Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Les céramiques communes d’origine orientale dans le Sud de la Gaule au Haut-Empire. Le gobelet Marabini LXVIII

Emmanuel Pellegrino

Résumé

Quelques produits de Méditerranée orientale (mer Égée, Asie-Mineure, Levant, Egypte) parviennent sur le littoral du Sud de la Gaule durant le Haut-Empire. On les trouve presque exclusivement dans des dépotoirs portuaires et de façon isolée sur les sites urbains et côtiers. Ils n’ont probablement pas fait l’objet d’un commerce régulier sur une aussi longue distance, mais devaient faire partie des effets personnels de marins. Le seul objet réputé oriental couramment mis au jour sur de très nombreux sites provençaux est le gobelet globulaire à une anse de type Marabini LXVIII. Il est universellement réparti dans toute la Méditerranée. Son origine est probablement italienne, mais il a été imité dans différentes régions de l’Empire, notamment dans la mer Égée et en Languedoc. L’observation à la binoculaire de différents échantillons récoltés en Provence, dans le Languedoc, en Corse et en Lycie ne permet pas de déterminer d’où proviennent les objets mis au jour en Provence. Un approvisionnement languedocien est envisageable, mais n’exclut pas les autres possibilités, notamment l’arrivée de produits orientaux et même italiens.

Texte intégral

1. Introduction

1Les travaux de la CATHMA ont déjà permis de déterminer la présence d’un certain nombre de produits orientaux en Méditerranée nord occidentale durant l’Antiquité tardive (Cathma 1991). Paul Reynolds et Dominique Pierri ont montré que les liens entre l’Orient et l’Occident se maintenaient durant cette période, notamment à travers les échanges de céramiques communes (Reynolds 1995) et d’amphores (Pieri 2005). Pour le Haut-Empire, le dossier a été ouvert par Michel Pasqualini (Pasqualini 1993, 1996, 1998a) et largement enrichi par différents travaux sur le mobilier de Marseille (Moliner 1996 ; Moliner et al. 2003 ; Bonifay, Carre, Rigoir 1998) ou Fos-sur-mer (Marty 2004). Il faut aussi signaler une première synthèse sur les importations de produits orientaux en Occident, présentée par Andréa Marensi à l’occasion du colloque de Vallauris (Marensi 2004). Il est temps de synthétiser ces données d’une part afin de mesurer la représentativité de ce mobilier en Occident et, d’autre part, en prenant appui sur les études de contextes orientaux, de préciser l’origine et les fourchettes chronologiques de ces produits. Je commencerai par présenter quelques-unes des productions orientales les plus caractéristiques ou les plus courantes en Occident. Je ferai ensuite le répertoire des découvertes dans le sud de la Gaule notamment celle concernant le gobelet de type Marabini LXVIII qui est un des produits orientaux, ou réputés tels, les plus diffusés en Occident.

2. L’Orient : une multitude de faciès culturels

2L’Orient n’est pas un ensemble culturel homogène. Comme partout ailleurs, on trouve une juxtaposition de faciès régionaux et une multitude de productions locales. On est très loin de tout connaître. Il n’est pas question ici de définir chacun de ces faciès ni toutes les catégories de céramiques communes orientales, mais de porter l’attention sur quelques-unes d’entre elles que l’on trouve le plus couramment sur les sites du Sud-Est de la Gaule.

Fig. 1 – Origine et diffusion des céramiques communes égéennes

2.1. Les céramiques communes égéennes (fig. 1)

3Parmi les produits orientaux les plus connus en Occident, on trouve les céramiques culinaires dites égéennes. La typologie de référence est celle de John W. Hayes sur le site de Knossos, en Crête, dans des contextes des IIe et IIIe s. ap. J.-C. (Hayes 1983, p. 105). La forme principale est le cooking pot ou pot à feu. Le type 1 (Hayes 1983, fig. 56-57) a un profil ovoïde, un bord évasé, une lèvre de section triangulaire et deux anses verticales attachées sous la lèvre (fig. 2 n. 2). Le type 2 (Hayes 1983, fig. 58-64) possède le même profil, mais le bord est franchement évasé et forme un marli oblique (fig. 2 n. 3). Le type 4 (Hayes 1983, fig. 67-71) est un mini-pot ovoïde, à fond rond, à bord épaissi, avec ou sans anses (fig. 2 n. 4). Les casseroles sont tout aussi caractéristiques. Le type 1 (Hayes 1983, fig. 80) a un fond rond, une carène basse, une panse au profil cintré, un bord évasé, une lèvre de section triangulaire et des anses verticales attachées sous la lèvre (fig. 2 n. 7). Le type 2 (Hayes 1983, fig. 80-89) a le même profil, mais le bord est évasé et forme un marli oblique (fig. 2 n. 8). Le type 3 (Hayes 1983, fig. 90) se distingue par sa lèvre pendante (fig. 2 n. 9). Quelques-uns de ces objets dépassent la datation fixée par John W. Hayes. À Corinthe, on trouve encore des pots de type 2 et 4 jusqu’au début du IVe s. (Slane 1994, p. 149, fig. 35-37, 39), bien qu’au IIIe s. une nouvelle forme de pot à feu soit déjà prépondérante (fig. 2 n. 5). Celle-ci a toujours un profil ovoïde, mais une lèvre pendante (Slane 1990, p. 76, fig. 183-185), comme la casserole de type 3. Le dernier objet caractéristique est la cruche à bec tréflé et panse globulaire que l’on trouve dans les contextes des IIe et IIIe s. à Knossos (Hayes 1983, fig. 76) et à Corinthe (Berlin, Slane 1997, p. 100, fig. 214-216). On distingue deux variantes. La première (Pasqualini 1998a, fig. 258. 10) a un corps globulaire posé sur un fond annulaire (fig. 2, n. 10), la seconde (Pasqualini 1998a, fig. 258. 11) une panse piriforme et un fond lenticulaire (fig. 2, n. 11). La première est plutôt attribuée à la fin du Ier et au IIe s. et la seconde aux IIe-IIIe s. (Moliner et al. 2003, p. 127-128). D’après les travaux de C. Pavolini (Pavolini 2001, p. 251-252), A. Marensi considère qu’elles sont originaires d’Asie Mineure (Marensi 2004, p. 205).

Fig. 2 – Céramiques communes égéennes. (1-6. Corinthe ; 3-5 Knossos ; 7-9. Toulon et Marseille)

4Ces produits égéens dérivent des céramiques communes de tradition grecque d’époque hellénistique (Pemberton 1989, fig. 24 ; Robinson 1959, F80-85) adoptées par la plupart des populations de la mer Égée durant cette période. Les produits du début de l’époque romaine, non attestés en Occident, gardent des traits hellénistiques. Les pots à feu (fig. 2, n. 1) sont de forme globulaire, à fond rond avec un bord en gouttière et des anses le plus souvent horizontales (Slane 1990, fig. 172-173 ; Robinson 1959 G116-117 ; Diedrichs 1980, n. 166-170 ; Hayes 1991, fig. 29-30). Les casseroles (fig. 2, n. 6) ont un fond rond, une panse carénée et un bord oblique formant gouttière (Slane 1990, fig. 150, et Hayes 1991, fig. 33). Si une origine égéenne s’impose, il est difficile d’être plus précis. À partir du mobilier de Knossos, John W. Hayes a déterminé deux catégories de pâtes qui semblent renvoyer à deux centres de production qu’il ne sait pas localiser. Il exclut une origine crétoise considérant tous ces objets comme des importations (Hayes 1983, p. 105). Dans son étude du mobilier de Corinthe, Kathleen Werner Slane qualifie les pots à feu de type Knossos 2 et 4 de productions locales (Slane 1990, p. 76, fig. 180-182), mais pense que les cruches à bec tréflées sont originaires, soit de la côte occidentale de l’Anatolie, soit de la Mer Noire (Slane 1990, p. 100, fig. 214-216). À Marseille un pot à feu de type Knossos 4 a une pâte semblable à celle des amphores de Sarde et provient probablement de la province d’Asie (Moliner et al. 2003, p. 128, pl. 61 T536-851). Sur le site de Xanthos en Lycie, les pots à feu de type Knossos 2 sont courants, mais il s’agit de productions locales (Pellegrino Sanchez, à paraître). Caractéristiques des sites de la mer Égée, ces produits sont représentatifs de la vaisselle culinaire du Haut-Empire de la Grèce continentale (Robinson 1959, G190, 192, 194, 196, J55-57, K92-93, 95-106, L6, M101 ; Slane 1990), du littoral de la province d’Asie (Gasperetti 2003, p. 152, pl. XCVI ; Gassner 1997, taf. 57, n. 713-716, n. 59. 742). On les retrouve en Lycie-Pamphylie (Lemaître et al. 2004 ; Pellegrino Sanchez à paraître), en Cilicie (Abadie-Reynal 2003, p. 106-107, pl. LXXI n. 24, 27-28 ; Williams 1989, fig. 34, n. 385) et à Chypre (Diedrichs 1980, n. 135). Ils sont encore assez bien distribués dans les Détroits et les bouches du Danube (Vasiliu, Paraschiv 1999). Ils sont encore présents dans l’Adriatique (Vrsalovic 1974 ; Anderson-Stojanovic 1992, pl. 85, n. 723-724, pl. 136, n. 1173-1175, pl. 137 n. 1180), mais des analyses ont montré que dans cette région existait une production d’imitations de céramiques de type égéen (Istenic-Schneider 2000, p. 346). Ils parviennent en Italie centrale, notamment à Ostie (Ostia I 1968, tav. XIX, n. 388-391 ; Ricci 1968, tav. XIV, n. 297-300 ; Ostia III 1973, tav. XIX n. 80 et 84, XXIX n. 186 ; Coletti, Pavolini 1996, fig. 6, 10, n. 1-6). Sur le site des Terme del Nuotatore, les importations égéennes et d’Asie Mineure représentent presque 2 % des céramiques culinaires entre la fin du Ier s. et le milieu du IIe s. et plus de 8 % dans la seconde moitié du IIe s. (Coletti, Pavolini 1996, p. 413-414). Ils ont été identifiés sur plusieurs sites littoraux dans l’Est de la Ligurie et dans le Sud de la Gaule (tableau 1 et fig. 4). Hormis à Marseille, il s’agit d’objets isolés dans des contextes portuaires. Le seul objet à avoir une diffusion relativement générale est la cruche à bec tréflé.

Fig. 3 – Répartition des céramiques communes égéennes en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.

2.2. Les plats à feu de la province d’Asie (fig. 4)

Fig. 4 – Origine et diffusion des plats micro-asiatiques.

5Trois formes de plats à feu du littoral asiatique sont très bien diffusées dans tout le monde méditerranéen entre le Ier et le IIIe s. ap. J.-C. (Hayes 1983, p. 107). Le premier type est un poêlon aux courtes et épaisses parois obliques (fig. 5, n. 1-3). Deux variantes peuvent être distinguées. La première est pourvue d’anses de panier. Elle remonte à la fin du IIIe s. av. J.-C. (Hayes 2000, p. 292) et se retrouve jusque dans les contextes antérieurs à l’époque augustéenne. La seconde possède une anse torsadée en forme de pavillon. Elle semble apparaître au début du Ier s. av. J.-C. (Berlin, Slane 1997, p. 110). Elle est encore présente dans les niveaux du milieu du Ier s. et du IIe s. ap. J.-C. à Corinthe (Slane 1990, p. 73, fig. 161-162). Il est très probable qu’une grande partie de ces produits ne possédaient pas d’appendices de préhension. Le deuxième type possède des parois épaisses et un bord rentrant (fig. 5, n. 4-5). La lèvre est parfois agrémentée de décors ourlés facilitant la préhension. On peut faire un parallèle avec les productions à vernis rouge pompéien, dont cet objet semble dériver ou être une interprétation locale. Il est présent à Beyrouth dans des contextes augustéens et tibériens (Pellegrino à paraître, c, fig. 15) et à Corinthe dans un contexte de la fin du second quart du Ier s. ap. J.-C. (Slane 1990, p. 73, fig. 164). Le dernier type est apparenté au précédent (fig. 5, n. 6). Sa lèvre aplatie forme un marli court et massif. On le retrouve à Knossos et à Corinthe dans des contextes du IIe-IIIe s. ap. J.-C. (Hayes 1983, p. 107, fig. 103-109 ; Slane 1990, p. 73, fig. 165). À Iasos en Carie, quelques exemplaires ont un vernis interne de couleur rouge foncé, opaque et fin (Gasperetti 2003, p. 153, pl. XCVII, n. 54-55).

Commune

Contexte

Type

Vintimille

gobelet de type Knossos 4 (Lamboglia 1950, fig. 75.1)

Vintimille

aire du Cardo

casserole égéenne d’époque hellénistique (Lamboglia 1950, fig. 49.32)

Beaulieu

dépotoir situé sous l’église paroissiale

cinq bords de cruches de type Knossos 1 (fig. 11.2-4)

Nice/Cimiez

thermes de l’Est

bords de cruches de type Knossos 1 (Grandieux 2004, fig. 14.11)

Antibes

dragages sur le littoral

casserole de type Knossos 2 (fig. 13.1),

Antibes

dragages sur le littoral

pot à feu de type Knossos 2 (fig. 13.2)

Antibes

dragages sur le littoral

cruche de type Knossos 1 (fig. 13.3).

Antibes

site du parking de la poste

gobelet de type Knossos 4 (fig. 13.8)

Toulon

Bésagne

asseroles de type Knossos 2 (Bérato 1986, fig. 25.30-31, Pasqualini 1998, fig. 258.12-16)

Toulon

Bésagne

cruche de type Knossos 1 (Pasqualini 1998, fig. 258.10).

Marseille

rue des Pistoles

pots à feu de type Knossos 2 (Moliner 1996, fig. 12.1-2, 5-6)

Marseille

rue des Pistoles

gobelets de type Knossos 4 (Moliner 1996, fig. 14.8-11)

Marseille

rue des Pistoles

casseroles de type Knossos 2 (Moliner 1996, fig. 12.3 et 7)

Marseille

rue des Pistoles

cruches de type Knossos 1 (Moliner, fig. 13.1-3).

Marseille

secteur DY 09 de la Bourse

pot à feu de type Knossos 2 (Carre 1998a, fig. 47.82)

Marseille

secteur de l’épave de la Bourse

pot à feu de type Knossos 2 (Carre 1998b, fig. 62.77).

Marseille

secteur de l’épave de la Bourse

pot de type Knossos 4 (Carre 1998b, fig. 62.76)

Marseille

secteur de l’épave de la Bourse

casseroles de type Knossos 2 (Carre 1998b, fig. 62.78-79).

Marseille

nécropole de Sainte-Barbe

cruches de type Knossos 1 (Moliner 2003, pl. 38 T224-363 ; 18 T2-542 ; 28 T144-351, 59 T495-688 ; 63 h.t.-694)

Marseille

nécropole de Sainte-Barbe

pots à feu de type Knossos 4 (Moliner 2003, pl. 49 T536-851 ; 22 T75-71 ; pl. 38 T224-364).

Marseille

Château-Gombert

petite cruche de type Knossos 1 (fig. 15.1)

Marseille

Château-Gombert

coupelle de type Hayes 62/63 en ESB (fig. 15.1)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

pots à feu de type Knossos 2 (Marty 2004, fig. 19.162)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

pots à feu de type Knossos 3 (Marty 2004, fig. 19.164)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

pots à feu de type Knossos 4 (Marty 2004, fig. 19.165)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

casseroles de type Knossos 2 (Marty 2004 fig. 19.160-161)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

cruches de type Knossos 1 (Marty 2004, fig. 19.163).

Arles

cours du Rhône

plusieurs cruches de type Knossos 1

Port-Vendre

dépotoir de l’anse Gerbal

pot à feu de type Knossos 2 (Pasqualini-Treglia 2003, fig. 9.42)

Port-Vendre

dépotoir de l’anse Gerbal

casserole de type Knossos 2 (Pasqualini-Treglia 2003, fig. 9.41).

Tableau 1 – Diffusion des céramiques égéennes dans le sud de la Gaule

Fig. 5 – Plats micro-asiatiques. 1-2, 6 : Knossos, d’après J. W. Hayes ; 3-5. Beyrouth.

6Ces produits se caractérisent par une pâte assez grossière, de couleur beige, riche en quartz et en particules noires. Le fond et le bas de panse semblent grattés. Il s’agit en fait des traces laissées par le sable sur lequel on a laissé sécher les objets après tournage. John W. Hayes évoque une possible origine éginette (Hayes 1983, p. 107). A. Berlin attribue la production des plats à bords obliques à la région de Pergame, mais on connaît un lieu de fabrication à Phocée (Berlin-Slane 1997, p. 110). En ce qui concerne les imitations de plats en céramique rouge pompéienne, John W. Hayes signale des produits semblables à Lesbos au Ier s. ap. J.-C. (Hayes 2000, p. 291). Michel Pasqualini semble considérer que les produits distribués en Occident sont fabriqués en Campanie (Pasqualini 1993, p. 253, fig. 10-11 ; 1998a, p. 294) en se fondant sur leur relative diffusion en Italie du Sud. Si des analyses réalisées sur le mobilier de Berenice ont permis de conclure à une origine égéenne (Pasqualini, Treglia 2003, p. 5-6), cet auteur évoque d’autres analyses sur le mobilier d’Herculanum qui permettent d’admettre une origine locale (Scatozza Höricht 1996, p. 142, fig. 6, n. 6). D’autres imitations locales semblent avoir été identifiées à Terzigno (Cicirelli 1996, fig. 2). Pour démêler ces données contradictoires, j’ai procédé à la comparaison de fragments provenant des sites de Patara et de Xanthos en Lycie, de Beyrouth, d’Antibes, de Fos-sur-Mer et de Porquerolles à l’aide d’une binoculaire. La pâte des cinq premiers échantillons est identique, ce qui indique que tous ces objets ont la même origine. Elle est de couleur beige avec des inclusions de quartz et des particules noires, ce qui correspond à la celle des produits pergaméniens décrite par A. Berlin. La pâte de l’échantillon de Porquerolles est différente. Elle est plus dense, sableuse, légèrement rosée et pourrait être d’origine italique.

Fig. 6 – Répartition des plats micro-asiatiques en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.

7En Orient, la diffusion de ces plats est un peu plus large que celle des produits égéens. Ils sont attestés à Athènes (Robinson 1959, G113-115) et à Corinthe (Slane 1990, fig. 16), dans la Province d’Asie, notamment à Millet, Iasos et Didyme (Gasperetti 2003, p. 153) et à Pergame (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 68-101, n. 84). On les trouve encore, à Patara en Lycie (Korkut 2007, fig. 35-36), à Knossos en Crêtes (Hayes 1983, p. 107), à Paphos à Chypre (Hayes 1991, fig. 28 n. 1). On les signale dans le Levant, notamment à Beyrouth (Reynolds 1998, fig. 127), en Galilée (Berlin Slane 1997, p. 111) et à Caesarea Maritimae (Oleson et al. 1994, fig. 43. K67). Un exemplaire a été mis au jour à Alexandrie (Treglia, Rapasse 2003, n. 89). On les retrouve dans l’Adriatique (Vrsalovic 1974, fig. 165), en Campanie, notamment à Pouzzoles, à Pompéi et bien évidemment à Rome (Di Giovanni 1996, p. 72, 82 ; fig. 7 et 12) ainsi qu’à Ostie (Ostia I, tav. XIX. 402 ; Coletti-Pavolini 1996, fig. 10, n. 7-8). Comme les produits égéens, les plats d’Asie Mineure sont présents de façon très ponctuelle sur quelques sites littoraux de l’Est de la Ligurie du Sud de la Gaule (Tableau 2 et fig. 6). Il s’agit exclusivement de plats à bords obliques.

Commune

Contexte

Type

Vintimille

aire du Cardo

plat à bords obliques (Lamboglia 1950, fig. 30.23)

Antibes

anse Saint-Roch

deux queues de poêlon torsadées (fig. 13.4-5)

Hyères

hôtel des Mèdes à Porquerolles

plat à feu à bord oblique (fig. 14.3)

Toulon

Bésagne

poêlons à bord oblique (Pasqualini 1998, fig. 257.5-6)

Marseille

rue des Pistoles

poêlons à bord oblique (Moliner 1996, fig. 13.2, 6)

Marseille

épave de la Bourse

poêlons à bord oblique (Carre 1998b, fig. 62.80)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

queue de poêlon torsadées (Marty 2004, fig. 19.157-158).

Port-Vendre

anse Gerbal

poêlon à bord oblique (Pasqualini-Treglia 2003, p. 5-6, fig. 2.2)

Tableau 2 – Diffusion des plats asiatiques dans le sud de la Gaule

2.3. Les céramiques communes du Levant

8Le Levant possède une longue tradition potière. À partir de l’âge du Fer, se dessine un faciès cohérent qui s’étend de la Syrie du Nord, au sud d’Israël, en passant par le Liban, la Palestine et la Jordanie avec de nombreuses particularités locales (fig. 7). Ce faciès macro-régional est connu à travers le mobilier des sites de Tell Anafa (Berlin, Slane 1997) dans le nord de la Galilée et de Beyrouth (Reynolds 1998 ; Pellegrino c, à paraître). On peut encore évoquer les travaux de F. Diez Fernadez sur les céramiques de Galilée (Diez Fernandez 1983), les études de mobilier sur les sites de Capharnaum (Loffreda 1974), de Jerusalem (Magness 1993) et de Caesarea Maritimae (Oleson et al. 1994), ainsi que les synthèses de p. Lapp sur la céramique de Palestine (Lapp 1961) et de Stanislao Loffreda sur le mobilier de Terre-Sainte (Loffreda 2003). Ces études montrent des convergences typologiques, mais aussi des décalages chronologiques importants.

9Les céramiques de l’aire bérytaine se caractérisent par une pâte sableuse, riche en quartz et en inclusions noires. Elles sont cuites en atmosphère oxydante et ont un épiderme rouge-orangé, terne. Elles sont produites sur le site de Jiyehe, 20 km au sud de Beyrouth. Les productions de Galilée et du Golan d’époque romaine ont des parois très minces. La pâte est relativement fine et homogène avec des inclusions de quartz et de fer de petite taille (Berlin, Slane 1997, p. 14). La pièce de vaisselle la plus caractéristique est un pot à feu globulaire, à fond rond et à bord redressé avec deux petites anses attachées sur la lèvre. On distingue trois types principaux dans les contextes romains précoces de Beyrouth. Le premier est pourvu d’un bord droit ou légèrement convexe (fig. 8, n. 1). Il apparaît à la fin de l’époque hellénistique (Aubert 2002, p. 77), mais reste en usage jusqu’au début du Ier s. ap. J.-C. (Pellegrino à paraître c, fig. 5, n. 1-3). Paul Reynolds le considère comme typique du milieu du Ier s. ap. J.-C. (Reynolds 1998, fig. 195). À Tel Anafa, on connaît des objets semblables dans les contextes hellénistiques. Ils disparaissent dans les années 110 av. J.-C. (Berlin, Slane 1998, p. 88 et fig. 27, PW187-190). À Jérusalem, au contraire, ce type est encore présent dans les contextes des IIe-IIIe s. ap. J.-C. (Magness 1993, p. 216, form A). Le deuxième type se caractérise par un bord redressé au profil sinueux (fig. 8, n. 2). Il apparaît dans les contextes augustéens de Beyrouth (Pellegrino à paraître c, fig. 5, n. 4-6). Le troisième type possède un bord droit, légèrement épaissi et une lèvre aplatie (fig. 8 n. 3). Il est le plus fréquent à l’époque augustéenne (Pellegrino à paraître c, fig. 5, n. 7-11), mais il est déjà bien représenté dans les contextes antérieurs aux années 25 av. J.-C. (Aubert 2002, p. 77) et dure jusque au milieu du IIe s. ap. J.-C. (Reynolds 1998, p. 195). s. Loffreda le voit apparaître au Ier s. ap. J.-C. à Capharnaüm (Loffreda 2003, p. 81). À Tel Anafa, A. Berlin considère cette forme comme ancienne. Elle est présente dans les niveaux de la fin du IIe s. av. J.-C. (Berlin, Slane 1998, PW191-192, PW201-206). À Jérusalem, on le retrouve dans les contextes des IIIe-IVe s. (Magness 1993, p. 216, forme 1B). En Galilée et dans la région du Jourdain, le pot le plus caractéristique de l’époque romaine (fig. 8, n. 4) a un bord droit assez fin et une lèvre une fine gouttière (Berlin, Slane 1998, PW 211-215 ; Loffreda 2003, fig. 170).

Fig. 7 – Origine et diffusion des céramiques communes levantines.

10Au IIe s., ces formes évoluent dans deux directions opposées. La première se caractérise par une tendance au sur-développement du bord et à l’adoucissement de l’épaule (fig. 8, n. 5). À Beyrouth, ce type est inconnu dans les couches antérieures au IIe s. ap. J.-C. Paul Reynolds le date de la fin du IIe s. et fait un parallèle avec les productions de Galilée (Reynolds 1998, p. 48, fig. 208). La seconde tendance à Beyrouth est la réduction du bord (fig. 8, n. 6). La lèvre est franchement aplatie et de section triangulaire (Reynolds 1998, p. 47, fig. 150-151). À la fin du IIe s et au IIIe s., on aboutit à un nouveau type au profil oblong, avec un bord évasé et un ressaut interne (fig. 8, n. 7) qui annonce les formes de l’Antiquité tardive (Reynolds 1998, p. 48, fig. 207). On connaît des produits assez semblables en Galilée, dans les contextes romains précoces (Berlin, Slane 1998, PW219-221).

11La casserole est un élément caractéristique de la vaisselle culinaire dès l’époque hellénistique. Un type est omniprésent à Beyrouth au début de l’époque romaine (Pellegrino à paraître c, fig. 7) et dure jusqu’au milieu du Ier s. ap. J.-C. (Reynolds 1998, p. 47, fig. 131). Il possède un fond bombé, des parois obliques et un large marli mouluré (fig. 8, n. 8). La production semble assez peu normalisée si l’on considère les infinies variations qui affectent la lèvre. On trouve des parallèles dans les productions alexandrines du IIe s. av. J.-C. (Harlaut 2002, p. 269) et au Ier s. av. J.-C. à Tel Anafa (Berlin, Slane 1998, PW 247, PW 259-265). Des objets semblables sont signalés à Caesarea Maritimae (Oleson et al. 1994, fig. 35. K44, 42. K55). En Galilée, les casseroles d’époque romaine semblent se rattacher à une tradition locale (fig. 8, n. 9-10). On trouve des objets à fond rond, à panse carénée, avec un bord formant un marli oblique et deux anses durant l’époque auguséenne (Berlin, Slane 1998, PW266-267. La forme se simplifie au-delà (Berlin, Slane 1998, PW268-274). Les casseroles du IIIe s. préfigurent celles de l’Antiquité tardive. Elles possèdent un fond rond, une panse carénée, un bord coupé et des tenons de préhension (fig. 8, n. 11) (Treglia 2002, forme 100a). On connaît toutefois des exemplaires plus anciens à anses horizontales dans les contextes hérodiens dans la région du Jourdain (Loffreda 2003, fig. 194).

Fig. 8a – Céramiques communes levantines. (1-3, 5, 7-8, 11. Beyrouth ; 7, 9-10. Tel Anafa, d’après A. Berlin ; 6. Beyrouth, d’après P. Reynolds.)

Fig. 8b – Céramiques communes levantines. (12-15. Beyrouth)

12Le plat à feu est typique de la vaisselle culinaire de Beyrouth dès le milieu du Ier s. av. J.-C. Cet objet a une origine indéniablement italique (Pellegrino à paraître c, fig. 7). Il est la reproduction d’un type campanien (fig. 8, n. 12) qui apparaît au IIe s. av. J.-C. (Di Giovanni 1996, p. 78-79). Il dure jusqu’à la fin du IIe s. ap. J.-C. (Reynolds 1998, fig. 210). Il est alors remplacé par une forme plus simple qui semble imiter le type Hayes 181 en céramique africaine de cuisine (fig. 8, n. 13). En Galilée et dans la région du Jourdain, les plats à feu sont plus rares, mais sont semblables à ceux de Beyrouth (Berlin, Slane 1998, PW298-299). On en trouve en assez grande quantité à Caesarea Maritima, mais ils sont considérés comme des produits italiens (Oleson et al. 1994, fig. 43, K63-66).

13Pour la préparation, l’objet le plus représentatif dans les niveaux d’époque romaine est une jatte à vasque hémisphérique (fig. 8, n. 14), à bord évasé terminé par une lèvre en poulie (Pellegrino à paraître c, fig. 9). Des objets semblables sont présents dans les contextes du Ier s. av. J.-C. et de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. à Athènes (Robinson 1959, F62, G100). Paul Reynolds l’identifie comme une forme typique du milieu du Ier s. ap. J.-C. (Reynolds 1998, fig. 192). On les retrouve dans la région du Jourdain dès la fin de l’époque hellénistique et dans les contextes romains précoces (Loffreda 2003, fig. 110). Le mortier est une forme plus présente en Galilée qu’à Beyrouth ou dans la région du Jourdain, mais les formes sont semblables (fig. 8, n. 15). Il possède une vasque assez large, un fond annulaire et une lèvre pendante, le plus souvent décorée de sillons (Berlin, Slane 1998, PW383, 388, 392).

14La diffusion des produits levantins semble relativement plus limitée que celle des produits égéens. Je ne connais pas d’objets levantins d’époque romaine distribués vers Chypre, mais on peut noter la présence de quelques exemplaires en Cilicie, sur le site d’Anemurium où l’on trouve quelques bords de pots à feu à lèvre aplatie de section triangulaire dans des contextes de la seconde moitié du IIe s. ap. J.-C. (Williams 1989, fig. 33. 370-371, fig. 34. 373-375). D’après les travaux de John W. Hayes (Hayes 1971), Caroline Williams signale encore des objets semblables à Knossos. Catherine Aubert a reconnu des pots à feu provenant des mêmes ateliers que ceux de Beyrouth à Delos et en Cilicie (Aubert 2002, p. 77). À Stobi, dans l’Adriatique, il m’a semblé reconnaître un bord de pot à feu du IIe s. ap. J.-C. à bord surdéveloppé (Anderson-Stojanovic 1992, pl. 137-1183). Quelques objets parviennent jusqu’en Occident. Ils sont présents à Ostie (Ostia III, tav. XXIX. 185) et l’on signale quelques individus isolés sur différents sites littoraux du Sud de la Gaule (Tableau 3 et fig. 9).

Fig. 9 – Répartition des céramiques communes levantines en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.

2.4. La diffusion des produits orientaux de Gênes au Languedoc

15Les produits orientaux sont très rares dans l’Est de la Ligurie et dans le Sud de la Gaule. La diffusion est exclusivement littorale (Tableau 4 et fig. 10).

16On trouve quelques objets plus ou moins isolés dans les contextes urbains, comme à Vintimille, à Cimiez, à Antibes et à Fréjus. Ils sont un peu plus nombreux à Toulon, mais les découvertes proviennent toutes d’un contexte portuaire. Leur présence sur les sites ruraux ou les agglomérations secondaires est exceptionnelle. À ma connaissance, on n’en trouve qu’à Vaugrenier, station de bord de voie dans la périphérie d’Antibes, à Porquerolles et à Château-Gombert, dans la périphérie immédiate de Marseille. Cette ville connaît d’ailleurs une situation relativement privilégiée concernant les produits orientaux durant le Haut-Empire. C’est là qu’on a mis au jour le plus grand nombre d’objets, notamment dans la nécropole de Sainte-Barbe et surtout à la rue des Pistoles où les céramiques orientales représentent plus de 20 % des importations (Moliner 1996, p. 246). Ceci est bien évidemment lié au rôle même de Marseille, métropole méditerranéenne. La plupart des objets répertoriés se trouvent dans des contextes de dépotoirs sous-marins ou portuaires, comme le dépotoir de l’église paroissiale de Beaulieu (Alpes-Maritimes), à Fos-sur-Mer ou l’anse Gerbal à Port-Vendres. On peut y ajouter les quelques pièces mises au jour dans les secteurs DY 09 et de l’épave de la Bourse à Marseille. Dans cet ensemble, le dépotoir de Fos-sur-mer se distingue par le nombre et la diversité des pièces récoltées. En plus des catégories détaillées plus haut, on trouve quelques céramiques communes égyptiennes qui ne semblent pas attestées ailleurs. Ces dernières sont reconnaissables à leur pâte utilisant un dégraissant d’origine alluviale et une couverte d’engobe rouge (Marty 2004, fig. 18, n. 145, 148, 150 ; Marty 2007). Leur présence est liée à la situation du site de Fos-sur-Mer, avant-port d’Arles à l’embouchure du Rhône.

Commune

Contexte

Type

Beaulieu

église paroissiale

pots à feu à bord évasé et ressaut interne (fig. 11.5-6)

Beaulieu

église paroissiale

pots à feu à lèvre infléchie vers l’extérieur (fig. 11.7-8). Forme Beyrouth 20, première moitié IVe-début Ve. s. ap. J.-C. (Treglia 2002).

Villeneuve-Loubet

Vaugrenier

forme Beyrouth 20 (fig. 12.1-2)

Antibes

anse Saint-Roch

pot à cuire à panse globulaire et bord redressé (fig. 13.6).

Fréjus

place Formigé

fond de pot à feu levantin (Rivet 2004, fig. 7.27

Toulon

Bésagne

pot à feu à bord redressé (Bérato 1986, fig. 25.33).

Toulon

Bésagne

gobelet/unguantarium mono-ansé (Pasqualini 1985)

Marseille

rue des Pistoles

pots à feu à bord surdéveloppé à (Moliner 1996, fig. 15.1-2)

Marseille

secteur DY 09

pots à feu à bord surdéveloppé à (Carre 1998a, fig. 47.79-80

Marseille

secteur DY 09

pots à feu à bord évasé et ressaut interne (Moliner 1996, fig. 12.4)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

pots à feu à bord redressé (Marty 2004, fig. 18.151-152, 155),

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

pots à lèvre aplatie (Marty 2004, fig. 18.153)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

pots à lèvre de section triangulaire (Marty 2004, fig. 18.154)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

une jatte à collerette de Galilée (Marty 2004, fig. 18.144) datée du Ier av.-Ier ap. J.-C. (Berlin Slane 1997, PW 308)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

gobelet/unguantaria mono-ansés d’origine bérytaine (fig. 16.1)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

un goulot d’amphore de table dont la pâte est proche de celle de Beyrouth (fig. 16.2).

Arles

nécropole du cirque

onze gobelets/unguantaria mono-ansés d’origine bérytaine (Foy, Piton 1997, fig. 7b ; fig. 17.1-3, 6-8)

Arles

sépulture de l’Odéon

gobelet/unguantaria mono-ansés d’origine bérytaine (fig. 17.5)

Arles

collections anciennes

gobelet/unguantaria mono-ansés d’origine bérytaine (fig. 17.4)

Arles

collections anciennes

petite amphore de table dont la pâte est proche de celle de Beyrouth (fig. 17.9)

Port-Vendre

anse Gerbal

deux pots à feu à bord redressé et lèvre aplatie (Pasqualini-Treglia 2003, fig. 11.71-72)

Tableau 3 – Diffusion des céramiques levantines dans le sud de la Gaule

  • 1 Renseignements Séverine Lemaître à qui je tiens à exprimer ma gratitude pour m’avoir fourni ces in (...)

17En terme de provenance, les céramiques communes orientales mises au jour sur le littoral de la Méditerranée nord-occidentale du Haut-Empire sont, en grande majorité, originaires des régions égéennes ou d’Asie Mineure. Les objets provenant du Levant sont très rares, comme d’ailleurs les céramiques égyptiennes. Le caractère exceptionnel et ponctuel des découvertes des céramiques communes orientales trouve un parallèle dans celui des céramiques fines et des amphores. Les produits orientaux n’ont vraisemblablement pas été importés en tant que marchandises destinées à être échangées. Il s’agit au contraire de pièces de vaisselle appartenant à des marins qui s’en sont débarrassés en cours de route. Frédéric Marty a d’ailleurs remarqué que les rares céramiques fines orientales présentes à Fos-sur-Mer portaient des traces d’usure (Marty 2006). Seules les amphores peuvent avoir fait l’objet d’échanges en raison du prestige accordé par les élites locales aux produits transportés (vin, fruits, confiseries…)1. Il faut signaler le cas de l’épave de la Tradelière gisant au large de Cannes et qui renfermait une cargaison d’amphore de Cos dans un contexte augustéen (Fiori, Joncheray 1975). À Toulon, on a identifié un ensemble d’amphores de Cnide dans une maison de l’îlot IV datée de la fin du IIe s. (Imbert 2002). Les amphores orientales sont encore particulièrement nombreuses à Fos-sur-mer. Leur origine est très diverse (Sciallano, Sibella 1991). L’étude des marques peintes a montré la prépondérance des importations crétoises aux Ier -IIe s. ap. J.-C. (Liou, Marichal 1978 ; Liou 1987).

Commune

Contexte

Type

Beaulieu

Eglise paroissiale

gobelet à paroi fine augustéen (fig. 11.1) de cnidien (Hayes 1991, fig. 22.11, MP 161 ; Kenrick 1985, fig. 58.458)

Beaulieu

Eglise paroissiale

gobelet à décor en relief de Corinthe (fig. 11.9)

Villeneuve-Loubet

Vaugrenier

anse d’amphore rhodienne (fig. 12.3).

Villeneuve-Loubet

Saint-Andrieu

fragment de gobelet à relief de Corinthe (Pellegrino à paraître)

Antibes

anse Saint-Roch

deux gobelets à décor en relief de Corinthe (fig. 13.7 ; Clergues 1972, photo 5)

Antibes

épave de la grande Grenille

une amphore de type Kapitan II

Cannes

île Sainte-Marguerite

eastern sigillata A (Marty 2006)

Fréjus

nécropole du Pauvadou

amphore de type Agora M125 (Beraud 1985 et al., p. 34.50)

Hyères

plage de la Courtade à Porquerolles

coupe à anses en P augustéenne (Doksnalti 2003, Kessab Tezgör 2003) de Cnide (Trucat 1986, fig. 1A)

Hyères

Hôtel des Mèdes à Porquerolles

cruche à fond plat et panse cannelée (fig. 14.1)

Hyères

Hôtel des Mèdes à Porquerolles

amphore de Rhodes (fig. 14.2)

Hyères

Olbia

amphores de type Crétoise 2 (Bresciani Excoffon 2004, p. 191)

Toulon

Bésagne

amphore Kapitan II. (Bérato 1986, fig. 27.45)

Marseille

secteur DY 09

coupes à décor en relief de Corinthe) Carre 1998a, fig. 42.35)

Marseille

secteur DY 09

eastern sigillata A, B, et pontiques (Marty 2006)

Marseille

secteur de l’épave

amphore Agora G199 et Agora G117 (Carre 1998b, fig. 70.151-152)

Marseille

rue des Pistoles

amphorette (Moliner 1996, fig. 15.3).) daté des années 70 et 125 (Hayes 1985).

Marseille

Château-Gombert

coupelle Atlante 62/63 (fig. 15.2) en eastern sigillata B (Barberan 2003, fig. 1.5)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

eastern sigillata A, B, de Çandarli, chypriotes et pontiques (Marty 2006)

Fos-sur-mer

ramassages effectués dans le port

gobelets à relief de Corinthe (fig. 16.3).

Narbonne

eastern sigillataA, (Sanchez 2003, p. 859-860).

Narbonne

gobelets à glaçure plombifère d’Asie mineure (Sanchez 2003, p. 859-860).

Narbonne

amphores crétoises (Sanchez 2003, p. 859-860).

Tableau 4 – Diffusion des céramiques orientales dans le sud de la Gaule (amphores, fines)

Fig. 10 - Répartition des produits orientaux en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.

18Une dernière remarque s’impose concernant l’ensemble des produits orientaux. C’est leur quasi-absence au-delà du Rhône. Les amphores en provenance d’Orient sont pour la plupart destinées à remonter l’axe rhodanien et sont redistribuées à partir de quelques plaques tournantes commerciales, comme Ostie, Marseille, Arles ou Lyon. Sur le chemin, quelques produits orientaux (céramiques fines, céramiques communes) sont parfois « abandonnés ».

3. Le problématique gobelet Marabini LXVIII

19Si l’on se réfère à la littérature la plus récente, le gobelet Marabini LXVIII est le produit oriental le plus courant en Occident durant le Haut-Empire (Marensi 2004). Pourtant l’origine italienne de cet objet est admise par de nombreux chercheurs. Toutefois, aucun centre de production n’a jamais été mis au jour et l’on ne peut s’appuyer sur aucune analyse pétrographique. Cette forme a été définie par M.-T. Marabini à la suite de ses travaux sur le site de Cosa (Marabini 1973, pl. 46 et 85, n. 431-433). Elle l’a considérée comme une forme très populaire depuis le milieu du Ier s. et au IIe s. ap. J.-C., trouvant ses racines dans une tradition locale qui remonte à l’âge du Fer sans toutefois développer ses arguments. Dans l’étude du mobilier d’Ostie, M. Gasparri Tatti avait déjà reconnu cet objet. Elle semblait hésiter entre une provenance italienne ou orientale en raison de décors sur-peints en caractères grecs sur certains individus (Gasparri, Tatti 1968, p. 67). Cette hésitation se retrouve chez A. Ricci qui a publié une carte de répartition du gobelet 1/122 (équivalent Marabini LXVIII) italo-centrée (Atlante 1985, tav. XXXVI). L’origine centro-italique est encore soulignée par Lucia Gervasini dans une synthèse récente sur les céramiques à parois fines. Cependant, elle souligne qu’aucun lieu de production n’a jamais été identifié. Elle définit la pâte des productions italienne (Gervasini 2005, p. 303). En s’appuyant sur les travaux de A. Ricci, elle considère que ce produit a est principalement diffusé en Italie et dans la Méditerranée orientale entre l’époque flavienne et le IIIe s. ap. J.-C. et ne trouve pas d’équivalent vers l’ouest (Gervasini 2005, p. 296-297). L’origine orientale des produits mis au jour en Occident a été réaffirmée par Michel Pasqualini lors de son étude sur le mobilier de basse Provence.

Fig. 10 – Répartition des produits orientaux en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.

Fig. 12 – Céramiques communes orientales de Vaugrenier (Villeneuve-Loubet, Alpes-Maritimes).

20Il rapproche les gobelets à parois fines de type Marabini LXVIII à pâte sableuse et couverte irisée trouvés sur quelques sites du littoral varois (Pasqualini 1993, p. 258-260, fig. 109, n. 15 ; Pasqualini 1996, p. 293 ; Pasqualini 1998a, p. 298, fig. 258, n. 9) du gobelet G182 de l’Agora d’Athènes (Robinson 1959). Il est suivi par de nombreux chercheurs travaillant dans le Sud de la France, notamment à Marseille (Moliner 1996, p. 247 et 2003, p. 127) et rejoint John W. Hayes qui considère que ce produit a d’abord été importé d’Italie avant d’être fabriqué en masse en Thrace ou dans les Dardanelles et d’être réexporté vers l’Occident (Hayes 1997, p. 68-69).

3.1. Caractères du gobelet Marabini LXVIII

21Le gobelet Marabini LXVIII a un aspect fort reconnaissable. Il s’agit d’un gobelet aux parois fines de un à deux millimètres d’épaisseur. Sa forme est globulaire, parfois oblongue. Il repose sur un fond plat d’environ trois centimètres de diamètre. La séparation entre le sommet de la panse et le col est marquée par un bandeau plat et saillant, large de un à deux millimètres. Le col se termine par une lèvre haute, évasée et légèrement effilée. Une petite anse de section quasi-rectangulaire ou ovale s’attache à la lèvre et joint le haut de l’épaulement. La pâte est non calcaire, bien cuite à la sonorité métallique de couleur rosée à brun plus ou moins bien épurée. Il semble cependant que l’on ait affaire à plusieurs productions difficiles à distinguer les unes des autres. Lucia Gervasini décrit une pâte homogène, bien épurée, aux tons rosâtres à beige-rosé (Gervasini 2005, p. 303) que M. Gasparri Tatti attribue aux objets de la fin du Ier et du IIe s. à Ostie. Au contraire, les gobelets des niveaux postérieurs de ce même site, ont une pâte plus grossière (Ostia I, p. 65). Andréa Ricci la décrit de couleur rougeâtre, plus ou moins sombre, mal dépurée avec des inclusions de chaux et de mica argenté. On retrouve ce type de pâte à Luni (Cavalieri Manasse 1975, p. 346), à Cosa, à Ostie, à Settefinestre, à Vintimille et à Marseille (Atlante 1985, p. 267-268).

22On rencontre encore quelques objets à pâte grise à Luni (Cavalieri Manasse 1975, p. 346) et à Aquilée (Atlante 1985, p. 268). Le bas de panse a une couleur rose pale à violacé en surface. Les deux tiers supérieurs sont de couleur sombre, souvent grésée. Les gobelets étant empilés, les parties basses ont été protégées. Son aspect rappelle celui de produits africains, notamment les céramiques de cuisines, mais aussi certains gobelets à paroi fine nabatéens (Humbert 2000, p. 51). Des rapprochements ont été fait avec le traitement de surface des cruches d’origine égéenne de type Knossos 1 (Moliner 1996, p. 247).

Fig. 13 – Céramiques communes orientales d’Antibes.

3.2. Une diffusion à l’échelle méditerranéenne

23L’examen de la carte des découvertes des gobelets de type Maribini LXVIII montre une diffusion générale et à peu près homogène tout autour de la Méditerranée (fig. 18 et annexe 1). On note cependant un déséquilibre entre le Nord et le Sud. Les espaces vierges sont peu nombreux. À l’exception de la Taraconaise et de la Bétique, je n’ai pas trouvé d’occurrence en Espagne, en Mauritanie Tingitane et Césarienne. Cependant l’absence ou la rareté du gobelet Marabini LXVIII dans l’ouest de l’Afrique du Nord est probablement d’origine éditoriale. On ne peut pas s’appuyer sur cette carte pour identifier un ou des centres où cet objet serait particulièrement plus représentatif et à proximité duquel on pourrait deviner un centre de production. On peut constater leur présence sur des sites implantés à l’intérieur des terres, là où, hormis les amphores, les produits orientaux parviennent très rarement. C’est le cas de la plaine de la Drave en Slovénie, du Piémont, de la plaine du Pô, des Alpes et de la région Rhône-Alpes et de la Lozère. Si on ne trouve aucun produit oriental à Javols ou à Poetovio par exemple, au contraire sur le site du « sanctuaire de Cybèle » à Lyon, on a découvert quelques fragments d’eastern sigillata A (Desbat 2002) et les amphores orientales représentent une part très significative du mobilier (Lemaître 1999). Il faut souligner que tous ces sites ne sont pas à l’écart des axes de d’échanges. C’est évident pour Lyon et les autres sites de l’axe rhodanien. C’est aussi le cas des sites de la Transpadane (Angera, Alba et Poetovio), liés au reste de la Méditerranée et à l’Adriatique par l’intermédiaire des axes fluviaux.

Fig. 14 – Céramiques orientales de l’Hôtel des Mèdes à Porquerolles (Hyères, Var)

Fig. 15 – Céramiques orientales de Château-Gombert (Marseille), d’après Sébastien Barberan.

Fig. 16 – Céramiques orientales de Fos-sur-Mer.

Fig. 17 – Céramiques de Beyrouth mises au jour à Arles. (1-3, 6-8. Secteur de la nécropole du cirque ; 4, 9. Fond ancien du Musée de l’Arles et de la Provence Antique ; 5. Sépulture de l’Odéon, Arles)

Fig. 18 – Diffusion du gobelet de type Marabini LXVIII à l’échelle méditerranéenne.

24Le gobelet Marabini LXVIII est très courant en sur la face occidentale de l’Italie et sur les îles de la Méditerranée occidentale depuis la Sicile jusqu’au Nord de la Toscane, notamment dans le port d’Ostie et à Rome, dans les centres urbains proches du littoral et sur des sites de l’intérieur des terres comme Sutri ou Settefinestre. Cette présence n’apporte aucun éclairage particulier sur l’origine de cet objet. En effet, on se trouve au cœur de d’Empire où parviennent des produits de l’ensemble du monde méditerranéen par l’intermédiaire des grands ports comme ceux de Naples ou Ostie. Le gobelet Marabini LXVIII est bien représenté dans l’Adriatique à la limite entre le monde de culture hellénique et latine, depuis Otrante dans les Pouilles et Stobi en Albanie, jusqu’à Aquilée. Il y est souvent associé à des céramiques de type égéen, notamment dans la cargaison de deux épaves du IIe s. sur la côte dalmate. Cependant, parmi ces produits, on compte une part non négligeable d’imitations locales (Istenic, Schneider 2000, p. 346). Il faut d’ailleurs souligner que la présence ou l’absence de produits orientaux associés aux gobelets Marabini LXVIII ne donne aucune indication sur leur l’origine, compte tenu de l’organisation complexe du commerce maritime. La droiture est rarement pratiquée dans l’Antiquité. On lui préfère une sorte de colportage. Au fur et à mesure du trajet, on vend une partie de la cargaison en fonction de la demande qu’on renouvelle avec des produits locaux. À une autre échelle, on pratique le groupage/dégroupage qui consiste à rassembler des produits d’origines diverses dans de grands ports d’où repartent des navires avec des cargaisons composites. C’est le cas de l’épave de la Tradelière qui a coulé au large de Cannes dans la fin du Ier s. av. J.-C. Elle contenait essentiellement des amphores de Cos associée à des produits italiens, notamment des céramiques culinaires de Campanie et des sigillées aretines (Fiori, Joncheray 1975).

Fig. 19 – Gobelet de type Marabini LXVIII mis au jour sur l’acropole lycienne de Xanthos (Lycie, Turquie).

  • 2 Je tiens à remercier Frédéric Marty pour m’avoir signaler cette curiosité.

25Le gobelet de type Marabini LXVIII est très répandu en Orient, mais la situation y est assez complexe. Il est courant en Grèce continentale, sur la côte de l’Asie-mineure et en Crête. On ne trouve dans la région de Thrace et des détroits où John Hayes situe son lieu de production (Hayes 1997, p. 68-69). Il atteint le bas Danube, le sud de la Turquie Chypre et le Levant. On identifie localement des productions originales atypiques. C’est le cas du gobelet à deux anses utilisant un dégraissant d’origine alluviale mis au jour à Alexandrie (Treglia-Rapasse 2003, n. 89) ou des reproductions en sigillée pontique en Crimée2. Malgré tout, les produits orientaux répondent aux différents critères retenus plus haut. Comme en Italie, plusieurs types de pâtes ont été identifiés :

  • la plus grande partie des vases a une pâte rouge ou brune et une surface grise ou sombre. C’est notamment le cas à Corinthe (Gebhard, Hemans, Hayes 1998, fig. 17, n. 48), à Knossos (Hayes 1983, fig. 6, n. 74) et à Paphos (Hayes 1991, fig. 22, n. 17). On signale des inclusions blanches dans les gobelets de Corinthe (Slane 1990, p. 95, fig. 22, n. 196) et du mica à Xanthos en Lycie (Pellegrino 2004b, fig. 3, n. 1) et à Ainos en Thrace (Basaran 2003, p. 77). Certains objets appartenant à cette catégorie portent des décors peints en blanc à Corinthe (Slane 1990, p. 95) et à Knossos (Hayes 1983, fig. 4, n. 48).
  • quelques objets ont une pâte bien épurée, de couleur rouge-rosée à Knossos (Hayes 1983, fig. 6, n. 73) ou beige à Corinthe (Gebhard, Hemans, Hayes 1998, fig. 17, n. 47).
  • on trouve des objets à pâte grise à Corinthe (Slane 1990, fig. 23, n. 204 ; Gebhard, Hemans, Hayes 1998, fig. 16.20, 17, n. 43) et à Ainos en Thrace (Basaran 2003, p. 77),

26L’origine des objets mis au jour dans la Méditerranée orientale ne fait pas l’unanimité chez les spécialistes de cette région. Katellen Slane considère les objets à pâte grise comme spécifiquement corinthiens (Slane 1990, p. 96) alors que John Hayes y voit des produits thraces (Gebhard, Hemans, Hayes 1998, p. 453 ; Basaran 2003, p. 77). Les objets à pâte brune sont attribués à l’Italie (Hayes 1977 ; Hayes 1991, p. 197 ; Slane 1990, p. 95) ou considérés comme des productions « locales » (Gebhard, Hemans, Hayes 1998, p. 453). Basaran propose même de localiser les ateliers dans la vallée de la Meriç, le fleuve qui sépare la Thrace grecque de la Thrace turque (Basaran 2003, p. 77). Pour Katheleen Warner Slane, les gobelets peints sont italiens (Slane 1990, p. 95). Pour John Hayes, ils sont parfois italiens (Hayes 1983, p. 107), parfois originaires de Thrace ou des Dardanelles (Hayes 1997, p. 68-69). L’hypothèse d’une production dans l’Adriatique est encore évoquée (Atlante 1985). Malgré les fortes ressemblances entre les produits mis au jour en Orient et en Occident, on trouve quelques particularités orientales. Dans la nécropole d’Ainos, en Thrace, des gobelets de type Marabini LXVIII sont présents dans des sépultures, associés à des monnaies locales antérieures à la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. (Basaran 2003, pl. XLVI, n. 1-4). Certains gobelets dont l’origine semble être la Thrace ou les Dardanelles ont un profil étiré et un fond mouluré, tourné à l’envers (Hayes 1997, fig. 25). On trouve cette variante à Xanthos dans un contexte de la fin du IIIe-début du IVe s. (fig. 19, n. 3 ; 26). Sur les sites du Bas-Danube, on trouve une variante à fond légèrement concave. Les parties basses de la panse portent souvent des cannelures (Bucovala, Pasca 1991 pl. VII-VIII et 1992, pl. 2 et 8 ; Museteanu, Elefterescu 1989, pl. 1, n. 2 ; pl. 3, n. 20 et 1992, fig. 4, n. 73-77 ; Vasiliu, Paraschiv 1999, fig. 5, n. 4 ; fig. 6, n. 1). Sur le site de l’agora d’Athènes, M. Robinson a publié tout un ensemble de gobelets dans les niveaux postérieurs au IIIe s. Ils possèdent un piédouche, une panse cannelée, un bord redressé et sont enduits d’un engobe brun et décorés de motifs végétaux peints en blanc (Robinson 1959, J10-11, J34 ; K58-59, 62-63 ; L5 ; M145-154, M190-194). On retrouve de tels produits engobés à Corinthe, dans des niveaux de la tétrarchie où ils sont considérées comme des productions corinthiennes ou athéniennes (Slane 1994, fig. 4, n. 15) et à Knossos (Hayes 1983, fig. 118-119).

3.3. Diffusion du gobelet de type Marabini LXVIII dans l’Ouest de la Ligurie et le Sud de la Gaule

27Les gobelets de type Marabini LXVIII sont particulièrement bien représentés sur les sites de Ligurie du Ponant et dans le sud de la Gaule (fig. 20 et annexe 2). J’en ai identifié sur plus d’une quarantaine de sites entre Finale Ligure et le Rhône. Je n’ai bien évidemment retenu que les objets dont la pâte correspondait aux caractères décrits plus haut. J’ai notamment écarté les imitations à pâte calcaire, comme les gobelets de type Pasqualini C produits dans la région de l’Argens (Pasqualini 1996, p. 400-402, fig. 185.157) et les productions à vernis argileux tel que le gobelet en sigillée claire B de type 68 (Desbat 1987).

28Malgré une apparente homogénéité, les objets que j’ai pu observer possèdent plusieurs types de pâtes :

  • le premier type est indéniablement le plus courant. Il s’agit d’une pâte de couleur orangée à brune avec des inclusions blanches et des paillettes de mica. J’ai rangé dans cette catégorie les objets provenant de Cimiez, de l’abri Pendimoun, de Porquerolles et ceux conservés à d’Arles3. Ce type de pâte est semblable à celui d’une cruche égéenne de type Knossos 1 découverte à Cimiez, ce qui rejoint les observations de Manuel Moliner (Moliner 1996, p. 247). D’après ce dernier, la pâte des objets de la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille est identique à celles des objets de Cimiez4. Elle correspond à la description de celle de la plus grande part des objets mis au jour à Vintimille et dans le reste de l’Italie (Atlante 1985, p. 267-268). On peut le rapprocher de celle du gobelet Marabini LXVIII de Xanthos (Pellegrino 2004b, fig. 14, n. 9) ou de Corinthe (Slane 1990, p. 95, fig. 22, n. 196 ; Gebhard, Hemans, Hayes 1998, p. 453, fig. 17, n. 48).
  • le deuxième type de pâte est plus rare. Il est de couleur rose et bien épuré. On distingue pourtant quelques minuscules inclusions blanches dans les cassures. Je n’ai pu l’observer qu’à Beaulieu et à Fos-sur-Mer5. On doit probablement ranger dans cette catégorie certains objets trouvés en Ligurie (Gervasini 2005, p. 303). Cette pâte est proche de celle des objets de la basilique de Mariana en Corse, bien qu’elle soit plus plastique sur ce site6. Elle semble correspondre à la pâte des produits les plus anciens mis au jour à Ostie (Gasparri Tatti 1968, p. 95).

29Il faut encore évoquer un objet complet, atypique, découvert récemment dans le secteur de l’huilerie des Encourdoules, à Vallauris (fig. 21, n. 24). Sa pâte est de nature sableuse, mais semble riche en calcaire et renferme des particules de mica. Sa couleur est rose pâle. La surface montre des traces de coups de feu (plaques rougeâtres), mais la démarcation entre la partie inférieure et le haut de la panse n’apparaît pas. Le profil général est surbaissé et le pied est bien plus marqué que d’habitude. Il semble s’agir d’une imitation « locale ».

30Comme on peut le constater, la répartition des gobelets de type Marabini LXVIII (fig. 20), dépasse largement celle des céramiques communes orientales en Ligurie occidentale et en Provence (fig. 10). En fait, leur présence est quasiment systématique sur tous les sites occupés à partir de la fin du Ier s. ap. J.-C. entre Menton et Mandelieu. Il est probable que la situation soit semblable en Ligurie et de Mandelieu au delta du Rhône.

31Si les gobelets de type Marabini LXVIII sont parfois associés à des céramiques orientales, comme sur les sites de Marseille ou Toulon, on les retrouve dans des contextes où les dernières ne parviennent pas, ou seulement à titre de curiosité, comme à Saint-Andrieu. C’est notamment le cas sur les sites de l’intérieur des terres, comme le Monte-Colma, les nécropoles de Cabasse, de Garéoult, les agglomérations secondaires et les exploitations rurales comme les Encourdoules, le Candéou, le Moulin de Cassel, Notre-Dame du Brusc, la Villa Richeaume, Saint-Julien de Martigues.

3.4. Le cas languedocien

  • 7 Je tiens à remercier Stéphane Mauné pour m’avoir fourni des échantillons de BOB.
  • 8 Observation faite à la binoculaire couplée à une caméra vidéo exploitant le système Image Pro Plus (...)

32Contrairement aux céramiques orientales évoquées plus haut, la diffusion du gobelet Marabini LXVIII dépasse le Rhône (fig. 20). Il est omniprésent sur les sites du Languedoc occupés entre le deuxième tiers du IIe s. et le milieu du IIIe s. Toutefois, il y est rangé dans les productions locales, notamment parmi les céramiques brunes orangées bitérroises (BOB) par les céramologues de cette région. La céramique brune orangée bitérroise est la catégorie de céramique culinaire la plus répandu aux IIe et IIIe s. ap. J.-C. dans le Languedoc et le Roussillon. Elle a une pâte de nature sableuse de couleur rouge-orangée avec des inclusions de mica ou de quartz plus ou moins importantes. Les parois extérieures portent souvent une patine cendrée et certains sites fournissent des fragments très durs, à pâte rouge et à l’épiderme bleuté. Le répertoire de la BOB associe des types d’origine locale et des imitations de produits à succès à l’échelle de la Méditerranée occidentale, comme les céramiques africaines de cuisine (Dodinet, Leblanc 1988 ; Pellecuer, Pomarèdes 1991 ; Mauné et al. 2004). Parmi les types répertoriés, on trouve le gobelet G2 (fig. 23, n. 1-2) qui est une reproduction parfaite du type Marabini LXVIII (Mauné et al. 2004, p. 418). Ils ont été identifiés dans les ateliers de la Bourgade (Mauné à paraître), des Demoiselles à Tourbes (Mauné 1998, p. 461) et du Capitou à Servian (Mauné et al. 2004, fig. 18, n. 9-14 ; Guerre 2006, fig. 14, n. 1-4) dans des contextes du IIe s. (Guerre 2006, p. 151). On en signale encore sur l’atelier de Mayral, dans la périphérie de Narbonne qui a produit une catégorie de céramique culinaires proche des BOB, dénommée céramique brune orangée du narbonnais (BON). Cet atelier a fonctionné tout au long du Ier s. ap. J.-C. (Sanchez 2003b, p. 875-880, fig. 403). Stéphane Mauné suppose la présence de potiers italiens sur les ateliers du Languedoc à l’origine de cette production (Mauné et al. 2004, p. 418-419). Il s’interroge sur l’origine des gobelets de type Marabini LXVIII mis au jour en Catalogne et en Provence, notamment à Marseille dont la description de la pâte correspond à celle des gobelets de type G2 en BOB. Cette dernière hypothèse semble vraisemblable si l’on considère l’importance de ces ateliers d’une part. D’autre part, on a pu identifier des céramiques communes languedociennes jusque dans la périphérie d’Antibes (Pellegrino 2004a, fig. 16, n. 18-15, 17). J’ai pu comparer des fragments de gobelet de type G2 provenant du dépotoir de l’Aribelle-Basse à Pézenas, identifiés comme des productions de l’atelier du Capitou à Servian, avec des échantillons de gobelet Marabini LXVIII prélevés sur d’autres sites7. L’observation à l’œil nu ne permet pas de distinguer les fragments de l’Auribelle attribués à l’atelier du Capitou (fig. 24) de ceux de Cimiez (fig. 25), de Porquerolles, de l’abri Pendimoun ou de Marseille. La surface des gobelets d’Arles (fig. 26) est semblable à celle des gobelets de Servian ou de Xanthos en Lycie (fig. 27). Au contraire, les gobelets de Beaulieu (fig. 28), de Fos-sur-mer (fig. 29) et des Encourdoules (fig. 30) s’en distinguent fortement. L’observation à la binoculaire a permis de faire les mêmes constats8. Il faut d’ailleurs ajouter que la pâte d’une partie des échantillons provenant de Mariana en Corse et de Xanthos en Lycie sont porteurs des mêmes caractères que la BOB. C’est encore le cas d’un fragment de cruche à bec tréflé de Cimiez.

Fig. 20 – Diffusion du gobelet de type Marabini LXVIII de la Ligurie du Ponant au Languedoc.

Fig. 21 – Gobelet de type Marabini LXVIII sur les sites des Alpes-Maritimes. (1. Abri Pendimoun (Castellar), 2-17. Beaulieu, 18. Moulin de Cassel (Cagnes-sur-Mer), 19-21. Saint-Andrieu (Villeneuve-Loubet), 22. Vaugrenier (Villeneuve-Loubet), 23-24. Les Encourdoules (Vallauris), 26-27. Stade de Saint-Cassien (Mandelieu))

Fig. 22 – Gobelet de type Marabini LXVIII sur quelques sites du Var et des Bouches-du-Rhône. (1-3, Hôtel des Mèdes à Porquerolles, 4-5. Château-Gombert (Marseille) dessins s. Barberan, 6-7. Fos-sur-mer, 8-10. Arles.)

Fig. 23 – Céramique à pâte brune orangée bitérroise (BOB) ; 1-2. gobelets G2 ; 3-4. bouilloire F4 1. Auribelle-Basse (Pézenas, Hérault) ; 2-4. Atelier du Capitou (Servian, Hérault) (Dessin 1 d’après Mauné à paraître, US1163 no 13 ; 3-4 d’après Mauné et al. 2004, fig. 18.12 et fig. 18.4-5)

Fig. 24 – Fond de gobelet de type G2 en BOB du site de l’Auribelle (Pézenas, Hérault) attribués à l’atelier du Capitou (Servian, Hérault).

Fig. 25 – Échantillons de gobelets de type Marabini LXVIII provenant du site de Cimiez (Nice, Alpes-Maritimes).

Fig. 26 – Gobelet de type Marabini LXVIII du fond ancien du Musée de l’Arles et de la Provence Antique (FAN 92 00 1).

Fig. 27 – Gobelet de type Marabini LXVIII de l’acropole lycienne de Xanthos (Lycie, Turquie).

Fig. 28 – Fragment de gobelet de type Marabini LXVIII de Beaulieu (Photographie Pierre Elie Moulé, Musée de Préhistoire Régionale de Menton).

Fig. 29 – Gobelet de type Marabini LXVIII de Fos-sur-mer (Photographie Pierre Elie Moulé, Musée de Préhistoire Régionale de Menton).

Fig. 30 – Gobelet de type Marabini LXVIII à pâte grossière des Encourdoules (Vallauris, Alpes-Maritimes).

33À la suite des ces observations, on peut admettre l’hypothèse de Stéphane Mauné pour qui les gobelets de type Marabini LXVIII des IIe-IIIe s., à pâte brune avec des inclusions blanches et des paillettes de mica mis au jour en Provence, en Catalogne et dans la vallée du Rhône sont originaires du Languedoc (Mauné et al. 2004, p. 418). C’est probablement aussi le cas des cruches de type Knossos 1 ou F4 (fig. 23, n. 3-4) produites au Capitou (Mauné et al. 2004, fig. 18, n. 4-5 ; Guerre 2006, fig. 13, n. 15-18). Il n’est pas invraisemblable que ces produits aient atteint l’Italie centrale. En effet, les amphores gauloises ne sont pas rares dans la région de Rome, le Languedoc étant une grande région viticole et productrice d’amphores gauloise. Il est plus difficilement acceptable que les objets mis au jour en Orient soient languedociens. Il n’est toutefois pas exclu que des gobelets orientaux aient aussi atteint l’Occident et plus particulièrement l’Adriatique et la côte tyrrhénienne, voire le littoral provençal. Cependant seules des analyses pétrographiques ou chimiques permettront de déterminer de façon certaine l’origine de ces produits. En effet, il a été impossible de distinguer des différences absolues entre la pâte des gobelets produits dans le Languedoc et celle des objets mis au jour à Xanthos en Lycie, à l’œil nu ou à la binoculaire.

4. Conclusion

34Les produits orientaux sont peu nombreux sur les sites du Sud dela Gaule. Onles rencontre exclusivement sur des sites littoraux et plus particulièrement dans des dépotoirs portuaires. Les importations de céramiques communes orientales semblent beaucoup moins courantes au Haut-Empire que durant l’Antiquité tardive. Elles ne peuvent être considérées comme représentatives de courants d’échanges entre l’Orient et l’Occident. Il s’agit de produits d’accompagnement des cargaisons d’amphores destinées au marché de la Gaule interne et du limes, perdus en cours de route. Parmi ces produits orientaux, les plus courants sont les cruches de type Knossos 1. Or, il est impossible de distinguer la pâte de ces dernières de celle des cruches de type F4 en céramique brune orangée bitérroise de forme identique. En ce qui concerne le gobelet de type Marabini LXVIII, on ne peut remettre en cause l’origine italienne des produits à pâte rose bien épurée de la fin du Ier et du début du IIe s. S’ils ont rencontré un grand succès et ont été imités en Orient, ils entrent dans le répertoire des centres de production languedociens de céramique brune orangée bittéroise et de céramique brune orangée du narbonnais. Il est possible que les gobelets à pâte brune micacée avec des inclusions blanches les plus diffusées dans le Sud de la Gaule aux IIe-IIIe s. ap. J.-C., soient des importations languedociennes. La question de l’origine peut se poser pour ces gobelets à pâte brune mis au jour en Italie centrale ou dans l’Adriatique. Il n’est d’ailleurs pas invraisemblable que des produits provenant à la fois du Languedoc et de la mer Égée aient approvisionné le marché occidental. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que l’Adriatique reste un lieu de production probable. En raison de la forte ressemblance des pâtes languedociennes et égéennes il est impossible d’être plus précis.

Annexes

Annexe 1 : Occurrences du gobelet de type Marabini LXVIII à l’échelle méditerranéenne

Espagne :

- nécropole du sud d’Empurias (Almagro 1955, fig. 215) ;

- nécropole de Can Fanals (Mauné et al. 2004, p. 418) ;

- Tolegassos (Casas i Genover et al. 1990, p. 178 et 288, fig. 592) ;

- Beatulo (Mauné et al. 2004, p. 418) ;

- Thierry Martin nous a récemment signalé leur présence en Bétique.

Afrique du Nord :

- Berenice (Kenrick 1985, fig. 58.452) ;

- Sabratha (Hayes 1991, p. 60) ;

- Carthage d’après Laura Pietrapaulo (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 68-101, n. 85 ; Fulford 1984, fig. 1, n. 4, 7-9) ;

- d’après Michel Bonifay, il est assez courant en Tunisie.

Panomie, plaine padane et Alpes :

- Poetovio (Ptuj) en Slovénie, (Istenic 1999a, fig. 95, 96 ; n. 49-12 ; Istenic 1999b, T241, fig. 96, n. 49) ;

- Alba dans le Piémont d’après les renseignements d’Andrea Marensi ;

- nécropole d’Angera, au Nord de Milan, (Sena Chiesa 1985, tav. 83) ;

- Muralto en Suisse (Atlante 1985, p. 268).

Gaule interne :

- Saint-Romain en Gal (Leblanc, Desbat 1992, fig. 5, n. 3-4 ; Leblanc 2003, fig. 9, n. 11) ;

- rue des Farge, à Lyon (Grateloup 1988, type LX et LXI, p. 93-94, fig. 231 à 234) ;

- villa du Vernais à Saint-Romain-de-Jalionas (Laroche, Théolas 2003, fig. 7, n. 13) ;

- Javols en Lozère (Marot 2001, fig. 9, n. 4) ;

Îles de la Méditerranée occidentale :

- nécropole de Meligunis Lipara, en Sicile (Bernabo Bréa, Cavalier 1965, tav. CCXXIII, n. 1-2, CCXXIV, n. 1, CCXXV, n. 2, 3) ;

- à Mariana sur la côte occidentale du Cap Corse, basilique et nécropole de Palazzeto (Moracchini, Mazel 1971, fig. 21-22 et 24).

Versant tyrrhénien de l’Italie :

- Ostie (Ostia I 1968) ;

- Rome dès l’époque néronienne (Rizzo 2003, tav. XV, n. 55) ;

- Pompéi (Atlante 1985, p. 258) ;

- Cosa (Marabini 1973, pl. 46 et 85, n. 431-433) ;

- Luni (Cavalieri Manasse 1972, tav. 60, n. 11-13 ; Merzagora, Conca 1972, tav. 160, n. 458 ; tav. 210, n. 152/11-13, 155/10) ;

- Sutri (Atlante 1985, p. 258)

- Settefinestre (Camaiora 1985, p. 172).

Adriatique :

- Otrante (Semeraro 1992)

- Stobi, dans le cimetière de l’Est (Anderson-Stojanovic 1992, fig. 26, n. 220-222 ; fig. 60, n. 511-516) ;

- région du Metauro, à Falaronne (Atlante 1985, p. 258) ;

- Porto Portorecanati dans les Marches d’après Andrea Marensis ;

- Dalmatie (LXVIII (Istenic, Schneider 2000, fig. 3, n. 2) ;

- Aquilée (Mandruzzato et al. 2000, fig. 4, n. 2) ;

- épave des îles Paklenih (Vrsalovic 1974, fig. 171, n. 1724, 1747, 1758) ;

- épave de Nerezine (Istenic, Schneider. 2000, fig. 5, n. 5) ;

Grèce continentale, îles de la mer Égée et Ionie :

- Athènes (Robinson 1959, G117, G182) ;

- Corinthe (Gebhard, Hemans, Hayes 1998, fig. 16, n. 20 ; fig. 17, n. 43,47-48 ; Slane 1990, fig. 22, n. 196 ; fig. 23 n. 204)

- Ephèse (Gassner 1997, taf. 51, n. 630) ;

- Knossos (Hayes 1983, p. 107 ; Sackett 1992, p. 230).

Thrace et région des détroits :

- Thasos d’après Sandrine Elaigne ;

- Troie (Hayes 1995, fig. 1, n. 21, 23-24) ;

- Enez (Basaran 2003, fig. XLVI, n. 1-7).

Région du Danube :

- nécropole de Tomis, sous la ville de Constanza (Bucovala, Pasca 1991, pl. VII-VIII ; 1992, pl. 2 et 8)

- Durostorum près de la ville de Silistra (Museteanu, Elefterescu 1989, pl. 1, n. 2, pl. 3, n. 20 et 1992, fig. 4, n. 73-77) ;

- Carsium (Nicolae 1996, pl. 4)

- nécropole de Timpurie de la Babadag (Vasiliu, Paraschiv 1999, fig. 5, n. 4 ; fig. 6, n. 1).

Lycie :

- Xanthos en Lycie (Pellegrino 2004b, fig. 3, n. 1, fig. 14, n. 9) ;

- Létoon de Xanthos (Lemaître et al. 2004, p. 331-332) ;

- Patara en Lycie (Korkut 2007, fig. 2-3).

Chypre et Levant :

- Salamine de Chypre (Diederichs 1980, pl. 13, n. 142-143)

- Paphos (Hayes 1977, fig. 6, n. 4 ; 1991, fig. 22, n. 17).

- Beyrouth, dans le secteur Bey 02

- Caesarea Maritimae (Oleson et al. 1994, fig. 12. D8).

Annexe 2 : Occurrences du gobelet de type Marabini de la Ligurie au Languedoc

Ligurie :

- Finale-Ligure, nécropole de la Pieve (Pallarès 1965, fig. 7, n. 8 et 10).

- San Remo, castellar de Monte Colma d’après Massimo Ricci

- Albenga, nécropole sud (Massabo 1999a, Tav. III, T13.2 ; III T12.2, Tav. XXV, T11.4, Tav. VII RH, Tav. VII T12.10, XII T17.8-9).

- Vintimille, aire du cardo (Lamboglia 1950, fig. 9, n. 33-34, 36), nécropole de Vintimille (Pallarès 1963, fig. 8, n. 24 ; Lamboglia 1962, fig. 19, n. 30)

Alpes-Maritimes :

- Castellar, abri Pendimoun (fig. 21, n. 1)

- Beaulieu, dépotoir portuaire, quarante-huit gobelets (fig. 21, n. 2-17) ;

- Cimiez, thermes de l’Est, treize gobelets (Grandieux 2004a, fig. 14, n. 12-17) ;

- Cagnes-sur-Mer, moulin de Cassel à (fig. 21, n. 18) (Magnan, Pellegrino, Rodet-Belarbi 2005, fig. 5, n. 13) ;

- Villeneuve-Loubet, Saint-Andrieu, quatre bords et deux fonds de gobelets (fig. 21, n. 19-21) ;

- Villeneuve-Loubet, sous la maison du gardien du parc de Vaugrenier (fig. 21, n. 22) ;

- Antibes, rue Clémenceau (Todini 2000), anse Saint-Roch et plage de la Salis ;

- Vallauris, les Encourdoules (Pellegrino 2001b, pl. 2, n. 6), on compte un bord de gobelet de type Marabini LXVIII (fig. 21.23) ;

- Cannes, Fort de l’île Sainte-Marguerite ;

- Peymeinade, le Candeou ;

- Châteauneuf de Grasse, Notre-Dame du Brusc ;

- Mandelieu, stade de Saint-Cassien (fig. 21, n. 24-27)

Var :

- Fréjus, nécropole du Pauvadou (Pasqualini 1993, p. 258) ;

- Cabasse, nécropoles de la Gérine (Bérard 1980, fig. 14, n. 286), nécropoles de la Calade (Gallia Informations 1961, p. 139, pl. XXIV, n. 136 et p. 143, pl. XXVII, n. 187) ;

- Garéoult, nécropole de la rue Louis-Cauvin (Acovitsioti-Hameau et al. 1992, p. 86, n. 14) ;

- Hyères, plage de la Courtade à Porquerolles (Turcat 1986, p. 63, fig. 1A), Hôtel des Mèdes à Porquerolles (fig. 22, n. 1-3), Hyères, Olbia (Bresciani, Excoffon 2004, p. 191) ;

- Toulon, Bésagne (Pasqualini 1993, p. 258) ;

Bouches-du-Rhône :

- Marseille, rue des Pistoles, vingt-deux gobelets (Moliner 1996, fig. 14, n. 1-7), sondage DY 09 (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 56-68, fig. 47, n. 79-80) et dans le secteur de l’Épave (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 68-101, fig. 63, n. 81-85), nécropole de Saint-Barbe (Moliner et al. 2003, pl. 31, T169.323 ; pl. 38, T216.358 ; pl. 53 T390.606, T479.755 ; pl. 58, T480.639 ; pl. 59, T495.677), Château-Gombert (fig. 22, n. 4-5) ;

- Martigues, Villa de Saint-Julien, d’après Lucien Rivet ;

- Peyloubier, Villa Richeaume, d’après Nuria Nin ;

- Fos-sur-mer (fig. 22, n. 7-8)

- Arles (fig. 22, n. 8-10 et n. 9053 de l’inventaire du Musée des Antiquité Nationales).

Languedoc oriental :

- Lunel-Viel (Pellecuer, Pomarèdes 1991, fig. 3 ; fig. 9, n. 19-29) ;

- Alignant-du-Vent, Camp-Nègre et à la Prade (Mauné 1998, p. 297 et 298) ;

- Aume, Saint-Roman (Mauné 1998, p. 322) ;

- Tourbes, les Demoiselles-Ouest et Saint-Jean-de-la-Buade à (Mauné 1998, p. 461 et 463) ;

- Varos, le Lizarot (Mauné 1998, p. 472) ;

- Pezenas, l’Auribelle-Basse (Mauné à paraître) ;

- Servian, la Bourgade (Mauné à paraître) et le Capitou à (Mauné et al. 2004, fig. 18, n. 9-14) ;

- Villeneuve-de-la-Raho (Mauné et al. 2004, p. 418) ;

- Montagnac, villa de Lieussac (Mauné, Génin 2006) ;

- Paulhan, Vareilles ;

- Narbonne, clos de la Lombarde, l’atelier de Mayral d’après Corinne Sanchez.

Notes

1 Renseignements Séverine Lemaître à qui je tiens à exprimer ma gratitude pour m’avoir fourni ces informations sur le commerce des amphores orientales. A ce propos voir sa publication sur les importations de vins de la Méditerranée orientale à Lyon (Lemaître 1998).

2 Je tiens à remercier Frédéric Marty pour m’avoir signaler cette curiosité.

3 Les objets conservés au Musée de l’Arles et de la Provence Antique étant complets, je n’ai pu observer la pâte. On distingue pourtant sur la surface externe les reflets de rares paillettes de mica et de petites inclusions blanches.

4 Je tiens à remercier Manuel Moliner pour ces renseignements.

5 La pâte des objets de Fos-sur-mer est jaunâtre à rosâtre, mais il faut rappeler qu’ils proviennent d’un milieu sous-marin.

6 Je tiens à remercier Dominique Istria pour m’avoir permis accéder au mobilier issu de ces fouilles.

7 Je tiens à remercier Stéphane Mauné pour m’avoir fourni des échantillons de BOB.

8 Observation faite à la binoculaire couplée à une caméra vidéo exploitant le système Image Pro Plus Spot sur quinze échantillons de gobelets, (deux fragment provenant de l’atelier du Capitou à Servian, cinq fragments provenant de Cimiez, un fragment provenant de l’Hôtel des Mèdes à Porquerolles, un fragment provenant de l’abri Pandimoun à Castellar, un fragment provenant de Beaulieu, trois fragment provenant de Mariana (Corse), un fragment provenant de l’acropole de Xanthos en Lycie) et un échantillon de cruche de type Knossos 1 provenant de Cimiez.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Origine et diffusion des céramiques communes égéennes
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 2 – Céramiques communes égéennes. (1-6. Corinthe ; 3-5 Knossos ; 7-9. Toulon et Marseille)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 3 – Répartition des céramiques communes égéennes en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 4 – Origine et diffusion des plats micro-asiatiques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 5 – Plats micro-asiatiques. 1-2, 6 : Knossos, d’après J. W. Hayes ; 3-5. Beyrouth.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 6 – Répartition des plats micro-asiatiques en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Fig. 7 – Origine et diffusion des céramiques communes levantines.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 8a – Céramiques communes levantines. (1-3, 5, 7-8, 11. Beyrouth ; 7, 9-10. Tel Anafa, d’après A. Berlin ; 6. Beyrouth, d’après P. Reynolds.)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 8b – Céramiques communes levantines. (12-15. Beyrouth)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 9 – Répartition des céramiques communes levantines en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 10 - Répartition des produits orientaux en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 10 – Répartition des produits orientaux en Ligurie du Ponant et dans le Sud de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 12 – Céramiques communes orientales de Vaugrenier (Villeneuve-Loubet, Alpes-Maritimes).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 13 – Céramiques communes orientales d’Antibes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 14 – Céramiques orientales de l’Hôtel des Mèdes à Porquerolles (Hyères, Var)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 15 – Céramiques orientales de Château-Gombert (Marseille), d’après Sébastien Barberan.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 16 – Céramiques orientales de Fos-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 17 – Céramiques de Beyrouth mises au jour à Arles. (1-3, 6-8. Secteur de la nécropole du cirque ; 4, 9. Fond ancien du Musée de l’Arles et de la Provence Antique ; 5. Sépulture de l’Odéon, Arles)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 18 – Diffusion du gobelet de type Marabini LXVIII à l’échelle méditerranéenne.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 19 – Gobelet de type Marabini LXVIII mis au jour sur l’acropole lycienne de Xanthos (Lycie, Turquie).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 20 – Diffusion du gobelet de type Marabini LXVIII de la Ligurie du Ponant au Languedoc.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Légende Fig. 21 – Gobelet de type Marabini LXVIII sur les sites des Alpes-Maritimes. (1. Abri Pendimoun (Castellar), 2-17. Beaulieu, 18. Moulin de Cassel (Cagnes-sur-Mer), 19-21. Saint-Andrieu (Villeneuve-Loubet), 22. Vaugrenier (Villeneuve-Loubet), 23-24. Les Encourdoules (Vallauris), 26-27. Stade de Saint-Cassien (Mandelieu))
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 22 – Gobelet de type Marabini LXVIII sur quelques sites du Var et des Bouches-du-Rhône. (1-3, Hôtel des Mèdes à Porquerolles, 4-5. Château-Gombert (Marseille) dessins s. Barberan, 6-7. Fos-sur-mer, 8-10. Arles.)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 23 – Céramique à pâte brune orangée bitérroise (BOB) ; 1-2. gobelets G2 ; 3-4. bouilloire F4 1. Auribelle-Basse (Pézenas, Hérault) ; 2-4. Atelier du Capitou (Servian, Hérault) (Dessin 1 d’après Mauné à paraître, US1163 no 13 ; 3-4 d’après Mauné et al. 2004, fig. 18.12 et fig. 18.4-5)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 24 – Fond de gobelet de type G2 en BOB du site de l’Auribelle (Pézenas, Hérault) attribués à l’atelier du Capitou (Servian, Hérault).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 25 – Échantillons de gobelets de type Marabini LXVIII provenant du site de Cimiez (Nice, Alpes-Maritimes).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 26 – Gobelet de type Marabini LXVIII du fond ancien du Musée de l’Arles et de la Provence Antique (FAN 92 00 1).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 27 – Gobelet de type Marabini LXVIII de l’acropole lycienne de Xanthos (Lycie, Turquie).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 28 – Fragment de gobelet de type Marabini LXVIII de Beaulieu (Photographie Pierre Elie Moulé, Musée de Préhistoire Régionale de Menton).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 29 – Gobelet de type Marabini LXVIII de Fos-sur-mer (Photographie Pierre Elie Moulé, Musée de Préhistoire Régionale de Menton).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 30 – Gobelet de type Marabini LXVIII à pâte grossière des Encourdoules (Vallauris, Alpes-Maritimes).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4785/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540