Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Les céramiques communes des gisements du Rhône à Arles. Le faciès portuaire d’époque impériale

Luc Long, Jean Piton et David Djaoui

Résumé

Ces vingt dernières années, de nombreuses missions réalisées par le DRASSM avec l’Archéonaute ont recensé un grand nombre de sites dans le Rhône. Il s’agit de plusieurs dépotoirs constitués par l’enchevêtrement de céramiques et d’amphores. L’un d’eux, situé sous le pont autoroutier d’Arles (gisement A), livre essentiellement du mobilier du Ier siècle et du début du IIe siècle de notre ère. Au total près de 4000 céramiques et fragments rassemblent au sein d’une quantité importante de parois fines de Bétiques, des sigillées gauloises et italiques, des mortiers, des lampes et de nombreuses céramiques communes. Parmi ces dernières on enregistre des productions modelées, des claires récentes, des kaolinithiques, des urnes carénées, des communes oxydantes et réductrices, des productions italiques et ibériques et plus rarement des communes peintes. Ces céramiques sont assimilées à des vases « marchandises » qui, ébréchés et cassés durant le transport, ont été jetés en masse dans le Rhône. Au sein de ce vaste dépotoir, bien daté par la vaisselle de table, la découvertes de formes rares et inédites, conservées entières, participe à renouveler l’intérêt de ces recherches lors de campagnes de fouilles sous-marines annuelles.

Texte intégral

1. Introduction

Le contexte

1L’étude réalisée par J. Piton et D. Djaoui porte sur l’ensemble des céramiques communes recueillies dans le Rhône, au niveau d’Arles. Les objets qui proviennent en partie d’opérations en cours constituent un catalogue provisoire mais déjà riche et significatif de cette catégorie de céramique, qui sera complété dans l’avenir. Le tableau 1, en fin d’article, renvoie chacun d’eux à sa zone de découverte et à une chronologie relative.

2Il a été démontré à plusieurs reprises, depuis que les fouilles subaquatiques ont été initiées dans le Rhône, il y a plus de vingt ans, que le mobilier était principalement concentré dans les riches dépotoirs de la rive droite, notamment les gisements A et B (Long 1990 ; 1994 ; 1998 ; 2000). C’est là, sur la rive opposée à la cité, une berge desservie par un pont de bateaux sous le Haut Empire, que se sont développés sur une superficie considérable le port de déchargement et ses entrepôts. Si les toutes premières installations sont peut-être antérieures à la fondation de la colonie romaine par César, c’est à l’époque augustéenne, puis surtout sous l’empereur Claude, que le secteur prendra son véritable essor. Les fouilles terrestres de Trinquetaille, menées à partir des années 1960, ont levé le voile sur un immense quartier d’habitation qui fonctionne de l’époque d’Auguste à la fin du IIIe siècle. Le secteur du cimetière renfermait sans doute un vaste forum des corporations et un quartier artisanal de tout premier ordre (Heijmans 2004, p. 27). Aujourd’hui, les découvertes subaquatiques confirment l’importance de ce port face à la cité, qui fit dire à Ausone au IVe siècle que la ville était double (Ordo urbium nobilium). Une très forte activité s’y est concentrée au cours du Ier siècle de notre ère. Toutes les céramiques recensées répondent à des utilisations diverses : vases marchandises en phase de commercialisation, vaisselles de bord et rejets d’habitation.

3Une petite partie des objets est cependant le fruit de prospections menées sur la rive opposée, le long des remparts de la ville et dans les gisements de la cale de halage. Une autre proportion, plus faible, dépend de deux origines (fig. 1) : les prospections au seuil de Terrin, en aval d’Arles, et les saisies opérées chez des plongeurs indélicats.

1.2. Gisement A

4L’essentiel de nos céramiques communes provient de ce gisement le plus connu des dépotoirs fluviaux de la rive droite, côté Trinquetaille, face au cirque romain. Il occupe toute la berge au niveau du quai de la Gare maritime, qu’il longe entre le pont autoroutier et la station de ravitaillement. Il s’agit d’une accumulation d’objets qui s’amorce à 15 mètres du bord et occupe toute la pente, par 4 à 8 m de fond. Sis entre les points kilométriques 283,070 et 283,400, nous ne l’avons que partiellement exploré sur 120 à 150 m de long. Il fut coupé en deux lors de la mise en place des piles du pont autoroutier, en 1969. Ses véritables limites restent difficiles à cerner aujourd’hui. Son extension devait occuper sans interruption toute la rive droite jusqu’au pont de bateaux, situé au Nord de la ville. A ce niveau, autour du PK 282, prend naissance la culée du pont antique et le quartier portuaire avec son forum, son artisanat et ses habitations. Mais dans le fleuve une partie des gravats modernes dus aux bombardements de 1944, occultent partiellement les couches antiques. En conséquence, le gisement A est surtout connu dans les zones 1 à 3, soit sur environ un dixième de son étendue globale (fig. 2).

Fig. 1 – Plan général de localisation des découvertes à Arles et en amont, au seuil de Terrin (Dessin CNR-Drassm)

Fig. 2 – Localisation des zones de fouille, dans le gisement A, et des épaves de la rive droite (dessin : L. Long, S. Cavillon)

  • 1 Les fouilles terrestres arlésiennes enregistrent en effet le premier tesson de sigillée claire B v (...)

5Les fouilles subaquatiques qui ne concernent qu’une partie réduite du gisement limitée à 8 ou 10 m2, livrent un grand nombre de céramiques et de fragments, toutes productions confondues. Sa chronologie générale s’appuie sur 1 498 individus répartis comme suit : les céramiques communes (46 %), les parois fines de Bétique (33 %), les sigillées sud-gauloises (15 %), les sigillées italiques (3 %), les africaines de cuisines précoces (3 %) et les sigillées claires A (1 %). L’absence de sigillée claire B permet de fixer un terminus ante-quem au gisement A placé après la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.-C.1 (fig. 3).

6Les céramiques communes rassemblent 707 individus dont une majorité de pâte calcaire (24 %), d’urnes carénées (19 %), de céramiques kaolinitiques et de communes italiques (12 %). Dans des proportions moindres on enregistre les oxydantes (8 %), les lampes à huile (6 %), les engobées (5 %), les réductrices (4 %) et avec moins d’une dizaine d’individus, on note également les grises (3 %), les sableuses (2 %), les modelées varoises (1 %) ainsi que diverses céramiques non tournées (1 %). Si les lampes et les mortiers font partie du décompte général, leur étude fera l’objet d’un article ultérieur.

7Une partie plus restreinte de ce grand dépotoir, la zone 2, scellée par une couche épaisse de sédiment, réduit cette fourchette chronologique à une vingtaine d’années. Elle présente, du coup, un intérêt de premier ordre dans l’étude et l’association des céramiques du Haut Empire. Les trois zones s’articulent ainsi :

Zone 1

8La zone 1, immédiatement en aval du pont autoroutier (PK 283.050 à 283.90), descend en pente douce jusque vers le milieu du chenal, à 40 m du bord et environ 15 m de fond. Elle a livré du mobilier trouvé en prospection : amphores diverses, vaisselle de bronze, vaisselle fine et commune de la fin de l’époque augustéenne au milieu du IIe siècle de notre ère. Son faciès chronologique paraît s’apparenter à celui de la zone 2, il est toutefois plus large et s’étend du changement d’ère au début du IIe siècle apr. J.-C.

Fig. 3 – Amas d’objets en zone 2 (gisement A), adossé à un chargement de pierres moderne (dessin A. Hoyau)

Zone 2

9Cette zone se situe dans la partie avale du gisement A (PK 283.090 à 283.130). Les différentes campagnes de fouille ont permis de livrer, à travers le dégagement d’une superficie d’environ 40 m ², un mobilier extrêmement homogène. Du point de vue stratigraphique, après les pierres et les objets modernes de surface, apparaît sur 40 à 50 cm d’épaisseur une couche de sable grossier quasi stérile contenant encore quelques objets contemporains. Elle est suivie d’une couche de vase, de gravier et de galets, sur 20 à 30 cm, riche en fragments de céramiques et d’amphores. On distingue ensuite une couche de sable noir très fin, assez profonde, dans laquelle gît du mobilier antique en désordre, généralement mieux conservé. La céramique commune et les autres productions contemporaines y gravitent au voisinage d’amphores en majorité d’Espagne : Dressel 7/11, Dressel 14, Pompéi VII, Haltern 70, Dressel 2/4 et Dressel 20. Les productions gauloises sont représentées par des Bertucchi 6a, des G2 et G3, tandis que les G4 y sont rares. Sporadiques, les amphores italiennes sont illustrées par des Dressel 2/4, Dressel 21/22, et des amphores de Forlimpopoli. Le mobilier de la zone 2 appartient à la période comprise entre le règne de Claude et le début de l’époque flavienne. Toutefois, l’étude de la céramique fine et des monnaies des couches 2 et 3, réduit cette chronologie et révèle un pic d’activité entre 70 et 90 apr. J.-C. Sur une vingtaine de monnaies, un tiers se rattache à la première moitié du Ier siècle, tandis que le reste est d’époque flavienne. Aucune d’entre elles ne semble dépasser les années 80. Après cette date et plus généralement à partir du IIe siècle, le quartier portuaire de Trinquetaille semble se restreindre. Ce phénomène va s’amplifier, mais nous ignorons où sont ses limites les plus reculées durant l’Antiquité tardive.

Zone 3

10La zone 3 (PK 283.010 à 283.050), qui prend naissance sous le tablier du pont autoroutier, fait le lien en amont avec l’épave Arles-Rhône 3, vestiges d’un grand chaland gallo-romain daté par C14 entre 15 avant J.-C. et 130 après J.-C. Un très riche mobilier hétérogène, incluant des monnaies, confirme cette datation large. Il s’agit notamment d’amphores, de vaisselle de table et de céramiques communes du début du Ier au milieu du IIe siècle de notre ère. Les amphores gauloises G4 y sont bien plus nombreuses qu’en zones 1 et 2. La fourchette chronologique large de ce secteur est comprise entre 40 et 150 apr. J.-C.

1.3. Gisement B

11Le gisement B se situe plus en aval, entre les PK 284,540 et 285,200. Long de 650 m, en rive droite, il mesure plus de 50 m de large et se trouve disposé à 80 m du bord, à une profondeur comprise entre 7 et 9 m. Il a recueilli de façon naturelle, par l’action du courant, un matériel varié qui a été arraché aux autres sites et déposé dans la courbe du fleuve. Excepté un bord d’amphore massaliète Bertucchi 4, du IVe siècle av. J.-C., le faciès archéologique commence véritablement à la période républicaine, avec quelques panses d’amphores gréco-italiques et Dressel 1. L’essentiel du mobilier amphorique de cette zone correspond à des productions gauloises (principalement G4) et des amphores de Bétique et de Tarraconaise comparables à celles du gisement A. On y note aussi des productions plus tardives : Almagro 51C, spatheia et africaines de moyennes et grandes dimensions. Ce secteur est également au contact de nécropoles mises en place dès le IIIe siècle, en rive droite, grignotées par le fleuve. Parmi les objets funéraires et les ossements humains (stèle, colonne, fragment d’édicule…), la céramique commune est liée au mobilier des tombes.

1.4. Saisies judiciaires

12Un certain nombre de saisies judiciaires effectuées dans le cadre de commissions rogatoires ont permis ces dernières années de récupérer du mobilier prélevé clandestinement dans le fleuve. Les pirates qui visaient essentiellement les amphores avaient également récupéré quelques pichets en céramique commune. Pour l’essentiel, ces objets proviennent du gisement B qui, loin de toute surveillance, offre un accès facile depuis la route.

1.5. Seuil de Terrin

13C’est à environ 15 km en aval d’Arles, entre les PK 293 et 295,500, que nos plongées de contrôle, d’abord en 1990, en prévision des travaux d’approfondissement du chenal projetés à par la Compagnie Nationale du Rhône, puis en 2005 et 2006, ont mis au jour une centaine d’objets roulés et dispersés par le courant. Excepté un col d’amphore Dressel 1B, le mobilier très fragmenté se répartissait entre le Haut Empire et l’époque médiévale (fig. 4 et 5).

Fig04 : Répartition par catégorie des 1508 individus du gisement A, toutes zones confondues

Fig. 5 – Répartition des 707 individus en céramiques communes, toutes zones confondues

2. Origine et description du mobilier

2.1. Productions de la vallée du Rhône

2.1.1. Les pâtes kaolinitiques (moyenne vallée du Rhône-Vaucluse et Drôme-) (fig. 6-8)

  • 2 Le rôle de bouilloire est mis en évidence par les coups répétés de feu et la présence de dépôts ca (...)

14Les pâtes kaolinitiques, avec 105 individus, soit 14,8 % du total des communes, sont bien représentées, avec notamment plus de quatre-vingts cruches à bec tréflé Goudineau 1 (fig. 6, n. 1-4). Ces bouilloires2, produites entre l’époque augustéenne et le IIe siècle apr. J.-C. prennent leur essor dès la période tibérienne. (Batigne, Desbat 1996, p. 381-394.). Au vu de la taille des becs trilobés, elles s’organisent en quatre modules différents (planche I). Pour les exemplaires entiers, les hauteurs sont comprises entre 22 cm (fig. 6, n. 2) et 30 cm (fig. 6, n. 3). A cette grande quantité de vases répondent les 138 exemplaires du golfe de Fos (Marty 2004, p. 102) qui font du couloir rhodanien l’axe commercial principal de leur diffusion vers le littoral, principalement sur la côte sud-orientale de la Narbonnaise (dans ce sens, leur présence à Port-la-Nautique reste anecdotique, Sanchez 2003a, p. 117), mais aussi vers l’Italie. Parmi les quatorze cruches identifiées, dix présentent les caractéristiques communes d’un groupe à deux modules différents. On note une panse ovoïde, un col droit ou légèrement divergent, une lèvre déversée et ourlée dans sa finition. L’anse rubanée s’attache directement sur la lèvre. Des stries apparaissent le plus souvent à la jonction du col, entre le col et l’anse et au départ de l’attache de l’anse. On distingue au sein de ce groupe quatre pichets (fig. 7, n. 5-7) et six cruches de grandes dimensions (fig. 7, n. 8-11). Quatre d’entre elles présentent différentes variétés de décoration de bandes lustrées comparables aux exemplaires tibériens de Nîmes, sur le site de la Carsalade. D’un point de vue morphologique et décoratif, ces cruches se rapprochent du col trouvé aux Aplanats (Vaucluse) daté entre 130 et 200 apr. J.-C. (Meffre 1988a, p. 40, fig. 4, n. 8) et de celui classé en KAOL G1 (Dicocer 1993, p. 498), de chronologie plus précoce (1/150). On peut noter au sein de ce groupe la présence d’un pichet, morphologiquement très proche, mais constitué d’une pâte grise non kaolinitique dont l’aspect farineux rappelle les pâtes calcaires (fig. 7, n. 12). On retrouve une pâte similaire sur un autre pichet dont l’aspect morphologique, avec une anse coudée sous la lèvre, diffère de notre groupe (fig. 7, n. 13). Deux autres cruches de grandes dimensions ont un col droit, une panse épaulée et une anse en appui sous la lèvre (fig. 8, n. 14-16). Deux jattes à panse tronconique et col rentrant se rapprochent de la forme Goudineau 7 ou KAOL B5 (1/180) (Dicocer 1993, p. 492) (fig. 8, n. 17-18). Sur les deux exemplaires du Rhône on note la présence respective d’une, puis de deux larges rainures sur le bord extérieur, suivies sur le tiers supérieur de la panse de fines stries. Des jattes similaires du milieu du IIe siècle apr. J.-C., ont été trouvées dans le Gard, à Villevielle (Houix 2006, p. 62, fig. 7, n. 4 et n. 5). Le bord et l’inclinaison d’un couvercle conique à bord simple avec un bouton de préhension se rattachent au type KAOL E2 (1/50) (Dicocer 1993, p. 497) (non représenté). Une marmite à panse arrondie est dotée d’un bord à marli à lèvre carrée et saillie interne triangulaire (fig. 8, n. 19). Se signalent enfin une urne carénée de type Mellinand 1A (fig. 8, n. 20), une urne globulaire à panse striée Mellinand 2 (Moliner et al. 2003, p. 124, fig. 105) (fig. 8, n. 21) et une cruche à col vertical strié, et bord déversé avec une anse (fig. 8, n. 22).

Fig. 6 – Céramique kaolinitique

Fig. 7 – Céramique kaolinitique (5-11), céramique calcaire (?) (12-13)

2.1.2. Les grises rhodaniennes (fig. 9-13)

15Ce terme regroupe l’ensemble des productions de couleur grise à noire, sableuse, avec un dégraissant composé essentiellement de quartz et enduit, dans certain cas, d’un engobe micacé. Si le mode B de cuisson demeure privilégié, le mode A livrant des pâtes brunes voir orangées n’est pas rare (Laroche 1992, p. 45-46) et a été pris en compte dans cette même catégorie. Les différents tableaux de référence précisent la nature des pâtes.

16Avec 8 % du total des céramiques, les grises rhodaniennes représentent 17 % des céramiques communes dont 80 % se rapportent uniquement aux urnes carénées (fig. 9, n. 23-24). Concernant cette dernière catégorie, sur un échantillonnage de 97 urnes carénées, plus de deux tiers présentent une pâte sandwich noire avec des dégraissants de quartz et de mica (Elles correspondent au type 3, Chausserie-Laprée, Nin 2004, p. 143-144). Selon F. Marty, les exemplaires rhodaniens se rapprochent très précisément de ceux de Fos pour lesquels une correspondance macroscopique avec ceux de Saint-Romain-en-Gal avait déjà été observée (Marty 2004, p. 104). L’autre tiers est composé de 23 exemplaires, en pâte brune-marron, plutôt granuleuse, avec du quartz, de la calcite et du mica et 18 exemplaires en pâte grise, avec de nombreux dégraissants de quartz et de calcite. D’un point de vue morphologique, ces urnes, connues aussi bien en Ligurie qu’en Espagne, correspondent au type Mellinand 1a de la nécropole de Sainte-Barbe avec une carène haute, bien prononcée, un col lissé et une panse rugueuse. Avec des centres de production à Lyon (Laroche 1997b, p. 61, pl. 16, n. 1), Aoste (Laroche 1987, p. 332, pl. XX, n. 1 et n. 2) et Macon (vallée de la Saône) (Barthélémy, Lamoine 2000, p. 204, fig. 6, n. 12), les urnes carénées sont attestées en Narbonnaise du Ier au IIIe siècle apr. J.-C. L’apogée de la production semble toutefois se placer à l’époque tibérienne (Desbat, Laroche, Merigoux 1979 ; Leblanc 2003 ; Prisset, Brissaud, Leblanc 1994, tab. XV.).

  • 3 Contrairement aux exemplaires de Martigues, la pâte de ceux du Rhône est bien cuite, sonore et san (...)

17Trois exemplaires présentent une décoration exécutée au brunissoir disposant des lignes verticales (fig. 9, n. 25-27). Le n. 26 possède des anses plaquées au niveau de l’épaulement. Des urnes similaires ont été trouvées à Saint-Romain-en-Gal (Leblanc 2007, p. 171, fig. 147, n. 129 et n. 151), à Martigues-Saint-Julien (Rivet 1996, p. 341, fig. 15, 14), à Thonon (Chausserie-Laprée, Nin 2004, p. 146, fig. 10) et à Fos (Marty 2003, p. 105, fig. 8, n. 52). Ces types, produits à Lyon dans la première moitié du Ier siècle apr. J.-C. (Desbat 2002, p. 45 ; Thollon-Pommerol, Laroche 1997, p. 68, pl. 18, fig. 2) ainsi qu’à Aoste (Laroche 1987, p. 332, pl. 20, n. 3) (Isère) perdurent à Lyon jusqu’au IIIe siècle (Godart 1995, fig. 28, n. 60). La pâte, rouge-orangé au cœur, noire en surface, possède de nombreuses paillettes de mica doré et quelques grains de calcite. Les traitements de surface ne permettent pas toujours de différentier avec certitude les productions tournées des modelées. Dans ce sens, le même type de pâte se retrouve cette fois-ci sur trois autres urnes carénées modelées, au col bien lissé et à la panse rugueuse (fig. 10, n. 28-29). Les diamètres d’ouverture de ces urnes sont compris entre 13 cm, 16 cm et 26 cm. Cette catégorie, identifiée par J. Chausserie-Laprée et Nuria Nin, est attestée à Martigues, dans la Nécropole de la Gatasse (0/40)3, à Marseille, dans la nécropole de Sainte-Barbe (Moliner et al. 2003, p. 124, fig. 106 et p. 125, fig. 107), à Arles dans la nécropole de l’Odéon (1er quart du Ier siècle apr. J.-C.) (Heijmans, Piton, à paraître) et à Vintimille (Olcese 1993, p. 189, fig. 31, n. 13). Ces urnes correspondent aux chronologies comprises entre le changement d’ère et le milieu du Ier siècle apr. J.-C. Nous avons enregistré également trois exemplaires d’urnes carénées modelées à panse en godrons avec une surface externe finement polie et fumigée (fig. 10, n. 30-32). On remarque un ressaut sur le tiers inférieur de la carène. Des urnes semblables ont été produites à Aoste (Isère) entre le début Ier et le milieu du IIe siècle (Laroche, 1987, pl. 19, fig. 7, 330). Une urne plus petite (fig. 10, n. 32), décorée de godrons espacés entre des lignes lissées en arêtes de poisson et munie d’un graffito sur la carène, est proche des productions d’Aoste (Laroche 1987, pl. 19, fig. 6) et de Thonon, en Haute-Savoie (Paunier 1979, p. 23 et 24, pl. III, n. 25-26). Dans ce dernier atelier, D. Paunier précise justement que les graffiti incisés après cuisson sur la carène sont fréquents. L’utilisation de ces vases est largement attestée, au nord de Vienne et en Suisse, du milieu du Ier siècle jusqu’au IIIe siècle apr. J.-C. (Paunier 1979 ; Leblanc 2007, p. 175, fig. 159).

Fig. 8 – Céramique kaolinitique

Fig. 9 – Commune réductrice de la vallée du Rhône

  • 4 Selon Paunier, les stries en relief ou « cordons » sont écrasés par lissage à l’origine des rainur (...)

18Une dizaine de pots ovoïdes carénés, à col parfois concave, sont décorés de stries en relief ou simplement lustrés4 (fig. 11, n. 33-38). Ces pots côtelés, constituent l’une des formes les plus répandues en Gaule romaine, de 40 av. J.-C (Laroche 1992, p. 46) jusqu’au IIe siècle apr. J.-C. (Prisset, Brissaud, Leblanc 1994). Les formes qui se rapprochent le plus de nos exemplaires rhodaniens ont été produites à Lyon (milieu Ier siècle apr. J.-C.) (Desbat 2001, p. 44-45 ; Thollon-Pommerol, Laroche 1997, p. 68, pl. 18, n. 7-8 ; Laroche 1997, p. 60, pl. 15, n. 5), Saint-Romain-en-Gal (Godart 1992, p. 258, pl. XI, n. 132, 133 ; Leblanc 1995, p. 256.), Aoste, en Isère (Laroche 1987, pl. 19, n. 1-3), et Chenôves, en Saône-et-Loire (Ier siècle apr. J.-C) (Joly 1996, p. 126, fig. 13, n. 6).

19Dans cette catégorie, on recense également une urne au col concave prononcé, avec sur la panse des décorations incisées proches de la modelée protohistorique languedocienne de type U7a (Dicocer 1993, p. 288) (-150/-50) (fig. 11, n. 39). D’autres formes avec ce même type de décoration sont également attestées au Ier siècle à Genève et dans toute la Suisse ainsi qu’à Aislingen, sur le Haut Danube, entre 40 et 70 de notre ère (Paunier 1979, p. 20, pl. I, n. 10 et 21.). Une autre urne à col lustré porte sur la partie sommitale un décor ondé (fig. 11, n. 40). Des exemplaires similaires proviennent du golfe de Fos (Marty 2000, p. 106, fig. 9.56) et du Vaucluse, à Orange (Marty 2002, p. 105, note 11.). On note dans cette même région des exemplaires analogues en pâte kaolinitique, au pied du Mont Ventoux (fin Ier siècle - 1e moitié du IIe siècle) (Meffre 1985b, fig. 13.1 et 13.2).

  • 5 Le dessin restitue hypothétiquement quatre dépressions.

20Neuf urnes à panse finement striée jusqu’au deux tiers supérieurs, pour les exemplaires complets (fig. 12, n. 41-44), sont nettement moins répandues que les autres. Elles s’assimilent au type Mellinand 2 de la nécropole Sainte-Barbe, à Marseille, datées vers la fin du Ier apr. J.-C. (Mellinand 1998, p. 309-310 ; Moliner et al. 2003, p. 125, fig. 109). On les trouve en Provence dans des contextes précoces, à partir du Ier siècle av. J.-C. (où elles ne sont datées que par un seul tesson (Dumoulin 1965, p. 52 – 53, n. 55-b) jusqu’au milieu du IIe siècle apr. J.-C (Dumoulin 1965, p. 21, fig. 26d ; p. 41, fig. 47a). Noircis par les flammes, les exemplaires rhodaniens se déclinent en 4 modules différents. Il faut signaler la présence d’un modèle atypique à deux dépressions sur le bord5 (fig. 12, n. 44). En Italie, une olla da fuoco de ce type, apparemment non striée, fait partie des alluvions augustéennes du chantier des épaves de Pise (Camilli, Remotti, Barreca 2005, p. 153, n. 242).

21Deux pichets à col tronconique, avec traces de lissage en zigzag, se rapprochent des exemplaires lyonnais, dans un contexte chronologique situé entre 70 et 90 apr. J.-C. (Desbat, Laroche, Merigoux 1979, p. 9, pl. VI, fig. 2 ; Barreto, Laroche, Lenoble 2005, p. 89, fig. 16.1) (fig. 12, n. 45-46). On notera également que des pichets similaires, ne présentant toutefois aucune démarcation entre le col et la panse, proviennent de l’atelier de Saint-Romain-en-Gal à l’époque de Claude (Godard 1992, p. 259, pl. XII, fig. 141). Une patella tripode entièrement noircie par les flammes rappelle la forme produite à Lyon dans l’atelier du chapeau rouge (Desbat 2002, p. 44-45) (fig. 12, n. 47). Une écuelle à fond plat, à paroi tronconique avec lèvre légèrement épaissie, mesurant 17,5 cm de diamètre d’ouverture, présente sur la surface intérieure un engobe micacé (fig. 13, n. 48). Cette forme a été produite dans l’atelier de la Sarra à Lyon, dans des diamètres d’ouverture plus petits (entre 12 et 14 cm) et plus grands (entre 23 et 33 cm) (Laroche 1992, p. 59, pl. 14, fig. 5). Les ateliers de La Chapelle-de-Guinchay en Saône-et-Loire ont également fabriqué ce type d’écuelle durant le Ier siècle apr. J.-C. (Joly 1996, p. 125, fig. 18, n. 2). Ces formes sont utilisées à Lyon (Rhône) (Desbat, Laroche, Mérignoux 1979, pl. IV, n. 4 et 5), à Vienne (Godart 1992, p. 257, pl. X, n. 123) et à Aoste, dès l’époque augustéenne et jusqu’au IIIe siècle (Leblanc2003, p. 42, fig. 17). Sur notre exemplaire, des traces de flammes occupent l’ensemble de la surface extérieure ainsi que les bords internes. On peut observer encore la présence d’une dizaine de graines écrasées à l’intérieur de l’écuelle. Deux marmites carénées, à panse peignée et à forts coups de feux rappellent une forme produite dans l’atelier de la Sarra (Laroche 1997b, p. 59, pl. 14, n. 10.), à Lyon, vers la fin du règne de Tibère, et à Vienne, au début de celui de Claude (Godard 1992, p. 257, pl. X, n. 26.) (fig. 13, n. 49-50 Fig 13). Une écuelle à fond plat munie d’une paroi oblique et d’une lèvre en amande déversée présente des traces de lissages en zigzag tracées sur le fond intérieur tapissé d’un engobe micacé. Cette forme se rapproche de la variante 9c de Goudineau qui existe en pâte kaolinitique (Goudineau 1977, p. 165-166, fig. 6) (fig. 13, n. 51).

Fig. 10 – Commune réductrice modelée

Fig. 11 – Commune réductrice de la vallée du Rhône

Fig. 12 – Commune réductrice de la vallée du Rhône

Fig. 13 – Commune réductrice de la vallée du Rhône

2.1.3. Les céramiques à pâtes claires de la vallée du Rhône (fig. 14)

  • 6 Cette catégorie regroupe les céramique à pâte calcaire, dont la couleur peut varier du blanc/jaunâ (...)
  • 7 Les fouilles de l’atelier du chapeau rouge ont permis de mettre en évidence pas moins de cinq modu (...)

22Cette catégorie regroupe 174 individus soit 11,6 % du total des céramiques et 24 % des communes. Avec un peu moins d’une trentaine d’individus, soit un peu plus de 4 % des céramiques communes à pâtes claires6, les cruches sont majoritaires. On note une quinzaine de cruches à lèvre moulurée, ourlée, et col droit (fig. 14, n. 52-54). Ces cruches sont produites dans les ateliers de Lyon (Thollon, Pomerol, Laroche 1997, pl. 17, n. 1-4 ; Barreto, Laroche, Lenoble 2005, p. 84, fig 13. 1-4), Vienne (Godard 1992 ; Leblanc 2001, fig. 15, n. 4 et 5) et Aoste (Laroche 1987, p. 319, pl. 14, n. 1-2). Des individus très proches sont connus en milieu funéraire à Chalon-sur-Saône (Augros, Feugère 2002, pl. 25 n. 66-67 ; pl. 26, n. 6 ; pl. 42, n. 109 ; pl. 53, n. 1 ; pl. 66, n. 8.). Une cruche à col haut, étroit, présente un départ d’anse coudée et une panse rapidement carénée (fig. 14, n. 55). Le profil conservé se rapproche d’un lagène de petite dimension dont la forme est produite sous Claude à Saint Romain-en-Gal (Godard 1992, pl. VI, n. 76.). Une cruche à col étroit, lèvre triangulaire, épaulée, avec une anse soudée sur la lèvre est produite aussi bien sur les sites lyonnais que viennois (fig. 14, n. 56). (Desbat 2002, p. 43 ; Laroche 1987, pl. 14, n. 5 ; Godart 1992, pl. VII, n. 100-101 ; Laroche 1992, pl. 77, Laroche 1997a, pl. 13, n. 3-4 ; Barreto, Laroche, Lenoble 2005, p. 84, fig. 13.6). Cette forme est également fabriquée à Genève (Paunier 1981, forme 549), dans le Bordelais (Santrot, Santrot 1979) et dans les pays rhénans (Filtzinger, 1972). Deux cruches ou lagynoi à col rétréci et bord déversé simple présente un départ de panse sphérique et une anse coudée (fig. 14, n. 57). Cette forme, qui a des antécédents en Italie, est produite à Lyon au Ier siècle de notre ère (Maza et al. 2002, p. 312-313, fig. 40-41) et se retrouve dans les couches d’abandon de la ville, ente la fin du Ier siècle apr. J.-C. et la fin du IIe siècle (Desbat, Laroche, Mérignoux 1979, pl. VIII, n. 2 ; pl. XI, n. 1.).Elle est encoreproduite à Lyon-Vaise(Rhône) au IVe siècle apr. J.-C (Lascoux, Batigne-Vallet 2003, p. 235, fig. 6).Une petite cruche à cupule est proche des productions de l’atelier de Saint Romain-en-Gal durant l’époque de Claude (Godard 1992, pl. VI, n. 75 ; pl. VII, n. 93 à 95) (fig. 14, n. 58). Cinq pots ovoïdes se déclinent en trois modules différents correspondant vraisemblablement à des mesures volumétriques7 (fig. 14, n. 59-61). Les anses coudées bien marquées s’appuient directement sur la panse. La lèvre en gouttière devait recevoir un couvercle. Cette forme est produite à Vienne (Prisset, Brissaud, Leblanc 1994, p. 114), à Lyon, aux ateliers de la rue du Chapeau Rouge (40/100) (Desbat 2001, p. 43) et ceux de la Muette, à la fin du Ier siècle apr. J.-C. (Laroche 1997, p. 54, pl. 13, n. 6), ainsi qu’en Saône-et-Loire, dans les ateliers de Chalon-sur-Saône (40/60-fin Ier siècle) (Joly 1996, p. 125, fig. 12, n. 9). Un vase identique a été trouvé sur l’épave de la Calanque de l’Ane (rade de Marseille), datée du dernier quart du Ier siècle apr. J.-C. (Ximenes, Moerman 1994, fig. 8,3), neuf à Fos (Marty 2002, p. 214, fig. 51, 52 et 53), un près de l’épave de la Bourse, à Marseille (Pietropaolo 1998, p. 86, pl. 65, n. 101), et un exemplaire dans l’état 3 (100/125) de la villa du « Grand Loou 1 » à Roquebrussanne (Pasqualini 1993, p. 783, fig. 53). On connaît également un petit module dans le dépotoir de la rue Condé, à Nîmes (100/130) (Genty, Guerre 2005, p. 20, fig. 13, n. 3), et dans la Maison des Dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal, où ce type apparaît à la fin du Ier siècle ou au début du IIe siècle apr. J.-C. (Leblanc 2007, p. 158.). Leur commercialisation s’étend aussi bien en Espagne (Vegas 1973, type 41-7) que sur le limes germanique avec une attestation à Augst (90/150) (Martin-Kilcher 1994b, pl. 254, 5714). On notera la présence d’un pot au bord déversé (fig. 14, n. 62) trouvé en prospection en amont de la zone 3 du Rhône. Ce type muni d’un sillon sur le haut de la panse, s’apparente aux formes du IIIe siècle découvertes à Vienne (Leblanc 2007, p. 159, fig. 127).

Fig. 14 – Commune calcaire de la vallée du Rhône

2.2. Les productions provençales, les modelés varoises (Vallée de l’argens) (fig. 15)

23Sept individus provenant de cette région sont présents dans le dépotoir. Ces sont les urnes à bord en baïonnette type Rivet 17 (Rivet 1982, p. 256 et 257) (fig. 15, n. 63) et Rivet 19 (fig. 15, n. 64-65) dont la diffusion s’amorce dès le milieu du Ier siècle apr. J.-C.

24Concernant, plus spécifiquement la forme Rivet 17, à épaulement plus marqué, on note une commercialisation de plus vaste ampleur. Elles figurent en effet parmi la cargaison des épaves du Dramont G (Joncheray 1986) et Roches d’Aurelles (Bérato et al. 1986b) et des épaves d’Italie (Olcese 1993, p. 117-118) avec une distribution géographique qui va de Port-la-Nautique à la côte ligure (Gandolfi, Gervasini 2004, p. 87, fig. 5). Si ces formes perdurent jusqu’à la fin du IIIe ou au début du IVe siècle, elles sont typiques de la période comprise entre 70 et 140 apr. J.-C. (Lamboglia 1950, p. 204). C’est ce que confirment les exemplaires bien datés d’Albintimilium, entre l’époque flavienne et le IIe siècle apr. J.-C. (Gandolfi, Gervasini 2004, p. 88). Un grand plat à paroi courbe, fond plat et lèvre aplatie, caractérise la forme Rivet 5b qui apparaît dans les années 20 à 30 apr. J.-C (Rivet 1982, p. 250, fig. 5b) (fig. 15, n. 67). Ce plat ne présente aucune trace de flamme.

25Une autre patina, de 20,5 cm de diamètre d’ouverture, présente au contraire de nombreux coup de feux, seul l’un des bords n’étant pas noirci. Elle présente une pâte « varoise » et un profil, à lèvre épaissie, biseautée, orientée vers l’extérieur, qui se rapproche de la forme Rivet 4 (Rivet 1982, p. 249) (fig. 15, n. 66). Néanmoins, à la différence de ce type, la lèvre en bourrelet ne suit pas le profil de la panse. On situe ces formes dans des contextes compris entre 20/40 et la fin du Ier siècle apr. J.-C.

26Une jatte carénée, noircie par les flammes, présente à la cassure une argile identique aux autres récipients (pl. 10, n. 68). Cette forme, bien que différente, peut trouver des comparaisons avec celles de l’épave Dramont G (3e quart du Ier siècle apr. J.-C.) dont la pâte est rattachée aux productions varoises (Joncheray 1987, p. 63-64, fig. 7).

Fig. 15 – Commune modelée varoise

2.3. Les productions d’Italie (fig. 16-20)

  • 8 Nous remercions Corinne Sanchez (CNRS) pour ces informations inédites.
  • 9 Des arêtes de poissons ont été découvertes à Pompéi dans la maison de C. Julius Polybius (Gasperet (...)
  • 10 Le dessin restitue deux anses mais rien n’indique la présence de la deuxième.

27Les ateliers du Haut-Empire commencent à être bien connus grâce notamment aux décharges d’Ostie et du Janicule, aux figlinae de la Celsa, au Nord de Rome, et aux ateliers de Sutri. Avec un peu moins de 12 % des céramiques communes, les productions rassemblent de nombreux plats et couvercles, cinq marmites au fond bombé, des cruches et des pots poissés à deux anses. Concernant ces derniers, on note sept pots allongés à panse piriforme, à bord haut caractéristique, légèrement rentrant, et anses coudées, collées sous le bord (fig. 16, n. 69-74). L’ensemble des exemplaires est poissé. La pâte de quatre d’entre eux est calcaire, rosée à orangé clair, avec des dégraissants de quartz et de calcite. Le plus grand est en pâte sableuse à inclusions de calcites, avec dégraissants noirs et quelques paillettes de mica. Ces pots ont été produits dans le Latium entre le milieu du Ier siècle et le 3e quart du IIe siècle apr. J.-C. (Pavolini 2000, p. 199-204). I. Pohl (Pavolini 2000) a perçu une évolution de la forme selon laquelle les exemplaires du Rhône, à panse surbaissée, seraient précoces. On retrouve ce critère morphologique sur l’épave Dramont D, dans un contexte situé vers 50 apr. J.-C (Joncheray 1974, pl. 5, a) et dans le vaste dépotoir portuaire de Port-la-Nautique daté entre la fin du Ier siècle av. J.-C. et le 3e quart du Ier siècle apr. J.-C. (Sanchez 2003a, p. 117-118, fig. 53, n. 8). En Italie, des pots analogues ont été trouvés parmi le matériel de fours, au voisinage de Sutri, datés du 3e quart du Ier siècle apr. J.-C. À Luni ils sont présents dans un contexte plus large, entre la fin du Ier siècle jusqu’aux IIe-IIIe siècle. On note également la présence d’un exemplaire dans un remblai de la maison de Livia, à Rome, daté entre l’époque républicaine tardive et l’époque augustéenne. Enfin, un exemplaire provient de l’un des navires de Nemi (Ucelli 1950, p. 122), un autre, d’époque augustéenne, du chantier des navires de Pise (Camilli, Remotti, Barreca 2005, p. 95, fig. 7). On signalera que le pot du Rhône pl. 12, n. 87 porte l’inscription : SARDI[..], ou SARIU[..]. La découverte à Port-la-Nautique d’un pot identique contenant des arêtes de sardines8, oriente notre lecture sur la première hypothèse avec comme développement : sardinas. Dans la même catégorie, on recense trois pots ovoïdes différents des autres par un ressaut interne qui dessine une lèvre triangulaire (fig. 16, n. 75-77). Ces pots, largement poissés, appartiennent au même contexte et devaient renfermer également des sauces de poissons9. On enregistre également deux pots cannelés, à pâte calcaire, à col assez large muni d’une petite gorge interne (fig. 17, n. 78-79). Cette forme, découverte en Étrurie, à Settefinestre, se retrouve dans des contextes assez larges qui vont de la fin du Ier siècle avant J.-C (épave de la Madrague de Giens (Marty 2002, p. 212 note 6) jusqu’à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle apr. J.-C. avec l’épave de la Bourse (Pietropaolo 1998, p. 86, pl. 65, n. 102.). Dans ce dernier contexte, les fouilles ont livré deux exemplaires dont l’un se rapproche très précisément du n. 12 (Pasqualini 1998a, fig. 65, 102). Un exemplaire analogue a été récupéré hors contexte dans le golfe de Fos (Marty 2002, fig. 39, 211). Ce type de pot a pu servir à conserver des fruits comme l’indique une inscription peinte sur un exemplaire de Pompéi mentionnant des olives douces assaisonnées (C.I.L. XIV). Les formes pl. 12, n. 80 à 82 Fig 17 s’assimilent à la classe 17 de Cosa, d’époque tibérienne (Dyson 1976, p. 132, fig. 51, n. 109-111.). Un pot similaire est recensé à Stabia dans la ville du Petraro (De Caro 1987, p. 55, 57, fig. 77, n. 13), à Boscoreale dans la « villa Regina » (De Caro 1994, p. 171, fig. 42, n. 130) et à Pollentia, au Ier siècle apr. J.-C. L’un d’eux est présent sur l’une des épaves de Pise, à l’époque augustéenne (Camilli, Remotti, Barreca 2005, p. 158, n. 268). Ces pots semblent perdurer jusqu’à l’époque sévérienne (193-295) à Settefinestre et à Ostie (Papi 1985, p. 106, fig. 30, n. 8 ; Ostia III, 1973, p. 141, tav. XXIX, fig. 186.). Un exemplaire exposé au musée de Paestum est assez comparable au nôtre, avec une pâte sableuse jaune et de grandes inclusions blanches (Pavoloni 2000). Dans cette catégorie, on place également deux pots de forme apparentée. L’un d’eux (fig. 17, n. 83 Fig), conservé en entier, mesure 10 cm de haut pour un diamètre d’ouverture de 8,5 cm. Le fond est largement poissé. La pâte est calcaire, beige clair, avec de nombreuses inclusions noires et de gros dégraissants brun-rouges pour une surface jaunâtre. Trois cruches à bord déversé, se caractérisent par une large ouverture et une anse rubanée posée sous le bord (fig. 17, n. 84-86). La pâte rosée, bien épurée, est recouverte d’un engobe brun foncé sur la moitié supérieure, avec des coulures dans la partie inférieure. Ce type est produit, entre l’époque flavienne et antoninne, dans les fours de la Celsa, du Gianocolo et probablement aussi à Ostie où l’on a découvert des ratés de cuisson (Olcese 2003, p. 94). Une variante, à une ou deux anses de section circulaire10, se rapproche de la céramique commune oxydante du Ier siècle apr. J.-C d’Ampurias (L’Escala) (Casas et al. 1990, p. 193, fig. 394) (fig. 17, n. 87). Le Rhône a livré sept cruches de trois modules différents (fig. 18, n. 88-93). Trois d’entre elles portent des traces importantes d’exposition au feu. Cette forme est attestée à Formigé dans la couche de destruction de la domus d’époque augustéenne, datée des années 60/70 de notre ère (Pasqualini 1993, p. 268-269, fig. 111, n. 25) ainsi que sur l’épave Dramont D, au large de St Raphaël, du milieu Ier siècle après J.-C. (Joncheray 1974, pl. Ve.). On retrouve leur présence dans les fouilles d’Ostie (Ostia II, pl. VIII, n. 830 et 100) et dans des nécropoles de Vintimille (Gandolfi, Gervasini 2004, p. 87-88.). Malgré l’apparition de ces formes dans les niveaux précoces de Rome à la fin du Ier siècle av. J.-C. (Widrig, Freed 1983, tav. 36, n. 15), l’attestation chronologique la plus fréquente demeure l’époque flavienne (Olcese 2003). G. Olcese rattache leur production, soit au centre de Sutri, où un four contenant ce type de cruche a été trouvé dans des niveaux datés entre 50 et 75 apr. J.-C. (Duncan 1964, p. 161, fig. 12, n. 102), soit au centre de « La Celsa » sur la voie de Flaminius (Olcese 2003, p. 83, tav XI, type 8.). Parmi les deux gobelets à anse à poucier, l’un présente un modelage anthropomorphe en relief sur la panse (fig. 18, n. 94). L’étude de F. Marty suggère l’hypothèse d’une origine italique et précise la chronologie, entre le 2e et 3e quart du Ier siècle apr. J.-C. (Marty, dans ce volume). Les marmites se caractérisent par un bord horizontal ou légèrement incurvé, une lèvre marquée par un galbe interne quadrangulaire et un fond bombé (fig. 19, n. 95-98). Les différents exemplaires présentent des traces de feux importantes comme celles trouvées sur les épaves Dramont D (Joncheray 1974, p. 37, pl. IV) ou Diano Marina (Pallarès 1985, fig. 8.), toutes deux du milieu du Ier siècle apr. J.-C. Cette forme, fréquente en Provence (Pasqualini 1996, p. 289-297), se retrouve dans des contextes datés entre le Ier siècle et le milieu du IIe siècle apr. J.-C. (Olcese 2003, p. 76). Parmi les couvercles italiques à pâte brune (fig. 20, n. 99-103), on a répertorié une forme COM-IT 7a (Dicocer 1993, p. 357-362.) (fig. 23, n. 119) (- 200/50), deux exemplaires COM IT 7e (-100/100) et onze variations proches du type 3 de G. Olcese, du I-IIe siècles apr. J.-C. (Olcese 2003, p. 90).

Fig. 16 – Commune italique

Fig. 17 – Commune italique

Fig. 18 – Commune italique

28Douze des plats pompéiens présentent une pâte granuleuse identique, dure, bien cuite, avec des pyroxènes noirs, des petites particules blanches (toujours visibles même lorsque la pâte est noircie) et du mica. Ces productions, typiques de la Campanie, rassemblent les formes Goud. 15 (Dicocer 1993) (5 ex.) (fig. 20, n. 104), Goud. 17 (1 ex.), Goud. 19 (4 ex.) (fig. 20, n. 105) et Goud. 29 (1 ex.) en usage entre la période augustéenne et le IIe siècle apr. J.-C. Cinq d’entre eux ne présentent aucune trace de feu et pourraient être assimilés à des vases-marchandises. L’un des plats (zone 2) possède une paroi tronconique, peu divergente, à lèvre en bourrelet, légèrement saillante qui correspond à une variante précoce de la forme Goud. 40 (Dicocer 1993, p. 547).

29Six patina munies d’un bord rainuré, une vasque arrondie et un fond plat, correspondent au type 3 de G. Olcese dans une chronologie comprise entre la période tardo-républicaine et le Ier siècle apr. J.-C. (Olcese 2003, p. 86, tav XV, n. 1) (pl. 15, n. 106). Cette forme, bien représentée en Campanie où l’on place les centres de production, connaît une large diffusion en Provence.

30Une cruche à pâte rouge orangé, épaisse, contient cette fois une majorité de petits dégraissants noirs, uniformément répartis sur la surface avec des dégraissants de calcite et de quartz de plus grandes dimensions, quelques bâtonnets noirs volcaniques et une fine poussière de mica. Cette pâte typiquement italienne permet de rapprocher cette forme de la série COM-IT 2b (-200/100) (Dicocer 1993, p. 357-362). Des urnes similaires, à une et deux anses, sont connues sur l’épave Chrétienne H naufragée au tout début du Ier siècle apr. J.-C. (Santamaria 1984, p. 44, fig. 25, n. 2 et 3) (non représentée).

2.4. Production au tour lent de Pantelleria (fig. 21. n. 107)

31Identifiées par DSP Peacok (Peacok 1982), ces productions définissent une aire géographique comprise entre la Sicile, la Sardaigne et l’île de Pantelleria. Une marmite à panse piriforme, à fond incurvé avec rétrécissement au niveau du col, est marquée par une carène et se termine par une lèvre épaisse. Avec une pâte grossière, brune, ce type s’apparente à la forme Sabratha 291-292, datée du IIe siècle apr. J.-C. dans les nécropoles de Puput (Bonifay 2004, p. 54-55, fig. 23, n. 93 et 94) (fig. 21, n. 107). On retrouve des variantes dans des contextes plus précoces, au milieu du Ier siècle apr. J.-C., à Fréjus et à Castagna en Sicile (Pasqualini 1998a, p. 298, pl. 259, n. 20).

2.4.1. Production ibérique (fig. 21, n. 108)

32Un seul exemplaire, une urne sans anse à col légèrement rétréci correspond à un bord de Sombrero de copa ou se rattache du moins plus généralement à la famille des céramiques ibériques peintes. Il s’agit peut-être d’un reliquat du début du Ier siècle de notre ère (fig. 21, n. 108).

2.5. Production orientale à pâte brune (fig. 21, n. 109)

33Trois exemplaires de forme Agora G 188 proviennent du Rhône (fig. 21, n. 109) (Voir E. Pellegrino dans ce volume). Il s’agit d’une bouilloire à embouchure trilobée et col cannelé par trois ressauts caractéristiques. La pâte sableuse présente une couleur orangée uniforme avec de nombreuses paillettes de mica. À travers quelques découvertes, le plus souvent anecdotiques, ces bouilloires semblent se rattacher au littoral occidental méditerranéen. De la fin du Ier siècle au milieu du IIIe siècle apr. J.-C. Leur aire de diffusion s’étend de l’Espagne (épave Cabrera III au large de Majorque) à la Grèce (Robinson 1959). On les signale sur la côte Dalmate, en Croatie (épave des îles Pakleni) (Illakovac 1968, p. 183-202), dans les différentes villes portuaires d’Ostie (Pavolini 1994), Besagne (Pasqualini 1993), Marseille (Les Pistoles, l’Alcazar, La Major, bassin d’eau douce de la Bourse) et Fos (Marty 2000).

Fig. 19 – Commune italique

Fig. 20 – Commune italique

Fig. 21 – Commune importée

2.6. Céramique oxydante d’origine africaine (fig. 22)

  • 11 (Les dimensions moyennes sont comprises entre 38-39 cm de haut à l’exception du n. 4 (32,8 cm) (Bo (...)

34Deux pichets à pâte sableuse beige, assez fine, présentent un corps piriforme strié et un col cylindrique haut, légèrement évasé, sur lequel est soudée une anse de large amplitude (fig. 22, n. 110-111). Ces pichets ou cruches, bien attestés en Afrique du Nord dans la première moitié du IIIe siècle (Bonifay 2004, com. type 50, p. 186 et fig. 160) se retrouvent néanmoins dans des contextes plus précoces, dès la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. (Pietropaolo 1998, p. 82, pl. 61, n. 74 et 75). On signale ainsi une « aiguière pansue » de ce type parmi les « trouvailles de la galère », sur l’épave du musée des Docks, à Marseille (Varoqueaux 1971, p. 40-42, fig. 11-3.) et d’autres, lisses, sur l’épave Lavezzi 1, au Ier siècle de notre ère (Liou 1990, p. 145, fig. 14 1-2.). Une grande cruche globulaire, au fond ombiliqué à bouton, possède un col droit cylindrique et une lèvre en bandeau au sommet, légèrement bifide (fig. 22, n. 113). Ce type, de 29,1 cm de haut, correspond au plus petit modèle de la variante A du type Bonifay 4711. Cette forme, omniprésente dans la nécropole de Pupput, est caractéristique du IIe siècle et de la première moitié du IIIe siècle après J.-C. Excepté l’Afrique, le seul exemplaire méditerranéen connu provient du golfe de Fos (Marty 2002, fig. 3, n. 14). On note également dans cette catégorie, une autre cruche au fond ombiliqué (fig. 22, n. 114) et un pot à deux anses (fig. 22, n. 112). Ces deux derniers partagent une texture, une pâte et, pour le pot, une légère couverture blanchâtre qui s’assimilent aux productions africaines.

Fig. 22 – Commune africaine

2.7. Productions d’origine indéterminée

35Cette catégorie rassemble 42,8 % des céramiques communes soit un total de 303 individus. Dans le cadre de cette étude, nous avons procédé à une sélection des formes les mieux conservées, présentant des profils complets et constituant, pour certains, des sériations morphologiques.

2.7.1. Production d’africaine de cuisine ? (fig. 23)

36Dans cette catégorie, on peut classer quatre marmites à fond incurvé (fig. 23, n. 115-118). Leur pâte, plus grossière, est différente des pâtes africaines. Elles se déclinent dans des répertoires typologiques proches de la vaisselle de cuisine d’Afrique du Nord.

  • Une marmite à fond incurvé, panse très légèrement tronconique, recoupée par une large lèvre aplatie, redressée en saillie vers l’intérieur (fig. 23, n. 115). La pâte, orange clair, fine, bien cuite, présente de petites inclusions noires et grises.
  • La marmite pl. 18, n. 116 présente une lèvre qui trouve une équivalence dans l’Atlante où ce type, à tripode, est une variante « Raqqada »12. Elle s’insère dans une chronologie comprise entre la fin du Ier siècle et le milieu du IIe siècle après J.-C. (Tortorella 1981, p. 223, tav. CIX, n. 12). La couleur est brun clair, la pâte possède des petites inclusions blanches, quelques dégraissants de chamotte affleurants la surface (2 à 3 mm), des inclusions noires (1 à 2 mm) et des petits grains de quartz éolien (plutôt africain ?).
  • Une marmite carénée à bord déversé, aplati, avec un ressaut interne (fig. 23, n. 117). La pâte, orange – rosé avec un fort dégraissants rouge vif (1 à 2 mm), présente des inclusions noires, informes et en bâtonnets (plutôt campanien ?).
  • Une marmite à panse sphérique est munie d’une lèvre triangulaire épaisse (fig. 23, n. 118). La couleur est beige clair en surface. Elle contient une myriade de petites inclusions blanches visibles à l’intérieur et à l’extérieur du vase. La pâte, orange brique, présente des petits dégraissants avec quelques grains noirs et gris.
  • 13 Il est clair que l’aide de Michel Bonifay a été des plus utiles pour isoler ce groupe.

37On note enfin le bord vertical d’une marmite à ressaut convexe interne, pour asseoir un couvercle (fig. 23, n. 119) imitant la forme africaine Hayes 19813.

Fig. 23 – Commune italique ou africaine

2.7.2. Céramique à pâte claire (fig. 24-29)

  • 14 À l’exception du col mouluré, ce pot « d’époque romaine » présente une pâte claire, des traces de (...)
  • 15 Fragment conservé au musée archéologique de Girone (Casas et al. 1990, p. 131, fig. 287).

38Avec un peu moins de 20 % de la céramique commune cette catégorie rassemble 139 individus dont 43 composés uniquement de mortiers. Si ces derniers n’ont pas été pris en compte dans l’étude, ils participent au décompte global. On note deux pots à corps ovoïde grossier, dissymétrique, qui présentent une pâte calcaire blanchâtre avec de nombreuses inclusions noires (fig. 24, n. 121) auxquelles s’ajoutent des petites particules rouges et du mica doré (fig. 24, n. 120). Un exemplaire similaire à la fig. 24, n. 121 a été découvert dans la nécropole de Sizen, dans un contexte large entre le IIe siècle av. J.-C. et tout le Haut-Empire (Bessac, Christol, Fiches 1987, pl. 46, n. 1). Cette forme est également bien attestée à Fos, avec 14 exemplaires. La chronologie tardive, aux environs du Ve siècle apr. J.-C., proposée par C. Pavolini pour les exemplaires identiques de Rome et d’Ostie, doit être considérée avec prudence (Pavolini 2000, fig. 34, 58 et fig. 75). On peut d’ailleurs noter la présence d’un vase analogue à Munigua (Vegas 1969/1970, fig. 6, n. 146) et au musée d’Ampurias (Casas et al. 1990, p. 253, fig. 492), tous deux datés du Ier siècle apr. J.-C. Un pot en pâte claire, très pansu, dont le profil du bord en poulie se rapproche du type B 3 de M. Pasqualini (Pasqualini 1998a, fig. 259, n. 19.) possède cependant un pied annulaire (fig. 24, n. 122). Jusqu’à présent, ce type était uniquement attesté dans des contextes funéraires compris entre la 1e moitié du Ier siècle apr. J.-C. et le IIe siècle. Sur l’épaule on peut lire les lettres TAUR[…] écrites au noir de fumée, qui désignent soit une viande de taureau, peut-être d’origine locale, soit un produit qui en est dérivé. Nous avons également enregistré une dizaine de pots cylindriques allongés, carénés à mi-hauteur, à bord large doté d’une gorge interne (fig. 25, n. 123-127). La pâte est calcaire, assez fine, blanchâtre, avec de nombreuses inclusions noires. Au point de vue morphologique, ces cruches se rapprochent de l’un des exemplaires de Port-la-Nautique, dans un contexte daté entre 40 et 70 après J.-C., avec cependant de nombreux objets relatifs à la période 30/60 (Sanchez 2003b, p. 357 et fig. 197.9 ; fig. 198.1, 197 et 198 ; Sanchez dans ce volume). Si ces pots présentent la même pâte, la même chronologie, et se retrouvent dans un contexte analogue, un espace portuaire, on notera toutefois sur l’exemplaire narbonnais un fond plat et une lèvre en poulie, sans sillon. Un exemplaire à deux anses, provenant du port de Marseille, semble appartenir au même groupe14. Une grande cruche, assez massive, à bec trilobé et poussier constitué par le simple aplatissement d’une boule d’argile, est dotée d’un fond ombiliqué (fig. 26, n. 128). Un sillon horizontal marque la partie inférieure de la panse. Une cruche, dont le bord déversé s’appuie directement sur l’anse, pourrait constituer une variante de la catégorie CL REC 1f (Dicocer 1993, p. 223) (50/150) (fig. 26, n. 129). Le col fig. 26, n. 130 présente une lèvre moulurée, à bandeau vertical cylindrique avec un galbe saillant interne. Une forme analogue est connue sur un col trouvé dans un contexte augustéen, dans des établissements agricoles de Viladamat15. Parmi les autres cruches, on note la fig. 26, n. 131, à une gorge interne et bec verseur, la fig. 26, n. 132 à engobe et gorge intérieure, et la cruche fig. 26, n. 133, recouverte d’un engobe orangé, à col différencié, qui est similaire à celle de l’épave Dramont D (Joncheray 1974, pl. 3, photos n. 20-21.). On compte une quinzaine de pots communément appelés « pots de barque » ou « pots trapus » (Rivet 2006) en raison du contexte fluvio-maritime de leur découverte et d’une morphologie, notamment un large fond plat, apparemment adaptée à un plancher de cale (fig. 27, n. 134-142). Ces pots ont la particularité de décliner des formes relativement identiques dans des pâtes différentes (Rivet 2006, p. 627-639). Systématiquement poissés, ils se retrouvent dans des contextes situés entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle apr. J.-C. avec un pic entre Claude et Néron (Rivet 2006, p. 627-639). Six pots à panse ovoïde et lèvre repliée pour asseoir un couvercle (fig. 28, n. 143-147) sont comparables à ceux des épaves Port Vendres II (42/50 apr. J.-C.) (Colls et al. 1977, fig. 41) et Dramont D (milieu Ier siècle apr. J.-C.) (Joncheray 1974, pl. 5, c). Quatre d’entre eux présentent des traces de poix. Parmi ces formes à large ouverture, la fig. 28, n. 147 est décoré sur le sommet des anses. Ce sillon, formé entre deux protubérances allongées, se retrouve sur des amphores produites à la Manutention de Lyon, entre les années 50 et 100 apr. J.-C. (Desbat, Schmitt 1997, p. 47, fig. 17.3). On note un ressaut à la base du col. La pâte se compose en majorité de petits dégraissants de calcite, dont les plus grossiers mesurent 0,5 cm, du quartz et quelques dégraissants rouges et noirs. Deux pots tronconiques à pied annulaire sont équipés d’un bord à gorge intérieure avec deux anses nervurées qui s’appuient sous la lèvre (fig. 29, n. 148-149). Ces pots poissés se présentent sous deux pâtes différentes. L’une plus grossière, de couleur beige jaunâtre, possède du quartz, de la calcite et des dégraissants noirs, tandis que l’autre, orange clair à rosé, mieux épurée, rassemble des dégraissants rouges, noirs, du quartz et du mica doré. On enregistre également quatre cols de cruches à deux anses. Deux ont une lèvre déversée et moulurée (fig. 29, n. 150-151), et deux autres ont une pâte plus fine, avec une lèvre simple, déversée, et deux anses verticales (fig. 29, n. 152).

Fig. 24 – Commune calcaire

Fig. 25 – Commune calcaire

Fig. 26 – Commune calcaire

Fig. 27 – Commune calcaire

Fig. 28 – Commune calcaire

Fig. 29 – Commune calcaire

Fig. 30 – Commune réductrice

2.7.3. Céramique commune sableuse réductrice (fig. 30-fig. 31, n. 159-161)

  • 16 De nombreux objets sont datés entre 30 et 60 (Sanchez 2003b, p. 405, fig. 207, n. 1 à 4)

39Parmi cette catégorie, représentant 4 % des céramiques communes, on note sept pots à épaulement et col droit. Munie d’une large lèvre déversée et écrasée, ces pots devaient recevoir un couvercle (fig. 30, n. 153-155). L’exemplaire conservé entier présente un pied annulaire. La pâte est grossière avec de nombreux grains de quartz dont certains mesurent 3 mm. La surface entièrement noircie par les flammes est recouverte de paillettes de mica. Une urne identique a été trouvée à Port-la-Nautique dans un contexte entre 30 et 70 apr. J.-C. (Sanchez 2003b, p. 408, fig. 210, n. 5).Une coupe conservée entière, à panse hémisphérique et bord convergent, est équipé d’un fond obtenu par modelage grossier (fig. 30, n. 156). Ce type s’inspire des formes protohistoriques de la fin du Ier siècle av. J.-C. (type CN-LOR C2a1) (Dicocer 1993, p. 295), doté cette fois d’un bord rainuré. Sa surface est noircie par les flammes et le fond tapissé d’une sorte de caramel alimentaire jaunâtre. Deux marmites à pâte épaisse avec de nombreux grains de quartz et quelques dégraissants noirs adoptent une forme profonde, à large ouverture et lèvre épaisse en bourrelet (fig. 30, n. 157-158). Les deux exemplaires tournés présentent de traces de feux importantes. Des formes comparables, datées entre 30 et 70 apr. J.-C., ont été découvertes à Port-la-Nautique16. Une écuelle à bord oblique, à lèvre épaissie, trouve une correspondance dans une couche de remblai du quartier ouest du village gallo-romain de Lune-Viel, dans l’Hérault (180/200) (Raynaud 1990, p. 140, fig. 69, n. 1535) (fig. 31, n. 159). Deux plats à bord oblique au fond incurvé (fig. 31, n. 160) ou plat (fig. 31, n. 161) avec une lèvre aplatie sur le dessus correspondent à une variante de la catégorie SABL OR C13 (Dicocer 1993, p. 552) (-20/100). Ces types se retrouvent à Vienne à partir de 40 apr. J.-C. jusqu’au IIe siècle (Leblanc 2007, p. 185-186, fig. 180). On peut observer sur la fig. 31, n. 161 des incisions réalisées après cuisson.

Fig. 31 – Commune réductrice (159-161), commune sableuse oxydante micacée (162-163), commune oxydante à engobe micacée (164)

Fig. 32 – Commune silicieuse blanche (165-168), commune engobée (169-172)

2.7.4. Commune sableuse oxydante micacée (fig. 31, n. 162-163)

40Quatre petites urnes à lèvre déversée possèdent une surface entièrement noircie par les flammes (fig. 31, n. 162-163). La pâte brune se compose de dégraissants blancs (calcaire), de quartz et pour l’un des deux, de mica.

2.7.5. Commune sableuse oxydante à engobe micacé (fig. 31, n. 164)

41Une urne à panse hémisphérique est dotée d’un bord divergent, muni d’une gorge interne et d’une lèvre en amande. La pâte orange, assez bien épurée, contient des dégraissants de quartz et de mica. L’engobe brun-jaunâtre, d’1 mm d’épaisseur, est constitué d’une fine poussière de mica. Son émiettement laisse apparaître une surface rugueuse. La forme est inconnue dans les céramiques COM-O-M (Dicocer 1993) et COM-E-M (Dicocer 1993, p. 340) (fig. 31, n. 164).

2.7.6. Les pâtes siliceuses blanches (fig. 32, n. 165-168)

  • 17 De nombreux objets sont datés entre 30 et 60 (Sanchez 2003b, p. 395, fig. 197, n. 3).
  • 18 Rivet 2007, p. 575, fig. 6, n. 64.

42Deux cols de cruche du type du lagynos, à embouchure étroite, présentent une pâte différente. Celui à col différencié (fig. 32, n. 165) possède une pâte blanchâtre avec de nombreux dégraissants noirs et quelques paillettes de micas. L’autre (fig. 32, n. 166) est poissé. Sa pâte est rosée avec de nombreux dégraissants noirs et rouges. Un col de cruche droit, à large lèvre en bandeau, ourlée dans sa finition, présente un départ de carène bien marquée (fig. 32, n. 167). La pâte de couleur rosée, dans l’ensemble bien épurée, possède quelques dégraissants bruns et blancs de 2 mm. La surface est blanchâtre et l’intérieur du col largement poissé. Une forme identique a été trouvée à Port-la-Nautique dans un contexte situé entre 30 et 70 apr. J.-C.17 ainsi qu’à Fréjus dans un contexte 65-70 apr. J.-C.18 Un long col, dont la panse semble se caréner assez vite, est doté d’une lèvre en bandeau (fig. 32, n. 168).

2.7.7. Céramique engobée non grésée reprenant des formes de sigillée italique (fig. 32, n. 169-172)

43Un groupe se distingue en reprenant, en deux formes différentes, le répertoire morphologique des céramiques sigillées (fig. 32, n. 169-172). La pâte, bien épurée, varie du beige au rose saumon, avec un revêtement argileux très effrité, de couleur « brun-rougeâtre ». Les formes italiques qui servent de modèle se rapprochent, pour trois d’entre elles, des coupes Ettlinger 13 (fig. 32, n. 172) et pour les trois autres des assiettes Goudineau 14 (fig. 32, n. 169-171).

2.7.8. Céramique commune sableuse oxydante (fig. 33, n. 173-177)

  • 19 La collerette du Rhône présente une pâte très micacée, avec du quartz, des nodules rouges et noirs
  • 20 En l’absence du bord, l’orientation du tesson pose des problèmes.

44Malgré une même dénomination, cette catégorie rassemble des pâtes qui varient en couleur, en densité et dans la nature des dégraissants. Il représente 8 % des céramiques communes. On note un pichet, ou une urne à deux anses, présentant un col divergent. Une comparaison est possible avec la classe 5120, attestée en faible quantité dans les contextes flaviens d’Aix-en-Provence (Nin 2001, p. 247, fig. 11, n. 61). Si l’usage proposé par n. Nin fait référence au stockage, l’exemplaire rhodanien a subi des coups de feux (fig. 33, n. 173). Une marmite carénée de 11,6 cm de haut, pour un diamètre d’ouverture de 24 cm, dispose d’un fond bombé et d’une lèvre triangulaire à marli (fig. 33, n. 174). La pâte orange, à dégraissant de quartz et de calcaire, contient de nombreux points de chaux. La forme de la lèvre et son ressaut interne pourraient s’assimiler à une variante de la catégorie 4210. Néanmoins, la présence d’un fond concave est plutôt rare sur ce type (Nin 2001, p. 246-247, fig. 9, n. 53). La surface est noircie de coups de feu. Une autre marmite, à lèvre déversée en amande à l’extérieur, mesure 24 cm de diamètre d’ouverture. La pâte est fine, sonore, de couleur orange rosé. Le dégraissant, composé de grains de petites tailles, est uniformément réparti avec de la calcite, du quartz éolien et des micro-fossiles (fig. 33, n. 175). Une collerette rouge-orangée, très micacée (fig. 33, n. 176), associée à une panse incurvée, s’apparente aux éléments de préhension d’une marmite à pâte siliceuse rouge produite vraisemblablement à Saint-Romain-en-Gal19 (fig. 33, n. 177). Cette dernière se situe dans un contexte compris entre le changement d’ère et le IIIe siècle apr. J.-C. (Leblanc, Desbat 1992, p. 88 et pl. 77). La forme, avec une orientation différente20, pourrait également s’apparenter à un couvercle italien de type clibanus (Olcese 2003, p. 88). Une cruche à pâte rouge orangé, fine et bien cuite, possède un dégraissant rouge avec une majorité de petits grains de quartz. On note un fond ombiliqué, un profil épaulé et la présence de deux anses appuyées sous la lèvre. Cette dernière est repliée pour aménager une gorge interne rehaussée à l’extérieur pour maintenir et asseoir un couvercle. L’exemplaire, qui provient de la zone 2, ne présente aucune trace de poix (non représentée). On note enfin quatre cruches à bec tréflé, à panse bi-tronconique et carène bien marquée par une bande convexe, plus ou moins attestée parmi les formes kaolinitiques Goudineau 1 (fig. 34, n. 178-179). Pour les bouilloires, ce type de cuisson, exécuté en mode A, semble apparaître à partir du IIe siècle apr. J.-C. (Batigne, Desbat 1996, p. 383). On signale également la présence d’un bec trilobé atypique avec un système d’attache d’anse composé de trois points de jonction, l’un placé sur la lèvre, un autre perpendiculaire au col et un troisième, cassé à la jonction qui devait prendre appui sur la panse.

Fig. 33 – Commune sableuse oxydante

Fig. 34 – Commune sableuse oxydante

3. Conclusion

45Ce dossier constitue la première étude approfondie portant sur les céramiques communes extraites du Rhône au niveau d’Arles. De fait, depuis ces dernières années, 1 508 individus, dont un grand nombre de profils complets, ont été retirés du fleuve dans des conditions de fouilles difficiles, compte tenu de l’absence quasi totale de visibilité et du fort courant. Issues en majorité du gisement A, en rive droite, le plus homogène et le plus cohérent des dépotoirs portuaires du fleuve, ils apportent leur contribution à l’étude d’une famille de céramiques dont la connaissance est en plein essor.

46Mis au jour avec soin en dépit, on l’a vu, de mauvaises conditions de travail, les objets proviennent de stratigraphies fiables et ne sont pas le fruit de dragages aveugles et intempestifs. En outre, les conditions du milieu fluvial combinant l’absence de salinité et un enfouissement souvent rapide dans un limon argileux, ont conservé les traces d’usage, les coups de feu, parfois les contenus, les marques peintes et la couleur originelle des terres cuites. Si l’identification des formes en est facilitée, la localisation exacte des ateliers en l’absence d’analyse demeure encore délicate.

47Le faciès qui se dégage de cette étude témoigne d’un double flux commercial à la croisée des voies maritime et fluviale. Marques d’usure, graffiti, inscriptions peintes sont autant d’éléments retraçant la vie des hommes, simples marins ou négociants, habitants ou défunts, dans un espace à la jonction entre l’habitat, la nécropole proche et le milieu de la navigation.

48Avec 37 % des céramiques communes issues des productions de la vallée du Rhône et un peu plus de 20 % du bassin méditerranéen (dont 12 % d’Italie) l’étude témoigne de la convergence, à la fin du Ier siècle apr. J.-C., de deux courants commerciaux. Cette situation exceptionnellement florissante, établie sur le commerce des objets qui montent le fleuve et de ceux qui le descendent, est confirmée par de nombreux auteurs jusqu’à l’Antiquité tardive.

49La présence en grand nombre de bouilloires kaolinitiques et d’urnes carénées - représentant respectivement 12 % et 13,7 % des céramiques communes, soit 5,6 % et 6,4 % du comptage global, recoupe les données enregistrées dans le Golfe de Fos (Marty 2004) et confirme ainsi le dynamisme d’un courant commercial descendant. Les pâtes calcaires des ateliers de Lyon/Vienne correspondent aux proportions mises en exergue à Fos (Marty 2000) qui totalisent 30 % des pâtes calcaires contre 27,7 % pour le Rhône. Ce dernier comptage a intégré les 174 individus en pâte calcaire du Rhône auxquels nous avons soustrait 43 mortiers du comptage global, que l’étude de F. Marty n’avait pas pris en compte. Concernant les produits issus du bassin méditerranéen, la céramique commune italienne est bien représentée et reprend quasi à l’identique les proportions de Fos avec 12 % des communes pour le Rhône contre 11 % pour les fouilles de la pointe Saint-Gervais. Ces données quantitatives importantes s’inscrivent en contradiction avec les quelques exemplaires d’amphores italiennes trouvées dans le Rhône. Seules trois amphores de Forlimpopoli et deux Dressel 2-4 italiennes sont en effet recensées dans l’inventaire. Ces données contrastées corroborent vraisemblablement les hypothèses concernant l’arrivée en vrac du vin italien à bord de tonneaux ou dans des dolia à partir du Ier siècle apr. J.-C. (Desbat 2004, p. 256-258). Mais la comparaison des données chiffrées sur les amphores vinaires collectées à Arles, dans le Rhône (Long 1998, p. 93), avec celles recensées à Fos-sur-Mer (Liou, Sciallano 1989, p. 157), puis au bout de la chaîne, dans le nord-est de la Gaule et en Germanie (Baudoux 1992), avait déjà été soulignée. Le faciès d’Arles, à la fois maritime et continental, s’apparente aux sites du nord où l’amphore gauloise est majoritaire, tandis que Fos conserve un caractère plus transversal, celui d’un port d’escale et de redistribution entre l’Espagne et l’Italie, peut-être tout simplement à cause de l’ensablement des Fosses mariennes.

50Ensuite, les productions africaines composées essentiellement des types Hayes 197 et de leurs couvercles Hayes 196 sont majoritaires (3 %) avec les formes précoces de sigillées clair A (1 %).

  • 21 Certains objets présentent en effet une pâte brune proche des productions orientales et non présen (...)

51Avec les progrès de la recherche, si de nombreuses formes et pâtes doivent trouver dans l’avenir une filiation avec la Méditerranée orientale21, la faible proportion de communes orientales s’accorde pour l’instant avec une petite quinzaine d’amphores grecques recensées, principalement des Crétoises 4, Crétoises 2, Dressel 5 et rhodiennes.

  • 22 Ce comptage, non actualisé, fait référence au tableau récapitulatif présentant pour le Ier siècle (...)

52On notera enfin le très faible taux de commune espagnole qui contraste dans le comptage global avec les 32 % de parois fines et les 75,6 % d’amphores de Bétique22. Si la vaisselle fine servait à la boisson à bord des bateaux et dans l’habitat – les graffiti sur ce type de vases en témoignent – les céramiques culinaires espagnoles sont quant à elles très mal connues et devraient faire partie des 34,6 % d’indéterminés.

53L’examen des céramiques confirme bien que nous sommes en présence, d’une part, de vases-marchandises à l’état neuf. Il s’agit en particulier de plats pompéiens et de marmites africaines, d’une dizaine de cruches kaolinitiques et de plats « varois », que complètent un répertoire plus large composé de parois fines ibériques et de sigillées gauloises. Il s’agit, d’autre part, de vaisselle (à cuire, bouillir et conserver) portant différentes incisions et marques d’usure, qui se rapportent à l’habitat jouxtant le fleuve et à la vaisselle de bord des navires.

54Il est intéressant de noter que le contexte de découverte de certaines catégories tels que les pots de barque (fig. 27), les pots ovoïdes grossiers (fig. 23, n. 118), les pots blancs carénés (fig. 24, n. 120 à 122 et fig. 25, n. 124, les pots à lèvre repliée (fig. 27, n. 139-142), les cruches égéennes (fig. 20, n. 106), ainsi que les gobelets à anse à poucier (fig. 18, n. 91), semble bien circonscrit au domaine fluvio-maritime. Existe-il une vaisselle spécifique à la navigation ? Peut-on voir dans ces différents conteneurs des créations adaptées, comme le souligne F. Marty, « aux conditions de vie des marins à bord des navires » (Voir F. Marty dans ce volume). Il est encore tôt pour le dire, d’autant qu’il peut s’agir d’un déficit de la recherche en archéologie terrestre où les vases sont souvent trop fragmentés pour être identifiés.

55On peut se demander, par ailleurs, si certains vases importés à Arles n’étaient pas destinés à conditionner en plus petite quantité, pour la réexportation et la distribution locale, des produits arrivés en amphore (garum, sauces diverses, poissons salés, viandes, conserves de fruits, olives…).

  • 23 Nous pensons en particulier à l’inscription probable de Sardinas sur le pot italique n. 70 dont le (...)

56Une dernière remarque concerne le problème du contenu des différents vases poissés : cruches (fig. 14, n. 51-56), pots à miel (fig. 14, n. 59-60), pots du Latium (fig. 16 et 17, n. 67-81), pots blancs carénés (fig. 24, n. 120 à 122 et fig. 25, n. 124), pots trapus (fig. 26, n. 131 à 133 et fig. 27, n. 134 à 138) et celui des nombreux autres pots, pichets ou cruches d’origine indéterminée. Toutes ces formes témoignent en majorité d’une grande variété de produits, alimentaires ou non, dont le conditionnement, le raffinement ou même l’identification auraient nécessité la confection d’un conteneur spécifique. Si les quelques inscriptions peintes découvertes sur les panses confirment l’assignation de produit spécifique à des formes de céramique23, le contexte des découvertes fluvio-maritimes et portuaires attribuerait ainsi, à ces conteneurs, une fonction associée au transport, à l’instar de nos amphores.

57La suite de l’inventaire et de l’étude doit se poursuivre en 2008 et 2009. Il faudra par conséquent confirmer la finesse des datations de la zone 2, affiner celles des zones 1 et 3 du Gisement A, procéder à différents sondages en amont de ce dernier et comparer enfin les données à celles des sites régionaux (fig. 6, tableau 12).

Zone ou Inv.

Chronologie

1

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

2

A92-Gis. A

20-150 apr. J.-C.

3

A93-Gis. A

20-150 apr. J.-C.

4

Saisie judiciaire

zone indéterminée

5

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

6

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

7

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

8

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

9

Prospection Gisement A ( ?)

40-150 apr. J.-C.

10

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

11

Prospection Gisement A ( ?)

40-150 apr. J.-C.

12

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

13

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

14

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

15

Prospection Gisement A ( ?)

40-150 apr. J.-C.

16

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

17

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

18

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

19

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

20

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

21

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

22

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

23

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

24

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

25

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

26

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

27

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

28

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

29

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

30

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

31

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

32

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

33

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

34

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

35

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

36

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

37

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

38

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

39

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

40

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

41

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

42

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

43

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

44

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

45

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

46

PK 284.5

en aval de la zone 2

47

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

48

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

49

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

50

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

51

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

52

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

53

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

54

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

55

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

56

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

57

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

58

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

59

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

60

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

61

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

62

Prospection

En amont du Gisement A

63

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

64

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

65

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

66

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

67

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

68

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

69

PK 284.5

en aval de la zone 2

70

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

71

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

72

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

73

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

74

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

75

Prospection

one indéterminée

76

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

77

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

78

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

79

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

80

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

81

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

82

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

83

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

84

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

85

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

86

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

87

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

88

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

89

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

90

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

91

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

92

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

93

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

94

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

95

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

96

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

97

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

98

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

99

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

100

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

101

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

102

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

103

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

104

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

105

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

106

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

107

PK 283.70 dépotoir1 Gis A

20-150

108

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

109

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

110

PK284.5

40-150 apr. J.-C.

111

Prospection PK 284.5

40-150 apr. J.-C.

112

PK 283.70 (zone 1)

40-150 apr. J.-C.

113

Saisie 1996

secteur inconnu

114

Saisie 1996

secteur inconnu

115

Saisie 1996

secteur inconnu

116

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

117

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

118

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

119

A180-Gis. A

20-150 apr. J.-C.

120

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

121

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

122

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

123

PK 283.70 (zone 1)

40-150 apr. J.-C.

124

PK 284.5

40-150 apr. J.-C.

125

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

126

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

127

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

128

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

129

PK 283.70 (zone 1)

40-150 apr. J.-C.

130

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

131

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

132

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

133

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

134

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

135

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

136

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

137

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

138

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

139

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

140

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

141

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

142

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

143

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

144

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

145

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

146

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

147

PK284.5 et PK 285.2

40-150 apr. J.-C.

148

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

149

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

150

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

151

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

152

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

153

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

154

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

155

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

156

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

157

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

158

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

159

PK283.70 (Zone 1)

40-150 apr. J.-C.

160

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

161

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

162

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

163

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

164

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

165

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

166

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

167

Zone 1

40-150 apr. J.-C.

168

Zone1

40-150 apr. J.-C.

169

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

170

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

171

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

172

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

173

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

174

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

175

Zone 2

70-90 apr. J.-C.

176

Zone 3

40-150 apr. J.-C.

177

Marmite de St Romain en Gal

178

PK 284.5

en aval de la zone 2

179

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

180

Gisement A

20-150 apr. J.-C.

Tableau 1 : localisation des céramiques présentées et chronologie

Notes

1 Les fouilles terrestres arlésiennes enregistrent en effet le premier tesson de sigillée claire B vers 150 apr. J.-C.

2 Le rôle de bouilloire est mis en évidence par les coups répétés de feu et la présence de dépôts calcaire. 10 % d’entre elles n’ont toutefois aucune trace de feu.

3 Contrairement aux exemplaires de Martigues, la pâte de ceux du Rhône est bien cuite, sonore et sans effritement malgré un long séjour dans l’eau (Chausserie-Laprée, Nin 2004, p. 142, note 6).

4 Selon Paunier, les stries en relief ou « cordons » sont écrasés par lissage à l’origine des rainures et des simples bandes parallèles lissées (Paunier 1979, p. 21).

5 Le dessin restitue hypothétiquement quatre dépressions.

6 Cette catégorie regroupe les céramique à pâte calcaire, dont la couleur peut varier du blanc/jaunâtre au beige rosé.

7 Les fouilles de l’atelier du chapeau rouge ont permis de mettre en évidence pas moins de cinq modules différents (Desbat 2001, p. 43).

8 Nous remercions Corinne Sanchez (CNRS) pour ces informations inédites.

9 Des arêtes de poissons ont été découvertes à Pompéi dans la maison de C. Julius Polybius (Gasperetti 1996, p. 31-32, forme 1213d)

10 Le dessin restitue deux anses mais rien n’indique la présence de la deuxième.

11 (Les dimensions moyennes sont comprises entre 38-39 cm de haut à l’exception du n. 4 (32,8 cm) (Bonifay 2004, p. 184-185, fig. 157).

12 Cette variante possède des pieds de calage, absents sur l’exemplaire rhodanien.

13 Il est clair que l’aide de Michel Bonifay a été des plus utiles pour isoler ce groupe.

14 À l’exception du col mouluré, ce pot « d’époque romaine » présente une pâte claire, des traces de tournage bien marquées, un début de carène sur la partie sommitale et des anses pliées de même orientation que les exemplaires du Rhône (Inv. 83.2.45).

15 Fragment conservé au musée archéologique de Girone (Casas et al. 1990, p. 131, fig. 287).

16 De nombreux objets sont datés entre 30 et 60 (Sanchez 2003b, p. 405, fig. 207, n. 1 à 4)

17 De nombreux objets sont datés entre 30 et 60 (Sanchez 2003b, p. 395, fig. 197, n. 3).

18 Rivet 2007, p. 575, fig. 6, n. 64.

19 La collerette du Rhône présente une pâte très micacée, avec du quartz, des nodules rouges et noirs.

20 En l’absence du bord, l’orientation du tesson pose des problèmes.

21 Certains objets présentent en effet une pâte brune proche des productions orientales et non présentés dans cette étude

22 Ce comptage, non actualisé, fait référence au tableau récapitulatif présentant pour le Ier siècle apr. J.-C. la répartition des amphores (Long 1998, p. 90, fig. 4).

23 Nous pensons en particulier à l’inscription probable de Sardinas sur le pot italique n. 70 dont les analyses des macro-restes d’arrêtes de poissons trouvées à Port la Nautique (Sanchez 2003a) et à Pompéi (Gasperetti 1996, p. 31-32, forme 1213d) semblent assigner à ces pots une fonction identique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan général de localisation des découvertes à Arles et en amont, au seuil de Terrin (Dessin CNR-Drassm)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 2 – Localisation des zones de fouille, dans le gisement A, et des épaves de la rive droite (dessin : L. Long, S. Cavillon)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende Fig. 3 – Amas d’objets en zone 2 (gisement A), adossé à un chargement de pierres moderne (dessin A. Hoyau)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig04 : Répartition par catégorie des 1508 individus du gisement A, toutes zones confondues
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 5 – Répartition des 707 individus en céramiques communes, toutes zones confondues
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 6 – Céramique kaolinitique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 7 – Céramique kaolinitique (5-11), céramique calcaire (?) (12-13)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Fig. 8 – Céramique kaolinitique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 9 – Commune réductrice de la vallée du Rhône
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 10 – Commune réductrice modelée
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 11 – Commune réductrice de la vallée du Rhône
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 12 – Commune réductrice de la vallée du Rhône
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Fig. 13 – Commune réductrice de la vallée du Rhône
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 14 – Commune calcaire de la vallée du Rhône
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 15 – Commune modelée varoise
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 16 – Commune italique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig. 17 – Commune italique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 18 – Commune italique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 19 – Commune italique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 20 – Commune italique
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 21 – Commune importée
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 22 – Commune africaine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 23 – Commune italique ou africaine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 24 – Commune calcaire
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 25 – Commune calcaire
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 26 – Commune calcaire
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 27 – Commune calcaire
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 28 – Commune calcaire
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 29 – Commune calcaire
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 30 – Commune réductrice
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 31 – Commune réductrice (159-161), commune sableuse oxydante micacée (162-163), commune oxydante à engobe micacée (164)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 32 – Commune silicieuse blanche (165-168), commune engobée (169-172)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 33 – Commune sableuse oxydante
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 34 – Commune sableuse oxydante
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4866/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540