Version classiqueVersion mobile

Les Laconiens et la Méditerranée à l’époque archaïque

 | 
Fabienne Coudin

Chapitre II. Le matériel archéologique de l’époque archaïque en Laconie

Texte intégral

1Afin de mieux cerner la présence de la culture laconienne en Méditerranée à l’époque archaïque, il convient d’essayer d’en définir les caractéristiques. Le présent chapitre porte avant tout sur l’utilisation et la signification des différentes séries de l’art laconien en Laconie dans leur contexte de découverte. Il s’agit de les mettre en parallèle avec les découvertes faites autour du bassin méditerranéen, d’essayer de cerner des utilisations propres à la Laconie et d’observer s’il n’existe pas des phénomènes internes pouvant expliquer, au moins en partie, les variations et les ruptures de la distribution.

2L’analyse du matériel découvert en Laconie repose essentiellement sur les publications des fouilles effectuées par l’École britannique à Sparte au début du XXe siècle. Les différents rapports figurent dans l’Annual of the British School at Athens ; ils ne donnent que peu d’informations sur l’état général des objets mis au jour, et il est assez rare, en particulier dans le cas de la céramique, de pouvoir accéder au nombre d’individus par type et par forme. Le corpus a toutefois été complété par différents catalogues, ceux de C. M. Stibbe pour la céramique (LV, LVs, LMB, LBPII, LBPIII), ceux de M. Herfort-Koch pour les bronzes (HK, 1986), ou encore les articles de I. Mc. Phee (Mc Phee 1986) ou S. Raftopoulou (Raftopoulou 1998). À cette série d’ouvrages s’ajoute la publication d’une prospection effectuée dans la partie Nord-Est du territoire laconien, toujours par l’École britannique (Laconia survey II). Le caractère partiel des publications ne doit pas être perdu de vue.

3Trois contextes de découverte ont été identifiés pour le territoire laconien : le contexte cultuel, surreprésenté, le contexte funéraire et celui d’habitat. Tous les sites explorés se situent dans ou près de la cité de Sparte, et non dans la chôra (Kourinou 2000, p. 279). On déplore notamment une absence de découverte de matériel près du port de Gythion qui aurait pu fournir des informations sur l’ouverture de la Laconie au monde extérieur à partir de son seul port connu pour l’époque archaïque.

4Pour le contexte cultuel, nous disposons du matériel des sanctuaires d’Artémis Orthia, du sanctuaire de Ménélas et d’Hélène, d’Apollon et d’Agamemnon et Cassandre à Amyclées, d’Athéna Chalkioikos sur l’acropole et d’un herôon sur l’Eurotas. Le matériel de ces différents sites n’est pas connu avec la même précision. Le sanctuaire d’Artémis Orthia est le seul qui a bénéficié d’une publication complète du matériel découvert (AO), celleci permet une approche globale des dépôts d’un sanctuaire laconien, d’établir la sériation de l’art laconien dans les différents domaines et d’éclairer les données lacunaires à disposition pour les autres sanctuaires.

5Les nécropoles de l’époque archaïque de Sparte n’ont pas encore été localisées (Kourinou 2000, p. 284) et seules quelques tombes ont été mises au jour lors des fouilles des différents sanctuaires. La plupart sont sans matériel et difficilement datables. Il s’agit en général de tombes isolées découvertes fortuitement à l’intérieur de la cité archaïque, ce qui leur donne un caractère exceptionnel (Nafissi 1991, p. 327-331). Les dernières découvertes publiées concernent une série de sépultures mises au jour entre 1991 et 1995, dont une tombe remarquable par son matériel pour laquelle on hésite encore sur le statut d’herôon (Raftopoulou 1998, p. 134-136).

6Le dernier contexte, l’habitat, ne peut être étudié que depuis peu grâce aux prospections mentionnées plus haut (Laconia survey II). Il s’agit cependant d’un aperçu du matériel en milieu rural et non de fouilles complètes d’une structure d’habitat. Les résultats de ces recherches permettent cependant des comparaisons avec ce qui a été mis au jour dans les autres contextes.

Le matériel des sanctuaires

7Les sanctuaires de Laconie fouillés se situent tous à Sparte même ou dans sa périphérie proche, à l’exception d’un petit sanctuaire rural (Laconia survey II, p. 89). Ils ont une fréquentation locale. Nous commencerons notre étude par les sanctuaires de la cité avant d’étudier les sanctuaires extérieurs.

  • 24 Sanctuaire d’Artémis Orthia.
  • 25 Sanctuaire d’Athéna Chalkioikos.
  • 26 Herôon sur l’Eurotas.
  • 27 Sanctuaire de Ménélas et d’Hélène.
  • 28 Sanctuaire d’Agamemnon et Cassandre à Amyclées.
  • 29 Sanctuaire d’Apollon à Amyclées.

Note24
Note25
Note26
Note27
Note28
Note29

Tabl. 9 – La série laconienne dans les sanctuaires de Laconie.

1. Le sanctuaire d’Artémis Orthia

8Le sanctuaire d’Artémis Orthia est situé sur le flanc de l’acropole à Sparte, sur la rive droite de l’Eurotas. Nous savons peu de choses sur la véritable nature du culte voué à Artémis Orthia : il s’agit probablement du culte d’une divinité pré-olympienne rattachée à Artémis par une épiclèse. Les sources dont nous disposons sur les rites et concours en l’honneur d’Artémis Orthia, danse de groupes de jeunes filles, courses d’adolescents (Plutarque, Vie d’Aristide, 10, 17), montrent en effet une divinité syncrétique liée aux accouchements et à l’initiation des éphèbes (Lévy 2003, p. 101). Le culte n’est cependant connu réellement que par le matériel archéologique. Ses débuts sont datés du Xe siècle av. J.-C. ; deux temples successifs avec deux autels joints ont été mis au jour : le premier, dont les fondations datent du VIIIe siècle, est détruit vers 600 et le second, dont les fondations servent de base au temple encore debout à l’époque romaine, date du début du Laconien III. Entre les deux stratigraphies, qui correspondent aux deux temples, se trouve une couche de destruction recouverte d’un niveau de sable sur lequel repose les blocs de construction du second temple. Les dépôts suivent immédiatement ceux du temple précédent et témoignent ainsi de la réorganisation du sanctuaire sans interruption du culte (AO, p. 14-27).

9Le sanctuaire d’Artémis Orthia a livré un grand nombre d’objets que l’on peut classer en trois catégories : les objets en terre cuite, les objets en métal et les objets en ivoire ou en os. Toutes ont fait l’objet d’une étude minutieuse lors de la publication en 1929 (AO), où leur évolution typologique et stylistique a été établie. Leur chronologie a cependant été revue par J. Boardman (Boardman 1963, p. 4), comme suit :

époque géométrique

VIIIe siècle-650

Laconien I

650-620

Laconien II

620-570/560

La couche de sable et début du Laconien II

570/560

Tabl. 10 − Chronologie selon J. Boardman.

– La céramique et le matériel en terre cuite30

  • 30 Nous nous référons, dans un premier temps, aux résultats obtenus par J. P. Droop (AO, p. 52-116) e (...)

10D’une manière générale, les offrandes sont en majorité des vases à boire ou des miniatures à vernis noir parmi lesquelles des lakainai qui représentent 50 % des miniatures (AO, p. 106), des bols, des skyphoi (17 % des miniatures) et des coupes. Les vases à boire sont donc à paroi haute pour la majorité. On remarque que le canthare n’est présent que sous la forme miniature et uniquement du type E (AO, p. 106-107) alors qu’il est une forme importante du répertoire laconien. Parmi les autres formes communes de la série laconienne, les aryballes sont bien présents, également sous forme miniature, alors que le cratère, tout comme les autres grands vases, est quasiment absent du sanctuaire. C. M. Stibbe n’en mentionne que huit, trois à étriers et cinq en cloche dont deux exemplaires miniatures. Le seul autre grand vase est l’hydrie, mais en nombre infime (trois exemplaires). Les vases les plus anciens datent du VIIIe siècle, les formes les plus prisées sont alors dans l’ordre : le skyphos, la lakaina, l’assiette et de petits gobelets à bordure convexe. Ces formes demeurent les mêmes jusque vers 580.

  • 31 LBPII, p. 17. L’auteur note l’existence de caisses de fouilles non publiées contenant des centaine (...)

11À partir du style Laconien III (580/570-525), l’évolution typologique établie par J. P. Droop peut être précisée grâce aux vases publiés par C. M. Stibbe dans ses différents catalogues, soit un peu plus de 500 individus pour une période allant de la fin du VIIe siècle au début du Ve siècle, même si la publication n’est que partielle31. Pour les vases recensés entre 650 et 500, la majorité des offrandes se situe entre 575 et 550, c’est également la période de plus grande variété typologique. Globalement, le skyphos disparaît et l’ordre des formes dédiées change, les vases à boire dominent toujours cependant. Les plus fréquents sont la lakaina (156 exemplaires-Stibbe, Lakaina, p. 73), l’aryballe et enfin la coupe. Elles sont à pied bas (24 exemplaires, groupes A à F), à tige (22 exemplaires) et doriques (treize exemplaires-Stibbe, Lakaina, p. 73). D’autres types de vases à boire, toujours à paroi haute, sont présents : les tasses cylindriques (dix exemplaires), datées de la fin du VIIe siècle et qui disparaissent ensuite, les bols (quinze exemplaires) et les kothons (7 exemplaires). Les aryballes (90 recensés) appartiennent surtout aux groupes C (15 exemplaires) et A (onze exemplaires), et sont datés pour la plupart entre 575 et 550. L’assiette (31 exemplaires), à laquelle on peut ajouter la phiale (trois exemplaires), et l’œnochoé (quinze exemplaires) restent présentes comme à la période précédente. Cet ordre se maintient jusqu’au début du Ve siècle. On relève également certaines formes exceptionnelles comme les pyxides (sept exemplaires) et les prochoés (cinq exemplaires).

12Les figurines de terre cuite sont offertes au sanctuaire de l’époque géométrique au IVe siècle, rares sont celles qui sont en bon état de conservation. La majorité est faite à partir de moules, mais parfois seule la tête est moulée. À côté de ces représentations ouvragées, on trouve de nombreuses pièces faites à la main. Il s’agit surtout de figures féminines drapées, certainement des représentations d’Artémis, mais également de statuettes de chevaux, animal très présent dans les différentes catégories d’objets retrouvées au sanctuaire (AO, p. 146, pl. 33).

13Les masques constituent la catégorie la plus originale du sanctuaire d’Artémis Orthia. Ils sont représentés par de nombreux exemplaires (plus de 1000 pour l’ensemble des dépôts- AO, p. 163). Ils sont surtout offerts à partir des années 580 lors du passage du Laconien II au type Laconien III (580/570), époque où les dédicaces des sanctuaires laconiens sont les plus importantes. On en compte une centaine pour le VIIe siècle contre plus de mille pour le VIe siècle. Les auteurs de la publication de 1929 pensent qu’il s’agit là de masques copies de ceux utilisés lors des danses en l’honneur d’Artémis et dont les originaux devaient être en bois (AO, p. 175). Peu de parallèles ont été retrouvés dans le reste du monde grec et à l’exception de deux exemplaires en contexte funéraire, un à Samos et un à Tarente.

14Un abondant matériel architectural a également été retrouvé sur place, notamment des acrotères et des tuiles. Cette abondance et la similitude avec des éléments des autres sanctuaires laconiens amènent à penser que l’atelier producteur se trouvait en Laconie ; aucun autre type ni aucune autre production n’ont en effet été découverts dans les autres sanctuaires. La toiture laconienne se caractérise par des tuiles et des couvre-joints curvilignes (Hellman 2002, p. 306-307) ; la Laconie aurait eu ses propres fabriques de tuiles (Billot 2000, p. 210-211) qui auraient fourni différents sanctuaires du territoire laconien de la cité de Sparte au Ménélaion.

Fig. 1 – Épingles en bronze (AO, pl. 86).

– Le matériel en métal

15Pour le sanctuaire d’Artémis Orthia, peu d’exemplaires de bronze sont mentionnés et on constate tout d’abord l’absence des objets habituellement dédiés dans les sanctuaires grecs à l’époque archaïque comme les tripodes, les broches ou les lèches (AO, p. 196). Les offrandes en bronze des sanctuaires laconiens sont de quatre types : la vaisselle, les bijoux ou éléments de parures (épingles, fibules, bagues,…), les miroirs et les statuettes indépendantes (AO, p. 196, pl. 76 à 80). La dernière catégorie est la plus difficile à cerner dans la mesure où de nombreuses statuettes ont certainement été des éléments de décor de vases.

16Les offrandes de bronze varient au cours du temps. À l’époque géométrique, il s’agit surtout de bijoux, notamment d’épingles annelées avec un disque plus grand à la tête (fig. 1), ou de statuettes d’animaux : chevaux (fig. 2), oiseaux, tortues, grenouilles. En tout, une cinquantaine est signalée pour le sanctuaire auxquelles s’ajoutent une statuette anthropomorphe représentant un homme assis (AO, pl. 77). Ces statuettes sont datées entre 760 et 750 pour les premières et entre 720 et 700 pour les dernières (OF12, p. 110).

Fig. 2 – Cheval de bronze (AO, pl. 77).

17Au VIIe siècle, les principaux types demeurent, mais le nombre d’épingles de bronze diminue ainsi que celui des bijoux (bagues, boucles d’oreilles) : cette disparition progressive peut être attribuée à un changement dans le type de vêtement. On voit, à la même époque, apparaître les protomés féminines en bronze très proches de celles que l’on retrouve au début du VIe siècle sur les anses de vases (AO, p. 201, pl. 89 ; HK, K16 et Johannowsky 1980, p. 446-447). C’est également vers la fin du VIIe siècle et le début du VIe qu’apparaissent les premiers éléments d’imitation de la vaisselle de bronze, anses moulurées à palmette ou à protomé féminine, notamment sur les anses d’œnochoés (AO, fig. 65 p. 95). Ces dernières témoignent probablement de l’existence de vases de prestige, aujourd’hui disparus, qui ont pu être apportés au sanctuaire. Le peu de statuettes de bronze datées du VIe siècle tient sans doute en partie à l’état de conservation des dépôts postérieurs à 580, ils se trouvaient en effet sur la couche de sable et ont donc été soumis à une plus grande corrosion. On recense cependant quelques statuettes féminines pour le second quart du VIe siècle (HK, K31, K34, K70), une pour le troisième quart ainsi qu’un kouros (HK, K81) et deux sphinx (HK, K69 et K162) non datés. On trouve aussi quelques éléments de vaisselle comme des statuettes zoomorphes (HK, K164, K169 et K175) datées entre 575 et 550.

Fig. 3 – Figures en plomb du type de l’Artémis ailée (AO, pl. 188).

18D’une façon générale, les offrandes de bronze à Artémis Orthia sont plus nombreuses avant 550 même si on tient compte des conditions de découverte et de conservation. Un changement survient dans les types offerts dans la première moitié du VIe siècle : avant 600, il s’agit surtout de petits objets à caractère personnel comme les bijoux et les épingles alors qu’entre 600 et 550 il s’agit globalement d’objets plus prestigieux comme les vases de bronze.

19À côté des offrandes de bronze, les figurines et petits objets en plomb représentent une grande partie du matériel dans les sanctuaires laconiens et semblent être propres à la région. Ces figurines contrastent avec celles des autres sanctuaires grecs qui sont traditionnellement en terre cuite. Elles sont faites à partir de moules qui ont servi pour plusieurs générations comme l’ont révélé les fouilles du Ménélaion où l’on a découvert quelques-uns de ces moules (Gill, Vickers 2001, p. 232) ; la demande était donc satisfaite sur place. Se pose alors pour ces offrandes le problème de l’origine du matériau qui devait être importé car le plomb n’est pas présent en Laconie (Gill, Vickers 2001, p. 229). Les analyses de certaines figurines du sanctuaire d’Artémis Orthia ont montré qu’il provenait des mines du Laurion en Attique (Gill, Vickers 2001, p. 234) et elles attestent donc l’existence d’échanges de matières premières entre Sparte et l’extérieur y compris au Ve siècle au moins jusqu’aux environs de 425.

20Plus de 100 000 de ces figurines de plomb ont été mises au jour au sanctuaire d’Artémis Orthia. La majorité datent du VIe siècle avec 68 822 figurines recensées (AO, p. 251). Elles demeurent encore cependant très présentes au Ve siècle avec 10 617 exemplaires (seulement 15290 pour le VIIIe et VIIe siècles réunis). Au VIIIe siècle, les types les plus courants sont les imitations de bijoux (surtout des boucles d’oreilles) qui ont permis de supposer que les moules auraient pu également servir à la fabrication de bijoux de métaux plus précieux comme l’or (AO, p. 253). Les offrandes de bijoux en plomb s’accompagnent alors d’un type animalier, la tortue. Au VIIe siècle, les types d’animaux en plomb se diversifient et les premiers types féminins apparaissent. Ils se multiplient progressivement au cours du siècle, mais le plus populaire est celui de la déesse ailée, probablement Artémis (fig. 3). On voit apparaître également les « couronnes à pics » (fig. 4) qui resteront le type le plus dédié jusqu’à la fin de la production vers 425. Au VIe siècle, la diversité des types rencontrés diminue, notamment pour les bijoux et les couronnes, alors que quantitativement la production explose. C’est à cette époque que se multiplient plusieurs types de guerriers avec blason sur le bouclier (fig. 5) et des déesses à l’égide. Le déclin se produit au Ve siècle même si le nombre de figurines demeure élevé. Les offrandes s’arrêtent vers 425 av. J.-C.

Fig. 4 – Couronnes miniatures en plomb (AO, pl. 186).

21Les types rencontrés se modifient donc aux alentours de 600. Les fouilleurs de l’École britannique attribuent cela à un changement dans la nature du culte et y voit un passage de l’ancienne divinité déesse des animaux et de la nature qu’était Orthia, à Artémis telle qu’elle est connue à l’époque classique (AO, p. 282-284). Cette hypothèse s’appuie surtout sur la diminution des types anciens de bijoux et d’animaux à l’exception du daim, populaire jusqu’à la fin de la production.

Fig. 5 – Figures en plomb du type du guerrier au blason (AO, pl. 197).

– Les objets en ivoire et en os

22Les objets en ivoire et en os sont assez variés, ils cessent cependant d’être dédiés vers 575 pour les ivoires, et peu au-delà pour les objets en os. Les ivoires sont les moins nombreux et sont les pièces les plus fines ; les objets en os sont plus stéréotypés. Pour les deux types on trouve différentes catégories : des objets à usage personnel (peignes, fibules avec plaque décorée en ivoire, pendentifs, bagues, épingles, perles, sceaux), des flûtes et des figures d’animaux couchés.

23Les plus anciens objets d’ivoire sont des importations et illustrent les relations que la Laconie entretenaient avec l’extérieur, notamment l’Orient, dès la fin du IXe siècle : il s’agit d’aiguilles à khôl certainement phéniciennes (AO, p. 245, pl. 167). L’origine orientale de ces objets expliquerait les traces d’art phénicien dans plusieurs pièces laconiennes. Si ces objets sont d’importation et ne trouvent pas leur place dans les séries laconiennes, beaucoup d’autres ont été produits sur place avec l’ivoire importé comme le montre la découverte d’éléments non finis (AO, p. 245). La plupart de ces statuettes d’animaux sont dédiées dans la seconde moitié du VIIe siècle. C’est l’arrêt des importations d’ivoire qui semble mettre un terme à la production ; il peut être relié à la chute de Tyr en 573 qui mettrait un terme au commerce phénicien avec la Laconie en particulier (AO, p. 245). La fin de la production d’ivoires entraîne également la fin des objets en os et notamment des animaux couchés qui diminuent en quantité et en qualité avant de disparaître à leur tour.

24Globalement les offrandes du sanctuaire d’Artémis Orthia sont donc très diverses, surtout dans le premier quart, voire la première moitié du VIe siècle. Si on compare les différentes catégories, certains tournants apparaissent et tout d’abord, un changement dans la nature des offrandes aux alentours de 600. Avant, la préférence va aux objets à caractère personnel comme les bijoux ou les éléments de vêtement, qu’ils soient réels ou seulement représentés, comme dans le cas des bijoux en plomb. Après 600, des catégories d’objets plus ostentatoires, comme les vases de bronze ou les céramiques à figures noires, ou plus stéréotypés, comme la production massive des figurines de plomb anthropomorphes ou les masques, prennent la place des types précédents. Ensuite, après 550, certains objets disparaissent comme les ivoires et les objets en os ou encore, à l’intérieur de la céramique, les aryballes, ou les bijoux en bronze. Enfin, la dernière césure se produit vers 525 avec à nouveau une disparition de certains types, les plus luxueux comme les vases de bronze ou les céramiques à figures noires ou décorées, et une diminution tant en quantité qu’en qualité dans les catégories restantes.

25Si le premier changement, vers 600, peut être attribué à une modification dans la perception et la structure du culte d’Orthia, qui semble prendre de plus en plus d’importance à Sparte, le second ne peut relever des mêmes causes et semble plutôt lié à la conjoncture internationale et aux changements survenant en Orient, en tout cas pour les ivoires et les parfums. Seul l’examen des autres sanctuaires peut permettre de trancher.

2. Le sanctuaire d’Athéna Chalkioikos sur l’acropole de Sparte

26Selon Pausanias, il s’agit d’un édifice du VIe siècle abritant le culte et la statue de la divinité poliade de Sparte, Athéna Poliouchos, bâti sur le point le plus haut de l’acropole. Il aurait été construit par l’architecte local Gitiadas, tout comme la statue en bronze de la déesse. La particularité du temple est qu’il était recouvert de plaques de bronze à figures en relief d’où le nom de Chalkioikos, « la maison de bronze » (Pausanias III, 17, 2-3). L’édifice désigné comme « temple d’Athéna Chalkioikos » dans les publications britanniques (Hoblard, Hoblins 1923 - 1925) n’est cependant peut-être pas celui dont parle Pausanias car il s’agit d’un édifice de petite taille peu en accord avec l’importance d’un culte poliade (Stibbe 1990, p. 5-7 et Kourinou 2000, p. 280). Les offrandes mises au jour sont toutefois dédiées à Athéna et nous garderons l’appellation des publications britanniques pour ce sanctuaire.

– La céramique

27Pour tout le VIe siècle, on trouve surtout de la céramique à vernis noir (Hoblard, Hoblins 1923-25, p. 248 et Droop 1926-27, p. 62-72). Globalement, les vases à boire sont la catégorie la plus représentée au sanctuaire de l’acropole avec en premier les lakainai (douze exemplaires-Stibbe Lakaina, p. 73), puis les coupes, surtout à pied bas (quatre du groupe B, deux du groupe D, quatre du groupe E et seulement une du groupe G), les tasses (cinq exemplaires), les kothons (quatre exemplaires) et les skyphoi (deux exemplaires). On note une fois de plus une préférence marquée pour les vases à paroi haute. La deuxième catégorie est celle des aryballes (44 exemplaires) avec, comme pour le sanctuaire d’Artémis Orthia, surtout des éléments des groupes C (seize exemplaires) et A (quatorze exemplaires). Les autres catégories sont présentes en nombre peu important : les assiettes (six exemplaires), les œnochoés (quatre exemplaires) et les cratères (quatre exemplaires dont deux en cloche).

28Si on considère l’évolution de la typologie, au Laconien II (620-580), la forme la plus populaire est la lakaina qui semble succéder au skyphos et aux assiettes qui deviennent moins communes que pour la période précédente ; on voit apparaître aussi la coupe à pied bas ainsi que les cruches à embouchure trilobée. À partir de 570, les assiettes redeviennent la forme la plus prisée après la lakaina, puis l’œnochoé et, en quatrième position, la coupe. L’ordre demeure inchangé jusqu’à la fin du VIe siècle, mais on constate une diminution de la qualité et du style des vases. Au début du Ve siècle, la lakaina et l’œnochoé disparaissent presque complètement et les types les plus courants deviennent la coupe à deux anses et le bol. La coupe à pied haut est toujours offerte, mais il s’agit presque exclusivement de coupes doriques (groupe G).

29Les préférences notées semblent se maintenir jusqu’à la fin de l’époque classique vers 350 dans la très faible production de figures rouges laconiennes, étudiée par I. Mc Phee. Celui-ci s’est penché sur les fragments de vases à figures rouges de production locale trouvés sur l’acropole qui avaient été mis de côté lors des publications du début du XXe siècle (Mc Phee 1986, p. 154-155). Les principales formes des vases à figures rouges du sanctuaire de l’acropole sont, dans l’ordre, le kothon ou tasse de grande dimension, la coupe sans pied et l’assiette (Mc Phee 1986, p. 156-157). Les potiers locaux produisent des formes qui ont une longue histoire en Laconie et n’imitent les vases attiques que pour le décor. Il existe donc une continuité dans les formes présentes, comme absentes (toujours pas de cratère à étriers pourtant toujours produit à cette époque), car les formes les plus populaires dès le haut archaïsme, le sont encore dans la deuxième moitié du IVe siècle.

30Si on compare ce matériel avec celui du sanctuaire d’Artémis Orthia, on remarque une moins grande diversité des formes présentes, mais les principaux types de vases sont attestés dans des proportions identiques, à l’exception du rapport lakainai-coupes, de même qu’à l’intérieur de chaque type la répartition par groupe. On constate également la même indigence de grands vases et une préférence pour le cratère en cloche. L’évolution chronologique semble la même pour les deux sanctuaires ; elle peut cependant être difficilement précisée pour le sanctuaire d’Athéna Chalkioikos compte-tenu du peu d’exemplaires datés. Toutes ces similitudes peuvent en partie être expliquées par la proximité des deux sanctuaires.

– Les bronzes

31Il n’existe plus de traces des grandes plaques de bronze à reliefs mythologiques qui décoraient le sanctuaire de l’acropole et lui ont valu son nom de « Chalkioikos » (Pausanias III, 17, 1-4). Ce type de décor pour les sanctuaires est commune en Orient et l’on peut y voir un lien supplémentaire avec la Grèce de l’Est et l’Orient déjà mis en évidence pour les ivoires au sanctuaire d’Artémis Orthia.

32Aucun objet en bronze n’est attesté pour l’époque géométrique, et seulement trois bijoux pour le VIIe siècle (Hodkinson 1998, p. 59) et deux protomés féminines (Hoblard, Hoblins 1923-1925, p. 247) pour le début du VIe siècle. Pour le second quart du VIe, on recense une péplophore (HK, K33), un sphinx (HK, K161) et un Palladion, imitation probable du xoanon original (Dickins 1906-1907, p. 147, HK, K40). C’est pour le troisième quart du VIe siècle que le plus d’éléments a été mis au jour : une anse d’hydrie anthropomorphe (HK, K96), trois statuettes (une jeune fille nue- HK, K72, un silène- HK, K151-et une sirène- HK, K158) et trois éléments de décor de vase, deux jeunes hommes tirant un char (HK, K110 et 111) et un coureur (HK, K109). Une protomé léonine et un gorgoneïon sont datés d’avant 520 sans plus de précision possible (Hoblard, Hoblins 1923-1925, p. 247).

33On trouve aussi quelques éléments de vase datés du second et du troisième quart du siècle, mais aucun élément ne va au-delà de 520, datation basse des éléments les plus récents. Bien que minime, le nombre d’objets en bronze du sanctuaire de l’acropole de Sparte est plus important dans le troisième quart du VIe siècle que dans le second. Cependant, un groupe de 40 à 50 cloches, dont cinq portaient une inscription, a été mis au jour, et ont pu être datées du Ve siècle (Hodkinson 1998, p. 57). Ce dépôt donne des quantités d’objets en bronze pour le sanctuaire de l’acropole, supérieures au Ve siècle à celles du VIe siècle, même s’il est difficile de les rapprocher. Les figurines de plomb sont également présentes au sanctuaire.

34La typologie du matériel du sanctuaire de l’acropole semble la même que celle du sanctuaire d’Artémis Orthia ; la moins grande diversité des types mentionnés tient certainement à l’état des publications. Des éléments originaux de ce dépôt permettent cependant d’avancer dans l’étude : tout d’abord la publication des fragments de figures rouges par I. Mc Phee qui confirme la prédilection des Laconiens pour les offrandes de vases à boire à paroi haute et la reprise d’une production de céramique décorée presque un siècle après que la production à figures noires ait cessé. Ensuite, la présence des cloches en bronze au Ve siècle montre que la disparition des vases de bronze semble plus être un changement lié au type, à l’interdiction ou à la fin de la production des objets précieux de bronze, qu’au métal lui-même.

3. L’herôon près de l’Eurotas

35Tout comme pour le sanctuaire d’Athéna Chalkioikos, l’herôon n’a fait l’objet d’aucune publication détaillée et les renseignements dont nous disposons sont encore plus lacunaires. Il est cependant mentionné une grande quantité de céramiques à vernis noir, peu de figures noires et quelques fragments de figures rouges (Wace 1905-1906, p. 291). Nous sommes donc ici en présence de vases atypiques et moins luxueux par rapport à ceux rencontrés dans les deux sanctuaires précédents. 55 vases ont été recensés dont très peu sont datés, ce qui rend difficile l’étude chronologique.

36La typologie est différente de celles des sanctuaires vus précédemment. Si les vases à boire constituent toujours la catégorie fonctionnelle la plus présente, la lakaina n’est pas la forme la plus prisée (quatre exemplaires), mais les bols (treize exemplaires), les coupes à pied bas ou sans pied (deux du groupe A, deux du groupe B, un du groupe C, deux du groupe D, deux du groupe E et un du groupe G) et les kothons (huit exemplaires). Les aryballes sont absents (un seul exemplaire du groupe O) alors qu’ils représentent une catégorie importante dans les autres sanctuaires. Le nombre de cratères (six exemplaires), tous en cloche, comme celui des canthares (deux exemplaires) est élevé par rapport à l’ensemble des vases recensés et nous relevons deux amphores de table, vase rare dans les sanctuaires laconiens.

37Aucun bronze n’a pu être recensé pour ce sanctuaire. Les figurines de plomb sont présentes et c’est la découverte de certaines d’entre elles près du fleuve qui a permis de détecter la présence de l’herôon. Dans sa composition globale, ce sanctuaire diffère de celui des deux sanctuaires précédents, notamment pour le rapport lakainai-coupes et pour la présence de cratères, ce qui peut être dû, à sa nature même, un herôon, et non un sanctuaire civique.

4. Le sanctuaire de Ménélas et Hélène

38Les données sur le Ménélaion sont plus nombreuses que pour l’herôon. Ce sanctuaire a fait l’objet de fouilles plus récentes que les précédentes avec des campagnes dans les années 1970 et en 1985 (Catling 1992, p. 57-75) qui ont succédé aux premières explorations du début du XXe siècle. Il se situe au Sud-Est de Sparte à Thérapné. L’attribution d’un culte à Ménélas est établie à partir des sources littéraires, notamment Hérodote (Hérodote VI, 61), et archéologiques avec la mise au jour d’un aryballe de bronze piriforme qui porte une dédicace à Hélène (Catling 1976-1977, fig. 25, p. 36-38) et une dédicace à Ménélas sur une base de statue en bronze datée du début du Ve siècle (Catling 1992, p. 36). Le site est fréquenté depuis la période mycénienne et les fouilles ont mis en évidence trois phases d’occupation pour la période archaïque : une première aux VIIIe et VIIe siècles, où il n’y avait certainement qu’un autel et un téménos, et une seconde à partir de la fin du VIIe, où est construit un petit édifice cultuel qui représente la plus ancienne construction connue de Laconie après la période mycénienne (Catling 1976-1977, p. 35-36). La troisième phase correspond à une reconstruction du sanctuaire au début du Ve siècle.

– Le matériel en terre cuite

39D’une manière générale, les fouilleurs ont relevé la présence de nombreux vases à vernis noir, surtout des aryballes et des lakainai, et peu de vases à figures noires ; les vases miniatures étaient également présents, mais peu nombreux (Catling 1976-1977, p. 38). Pour le VIIe siècle, nous disposons de la publication de la céramique par R. W. V. Catling qui donne un aperçu des formes les plus prisées dans deux dépôts votifs datant de 700-640 pour le premier, et de 630-600 pour le deuxième (Catling 1992, p. 57). Les vases à boire à paroi haute dominent nettement, outre la lakaina (treize exemplaires), les formes représentées sont le kothon (sept exemplaires), le canthare (trois exemplaires) et le skyphos (trois exemplaires) et une coupe du groupe B (Catling 1992, no 71). Viennent ensuite les vases à verser avec des hydries de petite taille datant surtout de la première moitié du VIIe siècle (Catling 1992, no 49-52) et deux œnochoés miniatures de la même époque (Catling 1992, no 56-57). On note également la présence de six pyxides alors que celles-ci sont assez rares dans les autres dépôts. Les grands vases sont très peu présents avec seulement un cratère miniature (Catling 1992, no 75) et un cratère dont la forme dérive des cratères géométriques, mais n’annonce en rien celle du cratère à étriers du VIe siècle (fig. 6).

Fig. 6 – Cratère du Ménélaion (Catling 1992, no 21 p. 64).

40Pour les vases de la fin du VIIe siècle au début du Ve nous ne disposons que de ceux recensés dans les catalogues de C. M. Stibbe. Les vases à boire constituent toujours la catégorie principale, en premier les lakainai (43 exemplaires - Stibbe Lakaina, p. 73). Les quatre coupes appartiennent aux groupes B, C, E et G ; elles sont toutes datées de la première moitié du VIe siècle. La seconde catégorie est celle des aryballes (18 exemplaires), sans groupe majoritaire. Les plats sont également présents (cinq plats et une phiale). On note également une hydrie, une œnochoé et la seule amphore de transport de Laconie (cinq ont été recensées au total) pour laquelle nous avons le contexte exact de découverte (LBPIII, p. 166). Il n’y a donc eu que peu d’évolution des dépôts entre le VIIe et le VIe siècle.

41La typologie des vases du Ménélaion est assez proche de celle des dépôts d’Artémis Orthia mais avec une beaucoup moins grande diversité dans les formes mises au jour. Le vase le plus dédié reste la lakaina, mais la coupe est quasiment absente ainsi que l’œnochoé. On note ici aussi la présence d’un cratère en cloche et d’une hydrie.

42À côté des vases, on trouve des figurines en terre cuite ; elles représentent des cavaliers (plus probablement des cavalières) et des chevaux qui rappellent les exemplaires découverts à Artémis Orthia ; ils sont cependant très fragmentaires (Catling 1976-1977, p. 38).

– Le matériel en métal

43Il semble qu’entre l’époque géométrique et le VIIe siècle, il n’y ait pas d’évolution dans les types dédiés (Wace 1908-1909, p. 144-150). Il s’agit surtout d’éléments de parure (épingles, fibules, bijoux) comme au sanctuaire d’Artémis Orthia, à l’exception d’une jeune femme en chiton (HK, K25). Si la nature des objets demeure la même, les types changent, comme dans le cas des épingles où le disque supérieur plus large que les anneaux inférieurs disparaît. Tout cela a également été mis en évidence à Artémis Orthia.

44Les fouilles des années 1970 ont mis au jour, pour le VIe siècle, une dizaine de vases dont certains sont en bon état de conservation (Hodkinson 1998, p. 59) : une phiale mésomphalos, une oenochoé, une embouchure de grand vase comportant des lettres gravées et un aryballe déjà mentionné portant une dédicace à Hélène. Ce dernier se rapproche du groupe céramique Na (aryballes piriformes) et non du type globulaire le plus fréquent de la série céramique. On relève également deux kouroi en bronze, datés du premier quart du VIe siècle (HK, K76a et 76b) et un assez grand nombre de plaques décorées au repoussé (Catling 1976-1977, p. 38). Tout comme pour le sanctuaire d’Artémis Orthia, aucun objet en bronze ne date d’après 525. L’évolution des offrandes est la même avec une préférence pour les petits objets et les éléments de parure pour l’époque géométrique et le VIIe siècle et pour les vases et éléments de décor pour le VIe siècle.

45Les figurines de plomb sont également très présentes bien qu’en nombre inférieur à celui découvert au sanctuaire d’Artémis Orthia. On en dénombre jusqu’à présent 6000 dont la moitié sont des « couronnes à pics » (Cavanagh, Laxton 1984, p. 23). La typologie et la chronologie sont les mêmes qu’à Artémis Orthia et suivent la même évolution. De plus, il a été mis au jour au Ménélaion 561 moules pour ces figurines de 61 types différents, en dehors des couronnes, qui confirment qu’il s’agit bien d’une production réalisée sur place (Cavanagh, Laxton 1984, p. 23). Ces moules ont été utilisés pendant plusieurs générations, certains types se retrouvant dans plusieurs niveaux archéologiques successifs. Comme pour le sanctuaire d’Artémis Orthia, le plomb des figurines du Ménélaion provient en grande partie du Laurion, mais deux des figures les plus anciennes datant du VIIe siècle sont faites dans un plomb de même nature que le plomb trouvé sur deux épaves du Moyen-Orient, à Césarée et au Sud de la Turquie (Gill, Vickers 2001, p. 234) et témoignent donc à nouveau des échanges précoces entre la Laconie et la Méditerranée orientale.

46Le sanctuaire de Ménélas et d’Hélène est donc très proche par la composition et l’évolution des dépôts de celui d’Artémis Orthia. On y retrouve des changements similaires confirmant l’impact sur l’ensemble de la Laconie, et non pas uniquement sur les sanctuaires urbains, des événements du deuxième quart du VIe siècle et de la fin du troisième.

5. Les sanctuaires d’Agamemnon et Cassandre et d’Apollon à Amyclées

47Amyclées se situe au Sud de Sparte sur la rive droite de l’Eurotas. Deux sanctuaires importants de la vie religieuse laconienne y ont été fouillés : le sanctuaire d’Agamemnon et Cassandre et le sanctuaire d’Apollon Hyakinthos ou Amycleion. Le site de l’Amycleion est cité de nombreuses fois dans les sources littéraires, la principale étant Athénée qui décrit le déroulement des Hyakinthies (Athénée IV, 138e-140b). Il s’agissait d’une des principales fêtes religieuses laconiennes célébrées fin mai ou en juin en l’honneur de Hyakinthos, un jeune homme tué accidentellement par Apollon qui en était épris. Ce culte est certainement, comme beaucoup à Sparte, un culte pré-dorien qui s’est confondu avec celui de l’Apollon dorien au fil du temps (Stibbe 1991, p. 3). Les Hyakinthies se déroulaient sur trois jours où alternaient manifestations de deuil le premier jour, spectacle et jeux théâtraux, le second, puis festin de toute la communauté, esclaves et femmes compris, le troisième (Lévy 2003, p. 102). C’est notamment lors de ces festivités que fut décidée la colonisation de Tarente après la révolte de Phalanthos (Strabon VI, 3, 2), sur laquelle nous reviendrons. La fréquentation du lieu remonte à la période mycénienne, mais ce n’est que dans la seconde moitié du VIe siècle qu’un trône monumental fut édifié pour le culte par Bathyclès de Magnésie, sur une colline, comme un grand herôon à la gloire de Hyakinthos. Le matériel attribué à l’Amycleion provient des fouilles de ce site. C’est cependant pour le second sanctuaire d’Amyclées que nous avons le plus de matériel. Il s’agit également d’un herôon ; dédié originairement à Cassandre, à laquelle a été joint au VIe siècle le culte d’Agamemnon (Cartledge 1982, p. 112). Nous traitons ensemble les deux sanctuaires en sachant que le matériel mentionné provient essentiellement du sanctuaire d’Agamemnon et très peu de l’Amykleion ce qui contraste avec l’importance respective des deux sanctuaires dans la vie religieuse de la cité.

– La céramique

48Les premières céramiques laconiennes de l’époque géométrique seraient issues d’Amyclées ; elles succèdent immédiatement aux derniers tessons helladiques. Elles ont été découvertes en quantité importante et appartiennent à un style particulier, sans engobe, réalisé dans une argile rouge-marron. Ce type de vases a été baptisé par les fouilleurs d’Artémis Orthia « style d’Amyclées » (AO, p. 60). Cet atelier semble avoir fourni les exemplaires déposés dans les sanctuaires de l’acropole y compris celles mises au jour au sanctuaire d’Artémis Orthia.

49La plus grande quantité d’offrandes dans le sanctuaire se situe cependant entre la fin du VIIe siècle à la fin du VIe, avec un maximum entre 575 et 550. La catégorie de vases qui se retrouve en plus grand nombre est celle des vases à boire, mais contrairement aux autres sanctuaires la forme la plus fréquente est la coupe dorique (plus de 2000 exemplaires- LBPII, p. 17). Les coupes à pied bas sont également présentes mais en nombre infime comparé aux coupes G : huit du groupe C, quatre du groupe D et deux du groupe E. La deuxième forme est la lakaina (42 exemplaires) qui semble précéder les coupes avec dix individus datés du VIIe siècle. Les autres formes à paroi haute sont absentes, en revanche le canthare est bien présent (19 exemplaires) par rapport à ce qui a été constaté pour les autres sanctuaires.

50La seconde catégorie est celle des aryballes (131 exemplaires), comme pour les sanctuaires vus précédemment, mais la typologie des groupes rencontrés est particulière. Les groupes les plus présents sont les plus rares de la production d’aryballes laconiens, il s’agit des groupes L (27 exemplaires), M (37 exemplaires), N (huit exemplaires) et O (dix exemplaires), alors qu’on a moins d’exemplaires des groupes les plus fréquents, A (16 exemplaires) et B (deux exemplaires) notamment. Les proportions par rapport à l’ensemble des individus recensés pour chaque groupe dans la base de données sont : 60 % pour le groupe L, 66 % pour le groupe M, 50 % pour le groupe N et 27 % pour le groupe O. Il pourrait donc s’agir d’une production d’aryballes spécifiques au sanctuaire et produite sur place pour satisfaire le culte. Cette hypothèse est confirmée par le fait que la majeure partie des aryballes d’Amyclées appartiennent à des groupes datés du troisième quart du VIe siècle, période où la production cesse de façon générale. La production des aryballes dans le sanctuaire n’est pas alors touchée par les facteurs qui entraînent la fin de la production générale. On en déduit donc qu’ils sont extérieurs à la Laconie.

51Un autre phénomène distingue le sanctuaire d’Agamemnon à Amyclées : la présence des grands vases, cratères (25 exemplaires) et hydries (onze exemplaires), quasiment absents ailleurs. Les hydries découvertes au sanctuaire représentent presque 20 % de l’ensemble des exemplaires recensés pour la Méditerranée. Pour les cratères, le type le plus présent est le cratère à étriers (groupes E, F, G, et H) et non le cratère en cloche comme cela est le cas dans les autres sanctuaires laconiens. On compte également 25 cratériskoi considérés comme des répliques miniatures de la forme et non comme des vases à parfum. La découverte dans les années 1960 des cratères d’Amyclées a remis en cause l’idée d’un usage strictement domestique que l’on se faisait de ce vase (LMB, p. 19), même s’il demeure cependant en général à l’écart des sanctuaires laconiens. Il faut également noter la présence d’un stamnos (LBPIII D3), forme très rare de la production laconienne et qu’on ne trouve, comme les cratériskoi, quasiment qu’en Sicile. L’exemplaire d’Amyclées appartient cependant à un groupe typologique qui ne se retrouve qu’en Laconie (le groupe D). Parmi les autres catégories, on relève uniquement cinq œnochoés.

52Pour la céramique donc, le sanctuaire d’Agamemnon à Amyclées est un « négatif » des autres sanctuaires laconiens par les formes de vases qui s’y trouvent. Par catégorie d’abord, les vases secondaires sont les premiers comme les coupes doriques et les aryballes de type quasiment inconnu ailleurs. Ensuite, on trouve des formes généralement ignorées dans les autres sanctuaires comme les canthares et les cratères à étriers. De plus, la présence de certains types particuliers comme les hydries ou les aryballes de groupes peu communs vont dans le sens d’une production sur place et renforcent sa particularité.

– Les bronzes

53Les objets classiques découverts dans les autres sanctuaires comme les épingles de bronze, les pendentifs et les bagues sont présents.

54On trouve également de petits animaux provenant des ateliers locaux (chevaux, béliers, taureaux) mais aussi de Grèce du Nord, qui pose le problème de leurs routes d’acheminement (Callidas 1992, p. 43, cite C. Rolley sur une éventuelle route passant par l’Italie et l’Adriatique).

55Des éléments de chaudrons en bronze ont été mis au jour pour le VIIIe siècle : deux pieds, cinq fragments de jambes avec gravures de cercles concentriques, un bout d’anse et un petit cheval qui devait servir de décor à la partie supérieure d’une anse (Callidas 1992, p. 42). Il s’agit du seul sanctuaire laconien à avoir livré ce type de vases pourtant courant à cette époque dans les autres sanctuaires grecs. Aucun objet en bronze n’est recensé pour le VIIe siècle. Un nombre plus important de statuettes datées du VIe siècle a en revanche été retrouvé : pour le premier quart, une protomé et une statuette de cheval datée de 565-550 (HK, K171), et pour les années 550-530, quatre statuettes et un manche de miroir. Il semble qu’il s’agisse d’éléments de vase, notamment dans le cas de la protomé et du cheval. S. Hodkinson (Hodkinson 1998, p. 59) donne huit ou neuf objets de bronze pour la seconde moitié du VIe siècle contre trois pour la première moitié. La présence de figurines de plomb est également attestée.

56Le sanctuaire d’Amyclées est donc, comme pour la céramique, atypique dans ces offrandes d’objets en bronze ; certains, comme les chaudrons, ne se retrouvent pas ailleurs en Laconie. Pour le VIe siècle, les offrandes sont plus importantes après 550 qu’avant, contrairement au sanctuaire d’Artémis Orthia et au Ménélaion. Cependant on ne décèle pas non plus de vases en bronze dédiés après 530.

57En conclusion, en ce qui concerne les types d’offrandes, le sanctuaire d’Amyclées semble avoir un fonctionnement différent de celui des autres sanctuaires, à l’exception de l’herôon sur l’Eurotas. Certaines offrandes comme les chaudrons en bronze le rapprochent des autres sanctuaires du monde grec comme Olympie. Peut-être est-ce un sanctuaire plus tourné vers l’extérieur que les autres sanctuaires laconiens du fait de sa situation géographique et qui le rend alors accessible aux offrandes étrangères ou un sanctuaire isolé ayant sa propre production d’offrandes sur place, comme cela peut être le cas pour les aryballes, ce qui expliquerait alors les différences dans les dépôts.

6. Bilan

– La céramique

58Les sanctuaires laconiens à l’exception de celui d’Agamemnon et Cassandre à Amyclées ont des dépôts très proches. D’une manière générale, il s’agit surtout de céramique à vernis noir et de petits vases ou de vases miniatures de formes communes. Les vases les plus répandus sont les aryballes toujours très présents jusque vers 550, date à laquelle ils disparaissent des dépôts, et les lakainai jusque vers 525 où elles sont remplacées par des kylikes doriques. Viennent ensuite les différents vases du service de table et en premier lieu les autres catégories de vases à boire (skyphoi, tasses cylindriques,…), puis les assiettes et les vases à verser.

59Le vase de culte par excellence semble être la lakaina, qui remplace le skyphos à la fin du VIIe siècle. De façon générale, on constate une préférence marquée pour les vases à boire à paroi haute qui semblent être particulièrement destinés au culte et ce jusqu’au milieu du IVe siècle (Mc Phee 1986, p. 156). La coupe occupe une place importante, mais certaines catégories sont plus représentées que d’autres comme les coupes à pied conique ou sans pied et la coupe dorique, notamment au sanctuaire d’Amyclées. Le canthare est presque ignoré sauf toujours à Amyclées, tout comme les grands vases, et notamment les cratères qui sont quasiment exclus des lieux de culte à l’exception du cratère en cloche auquel on doit alors attribuer un usage différent du cratère traditionnel. Ici aussi, on note l’exception d’Amyclées.

60Dans tous les sanctuaires étudiés, les dates de disparition des catégories les plus prisées sont les mêmes : vers 575 pour les aryballes, sauf à Amyclées, et vers 525 pour les lakainai, y compris à Amyclées. La première peut s’expliquer par la fin du commerce des parfums orientaux, mais il faut comparer la série laconienne aux autres séries céramiques. La seconde est plus difficile à expliquer dans la mesure où les formes à paroi haute reviennent un siècle plus tard dans les sanctuaires. Peut-être ont-elles été victimes de la concurrence représentée par la nouvelle forme mise au point par les potiers laconiens, la coupe dorique ; cette substitution simultanée va dans le sens d’une production du type sur place dans un premier temps.

– Les bronzes

61On constate globalement la même évolution typologique dans les différents sanctuaires laconiens. Aux VIIIe et VIIe siècles, il s’agit essentiellement d’éléments de parure ou de petites statuettes d’animaux qui ont pu être également des pendentifs comme les oiseaux d’Artémis Orthia ; les représentations anthropomorphes sont rares. À partir de la fin du VIIe siècle ou du début du VIe siècle, les Laconiens offrent dans leurs sanctuaires des objets prestigieux comme les vases de bronze même en faible quantité (les formes sont cependant difficilement identifiables) et les statuettes représentent dorénavant des figures humaines, divines ou non. Les offrandes de bronze disparaissent quasiment après 525, sauf sur l’acropole où la typologie change cependant. Parmi les sanctuaires laconiens, Amyclées se distingue avec la présence des chaudrons de bronze pour le haut archaïsme que l’on ne retrouve pas ailleurs.

  • 32 Hodkinson 1998, p. 60. Les dédicaces d’objets en bronze diminuent à partir de 525 dans le sanctuai (...)

62La diminution des offrandes de bronze dans la seconde moitié du VIe siècle et plus particulièrement dans le dernier quart peut correspondre à une austérité croissante de la société spartiate et à l’interdiction des objets de luxe, tels les vases en métal. Quatre arguments peuvent cependant être avancés contre cette hypothèse. Tout d’abord, d’autres produits de luxe disparaissent des sanctuaires avant la seconde moitié du VIe siècle, vers 550, comme les objets en or, les ivoires et les parfums, tous à des dates différentes (vers 575 pour les parfums avec la fin de la production d’aryballes) sans que les dédicaces d’éléments de bronze en soient affectées comme les éléments de parure ou les statuettes qui, au contraire, se maintiennent entre 575 et 525. Les disparitions d’objets précieux semblent d’ailleurs plus découler des événements se produisant en Orient que de phénomènes internes à la Laconie. Ensuite, tous les sanctuaires ne suivent pas la même évolution dans leurs dédicaces d’objets en bronze comme l’a montré S. Hodkinson (Hodkinson 1998, p. 58). Si les sanctuaires d’Artémis Orthia et du Ménélaion connaissent effectivement un déclin de leurs offrandes de bronze dès 575, celles-ci continuent jusqu’au Ve siècle sur l’Acropole et jusqu’à la fin du Ve siècle à Amyclées. On constate cependant un « âge d’or » des dédicaces de bronze entre la fin du VIIe siècle et 550. De plus, si on note une baisse, elle ne peut être liée à une réduction de l’ostentation dans la cité. Il existe toutefois un changement dans les types dédiés pouvant montrer le passage d’une ostentation privée à une ostentation publique : avant 600, on trouve en effet surtout des objets à caractère personnel et, entre 575 et 525, des objets plus luxueux comme les vases. Enfin, si on considère l’ensemble du monde grec, les offrandes en bronze diminuent à partir de la fin du VIe siècle32, Sparte s’inscrirait donc dans la norme générale.

– Les figurines de plomb

63Les figurines de plomb sont des offrandes caractéristiques des sanctuaires laconiens. Elles ont été produites sur place pour satisfaire à la demande dès les débuts des sanctuaires et jusqu’à la fin du Ve siècle. Leur période maximale de production et de dédicace se situe entre 575 et 500. L’hypothèse d’un rejet des métaux précieux et des offrandes de luxe par les Spartiates a été avancée pour expliquer l’accroissement de leur nombre à partir de 575, elles auraient alors remplacé les précédentes. Cette théorie est remise en cause car leur augmentation est contemporaine de « l’âge d’or » des dédicaces de vases à parfums (600-575), de vases de bronze (575-550) et des vases à figures noires (575-525). On ne peut donc y voir un rejet du luxe mais seulement un changement dans les types d’offrandes ou, au plus, un changement dans la nature du culte. De plus la baisse dans la variété des types rencontrés se produit au début du Ve siècle et donc en même temps que celle des bronzes. L’apparition des types guerriers dans les deux productions est contemporaine et peut cependant être un signe d’une modification des valeurs de la société spartiate.

64Le bilan établi sur les dépôts des différents sanctuaires laconiens a permis de mettre en évidence deux moments importants dans l’évolution de la société laconienne sans qu’il soit possible toutefois d’en connaître la nature. Il s’agit de la fin du premier et du troisième quart du VIe siècle. On ne peut parler d’interdiction du luxe pour le premier moment mis à part dans le domaine privé ; les objets qui disparaissent des sanctuaires sont en effet des objets à caractère personnel comme les bijoux ou les parfums ou encore les petits sceaux en ivoire ou en os. Cependant l’interruption des dédicaces de ce type peut également résulter, dans le cas des parfums et de l’ivoire, de la progression des Perses, et notamment la conquête de l’Anatolie par Cyrus vers 550-540 qui a pu entraver pour un temps les échanges avec l’Orient. Les offrandes après 575 montrent un luxe plutôt lié à la vie publique et collective, comme les vases de bronze ou les vases à figures noires. Ce n’est que dans le troisième quart du VIe siècle que ces marques de richesse auraient pu être interdites vers 525 avec la mise en avant des valeurs militaires dans la cité comme le montre la montée des représentations de guerriers dans la céramique, les bronzes et les figurines de plomb. Les productions qui se retrouvent après 525 sont de plus dénuées de toute marque d’ostentation comme la céramique à vernis noir et les figurines de plomb de plus en plus stéréotypées. Cela ne permet cependant pas d’exclure que la fin de la production artistique spartiate soit liée à d’éventuels facteurs extérieurs.

Le matériel en contexte funéraire

65L’étude du matériel funéraire en Laconie se heurte au problème de l’indigence des découvertes dans la région ; les nécropoles de l’époque archaïque de Sparte n’ont en effet pas encore été mises au jour et nous ne disposons que de quelques tombes isolées, souvent pauvres en matériel (Nafissi 1991, p. 327). Le mode d’inhumation à proximité des habitations semble avoir été toutefois assez répandu sans que, pour autant, il exclut l’existence d’un lieu collectif de sépulture en dehors de la cité. Les sources littéraires semblent montrer une préférence pour les sépultures collectives (Nafissi 1991, p. 277-340), les sépultures individuelles étant réservées aux rois et aux meilleurs tombés sur le champ de bataille (Hérodote IX, 85 et Plutarque, Vie de Lycurgue). Les Lacédémoniens semblent également avoir eu une grande propension à l’héroïsation des morts, comme le mentionne Pausanias (Pausanias III), la plupart des sépultures géométriques et archaïques retrouvées ayant été recouvertes par des herôa.

66Pour la période géométrique, trois tombes à pithos contenant du matériel ont été mises au jour (Nafissi 1991, p. 327) : une à Limnai (tombe en pithos), une sur l’acropole (inhumation en fosse en pleine terre-Stainhauer 1972, p. 245) et une près de l’Eurotas (incinération en pithos-Wace 1905-1906, p. 293). Hormis les pithoi ayant servi à l’inhumation, peu de matériel a été mis au jour dans ces tombes : une pointe de bronze à Limnai, une tasse et une coupe à vernis noir près de l’Eurotas.

67Pour l’époque archaïque, trois ensembles principaux ont été identifiés : le premier découvert par S. Stainhauer sur les pentes de l’acropole (Catling 1977-1978, p. 30), le second découvert par C. Christou (Christou 1964, p. 283-284) et le troisième par S. Raftopoulou (Raftopoulou 1998, p. 134-135). Dans les trois cas, il s’agit de complexes funéraires situés dans ou à proximité des habitations et qui ont pu appartenir à un groupe d’individus de la même famille.

68La tombe mise au jour par S. Stainhauer se situait sur le flanc est de la colline de l’acropole. Elle contenait les restes incinérés du défunt et, comme mobilier, deux lakainai datées entre 620 et 580 av. J.-C. Un herôon avait été construit sur son emplacement à l’époque hellénistique.

69Les tombes mises au jour par C. Christou ne contenaient pas de matériel hormis une petite statuette de cheval à l’intérieur de la troisième tombe et une grande amphore à relief datée du début du VIIe siècle. Un petit muret semble avoir entouré le complexe et a donc permis d’avancer l’hypothèse d’un groupe familial. L’amphore, au centre du groupe, a probablement été placée là pour marquer l’emplacement des sépultures. Elle n’était toutefois pas faite pour être disposée debout car une seule des faces était décorée. La pauvreté du matériel ne semble nullement due à celle des occupants des tombes au vu du caractère exceptionnel de l’amphore trouvée, à relief et représentant des combats d’hoplites, mais plutôt à une volonté de laisser les individus sans mobilier. Elle ne relève pas non plus du sexe ou de l’âge des défunts, car nous sommes ici en présence de deux hommes, une femme et un enfant. La localisation des tombes est également assez particulière. Elles sont situées dans le quartier de Mesoa, en plein cœur de la cité antique, et peuvent donc avoir été les sépultures de Spartiates proprement dits. La proximité immédiate d’un four de potier compris dans l’enclos funéraire pose le problème des acteurs de la production artisanale. Pour C. Christou, cela constitue la preuve que les lois interdisant l’artisanat aux Spartiates ne seraient pas en vigueur avant le milieu du VIe siècle. Il ne semble cependant pas impossible d’envisager une production périèque au centre de la cité au plus près des clients éventuels.

70Le troisième ensemble mis au jour est une tombe à deux niveaux (Raftopoulou 1998, p. 134-135), un type vraisemblablement fréquent à Sparte (Pausanias III). La partie inférieure était le lieu d’inhumation et la partie supérieure servait à stocker les anciennes tombes et leurs offrandes. Il y a été mis au jour un service complet de 22 vases laconiens disposés avec attention correspondant à un banquet funéraire de sept personnes. Ils étaient placés à proximité de la tombe et non à l’intérieur. Le service se compose de vases à figures noires et à décor secondaire datés du début du VIe siècle. On dénombre une oenochoé à embouchure trilobée, cinq lakainai, deux coupes, sept grandes assiettes et un plat, une prochoé et quatre petits gobelets (fig. 7). On ne peut cependant parler de mobilier expressément destiné au défunt dans la mesure où ces vases ont certainement servi à un banquet en son honneur. Tous les éléments du service étaient cependant percés d’un trou afin d’interdire tout usage postérieur, et ont donc été offerts au défunt. Des exemplaires de vases percés ont été découverts également dans la nécropole d’Halieis : uniquement des vases à boire à l’exception d’un cratère laconien (Rafn 1984, p. 308). Cet usage n’était pas lié à la richesse de la tombe et, comme dans le cas de Sparte, ces vases ont été placés à l’extérieur. Ils datent du début du VIe siècle au début du Ve siècle. Plusieurs hypothèses sont proposées par S. Rafn : ces vases sont percés car ils ont eu un usage extraordinaire comme des offrandes de liquides tombant sur le sol par le trou pratiqué dans le fond du vase, soit le trou affirme la propriété indiscutable du défunt en rendant le vase inutilisable par les vivants (Rafn 1984, p. 307-308). Dans le cas de la tombe de Sparte, les deux hypothèses semblent se rejoindre compte tenu du nombre de vases retrouvés ; ceux-ci ont été utilisés de façon exceptionnelle pour un banquet funéraire ou cultuel et leur dédicace au défunt, ou héros ensuite, est attestée par la présence de trous pratiqués. Nous sommes, peut-être, bien en présence d’un lieu où le culte aux morts et le culte aux héros se seraient confondus. C’est le cas de façon certaine de l’époque classique à l’époque romaine où les tombes des Ve et IVe siècles découvertes aux alentours de ce complexe funéraire ne contenaient aucun mobilier et n’étaient pas construites.

Fig. 7 – Vases de banquet provenant d’une tombe de Sparte (Raftopoulou 1998, p. 135).

71Dans les différents cas de contextes funéraires, les céramiques, quand elles sont présentes, sont disposées à l’extérieur de la sépulture et semblent être destinées aux vivants (signalisation, banquet en l’honneur du défunt). L’absence de mobilier ne confirme cependant pas une obligation d’austérité liée à la législation de Lycurgue comme le montrent certaines offrandes luxueuses déposées aux alentours, mais davantage une coutume funéraire locale ancienne, qui accompagne le fait que les tombes ne sont pas rejetées en dehors de la cité. Même si Sparte se caractérise par l’indigence des offrandes faites au défunt, au regard des découvertes faites dans d’autres nécropoles grecques de l’époque archaïque comme Athènes, Syracuse ou Samos, pour ces cités, la promulgation de lois somptuaires n’a lieu qu’à la fin de l’époque archaïque. Ces lois concernent avant tout les cérémonies funèbres plus que le mobilier, même si celui-ci diminue au Ve siècle (Ampolo 1984, p. 93-95). On ne peut donc dater la mise en place de l’austérité à Sparte en s’appuyant sur les découvertes funéraires.

72Quant à la typologie des vases du banquet funéraire ou rituel du troisième complexe décrit, on remarque que le vase à boire utilisé est la lakaina, la seule coupe présente est une coupe sans pied probablement du type B ou D, le deuxième vase est l’assiette. Nous retrouvons les deux vases principaux présents dans les sanctuaires laconiens ; la lakaina semble ici aussi rattachée au culte mais sa présence dans un service de banquet montre qu’elle est préférée à la kylix au début du VIe siècle comme vase à boire, au moins dans un cadre religieux. L’absence du cratère, pourtant élément essentiel du banquet, pourrait s’expliquer par l’aspect cultuel plus que domestique du dépôt ; mais il est aussi absent dans d’autres nécropoles grecques, notamment à Pithécusses : le cratère serait lié à la société des vivants dont est issu le défunt (D’Agostino 1999, p. 88). L’œnochoé est beaucoup plus présente et est parfois utilisée pour éteindre le bûcher funéraire (D’Agostino 1999, p. 88), bien qu’ici son emploi semble être celui de vase de table.

Le matériel céramique en contexte d’habitat

73Comparer les formes céramiques retrouvées dans les habitats autour de Sparte avec celles relevées dans les sanctuaires peut renseigner sur les choix des Laconiens et, à partir de là, permettre de distinguer quels vases appartenaient à la vie quotidienne et quels vases avaient une fonction, cultuelle ou commerciale spécifique. Nous ne disposons pour étudier l’habitat laconien que de la prospection effectuée en milieu rural par W. Cavanagh, J. Crouwel, R. W. Catling et G. Shipley (Laconia survey II). Cette prospection ne prend en compte qu’une petite partie du territoire laconien au Nord-est de Sparte (fig. 8), mais permet d’avoir un aperçu des objets, et notamment des formes céramiques, les plus présentes en milieu rural et donc dans une aire théoriquement occupée par les Périèques, qui sont les auteurs supposés de la production artisanale laconienne. Il n’a cependant pas été possible au cours de la prospection de relever l’existence d’un éventuel lieu de production céramique ou autre, en revanche la distinction entre habitat et sanctuaire a été faite avec la mise en évidence d’un petit sanctuaire rural de Zeus Messapeus (Cf. Addendum p. 71-72).

74Les tessons recueillis sont parfois datés du VIIe siècle mais, pour la majorité, des VIe et Ve siècles, principalement après 550. N’ont été retenus des résultats globaux de la prospection que les vases dont la forme était établie de façon suffisamment certaine et qui pouvaient alors fournir des renseignements sur les goûts laconiens. Les auteurs précisent que le matériel relevé lors de cette prospection est similaire pour les catégories représentées à celui mis au jour lors de fouilles à l’intérieur du territoire laconien et messénien, à Kopanaki et à Nichoria au Nord et au Sud de la Messénie. Les sites qui ont livré le plus de tessons se situent dans la zone sud-est du territoire couverts par la prospection, aux environs de Chrisapha.

75Les premiers résultats de la prospection ont donné pour le VIe siècle 79 % d’objets de table et 20 % associés à la préparation et au stockage des denrées (Laconia survey II, p. 87). Il s’agit de vases à vernis noir, dont l’inventaire des formes recouvre l’ensemble des grandes catégories de la céramique laconienne (cratères, vases à boire, vases à verser, vases à stocker et transporter). Les trois formes de cratère représentées sont le cratère à étriers, le cratère en cloche et le cratère à colonnettes.

76La forme la plus commune est toutefois le cratère en cloche (fig. 9). On le retrouve sur tout le territoire au cours du VIe siècle, mais il disparaît au Ve siècle sans pour autant être remplacé, semble-t-il. Ce type de grand vase correspond plus au service de la nourriture qu’au mélange des liquides dans le cadre du banquet. Si on conserve l’appellation de cratère, leur fonction reste cependant à discuter et pourrait alors se rapprocher des lékanés plutôt que des vases à mélanger. Pour les cratères à étriers, seuls des exemplaires du groupe F sont présents dans l’aire de prospection et uniquement dans la zone sud-est. Élément du banquet par excellence, ce type correspond plus à un mode de vie aristocratique. Ces exemplaires ont été recensés dans des sites où la présence de coupes à tige est attestée presque systématiquement contrairement au reste du territoire considéré. Le dernier type, le cratère à colonnettes, n’est pas une forme originaire de Laconie mais de Corinthe, repris plus tard en Attique. Deux exemplaires ont été recensés dans la zone de Kladas et de Kokkinoraki au Nord, tout près de Sparte. L’un d’eux (Laconia Survey II, no 3 p. 39, pl. 1a) est probablement une imitation des prototypes attiques et est daté entre 475 et 400 ; il porte des traces abrasées de figures rouges et est sans doute une importation, aucun autre exemple de ce type n’ayant été recensé en Laconie jusqu’à présent. Il montre l’ouverture de la Laconie aux apports extérieurs au Ve siècle, apports tant artistiques que techniques comme les figures rouges laconiennes du sanctuaire de l’acropole (Mc Phee 1986, p. 154-157). On note également la présence de stamnoi et de dinoi qui peuvent remplir le même rôle que les cratères. Les stamnoi sont rares en Laconie, ici trois exemplaires, et semblent avoir été plutôt destinés au marché extérieur, comme nous l’avons déjà vu. Le dinos est quasiment absent du répertoire laconien dans sa forme à vernis noir, seulement trois tessons ont été recensés lors de la prospection (Laconia Survey II, no 7, p. 41).

Fig. 8 – Aire de la prospection britannique (Laconia survey I, 1.2, p. 3).

Fig. 9 – Cratères en cloche (Laconia survey II, no 5 a et b p. 40).

77Pour les vases à boire, les formes les plus courantes sont lescoupes et les tasses ou kothons suivant la terminologie de C. M. Stibbe (LBPII, p. 43-47), viennent ensuite les skyphoi et les bols. On recense un exemplaire de canthare daté du IVe siècle. Il s’agit exclusivement de vases à vernis noir ou à décor à bandes.

Fig. 10 – Coupes sans pieds (Laconia survey II, no 14 p. 46).

78Les coupes se répartissent en deux catégories principales : les coupes sans pied des groupes E et D (fig. 10) et assimilées à des skyphoi par les auteurs de la prospection, et les coupes à tige doriques appartenant au groupe G (fig. 11) presque exclusivement à vernis noir. Les deux catégories peuvent être présentes sur un même site ; les auteurs de la prospection attribuent aux coupes doriques un rôle plus spécifiquement religieux ou cérémoniel sans que le contexte soit clairement établi (Laconia Survey II, p. 87).

79Les tasses ou kothons seraient, pour les auteurs, le vase à boire laconien standard du VIe au IVe siècle. On en recense pourtant moins que des coupes à pied mais leur diffusion est plus étendue dans l’ensemble du territoire exploré. Les vases à paroi haute correspondent à des références culturelles données dans les sources (Athénée XI, 433d) : il s’agirait du vase emporté par les soldats laconiens en campagne. Cette forme est caractéristique du répertoire laconien et est reprise au IVe siècle, mais dans des dimensions plus grandes, pour la céramique à figures rouges laconienne (Mc Phee 1986, p. 155-156). À partir du Ve siècle, il semble que le skyphos inspiré de la céramique attique devienne le vase à boire le plus courant. Il montre à nouveau l’ouverture de la production laconienne aux influences extérieures et notamment attiques dans le cadre de son marché local alors qu’elle ne produit plus pour l’exportation.

80Les vases à verser sont l’œnochoé et la cruche à col étroit (fig. 12) plus commune. La première sert plus au service des liquides (vin et eau) alors que la forme du col de la seconde, rappelant celle des embouchures d’aryballes ou de lydia, suggère plus le service de l’huile. L’amphore de table est également présente : un type commun de petite dimension a été exporté, et un type plus grand dont on connaît peu d’exemplaires hors de Laconie (Cf. p 36-37.).

Fig. 11 – Pieds de coupes doriques (Laconia survey II, no 15 p. 46-48).

Fig. 12 – Cruches à col étroit (Laconia survey II, no 33 p. 64).

81L’existence d’un type pour l’exportation et d’un type pour le marché local se retrouve aussi dans le cas des hydries. Il s’agit du vase laconien le plus présent sur l’ensemble de l’aire de prospection, il était destiné au transport de l’eau et au stockage des denrées à la place de l’amphore, absente du territoire laconien. Des exemplaires de la forme destinée au marché local ont cependant été retrouvés dans certaines régions de Méditerranée. Le type moins commun et destiné à l’exportation correspond aux imitations de vases de bronze exportés au VIe siècle et devait être un vase de prix. Les exemplaires à bordure décorée ont été retrouvés sur les marges de l’aire explorée (Laconia survey II, f p. 61).

82Les plats, les lékanés et les pithoi sont aussi très présents. Les aryballes et les miniatures sont le signe d’une activité cultuelle et se retrouvent peu dans le contexte domestique. Ils ne sont présents sur le territoire prospecté qu’au site N415 où devait se trouver un sanctuaire de Zeus Messapeus (Laconia Survey II, p. 71 et Catling 1990, p. 29-35).

83Les tuiles se retrouvent partout, sans que les deux types qui constituent la toiture laconienne typique relevée dans les sanctuaires soient forcément présents. Il semble que les tuiles supérieures et inférieures ne se retrouvent que dans le cas de l’architecture religieuse et peut-être civile, comme c’est le cas pour le site du sanctuaire de Zeus Messapeus (Laconia Survey II, p. 183-184). Les édifices privés semblent avoir été couverts de façon beaucoup plus simple avec un seul type de tuiles.

84Les vases recensés dans les campagnes laconiennes couvertes par l’aire de prospection sont des vases à vernis noir et exceptionnellement à décor à bandes. Les vases à figures noires constituaient donc des objets réservés à un usage ou à des catégories sociales particulières. En l’absence de fouilles nous ne pouvons dire s’ils servaient en contexte d’habitat au sein de la cité de Sparte. Le cratère, bien présent même en milieu rural, semble faire partie intégrante du service domestique et n’est donc pas réservé exclusivement à l’élite de la cité lacédémonienne. Il s’agit cependant de cratères en cloche dont l’usage n’est pas lié forcément au banquet. Le type à étriers est rare et uniquement sous sa forme la plus commune à vernis noir et la plus produite au VIe et au Ve siècles. Sa présence en milieu rural, donc en dehors de la communauté spartiate, amène cependant à s’interroger sur la pratique du banquet par des individus qui, au vu de la situation géographique, ne sont pas des citoyens à part entière notamment dans la partie sud-est de l’aire de prospection. D’autres découvertes de cratères laconiens en contexte d’habitat non perturbé ont conduit à penser que les résidences de campagnes des élites pouvaient comprendre un service de banquet complet mais de type moins luxueux que ce qui a été retrouvé dans les tombes ou les sanctuaires (De Caro, Gialanella 1989, p. 343). Le vase à boire le plus courant dans les sanctuaires, la lakaina, est totalement absent. Il s’agirait donc bien d’un vase cultuel plus que domestique ou d’un vase réservé à certains individus. Les formes les plus appréciées sont cependant aussi les formes à paroi haute comme les coupes sans pied et les kothons. Les coupes à tige ne sont présentes que sous la forme dorique à vernis noir dont la production ne débute que dans la seconde moitié du VIe siècle avant de devenir la seule forme produite en Laconie. Elle peut donc avoir remplacé, dans les campagnes, le vase cultuel qu’était la lakaina. Parmi les vases à verser et à stocker deux formes attirent l’attention car elles sont peu présentes dans les autres contextes : la cruche à col étroit et l’hydrie. La première est un vase à huile original à fonction presque exclusivement domestique et la seconde est très présente dans le milieu rural laconien alors qu’elle est quasiment absente dans les autres contextes à l’exception du sanctuaire d’Amyclées. Elle s’avère donc être une forme fréquente dans la production céramique laconienne alors qu’on la croyait exceptionnelle (LBPIII, p. 73). Elle est utilisée à la place de l’amphore dont aucune trace n’a été relevée au cours de la prospection. Cette absence peut s’expliquer par l’éloignement des différents ports de Laconie et notamment celui de Gytheion. Les vases à parfum ont été très peu recensés, mais ils ne relèvent pas d’un usage domestique courant en Laconie mais plutôt cultuel.

85On ne recense aucun vase d’importation lors de la prospection à l’exception du cratère mentionné plus haut : jusqu’à la fin du IVe siècle, la Laconie produit donc au minimum sa céramique d’usage commun. Cependant on voit, dès le milieu du Ve siècle, une forte influence des formes attiques que ce soit pour les kothons dont la forme est pourtant originaire de la région, les skyphoi ou encore de nouvelles formes comme les petits bols à bordure incurvée. Pour certaines catégories, les amphores de table et les hydries, on note l’existence d’un type pour l’usage local et d’un pour l’usage commercial.

Addendum

– Le sanctuaire de Zeus Messapeus (Catling 1990 et Laconia Survey II, p. 24)

86Un sanctuaire de Zeus Messapeus se situe dans la zone de prospection de l’école britannique sur la colline de Tsakona. Son identification a été permise par la découverte d’une inscription dédicatoire à Zeus Messapeus sur un fragment de coupe datant de la première moitié du VIe siècle (Catling 1990, p. 21). Ce titre de Zeus est attesté en Laconie par Pausanias (Pausanias III, 20, 3) qui mentionne l’existence d’un temenos de Zeus Messapeus au Nord-Ouest de la plaine de Sparte, ce qui correspondrait à l’emplacement du site où l’inscription a été mise au jour. Les restes de structures sont très érodés. La construction du sanctuaire est datée de la fin du VIIe siècle ou du début du VIe siècle par les éléments architecturaux (acrotères et antéfixes décorés), cependant les traces de culte remontent au VIIIe siècle (Catling 2002, p. 71-73).

87Le matériel de ce sanctuaire est très modeste par rapport à celui des sanctuaires centraux de Sparte, mais il permet une comparaison typologique entre les deux situations géographiques. Les formes relevées au sanctuaire de Zeus Messapeus pour les VIe et Ve siècles sont : les aryballes (vases présents en plus grand nombre), le cratère à étriers et en cloche, les coupes à pied, le kothon, le bol, le plat et l’œnochoé. On y trouve également des formes d’ordinaire réservées à l’usage domestique comme les mortiers, les tamis ou de petits pithoi.

88On peut alors faire les mêmes constatations que pour les grands sanctuaires laconiens : les vases les plus présents sont les aryballes et les miniatures. Les grands vases sont très peu présents à l’exception du cratère en cloche. On note cependant l’absence de la lakaina, et la présence de vases plus communs comme ceux destinés à la cuisine.

89La publication des premiers résultats de fouilles de ce site a fourni d’autres types de matériel comme les statuettes en terre cuite modelées (2600 exemplaires- Catling 1990, p. 30) qui pourraient avoir été produites sur place. Leur nombre contraste avec le peu de vases relevés ainsi qu’avec le nombre de figurines de plomb (25 exemplaires) mises au jour dans les autres sanctuaires (Catling 1990, p. 30). D’autres petits objets en métal sont également présents comme des aiguilles ou des agrafes en fer et des pointes de flèches en bronze du Ve siècle.

Conclusion

90Il ne peut être donné ici un panorama complet de la culture laconienne : nous ne nous arrêterons que sur les points susceptibles d’éclairer et de comprendre le rayonnement culturel de Sparte et des Laconiens en Méditerranée, et les événements qui ont pu marquer la société et la production artistique laconienne au cours de l’époque archaïque. L’examen du matériel mis au jour en Laconie a permis de dresser un tableau des préférences et des usages à l’époque archaïque et de se pencher à nouveau sur trois questions essentielles que pose Sparte depuis la tradition classique : la mise en place de son austérité, de la structure de sa société et de son autarcie.

91Tout d’abord, on remarque que certains contextes reçoivent un matériel spécifique et, au sein même des différents contextes, certains traits culturels ressortent, notamment dans le cas des sanctuaires. La composition des dépôts évolue et comporte des ruptures chronologiques qui renseignent sur le contexte économique et social de la Laconie à cette époque, notamment sur l’austérité spartiate et sa date éventuelle de mise en place. Ensuite le problème de la localisation des lieux de production pose celui de ses agents et de la répartition des tâches au sein des différentes catégories de la société laconienne. Enfin, la distribution des céramiques laconiennes tout autour du bassin méditerranéen montre la réalité des échanges avec le monde extérieur. L’étude du matériel en Laconie complète les données, notamment pour les importations, et dresse un tableau assez éloigné de celui donné par la tradition littéraire.

– Spécificités culturelles et chronologiques du matériel découvert en Laconie

92Si on dresse un bilan rapide des observations faites lors de l’étude des trois contextes présents en Laconie, on relève que tous les types d’objets ne se retrouvent pas partout et que l’utilisation de certains, notamment en contexte cultuel, semble propre à la culture laconienne.

93En premier lieu, certaines catégories n’ont été mises au jour que dans les sanctuaires laconiens : les objets métalliques en bronze, en plomb, en ivoire et en os. L’absence de ces matériaux en contexte domestique ou funéraire est à attribuer plutôt aux conditions de conservation et à l’insuffisance de données connues. Toutefois, l’absence de céramique à figures noires dans l’habitat montre que les objets de prix étaient essentiellement destinés aux sanctuaires importants de la cité, comme le confirme le matériel commun du sanctuaire rural de Zeus Messapeus, ou aux morts, si l’on s’en tient à l’amphore à relief du groupe funéraire du quartier de Mesoa.

94La céramique, quant à elle, est présente en quantité importante dans les trois contextes avec cependant des différences dans les formes et le décor des vases qui montrent que les Laconiens sélectionnaient les vases qu’ils destinaient au culte et ceux qu’ils destinaient à leur usage quotidien. Certaines catégories sont en effet absentes, ou quasiment, d’un des deux contextes les plus représentés, les sanctuaires et l’habitat, comme les grands vases, les cratères à étriers ou les hydries alors qu’ils sont bien attestés dans l’habitat, ou encore les vases à parfum et les miniatures qui sont exclusivement réservés aux sanctuaires. Seuls les vases à boire appartiennent à tous les contextes mais avec une sélection dans les types utilisés. L’habitat a surtout livré des coupes des types E et D et des kothons, alors que les sanctuaires ont donné un nombre plus important de coupes à pied et des vases à boire à paroi haute, plus particulièrement des lakainai. La lakaina semble en effet avoir un rôle presque exclusivement cultuel, aucun exemplaire n’ayant été retrouvé en contexte d’habitat malgré la présence notable de vases à paroi haute comme le kothon. Outre son nom, qui, s’il est correctement attribué, souligne le caractère culturel de la lakaina, son absence dans d’autres séries céramiques, on ne recense que quelques exemplaires attiques et béotiens au VIIIe et VIIe siècles (LBPII, p. 22-23), et le peu d’exemplaires découverts en Méditerranée vont également dans ce sens (Cf. p. 23-24). L’étude des contextes de découvertes en Laconie a permis de préciser son utilisation et de déceler, en partie, le rayonnement culturel de la Laconie au VIe siècle et les éventuels déplacements de Laconiens. Àprès 525, la lakaina est remplacée par la coupe dorique dans les sanctuaires, celle-ci qui n’est cependant pas d’un usage cultuel aussi exclusif. La coupe dorique est un modèle originaire de Laconie, imité par la production attique entre 530 et 520 (Villard 1946, p. 180), qui montre alors le rayonnement certain des productions laconiennes encore à la fin du VIe siècle.

95Ces différences typologiques s’accompagnent d’évolutions chronologiques assez marquées qui peuvent nous éclairer sur la date de la mise en place de l’austérité spartiate ; l’étude des différentes césures de l’art laconien dans cette perspective a été faite par R. Förtsch (Förstch 1998, p. 49-54). Le premier changement advient dans le dernier quart du VIIe siècle avec l’avènement du style Laconien II où se produit une diversification des formes produites et un changement radical dans le style de peinture par rapport au style géométrique. Suit une phase de récession qui débute vers 575 que R. Förtsch relie avec la crise militaire de Tégée datée de 580-560. Enfin, il advient un changement dans le traitement des sujets et une diminution du nombre de formes produites dans le troisième quart du VIe siècle que R. Förstch relie au début de l’austérité militaire. Toutes ces considérations prennent en compte l’art laconien dans son ensemble sans distinguer les catégories qui restent sur place des catégories exportées qui sont soumises au rayonnement méditerranéen de la Laconie. Elles ne s’attachent également qu’aux événements propres à l’histoire spartiate sans tenir compte des événements « internationaux » comme l’avancée des Perses en Orient. Il faut donc reprendre les observations de R. Förtsch et les comparer à celles faites à partir du matériel découvert en Laconie.

96Deux moments importants ont pu être observés : le premier a lieu, au début du VIe siècle, vers 580, et le second vers 525. Le premier correspond à un changement de nature des offrandes faites dans les sanctuaires ; on passe en effet d’offrandes d’objets personnels à celle d’objets à caractère plus ostentatoire comme les vases à figures noires, qui entrent alors dans leur phase maximale de production, et les vases de bronze. Ceci peut être en partie attribué à la conjoncture méditerranéenne notamment en ce qui concerne l’apport de matières premières du Levant, mais également à des changements sociaux internes qui trouvent traces dans les sanctuaires notamment. La volonté de s’afficher comme dédicants par l’intermédiaire d’objets plus ostentatoires peut vouloir signifier certaines positions sociales nouvelles au cœur de la cité ainsi qu’un changement dans les perceptions ou les structures de certains cultes. Cela a pu entraîner l’arrivée de nouvelles catégories d’artisans (peintres, bronziers) pour répondre à cette nouvelle demande. L’essor considérable que connaît la production artisanale laconienne à cette époque va dans ce sens, ainsi que l’arrivée dans les sanctuaires de vases liés au banquet et à la consommation du vin (assiettes, œnochoés, kylikes). La mise en place de la production de vases liés au symposion, comme les coupes à tige ou les cratères à volutes ou étriers en argile ou en bronze, peut être le signe de la valorisation des couches supérieures de la société laconienne par rapport à l’ensemble de la population de Laconie, en particulier le groupe des Homoioi dont le statut est conditionné par la capacité à tenir banquet. La phase de récession intervenant dans l’art laconien à partir de 575 et que R. Förtsch attribue à la crise militaire avec Tégée ne trouve donc pas d’échos dans les offrandes des sanctuaires laconiens. La seconde rupture chronologique correspond à la fin des dédicaces de ces objets de luxe, sans que l’on puisse pour l’instant préciser si la cause est l’arrêt de la production ou l’inverse. Elle ne semble pas pouvoir être expliquée, pour l’instant, par la conjoncture méditerranéenne, mais plutôt par des phénomènes internes qui pourraient annoncer la venue d’un nouvel idéal social plus militaire. On le constate avec la fin des offrandes de vases de bronze ou de vases à figures noires, ces derniers comportaient, tout comme les statuettes de bronze, dans les dernières années de production des thèmes plus guerriers (hoplites, cavaliers, retour du champ de bataille). Dans le cas des objets en bronze, l’évolution des dédicaces ne touche pas le métal lui-même mais le type d’objet, les vases. Si l’on doit dater alors la mise en place de l’austérité spartiate, ce ne peut être qu’après 525 et non dans le troisième quart du VIe siècle comme le pense R. Förstch.

– Les lieux de production

97L’identification et la localisation des lieux de production de l’artisanat laconien, que ce soit pour la céramique ou pour les bronzes, est difficile dans la mesure où il n’a pas été mis au jour d’atelier ou de quartier d’artisans. Aucune structure d’habitat fouillée, au sein de la cité de Sparte ou dans l’aire de la prospection britannique au Nord-Est de la cité, n’a donné de structure de production pour les époques archaïque et classique ; cependant quelques indices sont apparus dans les sanctuaires.

98Grâce aux différentes découvertes faites au sanctuaire d’Agamemnon et Cassandre, on peut penser à la localisation d’un atelier de potiers à Amyclées : tout d’abord, pour la période géométrique, l’antériorité des céramiques mises au jour par rapport aux sanctuaires de la cité, ensuite, pour la période archaïque, la proportion des formes particulières d’aryballes (groupes L, M, N, O) et leur date de production (majoritairement dans le troisième quart du VIe siècle alors que, pour les autres groupes, la production cesse aux environs de 550). Tout ceci incite à penser qu’il s’agissait de vases produits sur place pour le besoin des fidèles. Les mêmes remarques peuvent être avancées pour les hydries du sanctuaire qui représentent 20 % de l’ensemble des hydries recensées en Méditerranée par C. M. Stibbe (LBPIII, p. 73-79), cependant l’importance de la présence du vase en contexte d’habitat ne permet pas d’affirmer qu’il s’agit d’une production destinée principalement au sanctuaire d’Agammemnon. L’atelier d’Amyclées est encore très dynamique dans la seconde moitié du VIe siècle et aurait alors pu être à l’origine de la kylix dorique, vers 560-550, retrouvée en nombre considérable à Amyclées (LBPII, p. 17) et qui remplace la lakaina dans les sanctuaires laconiens.

99D’autres types d’ateliers ont pu également être présents à proximité des sanctuaires comme le montre la découverte de moules pour les figurines et les bijoux au Ménélaion (Gill, Vickers 2001, p. 232), les terres cuites architecturales du sanctuaire d’Artémis Orthia (AO, p. 126) ou la présence de pièces d’ivoire non achevées (AO, p. 245. pl. 56, 3 ; 61, 1 et 2) qui montrent que celui-ci était importé brut et sculpté sur place.

100La situation des lieux de production ne peut pas se dégager du problème de ses acteurs et de la structure particulière de la société spartiate connue pour la période classique. Les acteurs les plus souvent envisagés sont les Périèques qui sont autorisés à pratiquer une activité artisanale et qui vivent dans les campagnes environnantes de Sparte. L’absence d’indice d’atelier lors de la prospection ne remet pas en cause l’hypothèse d’un artisanat aux mains des Périèques d’autant plus que les résultats ne concernent qu’une petite partie du territoire laconien, mais l’absence de vases à figures noires et d’objets de bronze dans les campagnes et dans les sanctuaires extérieurs à Sparte, ainsi que la localisation des cratères de banquet à proximité de la cité renforcent l’idée d’une production située dans le centre principal de la région. Ceci conduit donc à envisager soit une résidence des Périèques à Sparte, soit une participation des Spartiates à l’artisanat de luxe, au moins à l’époque archaïque ; la découverte du four de potier par C. Christou dans le quartier de Mésoa va dans ce sens. Pour les céramiques plus communes et les objets de la vie courante, la géographie et la difficulté des communications au sein du territoire laconien plaident en faveur d’une production plus éparpillée et donc probablement au mains des Périèques.

– La Laconie et le monde extérieur : échanges et influences

101L’ensemble des vases laconiens distribués tout autour de la Méditerranée, les ivoires inachevés des sanctuaires de l’acropole de Sparte, les vases à figures rouges qui imitent le style attique (Mc Phee 1986) ou encore le cratère à colonnettes attique découvert lors de la prospection britannique (Laconia survey II, cat. 3 p. 39, H60/1) montrent que la Laconie à l’époque archaïque entretenait des relations avec des régions plus ou moins éloignées. Même s’il est impossible de trouver trace des flux de denrées périssables, le matériel archéologique nous fournit une partie du tableau des échanges économiques de la Laconie avec le monde extérieur. Les importations concernent essentiellement les matières premières ; nous avons peu d’exemples d’importations d’objets finis pour la période archaïque, outre les aiguilles à khôl et un exemplaire de bronze du VIIe siècle découvert à Amyclées provenant de Grèce du Nord qui pose le problème des routes d’approvisionnement (Callidas 1992, p. 43). Les exportations, comme nous l’avons vu précédemment, concernent surtout les céramiques.

102Les premières importations relevées au cours des différentes fouilles sont celles d’ivoire du Levant ; elles se situent entre la fin du IXe et la fin du VIIe siècle. Outre la matière première brute, celles-ci ont été accompagnées d’objets finis inconnus en Laconie comme les aiguilles à khôl du sanctuaire d’Artémis Orthia (AO, p. 245, pl. 167). L’accès de Sparte au golfe laconien (Carocci 1986, p. 174) situé d’après Pausanias (Pausanias III, 2-7) sous le règne d’Alkaménès (740-700) a pu accroître ses échanges ; c’est à cette époque qu’apparaît la tradition orientalisante des ivoires à Sparte. La disparition de ces objets de l’art laconien dans le premier quart du VIe siècle ne peut être attribuée à des changements intérieurs à la société mais plus probablement à une interruption des échanges consécutive à la chute de Tyr devant les Perses en 573 : l’austérité spartiate ne daterait donc pas de cette époque et ne serait pas déclenchée par ce phénomène.

103La fin des échanges avec l’Orient pourrait également être à l’origine de la diminution puis de la disparition des aryballes globulaires qui ne trouveraient plus de raison d’être après la fin de la circulation des essences exotiques provenant d’Orient. Les aryballes à base plate, qui ne connaissent pas alors de crise et voient même leur production se développer, auraient pu servir à contenir des essences locales. Il faut cependant confronter la situation laconienne aux autres productions de vases à parfum avant de pouvoir tirer des conclusions, mais la mise en place de l’austérité spartiate vers 575 ne peut trouver d’argument dans la fin de la production des aryballes.

104L’importation de plomb brut au VIIe siècle témoigne également de liens avec l’Orient. Les analyses des figurines de plomb du Ménélaion ont montré que deux des plus anciennes étaient faites dans un plomb similaire à celui retrouvé dans deux épaves orientales, une antique de Caesarea et une islamique du VIIe siècle ap. J.-C. du Sud de la Turquie (Gill, Vickers 2001, p. 235). Cependant le plomb de la majorité des figurines des différents sanctuaires laconiens proviendrait du Laurion ; or celui-ci est sous contrôle athénien, ce qui suppose des relations commerciales entre les deux cités au moins au VIe et au Ve siècles, période de grande production de ces figurines. Cette vision contraste avec celle d’une Sparte autarcique et fermée au reste du monde grec au moins pendant la période archaïque et une grande partie du Ve siècle. La production des figurines et donc les importations de plomb cessent aux environs de 425 en pleine guerre du Péloponnèse au moment des invasions régulières de l’Attique par les Spartiates entre 431 et 425 et où les relations entre Athènes et Sparte se dégradent de façon considérable alors qu’elles avaient été plus ou moins maintenues jusque-là.

105En ce qui concerne les exportations, l’étude du matériel mis au jour en Laconie confirme qu’il existe une production laconienne destinée presque exclusivement à l’exportation et une destinée au marché local. La prospection britannique a mis en évidence l’existence de deux types pour une même forme notamment pour les hydries et les amphores de tables (Laconia survey II, cat. no 30 p. 60 et cat. no 31 p. 62) où les types prévus pour la consommation et les goûts locaux ne correspondent pas aux types exportés. La destination des vases étaient donc connue des céramistes qui produisaient les différents types soit dans des ateliers différents soit au sein des mêmes ateliers. Cette division de la production en fonction du marché d’accueil ne peut se concevoir que dans une Laconie ouverte sur les routes commerciales méditerranéennes et non dans le cadre d’une cité autarcique et repliée sur elle-même.

Notes

24 Sanctuaire d’Artémis Orthia.

25 Sanctuaire d’Athéna Chalkioikos.

26 Herôon sur l’Eurotas.

27 Sanctuaire de Ménélas et d’Hélène.

28 Sanctuaire d’Agamemnon et Cassandre à Amyclées.

29 Sanctuaire d’Apollon à Amyclées.

30 Nous nous référons, dans un premier temps, aux résultats obtenus par J. P. Droop (AO, p. 52-116) et nous y additionnons les découvertes plus récentes.

31 LBPII, p. 17. L’auteur note l’existence de caisses de fouilles non publiées contenant des centaines de vases qu’il n’a pu intégrer à ses publications compte tenu de l’absence de précision sur les niveaux stratigraphiques ou sur les sites dont ils proviennent.

32 Hodkinson 1998, p. 60. Les dédicaces d’objets en bronze diminuent à partir de 525 dans le sanctuaire d’Artémis à Samos et, au début du Ve siècle, dans l’Héraion. Les bijoux cessent d’être dédicacés à Olympie à partir du début du Ve siècle et les statuettes seulement à partir de 450.

Table des illustrations

Légende Note24Note25Note26Note27Note28Note29
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Tabl. 9 – La série laconienne dans les sanctuaires de Laconie.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 1 – Épingles en bronze (AO, pl. 86).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 2 – Cheval de bronze (AO, pl. 77).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 3 – Figures en plomb du type de l’Artémis ailée (AO, pl. 188).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4 – Couronnes miniatures en plomb (AO, pl. 186).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 5 – Figures en plomb du type du guerrier au blason (AO, pl. 197).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 6 – Cratère du Ménélaion (Catling 1992, no 21 p. 64).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 7 – Vases de banquet provenant d’une tombe de Sparte (Raftopoulou 1998, p. 135).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 8 – Aire de la prospection britannique (Laconia survey I, 1.2, p. 3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 9 – Cratères en cloche (Laconia survey II, no 5 a et b p. 40).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 10 – Coupes sans pieds (Laconia survey II, no 14 p. 46).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 11 – Pieds de coupes doriques (Laconia survey II, no 15 p. 46-48).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 12 – Cruches à col étroit (Laconia survey II, no 33 p. 64).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4938/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search