difficile de le transporter et de le dres (...)
  • 81 P. Ryl. II, 125 (=Sel. Pap. II, 278). L’entrepreneur aurait découvert dans les murs de la maison un (...)
  • 82 Cf. par exemple P. Oxy. III, 498 ou SB XIV, 11958 cités infra n. 89 et 93.
  • 83 P. Mil. Vogl. VII, 304 (il s’agit du domaine de Lachès à Tebtynis). L’opération de construction néc (...)

43Dans la construction, des « assistants » sont mentionnés à plusieurs reprises dans des livres de compte pour des réparations de bâtiments privés ou de sanctuaires : y sont comptabilisés des paiements à des entrepreneurs en construction (oikodomoi), à des charpentiers (tektones) et à des tailleurs de pierres (laxoi), ainsi qu’à leurs aides comptés à part79. Ces « aides » doivent participer au gros œuvre (destruction des murs existants, déblaiement des matériaux) et surtout au transport des matériaux qui demande beaucoup d’efforts mais peu de qualification : Pline l’Ancien le rappelait déjà lorsqu’il décrivait le transport et le redressement des obélisques, qui avaient été taillés en bloc dans les déserts d’Égypte80. Les chefs de chantier, pour leur part, s’occupent avant tout de superviser et d’inspecter le travail. Ils travaillent peut-être encore de leurs mains, mais s’occupent surtout de la direction d’ouvrage. Ainsi, dans la plainte adressée en 28/29 ap. J.-C. (quatorzième année du règne de Tibère) à l’epistatès phylakitôn de Euhemeria par un homme qui affirme avoir été volé par l’« entrepreneur en construction » (oikodomos) qui effectuait des travaux de réfection chez lui, il est question des ouvriers qui travaillaient sous ses ordres sur le chantier81. Quant au salaire des « assistants », il est en général moins élevé que celui de leurs patrons. En BGU III, 699 (l. 1 et 8), compte de réparation du IIe s. provenant du Fayoum, on apprend ainsi que les ἐργάται ὑπουργοί qui assistent les entrepreneurs (oikodomoi) sont payés d’un salaire médiocre de quelques oboles journalières, c’est-à-dire moins d’une drachme par jour. Ce salaire, comparé à celui des directeurs d’ouvrage connus par d’autres papyrus de même époque82, paraît bien être le signe de leur subordination. Plus net encore, le compte d’un domaine agricole où est effectuée en 166 ap. J.-C. la construction d’un ληνός, c’est-à-dire d’un pressoir à vin avec le bâtiment qui l’entoure, mentionne des paiements à un tailleur de pierre et à deux oikodomoi payés chacun quatorze oboles par jour, tandis que leurs aides sont payés seulement huit oboles journalières83.

  • 84 P. Oxy. L, 3595-3597.
  • 85 Voir Desbat 2003, p. 7-41, pour la description des techniques de fabrication de la céramique et du (...)
  • 86 P. Oxy. L, 3595, l. 18-19 : ἐμοῦ δὲ παρέχοντος ἐμαυτῷ τοὺς αὐτάρκεις πλάστας καὶ ὑπουργοὺς καὶ ὑποκ (...)
  • 87 Voir Cockle 1981, p. 87-97, particulièrement p. 92.

44Comme dans le textile, la construction ou encore la métallurgie, les aides sont aussi nombreux dans les ateliers de potiers pour les différentes opérations de séchage puis de cuisson, de poissage, etc. Car pour cette dernière industrie, les principaux travaux se faisaient l’hiver afin de préparer les récipients pour la saison des vendanges ou de la récolte des olives. Cela permettait ainsi au maître artisan (kerameus) d’employer comme main-d’œuvre non qualifiée des ruraux moins occupés aux tâches agricoles pendant la saison hivernale. Plusieurs contrats de location du IIIe s., passés entre différents potiers (kerameis) et de riches citadins propriétaires de vignobles et d’ateliers de potier dans leur domaine du village de Senepta situé dans le nome d’Oxyrhynchos, le montrent bien84. Les propriétaires de l’atelier fournissent le local, les outils, le matériau (argile)85 et le potier s’engage, pour sa part, à embaucher les assistants nécessaires, plus ou moins qualifiés86. Sous la direction du seul kerameus travaillent donc des aides divers : les plastas, comme leur nom l’indique, doivent travailler au façonnage des pots sur le tour et ont donc sans doute reçu une instruction technique pour acquérir ce savoir-faire. En revanche, les hypourgoi ne semblent bien posséder aucune qualification. Dans le P. Oxy. L, 3595, quinze mille jarres à vin sont fournies entre août 243 et juillet 244, mais les paiements montrent que le potier et ses aides reçoivent durant certains mois beaucoup plus. Durant les mois d’août à mai, le potier reçoit quatre cents drachmes mensuelles pour les travaux ; pour la période de mai à juillet, qui correspond au moment de la seconde cuisson des jarres, cinq cents drachmes par mois ; mais il ne reçoit que cent drachmes par mois en juillet et en août. Il ne fait guère de doute que ces différences dans les montants des payes s’expliquent par le nombre d’assistants que le potier est chargé de fournir pour tel ou tel travail87.

45Dans tous ces textes, les ὑπουργοι-assistants paraissent donc avant tout de simples manouvriers, membres d’une équipe sous les ordres d’un patron.

  • 88 Fikhman 1994, p. 21-23.

46Quelques papyrus tendent cependant à montrer que les ergatai et hypourgoi peuvent être des salariés spécialisés, et de ce fait mieux payés, comme l’a récemment souligné I. Fikhman88.

  • 89 SB XIV, 11958, l. 8, l. 10-11, l. 40-41 (editio princeps dans Swiderek 1957, p. 59-91) :
    l. 6. ι̅γ τ (...)

47Ainsi, dans le livre de compte du temple d’Artémis à Heracléopolis, daté de 117 ap. J.-C., des ἐργάται ὑπουργοί sont des assistants spécialistes, possédant une certaine connaissance du métier. Ils reçoivent en effet comme leurs maîtres artisans une drachme par jour. Et ils sont notés dans le papyrus de façon non équivoque, comme « ceux qui doivent aider » les charpentiers ou les tailleurs de pierre89. Ces assistants font sans doute partie du groupe des artisans qui ont été apprentis un temps plus court et qui, manquant des soutiens financiers de leurs parents, sont obligés de vivre comme aides salariés leur vie durant tandis que leurs compagnons d’apprentissage, fils d’artisans aisés, vont perpétuer pour leur part la maîtrise de la direction technique des ouvrages, héritée de leurs pères.

  • 90 P. Prag. I, 18, l. 13-14 = SB I, 4299 (Arsinoe, 245 ap. J.-C.). Il s’agit d’une déclaration de rece (...)
  • 91 BGU IV, 1069, l. 10-11 et 13 (Arsinoe, 243 ap. J.-C.) : ἐπικεκρι(μένον) [λεινό] υφον μίσθιον ἔτων 1 (...)
  • 92 Wipszycka 1965, p. 65-71.

48De la même façon, des μίσθιοι spécialisés dans le tissage sont mentionnés dans des déclarations de recensement d’Arsinoé datées du milieu du IIIe s. et mentionnant, l’une, un (λινό) υφος μίσθιος âgé de trente ans et marié90 et l’autre, un jeune tisserand salarié, âgé de seize ans et fils de la déclarante, ainsi que le beau-frère de celle-ci, âgé de trente et un ans, veuf et résident au foyer91. E. Wipszycka s’était déjà demandé pourquoi « un artisan connaissant bien son métier renonçait à travailler à son compte dans un domaine de production qui au fond n’exigeait pas de grandes dépenses pour l’achat des outils et de la matière première » ; elle répondait ainsi : « le renoncement au travail indépendant pouvait être causé par une extrême misère ou par quelque malheur personnel »92.

49Enfin, des maîtres artisans peuvent aussi se louer comme aides d’autres professionnels sur les chantiers. Ainsi, dans la copie d’un contrat de travail du IIe s. où des tailleurs de pierre (λαξοί) s’engagent à fournir des pierres taillées de différentes dimensions, une des clauses finales spécifie qu’ils peuvent aussi servir d’ouvriers salariés aux maçons :

  • 93 P. Oxy. III, 498, l. 33-40 : ἐὰν δὲ χρε[ί] αν ἔχωσι οἱ οἰκοδόμοι ὑπουργίας λαξικῆς ἡμεῖς ὑπουργήσομ (...)

Si les maçons (oikodomoi) ont besoin de nos services dans la taille des pierres, nous, ou l’un d’entre nous, nous mettrons à leur service et chacun d’entre nous recevra comme gages pour chaque jour de service quatre drachmes et chacun d’entre nous, de même, recevra chaque jour un pain et le companage93.

50Ainsi, ces artisans spécialisés, qui ont sûrement reçu une formation professionnelle de plusieurs mois voire de quelques années pour apprendre à tailler les pierres aux différentes dimensions, peuvent également se louer comme « assistants » d’autres corps de métier.

Conclusion

51Sur les chantiers ou dans l’atelier d’un artisan qualifié, le groupe des employés salariés que les textes appellent misthioi ou ergatai de façon très floue, se compose en réalité de travailleurs aux qualifications diverses, allant des tâcherons polyvalents à l’assistant spécialisé.

52Parmi ces μίσθιοι, il pouvait y avoir des manœuvres polyvalents employés pour des temps courts, comme on le voit dans les ateliers de poterie, mais aussi des salariés à vie d’un même atelier, qui, même s’ils n’avaient pas accompli formellement un apprentissage spécialisé, avaient tout de même acquis des gestes de plus en plus complexes. D’autres employés, enfin, étaient peut-être, tels ces linouphoi du grand atelier d’Oxyrhynchos sous les ordres de l’ergastèriarchès, aussi qualifiés que leurs maîtres artisans, mais n’en étaient pas moins leurs salariés. Si les textes des papyrus ne permettent pas toujours facilement de distinguer tous ces travailleurs, on voit cependant que, relus avec précaution, ils donnent tout de même de nombreux indices d’une hiérarchisation complexe des ateliers égyptiens, hiérarchisation qui augmente peut-être avec le temps.

  • 94 Quelques rares textes d’auteurs orientaux offrent toutefois une vue plus nuancée que les fameux tex (...)

53Quant aux patrons, ils sont plutôt des directeurs d’ouvrage et des gens aisés des cités, écoutés par les autorités. Mais leur groupe, là aussi, est loin d’être homogène ; les papyrus permettent ainsi de nuancer le témoignage des sources littéraires qui ne cessent d’assimiler travail manuel et possession d’un métier94, laissant penser que tous les professionnels étaient des petites gens travaillant nécessairement de leurs mains.

54La maîtrise du savoir-faire technique est, dans tous les cas, la clé d’une bonne situation sociale, comme maître d’atelier ou comme employé spécialisé.

Notes

1 Van Minnen 1987, p. 44-45 ; Ruffing 2008, I et II, dont le recensement de tous les noms de métier remplace désormais Reil 1913, passim. Ruffing 2008, notamment I, p. 58-102 et p. 200-215, étudie des termes désignant les métiers dans les papyrus (le textile et l’alimentation sont les plus représentés en Égypte) et conclut sur le sens de leur augmentation ; voir encore ibid. I, p. 282-357, pour l’étude de la spécialisation des métiers dans les villes égyptiennes. N. Tran insiste dans ce volume, à juste titre, sur la distinction qu’il faut faire entre division du travail et division des métiers (cf. aussi Tran 2006, p. 10, n. 43, qui suit sur ce point les réflexions exposées par P. Veyne dans ses cours au Collège de France, 1991-1992).

2 Voir Biscottini 1966, p. 60-90 et p. 186-292, notamment, p. 66-67 : « nel nostro archivio […] mancano totalmente documenti in cui si veda l’attività del laboratorio ». On peut en dire de même des contrats de travail et d’apprentissage, qui ne contiennent que des clauses ayant des conséquences légales.

3 Cette remarque rejoint les observations faites dans d’autres chapitres de ce volume : celles de N. Tran (infra p. 119-133) et celles d’H. Dessales (infra p. 48-49).

4 Pour les impôts acquittés par les artisans, voir d’abord la synthèse de Wallace 1969, p. 191-213 et, pour une discussion des impôts acquittés par les apprentis, voir Bergamasco 2004b, p. 33-35. S’il est certain que le maître artisan payait la taxe professionnelle (appelée généralement cheirônaxion – « taxe des artisans » – ou d’un terme spécifique comme le gerdiakon des tisserands) pour son apprenti, une taxe d’apprentissage payée par le représentant de l’enfant ou par l’artisan paraît aussi assurée, sur la base de P. Osl. Inv. 1470 (Oxyrhynchos, 70 ap. J.-C.), mais aussi de SB VI, 9374 (Ptolemais Drymou, 170 ap. J.-C.) et de P. Oxy. XIV 1647, l. 44-47 daté de la même époque (τ[ῶ]ν τῆς τέχνης χειρωναξίων κα[ὶ] ἐκδόσεων τ[ελεσμάτων ὄντων πρὸς [τὸ]ν διδάσκαλον ; « les impôts professionnels et la taxe sur l’apprentissage devant être à la charge du maître »).

5 P. Mich. III, 172, l. 4-16 : βούλομαι […] ἐκδόσθαι τὸν ἀφήλικά μου υἱὸν Παυσῖριν ὥστε μαθεῖν τὴν γερδιακὴν τέχνην καὶ τάξεσθαι τὸ ὑπὸ τῶν ὁμοίων τελούμενον τέλεσμα διδεσκάλῳ Ἐπεινίκῳ Θέωνος λαύρας Ἑρμαίου. διὸ ἀξιῶι ἀναγραφῆναι τὸν υἱὸν ἐν τῇ τῶν μαθητῶν τάξι ὁς καθήκει.
Notons dès à présent que nous gardons dans les textes grecs les fautes des scribes, parfois corrigées en note par les éditeurs modernes (par exemple, on devrait avoir à la fin du passage ὡς καθήκει). Une formule similaire se retrouve en PSI VIII, 871, l. 15-16 (Oxyrhynchos, 66 ap. J.-C.) : ἀξιῶ ἀναγραφῆναι τοῦτον ἐν τῆι τῶν ὁμοίων τάξει et en P. Osl. Inv. 1470, l. 9-13 et 15-18 : ἐπὶ τῷ τάξασθαι ὑπὲρ μὲν τοῦ ἐνε[σ] τῶτος ἔτους ἀργ(υρίου) (δραχμὰς) ὀκτώι, ἀπὸ δὲ τοῦ ἰσιόντος ἔτους τὸ καθῆκον [τελεσ-] μα ὡς ἐπὶ τῶν ὁμοίων… διὸ ἀξιῶι ἀναγραφῆναι τὸν υἱὸν ἐν τῇ τῶν μαθ[ητῶ] ν τάξει ὡς καθήκει.
« à la condition qu’il accepte de payer huit drachmes d’argent pour l’année présente et, pour l’année qui commence, la taxe due par les gens de sa sorte. Je demande donc que mon fils soit enregistré dans le groupe des apprentis comme il convient ».
Cf. également P. Mich III, 170, l. 13-14 (Oxyrhynchos, 49 ap. J.-C.), P. Mich. III, 171, l. 17-19 (58 ap. J.-C.).

6 P. Oxy. XXII, 2340 : Οἱ τοιοῦτοι ἀφείθησαν διὰ τὸ χρησίμ[ου] ς εἶναι τῷ ταμε[ί]ῳ.

7 Biscottini 1966, p. 67 (cf. P. Phil. I, col. I, l. 31-34, qui évoque l’exemption des charges publiques de tous ceux qui paient le cheirônaxion et notamment. P. Phil. I, col. I, l. 12 et col. II, l. 39-40, pour les tisserands).

8 CTh., 13, 4, 2 (2 août 337) : Idem A. ad Maximum, praefectum praetorio. Artifices artium breui subdito comprehensarum per singulas ciuitates morantes ab uniuersis muneribus uacare praecipimus, si quidem ediscendis artibus otium sit adcommodandum ; quo magis cupiant et ipsi peritiores fieri et suos filios erudire. Dat. IIII non. aug. Feliciano et Titiano conss. ; CTh., 13, 4, 3 (juillet 344) donne la liste des professionnels ainsi exemptés.

9 P. Oxy. VII, 1029 : « […] Total cinq hommes. Nous jurons par l’empereur César Nerva Trajan Auguste Germanicus Dacicus que nous avons honnêtement et sans fraude présenté la liste ci-dessus et qu’il n’y en a pas plus que ceux-ci et que nous n’avons ni apprentis ni étrangers pratiquant notre art (μηδὲ ἔχει[ν / μαθητὰς ἢ ἐπιξένους χρω{ω}μένους τῇ τέχνῃ) pour le moment présent. Autrement, nous subirions les conséquences de notre serment. La onzième année de l’empereur César Nerva Trajan Auguste Germanicus Dacicus, Phaophi 29 ».

10 La liste des documents évoquant une mise en apprentissage comprend les contrats d’apprentissage proprement dits ainsi que les demandes d’enregistrement des apprentis, adressées à l’administration fiscale (les P. Mich. III, 170-172, PSI VIII, 871 et X, 1132, auxquels s’ajoute maintenant le P. Osl. Inv. 1470) et les demandes d’annulation de contrats (le BGU IV, 1124, provenant d’Alexandrie et daté de 18 av. J.-C.). En revanche ne sont pas pris en compte ici les lettres privées, les plaintes ou d’autres documents faisant seulement allusion à des apprentis. Cette liste a été mise à jour par la synthèse de Bergamasco 1995, p. 96-98 et p. 162-167 (qui donne 38 documents de l’époque augustéenne au IIIe s. inclus) à laquelle on doit désormais ajouter une déclaration de placement d’un apprenti (le P. Osl. Inv. 1470, provenant d’Oxyrhynchos et daté de 70 ap. J.-C., réédité dans Bergamasco 2004b, p. 31-35), un papyrus assez atypique du IIIe s. (le P. Oxy. LXVII, 4596, supposé de 264 ap. J.-C., qui commence comme un contrat d’apprentissage et finit comme un contrat de remboursement d’un prêt) et un papyrus du VIe s. (le P. Kellis G. 19a, Appendix). Comme Zambon 1935, p. 6-9 et Bergamasco 1995, p. 97, on exclura de la liste le P. Tebt. II, 384, considéré pourtant par ses éditeurs comme une didaskalikè, puisque l’enfant est seulement placé chez un tisserand pendant une année afin que son travail rembourse le prêt contracté par ses deux frères. M. Bergamasco a gardé, aux côtés du P. Heid. IV, 327, datant de l’année 99 ap. J.-C., le P. Heid. IV, 326 de 98 ap. J.-C., qui, quoique ressemblant davantage à un contrat de paramonè, est désigné comme didaskalikè par le P. Heid. IV, 327.

11 Sont mentionnés dans Bergamasco 1995, p. 98, le P. Aberd. I, 59, du IVe/Ve s., le SB XIV, 11982 de mai-décembre 554 et le P. Lond. 1706 (datant du VIe s.). Il faut également y ajouter le P. Kellis G. 19a, Appendix, d’époque tétrarchique, qui accompagne une pétition concernant la rupture du contrat (P. Kellis G. 19a) : voir Bergamasco 1997, p. 7-26 et surtout Bergamasco 1998, p. 193-196. Par ailleurs, le P. Ross. Georg. IV, 6, daté de 710 ap. J.-C., atteste de la perpétuation de l’apprentissage à époque très tardive (cf. Bergamasco 1995, p. 106, n. 38) : il ne s’agit pas d’une didaskalikè, mais d’une demande formulée par l’administration au chef du village d’Aphrodito pour qu’il fournisse seize jeunes gens à former au métier de charpentier et de calfat.

12 Le nombre de ces textes, certes restreint, est néanmoins, relativement à la population concernée, aussi important que celui des textes compris dans les autres corpus documentaires exploités par les historiens, tels les déclarations de recensement ou les contrats de mariage. Il paraît donc possible d’en dégager des informations et d’en tirer des conclusions plus générales.

13 Voir Bagnall – Frier 1994, p. 124-126. Pour la pratique du fosterage dans le monde ancien, voir Corbier 1999, p. 5-41, notamment p. 6 (définition du terme et références bibliographiques).

14 Les cas d’orphelins mis en apprentissage sont répertoriés par Bergamasco 2006, p. 55-59 (P. Mich. III, 171 ; P. Osl. III, 141, l. 7 datant du Ier s. ap. J.-C. ; P. Oxy. Hels. I, 29, l. 8 de 54 ap. J.-C. ; sans doute aussi P. Heid. IV, 327, l. 9 de 99 ap. J.-C. et P. Oxy. IV, 725, l. 6), qui estime que le SB XIV, 11588, lettre privée de la fin du IVe s., évoque également le cas d’un mathètès orphelin. Ces cas semblent donc avoir été relativement fréquents (contra Bergamasco 2006, p. 55), permettant aux familles de donner à des orphelins les moyens de vivre rapidement et de façon autonome de l’exercice d’un métier.

15 P. Fouad I, 37. Voir Whitehorne 1988, p. 445-450 pour la reconstitution de la carrière de ce Romain d’Oxyrhynchos et Rathbone 2001 p. 99-113 pour ses propriétés.

16 P. Oxy. XXXI, 2586 (la date de 253 donnée par l’éditeur est fausse) ; voir Bergamasco 1995, p. 112-113.

17 Les filles apprenties sont presque toutes esclaves (on compte cinq jeunes mathètai esclaves de sexe masculin, cinq de sexe féminin : cf. Bergamasco 1995, p. 123-124 pour les références). Les deux seules apprenties libres que l’on connaisse sont placées par leurs parents pour apporter des revenus immédiats à leur famille : ce sont en effet des contrats atypiques qui les concernent, l’un mêlant contrat de service et d’apprentissage (P. Heid. IV, 326, provenant d’Ankyron et daté de 98 ap. J.-C.) et l’autre, contrat d’apprentissage et de remboursement de prêt (P. Oxy. LXVII, 4596 du milieu du IIIe s.).

18 Zambon 1935, p. 31-32 ; Biežunska-Małowist 1977, II, p. 89 et p. 104-105. Si l’onprend l’exempledes vingt-trois contrats concernant au Haut-Empire des tisserands, on y compte six esclaves, dont cinq jeunes filles et un garçon. Quatre viennent des villages (P. Mich. V, 346a de 13 ap. J.-C., SPP XXII, 40 daté de 150, P. Grenf. II, 59 daté de 189, SB XVIII, 13305, daté de 271), deux des villes (P. Oxy. XIV, 1647, de la fin du IIe s., PSI III, 241, du IIIe s.). Le rapport est exactement inverse pour les apprentis libres (douze contrats en ville, dont onze à Oxyrhynchos, cinq dans les villages).

19 En 13 av. J.-C. à Alexandrie, un citoyen romain, Gaius Iulius (Phili) os, place un de ses esclaves chez un aulète (BGU IV, 1125), afin peut-être qu’il devienne son musicien personnel ; à Oxyrhynchos, au IIIe s., un ancien duplicarius met son esclave chez un cardeur (BGU IV, 1021) ; enfin à Antinoopolis, au IIIe s., un ancien vainqueur de concours, Aurelios Silbanos, place son esclave Nikè chez un tisserand (PSI III, 241).

20 P. Oxy. XLI, 2977 (Oxyrhynchos, 239 ap. J.-C.) : ὁμολογοῦσιν ἀλλήλοις… ὁ μὲν Διογένης ἐκδεδωκέναι τὸν ἑαυτοῦ δοῦλο[ν] Δίδυμον ἐξ οἰκογενο̣ῦ̣[ς] δούλης Ταιάδος πρὸς μάθησιν [τῆς] κτενιστικῆ[ς] τέχ[νη]ς̣ (« ils s’accordent entre eux […] sur ce que Diogénès a confié son esclave Didyme, né de Thaias une esclave née dans la maison, pour apprendre le métier de cardeur ») ; P Kell. G. 19a Appendix. Je remercie M. Corbier d’avoir attiré mon attention sur ce point.

21 Voir Zambon 1935, p. 3 sq. ; Wipszycka 1965, p. 61 ; M. V. Biscottini (1966, p. 63-64), qui parle à propos des maîtres tisserands d’« operai altamente specializzati, destinati sopratutto a produrre articoli di qualità pregiata » ; Bergamasco 1995, p. 150-151.

22 Voir Biscottini 1966, p. 60-90 et p. 186-292. Migliardi Zingale 2007, p. 205, revient elle aussi sur cet exemple.

23 P. Oxy. II, 322 (réédité par Biscottini 1966, no 14) daté de 26 ap. J.-C. où la mère de Tryphon, Thaumorion, place le jeune frère de Tryphon en apprentissage auprès du tisserand Abaros, fils d’Abaros ; P. Oxy. II, 275 daté de 66 ap. J.-C.

24 P. Oxy. II, 310 (= SB X, 10247), réédité par Biscottini 1966, no 33.

25 P. Mich. III, 170, daté de 49 et P. Mich. III, 172, daté de 62 ap. J.-C.

26 P. Mich. III, 171-172.

27 Bergamasco 1995, p. 158-159.

28 L’existence d’un règlement concernant le placement des apprentis dans une famille étrangère a été postulée par les éditeurs du P. Mich. III, 170, p. 164, suivant en cela J. G. Winter. E. Wipszycka (1965, p. 60-61) revient sur ces cas et n’adopte pas cette hypothèse, estimant que l’intérêt économique explique tout aussi bien ces échanges d’enfants. Cf. Bergamasco 1995, p. 151-153. A.-F. Garçon revient en conclusion (infra p. 135-140) sur la grande modernité de ces échanges d’apprentis, conçus pour améliorer les savoir-faire professionnels : au contraire de l’Égypte antique, le Moyen Âge et l’époque moderne ont en effet beaucoup plus connu la culture du secret en matière de savoir-faire technique.

29 Voir les calculs de R. Bagnall et B. Frier (1994, p. 53-57). Ils rappellent qu’à l’époque même où les didaskalikai se partagent pour 60 % en ville et 40 % dans les villages, les déclarations de recensement se répartissent, quant à elles, de façon équitable entre villes et villages.

30 L’article de Van Minnen 1987, p. 31-88, s’interroge sur la différence de nature existant, dans l’Égypte romaine, entre artisanat urbain et artisanat rural et plaide finalement pour une réelle spécificité des productions et de l’économie urbaines par rapport à celles des villages.

31 Cette importance de l’apprentissage du tissage a aussi été relevée par Bergamasco 1995, p. 104-105, Migliardi Zingale 2007, p. 203-206, mais de façon très rapide et parfois un peu datée.

32 P. Oxy. XXXI, 2586 : on place un jeune garçon chez un linouphos et P. Fouad I, 37 où le jeune homme apprend l’art de tisser assis.

33 P. Oxy. XLI, 2977 et BGU IV, 1021. Cette question a été longtemps débattue (on hésite à traduire le terme par coiffeur ou cardeur), mais la plupart des travaux les plus récents (Wipszycka 1965, p. 34-35 ; Biežunska-Małowist 1977, II, p. 87 ; Bergamasco 1995, p. 97-98 et p. 106) se prononcent pour le métier de cardeur, notamment parce qu’un des didaskalikai prévoit une formation sur cinq ans et l’autre sur trois, ce qui serait bien long pour l’apprentissage de la coiffure. Par ailleurs, un ζεῦγος κτενιστικόν (cité en P. Oxy. VII, 1035, 12) est un instrument qui peut se louer, ce qui accrédite encore plus l’hypothèse du métier de cardeur. Enfin, le métier de cardeur est bien attesté dans l’Édit du Maximum, III, 1, 8 (cf. Ferdière 1984, p. 212).

34 PSI X, 1132 : l’enfant Onnophris du village de Talei est placé par sa mère chez un ψιαθοπλόκος. Ce terme signifie « tresseur de natte » (le ψίαθος est une natte de jonc). Cf. Bergamasco 1995, p. 106. Pour le fabricant de tapis de laine, un autre terme est utilisé : ταπηταρίος.

35 Ce poids est depuis longtemps connu, mais a, encore récemment, été réévalué dans un dossier très complet du numéro de la revue Antiquité Tardive, 2004. J.-M. Carrié (2004, p. 37-40) tente d’y « préciser l’impact économique du secteur textile dans l’économie romaine tardive » (mais ses calculs peuvent aussi s’appliquer à la période antérieure) et parvient, en lui reconnaissant une grande marge d’erreur possible, au chiffre de 7,5 % de la population masculine totale employée au tissage, ce qui est considérable. Ce poids de l’industrie textile en Égypte place d’ailleurs les tisserands en haut de l’échelle des métiers artisanaux, comme le montrent les papyrus des astrologues égyptiens.

36 Voir Ciszuk 2000, p. 265-282.

37 Voir à ce propos la remarquable étude de Ciszuk – Hammarlund 2008, p. 119-133.

38 Wipszycka 1965, p. 48-58, notamment p. 53-54 : « Les métiers à tisser étaient relativement simples. […] La finesse et la perfection de l’étoffe dépendaient moins du métier qui avait servi à la tisser que des qualifications personnelles du tisserand, de son talent, de son habileté et de sa patience. […] Nous arrivons à la conclusion qu’une partie des tissus exécutés en Égypte étaient l’œuvre de spécialistes hautement qualifiés, qui connaissaient leur métier incomparablement mieux qu’une maîtresse de maison ».

39 Wipszycka 1965, p. 53-54 : les papiers de Tryphon d’Oxyrhynchos, évoqués supra, mentionnent un métier valant vingt drachmes ; par ailleurs E. Wipszycka replace, à juste titre, dans le contexte inflationniste de la fin du IIIe s. le P. Oxy. XIV, 1705 (qui date de 298 ap. J.-C.) indiquant comme prix d’un métier deux talents et mille drachmes : ce prix n’est donc pas révélateur d’un métier à tisser d’un genre nouveau.

40 Forbes, IV, 1956, p. 194-207, Wipszycka 1965, p. 48-54, Ciszuk – Hammarlund 2008, p. 120-127, mettent en rapport le type de métier et la position du tisserand au travail. En Égypte, le très vieux métier à tisser horizontal planté dans le sol nécessitait un tisserand agenouillé. Les métiers à pesons du monde grec et occidental font travailler le tisserand debout. Quant aux nouveaux métiers à deux barres horizontales, ils nécessitent que les tisserands travaillent d’abord assis ou agenouillés au métier, puis debout pour finir la pièce de tissu ; leurs aides sont debout à leurs côtés pour manier les lices (cf. la figure du Psautier d’Utrecht, datant du IXe s., dont la reproduction se trouve chez Ferdière 1984, p. 221, fig. 7). Le P. Fouad I, 37, datant de 48 ap. J.-C., mentionne explicitement l’apprentissage du tissage assis : cf. infra.

41 Voir Wild 1970, pl. XI a et b.

42 Pour M. Ciszuk et L. Hammarlund (2008, p. 119-133), ces trois types de métiers à tisser coexistaient en Égypte à l’époque romaine : ils estiment que les longs tissus de lin mentionnés dans les papyrus étaient tissés sur le métier à tisser horizontal, tandis que les courts peploi l’étaient sur le métier vertical (ead., p. 121). Voir aussi Forbes, IV, 1956, p. 194-207 ; Wipszycka 1965, p. 47-63 ; Ferdière 1984, p. 209-275, pour le travail du tissu en Gaule, de l’âge du fer au début du Moyen Âge ; Wild 1987, p. 459-471 ; Cardon 1999, p. 391-400 ; Ciszuk 2000, p. 265-282 (évoquant aussi la possible influence, pour les taquetés, de métiers verticaux complexes venus de Perse).

43 Dans les conclusions à ce volume, A.-F. Garçon (infra, p. 138) souligne la spécificité du travail textile, à la suite des travaux de S. Desrosiers (1997) : ces deux spécialistes des techniques estiment en effet le savoir-faire des tisserands comme préscientifique, prémathématique et consistant essentiellement en une connaissance des gestes du métier. Cela explique l’importance d’une longue pratique d’apprentissage en ce domaine.

44 Bergamasco 2004, p. 28, estime, à la suite de W. Clarysse et P. J. Sijpestein que la σωμφιακὴ τέχνη (mentionnée dans le contrat P. Heid. IV, 327) désigne plus l’art de la danse que l’art de l’em baumement.

45 Bradley 1991, p. 109-110.

46 En réalité, deux termes se rencontrent essentiellement : didaskalos et épistatès, mais ce dernier n’apparaît que dans la ville d’Oxyrhynchos au IIIe s. ap. J.-C. Pour Bergamasco (1995, p. 116), il est alors synonyme du premier, contrairement à ce que la doctrine avait jusqu’alors pensé. Son argumentation emporte l’adhésion. Enfin, dans la dernière didaskalikè publiée, le P. Oxy. LXVII, 4596 (milieu IIIe s.), le maître artisan est un histonarchès (littéralement un « chef d’atelier », de ἱστός, « métier à tisser »), preuve de l’important statut social des maîtres artisans à cette époque. Cf. Van Minnen 1987, p. 56-60.

47 Herrmann 1958, p. 119-139, notamment p. 122-123. Dans certains cas, le maître artisan paie pour la nourriture de l’apprenti et sa mère continue à le nourrir (cf. par exemple P. Oxy. XLI, 2971, daté de 66 ap. J.-C., l. 13-15 et surtout l. 22-26 : ἐὰν μὴ βούληται ὁ παῖς ὑπὸ̣ τοῦ διδασκάλου τρέφεσθαι, χωρηγήσει τῇ Τα[σ]ε̣ῦτι ὑπὲρ τῶν τούτου τροφείων κατὰ μῆνα ἕκαστον ἀργυρίου δραχμὰς [π]έντε « si l’enfant ne veut pas être nourri par le maître, Seuthes [le tisserand] payera à Taseus pour sa nourriture cinq drachmes d’argent mensuelles »). Cf. Bergamasco 1995, p. 138-140 et p. 144-146 (« un giovane […] viene retribuito con modalità differenti per i vantaggi che egli reca al maestro nell’attività della sua bottega […] laddove il giovane riceve un compenso fin dall’inizio, siamo portati a credere che egli avesse acquisito le nozioni elementari tra le pareti domestiche »). Pour le salaire des apprentis, voir la typologie que le même auteur a dressée p. 144-150 (compensations progressives, fixes, complexes, nulles, etc.).

48 Wipszycka 1965, p. 58-59 ; Biežunska-Małowist 1977, II, p. 87 ; Bradley 1991, p. 111.

49 Bergamasco 1995, p. 153-162.

50 Bergamasco 1995, p. 151-152.

51 Ce contrat n’est à vrai dire pas exactement un contrat d’apprentissage, mais plutôt un « contrat d’enseignement », un « Lehrvertrag », comme l’a appelé A. Berger, dont les clauses portent sur le salaire du maître et le contenu de l’enseignement (cf. Zambon 1935, p. 6 ; Bergamasco 1995, p. 100-101). C’est la raison pour laquelle les étapes de l’apprentissage de la sténographie sont si scrupuleusement décrites.
P. Oxy. IV, 724, l. 5-11 (datant de 155 ap. J.-C.) : μισθοῦ τοῦ συμπεφωνημένου πρὸς ἀλλήλους ἀργυρίου δραχμῶν ἑκατὸν εἴκοσι χωρὶς ἑορτικῶν, ἐξ ὧν ἔσχες τὴν πρώτην δόσιν ἐν δραχμαῖς τεσσαράκοντα, τὴν δὲ δευτέραν λήψῃ τοῦ παιδὸς ἀνειληφότος τὸ κομ̣εντάρ[ι]ον ὅλον ἐν δραχ[μ] αῖς τ[εσσ]αράκοντα, τὴν δὲ τρίτην λήψομαι ἐπὶ τέλει τοῦ χρόνου τοῦ παιδὸς ἐκ παντὸς λόγου πεζοῦ γράφοντος καὶ ἀναγειγνώσ[κον]τος ἀμέμπτως τὰς {δὲ} λοιπὰς δραχμὰς τεσσαράκοντα.
« […] au salaire convenu entre nous de cent vingt drachmes d’argent, non inclus les jours de fête ; de cette somme, tu as reçu le premier versement de quarante drachmes et tu recevras le second versement de quarante drachmes quand le garçon aura appris tout le contenu de son cahier ; et tu recevras le troisième, c’est-à-dire les quarante drachmes restantes, à la fin de la période, quand le garçon écrira tout discours en prose et lira de façon parfaite ».
Le λήψομαι de la ligne 9 est une faute du scribe ; il faut lire λήψῃ, comme à la ligne 8.

52 P. Fouad I, 37, l. 2 : ἐγδιδάξαι τὴν λινουφικὴν τῶν καθημένων τέχνην.
« Il apprendra l’art de ceux qui sont assis pour tisser le lin ». E. Wipszycka (1965, p. 49-50) pensait que cette clause témoignait de l’invention d’un nouveau type de métier, le métier à tisser horizontal perfectionné à pédales. Mais l’apparition de ce nouveau métier est désormais repoussée par les spécialistes à l’époque médiévale (cf. Cardon 1999, p. 400-416).

53 Wipszycka 1965, p. 50-63 : « les didaskalikai ne précisaient pas d’habitude la technique du tissage dont l’apprenti allait prendre connaissance […] le niveau de spécialisation de l’artisan précepteur devait aussi jouer un certain rôle (plus le maître en savait, plus longtemps durait l’apprentissage). Nous ne connaissons pas l’étendue de cet enseignement ; elle dépendait, sans nul doute, de l’individualité du maître qui, probablement, était tenu de transmettre à l’apprenti tout son savoir ».

54 P. Wisc. 4 (Oxyrhynchos, 53 ap. J.-C.) ; P. Tebt. II, 385 (Tebtynis, 117 ap. J.-C.) : ὥστε μαθεῖν τὴν γερδιακὴν τέχνην πᾶσ[αν ἀυτὸ] ν ὡ[ς καὶ ἁυτὸς ἐπίσταται.
À ces deux papyrus, on peut ajouter le P. Fouad I, 37, le P. Oxy. II, 322, l. 18-19 réédité par M. V. Biscottini au no 14 (καθ[ὼς καὶ αὐ] τὸς ἐπ[ίσταται]), le P. Oxy. XLI, 2971 venant d’Oxyrhynchos et daté de 66 ap. J.-C. (ἐκδιδάξει τοῦτον καθὼς ἐπίσταται ; « il lui apprendra ce qu’il sait ») ; enfin, si le papyrus n’était pas très mutilé, on aurait aussi, sans aucun doute, cette formule en PSI X, 1132 (Talei, 61 ap. J.-C.), où commence à la ligne 9 la phrase suivante : ὥστε μαθεῖν ἀυτὸν τὴν [….

55 M. Bergamasco (1995, p. 133-134) note que de tels examens sont mentionnés relativement rarement (4 sur 41). Pour l’auteur, cet examen répond donc aux demandes de certains contractants et il ne peut s’agir d’un « brevet de qualification ».

56 P. Fouad I, 37, l. 7-8 : τούτου δὲ πληρωθέντος ἐπιδείξομαι σοὶ αὐτὸν ἐπὶ ὁμοτέχνων τριῶν. Cette traduction n’est pas celle adoptée par l’éditeur J. Scherer, qui traduit pour sa part « je te le ferai voir comme ses trois compagnons », tout en reconnaissant, en note, que l’interprétation que nous adoptons ici est possible.

57 Ὀρσενοῦφις Ἥρωνος ἡγούμ(ενος) γερδ(ίων) Τεβτ[ύνεως / ὑπ (ὲρ) διακρίσεως μαθητῶ(ν) (δραχμὰς) χ( ?). L’interprétation de P. Van Minnen (1987, p. 70) est acceptée par A. Bülow-Jacobsen (1989, p. 125-126).

58 Wipszycka 1965, p. 59 : « Il me semble cependant qu’il ne faut pas considérer cet exemple comme valable pour la période précédente. Comme on sait, les corporations ont subi, au cours du IVe et du Ve siècles, des transformations essentielles qui ont abouti à élargir leurs compétences originaires, surtout dans les questions économiques. »

59 Wallace 1969, p. 194-198, discute, mais sans parvenir à une conclusion ferme, les différents taux de gerdiakon, impôt professionnel des tisserands, mentionnés sur des ostraka de Syène, Thèbes, Dendera : ils pourraient cependant représenter les revenus différenciés de ces artisans en fonction de leur qualification. Voir aussi à ce sujet Temin 2006, p. 31-54, part. p. 35-36.

60 Biežunska-Małowist 1977, II, p. 87 ; Bergamasco 1995, p. 123-125, qui remarque que toutes les jeunes filles esclaves sont apprenties tisserandes, alors que les jeunes libres se retrouvent apprentis dans des métiers beaucoup plus variés.

61 Ulpien, dont l’opinion est conservée dans un texte du Digeste, estime en effet que les jeunes esclaves de moins de cinq ans ne fournissaient guère de travail : Dig., 7, 7, 6, 1. Si minor annis quinque uel debilis seruus sit uel quis alius, cuius nulla opera esse apud dominum potuit, nulla aestimatio fiet (« si l’esclave est âgé de moins de cinq ans, est débile ou est tel qu’on n’en puisse tirer aucun service, il n’y a pas lieu à l’estimation »). Cf. Brunt 1958, p. 166, qui utilise aussi un texte du Code Justinien (CI., 6, 43, 3, 1) pour montrer qu’il y aurait eu, au VIe s., une limite d’âge pour le travail des enfants à dix ans, mais, pour notre part, nous ne lisons pas cela dans ce texte. Pour l’âge des apprentis, voir Zambon 1935, p. 32-34 ; Bradley 1991, p. 107-108.

62 Biežunska-Małowist 1977, II, p. 88-89 et p. 103-108.

63 Notamment le P. Wisc. 5 provenant d’Oxyrhynchos et daté de 186 ap. J.-C.

64 SPPXXII, 36, provenant deSocnopaiou Nesos en 125 ap. J.-C.

65 P. Oxy. XVIII, 2190, l. 49-51 (=SB XXII, 15708) : Ἀλλ’ὅμως δύνῃ, εἰ μὴ πέμπεις αὐτόν, παραδοῦναι γε τέκτονι, ἀκούω γὰρ ὅτι νεανίσκος δύο δραχ{α}μὰς τῆς ἡμέρας ποιεῖ.

66 Biežunska-Małowist 1977, II, p. 88-89 et p. 106-107.

67 Les comparaisons lexicales entre termes désignant les hommes de métier (essentiellement technitès et ergatès) ont été faites très tôt : voir à ce propos San Nicolò 1913, I, p. 127-128 ; Reil 1913, p. 24-25 et bien plus récemment par Fikhman 1994, p. 19-40, notamment p. 21-23.

68 Pour la question du regroupement associatif des professionnels des métiers en Égypte, voir Fikhman 1994, p. 19-40 et Freu 2011, sous presse.

69 Wipszycka 1965, p. 54-57 ; Van Minnen 1987, p. 56.

70 Dans certains cas, la fin de l’apprentissage était d’ailleurs sanctionnée par le don des outils qui allaient servir au jeune disciple dans sa vie professionnelle. Un document en fait foi : la didaskalikè P. Oxy. XXXVIII, 2875, contrat où un jeune homme se place lui-même comme apprenti chez un maçon (Apollonarios donnera à Zôilos à la fin de ses trois ans des habits et « les outils de maçon, sans coût » – καὶ ἀργαλ[εῖα] τῆς οἰκοδομικῆς χωρὶς τειμῆς), à laquelle s’ajoute peut-être la pétition P. Kell. G. 19a, où la jeune esclave aurait reçu les outils au début de son apprentissage (voir Bergamasco 1997, p. 11).

71 Biscottini 1966, p. 70-72.

72 Carrié 2004, p. 13-43, notamment p. 39. Ces calculs concernent cependant la période tardive et ne doivent donc pas être appliqués tels quels à l’époque de Tryphon, où les entreprises textiles restent sans doute plus domestiques (cf. l’hypothèse de Bergamasco 1995, p. 153-161, à ce sujet).

73 Van Minnen 1987, p. 56-58 ; il se rallie, contre E. Wipszycka, à l’interprétation que Reil (1913, p. 108) fait du terme histonarchès. Un ostrakon montre en effet un histonarchès commandant un ouvrage à des tisserands à partir du matériel qu’il a fourni (O. Wilck. II, 1155) : un histonarchès serait donc un entrepreneur coordonnant la production des petits ateliers d’un quartier ou d’une ville et fournissant le matériel. Mais cela ne l’empêche pas de demeurer attaché à l’exercice du métier puisqu’en P. Oxy. LXVII, 4596 (milieu IIIe s.), le maître artisan est un histonarchès. Cf. Migliardi Zingale 2007, p. 207-208.

74 P. Oxy. XXII, 2340, col. 1 : Ἐπίμαχος Γαίου ὑποστρατηγὸς δέλτα γράμματος ἀνέδωκεν τὸν ἡμέτερον ἀνθ’αὐτοῦ ἐργαστηριάρχην ὄντα λινούφων πολλοὺς ἐργαζομένους ἐν τῇ ἐργασίᾳ ἔχοντα.
« Epimachos, fils de Gaios, assistant stratège du district delta, a nommé à sa place mon client, qui est chef d’un atelier, dans lequel travaillent beaucoup de tisserands de lin ». Ce texte est aussi cité par Van Minnen 1987, p. 57.

75 Cf. Reil 1913, p. 25 (note 1) et p. 32 pour les « aides » des artisans de la construction. Il cite aussi Polybe, (Histoires 5, 2, 89), où le terme apparaît dans le même sens que dans les papyrus : après le tremblement de terre subi par les Rhodiens (en 227 ou 226 av. J.-C.), « Ptolémée envoya en outre cent maîtres maçons avec trois cent cinquante ouvriers (οἰκοδόμους ἐκατόν, ὑπουργοὺς τριακοσίους) et quatorze talents par an pour la rétribution de ces hommes » (trad. D. Rousset).

76 SB XX, 15024.

77 Voir, par exemple, P. Sakaon 22, l. 34. Cf. Lewis 1997, p. 25-26.

78 Wipszycka 1965, p. 63-64.

79 Trois livres de compte de temples, datant du IIe s., mentionnent des assistants de tailleurs de pierre et de charpentiers : SB XIV, 11958 venant d’Heracléopolis (cité et traduit infra), BGU III, 699 (l. 1 et 8) trouvé au Fayoum et évoquant des dépenses pour des réparations, ainsi que P. Oxy. XX, 2272, l. 5, autre livre de dépenses d’un temple près de Busiris dans le Delta. On y ajoutera celui du chevalier Appien en SPP XX, 68, fr. 12 (SB X, 10299, l. 6), daté du milieu du IIIe s., où apparaît peut-être, quoique la lecture en soit très difficile, le même terme ὑπουργος (il s’agit de dépenses effectuées pour des travaux de réparation et de construction dans la rue Antinoïte d’Hermoupolis Magna). Voir, dans ce volume, le chapitre rédigé par H. Dessales, qui décrit la hiérarchie des travailleurs de la construction à Pompéi au Ier s. ap. J.-C.

80 Plin., NH, 36, 67 : « ce fut une entreprise beaucoup plus difficile de le transporter et de le dresser que de l’extraire » (trad. CUF).

81 P. Ryl. II, 125 (=Sel. Pap. II, 278). L’entrepreneur aurait découvert dans les murs de la maison une boîte contenant les bijoux de la défunte mère du plaignant, et gardé pour lui les objets. Le texte dit ainsi « après avoir écarté ses ouvriers et mes domestiques, il a emporté la boîte chez lui […] » (καὶ διαπλανήσας τοὺ[ς ὑπ]ουργοῦντας καὶ τοὺς ἐμοὺς ἀπηνέγκατο παρ’ἑαυτόν).

82 Cf. par exemple P. Oxy. III, 498 ou SB XIV, 11958 cités infra n. 89 et 93.

83 P. Mil. Vogl. VII, 304 (il s’agit du domaine de Lachès à Tebtynis). L’opération de construction nécessite l’élévation de murs en briques crues, mais aussi la confection, plus délicate, du pressoir (cf. l’introduction de D. Foraboschi à ce papyrus). Voir par exemple col. II, l. 24-25, pour un jour du mois de Thôth : οἰκοδόμοι β…. (ὀβολοί) κη / ὑπουργοῦτες ἐργ(αταί) β… (ὀβολοί) ις (« deux charpentiers, vingt-huit oboles/deux travailleurs assistants seize oboles »).
On peut encore y ajouter le P. Prag. Varcl. II, 4 (= SB VI, 9409, 1), col. IV, l. 65 mentionnant des “aides” d’un charpentier (oikodomos) : le charpentier est payé quatre drachmes par jour pour réparer la porte d’un domaine et ses deux « assistants » quatre drachmes quatre oboles pour tous deux.

84 P. Oxy. L, 3595-3597.

85 Voir Desbat 2003, p. 7-41, pour la description des techniques de fabrication de la céramique et du fonctionnement des fours de potier et p. 121-130 pour le fonctionnement des ateliers de potiers. Il y développe l’exemple, p. 124-125, d’un atelier lyonnais dont les dimensions sont assez proches de celles des ateliers évoqués dans ces papyrus (on y trouvait trois bassins de préparation d’argile, neuf tours et six fours) : « dans les grands ateliers […] la production est organisée avec une sectorisation du travail. […] Les différentes tâches qui peuvent être assurées par des ouvriers différents sont les suivantes : extraction de l’argile, préparation de l’argile, façonnage, recherche du combustible, cuisson, souvent réalisée par un spécialiste ».

86 P. Oxy. L, 3595, l. 18-19 : ἐμοῦ δὲ παρέχοντος ἐμαυτῷ τοὺς αὐτάρκεις πλάστας καὶ ὑπουργοὺς καὶ ὑποκαύστας « […] me fournissant, pour ma part, les modeleurs nécessaires et les assistants et les préposés au chauffage ».

87 Voir Cockle 1981, p. 87-97, particulièrement p. 92.

88 Fikhman 1994, p. 21-23.

89 SB XIV, 11958, l. 8, l. 10-11, l. 40-41 (editio princeps dans Swiderek 1957, p. 59-91) :
l. 6. ι̅γ τέκτοσ[ι] δυσὶ κατασκεύαζο(υσι) σανίδω(μα) […] 2 dr. l. 8. ι̅ε ἐργάταις [δ] υσὶ ὑπουργ(οῦσι) τέκτοσι […] 2 dr.
l. 10-11. [ι̅]θ… ἐργάτ[ῃ] ὑπουργ(οῦντι) λαξοῖς ἀνορθοῦσι στύλ(ους) τῶν στοῶν κατὰ σύμ(βολον). 2 ob.
[…] l. 40. ι̅γ Ἁρυώτῃ ὑπουργῷ λαξῶν 8 ob. ( ?)
l. 41. ι̅ζ τέκτοσι ι̅α πρίζουσι καὶ ἐργαζομένοις εἰς ἐπιστύλια 11 dr.
« Le 13 à deux charpentiers pour la pose du plancher, deux drachmes… Le 15 à deux ouvriers travaillant avec les charpentiers pour les aider, deux drachmes […] Le 19, à l’ouvrier qui aide les tailleurs de pierre à relever les colonnes des portiques couverts. Selon l’accord, deux oboles. […] Le 13, à Haryotes, aide des tailleurs de pierres, huit oboles ( ?). Le 17, à onze charpentiers qui scient du bois et façonnent les architraves, onze drachmes ».

90 P. Prag. I, 18, l. 13-14 = SB I, 4299 (Arsinoe, 245 ap. J.-C.). Il s’agit d’une déclaration de recensement où un certain Dioscore, fils de Zôilos, âgé de trente ans, est déclaré par le propriétaire de la maison, où il réside comme locataire en compagnie de sa femme Aurelia Sambous et de leur fille : κάτοικος ἐπικεκρι(μένος) (ἔτει) [λινό] υφος μίσθιος (« katoikos soumis à l’épikrisis durant l’année […], tisserand de lin salarié »).

91 BGU IV, 1069, l. 10-11 et 13 (Arsinoe, 243 ap. J.-C.) : ἐπικεκρι(μένον) [λεινό] υφον μίσθιον ἔτων 16… ἐπικεκρι(μένον) [λεινό] υφος (sic) μίσθιον ἔτων 31 ; il faut corriger la référence et la lecture que donne Wipszycka 1965, p. 67 de ce papyrus (elle parle de BGU IV, 1063).

92 Wipszycka 1965, p. 65-71.

93 P. Oxy. III, 498, l. 33-40 : ἐὰν δὲ χρε[ί] αν ἔχωσι οἱ οἰκοδόμοι ὑπουργίας λαξικῆς ἡμεῖς ὑπουργήσομεν ἢ καί τις ἡμῶν ἕκαστος λαμβάνων ἑ[κ]άστης ἡμέρας μισθοῦ ὑπουργίας δραχμὰς τέσσαρας καὶ ἕκαστος ἡμῶν ὁμοίως ἑκάστης ἡμέρας ἄρτον ἕνα καὶ προσφάγι[ον.

94 Quelques rares textes d’auteurs orientaux offrent toutefois une vue plus nuancée que les fameux textes des auteurs latins, évoqués dans ce volume par N. Tran, qui témoignent du mépris des élites pour le monde des artes : par exemple, l’orateur Libanios, au IVe s., défend des hommes liés, par leur origine, au monde des métiers, même s’ils n’exercent plus eux-mêmes cette profession. Ainsi, l’antiochien Thalassios, ami de Libanios, ne peut, en 390, entrer au sénat de Constantinople, parce que son père gérait une fabrique d’armes et était ainsi trop lié au travail manuel. En réalité, souligne l’auteur, il ne travaillait pas de ses mains, contrairement, ajoute-t-il perfidement, aux pères de plusieurs préfets du prétoire des années 350-360, que leur basse origine n’empêcha pas d’être choisis aux plus hautes charges de l’Empire (Libanios, Or. 42, 24-25).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search