Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Le mobilier issu des fouilles de la villa Régine au Puy-Sainte-Réparade

Philippe Chapon et Michel Pasqualini

Résumé

La villa du quartier Régine au Puy-Sainte-Réparade (Bouches-du-Rhône), a été fouillée entre 1998 et 2001, et un vaste espace rural sur au moins 6000m² a ainsi pu être étudié sur près des trois quarts de sa surface. Le matériel archéologique provient, dans sa grande majorité, d’importants niveaux de dépotoirs fouillés dans la cour principale de la villa. Près de 20000 tessons constituent un remarquable échantillonnage de la céramique utilisée entre la fin du Ier siècle et le milieu du IVe siècle de notre ère. La céramique commune (pâtes claires et communes sombre provençales) est prédominante (80 % de l’ensemble), au dépend de la céramique fine et de service (sigillée sud-gauloise, claire B et claires africaines A et C). Le lot d’amphores est constitué principalement de gauloises IV et d’imitations de Dressel 2/4. Enfin, la dernière phase d’occupation, limitée à une aile du chai, est caractérisée par une majorité de céramiques grises et est parfaitement datée par un lot de monnaies s’échelonnant d’Aurélien à Constantin.

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Localisation

1La commune du Puy-Sainte-Réparade se situe sur la rive gauche de la Durance, à une quinzaine de kilomètres au nord d’Aix-en-Provence, au pied du versant septentrional des collines de la Trévaresse (fig. 1). Le site de la villa Régine se trouve plus précisément au débouché d’un vallon encaissé qui témoigne de la rapidité de l’enfoncement récent des rivières dans ce secteur. Les collines aux versants abrupts sont composées de mollasses miocènes et surplombent la vallée d’environ 300 m. La villa se trouve actuellement à 2 km de l’ancien lit majeur de la Durance avant l’endiguement.

  • 1 Pour la bibliographie concernant cette fouille le lecteur voudra bien se reporter à Chapon Ph. (di (...)

2Le recouvrement des vestiges a été assuré par un colluvionnement important qui a recouvert les pieds de versants et comblé les vallons probablement au début de l’époque médiévale (Magnin 1985, p. 162)1.

1.2. Le contexte archéologique

3La villa du quartier Régine se trouve en lisière d’un terroir densément occupé à l’époque gallo-romaine. Il est dominé à 450 m d’altitude par le plateau de la Quille qui porte des vestiges importants d’un oppidum protohistorique. La carte archéologique de la commune met en évidence 31 sites ou indices de sites attribuables à l’Antiquité, parmi lesquels 18 correspondent de manière certaine à des villae, espacées en moyenne de moins d’un kilomètre, avec éléments de pressoirs et fragments architecturaux décoratifs (fig. 2).

4Ce site antique a été mis en évidence dès 1982 par des prospections et des photos aériennes. À partir de 1998, un projet de lotissement a entraîné une série d’interventions archéologiques, d’abord en sauvetage, puis programmées sur les parties les mieux conservées. Les fouilles se sont achevées en octobre 2001.

5Un vaste espace rural s’étendant sur au moins 6000 m2 a ainsi pu être étudié sur près des trois quarts de sa surface, le reste étant déjà bâti au début des recherches (fig. 3).

Fig. 1 – Carte de situation du site du quartier Régine en Gaule Narbonnaise.

1.3. Une longue période d’occupation

6La présence de tessons de campanienne A et de céramique modelée indigène témoigne d’une occupation protohistorique sur le site. Cependant aucune structure contemporaine n’a été repérée. A partir d’un noyau central comportant au moins un pressoir et orientéà 22° Est, la villas’est développéedans un premier temps vers le sud, autour d’une grande cour centrale cernée sur trois côtés par une galerie couverte. Les bâtiments périphériques se composent principalement d’un double pressoir à contrepoids et ses dépendances (fig. 4) et d’un vaste chai en forme de L s’étendant sur plus de 340 m2 (fig. 5). La capacité de stockage de ce dernier, estimée au travers des alignements de fosses de dolia, doit se situer aux alentours de 80.000 litres. Le poissage des jarres et l’absence de meule à broyer permet d’exclure l’hypothèse de l’huilerie et destine cet établissement à l’élaboration du vin. Au nord, l’agrandissement de la villa comporte principalement des éléments d’habitation composant la pars urbana, d’environ 1.000 m ², comprenant un petit ensemble thermal (fig. 6).

7Une dernière phase d’occupation a pu être identifiée dans une partie des bâtiments et semble correspondre, à partir de la fin du IIIe s., à un changement fonctionnel de certains espaces et à un épisode de récupération des éléments architecturaux de la villa.

8L’aile est du chai est cloisonnée et les fosses contenant les dolia sont comblées d’éléments de démolition provenant vraisemblablement de la pars urbana. Au dessus, un vaste foyer domestique est aménagé (fig. 7).

9À partir du milieu du IVe, le site semble définitivement abandonné.

10Ainsi, cette villa témoigne parfaitement d’un type d’établissement de taille moyenne qui se développe dans un environnement favorable au cours du IIe s., et qui subit la crise agricole du IIIe s., déjà mise en évidence dans le département du Var (Brun, Congès 1996). Au niveau régional, elle rejoint le groupe d’établissements ruraux antiques abandonné dans la seconde moitié du IIIe s. : les Mesclans, les Présidentes, les Chappes, et plus au nord, la villa du Mollard à Donzère et celle du Fayen à Roussas.

Fig. 2 – Carte de répartition des sites antiques sur la commune du Puy Sainte Réparade. La Durance est figurée dans son état du début du XIXe siècle (DAO Ph. Chapon).

2. Le mobilier

2.1. Valeur de l’échantillon

11Les céramiques étudiées sont issues essentiellement de la fouille de la partie agricole de la villa. Le mobilier, réparti de façon très inégale, provient rarement de niveaux permettant de dater directement les constructions. Il s’agit, le plus souvent, de remblais et de niveaux de dépotoirs comportant des éléments résiduels importants. Pour atténuer l’influence de ces derniers et mettre en évidence les intrusions toujours possibles, il nous a paru important de croiser les données chronologiques fournies par tous les types de céramiques pour proposer des fourchettes de datation plausibles sinon probables.

12L’étude du matériel a montré une très grande fragmentation des céramiques induisant une certaine difficulté à reconstituer des formes complètes. Le travail a porté sur 19818 tessons, vaisselle et amphores mêlées.

13On constate une prédominance des céramiques communes : en premier, les cruches en pâte calcaire puis les ollae en commune sombre provençale, qui représentent 12907 tessons et 1992 individus, soit respectivement 65 % et 72 % du matériel (fig. 8).

14L’ensemble de la céramique fine représente 1848 tessons et 479 individus, soit respectivement 9 % et 8 % du total du matériel parmi lequel la claire B, avec 8 % du total, apporte un lot important d’individus différents. Les claires africaines A, C, et culinaires restent marginales avec 183 tessons qui ne concernent que quelques individus, soit 1 % du total. Cette faible représentativité est valable également pour la sigillée sud-gauloise, constituée essentiellement de formes Drag 37, et les céramiques grises et kaolinithiques qui sont en général très fragmentées.

Fig. 3 – Plan d’ensemble des vestiges (DAO : Ph. Chapon).

Fig. 4 – Bâtiments périphériques avec double pressoir à contrepoids et ses dépendances

Fig. 5 – Vaste chai en forme de L s’étendant sur plus de 340 m2

Fig. 6 – L’établissement à son extension maximale (Dessin R. Thernot)

Fig. 7 – Foyer domestique de la fin du IIIe s. aménagé dans le chai

Fig. 8 – Répartition des grandes catégories de céramique pour l’ensemble du matériel

15A côté de ces catégories principales, on note la présence marginale de pâtes calcaires de Marseille, de pâtes brunes de Méditerranée orientale, de communes méditerranéennes, de communes à engobe micacée, et de céramiques non tournées culinaires.

16Les amphores sont normalement représentées avec 5063 tessons et 266 individus, ce qui correspond à 26 % des tessons et 10 % des individus, Ce matériel provient de niveaux ponctuels, en particulier de fosses et d’un dépotoir localisé à l’ouest de la cour principale.

17Ce classement est logiquement bouleversé en ce qui concerne l’occupation du IVe s. ap. J. -C. C’est la céramique grise qui prend alors le plus d’importance au détriment, en particulier, de la commune sombre provençale. Elle comprend presque exclusivement des ollae, ou marmites, et des couvercles, le tout parfaitement daté par un lot d’une trentaine de monnaies comprises entre 270 et 346.

2.2. Les céramiques de quelques contextes remarquables et leur environnement chronologique.

18Devant l’abondance du matériel, nous avons choisi de faire ressortir les contextes les plus pertinents. Il s’agit, tout d’abord, des dépotoirs mis en évidence dans les cours principales de la pars rustica, et ensuite des derniers niveaux d’occupation du IVe s. dans une partie du chai réaménagé.

2.2.1. Les niveaux de dépotoirs des cours.

19Le matériel étudié provient principalement de dépotoirs qui concentrent 11092 tessons soit 64 % du matériel. Son état de fragmentation a rendu difficile la reconstitution de formes complètes. En ce qui concerne la vaisselle de table et de cuisine, la répartition du matériel fait immédiatement apparaître une prédominance écrasante des céramiques communes (cruches en pâte calcaire, ollae et marmites en commune brune régionale principalement), équivalent à 82 % du total, au dépend de la céramique fine (sigillée sud-gauloise, claire B et claires africaines A et C), qui ne représente que 10 % de l’ensemble (fig. 9). Une autre caractéristique est la faible présence des amphores : 8 %, dans un établissement agricole de ce type qui doit nécessairement posséder de grandes capacités de stockage. Ces dernières sont constituées pour l’essentiel d’amphores de type gauloises IV et de quelques Dressel 2/4. Les tessons d’amphores importées (Italie ou Bétique) sont exceptionnels et on remarque l’absence totale d’amphores cylindriques africaines. Il faut cependant noter une anse très caractéristique d’amphore grecque de type Pompéi XIII/Agora G 198 en circulation aux Ier et IIe s. ap. J. -C.

2.2.1.1. Les pâtes calcaires

20On trouve dans cette catégorie peu de vaisselle de table. Il s’agit essentiellement de formes fermées où la cruche et le pot occupent une place prédominante. Cela s’explique sans doute d’une part, par l’omniprésence des pâtes brunes provençales qui offrent, outre les formes d’ollae assimilables à la vaisselle culinaire, des plats et coupes appartenant au répertoire de la vaisselle de table, et d’autre part du fait de la présence des céramiques fines en quantité non négligeable.

21Les céramiques communes à pâte calcaire proviennent sans doute d’ateliers proches tels que ceux connus à Istres, Aix-en-Provence, Velaux et Marseille. Le répertoire des formes ne varie guère de celui établi notamment à partir des productions du bassin de l’Argens et de Fréjus. Le type B, cruche à large ouverture, l’emporte largement sur le type A. Certaines formes sont cependant typiques de la région d’Aix-en-Provence, telle une petite cruche à bec proéminent qui appartient au répertoire local depuis la fin de l’âge du Fer. Curieusement, le mortier Pasqualini 6, produit et largement diffusé dans notre région durant les trois premiers siècles de notre ère, est quasiment absent, alors que le type 7, produit par les ateliers du Rhône et peu diffusé chez nous hors des contextes urbains et portuaires, est illustré. Un fragment de lampe à suif provenant du niveau d’utilisation du caniveau dans la cour confirme ce lien avec l’aire lyonnaise. Ce type de vase, lampes ou abreuvoirs à oiseaux, est présent dans notre région en petite quantité mais de façon très régulière. Dans le cas de la villa Régine, cet objet provient d’un niveau daté du IIe siècle par une forme Lamboglia 2 de sigillée Claire B. Même si cela peut paraître anecdotique, il faut signaler aussi deux fonds percés de céramiques communes à pâte claire provenant du remblai de la cour VII et un autre d’amphore dans le chai XLIII. Il s’agit sans doute, au moins dans la cour VII, de pots horticoles. On connaît des types de pot fabriqués spécialement pour cet usage à Lyon, Nîmes, en Italie. Aucun vase de ce type présentant des perforations avant latérales et sur le fond n’est signalé en Provence. Les seuls vases qui aient pu remplir cette fonction sont les céramiques qui se signalent à notre attention par des perforations pratiquées après la cuisson dans le fond. Outre l’intérêt intrinsèque que les pots à fleurs présentent, leur présence rappelle qu’il y a pu avoir dans cet espace des perturbations liées à des trous de plantations (fig. 10).

Fig. 9 – Proportion des types de céramiques dans les niveaux de dépotoirs des cours

2.2.1.2. La céramique tournée fine

22En dehors de la présence ponctuelle de céramiques de sigillées sud-gauloises et de sigillées claires de type A, C et D, l’essentiel de la céramique tournée fine est composé de Claires B et luisantes (fig. 11).

23La différenciation entre ces deux productions n’est pas aisée. Dans nos regroupements basés essentiellement sur la typologie, ce sont les claires B qui l’emportent. Produites dans la vallée du Rhône, elles n’apparaissent pas avant le deuxième quart du IIe siècle. Leur présence ici, quand elle n’est pas résiduelle, doit être associée à la première phase d’utilisation des pressoirs et des chais qui a livré des formes Desbat 8, 68 et Lamboglia 37, produites à partir de la deuxième moitié du IIe siècle. Leur présence dans les couches d’occupation de la plupart des espaces, ou encore dans la fondation d’un caniveau et dans son niveau d’utilisation, associée à quelques sigillées claire A, confirme l’importance du IIe siècle et du début du IIIe siècle dans le fonctionnement de l’ensemble. Par contre, dans les couches d’utilisation de la galerie de la cour principale apparaissent des céramiques luisantes qui indiquent que cet état s’étale au moins jusqu’à la fin du IIIe siècle. Ceci est confirmé par la présence d’un fragment de sigillée claire C dans une couche d’utilisation du pressoir V. Les formes les plus courantes sont les types 15 de Desbat avec 51 individus et 8 avec 30 individus. On remarque aussi une forme Lamboglia 37 et des exemplaires du mortier Lamboglia 45.

Fig. 10 – Types représentatifs de communes à pâte calcaire, échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini)

Fig. 11 – Types représentatifs de céramiques tournées fines échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini) : 1 à 3, sigillées sud-gauloises ; 4 à 7, sigillées africaines ; 8 à 12, sigillées claires B et luisantes.

Fig. 12 – Les pâtes brunes provençales.

2.2.1.3. Les pâtes brunes provençales

24La fouille a livré une importante quantité de pâtes brunes provençales, notamment les niveaux de remblai/dépotoir de la cour VII. Selon Nuria Nin, cette production apparaîtrait à l’époque flavienne et continue d’être bien représentée dans les premières décennies du IIIe siècle. Ce cadre chronologique semble confirmé par les découvertes de la nécropole Sainte-Barbe à Marseille. La proportion de ces céramiques au sein de l’ensemble de la vaisselle commune atteint 46 % du total, chiffre identique observé à la villa de Richaume à Puyloubier, déjà supérieur au taux moyen de 34 % relevé dans l’agglomération aixoise. Cette proportion ne peut pas, à notre avis, s’expliquer seulement par la consommation des occupants des lieux et pourrait indiquer la proximité d’un atelier, d’autant plus que les fragments sont le plus souvent trop cuits et qu’au moins deux formes inédites et un type nouveau apparaissent. Ces céramiques sont composées dans leur très grande majorité de formes d’urnes de tailles variables allant jusqu’à 25 cm de diamètre d’ouverture (fig. 12). Cette catégorie d’ollae présente des variantes de lèvres assez importantes. Les formes les plus courantes sont les types 1000, 2000, 5000, 6000. Les formes inédites mises en évidence sont constituées par deux pots à dépression et un pot à une anse avec un resserrement à mi-panse qui constituent de nouvelles variantes aux types 5000, ainsi que par une cruche à bec pincé appartenant au type 6000 (fig. 13).

2.2.1.4. Les kaolinitiques

25Les niveaux de la villa Régine ont livré des céramiques proches par leur pâte et leur forme, des productions kaolinitiques du Verdon, récemment identifiées dans le Var. Celles-ci apparaissent au IIe siècle et paraissent couvrir tout le IIIe siècle et peut-être même le IVe. La typologie proposée par Joël-Claude Meffre, qui rassemble plusieurs types de production, entraîne une confusion dans les identifications qui rend difficile l’analyse de notre mobilier.

26Pour des raisons pratiques, dans cette étude, nous avons conservé la classification de Christian Goudineau (Gallia Informations 1977) et utilisé l’appellation générique de « grises tardives », pour couvrir les productions réparties entre les « Kaolinitiques », les « Grises Provençales » et les « Kaolinitiques du Verdon ». On retiendra, dans la catégorie des « grises de Vaison », une gourde de forme Goudineau 14 provenant de la cour à l’est des pressoirs et un gobelet imitant parfaitement une forme Dragendorff 33 (fig. 14).

2.2.1.5. Amphores

27Les amphores étudiées proviennent de niveaux ponctuels, en particulier de fosses et du dépotoir localisé à l’Ouest de la cour principale. Les amphores gauloises sont en majorité écrasante avec une représentativité équivalente des productions locales de Dressel 2/4 et de G4. Une partie d’entre elles montre une pâte micacée que l’on retrouve dans les ateliers de Velaux et d’Aix, l’autre partie une pâte jaune sableuse. Parmi les amphores à pâte micacée se trouvent des exemplaires tardifs de G4a, et l’ensemble recouvre une large période chronologique correspondant à l’utilisation du site. Tous ces récipients, destinés habituellement au transport du vin, confirment la destination première des pressoirs et du chai. Les importations sont représentées par quelques fragments d’amphores de bétique ainsi que d’amphores cylindriques africaines pour les niveaux les plus récents. C’est le cas d’un bord d’amphore Keay XXV. 1 provenant du comblement d’une fosse de spoliation de dolium dans le chai et dont la production couvrirait le IVe siècle et le début du Ve.

Fig. 14 – « Grises de Vaison » une gourde de forme Goudineau 14 provenant de la cour à l’est des pressoirs.

Fig. 13 – Types représentatifs de la commune brune provençale (Dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini).

Fig. 15 – Types représentatifs d’amphores, échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini).

28Les importations orientales sont exceptionnelles et ne concernent que quelques fragments de LRA 3a reconnaissables à leur pâte brune très micacée.

29La place des amphores gauloises provenant de ces niveaux paraît trop élevée, notamment celles de type Dressel 2/4 malgré la présence de plusieurs pressoirs à vin et de chais importants. De telles quantités sont en effet plus courantes en ville, lieu de consommation par excellence, et se justifient exceptionnellement en milieu rural par la proximité d’une structure de production ou de stockage (fig. 15).

Fig. 16 – Céramiques du chai : proportion par types

2.2.2. La réoccupation d’une partie du chai et la dernière phase d’occupation.

30La partie est du chai a révélé une occupation totalement originale tant au niveau de la chronologie que de l’aménagement et du matériel. Cette zone a manifestement changé d’affectation et son rôle de stockage a été abandonné au profit d’une transformation à usage domestique. L’aile est du chai est cloisonnée à l’aide d’un mur composé d’éléments en réemploi provenant du bâti environnant. Les fosses à dolia sont soigneusement comblées avec du matériel de démolition et un vaste foyer est créé sur un dépôt votif composé d’une urne en commune grise tardive contenant des monnaies d’Aurélien (270-275) de Probus (276-282) et de Dioclétien (296-297).

31Dans un angle de la pièce, une olla en commune grise tardive, contenant une monnaie frappée sous Maxence en 307, était enterrée entre deux fonds de dolia.

32Les niveaux d’occupation fournissent des fragments de sigillée claire D de forme Hayes 58B, 61B et 94 qui confirment la datation donnée par ailleurs par les céramiques luisantes (fig. 16). Ils fournissent aussi une quantité notable de fragments d’amphores africaines, des claires C et Luisantes. C’est aussi de cet horizon que proviennent le plus de céramiques grises tardives (fig. 17). Le profil des urnes évoque des types datant au mieux du début du Ve siècle. On peut déduire de la présence simultanée dans la couche d’utilisation du foyer 610 et dans le comblement des fosses de spoliation des dolia de céramiques sigillées claire D que l’abandon du chai peut être daté de la fin du IVe siècle ou du début du Ve siècle.

33Les pâtes brunes tardives

34La pâte de cette production, d’aspect granuleux et bien cuite, peu caractéristique, permet tout au plus de la rapprocher des productions liguro-provençales. Ces dernières sont toutefois très peu répandues à notre connaissance dans la région d’Aix, ou même dans un milieu portuaire proche tel que celui de Marseille (Treglia 2001). Seulement une trentaine d’individus sont identifiables à cette production. Les formes, essentiellement des ollae et un mortier, ne recoupent pas le répertoire des céramiques liguro-provençales. Leur présence dans des contextes de l’utilisation ultime de l’établissement permet de placer cette production aux IVe /Ve siècles.

3. L’apport de la céramique

35Grâce à la majeure partie des niveaux d’occupation préservés au niveau de la pars rustica, la villa Régine a livré une représentation pertinente du matériel céramique utilisé de la fin du Ier à la fin du IVe s. ap. J. -C. dans un grand domaine rural.

Fig. 17 – Céramiques grises tardives du dernier état d’occupation échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini).

36La répartition des différents types au sein du lot est intéressante à plus d’un titre. En ce qui concerne la commune à pâte brune, sa représentativité est à rapprocher de celle observée à la villa de Richaume à Puyloubier (13), qui est plus importante que dans l’agglomération d’Aquae Sextiae, tout en apportant des formes inédites.

37La forte représentation des claires B, la présence de luisantes, de sigillées africaines des types C et D est remarquable. Les contextes ruraux livrent rarement ce genre de mobilier, encore moins en abondance. Cela est dû au fait que les céramiques fines ne bénéficient généralement pas d’une bonne diffusion dans les campagnes et, qu’à partir du IIIe siècle, nombre de gisements ruraux provençaux disparaissent et seuls certains d’entre eux présentent parfois des traces de réoccupations. La villa Régine paraît connaître une phase de transformations importantes des pressoirs et des chais sans interruption dans leur utilisation. Cette ultime transformation paraît bien correspondre aux luisantes, claires D et DSP et serait donc à dater des IVe /Ve siècles.

Notes

1 Pour la bibliographie concernant cette fouille le lecteur voudra bien se reporter à Chapon Ph. (dir.) 2007

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de situation du site du quartier Régine en Gaule Narbonnaise.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 2 – Carte de répartition des sites antiques sur la commune du Puy Sainte Réparade. La Durance est figurée dans son état du début du XIXe siècle (DAO Ph. Chapon).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 3 – Plan d’ensemble des vestiges (DAO : Ph. Chapon).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig. 4 – Bâtiments périphériques avec double pressoir à contrepoids et ses dépendances
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 5 – Vaste chai en forme de L s’étendant sur plus de 340 m2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 6 – L’établissement à son extension maximale (Dessin R. Thernot)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Fig. 7 – Foyer domestique de la fin du IIIe s. aménagé dans le chai
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 8 – Répartition des grandes catégories de céramique pour l’ensemble du matériel
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 9 – Proportion des types de céramiques dans les niveaux de dépotoirs des cours
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 10 – Types représentatifs de communes à pâte calcaire, échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 11 – Types représentatifs de céramiques tournées fines échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini) : 1 à 3, sigillées sud-gauloises ; 4 à 7, sigillées africaines ; 8 à 12, sigillées claires B et luisantes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 12 – Les pâtes brunes provençales.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 14 – « Grises de Vaison » une gourde de forme Goudineau 14 provenant de la cour à l’est des pressoirs.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 13 – Types représentatifs de la commune brune provençale (Dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 15 – Types représentatifs d’amphores, échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 16 – Céramiques du chai : proportion par types
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 17 – Céramiques grises tardives du dernier état d’occupation échelle 1/3 (dessin : Ph. Chapon, M. Pasqualini).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4860/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540