Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Céramiques communes importées d’Italie en Provence, IIe siècle avant notre ère/IIIe siècle de notre ère

Michel Pasqualini, Antoine Pasqualini et Clément Pasqualini

Résumé

Les céramiques communes importées d’Italie ont rarement été présentées en fonction de leur contexte de découverte local. En confrontant les typologies et chronologies établies sur leur lieu d’origine avec les données provençales et en utilisant la classification de Michel Bats établie pour le DICOCER, il est possible maintenant de mieux cadrer leur diffusion dans le temps et de les utiliser comme marqueur chronologiques.

Texte intégral

1. Préambule

1Les importations italiques sont surtout connues et attestées en Provence à travers la céramique campanienne à vernis noir et la sigillée d’Arezzo. A ces céramiques fines bien connues des archéologues, il convient d’ajouter quelques céramiques communes dont la découverte émaille régulièrement nos contextes de fouille. Il s’agit pour l’essentiel de vaisselle culinaire (marmites, couvercles et plats) mais aussi en quantité plus réduite de vaisselle de table ou de préparation. Leur origine considérée comme italique au sens générique peut parfois être précisée. Ainsi la Campanie fournit l’essentiel des exemplaires mais apparaissent aussi des productions du Latium (Olcese 2003).

2En ce qui concerne la typologie des communes italiques, la classification appliquée en Provence est celle de Michel Bats reprise dans le DICOCER (Bats 1988 ; Dicocer 1993). En dehors des publications de fouille, déjà anciennes, comme par exemple Albintimilium, Cosa, Ostia, Luni ou encore des travaux de synthèse tel celui de Maria Anecchino sur Pompéi, l’Italie fournissait peu de références pour les céramiques communes. Le colloque qui s’est tenu à Naples en 1994, publié en 1996 dans les travaux du Centre Jean Bérard, montrait déjà les croisements de données possible entre la Provence et l’aire Vésuvienne en Italie. Outre des références bibliographiques nombreuses, des études de cas inédites, cette publication offrait aux chercheurs français travaillant sur ce type de mobilier en Provence de nouvelles classifications sur la vaisselle de table, de service et de cuisine. La typologie de la vaisselle culinaire créée par Enzo Di Giovanni (Di Giovanni 1996) à partir du mobilier des dépôts de Pompéi, même si elle ne constitue qu’un modèle figé par l’irruption du Vésuve le 24 août 79, n’en est pas moins devenue pour nous une référence. Par ailleurs les contributions rassemblées dans la publication du colloque de la SFECAG de Vallauris nous montrent les nombreux points communs existants entre la côte ligure et la côte provençale. L’étude et la publication des céramiques communes des fouilles de Vintimille en 1993, résumée dans le colloque de Naples de 1994, montrait déjà largement ces fortes similitudes et donnait une bonne image des chronologies et diffusions des formes traitées. Les résultats de cette étude sont restés essentiels et incontournables. Même si quantitativement les importations de céramiques communes italiques en Provence paraissent négligeables, il nous a paru important de nous y intéresser car elles constituent pour la période de transition qu’est la création de la Narbonnaise, un jalon chronologique important.

2. Les classifications

3La classification de Michel Bats qui nous sert de référence ici, a pour origine essentiellement l’étude du mobilier céramique découvert dans les fouilles du comptoir massaliète d’Olbia (Dicocer 1993). Ce dernier n’aborde que la vaisselle culinaire et les mortiers. Il divise ces productions en deux courants. L’un Etrusco-latial caractérisé par l’urne et les grands plats avec leurs couvercles plats, l’autre, grec, caractérisé par la marmite, le faitout et la poêle. Il identifie une zone de production privilégiée, la Campanie, où une synthèse entre les deux courants s’est faite. Il caractérise la pâte de la façon suivante : rouge brique à brun rouge, de texture granuleuse avec des inclusions de quartz, de particules « volcaniques » noires et de mica. La surface externe est brun pâle à grise. Il résume l’évolution de l’urne au passage d’un bord évasé à une simple lèvre en amande, celle de la marmite au passage d’un profil de panse globulaire à une panse carénée et des flancs verticaux.

Fig. 1 – Gisements archéologiques cités dans le texte
Alpes-Maritimes : Site n. 1, Nice, Cimiez ; Site n. 2, Villeneuve-Loubet, Vaugrenier - Bouches-du-Rhône : Site n. 9, Aix-en-Provence, Enclos des Chartreux ; Site n. 10, Aix-en-Provence, Entremont ; Site n. 11, Camargue, île de Mornès ; Site n. 12, Camargue, La Capelière ; Site n. 13, Camargue, La Tour du Valat ; Site n. 14, Fos (prospections sous marines) ; Site n. 15, Marseille ; Site n. 16, Marseille, Bourse - Var : Site n. 3, Fréjus, place Formigé ; Site n. 4, Hyères, Giens, Epave de La Madrague de Giens ; Site n. 5, Hyères, Porquerolles, Village de la Galère ; Site n. 6, Saint-Raphael, épave sous-marine du Dramont D ; Site n. 7, Taradeau, Le Fort ; Site n. 8, Toulon, Besagne

4En Italie outre les contextes tels qu’Ostie et Luni nous disposons au moins de trois classifications : deux établies par Gloria Olcese, d’une part à partir des fouilles de Nino Lamboglia à Vintimille résumée dans la publication du colloque de Naples de 1994 et d’autre part une synthèse sur les productions latiales publiée en 2003. Vincenzo Di Giovanni a classé pour sa part le mobilier découvert dans les fouilles anciennes de Pompéi présenté aussi dans le colloque de Naples de 1994.

3. Typologie et chronologie (Alpes-Maritimes, Var, Bouches-du-Rhône)

5L’ensemble des découvertes présentées ici est issu de publications (fig. 1). Au début des années quatre vingt dix ce type d’importation était mal connu des archéologues romanistes provençaux alors que les archéologues travaillant sur la période antérieure à la conquête avaient appris depuis longtemps à les identifier. Aujourd’hui l’identification de la vaisselle italique commune ne pose plus de problème majeur (Bonifay, Carre, Rigoir 1998). Nous n’avons pas visé à l’exhaustivité notre priorité étant la mise en avant du mobilier appartenant à des contextes datés (tableaux 1 et 2). Nous n’avons pas retenu les céramiques dont l’origine nous paraissait contestable ou celles trop fragmentaires de forme incertaine. Nous avons privilégié la typologie sans nous attarder sur l’aspect des pâtes qui dans l’ensemble correspondent à la description qu’en donne Michel Bats dans sa publication des fouilles d’Olbia et dans le Dicocer (Bats 1988 ; Dicocer 1993). Il faut souligner toutefois que cette démarche présente l’inconvénient de ne faire apparaître que la vaisselle culinaire et élimine toute les productions à pâte plus fine qui peuvent être présentes dans nos fouilles. L’épave du Dramont D, à Saint-Raphael dans le Var, en est un bon exemple (Joncheray 1974, p. 41, pl. VI).

3.1. Céramiques communes d’origine italique découvertes dans des contextes provençaux

6(Les datations sont celles données dans les publications)

7Bats 1b

8Le bord en amande caractérise cette forme qui n’est pas diffusée dans notre région au-delà du dernier quart du Ier siècle avant notre ère (fig. 2, n. 1 à 9).

9Bats 3

10Le type n’apparaît pas avant le début ou le deuxième quart du Ier siècle avant notre ère. Les variantes établies par Michel Bats étant souvent difficile à appliquer, nous proposons une autre division.

11Variante a :

12La panse est bombée (fig. 2, n. 10 et fig. 3, 13), le module est plus petit que celui des exemplaires plus tardifs. La datation du n. 10 provenant de Fos nous paraît trop haute.

13Variante b :

14Les exemplaires (fig. 4, n. 14 à 17) présentent un aspect intermédiaire entre les formes les plus anciennes et les plus tardives. Ces marmites datées du Ier siècle de notre ère ont un module plus important que les précédentes. Le bord encore traité simplement peut présenter un ressaut intérieur qui annonce les versions plus tardives, la panse est devenue rectiligne.

15Variante c :

16Les marmites (fig. 3, n. 11, 12, fig. 5, 18 à 21 et sans doute 22) ont un bord plus large que les exemplaires précédents, le ressaut interne est très net jusqu’à former un bourrelet, le module moyen devient imposant. Cette forme est caractéristique du IIe siècle et du début du IIIe siècle de notre ère.

17Pompéi fournit un bon terminus quant à l’évolution de la morphologie générale de ce récipient (Di Giovanni 1996, forme 2211). En effet les exemplaires de Pompei mêlent des parois bombées à bord horizontal et des exemplaires plus massifs qui ne se généralisent qu’au IIe siècle. Gloria Olcese met en évidence les productions de la région latiale dont sont sans doute originaires les exemplaires des épaves de La Madrague de Giens et du Dramont D. Ses types 2a et 2b antérieurs au Ier siècle sont ventrus et ont un ressaut interne encore peu marqué. Elle date les types suivant 3a et b du Ier siècle/première moitié du IIe ; 4, 5a et b des Ier /IIe siècles. On note que notre variante c, correspondant à ses types 4 et 5, empiète nettement sur le IIIe siècle (Olcese 2003, p. 74-77 et p. 113-116, tav. II à V).

18Bats 5 et 6g

19À l’état de fragment il est impossible de faire la différence entre une poêle (fig. 5, n. 23 et 24) (Bats 5a) et un plat (fig. 5, n. 25 et fig. 7, 41 et 42) (Bats 6g). C’est pour cette raison que nous présentons les deux formes ensemble. Dans notre région la forme est diffusée entre -100 et -25.

20Son origine italique n’est pas assurée tant sa morphologie générale, la pâte et le traitement de la poignée, sont proches d’exemplaires d’origine égéenne, datés, il est vrai, de l’Antiquité tardive (Pasqualini, Treglia 2003, p. 15, fig. 10 n. 56 à 60).

21Bats 6

22La fonction de chaque variante de ce type est la seule chose que ces céramiques ont en commun. Chacune constitue à notre avis une version originale qui mériterait d’être traitée séparément.

23C :

24La variante c du type 6 est remarquable par sa longévité. Si le sillon, plus ou moins net, tracé sur le dessus du bord est un constante qui permet d’identifier la forme à coup sûr, le profil général subit une évolution qui conduit le plat, dont la paroi est d’abord quasiment rectiligne, à acquérir un dessin plus galbé en fin de production. Le fond aussi, d’abord strictement plat à l’intérieur et à l’extérieur, est marqué à partir de la fin du Ier siècle de notre ère à l’intérieur par un sillon au contact de la panse.

Fig. 2 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 1 à 9, Urne, forme Bats 1b ; 10, marmite, forme Bats 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

Fig. 3 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) 11 à 13, marmite, forme Bats 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

Fig. 4 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) 14 à 17, marmite, forme Bats 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

25Ces traits nous paraissent suffisamment caractéristiques pour établir trois variantes :

26Ier s. av. notre ère (fig. 6, n. 26 à 28) paroi rectiligne et fond plat

27Ier siècle de notre ère (fig. 6, n. 31 et 32), paroi curviligne et fond plat

28Fin du Ier siècle de notre ère/IIe siècle, paroi curviligne, fond marqué par un sillon à l’intérieur au contact de la panse (fig. 6, n. 29, 30 à 33).

29D :

30La morphologie de ce plat (fig. 6, n. 34 à 38) dont nous ne disposons d’aucun exemplaire complet est caractérisée par une lèvre ourlée en dévers soulignée par un saillant interne. Sa diffusion dans notre région ne paraît pas dépasser le dernier quart du Ier siècle avant notre ère.

31E/F :

32Ces plats rustiques et peu fréquents sont difficiles à commenter (fig. 7, n. 39 et 40). Leur diffusion semble couvrir les IIe/Ier siècles avant notre ère. Leur absence, à notre connaissance des contextes italiens permet de douter de leur origine italique.

33Bats 7

34Ces couvercles doivent s’adapter aux marmites de type 3 et aux plats de type 6c. On les trouve dans notre région dès la fin du IIe siècle avant notre ère où ils perdurent au moins jusqu’au IIIe siècle de notre ère. Les variantes a/b et c (fig. 8, n. 43 à 52 et 54) sont soit munies d’une préhension annulaire qui devait dans certaines occasions faire office de pied ou plus simplement d’une dépression circulaire au centre, à peine soulignée par un fin ressaut. La variante conique avec un bouton de préhension (fig. 8, n. 53) bénéficie sans doute d’une diffusion équivalente mais n’apparaît pas dans les contextes que nous avons utilisés avant le changement d’ère à l’exception de La Madrague de Giens à Hyères.

Fig. 5 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 18 à 22, marmite, forme Bats 3 ; 23 à 25, poêles et plats Bats 5a et 6g (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

35Mais cela n’est sans doute que le fruit du hasard des découvertes et des publications.

36La variante a/b non illustrée a un profil très plat et une lèvre à peine marquée. Sa diffusion s’interrompt dans le Ier s. de notre ère. La variante c (fig. 8, n. 43 à 52 et 54), à l’exception d’un exemplaire provenant des fouilles d’Entremont à Aix-en-Provence, présente un profil plus arrondi et une lèvre ourlée plus ou moins ronde. Elle semble bénéficier d’une bonne diffusion dans notre région entre les Ier et IIIe siècles de notre ère.

37Bats 8

38Les mortiers que nous avons pris en exemple appartiennent aux variantes d, e ou f de Michel Bats. Ce dernier base ces distinctions sur l’aspect de la lèvre et circonscrit leur diffusion entre-200 et-1. Si nous adhérons à sa démarche il nous semble par contre possible, à partir des quelques constatations faites sur le mobilier que nous avons utilisé, d’apporter quelques précisions.

39La lèvre triangulaire est la première spécificité de cette forme dont la production et la diffusion suit celle des amphores Dressel 1A, B et C. Par contre il ne nous paraît pas utile de distinguer les variantes d et e, peu différentes, mais plus nécessaire d’insister sur le passage progressif de la lèvre triangulaire à une lèvre en bandeau (variante f), comme d’ailleurs pour les amphores. Si les premières sont diffusées dès 100 avant notre ère (fig. 9, n. 56 à 61), le glissement vers la forme en bandeau (fig. 9, n. 62 et 63) caractérise une période qui n’est pas antérieure à cinquante avant notre ère et s’accompagne de la disparition des préhensions latérales digitées.

40Au moment ou la diffusion de ce mortier italique cesse dans notre région un type proche apparaît dans

41le répertoire des productions des bassins de l’Argens, de l’Arc, de l’Huveaune, d’Arles et du Rhône, au début du dernier quart du Ier siècle avant notre ère et prolonge le souvenir de cette forme abandonnées par les potiers campaniens jusqu’au IIIe siècle dans notre région (type Pasqualini 01.02.010).

42Formes non répertoriées dans le DICOCER

43Il nous a paru intéressant de mentionner aussi quelques formes absentes de la classification de Michel Bats, le plus souvent parce qu’elles ne concernent que la période romaine impériale, pensant que même si notre travail ne pouvait pas constituer une nouvelle référence en matière de typologie il pouvait au moins en constituer l’amorce et aider les recherches futures. Ces céramiques constituent un assemblage disparate qui nous oblige à les traiter au cas par cas. Souvent, par manque de publication sur le mobilier en général et italique en particulier, les comparaisons sont difficiles voire impossibles. L’origine avancée doit être considérée à ce stade comme une supposition.

44Marmite

45La pâte brune et le dégraissant ont conduit à proposer une origine italique à ces céramiques tournées datées du Ier siècle avant notre ère (fig. 10, n. 64 et 65). Toutefois le profil des bords évoque lui le répertoire des modelées de Marseille, ce qui pourrait correspondre chronologiquement.

46Plats

47Issu d’un contexte antérieur au changement d’ère, la première de ces céramiques, comme les précédentes ne trouve aucune comparaison et c’est sur son aspect général qu’une origine italique a été proposée (fig. 10, n. 66).

Fig. 7 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 39 et 40, plats forme Bats 6e/f ; 41, 42, poêles et plats Bats 5a et 6g (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

Fig. 6 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 26 à 33, plats formes Bats 6c ; 34 à 38, plats formes Bats 6d (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

48Un plat (non illustré ici) est proche de la forme Bats 6c de laquelle il se différencie par son bord aplati souligné par des cordons de préhension horizontaux. Il est uniquement connu en Provence par l’exemplaire découvert sur l’épave de La Madrague de Giens à Hyères (Giacobbi 1978, pl. XXII, 5). On le retrouve à Pompei en un seul exemplaire (Di Giovanni 1996, p. 80, fig. 10, forme 2143a), sa fabrication serait italique mais pas campanienne. L’auteur rapproche ce type d’une forme connue à Cosa et datée du 3e quart du Ier siècle avant notre ère, ce qui correspondrait à la chronologie provençale (Dyson 1976, p. 102, fig. 37, n. PD110).

49Les plats (fig. 10, n. 67 et 68) ont une origine italique qui paraît certaine. Leur présence est attestée à Vintimille et surtout Rome/Ostie. Par contre leur diffusion en Provence aux Ier /IIe siècle de notre ère est très limitée (Fos, Marseille et la Roquebrussanne)

50Urne

51Cette urne (fig. 10, n. 69 à 71) dont l’utilisation est mal définie est attestée en Italie du Ier siècle de notre ère à la fin du IIe siècle et la diffusion optimale de cette production latiale serait d’époque flavienne. En Provence si la datation proposée à Fos paraît trop haute les deux autres contextes indiquent une diffusion aux environs du milieu du Ier siècle de notre ère.

52Poêle

53Ce type de poêle est proche dans sa morphologie générale de la forme Bats 5a, sans doute parce que leur fonction est similaire (fig. 11, n. 72 à 76 ; Di Giovanni 1996, forme 2172a). Comme cette dernière il est muni d’un manche et peut éventuellement avoir des cordons digités ajoutés sous le bord ; à l’état fragmentaire, en l’absence de préhension il peut facilement être confondu avec un plat. Le rapprochement s’arrête là car sa finition plus grossière et sa pâte contenant un dégraissant granuleux très semblable à celui que l’on observe sur les culinaires italiques montrent qu’il s’agit bien de deux fabrications différentes. Cette forme est attribuées aux productions égéennes (Di Giovanni 1996, p. 81 ; Hayes 2000, fig. 18, 4) mais nous considérons, compte tenu de l’aspect de la pâte et de la proximité avec la forme Bats 5a, qu’une origine italique est aussi envisageable pour les exemplaires diffusés en Italie et en Provence. Chronologiquement notre type prend le relai de la forme Bats 5a. Sa diffusion est attestée en Italie de l’époque tibérienne jusqu’à la fin du IIe siècle. En Provence son apparition ne paraît pas aussi ancienne.

54Mortier

55Typologiquement ce mortier, d’origine sûrement italique d’après Gaetan Congès (Brun, Congès, Pasqualini 1993, p. 71) est comparable à la forme Bats 8a. Nous n’avons pas voulu toutefois les assimiler du fait d’abord du décalage chronologique – celui découvert à Entremont (fig. 11, n. 77) est postérieur à 50 avant notre ère-et parce que par certains traits il s’en éloigne tout de même (bec verseur, bord…). Nous n’avons trouvé aucune comparaison en Italie ce qui laisse planer quelques doutes sur son origine exacte.

4. Conclusion

56Cet échantillon, même si il est très limité, n’en livre pas moins quelques renseignements quand à la typologie et à la chronologie de la diffusion de ces céramiques en Provence. L’éloignement des centres de productions a pour résultat une simplification de la typologie et un resserrement de la chronologie souvent très large à l’origine qui ont facilité notre tâche. En revanche il ne faut pas attendre de cette étude de nouvelles données sur des courants d’échanges bien connus par ailleurs. Elle donne par contre de nouveaux repères chronologiques qui viennent compléter ceux fournis par les céramiques fines.

57Dans cette perspective et en résumé des descriptions qui précèdent, on notera l’absence dans nos contextes qui ne sont pas antérieurs à la fin du IIe siècle avant notre ère de la forme Bats 4b. La forme 1b est un bon indicateur de contextes antérieurs au changement d’ère. La forme 3 n’est pas diffusée avant le Ier siècle avant notre ère et se répand surtout dans notre région aux IIe/IIIe siècles de notre ère. Dans les formes non répertoriées par Michel Bats on retiendra le pot à une anse d’origine latiale essentiellement diffusé sur le littoral ligure et provençal, de Fréjus à Fos et Arles.

Fig. 8 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 43 à 52 et 54, couvercles forme Bats 7c ; 53, couvercle forme Bats 7d (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

Fig. 9 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 55, mortier (?) ; 56 à 61, mortiers forme Bats 8d/e ; 62 et 63, mortier forme Bats 8f (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

Fig. 10 – Formes non répertoriées dans le DICOCER (1993) : 64 et 65, urnes ou marmites (?) ; 66, plat type Di Giovanni 2143 ; 67 et 68, plats Olcese 1993 type 9 ; 69 à 71, urnes Olcese 2003, type 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

Fig. 11 – Formes non répertoriées dans le DICOCER (1993) : 72 à 76, poêle type Di Giovanni 2172a ; 77, mortier (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)

Tableau 1 – Correspondances typologiques par forme et type des céramiques italiques

type

provenance

biblio

datation

Fig. 2 n. 1

Urne, forme Bats 1b (Olcese 1996 forme 4)

Arles, Camargue, La Capelière

Hirbec 2004, fig. 1, 13

100/40 av. n. è.

Fig. 2 n. 2 à 7

Urne, forme Bats 1b (Olcese 1996 forme 4)

Arles, Camargue, La Tour du Valat

Excoffon, Pasqualini 2004, fig. 11, 60 à 65

-75/-25 av. n. è

Fig. 2 n. 8

Urne, forme Bats 1b (Olcese 1996 forme 4)

Hyères, Porquerolles, Village de la Galère

Brun 1991, fig. 31.11, 258

Chronologie :-100/-30

Fig. 2 n. 9

Plat, forme Bats 1b (Olcese 1996 forme 4)

Hyères, Porquerolles, Village de la Galère

Brun 1991, fig. 34.6, 261

Chronologie :-100/-30

Fig. 2 n. 10

marmite, forme Bats 3c/d

Fos (prospections sous marines)

Marty 2004, 110, fig. 12, 83

Ie s. av. n. è./Ie ap n. è.

Fig. 3 n. 11 et 12

marmite, forme Bats 3 ( ?)

Toulon, Besagne

Pasqualini 1998, 296, fig. 256, 2 et 3

fin du Ie/s. de n. è. début du IIIe

Fig. 3 n. 13

marmite, forme Bats 3d (Olcese 1996 forme 105)

Hyères, Giens, Epave de La Madrague de Giens

Giacobbi 1978, Pl. XXII, 11 et 15 à 18

-75

Fig. 4 n. 14 à 17

marmite, forme Bats 3d (Olcese 1996 forme 105)

Saint-Raphael, épave sous-marine du Dramont D

Joncheray 1974, Pl. IV, b à f

50 de n. è.

Fig. 5 n. 18 à 20

Marmite, forme Bats 3e (Pasqualini 1998, fig. 256, 295, forme 6 et 7)

Nice, Cimiez

Grandieux 2004, fig. 15, 3 à 5

IIe siècle de notre ère et plus

Fig. 5 n. 21

Marmite, forme 3e de Michel Bats (Di Giovanni 1996, 85, fig. 14, forme 2211c)

Aix-en-Provence, Enclos des Chartreux

Bérard, de Luca, Landuré, non daté, fig. 40, 32

après le Ie siècle de notre ère

Fig. 5 n. 22

Fos (prospections sous marines)

Marty 2004, 110, fig. 12, 86

IIe-Ie s. av. n. è.

Fig. 5 n. 23

Poêle, forme Bats 5a

Arles, Camargue, La Tour du Valat

Excoffon, Pasqualini 2004, fig. 11, 66

-75/-25 av. n. è

Fig. 5 n. 24

Poêle, forme Bats 5a

Fos (prospections sous marines)

Marty 2004, 109, fig. 11, 70

Ie s. av. n. è.

Fig. 5 n. 25

Poêle/plat, forme Bats 5a ou 6g (Olcese 1996 forme 117/118 ?)

Hyères, Porquerolles, Village de la Galère

Brun 1991, fig. 31.9, 258

-100/-30

Fig. 7 n. 41

Plat, forme Bats 6g (Olcese 1996 forme 117/118)

Arles, Camargue, île de Mornès

Landuré, Arnaud-Fassetta 2004, fig. 3, 15

Ie s. av. n. è.

Fig. 7 n. 42

Plat, forme Bats 6g (Olcese 1996 forme 117/118)

Fos (prospections sous marines)

Marty 2004, 109, fig. 11, 71

IIe-Ie s. av. n. è.

(non illustrée)

Plat, forme Bats 6g (Olcese 1996 forme 117/118)

Hyères, Giens, Epave de La Madrague de Giens

Giacobbi 1978, Pl. XXII, 1 et 2

vers-75

Fig. 6 n. 26

Plat, forme Bats 6c (Di Giovanni 1996, 78, fig. 9, forme 2131, Olcese 1996 forme 115/116)

Arles, Camargue, île de Mornès

Landuré, Arnaud-Fassetta 2004, fig. 3, 14

Ie s. av. n. è.

Fig. 6 n. 27

Plat, forme Bats 6c (Di Giovanni 1996, 78, fig. 9, forme 2131, Olcese 1996 forme 115/116)

Arles, Camargue, La Capelière

Hirbec 2004, fig. 1, 12

100/40 av. n. è.

Fig. 6 n. 28

Plat, forme Bats 6c (Di Giovanni 1996, 78, fig. 9, forme 2131, Olcese 115/116)

Arles, Camargue, La Tour du Valat

Excoffon, Pasqualini 2004, fig. 12, 69

-75/-25 av. n. è

Fig. 6 n. 29 à 32

Plat, forme Bats 6c (Di Giovanni 1996, 78, fig. 9, forme 2131, Olcese 1996 forme 115/116)

Fos (prospections sous marines)

Marty 2004, 109, fig. 11, 75 à 78

(?)

(non illustrée)

Plat, forme Bats 6c (Di Giovanni 1996, 78, fig. 9, forme 2131, Olcese 1996 forme 115/116)

Hyères, Giens, Epave de Madrague de Giens

La Giacobbi 1978, Pl. XXII, 4

-75

(non illustrée)

Plat, forme Bats 6c (Di Giovanni 1996, 78, fig. 9, forme 2131, Olcese 115/116)

Hyères, Porquerolles, Village de la Galère

Brun 1991, fig. 33.5, 261

-100/-30

Fig. 6 n. 33

Plat, forme Bats 6c (Di Giovanni 1996, 78, fig. 9, forme 2131 Olcese 1996 forme 115/116)

Toulon, Besagne

Pasqualini 1998, 296, fig. 257, 4

fin du Ie s. de n. è.

Fig. 6 n. 34 à 38

Plat, forme Bats 6d (Olcese 1996 forme 114)

Arles, Camargue, La Tour du Valat

Excoffon, Pasqualini 2004, fig. 11, 67 et 68, fig. 12, 70 à 72

-75/-25 av. n. è

(non illustrée)

Plat, forme Bats 6d

Hyères, Giens, Epave de La Madrague de Giens

Giacobbi 1978, Pl. XXII, 3

-75

Fig. 7 n. 39

Plat, forme Bats 6e

Aix-en-Provence, Entremont

Congès 1987, fig. 216, 156

-200/-75

Fig. 7 n. 40

Plat, forme Bats 6f

Hyères, Porquerolles, Village de la Galère

Brun 1991, fig. 31.10, 258

-100/-30

(non illustrée)

Couvercle, forme Bats 7a

Hyères, Giens, Epave de La Madrague de Giens

Giacobbi 1978, Pl. XXII, 6, 8 et 9

-75

Fig. 8 n. 43 et 44

Couvercle, forme Bats 7c

Nice, Cimiez

Grandieux 2004, fig. 15, 1 et 2

IIe siècle de notre ère et plus

Fig. 8 n. 45

Couvercle forme Bats 7c

Villeneuve-Loubet, Vaugrenier

Pellegrino 2004, fig. 16, 7

Ie siècle de notre ère

Fig. 8 n. 46

Couvercle, forme 7c de Michel Bats (Di Giovanni 1996, 97, fig. 25, forme 2421a)

Aix-en-Provence, Enclos des Chartreux

Bérard, de Luca, Landuré, non daté, fig. 42

Ie siècle de notre ère (?)
(Dessin publié hors échelle)

Fig. 8 n. 47

Couvercle, forme Bats 7c (Di Giovanni 1996, 97, fig. 25, forme 2421a)

Aix-en-Provence, Entremont

Congès 1987, fig. 217, 156

-200/-75

Fig. 8 n. 48 et 49

Couvercle, forme Bats 7c (Di Giovanni 1996, 97, fig. 25, forme 2421a)

Marseille

Moliner 1996, 247, fig. 16, 1 et 2

2e moitié IIe/début IIIe ap. J.-C.

Fig. 8 n. 50 et 51

Couvercle, forme Bats 7c (Di Giovanni 1996, 97, fig. 25, forme 2421a) (Hayes 2000, 292, fig. 18, 4 ; Di Giovanni 1996, 73, fig. 7 ; Pasqualini 1998, 296, fig. 257, 5 et 6)

Marseille, Bourse

Pietropaolo 1998, 84, fig. 63, 88 et 89

Ie-IIe /début du IIIe siècles de notre ère

Fig. 8 n. 52

Couvercle, forme Bats 7c (Di Giovanni 1996, 97, fig. 25, forme 2421a)

Hyères, Porquerolles, Village de la Galère

Brun 1991, fig. 31.8, 258

-100/-30

Fig. 8 n. 54

Couvercle, forme Bats 7c

Toulon, Besagne

Pasqualini 1998, 296, fig. 257, 8

Ie/début IIIe siècle de n. è.

Fig. 8 n. 53

Couvercle, forme Bats 7d (Di Giovanni 1996, 97, fig. 25, forme 2421a)

Toulon, Besagne

Pasqualini 1998, 296, fig. 257, 7

Ie/début IIIe siècle de n. è.

Fig. 9 n. 55

Mortier, forme Bats 8 (?)

Villeneuve-Loubet, Vaugrenier

Pellegrino 2004, fig. 16, 2

Ie siècle de notre ère

Fig. 9 n. 56 à 58

Mortier, forme Bats 8d/e

Arles, Camargue, La Tour du Valat

Excoffon, Pasqualini 2004, fig. 13, 76 à 78

-75/-25 av. n. è

Fig. 9 n. 59

Mortier, forme Bats 8d/e (Olcese 1996 forme 349)

Aix-en-Provence, Entremont

Congès 1987, fig. 218, 156

-200/-75

Fig. 9 n. 60

Mortier, forme Bats 8d/e (Olcese 1996 forme 349)

Arles, Camargue, La Capelière

Hirbec 2004, fig. 1, 14

Fig. 9 n. 61

Mortier, forme Bats 8d/e (Olcese 1996 forme 349)

Arles, Camargue, La Tour du Valat

Excoffon, Pasqualini 2004, fig. 13, 79

-75/-25 av. n. è

Fig. 9 n. 62 et 63

Mortier, forme Bats 8f

Taradeau, Le Fort

Brun, Congès, Pasqualini 1993, 72, fig. 50, 16 et 17

ap. 50 av. n. è.

Formes non répertoriées dans le DICOCER (1993)

Fig. 10 n. 64 et 65

Urne, Marmite (?)

Arles, Camargue, île de Mornès

Landuré, Arnaud-Fassetta 2004, fig. 3, 18 et 19

I s. av. n. è.

Fig. 10 n. 66

Plat

Arles, Camargue, île de Mornès

Landuré, Arnaud-Fassetta 2004, fig. 3, 20

Ie s. av. n. è.

non illustrée

Plat, (Di Giovanni 1996, 80, fig. 10, forme 2143)

Hyères, Giens, Epave de La Madrague de Giens

Giacobbi 1978, Pl. XXII, 5

-75

Fig. 10 n. 67 et 68

Plat, Olcese 1993, type 9, (Coletti, Pavolini 1996, 411 fig. 11 no 1)

Fos (prospections sous marines)

Marty 2004, 109, fig. 11, 73 et 74

milieu I/fin du IIe s. de n. è.

Fig. 10 n. 69

Urne, (Olcese 2003, type 3, 122, tav. XI, 1 à 7)

Fos (prospections sous marines)

Marty 2004, 110, fig. 12, 91

Ie s. av. n. è./IIe de n. è.

Fig. 10 n. 70

Urne, (Olcese 2003, type 3, 122, tav. XI, 1 à 7)

Saint-Raphael, épave sous-marine du Dramont D

Joncheray 1974, Pl. V, e

vers 50 ap. n. è.

Fig. 10 n. 71

urne, (Olcese 2003, type 3, 122, tav.XI, 1 à 7)

Fréjus, place Formigé

Pasqualini 1998, 298, fig. 259, 19

vers 50 ap. n. è.

Fig. 11 n. 72 et 73

Poêle, (Di Giovanni 1996, 73, fig. 7 et 81-82 forme 2172a ; Hayes 2000, 292, fig. 18, 4 ; Pasqualini 1998, 296, fig. 257, 5 et 6)

Marseille

Moliner 1996, 245, fig. 13, 2 et 6

2e moitié IIe/début IIIe ap. J.-C.

Fig. 11 n. 74

Poêle, (Di Giovanni 1996, 73, fig. 7 et 81-82 forme 2172a ; Hayes 2000, 292, fig. 18, 4 ; Pasqualini 1998, 296, fig. 257, 5 et 6)

Marseille, Bourse

Pietropaolo 1998, 80, fig. 62, 80

Ie-IIe/début du IIIe siècles de notre ère

Fig. 11 n. 75 et 76

Poêle, (Di Giovanni 1996, 73, fig. 7 et 81-82 forme 2172a ; Hayes 2000, 292, fig. 18, 4)

Toulon, Besagne

Pasqualini 1998, 296, fig. 257, 5 et 6

fin IIe/début IIIe siècle de n. è.

Fig. 11 n. 77

Mortier, forme Bats 8a (?)

Taradeau, Le Fort

Brun, Congès, Pasqualini 1993, 72, fig. 50, 15

ap. 50 av. n. è.

Tableau 2 – Les céramiques communes italiques en Provence. Type, provenance et datation de chaque individu

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Gisements archéologiques cités dans le texteAlpes-Maritimes : Site n. 1, Nice, Cimiez ; Site n. 2, Villeneuve-Loubet, Vaugrenier - Bouches-du-Rhône : Site n. 9, Aix-en-Provence, Enclos des Chartreux ; Site n. 10, Aix-en-Provence, Entremont ; Site n. 11, Camargue, île de Mornès ; Site n. 12, Camargue, La Capelière ; Site n. 13, Camargue, La Tour du Valat ; Site n. 14, Fos (prospections sous marines) ; Site n. 15, Marseille ; Site n. 16, Marseille, Bourse - Var : Site n. 3, Fréjus, place Formigé ; Site n. 4, Hyères, Giens, Epave de La Madrague de Giens ; Site n. 5, Hyères, Porquerolles, Village de la Galère ; Site n. 6, Saint-Raphael, épave sous-marine du Dramont D ; Site n. 7, Taradeau, Le Fort ; Site n. 8, Toulon, Besagne
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 2 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 1 à 9, Urne, forme Bats 1b ; 10, marmite, forme Bats 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 3 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) 11 à 13, marmite, forme Bats 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 4 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) 14 à 17, marmite, forme Bats 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 5 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 18 à 22, marmite, forme Bats 3 ; 23 à 25, poêles et plats Bats 5a et 6g (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 7 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 39 et 40, plats forme Bats 6e/f ; 41, 42, poêles et plats Bats 5a et 6g (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 6 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 26 à 33, plats formes Bats 6c ; 34 à 38, plats formes Bats 6d (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 8 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 43 à 52 et 54, couvercles forme Bats 7c ; 53, couvercle forme Bats 7d (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 9 – Formes répertoriées dans le DICOCER (1993) : 55, mortier (?) ; 56 à 61, mortiers forme Bats 8d/e ; 62 et 63, mortier forme Bats 8f (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 10 – Formes non répertoriées dans le DICOCER (1993) : 64 et 65, urnes ou marmites (?) ; 66, plat type Di Giovanni 2143 ; 67 et 68, plats Olcese 1993 type 9 ; 69 à 71, urnes Olcese 2003, type 3 (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 11 – Formes non répertoriées dans le DICOCER (1993) : 72 à 76, poêle type Di Giovanni 2172a ; 77, mortier (DAO Antoine Pasqualini d’après les publications citées en référence)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Tableau 1 – Correspondances typologiques par forme et type des céramiques italiques
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4788/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 490k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540