Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Fosse d’extraction d’argile et dépotoir de potier des IIe/IVe siècles de notre ère aux Paluns et à La Pinède (La Cadière et Le Castellet, Var)

Pascal Alliot et Jean-Michel Théveny

Résumé

Dans l’Antiquité, un vicus semble avoir existé aux lieux-dits Les Paluns Orientaux (La Cadière) et La Pinède (Le Castellet). Ce gisement très étendu a fait l’objet de fouilles, qui ont révélé l’existence d’au moins trois fours de potier à La Pinède, et de prospections systématiques durant plus de trente ans qui ont fourni des indices significatifs de présence d’autres fours d’amphores à l’extrémité ouest du site. Les céramiques présentées dans cet article proviennent du comblement d’une fosse d’extraction d’argile qui a été reconnue et fouillée de 1988 à 2005 à La Pinède. Ce mobilier paraît représentatif de la production de l’atelier du IIe au IVe siècle de notre ère. Cette production à pâte très calcaire, composée d’amphores et de vaisselle, se remarque aussi par la présence de ce qui paraît être des imitations de sigillées claires B ainsi que de coupes africaines Hayes 14 avec une couverte analogue à la « luisante ».

Texte intégral

1. Introduction

1.1 Environnement géographique

1Le territoire occupé par les communes voisines de La Cadière et du Castellet appartient au bassin du Beausset, dont, avec la commune de Saint-Cyr, il constitue la partie occidentale. Il est délimité au sud, par la barre de la Pointe du Cerveau et les confins de la commune de Signes, au nord, par les hauts plateaux et les collines relativement élevées qui le séparent des communes de Signes et de Cuges. À l’ouest le Grand Vallat, les hauteurs de Fontanieu, de Pibarnon et de La Roquette marquent les limites avec Bandol et Saint-Cyr qui, jusqu’au XVIIIe siècle pour l’un et au XIXe siècle pour l’autre firent partie du territoire de La Cadière. Le débouché sur la mer se fait à Saint-Cyr dont le quartier du Plan de la Mer constitue le prolongement de la plaine des Paluns. L’unité géologique du bassin crétacé du Beausset, elle-même incluse dans un ensemble nettement plus vaste comprenant le massif de Carpiagne et s’étendant sur les communes de La Ciotat et de Cassis dans les Bouches-du-Rhône. Les communes de La Cadière et du Castellet possèdent ainsi un ensemble de structures complémentaires associant plateaux, plaines et collines, disposés en alternance du nord vers le sud, et au centre duquel se dressent les collines portant les chefs-lieux, qui en constitue une véritable épine dorsale.

2La moitié varoise du bassin est entourée de roches dures, principalement urgoniennes, qui l’enveloppent depuis les Barres de Castillon jusqu’au Gros Cerveau, en passant par le hameau du Plan-du-Castellet, tandis que son centre est occupé par une puissante accumulation de sédiments secondaires, marnes, argiles et grès, représentant pratiquement tous les étages du Crétacé, auxquels des alluvions quaternaires se sont ajoutés, aux Paluns par exemple. Au milieu du bassin émerge la barre de calcaires à rudistes sur laquelle sont perchés les villages de La Cadière et du Castellet. Le pendage des couches est pratiquement nul de part et d’autre du plateau du Camp, sauf au contact du Gros Cerveau (Masurel 1964).

3Si la commune du Castellet souffre d’une absence totale de contact direct avec la mer, il n’en est pas de même pour La Cadière qui possède plusieurs débouchés naturels à Port d’Alon et de le golfe de Lecques et de La Ciotat. Un autre accès par la baie de Bandol paraît peu plausible du fait des difficultés du terrain (cluse du Gourganié, gorge étroite de L’Aran). Les communications vers Toulon quant à elles présentaient de grosses difficultés, notamment par les Gorges d’Ollioules, de tout temps passage aléatoire. Les divers reliefs permettaient toutefois de pratiquer une économie de type agro-pastoral fondée sur l’élevage, en utilisant les hauts plateaux, et sur une agriculture diversifiée, à dominante céréalière puis viticole, dans les dépressions et les côteaux qui les bordent (Cahiers du Patrimoine, 2, non daté). Les réserves du sol et du sous-sol permirent l’extraction de l’argile, de la pierre de taille et du sable indispensable pour l’artisanat céramiques et la construction. Le basalte affleurant aux limites du territoire servait à la fabrication de meules destinées à la prodution de farine et d’huile destinée à l’alimentation, à l’éclairage et à la savonnerie. Les ruisseaux et rivières fournirent par la suite la force motrice pour actionner les moulins (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation du site de La Pinède

1.2. Environnement archéologique

1.2.1 L’Age du fer

  • 1 Hauteur du Gros Cerveau, appartient à la commune de Sanary, qui dispose d’une occupation quasi-con (...)

4Le nombre de sites préromains est limité malgr l’intensité des prospections menées par J. -M. Théveny et plus récemment par M. Borreani. Cependant, leur répartition couvre tout le territoire, y compris le secteur de la Roche Redonne. Toutefois, plusieurs sites de plaine se développent sur de petites buttes proches de cours d’eau comme à l’Olivette, à la Pinède, dans la partie basse de Châteauvieux, aux Bœufs, au camp de la Figuière, au Brûlat, au Château de Castillon, au Galantin, à Bélévoué, à Sainte-Anne, aux Capélaniers, à la Rouvière, au Grand Moulin ou à Fontanieu. Une occupation est aussi avérée au Peyneuf, aux Salettes, à Saint-Côme et au Vigneret. Durant cette période, l’habitat principal s’est certainement développé sur les hauteurs : l’oppidum de L’Agache à Saint-Cyr et celui du Mont Garou à la pointe du Cerveau1. À la fin du IVe siècle la plupart des sites mentionnés auparavant sont abandonnés. Cette situation couvre toute la durée du IIIe siècle et ne prend fin qu’au tout début du IIe siècle avant notre ère, avec l’apparition d’une nouvelle occupation intensive formée de domaines agricoles dont les témoins se retrouvent au Grand Moulin, aux Bœufs, au Vigneret, à l’Olivette, à Béléouvé, au Camp de la Figuière, au Brûlat, à Chateauvieux, à la Pinède et aux Paluns, signalés par d’importantes quantités de céramiques campaniennes associées à des productions de vaisselles communes d’origine marseillaise et à des amphores italiques.

1.2.2 L’époque romaine

5Toulon et sa région, et donc les terroirs de La Cadière et du Castellet, dépendaient à l’époque romaine de la cité d’Arles. Lorsque les romains s’installèrent dans l’ouest toulonnais, et en particulier au nord du Gros Cerveau, ce n’était pas dans une région inconnue et vide de population, mais dans une contrée aux limites clairement définies, au terroir déjà en partie défriché. Les cantons d’Ollioules et du Beausset formaient la zone comptant le plus grand nombres de sites romains producteurs de vin et d’huile d’olive du Var. Outre les pressoirs, la production vinicole est attestée par les fours d’amphores reconnus à Sanary (Portissol et La Gorguette), Saint-Cyr (La Madrague), la Pinède (Le Castellet), Les Paluns (La Cadière), le Collège (Le Beausset). Une bonne exposition, la présence d’eau et le drainage des basses terres, semblent être les éléments fondamentaux de ces grandes exploitations domaniales reconnues à l’Olivette, la Fontaine du Touron, au Camp de Farembert, au Camp de la Figuière, au Réal Martin, à la Pinède, au Galantin, au Val d’Aran, au Vas, au Vigneret, aux Salettes, à Saint-Côme, aux Paluns Occidentaux, au Béléoue, à Saint-Jean, aux Hautes, aux Baumelles entre autres, qui prennent souvent la suite d’une occupation plus ancienne remontant à l’Age du Fer.

2. Le Vicus des paluns et l’officine de potiers de la Pinède

2.1 Description des découvertes

  • 2 Gauloise 10 de F. Laubenheimer très certainement à huile et Dressel 2/4 à vin ainsi que deux types (...)

6La continuité spatiale entre les sites des Paluns Orientaux à la Cadière-d’Azur et de la Pinède au Castellet, associée à la forte densité des vestiges archéologiques (contrepoids de pressoir, bloc d’assise de jumelles, cuves, fours de potier…) peut évoquer, sans certitude en l’absence de fouille extensive, une petite agglomération que l’on peut assimiler à un village. Installée de part et d’autre d’une petite voie de passage reliant le littoral de Sanary à la plaine intérieure de Saint-Cyr-Les-Lecques et sans doute à La Ciotat, elle est placée à mi-chemin entre Telo et Carcarium (Saint-Jean-de-Garguier). Elle est occupée du IIe siècle avant notre ère jusqu’à l’antiquité tardive (Théveny 1978). Le site de la Pinède pourrait être un quartier artisanal de ce vicus. S’y trouvent en effet des fours ayant produit des tuiles, des amphores2, et des vases de toutes sortes, destinés à l’usage quotidien et assimilables à la vaisselle de table (bols, écuelles, gobelets et cruches), de préparation (terrines, saloirs, mortiers et pots) et de conservation (jattes etc…) (secteurs 2, 3 et 5).

7Entre 1978 et 1982, une fouille programmée a permis d’explorer un bâtiment composé de deux pièces avec une terrasse au sud, isolé en partie de l’humidité du sous-sol par un radier constitué de fragments provenant d’une soixantaine d’amphores de fabrication locale (secteur 1). La destination de cet édifice relativement isolé, aménagé entre la fin du IIe et le milieu du IIIe siècle de notre ère, n’a pas pu être précisée comme d’ailleurs ses liens avec l’officine de potier et les restes d’un autre bâtiment dont des blocs en grand appareil et un seuil monumental se trouvent dans le soubassement d’un cabanon de vigne voisin.

8En 1988, la fouille partielle d’un vaste dépotoir (comblant une importante carrière d’argile après l’abandon de celle-ci), attenant à l’atelier, a fourni un échantillonnage aussi important que varié de cette vaisselle, que complétaient des vases de cuisson provenant, soit d’Afrique ou d’Italie, soit d’autres ateliers encore non identifiés (céramique modelée) (fig. 2). Ce sont ces céramiques que nous présentons ici. Les vases cuits dans ces fours étaient réalisés à partir d’un filon d’argile blanche très pure qui constitue la majeure partie du substrat géologique de ce secteur des Paluns. Trois fours de cette officine de potier ont été également dégagés. On peut penser que d’autres subsistent encore (fig. 2 et 3), notamment à une quarantaine de mètres au nord-ouest du secteur 3 (terre très noire et structures enfouies, arasées par les travaux agricoles). La chronologie s’inscrit entre la fin du Ier siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère, voire le début du IVe.

9Une installation de pressurage a fonctionné au nord de l’atelier (secteur 4). Deux états ont été identifiés : le premier débute avec la mise en œuvre de quatre cuves probablement destinées à la réception de l’huile, et construites en petit appareil et en béton de tuileau très soigné. Cet état s’achève avec l’écroulement partiel de cuves, sans doute du fait de l’exploitation de la carrière d’argile (secteur 3) toute proche. Ensuite, en retrait mais dans le même alignement, une succession de trois nouveaux bassins de facture beaucoup plus grossière que les précédents est édifiée. L’épaisseur considérable de l’élévation en béton de tuileau, sans doute destinée à éviter les remontées d’huile, suggère que nous sommes en présence, au cours de ce second état, de restes de cuves à vin. L’utilisation de l’ensemble a cessé vers le milieu du IVe siècle de notre ère.

10Par la suite, à une époque indéterminée (Antiquité Tardive ou Haut Moyen Âge), le mur sur lequel s’appuyaient les cuves a été démonté pour laisser place à une structure faite de moellons informes dont l’orientation diffère de celle de la cadastration antique pour s’aligner sur la cluse du Gourgnié que l’on sait, grâce à un acte de 977, être empruntée par la via publica. Il pourrait s’agir du soubassement de cette voie, à un point de passage obligé, un gué. En effet, l’emplacement mentionné gué sur la fig. 2, est situé au plus mauvais endroit pour franchir le ruisseau, car profond de plus d’un mètre. Les trois gros blocs qui s’y trouvent pourraient constituer la base d’un pont de bois facilitant le franchissement de cette passe accidentée, soumise à crues. Les charrois de poteries et de vin pouvaient ainsi être acheminés non seulement vers le golfe de Saint-Cyr, mais aussi vers Bandol malgré les difficultés du parcours déjà signalées.

11Au sud-ouest de la carrière d’argile comblée par le dépotoir (secteur 3), ont été mis en évidence deux murs formant un angle (secteur 6). Sommes-nous en présence d’un bâtiment lié au fonctionnement de l’officine de potier toute proche ? Zone de stockage de céramiques ? Seule la fouille de ce secteur permettra d’apporter des éléments de réponse.

12Au nord de la ferme actuelle, un vaste secteur a fait l’objet d’une fouille de sauvetage en 2000. L’état particulièrement arasé de cette zone n’a pas apporté de réponses satisfaisantes. Toutefois on peut estimer être en présence d’une resserre et d’une portion de voie se développant certainement sur le quartier artisanal (secteur 7) et en direction du centre de l’agglomération.

Fig. 2 – Commune du Castellet (Var), lieu-dit « La Pinède ». Localisation des zones fouillées 1979-2005 : Plan d’après Fr. Laurier (CAV Toulon)

2.2 La fosse d’extraction d’argile et le dépotoir

13Le secteur 3 de la Pinède a été interprété comme une carrière d’argile qui, après son déplacement vers un autre secteur, a été utilisée relativement rapidement en un vaste dépotoir. Neuf couches de dépôts ou de comblements ont été reconnues. Les couches 1 et 2 mêlent éléments antiques et modernes.

14Les couches 5 à 9 marquent chronologiquement la cessation d’activité de la carrière, que l’on peut situer lors du premier quart du IIe siècle, et le début de son comblement en dépotoir (phase 1). Le matériel présent est relativement peu important en nombre de NMI si on le compare à celui livré par les couches 3 et 4.

15Les couches 3 et 4 appartiennent à la phase de fonctionnement du secteur 3 (phase 2). Elles correspondent à l’ultime phase de comblement de la carrière d’argile qui se place entre le tout début du IIIe siècle et le dernier quart du siècle suivant, et a livré la majorité du matériel de facture locale (communes et imitations de diverses formes de céramique d’importation). Elles permettent aussi de comprendre les raisons pour lesquelles la carrière d’argile a été abandonnée et très probablement déplacée vers une autre zone certainement peu éloignée. On trouve effectivement dans ces deux couches divers éléments architecturaux (pierres taillées de petit appareil, fragments de dolia, tegulae en grand nombre et béton de tuileau), associables à l’installation de pressurage (huile et/ou vin) qui a fonctionné au nord de l’officine de potier (secteur 4). On peut donc supposer que l’exploitation de cette carrière est venue perturber les assises de fondation de ces éléments et a provoqué un effondrement partiel de celles-ci. La couche 3 comporte également des apports provenant du curage d’alandiers de fours (cendres et suies). Peut-être sommes nous en présence d’une structure de four ayant subi une phase de destruction (structure mise en péril par la proximité de la carrière d’argile ?) ou, en tous cas, de la destruction, au tout début du IIIe siècle, d’une unité de production (four) et/ou le curage d’un alandier. La couche 4 vient en en tout point confirmer ces hypothèses. Ces deux couches fournissent par ailleurs, plus de la moitié du matériel céramique étudié.

Fig. 3 – Four 1

Fig. 3 – Four 2

PHASE

CHRONOLOGIE

COUCHES

1

120/200

9

130/200

8

120/200

5, 6,7

2

200/230

4

220/280

3

3. Les céramiques du dépotoir (secteur 3)

16Le matériel se répartit en plusieurs catégories d’origine locale et importée parmi lesquelles la production de la Pinède est particulièrement représentée. Cette production locale très diversifiée de céramiques communes et fines, est façonnée à partir d’une argile blanche, typique de se secteur géographique. Le nombre, la qualité et quelquefois la rareté des objets étudiés sont remarquables.

17Nombre Total d’Individus : 13672

18Nombre Minimum d’Individus : 2427

19Rapport N. M. I. /N. T. I. : 17,75 %

20Dans cet ensemble les céramiques communes (1499 NMI) représentent 61,76 % ; les bouchons d’amphores (10 individus), 0,41 % ; les céramiques fines (547 individus) 22,54 % ; les lampes (13 individus) 0,53 % ; les amphores (358 individus) 14,75 %. La céramique produite à la Pinède représente 979 individus, soit 40,34 % du NMI. La céramique commune dans son ensemble représente une large majorité du matériel étudié (65,98 %).

CATEGORIE

NMI

 %/979

Communes

646

65,98

Céramiques pâte fine à pâte fine

37

3,78

Bouchons d’amphores

5

0,51

Lampes

7

0,73

Amphores

284

29,00

3.1 Les céramiques communes locales et régionales

3.1.1. Céramique commune locale

21Dans la céramique commune locale la forme la plus représentée est le bassin de type Pasqualini 10, pour nous des terrines et saloirs. Cette production offre comme autre particularité de fournir des imitations locales de divers types de céramiques fines d’importation. Dans cette catégorie les claires B sont les plus représentées. En particulier les différentes formes de gobelets, puisque sur les 37 éléments recensés, on en décompte 18 (48,65 %). Des lampes paraissent aussi avoir fait parti du répertoire produit à la Pinède. Sept lampes ont été identifiées, soit 0,72 % de la production locale.

22Dans la catégorie des amphores les gauloises 4 (et 4A), représentent la très large majorité des amphores produites au cœur du vicus des Paluns (98,95 %). Aux amphores il faut associer cinq bouchons d’amphore, soit 0,51 % du matériel produit localement.

23La vaisselle de table, la céramique commune de conservation et de préparation, la céramique fine d’imitation, les amphores, les bouchons, les lampes et les tegulae démontrent un savoir faire et un certain investissement de la part des potiers de la Pinède face au marché local et certainement régional.

24La céramique commune de Méditerranée occidentale totalise 294 individus, soit 12,41 % du NMI. On constate la forte représentation de la vaisselle de table, qui représente 198 individus sur les 294 de cette catégorie, soit 67,35 %.

3.1.2. Céramique culinaire modelée

25La céramique culinaire modelée varoise représente 347 individus, soit 14,30 % du NMI.

3.1.3. Céramique grise provençale

26La céramique grise provençale compte 52 individus, soit 2,14 % du NMI. On constate la forte majorité que représentent les urnes dans cette catégorie (47 individus, soit 90 % de cette catégorie).

27Aux catégories précédentes il faut ajouter d’autres productions présentes dans des proportions très réduites : la céramique commune à pâte brune qui totalise à peine 12 individus, soit 0,44 % du NMI où les urnes son bien présentes (42,67 %), mais aussi les cruches qui représentent la moitié des céramiques de cette catégorie. Nous restons dans un contexte de vaisselle de table ou liée à la préparation culinaire (une marmite) ; la céramique kaolinitique grise qui avec 8 individus, soit 0,32 % du NMI, compte, hormis une bouilloire quasi-complète, essentiellement de la vaisselle de table dont 7 cruches de type Goudineau 1 sont présentes ; la céramique commune à pâte orangée qui avec 4 individus, soit 0,16 % du NMI fournit aussi de la vaisselle de table et de préparation culinaire ; la céramique commune à pâte rouge qui est représentée par une urne.

3.2 La vaisselle commune d’Afrique et dItalie

28Les 132 individus de culinaires africaines, soit 5,44 % du NMI, se répartissent ainsi : 57 couvercles (43,18 % de cette catégorie) ; 40 plats à feu (30,30 %) ; 35 faitouts (26,51 %).

29La céramique commune italique (3 individus, soit 0,12 % du NMI) est exclusivement représentée par des marmites (de type 3c).

3.3 Les céramiques fines

30La céramique sigillée sud-gauloise représente 51 individus, soit 2,70 % du NMI. Les bols représentent prés des 2/3 de cette catégorie (33 individus, soit 64,70 %), viennent ensuite les coupes (12 individus, soit 23,53 %) et les assiettes (6 individus, soit 11,77 %).

Fig. 3 – Sigillée Claire B (n. 1, Desbat 13 ( ?) ; n. 2, Desbat 15 ; n. 3 et 4, Desbat 3, n. 5, Desbat 66) ; n. 6 à 10 Type Pasqualini 01.03.020 ou 01.04.010 ; n. 11, coupe de forme indéterminée ; n. 12 et 13, Type Pasqualini 01.01.082/083

31La céramique sigillée africaine, dite « claire A » (75 individus, soit 3,09 % du NMI) est en majorité composée de plats (67 individus, soit 89,93 %). La céramique sigillée africaine, dite « claire C » (92 individus, soit 3,79 % du NMI) est essentiellement représentée par des plats (50 individus, soit 54,35 %) puis des bols (26 individus, soit 28,26 %) et des coupes (16 individus, soit 17,39 %). La céramique sigillée africaine, dite « claire D » (42 individus, soit 1,73 % du NMI) comprend majoritairement des assiettes (41 individus, soit 97,62 %).

32La céramique dite « claire B » (108 individus, soit 4,45 % du NMI) est composée de coupes (73 individus, soit 67,59 %), gobelets (29 individus, soit 26,85 %), par 1 assiette, 2 bols et 3 cruches. Cette famille de céramiques a influencé les imitations locales, en ce qui concerne la catégorie des gobelets, en particulier la forme Desbat 66 (fig. 5, n. 1 à 5). La céramique dite « luisante » provient des couches 2 et 3 (pour sa grande majorité). Absente de la couche 4, elle confirme la chronologie proposée pour le comblement en dépotoir de la carrière d’argile après sa cessation d’activité. Les formes se répartissent entre, les bols (71 individus, soit 56,80 % de cette catégorie), les gobelets (21 individus, soit 16,80 %), les mortiers (11 individus, soit 8,80 %), les coupes (11 individus), les assiettes (6 individus), les cruches (2 individus) et une urne. La présence de D. S. P. est aussi à noter (5 individus, soit 0,21 % du NMI). Cette céramique montre que la Pinède est toujours fréquentée au Ve siècle mais aucune construction appartenant à cette période n’a été identifiée.

33Les céramiques à paroi fine (10 individus, soit 0,41 % du NMI) uniquement représentées par la tasse Mayet 38, la céramique glaçurée romaine (4 individus, soit 0,16 % du NMI) et les lampes (6 individus, soit 0,25 % du NMI), peu nombreuses, viennent s’ajouter à ce lot.

3.4 Les amphores

34La production de l’atelier de la Pinède est dominée par la gauloise 4 (et 4A) largement majoritaire (98,95 %).

35Les amphores importées viennent essentiellement d’Afrique (65 individus, soit 2,68 % du NMI) comptent 24 amphores de type Dressel 30. Cette forme se rapproche fortement de l’amphore de type Gauloise 4, tout en conservant la spécificité des individus produits en Afrique du Nord. Le type le plus courant n’en demeure pas moins l’Africaine 2B. On trouve aussi, mais en quantité moindre des amphores de bétique (9 individus, soit 0,37 % du NMI), exclusivement des Dressel 20, (et 20f). Cinq bouchons d’amphores peuvent être associés à ces importations (soit 0,21 % du NMI).

3.5 Caractéristiques de la production de l’atelier des Paluns

36Ces observations sont basées sur l’analyse des dimensions et la typologie des céramiques par catégorie (formes ouvertes et fermées).

Fig. 6 – Cruche à 2 anses (n. 14) et grands vases ouverts (n. 15 à 17)

3.5.1 Les bassins (279 individus, soit 43,19 % de cette catégorie)

37Les éléments possédant un diamètre entre 25 et 40 cm sont majoritairement représentés. Si on leur additionne les céramiques d’un diamètre supérieur, ou équivalant, à 50 cm, on parvient à une très large majorité (246 individus, soit 88,17 %) du matériel étudié. Les termes de saloir et terrine demeurent, dans ce cadre, particulièrement appropriés. En effet, il est judicieux d’associer ces bassins, ou formes ouvertes, à une utilisation liée à la préparation et la conservation d’aliments, en particulier dans un contexte rural tel que le propose le site. La diversité des diamètres rencontrés autorise pleinement cette hypothèse. Effectivement, 7 diamètres différents ont été reconnus, allant de la simple terrine de dimension réduite (18,5 cm) au saloir de taille plus imposante (50 cm). De plus, ces récipients ne peuvent contenir d’éléments liquides. La composition de leur pâte ne peut le permettre (consistance particulièrement poreuse). Du moins en ce qui concerne les éléments façonnés à la Pinède. De nombreux décors, en liseré et ondés incisés ornent les larges marlis de certaines de ces céramiques (fig. 5, n. 6 à 10). Des bourrelets de préhension digités sont également présents sur les bassins proposant 40 à 50 cm de diamètre, ceci afin de faciliter leur manipulation et utilisation.

38A été également trouvé un grand baquet, certainement à usage de saloir, à paroi épaisse, évasée, sans rebord, munie à mi-hauteur de préhensions horizontales courbes. Réalisé en pâte à dolium rose violacée, avec peignage externe, cet objet appartient à un type inédit.

39Il faut noter que le dépotoir a livré 697 restes osseaux d’animaux, en majorité suidés et bovins. Un tel nombre pourrait indiquer un élevage en vue de la production de viande qui aurait nécessité la production de conteneurs nécessaires à sa préparation et sa conservation, voire à sa commercialisation. Des objets de tabletterie réalisés à partir d’os long de bovidés (charnières de meubles, jetons, épingles, etc.) suggèrent l’existence d’un atelier de tablettier.

3.5.2 Les Coupes (114 individus, soit 17,65 % de cette catégorie)

40Cette catégorie est composée de coupes de dimensions allant de 8,20 cm (bol ?), à 23 cm de diamètre. Les formes les plus présentes sont les Pasqualini 1b (50 individus, soit 43,86 % de cette catégorie) et 4 (34 individus, soit 29,82 % de cette catégorie) (fig. 5, n. 11 à 13). Puis, en moindre proportion, les formes 1c (10 individus, soit 8,77 % de cette catégorie), 1d (9 individus), 3 (7 individus), 1a (2 individus) et 2 (1 individu).

3.5.3 Les cruches (232 individus, soit 35,91 % de cette catégorie).

41On dénombre 12 diamètres différents, mais il est important de noter que les céramiques offrant un diamètre compris entre 11,50 et 16 cm représentent la majorité des individus (124 NMI, soit 53,44 % de cette catégorie) (fig. 6, n. 14 à 17). Les formes inédites sont des éléments de grande dimension, typiques de la production locale. Elles disposent d’un diamètre à l’ouverture de 20 cm.

3.5.4 Les marmites (1 individu).

42Il s’agit d’une marmite de type Vegas 5.

3.5.5 Les mortiers (18 individus, soit 2,78 % se cette catégorie).

43Les individus de diamètre réduit (27 et 28 cm) sont les plus représentés (10 individus, soit 55,56 %). Les individus de diamètre compris entre 34 et 35 cm sont, en revanche, peu présents (2 individus, soit 11,11 %), alors que les individus d’un diamètre compris entre 38 et 40 cm sont bien représentés (6 NMI, soit 33,33 %).

3.5.6 Les plats (2 individus, dont 1 inédit)

3.6 Remarques sur les céramiques communes produites à la pinède.

44Les bassins et les cruches sont les céramiques les plus présentes. En ce qui concerne les bassins, il faut distinguer les formes que nous qualifions de terrines et saloirs (vaisselle de préparation et de conservation). Les différentes dimensions disponibles, permettent d’établir cette hypothèse d’autant que ce type de céramique associé à l’artisanat charcutier a perduré sans grandes modifications jusqu’à nos jours (par exemple en Puisaye, en Franche-Comté ou en Alsace). Les individus présentant un diamètre supérieur à 28 cm peuvent être assimilés à des saloirs. Ceux de dimension plus réduites peuvent, quand à eux, être considérés comme des terrines (diamètres compris entre 18,5 et 28 cm). On peut supposer que nous sommes en présence non de quelques fours isolés, mais d’un ensemble d’ateliers regroupés au sein d’une officine, dont l’organisation spatiale et architecturale nous échappe encore aujourd’hui. La plupart des formes proposées par la classification de M. Pasqualini sont présentes, hormis la forme B2, ce qui confirme la chronologie. Il manque cependant les multiples formes associables aux tasses.

4. Conclusion

45L’ensemble du mobilier permet une meilleure approche du site de la Pinède. La production locale de céramiques communes et d’imitation de céramiques d’importation est un élément marquant. Concernant cette production de céramiques communes locales, il importe de noter la présence de nombreuses formes inédites (bassins, coupes, cruches et plats), produites par l’officine de potier du probable Vicus des Paluns.

46Cette production s’ajoute à celle de fours situés à proximité. L’un, d’époque augustéenne ou tibérienne, a produit des amphores Dressel 2/4 et Gauloise 10 associées à un type à fond plat, de demi-module. Un autre (four 1) a produit des cruches, des pots avec ou sans anses, des assiettes et des bols, un troisième (four 2), des mortiers à bec verseur, et un quatrième (four 3), probablement des tuiles. La datation du four 2 est postérieure à Tibère (un as commémoratif d’Auguste a été trouvé dans l’alandier).

47L’officine étudiée ici possède un pendant à l’extrémité NNO du vicus, sous la forme d’une autre atelier non encore fouillé mais attesté en surface par des cales de four, des surcuits et des parois vitrifiées. Un entrepôt dégagé à la suite d’un défonçage agricole en 1985 a livré une vingtaine d’amphores de forme inédite. Pointues, à long quillon, elles présentent deux formes de bords (droit à bandeau pour l’un, évasé pour l’autre). La pâte calcaire présente un aspect pulvérulent dû à une cuisson défectueuse. À ces deux formes s’ajoutent deux modules d’amphores gauloises à fond plat, en pâte calcaire, à bord en bandeau et anse à triple nervure. Imitant l’emplacement et l’aspect du timbre rectangulaire du potier sur le bord, ce type constitue une copie de l’amphore de la Butte des Carmes à Marseille et ne doit pas lui être postérieure de beaucoup. Cette production est probablement antérieure aux premières fabrications d’amphores de La Pinède.

48La production plus tardive, des céramiques découvertes dans le dépotoir de La Pinède est bien plus variée : elle s’attache à répondre aux besoins créés par l’évolution de l’économie locale.

49L’aire de diffusion géographique de ces produits est encore mal connue, cependant des recherches menées sur le matériel de différents sites régionaux permettront certainement d’apporter quelques réponses à cette question. Le fait que cette céramique ne présente aucune similitude de forme avec le mobilier présent sur les sites de la région de Fréjus et de l’aire toulonnaise semble indiquer que ce secteur est sous l’influence des grandes citées de l’ouest de notre région et ne s’inscrit pas dans un cadre strictement local. Nous sommes en présence d’un habitat qui paraît devoir être identifié comme une agglomération gallo-romaine secondaire au cœur d’un espace géographique aujourd’hui bien reconnu et au carrefour d’un réseau d’échanges commerciaux initiés très tôt, du IIe au début du IVe siècles de notre ère. En effet la production soignée et diversifiée de l’atelier de la Pinède (commune de table, de préparation, de conservation et eimitation de céramiques fines), malgré la présence significative de céramiques importées ne peut pas, à notre avis, être rattachée à une simple villa. Les céramiques d’importation, de par la grande variété de leur origine et souvent leur rareté (bols corinthiens, claire C à décor d’applique, gobelet métallescent, plat d’une officine inédité de Lezoux) illustrent le rôle de centre d’échanges qu’a pu être cette agglomération secondaire. Les productions faites sur place sont diffusées surtout vers l’ouest, l’acheminement le plus aisé se faisant vers le port de Citharista.

50L’influence économique de Marseille durera longtemps, les habitudes acquises dans les échanges aussi. Bien plus tard, les céramiques du Bas-Rhône, puis de Valencia, puis de l’Uzège et enfin de l’Huveaune et d’Aubagne, prendront une grande place dans les habitats des terroirs de La Cadière et du Castellet, ne franchissant que rarement la barrière naturelle du Massif du Gros Cerveau.

Tab. 1 – Comptage par catégorie de céramique

Tab. 2 – Comptage par forme de la production de la Pinède

Tab. 3 – Comptage par forme des céramiques communes de Méditerranée occidentale

Tab. 4 – Comptage par forme des imitations locales de céramique fine

Tab. 5 – Comptage par forme des céramiques modelées

Tab. 6 – Comptage par forme de la céramique grise provençale

Tab. 7 – Comptage par forme de la céramique commune à pâte brune

Tab. 8 – Comptage par forme de la céramique kaolinitique grise

Tab. 9 – Comptage par forme de la céramique commune à pâte orangée

Tab. 10 – Comptage par forme de la vaisselle culinaire africaine

Tab. 11 – Comptage par forme de la céramique sigillée sud-gauloise

Tab. 12 – Comptage par forme de la céramique sigillée africaine, dite « claire A »

Tab. 13 – Comptage par forme de la céramique sigillée africaine, dite « claire C »

Tab. 14 – Comptage par forme de la céramique sigillée africaine, dite « claire D »

Tab. 15 – Comptage par forme de la céramique dite « claire B »

Tab. 16 – Comptage par forme de la céramique dite « luisante »

Tab. 17 – Comptage par forme de la DSP

Tab. 18 – Comptage par forme de la céramique glaçurée romaine

Tab. 19 – Comptage par forme des lampes

Tab. 20 – Comptage par forme des amphores gauloises

Tab. 21 – Comptage par forme des amphores africaines

Tab. 22 – Comptage par forme des amphores de Bétique

  • 3 C’est dans cette catégorie que l’on trouve les formes inédites

FORME

DIAMETRE

NMI %/279

Bassins

18,50 cm

33 11,813

25,00 cm

34 12,43

27,00 cm

29 10,37

28,00 cm

31 11,10

35,00 cm

66 23,63

40,00 cm

29 10,37

50,00 cm

57 20,41

  • 4 Les dessins sont consultables dans la planche référencée 1988-3 et 2005-3, figures no 16 à 20.

FORME

TYPOLOGIE

NMI

%/279

Bassins

Pasqualini 10

278

99,64

Inédit4

1

0,36

Tab. 23 – Productions de l’atelier de la Pinède, « les bassins »

  • 5 C’est dans cette catégorie de diamètre que l’on trouve la formes inédite.

FORME

DIAMETRE

NMI

%/114

Coupes

8,20 cm

29

25,44

12,50 cm

56

49,12

23,00 cm5

29

25,44

  • 6 Le dessin est consultable dans la planche référencée 1988-3 et 2005-3, figure no 14 (planche no 3)

FORME

TYPOLOGIE

NMI

%/114

Coupes

Pasqualini 1a

2

1,75

Pasqualini 1b

50

43,86

Pasqualini 1c

10

8,77

Pasqualini 1d

9

7,90

Pasqualini 2

1

0,88

Pasqualini 3

7

6,14

Pasqualini 4

34

29,82

inédite6

1

0,88

Tab. 24 – Productions de l’atelier de la Pinède, « les coupes »

  • 7 C’est dans cette catégorie de diamètre que l’on trouve les formes inédites

FORME

DIAMETRE

NMI

%/232

Cruches

4,50 cm

20

8,62

5,50 cm

18

7,76

6,80 cm

17

7,33

7,00 cm

19

8,20

8,30 cm

9

3,88

9,00 cm

10

4,31

11,50 cm

27

11,64

12,00 cm

25

10,77

13,00 cm

25

10,77

14,00 cm

29

12,50

16,00 cm

18

7,76

20,00 cm7

15

6,46

  • 8 Le dessin est consultable dans la planche référencée 1988-8 et 2005-6, figures no 4 et 6 (planche (...)

FORME

TYPOLOGIE

NMI

%/232

Cruches

Pasqualini A1

110

47,41

Pasqualini A2

14

6,04

Pasqualini B1

63

27,15

Pasqualini B3

3

1,29

Pasqualini C

19

8,19

Pasqualini D

8

3,46

inédites8

15

6,45

Tab. 25

FORME

DIAMETRE

NMI

%/18

Mortiers

27,00 cm

7

38,89

28,00 cm

3

16,67

34,00 cm

1

5,55

35,00 cm

1

5,55

38,00 cm

3

16,67

40,00 cm

3

16,67

FORME

TYPOLOGIE

NMI

%/18

Mortiers

Pasqualini 6

10

55,56

Pasqualini 7

2

11,11

Pasqualini 8

6

33,33

Tab. 26

Notes

1 Hauteur du Gros Cerveau, appartient à la commune de Sanary, qui dispose d’une occupation quasi-continue de la fin de la Préhistoire jusqu’au Ve siècle de notre ère et porte un oppidum dont les fouilles ont fait l’objet de diverses publications (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982).

2 Gauloise 10 de F. Laubenheimer très certainement à huile et Dressel 2/4 à vin ainsi que deux types inédits.

3 C’est dans cette catégorie que l’on trouve les formes inédites

4 Les dessins sont consultables dans la planche référencée 1988-3 et 2005-3, figures no 16 à 20.

5 C’est dans cette catégorie de diamètre que l’on trouve la formes inédite.

6 Le dessin est consultable dans la planche référencée 1988-3 et 2005-3, figure no 14 (planche no 3).

7 C’est dans cette catégorie de diamètre que l’on trouve les formes inédites

8 Le dessin est consultable dans la planche référencée 1988-8 et 2005-6, figures no 4 et 6 (planche no 8).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation du site de La Pinède
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 2 – Commune du Castellet (Var), lieu-dit « La Pinède ». Localisation des zones fouillées 1979-2005 : Plan d’après Fr. Laurier (CAV Toulon)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 3 – Four 1
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 3 – Four 2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 3 – Sigillée Claire B (n. 1, Desbat 13 ( ?) ; n. 2, Desbat 15 ; n. 3 et 4, Desbat 3, n. 5, Desbat 66) ; n. 6 à 10 Type Pasqualini 01.03.020 ou 01.04.010 ; n. 11, coupe de forme indéterminée ; n. 12 et 13, Type Pasqualini 01.01.082/083
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 6 – Cruche à 2 anses (n. 14) et grands vases ouverts (n. 15 à 17)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Tab. 1 – Comptage par catégorie de céramique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Tab. 2 – Comptage par forme de la production de la Pinède
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Tab. 3 – Comptage par forme des céramiques communes de Méditerranée occidentale
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Tab. 4 – Comptage par forme des imitations locales de céramique fine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Tab. 5 – Comptage par forme des céramiques modelées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tab. 6 – Comptage par forme de la céramique grise provençale
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Tab. 7 – Comptage par forme de la céramique commune à pâte brune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tab. 8 – Comptage par forme de la céramique kaolinitique grise
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Tab. 9 – Comptage par forme de la céramique commune à pâte orangée
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tab. 10 – Comptage par forme de la vaisselle culinaire africaine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Tab. 11 – Comptage par forme de la céramique sigillée sud-gauloise
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Tab. 12 – Comptage par forme de la céramique sigillée africaine, dite « claire A »
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Tab. 13 – Comptage par forme de la céramique sigillée africaine, dite « claire C »
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Tab. 14 – Comptage par forme de la céramique sigillée africaine, dite « claire D »
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Tab. 15 – Comptage par forme de la céramique dite « claire B »
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Tab. 16 – Comptage par forme de la céramique dite « luisante »
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Tab. 17 – Comptage par forme de la DSP
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Tab. 18 – Comptage par forme de la céramique glaçurée romaine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tab. 19 – Comptage par forme des lampes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Tab. 20 – Comptage par forme des amphores gauloises
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Tab. 21 – Comptage par forme des amphores africaines
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Tab. 22 – Comptage par forme des amphores de Bétique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4878/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteurs

Archéologues, Centre archéologique du Var, Toulon

Archéologues, Centre archéologique du Var, Toulon

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540