Version classiqueVersion mobile

Les Laconiens et la Méditerranée à l’époque archaïque

 | 
Fabienne Coudin

Chapitre I. La distribution du matériel laconien dans le bassin méditerranéen

Texte intégral

1Pour définir la place occupée par la Laconie à l’époque archaïque, il faut en premier lieu dresser le panorama de la répartition des découvertes de céramique laconienne tout autour du bassin méditerranéen en tenant compte des différentes catégories fonctionnelles de vases et, ensuite, des différentes formes. Dans les chapitres qui suivent nous nous référons toujours aux typologies établies par C. M. Stibbe (Annexe 1). Pour chaque forme, nous sommes partie du matériel mis au jour en Laconie afin d’établir des comparaisons numériques. Nous avons ensuite procédé par catégories fonctionnelles en les étudiant dans l’ordre dicté par leur importance quantitative. Lors de ces chapitres nous n’avons pris en compte que la forme des vases quelque soit leur décor : les vases à figures noires ont donc été inclus. Ce n’est qu’en complément des constatations faites à partir des différentes catégories fonctionnelles que vient l’étude de leur répartition afin de comprendre le rôle joué par les artisans laconiens dans la distribution des vases. L’étude sur la répartition des vases de bronze permet de comparer les aires de diffusion et de voir quelle image pouvaient véhiculer certaines formes. Un dernier chapitre a été consacré aux épaves archaïques contenant du matériel laconien alors comparé enfin aux vases retrouvés dans les sites côtiers.

Généralités

2La série céramique laconienne comporte presque toutes les catégories fonctionnelles du corpus des vases grecs de l’époque archaïque, mais la production de certaines d’entre elles a été privilégiée. Les vases à boire constituent la catégorie la plus importante soit environ 43 % du corpus total. Viennent ensuite les vases à mélanger le vin et l’eau lors du symposion qui représentent 23 %. La troisième catégorie, celle des vases à parfum, représente 19,5 %. Les autres catégories de vases domestiques ne représentent que 15 % de l’ensemble.

3Quant à la diffusion, on trouve de la céramique laconienne d’Huelva à l’ouest de la péninsule ibérique, à Al Mina en Phénicie, à Olbia et à Berezan sur la côte de la Mer Noire, ainsi qu’à Naucratis en Égypte. Elle concerne aussi bien le milieu grec que le milieu indigène de certaines régions comme la Sicile ou l’Italie du Sud, et également le monde étrusque. Cependant, certaines régions sont plus concernées que d’autres. La principale est la Sicile avec 710 exemplaires soit presque 20 % de l’ensemble du corpus. 526 vases ont été recensés dans les cités grecques de la côte, le reste provenant du milieu indigène de l’intérieur de l’île. Les trois régions suivantes sont : la Grèce, la Grèce de l’Est et la Cyrénaïque. Elles représentent chacune environ 10 % du corpus, la Grande-Grèce et l’Étrurie entre 54 et 10 % du corpus. Les autres ont des valeurs inférieures à 5 % avec toutefois deux régions qui ont livré plus de 1 % : le Salento et l’Égypte. À celles-ci peut s’ajouter la Sicile indigène qui représente 4,8 % des vases.

4Pour ces différentes régions nous diposons de publications plus ou moins précises. Pour certaines celles-ci regroupent toutes les données connues pour l’ensemble des sites fouillés et peuvent permettre d’étudier l’évolution des importations de près comme la Sicile (Pelagatti 1989) ou le Salento (Semeraro 1997). Pour d’autres, les dépôts se limitent à de grandes cités, comme la Cyrénaïque (Tocra I, Tocra II et DS) ou en Grèce (OF28). Cependant la plupart du matériel laconien est connue, par une compilation de publications et de catalogues, comme en Grèce de l’Est, en Égypte ou en Étrurie. Toutefois, ces régions comportent des grands sites fouillés et publiés qui n’ont pas ou peu livré de céramique comme Milet ou Smyrne en Grèce de l’Est ou Amathonte à Chypre. La distribution de la céramique laconienne ne correspond donc pas à celle des sites fouillés dans le bassin méditerranéen et les différences quantitatives entre les régions ne sauraient tenir aux seuls écarts de publications.

5Outre les différences quantitatives, de premières différences typologiques apparaissent déjà. Les vases retrouvés en Laconie appartiennent principalement à la catégorie des vases à boire et des vases à parfum, ce qui n’est pas le cas dans le reste du bassin méditerranéen. La distribution par région montre que toutes ont une catégorie fonctionnelle de prédilection. Pour la majorité d’entre elles, il s’agit de vases à boire : en Grèce, en Grèce de l’Est, en Cyrénaïque, en Grande-Grèce, dans le Salento, en Égypte et aux marges occidentales et orientales du monde grec. Certaines cependant se démarquent soit par la supériorité d’une autre catégorie, comme les vases à mélanger en Sicile, soit pour des importations équivalentes de vases à boire et de vases à mélanger, comme l’Étrurie. D’une façon générale, les régions d’Orient reçoivent principalement des coupes alors que les régions d’Occident, à l’exception de la Grande-Grèce, n’ont pas de préférence aussi marquée pour les vases à boire, notamment celles qui ont une population non grecque importante. Il faut alors préciser la chronologie des exportations laconiennes suivant les régions, les comparer à la production et voir si les évolutions de chacune sont parallèles. Nous disposons de 1808 exemplaires précisément datés soit environ 48 % des vases du corpus. Si la production de la céramique en Laconie remonte à l’époque géométrique (Margreiter 1988), elle ne devient importante et commence à s’exporter de façon significative que vers la fin du VIIe siècle. Elle connaît alors une croissance rapide pour atteindre son maximum dans le second quart du VIe siècle (graph. 1). Vers 550, advient une crise qui la fait tomber à son niveau du premier quart du VIe siècle. La production ne reprend pas et diminue jusqu’à disparaître dans le premier quart du Ve siècle.

6Suivant les régions, le nombre d’exemplaires datés n’est proportionnellement pas le même ; cependant, pour les plus importantes, le nombre de vases est suffisant pour dresser des tendances et remarquer déjà quelques variations chronologiques et géographiques générales (graph. 1). Tout d’abord, si l’on considère l’ensemble des vases recensés en Laconie (graph. 2), quelques nuances existent par rapport à la courbe de production générale. Le nombre de vases recensés est en augmentation régulière entre la seconde moitié du VIIe siècle et le milieu du VIe et il ne connaît pas l’accroissement brutal noté pour l’ensemble de la production entre 575 et 550. La chute des environs de 550 est en revanche plus importante que pour l’ensemble de la production ; le nombre de vases mis au jour pour la période 550-525 est divisé par trois par rapport au quart de siècle précédent alors que pour l’ensemble de la production, il n’est divisé que par deux. Les vases recensés pour la période 525-475 sont résiduels (4,5 %). Cette chute brutale peut cependant en partie s’expliquer par l’absence de contexte de découverte important en Laconie après 550. Hors de Laconie, la distribution de la céramique se limite à quelques sites spécifiques à la fin du VIIe siècle (carte 1) : Samos, Tarente et les nécropoles de Cerveteri. Elle ne commence réellement à s’étendre qu’à partir de 600-575 (carte 2). Les vases laconiens restent alors sur les côtes en milieu grec, à l’exception de Cerveteri et quelques sites d’Étrurie. Certaines zones sont totalement ignorées : l’Extrême Occident, la côte Sud de l’Italie entre Rome et Rhégion et la côte Nord de la Sicile, l’Adriatique et la côte Ouest de la Grèce, la Mer Noire et le Moyen Orient. Entre 575 et 550 (carte 3), la distribution s’étend à la Mer Noire, l’entrée de l’Adriatique (les côtes Ouest de la Grèce avec l’émergence d’Olympie, Corfou et la côte Est du Salento), l’Extrême Occident (Marseille et l’Espagne) et l’intérieur de la Sicile. Au même moment, les régions concernées dans le premier quart du VIe siècle connaissent un accroissement des arrivées de vases laconiens. Entre 550 et 525 (carte 4), l’aire de distribution se rétrécit, mais les vases laconiens pénètrent plus avant à l’intérieur des terres en Sicile et dans le Salento. Dans le dernier quart du VIe siècle (carte 5), elles se concentrent uniquement en Sicile, dans le Salento et à Olympie. Au début du Ve siècle, seules les régions d’Occident reçoivent encore quelques importations laconiennes. La courbe des importations laconiennes n’est donc pas la même suivant les régions et s’éloigne parfois de la courbe de production générale ou de celle des vases recensés en Laconie. On peut alors distinguer trois groupes de régions (graph. 2) : les régions qui ont leur phase maximale d’importations dans le premier quart du VIe siècle (la Grande−Grèce et la Sicile), celles pour qui la céramique laconienne arrive surtout dans le second quart et dont la courbe est donc parallèle à celle de la Laconie (la Grèce de l’Est, l’Étrurie et la Cyrénaïque), et celles pour qui le maximum se situe dans le dernier quart (le Salento). La Grèce est à part avec des importations relativement constantes entre 575 et 525. Il faut cependant nuancer ce classement.

7Dans le cas de la première catégorie, la Sicile et la Grande-Grèce ont bien leur maximum d’importations situé entre 600 et 575, mais leurs courbes n’ont toutefois pas le même profil au cours du VIe siècle. La Sicile connaît bien la diminution drastique que l’on observe en Italie du Sud vers 575, mais le nombre des vases laconiens importés se maintient ensuite, voire augmente légèrement entre 525 et 500 ; la chute n’advient que dans le premier quart du Ve siècle. Il faut alors reconsidérer les importations de Sicile et distinguer le milieu grec des cités de la côte, des régions intérieures (graph. 3). Les importations en milieu grec rejoignent la courbe des importations de Grande-Grèce tandis que les sites intérieurs ont une courbe d’importations qui se rapproche de celle de la troisième catégorie de régions dont la phase maximale se situe entre 525 et 500. Les importations laconiennes n’ont donc pas le même statut dans le milieu indigène. Pour le deuxième groupe de régions qui comprend la Grèce de l’Est, l’Étrurie et la Cyrénaïque, on remarque aussi quelques différences par rapport à la tendance générale. La Grèce de l’Est et la Cyrénaïque ont un pic très marqué entre 575 et 550 et connaissent au même moment une chute brutale de leurs importations. Pour la Grèce de l’Est, l’augmentation est soudaine par rapport à ce qui a été observé pour la Laconie, ce n’est pas le cas pour l’Étrurie qui ne connaît pas d’effondrement de ses importations vers le milieu du siècle, mais dans le troisième quart du VIe après une légère diminution aux alentours de 550. Il reste enfin le Salento et la Grèce. Ces deux régions ont un maximum situé au moment où il n’a été recensé que quelques vases en Laconie et dans les autres régions du bassin méditerranéen, et une distribution relativement constante de 575 jusqu’à la fin de la production au début du Ve siècle. La courbe des importations du Salento est parallèle à celle de la Sicile intérieure. Des premières observations sur la production et la distribution de la céramique laconienne ressortent déjà des caractères propres à différentes parties de la Méditerranée qu’il faut expliquer et préciser. Si les courbes générales de production et de distribution sont parallèles, la phase principale d’importations détermine cependant plusieurs groupes de régions.

Tabl. 1 — Distribution des vases laconiens.

8Deux catégories qui n’ont pas de courbe d’importation semblable à la tendance générale, à savoir un maximum entre 575 et 550, sont à considérer plus spécifiquement : la Grande-Grèce et les régions indigènes, la Sicile intérieure et le Salento. Une étude détaillée des différentes catégories fonctionnelles doit permettre de mieux percevoir et comprendre les variations des courbes de production et de distribution vers 550.

Les vases à boire

– Les coupes

  • 3 Nous sommes partie de la typologie de C. M. Stibbe (Annexe 1), qui détermine sept groupes de coupe (...)

9Les coupes3 sont les vases les plus fréquents de la série laconienne. Leur production (graph. 4) débute dès le VIIe siècle et s’achève au début du Ve. Elle augmente jusque vers 550 et atteint son maximum dans le second quart du VIe siècle. Une baisse importante advient aux environs de 550 et la production diminue jusque vers 500 où elle s’arrête. Les coupes ont donc une courbe de production parallèle à celle de la production générale avec cependant une augmentation plus forte en 575 et une chute moindre en 550.

10Les différents groupes typologiques peuvent être regroupés en trois catégories suivant leur décor et leur forme : les coupes à pied bas ou sans pied avec un décor géométrique (A, B, C), les coupes sans pied à vernis noir ou à décor vernis (D, E, F) et les coupes à tige (G).

11Les groupes A, B et C appartiennent au style Laconien II (650-570/560-Boardman 1963, p. 4). Le groupe A est le plus ancien. Il n’est produit qu’à la fin du VIIe siècle et ne sort pas de Laconie. Le plus ancien groupe exporté est le groupe B. Il est produit de façon constante entre la fin du VIIe siècle et le premier quart du VIe siècle. Peu d’exemplaires ont été recensés hors de Laconie et dans très peu de sites : il n’était donc pas destiné principalement à l’exportation. Le groupe C semble avoir été le premier groupe produit à la fois pour l’exportation et pour la consommation intérieure, comme l’indique le nombre d’exemplaires trouvés en Laconie qui est inférieur (onze individus) à ceux trouvés à l’extérieur (95 individus). Leur courbe est parallèle à celle de la production générale dans la première moitié du VIe siècle.

Tabl. 2 — Distribution des coupes laconiennes.

12Les groupes à vernis noir, D, E et F, ont une courbe de production différente de celle de la production générale (graph. 5). Le groupe D compte peu d’exemplaires ; il est présent pendant tout le VIe siècle, mais se concentre essentiellement dans la première moitié avec seulement quelques exemplaires dans le troisième quart. C’est un groupe qui n’est pas destiné à l’exportation, la principale région de découverte étant la Laconie. Le groupe E est, quant à lui, surtout produit dans la seconde moitié du VIe siècle. Son maximum se situe entre 550 et 525, si on y inclut les coppette echiniformi (Cf. note 1) du Salento qui appartiennent au dernier quart du VIe siècle et représentent 32 exemplaires sur les 34 recensés pour cette période. C’est quantitativement le deuxième groupe de coupes laconiennes. Il semble, comme le groupe C, être produit pour la consommation locale et pour l’exportation et se retrouve surtout en Laconie (17 exemplaires) et à Olympie (douze exemplaires). Il existe cependant plus de variantes que d’exemplaires canoniques, ce qui tendrait à montrer qu’il ne s’agit pas d’une production « industrielle » destinée avant tout à l’exportation et que les exemplaires extérieurs à la Laconie relèveraient plus du déplacement des personnes que du commerce archaïque général. Le groupe F n’est connu que par sept exemplaires ; il est contemporain et de forme assez proche des coupes du groupe E. Sa date de production est le troisième quart du VIe siècle, et son absence presque totale en dehors de la Laconie fait penser qu’il s’agit d’une production qui se serait développée en réaction à la chute de la production aux alentours de 550.

Tabl. 3 — Distribution des kylikes laconiennes (Groupe G).

13Le groupe le plus important et le plus exporté est cependant le groupe G. Nous avons ici distingué les différents sous-groupes établis par C. M. Stibbe (LBPII) afin de mieux observer les variations régionales et chronologiques. Ces différents sous-groupes peuvent être divisés en deux catégories : les coupes à tige ou kylikes classiques (les groupes Ga, Gb, Gc et Gd) et les coupes ou kylikes « doriques » ou de type « Droop » (les groupes Ge, Gf et Gg). Sur 418 coupes du groupe, 185 ont pu être classées : 23 pour le groupe Ga produit entre 600 et 570, dix pour le groupe Gb produit entre le deuxième et le troisième quart du VIe siècle, huit pour le groupe Gc produit entre 550 et 525, six pour le groupe Gd, 42 pour le groupe Ge surtout produit entre 550 et 525, et enfin 33 pour le groupe Gg. Les kylikes classiques sont donc produites majoritairement entre 575 et 525 et les kylikes doriques dans la seconde moitié du VIe siècle. On observe donc que les formes changent vers 575 (graph. 5). Avant cette date, les potiers laconiens privilégient les coupes basses décorées dans le style Laconien II des groupes B et C, même si les prémices de la production des coupes à tige se situent entre 600 et 575 avec les coupes du groupe Ga. À partir de 575, les coupes G destinées à l’exportation remplacent les coupes du Laconien II et sont produites en quantité beaucoup plus importante. Les coupes du groupe G semblent avoir remplacé celles du groupe C et on peut voir dans ce changement l’arrivée de nouveaux artistes en Laconie (Pompili 1986a, p. 66). Certains groupes, dont la finalité première ne semble pas être l’exportation, comme le groupe D, continuent d’exister. Lors de la chute de la production des coupes du groupe G, à partir de 550, on assiste à un renouvellement de la forme des coupes à tige avec l’apparition des coupes doriques qui connaissent leur apogée dans la seconde moitié du VIe siècle, et une renaissance des coupes basses avec l’augmentation de la production des coupes E.

14Le nombre et la répartition des différents groupes typologiques destinés à l’exportation varient. Pour certaines régions, le nombre de coupes laconiennes est largement supérieur à celui mis au jour en Laconie (la Grèce, la Grèce de l’Est et la Cyrénaïque), d’autres ont un nombre de coupes à peu près équivalent (la Grande−Grèce, la Sicile et l’Étrurie), d’autres enfin un nombre de coupes inférieur mais significatif (le Salento et l’Égypte) et enfin dans les marges, le nombre de coupes est résiduel (graph. 6).

15La première région est donc la Grèce, Laconie exclue, avec 209 exemplaires donc 111 pour Olympie. On trouve l’ensemble des groupes typologiques, même en nombre réduit, avec une majorité de coupes E et G. L’exemplaire du groupe F est le seul, avec un de Tarente, a avoir été retrouvé hors de Laconie. Les coupes G sont surtout des coupes doriques, avec une majorité de coupes Gf et de coupes Ge qui proviennent presque toutes d’Olympie (16 exemplaires sur 18). La région suivante est la Grèce de l’Est avec 208 exemplaires, dont 182 pour Samos. Contrairement à la Grèce propre, les types présents sont peu variés puisqu’on ne recense que des coupes C (26 exemplaires), des coupes G (60 exemplaires) et une coupe E : les coupes du groupe G n’ont cependant pu être classées parmi les sous-groupes définis par C. M. Stibbe. La Cyrénaïque est la troisième région importatrice avec 165 exemplaires, dont 105 à Cyrène et 58 à Tocra. Sa typologie se rapproche de celle de la Grèce avec une majorité de coupes G et E, et un nombre réduit pour les autres catégories (groupes B et C). Les coupes du groupes G appartiennent ici en majorité aux groupes des kylikes classiques et en particulier au groupe Ga, le plus ancien groupe de coupes à tige laconiennes. Les coupes du groupe Ga proviennent cependant uniquement de Tocra alors qu’à Cyrène le groupe Ge, donc des kylikes doriques, est majoritaire. On note également la présence importante de coupes du groupe D (dix exemplaires du groupe Da) qui ne se retrouvent qu’à Tocra (huit exemplaires) et Euhespérides, fondation de Tocra (deux exemplaires du groupe Dd). Aucun exemplaire n’a été recensé à Cyrène : cette différence et celle déjà relevée pour les coupes du groupe G montrent que Tocra et Cyrène n’appartiennent pas aux mêmes circuits de distribution avec des dépôts différents pour un même culte, celui de Déméter, et un même contexte de découverte.

16Le deuxième groupe de régions comprend la Grande−Grèce avec 113 exemplaires dont 41 pour Tarente, la Sicile avec 91 exemplaires, l’Étrurie et le Latium avec 90 exemplaires, dont 31 pour Gravisca et 20 pour Cerveteri. Dans ces régions, la répartition est plus diffuse avec un nombre plus important de sites concernés. Dans le cas de la Sicile et de la Grande-Grèce, les coupes restent sur les côtes et ne concernent donc que le milieu grec. Ces deux régions ne reçoivent cependant pas les mêmes types de coupes. Elles ont une majorité de coupes G, mais le nombre important de coupes B et C les distinguent des autres régions où ces dernières ne sont que résiduelles. Pour les coupes B, elles sont présentes à Tarente en nombre presque équivalent à la Laconie ce qui suggère l’existence de liens privilégiés entre la fondation et sa métropole, la présence d’un exemplaire du groupe F également. Outre la fondation laconienne, ce groupe se retrouve dans très peu d’endroits, en nombre réduit en Sicile, à Catane, en Cyrénaïque, à Tocra et Cyrène, et en Grèce, à Athènes et Halieis. Pour les coupes C, la Sicile est la première région d’importation, sa typologie se rapproche alors de celle de la Cyrénaïque avec comme groupes principaux les groupes G, C et E. Quant à l’Étrurie, elle reçoit une majorité de coupes G qui, comme la Grèce de l’Est, n’ont pu être réparties dans les différents sous-groupes.

17L’Égypte et le Salento ont livré un nombre de coupes bien inférieur à celui des régions précédemment citées, mais suffisamment important pour que leur typologie soit significative. L’Égypte, avec le seul site de Naucratis, a livré 33 coupes laconiennes mais dont seulement huit ont pu être rattachées à un groupe typologique. Elle se rapproche cependant de la Grèce de l’Est et de l’Étrurie avec une majorité de coupes G. Le Salento a livré pour toute la région 52 coupes laconiennes dont 37 coupes du groupe E parmi lesquelles quatorze sont des coppette echiniformi (Cf. note 1).

18Le dernier groupe de régions comprend les marges du monde grec. On note la présence à Chypre d’une coupe du type E et d’une coupe G. L’extrême Occident, de Marseille à Huelva, a donné dix exemplaires dont deux du groupe G. Le nord de l’Égée a livré quatre exemplaires de coupes E à Thasos. On compte un exemplaire à l’entrée de l’Adriatique, à Apollonia, et un exemplaire en Mer Noire, à Olbia, tous deux non classés. D’une façon générale, les coupes laconiennes ne pénètrent pas en milieu indigène.

19À partir de ces observations, les régions peuvent être regroupées selon la variété des types qu’elles reçoivent :

  • Celles dont la variété est réduite et où les principaux groupes importés sont le groupe C, puis le groupe G. Il s’agit de la Grèce de l’Est, de l’Étrurie, et de l’Égypte. À ce groupe, on peut joindre la Grande-Grèce à l’exclusion de Tarente.
  • Les régions où la variété des types est grande, où le groupe G succède au groupe C, mais où l’on rencontre des groupes très présents en Laconie, les groupes B, D et F. Il s’agit de la Grèce, de la Cyrénaïque et de la Sicile. À ce deuxième groupe s’ajoute Tarente. Il correspond en partie aux régions liées historiquement à la Laconie.
  • Les régions où le groupe G n’est pas majoritaire : la Sicile avec une majorité de coupes C et le Salento avec une majorité de coppette echiniformi.

20Reste à voir comment la distribution des coupes s’organise tout au long du VIe siècle.

  • 4 Il existe des tessons du VIIIe siècle à Tarente (Pelagatti 1956, p. 8-11) appartenant probablement (...)

21Les coupes qui datent du VIIe siècle se retrouvent peu en dehors de Laconie4 (carte 1). Le plus ancien exemplaire recensé est une coupe de Cyrène (CYR064) trouvée sur l’agora qui appartient au style Laconien I (650-620-Boardman 1963, p. 4). Ce vase, datant des environs de la fondation de la cité, vers 630 av. J.-C., pourrait attester la présence de Laconiens (Stucchi 1965, p. 38-39 et Boardman 1966, p. 152). Il s’agit pour l’instant de la seule coupe du début du VIIe siècle retrouvée en dehors de Laconie, les exportations de coupes laconiennes semblent réellement débuter vers la fin du VIIe siècle (graph. 6), comme l’attestent quelques exemplaires à Vulci (VUL009), Samos (SAM203 et 204) et Tarente (TAR048-049 et TAR109). Entre 600 et 575, la distribution est encore limitée géographiquement à certaines régions où certains sites (carte 2) et plus particulièrement à la Sicile et Tarente, pour lesquelles il s’agit de la période maximale d’importations (graph. 6), et à la Cyrénaïque ; la Grèce de l’Est et Samos ne reçoivent que quelques exemplaires. Les groupes exportés sont encore ceux du style Laconien II (groupes B et C) ainsi que le groupe D (un exemplaire à Olympie et sept à Tocra). On recense quelques exemplaires du groupe G dans le Salento et à Cyrène qui doivent plus certainement être rattachés au quart de siècle suivant. Le groupe B ne se retrouve quasiment qu’à Tarente alors que le groupe C est présent autant à Tarente qu’en Grèce de l’Est, en Sicile et en Cyrénaïque. On ne peut exclure que Tarente a assuré la diffusion occidentale des coupes laconiennes, étant donné que tous les types qui sont exportés s’y retrouvent. Il semble qu’un lien direct avec sa métropole et une affinité pour certains types aient réellement existé dans le premier quart du VIe siècle. On observe que les coupes du groupe C de Tarente sont souvent des coupes à décor figuré, notamment celles du Peintre des Poissons (Cf. p. 37-38) ; ce type qui précède les figures noires du Laconien III ne se retrouve que peu ailleurs en nombre aussi important. Tocra possède la quasi exclusivité pour les coupes D, comme nous l’avons vu plus haut, et la spécificité du site est à remarquer pour d’autres types de coupes (par exemple le groupe Ga). L’arrivée des premiers exemplaires du groupe G annonce la fin du Laconien II, mais les motifs géométriques trouvent encore preneur. Dans le premier quart du VIe siècle, les principales cités concernées par les coupes laconiennes sont donc celles historiquement liées à Sparte.

22À partir du second quart du VIe siècle, la distribution des coupes laconiennes s’étend (carte 3) à de nouveaux sites dans les régions déjà concernées auparavant, comme Naucratis ou les sites d’Étrurie, mais également à l’Ouest vers Marseille, Ampurias et Huelva. Dans les anciens lieux d’importations certains changements se produisent. D’une part, on constate la diminution significative des importations en Grande-Grèce, et notamment à Tarente, et des côtes siciliennes par rapport au quart de siècle précédent. D’autre part, Samos devient la principale destination des coupes laconiennes (81 exemplaires sur les 285 recensées pour la période, soit environ 30 %). Les côtes ioniennes semblent donc désertées. La présence à Cumes et à Nola d’exemplaires isolés montre que les coupes arrivent toujours en Étrurie par le Sud et par les côtes tyrrhéniennes, mais les quelques exemplaires des côtes adriatiques du Salento attestent qu’il existe d’autres voies de circulation. À tous ces changements de destination s’ajoutent des changements typologiques avec la disparition des coupes B et C remplacées alors par le groupe G ; les exemplaires du groupe C recensés à Tarente et à Cyrène sont certainement à rattacher à la fin du quart de siècle précédent. Le groupe G devient alors presque exclusivement le seul groupe exporté, si ce n’est quelques exemplaires du groupe E en Sicile et à Tocra. Ces coupes G sont alors à figures noires ou à ornements secondaires à l’exception d’une coupe de Vaste (SAL062). Samos, par son importance numérique et par les rapprochements typologiques entre la cité et les nouvelles régions concernées, pourrait alors présider à la distribution des coupes laconiennes du type G, et supplanter les sites de la sphère laconienne qui régressent alors, notamment Tarente. Entre 550 et 525 (carte 4), on observe une restriction géographique et à nouveau une certaine diversité dans les types exportés. Les exemplaires isolés recensés pour le quart de siècle précédent n’existent plus, notamment en Étrurie. Samos disparaît presque complètement de la carte ainsi que Naucratis, la chute des importations de la première entraînant probablement celles des imporations d’Égypte. Les sites et régions importants qui existaient déjà auparavant sont maintenus mais avec un nombre plus grand d’exemplaires comme à Gravisca et dans les cités de la côte sicilienne (33 contre 24 en Étrurie pour la période précédente et 25 contre 9 en Sicile). La Sicile connaît une remontée de ses importations, tout comme Tarente et la Grande− Grèce, mais cependant moindre ici. Dans les deux régions, les types ont cependant changé par rapport au premier quart du VIe siècle. C’est la période maximale de présence des coupes laconiennes en Grèce. Olympie prend de l’importance et absorbe la majorité des coupes à tige. Le sanctuaire semble être le site refuge pour les kylikes. On n’y recense cependant plus que des coupes « doriques » dont très peu à figures noires. Le groupe G et le groupe E sont les principaux groupes exportés, ils sont présents surtout en Sicile, en Cyrénaïque et dans le Salento. Tous ces changements semblent ramener à la situation du premier quart du VIe siècle et montrent que la distribution des coupes ne dépendait pas précédemment uniquement de Samos. Quand son rôle a diminué, on retrouve les liens existants entre 600 et 575 qui se sont sans doute maintenus. Entre 525 et 500 (carte 5), seule Olympie continue de recevoir des coupes laconiennes du type G. On peut cependant citer quelques exemplaires isolés de Samos, Satyrion et Cyrène. Il ne s’agit plus que de coupes « doriques » dont la plupart sont entièrement noires. Il reste également des exemplaires isolés du groupe E dans le Salento, les coppette echiniformi, et à Olympie. On note l’absence des coupes dans des régions qui ont fourni d’autres formes pour la même époque, comme la Sicile où l’on trouve encore des cratères (Graph. 8). Après 500, il ne reste plus qu’Olympie et Cyrène dont les exemplaires peuvent être probablement rattachés au quart de siècle précédent.

23L’étude chronologique de la distribution permet finalement de préciser les répartitions typologiques. Les courbes de distribution des coupes dans les différentes régions ne sont pas parallèles. Tarente et la Cyrénaïque ont un maximum entre 600 et 575, la Sicile a un maximum entre 600 et 575, suivi d’une crise entre 575 et 550 puis d’une remontée, l’Étrurie a un maximum dans le troisième quart du VIe siècle et la Grèce, en particulier Olympie, a un décalage d’un quart de siècle par rapport à l’évolution générale de la courbe de production qui a son maximum entre 575 et 550. La Grèce de l’Est et l’Égypte ont une courbe d’importations qui suit celle de la courbe de production des coupes. Les premières régions importatrices sont également les dernières. À cela il faut ajouter que certains sites ont des typologies de coupes particulières qui ne se retrouvent qu’en Laconie ou en exemplaires isolés ailleurs. Il s’agit de Tarente avec des coupes du groupe B et du groupe F, de Tocra avec les coupes du groupe D, E et Ga, et d’Olympie avec les groupes E et F. Samos a un quasi monopole pour les coupes du groupe G à figures noires jusque vers 550, si on compare le nombre d’exemplaires provenant de l’île et celui provenant des autres sites en Méditerranée.

24De ces observations typologiques et chronologiques, il ressort que les coupes laconiennes ont certainement été transportées par plusieurs agents et que certaines relations particulières ont pu exister entre la Laconie et d’autres régions du bassin méditérranéen. Samos a certainement assuré la majorité du commerce des coupes laconiennes, en particulier celui des coupes à tige, car on ne peut nier le rôle des marchands samiens dans le second quart du VIe siècle et la crise que leur retrait occasionne avec la fin des exportations à Naucratis et leur diminution en Étrurie et en Cyrénaïque. Cependant, il semble exister des réseaux commerciaux en place au début du VIe siècle qui fonctionnent sans les Samiens entre la Sicile, la Cyrénaïque, Tarente et la Laconie, et qui sont toujours en place dans le troisième quart du VIe siècle. C’est la fin des liens entre la Laconie et ces réseaux qui porte le coup fatal aux exportations de coupes laconiennes vers 525, et non la fin des échanges samiens. Les relations directes entre la Laconie et certains sites sont attestées par la présence de types particuliers quasiment propres à la région : à Tarente et à Tocra avec les types B et D. Ces coupes attestent soit la présence de Laconiens sur la place soit des relations étroites entre régions de même « culture ». Cependant, les sites de Cyrénaïque, par leur différences typologiques, montrent que les cités d’une même région pouvaient ne pas avoir les mêmes réseaux commerciaux : Cyrène a un profil proche de celui de Samos dans le deuxième quart du VIe siècle ce qui n’est pas le cas pour Tocra. Le dernier quart du VIe siècle correspond à la fin de la distribution des coupes laconiennes sauf à Olympie. Les ateliers laconiens font un dernier effort d’adaptation pour faire face à la concurrence attique avec la production des coupes doriques. On ne peut cependant dire encore pourquoi les ateliers cessent de fonctionner. Deux solutions sont alors envisageables : soit les Laconiens ne peuvent pas faire face à la concurrence attique importante à partir de 525, et les transporteurs se désintéressent alors des coupes laconiennes, soit les transporteurs n’existent plus, et la production laconienne se réfugie là où il y a possibilité de vente, à Olympie où les dernières coupes laconiennes ont été recensées.

– Les lakainai

  • 5 LBPII, p. 20. C. M. Stibbe nous donne les différentes sources dans lesquelles ce nom est mentionné (...)
  • 6 Nous nous sommes en effet limitées aux exemplaires mentionnés par C. M. Stibbe dans son catalogue (...)

25Le vase à boire propre à la Laconie est la lakaina. Le nom du vase lui-même, s’il est correctement attribué5, témoigne d’un lien entre cette forme spécifique à la série laconienne et son origine géographique. La lakaina est le deuxième vase à boire recensé. Cependant le nombre d’exemplaires inclus au corpus ne comprend pas l’ensemble des découvertes faites6.

26La production des lakainai débute à l’époque Géométrique avec les exemplaires du type A. Elles ne sont cependant présentes à l’extérieur qu’à partir du Laconien II, soit la seconde moitié du VIIe siècle. La production cesse vers 525. Seules les lakainai des groupes D à K (Annexe 1) correspondent à l’époque des exportations de céramique laconienne. Durant le temps qui nous intéresse, la période de production maximale des lakainai est le second quart du VIe siècle. C’est également la période où la diversité typologique est la plus grande. Certains groupes ont cependant une courbe de production qui diffère : le groupe D qui correspond au style Laconien II et s’arrête donc aux environs de 575, le groupe H qui n’est quasiment produit que dans le premier quart du VIe siècle et le groupe I dont la production ne varie pratiquement pas entre le second et le troisième quart du VIe siècle.

27La répartition des lakainai montre qu’elles étaient avant tout destinées à la Laconie. Leur présence en dehors de leur région d’origine relève donc plus du déplacement des personnes que d’un véritable commerce, même si on ne peut cependant exclure que certaines ont pu être chargées avec d’autres vases destinés à l’extérieur. Leur attestation hors de Laconie peut donc signaler la présence de Laconiens ou l’existence de liens extrêmement étroits entre la Laconie et certains sites ou régions.

28La diffusion des lakainai est assez étendue, de la Sicile à la Mer Noire, mais ne touche que quelques régions et, au sein de ces régions, des sites particuliers. Le groupe qui a la plus large diffusion est le groupe E, viennent ensuite les groupes D et F.

29Nous disposons de 84 lakainai à l’extérieur de la Laconie référencées dans les différentes publications. La région qui a livré le plus d’exemplaires est la Cyrénaïque avec 28 lakainai : 23 pour Cyrène qui appartiennent aux groupes D, E, F, G, et I sans groupe de prédilection, et cinq pour Tocra, toutes du groupe G. La Cyrénaïque est la seule région à avoir livré des lakainai des types G et I. Viennent ensuite trois régions occidentales : la Sicile (18 exemplaires), l’Étrurie (douze exemplaires) et la Grande−Grèce (onze exemplaires). Les exemplaires de Sicile qui ont pu être classés appartiennent aux groupes E et F sans préférence. Les lakainai se répartissent dans la partie Est de l’île (six à Catane, deux à Mégara Hyblaea, Syracuse et Géla, et une à Centuripe et Monte San Mauro) à l’exception de quatre exemplaires à Sélinonte. Les exemplaires d’Étrurie proviennent de Gravisca (sept), Tarquinia et Cerveteri (deux) ; ils appartiennent aux groupes D (uniquement à Cerveteri), E et F. Les exemplaires de Grande−Grèce proviennent majoritairement de Tarente (trois) et Satyrion (cinq). Ils appartiennent aux groupes E, F, H et I. Ces deux derniers groupes ne se retrouvent qu’exceptionnellement hors de Laconie, à Tarente pour l’exemplaire du groupe H et à Cyrène pour les exemplaires du groupe I. Les autres sites de Grande−Grèce qui ont livré des lakainai sont Locres (deux exemplaires) et Sybaris (un exemplaire) ; ces lakainai appartiennent toutes au groupe E, le plus exporté. La forme est quasiment absente à l’Est à l’exception de sept exemplaires de Samos, dont quatre du groupe D et un du groupe E à Milet. La présence d’exemplaires dans des régions aux marges du monde grec pourrait attester la présence de Laconiens comme à Bérézan (MEN007) ou à Carthage (MPH001-002).

30Pour la fin du VIIe siècle, seulement cinq lakainai ont été recensées hors de Laconie. Il s’agit de quatre exemplaires D de Samos et d’un exemplaire G d’Olympie. Entre 600 et 575, les lakainai sont concentrées dans deux régions : le golfe de Tarente (un exemplaire E à Satyrion et un exemplaire E et H à Tarente, auxquels on peut ajouter un exemplaire E de Locres) et la Cyrénaïque (cinq exemplaires D à Cyrène). Les lakainai de Cyrène correspondent à celles de Samos qui a reçu ce type à la phase précédente. La période de plus grande distribution se situe entre 575 et 550. Aux régions précédemment concernées s’ajoutent l’Étrurie, la Sicile et le monde punique. Le nombre de lakainai mises au jour à Cyrène augmente ainsi que la diversité des types rencontrés. C’est à cette époque que l’on retrouve à Tocra, les exemplaires des groupes G et I. La Grande−Grèce n’est touchée que sur les côtes ioniennes à Satyrion, Locres et Sybaris. Toutes les lakainai appartiennent au groupe E. La côte Est de la Sicile reçoit aussi des lakainai du groupe E. La typologie la relie donc au golfe de Tarente, ce qui a déjà été constaté pour les coupes. Sélinonte reçoit un autre type de lakainai (groupe F) qui correspond aux deux lakainai mises au jour à Carthage pour la même époque ; les circuits de distribution sont donc différents de ceux du golfe de Tarente et pourraient lier Sélinonte à la zone d’influence punique. Le groupe F est également celui que l’on retrouve en Étrurie et à Tarquinia. Entre 550 et 525, la diffusion se réduit de façon drastique. On ne retrouve plus que des exemplaires sporadiques du groupe F provenant de Satyrion, Syracuse et Cyrène ainsi que trois exemplaires du groupe I à Cyrène et des exemplaires non classés à Samos et Gravisca.

31L’étude de la distribution des lakainai met en évidence, comme pour les coupes, les liens privilégiés qui existent entre la Laconie et les cités de sa filiation ; c’est le cas de la Cyrénaïque qui, comme pour les coupes, a livré des exemplaires dont le groupe typologique ne se retrouve que très rarement en dehors de la Laconie et du golfe de Tarente. Ensuite, on retrouve des liens commerciaux entre certaines cités comme Cyrène avec Samos entre 600 et 575, liens qui ne semblent cependant plus aussi ténus dans les périodes suivantes, ou le golfe de Tarente avec la Sicile orientale comme nous l’avons déjà constaté pour les coupes B et C.

Tabl. 4 — Distribution des lakainai.

– Les autres vases à boire laconiens

  • 7 Il s’agit toujours de catégories définies par C. M. Stibbe (LBPII). Les différents groupes typolog (...)

32Outre les coupes et les lakainai, la série laconienne comprend quelques variétés de formes secondaires de vases à boire que nous allons étudier ici7. Ces vases peuvent être séparés en deux catégories : les formes retrouvées majoritairement en Laconie et qui peuvent donc être liées au déplacement des personnes, et celles majoritaires hors de Laconie et qui ont donc pu faire l’objet d’une demande extérieure. Les canthares sont une catégorie à part avec un nombre d’exemplaires équivalent entre la Laconie et l’extérieur.

33Les formes retrouvées majoritairement en Laconie sont les bols, les tasses cylindriques et les kothons. Nous y incluons les canthares qui semblent suivre les mêmes schémas de distribution.

34Seulement dix bols ont été recensés hors de Laconie dont sept hors de Grèce. La plupart proviennent de Sicile (deux exemplaires à Géla, un à Sélinonte, Mégara Hyblaea et Naxos). Les deux exemplaires restants ont été mis au jour à Tocra et Torre Santa Sabina dans les Pouilles. Trop peu sont datés pour que la chronologie soit significative.

35Les tasses cylindriques ne sortent quasiment pas de Grèce, on retrouve cependant trois exemplaires à Tocra, deux à Mégara Hyblaea et un à Satyrion, Sybaris et Rhodes. Cette forme était présente à bord de l’épave retrouvée au large de l’île du Giglio en Étrurie (ETR035). Toutes sont datées entre la fin du VIIe siècle et 575.

36Vingt kothons sur les 58 recensés ont été mis au jour hors de Laconie dans les mêmes régions que les tasses cylindriques : en Grande−Grèce à Tarente (deux exemplaires) et à Locres, quelques exemplaires en Sicile à Mégara Hyblaea, Syracuse, Géla et Morgantina et en Cyrénaïque, cinq exemplaires à Tocra et un à Cyrène. Sept exemplaires proviennent de Grèce même, tous du Péloponnèse. Un seul exemplaire provient de Grèce de l’Est, de Samos. Les plus anciens ont été mis au jour à Tocra et datent de la fin du VIIe siècle. Entre 600 et 575, on retrouve la forme à Tarente, Syracuse et Samos. Entre 575 et 550, les trois exemplaires proviennent de Tocra et Locres. La forme ne semble plus produite entre 550 et 525. Elle réapparaît à la fin du VIe siècle en Laconie et on la retrouve à Cyrène et, en Sicile, à Géla, Mégara Hyblaea et Morgantina.

37On recense 56 canthares dont 28 en Laconie. Leur distribution est assez étendue. Les régions concernées sont les mêmes que pour les formes précédentes avec cependant une nette domination de la Cyrénaïque (dix exemplaires : quatre à Cyrène et six à Tocra) et de la Grande-Grèce (sept exemplaires : quatre à Tarente, un à Satyrion et Rhégion). Les autres exemplaires sont concentrés dans des sites particuliers : trois à Samos, trois à Olympie, deux à Sélinonte et un à Mégara Hyblaea. On relève deux exemplaires en milieu indigène : un à Bari dans les Pouilles et un à Irsina en Lucanie. La phase d’exportation majeure est le premier quart du VIe notamment à Tocra et Tarente. Les exemplaires datés entre 575 et 550 proviennent de Sicile, cependant peu d’exemplaires sont précisément datés et ne permettent pas d’étude plus poussée.

38Nous retrouvons donc, comme pour les groupes de coupes peu exportés (groupe D et F), et les lakainai, les mêmes zones géographiques qui sont, au début du VIe siècle, les côtes de la mer ionienne et l’Ouest de la côte libyenne. On note l’absence de ces vases en Étrurie et le peu d’exemplaires dans la partie orientale du bassin méditerranéen.

39La catégorie des formes retrouvées majoritairement hors de Laconie regroupe les skyphoi, les tasses à deux anses et les calices.

40Nous disposons de 19 skyphoi dans la base de données dont huit proviennent de Laconie même, ce qui est un pourcentage peu élevé par rapport à l’ensemble de la production (LBPII, p. 36). Leur distribution ne concerne quasiment que l’Occident. Les exemplaires retrouvés à l’extérieur sont assez dispersés et proviennent de sites déjà mentionnés pour les formes précédentes : Samos (deux exemplaires), Cyrène et Tocra (un exemplaire), Tarente, Satyrion et Sybaris (un exemplaire) et, en Sicile, Mégara Hyblaea (deux exemplaires) et Catane (un exemplaire). Ils ont tous été exportés entre la fin du VIIe siècle et le début du VIe. Les skyphoi semblent avoir une forme de distribution qui s’apparente à celle des lakainai et celle de la première catégorie de vases peu distribués, à savoir le déplacement problable de Laconiens ou de personnes qui ont séjourné en Laconie. Les tasses à deux anses sont présentes dans seulement trois sites hors de Laconie : l’Artémision de Samos (onze exemplaires), Rhégion (deux exemplaires) et Satyrion (un exemplaire). Les exemplaires de Rhégion n’ont pas les mêmes caractéristiques que ceux de Samos et Satyrion. Il s’agit d’exemplaires miniatures entièrement noirs qui s’apparentent par la forme et la décoration aux exemplaires de Laconie. Ceux-ci sont en effet peu décorés, cependant rarement entièrement noirs, avec un corps pansu (LBPII, p. 47-49) ; ils proviennent surtout du sanctuaire d’Amyclées.

41Les exemplaires miniatures de Rhégion sont probablement employés comme substituts. Les exemplaires de Samos et Satyrion sont tous à figures noires et ne trouvent pas d’équivalent en Laconie. Ils ont donc été faits exclusivement pour l’exportation et, semble-t-il, plus particulièrement pour la clientèle samienne. Leur dédicace uniquement à l’Artémision de Samos, et non à l’Héraion, permet d’envisager un phénomène de commande pour le sanctuaire ou une production sur place de la forme qui implique alors un voyage des artisans laconiens à Samos.

42C’est aussi probablement le cas pour les calices mis au jour essentiellement à l’Artémision de Samos (17 exemplaires) : un seul exemplaire a été retrouvé en Laconie, deux exemplaires à Cyrène et un exemplaire à Métaponte, Argos et Némée. Plus que pour les tasses à deux anses, nous sommes en présence d’un vase spécifique à un culte. L’absence de la forme en Laconie même, contrairement aux tasses, plaide en faveur d’une production sur place à la demande de clients samiens.

43L’étude des catégories secondaires de vases à boire laconiens précise donc ce qui a été observé pour les coupes et les lakainai : l’existence de zones où les formes typiquement laconiennes témoignent sans doute du déplacement de Laconiens ou d’une influence laconienne forte comme dans le golfe de Tarente, sur les côtes orientales de la Sicile et à Tocra. On remarque à nouveau que l’Occident et l’Orient ne suivent donc pas les mêmes schémas de distribution et que Cyrène est à la transition entre les deux côtés du bassin méditerranéen.

Tabl. 5 — Distribution des catégories secondaires de vases à boire.

Les vases à mélanger

  • 8 Nous sommes partie des principales publications de céramique laconienne que sont les catalogues de (...)

44L’étude des vases à mélanger laconiens en Méditerranée suit les mêmes principes que celle des vases à boire8 et complète celle publiée par M. Nafissi sur les cratères laconiens (LMB, p. 69-88). Le corpus des vases à mélanger publiés depuis a plus que doublé : M. Nafissi comptait 341 cratères en 1989, le corpus actuel en comprend désormais 860.

45Les nouvelles données n’ont pas modifié la courbe de production établie par M. Nafissi en 1989 (graph. 4), si ce n’est que le nombre de cratères à la fin du VIe siècle est plus important que ce qui était connu alors. Les cratères laconiens sont produits dès le VIIe siècle jusqu’au début du Ve ; la production est à son maximum dans le deuxième quart du VIe siècle, elle subit ensuite une crise qui la fait chuter de façon importante. Elle repart pendant le dernier quart du VIe siècle, sans toutefois atteindre son niveau d’avant 550, avant de disparaître au début du Ve. La courbe de production des cratères n’est donc pas parallèle à celle de la production générale (graph. 4) : si elles ont le même profil jusqu’en 525, elles diffèrent à partir du troisième quart du VIe siècle quand la production générale est en crise. Les vases à mélanger peuvent être séparés en trois catégories en fonction de leur forme (Annexe 1) : les cratères à volutes ou pseudo-volutes qui comportent un décor à figures noires ou à éléments géométriques (groupes B, C, et D), les cratères à étriers dont le corps est recouvert de vernis noir (groupes E, F, G et H) et les autres types (cratères en cloche, dinoi, stamnoi et cratériskoi) ; tous ne sont pas produits au même moment (graph. 7).

46Pour les cratères à volutes, le groupe le plus ancien est le groupe B produit dès le VIIe siècle ; il demeure cependant minoritaire. Son apogée se situe entre 575 et 550 et il s’éteint après la crise de la fin du deuxième quart du VIe siècle : sa production diffère donc de la production globale. C’est également le cas pour le groupe C qui n’est produit que dans le second quart du VIe siècle et en quantité très réduite. Seule la courbe de production du groupe D est parallèle à celle de la production générale : elle débute dans le premier quart du VIe siècle, atteint son maximum dans le second quart et continue jusque vers 500 malgré une diminution importante entre 550 et 525.

47Parmi les cratères à étriers, le groupe E suit le même schéma de développement que le groupe D ; il est cependant produit en quantité beaucoup plus importante et s’arrête dans le second quart du VIe siècle et non à la fin du troisième comme le groupe précédent. Ce n’est pas le cas du groupe F, groupe le plus important, dont la production suit la même évolution que l’ensemble jusqu’en 525 : il connaît un regain et sa phase principale de production dans le dernier quart du VIe siècle, alors que tous les autres groupes ont disparu ou périclitent. Le groupe G peut être considéré comme un dérivé du groupe F tant pour son décor que pour sa production qui est limitée au dernier quart du VIe siècle. C’est donc la production des groupes F et G qui est à l’origine des divergences entre la courbe de production générale de la céramique laconienne et la courbe de production des cratères. Le groupe H, quant à lui, ne comprend d’éléments datés que dans la première moitié du VIe siècle.

48Les autres formes de vases à mélanger laconiens ne sont connues que par très peu d’exemplaires : les stamnoi, les cratères en cloche, les dinoi et les cratériskoi. Les stamnoi ne sont produits qu’à partir de 525 et suivent le même schéma que les cratères du groupe G. Les cratères en cloche apparaissent à la fin du VIIe siècle avec une phase maximale de production entre 575 et 550. Il faut cependant distinguer ces vases en fonction de leur décor. Les cratères en cloche de la fin du VIIe siècle sont décorés dans le style Laconien II, leur production s’arrête vers 600 et semble dissociée de celle des exemplaires plus tardifs à figures noires produits dans le second quart du VIe siècle. Les cratères en cloche à vernis noir couvrent, à partir de 575, l’ensemble du VIe siècle. La production des dinoi se situe essentiellement dans le second quart du VIe siècle ; tous sont à figures noires. Les cratériskoi sont produits tout au long du VIe siècle avec une phase de production maximale dans le dernier quart.

49On peut donc distinguer différents groupes de cratères en fonction de leur courbe de production : ceux produits de la fin du VIIe ou du début du VIe au troisième quart du VIe siècle et dont l’apogée se situe entre 575 et 550 (groupes B, E, H et les dinoi auxquels on peut rajouter le groupe C) ; ceux dont la production continue jusqu’à la fin du VIe siècle, mais dont la chute commence en même temps que celle des groupes précédents (groupes D et les cratères en cloche) ; les groupes qui connaissent un regain après une « crise » entre 525 et 500 (groupes F et les cratériskoi) ; enfin, les groupes produits entre le dernier quart du VIe siècle et le début du Ve (groupe G et les stamnoi).

50En ce qui concerne la répartition des cratères laconiens, de nouvelles publications ont permis d’élargir leur distribution depuis l’étude de M. Nafissi (LMB, fig. 3a p. 81), notamment celles de Gravisca (Boitani 1992) et du Salento (Semeraro 1997). On recense 82 cratères en Laconie, soit environ 10 % des exemplaires répertoriés ; ce nombre montre que la forme était avant tout destinée à l’exportation. Malgré une assez grande diversité, plusieurs types sont absents des dépôts de Laconie : les cratères des groupes C et D ainsi que les stamnoi et les dinoi. Les deux groupes les plus importants sont les cratères en cloche et les cratériskoi ; ils s’adressent à une clientèle locale car le nombre d’exemplaires recensés hors de Laconie est nettement inférieur. Les autres types sont distribués dans l’ensemble de la Méditerranée (graph. 8) où l’on peut définir quatre groupes de régions : un premier, pour lesquels le nombre de cratères est largement supérieur à celui de Laconie, comprend la Sicile et l’Étrurie ; un deuxième comprend la Grèce, la Grèce de l’Est et la Cyrénaïque, avec entre 40 et 60 exemplaires ; un troisième, avec une trentaine de cratères comprend la Grande-Grèce et le Salento ; enfin les régions où les cratères laconiens sont peu nombreux ou résiduels.

51La principale région importatrice est la Sicile avec 363 exemplaires ; ce nombre tient certainement en partie à l’état des publications, mais il demeure cependant conséquent même si l’on tient compte de ce paramètre. Les cratères se retrouvent dans de nombreux sites mais souvent en nombre limité. Tous les types sont présents ; les deux principaux sont les groupes F (54 % de l’ensemble des vases à mélanger laconiens mis au jour) et E (12 %). Il s’agit également de la région qui a livré le plus de cratères en cloche et de cratériskoi après la Laconie et certains groupes, comme les cratères G et les stamnoi, n’ont été recensés quasiment qu’en Sicile, les stamnoi à Géla et à Lipari. La seconde région est l’Étrurie avec 103 exemplaires. Sa typologie est proche de celle de la Sicile, mais dans des proportions moins importantes et avec une majorité de cratères F (49,5 %) et E (16,5 %). Certains types sont quasiment absents comme les cratères en cloche. La typologie des deux principales régions importatrices diffère donc totalement de celle de Laconie.

52Le deuxième groupe de régions se distingue par le nombre réduit de sites concernés qui recouvrent l’ensemble des cratères découverts comme l’Héraion de Samos ou les sanctuaires de Cyrène et Tocra. Seule la Grèce comprend quelques découvertes de cratères laconiens dans plusieurs sites épars qui ont livré un matériel céramique archaïque important comme le sanctuaire d’Égine, Olympie, Pérachora ou Corinthe, mais avec une proportion de céramique laconienne faible par rapport à l’ensemble de leurs dépôts. En Grèce de l’Est et en Cyrénaïque, les sites concernés par les cratères laconiens ont un lien direct avec la Laconie. Ces contacts attestés par les sources littéraires peuvent expliquer leur accumulation, les liens de philia et la guerre (Hérodote I, 70 et III, 39-60), la venue d’émigrants laconiens pour Cyrène (Hérodote I, 145-147). Ce n’est pas le cas en Grèce, notamment pour la cité d’Égine, dont le nombre de cratères laconiens (38 exemplaires) est équivalent à celui de Samos et de Cyrène. L’accumulation de cratères laconiens au sanctuaire d’Aphaia (Williams 1993) doit trouver une explication dans le rôle commercial de la cité au VIe siècle. Ces régions diffèrent cependant par leur typologie : en Grèce de l’Est, le principal groupe recensé est le groupe B (43 %), notamment à l’Héraion de Samos avec 26 exemplaires (soit environ la moitié des cratères du type B connus), puis le groupe E (26 %), en Grèce où les deux principaux types sont les cratères F (32 %) et les cratères en cloche (16 %) ; en Cyrénaïque, seul le groupe E est présent de manière importante (35,5 %). Il semble que, compte tenu de sa répartition, le groupe B ait été un type destiné particulièrement à Samos ; les groupes C, D, G, H et les cratères en cloches y sont peu présents. De plus, les cratères en cloche retrouvés à Samos sont tous à figures noires ce qui n’est pas le cas ailleurs et en Laconie. La majorité des dinoi a été mise au jour à Samos. Outre le groupe F majoritaire, la Cyrénaïque reçoit quasiment les mêmes groupes typologiques que la Grèce de l’Est avec quelques exemplaires des groupes B et D, mais le cratère en cloche est absent.

53Le troisième groupe se distingue par sa proximité avec le golfe de Tarente. Celui-ci n’a livré qu’un nombre réduit de cratères (sept exemplaires dont deux à Tarente) comparé au nombre global de vases laconiens mis au jour qui le rapprocherait plus de la deuxième catégorie de régions. Ces cratères sont tous des cratères en cloche dont quatre appartiennent au style Laconien II, ce qui rapproche une fois encore la fondation laconienne de sa métropole. Le reste de la Grande-Grèce et du Salento reçoivent essentiellement des cratères E et F et montrent alors que Tarente ne jouait probablement pas le rôle de redistributeur pour les cratères.

54Le dernier groupe est composé de régions où les cratères laconiens sont résiduels. Il s’agit de l’Égypte, de l’aire phocéenne et des marges du monde grec colonisées tardivement comme l’Adriatique et la Mer Noire. Pour ces régions, la présence de vases laconiens est probablement due au commerce de cabotage. On peut toutefois distinguer l’Égypte qui reçoit essentiellement des cratères E des autres régions qui reçoivent surtout des cratères F.

55D’une façon générale, si on considère les différents types de cratères laconiens, les régions d’Occident n’ont pas le même profil d’importation que les régions d’Orient. On constate la similitude des groupes retrouvés à Samos, Naucratis et en Cyrénaïque (les groupes B, C et E) et celle des groupes retrouvés en Étrurie, Grande – Grèce et en Sicile (les groupes E et F). À l’intérieur de ces groupes de régions, certaines cités sont liées par un type particulier ne se retrouvant pas ailleurs comme c’est le cas pour la Cyrénaïque, l’Étrurie et la Sicile où l’on retrouve des cratères du groupe C présent uniquement dans quatre sites : à Mégara Hyblaea (cinq exemplaires), à Cyrène (trois exemplaires), à Cerveteri et à Géla (deux exemplaires). Les deux ensembles de régions ont cependant en commun le groupe D. Celui-ci se retrouve en nombre plus important en Cyrénaïque (uniquement à Cyrène), en Étrurie (majoritairement à Cerveteri, seulement un exemplaire à Gravisca) et en Sicile où sa répartition est cependant plus diffuse ; outre Mégara Hyblaea et Géla, il se retrouve en effet à Sélinonte, Camarine, Naxos et à l’intérieur à Monte Bubbonia. La présence de ce type dans un nombre réduit de sites peut aider à comprendre plus précisément la distribution de la céramique laconienne et ses circuits. On remarque également une différence entre les sites côtiers et les sites de l’intérieur de la Sicile avec une nette préférence pour les cratères à vernis noir en milieu indigène.

56Les premières exportations de cratères laconiens débutent vers 625 et ne concernent qu’une douzaine d’exemplaires (carte 1). On recense cinq exemplaires à Samos, quatre à Satyrion, un à Naucratis, Locres et Cerveteri. Tous appartiennent au groupe B à l’exception des quatre cratères en cloche de Satyrion.

57Entre 600 et 575 (carte 2), les cratères laconiens sont peu exportés et il n’existe pas de concentration importante. On les retrouve à Cerveteri en Étrurie (types C, D, E, F), à Mégara Hyblaea (types B, C, D, E, F) et sur les côtes siciliennes plus au nord et au sud (essentiellement du type E, un type B à Naxos et un type C à Géla), à Cyrène (types C et E), à Samos (types B et E) et à Naucratis (type E). Les types présents en Sicile et en Étrurie sont identiques à l’exception des cratères B ; il s’agit de plus des principales régions importatrices pour cette époque. La présence de types communs avec Cyrène, notamment le cratère du type C, tend à lier celle-ci plutôt aux régions d’Occident qu’aux régions d’Orient pour cette époque. Les cratères laconiens sont absents du milieu indigène, mis à part trois cratères de l’emporion de Maestro sur la côte de la Sicile.

58Dans le second quart du VIe siècle (carte 3), les régions qui reçoivent le plus de cratères laconiens sont la Cyrénaïque (32 exemplaires), l’Étrurie (27 exemplaires), la Grèce de l’Est (23 exemplaires) et la Sicile (17 exemplaires) dont les importations de cratères laconiens connaissent cependant une légère crise, contrairement aux autres régions citées, qui elles sont à leur apogée. De nouvelles régions apparaissent par rapport au quart de siècle précédent : le Salento, la Grande-Grèce avec Ischia, Cumes et Sybaris, les marges de la Sicile avec Sélinonte et Lipari, et l’Extrême Occident avec Marseille. Il s’agit probablement d’un matériel résiduel qui voyage au gré des navires sans zone de commerce identifiable. Les cratères laconiens sont également présents en Grèce, essentiellement dans la partie Est avec un ou deux exemplaires à Delphes, Corinthe et Égine et un exemplaire à Olympie. Ils appartiennent au groupe F, sauf les exemplaires d’Égine (un cratère du groupe D et trois du groupe E). Le matériel des sites ou régions remarqués à la période précédente augmente également. Samos reçoit un plus grand nombre de cratères, mais également de types (types B, E, F, H, des cratères en cloche et des dinoi), le groupe B demeure le plus important. Il en est de même à Cyrène (types B, D, E et des cratères en cloche) et Naucratis (types B, D et E) qui semblent pour cette période avoir le même profil que Samos. En Cyrénaïque, le site de Tocra reçoit également des cratères (types E et F), ce qui n’était pas le cas à la période précédente, mais en nombre très réduit par rapport à Cyrène. En Étrurie, Cerveteri occupe toujours une place dominante, mais on retrouve de nombreux exemplaires également à Gravisca, les types découverts diffèrent cependant : à Gravisca il s’agit des types F et H, à Cerveteri des types B, E et F, dans les deux cas le groupe F est le plus important. Le second quart du VIe siècle est également marqué par la pénétration des cratères laconiens dans le monde indigène en Sicile des types E et F ainsi qu’un cratère exceptionnel à figures noires à Grammichele (SIL017).

59Le troisième quart du VIe siècle (carte 4) correspond à un moment de réduction drastique des exportations de cratères laconiens. Tout d’abord l’aire orientale disparaît totalement : Samos et Naucratis n’importent plus ; il reste un exemplaire du groupe D à Ialysos qui peut être rattaché au quart de siècle précédent, tout comme le cratère en cloche de Cyrène. De même en Grèce, les régions orientales, présentes au quart de siècle précédent, disparaissent. En Occident, les principaux lieux de découverte sont les milieux indigènes : en Sicile du Sud-Est, notamment dans l’arrière pays de Géla et Camarine, dans le Salento, où les cratères pénètrent à l’intérieur des terres et en Étrurie où les importations diminuent cependant par rapport à la période précédente, notamment à Cerveteri. Il n’y a plus de diffusion le long des côtes italiennes, ioniennes et tyrrhéniennes. Les types rencontrés sont beaucoup moins variés : quelques exemplaires du groupe E se rencontrent encore, mais la majorité des cratères appartiennent au groupe F. La Sicile connaît alors une remontée de ses importations quand toutes les autres régions connaissent une baisse.

60À partir de 525 (carte 5), les cratères laconiens se retrouvent surtout en Sicile sur la côte Sud et dans l’intérieur. Certains sites du Nord de l’île sont cependant présents comme Monte Lepre et Lipari. Les cratères de Lipari semblent dater plutôt du premier quart du Ve siècle. Le nombre de types augmente en Sicile, même si ceux-ci sont des dérivés du groupe F. Il s’agit de cratères géants (groupe G) et de cratériskoi, ainsi que trois exemplaires de cratères en cloche à vernis noir alors que la forme était absente de Sicile au quart de siècle précédent. C’est également à la fin du VIe siècle qu’apparaissent les stamnoi. L’autre région qui reçoit encore des cratères laconiens est le Salento (type F). Ces nouvelles formes et leur présence dans les régions éloignées ont permis à C. M. Stibbe de formuler l’hypothèse de potiers itinérants, notamment dans le cas des stamnoi (Stibbe 1984, p. 8). La présence de ces formes de cratères en très petit nombre et dans des régions très proches (un exemplaire du groupe G à Poseidonia et Sybaris) ainsi que de stamnoi (un exemplaire à Sala Consilina et un à Vélia) vont dans ce sens, en tout cas pour la fin du VIe siècle. Ces vases seraient produits en fonction du goût local pour la forme, notamment à Lipari, où tous les stamnoi et les cratères sont utilisés comme urne cinéraire ou comme mobilier funéraire (ML2, p. 199 et 209 et ML9, p. 799-816). L’étude de la chronologie et des types de stamnoi semble montrer que, dans un premier temps, la forme est produite à Géla puis à Lipari où les stamnoi de la nécropole ont pu être datés des environs de 500 et du premier quart du VIe siècle. Dans les deux sites, les types sont identiques à savoir les types A (stamnoi à vernis noir) et B (stamnoi à vernis noir avec élément en relief sur la panse et les anses), en revanche trois exemplaires recensés à Mégara Hyblaea appartiennent tous au groupe C (stamnoi de plus petite dimension).

  • 9 Boitani 1992, p. 19. Les Éginètes prennent, par exemple, le pas sur les Ioniens à Gravisca à la fi (...)

61Au début du Ve siècle, les cratères et les stamnoi ne se retrouvent qu’en Sicile. L’hypothèse la plus communément admise aujourd’hui est que Samos a assuré la distribution dans tout le bassin méditerranéen au VIe siècle et que la crise entre Sparte et la cité de Polycrate serait à l’origine de la fin de la production laconienne de céramique (Cartledge 1982, p. 249-252 et LMB, p. 73-74). La seule étude de la distribution des vases à boire et des cratères permet déjà d’apporter quelques nuances. D’une part, si Samos a assuré la diffusion des cratères laconiens en Méditerranée, elle n’a certainement pas eu un « monopole ». Celui-ci a pu exister pour certains sites comme Naucratis mais certainement pas pour l’Occident. Le bassin méditerranéen peut en effet être scindé en deux en fonction des types des cratères recensés et de la chronologie : un ensemble Samos-Naucratis-Cyrène et un ensemble Étrurie-Grande−Grèce-Sicile. La Sicile, l’Étrurie et peut-être Cyrène, paraissent liées par des réseaux préexistants et parallèles (types de cratères peu courants C et D à Cerveteri, Mégara Hyblaea et Cyrène) et un cratère du groupe D à Égine amène aussi à penser à une participation des Éginètes dans le commerce des vases laconiens9. Lorsque la production s’effondre en même temps que les importations vers Samos, les cratères continuent d’être transportés par d’autres intermédiaires au moins dans le troisième quart du VIe siècle. L’aire égéenne semble affectée aux environs de 550 (disparition totale des importations à Samos, Naucratis, Cyrène, mais également dans les régions occidentales de la Grèce) alors que l’aire occidentale ne s’effondre pas, malgré une diminution des importations en Étrurie. Les derniers intermédiaires transportent alors une production d’ateliers en crise qui ne répondent plus à une demande directe mais continuent de produire jusqu’au début du VIe siècle. Les cratères laconiens circulent par exemple jusqu’à Gravisca entre 550 et 525 et en Sicile dans le dernier quart du VIe siècle. Il reste alors à déterminer qui sont ces intermédiaires du commerce laconien : Ioniens de Gravisca ou Éginètes longeant les côtes laconiennes ? D’autre part, entre 600 et 525, certains types se retrouvent presque exclusivement dans un site ou une région donnés (le groupe B à l’Héraion de Samos et les cratériskoi en Sicile) et pourraient alors être produits sur place ou relever d’une demande spécifique. Dans le dernier quart du VIe siècle, l’hypothèse de potiers laconiens en Sicile peut effectivement être avancée à cause de la quasi-exclusivité de la région pour les exportations de cratères laconiens et les types de produits particuliers (stamnoi et cratères géants). La date de leur arrivée reste cependant à déterminer : est-elle consécutive à la chute des exportations vers Samos ou a-t-elle une toute autre cause ? La réalité d’une diminution et d’une fuite de la production locale peut être envisagée. Ces potiers itinérants laisseraient sous-entendre qu’il existe alors un commerce de l’argile entre la Sicile et la Laconie et qu’ils répondraient à un marché jusqu’à présent presque ignoré. Il ne faut cependant pas oublier les mouvements globaux d’émigration de la fin du VIe siècle (Gras 1991, p. 271) et la vague ionienne vers l’Occident. Enfin, l’étude des contextes et de l’utilisation des cratères laconiens dans ces milieux indigènes nécessite des explications supplémentaires. Seuls certains types pénètrent dans les milieux indigènes autres que l’étrurie : le type E et surtout le type F, une exception existe avec le cratère à figures noires de Grammichele (SIL017). Les cratères n’atteignent le milieu indigène que dans la seconde moitié du VIe siècle et plutôt dans le dernier quart, notamment en Sicile, alors qu’ils ont quasiment disparus des milieux grecs.

Tabl. 6 — Distribution des vases à mélanger.

Les aryballes10

  • 10 Peu d’autres formes de vases pour la toilette, pyxides, lécythes, lydia… ont été recensés. Ils son (...)

62Les aryballes laconiens (Annexe 1) sont de forme et de décor assez variés sur une base à vernis noir qui recouvre l’ensemble des types, à l’exception des quelques aryballes à figures noires, qui les rend aisément identifiables. Leur production s’étale de la fin du VIe siècle au début du troisième quart avant de disparaître totalement, avec un apogée entre 600 et 575 et une baisse d’environ un tiers entre 575 et 500 (graph. 4). N’ont été pris en compte pour l’étude que les aryballes classés, ils ont été répartis entre les ayballes globulaires (groupes A à G), les aryballes à base plate (groupe I à M) et les autres groupes. Les aryballes globulaires sont les plus nombreux (410 exemplaires). Ils couvrent toute la période de production avec un maximum, dans le premier quart du VIe siècle. Les groupes évoluent cependant (graph. 9) avec une majorité d’aryballes C avant 600, d’aryballes A, B, E et G entre 600 et 575 et d’aryballes D, F et I entre 575 et 550. Les aryballes à base à plate couvrent de manière constante toute la période de production avec 25 exemplaires entre 600 et 575 et 28 exemplaires entre 575 et 550. Tout comme pour les aryballes globulaires, les types produits varient (graph. 10) : entre 600 et 575, on retrouve des aryballes des groupes K, M et O mais, entre 575 et 550, des aryballes des groupes I et L.

63Les aryballes globulaires des groupes A, B et E, auxquels s’ajoutent les aryballes du groupe M, dominent dans le premier quart du VIe siècle. Les groupes D et L sont les plus importants dans le deuxième quart du VIe siècle alors que les groupes majoritaires auparavant tendent à disparaître. La production s’arrête brutalement sans que l’on puisse déceler une baisse de la qualité des vases. Le deuxième quart du VIe siècle est en effet celui où l’on trouve la majeure partie des aryballes à figures noires, pour lesquels on ne constate ni une diminution ni une augmentation de la diversité des types qui pourraient signaler une crise.

64Les différents types d’aryballes se distinguent aussi par leur répartition. Certains se retrouvent en nombre supérieur à l’extérieur de la Laconie et de la Messénie alors que d’autres semblent destinés uniquement au marché laconien (graph. 11). Ceux destinés à l’exportation sont surtout des aryballes globulaires (groupes A, B, E, F, G, I, K et Q). Les autres types à base plate et de formes plus variées, comme les aryballes plastiques, semblent destinés au marché laconien. À ceux-ci s’ajoutent des groupes expérimentaux n’ayant pas rencontré de succès extérieur comme les groupes H, N, O et P, qui se retrouvent cependant jusqu’à la fin de la production globale.

65Les principales régions, en dehors de la Laconie, où ont été découverts des aryballes laconiens sont : la Sicile (120 exemplaires), la Grande−Grèce (65 exemplaires dont 42 pour Tarente), la Grèce (58 exemplaires dont une majorité à Olympie, 20 exemplaires), l’Étrurie (38 exemplaires dont 17 à Cerveteri), la Grèce de l’Est, (32 exemplaires dont 18 à Rhodes et neuf à Samos), et enfin la Cyrénaïque (20 exemplaires). Il faut noter l’absence de Naucratis, le seul exemplaire d’Égypte provient d’Alexandrie, où pourtant de nombreux vases laconiens ont été trouvés, et la quasi-absence des extrémités du monde méditerranéen, l’aire phocéenne et la Mer Noire, peu concernées par la céramique laconienne d’une façon générale.

66Le nombre d’aryballes laconiens recensés en Sicile (120 exemplaires) tient en partie à l’état des publications. Leur distribution est assez large. Les groupes les plus présents sont les groupes A et B mais également les groupes F et Q, plus rares. Le groupe Q semble destiné essentiellement au marché sicilien : sur les 18 exemplaires, dix proviennent de Sicile, trois de Sparte et deux d’Étrurie. En Grande−Grèce, les aryballes proviennent essentiellement de Tarente, mais aussi de Cumes (neuf exemplaires) et de Locres (huit exemplaires). Tarente est le site où l’on retrouve le plus d’aryballes en Méditerranée. Ceux-ci appartiennent surtout aux groupes A (douze exemplaires) et B (quinze exemplaires), on recense également trois exemplaires du groupe E auquel appartient aussi le seul aryballe trouvé à Satyrion. Pour Cumes il s’agit essentiellement du groupe A, absent à Locres (cinq exemplaires sur neuf), et pour Locres du groupe B, absent à Cumes (cinq exemplaires sur huit). Les aryballes retrouvés en Grèce même proviennent surtout d’Olympie (20 exemplaires) qui ne semble pas recevoir de groupe spécifique. Tous les types sont présents avec cependant une nette supériorité des groupes A, B et G. Les aryballes d’Étrurie proviennent pour la plupart de Cerveteri (17 exemplaires). La typologie n’est pas homogène, on retrouve quinze aryballes globulaires dont deux du groupe I et du groupe K, 4 du groupe L et deux du groupe Q. Le problème des aryballes mentionnés par M. Martelli (Martelli 1979, appendice I, p. 50) demeure. Ceux-ci sont décrits comme des aryballes noirs sans que pour autant on puisse les rattacher aux groupes F ou L. En Grèce de l’Est, deux endroits se détachent : les îles de Rhodes et de Samos. Sur les dix exemplaires retrouvés à Samos, huit sont des aryballes à figures noires (groupe I) provenant de l’Héraion qui est le principal site de découverte de ce type, Laconie comprise. Ces aryballes et ceux du groupe G sont peu courants en Occident, ce qui montre que le commerce des aryballes laconiens à l’Ouest n’est pas le fait des marchands samiens. Les aryballes de Rhodes proviennent, non seulement de Rhodes (six exemplaires), mais aussi d’Ialysos (cinq exemplaires), de Siana (quatre exemplaires), de Camiros (trois exemplaires) et de Lindos (deux exemplaires). Il s’agit uniquement d’aryballes globulaires. Deux sites ne reçoivent qu’un groupe typologique : le groupe A à Ialysos et le groupe G à Rhodes. L’île de Rhodes contraste alors avec le reste de la région et notamment l’Égypte. En Cyrénaïque, les aryballes proviennent surtout de Cyrène et Tocra, ainsi qu’un exemplaire d’Euhespérides. Les groupe importés sont des types A, B et E ainsi qu’un exemplaire du groupe F. Des groupes rares sont présents : les groupes L, M et O ; il ne s’agit à chaque fois que d’un seul vase. La distribution s’étend jusqu’en Sardaigne et en Espagne avec des exemplaires des groupes A et B à Tharros, Ampurias et Huelva.

67Les types d’aryballes permettent de distinguer deux types de régions car seuls les types E et G se retrouvent tout autour de la Méditerranée. Les groupes A et B concernent essentiellement les régions occidentales : le golfe de Tarente, l’Étrurie, la Sicile et la Cyrénaïque et on retrouve à nouveau le même ensemble que pour les coupes et les cratères. C’est également dans ces régions que l’on trouve des exemplaires de groupes dont la majorité est également attestée en Laconie (groupes C, F, L, M et O). La Sicile et l’Étrurie ont cependant des groupes typologiques communs avec l’Est de la Méditerranée (groupe I et G) en particulier Samos. La Sicile a cependant presque l’exclusivité des aryballes Q.

68Les exportations d’aryballes commencent dès la fin du VIIe siècle mais sont très faibles ; ils sont donc, dans un premier temps destinés essentiellement à la clientèle locale. La phase majeure d’exportation correspond à celle de la production, au premier quart du VIe siècle, avec une majorité de vases retrouvés hors de Laconie dans l’ensemble du bassin méditerranée. Entre 575 et 550, le nombre de vases exportés et celui de vases mis au jour en Laconie se rejoignent et traduisent un ralentissement des exportations antérieur à celui de la production ; celle-ci se recentre ensuite sur la Laconie à partir de 550.

69Les aryballes datant du dernier quart du VIIe siècle proviennent essentiellement de Laconie, avec quelques exemplaires à l’extérieur à Tarente et en Étrurie, ainsi qu’un exemplaire à l’intérieur de la Sicile à Licodia Eubéa (carte 1).

70C’est dans le premier quart du VIe siècle (carte 2) que les exportations d’aryballes laconiens débutent réellement. Ils sont destinés surtout à Tarente où l’on retrouve une homogénéité des groupes (groupes A et B). Les autres régions comme l’Étrurie ou la Sicile ont une typologie plus hétérogène, même s’il s’agit surtout d’aryballes du groupe E peu présents à Tarente. C’est le groupe que l’on retrouve en Cyrénaïque, à Olympie et à Rhodes. Si la production baisse, l’aire de diffusion est à son maximum dans le deuxième quart du VIe siècle (carte 3). Tarente disparaît de la carte de répartition et les importations baissent en Étrurie, notamment à Cerveteri. Les groupes A et B disparaissent presque totalement, à l’exception des quelques éléments de Sicile (cinq exemplaires du groupe A) et de Laconie (un exemplaire du groupe A). La distribution des ces groupes serait donc conditionnée par la demande tarentine et ne survit pas à la fin des importations de la cité. Le reste de la Méditerranée reçoit quant à lui une variété de types beaucoup plus grande qu’à la période précédente. La Sicile est alors la principale région importatrice avec l’arrivée de groupes peu exportés à base plate dont la production est assez limitée dans le temps (les groupes F, L et N) ou encore spécifique à cette région (le groupe Q) ; ces types remplacent les aryballes globulaires du premier quart du VIe siècle. Le deuxième quart du VIe siècle est également celui de la production des aryballes à figures noires qui témoignent de la vitalité de la production des peintres laconiens. On les retrouve à Samos, en Étrurie et en Cyrénaïque. Ces régions pourraient alors être commercialement liées, même si l’implication des Ioniens dans les échanges avec l’Afrique du Nord a cependant donné lieu à de nombreuses controverses (Venit 1985, n. 27 p. 393).

71On remarque également la similitude des aryballes trouvés à Samos et à Tarquinia, dont le port est Gravisca, même s’il ne s’agit que d’un très faible nombre d’exemplaires des deux côtés. Le rôle des Samiens dans le commerce de la céramique grecque, et notamment laconienne, à Gravisca a été démontré par M. Torelli (Torelli 1982, p. 315, 317) et S. Boldrini (Boldrini 1994, p. 262-264) ; l’apogée de ces échanges se situerait dans le troisième quart du VIe siècle entre 550 et 530. Le peu d’exemplaires retrouvés dans les sites concernés d’ordinaire par ces intermédiaires renforce l’hypothèse selon laquelle Samos et les Ioniens ont pu être étrangers au commerce des aryballes laconiens autres que le groupe I. On peut donc penser que la distribution des aryballes à figures noires est assurée par Samos, mais que la forme attire par son décor et non pour elle-même. La diffusion du reste des aryballes est certainement assurée par d’autres intermédiaires. Elle cesse aux environs de 550 et l’arrêt de la production en Laconie est immédiate.

72La production d’aryballes laconiens est donc affectée par l’arrêt des exportations vers Tarente aux environs de 575, pour qui elle devait produire la plus grande partie de ses aryballes. Les potiers laconiens tournaient alors les types A et B appréciés à Tarente et présents presque uniquement en Occident. Cet arrêt, tout comme celui des coupes du groupe C (Cf. p. 19), renforcent l’hypothèse du rôle de Tarente dans la redistribution. Dans le deuxième quart du VIe siècle la diversité et la création de nouveaux types destinés à l’exportation peuvent être vues comme une réponse à la crise de la production des aryballes affectée par la fermeture du marché tarentin. Le cas des aryballes à figures noires peut être rattaché à cette problématique, mais également à la problématique de la commande de ces vases peints déjà vue pour les coupes et les cratères de type B à Samos, selon une hypothèse formulée par M. Pipili (Pipili 1998, p. 94). Samos semble intéressée par le décor plus que par la forme elle-même.

73Les marchands ioniens ne sont donc pas les intermédiaires principaux de la diffusion des aryballes laconiens en Méditerranée. La Sicile est, à partir de 575, un « marché refuge » pour la production laconienne d’aryballes : elle devient la principale région importatrice après la fin des importations tarentines. Elle ne semble pas avoir alors de liens ni avec Samos, ni avec Tarente, car les groupes typologiques ne correspondent pas. Il existe alors une spécificité du marché sicilien déjà constatée pour d’autres formes (Cf. p. 28-29).

Tabl. 7 — Distribution des aryballes.

  • 11 Lippolis 1997b, p. 360-363. Les sépultures changent de contenu et excluent alors toutes manifestat (...)
  • 12 Nafissi 1991, p. 229-230. On assiste à la même époque, un peu avant 550, à une diminution nette de (...)

74En conclusion, le changement des types d’aryballes produits à la suite de la chute des importations de Tarente et le fait que les nouveaux types se retrouvent à Samos et dans des lieux liés au commerce samien vont dans le sens d’une production et d’une redistribution des aryballes A et B par Tarente. Son rôle a déjà été constaté pour les coupes C. Il faut donc déterminer quels facteurs sont à l’origine de l’arrêt de ce rôle de Tarente. Les perturbations peuvent soit venir de Tarente (rejet de Sparte ou de certaines pratiques funéraires incluant les aryballes11, ou remplacement des céramiques laconiennes par d’autres séries), soit de Laconie (arrivée de nouveaux potiers et peintres avec une nouvelle production ne correspondant pas aux goûts tarentins ou rupture des relations avec la colonie), ou des distributeurs (nouveaux marchands dont l’aire d’échanges n’inclut pas Tarente). L’arrêt total de la production vers 550 peut aussi découler de plusieurs évènements et être dû à un phénomène interne à la Laconie, comme la promulgation de lois somptuaires correspondant à un nouvel éthos du banquet qui désapprouve le luxe et notamment les parfums12.

Les formes closes13

  • 13 Cette étude porte sur les formes closes de vases laconiens autres que les aryballes.
  • 14 Les prochoés ou vases biberons existent également dans la série laconienne (onze exemplaires : hui (...)

75Il s’agit de séries beaucoup moins importantes que les formes étudiées précédemment. Les vases clos sont produits des environs de 600 au premier quart du Ve ; ils n’ont pas tous la même fonction et peuvent être divisés en deux catégories (graph. 12) : les vases à verser (œnochoés, cruches à col étroit ou rond, « pichets » et olpès)14 et les vases dévolus au transport ou à la présentation des liquides (amphores, hydries). Tous ne sont pas produits au même moment et n’ont pas la même courbe de production : les œnochoés et les cruches à col étroit connaissent leur apogée dans le deuxième quart du VIe siècle alors que pour les amphores et les hydries, il se situe entre 550 et 525. Cette division comprend cependant quelques nuances. La production des oenochoés laconiennes débute dès la fin du VIIe siècle et atteint son maximum entre 575 et 550 avant de diminuer entre 550 et 525, jusqu’au début du Ve siècle. La production des cruches à col étroit est parallèle à celles des œnochoés mais elle cesse cependant dans le troisième quart du VIe siècle. Pour les formes dont l’apogée se situe entre 550 et 525, des différences existent aussi. Les amphores de table sont produites à partir de 575 (même si on note un exemplaire pour la fin du VIIe siècle), leur nombre augmente vers 550 et demeure constant jusqu’à l’arrêt définitif vers 500. La production des hydries de céramique laconiennes, quant à elle, connaît de moins grandes fluctuations que les autres formes de vases clos. Elle débute vers 600 mais son maximum n’est cependant atteint qu’entre 550 et 525 avant de chuter et de cesser vers 500. L’arrêt définitif pour tous les types se situe au début du Ve siècle.

76La diffusion est moins étendue que pour les autres catégories fonctionnelles déjà étudiées, cependant leur présence s’étend à de nombreuses régions, jusqu’à la Mer Noire pour certains types. On remarque de façon générale, une prépondérance de l’Ouest sur l’Est, mais qui peut tenir à l’état des publications. Samos, cependant pourtant bien présente pour d’autres formes, est absente. À l’Ouest, deux destinations semblent privilégiées, mais à des moments différents : Tocra dans la première moitié du VIe siècle et la Sicile autour de Syracuse et la côte Sud jusqu’à Sélinonte, dans la deuxième moitié. La région de Tarente est totalement absente, elle a cependant livré des imitations de ces types de formes (cruches à col étroit, œnochoés).

  • 15 Les exemplaires d’Akrai appartiennent à la collection Judica. Leur provenance n’est pas attestée, (...)

77Parmi les 97 œnochoés recensées, 42 proviennent de Laconie ; elles sont datées pour la majeure partie de la première moitié du VIe siècle. Tous les groupes typologiques (Annexe 1) sont représentés de façon équivalente. La forme semble avoir été largement diffusée en Méditerranée avec une légère supériorité de l’Occident sur l’Orient. Hors de Laconie, les œnochoés proviennent de Grèce (quinze exemplaires), de Sicile et de Cyrénaïque (onze exemplaires) et de Grèce de l’Est (neuf exemplaires). En Grèce, il s’agit de vases isolés à Athènes, Olympie, Corinthe, Pérachora, sans typologie particulière. En Sicile, les œnochoés proviennent du Sud-est (Syracuse, Mégara Hyblaea) et de la côte sud (Géla, Héraclée, Sélinonte). Celles qui ont pu être classées appartiennent aux groupes E et F. Elles sont présentes surtout dans la seconde moitié du VIe siècle. Les œnochoés de Cyrénaïque appartiennent également en majorité au groupe F, mais sont datées de la première moitié du VIe siècle. Elles proviennent surtout de Tocra (huit sur les onze exemplaires recensés). On remarque à nouveau la similarité des dépôts de Sicile et de Tocra. Les exemplaires de Grèce de l’Est proviennent de Rhodes, à l’exception d’un exemplaire de Samos, sans groupe de prédilection. Les cruches à col étroit sont bien présentes en Laconie (17 exemplaires) et à l’extérieur en Sicile (dix exemplaires) et en Cyrénaïque (sept exemplaires). Cette forme semble exister de la fin du VIIe siècle au troisième quart du VIe siècle avec un pic situé dans le second quart du VIe siècle. C. M. Stibbe (LBPIII, p. 52-54) souligne cependant que la forme se retrouve encore aux Ve et IVe siècles. Les exemplaires de Laconie appartiennent majoritairement au type D qui regroupe les cruches à col étroit post-archaïques (LBPIII, p. 53) avec quelques exemplaires des groupes A et B du début du VIe siècle. Les cruches à col étroit de Sicile appartiennent au groupe C et sont datées du deuxième quart du VIe siècle. On les retrouve sur la côte sud-est dans la région de Syracuse (Mégara Hyblaea, cinq exemplaires ; Syracuse et Eloro, deux exemplaires ; Akrai, trois exemplaires15) et à Sélinonte (quatre exemplaires plus un à Héraclée). On signale un exemplaire isolé à l’intérieur du pays à Morgantina (LBPIII, p. 143). La Sicile présente donc à nouveau une forme spécifique quasiment absente en Laconie (un exemplaire à Kopanaki en Messénie) comme c’est le cas pour les aryballes du groupe Q, les stamnoi ou les cratères géants déjà vus précédemment (Cf. p. 25-26). En Cyrénaïque, les cruches à col étroit proviennent surtout de Tocra (six sur les huit recensées) ; les exemplaires mis au jour appartiennent en majeure partie au groupe B (uniquement à Tocra) avec quelques exemplaires du groupe C (uniquement à Cyrène) et du groupe A (un exemplaire à Tocra). La Grèce a également fourni cinq cruches à col étroit qui proviennent toutes de grands sanctuaires (deux exemplaires à Délos, deux exemplaires à Olympie et un à Elis). Dans le cas des cruches à col étroit, il est difficile d’établir un parallèle entre les vases de Laconie et d’autres régions, il est en effet assez mince avec la Cyrénaïque et totalement inexistant dans le cas de la Sicile. D’une façon générale le peu d’exemplaires rend la classification peu explicite et ne permet pas de souligner de différences régionales. Cette forme peu répandue se retrouve néanmoins dans des régions historiquement liées à Sparte. En Grande−Grèce, on en trouve deux exemplaires, qui seraient cependant des imitations : un à Tarente (LBPIII, E10 p. 143) et un à l’Incoronata dans le territoire de Métaponte (LBPIII, E1 p. 142).

Tabl. 8 — Distribution des vases à verser.

78Les dix amphores provenant de Laconie ne sont ni datées ni classées, une comparaison avec la typologie des exemplaires découverts en dehors s’avère donc difficile. Les amphores laconiennes se retrouvent cependant tout autour de la Méditerranée, du Salento à la Mer Noire. Les deux régions qui ont livré le plus grand nombre d’amphores sont la Sicile (24 exemplaires) et l’Étrurie (20 exemplaires dont quatorze exemplaires à Cerveteri). La Sicile a surtout livré des éléments des groupes D et F qui se trouvent essentiellement sur les côtes est et sud de l’île, de Naxos à Sélinonte. Les exemplaires d’Étrurie appartiennent surtout aux groupes A et B. Pour les deux régions, les groupes typologiques sont donc différents ainsi que les dates d’importation : des amphores en majeure partie de la première moitié du VIe siècle et peu d’exemplaires d’après 550 pour l’Étrurie, et des amphores de la seconde moitié du VIe siècle pour la Sicile. Ces régions ne répondent donc pas aux mêmes problématiques de distribution. En Grande−Grèce nous avons huit exemplaires dont quatre pour Tarente. Les autres proviennent de Locres (trois exemplaires) et Sybaris (un exemplaire). Ils sont tous datés de la deuxième moitié du VIe siècle. En Cyrénaïque, nous avons six exemplaires (quatre à Tocra et deux à Cyrène) qui appartiennent aux groupes B et C (seuls les exemplaires de Tocra ont pu être classés) et sont datés de la première moitié du VIe siècle. On trouve également deux exemplaires en Asie Mineure à Rhodes.

79On a mis au jour 23 hydries en Laconie et presque autant dans le reste du bassin méditerranéen. Les exemplaires de Sparte sont de petite taille ; ils sont présents pendant tout le VIe siècle, avec une concentration dans la première moitié du VIe siècle. Les exportations d’hydries se situent surtout entre 550 et 525 et ne vont pas au-delà. La région qui a livré le plus d’exemplaires est la Grande-Grèce avec huit hydries dont trois à Rhégion (une datée entre 550 et 525) et quatre à Palinuro au Sud de Vélia, donc non loin de Poseidonia, où ont été découvertes des hydries de bronze laconiennes ou d’inspiration laconienne (Rolley 1982, p. 17-18). En Sicile, les six exemplaires appartiennent au troisième quart du VIe siècle. Le nombre d’hydries par site ou par région est trop faible pour distinguer d’éventuelles préférences de forme.

80Hormis les exemplaires de Laconie, les cruches à col rond et les olpès proviennent toutes de Tocra à l’exception d’une olpè de Cyrène. C’est à nouveau en Cyrénaïque que l’on retrouve des formes laconiennes exceptionnelles. Il faut mentionner ici les « pichets » du Salento dont la forme et la chronologie (525-500) sont atypiques. Cette forme est inconnue en Laconie et peut être d’origine locale.

81Le faible nombre d’exemplaires par forme ne permet pas de préciser la distribution des différents vases à verser ou à stocker laconiens, mais ces derniers complètent les observations faites pour les formes plus courantes. Nous avons pu constater, une fois de plus, la différence existant entre les sites de Tocra et de Cyrène et les similitudes entre Tocra et la Laconie. La Sicile est encore un cas à part par sa chronologie décalée. Les régions de réception ont pu être précisées, Syracuse et Mégara Hyblaea et, dans une moindre mesure, de la côte sud de l’île à Sélinonte. Les formes closes pénètrent cependant à l’intérieur des terres. Comme pour les aryballes, Samos ne semble pas être impliquée dans la distribution des formes closes laconiennes qui circulent surtout à partir de 550, comme le montrent l’absence de vases fermés à Samos et la typologie. La pluralité des agents de distribution est donc confirmée par la typologie, pour distinguer d’éventuelles préférences de forme.

Les amphores de transport

82Les amphores de transport ne peuvent être classées dans une des catégories définies précédemment. Elles sont proches des vases à stocker comme les amphores de table et les hydries, mais leur finalité première est le transport sur de longues distances de denrées alimentaires. Elles sont le reflet du commerce d’autres produits que la céramique, qui peut être transportée pour elle-même, et ne répondent donc pas aux mêmes problématiques d’échanges. Les amphores de transport laconiennes n’ont été identifiées qu’en 1989 par P. Pelagatti (Pelagatti 1989, p. 132-138) et leur répartition n’est pas réellement significative car elle correspond à celle des sites et publications postérieures à 1990 (Sourrisseau 1997 ; Johnston 1993). Nous nous attacherons donc surtout aux lieux de découverte et non aux individus.

83Les amphores de transport laconiennes sont généralement définies comme des amphores à huile (Pelagatti 1989, p. 11 et n. 91). Les fouilles de la place Jules Verne à Marseille ont cependant livré un nombre important de fragments de paroi poissés (Sourisseau 1997, p. 113) qui attestent qu’elles ont pu transporter également du vin ou d’autres substances acqueuses. Il est difficile de savoir si ces deux types correspondent à une catégorie spécifique d’huile transportée, pour l’alimentation ou pour la toilette.

84Trois groupes typologiques ont été identifiés par C. M. Stibbe (LBPIII, p. 70-72) qui reprennent les groupes établis par P. Pelagatti lors de son étude sur la Sicile (Pelagatti 1989, p. 133-138). J. Chr. Sourrisseau, pour sa part, distingue cinq groupes différents et divise le groupe I en trois sous-groupes (Sourisseau 1997, p. 109-111), toujours à partir des travaux de P. Pelagatti. Deux groupes sont diffusés entre le dernier quart du VIIe siècle et la première moitié du VIe : le groupe G (groupe no 1 pour J. Chr. Sourisseau) à bord rond et col large entièrement vernis et le groupe H (groupe no 2 pour J. Chr. Sourisseau) à bord plat, col large et concave non vernis ainsi que les épaules, avec un pied annulaire étroit et plus haut que pour le groupe G. Ces deux premiers groupes sont majoritaires. Pour la seconde moitié du VIe siècle et le Ve, J. Chr. Sourisseau donne les groupes no 3, 4 et 5 (groupe I pour C. M. Stibbe). Nous retiendrons la typologie du second (Annexe 1). Le groupe no 3 désigne des amphores à panse quasiment sphériques avec un pied annulaire très bas et un col finissant par un bourrelet anguleux. La paroi est recouverte d’un vernis noir et le col et les anses sont réservés. Ce groupe serait diffusé entre 550 et 500. Le groupe no 4 est très proche du précédent si ce n’est la panse plus ovoïde et le col qui supporte un bord triangulaire souligné par un listel saillant et anguleux. Ce groupe serait diffusé dans la première moitié du Ve siècle. Le groupe no 5 a une panse ovoïde et un fond étroit, un col beaucoup plus haut que les autres groupes et évasé vers l’extérieur. Il constitue le dernier groupe produit d’amphores, dans la seconde moitié du Ve siècle, mais également le dernier type céramique connu de la série laconienne.

85La production des amphores de transport laconiennes débute à la fin du VIIe siècle et est donc assez tardive par rapport à l’ensemble de la production d’amphores de transport des cités de la Grèce archaïque qui débute au VIIIe siècle (amphores chalcidiennes, amphores attiques SOS, puis amphores corinthiennes du type A au VIIe siècle). Elles sont contemporaines des amphores de Grèce de l’Est et suivent le même schéma de production avec un début vers la fin de VIIe siècle et un accroissement au cours du VIe siècle. En dépit du peu d’exemplaires datés, la production est plus importante dans la première moitié du VIe siècle au moment où les échanges de céramique entre la Laconie et le bassin méditerranéen sont à leur apogée. Leur production semble avoir continué jusqu’à la fin du Ve siècle (Pelagatti 1989, p. 138), à une époque où la Laconie n’exporte plus aucune céramique fine.

  • 16 Sourisseau 1997, p. 112. On relève à Marseille 72 fragments correspondant à au moins 20 individus (...)

86Seulement cinq amphores de transport ont été recensées en Laconie. Les exemplaires retrouvés en dehors proviennent essentiellement du Sud de la France (34 exemplaires) à Marseille et de Sicile (26 exemplaires). Dans le Sud de la France, elles se concentrent surtout à Marseille16. À l’Est, elles proviennent en majorité de Crète, du site de Kommos (19 exemplaires-Johnston 1993, p. 358-362). La Crète, comme le Sud de la France, n’a pratiquement pas livré de céramique laconienne (seulement une amphore de table à Kommos et un cratère à Eleutherna). Ces deux régions sont donc desservies pour le commerce des denrées périssables provenant de Laconie par des circuits commerciaux différents de ceux empruntés par la céramique fine.

Amphores

Hydries

Total

Laconie

10

23

33

Étrurie et Latium

20

4

24

Sicile

24

6

20

Grande−Grèce

9

8

17

Grèce

6

6

12

Cyrénaïque

6

4

10

Grèce de l’Est et Rhodes

2

1

3

Salento

3

3

Mer Noire

1

1

2

Provenance inconnue

3

2

5

Total

84

55

139

Tabl. 9 — Distribution des amphores de tables et hydries.

  • 17 LPBII, p. 72. Les amphores de Gravisca appartiennent en majorité au groupe I selon C. M. Stibbe so (...)

87C’est également le cas pour l’Incoronata (quatre exemplaires d’amphores de transport laconiennes et aucune céramique fine). En Sicile, où la vaisselle de table est bien représentée, les amphores de transport laconiennes se concentrent donc sur les côtes grecques de l’île à Naxos, Géla, Camarine, Syracuse, Zankle, Himère mais pénètrent également à l’intérieur, dans l’arrière-pays de Géla et Camarine, à Grammichele et Monte San Mauro, ainsi qu’à l’Est à Monte Iato. On peut alors envisager une circulation fluviale ou terrestre des denrées (Albanese Procelli 1996, p. 108). Les amphores de transport sont également présentes en Étrurie (17 exemplaires), surtout à Gravisca (huit exemplaires)17, mais également dans les tombes à Vulci, Cerveteri, Murlo et Tolfa. Elles proviennent donc toutes des côtes tyrrhéniennes et font alors écho, pour les circuits de distribution, aux amphores marseillaises et à l’amphore recensée à Zankle. Seul l’Incoronata pour la Grande-Grèce a livré une amphore du groupe I et une du groupe G.

88Les amphores de transport laconiennes circulent surtout entre 625 et 550, à l’exception des amphores de Gravisca et Marseille dont la majorité appartient à la seconde moitié du VIe siècle. Leur courbe de distribution correspondrait à celle des aryballes et suit donc un schéma atypique par rapport à l’ensemble des vases laconiens. Ces catégories de vases conteneurs s’effacent donc par rapport à des vases dont l’importation peut être envisagée pour eux-mêmes dans la seconde moitié du siècle. Cependant les amphores de transport laconiennes continuent de circuler après la disparition des aryballes et même au-delà de la disparition de la céramique laconienne. Le type d’amphores de transport qui disparaît totalement vers 550 est celui entièrement vernis (type G). On peut envisager qu’il ait connu, comme les aryballes laconiens contemporains, une « crise » de la circulation de certaines denrées qui aurait entraîné la fin de sa fabrication en même temps que celle des aryballes. Le type G a été retrouvé dans des sites qui ont livré des aryballes laconiens à la même époque, Cerveteri et Gravisca. Pour la seconde moitié du VIe siècle, les amphores de Marseille datées entre 550 et 500 (Sourisseau 1997, p. 112 et 335) correspondent aux types retrouvés à Gravisca pour la même époque. C’est également durant la seconde moitié du VIe siècle que Gravisca reçoit le plus de céramique laconienne.

89Le peu d’individus recensés ne permettent pas de mener la réflexion plus avant et de conclure sur la distribution des amphores de transport laconiennes. Elles témoignent cependant d’échanges entre la Laconie et l’Occident de denrées périssables notamment dans des régions où la céramique de table est quasiment absente comme le Sud de la France. On notera juste les changements typologiques qui surviennent dans la forme en même temps que la disparition des exportations d’aryballes dans l’ensemble du bassin méditerranéen et la parenté typologique des sites de l’aire phocéenne (Marseille et les sites d’Étrurie).

Les peintres laconiens

  • 18 Les publications qui ont été prises en compte, en plus de LV, sont : les trois ouvrages C. M. Stib (...)

90Jusqu’à présent, le décor des vases a été occulté au profit de la forme ; il faut désormais le prendre en compte et se pencher sur la production et la distribution des différents peintres laconiens. Ces vases présentent l’avantage d’offrir une datation beaucoup plus précise que les vases à vernis noir ou décor secondaire. La céramique à figures noires laconienne a déjà fait l’objet de plusieurs articles (Nafissi 1986, p. 154 et Pompili 1986) qui partaient du catalogue établit par C. M. Stibbe en 1972 (LV), les données archéologiques ainsi que le nombre de peintres identifiés (LVS) ont depuis augmenté et l’étude doit être reprise18. Ce corpus permet d’apporter un éclairage nouveau d’une part sur les attentes des clients, notamment dans le cas des régions extérieures à la sphère d’influence laconienne, d’autre part sur les modalités et les acteurs qui président à la distribution des vases laconiens.

91Il faut tout d’abord distinguer le Peintre des Poissons qui appartient au style Laconien II et dont la production se situe dans le premier quart du VIe siècle, des peintres des styles Laconien III et IV dont les œuvres sont datées entre 580 et 500 (graph. 13 et 14).

92Le Peintre des Poissons est le seul représentant identifié de la peinture laconienne du début du VIe siècle ; sa production se situe à la transition entre deux styles, le Laconien II et le Laconien III. Le Laconien II se caractérise par des frises de motifs géométriques et notamment des carrés et des points sur le bord des vases (Lane 1933, p. 121-127). Il s’agit du premier style à figures noires de la céramique laconienne. Le Peintre des Poissons introduit entre les frises de motifs géométriques caractéristiques du Laconien II des créatures animées sur la panse externe des coupes, comme les oiseaux, mais également à l’intérieur, comme les poissons de ses coupes éponymes de Tarente (TAR051-052). Ses compositions externes annoncent déjà les premières coupes de son successeur immédiat, le Peintre de Naucratis (TOC018-019). On recense pour l’instant 30 vases de l’atelier du Peintre des Poissons : principalement des coupes du type C, mais aussi une lakaina, un cratère en cloche et un plat qui sont des formes prisées en Laconie et produites avant tout pour le marché laconien.

93Hormis deux exemplaires en Laconie, les œuvres du Peintre des Poissons se concentrent essentiellement dans le golfe de Tarente (six exemplaires à Satyrion, quatre à Tarente et un à Locres), et sur la côte orientale de la Sicile à Catane (quatre exemplaires). On signale un exemplaire isolé à Sélinonte. Les quelques vases à l’Est de la Méditerranée proviennent de Sardes (trois exemplaires), Milet, Samos et Naucratis (un exemplaire).

  • 19 Je ne reviendrai pas sur la définition des ateliers laconiens et sur les relations qui peuvent exi (...)

94Après le style Laconien II, le style Laconien III apparaît vers 580, et est fortement influencé par Corinthe et la Grèce de l’Est. Il connaît une croissance immédiate et fulgurante (quatre exemplaires connus pour le premier quart du VIe siècle contre 326 pour le second). Certains éléments du style Laconien II survivent dans les décors géométriques qui vont continuer à orner certaines formes comme les lakainai, les premiers vases à figures noires et les productions à ornements secondaires ou à vernis noir. Les vases à figures noires représentent alors environ la moitié des vases produits par les céramistes laconiens (graph. 1 et 13), et les peintres laconiens majeurs appartiennent à cette période. Entre 550 et 525, leur nombre diminue de moitié et ils suivent alors la tendance générale de la production de céramique laconienne ; ils représentent encore cependant la moitié de la production. Les vases du style Laconien III se répartissent entre quatre ateliers principaux19, ceux du Peintre de Naucratis, du Peintre des Boréades, du Peintre de la Chasse et du Peintre des Cavaliers, trois ateliers secondaires, ceux du Peintre d’Arkésilas, du Peintre d’Allard-Pierson et du Peintre des Miniatures et plusieurs peintres mineurs auxquels on attribue deux ou trois œuvres.

95L’atelier du Peintre de Naucratis est celui qui a livré le plus grand nombre de vases (182 exemplaires) et surtout la plus grande variété de formes même si les coupes constituent l’écrasante majorité. On trouve des formes peu exportées et propres à la Laconie, comme la lakaina, mais également certaines totalement inconnues dans sa région d’origine, comme les dinoi et les lydia. C’est également l’atelier le plus ancien et celui dont l’activité s’étale le plus dans le temps, entre 580 et 540, avec un apogée dans le second quart du VIe siècle. Sa production s’arrête presque aussi brusquement qu’elle a commencé vers 550-540. Ses plus anciens vases mis au jour sont quatre coupes de Tocra (TOC018-021), une coupe de Cyrène (CYR148) et un lydion d’Orvieto (ETR011) ; tous datés entre 580 et 570.

96L’atelier compte un nombre notable d’œuvres en Laconie (25 exemplaires) et en Grèce propre (20 exemplaires dont douze à Olympie). C’est l’atelier laconien dont la distribution est la plus étendue, allant jusqu’à Marseille et Huelva, mais elle se concentre cependant surtout à l’Est du bassin méditerranéen à Samos (59 exemplaires), et en Cyrénaïque (25 exemplaires : quinze à Cyrène et dix à Tocra). En Occident, on compte toutefois douze exemplaires disséminés en Étrurie et cinq exemplaires en Sicile provenant tous de la région de Syracuse. Un exemplaire provient de l’Adriatique à Torre Santa Sabina (SAL052).

97L’atelier du Peintre des Boréades a une production assez importante (121 exemplaires), pour laquelle on recense uniquement des coupes à tige, à l’exception d’une tasse à deux anses provenant de Satyrion (SAT029), mais dont l’attribution est incertaine. Elle se concentre toutefois uniquement dans le second quart du VIe siècle et s’arrête aussi brusquement qu’elle a commencé.

98Le peintre est absent de Laconie, mais présent dans les grands sanctuaires de Grèce avec douze exemplaires à Olympie et un exemplaire à Delphes. Les principaux lieux de découverte se situent à l’Est, principalement à Samos (43 exemplaires), à Naucratis (19 exemplaires) mais également à Milet (quatre exemplaires), Sardes (trois exemplaires), Smyrne et Chypre (un exemplaire). Il n’a que très peu d’œuvres dans le monde grec colonial : cinq à Cyrène, trois en Sicile, à Himère, Sélinonte et Syracuse, et trois à Satyrion. On note sa présence dans le monde étrusque avec huit coupes à Rome, qui est alors le plus gros dépôt d’Occident, trois à Gravisca, deux à Cerveteri et un à Veies et à Vulci. La répartition est donc beaucoup moins diffuse que pour l’atelier précédent. Il apparaît que l’hypothèse émise par M. Pipili (Pipili 2004, p. 99 et 1998, p. 96) et C. M. Stibbe (Stibbe 1997, p. 36) d’un peintre travaillant surtout pour Samos et son « réseau » d’échanges semble probable, Samos et Naucratis totalisant 60 % de la production connue du peintre. L’exemplaire de Chypre (CHY001) va dans ce sens. Le Peintre des Boréades est, de plus, celui qui a une production et un style qui se rapprochent beaucoup de la Grèce de l’Est, dont il pourrait d’ailleurs être originaire (Pompili 1986a, p. 69). La quasi absence de ce peintre à Tocra et les exemplaires de Cyrène montrent à nouveau que les deux cités de Cyrénaïque ne dépendent pas forcément des mêmes circuits de distribution ; si on ne peut exclure pour Cyrène une route directe venant de Samos et d’Égypte, ce n’est pas le cas pour Tocra.

99Pour l’atelier du Peintre de la Chasse, on recense 131 œuvres. Les formes produites sont moins nombreuses que celles de l’atelier du Peintre de Naucratis, la coupe est également la forme majoritaire, mais demeurent assez variées. Toutes les formes représentées dans la production sont attestées en Laconie à l’exception du calice. Le Peintre de la Chasse est le plus « laconien » par la présence dans son répertoire de formes prisées dans sa région d’origine : on dénombre, par exemple, dix lakainai provenant de son atelier contre huit pour l’ensemble des autres. Ses débuts se situent dans le second quart du VIe siècle, mais le maximum de production est atteint entre 550 et 525. Tout s’arrête brusquement aux environs de 525, sans que l’atelier ne semble connaître de crise préalable.

100Le peintre est attesté en Laconie (seize exemplaires) et en Grèce, surtout dans le Péloponnèse, à Olympie (neuf exemplaires) et à Néapolis (sept exemplaires). À l’extérieur, sa production se répartit de façon plus homogène entre les deux côtés de la Méditerranée, avec toutefois une majorité de vases à l’Est toujours presque uniquement à Samos (29 exemplaires). En Cyrénaïque, Cyrène a livré seize exemplaires et Tocra un seul. À l’Ouest, ses œuvres proviennent surtout d’Étrurie (seize exemplaires), mais sans concentration particulière. L’atelier est également présent dans le golfe de Tarente (quatre exemplaires à Satyrion et deux à Tarente) et sur les côtes Sud et Est de la Sicile à Catane, Mégara Hyblaea, Syracuse et Géla.

101Les formes produites par l’atelier du Peintre des Cavaliers sont également assez diverses ; malgré la domination écrasante des coupes, on relève là aussi la présence de formes prisées plutôt en Laconie, comme les phiales ou les lakainai, mais également d’autres, absentes de la région d’origine de l’atelier, comme le dinos. L’atelier est contemporain, à ses débuts, de ceux du Peintre de Naucratis et du Peintre Boréades, mais sa production connaît son maximum entre 550 et 525, après une croissance progressive, et non pas entre 575 et 550. Elle s’arrête cependant brutalement, comme la plupart des autres ateliers, vers 525. La plus grande variété de formes se situe dans le troisième quart du VIe siècle, juste avant l’arrêt définitif.

102Sur les 85 exemplaires recensés, deux proviennent de Laconie et trois du Péloponnèse, deux à Olympie et un à Sicyone, et Égine. À l’extérieur, l’atelier connaît une répartition diffuse sans région particulière qui se détache. L’Étrurie reçoit le plus de vases (18 exemplaires), notamment à Cerveteri (huit exemplaires), mais en nombre à peu près équivalent à celui de Samos et de Naucratis (quatorze exemplaires). Le peintre est également présent en Cyrénaïque, à Cyrène (neuf exemplaires) et Tocra (quatre exemplaires), ainsi qu’en Grande−Grèce, mais presque uniquement à Satyrion (onze exemplaires sur les treize recensés) et, en Sicile, à Sélinonte (quatre exemplaires) et Catane (deux exemplaires).

103Parmi les ateliers secondaires, seul le Peintre d’Arkésilas appartient au style Laconien III. On recense 24 œuvres dont 21 datées du second quart du VIe siècle. Il s’agit toujours majoritairement de coupes, on recense une lakaina, un cratère en cloche, une pyxis et un aryballe.

104Le peintre est attesté en Laconie (deux exemplaires) et à Olympie. Comme pour les peintres majeurs c’est à Samos que l’on retrouve la moitié des œuvres connues (huit exemplaires). Cependant, le Peintre d’Arkésilas a livré des œuvres exceptionnelles tant par leur lieu de découverte que par leur iconographie. Tout d’abord sa coupe éponyme, représentant le roi Arkésilas assistant à la pesée du silphion ; il s’agit de la première représentation d’un personnage historique dans l’art grec. Son thème témoigne de relations étroites entre le peintre et la scène représentée sur lesquelles nous reviendrons (fig. 26). Elle a été mise au jour à Vulci et est le témoignage le plus favorable pour l’hypothèse d’une commande à un potier laconien d’après G. P. Schaus (Schaus 1983, p. 89). Deux autres vases du peintre ont été découverts en Étrurie à Cerveteri et Gravisca. Ensuite, le Peintre d’Arkésilas est le seul dont des vases ont été retrouvés en milieu indigène, en Sicile, avec une coupe à Raguse (SIL112) et un cratère exceptionnel à Grammichele (SIL017) qui amène son inventeur à émettre l’hypothèse que les figures noires laconiennes de Sicile auraient été d’abord destinées au marché étrusque et témoigneraient alors des échanges entre les deux régions (Bacci 1988, p. 2-3).

105Les autres ateliers secondaires appartiennent tous au style Laconien IV : l’atelier du Peintre d’Allard-Pierson, celui du Peintre des Miniatures et celui du Peintre des Hoplites. Le style laconien IV apparaît vers 530 jusqu’à la fin du VIe siècle, date d’arrêt de la production de vases à figures noires en Laconie ; il se caractérise par de fortes influences attiques. La production n’est cependant plus que résiduelle.

106La production du Peintre d’Allard-Pierson se concentre dans le troisième quart du VIe siècle. Il s’agit, comme pour les autres ateliers, presque uniquement de coupes à l’exception d’un cratère en cloche et d’une phiale.

  • 20 Pelagatti, Stibbe 2001, p. 372-374. P. Pelagatti donne le chiffre de 52 œuvres attribuées au peint (...)

107Sur les 27 pièces qui lui sont attribuées20, 17 proviennent de Tarente et Satyrion, sept de l’Ouest du bassin méditerranéen à Cyrène, Gravisca et Géla, et deux de Samos, mais aucune de Laconie. Sa production représente, environ 40 % des vases à figures noires trouvés à Tarente et Satyrion. P. Pelagatti en déduit que le peintre a certainement séjourné dans le golfe de Tarente un certain temps et a répondu à la demande locale. L’argile diffèrente de certaines de ses coupes pourrait confirmer l’hypothèse d’une production sur place (Pelagatti, Stibbe 2001, n. 52 p. 15). Ses coupes dateraient des années 540-530 (Pelagatti 1956, fig. 35 p. 38).

108La production de l’atelier du Peintre des Miniatures est atypique car la principale forme est le calice et non la coupe à tige. Il s’agit d’une forme inconnue en Laconie et peu représentée pour les autres ateliers (deux exemplaires pour le Peintre de Naucratis et deux exemplaires pour le Peintre de la Chasse). Elle se concentre essentiellement dans le troisième quart du VIe siècle (19 exemplaires). Tous les vases de ce peintre ont été mis au jour à Samos. Leurs formes et leur lieu de découverte plaident en faveur d’une production sur place ou au moins d’une production sur commande.

109La production du Peintre des Hoplites compte pour l’instant 21 vases. Des formes autres que les coupes existent, notamment deux aryballes, qui n’appartiennent pas ou peu au répertoire des peintres majeurs laconiens. Elle est assez étalée dans le temps, entre 575 et 525. Le peintre est absent de Laconie. À l’extérieur, le faible nombre d’ouvres connues rend l’étude de la distribution peu éloquente et il n’y a pas de zone de concentration ni de site privilégié de découverte. On le retrouve en effet tout autour du bassin méditerranéen avec à chaque fois des exemplaires isolés à Samos, Milet, Cyrène, Cerveteri, Vulci, Pompeï, Capoue, Rome.

110Les figures noires laconiennes comptent également une série importante de peintres mineurs à laquelle un nombre extrêmement réduit d’exemplaires a pu être attribué. Nous nous contentons ici de donner le nombre de vases et la période d’activité :

  • Le Peintre de la Chimère : douze coupes et deux lakainai datées principalement entre 550 et 525.
  • L’atelier « Réformé » (OF28, p. 8) dont le Peintre d’Olympie : treize coupes, dont quatre datées entre 550 et 525 et sept entre 525 et 500.
  • Le Peintre de Typhon : sept coupes dont une datée du second quart du VIe siècle et une du troisième quart.
  • Le Peintre des Dioscures : ce peintre produit uniquement des lakainai (six exemplaires), à l’exception d’un canthare.
  • Le Peintre de Cyrène : trois coupes, une datée entre 550 et 525 et deux entre 525 et 500.

111Il apparaît au final que les peintres laconiens se répartissent en deux groupes selon leur courbe de production : ceux dont la période de prospérité se situe entre 575 et 550 et ceux pour lesquels elle se situe entre 550 et 525. Dans la première catégorie, se placent : le Peintre de Naucratis, le Peintre des Boréades, le Peintre d’Arkésilas et le Peintre des Dioscures. Tous cessent leur activité brutalement vers le milieu du siècle. À l’exception du Peintre de Naucratis, il s’agit de peintres qui produisent peu de formes, avec une très nette majorité de coupes, mais dont le nombre d’ouvres recensées est important (288 œuvres sur les 813 vases à figures noires compris dans l’étude soit 35,5 %). Dans la seconde catégorie, se situent : le Peintre de la Chasse, le Peintre des Cavaliers, le Peintre d’Allard-Pierson, le Peintre des Miniatures, le Peintre des Hoplites et le Peintre de la Chimère. La plupart amorcent leur production avant 550, mais celle-ci se développe réellement entre 550 et 525. Tous connaissent la même chute brutale aux environs de 525. Les formes sont plus variées que pour le groupe précédent, même si la coupe reste la forme principale, et tous ont en commun de produire des vases plutôt conformes aux goûts locaux laconiens, notamment la lakaina. Ces peintres totalisent un nombre d’œuvres presque équivalent à celui des quatre peintres du premier groupe (298 œuvres soit 36,5 % des vases à figures noires compris dans l’étude). L’Atelier « Réformé » d’Olympie constitue une exception car ses œuvres sont toutes datées entre 525 et 500.

112Trois temps importants se dégagent alors pour les vases à figures noires laconiens : avant 575, où l’on assiste à un changement de style (passage du Laconien II au Laconien III) qui semble entraîner le développement de sa production ; autour de 550, où la production connaît une première crise dont elle ne se relève pas tout à fait, et autour de 525 où advient une seconde crise qu’elle ne surmonte pas. La première crise, vers 550, voit l’émergence d’un nombre important de nouveaux peintres.

113D’une manière générale, les peintres dont le maximum de production se situe entre 575 et 550 ont une distribution centrée principalement sur l’Est du bassin méditerranéen. La deuxième catégorie d’ateliers dont le maximum de distribution se situe entre 550 et 525 a une distribution plus diffuse dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Certains d’entre eux semblent centrés sur un site particulier comme le Peintre d’Allard-Pierson dans le golfe de Tarente ou le Peintre d’Olympie et l’Atelier « Réformé » à Olympie.

114Entre 600 et 575, les vases exportés appartiennent surtout à l’atelier du Peintre des Poissons. Ils se retrouvent principalement à l’Ouest sur les côtes de la mer ionienne à Tarente, Catane (quatre exemplaires), Sélinonte et Gravisca (un exemplaire). On note seulement trois exemplaires à l’Est deux à Milet et un à Samos. Quelques vases (seize exemplaires) des peintres du Laconien III apparaissent cependant, ils proviennent de Sélinonte (sept exemplaires), Samos (6 exemplaires), Mégara Hyblaea (deux exemplaires) et Cyrène (un exemplaire). Sélinonte mise à part, il ne s’agit donc pas des mêmes sites que pour le Laconien II. On remarque entre autre l’absence des grands sanctuaires et notamment d’Olympie. C’est dans le second quart du VIe siècle que la diffusion des vases à figures noires, mais également leur présence en Laconie sont les plus importantes avec 325 exemplaires recensés. La diffusion accompagne la croissance de la production et montre donc que celle-ci était essentiellement destinée à l’exportation. Tous les peintres laconiens majeurs sont représentés : le Peintre de Naucratis (124 exemplaires), le Peintre des Boréades (93 exemplaires), le Peintre de la Chasse (26 exemplaires), le Peintre des Cavaliers (25 exemplaires) et le Peintre d’Arkésilas (21 exemplaires). On retrouve les vases à figures noires dans tout le bassin méditerranéen de Huelva à l’Ouest à Sardes à l’Est, et de Tarquinia au Nord à Naucratis au Sud. Les principaux lieux d’importation sont Samos (96 exemplaires), la Cyrénaïque (45 exemplaires), l’Égypte (30 exemplaires), l’Étrurie (27 exemplaires), la Grèce (27 exemplaires) et la Sicile (onze exemplaires).

115La concentration à Samos et Naucratis contraste avec le peu d’exemplaires retrouvés à l’Est ; on note toutefois la présence de quatre exemplaires à Milet, deux à Gordion et un à Ialysos. Tous les peintres majeurs laconiens sont présents à Samos, qui constitue alors leur débouché principal, à l’exception du Peintre des Cavaliers dont la distribution se répartit de façon équivalente entre l’Est et l’Ouest du bassin méditerranéen. En Occident, les vases se concentrent pour l’Italie du Sud dans le golfe de Tarente, à Tarente (trois exemplaires) et Satyrion (huit exemplaires), à l’exception de deux exemplaires à Cumes et un à Nola. En Étrurie, ils se répartissent entre Cerveteri (dix exemplaires), Gravisca (sept exemplaires), Rome, Vulci (trois exemplaires), Tarquinia et Veies (deux exemplaires). En Sicile, ils sont disséminés sur les côtes Sud et Est de l’île, avec une petite concentration à Syracuse (cinq exemplaires). En Cyrénaïque, Cyrène reçoit la majorité des vases à figures noires laconiens avec 33 exemplaires contre douze pour Tocra. Les figures noires laconiennes de Grèce propre proviennent quasiment toutes d’Olympie (20 exemplaires) qui est, semble-t-il alors, le sanctuaire de prédilection des Laconiens (OF28, p. 126, 132.).

116Les peintres travaillent donc essentiellement pour Samos et son réseau d’échanges entre 575 et 550, notamment Naucratis, ce qui n’était pas le cas du Peintre des Poissons auparavant. Les zones d’échanges et les acteurs changent et on voit à nouveau le parallèle qui existe entre Tarente et Tocra d’un côté et la mer Égée, l’Égypte et Cyrène de l’autre.

117Le troisième quart du VIe siècle est une période de crise pour la figure noire laconienne : elle voit sa production baisser, même si le nombre d’ateliers augmente avec le début de la production des Peintres d’Allard-Pierson, de la Chimère, des Miniatures, qui s’ajoutent aux anciens ateliers. S’il ne reste plus que quelques exemplaires de l’atelier du Peintre de Naucratis (dix exemplaires), les ateliers du Peintre de la Chasse et du Peintre des Cavaliers connaissent leur apogée (48 et 33 exemplaires). La diffusion s’étend toutefois moins au Sud, avec la disparition des importations à Naucratis, et moins à l’Ouest, n’allant pas au-delà de l’Étrurie. Les lieux de distribution restent sensiblement les mêmes mais leur hiérarchie change. Certaines aires sont délaissées comme la Grèce de l’Est et l’Égypte, ce qui semble être une conséquence de la baisse des importations de Samos. Cette dernière (33 exemplaires) reçoit encore 19 % des exemplaires recensés, mais deux régions deviennent proportionnellement importantes : l’Étrurie (36 exemplaires) et la Cyrénaïque (26 exemplaires soit 15,5 % des exemplaires recensés).

118En Étrurie, les vases se concentrent surtout à Gravisca (27 exemplaires), et en Cyrénaïque, ils disparaissent à Tocra. Viennent ensuite la Grèce (19 exemplaires dont treize pour Olympie) et la Sicile (7 exemplaires). On remarque également une augmentation des vases mis au jour en Italie du Sud, avec 20 exemplaires recensés dont 16 à Satyrion qui proviennent tous de l’atelier du Peintre d’Allard-Pierson.

119La fin des importations de Samos semble être à l’origine des principaux changements qui adviennent dans la distribution des ateliers à partir de 550. Tout d’abord, elle paraît mettre un terme à la diffusion des œuvres du Peintre des Boréades et dans le même temps, on assiste à l’émergence du Peintre des Miniatures à Samos. La destination des œuvres de certains ateliers change : la répartition chronologique et géographique des œuvres du Peintre de la Chasse nous montre qu’il y a un changement de destinataires vers le milieu du siècle sans que sa production soit affectée. Après la chute des importations à Samos, il trouve refuge dans le marché cyrénéen. Ses œuvres sont alors également présentes de façon significative en Laconie, avec quatre lakainai, forme de l’atelier que l’on ne retrouve pas ailleurs. Le Peintre de la Chasse travaille donc pour d’autres clients que ceux du second quart du VIe siècle, en particulier Samos, car sa production ne se trouve affectée ni en quantité ni en qualité par la chute de la demande samienne. L’atelier du Peintre des Cavaliers suit le même schéma, ses œuvres se retrouvent alors principalement en Étrurie. De nouveaux peintres émergent ailleurs comme le Peintre d’Allard-Pierson dans le golfe de Tarente dont les vases ne sont pas diffusés à l’Est au-delà de Cyrène.

120Pour la période 525-500, seulement 26 vases ont été recensés dont 18 à Olympie. C’est la fin des exportations de céramique laconienne à figures noires. Il semble qu’il y a un sursaut dans la production avec une réforme d’atelier (OF28, p. 48 et ss.) sur laquelle nous reviendrons lors de l’étude du sanctuaire (Cf. p. 124-132). La qualité de la production baisse cependant (OF28, p. 8). Les autres exemplaires proviennent tous de Cyrène.

121Les exportations laconiennes de figures noires sont donc différentes suivant les régions et les périodes. On peut voir que certaines cités ont un rôle moteur pour la production et les exportations laconiennes de ce type, comme Samos et Naucratis dans le deuxième quart du VIe siècle, ou Olympie dans le dernier quart. D’autres semblent s’insérer dans des réseaux commerciaux antérieurs et devenir les pôles majeurs d’exportation lorsque les principales régions font défaut : tel est le cas de l’Étrurie, et en particulier de Gravisca, après 550, et de Cyrène, qui entretient peut-être en plus des liens filiaux. La Grèce, représentée essentiellement par Olympie, est à part ; il s’agit du sanctuaire de prédilection des Laconiens et l’on ne peut parler des exportations vers Olympie dans les mêmes termes que pour le reste de la Méditerranée.

122Le problème des intermédiaires de transport se pose. L’étude de la répartition des céramiques du Laconien II a permis de voir que Samos intervient seulement de manière déterminante à partir du Laconien III et que ce commerce s’inscrit dans des échanges déjà existants. L’aire occidentale a donc un réseau de distribution de la céramique du Laconien II antérieur à celui de la céramique à figures noires du Laconien III, comme nous l’avions déjà vu lors de l’étude des coupes (Cf. p. 20-21).

123Pour le Laconien III, l’arrêt des exportations survient à différents moments suivant les régions et la fin des exportations vers Samos ne peut expliquer l’interruption totale vers 525 car elle semble avoir cessé d’agir sur la diffusion des céramiques laconiennes dès 550. Les exportations se reportent de l’Est vers l’Ouest au milieu du VIe siècle.

124L’étude des peintres laconiens permet d’approcher les relations entre les différentes régions de façon plus précise : leur répartition conforte l’idée d’une demande samienne prépondérante dans le second quart du VIe siècle qui, lorsqu’elle se tarit, oblige les ateliers à trouver de nouveaux débouchés. La production s’en trouve affectée, mais la crise n’est pas suffisamment forte pour y mettre une fin définitive puisque certains voient alors leur production augmenter, comme le Peintre de la Chasse et le Peintre des Cavaliers. L’exemple de la Cyrénaïque illustre parfaitement le rôle partiel et limité dans le temps de Samos. Le faible nombre de vases du Peintre des Boréades dans la région, alors que 60 % de sa production se trouve à Samos et Naucratis, montre que celui-ci travaille surtout pour la première. Les cinq pièces du peintre retrouvées à Cyrène incluent la cité dans le circuit samien (Venit 1985, p. 392-393) et son absence à Tocra montre que cette dernière ne dépend pas de ces échanges. La présence de peintres plus tardifs dont la distribution se concentre surtout en Occident au sanctuaire de Déméter à Cyrène dans le troisième quart du VIe siècle et appuie ce que nous avons déjà vu pour l’étude des formes : Cyrène appartient donc, en plus des routes samiennes, à un réseau d’échanges parallèles déjà en activité dans le premier quart du VIe siècle.

125La présence de certains peintres, ou leur absence, fait également entrevoir la nature des différents distributeurs et confirme ce qui a déjà été pressenti lors de l’étude de la répartition des différentes catégories et formes de la céramique laconienne. La concentration de certains peintres dans des aires géographiques limitées comme le Peintre des Poissons et le Peintre d’Allard-Pierson dans la mer ionienne, ou le Peintre des Boréades dans l’Est du bassin méditerranéen va dans le sens de phénomènes de commandes directes ou de potiers itinérants. Certains peintres semblent travailler plus pour certaines régions que d’autres et l’effondrement de la demande d’un débouché tel que Samos peut avoir entraîné la crise d’un atelier comme celui du Peintre des Boréades. Une restructuration ou une réforme de l’atelier autour des peintres qui lui succèdent aurait alors eu lieu (Nafissi 1986, fig. p. 169 ; Pompili 1986a, p. 73). Dans le cas de cet atelier la disparition du « maître » entraînerait une baisse de la qualité et pourrait expliquer la chute de la demande de Samos d’après F. Pompili (Pompili 1986a, p. 72-73). On peut cependant penser que c’est la fin de la demande samienne qui entraîne la crise et non l’inverse quand on voit l’importance que celle-ci occupe dans la distribution des vases à figures noires laconiens entre 575 et 550. L’existence de phénomènes de commandes ne peut cependant être approchée que par l’étude détaillée du matériel des différents sanctuaires samiens, et notamment de l’iconographie, sur lesquels nous reviendrons (Cf. p. 136-138 ; 141-142).

Nombre de vases dans la base

Laconie

73

Grèce de l’Est et Rhodes

244

Cyrénaïque

110

Grèce

105

Étrurie et Latium

90

Grande-Grèce

68

Sicile

42

Égypte et Moyen Orient

33

Extrême Occident

9

Chypre

1

Mer Noire

1

Salento

1

Provenance inconnue

54

Total

832

Tabl. 8 — Distribution des vases laconiens à figures noires.

La céramique laconienne dans les épaves archaïques des côtes d’Italie et de Sicile

126L’étude des vases mis au jour dans les différentes épaves archaïques découvertes en Méditerranée peut nous éclairer sur les éventuels intermédiaires du commerce des vases laconiens ainsi que sur les choix qui présidaient à la composition des cargaisons et plus particulièrement au chargement de céramique fine. Pour l’époque archaïque, quatre épaves ont livré du matériel laconien, toutefois peu nombreux. La première épave, et la plus ancienne, se situe au large de l’Étrurie près de l’île du Giglio, la seconde au large de la presqu’île de Giens dans le Sud de la France, les deux dernières, plus récentes, ont été mises au jour près de la côte méridionale de la Sicile, non loin de Géla.

– L’épave de l’île du Giglio

127L’épave de l’île du Giglio daterait, d’après le matériel retrouvé à son bord, de la fin du VIIe siècle ou de la première décennie du VIe (Bound 1991, p. 181). Il s’agirait d’un navire d’origine gréco-orientale ayant fait escale en Étrurie d’après la forte majorité d’amphores étrusques découvertes à son bord (Cristofani 1993, p. 209). Le chargement peut être divisé en quatre catégories : les céramiques de transport (amphores de transport et vases à parfum) contenant des denrées périssables (olives, pignons, résine pour les denrées attestées), la céramique fine et les objets de luxe, les lingots de métal et le matériel de l’équipage. La cargaison est standard par rapport aux autres navires découverts en Méditerranée pour la même époque. Nous nous intéresserons ici uniquement aux céramiques de transport et à la céramique fine. La majeure partie de la céramique fine de l’épave de l’île du Giglio est ionienne, la cargaison comprenait cependant un nombre important de vases à parfum corinthiens (28 exemplaires) et quelques vases laconiens : six aryballes (dont un du groupe Bd et un du groupe G), deux tasses, une œnochoé et une olpè. Les aryballes laconiens de l’épave correspondent à ceux découverts en Étrurie, il s’agit d’aryballes globulaires. Les aryballes laconiens arrivent en Étrurie de 625 à 550 ; les plus anciens ont été découverts à Cerveteri (CER017-018). Entre 600 et 575, ils appartiennent, pour la plupart, au groupe B (Cf. p. 158), comme l’exemplaire du Giglio.

128Les tasses laconiennes à une anse sont peu exportées (Cf. p. 160), correspondant surtout aux goûts laconiens.

129Ce sont ici les seuls exemplaires retrouvés en Étrurie, et seulement deux autres tasses du même type ont été recensées en Grande-Grèce, une à Satyrion (Lo Porto 1964, p. 222) et une à Sybaris (SYB011) ; elles sont datées de la même période. Leur présence à bord tend à prouver que le navire a fait escale soit en Laconie, soit dans le golfe de Tarente où ont été mises au jour la plupart des formes de vases laconiens peu exportées. Nous avons déjà envisagé le rôle de redistributeur de Tarente pour la céramique laconienne dans le premier quart du VIe siècle (Cf. p. 20-21) : la présence de la tasse cylindrique dans l’épave de l’île du Giglio est un argument supplémentaire en faveur de cette hypothèse.

130Les formes les plus courantes de la céramique laconienne, le cratère et la coupe, sont absentes ; elles sont cependant attestées pour la série ionienne, pour la coupe, et la série corinthienne, pour le cratère (Bound 1991, p. 17-18). L’absence de coupes laconiennes à bord de l’épave correspond au matériel de l’Étrurie où les coupes ne semblent pas avoir été réellement importées avant 575, ce qui n’est pas le cas pour les cratères, également absents de la cargaison, mais bien présents en Étrurie dès la fin du VIIe siècle. La cargaison de l’épave de l’île du Giglio confirme donc ce qui avait été observé de façon générale lors de l’étude de la distribution : les aryballes laconiens ne voyagent pas avec les autres formes les plus exportées de la série laconienne, la coupe et le cratère, et ne sont pas destinés aux mêmes régions. La présence d’une tasse cylindrique et d’un aryballe du type B renvoie une fois de plus à Tarente qui, dans le premier quart du VIe siècle, est la principale importatrice de céramique laconienne.

– L’épave de la pointe Lequin 1A

131Deux épaves archaïques ont été découvertes au large de la presqu’île de Giens dans le Sud de la France près de la pointe Lequin, Lequin 1A et 1B (Long, Miro, Volpe 1992). Il semble que le site n’ait pas été pillé et que la cargaison nous soit parvenue intacte. Seule l’épave 1A contient de la céramique laconienne. Il s’agit d’une cargaison assez variée comprenant des amphores de transport grecques, de la petite céramique à vernis noir et commune, des lampes, des statuettes en terre cuite et en bronze (Long, Miro, Volpe 1992, p. 201). L’ensemble a été daté entre la fin du VIe siècle et le début du Ve, probablement aux environs de 530-510.

132La céramique laconienne est représentée par un col d’amphore de table, une œnochoé de type C et par d’autres vases fermés à vernis noir dont la forme n’a pu être précisée. Ces vases ne correspondent pas à ce qui a été retrouvé dans le Sud de la France pour cette époque car la céramique laconienne a en effet presque disparu de la région, à l’exception des amphores de transport (Sourisseau 1997, p. 112 et 335).

133L’épave de la pointe Lequin ne nous apporte donc que peu de renseignements sur la circulation des vases laconiens.

– Les épaves de Géla

Épave no 1

134Cette épave a été découverte non loin de Géla à l’embouchure du fleuve, là où est localisé actuellement l’emporion de Bosco Littorio (Panvini 2001, p. 26-63). La cargaison découverte est importante, mais certainement incomplète : une grande partie a dû être récupérée dans l’Antiquité, juste après le naufrage, et une autre a été dispersée par les mouvements naturels de la mer et les tempêtes. Le navire est daté du début du Ve siècle. La présence d’une quantité importante de pierres, comparée au faible volume du matériel, amène à penser qu’il s’agit d’un chargement de fin de parcours et que les pierres ont été utilisées comme lest : Géla devait être le dernier port de la côte sicilienne fréquenté par le bateau qui devait alors prendre une nouvelle cargaison d’objets (Fiorentini 1990, p. 25 ; Panvini 2001, p. 26-27). Le chargement était composé de nombreuses amphores de transport provenant de tout le monde grec (Giudice 1987, p. 27-29), avec une majorité d’amphores chiotes (60 %) mais également des amphores gréco-orientales (« ionio-massaliotes »), corinthiennes A, certainement chargées dans les différents emporia et non dans leur cité de fabrication d’origine. On a également relevé de la céramique attique, dont une œnochoé, une coupe et trois askoi à figures noires qui ont permis de dater le chargement, ainsi que deux askoi, quatre skyphoi et des coupes skyphoïdes attiques à vernis noir que l’on retrouve fréquemment dans les cités d’Occident. À côté de la céramique attique, on trouve à son bord un nombre important de céramique coloniale qui renforce l’hypothèse d’un parcours le long de la côte orientale.

135Quelques fragments de vases laconiens ont été retrouvés (Panvini 2001, p. 44) : une anse et un fragment de panse de deux cratères à étriers du type F, une anse de stamnos et deux bassins à vernis noir. La typologie des vases laconiens de cette épave correspond à ceux mis au jour pour la même époque dans les sites de l’île. Géla et Lipari sont les seuls sites à recevoir encore de la céramique laconienne, uniquement des cratères et des stamnoi à vernis noir. La cargaison était donc destinée probablement à Géla. On sait, par l’étude de la céramique attique en Étrurie et à Géla (Giudice 1987, p. 115), que la voie du détroit de Messine est, dans le premier quart du VIe siècle, accaparée progressivement par les tyrans de Géla, les Deinoménides (Giudice 1987, p. 137-138) : les liens entre les cités proches du détroit, comme Lipari, et Géla ont pu se trouver renforcés et facilités. Le stamnos présent à bord de l’épave pourrait provenir de Lipari ou de la région du détroit de Messine. Il aurait été destiné à Géla, où la forme est particulièrement prisée (Cf. p. 26). Il serait arrivé par les côtes siciliennes où l’influence des tyrans de Géla se fait de plus en plus sentir. Ceci renforce l’hypothèse de potiers itinérants présents en Sicile (Cf. p. 29) qui, pour C. M. Stibbe (Stibbe 1984), seraient installés à Lipari.

Épave no 2

136Cette épave a livré essentiellement de la céramique coloniale (Panvini 2001, p. 67-95). On note la présence d’un cratère à colonnettes attique à figures rouges, daté entre 440 et 430 et d’une kylix attique à vernis noir datée de la même époque. Le reste de la cargaison semble un peu plus ancien (première moitié du Ve siècle). Le chargement comportait également deux cratères laconiens, un à vernis noir du groupe F et un du groupe C. L’auteur les date du début du Ve siècle ; ces derniers seraient alors les plus anciens de la cargaison. Les cratères à vernis noirs ont continué d’être produits jusqu’à la fin du Ve siècle (LMB, Groupe L, p. 58-59), mais n’ont plus été exportés que vers la Sicile notamment à Géla, Lipari et Sélinonte. Leur présence à bord de cette épave correspond à celle de l’épave no 1 et atteste à nouveau de liens particuliers probables entre la Sicile et la Laconie à cette époque.

137La comparaison du matériel laconien des épaves avec celui découvert dans les régions près desquelles ont eu lieu les naufrages montre tout d’abord que les typologies correspondent, au moins dans le cas de l’épave du Giglio, avec celles de l’Étrurie et, dans le cas des épaves de Géla, avec celles de la Sicile ; on manque cependant d’éléments de comparaison contemporains pour l’épave Lequin 1A.

  • 21 Long, Gantes, Drap 2002. Outre les épaves de la pointe Lequin, on a découvert une autre épave arch (...)
  • 22 Di Stefano 1993-1994. Les restes d’une cargaison datée de la seconde moitié du VIe siècle ont été (...)

138Ensuite, les chargements confirment les chronologies de distribution établies grâce à l’étude des formes. Les vases à parfum sont quasiment absents des épaves de Géla datant d’après 550, alors qu’ils représentent une bonne part du chargement de l’épave de l’île du Giglio, semble-t-il, des épaves du Sud de la France21 et d’une autre épave découverte près de Camarine22, toutes datées de la seconde moitié du VIe siècle. Ceci correspondrait également à la disparition des vases à parfum laconiens et corinthiens dans le monde méditerranéen. On constate également l’absence ou le très faible nombre de grands vases dans tous ces navires qui transportent comme vaisselle de bord pour l’équipage uniquement de la petite céramique accompagnant les denrées alimentaires contenues dans les amphores. Les vases à parfum et les autres vases de la série laconienne n’ont pas les mêmes réseaux de distribution. Le cas des épaves de Géla confirme la spécificité régionale dans la distribution des grands vases laconiens du début du Ve siècle, cratères et stamnoi.

139Le matériel des épaves laisse supposer le trajet des navires. Pour l’épave de l’île du Giglio, la cargaison incite à penser que la redistribution des vases laconiens et ioniens arrivés en Grande-Grèce se faisait de l’Étrurie vers les régions d’Extrême-Occident. La présence à son bord d’une tasse cylindrique tout comme celle des aryballes, tendrait à prouver que le bateau a fait escale en Laconie ou à Tarente. Les épaves de Géla, quant à elles, ont confirmé la place particulière de la Sicile dans la distribution de la céramique laconienne à la fin du VIe siècle et au début du Ve. Les types présents à bord des épaves et le contexte historique renforcent l’hypothèse de la circulation des artisans.

La distribution des vases de bronze laconiens

  • 23 Nous entendrons, tout au long du présent chapitre, par « vases de bronze », les vases de bronze te (...)

140La série céramique doit être confrontée aux vases de bronze laconiens23. Ceux-ci ne répondent pas aux mêmes problématiques de distribution que les vases céramiques même si, en apparence, ils remplissent les mêmes fonctions ; ils sont plutôt liés à un système d’échanges basés sur la commande directe. Ce sont des objets de prestige qui constituent souvent des offrandes de prix, collectives ou individuelles, ou qui peuvent également entrer dans des relations de don et de contre-don avec les aristocraties non-grecques. L’origine laconienne de ces vases est au centre de nombreuses controverses. Nous laisserons de côté ce problème pour nous intéresser à la question de la répartition géographique des vases supposés laconiens et aux éventuels parallèles ou différences pouvant exister avec la distribution des mêmes formes céramiques. Nous ne prendrons en compte que les vases de bronze mis au jour dans les régions proches de l’aire de diffusion de la céramique laconienne. Un nombre notable de ces vases a en effet été mis au jour dans des tombes princières aux marges du monde méditerranéen, dans les Balkans à Trebenischte (LMB, br. 10 et br. 11 p. 60) et vers la Mer Noire à Odessa (LMB, br. 19 p. 61) et Olbia (LMB, br. 12 p. 61) ainsi qu’en Occident, en France à Vix (Rolley 2003, p. 77-143). Leur diffusion est donc géographiquement plus large que celle de la céramique laconienne et montre bien leur statut particulier.

141En dehors de la Laconie et des marges, les vases de bronze proviennent de trois régions principales : la Grèce (59 vases : dont 21 hydries, six chaudrons, deux cratères et deux œnochoés), la Grande−Grèce (treize hydries) et la Sicile (six vases : trois hydries, une oenochoé et un cratère).

142Nous procèderons par forme, suivant l’importance quantitative de chacune. Pour chaque catégorie, la durée de production et la distribution seront comparées à celles de leur équivalent céramique.

– Les hydries

143Les hydries constituent la forme la plus exportée et la première catégorie parmi les vases de bronze laconiens, alors que les hydries céramiques représentent une catégorie exportée secondaire. Quelques points font penser cependant qu’elles pouvaient remplir les même fonctions que leurs homologues de bronze.

144La production et l’exportation des hydries de bronze commencent dès le milieu du VIIe siècle et s’arrête dans le troisième quart du VIe siècle. La phase maximale se situe dans le premier quart du siècle, puis elle diminue à partir de 575. Le nombre d’exemplaires datés est cependant trop insuffisant pour avoir une tendance significative. Le premier type comporte une anse verticale à protomé en tête de canard dont les plus anciens exemplaires ont été retrouvés à Artand dans les Carpathes dans une tombe scythe (Stibbe 1992, A1 p. 53 ; Stibbe 2004, no 46 p. 34), dans les Marches (hydrie no 21) et à Capoue (hydrie no 23). Le type suivant à anse verticale, qui se termine par une protomé féminine, est produit à partir de la dernière décennie du VIIe siècle (hydries no 2 ; 4 ; 23 et 35) et ce jusque vers 575-550. C’est de cette époque que daterait également le type à anse verticale en forme de kouros dont trois exemplaires proviennent de Laconie, dont une du sanctuaire d’Apollon à Phoiniki (Rolley 1982, p. 236). Les dernières hydries de bronze, dont l’origine laconienne est reconnue par tous datent des années 540-520, date à laquelle s’arrêterait la production des vases de bronze en Laconie. Elles témoignent cependant d’un certain dynamisme dans la production avec le développement d’un nouveau type d’anse verticale à palmette (hydries no 12 ; 13 ; 19-Rolley 1982, p. 76).

145Les hydries de bronze sont donc antérieures aux hydries céramiques et ont certainement influencé les potiers pour la décoration sur les hydries à figures noires, notamment pour les anses. Les deux productions ont ensuite une courbe qui ne varie presque pas entre 575 et 525, et elles s’arrêtent simultanément. Les hydries céramiques à figures noires, peu nombreuses, auraient donc pu remplir la même fonction que les hydries de bronze. Si on tient compte du dynamisme dont semble faire preuve la production des hydries de bronze, l’arrêt vers 525 doit plutôt être attribué à un facteur extérieur à la Laconie.

146Il est difficile d’établir un parallèle direct entre les exemplaires mis au jour en Laconie et ceux découverts à l’extérieur en Grèce, en Italie du Sud et en Sicile. Si des fragments de vases de bronze de la seconde moitié du VIe siècle ont été mis au jour à Sparte, il n’a pas été découvert d’hydrie de bronze complète. Cependant la parenté entre les statuettes de bronze qui proviennent des différents sanctuaires laconiens et les décors des anses des vases exportés, notamment de l’anse verticale, attestent de leur fabrication laconienne (Rolley 1982, p. 35-36).

147C’est en Grèce que la majorité a été mise au jour. Nous disposons de 20 hydries desquelles aucun doute ne subsiste sur l’origine et la date de production. Elles proviennent avant tout des grands sanctuaires, avec treize exemplaires à Olympie (no 1 à 3 ; 5 à 8 ; 10 ; 11 ; 13 ; 15 ; 17 et 19) et un à Delphes (no 20). Les vases d’Olympie datent de la fin du VIIe siècle et au troisième quart du VIe : deux exemplaires pour la fin du VIIe siècle (no 1 et 2), cinq pour le premier quart du VIe siècle (no 3 et no 5 à 8), trois pour le second quart (no 10 et 11 et 13) et trois pour le troisième quart (no 15 ; 17 et 19). À ceux-ci, s’ajoute un exemplaire d’Élis (no 14). Les autres proviennent de Béotie (no 4), de Pydna (no 9), d’Athènes (no 18) et d’Érétrie (no 12 et 16). Aucune hydrie n’est postérieure à 520.

148Les hydries céramiques sont moins fréquentes en Grèce avec seulement six exemplaires recensés hors de Laconie : deux à Corfou, une à Corinthe, Égine, Olympie et Théra. Elles sont toutes à vernis noir. L’hydrie d’Olympie date du premier quart du VIe siècle, celles de Corinthe et Égine du troisième quart. Le contexte de découverte est connu uniquement pour les hydries d’Olympie et d’Égine, il s’agit dans les deux cas de sanctuaires. Il est donc difficile d’établir un parallèle entre les hydries de bronze et les hydries céramiques de Grèce, les hydries de bronze d’Olympie constituent cependant une catégorie de vases de prestige qui n’a pas de parallèle dans la série céramique.

149On recense onze hydries pour l’Italie parmi lesquelles six d’origine laconienne certaine (no 21 à 27) et cinq d’origine laconienne discutée (no 28 à 33). Elles se concentrent sur la côte tyrrhénienne à l’exception de l’hydrie de Rudiae sur la côte ionienne. Les hydries, dont l’attribution à un atelier laconien est admise par tous les auteurs, sont concentrées en Campanie (à l’exception de l’hydrie d’Atena Lucana, no 23), notamment à Capoue, capitale de la Dodécapole étrusco-campanienne, où d’autres vases de bronze laconiens ont été mis au jour. Elles ont une décoration de l’anse verticale simple, à protomé féminine ou à palmette, et sont datées du début du VIe siècle. Il s’agit sans doute de vases destinés, dans cette région, aux élites étrusques et indigènes et non aux Grecs des cités de Campanie. Toutes les hydries dont l’origine laconienne est discutée proviennent de Paestum-Poseidonia et de Sala Consilina à l’intérieur des terres. Elles sont plus tardives que les précédentes et datent du milieu ou de la seconde moitié du VIe siècle.

150Les hydries céramiques d’Italie, quant à elles proviennent de deux sites : Palinuro en Calabre (quatre exemplaires dont un avec une décoration plastique) et Rhégion (trois exemplaires). Elles sont postérieures aux hydries de bronze. Un exemplaire de Rhégion est daté, du troisième quart du VIe siècle. Quatre hydries céramiques proviennent également d’Étrurie : de Cerveteri, Gravisca, Tuscania et Vulci. Elles sont toutes à vernis noir à l’exception de l’hydrie de Vulci qui est à figures noires (VUL0014). L’hydrie de Gravisca est contemporaine des hydries de bronze de Capoue et les hydries de Cerveteri et Vulci datent du troisième quart du VIe siècle. L’hydrie de Vulci peut être assimilée aux hydries de bronze car elle correspond à cette catégorie particulière de vases faits spécialement pour des échanges avec les aristocraties locales et non pour le commerce maritime de cabotage. On remarque donc la concentration géographique de la forme, céramique ou de bronze sur le versant tyrrhénien.

151Pour la Sicile, deux hydries de bronze laconiennes ont été mises au jour à Géla (no 33 et 34) et une à Randazzo (no 35), au Sud-Est, dont l’origine laconienne est discutée. Elles appartiennent aux types à tête féminine ou à anse anthropomorphe. La première provient de Géla (no 33 et 34) ; elle est datée de la première moitié du VIe siècle et est contemporaine des hydries de Grande-Grèce. La seconde, de Randazzo (no 35), provient du milieu indigène et est datée du troisième quart du VIe siècle ; elle est contemporaine des hydries de Paestum et de Sala Consilina mentionnées plus haut.

152En Sicile, les hydries céramiques ont été mises au jour sur la côte orientale et à Agrigente. Un seul exemplaire appartient au contexte indigène à Monte Casasia dans l’arrière-pays de Raguse (SIL052). Il s’agit d’hydries à vernis noir sans décoration plastique. Toutes proviennent de nécropoles et sont datées entre 575 et 550 donc postérieures à l’hydrie de Géla no 1, une seule est contemporaine de l’hydrie de Géla no 2 (MHA088). Les hydries de bronze et les hydries de céramique de Sicile ne suivent donc pas les mêmes circuits de distribution.

153Les deux types sont plutôt destinés à l’Occident, même si quelques exemplaires d’hydries céramiques se retrouvent en Orient. Les hydries de bronze ont une place privilégiée au sein du monde indigène ; elles ne suivent donc pas les mêmes circuits et les mêmes modalités de distribution que les hydries céramiques. Elles différent également du point de vue de la chronologie : les hydries de bronze connaissent leur apogée dans le premier quart du VIe siècle, alors que les hydries de céramique atteignent le maximum de leur production dans le troisième quart. Les hydries de bronze ont alors précédé les vases céramiques dans le monde indigène, qui n’y pénètrent que dans la seconde moitié du VIe siècle.

– Les cratères

154Huit cratères de bronze ont été retenus. Ils sont beaucoup moins nombreux que les hydries alors qu’ils constituent la deuxième forme produite dans la série céramique. Seuls deux cratères de Grande-Grèce à Capoue (no 1) et en Campanie (no 3) et le cratère de Monte San Mauro en Sicile (no 2) sont datés de la première moitié du VIe siècle. Malgré le peu de vases dont nous disposons, ils semblent cependant contemporains des cratères à volutes et à figures noires de la première moitié du VIe siècle, dont la forme s’en rapproche le plus (LMB, p. 65). Cependant l’apogée de la production de cratères de bronze à volutes est antérieure à celle des cratères céramiques qui se situent entre 575 et 550.

155La distribution des cratères de bronze laconiens est très étendue, de la Mer Noire à la Sicile et est donc aussi large que celle des cratères céramiques à vernis noir dans le second quart du VIe siècle. La moitié des cratères de bronze a été mise au jour en contexte indigène (no 1 à 3 et no 8 et 9) à une époque où la forme céramique reste en milieu grec ou étrusque où elle est bien représentée. En contexte grec, les cratères de bronze recensés proviennent de deux grands sanctuaires panhelléniques, Delphes (no 4) et Dodone (no 5), pour lesquels on ne recense pourtant aucun exemplaires en céramique. Des sanctuaires régionaux en ont en revanche livré un nombre important, comme celui de Samos d’où provient le cratère no 7.

– Les œnochoés

156Cinq œnochoés de bronze ont été recensées. Elles proviennent de Capoue (no 1 à 3) et de Delphes (no 6 et 5) qui ont déjà livré d’autres formes de vases de bronze laconiens ; elles sont antérieures aux œnochoés de terre cuite dont la production connaît son apogée entre 575 et 550. Elles doivent surtout être comparées aux oenochoés à vernis noir et à décoration plastique qu’elles ont inspirées (Pelagatti1999). Les œnochoés à décoration plastique proviennent de Camiros (MHA087), Olbia (MEN008), Olympie (OLY078), Pérachora (PER016), Samos (SAM157 et SAM159), Syracuse (SYR039) et Tocra (TOC102). On peut leur ajouter les œnochoés de la collection Judica à Léontinoi (Leontinoi, Musée archéologique 2270b) en Sicile. Une seule d’entre elles est datée, l’oenochoé SAM157, entre 570 et 560. Il est donc difficile d’établir des correspondances de distribution ou d’usage des deux types de vases.

157Les vases de bronze laconiens sont donc surtout distribués dans le premier quart du VIe siècle. Ils sont antérieurs, pour la plupart, aux formes céramiques correspondantes qu’ils ont certainement inspirées pour leur décoration (palmettes plastiques ou peintes pour les anses). Les formes les plus fréquentes ne correspondent pas à celles de la série céramique, ce qui tient à une conservation difficile, notamment pour les petits vases qui ont plus aisément disparu. Les vases de bronze laconiens semblent avant tout destinés à l’Occident, notamment en Étrurie avec une concentration importante à Capoue, en Sicile, dans les deux cas pour le milieu étrusque et indigène.

158Les vases céramiques laconiens de Campanie ont été mis au jour dans différents sites grecs, Cumes, Ischia (Pithécusses et Punta Chiarito). Leur typologie diffère cependant de celle des vases de bronze avec une majorité de cratères du groupe E, donc à étriers, et aucune oenochoé ni hydrie recensée. Les seuls cratères de terre cuite datés sont un cratère du groupe D de Cumes (CUM011), daté entre 575 et 550, et un cratère du groupe E de Punta Chiarito (GRG001), daté de la première moitié du VIe siècle. Ils sont donc postérieurs aux vases de bronze de Capoue. Ces observations confirment les différences entre les deux types de vases quant à leur utilisation, leur signification et les acteurs de leur distribution. On ne peut envisager une distribution sur le mode emporique comme pour les céramiques, mais plutôt un échange particulier avec les aristocraties de Capoue car la présence de ces vases témoigne de relations entre les princes locaux et les marchands grecs fréquentant la Laconie ou des régions en relation directe avec les artisans laconiens. Nous avons déjà remarqué des liens entre les sites de l’Étrurie tyrrhénienne, Tarente et Tocra à la même période, 600-575, pour les coupes et les aryballes laconiens (Cf. p. 156-160). On peut envisager que ces relations concernent les vases de bronze et s’étendent à l’Étrurie campanienne.

159Pour le contexte grec, les découvertes concernent surtout les sanctuaires, et particulièrement les sanctuaires panhelléniques. Les vases de Didymes et Samos semblent correspondre à la série des riches cratères à volutes et figures noires mis au jour à l’Héraion. Il s’agit donc sans doute ici de vases témoignant de relations entre les aristocraties samiennes et laconiennes et relevant probablement de commandes directes.

160Les vases de bronze répondent donc à un besoin ostentatoire tant dans le contexte indigène que dans le contexte grec. Pour les non-Grecs, ils peuvent être le reflet de relations entre les milieux aristocratiques et les Grecs ; pour les Grecs, ils constituent des offrandes de prix visibles de tous mais témoignent peut-être également de ce que représente la Laconie au VIe siècle.

Conclusion

161Du bilan général, il ressort que la céramique laconienne est exportée de la fin du VIIe siècle au tout début du Ve siècle. Cette période ne correspond pas à celle de sa production, puisque celle-ci débute au VIIIe siècle et continue dans le courant du Ve siècle, mais elle n’intéresse alors cependant que le marché local. Si on considère les tendances générales, une crise survient vers 550. L’étude de la distribution permet de voir en partie comment cette crise « s’organise » sur le plan géographique.

162La distribution est très large, allant de Huelva à l’Ouest de l’Espagne à Olbia et Berezan au Nord de la Mer Noire. Les régions éloignées ne sont cependant concernées que dans le second quart du VIe siècle, période d’expansion majeure de l’aire de diffusion. Certaines régions sont presque ignorées comme Chypre et le Moyen-Orient à l’Est, et à l’Ouest l’Afrique du Nord-Ouest et l’Adriatique Nord. Si on observe la chronologie, trois types de régions apparaissent : celles avec leur phase d’importation maximum dans le premier quart du VIe siècle, celles dans le second quart et celles dans le troisième.

163Les remarques les plus significatives n’ont pu cependant être faites que lors de l’étude détaillée des principales formes, étayée par celle des formes secondaires. L’étude du chargement des épaves qui ont livré du matériel laconien a renforcé deux hypothèses formulées lors de l’étude de la distribution : le rôle de redistributeur joué par Tarente entre la fin du VIIe siècle et le début du VIe et la présence de potiers laconiens en Sicile à la fin du VIe siècle. L’étude de la distribution des vases laconiens a montré également la probable existence de liens entre les aristocraties indigènes et les artisans laconiens. Ces vases sont parvenus dans le milieu indigène avant les vases de céramique et ont pu être remplacés parfois par des grands vases à figures noires qui sont des pièces isolées dans le répertoire de la série céramique. Les phénomènes de commandes directes sont alors à envisager.

164La pluralité des acteurs de la distribution a pu être mise en évidence grâce à l’étude détaillée de la typologie et de la chronologie. Si Samos a joué un grand rôle, il n’a concerné que certains types, essentiellement les coupes à tige à figures noires, et dans une période limitée, le second quart du VIe siècle. Samos s’est superposée à des réseaux de distribution existants déjà au moins depuis la fin du VIe siècle dont une partie pourrait avoir été dirigée par Tarente, au moins entre 600 et 575. Aux environs de 550, Samos disparaît et il semble que l’on revienne à la situation initiale du premier quart du VIe siècle, notamment avec un retour des vases laconiens dans des régions délaissées aux environs de 575-550.

165La typologie des vases rapproche certaines régions. C’est le cas, d’une part, de Samos et de Naucratis, et, dans une moindre mesure, de Cyrène. La typologie et la chronologie des importations laconiennes de cette dernière est proche de celles de Samos, mais elle doit également être rattachée à d’autres circuits de distribution parallèles. Tocra en revanche semble étrangère au circuit samien. D’autre part, des affinités existent entre la Laconie et certaines cités de sa filiation, comme Tarente et les cités de Cyrénaïque, mais également avec certaines régions qui ne comportent pas de liens directs avec elle, comme la Sicile dans la deuxième moitié du VIe siècle. On y retrouve des types peu présents ailleurs et qui n’ont de succès que sur le territoire laconien comme les lakainai. Les vases témoignent alors soit d’une volonté d’afficher une ascendance laconienne supposée, soit du déplacement de personnes au sein de réseaux d’échanges spécifiques à la Laconie. Sans pouvoir affirmer qu’il s’agit d’un commerce direct, l’existence de liens commerciaux étroits entre Tarente et sa métropole dans le premier quart du VIe semble réel. Tarente importe des types spécifiques peu présents ailleurs, et peut avoir été le redistributeur des vases laconiens en Occident, notamment en Sicile, au début du VIe siècle, car c’est en mer ionienne que l’on trouve des coupes laconiennes à cette époque.

166S’agit-il alors d’un travail sur commande ou d’une affinité « dorienne » avec peut-être éventuellement une émigration laconienne ?

167Toutes ces remarques faites à partir de l’étude de la répartition des formes se sont trouvées confirmées par l’étude de la production des peintres qui a, en plus, mis en évidence une certaine adaptabilité des potiers aux variations de la distribution et l’existence probable de déplacement des artisans vers les lieux d’écoulement de leur production.

168Pour finir, on peut définir deux réseaux de distribution qui ne semblent pas répondre aux mêmes problématiques. Le plus ancien regroupe le golfe de Tarente, la Sicile orientale, Tocra et l’Étrurie. Il se caractérise par la présence de vases à caractère personnel et de sites, comme Tarente et Satyrion, connus comme lieux d’installations de Laconiens au VIIIe siècle. Les vases de bronze montrent de plus que les liens entre ces régions et la Laconie datent au moins de la fin du VIIe siècle et fonctionnent, semble-t-il, jusque vers 525. Le second a une existence plus limitée dans le temps comprise entre 575 et 550 ; il regroupe les sites de Grèce de l’Est, Naucratis et Cyrène et se caractérise par une domination nette des vases à figures noires, la rareté des vases personnels, et la présence de formes n’existant pas en Laconie. Cyrène cependant constitue un site de transition entre les deux réseaux car sa typologie varie au cours du VIe siècle, la reliant entre 600 et 575 à l’aire orientale et après 550 à l’aire occidentale. Olympie est un site à part.

169L’étude de la répartition des céramiques laconiennes a permis de définir les différentes problématiques qui président à une définition de la place des Laconiens et de la culture laconienne à l’époque archaïque. Celle-ci passe par un tableau de l’usage qu’il est fait des vases laconiens dans leur contexte de découverte dans les sites particuliers remarqués ici : Tarente, Samos, Cyrène, Olympie, etc. La question de l’identité des acteurs de la distribution des vases laconiens, samiens ou autres, doit être considérée lors de l’étude des contextes de découvertes dans les différents sites. Leur identification permettra également de comprendre quelle place occupe la Laconie dans le bassin méditerranéen au VIe siècle et quels liens elle entretient avec les différentes régions ou cités de Méditerranée. Avant tout il faut retourner en Laconie afin d’établir une base de comparaison pour les différents contextes de découverte et essayer de déterminer les lieux de production.

Notes

3 Nous sommes partie de la typologie de C. M. Stibbe (Annexe 1), qui détermine sept groupes de coupes. Les coupes recensées dans d’autres publications ont été rattachées, quand cela était possible, aux groupes typologiques établis ; les coupes à figures noires (LV) notamment ont été incluses au groupe G quand cela était possible. Des coupes du Salento, publiées par G. Semeraro sous l’appellation de coppette échiniforme (Semeraro 1997, no 433-438, p. 173 ; no 843-846, p. 239 ; no 933, p. 250 ; no 1025, p. 279 et no 1170 p. 307) ne correspondent à aucun des groupes identifiés par C. M. Stibbe ; elles ont été incluses dans le groupe E en raison de la proximité de leur forme et de leur décor.

4 Il existe des tessons du VIIIe siècle à Tarente (Pelagatti 1956, p. 8-11) appartenant probablement à des plats et des formes closes, et du VIIe siècle à Samos (Magreiter 1988, p. 55), mais dont la forme exacte n’a pu être déterminée.

5 LBPII, p. 20. C. M. Stibbe nous donne les différentes sources dans lesquelles ce nom est mentionné (Aristophane, FCG I, ed. Meineke A., fgr. 216 p. 446 et Athénée, XI, 484f et XII, 527c). Cependant il est difficile de savoir si le terme lakaina, s’applique réellement au vase qu’il désigne aujourd’hui ; il pourrait également désigner la coupe dorique très présente dans les sanctuaires laconiens.

6 Nous nous sommes en effet limitées aux exemplaires mentionnés par C. M. Stibbe dans son catalogue (LBPII, p. 99-122) pour lesquels une datation et un groupe typologique pouvaient être avancés. C. M. Stibbe donne cependant le nombre de lakainai qu’il a pu recenser en Laconie (LBPII, p. 18-19 : Artémis Orthia : 156 lakainai ; l’acropole : douze lakainai ; l’herôon sur l’Eurotas : quatre lakainai ; le Ménélaion : 43 lakainai ; Amyclées : 42 lakainai ; soit 257 vases dont seulement 102 appartiennent au corpus d’étude). Aux catalogues de C. M. Stibbe s’ajoutent différentes publications postérieures (Stibbe 1997 et LVS). Le corpus d’étude comprend au final 186 lakainai.

7 Il s’agit toujours de catégories définies par C. M. Stibbe (LBPII). Les différents groupes typologiques de chacune d’entre elles ne sont pas pris en compte ; car les quantités recensées sont très faibles.

8 Nous sommes partie des principales publications de céramique laconienne que sont les catalogues de C. M. Stibbe (LMB et LBPIII, p. 173-175, 176-177), auxquelles s’ajoutent des publications régionales et locales postérieures (DS ; Pelagatti 1989 ; Boitani 1992 ; Stibbe 1997 ; Semeraro 1997 ; Dominguez, Sanchez 2001). Les seuls vases à avoir été écartés de l’étude sont ceux qui n’avaient ni date, ni lieu de découverte mentionnés. Nous avons également décidé de ne mettre que sous un seul identifiant 140 fragments de cratères à vernis noir, donnés par P. Pelagatti également sous une seule occurrence (MHA073) afin d’éviter la surreprésentation du site sur les cartes de distribution générale. Ces cratères ne sont ni datés ni classés, et ne modifient pas les conclusions générales de ce chapitre. Ils seront pris en compte lors de l’étude du matériel laconien de l’habitat de Mégara Hyblaea. Les cratères des publications autres que les catalogues de C. M. Stibbe ont été rattachés à un groupe typologique uniquement quand l’attribution pouvait être certaine.

9 Boitani 1992, p. 19. Les Éginètes prennent, par exemple, le pas sur les Ioniens à Gravisca à la fin du VIe siècle, mais leur présence est attestée avant.

10 Peu d’autres formes de vases pour la toilette, pyxides, lécythes, lydia… ont été recensés. Ils sont pris en compte seulement lors de l’étude des contextes de découverte. Nous sommes partie, pour l’étude des aryballes laconiens, du catalogue de C. M. Stibbe (LBPIII) complété par des publications régionales (Pérachora II, n. 1, p. 383 ; Lo Porto 1959-1960, p. 146, 179 ; Martelli 1979, appendice I ; DS, 1985, no 82 ; Pelagatti 1989, no 4, 136, 178, 188, 225, 226, 227a-c, 279, 308, 507, 508 ; Dominguez 2001, p. 13 et 68). Les exemplaires datés mais de provenance inconnue sont pris en compte dans l’étude générale de la production. Ont été écartés les vases pour lesquels un doute était permis quant à leur origine laconienne.

11 Lippolis 1997b, p. 360-363. Les sépultures changent de contenu et excluent alors toutes manifestations ostentatoires comme le dépôt de vaisselle et de vases à parfum : cela peut être attribué à la publication de lois somptuaires concernant les nécropoles.

12 Nafissi 1991, p. 229-230. On assiste à la même époque, un peu avant 550, à une diminution nette des objets d’or et d’ivoire au sanctuaire d’Artémis Orthia.

13 Cette étude porte sur les formes closes de vases laconiens autres que les aryballes.

14 Les prochoés ou vases biberons existent également dans la série laconienne (onze exemplaires : huit en Laconie et trois à Syracuse), ils ont été mis de côté mais sont inclus aux conclusions générales.

15 Les exemplaires d’Akrai appartiennent à la collection Judica. Leur provenance n’est pas attestée, mais semble être le Sud-Est de la Sicile. Pelagatti 1989, no 25-27.

16 Sourisseau 1997, p. 112. On relève à Marseille 72 fragments correspondant à au moins 20 individus ainsi que les deux fragments à Arles correspondant à au moins deux individus et quatre fragments à St Pierre-lès-Martigues correspondant à au moins deux individus.

17 LPBII, p. 72. Les amphores de Gravisca appartiennent en majorité au groupe I selon C. M. Stibbe soit à la seconde moitié du VIe. Deux amphores (LBPIII I6 et I7 p. 165) pourraient être plus tardives et appartenir au Ve siècle, si on suit la typologie de J. Chr. Sourisseau.

18 Les publications qui ont été prises en compte, en plus de LV, sont : les trois ouvrages C. M. Stibbe, LMB, LBPII, LBPIII, puis DS ; Venit 1985 ; Pelagatti 1989 ; Boitani 1990 ; Dehl 1995 ; Stibbe 1997 et 1998 ; OF28 et Dominguez, Sanchez 2001. Une grande partie des vases à figures noires de ces ouvrages a été regroupée par C. M. Stibbe dans LVS. L’étude porte au final sur 30 vases du style Laconien II dont 17 sont datés, et sur 832 vases (21,5 % de la base de données) des styles Laconien III et IV dont 543 sont datés.

19 Je ne reviendrai pas sur la définition des ateliers laconiens et sur les relations qui peuvent exister entre les différents peintres (pour cela voir : Nafissi 1986 et Pompili 1986).

20 Pelagatti, Stibbe 2001, p. 372-374. P. Pelagatti donne le chiffre de 52 œuvres attribuées au peintre dont une trentaine pour Tarente et Satyrion et sept pour l’Italie. Les différences avec les chiffres donnés dans le présent chapitre sont dues aux critères de sélection des vases inclus dans la base de données.

21 Long, Gantes, Drap 2002. Outre les épaves de la pointe Lequin, on a découvert une autre épave archaïque datée des environs de 500 près de la presqu’île de Giens nommée « épave Grand Ribaud F ». Aucune céramique laconienne n’a été mise au jour à son bord et aucun vase à parfum. La cargaison se composait essentiellement d’amphores de transport étrusques et de quelques vases attiques dont un askos à figures noires daté entre 520 et 480.

22 Di Stefano 1993-1994. Les restes d’une cargaison datée de la seconde moitié du VIe siècle ont été mis au jour au large de Camarine. Aucun vase laconien n’en faisait partie. Le chargement se composait d’amphores de transport corinthiennes et de céramique de table en majorité ionienne.

23 Nous entendrons, tout au long du présent chapitre, par « vases de bronze », les vases de bronze tenus pour laconiens par au moins un auteur. Nous renvoyons au catalogue donné en annexe (Annexe 2).

Table des illustrations

Légende Tabl. 1 — Distribution des vases laconiens.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Tabl. 2 — Distribution des coupes laconiennes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Tabl. 3 — Distribution des kylikes laconiennes (Groupe G).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Tabl. 4 — Distribution des lakainai.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Tabl. 5 — Distribution des catégories secondaires de vases à boire.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Tabl. 6 — Distribution des vases à mélanger.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Tabl. 7 — Distribution des aryballes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Tabl. 8 — Distribution des vases à verser.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4935/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search