Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Gobelets à anse à poucier en céramique non tournée de Méditerranée nord-occidentale

Frédéric Marty, Claudio Capelli et Roberto Cabella

Résumé

La découverte de plusieurs gobelets à anse à poucier en céramique non tournée, le long du littoral gaulois et toscan, permet de mettre en évidence une petite production diffusée de manière aléatoire entre l’époque augustéenne et le troisième quart du Ier s. Les analyses pétrographiques situent l’aire de production en Ligurie orientale, Corse nord-orientale ou dans la région de Livourne.

Texte intégral

1. Introduction

1En 1993, à l’occasion d’un classement typologique de la céramique non tournée de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine dans le Var, Jacques Bérato rangeait, sous le numéro de forme 921, deux gobelets à anse à poucier, provenant des nécropoles de Fréjus (Bérato 1993a, p. 331). Par leur pâte, ces deux vases étaient provisoirement rattachés aux productions artisanales de céramique non tournée de la basse vallée de l’Argens, mises en évidence par Lucien Rivet (Rivet 1982). La découverte ou redécouverte d’autres récipients de ce type – qui plus est, graphiquement complets – permet aujourd’hui de reconsidérer le sujet et de tenter de dégager quelques hypothèses concernant la production, la chronologie, les usages, l’origine et la diffusion d’une forme originale. Onze gobelets provenant de six agglomérations antiques font ainsi l’objet de cette note (fig. 1).

2. Les gobelets

2.1. Les contextes

  • 1 Aimable renseignement de Giuditta Grandinetti. Les gobelets sont actuellement conservés dans les v (...)

2À Pise, le port fluvial a livré plusieurs épaves bien conservées. Deux d’entre elles, les épaves C et E, nous intéressent ici. La première est celle d’une grande barque à rames de 11,70 m de long sur 2,80 m de large en son centre. La seconde correspond à un navire de commerce comparable à ceux du Petit Congloué, de l’Ile Rousse, de la Giraglia ou de Diano Marina. Son chargement est constitué d’amphores hispaniques (Dressel 2/4 de Tarraconnaise, Dressel 7/11, Dressel 9 et Beltrán IIB de Bétique). D’autre part, la découverte de nombreux couvercles de dolia laisse supposer la récupération d’une partie du chargement (Bruni 2000, p. 44-48). Un gobelet se trouvait parmi le matériel de bord de l’épave C (fig. 2, n. 1) et deux autres parmi celui de l’épave E (fig. 2, n. 2-3 ; Grandinetti 2000). L’étude préliminaire de l’ensemble du mobilier permet de proposer, pour les deux navires, une datation approximative dans les trois premières décennies de notre ère1.

  • 2 Mobilier conservé au musée archéologique de Fréjus. Je remercie Isabelle Béraud, Chérine Gébara et (...)

3À Fréjus, deux gobelets ont été découverts en contexte funéraire, au nord-est et au nord de la ville antique (Béraud et al. 1985 ; Béraud, Gébara 1987 et 1990)2. Le premier accompagnait le défunt de la tombe à incinération n. 206 de la nécropole de Saint-Lambert (fig. 2, n. 4). La présence de 9 balsamaires en céramique de type UNGUENT D1 et d’éléments brûlés de lit funéraire en os a conduit à dater cette tombe de l’époque augustéenne. Le second gobelet fait partie des offrandes de la tombe à incinération n. 1 de la nécropole du Pauvadou, située à 750 m à l’ouest de la première (fig. 2, n. 5). Parmi les mobiliers sûrement attribuables au dépôt, une pyxide en os de type 1b (Béal, Feugère 1983), un gobelet à parois fines Marabini XXXIV et deux coupelles Drag. 24/25 en sigillée sud-gauloise autorisent une datation dans la seconde moitié du Ier s.

Fig. 1 – Carte de répartition des découvertes.

  • 3 Mobilier conservé au Service Archéologique de Martigues. Je remercie Jean Chausserie-Laprée de m’a (...)

4Un autre gobelet a été mis au jour en contexte d’habitat, dans la dernière phase d’occupation du vicus indigène de Saint-Pierre-les-Martigues (fig. 2, n. 6 ; Chausserie-Laprée, Rétif 2002). La sigillée, exclusivement italique, les gobelets à parois fines et la céramique grise kaolinitique indiquent, pour cette période, une chronologie s’étendant aux trois premières décennies de notre ère3.

  • 4 Mobilier conservé au musée archéologique d’Istres.

5Deux gobelets proviennent des ramassages sous-marins effectués anciennement dans le golfe de Fos, à l’emplacement de la cité portuaire antique, actuellement immergée (fig. 2, n. 7-8)4. Il s’agit donc d’un mobilier hors stratigraphie. Néanmoins, nous savons que l’essentiel des céramiques récoltées sur le gisement est daté entre le Ier s. av. J.-C. et le IIIe s. ap. J.-C. D’autre part, le port de Fos, que l’on suppose être l’avant-port d’Arles, a joué durant le Haut-Empire le rôle de plaque tournante du commerce méditerranéen en raison de sa position géographique privilégiée, au carrefour de la route maritime reliant l’Italie et l’Espagne et de l’axe rhodanien (Liou, Sciallano 1989 ; Marty 2002).

  • 5 Mobilier conservé au Musée de l’Arles et de la Provence Antiques. Je remercie Jean Piton et Luc Lo (...)

6Des fouilles réalisées anciennement à Arles, mais dont on ne connaît ni la localisation ni le contexte précis, ont mis au jour un autre gobelet (fig. 2, n. 9). Plus récemment, les travaux d’archéologie sous-marine menés dans le Rhône, à l’emplacement d’un important dépotoir portuaire, ont permis de remonter à la surface un nouvel exemplaire (fig. 2, n. 10)5. Le contexte de découverte, très riche en mobilier, est daté grâce aux sigillées et aux gobelets à parois fines de la période 40/110, avec une nette prédominance des céramiques datées vers 40/70 (Long, Piton, Djaoui 2006).

  • 6 Mobilier conservé au dépôt de fouilles de Narbonne. Je remercie Raymond Sabrié de m’avoir fourni u (...)

7Enfin, le dernier gobelet pris en compte6 (fig. 2, n. 11) provient du vaste dépotoir du quartier Razimbaud, à Narbonne, situé en périphérie de la ville, le long de la voie Domitienne (Sanchez, Sirventon 2000, p. 94, n. 84). Cette zone de rejets domestiques, où se mêlent des céramiques et d’abondants coquillages (huîtres, pectens), s’est constituée dès l’époque augustéenne et fut utilisée jusque dans la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. (Dellong 2003, p. 333, n. 87).

Fig. 2 – Gobelets non tournés à anse à poucier. 1 : épave C de Pise ; 2-3 : épave E de Pise ; 4 : Fréjus, nécropole de Saint-Lambert ; 5 : Fréjus, nécropole du Pauvadou ; 6 : Saint-Pierre-les-Martigues ; 7-8 : Fos-sur-Mer ; 9 : Arles, fouilles anciennes ; 10 : Arles, Rhône ; 11 : Narbonne. (1-3 : d’après Grandinetti 2000, fig. 1-3 modifiées ; 4-5 : d’après Bérato 1993a, fig. 9, n. 81-82 modifiés ; 6 : dessin Service Archéologique de Martigues ; 11 : dessin Raymond Sabrié).

2.2. Fabrication et morphologie

8Les onze gobelets connus à ce jour sont graphiquement complets, bien que l’anse soit parfois partiellement restituée en pointillés. Quoique modeste, la série laisse entrevoir une certaine homogénéité de production, à une exception près, et permet de tenter une approche morphométrique. Globalement, la forme est celle d’un vase tronconique à fond plat, pourvu d’une anse surmontée d’une excroissance oblique s’apparentant à un poucier.

9Le gobelet de Saint-Lambert se différencie du reste du corpus en raison de sa technique de montage et de ses dimensions. Le fond semble être constitué d’une galette d’argile aplatie. Les parois du vase, relativement fines et aux irrégularités d’épaisseur horizontales, trahissent un montage au colombin en grande partie masqué par le lissage. Un décor vertical réalisé à l’aide d’un peigne orne la totalité du pourtour du vase. L’anse possède une section quasi quadrangulaire.

  • 7 Nous n’avons pu observer les gobelets de Pise qu’à travers les vitrines d’exposition. Néanmoins, i (...)

10Les gobelets de Narbonne, Fos, Arles, Saint-Pierre-les-Martigues et de la nécropole du Pauvadou présentent des caractéristiques communes7. Les irrégularités dans l’épaisseur des parois et les traces observées à la surface des vases laissent supposer un montage à partir d’une boule d’argile creusée et étirée. Le talon est épais, tandis que le fond plat est irrégulier, intérieurement. Un lissage rapide a laissé apparentes des traces verticales — digitées à l’intérieur et produites par une estèque à l’extérieur — résultant de l’étirement de l’argile. Des traces de lissage horizontal sont visibles sur la parois externe au niveau du fond, ainsi que sur la lèvre, volontairement amincie entre deux doigts, avec ou sans l’aide d’un chiffon humide. La section de l’anse, d’environ 1,2 cm de diamètre, est circulaire ou légèrement aplatie. Il s’agit d’un colombin d’argile plié et pincé au niveau du poucier. Deux des exemplaires de Pise présentent, par ailleurs, un décor vertical peigné pouvant rappeler celui de gobelets à parois fines Mayet 24.

  • 8 La mesure du volume a été effectuée à l’aide du logiciel Archeo 4, disponible sur http://sfecag.fr (...)

11Les mesures effectuées sur la collection confirment l’existence d’un groupe relativement homogène dont le gobelet de Saint-Lambert s’écarte notablement (fig. 3-5)8. En effet, si son rapport hauteur/diamètre est comparable aux autres, ses dimensions sont nettement supérieures, d’où un volume presque deux fois plus important. Si l’on considère les dix autres gobelets, leur hauteur varie de 8,8 à 10,5 cm – avec une exception à 11,2 cm pour le gobelet de l’épave C de Pise – pour un diamètre d’ouverture de 8,8 à 9,8 cm, soit un rapport hauteur/diamètre compris entre 0,9 et 1,1 (1,3 pour l’épave C de Pise en raison d’une hauteur plus élevée). Les volumes sont également relativement proches puisqu’ils s’insèrent dans une fourchette allant de 0,28 à 0,39 l avec une exception de 0,46 l à Fos, qui s’explique par des valeurs dimensionnelles relativement élevées.

2.3. Chronologie

12Le gobelet le plus ancien est sans conteste celui de la nécropole de Saint-Lambert. Il se place à l’époque augustéenne et constitue par conséquent une sorte de « prototype » pour la série suivante. Cette dernière associe des gobelets présentant des caractéristiques communes et un tour de main laissant supposer l’intervention d’un seul potier ou d’un petit groupe de potiers travaillant conjointement. De ce fait, la période de production, qui s’inscrit sans ambiguïté dans le Ier s., a dû être de courte durée, de l’ordre d’une ou de deux générations. Il semble donc raisonnable, en l’état actuel des recherches, de resserrer la fourchette chronologique aux deuxième et troisième quarts du siècle.

2.4. Usages

13La forme même des gobelets évoque, en premier lieu, un usage destiné à la boisson. C’est l’hypothèse retenue pour des gobelets comparables — mais sans poucier sur l’anse — produits en céramique tournée oxydante, entre le Ier s. et le IIIe s., dans la vallée du Severn, en Angleterre (De Mulder, Deschieter 2005, p. 664-665). Cependant, pourquoi produire des vases à boire en céramique non tournée, fortement dégraissés et peu soignés, à une époque où les céramiques fines (parois fines, sigillées, claire engobée...) conviennent parfaitement pour cet usage et sont suffisamment diffusées dans l’Empire ? En effet, à l’époque romaine, les céramiques non tournées ne concernent qu’une catégorie limitée de vaisselle, exclusivement culinaire. Leur pâte est mal adaptée au tournage, mais résiste bien aux chocs thermiques (Picon 1995a et b). Sur les onze gobelets dont nous disposons, seulement quatre portent des traces évidentes d’exposition au feu. Ceux découverts à Narbonne et dans le Rhône, ainsi qu’un troisième provenant de l’épave E de Pise ont le fond noirci, tandis qu’à l’intérieur des deux derniers, on observe des résidus carbonisés. L’exemplaire de Fos est noirci en totalité à l’extérieur, tandis que ses parois sont revêtues de « caramel alimentaire », restes d’un liquide ou semi-liquide ayant débordé durant le passage au feu. L’utilisation de ces gobelets comme récipient de cuisson est donc avérée, bien qu’elle soit vraisemblablement secondaire.

14L’hypothèse de vases à usage cultuel pourrait être suggérée par leur présence dans deux tombes des nécropoles de Fréjus. Toutefois, aucun autre argument ne vient conforter cette possibilité d’autant que l’on retrouve, habituellement, à l’intérieur des tombes, des objets de la vie quotidienne.

15La quatrième hypothèse envisageable est celle d’un vase mesure ou modiolus. Un gobelet légèrement tronconique en céramique tournée oxydante, de 14 cm de hauteur, trouvé dans le vicus de Velzeke, en Belgique, est considéré comme tel par rapprochement avec des modioli en métal, en verre et en céramique, principalement datés du Ier s. (De Mulder, Deschieter 2005). Toutefois, ces vases, à l’exception de celui de Velzeke, sont largement plus évasés que les gobelets qui nous intéressent. D’autre part, on comprend mal l’utilité de produire des modioli en céramique non tournée, peu réguliers, au Ier s. Pour toutes ces raisons, il paraît préférable de considérer ces récipients comme des vases à boire.

Fig. 3 – Données dimensionnelles.

Fig. 4 – Diagramme de répartition des hauteurs et des diamètres.

Fig. 5 – Comparaison des volumes.

Fig. 6 – Détail en lame mince de l’échantillon du gobelet n. 6 de Saint-Pierre-les-Martigues (Nicols croisés ; taille réelle : 0,32 x 0,24 mm). On note un fragment de gabbro et, en bas à droite, un plagioclase isolé.

2.5. Origine

  • 9 Analyses réalisées par Claudio Capelli et Roberto Cabella.

16Le faible nombre de récipients connus, allié à une répartition géographique relativement large, nous a conduits à tenter la recherche de l’origine de la production à la lumière d’analyses pétrographiques9. Deux échantillons ont été soumis à l’étude (gobelets n. 6 et 8 de Saint-Pierre-les-Martigues et de Fos). Les pâtes, analysées en lame mince, sont similaires et bien caractérisées par la présence d’un dégraissant abondant et grossier (fig. 6-7), composé principalement de fragments anguleux de métagabbros euphotides (jusqu’à 1,5 mm de largeur) et de minéraux isolés qui dérivent de ces roches : clinopyroxène (« diallage »), plagioclase riche en calcium et, moins abondants, épidote et amphibole. D’autres roches ophiolitiques (basaltes et serpentinites) sont très rares, alors que, spécialement pour le gobelet de Fos, on observe plusieurs fragments arrondis d’argilites et de grès fins. Les deux objets sont plus différents en ce qui concerne les conditions de cuisson. La pâte de l’exemplaire de Saint-Pierre-les-Martigues est homogène dans la section transversale du tesson. La matrice argileuse est partiellement oxydée et non vitrifiée. Dans l’échantillon de Fos, la pâte est bien oxydée (rouge) vers l’extérieur et non oxydée (grise) à l’intérieur. La matrice est partiellement vitrifiée à cause de températures de cuisson plus élevées.

Fig. 7 – Détail en lame mince de l’échantillon du gobelet n. 8 de Fos (Nicols parallèles ; taille réelle : 0,32 x 0,24 mm). On peut distinguer un grain de diallage (en haut à gauche), deux fragments d’argilites (sombres) et trois petits plagioclases (en bas au centre).

Fig. 8 – Aires d’affleurement (en noir) des séries ophiolitiques de la Ligurie orientale, de la Toscane et de la Corse (d’après Cortesogno, Gaggero, Molli 1994, fig. 1 modifiée).

17Au sujet de la localisation du site de production, la présence des gabbros à diallage donne des informations plutôt précises. Ces roches, en effet, sont sûrement à corréler aux séries ophiolitiques qui se trouvent, près de la côte, dans certaines parties de la Ligurie orientale, de la Toscane (région de Livourne ; quelques îles de l’Archipel Toscan) et de la Corse nord-orientale (fig. 8).

  • 10 Je remercie Jean-Claude Ottaviani, Conservateur du musée d’Aléria, pour les renseignements qu’il m (...)

18À notre connaissance, seuls le littoral gaulois et le port de Pise ont livré de tels gobelets. Les gobelets monoansés trouvés en Corse (Grandinetti 2000, p. 259 et note 3) appartiennent à une tout autre production. Ni leur chronologie, ni leur morphologie ne permettent de supposer une quelconque filiation10 (Magdeleine, Milleliri, Ottaviani 2003). Quant à savoir si l’on doit situer la production sur le littoral italique ou bien corse, la question reste entière, pour l’instant, d’autant que des rapports commerciaux maritimes privilégiés entre la Corse et l’Etrurie centro-septentrionale ont été clairement mis en évidence (Picchi 2003).

19En dehors de ceux de la vallée du Severn, précédemment évoqués, les gobelets cylindriques ou légèrement tronconiques possédant une anse restent rares. Citons, cependant, trois récipients comparables en céramique tournée. Le premier, dont l’anse est cassée, voisinait avec les gobelets non tournés de l’épave E de Pise (Grandinetti 2000, fig. 5). Il possède une décoration verticale peignée et une pâte gris-noir contenant de petites inclusions. Le deuxième, sans poucier, est approximativement daté du IIIe s. Il provient du comblement du puits de la Mulinazza, à Modène (Cardarelli 1988, fig. 482, 2). Le dernier, en céramique commune brune, a été découvert en association avec le gobelet non tourné du dépotoir portuaire d’Arles. Le corps, cylindrique, se raccorde au fond par une carène basse, à l’instar du gobelet tourné de Pise. Il possède une anse à poucier et un décor anthropomorphe en relief (voir l’article de D. Djaoui dans ce volume). Le nez, aux narines creuses, et les lèvres sont rapportés, tandis que les plis et délimitations des contours du visage sont creusés avec le doigt, la trace de l’ongle restant visible. Les yeux, en revanche, sont incisés à l’aide d’un outil. L’origine géographique de ce dernier vase reste inconnue. Il pourrait s’agir d’une production italique peu répandue.

20En outre, l’épave E de Pise a également livré un autre gobelet en céramique non tournée de dimensions comparables, mais de forme différente. En effet, les parois, rectilignes dans la partie supérieure, sont légèrement convergentes. Elles se raccordent au fond par une carène basse arrondie.

21L’anse est dotée d’un poucier vertical obtenu par repliement du boudin d’argile. La surface externe du vase porte des traces de peignage verticales (Grandinetti 1999, n. 62).

22En raison du faible nombre de comparaisons disponibles, nous pouvons donc difficilement proposer une source d’inspiration ou un modèle pour les gobelets non tournés tronconiques. La céramique à parois fines a pu jouer ce rôle, bien que son répertoire ne contienne pas d’équivalent immédiatement perceptible (forme Mayet 12A ?). Seul, le poucier évoque la vaisselle en métal.

3. Conclusion

23L’étude des gobelets à anse à poucier met en lumière une production artisanale de faible ampleur, probablement réalisée dans un cadre familial. Un ou deux potiers, tout au plus, ont participé à leur fabrication durant un laps de temps relativement court, aux deuxième et troisième quarts du Ier s. Le gobelet de Saint-Lambert, plus ancien et morphologiquement distinct du reste de la série, reste isolé et ne peut, à coup sûr, être rattaché au même atelier. L’analyse pétrographique autorise à localiser celui-ci en Ligurie orientale, en Corse nord-orientale ou dans la région de Livourne. Cette dernière possibilité pourrait s’accorder avec la découverte de gobelets à Pise, bien qu’aucune hypothèse ne soit à exclure, actuellement. La diffusion des gobelets à anse à poucier le long du littoral de la Méditerranée nord-occidentale, en très faible quantité, voire anecdotique et fortuite, est probablement la conséquence d’une implantation de l’atelier à proximité d’un port. On ignore, par ailleurs, ce qui a pu motiver l’échange de tels vases à boire — dans un contexte commercial largement approvisionné en vaisselle fine — si ce n’est leur robustesse, peut-être adaptée aux conditions de vie des marins à bord des navires.

Notes

1 Aimable renseignement de Giuditta Grandinetti. Les gobelets sont actuellement conservés dans les vitrines d’exposition du Centro di Restauro del Legno Bagnato, à Pise.

2 Mobilier conservé au musée archéologique de Fréjus. Je remercie Isabelle Béraud, Chérine Gébara et Yvon Lemoine de m’avoir permis d’étudier ces vases ainsi que leur contexte.

3 Mobilier conservé au Service Archéologique de Martigues. Je remercie Jean Chausserie-Laprée de m’avoir confié ce gobelet et de m’avoir fourni tous les renseignements nécessaires à son étude.

4 Mobilier conservé au musée archéologique d’Istres.

5 Mobilier conservé au Musée de l’Arles et de la Provence Antiques. Je remercie Jean Piton et Luc Long de m’avoir facilité l’accès aux collections.

6 Mobilier conservé au dépôt de fouilles de Narbonne. Je remercie Raymond Sabrié de m’avoir fourni une photo et le dessin de l’objet.

7 Nous n’avons pu observer les gobelets de Pise qu’à travers les vitrines d’exposition. Néanmoins, ils paraissent se rattacher au même groupe bien que le dégraissant soit visuellement différent (points blancs et particules brillantes abondantes).

8 La mesure du volume a été effectuée à l’aide du logiciel Archeo 4, disponible sur http://sfecag.free.fr.

9 Analyses réalisées par Claudio Capelli et Roberto Cabella.

10 Je remercie Jean-Claude Ottaviani, Conservateur du musée d’Aléria, pour les renseignements qu’il m’a fournis à ce sujet.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de répartition des découvertes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 2 – Gobelets non tournés à anse à poucier. 1 : épave C de Pise ; 2-3 : épave E de Pise ; 4 : Fréjus, nécropole de Saint-Lambert ; 5 : Fréjus, nécropole du Pauvadou ; 6 : Saint-Pierre-les-Martigues ; 7-8 : Fos-sur-Mer ; 9 : Arles, fouilles anciennes ; 10 : Arles, Rhône ; 11 : Narbonne. (1-3 : d’après Grandinetti 2000, fig. 1-3 modifiées ; 4-5 : d’après Bérato 1993a, fig. 9, n. 81-82 modifiés ; 6 : dessin Service Archéologique de Martigues ; 11 : dessin Raymond Sabrié).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 3 – Données dimensionnelles.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 4 – Diagramme de répartition des hauteurs et des diamètres.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 5 – Comparaison des volumes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 6 – Détail en lame mince de l’échantillon du gobelet n. 6 de Saint-Pierre-les-Martigues (Nicols croisés ; taille réelle : 0,32 x 0,24 mm). On note un fragment de gabbro et, en bas à droite, un plagioclase isolé.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 7 – Détail en lame mince de l’échantillon du gobelet n. 8 de Fos (Nicols parallèles ; taille réelle : 0,32 x 0,24 mm). On peut distinguer un grain de diallage (en haut à gauche), deux fragments d’argilites (sombres) et trois petits plagioclases (en bas au centre).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 8 – Aires d’affleurement (en noir) des séries ophiolitiques de la Ligurie orientale, de la Toscane et de la Corse (d’après Cortesogno, Gaggero, Molli 1994, fig. 1 modifiée).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4836/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteurs

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540