Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Classification des céramiques communes provençales romaines. Productions des bassins d’Arles et du Rhône, de l’Arc (Aix-en-Provence), de l’Huveaune (Marseille), de l’Argens (Fréjus) et de la Siagne (Cannes/Mandelieu) Ier s. av. n. ère - IIIe s. de n. ère

Michel Pasqualini

Résumé

Les céramiques à pâte claire de Marseille paraissent être à l’origine d’une tradition potière très active entre le Rhône et le Var. Cette production qui concerne essentiellement la vaisselle de table se développe en Provence, de l’époque pré-augustéenne au IIIe siècle de notre ère, de façon remarquable. Son extension semble suivre celle des amphores gauloises. De cet ensemble, du Ier au IIIe s. de notre ère, un centre producteur se dégage, celui du bassin de l’Argens où nous connaissons au moins huit ateliers. Fréjus semble avoir été le marché à partir duquel ces produits ont été très largement diffusés, vers Marseille à l’ouest et Vintimille à l’est.
À travers de nombreuses études il est maintenant possible d’établir un corpus assez précis des formes fabriquées ainsi que la chronologie de leur diffusion. De véritables séries apparaissent, suggérant qu’un même type peut avoir des fonctions différentes selon le module. Ces types, au demeurant peu variés, subissent au cours du temps des modifications facilement perceptibles. Cette bonne connaissance des productions locales permet aussi de dégager un certain nombre de céramiques ayant d’autres origines, notamment le couloir rhodanien.

Texte intégral

1. Introduction

1.1. La typologie et son historique

1En 1993 nous avions proposé dans le cadre d’un travail universitaire une première ébauche de classification des céramiques communes provençales, sous l’appellation de « pâtes claires » (Pasqualini 1993). C’est ce classement qui a servi de référence aux travaux effectués jusqu’à ce jour (Bonifay, Carre, Rigoir 1998). Le qualificatif de « claire » induisant des caractéristiques techniques qui ne correspondent pas forcément à ces productions, nous avons adopté la nouvelle appellation de « céramiques communes provençales, productions des bassins d’Arles et du Rhône, de l’Arc (Aix-en-Provence), de l’Huveaune (Marseille), de l’Argens (Fréjus) et de la Siagne (Cannes/Mandelieu) ». Au-delà de cette modification de caractère purement formel, puisque le classement n’a pas été fondamentalement changé, les recherches tendent à montrer, sinon une filiation directe entre les pâtes claires de Marseille et nos productions, du moins des liens très étroits (Rothé, Tréziny 2005, p. 574-577). Pour le présent travail nous n’avons retenu que l’essentiel de la bibliographie, concernant les traits les plus importants de ces productions, notamment leur chronologie, leur origine et leur diffusion. La nouvelle classification a été établie selon un principe plus ouvert. Les correspondances avec l’ancienne typologie sont indiquées pour chaque type.

2Devant la profusion des formes nous avons d’abord défini des types de base. Ce sont ceux-ci qui servent de référence à la typologie. Notre classement se décompose de la façon suivante :

  • La première dizaine désigne le type ouvert (01) ou fermé (02) ou encore une catégorie « hors typologie » (03).
  • La deuxième, la catégorie générique. Pour les formes ouvertes : bols et coupes (01.01.000), coupes ou mortiers (01.02.000), grandes coupes et plats (01.03.000), bassins (01.04.000), entonnoirs (01.05.000). Pour les formes fermées : cruches à une ou deux anses et col étroit (02.01.000), pots ou cruches à col large (02.02.000), pots sans col à une ou deux anses (02.03.000), urnes (02.04.000), pots globulaires à une anse (02.05.000), vases de réserve à une ou deux anses (02.06.000).
  • La dernière série de chiffres désigne la forme. Jusqu’à mille exemplaires peuvent être répertoriés, selon les variations qui peuvent apparaître dans un même type. Ainsi si le type doit rester figé, il est toujours possible d’ajouter une forme.

1.2. Cadre de l’étude

1.2.1. Limites chronologiques

3En Provence, alors que la romanisation, à travers les réformes administratives qui l’accompagnent et la mise en place d’un réseau urbain dense devient une évidence à partir de l’époque d’Auguste, le monde rural auquel il faut aujourd’hui rattacher une partie de la production de la céramique, évolue avec un certain décalage. Dans notre région, la plupart des exploitations agricoles trouvent leurs origines entre le dernier quart du Ie s. av. n. è. et le premier quart du Ier siècle de notre ère, mais leur développement optimal n’intervient que dans le dernier quart de ce même siècle. C’est à ce phénomène, plus qu’au processus de la romanisation qu’il faut lier le développement de l’activité potière (Février et al. 1989, p. 289-377). Marseille est à l’origine des productions tournées les plus anciennes, et il nous paraît maintenant possible de dire avec quelques raisons, en observant les répertoires de formes, que c’est par le canal de ce centre urbain que l’influence italienne s’est tout d’abord manifestée sur les productions régionales.

4Le développement des ateliers de potiers apparaît donc surtout comme le résultat d’une période de prospérité économique, qui correspond à la mise en valeur optimale de la province à partir de l’époque d’Auguste et dont les effets se manifestent surtout durant les Ier et IIe siècles. Cette prospérité n’est que la conséquence de l’apparition de nouveaux débouchés pour le commerce, avec comme vecteur principal les transports maritimes et comme pôle attractif, entre autres, le port de Rome, Ostie (Andreau 1991 ; Picard, Rougé 1969, textes XXXI à XLIII ; Rougé 1966 p. 17).

5Le milieu du IIe siècle est une époque de transition dans le monde rural, qui voit la disparition de nombreuses exploitations agricoles. C’est aussi l’époque où se manifestent dans la céramique des changements, aussi bien dans le répertoire des formes que dans les types de production. Les premières pâtes réfractaires, qui pourraient bien n’être que les prémices des céramiques à pâte grise qui se généralisent au IVe siècle, apparaissent. Même s’il faut moduler ce constat selon les endroits, dans tous les cas, le répertoire des formes se modifie totalement. A la vaisselle de table produite par les potiers locaux, où dominent les formes ouvertes, se substituent des formes presque toujours fermées pouvant aller au feu et où « l’olla » domine (C.A.T.H.M.A. 1986). Nos productions perdent alors leur prééminence, même si leur présence se remarque de façon encore significative dans les contextes archéologiques jusqu’à l’aube du IVe siècle.

1.2.2. Limites géographiques

6La basse Provence et les Alpes-Maritimes, se divisent en trois unités morphologiquement différentes :

  • à l’est des bandes littorales souvent étroites s’appuient à des massifs montagneux très fermés
  • à l’ouest Rhône et Durance s’ouvrant vers le nord de la Gaule et de l’Italie, constituent des axes de pénétrations importants majeurs ;
  • au centre on trouve un espace cloisonné par un relief très marqué. Les reliefs limitent les bassins d’Aix et de Marseille et accentuent les contrastes entre les zones côtières facilement accessibles par cabotages mais sans grand arrière pays et les zones semi montagneuses de l’intérieur : massif de la Sainte-Victoire, Mont-Aurélien, chaîne de la Sainte-Beaume.

7Les plateaux et les montagnes calcaires abritent au nord de Draguignan, des dépressions fertiles limitées par le Verdon, affluent de la Durance. La dépression permienne de Toulon à Fréjus permet le passage au niveau du Luc vers la plaine de l’Arc qui s’ouvre sur le pays d’Aix, la Durance et plus globalement le couloir rhodanien (Boyer 1959).

8Cette configuration naturelle du territoire explique en partie le développement des industries potières dans certaines zones comme le bassin de l’Argens et le rôle primordial des villes portuaires comme Arles, Marseille et Fréjus, centres consommateurs mais aussi marché relais dans la diffusion des produits. Le développement de l’agriculture accompagne les productions potières qui bénéficient des mêmes circuits commerciaux. A travers ces deux courants apparaît le dynamisme d’une économie favorisé par la mise en place des structures administratives de l’Empire. Les limites sont données par les capacités à assurer les transports à moindre coût. Dès que l’on s’éloigne des routes maritimes et fluviales cette économie semble se cloisonner, les mouvements se réduisent et les produits peinent, semble-t-il, à circuler. Curieusement, à partir du IIIe siècle, les centres potiers paraissent abandonner les centres attracteurs qu’étaient jusque là les villes et se concentrent dans des zones retirées et plus rurales comme par exemple le Verdon dans le Var, où apparaissent les premières officines produisant des pâtes réfractaires.

1.2.3. Caractérisation des productions

9Les analyses menées par Maurice Picon et plus récemment par Anne Schmitt et son équipe montrent que les argiles utilisées peuvent être calcaires ou non calcaire, notamment aux abords des massifs anciens, dans la dépression permienne, au débouché de laquelle se trouve Fréjus. Leur couleur selon leur conservation, la nature des argiles et les conditions de cuisson, varie d’un jaune pâle au rouge brique. Ayant abandonné l’appellation de pâte claire qui induirait une nature calcaire systématique des argiles, nous avons adopté une dénomination basée sur l’origine, c’est à dire le nom de leur bassin de production.

10Dans le bassin de l’Argens, la pâte des céramiques produites dans les ateliers de Fréjus est sableuse et souvent micacée. Il est difficile de faire la différence à l’œil nu entre les céramiques produites dans les ateliers du bassin de l’Argens. Toutes sont finement micacées. Dans les bassins de l’Huveaune et de l’Arc les pâtes très calcaires des différents ateliers, tendres et presque blanches, sont difficilement différenciables, celles de l’Arc peuvent être aussi naturellement micacées. Pour le Rhône la production qui paraît attestée à Arles présente une pâte de couleur jaune orangée pâle très fine. En ce qui concerne l’apparence des engobes presque systématiques sur les formes ouvertes, leur couleur et leur aspect peuvent être très variables. Sur les pâtes les plus calcaires leur aspect est relativement terne et peut aller du noir au marron. Dans le bassin de l’Argens, même si la finition laisse parfois à désirer, on est frappé par la qualité de certains vernis, parfois grésés, allant du noir au rouge.

11Parmi ces productions régionales au sens large, se trouvent souvent des céramiques venant de la région lyonnaise. L’observation des pâtes ne serait pas suffisante pour les identifier. Cependant certaines formes sont si caractéristiques qu’il est possible de les isoler sans trop de difficultés. Il n’aurait pas été raisonnable de les ignorer tant elles paraissent être un complément naturel à nos productions. Leur diffusion par le Rhône, via Arles et Marseille, concerne toutefois essentiellement les zones littorales.

1.3. Les ateliers

12Nous connaissons maintenant plusieurs zones de production. Marseille (bassin de l’Huveaune), Arles, Aix-en-Provence et Velaux (bassin de l’Arc) et le bassin de l’Argens avec Fréjus (fig. 1). Tous ces centres producteurs ont en commun un répertoire de formes qui semble trouver son origine à Marseille où se trouvent à notre connaissance les ateliers les plus anciens. Il est possible qu’Arles en soit contemporain. Le bassin de l’Arc avec les ateliers de Velaux et Aix-en-Provence suivent immédiatement. Les ateliers du bassin de l’Argens et de Fréjus apparaissent eux légèrement plus tard, après le changement d’ère. Ce sont les amphores gauloises qui permettent de bien suivre cette évolution. Marseille amorce une véritable révolution en créant dans la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère un type d’amphore vinaire à fond plat (Bertucchi 6A) qui paraît être à l’origine de la Gauloise 2 de Fanette Laubenheimer (Bertucchi 7A). La première est largement présente aussi dans les ateliers du bassin de l’Arc mais n’apparaît pas dans les ateliers du bassin de l’Argens et de Fréjus ou la gauloise 2 est la première à être produite. Ces derniers ateliers créeront rapidement un autre modèle la Gauloise 5 qui va dominer la production durant tout le Ier siècle, jusqu’à l’apparition de la Gauloise 4 (Laubenheimer 1985 ; Bertucchi 1992, p. 216-217).

13Dans le bassin de l’Argens et à Fréjus on constate que les amphores sont prioritairement produites en ville ou à ses abords. Les ateliers de potiers connus et fouillés à Fréjus, pour la plupart hors les murs, donnent une bonne idée de l’importance qu’y avait l’industrie potière, surtout pour la production des amphores, entre les Ier et IIIe siècles de notre ère (la Madeleine, Bellevue, Les Clausses, la Plate-forme, le Pauvadou, Sainte-Croix, Saint-Lambert Valescure et le Suveret ; Laubenheimer 1985 p. 193). Toutefois dans le bassin de l’Argens les ateliers qui produisaient de la vaisselle de table, au nombre d’une dizaine, livrent aussi des témoins d’une production amphorique. Cette production très minoritaire est marquée par la Gauloise de type 2, dès l’apparition de la plupart des ateliers, au début de l’ère.

14Cette répartition entre les lieux de production préférentiels des amphores et de la vaisselle de table n’est vraiment nette que pour Fréjus et son territoire. Ailleurs nous manquons de documentation. Aix, Marseille et Velaux paraissent très liés mais les ateliers connus en milieu urbain ne dépassent pas la fin du Ier siècle, Velaux qui produit des gauloises 4 a du fonctionner plus longtemps. En milieu rural, notamment dans le Var, les ateliers produisant des amphores sont dispersés sans organisation apparente (Brun, Borréani 1999, p. 162 ; voir Excoffon supra). Le choix du site d’implantation des fours dépendait sans doute en priorité de la présence à proximité des ressources nécessaires à cette industrie que sont le bois, l’argile et l’eau. Ces gisements en apparence modestes, ne s’accompagnent jamais de structures d’habitat importantes. Peut-être cela montre t-il qu’il s’agit là, en plus d’une activité saisonnière, d’un travail itinérant relativement indépendant de l’organisation du terroir. On pressent là des productions qui peuvent être liées à l’activité de grands domaines viticoles sans en être peut-être complètement dépendant. De plus, tout porte à croire que les ateliers n’ont pas tous fonctionnés simultanément et que la multiplicité des sites connus est aussi le résultat de leur déplacement, ce qui complique un peu plus l’interprétation de données essentiellement issues de prospections.

Fig. 1 – Principaux ateliers et aires de production 1-Marseille-2-Arles-3-Aix-en-Provence-4-Velaux-5-Fréjus-6-Puyloubier, la Cancelade-7-Castellet, La Pinède-8-Bras, La Tuilière-9-La Celle, Revaou-10-Le Val, La Floride-11-Fox-Amphoux, Clastre-12-Fox-Amphoux, hameau d’Amphoux-13-Villecroze, Thuéry-14-Lorgues, Berne-15-Les Arcs, Saint-Jean-16-La Martre, Château-Rima-17-Sanary, Port-Issol-18-Mandelieu, Notre-Dame-D’Avinionet-19-Cannes, Saint-Cassien

2. Productions des bassins de l’Argens, de l’Arc, de l’Huveaune, d’Arles, du Rhône et de la Siagne. Ie s. av. n. ère-IIIe s. de n. ère (vaisselle de table, de service et de stockage)

15C’est la quantité assez conséquente de formes complètes dont nous avons disposé pour cette étude qui nous a permis d’établir une typologie et d’ébaucher une évolution chronologique. Ces productions sont cuites selon le mode A de Maurice Picon (Picon 1973). La couleur de la pâte peut varier du jaune très pâle au rouge brique. L’engobe lorsqu’il est présent peut, sur un même vase, passer par toutes les teintes allant du noir au rouge. Son application qui n’est pas forcément très régulière paraît être faite par trempage, le potier tenant le vase renversé par le fond. Cet ensemble de choses et une cuisson souvent assez bonne, répondent à certains critères de qualité que les potiers ont apparemment voulu respecter. Ceci a donné à la vaisselle sortie de ces ateliers, un aspect qui la distingue nettement du lot de vaisselle commune des Ier-IIIe siècles de notre ère. Il a été d’autant plus facile pour nous, d’en suivre la diffusion de façon assez précise.

Fig. 2 – Principaux gisements archéologiques mentionnés dans le texte
1) Vintimille (Italie) (Lamboglia 1950 ; Olcese 1993)-2) n. D. d’Avinionet (Mandelieu, Alpes Maritimes) (Rivet 1986 ; Fixot 1990)-3) Vaugrenier (Villeneuve-Loubet, Alpes Maritimes) (Olivier, Rogers 1978)-4) Tour-du-Valat (Arles) (Pasqualini, Excoffon, Vella 2003 ; Excoffon, Pasqualini 2004)-5.1) Archevêché (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône) (Guild, Guyon, Rivet 1980 ; Fixot et al. 1986)-5.2) Forbin (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône) (Nin, De Luca, Charlet 1987)-5.3) Rue République (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône) (Bérard, De Luca, Landuré, non daté ; Nin, Pasqualini, Pesty 2003)-6.1) Sainte-Barbe (Marseille, Bouches-du-Rhône) (Moliner 2003)-6.2) La Bourse (Marseille, Bouches-du-Rhône) (Bonifay, Carre, Rigoir 1998)-6.3) La Bourse, « bassin d’eau douce » (Marseille, Bouches-du-Rhône) (inédit)-7) Villa Régine (Puits-Sainte-Réparade, Bouches-du-Rhône) (Chapon, 2007)-8) La Floride (Le Val, Var) (inédit)-9) Thuéry (Villecroze, Var) (inédit)-10) La Cancelade (Puyloubier, Bouches-du-Rhône) (Laubenheimer et al. 1984)-11) Les Laurons (Les Arcs-sur-Argens, Var) (Berato, Borreani, Leguilloux 1990)-12) Saint-Jean (Les Arcs-sur-Argens, Var) (Berato et al. 1989)-13) Le Revaou (La Celle, Var) (inédit)-14) Saint-Jaume (Barjols, Var) (inédit)-15.1) Le Logis-Clastre (Fox-Amphoux, Var) (Brun 1999, p. 412, n. 6 et 7, matériel inédit)-15.2) Amphoux (Fox-Amphoux, Var) (voir infra)-16.1) Les Aiguières (Fréjus, Var) (inédit)-16.2) Clos-de-la-Tour (Fréjus, Var) (Rivet 1980)-16.3) Formigé (Fréjus, Var) (inédit)-16.4) Mangin (Pasqualini et al. 2006)-16.5) Pauvadou (Fréjus, Var) (Fréjus, Var) (Brentchaloff 1980)-16.6) Pauvadou, cimetière (Fréjus, Var) (inédit)-16.7) Plate-forme (Fréjus, Var) (Février 1962)-16.8) Porte-d’Orée (Fréjus, Var) (Gebara, Béraud, Landuré 1991)-16.9) Rue du Suveret (Fréjus, Var) (voir infra)-17) La Tuilière (Bras, Var) (inédit)-18) La Calade (Cabasse, Var) (Bérard 1961 et 1963)-19) La Guérine (Cabasse, Var) (Bérard 1980)-20) Les Blaïs (Le Cannet-des-Maures, Var) (Boyer 1959)-21) Dramont (Saint-Raphaël, Var)-22) Besagne (Toulon, Var) (inédit)-23) Saint-Michel (La Garde, Var) (Brun et al. 1989a)-24) Berne (Lorgues, Var) (Pasqualini 1985)-25) Château-Rima (La Martre, Var) (inédit)-26) Grand-Loou (La Roquebrussanne, Var) (inédit)-27) Roches d’Aurelle (Saint-Raphaël, Var) (Berato et al. 1986)-28) L’Ormeau (Taradeau, Var) (Brun, Congès, Pasqualini 1993)

16Jusqu’à présent l’étude des céramiques engobées était séparée de celle des céramiques non engobées (Rivet 1980 ; Dicocer 1993, p. 198 et 222). La découverte d’ateliers ayant fabriqué les unes et les autres, rend à notre avis nécessaire de considérer ces productions dans leur ensemble.

2.1. Les modules

17On observe pour un même type de nombreuses variations dans les modules de plusieurs types de formes ouvertes et fermées. Nous n’avons pas su les interpréter pour le type 01.01.020, mais les types 01.01.08.080 à 083 dans les formes ouvertes, 02.01.010 à 013, 02.01.020 à 022 dans les formes fermées, se répartissent en trois ou quatre modules principaux ; la différence dans les dimensions est sûrement due à une différence dans l’utilisation et la fonction. Au-delà de 22 cm il s’agit certainement pour les formes ouvertes de vases de service ou de préparation. Dans les cruches les modules les plus petits sont souvent des offrandes funéraires. Le module le plus grand, le plus souvent absent des contextes d’habitat, se retrouve couramment dans les dépotoirs portuaires. Ces vases sont presque toujours poissés. Ils pourraient avoir été utilisés pour transporter des petites quantités de vin aux côtés des amphores.

2.2. Les gisements archéologiques de référence

  • 1 Depuis la rédaction de cet article Frédéric Conche de l’Inrap a identifié deux ateliers supplément (...)

18Voici très sommairement la liste des collections publiées ou non, suivie des références bibliographiques, que nous avons utilisées pour cette étude1 (fig. 2).

3. Typologie

3.1. Les formes ouvertes

01.01.000 Bols et coupes

01.01.010

19(Variante a 1993, 1998) bord dans le prolongement de la panse rectiligne (fig. 3, n. 010 à 014).

  • 2 Fouilles des Alyscamps (communication Jean Piton)
  • 3 Plusieurs publications rendent compte de ces découvertes (Mellinand 1998, p. 309-316 et dans Molin (...)

20A l’origine de ce type nous plaçons les coupes découvertes lors des fouilles des tombes de la nécropole Sainte-Barbe à Marseille. Cette forme, certainement produite à Marseille et peut-être aussi à Arles2, peut être identifiée aux productions que Patrice Arcelin désigne sous le qualificatif de « dérivée des vernis noirs italiques » (Arcelin 2000, fig. 8, p. 318, fig. 9, p. 319, fig. 22 et 23, p. 330 ; Moliner et al. 2003). Pour nous elle fait le lien avec les pâtes claires marseillaises. Dans la nécropole elles proviennent de tombes datées entre 30 avant et cinquante de notre ère3. En dehors de la zone comprise entre Marseille, Arles et Aix-en-Provence on trouve cette forme dans des niveaux datés des environs du changement d’ère, comme à Saint-Michel à La Garde. Dans les niveaux postérieurs sa présence, sans doute résiduelle, est uniquement attestée sous forme fragmentaire.

01.01.020

21(Variante b 1993, 1998) lèvre légèrement déversée, paroi plus ou moins curviligne (fig. 3). Les exemplaires complets se répartissent en trois modules, 13.5 cm., 18 à 22 cm. et 24 cm. (Pasqualini 1993 fig. 117 et 118).

22Le module 18 à 22 cm semble le plus courant. Chronologiquement il existe un recoupement important entre les deux premiers modules, tous deux étant bien représentées dans certains niveaux anciens (L’Ormeau, premier quart du Ier siècle de notre ère ; Vintimille, 10-20 de notre ère ; Clos-de-la-Tour, 20-30 de notre ère ; Vaugrenier et Pauvadou, 50-100 de notre ère ; Grand-Loou, 50 avant-75 de notre ère ; Saint-Michel, fin du Ier siècle de notre ère). Mais si ces deux modules apparaissent dès le début de notre ère à l’Ormeau, lieu où a été recensé le plus grand nombre de vases de ce type, l’essentiel des exemplaires provient de niveaux du IIe siècle, siècle auquel en tout cas le premier module ne semble pas antérieur. On notera d’autre part que ce type était extrêmement bien représenté dans la cargaison de l’épave des Roches d’Aurelle, datée de la fin du Ier siècle et qu’il fait partie du répertoire des ateliers de potier de la Tuilière, Berne et Thuéry.

Fig. 3 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000

01.01.030

23(Variante c 1993, 1998) bord droit, panse curviligne (fig. 4). Les exemplaires complets ont un diamètre d’ouverture compris entre 12 et 15 cm. et paraissent constituer un seul module à peu près homogène. Mais des exceptions existent. Au Pauvadou un vase de ce type, a un diamètre d’ouverture de 9 cm, au Clos-de-la-Tour les diamètres varient de 17à19 cm, à Notre-Dame-d’Avinionet de 15 à 16.5 cm.

24Ce type est fortement représenté dans plusieurs contextes de la fin du Ier siècle de notre ère : épave des Roches d’Aurelle, Vintimille, Notre-Dame D’Avinionet, Les Blaïs, Formigé, Pauvadou, Saint-Michel et l’Ormeau. Même si le module que nous avons déterminé à partir de nos exemplaires complets paraît bien réel, les diamètres d’ouverture présentent souvent des variations importantes comme au Clos-de-la-Tour à Fréjus.

01.01.040

25(Variante d 1993, 1998) bord simple rentrant (fig. 4). Les exemplaires complets se regroupent bien dans un module très homogène quand on considère leur diamètre d’ouverture compris entre 13 et 16 cm. Ses dimensions et son allure générale font qu’il est très proche de la variante précédente.

26Ce type est abondant dans de nombreux sites. Son apparition ne semble pas antérieure à la fin du Ier siècle de notre ère. Il faut noter à ce propos que si son absence de la cargaison de l’épave des Roches d’Aurelle n’est pas le fruit d’un pur hasard, sa diffusion généralisée est donc postérieure aux années 90, datation extrême fournie par un bol de sigillée de forme Dragendorff 37 retrouvé associé au matériel de l’épave. Sa timide apparition dans les niveaux de destruction de la maison de la place Formigé à Fréjus, datés des années 60/70, montre en tout cas que ce n’est pas une forme courante à cette époque. L’homogénéité du module est remarquable, puisque la majorité des vases a un diamètre d’ouverture voisin de 13 cm.

Fig. 4 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000

01.01.050

27(Variante e 1993, 1998) lèvre simple dans le prolongement d’une panse qui peut avoir un profil plus ou moins curviligne (fig. 4). L’ouverture est très large par rapport à la hauteur du vase. Un sillon circulaire simple ou double marque le fond à l’intérieur. Le diamètre d’ouverture des exemplaires complets tourne autour de 16 cm, sauf pour le no 41 plus petit, avec un diamètre d’ouverture de 12 cm et sans sillon sur le fond. C’est le rapport entre la hauteur du vase et son diamètre d’ouverture qui différencie le type 1e du type 1c ainsi que le ou les sillons sur le fond.

28Ce type est trop mal représenté pour pouvoir être défini très précisément hormis par son profil bas et la présence de sillons sur le fond. Il est le seul à notre connaissance, dans les productions à pâte claire, à pouvoir être rapprocher du profil d’une assiette. D’autres formes portent ce ou ces sillons sur le fond comme un vase du type 01.01.040. Mais ces cas sont exceptionnels. On peut situer la production de ce type dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère.

01.01.060

29(Type 2 1993, 1998)

30Malgré quelques variantes dans le détail, ce type est très homogène (fig. 5, n. 060 à 064). Le bas de panse est galbé, un resserrement à mi-hauteur forme un épaulement sur lequel s’appuient deux anses, la partie supérieure peut avoir un profil légèrement courbe, la lèvre mince ou épaissie est parfois soulignée par un sillon. Il existe en paroi fine des formes similaires (Mayet 1975, type Xc, p. 132 ; Marabini-Moeus 1973, forme XXV, p. 81-85). Un type de vase décoré en relief, sans doute directement inspiré de la vaisselle métallique, signé L. Sarius Surus, reproduit aussi cette forme (Goudineau 1968b).

31Fr. Mayet place la diffusion de sa forme Xc en Espagne avant l’époque de Tibère, Marabini-Moeus la production de sa forme XXV dans le premier quart du Ier siècle de notre ère, Chr. Goudineau date le vase de L. Sarius Surus entre 20 et 10-5 avant notre ère. Une variante sans carène était fabriquée dans l’atelier d’Amphoux au Ier siècle de notre ère (Voir Michel supra). Nous n’en avons recensé, hors du lieu de production, qu’un exemplaire à Fréjus, dans les fouilles de l’amphithéâtre (Garcia, Pasqualini, Thernot 2007 ; Pasqualini, Thernot, Garcia à paraître)

32Nos exemplaires appartiennent essentiellement à un module ayant 16 à 18 cm de diamètre d’ouverture. Classer ces vases de production générale dans la catégorie des parois-fines nous paraît être une erreur, ne serait-ce qu’à cause de leur module et de leur morphologie générale, mais aussi d’un certain décalage chronologique. Ceux que nous avons étudiés sont diffusés au moins dans les trois ou quatre premières décennies de la première moitié du Ier siècle de notre ère alors que les parois fines ne dépassent apparemment pas le premier quart du même siècle. Bien que peu abondante, sa diffusion est régulière, elle couvre toute la région concernée par notre étude. En effet en dehors des vases que nous avons étudié d’autres sont connus à Aix-en-Provence (Bérard, De Luca, Landuré, non daté, p. 38, n. 52) et à Cavalaire (Archéologie de la côte des Maures 1988, p. 29, n. 54). Il faudrait peut-être même rattacher à notre groupe les parois fines de ce type découvertes à Glanum (Gallia Informations 1976, p. 237-278).

01.01.070

33(Type 3, 1993, 1998)

34Coupe carénée à deux anses (fig. 5). Dans certains cas, un fragment qui ne présenterait pas d’anse pourrait être confondu à notre type 01.01.04.

Fig. 5 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000

35Le module des exemplaires complets que nous présentons fluctue entre 10.5 et 13.5 cm de diamètre d’ouverture.

36Même si c’est moins évident que pour le type précédent, un rapprochement s’impose avec la forme de paroi fine Mayet XXVIII. Le type 3 est particulièrement mal diffusé. Si l’on admet que la datation des tombes de la Calade est trop haute et si l’on se fie aux datations fournies par les autres fouilles, il faut situer le début de sa production vers la fin du Ier siècle de notre ère. Elle doit durer une partie du IIe siècle.

01.01.080

37(Type 4, 1993, 1998)

38Bol ou grande coupe à bord en amande ou arrondi le plus souvent engobé (fig. 6, n. 080 à 083). Dans le détail la forme peut varier d’un exemplaire à l’autre, du fait d’une carène plus ou moins marquée et dont la position varie. Globalement le type paraît toutefois assez. Les exemplaires complets que nous présentons se répartissent en quatre modules établis d’après leur diamètre d’ouverture :

39080 : 12.5 à 13.5 cm.

40081 : 16 à 17 cm.

41082 : 21 à 24 cm.

42083 : 33 cm.

43Ce type est absent des contextes anciens. Aucune trace apparemment de ce type aux Aiguières et dans les niveaux de destruction de la maison de la place Formigé à Fréjus, dans la cargaison de l’épave des Roches d’Aurelle. Son apparition est attestée dès la fin du Ier siècle de notre ère à Vintimille, Vaugrenier, Grand-Loou, Besagne... Mais à cette date sa diffusion paraît faible, alors qu’après le premier quart du IIe siècle il devient le type le plus répandu. Aux Laurons aux Arcs, à l’Ormeau à Taradeau et au Logis à Fox-Amphoux il déborde largement sur le IIIe siècle.

44On ne peut pas vraiment qualifier cette forme d’imitation de sigillée claire B ou luisante puisque son apparition paraît antérieure à la diffusion des sigillées claires de ce type dans la région. Par contre il paraît évident qu’il découle lui aussi de la forme de sigillée Dragendorff 37, devenue très courante dans notre région à partir du dernier quart du Ier siècle de notre ère.

01.01.090

45(Type 5 1993, 1998)

46Bol ou coupe avec un bord déversé (fig. 6). Ce type est généralement engobé.

47La chronologie de ce type semble couvrir en grande partie le IIe siècle de notre ère comme le montrent les découvertes du Logis, du Clos-de-la-Tour et de l’Ormeau. La chronologie proposée pour certaines tombes de La Calade et de La Guérine, qui ont livré ce type de vases, nous paraît trop haute compte tenu du matériel qui leur est associé. L’exemplaire de la Porte-d’Orée pourrait illustrer la permanence de cette forme qui était déjà présente après tout dans le répertoire des campaniennes. Etant donné la chronologie de ce vase, on peut de toute évidence rapprocher ce type de la forme de sigillée sud-gauloise Dragendorff 35 dont il doit être inspiré, comme le fait Lucien Rivet (Rivet 1980 p. 706).

Fig. 6 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000

Fig. 7 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000

01.01.100

48(n. 88 1993)

49Forme unique (pl. 5). Grand bol à lèvre arrondie et bord en bandeau souligné par un saillant obtenu par le pincement de la panse. Cette forme, découverte dans les fouilles de l’atelier de tuilier de Saint-Jean sur la commune des Arcs, n’a pas d’équivalent dans le matériel que nous avons étudié par ailleurs. L’aspect de sa pâte jaune sableuse en fait pourtant une production potentiellement régionale. Le contexte dans lequel il a été découvert date de la fin du Ier siècle de notre ère.

01.01.110

50(n. 89 1993) Bol à bord souligné par des sillons (fig. 7). L’exemplaire présenté ici n’est pas engobé, mais d’autres vases du même type découverts dans la fouille des Laurons aux Arcs le sont (Berato, Borreani, Leguilloux 1990, fig. 10). Les céramiques de ce type apparaissent, semble t-il, après le IIe siècle, et se placent dans la lignée du type 01.01.080.

01.02.000 Coupes ou mortiers

01.02.010

51(Type 6 1993, 1998)

52(Dicocer 1993 CL-REC. 18a, p. 241)

53Le bord en bandeau à double arête, généralement redressé à la verticale, caractérise ce vase (fig. 8). Le bec verseur débordant à l’extérieur est rapporté sur le bord. L’intérieur est souvent strié, parfois lisse, très rarement sablé. La moyenne des diamètres d’ouverture est supérieure à 20 cm.

54Ce type est particulièrement bien diffusé. Il est présent dans les contextes dès les premières années du Ier siècle de notre ère, et marque de sa présence tout le IIe siècle. Sa diffusion semble s’arrêter au IIIe siècle, c’est en tout cas ce que l’on peut déduire de sa quasi absence du matériel découvert lors de la fouille des Laurons sur la commune des Arcs. Les diamètres d’ouverture très irréguliers traduisent sans doute la diversité des productions que soulignent les variations constantes dans le détail des formes. Les diamètres se regroupent tout de même dans deux modules : l’un ayant une ouverture entre 21 et 25 cm, l’autre entre 27 et 31 cm.

55La présence du bec verseur, le traitement des surfaces internes, sablées ou striées, permettent d’identifier ces vases à un mortier. Typologiquement, un rapprochement s’impose avec les mortiers italiques (Dicocer 1993 COM-IT. 8d à f, p. 362), mais aussi avec ceux à pâte claire d’Olbia (Bats 1988, p. 163, pl. 40 et 41, n. 1164 à 1175). D’après Michel Bats, la diffusion de cette production, peut-être marseillaise, se fait dans la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère. On peut donc supposer que certains de nos vases matérialisent une continuité entre ces productions, sans doute marseillaises, et celles d’époque romaine. Les exemplaires sablés à l’intérieur proviennent de la région de Vienne ou Aoste en Isère (Laroche 1987, type 13 ; Godard 1992). Ces productions couvrent au moins tout le Ier siècle de notre ère.

01.02. 011 et 01.02.012

56(Type 6, variantes b et c, 1993, 1998)

57Ces deux types sont d’un module plus petit que le type précédent, compris entre 15 et 20 cm de diamètre d’ouverture, ils sont lisses à l’intérieur et parfois engobés (fig. 8). Le bec verseur, quand il est attesté, peut n’être réduit qu’à une simple pression du doigt du potier sur le bord. La forme en bandeau du bord est parfois rendue par une simple gorge creusée sous la lèvre. La « coupe » produite par l’atelier du Pauvadou à Fréjus constitue le type 01.02.012, sans bec verseur, est d’un module inférieur aux précédents (Brentchaloff 1980).

58Attestés à la fin du Ier siècle et au début du IIe, malgré la présence d’un bec verseur, ces types n’ont pas la morphologie nécessaire pour les identifier à des mortiers.

01.02.020

59(Type 7 1993, 1998)

60(Dicocer 1993, CL-REC. 21)

61Vase à collerette avec bec verseur (fig. 9). L’intérieur est sablé, le fond plat. La série très homogène est représentée par des vases à pâte jaune pâle, très sableuse. On remarque toutefois des vases moins homogènes, représentés par quelques fragments de vases qui sont généralement de module inférieur et aux parois plus minces. Ce type de mortier est mal diffusé et ne se retrouve que sur un petit nombre de sites archéologiques. Sa diffusion paraît démarrer à la fin du Ier siècle de notre ère et couvrir le IIe siècle.

62Les exemplaires plus anciens du Clos-de-la-Tour et des Aiguières à Fréjus, avec une collerette horizontale et un pied annulaire, sont à rapprocher de ceux découverts sur l’épave du Dramont D (Joncheray 1972, 1973, 1974 ; Hartley 1973, type 1). Ces mortiers y étaient associés à une grande quantité de vaisselle et d’amphores d’origine italique. On trouve à Ostie des mortiers très semblables (Ostia II, fig. 453).

63En fait, les vases de Toulon et La Roquebrussanne correspondent par leur forme, l’aspect de leur pâte et surtout leur chronologie, aux productions de Vienne et d’Aoste en Isère (Laroche 1980) et de la région de Montbéliard dans le Doubs (Lame, Maziman 1990, fig. 3, n. 1, 2 ; Humbert 1990, fig. 4, n. 11 ; Kahn 1990, fig. 2, b ; Rilliot, Faudot 1990, fig. 17, n. 6 ; Schucany 1990, fig. 5, n. 28). La production des fours d’Aoste couvre le Ier siècle de notre ère, celle des fours de Montbéliard, comme ceux de Mandeure s’étale sur le IIe siècle. A Aoste, on trouve associé dans la production, mortiers à bandeau et à collerette (Laroche 1987, types 13 et 14) ; ces derniers ont un timbre sur le bord. Des mortiers à bandeau et à collerette, probablement des productions d’Aoste, ont été découverts dans un contexte d’époque claudienne à Vienne (Godard 1992) et d’époque flavienne rue des Farges à Lyon (Desbat, Laroche, Mérigoux 1979 ; Laroche 1980).

Fig. 8 – Formes ouvertes, coupes ou mortiers 01.02.000

Fig. 9 – Formes ouvertes, coupes ou mortiers 01.02.000

64Ces mortiers couvrent une période très large, ce qui peut expliquer les datations pour les camps rhénans où ce type de matériel se retrouverait dès l’époque augustéenne et au delà du IIe siècle de notre ère. Leur origine est cependant diverse puisque, dans notre région, ils arrivent d’abord d’Italie, au moins dans la première moitié du Ier siècle de notre ère, puis peut-être de la région de Montbéliard à la fin du Ier et au IIe siècle.

65En Provence, ce type existe aussi dans les productions en pâte claire marseillaise, diffusées entre le IVe siècle et le IIe siècle avant notre ère (Bats 1988, p. 185-186, forme F. 633, pl. 52, n. 1445 à 1448).

01.03.000 Vases de service ou de préparation

01.03.010

66(Type 9 1993, 1998)

67Coupe-couvercle à pied (fig. 10a, n. 010 à 013). La présence d’un pied plus ou moins haut et une panse très évasée sont les seuls points communs entre tous les vases que nous avons rassemblés dans ce type. Même si elle a été élaborée à partir d’un modèle commun, la variété que l’on constate dans le détail de la forme d’un vase à l’autre, traduit sans doute des origines diverses et aussi probablement une utilisation non spécifique qui n’a pas figée cette forme dans des normes bien précises. Ces vases ne sont jamais engobés.

68Trente vases de ce type proviennent de l’ère fréjusienne, où les formes lisses comme celles que nous présentons, sont homogènes. C’est de cette zone que sont aussi issus les exemplaires les plus anciens (Les Aiguières, première moitié du Ier siècle de notre ère). À la fin du Ier siècle, apparaissent les formes décorées de lisérés digités qui perdurent durant tout le IIe siècle, et peut-être aussi, une partie du IIIe. Les décors guillochés que nous avons pu étudier ne sont pas antérieurs au IIe siècle, comme d’ailleurs les plus petits modules. Une grande quantité provient aussi des fouilles de la bourse à Marseille et du golfe de Fos (catalogue du Musée d’Histoire de Marseille 1988, n. 425, 441 à 443 ; Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 62, fig. 44, n. 43 et 85, fig. 64, n. 91 et 92 ; Marty 2002, p. 217, fig. 13, n. 61 à 65). On peut raisonnablement penser que la région proche de Marseille et Fréjus ont été au moins deux des centres producteurs de ces vases.

69En Campanie ce type est très répandu (Castiglioni Morelli 1996, p. 109, fig. 6, n. 4 ; Cicirelli 1996, p. 166, fig. 10, n. 43). À Pompéi, ce type de vases est présent en pâte brun-rouge, dans un tout petit module. Dans la région rhénane, cette forme en pâte brune apparaît dès l’époque de Tibère et se retrouve encore au début du IVe siècle (Gose 1984). Des vases de ce type sont aussi signalés à Lyon, dans un contexte de la seconde moitié du IIe siècle de notre ère, en pâte brune ou rouge (Desbat, Laroche, Mérigoux 1979, pl. X, n. 7). A Ostie, se côtoient exemplaires lisses (Ostia II, fig. 467) et à décor digité (Ostia II, fig. 468, 469).

01.03.020

70(Type 8 1993, 1998)

71Grand plat creux avec deux anses latérales plaquées sous le bord (fig. 10a et 10b, n. 020 à 023). Ce type de vase n’est généralement pas engobé. Le diamètre d’ouverture oscille de 40 à 45 cm.

72Les exemplaires anciens des Aiguières, de la Plate-forme et de la nécropole de Saint-Lambert à Fréjus sont datés de la première moitié du Ier siècle de notre ère (Gebara, Béraud 1996, p. 322, fig. 27, n. 1). Leur forme caractérisée par un bord en baïonnette et une gorge qui le souligne, diffère de celle des vases de la fin du Ier siècle et du IIe siècle au profil plus simple (Gebara, Béraud 1996, p. 318, fig. 24, n. 1 et 2, p. 319, fig. 25, n. 1, p. 322, fig. 27, n. 2). Ce type est aussi très fréquent à Marseille (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 62, fig. 44, n. 42, 44, 52). À Fréjus sa production est attestée dans l’atelier de Saint-Lambert/Valescure, le type de Marseille très homogène doit aussi provenir d’un atelier local.

73Ce type paraît trouver son origine en Campanie au Ier siècle de notre ère (Annecchino 1977, fig. 20, n. 11 ; Gasperetti 1996, p. 25, fig. 1, n. 9). Comme ceux des Aiguières et de la plate-forme, ils ont une gorge sous le bord qui détermine un épaulement sur lequel s’appuient les anses.

01.04.000 Bassins

01.04.010

74(Type 10 1993, 1998, 2002)

75Bassin ovale (fig. 11, n. 010 à 011). Les parois généralement tournées avec un bord horizontal, sont adaptées sur un fond ovale, sorte de galette plate modelée. Certains peuvent être aussi entièrement modelés. Deux exemplaires à Toulon et Marseille ont la panse peignée à l’extérieur comme celle d’un dolium (Catalogue du Musée d’Histoire de Marseille 1988, n. 421). Un autre provenant du golfe de Fos, entièrement modelé est très grossièrement lissé à l’extérieur (Marty 2002, p. 216, fig. 12, n. 60).

Fig. 10a – Formes ouvertes, grandes coupes – plats 01.03.000

Fig. 10b – Formes ouvertes, plats 01.03.000

Fig. 11 – Formes ouvertes, bassins 01.04.000

76Les exemplaires complets que nous avons étudiés se répartissent en deux modules qui mesurent à leur ouverture, dans leur plus grande longueur, respectivement 28,5 et 42 cm.

77Très courante entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère, cette forme se retrouve sur quasiment tous les sites archéologiques. Aucune ne paraît antérieure à la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère. Le comblement d’un puits daté de la fin du IIe siècle/ début du IIIe siècle d’où provient un exemplaire donne un repère pour la fin de sa diffusion (Bresciani, Excoffon 2004, p. 193, fig. 8, n. 2).

78En marge des vases découverts dans les dépotoirs portuaires de Toulon, Fos et Marseille, plusieurs exemplaires proviennent d’épaves, au Cap d’Antibes et à Saint-Raphaël (Fiori 1974, p. 93 ; Berato et al. 1986b, p. 203, fig. 11), et de nécropoles à Cabasse dans le Var et Marseille dans les Bouches du Rhône (Gallia Informations 1961, p. 105-158, pl. XXIII, n. 127 et Moliner et al. 2003, pl. 63, n. 704). La fabrication de ces vases est attestée à Fréjus dans l’atelier de Saint-Lambert/Valescure mais aussi sans doute à Marseille. Cependant certains, caractérisés par un bord incliné, peuvent provenir d’Afrique du Nord (Aquilué 1994, fig. 1, n. 494 ; Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 92, fig. 69, n. 126).

79Le modèle de base semble trouver son origine en Campanie (Cipriano, Di Fabrizio 1996, p. 205, fig. 4, n. 1). A Pompéi, plusieurs vases de ce type avec une pâte brun-rouge et aujourd’hui conservés dans le dépôt des « granaï », sur le forum, ont été découverts dans la ville même, et dans les villae suburbaines.

80On a fait de ce vase grossier, mais d’un type très répandu, principalement un vase à conserves, ce dont nous doutons (Annecchino 1982). La forme des vases de Pompéi, plus évoluée, évoquerait plutôt un pot de chambre (Pasqualini 2002). En effet, le large rebord plat, plus étroit sur ce qui doit être l’avant du vase, ses dimensions, lui donnent une morphologie particulièrement appropriée à cet usage. Cela n’aurait rien d’étonnant. L’utilisation de tels objets est attestée par diverses mention littéraires ainsi, un graffite sur le mur d’une maison pompéienne, en évoque l’utilisation.

81« Miximus in lecto, fateor pecavimus, hospes,/Sidices quare, nulla metalla fuit » (C.I.L. IV, 4957).

82Il s’agit d’un « invité » qui reproche à son hôte de ne pas avoir mis de vase de nuit dans sa chambre.

01.05.000 Entonnoirs

01.05.010

83(n. 90 1993)

84Entonnoir (fig. 12). La difficulté d’identifier la forme lorsqu’elle n’est pas complète explique peut-être sa rareté. L’exemplaire utilisé pour notre typologie provient des fouilles de Toulon et date du IIe siècle. Un autre, à Marseille, provient d’un contexte daté du IIIe siècle (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 85, fig. 64, n. 95) Aucun élément ne nous permet d’affirmer que ce type fait partie du répertoire des ateliers régionaux.

3.2. Les formes fermées

85Il est nécessaire pour ce genre de vase, encore plus que pour les formes ouvertes, d’avoir des céramiques complètes pour restituer des types le plus fidèlement possible. Cette obligation rend la réalisation d’une typologie difficile. Toutefois, la quantité de sites archéologiques traités dans cette étude permet d’avoir une vision d’ensemble satisfaisante, même si la plupart des exemplaires complets proviennent en fait de cimetières. S’ils ne sont pas forcément représentatifs des conditions normales d’utilisation des poteries, ceux-ci n’en reprennent pas moins les éléments les plus courants de la vie quotidienne.

86Pour la classification des formes fermées, plus que pour les formes ouvertes, il serait très aléatoire de vouloir bâtir une typologie sur quelques détails. Etant donné les variations sensibles constatées d’un vase à l’autre, il faut considérer les formes dans leur ensemble. La typologie est divisée en grands groupes.

02.01.000 Cruches à une ou deux anses et col étroit, biberons

02.01.010 et 02.01.020

87(Type A1 1993, 1998)

88Cruche globulaire à une anse. Le col est bien marqué, généralement étroit, les modules déterminent quatre variantes 02.01.011 à 02.01.013 (Type A1, variantes a à d, 1993, 1998) (fig. 13, n. 010 à 013). C’est le col renflé qui détermine le type 02.01.020 très proche du précédent (fig. 13, n. 020 à 022). Ce dernier se décompose aussi en plusieurs modules, 02.01.020, 02.01.021 et 02.01.022 (Type A1, variantes a.a, b.a et c.a, 1993, 1998).

89En dehors des sites particuliers que sont les cimetières où se trouvent essentiellement des modules 02.01.010 et 02.01.011, les sites d’habitat livrent, à de rares exceptions près, des cruches des autres modules. Quand les conditions de conservation permettent de le vérifier, ces cruches sont poissées.

Fig. 12 – Formes ouvertes, entonnoirs 01.05.000

Fig. 13 – Formes fermées, cruches à une ou deux anses et col étroit 02.01.000

90La présence de plusieurs exemplaires complets du module 02.01.013 dans les dépotoirs du port antique de Toulon, mêlés à de très nombreuses amphores gauloises, pourrait même signifier que ces grandes cruches ont pu servir de contenant pour transporter des petites quantités de vin. Aux Ier/IIe siècles, les ateliers du bassin de l’Argens et de Fréjus produisent cette forme ainsi que probablement des ateliers de la région de Marseille (Pasqualini 1985, p. 178, fig. 2, n. 457, 664 et 1998a, p. 86, fig. 65, n. 96).

Fig. 14 – Formes fermées, cruches à une ou deux anses et col étroit 02.01.000

91L’exemple des Aiguières montre que la cruche à col étroit existe aussi avant les années 50. Il semble même que cette forme est déjà produite à Marseille ou Arles avant le changement d’ère (Pasqualini, Excoffon, Vella 2004, p. 271, fig. 34, n. 39). A Lyon, on la rencontre aussi dès la fin du Ier siècle avant notre ère (Desbat, Laroche, Mérigoux 1979, pl. II, n. 1 ; Laroche 1980, type 1, 2, 3). Il s’agit sans doute là de productions ayant des origines différentes de celles rencontrées dans notre région. A Lyon, ces vases pourraient être produits par les ateliers d’Aoste, en Isère.

92La diffusion optimale de la cruche à profil globulaire paraît se faire au IIe siècle. Comme pour d’autres formes les centres producteurs principaux paraissent se trouver dans le bassin de l’Argens, à Fréjus et à dans la région de Marseille (Pasqualini 1998a). La production du type à col renflé à Fréjus (02.01.020) paraît débuter après le changement d’ère et ne pas aller au-delà de la fin du Ier siècle (Gebara, Béraud 1996, p. 312, fig. 12, n. 1 et 2, p. 322, fig. 27, n. 3 et 4). À Pompéi quelques cruches présentent encore cette particularité (Gasperetti 1996, p. 35, fig. 4, n. 25).

02.01.030

93(Type A1, variante e, 1993, 1998)

94Biberon

95Hormis dans le cas des exemplaires complets, ce type est difficile à différencier du précédent dont il semble recouper la chronologie (fig. 14). Plusieurs exemplaires proviennent du cimetière du Pauvadou à Fréjus. Une forme similaire existe d’ailleurs en verre dans le même contexte archéologique (Béraud, Gébara 1987 ; Gébara, Béraud 1993). A Fréjus il semble ne se trouver que dans des tombes d’enfants. Ce type paraît très répandu, du moins en Gaule (Rouquet, Loridant 2000). Il fait certainement partie des productions fréjusiennes.

02.01.040

96(Type A1, variante f, 1993, 1998)

97Petite cruche globulaire à fond plat et deux anses (fig. 14).

98Ce type paraît peu courant. Pourtant il est signalé en plusieurs points différents : aux Arcs (Berato, Borreani, Leguilloux 1990, p. 231, fig. 11, n. 52 ; Gallia Informations 1979, p. 553 ; Brun, Borréani 1999, p. 226, notice 44, n. 17455) et à Vintimille (Olcese 1993, p. 271, fig. 66, n. 260 ; Gandolfi, Gervasini 2004, p. 94, fig. 16). À Fréjus il serait produit par l’atelier de Saint-Lambert dès les années cinquante de notre ère (Gebara, Béraud 1996, 318, fig. 23, n. 2). Aux Arcs il a été découvert dans un contexte du IIIe siècle. Les exemplaires de Vintimille datent des Ie/IIe siècles de notre ère.

Fig. 15 – Formes fermées, pots, cruches sans cols – une ou deux anses 01.02.000/02.03.000

02.01.050

99(n. 165 1993, 1998)

100Cette cruche a un col qui se referme brusquement au niveau du bord (fig. 14). Les deux anses sont de section rubanée. Ce type peu courant est présent dans le Var sur une épave datée de la fin du Ier siècle de notre ère. Les dix vases de ce type portaient un engobe brun-rouge (Berato et al. 1986b, p. 205, fig. 15). Il a été aussi observé sur plusieurs fouilles à Fréjus (-inédit-) dans des contextes de la même époque ou à peine plus anciens. Sans doute produit à Fréjus au Ier siècle. Des formes approchantes sont mentionnées dans des productions sans doute lyonnaises de la même période (Leblanc 2007, p. 100, fig. 67, n. 7 et p. 155, fig. 118). La forme générale peut être comparée, comme pour d’autres types du Ier siècle des productions pompéiennes (Gasperetti 1996, p. 37, fig. 5, n. 27).

02.02.000 Pots ou cruches à une anse col large ou sans col

02.02.010

101(Type A2 1993, 1998)

102Ce type qui peut être engobé, se caractérise par un col dont le diamètre d’ouverture est supérieur à celui du type 02.01.010 à 020) (fig. 15). Ceci a pour résultat de donner à la cruche une apparence lourde. Très peu répandu, on en trouve toutefois toujours quelques éléments fragmentaires (Fixot 1990, fig. 37, n. 4 ; Brun, Congès, Pasqualini 1993, p. 199, fig. 142, n. 392).

103Tous les exemplaires que nous connaissons ont été découverts dans des contextes fin Ier-IIe siècle de notre ère. Cette forme trouve peut-être son origine dans les productions de pâte claire marseillaise où elle est plus courante que les cruches à une anse et col étroit (Bats 1988, pl. 51, n. 1407 ; pl. 50, n. 1389).

02.02.011

104(n. 162 1993)

105Les exemplaires de ce type de cruche se caractérisent par leur bec tubulaire proéminent (fig. 15). La forme, produite en Provence occidentale, paraît avoir une origine ancienne (Dicocer 1993, Cl-Rec. 6a). Plusieurs vases inédits, engobés ou non, proviennent de contextes varois datés entre la fin du Ier quart et la fin du IIe siècle de notre ère (Cotignac, Fox-Amphoux et La Roquebrussanne). On retiendra que deux ateliers, l’un à Aix-en-Provence, l’autre à Velaux, dans les Bouches du Rhône, fabriquent des cruches de ce type à l’époque augustéenne (Nin, Pasqualini, Pesty 2003 ; Porcher, infra).

02.03.000 Pots ou cruches sans col, à une ou deux anses

106Nous avons regroupé dans ce type plusieurs séries de vases, qui, s’ils ont une allure générale commune, n’en présentent pas moins des différences notables dans le détail de leurs formes ; différences sans doute dues à leurs origines diverses, mais aussi peut-être, à des usages variés.

10702.03.010-Cruche, pichet, pot à une anse (fig. 15).

10802.03.020-Vase à conserves à deux anses (fig. 16).

02.04.010-Urne cinéraire

109Le profil de la panse est plus ou moins globulaire, le col se résume à un simple resserrement sur lequel prend directement naissance le bord. Le diamètre d’ouverture assez large, a tendance à se rapprocher du diamètre maximum de la panse. Il est difficile, à partir d’un simple fragment de bord, de classer la plupart des ces vases dans tel ou tel type.

02.03.010

110(Type B1 1993, 1998)

111Les vases de ce type se répartissent en plusieurs modules (pl. 13, n. 010 à 011). Toutefois la disparité des formes dans le détail, due aux raisons invoquées plus haut, montre qu’ils n’ont pas forcément une signification particulière. Seules les formes à lèvre en baïonnette, qui se répartissent entre les modules 02.03.010 et 02.03.020, montrent à notre avis une homogénéité de forme trop significative pour ne pas caractériser une utilisation bien définie. La forme du bord en baïonnette est sans doute faite pour recevoir un couvercle.

112À Fréjus, la production de ce type est liée à celle d’amphores gauloises. Lorsque les conditions de conservation permettent de le vérifier, ces vases sont poissés. C’est le cas de ceux découverts dans le port de Toulon. Le fait que cette forme, à l’exception d’un vase découvert dans le cimetière de la Guérine, ne soit jamais utilisée comme offrande dans les tombes, indique peut-être qu’elle ne fait pas partie de la vaisselle de table courante.

Fig. 16 – Formes fermées, pots, cruches sans cols – une ou deux anses 01.02.000/02.03.000

113À Pompei, des cruches à large ouverture contenaient du garum. Cette fonction est attestée par leur découverte en place dans des bassins à garum (Curtis 1979, fig. 5 ; Gasperetti 1996, p. 29, fig. 2, n. 14). C’est peut-être aussi le cas de ces vases au module régulier, fabriqués dans les ateliers de Fréjus avec des amphores de type gaulois dont ils suivent la diffusion. Ainsi ceux découverts en Ligurie (Chiocci 2004, p. 30, fig. 4, n. 1 et 2 ; Gandolfi, Gervasini, Capelli 2004, p. 36, fig. 3, n. 5).

114Les autres vases qui n’ont pas un bord en baïonnette et dont la production ne paraît pas normalisée, étaient sans doute de simples cruches.

115Après le IIe siècle ils remplacent complètement les premiers (Bresciani, Excoffon 2004, p. 197 et 198, fig. 12 et 13).

02.03.020

116(Type B2 1993, 1998)

117Ce type se répartit en trois modules (fig. 16, n. 020, 021, 022). Le premier est illustré par un seul exemplaire engobé qui faisait partie de la cargaison de l’épave des Roches d’Aurelle, datée de la fin du Ier siècle de notre ère. Le deuxième ne se différencie du type 02.03.011 que par la présence de deux anses, si bien qu’il est impossible de faire la différence entre les deux sur un simple fragment. Le dernier module a un profil plus globulaire que les précédents. Lorsque les conditions permettent de l’observer les modules 02.03.021 et 02.03.022, étaient poissés.

118Moins courant que le type précédent, surtout représenté dans les modules 02.03.021 et 02.03.022, ces vases poissés devaient servir à conserver les denrées, peut-être des saumures. À ces exemplaires, on peut ajouter un vase de ce type découvert une épave (Joncheray 1986, p. 226, fig. 10) et trois autres découverts dans un puits comblé au IIe siècle (Archéologie de la côte des Maures 1988, p. 55-56, n. 166 à 168). Bien que nous n’en ayons pas la certitude, on peut supposer qu’il s’agit aussi d’un produit dont la fabrication est liée à celle des amphores gauloises.

Fig. 17 – Formes fermées, urnes sans anse – pot et cruche à une anse – grands vases à une ou deux anses 02.01.000/02.05.000/02.06.000

119On peut comparer le type 02.03.021 à la forme 1213 de Gabriella Gasperetti (Gasperetti 1996, p. 30-32 et 29, fig. 2, n. 15 à 18, p. 53-54, fig. 11, n. 60). Fabriqués dans l’aire vésuvienne, courants à Pompei, des vases de ce type ont été aussi découverts à Fos et dans le Rhône à Arles (Marty 2002, p. 211, fig. 9, n. 38 à 40, p. 214, fig. 11, n. 47, 48 et 51 à 53). D’autres vases produits à Lyon au Ier siècle sont aussi morphologiquement très proches (Maza et al. 2002, p. 321, fig. 48).

02.04.010

120(Type B3 1993, 1998)

121À Fréjus, la découverte quasi exclusive des céramiques de ce type dans des tombes où elles servaient d’urnes cinéraires, montre sans aucun doute possible qu’elles ont été fabriquées pour cet usage exclusif (fig. 17). Le profil en baïonnette du bord et leur allure générale suggèrent une filiation entre cette production et celle des vases des types 02.03.010 et 02.03.020. Les exemplaires que nous connaissons, à Fréjus et à ses abords (Boyer 1986) permettent montrent que leur utilisation débute vers les années 50 de notre ère et doit durer au moins durant toute une partie du IIe siècle. Mais il est fort possible que leur production ait en fait démarré beaucoup plus tôt.

02.05.010

122(Type C 1993, 1998)

123Petit pot globulaire à une anse (fig. 17). Sont regroupées dans cette série des céramiques très proches par leur forme. Souvent engobées, on peut situer la diffusion aux Ier-IIe siècles de notre ère et les rapprocher des productions de céramiques à paroi fine (Marabini-Moeus 1973, forme LXVIII)

02.06.010

124(Type D 1993, 1998)

125Vase à une ou deux anses et large ouverture non engobé (fig. 18). La forme de ces céramiques a beaucoup de points communs avec le type 02.03.010 (fig. 15) dont elle ne diverge vraiment que dans ses grands modules 02.06.020 et 02.06.030 (fig. 18).

Fig. 18a – Formes fermées, urnes sans anse – pot et cruche à une anse – grands vases à une ou deux anses

126Même s’il paraît fabriqué en série dans des ateliers de potier tels celui de Berne à Lorgues ou Thuery à Villecroze, ce type a une diffusion réduite. On pourrait expliquer ceci par une utilisation particulière et peu courante. La présence en nombre de céramiques de ce type dans les fouilles du Logis à Fox-Amphoux dans le Var, qui pourrait apparaître comme une exception, n’est peut-être que la conséquence de la proximité d’un atelier qui les fabriquait. Ces vases proviennent tous de contextes datés entre le milieu du Ier siècle de notre ère et la fin du IIe siècle.

3.3. Hors typologie

02.00.010

127(n. 163 1993)

128Ce type d’amphorette est poissé à l’intérieur (fig. 19). Tous les exemplaires connus proviennent de contextes portuaires datés de la fin du IIe siècle de notre ère. À l’exemplaire inédit de Toulon il faut ajouter ceux de Marseille et d’Arles – les plus nombreux- (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 88, fig. 66, n. 103) et d’autres en Languedoc (Raynaud 1990 ; Dicocer 1993 CL-REC. 9l, p. 234). Ce vase n’est attesté dans aucun des ateliers provençaux, par contre il est tentant de l’identifier à une production lyonnaise. Il est en effet présent dans des contextes du IIIe siècle à Vienne (Leblanc 2007, p. 127, fig. 90, n. 7 et p. 156, fig. 121).

Fig. 18b – Formes fermées, urnes sans anse – pot et cruche à une anse – grands vases à une ou deux anses

02.00.020

129(n. 164 1993)

130Cette sorte de petite amphore à large ouverture a été découverte dans un dépotoir de la deuxième moitié du IIIe siècle de notre ère (Brun et al. 1989a, fig. 42, n. 2) (fig. 19). L’aspect de sa pâte, jaune beige clair avec des inclusions blanches, identique à celui de plusieurs autres vases provenant du même lot, nous incite à penser qu’elle provient d’un atelier proche.

02.00.030

131(n. 166 1993)

132Ce type de gourde peu courant bénéficie toutefois d’une diffusion régulière en Provence où il a été observé à plusieurs reprises dans des contextes funéraires et portuaires datés de la fin du Ier siècle ou du IIe siècle (Gallia Informations 1961, pl. XIV, n. 74 ; Olivier, Rogers 1978, fig. 46 ; Nin 1996, fig. 25 ; Moliner et al., p. 121, pl. 26, T127, n. 144, pl. 37, T212, n. 237) (fig. 19). Il ne fait pas partie de toute évidence du répertoire des ateliers provençaux. Lyon fournit aussi un exemple daté des années 70-90 de notre ère (Laroche 1980 ; Desbat, Laroche, Mérigoux 1979, pl. VIII, n. 8).

Fig. 19 – Formes fermées, hors typologie 02.00.000

02.00.040

133Tirelire

134Cette forme précise, pour un type très répandu dans toutes les catégories de céramiques, se retrouve dans des contextes du IIe siècle à Aix-en-Provence et Marseille (Nin 1996, p. 276, fig. 24-f) (fig. 19). On peut penser que ce vase sort d’un atelier proche de Marseille.

02.00.050

135(n. 161 1993)

136Ce petit vase avec un tenon de préhension rudimentaire placé sur le côté était interprété comme étant une lampe à suif (Loeschche XIII) (fig. 19). Cette identification est maintenant remise en cause, mais quoiqu’il en soit ce type se retrouve régulièrement sur des sites provençaux au IIe siècle de notre ère (Elaigne 1996 ; Carre, Bonifay, Rigoir 1998, p. 76, fig. 56, n. 42). Sa production qui n’est certainement pas régionale est au moins attestée à Lyon (Desbat non daté). Sa diffusion hors Europe du Nord est parfois lointaine. On en trouve ainsi au Portugal, en Italie et en Grèce entre le Ie siècle et le début du IIIe siècle (Alarcao 1975, p. 88, n. 539 ; Ostia IV, tav. XLVI, n. 329 ; Robinson 1959, pl. 7, G215 et pl. 23, M117).

4. Conclusion

137Les contextes des Ie et IIe siècles de notre ère ont largement nourri notre typologie. Par contre le Ie siècle avant notre ère, le changement d’ère et le IIIe siècle fournissent moins de contextes utilisables dans le cadre de cette recherche. Nous n’en avons pas moins tenté de lancer les ponts qui manquaient entre ces périodes qui pourtant sont liées entre elles. Des trente trois types que nous avons isolés quelques formes se dégagent. Les coupes 01.01.010, 01.01.020, 01.01.030, 01.01.040, les bols de type 01.01.080, le mortier de type 01.02.010 et les cruches et pots de type 02.01.010 et 02.03.010. La chronologie de chaque type laisse apparaître les grandes lignes d’une évolution globale avec certaines apparitions et disparitions selon les moments :

138La coupe 01.01.010 apparaît avant le changement d’ère et ne semble pas dépasser le premier quart du Ie siècle.

139La coupe 01.01.020 n’a pas des origines aussi anciennes mais semble toutefois marquer de sa présence le Ier siècle. On la retrouve aussi dans son module le plus petit et le plus grand au IIe siècle.

140Le bol 01.01.030 est très bien représenté si l’on tient compte de la courte période pendant laquelle il semble diffusé vers la fin du Ier siècle.

141Le bol 01.01.040, reconnaissable à son bord rentrant, caractérise la fin du Ier siècle et tout le IIe siècle. Dans les formes ouvertes, c’est un des types les mieux représentés avec les types 01.01.080 et 01.02.010.

142Le bol de type 01.01.080 caractérise la céramique du IIe siècle même si son apparition semble légèrement antérieure.

143La forme du mortier de type 01.02.010 est remarquable par sa permanence des environs du changement d’ère jusque dans le courant du IIe siècle.

144Dans les formes fermées la cruche de type 02.01.010 marque surtout de sa présence les niveaux allant de la fin du Ier au IIIe siècle. La variante à col renflé, 02.01.020, est légèrement plus ancienne. Les ateliers de Fréjus semblent avoir produit un grand nombre de ces cruches aux Ier-IIe siècles de notre ère.

145Comme le mortier de type 01.02.010, le pot de type 02.03.010 est remarquable par la constance de sa forme et de sa représentation, des environs du changement d’ère peut-être jusqu’à la fin du IIe siècle.

146Le Ier siècle est marqué par quelques formes de bols et coupes. Le IIe siècle est une période d’innovations où plusieurs formes apparaissent ou se développent de façon spectaculaire. D’une façon générale, les modules augmentent. Nous sommes mal documentés sur le IIIe siècle, mais une nette évolution se voit dans les formes fermées où les cruches, qui ont très souvent une large ouverture-type 02.03.010-prennent généralement un aspect nettement piriforme. On en trouve de nombreux exemples dans les cimetières (Gebara et Pasqualini 1993).

147Les ateliers locaux assuraient la fourniture de la plupart de ces vases. Les mortiers de type 01.02.020 et quelques exemplaires du mortier de type 01.02.010, produits dans le Rhône, constituent les exceptions les plus courantes.

Notes

1 Depuis la rédaction de cet article Frédéric Conche de l’Inrap a identifié deux ateliers supplémentaires à La Garde et à Cuers près de Toulon.

2 Fouilles des Alyscamps (communication Jean Piton)

3 Plusieurs publications rendent compte de ces découvertes (Mellinand 1998, p. 309-316 et dans Moliner et al. 2003, p. 119-129 ; Rothé, Tréziny 2005, p. 574-577).
2003, pl. 30, T. 165 (4A, entre 30 av./50 ap.) n. 226 (pl. 100 n. 15)
2003, pl. 35, T. 201 (4A) n. 201 (pl. 100 n. 16)
2003, pl. 36, T. 209 (4A) n. 228 (pl. 100 n. 17)
2003, pl. 52, T. 386 (4A) n. 490 (pl. 100 n. 18)

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Principaux ateliers et aires de production 1-Marseille-2-Arles-3-Aix-en-Provence-4-Velaux-5-Fréjus-6-Puyloubier, la Cancelade-7-Castellet, La Pinède-8-Bras, La Tuilière-9-La Celle, Revaou-10-Le Val, La Floride-11-Fox-Amphoux, Clastre-12-Fox-Amphoux, hameau d’Amphoux-13-Villecroze, Thuéry-14-Lorgues, Berne-15-Les Arcs, Saint-Jean-16-La Martre, Château-Rima-17-Sanary, Port-Issol-18-Mandelieu, Notre-Dame-D’Avinionet-19-Cannes, Saint-Cassien
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 2 – Principaux gisements archéologiques mentionnés dans le texte1) Vintimille (Italie) (Lamboglia 1950 ; Olcese 1993)-2) n. D. d’Avinionet (Mandelieu, Alpes Maritimes) (Rivet 1986 ; Fixot 1990)-3) Vaugrenier (Villeneuve-Loubet, Alpes Maritimes) (Olivier, Rogers 1978)-4) Tour-du-Valat (Arles) (Pasqualini, Excoffon, Vella 2003 ; Excoffon, Pasqualini 2004)-5.1) Archevêché (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône) (Guild, Guyon, Rivet 1980 ; Fixot et al. 1986)-5.2) Forbin (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône) (Nin, De Luca, Charlet 1987)-5.3) Rue République (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône) (Bérard, De Luca, Landuré, non daté ; Nin, Pasqualini, Pesty 2003)-6.1) Sainte-Barbe (Marseille, Bouches-du-Rhône) (Moliner 2003)-6.2) La Bourse (Marseille, Bouches-du-Rhône) (Bonifay, Carre, Rigoir 1998)-6.3) La Bourse, « bassin d’eau douce » (Marseille, Bouches-du-Rhône) (inédit)-7) Villa Régine (Puits-Sainte-Réparade, Bouches-du-Rhône) (Chapon, 2007)-8) La Floride (Le Val, Var) (inédit)-9) Thuéry (Villecroze, Var) (inédit)-10) La Cancelade (Puyloubier, Bouches-du-Rhône) (Laubenheimer et al. 1984)-11) Les Laurons (Les Arcs-sur-Argens, Var) (Berato, Borreani, Leguilloux 1990)-12) Saint-Jean (Les Arcs-sur-Argens, Var) (Berato et al. 1989)-13) Le Revaou (La Celle, Var) (inédit)-14) Saint-Jaume (Barjols, Var) (inédit)-15.1) Le Logis-Clastre (Fox-Amphoux, Var) (Brun 1999, p. 412, n. 6 et 7, matériel inédit)-15.2) Amphoux (Fox-Amphoux, Var) (voir infra)-16.1) Les Aiguières (Fréjus, Var) (inédit)-16.2) Clos-de-la-Tour (Fréjus, Var) (Rivet 1980)-16.3) Formigé (Fréjus, Var) (inédit)-16.4) Mangin (Pasqualini et al. 2006)-16.5) Pauvadou (Fréjus, Var) (Fréjus, Var) (Brentchaloff 1980)-16.6) Pauvadou, cimetière (Fréjus, Var) (inédit)-16.7) Plate-forme (Fréjus, Var) (Février 1962)-16.8) Porte-d’Orée (Fréjus, Var) (Gebara, Béraud, Landuré 1991)-16.9) Rue du Suveret (Fréjus, Var) (voir infra)-17) La Tuilière (Bras, Var) (inédit)-18) La Calade (Cabasse, Var) (Bérard 1961 et 1963)-19) La Guérine (Cabasse, Var) (Bérard 1980)-20) Les Blaïs (Le Cannet-des-Maures, Var) (Boyer 1959)-21) Dramont (Saint-Raphaël, Var)-22) Besagne (Toulon, Var) (inédit)-23) Saint-Michel (La Garde, Var) (Brun et al. 1989a)-24) Berne (Lorgues, Var) (Pasqualini 1985)-25) Château-Rima (La Martre, Var) (inédit)-26) Grand-Loou (La Roquebrussanne, Var) (inédit)-27) Roches d’Aurelle (Saint-Raphaël, Var) (Berato et al. 1986)-28) L’Ormeau (Taradeau, Var) (Brun, Congès, Pasqualini 1993)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 3 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 4 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 5 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 6 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 7 – Formes ouvertes, bols et coupes 01.01.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 8 – Formes ouvertes, coupes ou mortiers 01.02.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 9 – Formes ouvertes, coupes ou mortiers 01.02.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 10a – Formes ouvertes, grandes coupes – plats 01.03.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 10b – Formes ouvertes, plats 01.03.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 11 – Formes ouvertes, bassins 01.04.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 12 – Formes ouvertes, entonnoirs 01.05.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 13 – Formes fermées, cruches à une ou deux anses et col étroit 02.01.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 14 – Formes fermées, cruches à une ou deux anses et col étroit 02.01.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 15 – Formes fermées, pots, cruches sans cols – une ou deux anses 01.02.000/02.03.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Fig. 16 – Formes fermées, pots, cruches sans cols – une ou deux anses 01.02.000/02.03.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 17 – Formes fermées, urnes sans anse – pot et cruche à une anse – grands vases à une ou deux anses 02.01.000/02.05.000/02.06.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 18a – Formes fermées, urnes sans anse – pot et cruche à une anse – grands vases à une ou deux anses
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 18b – Formes fermées, urnes sans anse – pot et cruche à une anse – grands vases à une ou deux anses
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 19 – Formes fermées, hors typologie 02.00.000
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4827/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540