Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Typologie diachronique et diffusion de la céramique modelée du Var du IIe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C.

Jacques Bérato

Résumé

Dans le Var, durant tout le second âge du Fer, la céramique modelée évolue peu, en particulier l’urne à bord court divergent et panse bitronconique le plus souvent décorée. Durant le premier quart du Ier s. av. J.-C. apparaît un nouveau type d’urne plus légère à bord court divergent et le plus souvent non décorée. Les formes ouvertes du second âge du Fer deviennent plus rares, en revanche apparaît un bol/coupe à bord court redressé et pied annulaire, spécifique de la vallée de l’Argens. Durant le premier quart du Ier s. ap. J.-C. toutes les formes antérieures disparaissent, à l’exception de certaines jattes. Elles sont remplacées par un service de cuisine spécifique au Var caractérisé par des urnes, des plats à feu, des faitouts à panse grattée. Fabriqué dans la vallée de l’Argens, il ne dépasse pas au nord le Verdon, mais par mer il est diffusé dans les Alpes-Maritimes, en Ligurie. Il apparaît ponctuellement dans plusieurs ports du littoral entre Port-Vendres à l’ouest et Gênes à l’est. Ce service disparaît fin IVe /début Ve s. ap. J.-C.

Texte intégral

1. Présentation

1Cette étude se limite à la céramique modelée présente sur des sites de l’actuel département du Var dans des contextes datés du IIe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. Cette fourchette chronologique, choisie de façon arbitraire, fait que certaines formes ont pu apparaître plus précocement et que d’autres ont pu disparaître plus tardivement. Il s’agit de récipients à préparer, à cuire et à servir des aliments solides ou liquides, ou destinés à la conservation de produits alimentaires en petite quantité, ainsi que de divers petits objets domestiques. Après les travaux de A. H. Amann (1976), de P. Arcelin, Ch. Arcelin-Pradelle et Y. Gasco (1982) pour l’Age du Fer, de L. Rivet pour l’Antiquité (1982) et de J. Bérato (1984 et 1992), il apparaît que les données typologiques et chronologiques disponibles actuellement dans le Var permettent de confirmer la classification typologique préliminaire proposée en 1993 (Bérato 1993a).

2Nous privilégions, dans l’inventaire typologique, la détermination morphologique globale aux dépens des données métrologiques. La technique du modelage qui n’utilise pas la force centrifuge du tour de potier pour monter le récipient, ne permet pas d’obtenir un individu dont toutes les mesures géométriques sont parfaitement égales. En effet, bien que le potier façonne l’argile à partir d’un archétype selon le même modèle mental, il existe dans son geste des différences de précision et les objets en résultant ne sont jamais parfaitement identiques. Autres facteurs de variabilité, les nombreuses mains qui participent à la fabrication de cette céramique aussi bien à l’échelon familial qu’artisanal. Ces nuances ne peuvent toutefois pas dissimuler l’homogénéité de forme d’un certain nombre de récipients. Nous pouvons donc regrouper ensemble des récipients ayant en commun des caractéristiques formelles, tout en sachant qu’il existe des détails qui divergent des modèles retenus dans la typologie et une infinité de variantes entre deux formes ainsi définies. Voulant aussi rester pratique en fournissant un outil facile à utiliser, la différenciation typologique est établie en partant de la morphologie des bords, dont les tessons sont plus fréquemment retrouvés en fouille que les formes entières.

3Sur le plan méthodologique nous établissons dans un premier temps une typologie diachronique des productions correspondant à l’entité géographique de l’actuel département du Var. Nous excluons de notre étude les productions modelées importées.

4Le catalogue typologique est établi en distinguant les récipients en catégories classées par tranche de 1000 à 9000. Numérotation 1000 : urnes/pots ; 2000 : assiettes/plats ; 3000 : bols/coupes ; 4000 : récipients ouverts allant au feu ; 5000 : jattes et mortiers ; 6000 : faitouts ; 7000 ; marmites ; 8000 : couvercles ; 9000 : récipients et objets divers. Nous subdivisons ensuite, selon les critères morphologiques, chaque catégorie en genres numérotés en centaines, puis en formes numérotées en dizaine et enfin en variantes numérotées en unité. Les variantes anecdotiques ne sont pas numérotées afin de ne pas alourdir la typologie. La qualité visuelle des pâtes est d’une grande variabilité, liée à la multiplicité des lieux de fabrication. Nous ne la décrivons que lorsqu’elle apporte un élément discriminant.

5Dans un second temps nous différençions les trois grandes périodes chronologiques varoises. Nous déterminons pour chacune d’entre elles le service des récipients en céramique modelée ayant été utilisés en même temps. Nous recherchons des comparaisons avec les régions géographiquement voisines, ce qui permet de différencier les productions spécifiques au Var de celles qui entrent dans le cadre d’un faciès culturel plus large. Nous tentons aussi, lorsque le nombre d’individus dans les séries est important, de préciser la répartition de chaque forme au sein de l’ensemble de la céramique modelée, mais aussi par rapport aux autres types de céramiques. Ces comparaisons sont utiles pour identifier les groupes humains et leur acculturation à des influences extérieures, comme les travaux de M. Bats (1988) l’ont démontré.

2. Inventaire typologique

2.1. Categorie 1000 : urne/pot

2.1.1. Genre 1370 et 1410 : formes rares

Forme 1372

6Equivalent Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 5, forme 171.

7Urne sans col à bord convexe externe convergent et ouverture retrécie. La lèvre est simple arrondie ou en bourrelet. Le fond est plat. Les surfaces sont lissées et il n’y a pas de décor (fig. 1, n. 1).

8Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26, fig. 13, 12).
  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 172, fig. 11, 24 à 26).
  • Ollières, Saint-Jean, IIe-Ier s. av. J.-C. (prospection H. Donzel).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 5).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pourrières, Roquefeuille (Bérato, Borréani, Laurier 1994, fig. 16, 37).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 24, 22 et 33 à 34).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, p. 108 et 109).
  • Saint-Tropez, Les Platanes, résiduel (Brun 1996, fig. 35, 51).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

9Cette forme datée de -800 à + 25, est rare à la fin de l’âge du Fer.

Fig. 1 – N. 1 : F1372 ; n. 2 : F1374 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard)

Forme 1374

10Cette urne sans col, à bord concave externe convergent et ouverture rétrécie, a le flanc caréné. La lèvre est simple, amincie ou rarement épaissie. Un décor à motifs de chevrons incisé peut être présent sur la carène. Les surfaces sont lissées (fig. 1, n. 2).

11Répartition géographique :

  • Les Arcs, Le Castelard (Bérato 1994, fig. 11, 24 à 26).
  • Sanary, Mont-Garou (Amann 1977, pl. 51, 1 à 3 et 12 et pl. 55, 1 à 4).

12Cette forme datée de-800 à 1, est rare à la fin de l’âge du Fer.

Forme 1414

13Urne à bord court et évasé. Le diamètre de l’ouverture est supérieur à la hauteur, la panse est globulaire. Décor de chevrons imprimé au peigne sur l’épaule. Le fond est plat (fig. 2, n. 3).

14Répartition géographique :

15- Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, fig. 3, 2).

16Cette forme peu fréquente est datée de-475 à-100.

2.1.2. Genre 1420 : série d’urne à bord court divergeant et panse bitronconique ou oblongue

17Equivalent Bérato 1993a, genre 140.

18Le bord court et divergent est marqué par une pliure plus ou moins nette à la jonction avec l’épaule. La lèvre est de forme variable. La majorité des diamètres à l’ouverture se regroupe entre 16 et 24 cm. La panse, bitronconique, rarement oblongue et exceptionnellement ovoïde, est plutôt plus haute que large et l’épaisseur de sa paroi est égale ou supérieure à celle du bord. Le fond est plat. Les surfaces externes sont lissées, parfois peignées de préférence à la partie inférieure du flanc. Un décor est fréquent sur le bas de l’épaule ou le diamètre maximal du flanc. Les motifs les plus fréquents sont des chevrons simples, doubles ou rarement triples, incisés ou imprimés au peigne, plus rarement des lignes ondées incisées ou de courts traits verticaux ou obliques incisés ou imprimés. La pâte est pratiquement toujours brun sombre avec un dégraissant calcaire parfois micacé. Cette urne utilisée pour cuire/bouillir et stocker, caractéristique du second âge du Fer, est très fréquente. Les formes se différencient par leur bord.

Forme 1421

19Equivalent Bérato 1993a, forme 141a.

20Le bord, court et divergent, est droit et présente une épaisseur régulière, avec parfois un léger amincissement vers son extrémité. La lèvre est arrondie, aplatie, à méplat interne et rarement amincie (fig. 3, n. 5 ; fig. 2, n. 4).

21Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26, fig. 13, 6, 9 et 10).
  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Dugas 1990a ; Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 172, fig. 10, 14 et 19 et fig. 11, 20).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 165 à 168, fig. 11, 28 et 29).
  • Les Arcs-sur-Argens, Saint-Jean, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Babillaud 1989).
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier s. av. J.-C.
  • -Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier s. av. J.-C.
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 1991b ; Bérato 2003a, p. 47, fig. 8, 8).
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998, p. 38, fig. 2, 3).
  • Evenos, Saint-Estève, IIe-Ier s. av. J.-C. (Brun 1984, p. 13).
  • Fox-Amphoux, le Logis, résiduel (dépôt CAV Draguignan).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 56, 1508 et 1509).
  • Le Muy, Baresse, IIe-Ier s. av. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 8, 80, 81, 84, 86 à 94).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 5).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pignans, Berthoire, résiduel.
  • Pourrières, Roquefeuille 4, case D, us 403, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 17, 55, 57 et 60).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 23, 3 à 16).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C. (inédit).
  • Saint-Cyr, La Gache, IIe s. av. J.-C. (Martina-Fieschi, Ribot 1995, p. 113).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, p. 108 et 109, fig. 3, 2).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cadry (Bérato et al. 2001, p. 109).
  • Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112).
  • Saint-Maximin, Les Aiguilles à la Péade Martinelli (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 35).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 38 et 39).
  • Saint-Maximin, Le Plantier (Bérato et al. 2001, p. 117).
  • Saint-Maximin, Garnier/ancien chemin de Pourrières (Bérato et al. 2001, p. 117 et 120).
  • Sanary, Le Mont-Garou, période 8 (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 27, 272).
  • Sanary, Portissol, villa, résiduel (Brachet et al. 1999).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78 et 184, fig. 53, 58 à 60, 62 et 65).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 177, fig. 127, 24).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.
  • Trans-en-Provence, Retru, fin Age du Fer (Bérato, Dugas, Babillaud 1990, p. 18, fig. 3).

22Cette forme très fréquente est datée de-475 à-100/-75.

Fig. 2 – N. 3 : F1414 ; n. 4 : F1421 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1422

23Le bord, court et divergent, a une lèvre légèrement amincie. La panse est haute avec un aspect en balustre. Le fond est plat. Les surfaces lissées ne sont pas décorées (fig. 3, n. 6).

24Répartition géographique :

25- Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, fig. 53, 58). Cette forme peu fréquente est datée de-200 à-100/-75.

Forme 1423

26Equivalent Bérato 1993a, forme 141b.

27Le bord, droit et court, est divergent. L’épaississement à sa jonction avec l’épaule lui donne un aspect triangulaire en section. La lèvre est arrondie, amincie ou biseautée externe. Le corps est bitronconique ou ovoïde. Le fond est plat. Un décor en ligne incisé ou imprimé au peigne peut s’inscrire sur le diamètre maximum du flanc (fig. 4).

28Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990, p. 26, fig. 13, 11).
  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 172, fig. 10, 13 et fig. 11, 21 et 23).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 164).
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Cazalas 1998, p. 71).
  • La Cadière-d’Azur, quartier Saint-Jean, résiduel.
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 1991b ; Bérato 2003a, p. 47, fig. 8, 30 et 31).
  • Evenos, Saint-Estève, IIe-Ier s. av. J.-C. (Brun 1984, p. 13).
  • La Garde, villa Saint-Michel, résiduel (Brun et al. 1989b, fig. 41, 4).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 53, 1457 et 1458 et pl. 56, 1512).
  • Ollières, Saint-Jean, IIe-Ier s. av. J.-C. (prospection H. Donzel).
  • Ollioules, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 7, 68 à 70, 74 à 76 et 77 à 79).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 1 et 2).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, cabane D, us 403, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, fig. 17, 53, 56, 58 et 59).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 23, 17 à 19).
  • -Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, p. 108-109, fig. 3, 1 et 5).
  • Saint-Maximin, Grand Saint-Mitre (Bérato et al. 2001, p. 115, 4, 28 à 30).
  • Sanary, Le Mont-Garou, période 8 (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 27, 273 et 274).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78, fig. 53, 63, 65 et 67 et fig. 56, 93).
  • Taradeau, Ormeau, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 177, fig. 127, 23, 26 et 28).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C. Cette forme fréquente est datée de-475 à-100/-75.

Fig. 3 – N. 5 : F1421 ; n. 6 : F1422 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 4 – N. 7 à 9 : F1423 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 5 – N. 10 : F1424 ; n. 6 : F1422 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 6 – N. 11 : F1425 ; n. 12 et 13 : F1426 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1424

29Le bord, droit et court, est divergent. L’épaississement à sa jonction avec l’épaule lui donne un aspect triangulaire en section. La lèvre amincie est arrondie. La panse est haute avec un aspect en balustre. Le fond est plat. Les surfaces sont lissées et une ligne de triples chevrons est imprimée sur le diamètre maximal du flanc (fig. 5, n. 10).

30Répartition géographique :

31- Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, fig. 56, 93).

32Cette forme peu fréquente est datée de-200 à-100/-75.

Forme 1425

33Equivalent Bérato 1993a, forme 141c.

34Le bord droit, court et évasé, a une lèvre épaissie qui peut être arrondie ou aplatie (fig. 6, n. 11).

35Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26, fig. 13, 13).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 166 à 168, fig. 11, 19 et 20).
  • Châteauvieux, Grotte 7 des Baumes de Costevieille (Vindry 1978, p. 22 et 23, fig. 24, 74).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 55, 1498 et 1499 et pl. 56, 1501 et 1504).
  • Ollioules, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 8, 82 et 83 et fig. 9, 95 à 98).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pignans, Berthoire, résiduel.
  • Pourrières, Les Ayaux 1 (renseignement F. Marty).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 24, 20).
  • Sanary, Le Mont-Garou, période 9 (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 30, 306 et 307).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78, fig. 53, 61, 64 et 66).
  • Tourves, Saint-Probace, deuxième moitié IIe premier quart Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Hameau 2000, p. 154, fig. 5, 1 à 3).

36Cette forme fréquente est datée de-475 à-100/-75.

Forme 1426

37Equivalent Bérato 1993a, forme 141d et 142. Cette forme réalise le passage entre les formes 1420 et 1510.

38Le bord, droit et évasé, est souvent plus long que celui des formes précédentes. La lèvre est amincie, parfois arrondie ou aplatie. Le flanc est bitronconique ou ovalisé. Le fond est plat. Le décor est fréquent (fig. 6, n. 12 et 13).

39Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162, fig. 11, 18).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 165, 166 et 168, fig. 11, 2).
  • Fox-Amphoux, le Logis, résiduel (dépôt CAV Draguignan).
  • Ollioules, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 8, 86 et 87).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 24, 21 et 23 à 27).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78, fig. 53, 68 et 69).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C. Cette forme moins fréquente que les précédentes est datée de-200 à-75.

Forme 1431

40Equivalent Bérato 1993a, forme 143.

41Le bord curviligne est divergent. La panse est ovalisée et parfois bitronconique. Le fond est plat. Un décor d’onde ou de chevron peut être incisé ou imprimé sur l’épaule ou le diamètre maximal du flanc. Le fond est plat (fig. 7, n. 14).

42Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162, fig. 6, 1).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26, fig. 13, 5).
  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 172, fig. 10, 15 à 17 et fig. 11, 22).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 164, 167 et 168, fig. 11, 19, 20 et 25).
  • Châteauvieux, Costevieille, (Vindry 1978, fig. 23, 73).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, case D, us 403, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 17, 61) et Roquefeuille 4, case D, 374-126 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 271, fig. 16, 32).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 28 à 32).
  • -Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112, fig. 4, 15).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115).

43Cette forme peu fréquente est datée de -475 à -100/-75.

Fig. 7 – N. 14 : F1431 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1440

44Equivalent Bérato 1993a, forme 144.

45Série d’urne à encolure en baïonnette. Le flanc est ovalisé. Le fond est plat. Sur l’épaule ou sur le diamètre maximal du flanc un décor d’onde ou de chevron peut être incisé ou imprimé au peigne (fig. 8, n. 15 et 16).

46Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, fig. 11, 29).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26, fig. 13, 7 et 8).
  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 172, fig. 10, 18).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, 168, fig. 11, 26).
  • Hyères, Olbia, (Bats 1988, pl. 56, 1506).
  • Saint-Maximin, Grand Saint-Mitre (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 31).
  • Sanary, Portissol, Ier s. av. J.-C. (Brachet et al. 1999).

47Cette forme peu fréquente est datée de-500 à 1.

Fig. 8 – N. 15 et 16 : F1440 ; n. 17 et 18 : F1461 ; n. 19 : F1462 ; n. 20 : F1471 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1461

48Equivalent Bérato 1993a, forme 145.

49Le bord, divergent et convexe externe, présente un ressaut interne en gouttière, évoquant celui des céramiques communes culinaires italiques (fig. 8, n. 17 et 18).

50Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, résiduel (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990, fig. 13, 91).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier s. av. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 9, 100 à 102).
  • Pignans, Berthoire, résiduel.
  • La Roquebrussanne, Le Grand Loou, Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, p. 108 et 109, fig. 3, 7).

51Cette forme peu fréquente est datée de-200 à 1.

Forme 1462

52Cette forme au bord simple et divergent et à la panse globulaire décorée et peignée, dérive de l’urne rhodanienne (fig. 8, n. 19).

53Répartition géographique :

54- Hyères, Olbia, IIIe-début IIe s. av. J.-C. (Bats 1988, p. 192 et 193, fig. 1485 et 1486).

55Cette forme rare, retrouvée sur un site côtier héllénisé, est datée de-200 à 1.

Forme 1471

56Le bord court diverge horizontalement ou obliquement (fig. 8, n. 20).

57Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe s. av. J.-C.-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, fig. 6, 14).
  • Hyères, Olbia, fin IIIe-début IIe s. av. J.-C. (Bats 1988, p. 192 et 193, fig. 1488 et 1492).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cadry (Bérato et al. 2001, p. 109, fig. 4, 11).
  • Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112, fig. 4, 16 à 18).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115).

58Forme rare datée des IIe-Ier s. av. J.-C.

2.1.3. Genre 1500 : série d’urne

59Forme 1510 : série d’urne à bord court et panse globulaire

60Le bord, court et droit, est plus ou moins divergent. La diversité de forme de la lèvre caractérise des variantes. Les diamètres à l’ouverture varient de 10 à 40 cm avec des valeurs préférentielles entre 16 et 22 cm. La jonction du bord avec l’épaule est fréquemment marquée par une pliure externe et/ou par une arête interne. La panse est globulaire et le rapport largeur sur hauteur est plutôt supérieur ou égal à un. L’épaisseur des parois du flanc est le plus souvent inférieure à celle du bord et moindre que celle des urnes genre 1420, ce qui entraîne un allègement du récipient. Le fond est plat. Les moyens de préhension sont exceptionnels. Les surfaces sont le plus souvent finement lissées. L’épaule est fréquemment peignée, rarement les faces interne et externe du bord. Le décor incisé en chevron simple ou double est exceptionnel et il est alors situé sur le haut de l’épaule (Taradeau, Le Fort : Bérato 1993b, fig. 4, 14 ; Saint-Tropez, Les Platanes : Brun 1996, fig. 27, 9). Des traces de peignage et/ou quelques impressions rectilignes à la baguette, sans véritable intention de décor, peuvent exister sur le flanc (Bérato 1993b, fig. 3, 13). Cette rareté du décor organisé et la finesse des parois sont des éléments de différenciation avec les urnes genre 1420. La pâte est à dégraissant calcaire, le plus souvent micacée.

61Des techniques particulières de montage du bord sont bien visibles sur des urnes de l’Ormeau et du Fort à Taradeau. La bande de pâte qui formera le bord est façonée à part, puis collée sur l’épaule. La bonne adhérence des deux parties est réalisée par lissage, dont la trace peut persister à la face externe sous forme d’une cannelure horizontale, et/ou par un peignage vertical (Bérato 1993b, fig. 3, 10). Certains bords présentent par ailleurs, sans répartition particulière sur leur pourtour, des perforations horizontales d’un millimètre de diamètre. Forées depuis l’intérieur, leur orifice externe est la plus souvent obturé par le lissage de finition (Bérato 1993b, fig. 4, 16). Des trous verticaux d’un millimètre de diamètre sont forés à partir du bord libre de la lèvre sur 10 mm de profondeur (Bérato 1993b, fig. 3, 13). Il pourrait s’agir des traces de fixation d’un dispositif de montage, un galbe en paille par exemple, destiné à maintenir la forme circulaire de l’embouchure durant le séchage.

62Cette forme très fréquente, utilisée pour cuire/bouillir et stocker, est caractéristique des productions de la vallée de l’Argens.

Forme 1511

63Equivalent Bérato 1993a, forme 151a.

64Le bord, droit et court, est évasé. La lèvre simple est arrondie, biseautée, aplatie ou amincie. Le flanc est globulaire et le fond plat (fig. 9, n. 21).

65Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes, Ier s. av. J.-C. (Pasqualini, Reynier 1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, résiduel (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990, fig. 13, 90).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Magnagnière, Ier-IVe s. (Bérato, Dugas, Galliano 1991).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 166 et 168).
  • Les Arcs-sur-Argens, Quartier Saint-Jean, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Babillaud 1989, p. 223, fig. 5).
  • Bagnols-en-Fôret, La Bégude, Ier s. av. J.-C.
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Cazalas 1998, p. 71).
  • Callas, Pennafort, isolé.
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier s. av. J.-C.
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 1991b ; Bérato 2003a, p. 51, fig. 32 et fig. 12, 33).
  • Le Castelet, Le Galantin, us 603, Ier s. av. J.-C.
  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria, avenue Charles de Gaulle, Ier s. ap. J.-C.
  • La Celle, salle capitulaire de l’abbaye, Ier s. av. J.-C.-La Croix-Valmer, Chemin des Moulins, urne cinéraire (Oberti 1998, p. 275 et 276).
  • La Croix-Valmer, villa Pardigon 2, deuxième moitié Ier s. av. J.-C. (Brun et al. 1988, p. 27, n. 51).
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998).
  • Evenos, Saint-Estève, IIe-Ier s. av. J.-C. (Brun 1984, p. 13).
  • La Garde, villa Saint-Michel, deuxième moitié Ier s. av. J.-C. (Brun et al. 1989a).
  • Hyères, Costebelle, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Brun 1990, fig. 20, 5).
  • Hyères, Olbia, rue 106, Ier s. av. J.-C.
  • Hyères, Olbia, îlot 6, 50-40 av. J.-C. – 10 ap. J.-C. (Hirbec 2001).
  • Hyères, Porquerolles, La Galère, village massaliète, Ier s. av. J.-C., 10 individus soit 1 % (Brun 1991, fig. 32, 17).
  • Hyères, Porquerolles, Hôtel des Mèdes, 4 individus, résiduel.
  • Le Muy, Baresse, Ier s. av. J.-C.
  • Pierrefeu, La Deidière, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani 1993).
  • Pignans, Berthoire, Ier s. av. J.-C.
  • Plan-d’Aups, Petit-Giniez, IIe-Ier s. av. J.-C. (Cruciani 2000, fig. 3, 3).
  • Ramatuelle, Les Sellettes, Ier s. av. J.-C.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, villa des Jarres (Bérato et al. 2001, p. 112).
  • Saint-Maximin, Le Plantier (Bérato et al. 2001, p. 117).
  • Saint-Tropez, Les Platanes (Brun 1996, fig. 27, 9).
  • Sanary, La Gorguette, Ier-IIe s. ap. J.-C. (Bérato 1983, p. 86-87, fig. 14 et 15).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Taradeau, Le Fort, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78 et 82, fig. 55, 79 et 80).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 177, fig. 128, 49 et 51).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254 et 258).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.
  • Toulon, îlot Magnaque.

66Cette forme très fréquente est datée de-100 à 25.

Fig. 9 – N. 21 : F1511 ; n. 22 : F1512 ; n. 23 : F1513 ; n. 24 et 25 : F1515 ; n. 26 : F1516 ; n. 27 : F1517 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1512

67Le bord droit est divergent. La lèvre est à biseau interne. Un goulot tubulaire est inséré sur l’épaule (fig. 9, n. 22).

68Répartition géographique :

69- La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (Bérato 1993a, fig. 3, 9).

70Cette forme rare est datée de-100 à + 25.

Forme 1513

71Le bord droit est divergent. La lèvre est à biseau externe. Une double anse plate est insérée symétriquement sur la lèvre et l’épaule (fig. 9, n. 23).

72Répartition géographique :

73- Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C. Cette forme rare est datée de-100 à + 25.

Forme 1514

74Le bord droit est divergent. La lèvre est arrondie. Un tenon de préhension en forme de lunule est collé sur la lèvre (non figurée).

75Répartition géographique :

76- Taradeau, Saint-Martin, non figurée la forme et la positon du tenon étant identiques à celui de la forme 1517.

77Cette forme rare est datée de-100 à + 25.

Forme 1515

78Equivalent Bérato 1993a, forme 151b.

79La lèvre est épaissie avec un bourrelet externe arrondi, obtenu par repliement de la pâte, ce qui explique parfois la présence d’un méplat interne. Un peignage est fréquent sur l’épaule (fig. 9, n. 24 et 25).

80Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26, fig. 13, 14).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, Quartier Saint-Jean, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Babillaud 1989, p. 223, fig. 6).
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier s. av. J.-C.
  • La Celle, salle capitulaire de l’abbaye, Ier s. av. J.-C.
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 47, fig. 8, 9).
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998, p. 38, fig. 2, 4).
  • La Garde, villa Saint-Michel, deuxième moitié Ier s. av. J.-C. (Brun et al. 1989a, fig. 32, 8).
  • Hyères, La Courtade, urne cinéraire (Bérato 1993a, fig. 3, 11).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 56, 1502).
  • Pignans, Berthoire, Ier s. av. J.-C.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, Grand Saint-Mitre (Bérato et al. 2001, p. 115).
  • Sanary, Portissol, villa, résiduel (Brachet et al. 1999).
  • Taradeau, Le Fort, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78 et 82, fig. 55, 77, 78 et 81 à 85 et fig. 56, 87 à 89).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 178 et 180, fig. 128, 41 à 45 et fig. 129, 75 et 76).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254 et 258, fig. 166, 4).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.
  • Toulon, îlot des Riaux, Ier s.

81Cette forme très fréquente est datée de -100 à + 25.

Forme 1516

82Equivalent Bérato 1993a, forme 151c.

83La section du bord est trapézoïdale. La lèvre élargie est aplatie ou arrondie et présente plus rarement un bourrelet externe ou un méplat interne. Un peignage est fréquent sur l’épaule (fig. 9, n. 26).

84Répartition géographique :

85Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes (Pasqualini, Reynier 1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 166).
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Cazalas 1998).
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 47, fig. 8, 10).
  • Hyères, Costebelle, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Brun 1990, fig. 20, 9).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 57, 1517).
  • Pignans, Berthoire, Ier s. av. J.-C.
  • Taradeau, Le Fort, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78 et 82, fig. 54, 73 et 74 et fig. 55, 75 à 77).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 178, fig. 128, 46 et 47).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

86Cette forme très fréquente est datée de-100 à + 25.

Forme 1517

87La section du bord est trapézoïdale. Un moyen de préhension en forme de lunule est collé sur la lèvre élargie et aplatie (fig. 9, n. 27).

88Répartition géographique :

89- Taradeau, Tout-Egau, (Bérato et al. 1993, fig. 4, 15).

90Cette forme rare est datée de -100 à + 25.

Forme 1521

91Equivalent Bérato 1993a, forme 152.

92Le bord curviligne est divergent. Le diamètre à l’ouverture varie de 10 à 40 cm, avec des valeurs préférentielles de 18, 20 et 24 cm. La lèvre amincie ou épaissie peut être arrondie ou biseautée. Le changement de courbure entre l’épaule et le flanc se déroule de manière continue, un ressaut externe est exceptionnel. L’épaisseur de la paroi du flanc globulaire est inférieure à celle du bord. Les moyens de préhension sont exceptionnels (forme 1522). Le fond est plat. La pâte est à dégraissant calcaire et micacé. Les surfaces de couleur brune sont lissées. Un peignage horizontal sur la face interne du bord et/ou sur la face externe de l’épaule est rare. Sur l’épaule peuvent se rencontrer des impressions à la baguette ou des incisions, sans motif organisé. La minceur des parois du flanc globulaire et l’absence de décor sont des éléments de différenciation avec les urnes 1430 (fig. 10, n. 28).

93Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Magnagnière, Ier-IVe s. (Bérato, Dugas, Galliano 1991, p. 49, fig. 26 et 27).
  • Les Arcs-sur-Argens, église du Parage, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas 1990a, p. 244).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier s. av. J.-C.
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 1991b ; Bérato 2003a, p. 47 et 51, fig. 8, 11 et fig. 12, 34).
  • Fréjus, Butte Saint-Antoine (Février 1956, déposée au CAV Draguignan, n. 559).
  • Hyères, Olbia, îlot 6, 50-40 av. J.-C. – 10 ap. J.-C. (Hirbec 2001).
  • Le Muy, Baresse, Ier s. av. J.-C.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.- premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Sanary, La Gorguette, Ier-IIe s. ap. J.-C. (Bérato 1983, p. 86-87, fig. 19 et 20).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Taradeau, Le Fort, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 78, fig. 54, 70 à 72).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 178, fig. 127, 29 à 36).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254 et 258).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.
  • Rhône d’Ulmet, La Capelière, Camargue, Ier s. av. J.-C. (Hirbec 1998, pl. 9, 7-9).

94Cette forme très fréquente est datée de-100 à + 25.

Fig. 10 – N. 28 : F1521 ; n. 29 : F1522 ; n. 30 : F1531 ; n. 31 : F1551 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1522

95Le bord curviligne est évasé. Un tenon de préhension en forme de lunule percée d’un trou vertical est inséré sur le bord libre de la lèvre (fig. 10, n. 29).

96- Hyères, Costebelle, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Brun 1990, fig. 20, 7 ; Bérato 1993a, fig. 4, 18).

97Cette forme peu fréquente est datée de-100 à + 25.

Forme 1531

98Equivalent Bérato 1993a, forme 153.

99Le bord, court et divergent, est horizontal ou ascendant. Les diamètres varient entre 11 et 26 cm. Les parois de l’épaule et du flanc globulaire sont fines. L’épaule peut être décorée d’une ligne ondée incisée (Taradeau, Tout-Egau : Bérato 1993a, fig. 4, 20) ou d’un motif géométrique (Hyères, Olbia : Bats 1988, pl. 55, 1489) (fig. 10, n. 30).

100Répartition géographique :

  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 47, fig. 12, 35).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 192 et 193, pl. 55, 1488 et 1493).
  • Le Muy, Barresse, sondage 1 (inédit).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Taradeau, Tout-Egau, premier quart Ier s. ap. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 258, fig. 167, 8).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

101Cette forme peu fréquente est datée de-100 à 1.

Forme 1541

102Equiv. Bérato 1993a, forme 154.

103Le bord convexe externe est redressé. Le diamètre à l’ouverture varie entre 10 et 30 cm. La lèvre est arrondie ou biseautée. Le bord est séparé de l’épaule par une pliure nette, quelques fois par un ressaut à la jonction bord-épaule interne. L’épaule est parfois peignée et des incisions rectilignes qui recoupent obliquement, peuvent décorer le flanc (fig. 11, n. 32).

104Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, fig. 11, 30).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 168, fig. 11, 30).
  • Hyères, Costebelle, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Brun 1990, fig. 20, 8).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Taradeau, Le Fort, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 82, fig. 56, 90 et 91).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 178 et 184, fig. 128, 48 et 52 à 55, fig. 131, 97 et fig. 132, 112).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

105Cette forme peu fréquente est datée de-200 à 1.

Forme 1551

106Equiv. Bérato 1993a, forme 155.

107Le bord très court, droit ou curviligne, est redressé sur un flanc globulaire. Le diamètre est de 10 cm. La pâte est à dégraissant quartzeux et micacé. La couverte noire est lissée (fig. 10, n. 31).

108Répartition géographique :

  • Carnoules, Bron, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003, fig. 12, 35).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, résiduel dans un contexte IIe s. ap. J.-C. (inédit).
  • Sanary, Portissol, villa, résiduel dans état III du IVe s. (Brachet et al. 1999).

109Cette forme peu fréquente est datée de-100 à + 100.

2.1.4. Genre 1600 : urne à encolure en baïonnette et panse gratée

Forme 1610

110Equivalent Bérato 1993a, genre 160.

Fig. 11 – N. 32 : F1541 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

111Le profil en baïonnette du raccord flanc/épaule/ bord est une des caractéristiques de cette urne. La pâte a un dégraissant de quartz et de mica, le plus souvent doré, bien visible à l’œil nu et irrégulièrement dispersé. La couleur varie du brun clair orange au brun noir. L’aspect foncé est lié à l’exposition au feu des récipients. La pâte est le plus souvent dure. Elle est plus fine, avec un dégraissant régulièrement dispersé, et une couleur claire beige/brun sur certains récipients de Fréjus (site où cette forme n’avait pas été différenciée, Rivet 1982), de l’épave des Roches d’Aurelle (Bérato et al. 1986b) et de quelques sites ruraux. Les diamètres à l’ouverture varient entre 8 et 42 cm, avec un regroupement entre 12 et 22 cm et des valeurs préférentielles de 16, 18 et 22 cm. Le diamètre du bord est le plus souvent inférieur à celui de la carène et rarement égal ou supérieur à la hauteur du récipient. Le diamètre maximal se situe au niveau de la carène et le récipient peut être parfois plus large que haut. Le bord est rectiligne et divergent. Sa longueur est toujours supérieure à celle de l’épaule, qui est courte et peu oblique. Sous la carène, le plus souvent vive, qu’accentue le démaigrissement des parois, la panse est globalement tronconique avec des flancs plutôt convexes. Le fond est plat et apode. La capacité de ce récipient a été calculée sur une série de 10 individus complets du chargement de l’épave des Roches d’Aurelle (Bérato et al. 1986b, p. 208). Elle varie de 340 cm3 pour un diamètre de 7,80 cm à 5050 cm3 pour un diamètre de 19 cm. La capacité n’est qu’approximativement proportionnelle au diamètre de l’ouverture. Mais la courbure du flanc étant variable ainsi que la hauteur, le diamètre maximal de la panse et le diamètre du fond, il existe une grande variabilité de la capacité pour chaque individu. Les surfaces sont lissées, à l’exception de la face externe du flanc et du fond, qui est grattée, parfois secondairement régularisée. Exceptionnellement le flanc peut être lissé. L’urne F1610 n’est pas toujours munie de moyens de préhension. Aucune sur 31 urnes aux Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990) et sur 14 individus à Taradeau, Saint-Martin, par contre, 7 sur 127 soit 5 % à Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 6 à 9). Le couvercle plat F8212 lui est associé à Fréjus, dans la tombe 32 de la nécropole du Pauvadou (Béraud et al. 1985, n. 48 et Bérato 1993a, fig. 5, 24).

112Cette forme très fréquente, utilisée pour cuire/bouillir et à divers usages, est datée de 25 à 400. Elle est moins fréquemment rencontrée que la F1620 surtout après le IIe s. A Taradeau, Saint-Martin : 3 pour 13 F1620 à la phase II (fin Ier-fin période flavienne) ; 5 pour 17 à la phase III (fin période flavienne-milieu IIe s.) et 6 pour 76 à la phase IV (deuxième moitié IIe-fin Ve s.

Forme 1611

113Equivalent Bérato 1993a, forme 161.

114Urne sans moyen de préhension (fig. 12, n. 33 et 34).

115Répartition géographique :

116Dans les zones côtières :

  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria, 35 individus pour 13 F1621, IIe-IIIe s.
  • La Croix-Valmer, villa de Pardigon 2, période claudienne (Brun et al. 1988, p. 30 et 31, num. 68).
  • Fréjus, Le Clos de La Tour, 30 individus pour 18 F1621 (Rivet 1980).
  • Fréjus (Rivet 1982, fig. 20c).
  • Fréjus, nécropole du Pauvadou, tombe 32 où elle est munie de son couvercle F8212 (Béraud et al. 1985, n. 48).
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 1 à 9).
  • Hyères, Olbia (collection ancienne).
  • Hyères, village de Porquerolles, Hôtel des Mèdes, 3 individus pour 7 F1621.
  • Hyères, Porquerolles, Les Mèdes, (Hesse 1965, fig. 10, a ; Brun 1993a, fig. 4, 8).
  • Saint-Tropez, Les Platanes, vers 150 ap. J.-C. (Brun 1996).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Toulon, quartier Besagne, Ier s. (Bérato et al. 1986a, p. 160, fig. 32, 12 et 13).
  • Toulon, îlot Magnaque, dès le Ier s.
  • Toulon, îlot de l’Equerre, dès le Ier s.
  • Epave des Roches d’Aurelle, fin Ier s. (Bérato et al. 1986b, fig. 23 à 27).
  • Sur les sites ruraux :
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, 1 individu pour 30 F1621, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990, fig. 13, 95).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes (Pasqualini, Reynier 1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, Le Touar, incinération du troisième quart Ier s. ap. J.-C. (Bérato, Palfi, Dugas 1996, p. 24, fig. 13, 22).
  • Cabasse, nécropole de la Calade, Ier-IIe s., tombe 7, 17 et 22 (Gallia Informations 1961, pl. VIII, 33 ; pl. XVII, 92 et pl. XXIX, 205).
  • Cabasse, nécropole de la Guérine, Ier-IIe s., tombe 15 et 31 (Bérard 1980, fig. 14, 234 et fig. 19, 291).
  • La Cadière, Les Salettes, villa, deuxième moitié Ier-début IIIe s. (Renseignement M. Borréani).
  • Le Cannet-des-Maures/Vidauban, Les Blaïs (Boyer 1959).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier-IIIe s.
  • Le Castelet, Le Galantin, us 301, Ier-IIIe s.
  • Le Castelet, La Pinède.
  • Cogolin, Domaine Saint-Maur/Grenouille, fin Ier-IIe s.
  • Draguignan, Saint Hermentaire (dépôt CAV Draguignan).
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. ap. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998).
  • Hyères, Costebelle, fin Ier s. ap. J.-C.-début Ve s. (Borréani, Brun 1990).
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Le Muy, Barresse, sondage 1.
  • Pignans, Berthoire, Ier-Ve s.
  • Rians, Les Toulons/La Vicarie, urne cinéraire (Aycard, Brun, Congès 1998, p. 286 et 287).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier-troisième quart IIe s. ap. J.-C. (inédit).
  • Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, Ier-IIIe s. (Bérato 1982, p. 54 et 60, fig. 25 et 27 à 29).
  • Taradeau, Ormeau, deuxième quart Ier-IVe s. ap. J.-C. (Bérato 1993c, p. 180, fig. 129, 77 à 81).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier-IIe s. (Bérato 1991c ; Bérato et al. 1993).
  • Taradeau, Saint-Martin, fin Ier-fin Ve s.

117Cette forme très fréquente est datée de 25 à 400.

Fig. 12 – N. 33 et 34 : F1611 ; n. 35 : F1612 ; n. 36 : F1614 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1612

118Equivalent Bérato 1993a, variante forme 161. Urne avec moyen de préhension à type de deux tenons, généralement horizontaux, qui s’insèrent le plus fréquemment symétriquement sur la carène : 1 sur 35 à Heraclea Caccabaria ; 3 sur 127 à Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 8 et 9). Ils prennent une forme en lunule simple (Cabasse, nécropole de la Calade, 1 sur 3, tombe 22, Gallia Informations 1961, pl. XXII, 115 ; Fréjus, La Porte Dorée : Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 8) ou présentent des extrémités saillantes pincées ou élargies et aplaties (Fréjus, La Porte Dorée : Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 9) (fig. 12, n. 35).

119Répartition géographique :

  • Cabasse, nécropole de la Calade, tombe 22 (Gallia Informations 1961, pl. XXII, 115).
  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria.
  • Cavalaire, épave des Roches d’Aurelle, fin Ier s. (Bérato et al. 1986b, fig. 27, 25).
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 8 et 9).

120Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 1614

121Equivalent Bérato 1993a, variante forme 161.

122Urne avec moyen de préhension à type d’anse plate/rubanée qui s’insère sur la lèvre et la carène (4 sur 127 à Fréjus, La Porte Dorée : Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 6 et 7) (fig. 12, n. 36).

123Répartition géographique :

  • Le Castelet, Le Galantin, us 301, Ier-IIIe s.
  • Cavalaire, épave des Roches d’Aurelle, fin Ier s. (Bérato et al. 1986b, fig. 27, 23 et 24).
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 6 et 7).

124Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 1620

125Equivalent Bérato 1993a, forme 162.

126Cette série d’urne présente une encolure en forme de baïonnette atténuée (non illustrée). La pâte dure et micacée est identique à celle de F1610. Sa couleur est préférentiellement brun noir, mais elle peut être brun clair orange et s’effriter sous le doigt, comme pour certains récipients produits par le four de Barresse au Muy. Le bord rectiligne, éventuellement convexe externe est divergent, plus ou moins redréssé sur la verticale. L’épaule est plus oblique que dans la F1610 et sa longueur est plus grande se rapprochant ou égalant celle du bord. La carène peut être accentuée par le démaigrissement du flanc ou être émoussée. Les diamètres à l’ouverture varient entre 8 et 42 cm, avec des valeurs préférentielles de 14, 20 et 24 cm et ils sont généralement égaux ou inférieurs à la hauteur. Le diamètre maximal se situe au niveau de la carène et le récipient peut être parfois plus large que haut. La panse tronconique dans la plupart des cas, peut être globulaire ou ovoïde. A Fréjus certaines urnes tardives ont un flanc plus globulaire avec des parois plus épaisses (renseignement M. Pasqualini). Le fond est plat et apode dans la plupart des cas. Un fond est légèrement bombé au Cannet-des-Maures/Vidauban, Les Blaïs (Boyer 1959). Le traitement des surfaces est le même que pour la F1610. Exceptionnellement le flanc est lissé. Les moyens de préhension sont plus fréquents que dans la F1610 : 7 sur 249 urnes, soit 3 %, Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C. Ils sont toutefois absents sur 59 urnes à Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, Ier-IIIe s. ap. J.-C. (Bérato 1982, p. 54-60, fig. 25, 27 à 29). Leur morphologie est variée. Les tenons en lunule peuvent présenter plusieurs formes. Dans le type A la lunule est simple, plus ou moins longue et large, avec un bord libre convexe ou légèrement aplati. Le type B présente un bord concave ou convexe, avec des extrémités latérales saillantes pincées ou arrondies. Le type C possède des extrémités évasées, parfois en queue d’aronde (fig. 13).

127Des éléments de réparation en plomb sont retrouvé sur les bords d’une urne à La Meynade-Le Clafard (Bérato 1982, fig. 38), d’une urne aux Mesclans à La Crau (Borréani, Brun 1998, p. 215), d’une urne à Saint-Martin à Taradeau et de deux urnes au Castellaro di Monte Colma (musée de San Remo, renseignement M. Rossi). Cette restauration peut être l’indice d’une relative valeur de ces récipients ou de la banalisation de l’usage du plomb.

128Cette forme très fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 1621

129Equivalent Bérato 1993a, forme 162.

130Urne sans moyen de préhension (fig. 14, n. 37, 38, 39 et 40).

131Répartition géographique :

132Zones côtières :

  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria, le port (Brun et al. 1989b), rue du Port (Brun 1993b) et avenue Charles de Gaulle.
  • Cavalaire, villa Pardigon 1/3, Ier-début IIIe s. (Brun et al. 1988, p. 56, n. 171, riche en dépôts carbonnés, elle a été découverte dans le praefurnium des thermes servant de cuisine).
  • La Croix-Valmer, villa Pardigon 2, période Claudienne (Brun et al. 1988, p. 30 et 31, n. 67, contenant des fragments osseux d’animaux, restes d’un ragoût ?).
  • Fréjus, Le Clos de La Tour, 18 individus pour 30 F1610 (Rivet 1980).
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223, fig. 57, 6 et 7).
  • Fréjus (Rivet 1982, p. 255-260, fig. 17 à 21).
  • Fréjus, Pauvadou, atelier de potier, dernier quart du Ier s. (Brentchaloff 1980, p. 105, pl. 6, 25).
  • Fréjus, nécropole Saint-Lambert, tombe 8 (Béraud et al. 1985, n. 26) et réoccupation tardive de la nécropole du Pauvadou (Béraud et al. 1985, p. 28).
  • Fréjus, place Formigé, fin IIe-début IIIe s. (Rivet 2004, fig. 14, 60).
  • Hyères, île du Levant, Le Liserot (Borréani et al. 1992, p. 396).
  • Hyères, Olbia (collection ancienne) et puits du carrefour central, IIIe s. (Bresciani, Excoffon 2004, p. 198 à 200).
  • Hyères, village de l’île de Porquerolles, Hôtel des Mèdes.
  • Sanary, La Gorguette, Ier-IIe s. ap. J.-C., 2 individus dont 1 ansé (Bérato 1983, p. 86 et 87, fig. 21 et 22).
  • Sanary, Portissol, Ier-IIe s. (Ribot 1983 et Brien-Poitevin, Ribot 1984).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Saint-Tropez, Les Platanes, IIe s. ap. J.-C. (Brun 1996).
  • Toulon, quartier Besagne, IIe-IVe s. (Bérato et al. 1986a, p. 163, fig. 32, 14 à 30 ; Bérato 1993a, fig. 5, 35).
  • Toulon, îlot de l’Equerre, dès le Ier s. ap. J.-C.
  • Toulon, îlot Magnaque, dès le Ier s. ap. J.-C.
  • Toulon, îlot des Riaux, Ier-Ve s., 48 individus et aucune F1610.
  • Toulon, rue Bastide-rue des Bonnetières.
  • Epave G du Dramont, une centaine d’individus avec une seule anse, vers 70-75 ap. J.-C. (Joncheray 1986, p. 222-223, fig. 9).
  • Epave Lardier 4, La Croix-Valmer, chargement deuxième moitié Ier s. ap. J.-C.-début IIe s. (Joncheray 2004b).

133Milieu rural :

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes, Ier-IIe s. (Pasqualini, Reynier 1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, 30 individus pour 1 F1610, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990, fig. 13, 95).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Magnagnières, Ier-IVe s. (Bérato, Dugas, Galliano 1991, p. 49, fig. 25).
  • Cabasse, nécropole de la Calade, Ier-IIe s., tombe 5, 11, 21, 23, 32 et 37 (Gallia Informations 1961, pl. III, 22 ; pl. XI, 55 ; pl. XXV, 139 et pl. XXX, 220 et 226), tombe 9, 12, 22 (Gallia Informations 1961, pl. IX, 47 ; pl. XII, 65 ; pl. XXII, 115 et pl. XXIII, 123).
  • Cabasse, nécropole de la Guérine, Ier-IIe s., tombe 2 et 4 (Bérard 1980, fig. 3, 11 et fig. 4, 29) ; tombe 1 et 2 (Bérard 1980, fig. 2, 2 ; fig. 3, 17 et fig. 10, 163 et 164).
  • La Cadière, Les Salettes, deuxième moitié Ier-début IIIe s. (inédit).
  • Le Cannet-des-Maures/Vidauban, Les Blaïs (Boyer 1959, p. 100 et 102, fig. 10, 4 et 6, fig. 11, 2 et 3).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier-IIIe s.
  • Le Castelet, La Pinède, 5 % avec moyens de préhension, IIe-IIIe s.
  • Cogolin, Domaine Saint-Maur/Grenouille, fin Ier-IIe s.
  • Draguignan, centre ville ancienne Trésorerie Générale (inédit).
  • Evenos, villa La Courentille, Ier-IIe s. (Brachet, Ribot 1998, p. 98).
  • La Garde, villa Saint-Michel, fin Ier-IIIe s. (Bérato et al. 1986c).
  • La Garde, villa Saint-Michel, période flavienne-IIe/IIIe s. (Brun et al. 1989a, fig. 33, 6 et 10 ; fig. 34, 3 et fig. 36, 3 et 4).
  • Garéoult, nécropole Louis Cauvin, IIe s., tombe à incinération 3 (urne cinéraire) et 11 (urne d’accompagnement) (Acovitsioti-Hameau et al. 1992, fig. 17).
  • Hyères, Sainte-Eulalie.
  • Le Luc-en-Provence, Les Peyrons (Gallia Informations 1969, p. 454).
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C. (Bérato 1996b).
  • Le Muy, Barresse, sondage 1 et 4.
  • Le Muy, Barresse, sondage 2, deuxième moitié Ier-début du IIe s.
  • Pignans, Berthoire, Ier-Ve s.
  • Pierrefeu, Jas de la Cape 1, Ier-début IVe s. (Borréani, Brun, Laurier 1992).
  • Pontevès, Les Esclavaux (prospection J.-M. Michel).
  • Ramatuelle, Les Sellettes, IIe-IIIe s. ap. J.-C.
  • Rians, Les Toulons-La Vicarie (Aycard, Brun, Congès 1998, p. 286 et 287).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier-troisième quart du IIe s. ap. J.-C., dont une urne riche en dépôts carbonnés internes découverte dans le praefurnium des thermes servant de cuisine (inédit).
  • Taradeau, Ormeau, deuxième quart Ier-IVe s. ap. J.-C. (Bérato 1993c, p. 180 et 182, fig. 129, 72 à 74, fig. 130, 89 à 96 et fig. 131, 98 à 104).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. ap. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 262).
  • Taradeau, Saint-Martin, fin Ier-fin Ve s., fig. 18, 10).
  • Trans-en-Provence, Retru, Ier-IIe s. (Bérato, Dugas, Babillaud 1990, p. 18, fig. 3).

134Cette forme très fréquente est datée de 25 à 400.

Fig. 13 – F1620 A, B et C (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 14 – N. 37, 38, 39 et 40 : F1621 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1622

135Equivalent Bérato 1993a, variante forme 162.

136Urne avec moyen de préhension de type anse plate/rubannée s’insérant sur la lèvre et la carène. Le diamètre à l’ouverture est le plus souvent inférieur ou égal à 18 cm. La panse est plutôt tronconique (fig. 15, n. 41, 42 et 43).

137Répartition géographique :

  • Cabasse, La Calade, Gallia Informations 1961, pl. IX, 47.
  • La Crau, Les Meissonniers, 1 seule urne F1622.
  • Fréjus : 5 % (Rivet 1982, p. 256, fig. 17).
  • Garéoult, nécropole Louis Cauvin, IIe s., tombe à incinération 30 (Acovitsioti-Hameau et al. 1992, fig. 17).
  • Le Muy, ferme de Baresse : 6 urnes F1622 sur 249 récipients soit 2 %, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Le Muy, Barresse : 2 sur 16 urnes.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, 4 sur 135 individus, Ier-troisième quart du IIe s. ap. J.-C. (inédit).
  • Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, Ier-IIIe s. (Bérato 1982, p. 54 à 60, fig. 26, 30 à 36 et 38).
  • Taradeau, Ormeau, (Bérato 1993c, fig. 129, 73).
  • Taradeau, Saint-Martin : 1 sur 13 urnes, fin Ier-fin période flavienne ; 1 sur 18 urnes, fin période flavienne-milieu IIe s. ; 1 sur 76 urnes, deuxième moitié IIe-fin IVe s.
  • Toulon/Besagne : 1 sur 32 urnes (Bérato et al. 1986a, p. 163).
  • Dramont G, la centaine de récipients de l’épave était munie d’une anse, vers 70-75 ap. J.-C. (Joncheray 1986, p. 222-223, fig. 9).
  • Epave Lardier 4, La Croix-Valmer, chargement deuxième moitié Ier s. ap. J.-C.-début IIe s. (Joncheray 2004b).

138Cette forme fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 1624

139Equivalent Bérato 1993a, variante forme 162.

140Urne avec moyen de préhension à type de deux tenons horizontaux en forme de lunule s’insérant symétriquement sur la carène. Leur proportion est très variable : 12 sur 135 individus à La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier-troisième quart du IIe s. ap. J.-C. (inédit) ; 2 sur 76 urnes, Taradeau, Saint-Martin, deuxième moitié IIe-fin Ve s. (fig. 15, n. 44 à 47).

Fig. 15 – N. 41, 42 et 43 : F1622 ; n. 44 à 47 : F1624 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

141Répartition géographique :

  • Cabasse, nécropole de la Guérine, Ier-IIe s. (Bérard 1980, fig. 14, 234).
  • Cabasse, nécropole de la Calade, 1 lunule type A sur 4 urnes, tombe 3 (Gallia Informations 1961, pl. II, 14).
  • Fréjus, Le Clos de La Tour, 1 sur 18 individus (Rivet 1980).
  • Fréjus (Rivet 1982, fig. 20a).
  • Fréjus, place Formigé, fin IIe-début IIIe s. (Rivet 2004a, fig. 14, n. 59, p. 175).
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C., 1 lunule type B.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit).
  • Taradeau, Saint-Martin.
  • Toulon, Le Port (Bérato 1993a, fig. 5, 34).

142Cette forme fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 1625

143Equivalent Bérato 1993a, variante forme 162.

144Urne avec moyen de préhension à type de deux tenons légèrement ascendant s’insérant symétriquement sur la carène (fig. 16, n. 48 et 49).

145Répartition géographique :

  • Fréjus, L’Argentière, lunule type C (Rivet 1982, p. 256 et 257, fig. 19a et 20b).
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, fig. 57, 33).

146Cette forme rare est datée de 25 à 400.

Forme 1626

147Equiv. Bérato 1993a, variante forme 162.

148Une large collerette concave vers le haut est insérée sur l’ensemble du pourtour de la carène (fig. 16, n. 50).

149Répartition géographique :

  • Fréjus (Rivet 1982, p. 260, fig. 21).
  • Fréjus, Pauvadou, atelier de potier, dernier quart du Ier s. (Brentchaloff 1980, p. 105, pl. 6, 21).
  • Saint-Tropez, Les Platanes, IIe s. ap. J.-C. (Brun 1996).

150Cette forme rare est datée de 25 à 400.

Fig. 16 – N. 48 et 49 : F1625 ; n. 50 : F1626 ; n. 51 : F1627 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1627

151Equivalent Bérato 1993a, variante forme 162.

152Deux tenons de préhension en forme de lunule s’insèrent sur le bord libre de la lèvre (fig. 16, n. 51).

153Répartition géographique :

154- Taradeau, Saint-Martin (inédit). Cette forme rare est datée de 25 à 400.

Forme 1630

155Equiv. Bérato 1993a, forme 162c.

156Série d’urnes de petit module de diamètre à l’ouverture inférieur ou égal à 10 cm. L’encolure en baïonnette de la forme 1631 est franche et celle de la forme 1632 est atténuée ou affadie. Le bord droit ou convexe est évasé. La carène est franche. La panse est plutôt troconico/ovoïde. Les surfaces sont polies ou finement lissées. Le fond est plat. Une anse plate/rubannée caractérise la forme 1633 sur la forme 1631 et la forme 1634 sur la forme 1632 (fig. 17, n. 52).

157Répartition géographique :

  • Cabasse, nécropole de la Calade, Ier-IIe s., tombe 36, urne F1634 de 8/9 cm de diamètre, portant sur le flanc trois lettres PNM incisées avant cuisson (Gallia Informations 1961, pl. IX, 47).
  • Cabasse, nécropole de la Guérine, Ier-IIe s., tombe 13, urne F1634 de 8/9 cm de diamètre (Bérard 1980, fig. 10, 165).
  • Le Muy, ferme de Baresse, 9 formes F1634 sur 249 urnes soit 3 %, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Le Muy, Baresse, sondage 2, 1 forme F1634 sur 16 urnes.
  • Taradeau, Ormeau, 3 F 1634, deuxième quart Ier s. ap. J.-C. (Bérato 1993c, p. 180, fig. 129, 72 à 74).
  • Taradeau, Saint-Martin, 1 forme 1633 (inédit). Cette forme fréquente est datée de 25 à 400.

Fig. 17 – N. 52 : F1634 ; n. 53 : F1641 ; n. 54 : F1642 ; n. 55 : F1643 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 1641

158Urne, sans épaule ni carène, avec un bord droit et évasé se raccordant directement au flanc avec un ressaut angulaire interne. La panse est ovoïde. Un tenon en forme de lunule s’insère sur le bord libre de la lèvre. Le traitement des surfaces est identique à celui des formes 1620 (fig. 17, n. 53).

159Répartition géographique :

160- Fréjus, Les Aiguières.

161Cette forme rare est datée de 25 à 400.

Forme 1642

162Le fond plat et apode est percé de trous avant cuisson. Il peut s’agir d’une faisselle ou d’un récipient à tout autre usage dont la fonction serait de filtrer (fig. 17, n. 54).

163Répartition géographique :

164- Fréjus, nécropole du Pauvadou (inédit). Cette forme rare est datée de 25 à 400.

Forme 1643

165Récipient tripode. Les pieds en forme de languette sont collés sur le fond. Ce pot sert pour cuire sur de la braise ou près d’un foyer ouvert (fig. 17, n. 55).

166Répartition géographique :

167- Le Muy, Barresse, sondage 2.

168Cette forme rare est datée de 25 à 400.

2.2. Catégorie 3000 : bol/coupe

2.2.1. Forme 3110

169Equivalent Bérato 1993a, forme 311.

170Série de bol/coupe dont le bord, dans le prolongement du flanc convexe, est plus ou moins divergent (fig. 18, n. 56). La lèvre est simple, arrondie, aplatie ou effilée. Les diamètres varient entre 11 et 36 cm. Le vaisseau est de profondeur variable et malgré le faible nombre d’individus reconstituables on peut différencier certaines formes en raison du rapport hauteur sur demi-diamètre à l’ouverture. Le fond peut être concave, convexe, plat ou muni d’un pied annulaire. Les surfaces sont lissées, plus rarement laissées brutes de modelage à l’extérieur. Le décor est exceptionnel. La pâte est à dégraissant calcaire bourgeonnant, micacé, plus rarement à dégraissant de quartz. Quelques rares récipients ont une pâte saumon et des surfaces lissées/polies noires imitant celles des céramiques campaniennes.

171Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162, fig. 6, 2 et 10).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 169, fig. 10, 10).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes (Pasqualini, Reynier1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 164, 166 et 168, fig. 11, 21).
  • Les Arcs-sur-Argens, Quartier Saint-Jean, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Babillaud 1989, p. 223, fig. 4).
  • Châteauvieux, grotte 7 des Baumes de Costevieille (Vindry 1978, fig. 24, 77).
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998).
  • Evenos, Saint-Estève, IIe-Ier s. av. J.-C. (Brun 1984, p. 12, 5 et 6).
  • Hyères, Olbia.
  • Le Muy, ferme de Baresse, Ier s. av. J.-C.
  • Ollières, Saint-Jean, IIe-Ier s. av. J.-C. (prospection H. Donzel).
  • Ollioules, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 5, 35).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 13, 1).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Plan-d’Aups, Petit-Giniez, IIe-Ier s. av. J.-C. (Cruciani 2000).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, case D, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 17, 43, 44, et 46) et Roquefeuille 4, case D, 374-126 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 271, fig. 16, 30).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 56-60).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cadry (Bérato et al. 2001, p. 109, lèvre épaissie en dedans).
  • Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112, fig. 4, 19).
  • Saint-Maximin, Grand Saint-Mitre (Bérato et al. 2001, p. 115).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 42).
  • Saint-Maximin, Le Plantier (Bérato et al. 2001, p. 117).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, 76, fig. 52, 41, 42 et 45).
  • Taradeau, Ormeau, (Bérato 1993c, p. 184, fig. 132, 113).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

172Cette forme utilisée pour boire ou pour manger, fréquente durant l’Age du Fer et qui peut encore se rencontrer à titre anecdotique au début du Ier s. ap. J.-C., est datée de-800 à + 25.

Fig. 18 – N. 56 : F3110 ; n. 57 : F3113 ; n. 58 : F3114 ; n. 59 et 60 : F3116 ; n. 61 : F3117 ; n. 62 : F3120 ; n. 63 : F3125 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 3113

173Bol/coupe convexe dont la hauteur est inférieure à la moitié du diamètre à l’ouverture et au fond concave (fig. 18, n. 57).

174Répartition géographique :

175- Châteauvieux, grotte 7 des Baumes de Costevieille (Vindry 1978, fig. 24, 76 et 78).

176Cette forme rare est datée de-200 à 1.

Forme 3114

177Bol/coupe dont la hauteur est égale ou légèrement inférieure à la moitié du diamètre à l’ouverture. Le fond présente une double inflexion convexo/concave. Les surfaces sont finement traitées (fig. 18, n. 58).

178Répartition géographique :

179- Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers (Fiches 1996, fig. 25, 60).

180Cette forme rare est datée de-700 à 1.

Forme 3116

181Le flanc convexe est plus ou moins profond. La lèvre est simple. Le fond est plat. Les surfaces sont le plus souvent finement traitées (fig. 18, n. 59 et 60).

182Répartition géographique :

  • Les Arcs, Apié de Raybaud.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit).
  • Taradeau, Le Fort (Bérato 1993b, fig. 52, 45).

183Cette forme, fréquente durant l’âge du Fer, est datée de-600 à 1.

Forme 3117

184Le flanc convexe ou rectiligne est plus ou moins profond. La lèvre est simple. Le fond repose sur un pied annulaire. Les surfaces sont le plus souvent finement traitées (fig. 18, n. 61).

185Répartition géographique :

  • Evenos, Saint-Estève (Brun 1984, fig. 12, 4).
  • Ollioules, La Courtine (Bérato et al. 1996, fig. 13, 3).

186Cette forme, fréquente durant l’âge du Fer, est datée de-700 à 1.

2.2.2. Forme 3120

187Equivalent Bérato 1993a, forme 312.

188Série de bol/coupe dont le bord convexe externe, est légèrement convergent sur un flanc convexe d’inclinaison variable. Le faible nombre d’individus reconstituables ne permet pas d’établir une différentiation des formes en raison du rapport hauteur sur demi-diamètre à l’ouverture. La lèvre, arrondie, amincie ou épaissie, peut être rarement soulignée par une rainure externe. Le fond est concave, plat ou repose sur un pied annulaire (fig. 18, n. 62).

189Répartition géographique

  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 169, fig. 10, 9).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, n. 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 166 et 168).
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, fig. 12, 43 et 46).
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 53, 1449 et 1460).
  • Le Muy, ferme de Baresse, Ier s. av. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 4).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 13, 7).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, cabane D, us 403, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, fig. 17, 43 à 47).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 61 et 62).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, p. 108 et 109, fig. 3, 6).
  • Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112, fig. 4, 20, lèvre épaissie en dedans).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 43 et 44).
  • Taradeau, Le Fort, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, fig. 52, 43 munie de deux trous de suspension, 53 avec une rainure externe sous la lèvre et 54).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

190Cette forme, fréquente durant l’âge du Fer, est datée de-800 à 1.

Forme 3125

191Le bord est légèrement convergent sur un flanc convexe externe redressé. Le fond est plat (fig. 18, n. 63).

192Répartition géographique :

193- Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 53, 1449).

194Forme rare datée de-200 à 1.

2.2.3. Forme 3130

195Bol/coupe à bord curviligne nettement convergent sur un flanc convexo/rectiligne. La lèvre est simple. Le fond est plat (fig. 19, n. 64).

196Répartition géographique :

  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, fig. 12, 41 et 42).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 53, 1461).
  • Le Muy, ferme de Baresse, Ier s. av. J.-C.
  • Pignans, Berthoire, résiduel.
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115). Des individus à pâte saumon et couverte noire lissée/polie témoignent d’une intention d’imiter la céramique campanienne (forme 3131) fig. 19, n. 65).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b).
  • Taradeau, Ormeau, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 126, fig. 126, 9 et 10).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C. Forme peu fréquente datée de-400 à la fin du Ier s.

Forme 3140

197Equivalent Bérato 1993a, forme 312c.

198Série de bol/coupe à flanc convexo/rectiligne. Le bord court et redressé marque une rupture de la continuité avec le flanc. La jonction bord/flanc peut être épaissie. La lèvre est simple, amincie et arrondie. Le fond est plat ou muni d’un pied annulaire (fig. 19, n. 66 à 68).

199Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes (Pasqualini, Reynier 1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, fig. 12, 41 à 46).
  • La Garde, villa Saint-Michel, résiduel (Brun et al. 1989a, fig. 41, 5).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 52, 1453 à 1456).
  • Ollières, Saint-Jean, IIe-Ier s. av. J.-C. (prospection H. Donzel).
  • Sanary, Le Mont-Garou (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 18, 67).
  • Ollioules, La Courtine (Bérato 1993a, fig. 6, 38).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82, fig. 14, 5).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA/B : Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, p. 108 et 109, fig. 3, 3).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 45).
  • Saint-Maximin, Grand Saint-Mitre (Bérato et al. 2001, p. 115).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, fig. 166, 6).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

200Forme fréquente datée de-600 à 1.

Fig. 19 – N. 64 : F3130 ; n. 65 : F3131 ; n. 66, 67 et 68 : F3140 ; n. 69 et 70 : F3145 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 3145

201Equivalent Bérato 1993a, forme 332.

202Le bord court, plus ou moins rectiligne, rentre légèrement le plus souvent (fig. 19, n. 69 et 70). La lèvre amincie est arrondie ou biseautée. Les diamètres suivent une distribution normale entre 18 et 34 cm, avec un individu de 38 cm. La hauteur de 2 récipients complets est de 9,75 cm et 10,50 cm. La jonction bord-flanc, à carène vive ou adoucie, est le plus souvent épaissie. Le flanc, plus ou moins convexe, est rarement rectiligne. Le fond est muni d’un pied annulaire rapporté et évasé, dont la section est trapézoïdale. Les surfaces sont lissées, exceptionnellement polies et recouvertes souvent d’un pseudo-engobe orange ou noir. Parfois, l’existence d’un « peignage « irrégulier pourrait correspondre aux traces d’une technique de fabrication, incomplètement effacée lors de la finition. La pâte est le plus souvent beige claire et à dégraissant calcaire bourgeonnant. Il semble qu’il existe une intention d’imiter des coupes céramiques importées de Campanie. Cette forme 3145 est proche de la forme 8, variante 2 des ateliers de la région de Marseille, présente au Ier s. av. J.-C. et attestée jusqu’au règne d’Auguste (Arcelin 1979, pl. 61, 258 et pl. 74, 378 et 379).

203Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes (Pasqualini, Reynier 1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 166 et 168, fig. 11, 22).
  • Les Arcs-sur-Argens, Saint-Jean (Bérato, Dugas, Babillaud 1989).
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier s. av. J.-C.
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier s. av. J.-C.
  • Carnoules, Bron, fin IIe /troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 47 et 51, fig. 8, 16 et 17).
  • La Celle, salle capitulaire de l’abbaye, Ier s. av. J.-C.
  • Pignans, Berthoire, Ier s. ap. J.-C.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA/B, premier quart Ier s. av. J.-C. (inédit).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 52, 55 et 56).
  • Taradeau, Ormeau, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, fig. 176, 11 à 22).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254, fig. 166, 7).
  • Tourves, Saint-Probace, deuxième moitié IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Hameau 2000, p. 154, fig. 5, 5).

204Cette forme, production de la vallée de l’Argens et de la Dépression Permienne où elle est très fréquente, est datée de-100 à + 25.

2.2.5. Forme 3210

205Equivalent Bérato 1993a, forme 321.

206Série de bol/coupe à flanc rectiligne dont le bord divergent est dans le prolongement du flanc. Le faible nombre d’individus reconstituables ne permet pas d’établir une différenciation des formes en relation avec le rapport hauteur sur demi-diamètre de l’ouverture. La lèvre simple est arrondie, aplatie, rarement amincie ou épaissie. Les diamètres varient entre 10 et 20 cm. Le fond est le plus souvent plat (forme 3212) ou peut être concave (forme 3211). Les surfaces sont lissées. La pâte est à dégraissant de quartz ou de calcaire parfois bourgeonnant (fig. 20).

207Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 165, 166 et 168).
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 47, fig. 8, 14).
  • Le Muy, ferme de Baresse, Ier s. av. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Plan-d’Aups, Petit-Giniez, IIe-Ier s. av. J.-C. (Cruciani 1999, fig. 3, 16).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, cabane D, us 403, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, fig. 17, 42).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 63 et 64).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA/B : Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cadry (Bérato et al. 2001, p. 109).
  • Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112, fig. 4, 21 et 22, avec décor sur la lèvre).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 52, 44).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

208Cette forme, peu fréquente à la fin de l’âge du Fer, est datée de-800 à + 25.

2.2.6. Forme 3310

209Equivalent Bérato 1993a, forme 331 et 332.

210Série de bol/coupe à bord redressé, plus ou moins haut, rectiligne ou parfois légèrement convexe (fig. 20, n. 74 et 75). Le bord converge le plus souvent, mais peut légèrement diverger. Les diamètres à l’embouchure varient de 14 à 34 cm. La lèvre, arrondie, aplatie, biseautée, peut être amincie et plus rarement épaissie en bourrelet. La carène est vive ou émoussée. Le flanc est plus ou moins convexe. Le fond est plat ou concave. Les surfaces sont lissées, rarement polies. Un boudin écrasé au doigt chevauche le bord d’un individu (Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C., Bérato 1993b, 76, fig. 52, 50). Le flanc est exceptionnellement décoré d’un motif ondé incisé (Ollioules, La Courtine, phase 7 : 150/140, Bérato et al. 1996, p. 82, fig. 14, 3 ; Sanary, Mont-Garou : Arcelin, Arcelin-Pradelles, Gasco 1982, fig. 30, 309). Une rainure peut souligner la face interne de la lèvre. Un double tenon en lunule s’insère symétriquement sur le bord d’un individu (La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA/B : Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C.) (inédit).

211Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162, fig. 6, 3 et fig. 11, 31).
  • Les Arcs-sur-Argens, Gros-Ped, milieu du Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991, p. 139, note 2).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 165 et 168, fig. 11, 31).
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 47 et 51, fig. 8, 15 et 21 et fig. 12, 37).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 53, 1462).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82, fig. 14, 3).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA/B : Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112, F331a).
  • Saint-Maximin, Grand Saint-Mitre (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 32, F331b).
  • Sanary, Mont-Garou, deuxième moitié IIe s. av. J.-C. (Arcelin, Arcelin-Pradelles, Gasco 1982, fig. 30, 309).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 52, 49 à 52 dont la lèvre est soulignée par une rainure interne).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 176, fig. 126, 5 à 8).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254, fig. 166, 6).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.
  • Tourves, Saint-Probace, deuxième moitié IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Hameau 2000, p. 154, fig. 5, 6).

212Cette forme, peu fréquente à la fin de l’âge du Fer, est datée de-800 à 1.

Forme 3315

213Le bord est droit et redressé avec une lèvre évasée ascendante. Les surfaces sont lissées (fig. 20, n. 76).

Fig. 20 – N. 71 : F3210 ; n. 72 : F3211 ; n. 73 : F3212 ; n. 74 et 75 : F3310 ; n. 76 : F3315 ; n. 77 : F3320 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

214Répartition géographique :

215- Les Arcs, Apié de Raybaud.

216Cette forme rare est datée de-200 à-75.

2.2.7. Forme 3320

217Equivalent Bérato 1993a, forme 334.

218Série de bol/coupe à bord curviligne externe et redressé, qui diverge au dessus d’une carène plus ou moins marquée. Les diamètres varient entre 9 et 24 cm. La lèvre, arrondie ou amincie, peut être épaissie en bourrelet ou en amande. Le fond est plat ou ombiliqué. Les surfaces sont lissées (fig. 20, n. 77).

219Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, fig. 11, 32).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 168, fig. 11, 32).
  • Pignans, Berthoire, résiduel.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier, s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 52, 46 à 48).
  • Taradeau, Ormeau, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 176, fig. 126, 2).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

220Cette forme peu fréquente est datée de-600 à 1.

2.2.8. Forme 3410

221Equivalent Bérato 1993a, forme 311.

222Bol/coupe dont le bord curviligne diverge audessus d’un flanc convexe. La lèvre est amincie. Les surfaces sont lissées (fig. 21, n. 78).

223Répartition géographique :

224- Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83, fig. 15, 1).

225Cette forme peu fréquente est datée de-600 à 1.

2.2.9. Forme 3421

226Bol/coupe dont la lèvre est arrondie ou épaissie en bourrelet externe. Le flanc est convexe. Le fond est plat. La pâte est le plus souvent à dégraissant calcaire bourgeonnant (fig. 21, n. 79 et 80).

227Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, fig. 11, 33).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 168, fig. 11, 33).
  • Ollières, Saint-Jean, IIe-Ier s. av. J.-C. (prospection H. Donzel).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 66 à 71).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA : Ier s. av. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, Grand Saint-Mitre (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 33).

228Cette forme peu fréquente est datée de-500 à 1.

Forme 3422

229Equivalent Bérato 1993a, forme 342.

230La lèvre, très courte, curviligne et divergente, est amincie. Le flanc est convexe. Le fond possède un pied annulaire. La pâte est le plus souvent à dégraissant calcaire bourgeonnant (fig. 21, n. 81).

231Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, La Magnagnière, période augustéenne (Bérato, Dugas, Galliano 1991, p. 50, fig. 33 à 36).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA : Ier s. av. J.-C. (inédit).

232Cette forme peu fréquente est datée de-100 à 1.

2.2.10. Forme 3430

233Equivalent Bérato 1993a, forme 341.

234Série de bol/coupe dont le bord, court rectiligne ou curviligne, diverge. Le diamètre varie entre 8 et 20 cm. Les surfaces sont lissées (fig. 21, n. 82).

235Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162).
  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 169, fig. 10, 11).
  • Ollières, Saint-Jean, IIe-Ier s. av. J.-C. (prospection H. Donzel).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 6).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 65).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, état IA/B : Ier s. av. J.-C.-premier quart Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.

236Cette forme peu fréquente est datée de -200 à 1.

2.2.11. Forme 3451

237Equivalent Bérato 1993a, forme 334.

238Le bord curviligne externe est haut, redressé et s’évase au dessus d’une carène. La lèvre est amincie. Les surfaces sont lissées. Les diamètres varient de 12 à 20 cm. Ce récipient qui évoque une forme du Bronze final-premier âge du Fer (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, p. 36, fig. 5, 22 à 24) est une production isolée dans le faciès varois contemporain (fig. 21, n o  83).

239Répartition géographique :

240- Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 169, fig. 10, 5 à 7).

241Cette forme rare est datée de-200 à-50.

Fig. 21 – N. 78 : F3410 ; n. 79 et 80 : F3421 ; n. 81 : F3422 ; n. 82 : F3430 ; n. 83 : F3451 ; n. 84 : F3452 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 3452

242Equivalent Bérato 1993a, forme 332.

243Le bord court curviligne externe diverge au dessus d’une carène plus ou moins marquée. La lèvre est amincie. Les surfaces sont lissées/polies (fig. 21, n. 84).

244Répartition géographique :

  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit).
  • Taradeau, Ormeau (Bérato 1993b, fig. 126, 1 et 3).

245Cette forme rare est datée de-100 à 1.

2.3. Categorie 4000 : recipient ouvert allant au feu

2.3.1. Genre 4200 : plat à feu peu profond

246Equivalent Bérato 1993a, genre 420.

247Plat à feu peu profond dont la hauteur varie entre 4 et 9 cm. Le diamètre à l’ouverture varie entre 14 et 46 cm, avec des valeurs préférentielles de 18, 24 et 26 cm. Le profil du récipient présente de nombreuses variations liées à des tours de mains de potiers différents. Nous les regroupons sous la même numérotation car nous considérons qu’il ne s’agit pas de formes distinctes. La lèvre simple peut légèrement rentrer ou rester dans le prolongement du flanc. Elle est le plus souvent arrondie, parfois plus ou moins aplatie ou en amande. Le flanc, plus ou moins divergent, est curviligne ou rectiligne. Le grattage du flanc peut entraîner un démaigrissement plus important dans sa partie moyenne et basse. Son raccordement avec le fond est angulaire, plus rarement arrondi. Le fond est plat et apode. Sur le fond d’un récipient du « bassin d’eau douce » à Marseille (renseignement M. Pasqualini) a été percé avant cuisson un trou légèrement désaxé par rapport au centre, ce qui pourrait correspondre à un trou d’évent, le récipient servant alors de couvercle. La face externe du flanc et du fond est grattée et parfois plus ou moins régularisée secondairement par lissage ou polissage. La face interne du corps est lissée, ainsi que la totalité de la lèvre et exceptionnellement la face externe du flanc, en particulier chez certains individus anciens. La pâte est identique à celle de la forme 1620. Les moyens de préhension sont de fréquence très variable. Ils sont absents ou peu fréquents dans certaines séries : aucun sur 30 individus à Toulon, quartier Besagne, IIe-IVe s. (Bérato et al. 1986a), sur 11 individus aux Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990), sur 15 récipients à Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, Ier-IIIe s. (Bérato 1982, p. 54-60) et sur 22 individus à La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier-troisième quart du IIe s. ap. J.-C. (inédit) ; 2 sur 32 au IIe-IIIe s. avenue Général de Gaulle à Cavalaire ; 30 sur 442 plats soit 7 % au Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C. ; 1 sur 84 individus au Ier-IVe s. à Taradeau, Ormeau (Bérato 1993c, p. 182) ; 1 sur 11 fin Ier-fin période flavienne, 2 sur 22 fin période flavienne-milieu IIe s., 3 sur 25 deuxième moitié IIe-fin Ve s., et sur l’ensemble de l’occupation 6 sur 58 récipients soit 10 % à Saint-Martin à Taradeau. Ils sont plus nombreux sur certains sites urbains et côtiers : 26 % sur 319 individus à Fréjus (Rivet 1982) et 14 sur 66, soit 21 % à Fréjus, La Porte D’Orée (Bérato 1991a, p. 223 et 224, fig. 57, 14 et 15). Leur plus grand nombre semble lié à une chronologie haute, du moins à Fréjus : Ier s.-première moitié du IIe s. (Rivet 1982, p. 244 et 245). Les tenons de préhension sont au nombre de deux et symétriques sur le pourtour du récipient, exceptionnellement au nombre de quatre. Ils s’insèrent horizontalement sur la lèvre ou à mi-hauteur du flanc. Leur forme est variable la plus grande diversité se retrouvant à Fréjus (Rivet 1982, fig. 1 à 10) : lunule simple de type A (Fréjus : Rivet 1982, fig. 1a, 2, 6a et b, 8 et 9), tenon de type B (Rivet 1982, fig. 1b, 3, 4, 5d et 7), tenon de type C (Fréjus, La Porte D’Orée : Bérato 1991a, p. 223 et 224, fig. 57, 14), parfois en queue d’aronde (Rivet 1982, fig. 5a, b et c) et tenon de type D, tenon en forme de large oreille concave vers le haut (Taradeau, Ormeau : Bérato 1993c, fig. 130, 87).

248Cette forme très fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 4210

249Récipient ouvert allant au feu sans moyen de préhension (fig. 22, n. 85 à 95). Une étude préliminaire, avec analyse des matières grasses extraites d’un récipient F4210, a montré que l’huile d’olive y avait été utilisée pour la cuisson de viande (Lecarpentier et al. 1987) et fait envisager que ce plat était utilisé pour les fritures.

250Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, 30 individus pour 1 forme 1620, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990, fig. 13, 94).
  • Cabasse, nécropole de la Calade, Ier-IIe s., tombe 23, 31 et 34 (Gallia Informations 1961, pl. XXIV, 129 ; pl. XXX, 219 et pl. XXXII, 241).
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier-IIIe s. ap. J.-C. (Borréani, Cazalas 1998).
  • La Cadière, Les Salettes, deuxième moitié Ier-début IIIe s. (inédit).
  • Le Castelet, La Pinède, IIe-IIIe s.
  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria (Brun 1993).
  • Cavalaire, villa de Pardigon 1/3, Ier-début IIIe s. (Brun et al. 1988, p. 56, n. 169).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier-IIIe s.
  • Cogolin, Domaine Saint-Maur/Grenouille, fin Ier-IIe s.
  • Fox-Amphoux, Esplanade/cour du Temple (dépôt CAV Draguignan).
  • Fréjus, Le Clos de La Tour (Rivet 1980, p. 789, fig. 7).
  • Fréjus, (Rivet 1982, p. 247 à 253, forme 1 à 10).
  • Fréjus, Pauvadou, atelier de potier, dernier quart du Ier s. (Brentchaloff 1980, p. 105, pl. 6, 22 à 24).
  • Fréjus, La Porte D’Orée (Bérato 1991a, p. 223 et 224, fig. 57, 18 et 19).
  • Fréjus, place Formigé, fin IIe-début IIIe s. (Rivet 2004a, fig. 14, 57).
  • Hyères, Costebelle, fin Ier s. ap. J.-C.-début Ve s. (Borréani, Brun 1990).
  • Hyères, Olbia (collection ancienne Jacques Coupry et ilôt 6 dans un niveau 10-30 ap. J.-C.).
  • Hyères, village de Porquerolles, Hôtel des Mèdes.
  • La Garde, villa Saint-Michel, IIe /IIIe s. (Brun et al. 1989a, fig. 36, 1 et fig. 37, 3).
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Le Muy, Barresse, sondage 1 et 4.
  • Le Muy, Barresse, sondage 2, deuxième moitié Ier-début du IIe s.
  • Pignans, Berthoire, Ier-Ve s.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier-troisième quart du IIe s. ap. J.-C. (Inédit).
  • Saint-Tropez, Les Platanes, IIe-Ve s. ap. J.-C. (Brun 1996).
  • Sanary, La Gorguette, Ier-IIe s. ap. J.-C. (Bérato 1983, p. 86 et 87, fig. 21 et 22).
  • Sanary, Portissol, Ier-IIe s. (Ribot 1983 ; Brien-Poitevin, Ribot 1984).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, Ier-IIIe s. (Bérato 1982, p. 54 à 60, fig. 39 à 49).
  • Taradeau, Ormeau, Ier-IVe s. ap. J.-C. (Bérato 1993c, p. 182, fig. 130, 82 à 87).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254).
  • Taradeau, Saint-Martin, fin Ier-fin Ve s.
  • Toulon, quartier Besagne, IIe-IVe s. (Bérato et al. 1986a, p. 160, fig. 32, 1 à 11).
  • Toulon, îlot Magnaque dès le Ier s.
  • Toulon, îlot de l’Equerre dès le Ier s.
  • Toulon, îlot des Riaux, Ier-Ve s.
  • Trans-en-Provence, Retru (Bérato, Dugas, Babillaud 1990, p. 18, fig. 3).
  • Epave de la Plage d’Argent, Porquerolles, Hyères, 2 individus, matériel de bord ?
  • Epave G du Dramont, Saint-Raphaël, une trentaine d’individus (Joncheray 1986, p. 222, fig. 5).

251Cette forme très fréquente est datée de 25 à 400.

Fig. 22 – N. 85 à 95 : F4210 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 4221

252Récipient ouvert allant au feu, muni de deux tenons de préhension horizontaux qui s’insèrent symétriquement sur la lèvre (fig. 23, n. 96).

253Répartition géographique :

  • Fréjus, Le Clos de La Tour.
  • Fréjus, tenon type A (Rivet 1982, fig. 1a, 2, 6a et b, 8 et 9).
  • Fréjus, tenon type B (Rivet 1982, fig. 1b, 3, 4, 5d et 7).
  • Fréjus, tenon type C (Fréjus, La Porte D ‘ Orée : Bérato 1991a, p. 223 et 224, fig. 57, 14 et 15), parfois en queue d’aronde (Rivet 1982, fig. 5a, b et c).
  • Hyères, Olbia type B (inédit).
  • Taradeau, Ormeau, tenon type D en large oreille concave vers le haut (Bérato 1993c, fig. 130, 87).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254).
  • Epave G du Dramont, Saint-Raphaël, nombreux tenons de préhension isolés (Joncheray 1986, p. 222, fig. 5).
  • Epave Barthélemy, Saint-Raphaël, deux individus dont un avec quatres tenons de préhension en oreille (Joncheray 2004a, p. 58 et 59).

254Cette forme fréquente est datée de 25 à 400.

Fig. 23 – N 96 : F4221 ; n. 97 à 99 : F4222 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 24 – N. 100 : F4223 ; n. 101 : F4311 ; n. 102 : F4811 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 4222

255Récipient ouvert allant au feu muni de deux tenons de préhension horizontaux qui s’insèrent symétriquement à mi-hauteur sur le flanc (fig. 23, n. 97 à 99).

256Répartition géographique :

  • Fréjus, Le Clos de La Tour.
  • Toulon, le Port (Bérato 1993a, fig. 6, 49).

257Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 4223

258Récipient ouvert allant au feu/poêlon, muni d’un manche plein cylindrique ou quadrangulaire aux angles arrondis, qui s’insère horizontalement et largement sur le flanc convexe légèrement divergent (fig. 24, n. 100).

259Répartition géographique :

  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Toulon, fouilles du Port (Bérato 1993a, fig. 6, 52).

260Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

2.3.2. Forme 4311 : Plateau/plaque à rebord

261Equivalent Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 30, 312.

262Plaque en céramique avec un rebord de faible hauteur inférieur à 1 cm (fig. 24, n. 101).

263Répartition géographique :

  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 53, 1452).
  • Sanary, Le Mont Garou, 170/150 – fin IIe s. av. J.-C. (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 30, 312).

264Cette forme rare est datée de-200 à-100.

2.3.3. Forme 4811 : terrine

265Equivalent Bérato 1993a, forme 481.

266Terrine à rebord horizontal divergent sur un flanc vertical, plus ou moins rectiligne et gratté. L’ouverture est ovalaire. Le diamètre maximal est de 20 cm. Le fond est plat (fig. 24, n. 102).

267Répartition géographique :

268- Fréjus, Sainte-Croix, de formeovale, l’embouchure est une ellipse de 14 sur 20 cm et la hauteur est de 8,50 cm. (Rivet 1982, p. 255, fig. 15).

269Cette forme rare est datée de 25 à 400.

Forme 4812

270Le rebord horizontal diverge sur un flanc vertical, plus ou moins rectiligne et gratté. L’ouverture est arrondie. Le diamètre d’ouverture est de 20 cm. Le fond est plat.

271Répartition géographique :

  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier-IIIe s.
  • Hyères, village de Porquerolles, Hôtel des Mèdes.
  • Saint-Tropez, Les Platanes, Ve s. ap. J.-C., résiduel (Brun 1996).

272Cette forme rare est datée de 25 à 400.

2.4. Categorie 5000 : jatte et mortier

2.4.1. Forme 5110

273Equivalent Bérato 1993a, genre 510.

274Série de jattes à flanc convexe plus ou moins divergent. Les diamètres varient entre 16 et 60 cm avec des valeurs préférentielles de 22, 24, 38 et 40 cm. La lèvre est simple aplatie ou arrondie et peut être décorée de motifs incisés ou imprimés rectilignes, obliques et parallèles, ou en chevrons. Un versoir peut être imprimé au doigt sur son bord libre. Les surfaces sont lissées, parfois peignées à l’extérieur.

275Cette forme datée de-800 à 25, est moins fréquente à la fin de l’âge du Fer.

Forme 5111

276Equivalent Bérato 1993a, forme 511.

277Jatte à flanc convexe à lèvre simple non décorée et sans versoir (fig. 25, n. 103 et 104).

278Répartition géographique :

279- Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-première moitié Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162, fig. 6, 4).

  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 169, fig. 10, 8).
  • Le Bourguet, Chiron (prospection M. Borréani et Fr. Laurier).
  • Carnoules, Bron, fin IIe /troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 51, fig. 12, 47).
  • La Celle, salle capitulaire de l’abbaye, Ier s. av. J.-C.
  • Hyères, île du Levant, Ier s. av. J.-C. (Borréani et al. 1992, p. 396, fig. 13, 11).
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pignans, Berthoire.
  • Plan-d’Aups, Petit-Giniez, IIe-Ier s. av. J.-C. (Cruciani 2000, fig. 3, 2).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, case D, us 403, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 17, 42 à 50) et Roquefeuille 4, case D, 374-126 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 271, fig. 16, 29 et 31).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début
  • Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 63 et 64).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.-troisième quart du IIe s. ap. J.-C. (inédit).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 47).
  • Saint-Maximin, Le Plantier (Bérato et al. 2001, p. 117).
  • Taradeau, Ormeau, Ier av.-IVe s. ap. J.-C. (Bérato 1993c, p. 182, fig. 130, 88).

280Cette forme datée de-800 à + 25 est moins fréquente à la fin de l’âge du Fer.

Forme 5112

281Equivalent Bérato 1993a, forme 511a.

282Jatte à flanc convexe à lèvre simple non décorée avec versoir imprimé au doigt (fig. 25, n. 106).

283Répartition géographique :

  • Pourrières, Roquefeuille 4, cabane 4, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 17, 49).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, cabane 4, us 403, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 17, 53).
  • Saint-Maximin, oppidum de Cinq-Pont (Bérato et al. 2001, p. 108 et 109, fig. 3, 4).

284Cette forme datée de-800 à + 25 est moins fréquente à la fin de l’âge du Fer.

Forme 5121

285Jatte à flanc convexe à lèvre décorée et sans versoir (fig. 25, n. 105).

286Répartition géographique :

  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers (Fiches et al. 1996, fig. 25, 73).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 48).

287Cette forme datée de-800 à 1 est moins fréquente à la fin de l’âge du Fer.

Forme 5122

288Jatte à flanc convexe à lèvre décorée avec versoir imprimé au doigt (fig. 25, n. 107).

289Répartition géographique :

290- La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (Bérato 1993a, fig. 7, 56).

291Cette forme datée de-800 à 25 est moins fréquente à la fin de l’âge du Fer.

2.4.2. Forme 5211

292Equivalent Bérato 1993a, forme 512.

293Jatte à flanc rectiligne et lèvre simple sans décor et sans versoir. Le fond est plat (fig. 26, n. 108).

294Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 166 et 168, fig. 11, 23 et 24).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier-IIIe s. ap. J.-C.
  • Carnoules, Bron, fin IIe-troisième quart Ier s. av. J.-C. (Bérato 2003a, p. 51, fig. 12, 48).
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pignans, Berthoire, Ier-Ve s. ap. J.-C.
  • Plan-d’Aups, Petit-Giniez, IIe-Ier s. av. J.-C. (Cruciani 2000, fig. 4, 14).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 17, 42 et 50).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 63 et 75).
  • Saint-Maximin, villa des Jarres (Bérato et al. 2001, p. 112, fig. 4, 12).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 49).

295Cette forme datée de-500 à 1 est moins fréquente à la fin de l’âge du Fer.

Fig. 25 – N. 103 et 104 : F5111 ; n. 105 : F5121 ; n. 106 : F5112 ; n. 107 : F5122 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 5212

296Equivalent Bérato 1993a, variante forme 512.

297Jatte à flanc rectiligne et lèvre simple sans décor. Un versoir est imprimé au doigt sur le bord libre. Le fond est plat (fig. 26, n. 109).

298Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990, p. 26, fig. 13, 4).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 13, 2).
  • Taradeau, Le Fort, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, fig. 6, 40).

299Cette forme datée de-800 à 1 est moins fréquente à la fin de l’âge du Fer.

Forme 5213

300Jatte à flanc rectiligne et lèvre simple muni d’une anse horizontale. Le fond est plat (fig. 26, n. 110).

301Répartition géographique :

302- Taradeau, Saint-Martin, avec un départ d’anse sur la lèvre.

303Cette forme rare est datée de-800 à 1.

Forme 5214

304Jatte à flanc rectiligne et lèvre simple muni d’une anse en forme d’oreille sous le bord qui peut être évasé ou dans le prolongement du flanc (fig. 26, n. 111).

305Répartition géographique :

306- Taradeau, Saint-Martin, avec préhension en forme d’oreille.

307Cette forme rare est datée de-800 à 1.

Forme 5215

308Jatte à flanc rectiligne et bord divergent (fig. 27, n. 112).

309Répartition géographique :

310- Le Val, Couloir des Eissartènes.

Forme 5221

311Equivalent Bérato 1993a, variante forme 512.

312Jatte à flanc rectiligne et lèvre simple arrondie ou aplatie décorée d’incisions ou d’impressions et sans versoir (fig. 27, n. 113 et 114).

313Répartition géographique :

314- La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit). Cette forme rare est datée de-800 à 1.

2.4.3. Forme 5310

315Jatte à flanc caréné avec bord divergent à double inflexion. La lèvre est arrondie et amincie (fig. 27, n. 115).

Fig. 26 – N. 108 : F5211 ; n. 109 : F5212 ; n. 110 : F5213 ; n. 111 : F5214 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 27 – N. 112 : F5215 ; n. 113 et 114 : F5221 ; n. 115 : F5310 ; n. 116 : F5711 ; n. 117 : F5712 ; n. 118 : F5713 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

316Répartition géographique :

317- La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit). Cette forme rare est datée de-800 à 1.

2.4.4 Genre 5700 : mortier

Forme 5711

318Equivalent Bérato 1993a, forme 541a.

319Mortier imitant la céramique à pâte claire massaliète Bats F633 (fig. 27, n. 116).

320Le bord curviligne divergent est marqué sur son bord supérieur par une rainure. Le flanc est convexe et les surfaces sont lissées/polies.

321Répartition géographique :

  • La Cadière, Les Paluns Occidentaux 3 (renseignement J.-M. Théveny).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 185, pl. 52, 1446 à 1448).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 8).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 13, 4).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83, fig. 15, 3).

322Cette forme rare, de site côtier héllénisé, est datée de-290 à-125.

Forme 5712

323Equiv. Bérato 1993a, forme 541b.

324Mortier imitant la céramique à pâte claire massaliète Bats F623 (fig. 27, n. 117).

325Le bord évasé est bombé ou plat, mais sans rainure. Le flanc est convexe et les surfaces sont lissées/polies.

326Répartition géographique :

  • Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 185, pl. 52, 1435, 1436 et 1438).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 7).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 13, 5 et 6).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82, fig. 14, 2).

327Cette forme rare, de site côtier héllénisé, est datée de-200 à-125.

Forme 5713

328Mortier imitant le mortier à pâte claire massaliète (fig. 27, n. 118).

329Le bord évasé plat est pendant. Le flanc est convexe et les surfaces sont lissées.

330Répartition géographique :

331- Pourrières, Le pain de Munition (renseignement F. Marty).

332Cette forme rare est datée de-200 à 1.

2.5. Catégorie 6000 : faitout

2.5.1 : Forme 6111

333Equivalent Bérato 1993a, forme 611.

334Faitout à flanc bitronconique à bord droit court et divergent. Le fond est plat et apode. Il n’y a pas de moyen de préhension. Les surfaces sont lissées (fig. 28, n. 120).

335Répartition géographique :

  • Châteauvieux, grotte 7 des Baumes de Costevieille, avec décor ondé et lignes de triangles imprimés (Vindry 1978, fig. 23, 71).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier, s. av. J.-C. (Bérato 1993a, fig. 7, 60).

336Cette forme rare est datée de-200 à 1.

Forme 6121

337Faitout à bord droit court divergent et flanc convexe. Le fond est plat et apode. Il n’y a pas de moyen de préhension. Les surfaces sont lissées (fig. 28, n. 119 et 121).

338Répartition géographique :

  • La Garde, villa Saint-Michel (Brun et al. 1989a).
  • Hyères, Porquerolles, La Galère (Brun 1991, fig. 32, 16).
  • Hyères, Olbia, îlot 6, 50-40 av. J.-C. – 10 ap. J.-C. (Hirbec 2001).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier, s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 52, 57).

339Cette forme rare est datée de-200 à 1.

Forme 6122

340Faitout à bord droit court divergent et flanc convexe. Le fond est plat et apode. Tenon de préhension en forme de lunule inséré à mi-hauteur sur le flanc. Les surfaces sont lissées (fig. 28, n. 122).

341Répartition géographique :

342- Evenos, Saint-Estève (Brun 1984, fig. 12, 4). Cette forme rare est datée de-100 à 1.

2.5.2 : Genre 6130 : imitation de faitout importé

Fig. 28 – N. 119 et 121 : F6121 ; n. 120 : F6111 ; n. 122 : F6122 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 6131

343Equivalent Bérato 1993a, forme 631.

344Faitout à bord à ressaut interne en gouttière imitant un des ustensiles de base de la vaisselle culinaire grecque, le lopas. Flanc convexe. Surface lissée (fig. 29, n. 123).

345Répartition géographique :

  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 161 et 162, 1109 à 1151).
  • La Garde, villa Saint-Michel, résiduel (Brun et al. 1989a, fig. 41, 3).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140), Bérato et al. 1996, p. 82, fig. 14, 6).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83, fig. 15, 2).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C. (inédit).

346Cette forme rare est datée de-300 à-100.

Forme 6132

347Equivalent Bérato 1993a, forme 632a.

348Faitout à bord en gouttière surmontant un flanc convexe/rectiligne, à fond convexe, imitant la céramique modelée de la région de Marseille, forme Arcelin 4c, variante 1 (Arcelin 1979) (fig. 29, n. 124).

  • Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 191, pl. 54, 1475).
  • Ollioulles, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 7, 63).

349Cette forme rare, de site côtier hellénisé, est datée de-150 à-100.

Forme 6134

350Equivalent Bérato 1993a, forme 632b.

351Faitout à bord court et divergent sur un flanc convexe, imitant la céramique modelée de la région de Marseille, forme Arcelin 4c, variante 2 (Arcelin 1979) (fig. 29, n. 128).

352Répartition géographique :

  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.
  • Evenos, Saint-Estève, IIe-Ier s. av. J.-C. (Brun 1984, fig. 12, 3).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 191, pl. 54, 1476).
  • Ollioules, La Courtine (Bérato 1993a, fig. 7, 62).
  • Ollioules, La Courtine, phase 6 (175/150) (Bérato et al. 1996, p. 81).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82, fig. 14, 4).
  • Sanary, Le Mont-Garou (Amann 1977, p. 202, pl. 82, 1).

353Cette forme rare est datée de-150 à-100.

Forme 6135

354Faitout à bord divergent. Un tenon en forme de lunule s’insère sur le bord libre de la lèvre. Le flanc est convexe (fig. 29, n. 126).

355Répartition géographique :

356- Hyères, Costebelle, Ier s. av. J.-C. (Borréani, Brun 1990, fig. 20, 1).

357Cette forme rare est datée de-150 à-100.

Forme 6137

358Faitout à bord court divergent sur un flanc convexe verticalisé, imitant la céramique non tournée des ateliers des Alpilles, forme 5b, groupe 2, série 1 (Arcelin 1979, pl. 105, 635 et 646) (fig. 29, n. 127).

359Répartition géographique :

360- Fréjus, Valescure (inédit).

361Cette forme rare est datée de-100 à-20.

2.5.3 : Forme 6510 : faitout à bord en baïonnette sans moyen de préhension

362Equivalent Bérato 1993a, forme 651.

363Série de faitouts à bord divergent droit ou légèrement concave externe faisant avec l’encolure un trajet en baïonnette. Le diamètre varie entre 14 et 38 cm, avec une valeur préférentielle autour de 20 cm. La hauteur varie entre 4 et 12 cm. Le profil de ce faitout présente de nombreuses variantes liées au modelage comme pour la forme 4210. L’aspect en baïonnette de l’encolure peut être atténué. La carène est franche ou émoussée. Le flanc plus ou moins diergent, est rectiligne ou galbé. Sa jonction avec le fond est angulaire ou arrondie. Le fond apode, est plat ou légèrement bombé convexe externe. La surface interne et l’encolure sont lissées, le flanc et le fond sont grattés. Un individu retrouvé dans le port de Toulon contenait de la poix utilisée pour le calfatage des bateaux (renseignement M. Pasqualini).

Forme 6511

364Equivalent Bérato 1993a, forme 651a.

365Faitout à bord en baïonnette. Le fond apode est plat (fig. 30, n. 129 à 131).

366Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990).
  • Cabasse, nécropole de la Calade, Ier-IIe s. (Gallia Informations 1961, pl. XXIX, 205).
  • La Cadière, Les Salettes, deuxième moitié Ier-début IIIe s. (inédit).
  • Le Castelet, La Pinède, IIe-IIIe s.
  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria (Brun 1993b).
  • La Croix-Valmer, villa de Pardigon 1/3, Ier-début IIIe s. (Brun et al. 1988, p. 56, n. 170).
  • La Garde, villa Saint-Michel, IIe /IIIe s. (Brun et al. 1989a, fig. 34, 2 et 4 et fig. 36, 1 et 2).
  • Fréjus, Le Clos de La Tour (Rivet 1980).
  • Fréjus (Rivet 1982, p. 252 et 255, fig. 12 et 14).
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 224, fig. 57, 18 et 19).
  • Hyères, Costebelle, fin Ier s. ap. J.-C.-début Ve s. (Borréani, Brun 1990, fig. 21, 19).
  • Hyères, Olbia (collection ancienne fouilles Jacques Coupry).
  • Hyères, village de Porquerolles, Hôtel des Mèdes.
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Pignans, Berthoire, Ier-Ve s.
  • Saint-Tropez, Les Platanes, Ve s. ap. J.-C. (Brun 1996).
  • Sanary, Portissol, Ier-IIe s. (Ribot 1983 ; Brien-Poitevin, Ribot 1984).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, Ier-IIIe s. (Bérato 1982, p. 54 à 60, fig. 50).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, IIe s. ap. J.-C. (inédit).
  • Taradeau, Ormeau, Ier-IIe s. (Bérato 1993d, fig. 132, 105 à 110).
  • Taradeau, Saint-Martin, fin Ier-fin Ve s.
  • Toulon, îlot Magnaque, dès le Ier s.
  • Toulon, îlot de l’Equerre, dès le Ier s.
  • Toulon, îlot des Riaux, Ier-Ve s.
  • Epave G du Dramont, une dizaine d’individus (Joncheray 1986, p. 222, fig. 6).

367Cette forme fréquente est datée de 25 à 400.

Fig. 29 – N. 123 : F6131 ; n. 124 : F6132 ; n. 125 : F6133 ; n. 126 : F6135 ; n. 127 : F6137 ; n. 128 : F6134 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 6512

368Le fond apode est bombé convexe externe (fig. 30, n. 132 à 134).

369Répartition géographique :

  • La Croix-Valmer, villa Pardigon 1/3, Ier-début IIIe s. (Bérato 1993a, fig. 8, 66).
  • Fréjus (Rivet 1982, p. 255, fig. 8b et 14).
  • Fréjus, place Formigé, fin IIe-début IIIe s. (Rivet 2004, fig. 14, 58).
  • Hyères, Olbia (Bats 1998 et al., fig. 42, 78).
  • Toulon, quartier Besagne (Bérato et al. 1986a, p. 163, fig. 32, 31).

370Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

2.5.4 : Forme 6520 : faitout à bord en baïonnette avec tenons de préhension

371Faitout à bord en baïonnette. Le fond peut être plat ou convexe.

372Deux tenons de préhension, en forme de lunule simple ou aux extrémités amincies ou élargies, s’insérent symétriquement et horizontalement sur la carène : 2 sur 3 individus du IIe-IIIe s. à Cavalaire, Heraclea Caccabaria ; 3 sur 6 Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223) ; 1 sur 2 individus lors des dernières décennies du Ier s. à Toulon, îlot Magnaque, mais il est le seul moyen de préhension sur 62 récipients modelés ; 7 sur 19 faitouts au Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C. ; 1 sur 15 individus à Taradeau, Ormeau, deuxième quart Ier-IVe s. ap. J.-C. (Bérato 1993c, p. 184, fig. 132, 106) ; aucun avant la deuxième moitié du IIe s. et 1 sur 2 avant la fin du Ve s. à Taradeau, Saint-Martin et aucun sur 7 à Saint-Tropez, Les Platanes, Ve s. ap. J.-C. (Brun 1996).

373Répartition géographique :

  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria.
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 223).
  • Le Muy, ferme de Baresse.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit).
  • Saint-Tropez, Les Platanes, Ve s. ap. J.-C. (Brun 1996).
  • Taradeau, Saint-Martin.
  • Toulon, îlot Magnaque.

374Cette forme fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 6521

375Equivalent Bérato 1993a, forme 651a.

376Faitout à bord en baïonnette. Le fond apode est plat. Deux tenons en forme de lunule s’insèrent horizontalement et de façon symétrique sous la carène (fig. 30, n. 135 et fig. 31, n. 136 à 141).

377Répartition géographique :

  • Le Castelet, La Pinède, IIe-IIIe s. (Théveny inédit).
  • Fréjus (Rivet 1982, fig. 11).
  • Pignans, Berthoire, Ier-Ve s.
  • Toulon, quartier Besagne, IIe-IVe s. (Bérato 1993a, fig. 8, 70).

378Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 6522

379Equivalent Bérato 1993a, forme 651b.

380Faitout à bord en baïonnette. Le fond apode est convexe. Deux tenons en forme de lunule s’insèrent horizontalement et de façon symétrique sous la carène (fig. 32, n. 142).

381Répartition géographique :

382- Hyères, Olbia, le puits du carrefour central, IIIe s. (Bats 1998 et al., fig. 42, 78 ; Bresciani, Excoffon 2004, p. 198 à 200, fig. 15).

383Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

2.5.5. Forme 6530 : faitout avec bord en gouttière interne

Forme 6531

384Equivalent Bérato 1993a, variante forme 652.

385Le bord convexe externe divergent présente un ressaut interne en gouttière et prend un aspect en baïonnette. Le diamètre varie entre 18 et 31 cm. Le flanc convexe est gratté, ainsi que le fond qui est plat (fig. 32, n. 143 et 144).

386Répartition géographique :

  • Fréjus, Le Clos de La Tour (Rivet 1980, p. 791, fig. 9, 790, fig. 8a).
  • Fréjus, le Clos de la Tour (Rivet 1982, p. 254, fig. 13a).
  • La Garde, Saint-Michel (Brun et al. 1989a, fig. 36, 2).
  • Toulon, fouille du quartier du port (inédit). Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

Fig. 30 – N. 129 à 131 : F6511 ; n. 132 à 134 : F6512 ; n. 135 : F6522 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 6532

387Equivalent Bérato 1993a, variante forme 652.

388Le bord convexe externe divergent présente un ressaut interne en gouttière et prend un aspect en baïonnette. Le flanc convexe est gratté, ainsi que le fond qui est convexe (fig. 32, n. 145).

389Répartition géographique :

390- Fréjus, Le Clos de La Tour (Rivet 1980, p. 791, fig. 9 et p. 790, fig. 13b).

391Cette forme peu fréquente est datée de 25 à 400.

Forme 6533

392Equivalent Bérato 1993a, forme 652.

393Le bord convexe externe divergent présente un ressaut interne en gouttière et prend un aspect en baïonnette avec le flanc qui est redressé et convexe (fig. 33, n. 146).

394Répartition géographique :

  • Le Castelet, La Pinède (Bérato 1993a, fig. 8, 68).
  • Fréjus, place Formigé, fin IIe-début IIIe s. (Rivet 2004, fig. 14, 61).

395Cette forme rare est datée de 25 à 400.

Fig. 31 – N. 136 à 141 : F6521 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 32 – N. 142 : F6522 ; n. 143 et 144 : F6531 ; n. 145 : F6532 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Fig. 33 – N. 146 : F6533 ; n. 147 : F6541 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

2.5.6 : Forme 6541

396Faitout à bord court divergent et légèrement curviligne surmontant une carène. Le diamètre d’ouverture est de 24 cm. Le flanc convexe est gratté sur sa face externe. La morphologie évoque celle d’une production de céramique commune à pâte brune de la région aixoise (fig. 33, n. 147).

397Répartition géographique :

398- Le Muy, Barresse (inédit).

399Cette forme rare est datée de 25 à 400.

2.6. Catégorie 7000 : marmite

Forme 7311

400Marmite avec anse en oreille collée sur un bord divergent et flanc globulaire, imitant la céramique non tournée de la région de Marseille forme 5a, variante 1 (Arcelin 1979) (fig. 34, n. 148).

401Répartition géographique :

402- Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 192, fig. 54, 1477 et 1478).

403Cette forme rare de site côtier héllénisé est datée de-200 à-100.

Forme 7321

404Equiv. Bats 1988, 192, fig. 54, 1479 à 1482.

405Marmite à bord court divergent, imitant la céramique non tournée de la région de Marseille forme 5a, variante 2 (Arcelin 1979) (fig. 34, n. 149).

406Répartition géographique :

407- Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 192, fig. 54, 1479 et 1482).

408Cette forme rare de site côtier héllénisé est datée de-200 à-100

Forme 7322

409Marmite munie d’un tenon en forme de lunule fixé sur la lèvre, imitant la céramique non tournée de la région de Marseille forme 5a, variante 2 (Arcelin 1979) (fig. 34, n. 150).

410Répartition géographique :

411- Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 192, fig. 54, 1481).

412Cette forme rare de site côtier héllénisé est datée de-200 à-100.

Forme 7323

413Marmite munie d’un goulot cylindrique verseur lèvre imitant la céramique non tournée de la région de Marseille forme 5a, variante 2 (Arcelin 1979) (fig. 34, n. 151).

414Répartition géographique :

415- Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 192, fig. 54, 1480).

416Cette forme rare de site côtier héllénisé est datée de -200 à -100.

Forme 7331

417Marmite à bord divergent triangulaire par épaississement de la jonction bord-épaule et flanc globulaire, imitant la céramique non tournée de la région de Marseille forme 4d, variante 3 (Arcelin 1979) (fig. 34, n. 152).

418Répartition géographique :

419- Hyères, Olbia (Bats 1988, p. 190, fig. 53, 1457 et 1458).

420Cette forme rare de site côtier hellénisé est datée de-200 à-100.

Forme 7332

421Marmite à bord évasé triangulaire par épaississement de la jonction bord-épaule avec élément de préhension en étrier collé sur le haut du flanc qui est décoré (fig. 34, n. 153).

422Répartition géographique :

423- Châteauvieux, grotte 7 des baumes de Costevieille (Vindry 1978, fig. 24, 84).

424Cette forme rare est datée de -200 à la fin du Ier s.

Fig. 34 – N. 148 : F7311 ; n. 149 : F7321 ; n. 150 : F7322 ; n. 151 : F7323 ; n. 152 : F7331 ; n. 153 : F7332 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

2. 7. Catégorie 8000 : couvercle

2.7.1. Genre 8100 : couvercle creux conique ou en calotte de sphère

425Equivalent Bérato 1993a, genre 810.

426Série de couvercles creux dont le vaisseau est conique ou en calotte de sphère. Le diamètre varie entre 8 et 28 cm. La morphologie du bord est variable. Les surfaces sont généralement lissées, rarement la face externe est grattée (Port-Issol, Sanary : Ribot 1983). La pâte est le plus souvent à dégraissant calcaire ou quartzeux après le changement d’ère. Des trous d’évent sont percés sans localisation systématique (Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts : Bérato et al. 2001, p. 108-109, fig. 3, 9), parfois à travers le bouton de préhension (Bérato 1993a, fig. 8, 74). Un individu porte une série de trous forés dans la lèvre, dont l’explication doit être la même que celle envisagée pour l’urne F1513. Les moyens de préhension, souvent retrouvés isolés, sont divers. Le décor est exceptionnel.

427Cette forme fréquente durant tout l’âge du Fer, rare après le changement d’ère, est datée de-800 à + 300.

Forme 8111

428Couvercle creux de forme tronconique haute. Le bord, dans la continuité du corps, présente une lèvre simple arrondie, amincie, parfois épaissie. Le moyen de préhension est en forme de couronne basse (fig. 35, n. 154).

429Répartition géographique :

  • Ollioules, La Courtine (Arcelin, Bérato, Brien-Poitevin 1988, fig. 5, 29).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C (inédit).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier, s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 57, 108).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, fig. 128, 57).

430Cette forme fréquente durant tout l’âge du Fer, rare après le changement d’ère, est datée de-700 à + 100.

Forme 8112

431Couvercle creux de forme tronconique basse. Le bord, dans la continuité du corps, présente une lèvre simple arrondie, amincie, parfois épaissie. Le moyen de préhension est en forme de couronne. Il existe des trous d’évents, mais pas de décor (fig. 35, n. 155).

432Répartition géographique :

  • Evenos, Saint-Estève, IIe-Ier s. av. J.-C. (Brun 1984, fig. 12, 7).
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 76).

433Cette forme peu fréquente est datée de-700 à-100.

Forme 8113

434Couvercle creux de forme tronconique. Le moyen de préhension, en forme de bouton cylindrique plein, a une surface supérieure plane ou concave. Il existe des trous d’évents, mais pas de décor (fig. 35, n. 156).

435Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 172, fig. 11, 12 et 23).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 164).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier-IIIe s.
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998).
  • Fréjus, La Porte Dorée (Bérato 1991a, p. 224, fig. 57, 20).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 54, 1483 et 1484).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pignans, Berthoire, Ier-Ve s.
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C. (inédit).
  • Sanary, Le Mont-Garou, période 8 (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 27, 281 à 285).
  • Sanary, Port-Issol, surfaces externes grattées (Ribot 1983).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier, s. av. J.-C., Bérato 1993b, p. 76, fig. 57, 106, 108 et 109).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, p. 180, fig. 128, 58 à 62).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.
  • Toulon, quartier Besagne, IIe s. ap. J.-C. (Bérato et al. 1986a, p. 163, fig. 32, 32).
  • Tourves, Saint-Probace, deuxième moitié IIe-premier quart Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Hameau 2000, p. 154, fig. 5, 8).

436Cette forme fréquente est datée de-200 à + 300.

Forme 8114

437Couvercle creux en calotte de sphère. Le moyen de préhension est en forme d’anse de section arrondie, plate ou triangulaire (fig. 35, n. 160).

438Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990, fig. 13, 92).
  • Les Arcs-sur-Argens, Quartier Saint-Jean, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Babillaud 1989, p. 223, fig. 7).
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 9).
  • Taradeau, Le Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 57, 107).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, fig. 128, 63).

439Cette forme peu fréquente est datée de-200 à-25.

Forme 8121

440Equivalent Bérato 1993a, forme 812.

441Couvercle creux conique dont le bord est divergent avec une lèvre arrondie. Le moyen de préhension n’est pas précisable et il n’y a pas de décor (fig. 35, n. 157).

442Répartition géographique :

  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175) (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 9).
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83, fig. 14, 1).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 50).
  • Sanary, Portissol, villa, Ier-IVe s. (Brachet et al. 1999).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 57, 104 avec des trous d’évent percés au bas du vaisseau, 105 et 110).

443Cette forme fréquente est datée de-700 à 1.

Fig. 35 – N. 154 : F8111 ; n. 155 : F8112 ; n. 156 : F8113 ; n. 157 : F8121 ; n. 158 : F8122 ; n. 159 et 161 : F8212 ; n. 160 : F8114 ; n. 162 : F8123 ; n. 163 : F8211 ; n. 164 : F8215 ; n. 165 : F8214 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 8122

444Couvercle creux conique dont le bord est évasé avec une lèvre arrondie. Le moyen de préhension est une anse de section arrondie (fig. 35, n. 158).

445Répartition géographique :

446- Ollioules, La Courtine (Bérato 1993a, fig. 8, 73). Cette forme peu fréquente est datée de-400 à-100.

Forme 8123

447Couvercle creux conique dont le bord est évasé en collerette avec une lèvre arrondie. Le moyen de préhension est en forme de couronne. Il existe des trous d’évents (fig. 35, n. 162).

448Répartition géographique :

  • Evenos, Saint-Estève, IIe-Ier s. av. J.-C. (Brun 1984, fig. 9, 6).
  • Saint-Maximin, habitat groupé et fortifié de Cinq-Ponts (Bérato et al. 2001, p. 108 et 109, fig. 3, 9).

449Cette forme peu fréquente est datée de-200 à 1.

2.7.2. Genre 8200 : couvercle plat

Forme 8210

450Equivalent Bérato 1993a, forme 821.

451Série de couvercles dont le corps est une plaque cylindrique et plate. La lèvre est simple. Le diamètre varie entre 8 et 30 cm. Les surfaces sont généralement lissées, rarement peignées à l’extérieur. Des trous d’évent peuvent être percés sans localisation systématique, le plus souvent près du tenon de préhension. Les moyens de préhension, souvent découverts isolés, sont divers.

452Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Le Castelard, IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 172, fig. 11, 40).
  • Les Arcs-sur-Argens, Les Clarettes, Ier-IIe s. ap. J.-C. (Pasqualini, Reynier 1983).
  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 166 et 168).
  • Les Arcs-sur-Argens, Saint-Jean (Bérato, Dugas, Babillaud 1989).
  • Cabasse, La Grande Pièce, Ier-IIIe s. ap. J.-C. (Borréani, Cazalas 1998).
  • Le Cannet-des-Maures, La Trinité/Les Blaïs, Ier-IIIe s. ap. J.-C.
  • Le Castelet, le Galantin, us 202, Ier-IIIe s. ap. J.-C.
  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria.
  • La Celle, salle capitulaire de l’abbaye, Ier s. av. J.-C.
  • Draguignan, abri sous roche Le Dragon, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Gayrard 1998).
  • Fréjus, La Porte D’Orée (Bérato 1991a, p. 224).
  • Hyères, Olbia (Bats 1988, pl. 57, 1534).
  • Hyères, village de Porquerolles, Hôtel des Mèdes.
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C.
  • Ollioules, La Courtine, phase 7 (150/140) (Bérato et al. 1996, p. 82).
  • Ollioules, La Courtine, phase 8 (140/125) (Bérato et al. 1996, p. 83).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, case D, 275-175 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272) et Roquefeuille 4, case D, 374-126 av. J.-C. (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 271, fig. 16, 35).
  • Saint-Maximin, Francon-La Roquette (Bérato et al. 2001, p. 112).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier s. av. J.-C.-Ier s. ap. J.-C. (inédit).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier s. av. J.-C., (Bérato 1993b, p. 76, fig. 57, 111 et 112).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254).
  • Taradeau, Saint-Martin, Ier s. av. J.-C.-fin Ve s. ap. J.-C.
  • Tourves, Saint-Probace, deuxième moitié IIe-premier quart Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Hameau 2000, p. 154, fig. 5, 9 et 10).

453Cette forme fréquente est datée de-200 à + 300.

Forme 8211

454Couvercle plat sans moyen de préhension (fig. 35, n. 163).

455Répartition géographique :

456- Vallauris, Mont Pezou, fin IIe-Ier s. av. J.-C. (Besson 1996, pl. XXXIX, 610).

457Forme peu fréquente datée de-200 à 1.

Forme 8212

458Couvercle plat avec moyen de préhension en forme d’anse plate ou en boudin de section plus ou moins cylindrique, carrée ou triangulaire. Il existe des trous d’évent (fig. 35, n. 159 et 161).

459Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, La Cabredor, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26, fig. 13, 19).
  • Les Arcs-sur-Argens, Quartier Saint-Jean, Ier s. av. J.-C., (Bérato, Dugas, Babillaud 1989, p. 223, fig. 8).
  • Fréjus, nécropole du Pauvadou, tombe 32, en place sur une urne F1611 (Béraud et al. 1985, n. 48).
  • Pignans, Berthoire, Ier-IVe s.
  • Puget-sur-Argens, Les Escaravatiers, Ve-début Ier s. av. J.-C. (Fiches et al. 1996, fig. 25, 77).
  • Taradeau Fort, IIe-Ier, s. av. J.-C. (Bérato 1993b, p. 76, fig. 57, 111 et 112).
  • Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C., Bérato 1993c, fig. 128, 67 et 68).
  • Taradeau, Tout-Egau, Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 254, avec trou d’évent).
  • Epave Lardier 4, La Croix-Valmer (Joncheray 2004b, p. 101).

460Cette forme fréquente est datée de-200 à 300.

Forme 8214

461Couvercle plat, dont le bouton de préhension cylindrique et plein a une surface supérieure plate ou concave. Il existe des trous d’évent (fig. 35, n. 160).

462Répartition géographique :

463- Taradeau, Ormeau, Ier s. av. J.-C. (Bérato 1993c, fig. 128, 67 et 68).

464Cette forme fréquente est datée de-200 à + 300.

Forme 8215

465Couvercle plat dont le bouton de préhension cylindrique et plein a un aspect concave en regard sur la surface inférieure du couvercle (fig. 35, n. 164).

466Répartition géographique :

467- La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (Bérato 1993a, fig. 9, 76 et inédit).

468Cette forme rare est datée de-200 à 1.

Forme 8511

469Equivalent Bérato, Borréani, Laurier 1994 ; Bérato et al. 1995a, fig. 11, 27.

470Palet/opercule, taillé dans le flanc d’un récipient, de 1 à 2 cm d’épaisseur et de 5/6 cm de diamètre (non figuré).

471Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, Apié de Raybaud, IIe-Ier s. av. J.-C. taillé dans un fragment de panse légèrement curviligne (Bérato et al. 1995a, fig. 11, 27).
  • Pourrières, Roquefeuille 4, 275-175 av. J.-C., 6 cm de diamètre taillé dans un fragment de panse (Bérato, Borréani, Laurier 1994, p. 272, fig. 18, 66).
  • La Roquebrussanne, Le Grand-Loou, rondelle de 6 cm de diamètre taillée dans un flanc épais de 2,4 cm (inédit).

472Cette forme rare est datée de-200 à 1.

2.8. Categorie 9000 : recipient et objet divers

Forme 9110 : cruche

473Une anse cylindrique avec poucier pourrait appartenir à cette forme (fig. 36, n. 168).

Forme 9111 : cruche

474Cruche à col étroit et bord divergent (non figuré).

475Répartition géographique :

476- Le Montet, Ier s. av. J.-C. (Pellegrino 2000a, pl. 28, 1 et 2).

477Cette forme rare est datée de-100 à 1.

Forme 9112 : cruche

478Equivalent Bérato 1993a, forme 911.

479Cruche à col étroit rentrant de 8 cm de diamètre, muni d’une anse, à pâte de couleur beige et dégraissant calcaire bourgeonnant (fig. 36, n. 166).

480Répartition géographique :

481- Taradeau, Tout-Egau (Bérato et al. 1993, fig. 166, 5).

482Cette forme rare est datée de-100 à 1.

Forme 9114 : cruche

483Cruche à col cylindrique et bec tréflé (fig. 36, n. 167).

484Répartition géographique :

485- Le Muy, Barresse (inédit).

486Cette forme rare est datée de + 25 à 400.

Forme 9210 : gobelet

487Equivalent Bérato 1993a, forme 921.

488Série de gobelets à boire, modiolus, de forme tronconique, muni d’une anse, à surfaces lissées, dont un est décoré de motifs faits au peigne. La pâte est quartzeuse et micacée. Deux récipients, découverts dans des sépultures, sont liés aux rites funéraires des libations. Des individus découverts dans le golfe de Fos (Frédéric Marty) et dans la cuisine de bord d’une épave du port d’Ostie (Musée Archéologique de Florence) évoquent des ustensiles à boire (fig. 36, n. 169 à 171).

489Répartition géographique :

490- Fréjus, nécropole du Pauvadou, tombe 1, deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. (Béraud et al. 1985, no 56) et nécropole de Saint-Lambert (Bérato 1993a, fig. 9, 81 et 82).

491Cette forme rare est datée de + 25 à 200.

Forme 9310 et 9320 : microcéramiques

492Microrécipient, de diamètre égal ou inférieur à 5 cm, ne rentrant pas dans le cas des formes décrites dans la typologie (fig. 36, n. 172 à 177).

493Répartition géographique :

  • Cavalaire, av. Ch. de Gaulle, microbol à fond plat et flanc rectiligne à surface brute de modelage.
  • Ollioules, La Courtine, phase 5 (200/175 av. J.-C.), microrécipient plus haut que large avec bord évasé en tulipe (Bérato et al. 1996, p. 81, fig. 12, 10).
  • Sanary, Le Mont-Garou, période 9, microrécipient plus haut que large avec bord évasé et décor de chevrons incisés sous la carène basse (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 30, 310).

494Forme peu fréquente datée de-200 à + 300.

Fig. 36 – N. 166 : F9112 ; n. 167 et 168 : F9114 ; n. 169 à 171 : F9210 ; n. 172 à 174 : F9310 ; n. 175 à 177 : F9320 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

Forme 9411

495Equivalent Bérato et al. 1995a, 168.

496Passoire (fig. 37, n. 178).

497Récipient ouvert à fond plat ou reposant sur un pied annulaire percé de petits trous sans disposition particulière.

498Répartition géographique :

  • Beaudinard, Grotte C (Lagrand 1968, fig. 3, 18).
  • Cavalaire, Montjean (Archéologie de la côte des Maures 1988).

499Forme rare datée de-800 à 1.

Forme 9412

500Equivalent Bérato et al. 1995a, p. 168.

501Faisselle (fig. 37, n. 179).

502Récipient ouvert au fond plat et aux parois percés de petits trous sans disposition particulière.

503Répartition géographique :

  • Les Arcs-sur-Argens, La Roquette, IIe-Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 168).
  • Saint-Maximin, La Courtoise (Bérato et al. 2001, p. 115, fig. 4, 51).
  • Sainte-Maxime, Peigros.

504Forme rare datée de-800 à 1.

Forme 9413

505Enfumoir ou brûle-parfum (fig. 37, n. 180).

506Equivalent Bérato 1993a, forme 961

507Récipient fermé au corps tronconique sur le bas duquel s’insère une anse rubanée. Le fond plat apode est percé de trous de 8 mm de diamètre sans disposition régulière. Les surfaces sont lissées. La face interne, brun-noir, porte des traces carbonnées et la face externe est fumigée.

508Répartition géographique :

509- Taradeau, Ormeau (Bérato 1993c, fig. 132, 114).

510Forme rare datée de + 25 à 400.

Forme 9511

511Spatule/battoir

512Instrument en argile cuite de section aplatie, formé d’un manche de section plus ou moins arrondie et d’une extrémité élargie et amincie, à surfaces polies, pour monter et polir les récipients en céramique modelée (fig. 37, n. 181).

513Répartition géographique :-Evenos, Saint-Estève, (Brun 1984, fig. 9, 7).

  • Ollioules, La Courtine, (Bérato 1996, fig. 12, 11).
  • La Roquebrussanne, Le grand-Loou, (inédit).
  • Sanary, Mont-Garou, (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 30, 313).

514Objet rare daté de-700 à 1.

Forme 9611

515Fusaïole bitronconique symétrique plus ou moins haute, pouvant être décorée (non figurée).

516Répartition géographique :

  • Les Arcs, Castel-Diol, (Bérato, Dugas 1990, fig. 5, 18).
  • Baudinard, grotte C, (Lagrand 1968, pl. II, 4).
  • Evenos, Saint-Estève, (Brun 1984, fig. 12, 8).
  • Pourrières, chemin des Contrebandiers.
  • Puget-sur-Argens, (Fiches et al. 1996, fig. 25, 78).
  • Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, chemin Herbous, (Bérato 2001, fig. 11, 148).
  • Sanary, Mont-Garou, (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 24, 207 et 208).

517Forme fréquente datée de-800 à 1.

Forme 9612

518Fusaïole bitronconique asymétrique (non figurée).

519Répartition géographique :

520- Baudinard, grotte C, (Lagrand 1968, pl. II, 2). Forme fréquente datée de-800 à 1.

Forme 9613

521Fusaïole de forme arrondie et aplatie (non figurée).

522Répartition géographique :

  • Baudinard, grotte C, (Lagrand 1968, pl. II, 3).
  • Sanary, Mont-Garou, (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, fig. 16, 31 et 32 et fig. 26, 267).

523Forme peu fréquente datée de-800 à 1.

Forme 9711

524Equivalent Bérato 1995.

525Support, pour poser un récipient dans ou près d’un foyer ouvert, en forme de boudin en couronne de diamètre externe de 18, 20 et 32 cm. Trois tenons en forme de lunule sont insérés et régulièrement espacés sur la face interne. L’appui se fait directement par la couronne ou par trois pieds. Il peut exister des tenons de préhension (fig. 37, n. 182 à 184).

526Répartition géographique :

527- Barresse, Le Muy (inédit).

528Forme rare datée de + 25 à 300.

Fig. 37 – N. 178 : F9411 ; n. 179 : F9412 ; n. 180 : F9413 ; n. 181 : F9511 ; n. 182 à 184 : F9711 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).

3. Chronotypologie

529Nous distinguons trois grandes périodes durant lesquelles les formes du service en céramique utilisé dans la vie quotidienne sont différentes (Bérato 1993a ; Bérato et al. 1995b) et dont la datation des zones charnières, bien que précisée, mériterait d’être encore affiner.

3.1. IIEs. av. J.-C. – debut Iers. av. J.-C.

530Le service céramique modelé est constitué principalement d’urnes et de formes ouvertes.

  • L’urne forme 1372 et l’urne forme 1374, sont sans col, avec un bord rentrant et sans décor.
  • L’urne forme 1414 a un bord court et un flanc globulaire.
  • L’urne genre 1420, au bord divergent et à la panse bitronconique ou oblongue, est caractéristique de cette période et présente des variantes, les formes 1421, 1422, 1423, 1424, 1425 et 1426.
  • L’urne genre 1430 a un bord curviligne, avec des variantes, les formes 1431 et 1434.
  • L’urne forme1440 a une encolure en baïonnette.
  • L’urne forme 1461 imite des productions italiques.
  • L’urne forme 1462 imite des productions rhodaniennes.
  • L’urne forme 1471 a un bord court horizontal.
  • L’assiette/plat genre 2110 n’est plus présente.
  • Le bol/coupe genre 3110, à bord dans le prolongement du flanc convexe et lèvre simple, est encore fréquent avec des variantes, forme 3113 au fond concave alors rare, forme 3114, 3115, 3116 et 3117.
  • Le bol/coupe genre 3120, à bord bord convexe externe convergent sur un flanc convexe, présente des variantes, forme 3125 à fond plat et forme 3126 à pied annulaire.
  • Le bol/coupe genre 3130, à bord convexe externe nettement convergent sur un flanc convexe, présente une variante à fond plat, forme 3131 et une avec un goulot, forme 3132.
  • Le bol/coupe genre 3140, a un bord court et redressé sur un flanc convexo-rectiligne.
  • Le bol/coupe genre 3210 à flanc rectiligne présente des variantes à fond concave, forme 3211, ou plat, forme 3212.
  • Le bol/coupe genre 3310 a un bord redressé sur une carène et un flanc convexe, avec des variantes, la forme 3311 à fond ombiliqué et la forme 3315 à lèvre évasée ascendante.
  • Le bol/coupe forme 3320 a un bord redressé curviligne externe.
  • Le bol/coupe forme 3410 a un bord curviligne externe divergent.
  • Le bol/coupe forme 3421 a une lèvre divergente arrondie sur un flanc convexe.
  • Le bol/coupe forme 3422 a une très courte lèvre divergente et amincie sur un flanc convexe et un fond à pied annulaire.
  • Le bol/coupe forme 3430 a un bord divergent surmontant un flanc convexe.
  • La coupelle 3451 a un haut bord curviligne redressé surmontant une carène.
  • La jatte genre 5110 et sa variante forme 5111 ; forme 5121 et 5122 ; forme 5211, 5212, 5213 et 5214 ; forme 5310.
  • Le mortier forme 5711 et 5712.
  • Le faitout 6111 ; forme 6121 et 6122 ; forme 6131, 6132, 6133 (Fig. 29, n. 125), 6134, 6135, 6135 et 6137.
  • La marmite forme 7311, 7321, 7322 et 7323 ; forme 7331 et 7332.
  • Le couvercle creux genre 8110 et ses variantes, forme 8111, 8112, 8113, 8114 et 8115 et forme 8121, 8122 et 8123.
  • Le couvercle plat genre 8210 et ses variantes, forme 8211, 8212, 8214, 8215.
  • L’opercule/palet 8511.
  • La microcéramique forme 9310.
  • La passoire forme 9411.
  • La faisselle forme 9412.
  • La spatule/battoir forme 9611.
  • La fusaïole forme 9612 et 9613.

531La majorité des urnes est déjà présente antérieurement et la grande majorité des formes ouvertes se retrouvent durant tout l’âge du Fer, ce qui limite pour certains récipients leur valeur comme moyen de datation. L’assiette/plat forme 2111 n’est plus rencontrée. Les fonds plats sont alors les plus fréquents, les fonds ombiliqués/concaves deviennent plus rares.

532Cette céramique est d’origine locale, bien qu’elle présente certaines analogies typologiques rattachables à un large concept culturel méditerranéen commun. Le faciès de chaque site de consommation est en effet spécifique, tant par les multiples petites variantes dans le détail des formes et les pourcentages de répartition des récipients, que par la particularité des pâtes. L’absence de séries normalisées de récipients, la présence de spatules pour monter les récipients retrouvées en fouille dans des cases, évoquent une fabrication essentiellement familiale.

533La céramique modelée constitue la plus forte proportion d’individus parmi les récipients utilisés sur les sites indigènes fouillés du Var, comme il en est de même dans les Bouches-du-Rhône, par exemple à Entremont (Congès 1987, p. 144). La céramique modelée représente en N.M.I. par rapport à l’ensemble de la vaisselle, les doliums et les amphores importées étant exclues :

  • 100 % au Castelard aux Arcs-sur-Argens au IIe s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Dugas 1994, p. 167 à 173).
  • 91 % à la Cabredor aux Arcs-sur-Argens, IIe-début Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1990b, p. 26).
  • 87 % dans la couche d’occupation du IIe s. av. J.-C. à l’Apié de Raybaud aux Arcs-sur-Argens (Bérato et al. 1995a, p. 162 et 163).
  • 87 % à la Roquette aux Arcs au IIe s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 164 à 166).
  • 66 % à La Courtine, Ollioules dans la phase 5 (200/175 av. J.-C.), 59 % dans la phase 6 (175/150 av. J.-C.), 69 % dans la phase 7 (150/140 av. J.-C.) (Bérato et al. 1996, p. 80 à 83, fig. 18).
  • 84 % à Tourves, Saint-Probace, dans la deuxième moitié du IIe s.-premier quart Ier s. av. J.-C. (Bérato, Borréani, Hameau 2000, p. 154).

534Les sites du Mont-Garou à Sanary et de la Courtine à Ollioules, maillons indigènes de cette activité économique, toutefois proches du comptoir massaliète de Taurœis-Taurentum à Six-Fours-les-Plages qui distribue les produits tournés importés vers l’intérieur, ont un pourcentage moindre de céramique modelée bien que toujours élevé : 60 % dans la période 9 (170/150 av. J.-C. - fin IIe s. av. J.-C.) au Mont-Garou (Arcelin, Arcelin-Pradelle, Gasco 1982, p. 76) ; 65 % au IIe s. av. J.-C. (phase 5, 6 et 7) à la Courtine (Bérato et al. 1996, p. 75).

535Sur le site de La Courtine à Ollioules, on trouve des récipients modelés imitant la céramique d’importation, objets exceptionnellement rencontrés sur les sites de l’intérieur, et qui témoignent de la présence de sujets grecs ou tout au moins de sujets hellénisés. L’urne forme 1461 évoque la céramique italique, le faitout forme 6131 la céramique grecque, le mortier forme 5711 et 5712 la céramique massaliète et le faitout forme 6132 et 6134 la production modelée de la région de Marseille (Bérato et al. 1996).

536A Olbia de Provence, comptoir massaliète du littoral hyèrois, le pourcentage de céramique modelée locale est par contre infime, 0,30 % de l’ensemble de la céramique (Bats 1988, p. 189). La base de la batterie de cuisine est l’urne en céramique modelée, principalement la forme 1420, qui représente 65 % de l’ensemble modelé et dont on ne retrouve pas d’équivalent en céramique tournée importée sur les sites de l’intérieur. Ce pot à bouillir confirme la prédominance de la préparation traditionnelle des aliments. Sur les sites côtiers, quelques récipients tournés et importés et quelques faitouts en céramique modelée imitants des formes importées, rendent compte de l’apparition de la cuisson à l’étouffée, vraisemblablement sous l’influence massaliète.

537La vaisselle de table fait encore appel aux coupes/bols modelés, un des facteurs identifiant le caractère indigène de l’habitat. Le pourcentage des formes ouvertes en céramique modelée est de 35 %. Les formes plates ouvertes en céramique modelée sont absentes, alors qu’assiettes et plats tournés et importés sont diffusés sur la côte.

3.2. Debut Iers. av. J.-C.-premier quart du Iers. ap. J.-C.

538L’urne/pot présente une évolution morphologique au début du Ier s. av. J.-C. C’est l’étude du matériel issu des fouilles de Taradeau qui a permis d’isoler et d’identifier cette catégorie de céramique modelée (Bérato 1984 ; Bérato 1993a, b et c).

  • L’urne genre 1510 présente un bord court, divergent avec une lèvre simple ; le récipient s’allège par amincissement des parois, en particulier du flanc qui devient globulaire ; le fond est plat ; des moyens de préhension sont rares et divers ; le décor tend à disparaître à l’exception du peignage. Les variantes sont les formes 1511, 1512, 1513, 1514, 1515, 1516 et 1517.
  • L’urne forme 1521 à bord curviligne, présente les variantes 1522, 1523 et 1524.
  • L’urne forme 1531 a un bord court et divergent.
  • L’urne forme 1541 a un bord convexe externe redressé.
  • L’urne forme 1551 a un bord très court sur un flanc globulaire.
  • L’assiette/plat genre 2110 n’est plus présente.
  • Le bol/coupe genre 3110 avec ses variantes forme 3113, 3114, 3115, 3116 et 3117 ; genre 3120 et ses variantes forme 3125 et 3126 ; genre 3130 et ses variantes forme 3131 et 3132 ; genre 3140 et sa variante 3145 caractéristique de cette période et de la vallée de l’Argens ; genre 3210 et ses variantes forme 3211 3212 ; genre 3310 et ses variantes forme 3311 et 3315 à lèvre évasée ascendante ; forme 3320 ; forme 3410, forme 3421 a lèvre divergente arrondie sur un flanc convexe ; forme 3422 a très courte lèvre divergente et amincie sur un flanc convexe et un fond à pied annulaire ; forme 3430 a bord divergent surmontant un flanc convexe.
  • La coupelle forme 3451 et forme 3452.
  • Le plat forme 4311.
  • La jatte genre 5110 et sa variante forme 5111 ; forme 5121 et 5122 ; forme 5211, 5212, 5213 et 5214 ; forme 5310.
  • Le mortier forme 5711 et 5712.
  • Le faitout 6111 ; forme 6121 et 6122 ; forme 6131, 6132, 6133, 6134, 6135, 6135 et 6137.
  • La marmite forme 7311 ; forme 7321, 7322 et 7323 ; forme 7331 et 7332.
  • Le couvercle creux genre 8110 et ses variantes forme 8111, 8112, 8113, 8114 et 8115 et forme 8121, 8122 et 8123.
  • Le couvercle plat genre 8210 et ses variantes forme 8211, 8212, 8214, 8215.
  • L’opercule/palet 8511.
  • La cruche genre 9110 et sa variante 9112.
  • La microcéramique forme 9310.
  • La passoire forme 9411.
  • La faisselle forme 9412.
  • La spatule/battoir forme 9611.
  • La fusaïole forme 9612 et 9613.

539La céramique modelée est toujours prédominante au Ier s. av. J.-C. sur les sites indigènes fouillés :

  • Les Arcs-sur-Argens : 86 % à l’Apié de Raybaud, dans la couche d’occupation de la première moitié du Ier s. av. J.-C. (Bérato et al. 1995a, p. 162 et 163) ; 62 % à Gros-Ped au Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Dutour 1991) ; mais seulement 53 % au Quartier Saint-Jean, Ier s. av. J.-C. (Bérato, Dugas, Babillaud 1989, p. 223, fig. 4).
  • Taradeau : 92,7 % à l’Ormeau (Brun, Congès, Pasqualini 1993, p. 163) ; 75 % au Fort (Bérato 1993b, p. 67) ; 66 % dans le troisième quart du Ier s. av. J.-C ; 48 % autour du changement d’ère à Tout-Egau (Bérato et al. 1993, p. 253-254 et 257-258) et 59,90 % à Saint-Martin (Bérato, Krol 2001, p. 104).

540Ces proportions tranchent avec celles des sites côtiers occupés par des grecs : 16 % à Costebelle à Hyères (Borréani, Brun 1990), 18 % à Olbia, îlot 6, 50-40 av. J.-C. – 10 ap. J.-C., Hyères (Hirbec 2001) et 10 % à la Galère à Porquerolles, Hyères (Brun 1991).

541L’urne reste le récipient culinaire par excellence et n’a toujours pas de concurrence sérieuse parmi les céramiques importées. C’est la forme prédominante, entre 80 et 90 % de l’ensemble de la vaisselle modelée sur les sites de référence dont l’oppidum du Fort (Bérato 1993b), les établissements ruraux de L’Ormeau (Bérato 1993c) et de Saint-Martin à Taradeau, ainsi que sur l’ensemble des sites indigènes du Var (Bérato 1993a). Dans les Bouches-du-Rhône le pourcentage des pots est de l’ordre de 70 %, et celui des faitouts de 15 % de l’ensemble modelé au Ier s. av. J.-C. (Arcelin 1979, p. 353), alors qu’ils sont anecdotiques dans le Var.

542Les populations indigènes utilisent donc essentiellement les urnes/pots pour cuisiner les aliments qui sont bouillis et il y a de fortes chances pour que les aliments qui y étaient cuits aient été les même que ceux de la phase précédente, la cuisine restant longtemps tributaire des recettes locales. Témoignage de cette résistance culturelle, les récipients ouverts à fond plat qui ont un rôle dans la préparation et la présentation des aliments et qui peuvent éventuellement aller au feu, sont peu représentés durant tout l’Age du Fer et restent toujours marginaux, 2 % au plus du matériel modelé. La production locale familiale et/ou artisanale de céramique modelée pourrait offrir la totalité de la vaisselle nécessaire aux besoins ordinaires de la population autochtone et rendre ainsi inutiles les importations. Mais aux besoins primaires de la société viennent s’ajouter des besoins secondaires plus prégnants qu’antérieurement. Ainsi l’augmentation des importations de récipients à boire tournés, complément indispensable des amphores vinaires, est un signe de dépendance plus grande qu’antérieurement vis-à-vis de l’approvisionnement en vin. L’adoption de cette façon de boire se traduit d’ailleurs dans le pourcentage des récipients ouverts modelés de table, qui du fait des importations, deviennent plus rares, 10 % environ du service modelé.

543La substitution progressive des récipients de table ouverts tournés importés aux fabrications locales modelées ressemble plus à une substitution de forme à forme, semblable ou proche, qu’à une acculturation des manières de table qui est déjà partiellement acquise depuis la phase précédente. Ainsi à Lattes, le pourcentage des bols modelés ne cesse de décroître durant le Ier s. av. J.-C. et ne représente plus que 20 % de cette catégorie au début de la période augustéenne (Bats 1990).

544Exception à cette évolution, l’apparition au Ier s. av. J.-C. de la coupe forme 3145 qui est très fréquente dans la vallée de l’Argens. Au Ier s. av. J.-C. les couvercles plats de forme 8210 à pâte à dégraissant de mica et de quartz semblent devenir prédominants par rapport aux formes 8110, mais la pâte peut aussi rester similaire à celle de la période précédente. Les urnes du genre 1510, qui ont déjà été utilisées pour la cuisine, peuvent recevoir des dépôts d’incinération, ainsi à Hyères, Porquerolles, plage de La Courtade, une urne 1515 (renseignement M. Pasqualini) et à La Croix-Valmer, Chemin des Moulins, une urne F1511 (Oberti 1998, p. 275-276).

545Les données de terrain sont inexistantes en ce qui concerne les lieux de production de cette céramique. Cette catégorie de céramique modelée n’est plus utilisée vers la fin du premier quart du Ier s. ap. J.-C., comme le démontrent les fouilles des villas du Var, en particulier Saint-Martin à Taradeau (Bérato, Krol 2001, p. 104). A Tout-Egau à Taradeau, les urnes genre 1510 sont présentes dans l’état 2 en association avec de la céramique arétine, alors que dans la phase 3, les urnes genre 1620 apparaissent avec la céramique sigillée sud gauloise (Bérato et al. 1993, p. 258 et 262). Ce répertoire céramologique caractéristique du Var, présente des correspondances dans les Alpes-Maritimes et la Ligurie, bien entendu avec des spécificités typologiques et chronologiques, et les limites orientales de ce facies restent à préciser. La typologie des formes de céramique modelée reste très différente dans les Bouches-du-Rhône. Signalons une urne F1521 sur les bords du Rhône en Camargue à La Capelière (Hirbec 1998, pl. 9, 7-9) et urne cinéraire F 1515 trouvée dans la nécropole Sainte-Barbe à Marseille (Moliner et al. 2003, pl. 57, T. 462 à 655, 30 av.-100 ap.).

3.3. Deuxième quart Iers. ap. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.

546Nous savons que l’acculturation alimentaire est un phénomène tardif, par rapport à d’autres composantes sociologiques. Les nouvelles façons de cuisiner dans le Var vont ainsi mettre un certain temps pour s’imposer, alors que les Romains y sont présents depuis un siècle. Ce n’est que durant le deuxième quart du Ier s. ap. J.-C., que les potiers locaux vont adapter leur ancien « savoir-faire » à un nouveau « savoir-vivre ». Ils innovent alors en créant des ustensiles ménagers allant au feu et adaptés aux nouvelles recettes de mets importées par les Romains, tout en conservant les techniques traditionnelles indigènes de l’âge du Fer pour la fabrication de la céramique modelée. S’il est vrai que l’adoption d’une forme de récipient ne veut pas dire nécessairement que la fonction qu’elle avait dans sa culture d’origine soit adoptée, il n’en demeure pas moins qu’il existe vraiment ici une rupture dans les usages culinaires.

547Toutes les formes de récipients en céramique modelée jusqu’alors utilisées dans le Var, disparaissent vers la fin du premier quart du Ier s. ap. J.-C., à l’exception de couvercles et de quelques jattes. La vaisselle de table modelée est désormais anecdotique. Alors que dans la majorité des départements limitrophes du Var, la céramique modelée va disparaître, à l’exception des Alpes-Maritimes, de la Ligurie et de certains sites côtiers du midi méditérannéen, ainsi que nous le verrons plus loin, elle persiste dans notre département et un changement complet touche alors sa typologie, qui ne concerne plus que des récipients allant au feu. Un nouveau service de cuisine en céramique modelée à panse grattée et pâte micacée, fabriquée à partir d’une argile non réfractaire, s’inspire alors de modèles tournés importés. Ses caractéristiques techniques, bonne imperméabilité et résistance à la chaleur et son adaptation fonctionnelle aux nouveaux types de cuissons et d’aliments, explique sa longue permanence d’utilisation. Il comporte principalement trois formes de récipients aux fonctions différentes, les urnes forme1610 et 1620, les plats à feu forme 4200 et les faitouts forme 6510, 6520 et 6530 qui font partie par excellence de la batterie de cuisine quotidienne romaine (André 1981 ; Bats 1988 ; Bérato 1996a ; Bérato 1998). On rencontre aussi plus rarement le pot forme 1630, la terrine forme 4811 et 4812 et le faitout forme 6541. L’absence de marmite imitant les formes italiennes peut s’expliquer par la qualité de la pâte, qui non réfractaire, ne permet pas d’exposer directement à la flamme les récipients. Il est vrai toutefois que nous connaissons mal encore l’organisation des cuisines et de là les techniques de cuisson. Des urnes forme 1620 richement carbonnées à l’extérieur et contenant des dépôts carbonnés interne, ont été découverts dans des praefurniums de thermes servant de cuisine, vraisemblablement au personnel domestique, à Cavalaire, Pardigon 1/3 (Brun et al. 1988) et à La Roquebrussanne, Le Grand-Loou (inédit). Jusqu’alors la présence d’une proportion importante de céramique modelée sur un site était un argument en faveur de la présence de populations indigènes. Il n’en est plus de même avec l’apparition de la céramique culinaire micacée à panse grattée, qui atteste au contraire une acculturation à Rome et lorsqu’elle est en forte proportion la ruralité du site.

548Ce service de cuisine est en effet représenté dans les villes romanisées :

  • Hyères, village de Porquerolles, Hôtel des Mèdes : 1 % au Ier-IIIe s.
  • Fréjus, Clos de la Tour : 5 % (Rivet 1980).
  • Fréjus, Porte D’Orée, 5 % (Bérato 1991a).
  • Fréjus, place Formigé : 6 % dans un contexte fin IIe-début IIIe s. (Rivet 2004a, p. 169 et 172).
  • Cavalaire, Heraclea Caccabaria : 16 % au IIe-IIIe s.
  • Toulon, fouille du port : 113 individus soit 14 % de la vaisselle commune de cuisine et de table, importations exclues (Pasqualini 1993, p. 213).

549Sa proportion est plus grande en milieu rural :

  • Sanary, Portissol, villa, 31 % dans la phase I, soit 14 sur 45 individus : première moitié du Ier s. (Brachet et al. 1999).
  • Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, 17 %, Ier-IIIe s. (Bérato 1982, p. 54 à 60).
  • Taradeau, Ormeau : 38,5 % à la fin du IIe s. ap. J.-C. (Brun, Congès, Pasqualini 1993, p. 163).
  • Taradeau, Saint-Martin : 32 % au Ier s. ap. J.-C.
  • Taradeau, Tout-Egau : 12 % dans la deuxième moitié du Ier s.-début IIe s. ap. J.-C. (Bérato et al. 1993, p. 261 et 262).
  • Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C., 781 individus sur 1079 récipients soit 72 %, mais il s’agit d’une ferme où fonctionne un four de potier fabricant cette céramique modelée.

550Il n’existe plus de service de vaisselle de table en céramique modelée, mais certains plats ont pu être utilisés comme récipients de présentation des aliments et certaines urnes comme conteneurs de réserves domestiques pour de petites quantités. Des récipients en céramique modelée peuvent être affectés aux rites funéraires de l’incinération. Les urnes forme1610 et 1620 sont utilisées comme réceptacle des restes osseux brûlés. Elles représentent 23 % des urnes cinéraires dans la nécropole de la Calade et 22 % dans la nécropole de la Guérine à Cabasse (Gallia Informations 1961, p. 105-158 ; Gallia Informations 1963, p. 295-306 et Bérard 1980). A La Croix-Valmer, Chemin des Moulins, une urne forme 1620 déjà utilisée contient une incinération du dernier quart du Ier s. (Oberti 1998, p. 275-276). A Rians, Les Toulons/La Vicarie, une urne forme 1620 est associée à une incinération (Aycard, Brun, Congès 1998, p. 286-287). Dans le cimetière du Pauvadou à Fréjus, les 10 récipients modelés représentent seulement 3 % des objets découverts dans les tombes (Pasqualini 1993, p. 146). Les urnes forme 1622 de petit diamètre et 1630 avec une anse rubannée (nécropole de la Calade et de la Guérine à Cabasse : Gallia Informations 1961, p. 105-158 ; Gallia Informations 1963, p. 295-306 et Bérard 1980 ; les Blaïs, dépôt CAV Draguignan), les plats forme 4200 et les faitouts forme 6510 (nécropole de la Calade à Cabasse : Gallia Informations 1961 et Gallia Informations 1963, p. 295-306) sont aussi présents, mais en tant qu’objet d’accompagnement. Les urnes sont utilisées alors qu’elles sont encore neuves, mais elles sont aussi prélevées sur le fond usuel de la batterie de cuisine ayant été déjà utilisée. Simple hasard des fouilles ou coutumes différentes, les urnes étaient neuves dans la nécropole du Pauvadou à Fréjus, dans les tomes 2 et 9 du cimetière du Terme au Cannet des Maures (forme 1620 et 1622 découvertes en 1967, dépôt CAV Draguignan) et dans un ustrinum découvert aux Blaïs, Forum Voconii au Cannet-des-Maures (Boyer 1959, p. 100-102). Par contre celles des nécropoles de la Calade et de la Guérine à Cabasse avaient déjà été utilisées à des usages culinaires (Gallia Informations 1961 ; Gallia Informations 1963, p. 295-306 et Bérard 1980). Ces récipients ont pu aussi servir à une activité artisanale. Par exemple pour le calfatage des bâteaux, certains récipients découverts dans les ports de Toulon et de Marseille contenaient de la poix.

551La présence d’un dégraissant de quartz et de mica provenant des Maures, incite à penser que cette céramique est une production locale de la vallée de l’Argens ou de ses abords. Un four ayant fabriqué ce type de céramique a d’ailleurs été découvert dans la ferme de Barresse, située dans le nord du massif des Maures en limite de la Dépression Permienne au Muy, et occupée dans la deuxième moitié du IIe-première moitié du IIIe s. ap. J.-C. La coexistence à bord d’épaves avec des productions fréjusiennes (Bérato et al. 1986b ; Joncheray 1986) est un argument supplémentaire pour rechercher dans la vallée de l’Argens les lieux de production. La survie de ce mode de façonnage archaïque de la céramique, qui s’adapte à de nouvelles formes de récipients, est l’indice de la vigueur d’une corporation d’artisans potiers varois que la romanisation ne condamne pas mais au contraire développe. Riches d’une histoire culturelle qui leur permet de maîtriser les connaissances technologiques, ils réalisent des récipients destinés à la cuisson répétée des aliments et ils vont se cantonner dans ce type de production. Utilisant une argile locale enrichie en dégraissant de granulométrie régulière et une cuisson à basse température ils obtiennent des récipients pouvant résister au choc thermique ; et le fait qu’ils soient modelés ne semble pas avoir été un obstacle à une recherche de productivité, comme le démontre leur diffusion.

552La date d’apparition de cette céramique se situe, au quart de siècle près, dans le début du Ier s. ap. J.-C. Il est certain que le service est régulièrement présent dans le deuxième quart du Ier s. ap. J.-C. et se rencontre avec les premières importations de céramique sigillée sud gauloise (Rit. 8a, Dr. 15a, Dr. 18a, Dr. 19 et Dr. 24/25a). Il apparaît dans le deuxième quart du Ier s. s. ap. J.-C. au Cannet-des-Maures, Forum Voconi (renseignement Fr. Martos) ; à Fréjus, Forum Julii (20/30 à Villeneuve-Aiguières et 20/40 à la Cathédrale, Rivet 1982) ; au Grand-Loou, La Roquebrussane dans l’état IC du deuxième quart du Ier s. (Inédit) ; à Saint-Martin, Taradeau (Bérato, Krol 2001 ; à Tout-Egau à Taradeau, où les urnes genre 1500 sont présentes dans l’état 2 en association avec de la céramique arétine, alors que dans la phase 3, les urnes genre 1600 apparaissent avec la céramique sigillée sud gauloise (Bérato et al. 1993, p. 258 et 262). Il convient d’être circonspect sur des présences plus précoces qui sont signalées à Vintimille dans la zone du « Cardine B, strato VIA », plat à feu (Gandolfi, Gervasini 2004, p. 88), à Vada Sabatia, (Vado Ligure, Savona) forme non précisée dans un contexte de la première période augustéenne (Bulgarelli, Torre 2004, p. 71 et 74) et à Fréjus, place Formigé où trois plats sont présents dans une couche datée d’avant 5 ap. J.-C. (Rivet 1996, p. 336). Ces datations sont aberrantes par rapport à la datation de tous les autres sites de consommation. Elles peuvent certes correspondre à des premières tentatives de production, mais on n’en retrouve pas dans l’atelier de potier augustéen du Pauvadou à Fréjus et elles ne sont retrouvées dans celui de Valescure que dans le deuxième quart du Ier s. s. ap. J.-C. (renseignement Ch. Gébara). Elles peuvent aussi bien relever d’une intrusion dans des couches anciennes, d’une datation incertaine du contexte, d’une confusion de type de récipient ou du traitement de surface dans le cas d’un peignage grossier.

553Toutes les formes principales sont présentes dès le début de l’apparition de ce type de céramique à Fréjus (Rivet 1982) et à Heraclea Caccabaria dans la phase 1 datée du deuxième quart du Ier s.-fin du Ier s. ap. J.-C. Cette production va être utilisée avec une remarquable continuité, sans qu’aucune nouvelle forme ne soit introduite. La terrine forme 4811 et 4812 ne semble toutefois apparaître qu’au IIe s. dans les contextes connus. Bien qu’il existe une certaine discordance dans les séries, les proportions des différentes formes restent relativement stables selon les différents sites et les périodes chronologiques et tournent autour des pourcentages de 70 % pour les urnes, de 25 % pour les plats à feu et de 5 % pour les faitouts.

554- Les Arcs-sur-Argens, Les Laurons/Saint-Pierre ; urnes 74 %, plats à feu 24 %, IIIe-IVe s. (Bérato, Borréani, Leguilloux 1990).

555- Le Castelet, La Pinède : urnes 80 %, plats à feu 13 %, faitouts 7 %, IIe-IIIe s.

556- Cavalaire, Heraclea Caccabaria : urnes 58 %, plats à feu 38 %, faitouts 4 %, IIe-IIIe s.

557- La Crau, Les Mesclans, urnes 67 %, plats à feu 29 %, faitouts 4 % (Borréani, Brun 1998).

558- Fréjus, Le Clos de La Tour, fin Ier-IIIe s., sur 70 individus : urnes 69 %, plats à feu 20 %, faitouts 11 % (Rivet 1980).

559- Fréjus : urnes 68 %, plats à feu 29 %, faitouts 3 % (Rivet 1982, p. 260 et 261).

560- Fréjus, La Porte D’Orée : urnes 66 %, plats à feu 30 %, faitouts 3 % (Bérato 1991a, p. 223-224).

561- Hyères, village de Porquerolles, Hôtel des Mèdes : urnes 40 %, plats à feu 48 % et faitouts 12 %, Ier-IIIe s.

562- Le Muy, ferme de Baresse, deuxième moitié IIe-début IIIe s. ap. J.-C. : urnes 38 %, plats à feu 60 %, faitouts 2 %, mais il s’agit d’un lieu de production.

563- Pignans, Berthoire, Ier-Ve s., sur 45 individus : urnes 69 %, plats à feu 27 %, faitouts 4 %.

564- Sanary, Portissol, villa du Ier-IVe s. sur 45 individus : urnes 38 %, plats à feu 55 %, faitouts 7 % (Brachet et al. 1999).

565- Six-Fours, La Meynade-Le Clafard, Ier-IIIe s. : urnes 79 %, plats à feu 20 %, faitout 1 % (Bérato 1982, p. 54-60).

566- Taradeau, Saint-Martin : phase II : urnes 59 %, plats 41 % ; phase III : urnes 48 %, plats 46 %, faitouts 6 % ; phase IV : urnes 76 %, plats 22 %, faitouts 2 % ; Bérato, Krol 2001).

567- LaRoquebrussanne, Le Grand-Loou, Ier-troisième quart du IIe s. ap. J.-C., sur 169 individus, urnes 86 %, plats à feu 13 %, faitouts 1 % (inédit).

568- Toulon, quartier Besagne : urnes 52 %, plats à feu 45 %, faitouts 3 % au IIe-IVe s. (Bérato et al. 1986a, p. 160-163).

569- Toulon, îlot Magnaque : sur 62 individus, urnes 68 %, plats à feu 22 % et faitouts 10 %.

570- Toulon, îlot des Riaux, Ier-Ve s. : urnes 81 %, plats à feu 14 %, faitouts 5 %.

571La proportion de cette céramique par rapport à l’ensemble de la vaisselle va progressivement diminuer du fait de la concurrence, dès la fin de la période flavienne, des céramiques tournées à pâte grise allant au feu.

572- Saint-Martin à Taradeau : 32 % au Ier s. ; 24 % fin Ier-première moitié IIe s. ap. J-C. ; 15 % au IIIe s. ap. J.-C., la part du matériel résiduel nous échappant dans ces pourcentages.

573- Cavalaire, Heraclea Caccabaria, au IIe-IIIe s. : 16 % dans l’habitat et seulement 7 % dans une installation vinicole de la même période (Brun 1993b).

574- Fréjus, Clos de La Tour : l’évolution des pourcentages est un peu différente : 3,2 % vers 70/80 ap. J.-C., 5,6 % vers 150 ap. J.-C., 6 % vers 200/220 ap. J.-C., 2,6 % vers 250 ap. J.-C. (Rivet 1980, p. 668).

575- Fréjus, La Porte Dorée : 13 %, 56 sur 425 récipients à la période flavienne et 5 %, 148 sur 3068 individus au IIe s. (Bérato 1991a, p. 223 et 224, t. 2 et 3).

576- La Crau, villa des Mesclans, au IIIe s. : 13 % (Borréani, Brun 1998).

577La céramique modelée est sûrement utilisée jusqu’au IVe s. Supplantée par le développement des céramiques tournées à pâte brune et grise locales, elle disparaît alors du matériel céramique comme à la villa de Pardigon 2 à La Croix-Valmer (Brun et al. 1988), mais elle peut être retrouvée ultérieurement à titre résiduel et conserver alors des pourcentages élevés, par exemple 12 % au Ve-VIIe s. à Saint-Martin à Taradeau. Cette céramique, dont il serait fastidieux de dresser la carte de répartition, la localisation des principaux lieux d’utilisation ayant déjà été faite dans l’étude typologique, se rencontre pratiquement partout dans le Var. Souvent le degré de fragmentation est tel en prospection qu’aucune forme n’est identifiable, mais elle peut être attestée par sa technique de fabrication, en particulier la panse gratée. Il en est ainsi à Bormes, quartier de Léoube ; à Callian, chapelle Saint-Donat et chapelle Notre-Dame des Roses ; au Castellet, Camp de la Figuière, l’Olivette, fontaine de Tournon et le Vigneret ; Cavalaire, Les Collières sud ; La Crau, La Billette ; Cuers, la Maurine ; Entrecasteaux, Riforan 1 et les Rabassières. La cartographie est aussi liée aux aléas des prospections et des fouilles. Elle est donc caractéristique de presque tous les sites de consommation gallo-romains du Ier au IVe s. du département et doit y diffuser par voie terrestre ou par cabotage pour les sites côtiers à partir des centres de production de la vallée de l’Argens. Elle semble toutefois absente dans la zone nord-ouest du département, tournée économiquement vers Aix-en-Provence, où on rencontre par contre les productions tournées brunes de la région d’Aix-en-Provence qui sont utilisées pour les mêmes usages culinaires. A Rians, cette catégorie de céramique est absente dans les fouilles de la partie agricole de la villa des Toulons/la Vicarie et seule une urne forme 1620 est utilisée dans une incinération située dans un enclos funéraire (Aycard, Brun, Congès 1998, p. 287). Elle est absente dans le matériel ramassé en prospection à Pourcieux et Pourrières (Patrick Digelmann), à Montmeillan (prospection M. Borréani), à Saint-Zaccharie (Marc Borréani et Françoise Laurier), à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Brue-Aurillac et Seillons-Source-d’Argens (François Carrazé) et dans le couloir des Eissartènes au Val (Acovtsioti-Hameau, Hameau 1990). Au nord du département elle n’est pas retrouvée en prospection à Artignosc-sur-Verdon, à Artigues et Esparron, à Brenon, Châteauvieux, la Martre (Marc Borréani et Françoise Laurier). Elle ne dépasse pas au nord le Verdon et sa présence dans les Alpes-de Haute-Provence est anecdotique. Parmi le mobilier du dépôt de fouille de Riez, où la céramique commune de la région aixoise est fréquente, une seule forme 1621 est présente (fouille du collège Maxime Javely à Riez par G. Barruol en 1967). Elle est par contre présente au Petit-Giniez au Plan-d’Aups-la-Sainte-Baume (Cruciani 2000) ; dans la villa du Grand Loou à la Roquebrussanne (inédit) ; à Fox-Amphoux (dépôt CAV Draguignan), à Aups à Valmoissine 2, à Bras à la Butte des Templiers/l’Hôpital, à Correns et à Pontevès (prospections Jean-Marie Michel). Sa diffusion déborde au sud-ouest dans les Bouches-du-Rhône et au delà, principalement dans des sites côtiers et avec de faibles pourcentages :

  • Cassis, vieille ville, forme 4210 (Bérato 2001, p. 259).
  • Gémenos, Saint-Jean de Garguier, forme 1620, forme 4210 et 4221 et forme 6510 (renseignement J.-B. Féraud).
  • Massif de Marseilleveyre, Grotte de l’Ours, forme 1620 (Agostini 1967, p. 356, fig. 15, c).
  • Marseille, La Bourse, sondage DY09, niveau V, forme 4210 (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 380, tabl. III) et niveau IV, forme 1620 et forme 4210 (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 381, tabl. V).
  • Marseille, La Bourse, secteur de l’épave, forme 1620, forme 4210 et forme 6510 (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 89, fig. 66, n. 107 (forme 4210), n. 108 (forme 6510) et n. 109 (forme 1620) et p. 384, tabl. IX).
  • Marseille, Le port/la Bourse, fouille Cl. Varoqueaux 1968, forme1620 (renseignement Céline Huguet).
  • Marseille, dans le bassin d’eau douce, 40 individus dont forme 1620, forme 4210 et forme 6510 (renseignement M. Pasqualini).
  • Marseille, nécropole Sainte-Barbe : urne cinéraire forme 1610, tombe 189-794, 30 av. J.-C.-200 ap. J.-C. et urne d’accompagnement forme 1610, tombe 332-841, 100/200 ap. J.-C. (Moliner et al. 2003).
  • Aix-en-Provence, fouilles de l’Archevêché (renseignement L. Rivet).
  • Saint-Julien-les-Martigues, villa du IIIe s. (Rivet 1982, p. 245).
  • Port antique de Fos (Marty 2004, p. 98-99) : forme 1611 (Marty 2004, fig. 3, 11) et 1621 (Marty 2004, fig. 3, 10), forme 4210 (Marty 2004, fig. 3, 7), forme 6511 (Marty 2004, fig. 3, 8), forme 6533 (Marty 2004, fig. 3, 9), forme 9210 (Marty 2004, fig. 3, 12) et couvercle 8100 (Marty 2004, fig. 3, 13).
  • Narbonne, Port-La-Nautique (renseignement Corinne Sanchez).
  • Port-Vendres, le port qui est le point le plus occidental connu de sa diffusion, forme 6511 (Pasqualini, Tréglia 2003, p. 4 et 5, fig. 1).

578Elle diffuse à l’est dans les sites côtiers des Alpes-Maritimes :

  • Cannes, Saint-Cassien, rare sur le site romain.
  • Cannes, Iles de Lérins, Sainte-Marguerite, jatte forme 6510 et poêlon forme 4223 (Musée d’Art et d’Histoire de Grasse, G. Vindry).
  • Antibes, rue Clémenceau, forme 1620, forme 4210 et forme 6510 (Todini 2000, pl. LXI, 2 et 3).
  • Villeneuve-Loubet, Vaugrenier, forme 1620, forme 4210 et forme 6510 (Olivier, Rogers 1978, fig. 42, 39 et fig. 43, 12-13 et Pellegrino 1997).
  • Villeneuve-Loubet, Vaugrenier, forme 1621 et forme 6511, fosse du Ier-IIe s. (Pellegrino 2004a, fig. 18, 5, 6 et 7).
  • Nice, Cimiez, tombes à incinération, 12 avenue Cap de Croix, urne forme 1621 et 1630 (CIM. F. 66.10.2.3 et CIM. F. 60.5.2.1). La petite urne forme 1630 a son équivalent de forme et de dimensions en céramique tournée à pâte claire micacée et engobe orange (CIM. D. 60.4.2.5.).
  • Nice, Cimiez, fouille villa Jacob, sondage 2 et 6, forme1620 et 1624, forme 4210 et forme 6510 (renseignement D. Mouchot).
  • Nice, Cimiez, au nord de la villa des Arènes, forme 1620, forme 4210 et forme 6510 (Galassi 1999, pl. VI, 2-4 et 11).
  • Nice, Cimiez, dans les thermes forme 1620 (Lamboglia 1945, fig. 22 IIb, 14, III, 2 et IV, 3).
  • Nice, Cimiez, dans le secteur artisanal au sud des thermes à l’est de la cité de Cemenelum daté entre le Ier et le VIe s. (Grandieux 2004a, p. 152 et 153) : forme 1620 (Grandieux 2004a, fig. 2, 4), forme 1622 (Grandieux 2004a, fig. 2, 5), forme 1624 (Grandieux 2004a, fig. 2, 3), forme 4210 (Grandieux 2004a, fig. 2, 6 et 7) et forme 6511 (Grandieux 2004a, fig. 2, 9).
  • Eze, Le Mont-Bastide, forme 4210 et forme 6510 (Pellegrino 2000b, 956).
  • Beaulieu, forme 1620, forme 4210 et forme 6510 (Pellegrino 2000b, 877 à 879).
  • Villeneuve-Loubet, Saint-Andrieux, absente dans les niveaux du IIe-IIIe s.

579Elle pénètre aussi dans les sites ruraux de l’arrière pays :

  • Mandelieu, Notre-Dame d’Avignionet, forme 1620 et forme 4210 (Fixot 1990, fig. 94, 16).
  • Mougins, Le Guillet, forme 6510 (Sechter et al. 2001, fig. 21, 205 à 207).
  • Peymeinade, 2 tessons d’époque tibérienne (renseignement G. Vindry).
  • Vallauris, Les Encourdoules, forme 1620 (Pellegrino 2000b, 792 à 795).
  • Gourdon, Le Montet, forme 1621 et 1622, forme 4211 et 4212 dans les niveaux du Haut-Empire (Pellegrino 2002a, p. 370 et 371, fig. 11).

580Dans les Alpes-Maritimes ce type de céramique n’est plus retrouvé après le IIIe s.

581Cette céramique modelée est aussi présente en Ligurie :

  • Vintimille, Albintimilium, absente durant la période augustéenne, elle apparaît durant le Haut-Empire à la période Claude-Néron et se retrouve jusqu’au IIIe s. dans les secteurs urbains et funéraires. Son pourcentage ne dépasse jamais 3 % (mes remerciements à Fr. Pallares qui m’avait autorisé à voir le matériel des fouilles). Elle est décrite sous la dénomination « in rozza terracotta locale » par N. Lamboglia, son origine importée n’ayant pas été alors déterminée. Elle correspond au groupe E décrit par Gloria Olcese (Olcese 1993, p. 117 à 122). On rencontre dans l’habitat et le théâtre l’urne forme 1620, dite « in rozza terracotta locale » de « tipo cilindrico micaceo « et la forme 4210 (Lamboglia 1950, fig. 6, 13, fig. 64, 51, fig. 117, 12 et fig. 8, 28). Dans la nécropole à incinération « del Consorzio Agrario » d’Albintimilium se retrouve la forme 1620 et forme 6510 (Pallarès 1963, fig. 6, 14 à 18) et dans la nécropole occidentale la forme 1620 (Gandolfi1987, fig. 634, 3). L’urne cinéraire forme 1611 et 1621 de grande dimension, micacée et neuve, est présente dans le matériel des fouilles de Girolamo Rossi de la nécropole occidentale d’Albintimilium (Gandolfi, Gervasini 2004, p. 87 et 88).
  • Camporosso nelle piana del Nervia, F1620 et F6510 (Pallarès 1993-1994, fig. 23, 8 à 10).
  • San Remo, baptistère, F1620 (Lamboglia 1960, p. 36 et 38, fig. 51 et 63).
  • San Remo, Monte Colma, F1610 (1 individu) et F1620 (53 individus dont 5 avec double tenon sur l’épaule, 3 avec une anse plate et 1 avec trou de réparation), F4210 (5 individus dont 1 avec 1 double tenon sur la lèvre) et F6510 (3 individus) durant le Ier-IIe s., sur 62 individus les urnes représentent 87 % (Ricci 1962 et 1963).
  • San Remo, Madonna dell’Arma, F1620 (Musée de San Remo : Bulgarelli, Torre 2004, p. 73).
  • Bussana, forme 1621 et 1622 et forme 6510 (Martino 1984, fig. 271, 1 à 3).
  • Caprauna (Alto, Cuneo), forme 1621 (Gandolfi, Gervasini 1983, fig. 74), strato V, entre l’ère tiberienne et le début de l’ère flavienne (Gandolfi, Gervasini, Capelli 2004, p. 42, fig. 6, 3).
  • Lusignano nella piana di Albenga (Bulgarelli, Torre 2004, p. 73).
  • Albenga, San Calogero, forme1620 (3 individus) (Lamboglia 1947, fig. 78).
  • Corti à l’interieur de Pietra Ligure, forme 1621 (résiduel) (Chiocci 2004, p. 30).
  • Vada Sabatia, port (Vado Ligure, Savona), forme 1611, forme 1620, forme 1622, forme 4210 et forme 6510, datées entre 50 et 150 ap. J.-C., et elles se rencontreraient aussi dans un contexte de la première période augustéenne mais il conviendrait de revoir le contexte céramique (Bulgarelli, Torre 2004, p. 72 à 74, fig. 6, 1 à 7 et carte de diffusion en Ligurie, fig. 5).

582Cette céramique, qui se rencontre donc en Ligurie aussi bien sur le littoral que sur des sites de hauteur et de plaine à l’intérieur des terres, n’est plus retrouvée au-delà de Vado Ligure. La diffusion ne semble pas dépasser le IIIe s. en Italie. La découverte à La Croix-Valmer de l’épave Lardier 4 (Joncheray 2004b, p. 100 à 105) et à Saint-Raphaël de deux autres épaves, les Roches d’Aurelle (Bérato et al. 1986b) et le Dramont G (Joncheray 1986), qui transportaient plusieurs centaines de récipients de cette catégorie, suggère un commerce par voie maritime vers l’est. Le chargement recensé de l’épave des Roches d’Aurelle comportaient environ 430 urnes forme 1610 associées à des productions fréjusiennes tournées et des tuiles (Bérato et al. 1986b) ; celui de l’épave G du Dramont une centaine d’urnes forme 1621, une trentaine de plats forme 4210 et une dizaine de faitouts forme 6510, en complément de fret dont des tuiles (Joncheray 1986) et celui de l’épave Lardier 4, une centaine d’urnes 1620 et un couvercle 8212 associés à un chargement de tuiles (Joncheray 2004b, p. 101). Les dimensions des épaves sont plus appropriées au cabotage qu’à une navigation hauturière au long cours. Le regroupement dans la même cargaison d’objets de nature diverse fabriqués dans la région de Fréjus, laisse penser que la vente était assurée par un intermédiaire grossiste. La seule épave, à l’ouest du Var, qui ait livré de la céramique modelée du type urne forme 1621 (4 individus) est celle de la calanque de l’Âne à Marseille qui transporte comme les trois précédentes un chargement de tuiles (Ximénès, Moermann 1994, p. 105). La plus grande diffusion de la céramique modelée, indépendamment du Var, se fait donc le long des côtes, sa faible valeur économique rendant vraisemblablement trop onéreux son transport terrestre. Sa présence dans des ports assez lointains de la zone de production peut aussi suggèrer une utilisation spécifique liée à la navigation, comme ustensiles de cuisine de bord ou comme récipient contenant de la poix utilisée pour le calfatage des bateaux. La céramique modelée de la vallée de l’Argens est donc un bon marqueur des usages alimentaires. Elle marque la rupture dans les habitudes culinaires, les manières de cuisiner romaines s’imposant alors. Cette adaptation aux nouveaux usages importés de Rome explique sans aucun doute sa diffusion hors du Var.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – N. 1 : F1372 ; n. 2 : F1374 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 2 – N. 3 : F1414 ; n. 4 : F1421 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 3 – N. 5 : F1421 ; n. 6 : F1422 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 4 – N. 7 à 9 : F1423 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 5 – N. 10 : F1424 ; n. 6 : F1422 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 6 – N. 11 : F1425 ; n. 12 et 13 : F1426 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 7 – N. 14 : F1431 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 8 – N. 15 et 16 : F1440 ; n. 17 et 18 : F1461 ; n. 19 : F1462 ; n. 20 : F1471 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 9 – N. 21 : F1511 ; n. 22 : F1512 ; n. 23 : F1513 ; n. 24 et 25 : F1515 ; n. 26 : F1516 ; n. 27 : F1517 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 10 – N. 28 : F1521 ; n. 29 : F1522 ; n. 30 : F1531 ; n. 31 : F1551 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 11 – N. 32 : F1541 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 12 – N. 33 et 34 : F1611 ; n. 35 : F1612 ; n. 36 : F1614 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 13 – F1620 A, B et C (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 14 – N. 37, 38, 39 et 40 : F1621 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 15 – N. 41, 42 et 43 : F1622 ; n. 44 à 47 : F1624 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 16 – N. 48 et 49 : F1625 ; n. 50 : F1626 ; n. 51 : F1627 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 17 – N. 52 : F1634 ; n. 53 : F1641 ; n. 54 : F1642 ; n. 55 : F1643 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 18 – N. 56 : F3110 ; n. 57 : F3113 ; n. 58 : F3114 ; n. 59 et 60 : F3116 ; n. 61 : F3117 ; n. 62 : F3120 ; n. 63 : F3125 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 19 – N. 64 : F3130 ; n. 65 : F3131 ; n. 66, 67 et 68 : F3140 ; n. 69 et 70 : F3145 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 20 – N. 71 : F3210 ; n. 72 : F3211 ; n. 73 : F3212 ; n. 74 et 75 : F3310 ; n. 76 : F3315 ; n. 77 : F3320 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 21 – N. 78 : F3410 ; n. 79 et 80 : F3421 ; n. 81 : F3422 ; n. 82 : F3430 ; n. 83 : F3451 ; n. 84 : F3452 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 22 – N. 85 à 95 : F4210 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 23 – N 96 : F4221 ; n. 97 à 99 : F4222 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 24 – N. 100 : F4223 ; n. 101 : F4311 ; n. 102 : F4811 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 25 – N. 103 et 104 : F5111 ; n. 105 : F5121 ; n. 106 : F5112 ; n. 107 : F5122 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 26 – N. 108 : F5211 ; n. 109 : F5212 ; n. 110 : F5213 ; n. 111 : F5214 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 27 – N. 112 : F5215 ; n. 113 et 114 : F5221 ; n. 115 : F5310 ; n. 116 : F5711 ; n. 117 : F5712 ; n. 118 : F5713 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 28 – N. 119 et 121 : F6121 ; n. 120 : F6111 ; n. 122 : F6122 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 29 – N. 123 : F6131 ; n. 124 : F6132 ; n. 125 : F6133 ; n. 126 : F6135 ; n. 127 : F6137 ; n. 128 : F6134 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 30 – N. 129 à 131 : F6511 ; n. 132 à 134 : F6512 ; n. 135 : F6522 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 31 – N. 136 à 141 : F6521 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende Fig. 32 – N. 142 : F6522 ; n. 143 et 144 : F6531 ; n. 145 : F6532 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 33 – N. 146 : F6533 ; n. 147 : F6541 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 34 – N. 148 : F7311 ; n. 149 : F7321 ; n. 150 : F7322 ; n. 151 : F7323 ; n. 152 : F7331 ; n. 153 : F7332 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 35 – N. 154 : F8111 ; n. 155 : F8112 ; n. 156 : F8113 ; n. 157 : F8121 ; n. 158 : F8122 ; n. 159 et 161 : F8212 ; n. 160 : F8114 ; n. 162 : F8123 ; n. 163 : F8211 ; n. 164 : F8215 ; n. 165 : F8214 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 36 – N. 166 : F9112 ; n. 167 et 168 : F9114 ; n. 169 à 171 : F9210 ; n. 172 à 174 : F9310 ; n. 175 à 177 : F9320 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 37 – N. 178 : F9411 ; n. 179 : F9412 ; n. 180 : F9413 ; n. 181 : F9511 ; n. 182 à 184 : F9711 (dessin J. Bérato ; DAO Ph. Aycard).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4830/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

Auteur

Archéologue, Centre Archéologique du Var, Toulon.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540