Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

La vaisselle en usage à Aix-en-Provence entre le Ier siècle av. J.-C. et les IIe/IIIe siècles

Núria Nin et Mélissa Savanier

Résumé

Fondée sur le mobilier issu de quelques grands sites représentatifs d’Aix-en-Provence antique (les Thermes, la ZAC Sextius Mirabeau, le Palais Monclar, 38-42 bd de la République, l’espace Forbin et les Chartreux), l’étude envisagée se propose de définir les faciès de la vaisselle en usage à Aix-en-Provence entre le Ier siècle av. J.-C. et les IIe/IIIe siècles apr. J.-C. et leur évolution ; seront ainsi abordés les aspects touchant à la composition du mobilier, la part et l’origine des importations au fil du temps, la place des productions locales et plus largement régionales.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cette table-ronde a été organisée à Naples, en 1994, par M. Bats, alors Directeur du Centre Jean B (...)

1La Mission archéologique d’Aix-en-Provence ne pouvait qu’adhérer à l’Action Collective de Recherche conçue et pilotée par Franck Braemer et Michel Pasqualini, sur le thème « Céramiques communes entre Marseille et Gênes ». Dix ans après le colloque de Naples consacré au même sujet1, qui avait déjà réuni céramologues français et italiens et à l’occasion duquel avaient été présentés quelques contextes aixois de la période tardo-républicaine et du Haut Empire (Nin 1996), ce nouveau programme de recherche sur les productions de céramique commune venait, en effet, à point nommé pour permettre d’établir un nouveau bilan, rendu nécessaire à la suite des multiples travaux conduits régionalement sur cette thématique.

  • 2 Parallèlement, les analyses archéométriques menées par A. Schmitt et son équipe sur un échantillon (...)
  • 3 Ces productions sont désignées sous le sigle : COM-CALC-ARC.
  • 4 Cette production est aujourd’hui désignée sous le sigle de COM-BR-PRO-OCC (communes brunes de Prov (...)

2Dans l’intervalle de la décennie 1994-2004, l’agglomération d’Aix-en-Provence antique – Aquae Sextiae- n’a pas échappé à cette dynamique d’étude. Les recherches y ont, en effet, particulièrement porté sur les productions locales et sur la typologie de certaines catégories de céramiques, très fréquentes dans l’instrumentum culinaire. Deux récents chantiers de fouille préventive ont ainsi confirmé la présence, déjà pressentie lors des fouilles de la cour de l’Archevêché (Fixot et al. 1986 p. 211 et 212), dans ou aux abords de l’agglomération, d’officines de potiers spécialisées dans la fabrication de céramique à pâte calcaire : en 1995, les fouilles réalisées à l’emplacement de l’ancienne maison d’arrêt, en vue de la construction du palais de Justice annexe Monclar, ont livré un premier ensemble de rebuts de fabrication dont la typo-chronologie a été établie dès 1997 (Nin 1997). En 1998, les recherches menées aux n. 38-42 du boulevard de la République, soit à l’autre bout de la ville, ont révélé un nouveau dépotoir de rebuts, qui a été étudié en 2002 (Nin, Pasqualini, Pesty 2003)2. Très proche de la production précédente, cet ensemble en a complété le répertoire et confirmé la chronologie (période augustéenne-règnes de Tibère/Claude)3. Dans le même temps l’étude des céramiques communes à pâte brune, très fréquente dans la vaisselle aixoise et régionale, aboutissait à l’établissement d’un premier corpus typologique qui faisait cruellement défaut (Nin 2001)4.

Emplacement d’Aix-en-Provence en France et en Gaule Narbonnaise (document Mission archéologique d’Aix-en-Provence)

3Avec ces travaux étaient ainsi constitués certains des référentiels indispensables à l’étude des céramiques communes de fabrication locale, qui composent l’essentiel de la vaisselle utilisée à Aix-en-Provence, entre la période augustéenne et la fin du Haut Empire.

4Dans ce contexte, le projet d’ACR offrait donc l’opportunité de revenir sur la composition de la vaisselle en usage dans l’agglomération antique, en prenant notamment appui sur des études réalisées à l’occasion de nouvelles opérations de fouille (Nin dir. 2004) ou dans un cadre universitaire (Savanier 2005 et 2006 ; Porcher 2005).

1.1. Sites et contextes de découverte

5Le temps imparti au programme de recherche interdisait de prendre en compte la totalité des sites explorés ces vingt dernières années, ce qui était pourtant le seul moyen de faire une présentation vraiment objective des faciès céramiques propres à l’agglomération et de leur évolution entre le Ier s. av. J.-C. et la fin du Haut Empire. Pour répondre aux délais, nous avons donc fait une sélection de contextes stratifiés à partir de plusieurs paramètres, que nous avons tenté de conjuguer au mieux pour disposer d’un ensemble relativement représentatif.

  • 5 Il s’agit des fossés 88, 89, 100 et 104. L’étude du mobilier, incluse dans le rapport de fouille a (...)

6Notre choix s’est d’abord porté sur les ensembles dont l’étude avait pris en compte les typologies nouvellement établies pour les productions à pâte calcaire locales et les céramiques à pâte brune, ce qui excluait du propos l’essentiel des collections étudiées avant 2001, voire 2003. Il s’agit de contextes issus de sites fouillés en 2004 sur la ZAC Sextius Mirabeau (îlot A en particulier)5 ou de sites exploités anciennement, mais dont les données ont été réexaminées dans le cadre de travaux universitaires, en 2005 et 2006 (Thermes 1991 et la Zac Sextius Mirabeau, 1996 et 2000).

7Le second critère de sélection a privilégié la diversité des unités archéologiques, de manière à ce qu’elles réfléchissent, de la façon la plus objective possible, à la fois les cinq périodes retenues pour l’étude, et des modes d’occupation différents. Ont donc été sélectionnés des ensembles archéologiques complémentaires : sites urbains et péri-urbains ; habitat, zones de dépotoir, voirie.

8Ce parti pris a exigé la révision de certains ensembles relativement anciens, issus des fouilles conduites sur les sites des n. 3-5, rue des Chartreux (habitats augustéens et du Ier siècle apr. J.-C.), de la ZAC Sextius Mirabeau en 1996 (niveaux de voie augustéens) ou des Thermes en 1998 (habitat augustéen).

1.2. La chronologie et les sites retenus

9Le cadre chronologique de cette étude couvre deux siècles et demi, entre la fin de la période tardo-républicaine, exclusivement représentée par le site des Thermes, et la fin du IIe siècle apr. J.-C. Il est décomposé en 5 périodes :

  • période 1 : seconde moitié du Ier s. av. J.-C. (60 avant-15/10 av. J.-C.)
  • période 2 : période augustéenne-règnes de Tibère/Claude
  • période 3 : seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C.
  • période 4 : première moitié du IIe siècle apr. J.-C.
  • période 5 : seconde moitié du IIe siècle apr. J.-C.

Fig. 1 – Localisation des sites d’où sont issus les contextes étudiés (document Mission archéologique d’Aix-en-Provence)

Fig. 2 – Tableau indiquant les sites retenus et les périodes chronologiques les concernant

10Les contextes retenus appartiennent aux sites suivants : 3-5, rue des Chartreux (1987), Thermes 1991, 1993 et 1998, Zac Sextius Mirabeau 1996, 2000 et 2004 (fig. 1 et 2). Les deux premiers se trouvaient intra muros dans l’Antiquité ; situé extra muros, le troisième couvre une vaste zone qui se développait dans l’immédiate périphérie méridionale de l’agglomération.

  • 6 Fouille dirigée par B. De Luca, Inrap : Bérard et al. 1990.

113-5, rue des Chartreux. Les fouilles réalisées sur ce site, en 19876, ont mis au jour plusieurs domus construites au sein de trois îlots séparés par un cardo et un decumanus secondaires Les contextes sélectionnés sont, d’une part, les premiers niveaux de sols appartenant aux domus 1 et 3 et les remblais préparatoires qui leur sont liés (période 2) et, de l’autre, les niveaux d’occupation des domus 2 et 3, datés de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. (période 3) (fig. 1, n. 3) ;

12Thermes 1991. Deux contextes différents ont été retenus : le plus ancien concerne les sols d’un monument public, vraisemblablement une basilique tardo-républicaine (périodes 1 et 2) reconnue en partie sud-est du site ; le contexte le plus récent, des niveaux de remblais liés à la mise en place d’un ensemble monumental peut-être thermal, qui a entraîné le démantèlement de la basilique, dans la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C. (période 3 : bâtiments 15 et 16, fig. 1, n. 2) ;

13Thermes 1998. Les contextes retenus sont des niveaux d’habitat augustéens (période 2) (fig. 1, n. 1) ;

14Zac Sextius Mirabeau 1996. Nous avons sélectionné des niveaux de voirie augustéens (période 2) et les comblements du fossé 52, mis au jour au sein du noyau funéraire ouest de la nécropole méridionale de la ville (noyau funéraire C). La première phase de remplissage du fossé 52, qui a fait office de dépotoir pour la nécropole, prend place dans le dernier tiers du Ier siècle apr. J.-C. (période 3) et la seconde dans la première moitié du IIe siècle (période 4)(fig. 1, n. 6).

15ZAC Sextius Mirabeau 2000. le contexte étudié est un fossé (FS 6) en usage durant le IIe siècle apr. J.-C. (périodes 4 et 5), dont le remplissage consiste en couches de dépotoir sans doute issues d’égouts urbains (fig. 1, n. 5) ;

16ZAC Sextius Mirabeau 2004. Les quatre contextes sélectionnés ont la même origine que le précédent. Le plus ancien est issu d’un fossé en usage durant la période augustéenne (période 2 : FS 104), les trois autres de trois fossés en activité durant la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. (période 3 : FS 88, 89 et 100) et la première moitié du IIe siècle (période 4 : FS 88) (fig. 1, n. 4).

17Dans le cas présent, loin d’introduire un déséquilibre, l’association de sites d’occupation (habitations de la rue des Chartreux et des Thermes ou encore sols de voie) et de dépotoirs périurbains favorise la complémentarité des ensembles de mobilier étudiés.

1.3. Limites de l’enquête et méthode de travail

18Pour l’ensemble de ces contextes, nous avons utilisé la même méthode de travail : pour l’établissement du NFR, comptage des fragments après recollage des cassures fraîches et identification des NMI après assemblage des éléments appartenant à une même pièce. Le NMI a été établi sur les éléments spécifiques les plus représentés : bord ou fond, ou, à défaut de ces derniers, de parties de vases significatives (anse, carène, décor). Nous n’avons pas procédé à des pondérations.

19Ce souci d’harmonisation s’est toutefois heurté à l’état des données utilisées, dont certaines sont directement issues des rapports de fouille, pour lesquels l’approche quantitative était restée très générale (au niveau du NFR). Il s’agit des ensembles du site de la ZAC Sextius Mirabeau ressortissant à la période 4, qui n’ont pas fait l’objet d’un comptage en NMI, ce qui nous a obligés à conserver la double quantification, en NFR et en NMI, de manière à pouvoir comparer ce site aux autres.

20Les typologies de référence sont celles du Dicocer (Py dir. 1993) pour les amphores, la vaisselle fine (CAMP-A, CAMP-B, CAMP-C, DER-C, SIG-IT, SIG-SG, CLAIR-A, CLAIR-B, CLAIR-C, PAR-FIN) et quelques catégories de céramiques communes (productions de céramiques culinaires régionales telles les céramiques kaolinitiques de la Drôme (KAOL), les céramiques communes à pâte oxydante micacée ou à engobe micacée (COM-OM et COM-EM), les céramiques de cuisine africaine (AF-CUI), italique (R-POMP et COM-IT). En revanche, pour les céramiques régionales à pâte calcaire, anciennement qualifiées de céramique à pâte claire (CL-ENG ou CL-REC), nous avons travaillé à partir de plusieurs autres corpus : celui établi par M. Pasqualini pour la Provence (Pasqualini 1993) et celui qui a été récemment proposé pour les productions du bassin d’Aix, identifiées grâce aux fouilles du Palais Monclar et du 38-42, bd de la République, et issues d’officines spécialisées dans la production de vaisselle, d’amphores et de céramique architecturale, sous les règnes d’Auguste, de Tibère et de Claude (Nin 1997 et Nin, Pasqualini, Pesty 2003).

21Enfin, pour l’étude des céramiques dites à pâte brune, nous avons travaillé à partir de deux études : celle menée en 2001 (Nin 2001) qui a conduit à l’établissement d’un premier répertoire des COM-BR-PRO-OCC et l’étude préliminaire réalisée en 2004 sur des productions augustéennes (Chausserie-Laprée, Nin 2004).

22En ce qui concerne la vaisselle fine, appelée aussi vaisselle de table, nous avons pris le parti d’y inclure la céramique à pâte calcaire engobée (CALC-ENG), dont le répertoire, souvent inspiré des productions de vaisselle fine bien identifiées (CAMP-A, SIG-IT et SIG-SG), est exclusivement destiné à la table.

23Au total, l’étude a porté sur 28444 fragments. Si l’on excepte la période 4 qui réunit seulement 2350 fragments, les autres périodes chronologiques sont représentées de façon assez homogène (entre 21,5 et 27,5 % du total des fragments). Et si l’on met en rapport, pour chaque période chronologique, les NMI et les NFR, les écarts sont encore moins marqués : entre 8,27 et 11,85 % (tab. 1, 2).

Tab. 1 – Nombre total de fragments (NFR) et nombre minimum d’individus (NMI) pour chaque période

Tab. 2 – Pourcentages par période des NFR, par rapport au nombre total des fragments et pourcentage total des NMI par raport au total des NFR.

Fig. 3a – Répartition entre vaisselle, amphores et dolia exprimée à partir des NFR

Fig. 3b – Répartition entre vaisselle, amphores et dolia exprimée à partir des NMI

Fig. 4a – Pourcentages des différentes catégories de mobilier à partir des NFR, pour chaque période

Fig. 4b – Pourcentages des différentes catégories de mobilier à partir des NMI, pour chaque période

Fig. 5a – Période 1. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune

Fig. 5b – Période 1. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune

1.4. Composition générale du mobilier

24Avant d’entrer dans le détail de la composition de la vaisselle par période, il convient de faire quelques remarques générales sur la répartition entre cette dernière et les vaisseaux de stockage et de transport, qui ont été pris en compte dans les NFR généraux. Hormis la période 4 sur laquelle nous allons revenir, en ligne générale, la vaisselle est très majoritaire. Elle représente entre 84 % (période 3) et 90,3 % (période 1) de l’ensemble du mobilier. Les amphores, entre 8,6 % (période 1) et 15,8 % (période 3) avec une parité entre les périodes 2 et 5 (environ 11,5 %). Leur taux élevé durant la période 4 tient à leur contexte de découverte (fossé 52), dont on ne saurait dire s’il fausse ici leur représentativité ou s’il la corrige au contraire. L’étude comparée des mobiliers issus de ce fossé et d’autres structures analogues mises au jour sur le site de la ZAC Sextius Mirabeau, tels que les fossés 6, 88, 89, 100 et 104 par exemple, a, en effet, montré le caractère particulier de son remplissage, lié à la fréquentation d’une nécropole. Ce fossé a notamment servi de dépotoir pour des conteneurs à huile (amphores de Bétique) et à vin (amphores vinaires) dont le rejet massif pourrait être dû à des pratiques de libation, d’où leur surreprésentation.

25En ce qui concerne les dolia, leur part est toujours très minime : de 0,07 % à 1,1 % du NFR (0,1 à 1,2 % du NMI), ce qui traduit la rareté de leur utilisation en contexte urbain, où l’usage de conteneurs intermédiaires de petit ou moyen format devait être privilégié (fig. 3a et b ; fig. 4a et b).

26L’étude qui suit porte exclusivement sur la vaisselle ; elle exclut de fait dolia et amphores ; nous présentons dans le tableau 3 (tab. 3) les nouveaux NFR et NMI qui servent de base aux calculs.

2. La période 1

27Le mobilier de la période 1 comprend 5535 tessons correspondant à 458 NMI (fig. 5a et b).

Vaisselle fine

Vaisselle commune

TOTAL

NFR

666

4869

5535

 %

12 %

88 %

100 %

NMI

94

364

458

 %

20,5 %

79,5 %

100 %

2.1. La vaisselle fine

28Avec 666 tessons, la vaisselle fine représente 12 % de la vaisselle, pourcentage qui augmente sensiblement si l’on prend en compte les NMI : 94 individus identifiés sur 458, soit 20,5 % de l’ensemble.

29Elle comprend un nombre peu important de catégories, qui sont très inégalement représentées : des productions de céramiques campaniennes A, B et C, des céramiques dérivées des campaniennes A et C, des céramiques ampuritaines, des parois fines hispaniques et italiques et des céramiques à pâte claire engobée (fig. 6a et b). Le faciès général est italique (tab. 4).

2.1.1. Les importations

30L’essentiel des besoins est couvert par les importations italiques et hispaniques, qui représentent 86,75 % du NFR et 80,85 % du NMI (fig. 7a et b).

2.1.1.1. Les productions italiques

31Au sein des importations, les productions originaires d’Italie sont les plus nombreuses : 92,5 % du NFR et 81,6 % du NMI (fig. 8a et b et fig. 9).

Les céramiques campaniennes A : CAMP-A

32Majoritaires, les CAMP-A composent l’essentiel de la vaisselle de table. Leur pâte est de couleur brun rosé à rouge rosé, relativement pure, et recouverte d’un vernis noir à brun très adhérent, qui a parfois conservé ses reflets métalliques. Les fragments de fond ont souvent des tâches rougeâtres autour du pied. Assez restreint, comme il est fréquent (Arcelin 2000 ; Escoffon, Pasqualini 2004, 13-15), le répertoire présent comprend neuf formes, qui correspondent bien à la phase de production tardive des ateliers italiques. Les plus fréquentes sont le bol de type Lamb. 31b (huit exemplaires) (fig. 9, n. 1) on trouve également les coupes 8Bc (équivalent Morel 4943 : dix-huit exemplaires) (fig. 9, n. 2 à 5), les coupes 27 avec leurs variantes a-b, Ba, Bb et Bc (cinq exemplaires) et les coupes 33b et Morel 2974 (quatre et neuf exemplaires). On trouve également des coupelles 28ab (un exemplaire) et A 113 (deux exemplaires) (fig. 9, n. 6 et 7), des assiettes 5, 5/7, 36 (un exemplaire de chaque : fig. 9, n. 8 à 10), ainsi qu’un plat 55.

Tab. 3 – Vaisselle : total par période des NFR, par rapport au nombre total des fragments et des NMI par raport au nombre total d’individus.

Tab. 4 – Période 1. Vaisselle fine : total des NFR et des NMI par catégorie

Fig. 6a – Période 1. Vaisselle fine : représentativité de chaque catégorie, exprimée à partir du NFR

Fig. 6b – Période 1. Vaisselle fine : représentativité de chaque catégorie, exprimée à partir du NMI

Fig. 7a. Période 1. Vaisselle fine : rapport des NFR entre importations et productions régionales

Fig. 7b. Période 1. Vaisselle fine : rapport des NMI entre importations et productions régionales

Fig. 8a – Période 1. Vaisselle fine : rapport entre les importations italiques et ibériques (NFR)

Fig. 8b – Période 1. Vaisselle fine : rapport entre les importations italiques et ibériques (NMI)

Les céramiques campaniennes B : CAMP-B

33Faiblement représentées, elles se distinguent des précédentes par une pâte de couleur chamois et un vernis noir aux reflets bleutés. Une seule forme a été identifiée : il s’agit de la coupelle CAMP-B 1 (fig. 9, n. 11).

Les céramiques campaniennes C : CAMP-C

34Aussi rares que les précédentes, elles se caractérisent par une pâte de couleur grise et un vernis noir, d’aspect mat en général. Une seule forme a été répertoriée : la coupelle de type CAMP-C 19 (fig. 9, n. 12).

Les céramiques à paroi fine : PAR-FIN

35Parmi les importations italiques comptent également quelques vases en céramique à parois fines produits en Italie centrale. Elles sont représentées par trois formes : des gobelets de type Mayet III (fig. 9, n. 13), Mayet XC (fig. 9, n. 14) et Mayet XII.

Fig. 9 – Période 1. Vaisselle fine, importations. No 1 à 10 : céramiques campaniennes A ; n. 11 : céramique campanienne B : n. 12. céramique campanienne C ; n. 13 et 14 : vases à parois fines ; n. 15 : céramique ampuritaine.

2.1.1.2. Les productions hispaniques

36Les productions hispaniques consistent en céramiques à parois fines originaires de Bétique (Mayet III A) et en céramiques grises de la côte catalane (COT-CAT), qui sont exclusivement représentées par des gobelets biconiques à décor de trois listels en relief sur le col, de type COT-CAT Gb6 (forme 6, Aranegui 1987 : au moins cinq exemplaires de formats divers) (fig. 9, n. 15). La part de ces productions ibériques au sein de l’agglomération aixoise est très éloignée de ce qui a été constaté pour un site plus occidental : le site du Grand Parc, sur la commune d’Arles, en Camargue : Escoffon, Pasqualini 2004, 12.

2.1.2. Les productions régionales

37Elles constituent une portion faible de la vaisselle fine : à peine plus de 13 % du NFR total et près de 20 % du NMI (19,15 %). Deux catégories principales sont représentées : les imitations de céramiques campaniennes, et les céramiques à pâte calcaire engobée. En réalité, la distinction entre des deux catégories n’est pas déterminante (toutes ces productions sont à pâte calcaire), mais tient davantage à la spécificité des répertoires et des lieux de productions. Les ateliers ayant produit des DER-A et DER-C semblent, en effet, avoir été spécialisés dans la copie de productions de campaniennes qu’ils ont cherché à reproduire le plus exactement possible, ce qui n’exclut pas la création d’un répertoire propre. De leur côté, les productions de CALC-ENG ont également copié le répertoire campanien, mais en se limitant à quelques formes les plus usuelles et de façon moins « véridique ». Dans l’ensemble leur corpus de formes est plus diversifié avec une place particulière pour les formes fermées, absentes des précédentes.

2.1.2.1. Les imitations de céramique campanienne : DER-A et DER-C

38Au sein des imitations de céramique campanienne, deux catégories ont été identifiées. La première réunit des vases à pâte claire, de couleur jaune verdâtre, beige ou rosée et à vernis rouge à brun sombre d’assez mauvaise qualité (DER-A). Ce groupe correspond vraisemblablement aux productions répertoriées à Arles par P. Arcelin, dont la période de fabrication prend place entre les années 40 et 10 av. J.-C. (Arcelin, 1991) (fig. 10, n. 16 et 17).

39La seconde comprend des vases à pâte grise, recouverts d’un vernis noir à brun, qui s’écaille facilement (DER-C). Il est représenté par trois formes, empruntées à la typologie des campaniennes A : coupe 2974 (deux exemplaires) et assiettes DER-C 5/7 et 7 (fig. 10, n. 18). L’origine précise de ces productions est inconnue : probablement la vallée du Rhône.

2.1.2.2. Les productions de céramique à pâte calcaire engobée : CALC-ENG

40Les productions de céramique à pâte calcaire engobée forment un ensemble modeste en NFR (69 fragments, soit 10,35 % du nombre total de fragments), qui est à peine mieux représenté en NMI (12 individus, soit 12,8 % du NMI de la vaisselle fine).

41Les formes ouvertes occupent la place la plus importante : neuf exemplaires, soit 75 % de la catégorie. Le répertoire privilégie les coupes (sept coupes pour une seule forme possible d’assiette matérialisée par un marli). Leur typologie est fortement inspirée des répertoires campaniens. La forme la plus fréquente (six exemplaires) est une coupe à bords évasés désignée sous l’appellation Pasqualini 01.01.010, qui semble héritée des productions tardives de CAMP-A de type 8Bc (Arcelin 1991), elles mêmes majoritaires dans la vaisselle de cette période (fig. 10, n. 19 à 22). Viennent ensuite une coupe hémisphérique à bord rentrant assez proche du type Pasqualini 01 01.030 (4 exemplaires) (fig. 10, n. 23) et une coupe à bord rentrant de type Pasqualini 01.01.040/050 (deux exemplaires). A noter la présence d’un mortier ou plat de service proche de la forme Pasqualini 01.02.020, mais avec des parois assez fines.

42Les formes fermées sont surtout des cruches dont la typologie n’est guère définissable (trois individus avérés). Deux vases sont inclassables entre la catégorie des pots et des vases à verser.

Fig. 10 – Période 1. Vaisselle fine, productions régionales. n. 16 et 17 : vases dérivés de céramique campanienne A ; n. 18 : vase dérivé de céramique campanienne C ; n. 19 à 23 : céramiques à pâte calcaire engobée ; Vaisselle commune, importation : n. 24 : COM-IT

Tab. 5 – Période 1 ; vaisselle commune : total des NFR et des NMI par catégorie

2.2. La vaisselle commune

43Très majoritaire (88 % du NFR et 79,5 % du NMI de l’ensemble de la vaisselle), la vaisselle commune comporte un très faible nombre d’importations (0,1 % du NFR et 0,8 % du NMI). Le répertoire des vases est d’origine locale et se répartit en deux grands groupes : les céramiques non tournées et les céramiques tournées, qui sont exclusivement des productions en pâte calcaire (fig. 11a et b) (tab. 5).

2.2.1 Les importations : COM-IT et R-POMP

44Les importations sont exclusivement campaniennes (COM-IT et R-POMP) :patina de type 6c et grand couvercle de plat de type 7a en COM-IT (2 exemplaires) (fig. 10, n. 24) et un plat à feu de forme 3 en R-POMP.

2.2.2. Les productions régionales

45La caractéristique de la vaisselle commune régionale de la période 1 est la partition très marquée dans les techniques de fabrication qui distinguent les grandes catégories de céramiques, avec, d’un côté, des productions exclusivement modelées, héritées de la tradition protohistorique, qui sont principalement destinées à la cuisson des aliments, aux préparations culinaires et à la resserre, et, de l’autre, les productions tournées, représentées par un unique groupe : les céramiques à pâte calcaire, qui n’ont quasiment jamais connu d’antécédent modelé et dont l’usage couvre les besoins du service, de la préparation culinaire et de la conservation de proximité.

Fig. 11a – Période 1. Vaisselle commune : rapport entre les différentes catégories, exprimé à partir du NFR

Fig. 11b – Période 1. Vaisselle commune : rapport entre les différentes catégories, exprimé à partir du NMI

Fig. 12a – Période 1. Vaisselle commune non tournée : répartition des NFR entre les CNT-PRO, les CNT-MAS et les CNT-ALP

Productions non tournées

Productions tournées

TOTAL

NFR

1262

3601

4863

 %

25,95 %

75,05 %

100 %

NMI

163

198

361

 %

45,15 %

54,85 %

100 %

Fig. 12b – Période 1. Vaisselle commune non tournée : répartition des NMI entre les CNT-PRO, les CNT-MAS et les CNT-ALP

CNT-PRO

CNT-MAS

CNT-ALP

TOTAL

NFR

207

407

648

1262

 %

16,4 %

32,25 %

51,35 %

100 %

NMI

26

66

71

163

 %

15,95 %

40,5 %

43,55 %

100 %

Répartition des NFR et NMI entre les trois catégories de céramiques communes non tournées :

2.2.2.1. Les céramiques non tournées

  • 7 Le taux de fragmentation des céramiques tournées à pâte calcaire est en effet particulièrement éle (...)

46La représentativité des céramiques non tournées au sein de la vaisselle commune de fabrication régionale est très différente selon que l’on tient compte du NFR (1262 fragments, soit environ 26 % de la vaisselle commune) ou du NMI (163 vases, soit 45,15 % de la vaisselle commune). Leur fréquence réelle est sans doute à restituer entre ces deux chiffres7. Elle témoigne d’une forte persistance d’un répertoire indigène.

47Au sein de cette catégorie, on trouve trois productions (fig. 12a et b) :

  • des vases d’origine indigène sans provenance particulière (CNT-PRO) qui totalisent 16,4 % des NFR et près de 16 % du NMI,
  • les productions dites de Marseille (CNT-MAS). Elles représentent 32,25 % du NFR et 40,5 % du NMI.
  • les productions des Alpilles (CNT-ALP) : 51,35 % du NFR et 43,55 % du NMI.
Les céramiques non tournées provençales : CNT-PRO

48On classe dans les céramiques non tournées provençales un ensemble de vases qui ne rentrent pas dans une catégorie définie, présentant des caractéristiques propres. Ce groupe composite perpétue une tradition indigène de production de proximité, dont on imagine toutefois mal qu’elle ait pu être réalisée dans un cadre strictement domestique, à l’image des productions de l’âge du Fer, dont elles sont les directes héritières. Le contexte urbain de leur découverte laisse penser que ces vases étaient vraisemblablement produits dans de petites officines locales, trouvant un débouché facile auprès de populations indigènes installées dans l’agglomération en cours de constitution. Il s’agit d’une vaisselle fonctionnelle, dont l’utilisation est avant tout destinée à la cuisine (pour une cuisson bouillée) et au petit stockage de proximité. L’essentiel du répertoire est, en effet, composé de vases à cuire ou destinés à la conservation. Les pots sont très difficiles à classer dans un type particulier en raison de leur fragmentation ; ceux qui ont pu être identifiés appartiennent au type U7a et c (six exemplaires) (fig. 13, n. 25 à 29) que l’on peut associer aux couvercles de type V2b (quatre exemplaires) (fig. 13, n. 30). Le répertoire comprend aussi des jattes ou lopas de type A18 (trois exemplaires), qui sont les copies assez fidèles des lopas gréco-italiques, deux exemplaires de coupes A14, une coupe de type A5 à flancs divergents et à lèvre légèrement déversée (fig. 13, n. 31), qui est peut-être inspirée du répertoire des campaniennes A (cf CAMP-A 36) et des coupes de type C1a et C3a. A noter enfin, un exemplaire de jatte à flancs divergents et rebord évasé avec sillon supérieur, qui est assez proche de la forme CNT-PRO A13 (fig. 13, n. 32), elle-même inspirée des prototypes campaniens de type CAMP-C 19.

Fig. 13 – Période 1. Vaisselle commune, céramique non tournée : CNT-PRO.

49Assez variées, les pâtes contiennent en général un abondant dégraissant (calcite ou micas quelquefois). Le cœur et les surfaces sont le plus souvent de couleur grise, ce qui traduit une cuisson en mode réducteur. Les parois peuvent être lisses ou porter un décor au peigne.

Les céramiques non tournées de Marseille : CNT-MAS ?

50Nous avons classé dans la catégorie des céramiques non tournées de Marseille, un ensemble des vases se rapportant à des productions, qui ont été identifiées et publiées par P. Arcelin qui en situe les officines sur le versant nord de la chaîne de l’Etoile qui ferme, au sud, le bassin d’Aix (Arcelin 1979 ; Arcelin, Picon 1985). Elles se caractérisent par une pâte kaolinitique ferrugineuse, qui a été dégraissée par l’adjonction de calcite et de dolomite broyées, bien visibles à l’œil nu, et par leur cuisson en mode réducteur qui donne aux vases une couleur grise. Dans ce groupe, on peut distinguer deux sous-catégories : les productions « classiques » de CNT-MAS d’une part (CNT-MAS 1) et, de l’autre, une production particulière qui est apparentée à ces dernières par la pâte, mais qui s’en distingue par des détails morphologiques et son traitement de surface (CNT-MAS 2). Sauf quand on dispose d’un élément de forme, il est quasiment impossible, à l’œil nu, de distinguer ces deux sous-catégories, qui sont bien représentées à Aix-en-Provence. En dépit d’un nombre de fragments inférieur à celui des CNT-ALP, elles sont, en effet, quasiment à parité avec elles dès lors qu’on considère le NMI.

  • 8 Ces deux catégories représentent entre 70 et 75 % de la production.

51Contrairement à ce que l’on observe sur les sites indigènes régionaux de la fin de l’Àge du Fer où les formes inspirées des lopas et de caccabé greco-italiques (CNT-MA 4a et 5a), tiennent une place importante dans le répertoire des CNT-MAS8, à Aix-en-Provence, comme on va le voir, cette catégorie se caractérise par la part majoritaire des formes fermées.

52Les CNT-MAS 1 : ce sont les pots de type 1 (fig. 14, n. 33) qui composent l’essentiel du répertoire (vingt-sept exemplaires) avec notamment les variantes 1a1, 1a2 (fig. 14, n. 34 et 35) et 1c1 (pot à deux anses). Certains d’entre eux portent une ligne d’incisions obliques et courtes sur l’épaulement ou au raccord épaulement/panse. A ces vases à cuire ou à conserver, on peut associer des couvercles de type 3 (deux exemplaires). Caractéristiques par leur fond légèrement bombé et leur paire d’anses plaquées, les jattes de type 4c1 sont au nombre de quatre exemplaires (fig. 14, n. 36 à 39). Encore plus rare, la coupe n’a été recensée qu’en deux exemplaires. Il s’agit d’un vase à panse divergente redressée en partie supérieure, que l’on peut rattacher aux formes CNT-MAS 8.1 et 8.2. (fig. 14, n. 40). Enfin, le répertoire comporte aussi une forme de plat ou jatte à bord droit (fig. 14, n. 41).

Fig. 14 – Période 1. Vaisselle commune, céramique non tournée No 33 à 41 : CNT-MAS 1 ; n. 42 à 46 : CNT-MAS 2 ; n. 47 : CNT-ALP

  • 9 Ce que semblent infirmer les données issues du site des Thermes, comme on l’a vu supra.

53Les CNT-MAS 2 : il s’agit de céramiques à pâte grise, riche en très fin dégraissant blanc, très proches à l’œil nu des CNT-MAS 1. Dans un article précédent (Nin 1996), nous avions souligné la spécificité de ce groupe de céramiques non tournées, attesté pour l’heure seulement à Aix-en-Provence et dans des contextes domestiques de la fin de la période tardo-républicaine, à un moment où les productions des ateliers traditionnels de la chaîne de l’Etoile sont réputées arrêtées ou sur le déclin9 (Arcelin 1979, 145-195 ; Arcelin, Picon 1985, 116-121). Cette sous-catégorie (?) de CNT-MAS semble avoir un répertoire très restreint : ce dernier se limite à ce jour à deux types de vases : des pots et des couvercles que distinguent des CNT-MAS 1, leur morphologie et leur traitement de surface, qui apparaît standardisé. Les panses extérieures et intérieures des vases ont été engobées et lissées avant cuisson, ce qui leur donne une patine cendrée qui peut avoir des nuances ou des reflets rosés. Les surfaces sont lisses ou peignées et portent quelquefois un décor de fines incisions obliques au contact entre la panse et l’épaulement.

54Pots et couvercles forment en l’occurrence un ensemble homogène au plan typologique. Ils sont systématiquement munis d’un ressaut qui se situe au niveau du col pour les premiers et sur la partie inférieure de la paroi, pour les seconds. Ont été recensés au total 31 vases : six couvercles de formats divers (fig. 14, n. 42 et 43) et vingt-cinq pots qui semblent se distribuer en deux classes : les vases de grand diamètre (20-22 cm) et les vases de diamètre plus petit (12-15 cm) (fig. 14, n. 44 à 46).

Les céramiques non tournées des Alpilles : CNT-ALP

55Cette appellation désigne des productions provençales dont on situe les centres de fabrication aux environs d’Orgon, soit à l’extrémité orientale des Alpilles. Leur pâte est une terre kaolinitique ferrugineuse naturellement dégraissée. Elle est de couleur brun-rosé, les surfaces sont parfois de couleur grise. La majorité des tessons porte un décor au peigne, dans le cas contraire les surfaces sont lisses. Assez varié (douze formes différentes ont été identifiées), le répertoire se compose essentiellement de formes fermées parmi lesquelles les pots dominent. Les pots de type 1a sont les plus fréquents (quarante-neuf individus) avec trois variantes : 1a6, qui est la variante la plus fréquente (dix-huit exemplaires) (fig. 15, n. 47, 48 et 49), les formes 1a2 (cinq exemplaires) et 1a3 (trois exemplaires). Quelques pots à deux anses complètent le répertoire des vases à cuire ou à conserver auquel il faut associer une petite série de couvercles : les pots de type 1c1 (un individu), 1c2 (trois individus) et 2c1 (un individu) ; couvercles de type 3.2 et 3.3 (trois et un exemplaires) (fig. 15, n. 52 et 53). A noter un exemplaire d’olpé de type 2b3. Les formes ouvertes se limitent aux jattes de type 4 (cinq exemplaires) : variante 4b1 (un individu) et 4d3 (trois individus) (fig. 15, n. 50 et 51), et au plat de type 7 (trois exemplaire dont deux de type 7.2).

56Ce répertoire est typique du contexte de consommation : il comprend des formes produites, pour l’essentiel, dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C.

2.2.2 Les productions en pâte calcaire tournée : COM-CALC

57Si l’on tient compte du seul NFR, la part de la vaisselle en pâte calcaire tournée est très importante : 75 % des céramiques communes. En NMI, elle n’en représente cependant que 55 %.

  • 10 Les vases ont une pâte beige-rose, de mauvaise qualité, qui contient beaucoup de dégraissant compo (...)

58Cette catégorie recouvre en fait de nombreuses productions dont les lieux de fabrication ne sont pas toujours définis (fig. 16). On distingue toutefois un ensemble de vases micacés, peut-être d’origine marseillaise10, qui est très marginal (114 fragments) et les premières productions du bassin d’Aix qui occuper déjà une place non négligeable (1052 fragments). A également été identifié un lot important de vases à pâte calcaire très blanche d’origine indéterminée (183 fragments). Le reste de la collection, qui est aussi l’ensemble le plus abondant (2321 fragments), constitue un ensemble hétérogène. Ces différentes productions ayant un répertoire souvent très proche, nous les avons traitées de façon globale (tab. 6).

  • 11 Forme 9 des productions du bassin d’Aix.
  • 12 Forme 01.02.082 de la typologie de Michel Pasqualini.

59Les formes ouvertes sont minoritaires (trente-quatre individus) et représentent 20 % de l’ensemble (fig. 17 et 18). Rares, les coupes-couvercles et les jattes sont présentes en trois et un exemplaires. Il s’agit de vases de type de forme Pasqualini 911 pour les premières et CL-REC 13i pour la seconde. Au nombre de onze, les coupes et coupes-couvercles ont un répertoire peu varié : coupe à panse arrondie correspondant à la forme Monclar 3 des productions du bassin d’Aix (4 exemplaires)12(fig. 19, n. 54 et 55). Les mortiers sont mieux représentés (vingt exemplaires) : mortiers munis de bords à moulure saillante de types CL-REC 17a, 7b et 17c (dix exemplaires) (fig. 19, n. 56), mortier à bord à bandeau mouluré de type CL-REC 18a/b (forme 4 des productions du bassin d’Aix : dix exemplaires) (fig. 19, n. 57 et 58) et mortier à bandeau lisse du type CL-REC 19a (deux exemplaires).

Tab. 6 - Les productions en pâte calcaire tournée : total des NFR par catégorie

Fig. 15 – Période 1. Vaisselle commune, céramique non tournée : CNT-ALP

Fig. 16 – Période 1, vaisselle à pâte calcaire tournée : répartition entre les différents grands groupes de productions identifiés

Fig. 17 – Période 1. Vaisselle commune, productions régionales. Céramique à pâte calcaire tournée : répartition du NMI entre les formes fermées et les formes ouvertes

Fig. 18 – Période 1. Vaisselle commune, productions régionales. Céramique à pâte calcaire tournée : répartition entre les différentes catégories de formes ouvertes

Fig. 19 – Période 1. Vaisselle commune, productions régionales. Céramique à pâte claire tournée

  • 13 Forme 13 des productions du bassin d’Aix.

60Parmi les formes fermées, on relève une très nette supériorité des cruches sur les pots et les amphores (fig. 20). Elles représentent, en effet, plus de la moitié des individus recensés et offrent une très grande variété de formes : vases à embouchure large et ronde de type CL-REC 1b, 1i/j (fig. 19, n. 59 et 60), 2a, 2b, 2c, 3b, 3c, 3d et 4b, vases à col étroit de type CL-REC 3c (fig. 19, n. 61, 62), 5b, 5d, 7a, 7b, 7i, cruches de type 9f : (fig. 19, n. 63), vases à grand bec verseur de type CL-REC 6a13, Monclar 2b (fig. 19, n. 64). Parmi les vases à liquide on peut encore citer trois exemplaires de biberon (CL-REC 7e). Les pots semblent moins diversifiés : CL-REC 10a, formes 14, 16 et 17 des productions du bassin d’Aix. Mais il faut dire aussi que l’état fragmentaire de la collection ne permet pas de restituer la forme des objets.

61Certains de ces récipients sont des productions relativement anciennes (CL-REC 2a, 3b, 5a, 5b, 7a, 7b et 7i), dont la fabrication ne dépasse par le changement d’ère ; d’autres, apparues dans les dernières décennies du Ier s. av. J.-C., participent à donner aux niveaux d’occupation les plus récents un faciès déjà augustéen. C’est tout particulièrement le cas des productions du bassin d’Aix, qui apparaissent alors assez massivement. Leur présence est particulièrement patente dans les amphores gauloises, représentées par dix individus : il s’agit exclusivement d’amphores à lèvre en bandeau faisant saillie ou vertical correspondant aux Bertucchi 6a ou G2 (formes 19 et 20 des productions du bassin de l’Arc, classées en CL-REC 9f dans le Dicocer : fig. 19, n. 65 et 66.

3. La période 2

62Le mobilier de la période 2 comprend 5376 tessons correspondant à 708 individus (fig. 21a, b).

Vaisselle fine

Vaisselle commune

TOTAL

NFR

1017

4359

5376

 %

18,9 %

81,1 %

100 %

NMI

241

467

708

 %

34 %

66 %

100 %

3.1. La vaisselle fine

63Avec 1017 tessons, la vaisselle fine représente 18,9 % de la vaisselle, pourcentage qui augmente sensiblement si l’on prend en compte les NMI : 241 individus identifiés, soit 34 % du NMI total. Plus encore que pour la période 1 où les CALC-ENG étaient peu nombreuses, ces proportions très élevées tiennent à leur inclusion dans ce groupe.

64Cet ensemble comprend un nombre réduit de catégories qui, à l’instar de la période précédente, sont très inégalement représentées : CAMP-A, CAMP-B, CAMP-C, SIG-IT, PAR-FIN-ITA, PAR-FIN-HISP, SIG-SG, PAR-FIN, et CALC-ENG (fig. 22a et b). A noter, l’important écart entre les NFR et les NMI, ici lié au taux de fragmentation élevé des vases, qui a souvent rendu les identifications difficiles (tab. 7).

3.1.1. Les importations

  • 14 Leur supériorité en NMI est sans doute imputable à une plus grande facilité de détermination de ce (...)

65Les productions régionales sont désormais presque à parité avec les importations, en raison de la part croissante des céramique à pâte calcaire engobée dans la vaisselle fine. Les céramiques importées comptabilisent 512 fragments (soit 50,3 % du NFR) pour 137 individus, soit 56, 85 % du NMI14 (fig. 23a et b). Les régions concernées sont les mêmes que précédemment, à savoir l’Italie centrale et la Bétique (7,6 % du NFR des importations et 8,75 % du NMI), mais dans des proportions très inégales (fig. 23c et d).

3.1.1.1. Les productions italiques

66Si, contrairement à la période 1, les importations italiques ne constituent plus l’écrasante majorité de la vaisselle de table (46,5 % du NFR et 51,85 % du NMI), elles représentent toujours la principale source d’approvisionnement : 92,4 % du NFR des importations et 91,25 % du NMI. La fréquence des différentes catégories présentes est très inégale : fig. 24 a et b.

Fig. 20 – Période 1. Céramique à pâte calcaire tournée : répartition entre les différentes catégories de formes fermées

Fig. 21a – Période 2. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune

Fig. 21b – Période 2. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune

Tab. 7 – Période 2. Vaisselle fine : total des NFR et des NMI par catégorie

Fig. 22a – Période 2. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR

Fig. 22b – Période 2. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI

Fig. 23a – Période 2. Vaisselle fine : Répartition des NFR entre les productions régionales et les importations

Fig. 23b – Période 2. Vaisselle fine : Répartition des NMI entre les productions régionales et les importations

Fig. 23c – Période 2. Vaisselle fine. Répartition des NFR entre les différentes catégories de céramiques importées

Fig. 23d – Période 2. Vaisselle fine. Répartition des NMI entre les différentes catégories de céramiques importées

CAMP

SIG-IT

PAR-FIN-ITA

TOTAL

NFR

276

172

25

473

 %

58,3 %

36,4 %

5,3 %

100 %

NMI

62

59

4

125

 %

49,6 %

47,2 %

3,2 %

100 %

Les céramiques campaniennes : CAMP

67Bien que leur fréquence soit toujours élevée – elles représentent plus de 58,3 % du NFR des productions italiques et 49,6 % du NMI-les céramiques campaniennes sont sans doute en partie résiduelles, ce qui explique aussi l’écart constaté entre NMI et NFR. Le trait vaut surtout pour les CAMP-A, dont les fragments, qui sont d’assez petite taille en général, présentent souvent des traces d’érosion sur leurs tranches, laissant supposer des déplacements. Le répertoire des CAMP-A comprend surtout des coupes 8Bc (fig. 25, n. 67 et 68), 31b, qui sont aussi les formes les plus fréquentes lors de la période 2 et dont l’usage semble s’être maintenue jusqu’à l’arrivée des sigillées, qui vont les supplanter. Les campaniennes B sont représentées par des formes CAMP-B1, B2 (fig. 25, n. 69), B5 et B7 (fig. 25, n. 70) et les campaniennes C, qui restent très rares, par les formes C 1 et C 19 (fig. 25, n. 71).

Les céramiques à paroi fine : PAR-FIN

68Leur nombre a décru au profit des importations ibériques et surtout des productions régionales qui se multiplient à partir des règnes de Tibère-Claude. Quatre individus sur vingt-cinq fragments ont été identifiés : formes Mayet 3.1, 3B et 12 (fig. 25, n. 72).

Les sigillées italiques : SIG-IT

69Les sigillées italiques font une apparition assez notable à partir du changement d’ère. Elles représentent près de la moitié des vases italiques recensés. Leur répertoire se compose surtout de formes lisses et ouvertes (assiettes, coupes, coupelles, plats). Parmi les assiettes (ou assiettes/plats) on compte les formes 1.1, 1.2, 4.3.2., 5.1, 5.2, 6.1, 7.2 (fig. 25, n. 73), 10.3 (fig. 25, n. 74), 11.1, 12.1 (fig. 25, n. 75 et 76), 12. 3.2, 18.1.2, 18.2.1, 18.2.3, 19.1 (fig. 25, n. 77) et 19.2 (fig. 25, n. 78 et 79), qui sont les plus représentées ; parmi les coupes, ce sont les formes 36.4 (fig. 25, n. 80) les bols sont moins fréquents : formes 7.1, 13.2, 14.2 avec variante 14.2.3, 17, 22.1.1, 22.1.3, 22.2. Enfin trois formes fermées viennent compléter ce répertoire : vase Atlante forme XV. 2 (fig. 25, n. 81), calice R1.2 et calice R3 ou R4.

Fig. 24a – Période 2. Vaisselle fine, importations : représentativité des différentes catégories de céramiques italiques, exprimée à partir du NFR

Fig. 24b – Période 2. Vaisselle fine, importations : représentativité des différentes catégories de céramiques italiques, exprimée à partir du NMI

Fig. 24c – Période 2. Vaisselle fine, productions régionales : Répartition des NFR entre les différentes catégories de céramiques importées

Fig. 24d – Période 2. Vaisselle fine, productions régionales : Répartition des NMI entre les différentes catégories de céramiques importées

3.1.1.2. Les productions de la Péninsule ibérique

70Les productions hispaniques sont exclusivement représentées par les céramiques à parois fines de Bétique. Le répertoire se compose de gobelets et de bols type Mayet 5B, 26 (pl. 25, n. 84) 35 (fig. 25, n. 82 et 83), 35/37, 37a (trente-neuf fragments et douze individus). Importante, la fréquence des gobelets 37 n’est pas surprenante, ce type de vase étant particulièrement abondant dans les niveaux tibéro-claudiens et flaviens, sur le pourtour occidental de la Méditerranée (Mayet 1975, 73).

3.1.2. Les productions du Sud de la Gaule

71Elles se limitent à trois catégories très inégalement représentées : les sigillées sud-gauloises, les céramiques à parois fines et les céramiques à pâte calcaire engobée (fig. 24 c et d).

SIG-SG

CALC-ENG

PAR-FIN

TOTAL

NFR

32

330

143

505

 %

6,35 %

65,35 %

28,3 %

100 %

NMI

7

77

20

104

 %

6,75 %

74 %

19,25 %

100 %

3.1.2.1 Les sigillées sud-gauloises : SIG-SG

72Il s’agit exclusivement de productions de la Graufesenque, qui font alors une timide apparition. Trente-deux fragments en ont été dénombrés parmi lesquels les deux formes attestées sont des Ri8 et Drag 27a qui apparaissent vers 30 apr. J.-C. (respectivement trois et quatre individus).

3.1.2.2. Les céramiques à pâte calcaire engobée : CALC-ENG

  • 15 Il s’agit des sites du palais Monclar (fouilles 1995), du 38-42, bd de la République (1998) et de (...)

73Le nombre des céramiques à pâte calcaire engobée a fortement augmenté par rapport à la période précédente : elles représentent en effet 35,3 % du NFR de la vaisselle fine et 34 % du NMI et, au sein des productions régionales, plus de 65 % du NFR et 74 % du NMI. Cette place importante pourrait être due à la baisse (ou à l’arrêt) des apports de céramique campanienne à un moment où les productions de sigillées italiques arrivent à peine sur le marché aixois. Il est vraisemblable aussi qu’elle découle en partie des opportunités offertes par l’installation d’officines de potier dans l’agglomération même d’Aix-en-Provence, dans les dernières décennies du Ier s. av. J.-C. ou autour du changement d’ère. L’existence d’officines spécialisées dans la fabrication de céramiques à pâte calcaire a été confirmée par la découverte récente, sur trois sites urbains, de rebuts qui ont permis de reconnaître une partie de leur production15. La pâte dans laquelle les vases ont été façonnés a une structure assez feuilletée et sa teinte varie du beige clair plus ou moins rosé à la couleur rose-orangé soutenu, voire au chamois. Bien que l’essentiel de la production soit constitué de vases non engobés, il est un ensemble de pièces (coupes surtout mais aussi quelques cruches) qui portent un engobe appliqué par trempage. Sans épaisseur, ces engobes ne sont jamais grésés. Leurs teintes sont plutôt soutenues, variant du rouge au brun sombre, et leur aspect est mat.

74Ces productions propres à l’agglomération d’Aix-en-Provence, qui ont été qualifiées de CALC-ENG-ARC (productions à pâte calcaire engobée de la vallée de l’Arc) représentent près de 80 % du nombre total de fragments de céramiques engobés et 78 % du NMI.

75Toujours fortement inspiré des formes italiques, le répertoire des céramiques à pâte calcaire engobée n’a guère évolué par rapport à la période 1 et se singularise par la part toujours majoritaire des formes ouvertes. On y retrouve, en effet, à peu de choses près, le corpus des formes antérieures : coupes de type Pasqualini 01.01.010 (équivalent de la forme 1 des productions de la vallée de l’Arc : 19 exemplaires) (fig. 25, n. 85 et 86) avec sa variante 01.01.011 (fig. 25, n. 87), des coupes Pasqualini 01 01.030 (10 exemplaires) et 01.01.040/050 (5 exemplaires) et une coupe très ouverte avec un bord muni d’un ressaut extérieur. Le corpus des vases s’est enrichi de gobelets (15 individus dont douze proches des PAR-FIN de type Mayet X, correspondant à la forme 2 des productions du bassin de l’Arc) (fig. 25, n. 88 à 90) et de formes inspirées des sigillées italiques : calice proche des SIG-IT R4 (1 individu). Les formes de plat ou de jatte sont peu fréquentes (fig. 25, n. 91 et 92). Les nouvelles influences constatées dans le répertoire des céramiques à pâte calcaire engobée témoignent, s’il le fallait, du rôle de service de table que remplit cette catégorie, qui copie les principales productions italiques et ibériques utilisées à l’échelon local.

Fig. 25 – Période 2. Vaisselle fine. No 67-68 : céramiques campaniennes A ; n. 69-70 : céramiques campaniennes B ; n. 71 : céramique campanienne C ; n. 72 : céramique à parois fines italique ; n. 73-81 : céramiques sigillées italiques ; n. 82-84 : céramiques à parois fines régionales ; n. 85-97 : céramiques à pâte calcaire engobée

Fig. 26a – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NFR entre les différentes catégories de céramiques importées

Fig. 26b – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NMI entre les différentes catégories de céramiques importées

76Parmi les formes fermées, comptent des cruches de forme Pasqualini 01.02.010, et des vases à col étroit de type Monclar 1, 2 et n. 56 (productions du bassin de l’Arc) (fig. 25, n. 93 à 97).

3.1.2.3. Les céramiques à parois fines : PAR-FIN

77Les céramiques à parois fines sont surtout représentées par des gobelets de type Mayet 3, 35 et 37.

3.2. La vaisselle commune

78La vaisselle commune représente plus de 81 % du NFR de la vaisselle et 66 % du NMI et les catégories régionales se sont diversifiées par rapport à la période 1, avec notamment l’apparition d’importantes séries de vases tournés (fig. 26a et b).

3.2.1. Les importations

  • 16 Les pourcentages ont été calculés à partir de données chiffrées excluant céramiques d’origines ind (...)

79Même si leur nombre a très légèrement augmenté par rapport à la période 1, les importations composent toujours une part très faible de la vaisselle commune - tout juste 1 % du NFR et 5 % du NMI16 – et leur répertoire est toujours aussi restreint que précédemment (fig. 27a à d). Elles comprennent surtout des productions italiques (COM-IT et R-POMP) ; les productions de la Méditerranée orientale ne sont représentées que par un fragment de vase non identifié de petit pot globulaire.

3.2.1.1. Les céramiques à vernis rouge pompéien : R-POMP

80Les céramiques à vernis rouge pompéien sont les plus fréquentes et sont représentées par des plats de type 13 (fig. 27c et d ; fig. 28, n. 98 et 99), 19 et 15 (fig. 28, n. 100), cette dernière forme étant est la mieux représentée.

3.2.1.2. Les autres céramiques communes italiques : COM-IT

81Parmi les COM-IT, on compte des couvercles de type 7a (3 exemplaires), 7c (fig. 27c et d ; fig. 28, n. 101 et 102) et 7e (un individu de chaque) et un pot de type 2d, qui apparaît résiduel dans ces contextes. Il faut ajouter à ces quelques vases, 8 mortiers de type COM-IT 8d, 8e et 8f, également anciens.

3.2.1.3. Les céramiques de Méditerranée orientale : COM-MED

82Leur présence est très faible et aucune forme n’a pu être identifiée. Le NMI est ici pondéré.

3.2.2. Les productions régionales

83Composant l’écrasante majorité de la vaisselle commune, les productions régionales se répartissent en deux groupes : les céramiques communes non tournées, qui sont encore bien présentes, et les céramiques tournées. Elles représentent respectivement 20,65 et 79,35 % du NFR et 31,5 et 69,5 % du NMI (fig. 29a et b).

3.2.2.1. Les céramiques non tournées

  • 17 Nous pensons ici au groupe des CT-MAS, qui réunit un ensemble de vases dont la pâte présente des a (...)

84Si l’on excepte un petit lot de céramiques communes à pâte brune carénées qui font alors leur apparition (CNT-CAR), on retrouve les mêmes catégories de céramiques non tournées que précédemment, mais dans des proportions un peu différentes, qui appellent quelques commentaires (fig. 30a et b). Les CNT-PRO apparaissent curieusement un peu plus nombreuses que lors de la période 1 (leur NMI passe de 16 à 24 %) et le pourcentage des CNT-ALP connaît également une légère progression. Si leur NFR n’évolu guère, leur NMI passe de 43,5 à 47 %. En revanche les CNT-MAS marquent un net recul : NFR de 32,25 à 21 % et NMI de 40,5 à 23 %. On ne retrouve pas ici l’évolution constatée dans un autre secteur des Thermes pour ces mêmes périodes (Nin 1996). Si l’accroissement de la représentativité des CNT-ALP correspond à une évolution générale observée sur nombre de sites provençaux contemporains, elle nuance un peu les observations faites précédemment qui nous avaient fait conclure à la difficile percée de cette production dans le marché de l’agglomération aixoise (Nin 1996). Si, dans le cas présent, on ne peut certes véritablement parler de percée, la part de ces productions marque néanmoins un progrès sensible. La place que conservent les CNT-PRO paraît également assez étonnante dans un contexte augustéen, où la consommation devrait privilégier les productions plus standardisées, réalisées dans des officines organisées pour répondre à un marché urbain. On ne constate pas ici la chute brutale de cette production, relevée dans certains contextes aixois La baisse des CNT-MAS est, quant à elle, tout aussi étonnante, même s’il faut sans doute la mettre en partie sur le compte de la durée de la période 2 qui couvre les premières décennies du Ier s. apr. J.-C., moment où elles commencent à être supplantées par des productions tournées peut-être originaires du même massif de l’Etoile17.

Fig. 27a – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NFR entre importations et productions régionales

Fig. 27b – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NMI entre importations et productions régionales

Fig. 27c – Période 2. Vaisselle commune. Représentativité des différentes importations exprimée à partir des NFR

Fig. 27d. Période 2. Vaisselle commune. Représentativité des différentes importations exprimée à partir des NMI

Fig. 28 – Période 2. Vaisselle commune. No 98-100 : R-POMP ; n. 101-102 : COM-IT.

Fig. 29a – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les céramiques tournées et les céramiques non tournées (NFR)

Fig. 29b – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les céramiques tournées et les céramiques non tournées (NMI)

Fig. 30a – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les CNT-PRO, CNT-MAS, CNT-ALP et CNT-CAR exprimée à partir des NFR

Fig. 30b – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les CNT-PRO, CNT-MAS, CNT-ALP et CNT-CAR exprimée à partir des NMI

  • 18 Ces observations pourraient également mettre en relief des caractéristiques sociologiques propres (...)

85Ce sont là autant de tendances contradictoires dont il conviendra de vérifier la réalité par l’étude d’ensembles aixois plus importants18.

Les céramiques non tournées provençales : CNT-PRO

86Le répertoire des céramiques non tournées provençales est plus diversifié que lors de la période 1. Si le pot reste le vase dominant avec des vases de type U7a1 (quatre exemplaires), U7b (7 exemplaires), U7C (quatre exemplaires), et leur lot de couvercles, on trouve aussi des jattes de type CNT-PRO J1 (3 exemplaires). Il s’agit de récipients d’assez grandes taille, très classiques dans le répertoire, munis d’un fond plat et à panse terminées par un bord quelquefois décoré d’incisions obliques. Un des vases recensés a conservé le départ d’un bec verseur obtenu par enlèvement de pâte sur le bord. A noter également un fragment de panse percé de trous faits avant cuisson, qui évoque une faisselle ou une passoire.

Les céramiques non tournées de Marseille : CNT-MAS

87Deux formes principales illustrent ces productions : le pot qui reste le vase prédominant avec 26 individus qui répondent principalement au type CNT-MAS 1a3 et à la catégorie des pots à ressaut mis en évidence dans l’agglomération, ainsi que la jatte de type CNT-MAS 4c (fig. 31, n. 103 et 104).

Les céramiques non tournées des Alpilles : CNT-ALP

88Ces productions sont exclusivement représentées par des pots et des couvercles : couvercles de type 3.2., et surtout des pots de forme traditionnelle tels les types 1a3, 1a5 (fig. 31, n. 105), 1a6 (fig. 31, n. 106) ou carénés, 1a10 et 1a11. Recensés en huit et onze exemplaires, ces vases carénés illustrent l’évolution morphologique amorcée par les pots en céramique non tournée, qui est reprise, on va le voir, par des séries de productions régionales tournées.

Les céramiques non tournées carénées : CNT-CAR

89Nous avons classé sous cette appellation des vases présentant des caractères morphologiques similaires, qui sont attestés sur de nombreux sites provençaux et, semble-t-il, dans une aire géographique assez large (Olcese 1993, Mellinand 1998 ; Moliner, Pellegrino 2004 ; Chausserie-Laprée, Nin, 2004). Ils correspondent au sous-type SB1b défini sur la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille où ils représentent 25 % des vases carénés mis au jour, et pourraient morphologiquement dériver des CNT-ALP et tout particulièrement de la série 2 du groupe 6 (équivalent CNT-ALP1a10/11) avec laquelle ils partagent non seulement la forme carénée, mais aussi le traitement de surface (aspect rugosé) qui constitue alors une nouveauté dans le domaine indigène.

90Il s’agit de pots ovoïdes, assez ventrus en général et à fond plat, comportant, au contact entre la panse et le col, lisse, une carène haute prononcée (fig. 31, n. 107 à 109). Cette carène marque une rupture nette dans le profil du vase, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Elle peut être soulignée par un bec et parfois, en face externe, par un sillon inférieur. L’épaulement montre une grande variété d’orientation : oblique sur les petits et moyens exemplaires, il frise l’horizontalité sur les vases de grand format et, dans certains cas, adopte même un profil légèrement concave. Le plus souvent amincie et déversée vers l’extérieur, la lèvre est arrondie et oblique. Les parois sont en général très fines ce qui traduit une bonne maîtrise du modelage, dont les traces sont très visibles sur les faces internes.

91Spécifiques par la forme, ces vases le sont aussi par le traitement de leurs parois, qui sont toujours grattées, ce qui leur donne un aspect « rugosé ». Très sableuse, la pâte, préalablement enrichie avec un dégraissant de calcite, est uniformément grise et on ne note quasiment pas de différence chromatique entre la surface et l’épaisseur des vases. La cuisson est toujours réalisée en mode réducteur.

Fig. 31 – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : les céramiques non tournées. No 103-104 : CNT-MAS ; n. 105-106 : CNT-ALP ; n. 107-109 : CNT-CAR

92Ces récipients modelés semblent avoir été principalement destinés à la petite resserre de proximité. Ils portent rarement des traces de coups de feu ou des altérations dues à la chaleur. La nature de leur pâte et surtout leur très faible épaisseur, notamment au niveau du fond, ne les prêtaient du reste guère à un usage de cuison.

93Comme on le verra infra, cette catégorie présente aussi la particularité d’avoir été réalisée selon les deux techniques du modelage et du tournage. Leur fabrication couvre une période relativement courte : attestée dans les deux dernières décennies av. J.-C., elle ne semble pas excéder le milieu ou la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C. Les lieux de production sont inconnus.

3.2.2.2. Les céramiques tournées

94Limité aux céramiques à pâte calcaire lors de la période 1, le groupe des céramiques tournées se diversifie de façon notable lors de la période 2, avec l’apparition de cinq productions ou ensembles de productions différents. Si certaines de ces nouvelles catégories sont caractéristiques de la période augustéenne, telles les COM-CAR ou COM-MAS par exemple – leur production n’aura pas de développement ultérieur –, d’autres vont se maintenir durant tout le Haut Empire, telles les productions en céramique kaolinitique de la Drôme.

95Leur représentativité est extrêmement inégale comme l’indiquent les figures 32a et b, qui montrent la part occupée par les productions de céramique à pâte calcaire qui réunissent près de 90 % des céramiques tournées (en NFR et en NMI), laissant ainsi une part congrue aux autres catégories. Ces dernières sont, par ordre d’importance : les céramiques kaolinitiques (KAOL), les céramiques communes carénées (COM-CAR), les céramiques communes grises (COM-GR), les céramiques tournées de Marseille ( ?) (CT-MAS) et les céramiques communes micacées (COM-MIC) (tab. 8).

Les céramiques communes tournées de Marseille : COM-MAS ?

96Sous cette appellation nous avons classé un petit ensemble de vases que leur pâte rapproche des productions de CNT-MAS : même pâte grise à fort taux de très fines particules blanches. La mise en évidence de ce groupe n’est pas nouvelle ; son existence avait, en effet, déjà été relevée dans un article consacré à des contextes augustéens issus du site des Thermes (Nin 1996, 281), dans lequel nous avions évoqué le possible caractère expérimental de cette production qui semble avoir pris le relais des CNT-MAS, mais qui restera très marginale et n’aura pas de lendemain. Très faible (moins de 1 %), elle comprend exclusivement des pots. Deux formes illustrent ce groupe : un vase à lèvre déversée et un autre à lèvre concave (fig. 33, n. 110 et 111).

Fig. 32a – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition des différentes productions de céramiques tournées exprimée à partir des NFR

Fig. 32b – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition des différentes productions de céramiques tournées exprimée à partir des NMI

Tab. 8 – Les céramiques tournées : total des NFR et des NMI par catégorie

Les céramiques communes brunes micacées : COM-MIC

97Le seul individu recensé appartient à un vase de forme fermée qui n’a pu être précisément catalogué.

Les céramiques communes grises : COM-GR

98Il s’agit d’un petit groupe hétérogène réunissant des céramiques diverses qui présentent la particularité d’avoir une pâte grise assez sableuse, qui peut être quelquefois micacée. Les lieux de fabrication, vraisemblablement régionaux, ne sont pas connus. Le répertoire comporte exclusivement des pots (6 individus).

Les céramiques communes carénées : COM-CAR

99Les céramiques communes carénées ont exactement les mêmes caractéristiques morphologiques que leurs homologues non tournés (CNT-CAR). Dans la catégorie des vases tournés, on note cependant que les fonds sont parfois également pourvus d’un talon. Le plus souvent amincie et déversée vers l’extérieur, la lèvre peut être simplement arrondie et oblique, voire se rapprocher de la verticale (fig. 33, n. 112 à 114).

100À Aix-en-Provence, les pâtes permettent de distinguer trois groupes de production. Le premier ne compte qu’un individu à pâte vacuolaire, riche en dégraissant de quartz et de mica, dont la couleur varie du gris clair à cœur au gris foncé en surface. Le deuxième comprend des pots à pâte uniformément grise, contenant également beaucoup de dégraissant blanc (quartz ?) (3 individus). Le troisième réunit trois vases dont la pâte, très riche en mica et en calcite, se présente le plus souvent comme une pâte « sandwich » : noire à cœur, elle vire sur le brun vers les parois. La surface est grise, brune ou noire. A quelque groupe qu’ils appartiennent, ces vases présentent un même traitement extérieur : les panses sont le plus souvent grattées, et leur col est quelquefois poli.

101Bien attesté dans de multiples villes et communautés provençales, entre la période augustéenne et le milieu, voire la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. (Marseille, Arles, Martigues, Istres, Fos, Cavaillon, Glanum, Sanary, Toulon, Olbia : Moliner, Pellegrino 2004, Marty 2004, Chausserie-Laprée, Nin 2004), ce type de vase est également connu en Ligurie (Olcese 1993), dans la vallée du Rhône (Alba-la-Romaine, Saint-Romain-en-Gal) ou encore à Narbonne (Sanchez 2003) et Empuriés (Almagro 1955). En dépit de quelques caractéristiques particulières (décor lissé, présence d’anses, pâte), la forme générale est en général la même.

Les céramiques communes kaolinitiques : KAOL

102Il s’agit de productions originaires de la moyenne vallée du Rhône et plus précisément de la région sud-voconse, qui font leur apparition au tout début du Ier siècle et dont la diffusion s’opère surtout à partir des premières décennies du Ier siècle apr. J.-C. (Goudineau 1977 ; Goudineau, Gras 1978 ; Meffre, Reynaud, dans Py 1993, 488-489). La pâte, sableuse et réfractaire, est de couleur gris clair, bleutée. Les surfaces présentent souvent un aspect moucheté bleu. On trouve un pot caréné de type KAOL A1 ou A10, précoce (fig. 33, n. 115), ainsi qu’une coupe assez proche des coupelles de type KAOL 11 (fig. 33, n. 116). Mais, la forme la plus fréquente, qui est aussi l’une des plus anciennes, est la bouilloire de type KAOL-F1 dont 14 exemplaires ont été recensés (fig. 33, n. 117). Les exemplaires recensés portent presque tous une fine couche de calcite sur leur paroi intérieure.

Fig. 33 – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales. No 110 et 111 : CNT-MAS ; 112-114 : COM-CAR ; n. 115-117 : KAOL ; n. 118-123 : COM-CALC-BLC ; n. 124-133 : COM-CALC-IND

Les céramiques à pâte calcaire : COM-CALC

103Comme pour la période 1, nous avons tenté de distinguer, au sein de cette catégorie, les principaux centres de production. Outre les productions qui ont été présentées précédemment, à savoir les probables officines marseillaises (atelier de la butte des Carmes par exemple, en activité dès les années 40/30 av. J.-C.) et celles du bassin de l’Arc dont les premières productions semblent contemporaines des précédentes, ont également été identifiées celles issues des ateliers de Lorgues et plus généralement du bassin de l’Argens, qui sont reconnaissables grâce à la présence de nombreux micas de petite taille dans la pâte. A côté de ces productions assez facilement identifiables, restent toujours deux grands groupes : les céramiques communes à pâte blanche (COM-CALC-BLC) qui constituent un ensemble assez homogène, et, enfin, un groupe fourre-tout, désigné sous le sigle COM-CALC-IND (communes à pâte calcaire d’origine régionale indéterminée). Nous avons réuni les productions marseillaises et du bassin de l’Argens sous le sigle : COM-CALC-MIC (tab. 9).

. Les céramiques communes à pâte calcaire micacée : COM-CALC-MIC

104Elles sont minoritaires au sein des productions de céramique à pâte calcaire. Au sein de cette catégorie ont été isolés deux groupes : le premier, qui réunit 28 fragments, est issu des ateliers de Marseille. Il ne fournit malheureusement aucune forme identifiable. La seule observation que l’on peut faire concerne l’apparente prépondérance des formes fermées. Le second correspond très certainement aux productions du bassin de l’Argens, qui apparaissent assez tardivement au cours de la période 2, et ne représentent qu’une infime partie du marché des céramiques à pâte calcaire de l’agglomération où elles semblent cependant avoir été assez également diffusées : 2,8 % du NFR et 5,3 % du NMI. On les retrouve, en effet, sur tous les sites étudiés et en proportions à peu près égales. Peu de formes ont été identifiées (14 au total) : des pots de type Pasqualini 02.03.011 et des mortiers à lèvre à bandeau de type Pasqualini 01.02.010.

. Les céramiques communes à pâte calcaire blanche : COM-CALC-BLC

105Les céramiques à pâte calcaire blanche ont une fréquence un peu supérieure à celle des productions micacées (elles représentent près de 6 % du NFR), et leur répertoire est mieux connu, en raison du nombre de vases recensés (34 individus, soit 13 % du NMI). Il comporte presque exclusivement des vases fermés : cruches de type Pasqualini 02.01.010, 02.01.011, 02.01.022 et peut-être 02.02.011, cruches correspondant aux formes Monclar 51 et 14 des productions du bassin de l’Arc (fig. 33, n. 118 à 120), ou encore olpé de type CL-REC 7b ; pots à embouchure à bord en baïonnette de type Pasqualini 02.03.011, à embouchure droite de type Pasqualini 02.02.010, de type Monclar 1 avec bord mouluré (fig. 33, n. 121 à 123). A noter la présence d’une amphorette et d’un gobelet assez proche de la forme CL-REC 8d, ainsi qu’une jatte de type Monclar 2. Il n’est pas exclu que ces vases soient en partie des productions du bassin de l’Arc.

. Les céramiques communes à pâte calcaire d’origine indéterminée : COM-CALC-IND

106Elles forment le principal groupe ; elles représentent 56,4 % du NFR et 48,1 % du NMI. Bien qu’il soit surtout composé de formes fermées, le répertoire est assez varié et comprend aussi de la vaisselle destinée à la préparation des aliments. Neuf classes ont été identifiées : coupes, jattes, mortiers, gobelets pour les vases ouverts qui composent 24 % de cet ensemble (trente exemplaires) ; cruches, pots, amphorettes, amphores et opercules d’amphores pour les vases fermés. Un lot d’objets n’a pu être précisément classé entre les pots et les cruches (treize individus). Les vases fermés représentent 76 % des COM– CALC-IND (quatre-vingt-dix-sept individus).

Tab. 9 – Les céramiques à pâte calcaire : COM-CALC : total des NFR et des NMI par catégorie

107En ce qui concerne les formes ouvertes, la collection comprend des gobelets assez proches des types CL-REC 8d et 8e, des coupes de type Pasqualini 01.01.020 et 01.01.030 (fig. 33, n. 124 et 125), des jattes de type CL-REC 12e et 13i, un vase vraisemblablement ouvert (plat ou jatte : fig. 33, n. 126) et neuf mortiers. Deux d’entre eux sont à bord à moulure saillante de type CL-REC 17a et 17b (fig. 33, n. 127), trois sont à bandeau de type CL-REC 18a, b et c, deux à lèvre pendante de type CL-REC 21b et les deux derniers à lèvre saillante de type CL-REC 22. Parmi les formes fermées, on compte surtout des cruches (près de 49 % des individus) : types CL-REC 1b (treize individus), 1g et 1j (quatre individus de chaque), 2a (deux individus), 2b (deux individus), 2c (un individu), 2d (trois individus), 2g (un individu), 3c, d et g (quatre individus), 7i (deux individus) et 7h (deux individus) (fig. 33, n. 128 à 130). Les pots constituent un groupe également important (plus de 41 %) : petits pots de type CL-REC 10b (quatre exemplaires), pots à gorge interne de type 02.03.010 (sept exemplaires), pots à bord mouluré de type CL-REC 9d et e (quatre exemplaires) ou proche de la forme Monclar 1A et B (fig. 33, n. 131 à 133). Trois amphores de type CL-REC 9d et deux amphorettes de type 9f complètent l’ensemble auquel il faut associer six opercules de type CL-REC 16a.

. Les céramiques à pâte calcaire du bassin de l’Arc : COM-CALC-ARC

108Cette classe regroupe des productions que l’on peut rattacher de façon assurée à des ateliers aixois. En activité peut-être dès les années 20-10 av. J.-C. et jusque sous les règnes de Tibère-Claude, ces officines ont produit des vases réalisés dans une pâte calcaire à structure assez feuilletée, dont la couleur varie du beige clair plus ou moins rosé au brun en passant par le rose-orangé. Les éléments plastiques sont peu nombreux : quelques particules de mica visibles à l’œil nu, des inclusions argileuses de couleur noire, brune ou rouille, aux contours arrondis, dont la répartition apparaît très inégale. En règle générale les finitions ne sont pas soignées, sauf pour les vases en pâte calcaire engobée qui peuvent être de très belle facture (cf. supra, paragraphe consacré au COM-CALC-ENG).

109Le répertoire comprend deux grandes catégories de mobilier : la vaisselle et les récipients destinés à la petite resserre d’une part qui constituent la majorité de la production et les amphores d’autre part.

Les formes ouvertes

110Elles comprennent quelques exemplaires de coupe de type Monclar 3 et 4, des jattes de types Monclar 1 et 2, qui sont des vases aux dimensions très variées (diamètres d’ouverture compris entre 12 et 22 cm) et des mortiers à bord en bandeau mouluré (forme République 4) (fig. 34, n. 134) et à bord en bandeau court (forme République 7). A noter la présence d’une petite coupe-couvercle qui constitue une forme nouvelle (fig. 34, n. 135).

Les formes fermées

111Les cruches représentent plus de la moitié des formes fermées. Les vases les plus fréquents sont les cruches à col étroit de types 1 et 3 de Monclar. Parmi les vingt-six vases de type Monclar 1, neuf appartiennent à la variante a et un à une nouvelle variante (des Chartreux, fig. 34, n. 136). Cinq nouvelles formes de cruches ont été identifiées sur les sites des Chartreux et des Thermes 1. La première se caractérise par sa lèvre en forme de calice terminé par un bord simple marqué par un simple sur-épaississement et une légère inflexion (fig. 34, n. 137). Assez proche de la forme Monclar type 1, la deuxième est une cruche à col haut et droit, terminé par un bord simple de section triangulaire (fig. 34, n. 138). La troisième est une cruche à col et droit, à embouchure étroite, dont le col se termine par un bord simple de section carrée, formé par un simple sur-épaississement (fig. 34, n. 139). On compte également une cruche à col haut, aux parois légèrement convergentes terminées par un bord formé d’un petit marli horizontal et une cruche à bord simple dans le prolongement d’un col oblique.

112À noter, enfin, parmi les vases destinés à la resserre de proximité, des pots de type République 16 présents sur le seul site des Thermes, des pots de type Monclar 1a et 1b, un pot sans col à embouchure large terminée par une lèvre à marli droit, qui répond à un type nouveau (fig. 34, n. 140), ainsi qu’un vase pourvu d’un diamètre d’ouverture de 30 cm qui invite davantage à le placer dans la catégorie des grands récipients de stockage.

113Parmi les amphores, seuls les types République 19, 20 et 22 ont été identifiés (fig. 34, n. 141 à 143).

Fig. 34 – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales. No 134-143 : COM-CALC-ARC

4. Période 3

114La vaisselle de la période 3 comprend 4992 tessons, correspondant à 535 individus. En ont été exclus les éléments assurément résiduels (quelques fragments de CAMP-A et de céramiques non tournées des Alpilles, de Marseille et provençales) (fig. 35a et b).

4.1. La vaisselle fine

115Avec 777 tessons, la vaisselle fine représente 15,5 % du NFR de la vaisselle, pourcentage qui augmente sensiblement si l’on prend en compte les NMI : 192 individus identifiés sur 535, soit 35,9 % de l’ensemble. On trouve là, entre NFR et NMI, un écart encore plus marqué que celui qui caractérise la période 2 (NFR : 18,9 % ; NMI : 34 %) et qui tient à la part grandissante des céramiques à pâte calcaire engobée (fig. 35c et d).

116Le nombre de catégories de céramiques est faible et leur fréquence inégale (tab. 10).

4.1.1. Les importations

  • 19 Par vaisselle exogène, nous entendons non produite dans les ateliers régionaux proches.

117L’un des traits les plus notables est la faible part des importations qui ne représentent plus que 12 % du NMI de la vaisselle fine (4,5 % du NFR). La raison tient à l’augmentation assez considérable des céramiques à pâte calcaire engobée, mais aussi à l’arrivée massive des sigillées sud-gauloises de la Gaufresenque, qui composent désormais avec elle l’essentiel de la vaisselle de table produite en Gaule19.

118Les lieux de provenance des produits importés sont l’Italie et l’Afrique du Nord (Tunisie) qui se partagent à peu près également le marché (respectivement 51,4 % et 48,6 % du NFR et 47,8 % et 52,2 % du NMI des importations.

4.1.1.1. Les sigillées italiques : SIG-IT

119La collection comprend surtout des coupes et bols de type 23.2, 33.1 et 36.4, à côté de quelques exemplaires plus anciens (assiettes 18.1 et 18.2).

4.1.1.2. Les productions tunisiennes : sigillées claires A (CLAIR-A)

120Les sigillées claires A font une timide apparition dans la vaisselle aixoise vers la fin du Ier siècle, à en juger par les données issues des comblements de certains des fossés mis au jour sur la ZAC Sextius Mirabeau. Leur répertoire comprend des coupes 3a, 3c et 8a.

4.1.2. Les productions du Sud de la Gaule

121Comme lors de la période précédente, elles se limitent à trois catégories inégalement représentées : les sigillées sud-gauloises, les céramiques à paroi fine et les céramiques à pâte calcaire engobée : 95,5 % du NFR et 88 % du NMI.

Fig. 35a – Période 3. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune

Fig. 35b – Période 3. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune

Fig. 35c – Période 3. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR

Fig. 35d – Période 3. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI

Tab. 10 – Période 3. Vaisselle fine : total dtotal des NFR et des NMI par catégorie

4.1.2.1 Les sigillées sud-gauloises : SIG-SG

122Tout comme les SIG-IT qui avaient investi une partie du marché local lors de la période 2, à partir de l’époque flavienne les productions de la Graufesenque vont devenir le principal apport de vaisselle fine exogène à la région provençale.

123Le répertoire recensé comprend exclusivement des formes ouvertes. Parmi les types de vase les plus anciens comptent des plats DR 15a1 et 15a2 (fig. 36, n. 144 et 145), des assiettes Dr 16 et 17b (fig. 36, n. 146), des coupelles 24/25a (fig. 36, n. 147 et 148) et des bols 29 et 33a1, qui sont encore présents en quelques exemplaires (onze au total) ; outre ces vases, on trouve surtout des coupelles 24/25b et c et 27c, des bols Ri8b et 33a2 et b (fig. 36, n. 149), des coupes VeA1/2, 30b 35, 36 et 37a.

4.1.2.2. Les céramiques à pâte calcaire engobée : CALC-ENG

124Au cours de la période 3, la progression des céramiques à pâte calcaire engobée continue ; elles représentent désormais près de 65 % du NFR de la vaisselle fine et 53 % du NMI, contre 35,3 % et 34 % lors de la période précédente. Cette catégorie relève, pour la très grande majorité, des productions aixoises qui se maintiennent dans cette seconde moitié du Ier siècle, ce qui oblige à prolonger d’autant la phase d’activité des officines installées dans ou aux abords de l’agglomération. Elles représentent 81,55 % du NFR (407 fragments) et 85,15 % du NMI (quatre-vingt-six individus). Comme à l’accoutumé, le répertoire est essentiellement composé de formes ouvertes (soixante individus recensés dont treize non attribuables à une forme particulière) parmi lesquelles les coupes sont les plus nombreuses : coupes de type Monclar 1, 2 (peut-être ici un peu résiduelles), 3 et 5 (respectivement vingt-et-un, quatre, cinq et seize individus) (fig. 36, n. 150 et 151). Viennent ensuite les jattes, les gobelets (copie de type Mayet III). Les cruches sont également bien présentes : cruches de types République 10 et 11, et de type Pasqualini 02.01.022.

Fig. 36 – Période 3. Vaisselle fine : n. 144-149 : SIG-SG : n. 150-151 : CALC-ENG

Fig. 37a – Période 3. Vaisselle commune : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR

Fig. 37b – Période 3. Vaisselle commune : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI

4.2. La vaisselle commune

125La vaisselle commune représente 4215 tessons et 343 individus, soit 84,4 % du nombre total des fragments recensés pour cette période et 64,1 % du NMI (fig. 37a et b) (tab. 11).

4.2.1. Les importations

126Bien qu’elles constituent toujours une faible partie de la vaisselle commune (tout juste 3,3 % du NFR), les importations sont mieux représentées que précédemment en ce qui concerne le NMI, puisqu’elles atteignent 14 % du nombre de vases recensés. Elles comprennent des productions italiques (COM-IT et R-POMP), de la Méditerranée orientale et d’Afrique du Nord (fig. 38 a et b) (tab. 12).

Tab. 11 – Vaisselle commune : total des NFR et des NMI par catégorie

Fig. 38a – Période 3. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR.

Fig. 38b – Période 3. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI.

Tab. 12 – Les importations : total des NFR et des NMI par catégorie

Fig. 39 – Période 3. Vaisselle commune, importations : n. 152-154 : COM-IT ; n. 155 : AF-CUI. Vaisselle commune, productions régionales : n. 156 : COM-GR ; n. 157-161 et 163 : COM-BR-PRO-OCC ; n. 163-164 : KAOL

4.2.1.1. Les céramiques italiques : R-POMP et COM-IT

127La place qu’elles occupent au sien des céramiques communes importées est sans doute excessive (près de 58,2 % du NFR et surtout près de 66,65 % du NMI) et tient à la présence encore forte des R-POMP dont le répertoire, ancien, montre qu’elles sont certainement résiduelles (formes 13, 15 et 17). Parmi les COM-IT on dénombre despatina de type 6a (fig. 39, n. 152), ainsi que des couvercles de type 7a et 7c (respectivement cinq, onze et quatre exemplaires) (fig. 39, n. 153 et 154).

4.2.1.2. Les céramiques de Méditerranée orientale : COM-MED

128Assez marginales (12,5 % du NMI), les céramiques de Méditerranée orientale sont exclusivement représentées par des gobelets de type Marabini LXVIII peuvent-être originaires de la Mer Egée, qui font leur apparition à Aix-en-Provence.

4.2.1.3. Les productions africaines : AF-CUI

129Lors de la période 3, les productions africaines apparaissent tardivement, ce qui explique leur faible nombre. Les formes présentes sont les plats à cuire 19/194 et 23A, ainsi que les couvercles 22 et 196 (fig. 39, n. 155).

4.2.2. Les productions régionales

  • 20 Comptages effectués sur un NFR de 4017 et NMI de 277.

130Comme précédemment, les productions régionales constituent l’écrasante majorité de la vaisselle commune : 96,65 % du total de fragments et 85,2 % du NMI, en excluant les céramiques indéterminées20. Les vases sont alors tous tournés et appartiennent à quatre grandes catégories (tab. 13).

Tab. 13 – Les productions régionales : total des NFR et des NMI par catégorie

4.2.2.1. Les céramiques communes à pâte grise : COM-GR

131Nous avons réuni sous cette appellation un groupe composite, qui s’oppose aux céramiques communes brunes provençales par les pâtes des tessons, de couleur gris clair à gris foncé, et de texture sableuse la plupart du temps. Tous les vases recensés sont des pots qui ont souvent une gorge interne sur le bord (fig. 39, n. 156).

4.2.2.2. Les céramiques communes brunes de Provence occidentale : COM-BR-PRO-OCC

132Les céramiques communes brunes de Provence occidentale sont une catégorie assez homogène, qui apparaît dans la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. Elles se caractérisent par une pâte qui varie de la couleur orangée à la couleur brune et qui contient de nombreux dégraissants de calcite, bien répartis. À en juger par leur fréquence dans les contextes urbains d’Aquae Sextiae et dans les domaines ruraux environnants, elles étaient certainement produites dans des officines locales, qui devaient se trouver dans l’orbite de la cité d’Aix et qui se sont substituées aux ateliers de céramiques brunes et grises non tournées. Si, jusque dans les années 70-80, les céramiques communes brunes provençales sont encore en concurrence avec les céramiques kaolinitiques, qui sont présentes sur le marché depuis le début du siècle et que leurs qualités réfractaires devaient rendre assez attractives, elles vont constituer un des principaux apports en vaisselle culinaire dès les dernières décennies du Ier et jusque dans le courant du IIIe siècle.

133Les objets recensés dans les contextes de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. comprennent surtout des pots : petits pots de type 5100 et 5200 et pots de plus grand format de type 5300 (fig. 39, n. 157 à 161 et 163)

4.2.2.3. Les céramiques communes kaolinitiques : KAOL

134Elles sont toujours une catégorie importante au sein de la vaisselle culinaire, mais leur répertoire confirme une certaine spécificité de leur usage dans l’aire domestique : les formes les plus fréquentes continuent d’être, en effet, les bouilloires de type F1 (fig. 39, n. 162). On note toutefois la présence de deux formes dont la diffusion démarre vers le milieu du Ier siècle après J.-C. : une marmite de type KAOL B8 (fig. 39, n. 164) et des bouilloires de type 14.

4.2.2.4. Les céramiques à pâte sableuse du Languedoc oriental : SABL-OR

135Le répertoire des céramiques communes régionales comprend quelques productions originaires du Languedoc oriental. Il s’agit de pots ou ollae de type SABL-OR A2. Régulièrement identifiée dans les contextes aixois à partir de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C., cette catégorie de céramique reste toutefois toujours très faiblement représentée.

Fig. 40a – Période 3. Vaisselle commune, productions régionales. Répartition entre les différents grands groupes de productions de céramiques à pâte calcaire (NFR)

Fig. 40b – Période 3. Vaisselle commune, productions régionales. Répartition entre les différents grands groupes de productions de céramiques à pâte calcaire (NMI)

Tab. 14 – Les céramiques à pâte calcaire : total des NFR et des NMI par catégorie

4.2.2.5. Les céramiques à pâte calcaire : COM-CALC

136Elles constituent l’écrasante majorité des céramiques communes : près de 82 % du NFR et plus de 64 % du NMI et, hormis les productions marseillaises qui semblent avoir disparu, elles comprennent les mêmes catégories que précédemment, mais dans des proportions un peu différentes (fig. 40a et b) (tab. 14).

Les céramiques communes à pâte calcaire micacée du bassin de l’Argens ? : COM-CALC-ARG ?

137La fréquence des céramiques communes à pâte calcaire micacée du bassin de l’Argens reste à peu près la même que lors de la période 2 en terme de NMI et leur répertoire est peu varié : elles sont essentiellement représentées par des cruches (sept individus) : type Pasqualini 02.02.021 et 02.03.010. A noter deux exemplaires très proches de la forme Monclar 56 (fig. 41, n. 165) et au type République 10 (fig. 41, n. 166), une possible forme d’amphore, un bouchon d’amphore proche du type CL-REC 16b, et une jatte ou mortier (fig. 41, n. 167).

Les céramiques communes à pâte calcaire blanche : COM-CALC-BLC

138Le nombre des céramiques communes à pâte calcaire blanche a diminué de plus de moitié, ce qui en fait désormais la catégorie la plus faible au sein des COM-CALC. Elle comprend quelques couvercles de type CL-REC 16a, et surtout des formes fermées : cruches de type Pasqualini 02.01.012, pots à bord muni d’une gorge (types Pasqualini 02.01.010 et 02.03.020), amphorette.

Les céramiques communes à pâte calcaire d’origine indéterminée : COM-CALC-IND

139Leur représentativité en NMI n’a guère évolué ; tout juste note-t-on un léger accroissement : 30 à 35 %. Le répertoire reste toujours essentiellement composé de formes fermées (cruches et pots) : cruches de type Pasqualini 02.01.010, 02.01.011 (fig. 41, n. 168), 02.01.012, 02.01. 022, 02.03.011, cruches à long col étroit (fig. 41, n. 169) ou de type CL-REC-2b, 5a, 7b, biberon de type Pasqualini 02.01.030, pot ou cruche à bord droit dans l’alignement du col (fig. 41, n. 170), pots à bord muni d’une gorge, très nombreux : type Pasqualini 02.04.010 (fig. 41, n. 171).

140Parmi les formes ouvertes, les mortiers sont les plus fréquents (type CL-REC 17b, 18c et 22b (fig. 41, n. 172) ; on note également un bassin de type Pasqualini 01.04.010, un vase ouvert à bord en bourrelet marqué par un ressaut interne, dont on ne sait dire s’il s’agit d’une grande coupe ou d’un entonnoir (fig. 41, n. 173), des couvercles de type CL-REC 16a.

Les céramiques à pâte calcaire du bassin de l’Arc : COM-CALC-ARC

141Majoritaires au sein de la catégorie où leur fréquence a très légèrement augmentée, elles comportent également le même répertoire que précédemment. Les coupes de type Monclar 1 ont quasiment disparu (1 individu) et les formes ouvertes les plus nombreuses sont les coupes de type Monclar 2, 3, 4 et 5, les mortiers (variantes de la forme 17 : fig. 41, n. 174) Les jattes restent peu représentées. Parmi les formes fermées, on note des cruches de type Monclar 1, 2, 3 (fig. 41, n. 175), Pasqualini 02.01.010, Monclar 56, 57, 58 (fig. 41, n. 176 et 177), des amphores de type République 11 et 22 (fig. 41, n. 178 et 179)

5. Période 4

142La vaisselle de la période 4 comprend 1448 tessons pour lesquels le NMI n’est pas connu. Comme pour les périodes précédentes ont été exclus les éléments assurément résiduels (fig. 42a).

5.1. La vaisselle fine

143Elle réunit 253 fragments, soit 17,5 % du total de la collection et comprend six grandes catégories différentes de mobilier (fig. 42b) (tab. 15).

Fig. 41 – Période 3. Vaisselle commune, productions régionales : n. 167-173 : COM-CALC-IND ; n. 174-179 : COM-CALC-ARC

Fig. 42a – Période 4. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune

Fig. 42b – Période 4. Vaisselle fine. Représentativité des différentes catégories

5.1.1. Les importations

144Très peu nombreuses, les importations se limitent aux sigillées claires A qui constitues un peu plus de 5 % de la vaisselle fine. Elles sont représentées par des coupes Hayes 8A (fig. 43, n. 180 et 181), Hayes 9A, couvercle Hayes 20 (fig. 43, n. 182).

Tab. 15 – Période 4 : la vaisselle fine : total des NFR par catégorie

Fig. 43 – Période 4. Vaisselle fine : n. 180-181 : CLAIR-A ; n. 182-185 : SIG-SG ; n. 186 : GLA-RO ; n. 187-188 : PAR-FIN ; n. 189-192 : CALC-ENG

5.1.2. Les productions régionales

5.1.2.1. La sigillée sud-gauloise : SIG-SG

145La sigillée sud-gauloise est devenue très majoritaire. Si elle provient essentiellement de la Graufesenque, on note l’arrivage de productions d’autres officines, telle celle de Banassac dans l’Hérault, qui sont cependant très rares (3 individus). Le répertoire s’est un peu étoffé (dix-huit formes). Les vases les plus nombreux sont les DR 37a et b (7 exemplaires : fig. 43, n. 183), viennent ensuite les Dr 33a 1, 33a2 et 33c (5 exemplaires). On compte aussi des coupelles de type Dr 15b1, Dr 16, 24/25b, 27b et c, des assiettes VeA1, VeA2, Dr 22a (fig. 43, n. 184), Dr 35, Dr 38, Dr 42, une coupelle Ri8b (1 ind.), une coupe Cu11b (fig. 43, n. 185).

146La seule estampille identifiée est attribuable au potier FVSCVS (HOFMANN, 1985). Datation : 45-120 apr. J.-C.

5.1.2.2. Les sigillées glaçurées romaines (GLA-RO)

147Très facilement identifiables par leur glaçure plombifère et leur pâte grise sableuse, les sigillées glaçurées sont présentes sous la forme d’un gobelet de type GLA-RO 7 (fig. 43, n. 186).

5.1.2.3. Les sigillées claires B : CLAIR-B

148Très peu nombreuses, les sigillées claires B sont représentées par un couvercle de type Desbat 4 et un bol de type Desbat 17, qui comptent parmi les première productions des ateliers de la vallée du Rhône.

5.1.2.4. Les céramiques à paroi fine : PAR-FIN

149Leur nombre a décru : gobelets de type Mayet XXXVII (fig. 43, n. 187 et 188).

5.1.2.5. Les céramiques à pâte calcaire engobée : CALC-ENG

150La part croissante des sigillées de la Graufesenque explique le net recul que marquent les céramiques à pâte calcaire engobée. Ces dernières s’inscrivent désormais davantage dans la complémentarité des services existants, qui sont par ailleurs de plus en plus variés en réponse à de plus grandes exigences de consommation.

151Parmi les formes relevées dans cette catégorie compte toujours un lot important de formes ouvertes : bols et coupes de type Pasqualini 01.01.020, 01.01.040, 01.01.050, 01.01.080 (avec leurs variantes 081 à 083 : fig. 43, n. 189 et 190), 01.01.090, coupes-couvercles (fig. 43, n. 191) et possible entonnoir 01.05.010. Comme à l’accoutumé, les formes fermées réunissent surtout des cruches : 02.01.010 (fig. 43, n. 192), 02.01.020, Pasqualini A1b, 02.01.012 et 02.01.022, cruches/pots 02.03.010, pichet 02.05.010, amphorette 02.01.050.

5.2. La vaisselle commune

152Avec 1195 fragments, elle représente 82,5 % de la vaisselle et les catégories qui la composent sont les mêmes que précédemment (fig. 44a) (tab. 16).

5.2.1. Les importations

153Elles proviennent toujours des trois zones méditerranéennes suivantes : la péninsule italique, l’Afrique du Nord et la Méditerranée orientale (fig. 44b).

5.2.1.1. Les productions italiques

154Très minoritaires (elles totalisent moins de 1 % de la vaisselle commune), les productions italiques, originaires de l’aire campanienne, comprennent comme précédemment des céramiques à vernis rouge et des COM-IT, dont une grande partie semble toutefois résiduelle. Les premières sont représentées par un plat de forme 15 et deux exemplaires de plat 33 (fig. 45, n. 193). Les secondes, par des couvercles COM-IT 7c.

5.2.1.2. Les productions africaines

155Au cours de la période 4, on assiste à une timide augmentation de la part des productions d’Afrique du Nord. Il s’agit de plats à cuire de type Hayes 23B avec leurs variantes de bord arrondi ou en amande allongée, un peu plus tardif (fig. 45, n. 194 et 195), de plats Hayes 26 ou 27 (fig. 45, n. 196) et de couvercles Hayes 196 (fig. 45, n. 197 et 198).

Fig. 44a – Période 4. Vaisselle commune. Représentativité des différentes catégories de céramiques

Fig. 44b – Période 4. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories de céramiques

Fig. 44c – Période 4. Vaisselle commune, productions régionales. Représentativité des différentes catégories de céramiques

Tab. 16 – Vaisselle commune : total des NFR par catégorie

Fig. 45 – Période 4. Vaisselle commune, importations. No 193 : COM-IT ; n. 194-198 : AF-CUI ; n. 199-200 : COM-MED. Vaisselle, commune, productions régionales : n. 201-203 : KAOL ; n. 204-213 : COM-BR-PRO-OCC

5.2.1.3. Les productions de Méditerranée orientale : COM-MED

156Leur nombre reste très modeste. On relève un vase de typologie inconnue (pot à bord resserré : fig. 45, n. 199) et des petits pots/gobelets globulaires à parois fines de type Marabini LXVIII (fig. 45, n. 200), qui sont, dans l’ensemble assez bien diffusés. Les vases aixois ont une pâte de couleur rose à rouge brique assez épurée et ont leur partie supérieure grésée (couleur grise à noire). Leur matériau apparaît très proche de celui des productions de la mer Egée.

157Même si ce type de vase est toujours présent en faible quantité, on le retrouve sur de nombreux sites de l’agglomération, ce qui tend à montrer qu’il ne constituait pas seulement un produit d’accompagnement des cargaisons d’amphores, mais qu’il résultait d’un marché, certes limité, mais régulier.

5.2.2. Les productions régionales

158Elles réunissent 1153 fragments et se répartissent en quatre grandes catégories, très inégalement représentées (fig. 44c).

5.2.2.1. Les productions kaolinitiques de la moyenne vallée du Rhône : KAOL

159Leur part a considérablement baissé en raison du développement des productions de céramiques à pâte brune de Provence occidentale. Elles ne représentent plus, en effet, que 3 % des productions régionales et les vases présents sont des petits pots ou gobelets de type KAOL 17 (fig. 45, n. 201), des bouilloires de type F1, qui restent les plus nombreuses (fig. 45, n. 202) et des couvercles (fig. 45, n. 203) qu’il faut associer à des pots, bien attestés, mais trop fragmentaires pour être attribués à un type.

5.2.2.2. Les céramiques communes à pâte grise : COM-GR

160Tout aussi hétérogène que précédemment, ce groupe est cependant moins bien représenté, sans doute en raison de la part grandissante des céramiques communes à pâte brune de Provence occidentale. Le répertoire est essentiellement composé de pots.

5.2.2.3. Les céramiques communes à pâte brune de Provence occidentale : COM-BR-PRO-OCC

161À partir du IIe siècle, les productions de céramiques communes à pâte brune de Provence occidentale se diffusent de façon assez massive dans l’agglomération aixoise, avec un répertoire qui semble très rapidement arrêté, et dont les principales formes ne vont faire l’objet que de variantes diverses au fil du temps. Essentiellement destinées à la cuisine et à la resserre, ces productions se composent majoritairement de marmites et de pots avec leur cohorte de couvercles.

162Le répertoire en usage dans la première moitié du IIe siècle comprend des coupes de type 1300 (variante 1325) (fig. 45, n. 204), des jattes/faitouts de forme 2210 (fig. 45, n. 205), 3110 et 4110 (fig. 45, n. 206 et 207), 4200 et 4210 et 4222, mais, comme sur l’ensemble des sites aixois, c’est la classe 5000 qui est largement majoritaire (75 % de la catégorie) : 5200 et surtout 5300 (forme 5310 : fig. 45, n. 208, 209 et 210), 5320 (fig. 45, n. 211), 5400, 5620. L’ensemble comprend quelques cruches de type 6300 (6310 : fig. 45, n. 212) et des couvercles de type 7120 (fig. 45, n. 213).

5.2.2.4. Les céramiques communes à pâte calcaire : COM-CALC

163Dans les lots étudiés pour cette période, il n’a pas été fait de distinction entre les différentes productions.

164Les formes fermées restent très fortement majoritaires : cruches de type Pasqualini 02 01.010/020 (fig. 46, n. 214 à 217), Monclar type 2 (fig. 46, n. 218 et 219), cruche à embouchure très évasée (fig. 46, n. 220), pots de type Pasqualini 02.03.010 (fig. 46, n. 221), cruches ou pots de type République 15 (fig. 46, n. 222 et 223), pots de type République 16 (fig. 46, n. 224 à 226) ou encore République 17 (fig. 46, n. 227). Parmi les formes ouvertes, on observe la présence de quelques coupes de type Pasqualini 01.01.050 et 01.01.080 et surtout de coupes-couvercles de type CL-REC 15, qui sont assimilées à des opercules (fig. 46, 228 à 231), des jattes (fig. 46, n. 232) et enfin une belle série de mortiers (fig. 46, n. 233).

6. Période 5

165Lors de la période 5, la vaisselle comprend 6992 fragments pour 906 individus (fig. 47a et b).

6.1. La vaisselle fine

166Elle comprend 563 fragments et représente 8,4 % du NFR de la vaisselle. Le dénombrement des individus n’a pas porté sur l’ensemble des contextes étudiés. Les cent-dix individus identifiés ne doivent donc pas être mis en relation avec les NFR (fig. 47c et d). Ils représentent 12,15 % du total de la vaisselle (tab. 17).

Fig. 46 – Période 4. Vaisselle commune, productions régionales. No 214-233 : COM-CALC

6.1.1. Les importations : CLAIR-A

167Les seules importations en vaisselle fine sont les sigillées claires A, qui représentent 4,45 % du NFR et 10 % du NMI de la vaisselle fine. Leur répertoire comprend des coupes 8a et 8b, 9a et 9b, des coupes carénées de type Hayes 16 (fig. 48, n. 234), un vase de type Hayes 67. Ces productions de bols sont relativement tardives par rapport aux autres catégories de céramiques présentes.

Fig. 47a – Période 5. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune

Fig. 47b – Période 5. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune

Fig. 47c – Période 5. Vaisselle fine.
Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR

Fig. 47d – Période 5. Vaisselle fine.
Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI

Tab. 17 – Période 5 : vaisselle fine : total des NFR par catégorie

Fig. 48 – Période 5. Vaisselle fine : n. 234 : CLAIR-A ; n. 235 : GLA-RO ; n. 236-240 : SIG-SG ; n. 241-244 : CLAIR-B

6.1.2. Les productions de la Gaule

168Elles comprennent des productions de la Graufesenque (sigillées sud-gauloises), de la vallée du Rhône (CLAIR-B), de la céramique métallescente, des céramiques à parois fines et des céramiques à pâte calcaire engobée.

6.1.2.1. Les sigillées sud-gauloises : SIG-SG

169Elles composent l’essentiel de la vaisselle fine : près de 60 % du NFR et de la moitié du NMI. On retrouve sur la table à peu près le même répertoire que lors de la période 4, au sein duquel dominent toujours les coupes Dr 37a et surtout Dr 37b (fig. 48, n. 236 et 237), ainsi que les coupes Dr 33 a et c (fig. 48, n. 238). A côté de ces vases, on compte aussi des assiettes Dr 18/31 (fig. 48, n. 239), Dr 35, Vea1 (fig. 48, n. 240) et Vea2, ainsi que les coupelles 27c.

6.1.2.1. Les céramiques à glaçure plombifère : GLA-RO

170Leur présence reste anecdotique et leur origine n’a pu être identifiée. Les vases répertoriés sont un gobelet GLA-RO 7 et un possible gobelet de type GLA-RO 24 (fig. 48, n. 235).

6.1.2.3. Les sigillées claires B : CLAIR-B

171On note au cours de la période 5, une meilleure représentativité des sigillées claires B qui représentent alors près de 9 % du NMI de la vaisselle fine et dont le répertoire se compose exclusivement de formes ouvertes. Les vases les plus nombreux sont les coupes CLAIR-B8 (fig. 48, n. 241), 10 et 12 (fig. 48, n. 242). On note également un exemplaire d’assiette de type CLAIR-B1a (fig. 48, n. 243) et de couvercle de type CLAIR-B4 (fig. 48, n. 244). Le succès des coupes CLAIR-B 8 explique sans doute leur reproduction par les officines régionales de céramique à pâte calcaire engobée.

6.1.2.4. Les céramiques métallescentes : MET

172Caractéristiques par leur pâte fine de couleur orangée et surtout leur couverte noire à reflets métalliques, les céramiques métallescentes sont très marginales : quatre fragments à peine ont été recensés. Les origines n’ont pu être déterminées. Un gobelet pourrait provenir des ateliers de Trêves : forme 2 ou 7 (fig. 48, n. 245).

6.1.2.5. Les céramiques à pâte calcaire engobée : CALC-ENG

173Dans les contextes étudiés, on constate une baisse nette des céramiques à pâte calcaire engobée, dont on ne sait dire si elle reflète vraiment une réalité. Si les formes ouvertes restent toujours nombreuses, on relève aussi la part importante des cruches, dont cette catégorie semble s’être fait une spécialité. Parmi les vases présents, plusieurs sont des copies de sigillée claire B : assiette CLAIR-B 1a (fig. 48, n. 246), coupe CLAIR-B 8 et peut-être aussi de sigillées claires A : CLAIR-A 3a (fig. 48, n. 247) et et CLAIR-A 12 (fig. 48, n. 248). Parmi les cruches, on compte plusieurs formes à col évasé terminé par un bord droit qui rappellent un peu la forme République 38, mais avec une embouchure plus resserrée (fig. 48, n. 249 à 251).

6.2. La vaisselle commune

174Elle compte 6429 fragments et 796 individus (fig. 49 a et b).

6.2.1. Les importations

175Elles représentent 11,8 % du NFR de la vaisselle commune (757 fragments) et 21,1 % du NMI (168 individus) (fig. 49 c et d).

Fig. 49a – Période 5. Vaisselle commune. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR

Fig. 49b – Période 5. Vaisselle commune. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI

Fig. 49c – Période 5. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR

Fig. 49d – Période 5. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI

Fig. 50 – Période 5. Vaisselle commune, importations. No 252-261 : AF-CUI ; n. 262-265 : COM-MED

Fig. 51a – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR

Fig. 51b – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI

6.2.1.1. Les céramiques culinaires africaines : AF-CUI

176À Aix-en-Provence, la grande majorité des importations sont des céramiques culinaires africaines. Leur répertoire comprend surtout des plats Hayes 23B(fig. 50, n. 252 et 253), des marmites Hayes 197 (fig. 50, n. 254 et 255) et des couvercles Hayes 196 (fig. 50, n. 256 et 257), et, en moindres proportions, des plats 19/194 (fig. 50, n. 258), 26 (fig. 50, n. 259) et 181, ainsi que marmites 198 (fig. 50, n. 260 et 261) et des couvercles 182.

Tab. 18 – Les productions régionales : total des NFR et des NMI par catégorie

6.2.1.2. Les céramiques de Méditerranée orientale : COM-MED

177Leur nombre a progressé au cours du IIe siècle apr. J.-C. et leurs origines se sont diversifiées. Certaines productions, assez rares, proviennent du Levant ; il s’agit de marmites à panse cannelée (aucun exemplaire identifiable) et d’un vase à lèvre très déversée (fig. 50, n. 262). Les vases plus fréquents sont cependant issus du monde égéen : cruches de type Cnossos (fig. 50, n. 263) et gobelets de type Marabini LXVIII (fig. 50, n. 264 et 265).

6.2.2. Les productions régionales

178Elles représentent 88,2 % du NFR de la vaisselle commune (5672 fragments) et 78,9 % du NMI (628 individus) (fig. 51a et b) (tab. 18).

6.2.2.1. Les céramiques communes kaolinitiques : KAOL

179Toujours issues d’ateliers de la moyenne vallée du Rhône, les céramiques communes kaolinitiques sont plus nombreuses que précédemment. Surtout composé de formes fermées, le répertoire comprend une série de petits pots (ou gobelets ?) à panse globulaire, pourvus d’un col court terminé par un bord déversé, à profil très variable (arrondi, épaissi, triangulaire) (fig. 52, n. 266 à 268). Ces vases sont quelquefois utilisés comme creusets et leur typologie se maintient jusque dans le courant de l’Antiquité tardive. A côté de ces vases qui sont toujours de petite taille, on trouve des pots de plus grandes dimensions dont on ne saurait dire s’il faut les rattacher au type assez vague des KAOL 17 (fig. 52, n. 269 et 270). Le vase de type Goudineau 14 reste très présent, tout comme la bouilloire de type KAOL F1. Parmi les formes ouvertes, on signalera une marmite ? (fig. 52, n. 271) et une probable jatte à panse conique terminée par une lèvre aplatie rabattue sur l’intérieur (fig. 52, n. 272). Sur sa seule partie connue, cette derrière pièce présente des caractéristiques très proche d’un vase répertorié pour l’Antiquité tardive : la jatte KAOL C10, ce qui tendrait à montrer une certaine permanence dans le répertoire de ces productions.

6.2.2.2. Les céramiques communes grises : COM-GR

180Les céramiques communes grises sont très peu nombreuses (à peine 15 tessons) ; un seul vase a pu être identifié : un pot muni d’une carène et à panse assez droite, que l’on ne peut lier aux productions anciennes de COM-CAR (fig. 52, n. 273).

6.2.2.3. Les céramiques communes brunes de Provence occidentale : COM-BR-PRO-OCC

181La part très élevée des céramiques communes brunes de Provence occidentale au sein de la vaisselle commune-50 % du NMI-est ici un peu singulière et ne reflète pas les pourcentages généralement relevés dans les sites urbains, qui sont sensiblement inférieurs (30 % en moyenne). Elle tient sans doute à la particularité des contextes sélectionnés : des dépôts de comblement de fossés ayant probablement servi d’exutoires d’égouts. Leur nombre permet toutefois d’avoir une bonne image du répertoire en usage dans l’aire domestique, qui confirme la nette prépondérance des formes fermées et tout particulièrement des ollae.

182Parmi les formes ouvertes, on compte des coupes de type 1210 et 1310 (fig. 52, n. 274 et 275), des écuelles ou jattes de forme 1322 (fig. 52, n. 276 à 279), des jattes ou faitouts de type 4120 (fig. 52, n. 280), des marmites de type 4210 (fig. 52, n. 281). Les formes fermées sont représentées par quelques pots de type 5610 (fig. 52, n. 282 à 285), une importante série d’ollae 5300 (type 5310 : fig. 52, n. 286 à 288) et des pots à une anse de type 5530 (fig. 52, n. 289). Présentes en quelques exemplaires, les cruches sont peu diversifiées : forme 6230 (fig. 52, n. 290). Enfin, un lot de couvercles accompagne cet ensemble : forme 7110 (fig. 52, n. 291) pour la plupart, mais aussi 7120 et 7130. A noter un exemplaire à panse légèrement concave, terminée par un bord droit, qui est une forme nouvelle (fig. 52, n. 292).

Fig. 52 – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales.
No 266-272 : KAOL ; n. 273 : COM-GR ; n. 274-292 : COM-BR-PRO-OCC

6.2.2.4. Les céramiques communes brunes orangées biterroises : B-O-B

183Fabriquée dans la vallée du Libron, aux environs de Béziers, la céramique commune brune orangée biterroise est fabriquée à partir de l’époque flavienne et a connu une large diffusion à partir de la seconde moitié du IIe siècle. Bien qu’elle ait été reconnue dans plusieurs contextes de la ville, sa présence à Aix-en-Provence reste cependant très marginale. Les principales formes attestées sont en général des copies de céramique culinaire africaine dont les officines se sont fait une spécialité. En l’occurrence, le seul vase identifié parmi les trois tessons rattachés à cette production languedocienne est une marmite de type B-O-B B1, qui reprend la forme des marmites de type Hayes 197. Un autre fragment pourrait appartenir à une forme B-O-B C1 (copie de couvercle de type Hayes 196).

6.2.2.5. Les céramiques communes oxydantes micacées : COM-O-M

184Apparues au cours de la première moitié du IIe s. apr. J.-C. et sans doute originaires de la moyenne vallée du Rhône (peut-être du secteur d’Orange/Vaison-la-Romaine), les céramiques communes oxydantes micacées se caractérisent par une pâte de couleur brique/orangée à cœur et noirâtre à gris en surface (fumigation), dont l’épiderme a été recouvert d’une très fine ouverte d’argile riche en particules de micas dorés. Aucune forme n’a été identifiée. Ces céramiques sont marginales pour Aix. Seuls 6 tessons ont été recensés : 3 pots de type COM-OM A4.

6.2.2.6. Les céramiques communes sableuses : COM-SABL

185La catégorie des céramiques communes sableuses est très hétérogène et comprend très certainement des vases issus d’officines différentes ; elle réunit un petit ensemble de 25 tessons à pâte sableuse de couleur grise à noire, de texture grossière. Divers, les dégraissants sont souvent de taille importante et disparate. La totalité des fragments appartiennent à des formes fermées. Les deux objets identifiés sont des ollae.

6.2.2.7. Les céramiques communes sableuses orientales : SABL-OR

186Au sein des objets à pâte sableuse a été isolé un groupe homogène de quinze tessons, qui ont été rattachés à la catégorie des céramiques communes sableuses orientales, en raison de leur pâte sableuse de couleur gris pâle à beige brun et du répertoire présent : le seul vase identifié est, en effet, une olla de type SABL-OR A2.

6.2.2.8. Les céramiques à pâte calcaire : COM-CALC

187Les céramiques à pâte calcaire sont toujours majoritaires et leur répertoire reste assez proche de celui de la période précédente. Les objets pour la prise des repas ou des boissons sont marginaux. Il s’agit de bols de type Pasqualini 1b et 1c. L’essentiel des objets servaient au stockage alimentaire de proximité : amphores, cruches (Pasqualini A1, B1). Pour les cruches, qui constituent la majorité des formes identifiées, si elles étaient, sans doute, largement utilisées pour le service de table, elles devaient aussi remplir des fonctions plus domestiques, tel que le puisage de l’eau. L’utilisation culinaire de cette vaisselle est, enfin, révélée par la présence de mortiers (22b, 17b, 18c) et de pelvis qui servaient à la transformation des aliments et à la préparation de certains plats. On peut noter la présence d’un tesson de bassine Pasqualini 10, aujourd’hui interprétée comme un pot de chambre. Comme pour la période précédente, le répertoire se compose surtout de cruches. Ces formes fermées sont complétées par des urnes et des pots. Les formes ouvertes comprennent des coupes/bols, des mortiers et des pelvis. Elles sont très nettement moins importantes que les formes fermées. Ces vases ouverts sont surtout réalisés dans une pâte calcaire de couleur blanche caractéristique des productions aixoises. Une troisième catégorie complète le lot : les bouchons d’amphore (fig. 53).

6.2.2.9. Les céramiques communes indéterminées

188Nous avons comptabilisé dans les céramiques communes indéterminées, des vases qui n’appartiennent à aucune catégorie bien identifiée. L’essentiel du répertoire consiste en vases fermées (ollae pour la plupart).

7. Synthèse

189Ce rapide tour d’horizon de la vaisselle commune en usage à Aix-en-Provence, entre le milieu du Ier siècle avant J.-C. et la fin du IIe siècle, laisse se dégager des tendances sur lesquelles il nous faut maintenir revenir. La première observation qu’appellent les comptages effectués sur les contextes sélectionnés concerne le rapport entre la vaisselle fine et la vaisselle commune (fig. 54a et b). Outre l’inversion constatée entre les NMI et NFR de ces deux grandes catégories de mobilier, qui n’est pas surprenante, on observe, à partir de la fin du Ier siècle apr. J.-C., une évolution notable dans leur représentativité respective qu’il est difficile d’expliquer présentement. Croissant jusqu’à la période 3, le taux de vaisselle fine décroît de façon sensible dans le courant du IIe siècle apr. J.-C. Celle-ci ne représente plus que 12 % de la vaisselle à la fin du siècle contre 20,5 % et 36 % entre le milieu Ier av. et la fin du Ier siècle. Ainsi donc, à la fin de la période 5, la vaisselle est-elle très majoritairement composée de vaisselle commune (près de 88 %).

Fig. 53 – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales. N ° 293-310 : COM-CALC

7.1. Les importations

190La courbe des importations apporte également des informations intéressantes sur le flux des échanges. Considéré sur l’ensemble de la vaisselle, le pourcentage des céramiques importées diffère de façon significative selon que l’on se place au niveau du NFR ou du NMI, mais suit globalement, à peu près la même courbe (fig. 55a). Les NFR restent assez faibles dans l’ensemble, pour les deux catégories, les pourcentages maximaux des produits importés dépassant à peine 10 % de l’ensemble de la vaisselle. Les NMI montrent une représentativité nettement supérieure, puisqu’ils atteignent près de 20 %.

Fig. 54a – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage de la vaisselle fine au cours des cinq périodes.

Fig. 54b – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage de la vaisselle commune au cours des cinq périodes.

Fig. 55a – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage des importations par rapport à l’ensemble de la vaisselle au cours des cinq périodes

Fig. 55b – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NFR des importations de vaisselle fine et de vaisselle commune par rapport à l’ensemble de la vaisselle au cours des cinq périodes

Fig. 55c – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NMI des importations de vaisselle fine et de vaisselle par rapport à l’ensemble de la vaisselle au cours des cinq périodes

  • 21 Sur les figures 61 a et b, le pourcentage des productions italiques est faussé en raison des éléme (...)

191Quand on compare l’évolution des flux commerciaux entre vaisselle fine et vaisselle commune, on constate que leurs courbes sont radicalement opposées (fig. 55b et c). Elevé durant les périodes 1 et 2, le pourcentage de céramique importée au sein de la vaisselle fine chute brutalement lors de la période 3, soit dans la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. et sa baisse se confirme au cours des périodes 4 et 5, où il est au minimum : à peine plus de 10 % du NMI et moins de 1 % du NFR. Ce phénomène est principalement dû à l’arrêt brutal des importations de céramiques campaniennes, intervenu au cours de la période augustéenne. Alors qu’elles représentaient entre 87 et 70 % des importations au milieu du Ier siècle av. J.-C. (fig. 56a et b)21, elles sont désormais remplacées par des productions issues d’officines installées en Gaule (sigillées des ateliers de la Graufesenque notamment). Et l’apport des sigillées claires A, qui accompagnent l’arrivée des céramiques culinaires africaines, à partir de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C., ne corrige pas ce déficit ; il est, en effet, toujours très anecdotique dans la composition de la vaisselle de table.

Fig. 56a – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NFR des différentes catégories de céramique importée au sein de la vaisselle fine

Fig. 56b – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NMI des différentes catégories de céramique importée au sein de la vaisselle fine

Fig. 57 – Courbe indiquant l’évolution du pourcentage des productions non tournées au sein de la vaisselle commune

192La part des importations de vaisselle commune présente une évolution radicalement opposée. Presque nulle vers les années 50 av. J.-C., où ces dernières sont exclusivement représentées par des productions italiques (COM-IT et R-POMP), la courbe de leur NFR suit une augmentation mesurée mais régulière entre les périodes 2 et 3, stagne au cours de la période 4 pour connaître une expansion très notable au cours de la période 5. Identique à celle du NFR entre les périodes 1 et 2, la courbe des NMI montre, dès la période 3, un accroissement très marqué qui se poursuit de façon significative dans la seconde moitié du IIe siècle. La vaisselle commune importée représente alors, en NMI, plus de 21 % de la vaisselle, en raison notamment des importants arrivages de céramiques culinaires africaines qui représentent 8,8 % du NFR et 15,8 % du NMI et, dans une bien moindre mesure, des importations de Méditerranée orientale (2 % du NFR et un peu plus de 4 % du NMI).

193Les origines des importations sont la péninsule italique et tout particulièrement la Campanie (CAMP-A, COM-IT, R-POMP), la péninsule ibérique avec les productions de COT-CAT et de PAR-FIN, l’Afrique du Nord (CLAIR-A et AF-CUI) et la mer Égée (COM-MED).

7.2. Les productions régionales

  • 22 L’évolution du NFR et du NMI est la même.
  • 23 Bien que les CNT-VAR ne soient pas totalement absentes de la cuisine aixoise (on en connaît quelqu (...)

194Au sein des productions régionales, deux faits méritent d’être relevés : la part très importante des productions non tournées jusqu’à l’époque augustéenne (fig. 57) et celle des productions issues d’officines locales (fig. 59a et b). Durant la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C., les céramiques non tournées représentent plus de 25 % du NFR de la vaisselle commune et 45 % du NMI et les seules autres productions de céramiques communes tournées alors en usage sont les céramiques à pâte calcaire. Bien qu’en baisse sensible, leur représentativité reste encore notable lors de la période 2 (20 % du NFR et plus de 10 % du NMI des céramiques communes régionales). Trois principales catégories se partagent l’univers de la cuisine, mais l’évolution de leur représentativité respective d’une période à l’autre appelle plusieurs observations (fig. 58a et b). La catégorie la mieux représentée est celle des CNT-ALP, ce qui n’a rien d’étonnant puisque leur production était destinée à des contextes urbains. Leur NFR reste à un niveau élevé (52 % de la vaisselle commune non tournée) au cours des deux périodes 1 et 2, et leur NMI accuse même, au cours de la période augustéenne, une laigère hausse (44 à 47 %). On constate aussi que le pourcentage des CNT-PRO croît au cours de la période 2, au point que ces dernières sont alors à parité avec les CNT-MAS, qui connaissent, de leur côté, une baisse assez normale22 (respectivement23 et 24 % du NMI. De fait, d’une période à l’autre, les CNT-PRO sont la seule catégorie à marquer une nette progression : 16 à 24 % (NMI), ce qui est pour le moins surprenant, alors qu’au même moment le corpus des productions tournées se diversifie. Quant aux CNT-CAR, apparues lors de la période 2, leur part reste très modeste : NFR de 5 % et NMI de 6 %. Ainsi, contrairement aux sites plus orientaux où l’usage des céramiques non tournées culinaires se perpétue à travers les céramiques non tournées varoises (Bérato 1993 et contribution dans ce même volume), il disparaît ici définitivement de la vaisselle après les années 40 apr. J.-C.23

Fig. 58a – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages de NFR des différentes catégories de productions non tournées

Fig. 58b – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages de NMI des différentes catégories de productions non tournées

Fig. 59a – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages du NFR des différentes catégories de céramiques tournées

Fig. 59b – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages du NMI des différentes catégories de céramiques tournées

  • 24 Il s’agit des recherches menées en 2005 et 2007 à l’emplacement de la voie Georges-Pompidou, qui o (...)

195En ce qui concerne les productions régionales tournées, on relève en premier lieu la part toujours prépondérante des productions à pâte calcaire ; toutefois elles ne constituent plus les seules catégories de céramiques communes, à partir de la période 2. Plusieurs autres productions font, en effet, leur apparition sur le marché aixois : tout d’abord les céramiques carénées tournées, qui sont les corollaires des CNT-CAR et dont la phase de production ne dépasse pas la première moitié du Ier siècle apr. J.-C. Elles sont très minoritaires : NFR et NMI : 2,25 % de la vaisselle commune ; les céramiques à pâte grise également, régulièrement présentes de la période 2 à la période 5, mais dont le pourcentage reste également toujours très faible (NFR entre 0,2 et 1,2 % ; NMI compris entre 0,12 et 2 %). Comme la précédente, il s’agit d’une céramique d’appoint, qui est très majoritairement composée d’olla. Egalement apparues lors de la période augustéenne, qui marque le début de leur production, les céramiques kaolinitiques de la basse vallée du Rhône sont mieux représentées dans l’instrumentum culinaire que les COM-GR : NFR compris entre 3 et 6,2 % et NMI compris entre 4,8 et 8,7 %. Les vases les plus fréquents sont les KAOL F1 et 14, ce qui pourrait témoigner d’un marché répondant à un usage spécifique La période 3 est marquée par l’apparition de productions languedociennes (SABL-OR, BOB) qui seront toujours marginales, et surtout celle des COM-BR-PRO-OCC, dont l’aire de production est certainement locale. Déjà proche de 7 % lors de cette période, leur NMI avoisine 51 % lors de la période 5, durant laquelle elles supplantent les COM-CALC en nombre d’individus. Il faut relever que la représentativité de ces dernières est très contrastée selon que l’on considère les NMI ou les NFR, et l’écart constaté entre les deux modes de comptage n’est pas sans soulever des questions. Représentant 100 % des vases en céramique commune tournée lors de la période 1, le pourcentage de leur NMI baisse de façon régulière et très importante, au cours des périodes suivantes (il ne fait plus que 41 % lors de la période 5). C’est une image moins tranchée qu’offre la courbe des NFR, même si elle témoigne d’une même tendance générale à la baisse, qui ne démarre pas toutefois avant la période 3 et se démarque surtout lors de la période 5, où le taux de fréquence des COM-CALC est au plus bas : 60 %. En fait, la place occupée par cette catégorie de vaisselle au sein de la vaisselle commune tient sans doute beaucoup à la présence, au sein même de l’agglomération, d’officines qui offraient aux consommateurs une très grande variété de produits et dont on sait, grâce à des recherches récentes24, qu’elles n’ont pas été seulement en activité à partir de la période augustéenne et jusque dans le courant de la première moitié du Ier s. apr. J.-C., mais qu’elles ont continué d’alimenter le marché local durant tout le Ier siècle, et au cours de la première moitié du IIe siècle. Sans doute, la réalité de leur fréquence dans l’instrumentum culinaire est-elle à restituer entre ces deux courbes et leur diminution notable constatée lors de la période 5 à mettre sur le compte d’une réduction, voire d’un arrêt des ateliers aixois dans la seconde moitié du IIe siècle. Il s’agit là d’une hypothèse, qui reste bien évidemment à vérifier.

8. Conclusion

  • 25 On pourrait citer également les publications consacrées à d’autres sites portuaires, tel Fos (Mart (...)

196Il est difficile de comparer la situation aixoise à celle d’autres agglomérations provençales, en raison du manque d’études de contextes urbains portant sur des ensembles importants et suffisamment variés pour être représentatifs des modes de consommation urbaine et des pratiques alimentaires qu’elles sont susceptibles de refléter. On connaît d’Arles et de Marseille, surtout les contextes portuaires ou tardifs25 (Bonifay 1893 ; Bonifay, Carre, Rigoir 1998 ; Huguet 2007), de Fréjus, les contextes d’officines de potier (Brentchaloff 1980, Gébara, Béraud 1996 ; voir également la contribution de Ch. Gébara dans ce même volume) ou des séries spécifiques de mobilier (Rivet 2002, 2004b). Quant aux quelques ensembles céramiques publiés sur des sites plus intérieurs, ils ne permettent pas, en général, d’établir des comparaisons très fiables en raison notamment d’un manque de données chiffrées détaillées (Pellegrino 2001 et 2004, voir également contribution dans ce même volume) ou, quand ces dernières existent, du caractère très large des contextes étudiés, qui traitent, de façon globale, des assemblages du Haut-Empire et de l’Antiquité tardive (Grandieux 2004 par exemple pour le site de Cimiez, à Nice).

  • 26 L’étude a porté sur 6897 tessons représentants 647 NMI, soit un ensemble assez comparable à celui (...)
  • 27 Contrairement à Aix-en-Provence, le répertoire, du moins pour les céramiques de Méditerranée orien (...)

197En ce qui concerne Marseille, l’une des rares études offrant un point de comparaison est celle qui a été publiée par M. Moliner en 1996 sur un contexte d’habitat daté de la fin du IIe siècle apr. J.-C. (Moliner 1996) dans le quartier des Pistoles26 (fig. 60a à d). Si les deux agglomérations ont un certain nombre de points communs (pourcentage de la vaisselle fine par rapport à la vaisselle commune (fig. 60a), représentativité relative des différents types de céramiques culinaires importées par exemple : (fig. 60c), ils se différencient radicalement sur la part globale des importations qui sont particulièrement nombreuses à Marseille, comme on peut s’y attendre dans un tel site urbain27.

  • 28 La ville n’est distante que de 30 km de Marseille et de 60 environ d’Arles.

198La présente contribution fait néanmoins ressortir le fait qu’Aix-en-Provence, en dépit de sa relative proximité des grands centres portuaires tels Marseille et Arles28, fut dans l’ensemble assez modérément ouverte aux apports méditerranéens, hormis lors des périodes 1 et 2 durant lesquelles ces derniers concernent surtout la table. Durant quasiment toutes les périodes, l’essentiel des produits consommés est d’origine locale ou issu d’une aire régionale proche pour ce qui touche à la vaisselle commune, et les réseaux d’approvisionnement sont plutôt standardisés. Le répertoire des objets utilisés dans la cuisine ou sur la table apparaît également assez répétitif et traduit le maintien d’habitudes culinaires ou de service. En matière de vaisselle commune du moins, l’image qui se dégage du corpus étudié est celle d’une cité vivant dans une relative autarcie, et qui a eu recours à des productions exogènes avant tout pour couvrir des besoins particuliers.

199Cette enquête éclaire aussi les pratiques culinaires des habitants d’Aix, ou tout au moins d’une partie d’entre eux et confirme, à une échelle plus large au sein de l’agglomération, ce qui avait déjà été mis en évidence à partir du mobilier recueilli dans un îlot sans doute assez modeste, fouillé sur l’actuel site des Thermes Sextius (Nin, 1996), à savoir l’influence d’usages culinaires encore largement mâtinés de tradition indigène. Le trait est particulièrement patent pour les périodes 1 et 2 durant lesquelles le nombre des céramiques non tournées témoigne d’un attachement étonnant, par la population de cette ville fondée depuis plus d’un siècle, à un répertoire hérité, pour l’essentiel, de la Protohistoire et suggérant des modes alimentaires vernaculaires privilégiant la cuisine bouillie. Certes les plats à four ne sont pas absents de la cuisine, au travers d’importations italiques ou de productions locales qui sont des répliques de vases grecs (les lopades en CNT-MAS), mais leur présence est assez marginale, et ce sont alors essentiellement des marmites, des jattes et surtout des ollae qui constituent la vaisselle culinaire. Les mœurs de table reflètent les mêmes pratiques de consommation : les services campaniens qui envahissent la table, sont aussi essentiellement composés de bols ou de coupes (formes 8Bc ou 31) ; assiettes et plats à poisson sont peu nombreux. Cette observation n’est pas propre à Aix-en-Provence, mais concerne pareillement d’autres agglomérations d’origine indigène, pour lesquelles a été fait ce même constat, telles Lattes par exemple ou encore Ambrussum dans le Gard, où le pourcentage des céramiques non tournées est encore bien plus important dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. (respectivement 47 et 45 %, contre 26 à Aix-en-Provence : Fiches 1996).

Fig. 60a – Histogrammes indiquant les rapports respectifs d’amphores, de vaisselle fine, de vaisselle commune et d’importations au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.

Fig. 60b – Représentativité des différentes catégories de céramiques fines au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.

Fig. 60c – Représentativité des différentes catégories de céramiques communes importées au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.

200Si les circuits d’approvisionnement en vaisselle commune changent à partir de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. – les céramiques non tournées sont remplacées de façon radicale par des productions tournées – leur répertoire n’évolue guère : les officines régionales et, en l’occurrence, celles de céramiques brunes non tournées dont la production démarre, privilégient l’olla et la marmite. Les emprunts faits au domaine italique (la forme des marmites en particulier) de même que l’arrivée concomitante de nouvelles formes de vases culinaires par le truchement des productions africaines qui composent l’essentiel des importations au début du IIe s. ne modifient pas de façon décisive le répertoire culinaire. Ainsi, si l’on note une relative fréquence des plats de type 23a 23B ou encore des plats à feu italiques qui se maintiennent assez bien, les principales formes importées (Hayes 197 et 198) sont toujours destinés à une cuisine mijotée.

Fig. 60d – Représentativité des différentes catégories de céramiques communes régionales au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.

201D’autre part, même si les ateliers locaux ou régionaux montrent leur capacité à produire de nouvelles formes de vaisselle fine, les céramiques principalement utilisées à partir de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C., occupent une part peu importante et leur répertoire est peu diversifié. Les sigillées sud-gauloises qui remplacent les sigillés italiques à partir des années 30/40 ap. J. –C. se composent encore surtout de bols et de coupes, de même que les céramiques à pâte calcaire engobée. Les assiettes restent toujours les grandes absentes du répertoire de la vaisselle de table.

202La vaisselle montre en fait la lenteur du processus d’acculturation dans les mœurs de table, qui ne semble pas être un phénomène propre à Aix-en-Provence. C’est, en effet, une même image qu’offre de la consommation nîmoise une récente étude réalisée sur un contexte de la rue Condé, où les auteurs ont également relevé la part hégémonique des productions culinaires locales et le maintien d’un répertoire témoignant, encore au début du IIe siècle au moins, d’une relative résistance aux traditions alimentaires romaines (Genty, Guerre, 2007, 23).

Notes

1 Cette table-ronde a été organisée à Naples, en 1994, par M. Bats, alors Directeur du Centre Jean Bérard sur le thème : « Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise (Ier s. av. J.-C.-IIe s. apr. J.-C.). La vaisselle de cuisine et de table » (Bats dir. 1996).

2 Parallèlement, les analyses archéométriques menées par A. Schmitt et son équipe sur un échantillon de tessons issus de ces deux collections, validaient l’hypothèse de l’existence d’au moins deux officines différentes s’alimentant dans des veines d’argiles distinctes (cf. livraison de A. Schmitt dans ce même volume).

3 Ces productions sont désignées sous le sigle : COM-CALC-ARC.

4 Cette production est aujourd’hui désignée sous le sigle de COM-BR-PRO-OCC (communes brunes de Provence occidentale).

5 Il s’agit des fossés 88, 89, 100 et 104. L’étude du mobilier, incluse dans le rapport de fouille a été réalisée par Noële Nin/Inrap.

6 Fouille dirigée par B. De Luca, Inrap : Bérard et al. 1990.

7 Le taux de fragmentation des céramiques tournées à pâte calcaire est en effet particulièrement élevé en raison de la fragilité du matériau et le nombre d’éléments identifiables moindre que pour les CNT, du fait de leur répertoire, qui comporte un nombre très important de formes fermées, des vases à verser en particulier.

8 Ces deux catégories représentent entre 70 et 75 % de la production.

9 Ce que semblent infirmer les données issues du site des Thermes, comme on l’a vu supra.

10 Les vases ont une pâte beige-rose, de mauvaise qualité, qui contient beaucoup de dégraissant composé de nodules rouges et de grosses paillettes de micas de toutes les couleurs. Elle a une structure feuilletée.

11 Forme 9 des productions du bassin d’Aix.

12 Forme 01.02.082 de la typologie de Michel Pasqualini.

13 Forme 13 des productions du bassin d’Aix.

14 Leur supériorité en NMI est sans doute imputable à une plus grande facilité de détermination de certaines catégories.

15 Il s’agit des sites du palais Monclar (fouilles 1995), du 38-42, bd de la République (1998) et de la voie Georges-Pompidou (2007). Nous présentons les productions de ces officines infra, dans le paragraphe consacré aux céramiques à pâte calcaire du bassin d’Aix.

16 Les pourcentages ont été calculés à partir de données chiffrées excluant céramiques d’origines indéterminés

17 Nous pensons ici au groupe des CT-MAS, qui réunit un ensemble de vases dont la pâte présente des analogies très grandes avec les CNT-MAS. Il faudrait cependant vérifier leur provenance.

18 Ces observations pourraient également mettre en relief des caractéristiques sociologiques propres à des cartiers.

19 Par vaisselle exogène, nous entendons non produite dans les ateliers régionaux proches.

20 Comptages effectués sur un NFR de 4017 et NMI de 277.

21 Sur les figures 61 a et b, le pourcentage des productions italiques est faussé en raison des éléments résiduels.

22 L’évolution du NFR et du NMI est la même.

23 Bien que les CNT-VAR ne soient pas totalement absentes de la cuisine aixoise (on en connaît quelques exemplaire, notamment dans la domus 2 du 38-42, bd de la République), on n’en dénombre aucun fragment dans les contextes présentement étudiés.

24 Il s’agit des recherches menées en 2005 et 2007 à l’emplacement de la voie Georges-Pompidou, qui ont concerné des terrains situés à proximité immédiate des fouilles conduites au 38-42, bd de la République d’où sont issus les importants dépotoirs de rebuts de cuisson de COM-CALC (Nin, Pasqualini, pesty 2003). (diagnostic dirigé par Robert Thernot/Inrap ; fouilles préventives dirigées successivement par Thomas Navarro et Nicolas Portalier, Mission archéologique d’Aix-en-Provence). Les nouvelles fouilles ont révélé de nouveaux dépotoirs de mobilier témoignant de la poursuite de la production durant le IIe siècle.

25 On pourrait citer également les publications consacrées à d’autres sites portuaires, tel Fos (Marty 2002 et 2004) où les ensembles céramiques, qui attestent plus du transit des produits, que de la réalité de leur consommation in situ, sont très différents de ceux mis en évidence sur Aix-en-Provence.

26 L’étude a porté sur 6897 tessons représentants 647 NMI, soit un ensemble assez comparable à celui présenté ici sur Aix-en-Provence, pour la même période (Moliner, 1996, 238).

27 Contrairement à Aix-en-Provence, le répertoire, du moins pour les céramiques de Méditerranée orientale, y est également très diversifié.

28 La ville n’est distante que de 30 km de Marseille et de 60 environ d’Arles.

Table des illustrations

Légende Emplacement d’Aix-en-Provence en France et en Gaule Narbonnaise (document Mission archéologique d’Aix-en-Provence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 1 – Localisation des sites d’où sont issus les contextes étudiés (document Mission archéologique d’Aix-en-Provence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 905k
Légende Fig. 2 – Tableau indiquant les sites retenus et les périodes chronologiques les concernant
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Tab. 1 – Nombre total de fragments (NFR) et nombre minimum d’individus (NMI) pour chaque période
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Tab. 2 – Pourcentages par période des NFR, par rapport au nombre total des fragments et pourcentage total des NMI par raport au total des NFR.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 3a – Répartition entre vaisselle, amphores et dolia exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3b – Répartition entre vaisselle, amphores et dolia exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 4a – Pourcentages des différentes catégories de mobilier à partir des NFR, pour chaque période
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 4b – Pourcentages des différentes catégories de mobilier à partir des NMI, pour chaque période
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 5a – Période 1. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 5b – Période 1. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Tab. 3 – Vaisselle : total par période des NFR, par rapport au nombre total des fragments et des NMI par raport au nombre total d’individus.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Tab. 4 – Période 1. Vaisselle fine : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 6a – Période 1. Vaisselle fine : représentativité de chaque catégorie, exprimée à partir du NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 6b – Période 1. Vaisselle fine : représentativité de chaque catégorie, exprimée à partir du NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 7a. Période 1. Vaisselle fine : rapport des NFR entre importations et productions régionales
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 7b. Période 1. Vaisselle fine : rapport des NMI entre importations et productions régionales
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 8a – Période 1. Vaisselle fine : rapport entre les importations italiques et ibériques (NFR)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 8b – Période 1. Vaisselle fine : rapport entre les importations italiques et ibériques (NMI)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 9 – Période 1. Vaisselle fine, importations. No 1 à 10 : céramiques campaniennes A ; n. 11 : céramique campanienne B : n. 12. céramique campanienne C ; n. 13 et 14 : vases à parois fines ; n. 15 : céramique ampuritaine.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 10 – Période 1. Vaisselle fine, productions régionales. n. 16 et 17 : vases dérivés de céramique campanienne A ; n. 18 : vase dérivé de céramique campanienne C ; n. 19 à 23 : céramiques à pâte calcaire engobée ; Vaisselle commune, importation : n. 24 : COM-IT
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Tab. 5 – Période 1 ; vaisselle commune : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 11a – Période 1. Vaisselle commune : rapport entre les différentes catégories, exprimé à partir du NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 11b – Période 1. Vaisselle commune : rapport entre les différentes catégories, exprimé à partir du NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 12a – Période 1. Vaisselle commune non tournée : répartition des NFR entre les CNT-PRO, les CNT-MAS et les CNT-ALP
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 12b – Période 1. Vaisselle commune non tournée : répartition des NMI entre les CNT-PRO, les CNT-MAS et les CNT-ALP
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 13 – Période 1. Vaisselle commune, céramique non tournée : CNT-PRO.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 14 – Période 1. Vaisselle commune, céramique non tournée No 33 à 41 : CNT-MAS 1 ; n. 42 à 46 : CNT-MAS 2 ; n. 47 : CNT-ALP
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Tab. 6 - Les productions en pâte calcaire tournée : total des NFR par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 15 – Période 1. Vaisselle commune, céramique non tournée : CNT-ALP
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 16 – Période 1, vaisselle à pâte calcaire tournée : répartition entre les différents grands groupes de productions identifiés
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 17 – Période 1. Vaisselle commune, productions régionales. Céramique à pâte calcaire tournée : répartition du NMI entre les formes fermées et les formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 18 – Période 1. Vaisselle commune, productions régionales. Céramique à pâte calcaire tournée : répartition entre les différentes catégories de formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 19 – Période 1. Vaisselle commune, productions régionales. Céramique à pâte claire tournée
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 20 – Période 1. Céramique à pâte calcaire tournée : répartition entre les différentes catégories de formes fermées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 21a – Période 2. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 21b – Période 2. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Tab. 7 – Période 2. Vaisselle fine : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 22a – Période 2. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 22b – Période 2. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 23a – Période 2. Vaisselle fine : Répartition des NFR entre les productions régionales et les importations
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 23b – Période 2. Vaisselle fine : Répartition des NMI entre les productions régionales et les importations
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 23c – Période 2. Vaisselle fine. Répartition des NFR entre les différentes catégories de céramiques importées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 23d – Période 2. Vaisselle fine. Répartition des NMI entre les différentes catégories de céramiques importées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 24a – Période 2. Vaisselle fine, importations : représentativité des différentes catégories de céramiques italiques, exprimée à partir du NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 24b – Période 2. Vaisselle fine, importations : représentativité des différentes catégories de céramiques italiques, exprimée à partir du NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 24c – Période 2. Vaisselle fine, productions régionales : Répartition des NFR entre les différentes catégories de céramiques importées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 24d – Période 2. Vaisselle fine, productions régionales : Répartition des NMI entre les différentes catégories de céramiques importées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 25 – Période 2. Vaisselle fine. No 67-68 : céramiques campaniennes A ; n. 69-70 : céramiques campaniennes B ; n. 71 : céramique campanienne C ; n. 72 : céramique à parois fines italique ; n. 73-81 : céramiques sigillées italiques ; n. 82-84 : céramiques à parois fines régionales ; n. 85-97 : céramiques à pâte calcaire engobée
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Fig. 26a – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NFR entre les différentes catégories de céramiques importées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 26b – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NMI entre les différentes catégories de céramiques importées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 27a – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NFR entre importations et productions régionales
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 27b – Période 2. Vaisselle commune. Répartition des NMI entre importations et productions régionales
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 27c – Période 2. Vaisselle commune. Représentativité des différentes importations exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 27d. Période 2. Vaisselle commune. Représentativité des différentes importations exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 28 – Période 2. Vaisselle commune. No 98-100 : R-POMP ; n. 101-102 : COM-IT.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 29a – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les céramiques tournées et les céramiques non tournées (NFR)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 29b – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les céramiques tournées et les céramiques non tournées (NMI)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 30a – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les CNT-PRO, CNT-MAS, CNT-ALP et CNT-CAR exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 30b – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition entre les CNT-PRO, CNT-MAS, CNT-ALP et CNT-CAR exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 31 – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : les céramiques non tournées. No 103-104 : CNT-MAS ; n. 105-106 : CNT-ALP ; n. 107-109 : CNT-CAR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 32a – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition des différentes productions de céramiques tournées exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 32b – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales : répartition des différentes productions de céramiques tournées exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Tab. 8 – Les céramiques tournées : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 33 – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales. No 110 et 111 : CNT-MAS ; 112-114 : COM-CAR ; n. 115-117 : KAOL ; n. 118-123 : COM-CALC-BLC ; n. 124-133 : COM-CALC-IND
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Tab. 9 – Les céramiques à pâte calcaire : COM-CALC : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 34 – Période 2. Vaisselle commune, productions régionales. No 134-143 : COM-CALC-ARC
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 35a – Période 3. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 35b – Période 3. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 35c – Période 3. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 35d – Période 3. Vaisselle fine : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Tab. 10 – Période 3. Vaisselle fine : total dtotal des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 36 – Période 3. Vaisselle fine : n. 144-149 : SIG-SG : n. 150-151 : CALC-ENG
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 37a – Période 3. Vaisselle commune : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 37b – Période 3. Vaisselle commune : représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Tab. 11 – Vaisselle commune : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 38a – Période 3. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NFR.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 38b – Période 3. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories, exprimée à partir des NMI.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Tab. 12 – Les importations : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 39 – Période 3. Vaisselle commune, importations : n. 152-154 : COM-IT ; n. 155 : AF-CUI. Vaisselle commune, productions régionales : n. 156 : COM-GR ; n. 157-161 et 163 : COM-BR-PRO-OCC ; n. 163-164 : KAOL
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Tab. 13 – Les productions régionales : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 40a – Période 3. Vaisselle commune, productions régionales. Répartition entre les différents grands groupes de productions de céramiques à pâte calcaire (NFR)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 40b – Période 3. Vaisselle commune, productions régionales. Répartition entre les différents grands groupes de productions de céramiques à pâte calcaire (NMI)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Tab. 14 – Les céramiques à pâte calcaire : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 41 – Période 3. Vaisselle commune, productions régionales : n. 167-173 : COM-CALC-IND ; n. 174-179 : COM-CALC-ARC
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 42a – Période 4. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 42b – Période 4. Vaisselle fine. Représentativité des différentes catégories
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Tab. 15 – Période 4 : la vaisselle fine : total des NFR par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 43 – Période 4. Vaisselle fine : n. 180-181 : CLAIR-A ; n. 182-185 : SIG-SG ; n. 186 : GLA-RO ; n. 187-188 : PAR-FIN ; n. 189-192 : CALC-ENG
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 44a – Période 4. Vaisselle commune. Représentativité des différentes catégories de céramiques
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 44b – Période 4. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories de céramiques
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 44c – Période 4. Vaisselle commune, productions régionales. Représentativité des différentes catégories de céramiques
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Tab. 16 – Vaisselle commune : total des NFR par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 45 – Période 4. Vaisselle commune, importations. No 193 : COM-IT ; n. 194-198 : AF-CUI ; n. 199-200 : COM-MED. Vaisselle, commune, productions régionales : n. 201-203 : KAOL ; n. 204-213 : COM-BR-PRO-OCC
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 46 – Période 4. Vaisselle commune, productions régionales. No 214-233 : COM-CALC
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 47a – Période 5. Répartition des NFR entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 47b – Période 5. Répartition des NMI entre vaisselle fine et vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 47c – Période 5. Vaisselle fine.Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 47d – Période 5. Vaisselle fine.Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tab. 17 – Période 5 : vaisselle fine : total des NFR par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 48 – Période 5. Vaisselle fine : n. 234 : CLAIR-A ; n. 235 : GLA-RO ; n. 236-240 : SIG-SG ; n. 241-244 : CLAIR-B
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 49a – Période 5. Vaisselle commune. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 49b – Période 5. Vaisselle commune. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 49c – Période 5. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 49d – Période 5. Vaisselle commune, importations. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 50 – Période 5. Vaisselle commune, importations. No 252-261 : AF-CUI ; n. 262-265 : COM-MED
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 51a – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NFR
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 51b – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales. Représentativité des différentes catégories de céramique, exprimée à partir des NMI
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Tab. 18 – Les productions régionales : total des NFR et des NMI par catégorie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 52 – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales.No 266-272 : KAOL ; n. 273 : COM-GR ; n. 274-292 : COM-BR-PRO-OCC
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 53 – Période 5. Vaisselle commune, productions régionales. N ° 293-310 : COM-CALC
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 54a – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage de la vaisselle fine au cours des cinq périodes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 54b – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage de la vaisselle commune au cours des cinq périodes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 55a – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage des importations par rapport à l’ensemble de la vaisselle au cours des cinq périodes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 55b – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NFR des importations de vaisselle fine et de vaisselle commune par rapport à l’ensemble de la vaisselle au cours des cinq périodes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 55c – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NMI des importations de vaisselle fine et de vaisselle par rapport à l’ensemble de la vaisselle au cours des cinq périodes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 56a – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NFR des différentes catégories de céramique importée au sein de la vaisselle fine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 56b – Courbes indiquant l’évolution du pourcentage du NMI des différentes catégories de céramique importée au sein de la vaisselle fine
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 57 – Courbe indiquant l’évolution du pourcentage des productions non tournées au sein de la vaisselle commune
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 58a – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages de NFR des différentes catégories de productions non tournées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 58b – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages de NMI des différentes catégories de productions non tournées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 59a – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages du NFR des différentes catégories de céramiques tournées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 59b – Courbes indiquant l’évolution des pourcentages du NMI des différentes catégories de céramiques tournées
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 60a – Histogrammes indiquant les rapports respectifs d’amphores, de vaisselle fine, de vaisselle commune et d’importations au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 60b – Représentativité des différentes catégories de céramiques fines au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 60c – Représentativité des différentes catégories de céramiques communes importées au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 60d – Représentativité des différentes catégories de céramiques communes régionales au sein de contextes marseillais (site des Pistoles) et aixois de la fin du IIe siècle apr. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4854/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteurs

Conservateur en chef du Patrimoine, Directeur de la Mission archéologique de la Ville d’Aix-en-Provence.

Doctorante, Université d’Aix/Marseille 2. Mission archéologique de la Ville d’Aix-en-Provence.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540