Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Les officines de potiers de Velaux (13) : les productions

Emilie Porcher

Résumé

Plusieurs fours et dépotoirs liés à la fabrication de céramiques ont été repérés et fouillés dans les années 1970 sur la commune de Velaux. La mise en place de l’action collective de recherche sur la céramique commune en Provence a été l’occasion de revenir sur ces ateliers et de dresser un inventaire le plus complet possible des formes produites à Velaux à l’époque romaine, tant en ce qui concerne le mobilier amphorique que pour la vaisselle commune de table. Cette étude permet de compléter l’inventaire des ateliers de potiers provençaux et d’établir des comparaisons avec les autres pôles de production de la vallée de l’Arc et plus généralement de la Provence au Haut-Empire.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont aidées pendant cette étude, en particuli (...)
  • 2 Pour la période romaine à Velaux : Villa 1974 et Laubenheimer 1996, p. 320.

1La commune de Velaux se situe sur la rive gauche de l’étang de Berre, à 30 km au nord-est de Marseille et à 18 km à l’ouest de l’agglomération d’Aix-en-Provence1. Velaux qui appartenait au territoire de la cité d’Aquae Sextiae à l’époque romaine (Gascou 1989), est connue par de nombreuses traces archéologiques témoignant d’une occupation relativement dense dans ce secteur durant la période protohistorique (site de Roquepertuse) et l’antiquité. Les travaux universitaires de J.-P. Villa (Villa 1973) ont permis de dresser la carte archéologique de la commune2. Outre des habitats vus en prospection, plusieurs sites ont été interprétés comme des zones de productions de céramiques par la présence de rebuts de cuisson : au lieu dit « La Paterne » ou le « Pavillon », le creusement d’une tranchée a mis au jour un dépotoir d’atelier de potier composé d’amphores gauloises, de tuiles et de briques (Villa 1973, p. 208-218). Dans la zone du « Devalade », des labours ont remonté de nombreux tessons d’amphores et de tuiles ; J.-P. Villa émet l’hypothèse de l’implantation d’un four. Aux abords du « Pont de Vallat de Monsieur », plusieurs centaines de fragments de vaisselles, d’amphores et de tegulae (dont des surcuits) laissent également penser à la présence d’une officine probablement associée à une villa (Villa 1973, p. 36-52). Mise à part ces sites, dont le mobilier n’a pas été conservé, deux autres secteurs mieux documentés vont nous permettre de faire le point sur la production de deux ateliers de Velaux. Le premier se situe au « Moulin du Pont » sur les rives de l’Arc. Le second site pris en compte est distant de quelques deux kilomètres, au sud de la zone précédente, au lieu-dit « la Plaine de Levrau » (fig. 1).

2. Les sites

2.1. Plaine de Levrau

2Des prospections réalisées par J.-P. Villa dans les années 70 ont permis de reconnaître au lieu-dit « la Plaine de Levrau », une zone de 1500 m2 recouverte d’une importante quantité de tuiles, briques, céramiques et amphores. La présence de surcuits, de rebuts de cuisson et d’éléments déformés ne laisse aucun doute sur la fonction de ce site malgré l’absence de structures de cuisson reconnues. Aucune opération de fouille n’a depuis lors été menée sur cette parcelle ; cependant la quantité de tessons ramassés dans ce périmètre a rendu possible l’établissement d’un premier catalogue des céramiques produites dans cet atelier. A l’aide de quelques tessons de céramiques fines, J.-P. Villa a proposé une datation pour le fonctionnement de cette aire artisanale aux Ier-IIe siècles ap. J.-C. (Villa 1974).

Fig. 1 – Localisation des officines du Moulin du Pont et Plaine de Levrau

Fig. 2 – La zone du Moulin du Pont (d’après Villa 1974, p. 304, fig. 5)

2.2. Moulin du Pont

  • 3 Il faut considérer qu’une partie du site a été emportée par les crues de l’Arc.

3Au moulin du Pont, en bordure du cours de l’Arc, des travaux d’adduction d’eau ont mis au jour les vestiges d’un atelier de potier3. Des fouilles conduites en 1972 et 1973 par J.-P. Villa et A. Tchernia ont livré une zone de 0,5 ha riche en mobilier (vaisselle et amphores). Elles ont également permis de reconnaître trois fours, distants de 10 mètres les uns des autres (fig. 2).

  • 4 Pour la description détaillée des structures de cuisson, se reporter aux rapports de fouille de Tc (...)

4Encastré dans la berge de la rivière, le four n. 1, conservait encore deux arcs supportant une sole. La structure 2, identifiée également comme un four (pilettes et foyer) est moins bien conservée ; les fouilles de 1972 et 1973 n’ont pas permis d’en restituer le plan. L’élément le plus intéressant est le four 3 (fig. 3). Délimité par un mur de tuile, il a une longueur de 6 mètres pour 4,25 mètres de large. Six bases d’arc étaient conservées, encadrant un alandrier large de 1,15 m qui aboutissait au foyer. Ce four a connu au moins deux phases de fonctionnement : les fouilleurs ont observé des traces de modification de l’alandrier par un surhaussement de 40 cm de son niveau (Villa 1974, p. 307). La date de l’abandon du four n’est pas connue, mais nous savons que ce dernier a été utilisé comme dépotoir alors que le reste de l’officine fonctionnait encore4.

5Une partie de la production de cet atelier a été analysée (Tchernia, Villa 1977) à partir du mobilier recueilli dans le remplissage d’un dépotoir (fosse circulaire de 5 m de diamètre) situé au sud du four 3, ainsi que du comblement de ce même four et, en dernier, du mobilier prélevé au cours des ramassages de surface antérieurs. Cette première approche a démontré que le comblement de la structure de cuisson et celui du dépotoir avaient une composition très différente. Une spécialisation des fours par types de céramiques a été évoquée, mais la proximité géographique laisse plutôt penser à différentes phases de productions. Les quelques rares tessons de céramiques fines associées à la production permettent de proposer un fonctionnement contemporain du site de la Plaine de Levrau, soit aux Ier-IIe siècles de notre ère. Mais nous verrons que l’examen de ce mobilier permet d’affiner cette fourchette chronologique.

3. Le mobilier

6Cette étude porte sur une collection globale de 18271 fragments actuellement entreposés à Velaux. La vaisselle et les amphores représentent plus de 91 % des éléments conservés. Le reste du mobilier se compose pour l’essentiel de tuiles et, dans une proportion moindre, de briques, de cales de four, d’éléments de sole, ainsi que des fragments de tuyauterie en céramique. La répartition du mobilier entre la zone du moulin du Pont et la Plaine Levrau est très inégale : 18 % seulement des tessons proviennent de la Plaine Levrau, qui n’a fait l’objet que d’un ramassage de surface.

3.1. Limites de l’étude

  • 5 Sigillée italique et sud-gauloise et de rares fragments de campanienne.

7Aucune datation précise n’a pu être clairement proposée pour la période de fonctionnement des ateliers. En effet, le matériel datant accompagnant le lot que nous étudions est très restreint : quelques dizaines de fragments de céramiques fines5. Il est donc très difficile de savoir dans quelle mesure les deux officines ont fonctionné ensemble et quelle fut l’éventuelle évolution de leur production. De plus, le conditionnement des céramiques de Velaux ne permet plus de les rattacher à une unité stratigraphique ou à un fait ; il est notamment impossible de distinguer aujourd’hui ce qui appartient au dépotoir ou au comblement du four 3 du moulin du Pont. Les céramiques des deux sites ont été séparées lors de leur conditionnement, mais on ne peut exclure un mélange, surtout en ce qui concerne la vaisselle commune. La composition du dépotoir, qui regroupe plusieurs types d’amphores et de vaisselle dont la datation n’est pas homogène, laisse penser qu’il s’agit d’un dépôt secondaire : si ce dépotoir nous donne une image des différentes catégories produites, sa nature ne nous renseigne en aucun cas sur la proportion des divers types d’amphores fabriqués dans l’officine. De plus le comblement de la structure 3, utilisé comme décharge après son abandon, ne doit pas être considéré comme le dernier chargement du four, mais comme un dépotoir, alors que l’atelier fonctionnait encore, on ne peut donc pas dater l’abandon de l’officine. Pour ces différentes raisons, associées au fait qu’une partie du mobilier est issue d’un simple ramassage (Plaine de Levrau), il n’est pas possible de proposer également une analyse quantitative. Les modalités de constitution de la collection n’autorisent pas de conclusion sur les proportions relatives des différentes catégories des céramiques produites dans ces ateliers.

Fig. 3 – Relevé du four 3 du moulin du Pont (d’après Villa 1974, p. 306, fig. 7)

3.2. Aspect macroscopique des pâtes

8Les pâtes calcaires de ces céramiques produites sur les deux zones de Velaux sont légèrement différentes et peuvent, dans de nombreux cas, être distinguées à l’œil nu. Les objets du moulin du Pont ont une pâte fine, uniforme, de couleur beige clair où des inclusions sont visibles, notamment de petites paillettes de mica surtout présentes en surface. Dans des proportions moindres, des quartzs et des petits nodules de felspath ainsi que de rares oxydes de fer sont également reconnaissables. La pâte utilisée sur le site de la Plaine de Levrau a une structure tout aussi uniforme, mais sa couleur est plus souvent orangée. Les inclusions se composent pour l’essentiel de fin mica. Si des variations chromatiques peuvent intervenir sur les fragments de Velaux, dans leur ensemble, ces céramiques présentent une grande homogénéité. Des traces de façonnage sont visibles sur les amphores, en particulier au niveau des jonctions. Un soin particulier a été apporté au lissage de la vaisselle ; ce n’est pas le cas des amphores où, sur la panse des stries liées au mouvement du tour de potier sont nombreuses.

3.3. La production

3.3.1. Les éléments architecturaux et artisanaux

  • 6 Tous les dessins se rapportant à cet article sont au 1/3, dans le cas contraire, les échelles sont (...)

9Des tuiles et des briques ont été produites dans ces deux officines. Ces dernières, très fragmentaires, ne permettent pas de restituer des modules. Du moulin du Pont proviennent quelques éléments de tuyauterie en céramique d’un diamètre extérieur à l’embouchure de 16,5 cm6, qui devaient participer au fonctionnement des fours (fig. 4, n. 1). De nombreuses cales de potiers provenant de cette officine ont été conservées ; elles ont toutes la même forme : circulaire, avec un diamètre assez régulier d’environ 16 cm, elles possédaient un orifice central (diamètre de 4 cm) réalisé avant cuisson (fig. 4, n. 3). Des « bobines », exécutées assez sommairement en argile, permettaient de caler les objets dans les fours pendant la cuisson (fig. 4, n. 2).

Fig. 4 – Canalisation en céramique et cales de potier

3.3.2. Les amphores

10La production d’amphores semble largement majoritaire sur les deux sites et les deux ateliers en ont fabriqué plusieurs types. A l’exception d’une forme d’amphore (Dr 7/11), attestée sur le seul site de Levrau, les catégories d’amphores retrouvées sur les deux zones sont identiques : les variations morphologiques d’un lieu de production à l’autre sont très peu marquées, intervenant surtout au niveau des anses, plus rarement sur la morphologie des lèvres. La production d’amphores des ateliers de Velaux est variée mais la composition du mobilier étudié retrouvé sous forme de dépôt secondaire, ou d’un simple ramassage en ce qui concerne la Plaine de Levrau, ne permet qu’une approche très prudente de la représentativité de chaque type. On peut tout de même constater que deux catégories d’amphores sont très largement dominantes : les Dr 2/4 et la forme G. 4 (ou Bertucchi 7b). A l’inverse, plusieurs modèles sont peu attestés, voire anecdotiques, comme la Dr 7/11 ou encore la Bertucchi 7a.

Fig. 5 – Amphores Dr 2/4 : 1-5 (Moulin du Pont), 6 (Plaine de Levrau) ; Amphores Dr 2/4 de petit module : 7 (Moulin du Pont), 8 (Plaine de Levrau) ; marque de potier : 9

11Nous avons choisi de regrouper ces amphores en deux ensembles : le premier concerne ce que nous pouvons appeler les « imitations » d’amphores d’importation, c’est-à-dire la reproduction, à l’identique, de modèles amphoriques plus anciens, d’origine italienne ou espagnole. Le second groupe représente plusieurs types d’amphores de Velaux pour lesquels nous pouvons établir des parallèles avec les productions de Marseille. De fait, la typologie établie à partir de l’étude de l’officine de la Butte des Carmes (Bertucchi 1982, 1983 et 1992) a été utilisée comme référence. Ces études ont été complétées par les travaux de F. Laubenheimer (Laubenheimer 1985) sur les amphores gauloises en Gaule Narbonnaise. Il faut associer à ces lots d’amphores, une série de couvercles tronconiques carénés, à fond plat, tous identiques (diamètre 18 cm), qui permettaient de fermer les contenants. Ils sont percés de deux petits orifices symétriques qui étaient réalisés avant cuisson et dont la fonction reste à préciser (fig. 6, 13). Un autre type de couvercle, plat et discoïdal, possède un petit bouton de préhension. Les bords sont épaissis mais jamais relevés.

3.3.2.1. Les imitations d’amphores d’importation

  • 7 Les amphores Dr 2/4 de Velaux ont déjà été publiées à plusieurs reprises : Tchernia, Villa 1977 ; (...)
  • 8 Observations déjà présentes dans les travaux de Fanette Laubenheimer (Laubenheimer 1985).

12- L’amphore gauloise d’imitation Dr 2/4 (fig. 5) : Ce type d’amphore est la catégorie la plus représentée dans la collection étudiée (le comblement du dépotoir fouillé au moulin du Pont était composé pour plus de 75 % de ce type d’amphore). Sa forme générale imite parfaitement les exemplaires italiens et espagnols : la lèvre, proéminente, dont la forme varie de l’amande à un profil presque triangulaire, se rattache à un col cylindrique convergeant plus ou moins long. La jonction col/épaulement est systématiquement marquée par un léger ressaut7. La principale différence d’un individu à l’autre intervient au niveau des anses coudées qui peuvent adopter trois profils, notamment sur les exemplaires issus de la Plaine de Levrau : une anse à sillon central, une anse faussement bifide (qui représente à elle seule 75 % des échantillons) et enfin, plus rarement, une anse à section ronde. Dans le cas du moulin du Pont, la production semble plus homogène et l’anse à sillon central est nettement majoritaire, même si les deux autres types sont tout de même présents8. Les fonds sont systématiquement pointus, relativement courts et massifs (fig. 5, 5). La confrontation des diamètres d’ouverture des éléments étudiés laisse apparaître deux groupes. Le premier, le mieux représenté, concerne des amphores dont le diamètre extérieur varie entre 13 et 14,8 cm (fig. 5, 1 à 4 et 6) ; le second groupe, plus rare, réunit des amphores dont le diamètre est proche de 9 cm (fig. 5, 7 et 8). Deux exemples de Dr 2/4 portaient une estampille SENECA identique sur le col (fig. 5, 9) ; l’une d’elles a été retrouvée en surface sur le site de Plaine de Levrau, cependant les analyses chimiques ont démontré que l’amphore sur laquelle elle a été imprimée provenait très probablement du groupe du moulin du Pont. À notre connaissance, cette marque n’a pas été retrouvée ailleurs qu’à Velaux.

  • 9 L’atelier de Puyloubier, reconnu en prospection (Laubenheimer et al. 1984), se situe comme Velaux, (...)
  • 10 Il faut noter que la production de Dr 2/4 à Marseille est assez réduite et le mobilier connu très (...)

13La production des amphores gauloises d’imitation de Dr 2/4 est relativement bien attestée dans le sud de la Gaule, en particulier dans le bassin de l’Arc. Des centres de production proches de Velaux ont fabriqué ce type d’amphore : l’atelier de Puyloubier9 (Laubenheimer et al. 1984), où la Dr 2/4 est aussi majoritaire, a livré des amphores dont la morphologie est très proche des exemples de Velaux (en particulier au niveau des anses). Cependant la comparaison des modules entre les deux ateliers (Puyloubier n’a pas produit de petits modules) laisse apparaître que les conteneurs de Velaux sont légèrement plus grands. Marseille, avec l’atelier de la Butte des Carmes (Bertucchi 1992, p. 131-134), est une officine qui a également fabriqué ce type avec de fortes similitudes, tant dans la morphologie générale que dans les modules pour les amphores les plus grandes10.

Fig. 6 – Dr. 7/11 : 1 (Levrau) ; Gauloise 1 : 2 (Moulin du Pont) ; Gauloise 4 : 3 et 4 (Levrau), 5-8 (Moulin du Pont) ; Fond annulaire : 9 (Moulin du Pont) ; Bertucchi 7a : 10 et 11 (Moulin du Pont), 12 (Levrau) ; Couvercle d’amphore : 13 (Levrau)

14- L’amphore d’imitation Dr 7/11 (fig. 6, 1) :

  • 11 Un autre exemple de bord (fort proche) et un fond provenant de Velaux ont déjà été publiés (Lauben (...)

15Ce type d’amphore a été produit uniquement sur le site de la Plaine de Levrau mais si sa fabrication sur place ne fait aucun doute, le nombre de tessons appartenant à cette catégorie (une vingtaine) permet de penser que sa fabrication était, peut-être, ponctuelle. Les Dr 7/11 de Velaux ont la particularité de posséder un large bandeau concave très déversé vers l’extérieur (diamètre : 19 cm). Le col est, en revanche, droit et étroit (fig. 6, 1)11. La fabrication de ce type d’amphore, utilisé pour le transport des saumures, se retrouve en général dans des sites proches de zones côtières (Marseille) ; sa fabrication à Velaux atteste qu’une activité de salaison existait non loin de l’agglomération et c’est très certainement la proximité de l’étang de Berre qui justifie cette production. Le petit nombre d’éléments appartenant à cette catégorie d’amphore se rapporte à un seul type dont le rapprochement avec d’autres productions régionales n’est pas évident. Le site marseillais a produit lui aussi des Dr 7/11 mais le profil adopté à Marseille ne laisse voir que peu de parentés morphologiques (Bertucchi 1992, p. 135) : les exemples de Velaux s’inspirent directement des modèles espagnols.

3.3.2.2. Les “amphores gauloises’’

16Nous regroupons sous cet ensemble six types d’amphores. Plusieurs catégories bien spécifiques permettent sans hésitation de les rattacher à une forme bien connue ; en revanche, l’état fragmentaire de certains individus rend difficile leur attribution typologique.

17-Les amphores G. 1 (fig. 6, 2) :

18Principalement retrouvé dans le comblement du four n. 3 au moulin du Pont (3 % des individus issus du remplissage), ce type d’amphore à lèvre en quart de cercle et col court est un lot particulièrement homogène et standardisé, tant dans son module (diamètre d’ouverture extérieur : 12,5 cm) que dans sa morphologie générale. Ce type d’amphore a été produit dans les ateliers de la Buttes des Carmes à Marseille(Bertucchi1992), ainsi qu’à Aix-en-Provence comme l’indique la découverte d’un exemplaire dans le dépotoir d’officine du boulevard de la République (Nin, Pesty, Pasqualini 2003, p. 297, fig. 66).

19-Les amphores de type Bertucchi 7a (fig. 6, 10 - 12) :

20Nous avons regroupé sous cette forme quelques fragments qui se rapprochent de la forme Bertucchi 7a (Bertucchi 1992, p. 111-115). Nous ignorons la morphologie générale de cette d’amphore et le profil des anses qui lui étaient associées. Ces conteneurs sont caractérisés par une lèvre aplatie en demi-torse, dont la partie supérieure peut être parfaitement horizontale ou plus ou moins déversée ; cette dernière est systématiquement soulignée par un ressaut. Le bord se place dans le prolongement d’un col assez large, caractéristique qui permet de les isoler de la forme Bertucchi 6a. Ce groupe présente une morphologie non standardisée, le principal critère discriminant réside dans la présence d’une lèvre à double ressaut dans le prolongement du col. L’atelier de Puyloubier a également produit un type qui se rapproche des exemplaires mis au jour à Velaux (Laubenheimer et al. 1984, p. 107, fig. 7 et 8). Aix-en-Provence semble également fabriquer un modèle à lèvre à double ressaut relativement proche, numéroté forme 21 dans le catalogue aixois (Nin, Pasqualini, Pesty 2003, p. 297, fig. 62). Les diamètres d’ouverture des productions de Velaux sont toutefois plus importants qu’à Puyloubier et à Aix (de 13 à 15,5 cm).

21-Les amphores Bertucchi 7b ou G. 4 (fig. 6, 3 à 8) :

  • 12 Cet atelier fouillé, en 2000 (Marty 2003), qui fonctionne dans la deuxième moitié du Ier siècle ap (...)

22C’est le deuxième type le plus présent à Velaux après les Dr 2/4. Cette forme représente à elle seule 97 % des amphores issues du comblement du four 3. On observe une grande homogénéité dans les modules, avec un diamètre extérieur de la lèvre comprise entre 12 et 14 cm. En revanche, la forme du bord se distingue d’un individu à l’autre : la lèvre, plus ou moins épaisse, peut adopter un profil rond ou en amande. Les anses, courtes et rondes, se rattachent très haut, juste sous la lèvre. Leurs profils, contrairement à d’autres types d’amphores de Velaux, sont très majoritairement aplatis, de section rectangulaire, sans sillon. Les fonds qui peuvent leur être associés (fig. 6, 9) sont tous plats et annulaires, d’un diamètre homogène de 9 cm. Cette fabrication de G. 4 permet d’intégrer Velaux dans un phénomène généralisé où la fabrication de ce type d’amphore va rapidement submerger les officines du sud de la Gaule, la région aixoise et marseillaise ne faisant pas exception : l’atelier de Puyloubier (Laubenheimer 2001, p. 34, fig. 1), Sivier à Istres (Marty 2003)12 et bien sûr Marseille (Bertucchi 1992, p. 116-120), ont fabriqué des G. 4 avec une production qui semble démarrer dans le courant du Ier siècle de notre ère. Les officines d’Aix, dont la période de production connue s’arrête dans le premier quart du Ier siècle de notre ère, n’ont pas fabriqué cette forme.

Fig. 7 – Bertucchi 6a : 1 (Levrau), 2-4 (Moulin du Pont) ; Bertucchi 6b : 5 (Levrau), 6-9 (Moulin du Pont) ; amphore à lèvre à double inflexion externe saillante : 10 (Levrau), 11 (Moulin du Pont)

23- Les amphores de type Bertucchi 6a ou G. 2 (fig. 7, 1 à 4) :

24Malgré la précocité attribuée généralement à leur production, les amphores Bertucchi 6a sont bien représentées sur les deux sites de la Plaine de Levrau et de moulin du Pont. Elles sont relativement homogènes (diamètre oscillant entre 13 et 13,5 cm) avec quelques variantes dans le profil de la lèvre. La lèvre à bandeau présente une hauteur variable, le col est relativement long et évasé avant de s’attacher à la panse qui, dans le cas de Velaux, est relativement trapue (fig. 7, 3). En effet, le diamètre maximal est atteint dans la partie médiane de l’objet, ce qui n’est pas le cas des exemples retrouvés à Marseille où le profil général est plus élancé (Bertucchi 1992, p. 103, fig. 45, n. 4), le diamètre maximum des amphores produites aux Carmes étant atteint dans le tiers supérieur. Les anses, raccordées sous le bandeau, sont fines, à sillon central. Le fond est plat et annulaire, d’un diamètre proche des amphores G. 4 (environ 10 cm). Ces amphores, retrouvées en grand nombre à Marseille, commencent à être produites à la fin du Ier siècle av. J.-C. dans la cité phocéenne.

25- Les amphores de type Bertucchi 6b (fig. 7, 6 à 9) :

26Cette forme est également attestée dans les deux sites, mais en moindre quantité que la catégorie précédente, peut-être à cause de sa période de production relativement précoce. La morphologie générale (identique sur les deux officines) ne laisse aucun doute sur son identification : ces amphores présentent un bandeau rentrant qui adopte une morphologie et un module identique aux exemples marseillais d’amphores Bertucchi 6b (Bertucchi 1992, p. 107-110). La lèvre en bandeau rentrant (diamètre extérieur entre 10,5 et 11,5 cm) est réalisée par un évasement de la pâte. Les anses, quand à elles, ont des profils divers, mais sont toujours pourvues d’un sillon central très marqué. La panse est très développée, le diamètre maximum étant atteint dans le tiers supérieur. Comme dans le cas précédent, les exemplaires de Velaux semblent plus trapus qu’à Marseille (Bertucchi 1992, p. 109, fig. 50, n. 2), leur diamètre d’ouverture étant généralement un peu plus grand à Velaux. Un fond est à rattacher à cette forme et se distingue mal de ceux appartenant aux Bertucchi 6a (fig. 7, 7). Aix-en-Provence semble avoir également produit (dans des proportions moindres) des amphores Bertucchi 6b (Nin, Pasqualini, Pesty 2003, p. 297, fig. 15, n. 50 à 52). D’après les données marseillaises, cette production débute dans la deuxième moitié du Ier av. J.-C.

27- Les amphores à lèvre à double inflexion externe saillante (fig. 7, 10 et 11) :

  • 13 Deux amphores de Velaux appartenant à cette forme ont été publiées dans ce même article (Laubenhei (...)

28Peu représentée sur les deux sites, cette catégorie rassemble un lot d’amphores, dont nous ne connaissons pas le profil du corps, mais que la morphologie bien particulière de la lèvre permet d’isoler. Comme le démontre F. Laubenheimer (Laubenheimer 1989, p. 125-126)13, ce type de forme adopte toujours des profils variés, d’une officine à l’autre, et même au sein du même atelier, à l’opposé des types très standardisés comme les G. 1 ou G. 4. Cette amphore a une lèvre prenant la forme d’un étroit anneau à fort relief. Les anses, fines à deux sillons, se rattachent sous l’anneau et semblent s’orienter vers le haut. Il existe une grande variété dans le profil du col qui peut être concave ou convexe, mais toujours relativement court. Seul Velaux semble avoir produit cette catégorie dans le bassin de l’Arc ou dans la région marseillaise.

3.3.3. La vaisselle

29Produite conjointement avec les amphores, la vaisselle représente 32,7 % des tessons étudiés. Elle regroupe une grande diversité de formes où toutes les grandes catégories fonctionnelles sont représentées. Les céramiques communes produites à Velaux ne sont jamais engobées. Ce dernier point semble être une constante dans ce type d’atelier « mixte » où la production, majoritaire, d’amphores est souvent complétée par la fabrication de vaisselle non engobée. Les ateliers du Haut-Empire de Fréjus (Gébara, Béraud 1996) sont sur ce point, comparables. L’étude typologique se fonde sur la thèse de M. Pasqualini (Pasqualini 1993), notre référentiel concernant la production des céramiques communes à pâte claire calcaire. Les problèmes liés au conditionnement ne permettent plus aujourd’hui de rattacher sûrement un objet à un atelier. J’ai donc choisi de traiter la vaisselle sans distinction entre les deux officines.

Fig. 8 – Coupes, jattes et mortiers

3.3.3.1. Les formes ouvertes (fig. 8 et 9)

30Elles sont essentiellement représentées par des mortiers, des jattes ou de grandes coupes.

3.3.3.1.1. Bols et coupes

31- Type 01.01.013

32Coupes à courbe et contre-courbe (fig. 8, 6 et 7) :

33Cette catégorie de bols regroupe une série, peu nombreuse, de coupes dont la paroi est à courbe et contre-courbe, munies d’une carène souvent bien marquée. Le bord est sans lèvre ou simplement constitué d’un léger renflement. La mise en évidence de la production de ce type de coupe à Velaux permet de renforcer l’idée d’une pérennité de certaines formes de pâte claire massaliète (Bats 1988) au-delà du IIe siècle avant notre ère. Ce constat déjà établi à Marseille (Mellinand 1993, Pl. XII et XIII), Fréjus et Aix-en-Provence (Rothé, Tréziny, 2005, p. 259-260) où l’on voit ce type de bol produit encore au Ier siècle de notre ère, est enrichi aujourd’hui d’une nouvelle zone de production à Velaux.

34- Type 01.01.080

35Grande coupe à lèvre ronde ou en amande et paroi curviligne (fig. 8, 10 et 11) :

36Très bien attestées, ces grandes coupes ont un bord rond ou en amande, plus ou moins détaché de la panse mais toujours rentrant vers l’intérieur. La paroi, relativement épaisse, présente un profil très globulaire. Les diamètres sont très homogènes d’un vase à l’autre, entre 27 et 28,5 cm. Cette forme a été découverte lors des fouilles de la voie Aurélienne à Aix-en-Provence (Nin 1987, p. 261, n. 1), les exemples aixois étant toutefois engobés, ce qui n’est jamais le cas à Velaux.

37- Grande coupe à lèvre en amande convergente moulurée (fig. 8, 12) :

38Reconnu uniquement par quelques fragments, ce type de vase (diamètre : 19 cm) présente une lèvre en amande fortement convergente vers l’intérieur, lèvre qui repose sur une paroi ronde. Le bord est finement décoré par trois sillons.

39- Type 01.03.02

40Grandes jattes à petite lèvre légèrement carénée : (fig. 8, 1 à 3) :

41C’est le type de grande coupe (diamètre entre 25,5 et 35 cm) le plus attesté dans la collection étudiée ; de nombreuses différences interviennent d’un individu à l’autre, mais la forme générale reste la même : la lèvre peut être matérialisée par une simple inflexion du bord vers l’extérieur ; dans d’autres cas, en revanche, elle est déversée et de section carrée. Le bord est systématiquement marqué par un rétrécissement de la paroi. La panse, très carénée, peut être plus ou moins oblique. Le vase repose sur un pied annulaire, relativement bas et large (diamètre extérieur au niveau du pied : 11,5 cm). L’exemple que nous présentons en figure 8, 2 trouve un parallèle à Aix-en-Provence. Reconnue en un unique exemplaire dans le dépotoir du Palais Monclar (Nin 1997, p. 382, fig. 11, n. 21), cette forme a été rapprochée d’une forme de vase en argile kaolinitique (forme Goudineau 7) : nous pencherons plutôt vers un héritage de la forme en claire massaliète de type Bats F 623 (Bats 1988, planche 52, n. 1441) pour l’exemple 8, 2 de Velaux, mais également pour un rapprochement avec la forme Bats F 631 (en particulier l’objet de la planche 52, n. 1435) mais également pour la jatte 8, 1 à lèvre ronde. De même, nous ne pouvons exclure une parenté avec certaines productions de céramiques communes italiques. Soulignons que ce type de jatte a été reconnu plusieurs fois dans les niveaux de chaussée augustéens d’Aix-en-Provence (Nin 1996).

42- Coupe ou jatte à bord moulurée et gorge interne (fig. 8, 4 et 5) :

43Cette forme présente un profil assez particulier, surtout si l’on considère la présence de deux petites préhensions au départ de la carène. La lèvre présente un bord court mais mouluré à gorge interne très marquée, le diamètre variant de 29 cm à 32,5 cm. La paroi sous la lèvre est parfaitement verticale, pour prendre ensuite un profil très carénée et oblique. Pour ce type de vase, on ne connaît qu’un parallèle à Aix-en-Provence (Nin 1997, p. 382, fig. 11, n. 21) ainsi qu’à Marseille avec une jatte retrouvée dans la nécropole de Sainte-Barbe (Mellinand 1993, p. 20, Pl. XII, n. 73).

3.3.3.1.2. Les mortiers

44C’est la catégorie fonctionnelle qui regroupe non seulement le plus grand nombre d’individus parmi les formes ouvertes mais également la plus grande variété. La présence non systématique de sablage ou de bec verseur ne permet pas, dans de nombreux cas, d’affirmer s’il s’agit de mortiers ou de grandes jattes de préparation.

45- Mortier à lèvre épaisse triangulaire et paroi oblique (fig. 9, 1) :

46Attesté par un unique exemplaire, ce type de forme d’un diamètre important (34,5 cm) présente une lèvre épaisse en quart de cercle, raccordée à une panse légèrement carénée marquée par une inflexion interne. La lèvre est mise en valeur par un rétrécissement de l’épaisseur de la paroi. Ce type de forme ne semble pas très répandu, il est en tout cas absent des productions d’Aix-en-Provence ou de Puyloubier, et peut difficilement être rattaché à une catégorie typologique établie.

Fig. 9a – Mortiers et bassins

Fig. 9b – Bassin

47Type 01.02.010

48- Mortier (ou coupe ?) à bandeau à paroi carénée (fig. 8, 8 et 9) :

49Il s’agit de mortiers carénés à large bandeau droit. Le bord est constitué d’une lèvre ronde simple ou en quart de cercle. Dans certains cas, le raccord entre le bandeau et la carène est souligné par une petite saillie de quelques millimètres d’épaisseur. Les diamètres varient de 20 à 27 cm. Cette forme peut être comparée à des individus produits dans l’atelier de Puyloubier (Laubenheimer et al. 1984, p. 105, fig. 11, n. 13), où les bords sont cependant moins rentrants qu’à Velaux.

50- Mortier à bandeau simple divergent (fig. 9, 2) :

51Ce mortier ou cette jatte présente un diamètre relativement réduit (23 cm), le bandeau divergent est composé d’un bord surépaissi souligné par un renflement marquant la jonction bord-paroi ; cette dernière est plus ou moins carénée selon les individus. Le flanc est très convexe et carène très régulière. Ce type de jatte-mortier est connu dans les contextes aixois de la fouille du Palais Monclar avec un profil identique et des dimensions similaires (Nin 1997, p. 382, fig. 11, 22). Les exemples aixois possèdent un petit bec verseur obtenu par simple pression du doigt sur le bord, mais dans le cas de Velaux, nous n’avons pu rattacher avec certitude un seul bec à ces objets.

52- Mortier à bandeau simple convergent (fig. 9, 3 et 4) :

53C’est le type de mortier à bandeau le plus courant dans le lot de Velaux, les différences entre individus interviennent surtout au niveau de leur taille avec des diamètres d’ouverture de 30 à 36 cm pour les objets les plus imposants. Le bandeau peut être plus ou moins convergent avec l’exemple présenté en figure 9, 4 où le bord est nettement rentrant. La lèvre, pourvue d’un léger renflement en forme d’amande, se pose sur le bandeau droit ou légèrement concave qui peut être souligné par une arête vive. La carène est très marquée avec des parois droites, convergentes.

54- Mortier à bandeau droit (fig. 9, 5) :

55Ce type de mortier (diamètre de 29,5 cm) dont nous possédons un exemple graphiquement complet, présente une petite lèvre triangulaire qui repose sur un bandeau épais vertical. La jonction bandeau-paroi se fait par un décrochement très marqué entre le bandeau vertical et la panse carénée. Le fond est parfaitement plat et épais. Nous pouvons faire un rapprochement avec certaines formes de mortiers italiques (Dicocer 1993, p. 362, Com. It. 8f) dont le site d’Olbia a livré quelques exemples (Bats 1988, planche 40, n. 1166).

56- Mortier à bandeau court et légèrement mouluré (fig. 9, 5) :

57Ce mortier ou cette jatte (diam. 33 cm) présente un bandeau concave incliné vers l’extérieur terminé par un bord rond au renflement prononcé ; le bord inférieur du bandeau est marqué par une arête saillante. La paroi est très carénée, parfaitement oblique. Ce type de mortier trouve un parallèle intéressant dans la publication de M. Bats (Bats 1988) noté sous l’appellation de pâte claire (Planche 41, n. 1171 et 1772).

58Type 01.02.020

59- Mortier à lèvre pendante (fig. 9, 7) :

60Bien représenté, ce type de mortier semble systématiquement sablé. Il possède une petite lèvre ronde soulignée par une collerette large et pendante (diamètre 32 cm). Le départ de la panse est marqué par un rétrécissement de la paroi. À partir de ce léger creux, la carène devient épaisse et courbe.

61Ce type d’objet semble avoir été produit en masse dans l’officine de Puyloubier (Laubenheimer et al. 1984, p. 106, fig. 12, n. 2 à 11) alors qu’il semble absent du répertoire connu des productions aixoises augustéennes.

62- Mortier à lèvre droite (fig. 9, 8) :

63Assez peu fréquent, cet objet présente une grande homogénéité au niveau de son profil et de son diamètre d’ouverture (26 cm). La forme de la lèvre est la même que celle du mortier précédent, mais la collerette, droite et déversée, repose sur une paroi qui ne semble pas carénée. Un exemple similaire a été retrouvé lors des fouilles de la voie Aurélienne à Aix-en-Provence (Nin 1987, p. 261, n. 7).

3.3.3.1.3. Les bassins

64Type 01.04.010

65Des bassins, de forme légèrement ovale à fond plat ont été recensés (fig. 9, 9) ; ils sont tous identiques avec une lèvre plate et large très prononcée, légèrement déversée. Deux légers sillons parallèles peuvent apparaître sur la face externe du bord. Les parois, d’épaisseur constante, sont également tronconiques. Ce type de vasque ovale, interprété par certains auteurs comme des pots de chambre (Pasqualini 2002), se retrouve sur de nombreux sites provençaux : citons les exemples d’Aix-en-Provence avec les fouilles du boulevard de la République (Nin, Pasqualini, Pesty 2003, p. 290, fig. 9, 18). Dans le cas de Velaux, les dimensions de ces bassins sont supérieures avec des diamètres aux environs de 34 cm.

3.3.3.2. Les formes fermées

66Les formes fermées regroupent trois grandes catégories : les cruches, les grands pots de réserve et les ollae (fig. 10).

3.3.3.2.1. Les cruches

67Type 02.02.010

68-Les cruches à une ou deux anses à col large et long (fig. 10, 1 à 5) :

69Ces cruches à embouchure large ont un col long, droit, divergent ou convergent selon les individus. La lèvre peut être absente, le bord est dans ce cas souligné par un simple renflement interne (fig. 10, 1). Sur d’autres individus, la lèvre est une simple inflexion externe ou un bourrelet (fig. 10, 3 à 5). Les diamètres d’ouverture sont très homogènes (autour de 9 cm, jusqu’à 10 cm pour un unique exemple). Les parois de ces vases sont extrêmement fines et assez irrégulières. Un seul exemple a permis de rendre compte de la position de l’anse : elle se rattache directement sur la lèvre. Nous ne savons si ces objets avaient 1 ou 2 anses. Quelques cruches similaires ont été produites pendant la période augustéenne à Aquae Sextiae. On observe notamment un rapprochement entre l’exemple de Velaux (fig. 10, 2) et la cruche aixoise de forme 14 (Nin, Pasqualini, Pesty 2003, p. 293, fig. 11, n. 36 et 37).

70La collection comprend plusieurs becs appartenant à des cruches (fig. 10, 6) que nous ne pouvons rattacher à un type précis. Cependant, un exemple aixois, issu des fouilles du Palais Monclar (Nin 1997, fig. 13, n. 43), permet d’envisager que ces becs verseurs pouvaient être associés aux exemples de cruches que nous venons de voir. Aix-en-Provence a également produit des cruches à becs (Nin 1997, p. 385, fig. 12, 45 à 48), plus saillants et plus grands qu’à Velaux. La morphologie plus régulière à Velaux est peut-être le marqueur d’une période de production plus récente que dans le cas d’Aquae Sextiae (dernière moitié du Ier siècle avant notre ère/changement d’ère).

71Type 02.03.030

72-Les cruches à une anse à col étroit (fig. 10, 7 à 9) :

73C’est le lot le plus important des cruches que nous avons étudiées. Ce vase est caractérisé par un diamètre d’ouverture relativement important pour ce type de récipient (entre 6 et 8 cm). La lèvre est inclinée vers l’extérieur ou marquée par un bourrelet. Dans certain cas, une gorge interne est présente. L’anse se rattache dans la partie supérieure du col mais jamais directement sous la lèvre. Aix-en-Provence (où ce type de cruche est également le plus fréquent) a aussi fabriqué des céramiques très similaires, au moins à la période augustéenne (Forme 10, Nin, Pasqualini, Pesty 2003, p. 293, fig. 11, n. 19 à 29).

74-Les cruches à une anse et col à ressaut (fig. 10, 10 à 12) :

75Ce type de cruche offre une grande variété dans les modules proposés, allant de 7 cm d’ouverture pour les individus les plus petits à 10 cm pour les exemples les plus grands. La lèvre est simple, parfois légèrement déversée en forme de bourrelet. Le col convergeant présente un ressaut bien marqué où se raccordent la ou les anses. La morphologie générale de ce type n’est pas sans rappeler l’amphore Bertucchi 6b, mais le diamètre ne permet pas d’y voir un vase de transport. Cette parenté avec une catégorie d’amphore et le problème de l’identification de ce type de céramique comme simple cruche ou amphorette ont déjà été soulevés lors de la publication des productions d’Aix (Nin 1997, p. 386) où plusieurs exemples similaires ont été retrouvés mais avec des diamètres d’ouverture homogène (11 cm), ce qui n’est pas le cas à Velaux. En effet, l’individu le plus petit (7 cm) laisse envisager, au moins dans ce cas précis, une fonction de vase à verser.

Fig. 10 – Formes fermées : cruches, pots de réserve et ollae

76Type 02.03.030

77-Les cruches à embouchure large (fig. 10, 13) :

78Peu représentées dans la vaisselle de Velaux, peu homogènes également, ces grandes cruches à embouchure large peuvent présenter une lèvre simple ou un bandeau très mouluré. Les anses (nous n’avons observé que l’arrachement de l’une d’entres elles) sont rattachées sur un col fortement convergent. L’article de synthèse sur les productions des pâtes claires d’Aix (Nin, Pasqualini, Pesty 2003, p. 297, fig. 15, n. 50 à 52) regroupe sous la forme 19 trois exemples de vases que les auteurs ont identifié comme des amphores de type Bertucchi 6a (ou G. 2). Dans le cas de Velaux, nous pensons qu’il s’agit de grandes cruches à embouchure large et bandeau mouluré. Même si nous pouvons faire un rapprochement entre les diamètres d’ouverture (quoiqu’un peu plus grands et homogènes dans le cas d’Aix-en-Provence) de cette forme dans les deux officines, deux observations permettent d’établir une distinction : le premier point consiste dans la comparaison pure et simple de ces deux exemples de cruches avec la production amphorique de la forme Bertucchi 6a de Velaux. Tant au niveau de la morphologie générale que du diamètre d’ouverture, nous pouvons voir une nette distinction entre ces deux groupes. Le second point important nous est donné par l’exemple présenté en figure 10, 13 où nous voyons le départ d’une anse (et d’une seule) sous le bandeau : l’orientation mais surtout le diamètre de cette anse la distingue nettement des productions amphoriques.

79Type 02.03.010

80-Les cruches ou pots à gorge interne et lèvre moulurée (fig. 10, 16 et 17)

81Ce type de forme, dont nous ne pouvons dire s’il s’agit de pot (sans anses) ou de cruches (à 1 ou 2 anses), est relativement bien représenté. La lèvre a systématiquement une gorge interne permettant de recevoir un couvercle. Les diamètres d’ouverture sont assez réguliers (environ 11,5 cm). Il ne semble pas dans l’état actuel des recherches que de telles formes aient été produites à Aix-en-Provence, ni à Puyloubier.

3.3.3.2.2. Les pots de réserve et ollae

82-Urne piriforme : (fig. 10, 21)

83Ce type de forme, anecdotique à Velaux, présente un aspect piriforme (diamètre d’ouverture de 14,5 cm), qui rappelle la production des céramiques non

84tournées. La lèvre est obtenue par simple inflexion vers l’extérieur, le col, large et court prend une direction très divergente. Nous ne pouvons rattacher cet objet à la typologie des céramiques communes à pâte claire calcaire nous servant de référence.

85Type 02.06. 00

86-Urne à lèvre déversée : (fig. 10, 22 à 24)

  • 14 Dessin issu de la publication de J.-P. Villa (Villa 1974).

87Ce type est bien représenté et relativement homogène. Les diamètres d’ouverture sont extrêmement variés d’un individu à l’autre (de 13,5 à 18 cm), mais la forme est toujours la même avec une lèvre déversée et fine. On peut penser que ces urnes avaient une panse de profil globulaire. Ces récipients ont été produits à Aix, retrouvés, dans le dépotoir du Palais Monclar (Nin 1997, p. 389, fig. 19, 85) et comme dans le cas de Velaux, ils présentent tous un sillon à la jonction entre la lèvre et l’épaulement. Un vase graphiquement complet14 (fig. 10, 22) présente une morphologie extrêmement globulaire que l’on doit rapprocher des formes spécifiques des céramiques culinaires comme la commune grise à pâte réfractaire.

88Type 02.06.030

89-Les grands pots à réserve ou urnes : (fig. 10, 18 à 20)

90Nous ne pouvons dire s’il s’agit de pots (sans anse) ou de cruches (avec 1 ou 2 anses). La comparaison des diamètres d’ouverture laisse apparaître deux groupes. Le premier (le plus nombreux) comprend des vases dont le diamètre est voisin de 17 cm. Le second groupe a un diamètre de 20 cm en moyenne. Dans la grande majorité des cas, le bord a une gorge interne plus ou mois prononcée, permettant ainsi de recevoir un couvercle. C’est encore Aix-en-Provence qui livre les exemples les plus proches, en effet, ce type de céramique représente plus de 51 % des formes fermées de la fouille du dépotoir du Palais Monclar (Nin 1997, p. 388, fig. 18, 59 à 76).

3.4. La datation de la production des officines de Velaux

91La faible quantité de céramique fine accomparécise du début de la production, mais l’on serait tenté de faire fonctionner ces ateliers pendant la même période d’activité que les officines marseillaises. Du fait d’une part, du nombre important de formes identiques et, d’autre part, de la présence des types les plus anciens produits à Marseille (Bertucchi 6a et 6b, Dr 2/4) dont nous rappelons que la datation la plus haute proposée pour l’amphore Bertucchi 6b correspondant à la deuxième moitié du Ier av. J.-C. Il faut cependant admettre un décalage pour le début de la production de ces deux structures. En effet, on ne peut nier le rôle de Marseille dans la genèse de ces productions, impliquant que les ateliers de la cité phocéenne ont commencé plus tôt à fabriquer ces catégories d’amphores que les officines de Velaux. Une datation relativement haute du début de la production à Velaux est également appuyée par la présence du bol à paroi concave/convexe issu du répertoire traditionnel des pâtes claires massaliètes. Enfin, la comparaison avec le mobilier produit dans les ateliers d’Aix-en-Provence, daté de la période augustéenne, renforce cette idée. Si nous nous calons sur la chronologie de la Butte des Carmes à Marseille, la production de Dr 2/4 semble s’arrêter vers 50 ap. J.-C. pour être, comme à Velaux, remplacée par la forme G. 4. Dans le cas de la cité phocéenne, la période de fabrication de l’amphore G. 4 est relativement longue : jusqu’à 200 de notre ère. Nous avons évoqué le fait que nous ne pouvons dater l’abandon des ateliers, ni savoir si ils ont fonctionné effectivement jusqu’à la fin du IIe siècle ap. J.-C. : Les quelques tessons de céramique fine retrouvés ne nous permettent pas d’atteindre cette date. Ce constat est également renforcé par la présence, dans le comblement du four après son abandon, d’amphores de type G. 1 dont la production s’arrête vers 150 de notre ère. Nous pouvons donc admettre que les officines de Velaux débutent leur production dans le dernier quart du Ier siècle avant notre ère pour s’arrêter dans la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère, à un moment où la forme G. 4 domine déjà largement la production, avec une forme déjà standardisée.

4. Conclusion

92Les officines de Velaux ont produit une grande variété de formes, tant au niveau de la vaisselle que des amphores. L’étude de ce répertoire a mis en évidence, d’une part, la précocité de cette production et, d’autre part, les nombreux parallèles entre la vaisselle augustéenne produite dans l’agglomération d’Aquae Sextiae et Velaux, ainsi que les productions anciennes pour l’époque romaine de Marseille. La situation géographique des deux ateliers de Velaux étudiés est intéressante. Cette probable agglomération secondaire du territoire d’Aix-en-Provence possédait au minimum deux officines sûrement attestées (dont au moins trois fours au moulin du Pont) qui ont fonctionné ensemble, auxquels il faut ajouter, comme le montrent certains indices archéologiques, d’autres structures qui ont également produits des amphores à l’époque romaine, dont certaines associées probablement à des villae. La quantité de céramiques qui devaient être fabriquée dans ces ateliers paraît disproportionnée au regard d’une telle agglomération. Ce constat permet de vérifier que cette partie du territoire aixois était une zone agricole importante, centre de production et de redistribution des produits de la viticulture, qui pouvait ainsi alimenter directement la cité grâce à la voie Aurélienne. L’agglomération d’Aquae Sextiae avait une production (connue) très réduite d’amphores qui s’explique par son contexte urbain où la fabrication de vaisselle pour la consommation des populations locales est prioritaire. Les quelques exemples d’amphores « aixoises » répondaient sans doute aux besoins limités de petits établissements agricoles périphériques. En revanche, la vaisselle produite à Aix-en-Provence et à Velaux, présente un répertoire relativement proche, avec des formes assez caractéristiques de l’époque augustéenne, elles-même inspirées dans une large mesure par les productions de céramiques claires massaliètes mises en évidence par les travaux de M. Bats (1988) confirmant l’importance de Marseille lors de la mise en place de ces officines précoces.

93On peut rapprocher la production amphorique de Velaux de celle de Marseille : nous avons la preuve à Velaux du fonctionnement d’ateliers qui débutent peu de temps après celui de la Butte des Carmes et qui produisent dans une large mesure les mêmes formes, notamment les plus précoces et les plus marquantes du répertoire phocéen. Ce catalogue d’amphores marseillaises a donc été diffusé et reproduit sur le territoire d’Aix-en-Provence, marquant ainsi le rôle prépondérant de la cité phocéenne avant le changement d’ère. Cependant la fabrication de certaines formes, absentes du catalogue des productions de Marseille, indique que les officines de Velaux ont recherché des solutions différentes attestant d’une certaine indépendance vis-à-vis des centres initiateurs marseillais. La production amphorique est donc dans ce cas un marqueur de l’évolution des terroirs : l’évolution des vignobles se traduit par l’adoption d’un répertoire amphorique produit micro-régionalement ; le développement de ces territoires va conduire à des essais et a la fabrication des modèles les plus adaptés, au plus près des besoins, indépendamment du répertoire primitif et des modèles de référence, pour aboutir à une standardisation des contenants, caractéristique d’une production de masse. Enfin, les analyses portant sur les argiles des pâtes utilisées dans les deux ateliers de moulin du Pont et de la Plaine de Levrau (voir Schmitt, Quentin, Merle supra), va permettre, de cerner la diffusion du vin produit sur le territoire d’Aix-en-Provence.

Notes

1 Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont aidées pendant cette étude, en particulier la mairie de Velaux en la personne de V. Prat et V. Attale, ainsi que X. Delestre, M. Pasqualini et A. Tchernia.

2 Pour la période romaine à Velaux : Villa 1974 et Laubenheimer 1996, p. 320.

3 Il faut considérer qu’une partie du site a été emportée par les crues de l’Arc.

4 Pour la description détaillée des structures de cuisson, se reporter aux rapports de fouille de Tchernia, Villa 1974 et 1975.

5 Sigillée italique et sud-gauloise et de rares fragments de campanienne.

6 Tous les dessins se rapportant à cet article sont au 1/3, dans le cas contraire, les échelles sont précisées.

7 Les amphores Dr 2/4 de Velaux ont déjà été publiées à plusieurs reprises : Tchernia, Villa 1977 ; Villa 1974 ; Laubenheimer 1985 ; Hesnard 1981.

8 Observations déjà présentes dans les travaux de Fanette Laubenheimer (Laubenheimer 1985).

9 L’atelier de Puyloubier, reconnu en prospection (Laubenheimer et al. 1984), se situe comme Velaux, sur le territoire d’Aquae Sextiae, au pied de la Sainte-Victoire, à 19 km à l’est d’Aix-en-Provence.

10 Il faut noter que la production de Dr 2/4 à Marseille est assez réduite et le mobilier connu très fragmentaire ; de plus, Marseille, comme Puyloubier n’a pas produit de petits modules.

11 Un autre exemple de bord (fort proche) et un fond provenant de Velaux ont déjà été publiés (Laubenheimer 1985, p. 319, fig. 176).

12 Cet atelier fouillé, en 2000 (Marty 2003), qui fonctionne dans la deuxième moitié du Ier siècle ap. J.-C., a produit des G. 4, mais également des formes G. 3 et des G. 5, inconnues à Velaux.

13 Deux amphores de Velaux appartenant à cette forme ont été publiées dans ce même article (Laubenheimer 1989, p. 126, fig. 2 et 4).

14 Dessin issu de la publication de J.-P. Villa (Villa 1974).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des officines du Moulin du Pont et Plaine de Levrau
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 2 – La zone du Moulin du Pont (d’après Villa 1974, p. 304, fig. 5)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 3 – Relevé du four 3 du moulin du Pont (d’après Villa 1974, p. 306, fig. 7)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 4 – Canalisation en céramique et cales de potier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5 – Amphores Dr 2/4 : 1-5 (Moulin du Pont), 6 (Plaine de Levrau) ; Amphores Dr 2/4 de petit module : 7 (Moulin du Pont), 8 (Plaine de Levrau) ; marque de potier : 9
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 6 – Dr. 7/11 : 1 (Levrau) ; Gauloise 1 : 2 (Moulin du Pont) ; Gauloise 4 : 3 et 4 (Levrau), 5-8 (Moulin du Pont) ; Fond annulaire : 9 (Moulin du Pont) ; Bertucchi 7a : 10 et 11 (Moulin du Pont), 12 (Levrau) ; Couvercle d’amphore : 13 (Levrau)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 7 – Bertucchi 6a : 1 (Levrau), 2-4 (Moulin du Pont) ; Bertucchi 6b : 5 (Levrau), 6-9 (Moulin du Pont) ; amphore à lèvre à double inflexion externe saillante : 10 (Levrau), 11 (Moulin du Pont)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 8 – Coupes, jattes et mortiers
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9a – Mortiers et bassins
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 9b – Bassin
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 10 – Formes fermées : cruches, pots de réserve et ollae
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4779/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

I.R.A.A/CNRS, Doctorante, faculté d’Aix en Provence

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540