Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

La céramique commune d’époque romaine dans le département des Alpes-Maritimes (IIe siècle av. J.-C. au IIIe ap. J.-C.)

Emmanuel Pellegrino

Résumé

Les céramiques communes antiques des Alpes-Maritimes ont été étudiées dans leur ensemble à partir du mobilier d’une vingtaine de sites pour la plupart répartis sur la bande côtière du territoire du département. Malgré quelques nuances, comme l’existence probable d’une production de céramique modelée dans la région d’Antibes durant la période Augustéenne, cette étude montre que cette région s’approvisionne aux mêmes sources, que les habitudes alimentaires suivent la même évolution que dans le Var et participe au même faciès culturel. Le département semble particulièrement perméable aux importations campano-latiales puis africaines mais aussi de la région de Fréjus, de l’Argens et des Maures mais aussi du Verdon à partir du IIe s. Au contraire les importations de produits ligures sont particulièrement rares.

Texte intégral

1. Introduction

1Malgré la richesse des Alpes-Maritimes, les études et les publications sont rares tout particulièrement en ce qui concerne la céramique. L’absence de données m’a conduit à ouvrir le dossier du mobilier antique dans sa globalité à partir de collections issues d’une dizaine de sites et pour la plupart inédites, dans le cadre d’une thèse de doctorat (Pellegrino 2000b). Une première synthèse a été présentée en 2001 lors du colloque de la SFECAG de Lille (Pellegrino 2001a). Je me suis interrogé sur l’intégration de la région dans le contexte des échanges inter-provinciaux sur le long terme, entre le IIe s. av. J.-C. et le VIe s. ap. J.-C., sur l’existence d’un faciès particulier dans les Alpes-Maritimes comparé à celui des régions voisines, la Provence orientale et la Ligurie du Ponant et enfin sur l’homogénéité culturelle des Alpes-Maritimes à partir de cet indicateur. Depuis ma soutenance, j’ai pu avoir accès à de nouvelles collections issues de fouilles anciennes et récentes. Ces dernières ont nourri ma réflexion et permis de nuancer fortement certaines de mes conclusions. C’est donc la mise à jour d’une synthèse sur le mobilier antique dans les Alpes-Maritimes que je vais présenter ici. Je recentrerai mon propos sur les céramiques communes dans la période de la fin de la république au IIIe s. ap. J.-C.

2. Productions de céramiques communes dans les Alpes-Maritimes

2La production de céramiques communes du Haut-Empire n’est attestée que dans l’Est du département, à Cannes et à Mandelieu. Dans les deux cas, il s’agit d’atelier ayant produit alternativement des amphores et des céramiques à pâte calcaire. L’atelier dit de la « villa Titi » est surtout connu pour sa production d’amphores gauloises de type 6 datée du Ier s. (Laubenheimer 1985). Toutefois, on constate dans le mobilier la présence de coupes à bord évasé en céramique à pâte calcaire assez mal cuites, recouverte d’un engobe brunâtre très fragile qui entrent dans la typologie des productions les plus précoces de Provence orientale (fig. 2, 1-5) (Pasqualini 1998a, fig. 263.36, Mellinand 1998, fig. 271, 25-26). On peut y voir des imitations de campaniennes de type Lamboglia 31 venant remplacer des produits qui ne sont plus importés au-delà du dernier quart du Ier s. av. J.-C. et subissent l’influence des importations de sigillée (Rivet 2002).

3On trouve encore une coupe possédant la même pâte, imitant le type Lamboglia 28 (fig. 2, 6) en campanienne A. Des objets semblables imitant les campaniennes sont aussi produits à Glanum dans les Bouches-du-Rhônes (Arcelin 1991 et 2000). Le mobilier associé à ces productions locales donne une fourchette chronologique relativement imprécise, comprise entre le milieu du Ier s. av. J.-C. et le premier quart du Ier s. ap. J.-C. (Pellegrino 2001-2002).

4L’atelier de Notre-Dame d’Avinionet semble avoir fonctionné vers le milieu du Ier s. ap. J.-C. Il a principalement produit des amphores d’un type original ainsi que des objets classés parmi les gauloises à fond plat de type 2, 3 ou 7 (Rivet 1986, fig. 8-10 et 11-12). Associé à ces amphores, on compte un petit nombre de fragments d’objets surcuits et déformés à pâte calcaire. On distingue deux groupes. Le premier est à paroi mince et les surfaces sont recouvertes d’un engobe non grésé. Le répertoire comprend de petites cruches et de petits pots de table avec ou sans anse (fig. 2, 7-13). Le second groupe possède une pâte plus grossière. Il comprend des cruches piriformes (fig. 2, 14-16), des mortiers à collerette (fig. 2, 17), à listel avec bec verseur (fig. 2, 18), à lèvre pendante (fig. 2, 19) et une série de couvercles (fig. 2, 20-21). Des objets semblables « utilisés » sont courants sur le site dans les contextes du Ier IIe s. (Rivet 1990).

Fig. 1 – Répartition des sites des Alpes-Maritimes évoqués dans le texte.
1. Anse de la Salis (Antibes) ; 2. Anse Saint-Roch (Antibes) ; 3. Necropolis de l’anse Saint-Roch (Antibes) ; 4. résidence Port-Vauban (Antibes) ; 5. domus du presbytère de la rue Clémenceau (Antibes) ; 6. Moulin de Cassole (Cagnes-sur-Mer) ; 7. Fort de Sainte-Marguerite (Cannes) ; 8. Villa Titi (Cannes) ; 10. Abri Pendimoun (Castellar) ; 11. Eglise Paroissiale de Cipières ; 12. Le mont-Bastide (Eze) ; 13. Le montet (Gourdon) ; 14. Sépultures de Brassauris (Grasse) ; 15. Sépultures de l’usine Chiris (Grasse) ; 16. Grotte Bianchi (La Colle-sur-Loup) ; 17. La Plastra (Lucéram) ; 18. Notre Dame d’Avinionet (Mandelieu) ; 19. Stade de Saint-Cassien (Mandelieu) ; 20. Le Guillet (Mougins) ; 21. Château de Nice ; 22. Nécropole de l’arbre inférieur (Nice) ; 23. Nécropole de Cap de Croix (Nice) ; 24. Nécropole de la Galère (Nice) ; 25. Sépulture de Rimiez (Nice) ; 26. Nécropole de Torre di Cimela (Nice) ; 27. Nécropole Nord de Cimiez (Nice) ; 28. Villa des Arènas de Cimiez (Nice) ; 29. Nécropole de la voie romaine de Cimiez (Nice) ; 30. Sépultures du Piol de Cimiez (Nice) ; 31. Thermes de l’Est de Cimiez ; 32. Le Candéou (Peymeinade) ; 33. La chapelle Saint-Nicolas (Saint-Martin-Vésubie) ; 34. Site de l’Eglise paroissiale de Beaulieu ; 35. Col de Tende ; 36. Les Encourdoules (Vallauris) ; 37. Le Baou des Noirs ; 38. L’Ereste (Vence) ; 39. Saint-Andrieu (Villeneuve-Loubet) ; 40. Sépultures de Vaugrenier (Villeneuve-Loubet) ; 41. Vaugrenier (Villeneuve-Loubet).

Fig. 2 – Les productions de céramiques dans les Alpes-Maritimes 1-6. Villa Titi ; 7-21. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1986, fig. 6-7)

5Il faut évoquer, en dernier lieu, le site de Vaugrenier. Un four y a été dégagé dans les années 1960. On y a recueilli plus de « quarante de kilos de céramiques jaunâtres, très poreuses, assez fines, composé de vase et d’amphores du type se rattachant à l’épave du Dramont : collerette moulurée, cruches à deux anses moulurée également » (Clergues 1966, p. 49). Ce mobilier n’a jamais été étudié et a disparu depuis. On reconnaît dans cette description des céramiques à pâte calcaire telles qu’on en trouve en grandes quantités dans les fouilles récentes (Pellegrino 2004a). Elles appartiennent à un faciès provençal sans grande originalité. Il n’est pas possible de dire s’il s’agit de productions locales cuites dans le four de Vaugrenier.

2.1. La céramique à pâte calcaire

6La céramique à pâte calcaire est le groupe le plus courant sur la plupart des sites des Alpes-Maritimes du IIe s. av. au IIIe s. ap. J.-C. au plus tôt. Elle y représente entre le quart et plus de la moitié de l’ensemble du mobilier en nombre de restes. Il ne s’agit pas d’une catégorie homogène, mais d’un ensemble de productions d’origine diverse utilisant une argile à dégraissant calcaire qui la rend impropre à aller au feu. De ce fait, ces objets sont utilisés pour la préparation des aliments, le petit stockage domestique ou le service de la table. Les céramiques à pâte calcaire peuvent être rangées en deux groupes. Le premier possède des parois brutes et la pâte est le plus souvent blanchâtre ou jaunâtre. Le second groupe possède une pâte généralement rose. Les objets ont subi un trempage dans un bain d’engobe. La cuisson en mode A lui a donné une teinte rose à lie-de-vin, mais ne lui a pas permis de gréser. Du fait de sa fragilité, le verni est souvent mal conservé. Il n’est donc pas toujours évident de déterminer si un objet possédait à l’origine des parois brutes ou enduites. Sans totalement préjuger de leur provenance, la plus grande partie des céramiques communes à pâte calcaire du département des Alpes-Maritimes entre dans le répertoire des productions de basse-Provence (Pasqualini 1993 et 1998a) et dans les mêmes fourchettes chronologiques. La région de Fréjus et de la vallée de l’Argens semble la principale source d’approvisionnement en céramique en pâte calcaire du Sud-Est de la Gaule. Elles forment une grande part du chargement de l’épave des Roches-d’Aurelle au large de Saint-Raphaël et se retrouvent en grande quantité en Ligurie du Ponant (Gandolfi, Gervasini 2004 ; Gandolfi, Gervasini, Capelli 2004).

7Le groupe à pâte calcaire aux parois brutes comprend des pièces de vaisselle de préparation, de stockage domestique et des vases à verser. Un des objets les plus représentatifs est le mortier à bord à bandeau (fig. 3, 1-3) de type Pasqualini type 6 (1998a) ou 01.02.010 dans la nouvelle classification, universellement répandu sur les sites du département depuis le début du Ier s. ap. J.-C., au plus tôt, comme à Vaugrenier (Pellegrino 2004a, fig. 7,1-5, 12,1-7), jusque dans les contextes du IIe-IIIe s. ap. J.-C. au plus tôt, comme au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 7,1-4). Parmi les vases de stockage domestiques, on compte essentiellement de petites amphores (fig. 3, 4-5) telles que celle de Vaugrenier (Pellegrino 2004a, fig. 9,3) ou de Notre-Dame d’Avinionet (Rivet 1990, fig. 96), mais aussi de grands pots ouverts à deux anses (fig. 3, 6-7), comme dans la nécropole de Torre di Cimela ou au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 8), dans des contextes des IIe-IIIe s. Ces derniers peuvent trouver un parallèle dans le type Pasqualini B ou 02.03.000 et D ou 02.06.000 (Pasqualini 1998a). Il est assez difficile d’évoquer les vases à verser. Ces derniers sont courants dans les sites d’habitat, mais très fragmentés. On a du mal à bien caractériser des profils qui semblent d’ailleurs très peu normalisés. Pourtant, on distingue deux groupes récurrents :

  • Le premier possède un corps globulaire et un col court, à panse lisse (fig. 4, 1-3), comme dans les sépultures de la fin du Ier et du IIe s. à Cimiez et Antibes (Pellegrino 2005a, fig. 8,3-5 ; 12-14) ou à panse côtelée (fig. 4, 4-6), plutôt caractéristiques des contextes funéraires des IIe-IIIe s. dans la région d’Antibes (fig. 8, 1-2 ; 10-11) ou de Cimiez. On y reconnaît le type Pasqualini A1 ou 02.01.010 largement diffusé vers l’Est, notamment à Vintimille (Gandolfi, Gervasini 2004). Une part de ces cruches a une fonction exclusivement symbolique. Il s’agit d’objets de petite taille que l’on rencontre quasi-systématiquement dans les contextes funéraires des Ier au IIIe s. ap. J.-C. (fig. 4, 7-8), comme dans les sépultures de Vaugrenier (Pellegrino 2005b, fig. 12,1-15). Ces objets semblent inutilisables en raison de leur contenance réduite, de l’étroitesse de leur col rend très difficile le remplissage et l’écoulement des liquides, ainsi que certains défauts de fabrication (objets asymétriques et déséquilibrés qu’il est impossible de poser…).
  • Le second groupe se compose de pichets piriformes (fig. 4, 9-10). Ils sont déjà présents dans les contextes augustéens, comme sur le site de la Plastra à Lucéram ou à Vaugrenier (Pellegrino 2002a, fig. 12,18-19). Ils sont cependant plutôt caractéristiques des contextes des IIe et IIIe s. comme au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 7.13-17), dans les sépultures du Piol et de la Galère datées du IIIe s. à Cimiez ou dans une inhumation de la fin du IIe s. Mise au jour à Saint-Cassien (Raymon 1947).

8Quelques cruches portent la trace d’un engobe peu épais sur la surface. Il s’agit uniquement d’objet à panse globulaire et aux parois lisses, mis au jour dans des contextes funéraires de Cimiez et de Nice, datés de la fin du Ier au IIIe s. ap. J.-C., notamment dans les nécropoles de l’avenue de l’Arbre Inférieur, de Torre di Cimela et du Château de Nice.

Fig. 3a – Céramiques à pâte calcaire aux parois brutes 1 et 4. Vaugrenier ; 2 et 5. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1990, 34.4 et fig. 96) ; 3. Mont-Bastide

Fig. 3b – 6. Le Montet ; 7. Néropole de Torre di Cimela.

9Les produits engobés sont, dans l’ensemble, destinés à la table. Le répertoire comprend une majorité de coupes. Dans les contextes les plus anciens, comme dans le dépotoir de l’enceinte des Encourdoules, au Guillet (Sechter, Latour et al. 2001) ou dans les niveaux les plus anciens du Mont-Bastide, datés du dernier tiers du Ier s. av. J.-C., on trouve des coupes profondes à bord évasés (fig. 5, 1-2), semblant dérivées des types Lamboglia 28, 31 et 33 en céramique campanienne A (Arcelin 2000 ; Rivet 1996, fig. 19,1-3, 6-6 ; Rivet 2002, fig. 5, 5-6). Ce type perdure durant le premier tiers du Ier s. ap. J.-C. (fig. 5, 3), comme sur le site de Vaugrenier (Pellegrino 2004a, fig. 7,22-24, 10,2, 14,1-15, 18,3), mais la tendance est au redressement du bord (fig. 5, 4-5), comme au Mont-Bastide ou à Beaulieu, dans des contextes du milieu du Ier s. ap. J.-C. pour le premier, postérieur au début de l’époque flavienne pour le second. Un autre objet est caractéristique de l’époque augustéenne et tibérienne. Il s’agit d’une coupe carénée à deux anses (fig. 5, 6). Elle est présente à Vaugrenier (Pellegrino 2004a, fig. 7,20-21 ; 9, 5, 14-16-19) et dérive du type Mayet XXXIX en céramique à paroi fine (Rivet 1996, fig. 19.9-11, 2002, fig. 3.14). Dans le courant du Ier s. ap. J.-C., la tendance est au remplacement de ces types par des coupes à bord convergeant au profil surbaissé (fig. 5, 6). Ces objets restent caractéristiques des contextes de la fin du Ier au IIIe s. On a pu faire un parallèle avec le type Lamboglia 27 (Rivet 1996, fig. 4, 7-8, 2002, fig. 1), mais il faut noter un important hiatus entre la disparition du modèle et la période de diffusion de son imitation. Le lien avec la coupe en sigillée italique de type Consp. 36 serait plus logique (Rivet 2002, fig. 3.13). Au IIe s., on voit apparaître de nouveaux types de coupes. Le premier est une coupe carénée au profil surbaissé (fig. 5, 8-10) que l’on trouve à Grasse (Pellegrino 2003a, fig. 5), au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 9.20-22), au Guillet (Sechter, Latour et al. 2001, fig. 14.60, 79), aux Encourdoules ou à la grotte Bianchi (Pellegrino 2003b, fig. 1.2). On peut établir un parallèle avec le type Hayes 16 en sigillée claire A. Plus courante est la grande coupe à bord en amande (fig. 5, 11-13) de type Pasqualini 4 (Pasqualini 1998a) ou Pasqualini 01.01.080 qui peut être considérée comme imitant ou inspirées des coupes Drag. 37 en sigillée gauloise ou des productions de claire B (Rivet 2002, fig. 8). Elle est « universellement » diffusée aux IIe et IIIe s. dans les Alpes-Maritimes, comme dans le reste de la Provence orientale. Plus anecdotique est la présence de coupes à bord en bandeau de petite taille, semblables au mortier de type Pasqualini 01.02.010 (fig. 5, 14).

10Les contextes funéraires de Cimiez ont livré quelques objets en céramique à pâte calcaire engobés assez remarquables. Dans une des sépultures à incinération du Piol de Cimiez, datée de la fin du Ier s. ap. J.-C., se trouvaient quatre cruches globulaires aux parois lisses (fig. 6. 1) et un gobelet à anse (fig. 6, 2) recouverts d’un engobe très épais de couleur bordeaux (Rigoir 1957). Dans l’enclos funéraire de Torre di Cimela, dans une incinération datée du IIe s., on a identifié un plat à oreilles recouvert d’un vernis rouge, très épais (fig. 6, 3). Son profil rappelle celui du plat de type Bram 70 en pré-sigillée, découvert dans l’atelier de Montans (Martin 2000, fig. 2). L’origine de ces produits est inconnue. Ils se caractérisent par le soin apporté à leur fabrication et par la qualité de l’engobe. J’y vois une influence manifeste de la sigillée ou des sigillées claires (Rivet 2002).

Fig. 4 – Céramiques à pâte calcaire aux parois brutes. 1. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1990, fig. 81, n. 17) ; 2-4. Nécropole de Torre di Cimela ; 5. Nécropole Nord de Cimiez ; 6. Nécropole de l’anse Saint-Roch ; 7-8. Sépultures de Vaugrenier ; 9. Nécropole de la Galère ; 10. Nécropole de Saint-Cassien.

Fig. 5 – Céramiques à pâte calcaire engobées 1-2, 10, 13. Les Encourdoules ; 3 et 6. Vaugrenier ; 4. Beaulieu ; 5. Mont-Bastide ; 7-8, 11-12, 14. Le Montet ; 9. Grotte Bianchi.

Fig. 6 – Céramiques à pâte calcaire engobée remarquables 1-2. Sépultures du Piol de Cimiez (d’après Rigoir 1958, fig. 12) ; 3. nécropole de Torre di Cemela.

11Quelques rares objets en céramiques à pâte calcaire n’ayant pas une origine provençale ont encore été identifiés. Leur nombre est certainement sous-évalué. Ils semblent provenir, pour les uns, d’Italie centrale et de la vallée du Rhône, pour les autres. Les premiers sont essentiellement représentés pas de grands mortiers à lèvres pendant massive (fig. 7, 1-4) et sont des mêmes types que les mortiers de type 1 de l’épave D du Dramont (Hartley 1973, fig. 2, type 1). On les retrouve notamment à Vaugrenier dans un contexte du premier quart du Ier s., ainsi qu’au Mont-Bastide et à Notre-Dame d’Avinionet (Rivet 1990, fig. 34.11), dans des contextes du milieu de ce même siècle. Il faut encore évoquer de petits pots à garum (fig. 7, 5) originaires de Campanie (Gasperetti 1996, fig. 2.18) présents dans les dragages du port d’Antibes. Ils sont relativement courants dans les contextes portuaires provençaux, comme à Fos-sur-mer (Marty 2002, fig. 10). C’est encore un mortier qui est le produit rhodanien le plus courant dans les Alpes-Maritimes. Ce dernier possède une vasque profonde et une lèvre pendante (fig. 7, 6-7). On connaît des objets semblables fabriqués à Aoste, en Isère (Laroche 1987). Il est caractéristique des contextes des IIe-IIIe s. ap. J.-C. On le retrouve notamment au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 7, 5-8), à Antibes, aux Encourdoules, au Guillet (Sechter, Latour et al. 2001, fig. 7 n. 1-2). Plus anecdotique est la présence d’une cruche globulaire et long col étroit avec un bord mouluré (fig. 7, 8) qui semble provenir de la région Rhône-Alpes (Maza et al. 2002, p. 315). Il faut enfin évoquer une série d’objets dont l’origine est incertaine et qui n’entrent pas dans la classification de Michel Pasqualini. Rien n’indique pourtant qu’ils ne soient pas issus des mêmes ateliers. L’observation de la pâte ne permet pas de les ranger dans une catégorie particulière. Il s’agit en grande partie de vases à verser ou de petits vases de stockage. On se limitera à présenter ici quelques pièces :

  • cruche à panse globulaire à col haut et large (fig. 8, 1), Vaugrenier, début du Ier s. ap. J.-C.
  • cruche à panse globulaire à col haut et bec pincé (fig. 8, 2), Vaugrenier, début du Ier s. ap. J.-C.
  • petite amphore à fond plat, engobée (fig. 8, 3), Vaugrenier, début du Ier s. ap. J.-C.
  • grande cruche ovoïde (fig. 8, 4), le Montet, IIe-IIIe s. ap. J.-C.
  • biberon engobé (fig. 8, 5), le Montet, IIe-IIIe s. ap. J.-C. qui rappelle le type Pasqualini A1e (Pasqualini 1993, fig. 170) ou 02.01.30 dans la nouvelle nomenclature.
  • cruche à panse globulaire et col tubulaire (fig. 8, 6), nécropole de la voie romaine, Cimiez, Ier s. ap. J.-C.
  • cruche à panse conique, nécropole de Torre di Cimela (fig. 8, 7), Cimiez, Ier s. ap. J.-C.

2.2. Les céramiques culinaires

2.2.1. Les céramiques modelées du IIe s. av. J.-C. au milieu du Ier s. ap. J.-C

12Dans les contextes du IIe-Ier s. av. J.-C., l’essentiel des céramiques culinaires est modelé. Le répertoire est assez limité. Le type le plus représentatif est le pot à feu ovoïde, à fond plat et à bord redressé, légèrement évasé ou à bord replié vers l’extérieur (fig. 9, 1-6). Le haut de la panse est parfois décoré de motifs gravés avant cuisson en forme de vague ou de dent de loup, comme au Guillet (Sechter, Latour et al. 2001, fig. 18-19). Malgré la similitude typologique, on note une diversité de pâte. Si la plus grande partie des produits mis au jour dans l’ouest du département est micacée, ce n’est pas le cas au Mont-Bastide. On retrouve ponctuellement d’autres types de pots à feu, comme les pots à feu sans col et bord aplati (fig. 9, 7-8) notamment au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 2, 1-6) et aux Encourdoules (Pellegrino 2001b, fig. 1, 6) ainsi que des pots à bord évasé atrophié (fig. 9, 9) présents au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 2, 15). Tous ces objets trouvent des parallèles dans le mobilier modelé mis au jour sur les sites du département du Var de la même période (Bérato 1996a). Les formes ouvertes sont encore plus rares que dans les périodes antérieures (Pellegrino 2007). On trouve quelques jattes au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 2, 12-13) et à la Plastra, dans des contextes du Ier s. av. J.-C. (fig. 9, 11-12). Au Guillet, on note la présence de quatre casseroles modelées (fig. 9, 13-14) dont l’une tripode (Sechter, Latour et al. 2001, fig. 21).

Fig. 7a – Céramiques à pâte calcaire importées : 1-2. Vaugrenier ; 3. Mont-Bastide.

13On rencontre encore, ça et là, des pièces de vaisselle de table non tournée, notamment des coupes (fig. 9, 15-16), comme au Montet à Gourdon (Pellegrino 2002a, fig. 3, 1-6) ou au Mont-Bastide, mais la concurrence de produits importés et tournés semble avoir eu raison de ces produits. On s’explique très mal la présence d’une dizaine de bols à fond ombiliqué découverts (fig. 9, 17) dans un dépotoir au Guillet (Sechter, Latour et al. 2001, fig. 20) qui ne peut être antérieur aux années 25 du Ier s. av. J.-C., période où les productions locales tournées à pâte calcaire, présentes dans le dépotoir, remplacent les campaniennes importées massivement avant cette date. Dans les contextes du début du Ier s. ap. J.-C., la céramique culinaire reste encore en grande partie modelée. La pièce de vaisselle de cuisine la plus représentative est le pot à feu ovoïde, à fond plat et étroit, à col étranglé et bord replié (fig. 10, 1-2) qu’on retrouve à Vaugrenier (Pellegrino 2004a, fig. 8, 1.3 ; 9, 6-7 ; 10, 3 ; 15, 1-9). Les parois sont particulièrement minces. Elles dépassent rarement les trois millimètres d’épaisseur. La pâte est micacée, sableuse et fragile. Sa couleur est presque systématiquement noire en surface et au cœur. On connaît pourtant un exemplaire à pâte de couleur brune, dont la paroi est recouverte d’un enduit blanchâtre. Il provient d’un contexte funéraire non localisé de la région d’Antibes ou de Biot (Pellegrino 2005a, fig. 9, 3, 18). Quelques casseroles peu profondes à bord replié (fig. 10, 3-5) possédant la même pâte sont encore présentes à Vaugrenier (Pellegrino 2004a, fig. 8, 10-11 ; 9, 8 ; 15, 14-17). Contrairement aux pots à feu présents sur la plupart des sites des alentours d’Antibes, occupés au début du Ier s. ap. J.-C., comme le fort de l’île Sainte-Marguerite, les casseroles sont rares. Hormis les exemplaires de Vaugrenier, je n’en ai identifié qu’à Antibes, dans le mobilier de la résidence du Port Vauban. Il faut noter qu’il s’agit d’un objet complètement déformé, ce qui semble indiquer la présence d’un lieu production à proximité de ce site. Une autre série de pots à feu est bien représentée à Vaugrenier (fig. 10, 7-8). Elle possède un profil globulaire et un fond plat, mais le bord est redressé et épaissi (Pellegrino 2004a, fig. 8, 6-9 ; 15, 10-11, 13). Les parois sont aussi minces et la pâte sableuse est micacée. Pourtant la couleur de cette dernière est presque systématiquement rouge-orangé. Tous ces objets semblent dériver des productions de la période antérieure dont ils ne sont que le terme de l’évolution. On peut voir des précurseurs aux céramiques modelées de Vaugrenier (fig. 9, 10) au Montet (Pellegrino 2002a, fig. 2.16) et au Guillet (Sechter, Latour et al. 2001, fig. 21). Le parallèle avec les céramiques modelées du département du Var (Bérato 1993a) semble assez évident sur le plan typologique. Chronologiquement, on note cependant un certain décalage. Les mêmes formes semblent apparaître dans des contextes plus récents dans les Alpes-Maritimes que dans le Var. On peut envisager que les pots à feu ovoïde à bord replié et à pâte sombre ainsi que les casseroles ont été produits dans la région d’Antibes jusque dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C. alors qu’au même moment le répertoire des modelées varoises se transformait de façon radicale.

Fig. 7b – Céramiques à pâte calcaire importées : 4. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1990, fig. 34.11) ; 5 et 8. Antibes ; 6. Le Montet ; 7. Les Encourdoules.

Fig. 8 – Céramiques à pâte calcaire.
1-3. Vaugrenier ; 4-5. Le montet ; 6. Nécropole de la voie romaine de Cimiez ; 7. Nécropole de Torre di Cimela

Fig. 9 – Céramiques modelées des IIe-Ier s. av. J.-C. : 1. Les Encourdoules ; 2-3. Le Lauvert ; 4. Villa Titi ; 5-6, 15. Mont-Bastide ; 7-11, 16. Le Montet ; 12. La Plastra ; 13-14, 17. Le Guillet (d’après Sechter, Latour et al. 2001, fig. 21.21, 207 et fig. 20.191)

Fig. 10 – Céramiques modelées locales du Ier s. ap. J.-C. 1, 4-8. Vaugrenier ; 2. Antibes/Biot

2.2.2. Les céramiques des Maures et les céramiques à pâte kaolinitique du Verdon

14À partir du milieu du Ier s. ap. J.-C., la quasi-totalité des céramiques culinaires est importée des régions voisines. Au moulin de Cassole dont la plus forte occupation se situe dans la seconde moitié du Ier s. et au tout début du IIe s., on retrouve une majorité de céramiques modelées des Maures (Magnan, Pellegrino, Rodet-Bellarbi 2005). Cette catégorie se retrouve sur la plupart des sites occupés entre le Ier et IIIe s., mais dans des quantités variables en fonction de leur localisation et de leur statut (fig. 11). Elle est bien représentée dans les contextes urbains des IIe-IIIe s., comme à Antibes (Todini 2000) et à Cimiez (Grandieux 2004b, fig. 2) ou dans le dépotoir portuaire de Beaulieu, mais subit la concurrence d’autres produits, notamment celle des céramiques africaines de cuisine et des cramiques kaolinitiques du Verdon. Elle est très mal distribuée en dehors des sites urbains et portuaires. C’est le cas au Montet dans l’arrière-pays grassois (Pellegrino 2002a), au Guillet (Sechter, Latour et al. 2001) ou à Saint-Andrieu, à quelques kilomètres seulement du moulin de Cassole, dans des contextes du IIe-IIIe s. (Pellegrino 2006b). La plus grande partie de ces agglomérations secondaires sont essentiellement approvisionnées en céramiques à pâte kaolinitique du Verdon (fig. 12) à partir du second tiers du IIe s. Ces dernières sont d’ailleurs particulièrement bien représentées sur les sites urbains comme Cimiez ou Antibes. Le remplacement progressif de la modelée par les céramiques kaolinitiques se fait d’ailleurs même sentir dans les contextes urbains. En effet, dans la nécropole de Cap de Croix à Cimiez datée du début du IIe s. les cendres des défunts sont recueillies dans des pots à feu en céramique modelée des Maures, comme dans les incinérations du Ier s. de Vaugrenier (Pellegrino 2005b). Dans celle de Torre di Cimela, utilisée entre le milieu et la fin du IIe s., on ne trouve que des pots en céramique grise du Verdon, semblables à ceux des incinérations contemporaines de Brassauris et de l’espace Chiris, à Grasse (Pellegrino 2003a et 2006a). La céramique modelée des Maures et la céramique à pâte kaolinitique du Verdon semblent appartenir à des réseaux de distributions différents. La première est produite dans le proche arrière-pays de Fréjus. Elle est acheminée par voie maritime, comme le montre l’exemple de l’épave des roches d’Aurelle à proximité de Saint-Raphaël dans le Var (Berato et al. 1986b). Sa diffusion littorale est particulièrement importante en termes de distance. On en retrouve en grandes quantités en Ligurie du Ponant jusqu’à Vado Ligure (Bulgarelli, Torre 2004, p. 72-74). Elle ne semble pas caractéristique des contextes toulonnais (Bérato et al. 1986b), mais dans l’ensemble elle est bien distribuée dans le département du Var (Pellegrino 2000a, carte 70). Si l’on trouve seulement quelques exemplaires à Marseille dans le contexte DY 09 et de l’épave de la Bourse (Bonifay, Carre, Rigoir 1998, p. 61, p. 89), elles sont nombreuses dans le secteur du Bassin d’eau douce, d’après Michel Pasqualini.

15Le point le plus occidental où on la signale est l’anse Gerbal à Port-Vendre (Pasqualini, Treglia 2003, fig. 1). La redistribution vers l’intérieur des terres se fait par l’intermédiaire de marchés littoraux et urbains qui en absorbent la plus grande partie. On note un parallélisme dans sa diffusion avec celle des céramiques africaines de cuisine dans les Alpes-Maritimes, bien que dans le Var même les secondes aient tendances à les remplacer dès le IIe s., comme à Toulon d’après Michel Pasqualini, où sur le site de l’Hôtel des Mèdes à Porquerolles, par exemple (Pellegrino à paraître, a). La céramique kaolinitique du Verdon est produite à l’intérieur des terres. On connaît deux lieux de production. Le premier se trouve à Château Rima (commune de La Martre) au Nord de département du Var, à la frontière avec le pays grassois (Pasqualini 1998a, p. 299). Le second est situé dans le vallon de Richelme (commune d’Entrages) dans le département des Alpes-de-Haute-Provence près de Digne. Il semble avoir fonctionné entre le IIIe et le IVe s. (Zérubia 1995).

16La limite orientale extrême de leur diffusion est l’abri Pendimoun, sur la frontière avec la Ligurie. Elles semblent inconnues au-delà de la frontière. Sur les sites occidentaux du Piemont, les céramiques kaolinitiques sont particulièrement représentatives des contextes du IIe-IIIe s. ap. J.-C. Il s’agit pourtant de productions distinctes dont le répertoire présente quelques différences avec celui des céramiques kaolinitiques du Verdon. Elles sont presque absentes dans le dépotoir portuaire de Beaulieu et ne sont signalées sur aucune épave. On peut donc penser que leur distribution s’appuie sur un réseau de colporteur très dynamique utilisant exclusivement les voies de communications terrestres, à partir des axes Digne-Castellane-Grasse, Grasse-Antibes, Castellane-Vence-Cimiez, mais aussi vers le Sud et l’Ouest en direction de Draguignan, Fréjus, la vallée de l’Argens, Hyères, Toulon, voire Aix-en-Provence d’après les renseignements de Michel Pasqualini.

Fig. 11 – Céramiques modelées des Maures : 1. Nécropole de Cap de Croix ; 2. Sépulture de Rimez ; 3 et 7. Domus du presbytère de la rue Clémenceau ; 4. Mont-Bastide ; 5 et 8. Beaulieu ; 6. Vaugrenier ; 7. Moulin de Cassole

2.2.3. Les céramiques culinaires italiques et africaines

17Les céramiques communes italiques sont attestées sur de nombreux sites des Alpes-Maritimes, mais dans des quantités relativement faibles. On retrouve quelques objets relativement isolés dans des contextes du IIe-Ier s. av. J.-C. comme le Montet, au Mont-Bastide, à la Plastra ou au Baou des Noirs (Latour 1985, fig. 1.1). Hormis quelques pots à feu, il s’agit presque exclusivement de mortiers (fig. 13, 1-6). Ces importations sont un peu mieux représentées dans les collections anciennes provenant des sites du Château de Nice et d’Antibes. Elles sont aussi plus variées, mais ne représentent qu’une part très limitée de l’ensemble des culinaires (fig. 13, 7-13). C’est encore le cas sur le site de Vaugrenier dans les contextes du début du Ier s. ap. J.-C. (fig. 13, 14-17), où l’on trouve des plats en céramique à vernis rouge pompéien et des couvercles provenant de Campanie (Pellegrino 2004a, fig. 16, 1.7). On doit souligner que c’est un assemblage similaire qui est présent sur l’épave de la Tradelière, datée de l’extrême fin du Ier s. av. J.-C., au large de Cannes (Fiori, Joncheray 1975) ou du Dramont D au large de Saint-Raphael, datée du milieu du Ier s. ap. J.-C. (Joncheray 1974, pl. III).

Fig. 12b – Céramiques à pâte kaolinitique du Verdon : 1. Nécropole de Torre di Cimela ; 2, Le Montet ; 3-4. Saint-Cassien ; 5, Sépulture de Brassuaris.

Fig. 12b – Céramiques à pâte kaolinitique du Verdon : 7-8, 11, 15. Le Montet ; 3-4. Saint-Cassien ; 6, 9. Sépulture de Brassuaris ; 10, 13-14. Le Candéou ; 12. Les Encourdoules

18Les céramiques communes africaines sont particulièrement bien diffusées dans le département des Alpes-Maritimes, comme dans les régions voisines. C’est au Mont-Bastide et à Vaugrenier qu’apparaissent les plus anciens produits dans des contextes flaviens. Sur le premier, on trouve des casseroles de type Ostia II (fig. 14, 1) et Hayes 19 (fig. 14, 2) ainsi que son couvercle de type Hayes 22 ou Hayes 196 (fig. 14, 4). Sur le second, on compte une casserole Hayes 19 et un couvercle Hayes 20 (fig. 14, 5). Il s’agit là des produits caractéristiques de la première vague d’importations africaines en Provence (Rivet 1996, p. 336). À partir du IIe s. et jusqu’au Ve s., l’arrivée des céramiques africaines devient massive. L’importation de ces produits se fait bien évidemment par l’intermédiaire maritime. Les dragages effectués dans l’anse Saint-Roch et à la Salis, à Antibes ont permis la récupération de très nombreuses pièces de vaisselle africaine. Des stations portuaires plus modestes ont elles aussi joué un rôle dans la redistribution de ces produits. C’est le cas de Beaulieu et de Saint-Cassien entre Cannes et Mandelieu. Sous l’église paroissiale de Beaulieu, située au bord de mer et qui semble avoir été le centre de la station d’Anao (Chevallier 1997, p. 208), a été découvert un dépotoir qui renfermait des séries d’objets absolument semblables. On peut penser qu’il s’agit de rejets de cargaisons ou d’un entrepôt situé là ou à proximité. Les produits africains (sigillées claires et africaines de cuisine) y représentent plus du tiers de l’ensemble. Le site de Saint-Cassien est probablement celui de la station Ad Horreae de la table de Peutinger. Les différents sondages des années 1970 à 1990 sur l’emplacement de greniers publics (Pellegrino à paraître, b) ont permis la mise au jour d’un important mobilier antique compris entre la fin du Ier s. et le Ve s. Là aussi, les céramiques africaines de cuisine sont très nombreuses. Elles sont encore particulièrement abondantes en contextes urbains, comme à Cimiez (Grandieux 2004b) et à Antibes (Todini 2000) où elles représentent environ le tiers de la vaisselle de cuisine dans les contextes des IIe-IIIe ap. J.-C. La diffusion vers les agglomérations secondaires et les sites ruraux installés près du littoral, comme Notre-Dame d’Avinionet (Rivet 1990), les Encourdoules (Pellegrino 2001b), Saint-Andrieu (Pellegrino 2006b), le moulin de Cassole (Magnan, Pellegrino, Rodet-Bellarbi 2005) est aisée. Ils parviennent encore dans l’arrière-pays dans des quantités relativement faibles, mais non négligeables, comme c’est le cas au Montet (Pellegrino 2002a). Le répertoire des IIe et IIIe s. reste relativement limité. Les pièces les plus courantes sont le plat Hayes 23 (fig. 14, 7-9), la casserole Hayes 197 (fig. 14, 9-11), les couvercles Hayes 182 (fig. 14, 12-13) et 196 (fig. 14, 14-15). La présence d’autres types, comme le plat Hayes 26 (fig. 14, 16), les bassins d’Uzita (fig. 14, 17) ou les mortiers à marli courbe (fig. 14, 18) ou à listel cannelé (fig. 14, 19), ne sont signalés que dans les centres urbains comme Antibes ou Cimiez (Bonifay 2004).

Fig. 13a – Céramiques communes italiques : 1. Le Montet ; 2. La Plastra ; 3-6. Mont-Bastide ; 7-11. Collection du palais des congrès de Juan-les-Pins ; 12-13. Château de Nice.

Fig. 13b – Céramiques communes italiques : 14. Château de Nice ; 15-18. Vaugrenier

2.2.4. Les céramiques kaolinitiques de Provence occidentale et les urnes carénées

19Les cruches de type Goudineau 1 (fig. 15) en céramique kaolinitique provenant du Vaucluse ou de la Drome (Goudineau 1977) sont courantes dans les sites des Alpes-Maritimes, comme dans le reste de la Provence. On les retrouve dans tous les sites ayant connu une occupation au Ier s. ap. J.-C. C’est à Vaugrenier qu’elles sont le plus nombreuses (Pellegrino 2001a), ainsi qu’au Mont-Bastide, au moulin de Cassole (Magnan, Pellegrino, Rodet-Bellarbi 2005) où la plus forte occupation se situe au Ier s. Elles sont bien représentées en milieux urbains, comme à Antibes et à Cimiez. On en retrouve même quelques fragments résiduels au Montet dans l’arrière-pays grassois dans des contextes du IIe s. Cet objet semble avoir été très apprécié. Quelques exemplaires ont été identifiés en Ligurie, notamment à Vintimille (Lamboglia 1950, fig. 16, n. 61 ; fig. 55, n. 24-25 ; fig. 69, n. 13) et même à Luni (Frova 1973, fig. 61, n. 12), à Ostie (Goudineau 1977, p. 155) et à Pompéi (Gasperetti 1996, fig. 9, n. 49). Le site du Mont-Bastide possède une particularité dans le contexte local. La majorité des céramiques culinaires sont des pots à feu à épaulement caréné (fig. 16), dans les ensembles datés de l’époque augustéenne à la fin de l’époque flavienne. Il s’agit exclusivement d’objets de couleur sombre tirant sur le noir, au cœur et en surface. La pâte, assez grossière et fragile, est riche en inclusions sableuses et de micas. Elle rappelle celle des céramiques modelées locales. La partie supérieure de la carène est soigneusement lissée, le reste de la panse est gratté. De tels objets sont rares sur les autres sites du département. On en trouve cependant dans la région de Vintimille, essentiellement dans des contextes funéraires (Lamboglia 1950, fig. 16, 67 ; 114, 36), mais aussi sur quelques sites de l’intérieur des terres comme à Caprauna (Gandolfi, Gervasini, Capelli 2004, fig. 5, 6). La plus grande partie est décrite comme étant tournée et ayant une pâte sombre allant du marron foncé au gris foncé, avec des inclusions de micas (Gandolfi, Gervasini 2004, p. 88). Le seul objet qu’il m’a a été permis de manipuler provient de la nécropole de Vintimille et est conservé au musée de Menton. Il est tourné et possède une pâte grise appartenant à la série 1 de Provence occidentale (Chausserie-Laprée, Nin 2004, p. 145)

2.2.5. Les autres céramiques culinaires

20La prépondérance des céramiques culinaires laisse assez peu de place aux autres catégories. La rareté de certaines d’entre-elles n’est pas sans induire quelques interrogations. Parmi les produits que l’on peut s’étonner de ne pas trouver, ou dans de très faibles quantités, on peut en citer deux : les céramiques culinaires à pâte grises ou brune de Fréjus (fig. 17, 1), d’une part, et les pots à feu globulaire à « orlo sagomato » (fig. 17, 2-4) de Ligurie, d’autre part. Les premières apparaissent à Fréjus dans les contextes du début du Ier s. ap. J.-C. On ne connaît que de petits pots à feu à bord en gouttière avec des anses verticales ou horizontales (Rivet 1996, fig. 14). Hors Fréjus, on les retrouve isolés à Mandelieu (Rivet 1990, fig. 35.6) et au Mont-Bastide dans des contextes du Ier s. ainsi que dans la nécropole occidentale d’Albentimilium, à Vintimille (Gandolfi, Gervasini 2004, fig. 9). Les secondes font partie des produits culinaires les plus caractéristiques de l’Italie du Nord, à partir de l’époque Flavienne jusqu’au IVe s., en Ligurie (Gandolfi, Gervasini 2004, fig. 2), dans le Piemont et en Lombardie (Olcese et al. 1998, p. 151-152). Des productions sont attestées en Ligurie (Gandolfi, Gervasini 2004, p. 86-87), mais leur diffusion dans les Alpes-Maritimes est extrêmement limitée. On compte quelques rares individus dans le dépotoir de Beaulieu et à dans les thermes de l’Est de Cimiez (Grandieux 2004b, fig. 15.6-10). On a encore pu identifier deux objets dans le nord-est du département, sur le site de la chapelle Saint-Nicolas et au col de Tende. Leur pâte est identique à celles des produits du Piémont occidental tel que j’ai pu les voir dans les collections du musée de Turin.

  • 1 Voir l’article sur les importations de céramiques orientales dans le sud de la Gaule (Pellegrino i (...)
  • 2 D’après les renseignements de Stéphane Mauné et de Corinne Sanchez qui ont pourtant reconnu les fo (...)

21Tout à fait anecdotique peut apparaître la présence de quelques céramiques provenant de la Méditerranée orientale1, d’une part, et du Languedoc d’autre part (fig. 18). La rareté des premières n’a rien d’exceptionnel puisqu’il s’agit d’une constante sur l’ensemble du littoral gaulois de la Méditerranée (voir dans ce même volume l’article consacré aux importations de céramiques communes orientales). On ne retrouve que quelques objets isolés dans des sites côtiers ou urbains, comme le dépotoir portuaire de Beaulieu, Cimiez ou Antibes…). C’est la présence même des secondes qui peut étonner, d’autant qu’elles ont été mises au jour sur le site de Vaugrenier, dans la périphérie d’Antibes (Pellegrino 2004a, fig. 16, 9-21 ; 17), ainsi qu’au Mont-Bastide. On y reconnaît un ensemble de pièces caractéristiques du faciès du Languedoc oriental du Ier s. ap. J.-C. (Mauné et al. 2004). Il n’a pas été possible de rattacher la pâte de ces objets à une production précise2. Leur présence et leur utilisation par les habitants de Vaugrenier et au Mont-Bastide sont certainement liées à la contingence de la constitution de cargaisons de navires arrivées dans les ports d’Antibes ou de Beaulieu.

22Pour terminer, on évoquera le cas particulier des céramiques culinaires à pâte brune mises au jour dans les niveaux du Ier s. apr. J.-C. sur le site de Notre-Dame d’Avinionet (fig. 19, 1) ou sur le site du moulin de Cassole (fig. 19, 2). Les premières possèdent une pâte brune granuleuse de couleur beige à rouge-orangé très dense. La facture de ces objets est soignée. On ne connaît pas de produits semblables sur les sites des alentours ni leur origine. Le profil général des pots à feu rappelle celui des céramiques à pâte kaolinitique du Verdon, beaucoup plus tardive. Ces produits ont en soit peu d’intérêt en raison de leur particularité. Ils permettent cependant de souligner l’existence de produits fabriqués durant de très courtes périodes avec une diffusion très limitée.

Fig. 14a – Céramiques communes africaines : 1-2, 4. Mont-Bastide ; 3. Collection du palais des congrès de Juan-les-Pins ; 5. Vaugrenier (d’après Gaussel 1996, fig. XII) ; 6-7, 11, 13-15. Beauleu ; 8. Moulin de Cassole ; 9. Le Montet ; 10, 12, 16-17. Domus du presbytère de la rue Clémenceau (d’après Grandieux 2004a)

Fig. 14b – Céramiques communes africaines : 18. Thermes de l’Est de Cimiez ; 19. Domus du presbytère de la rue Clémenceau

Fig. 15 – Céramiques kaolinitiques : 1. Vaugrenier ; 2. Beaulieu

Fig. 16 – Pot à feu à épaulement caréné du mont-Bastide.

Fig. 17 – Autres céramiques culinaires 1. grises/brunes de Fréjus ; 2-4. pot à feu à « orlo sagomato » (1. Mont-Bastide ; 2-3. Beaulieu ; 4. Chapelle Saint-Nicolas)

3. Conclusion

23Les céramiques communes mises au jour sur les sites des Alpes-Maritimes du IIe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. sont pour la plupart semblables à celles de basse Provence. On note la prépondérance des catégories les plus courantes sur les sites du département voisin du Var. C’est notamment le cas des céramiques à pâte calcaire du type de celles de la région de Fréjus et de l’Argens dont une partie, au moins, est fabriquée dans le département des Alpes-Maritimes même. On connaît deux centres de productions, à Notre Dame d’Avinionet et à la Villa Titi respectivement à Mandelieu et Cannes. Il ne serait pas étonnant d’en retrouver d’autres, notamment dans la région de Nice/Cimiez ou d’Antibes. Une production est d’ailleurs fortement soupçonnée à Vaugrenier.

24Je pressens encore la production de céramiques modelées dans la périphérie immédiate d’Antibes dans des contextes augustéens. L’évolution typo-chronologique de ces dernières est d’ailleurs synchronique avec celle du Var, ce qui semble indiquer l’appartenance des deux départements à un même faciès culturel, au plus tard depuis le premier âge du Fer. L’unité semble encore évidente durant tout le Haut-Empire. On ne ressent aucune influence ligure dans les Alpes-Maritimes. Si les exportations de céramiques communes de basse Provence vers la Ligurie du Ponant sont massives, le contraire ne se vérifie pas. On compte quelques individus isolés à Cimiez et Beaulieu. Le mobilier de ces sites n’est, d’une part, pas totalement représentatif de l’ensemble de celui mis au jour sur les autres sites du département du fait de leur particularité, une capitale de province et un dépotoir portuaire. D’autre part, les produits ligures y sont anecdotiques face à la masse de produits de basse Provence et aux importations africaines. Ils ne sont pas plus nombreux que les céramiques provenant du Languedoc ou de Méditerranée orientale.

25La seule particularité de l’assemblage local réside dans l’importance des céramiques à pâte kaolinitique du Verdon sur la plupart des sites à partir du IIe s. Je pense toutefois qu’il s’agit d’un effet source. L’affirmation de l’unité du faciès céramique des Alpes-Maritimes, partie intégrante du faciès de basse Provence, doit toutefois être nuancée. En effet, mon corpus documentaire ne couvre pas l’intégralité du département. L’Est n’est plus couvert au-delà de Eze et Beaulieu, soit la région qui jouxte la Ligurie. On ne possède pas de connaissance sur le nord du département. La limite septentrionale reste la vallée de l’Esteron. Les sondages récents sous l’église paroissiale de Cipières, ainsi que les différentes prospections sur le territoire de Vence et de Briançonnet ont fourni du mobilier semblable à celui mis au jour sur les sites du littoral. Les quelques rares découvertes faites sur des sites plus au Nord ne permettent pas de tirer de conclusion. On remarquera simplement la présence de pièces de vaisselle proches de celles que l’on retrouve couramment sur les sites piémontais voisins.

Fig. 18 – Céramiques du Languedoc oriental : 1. Mont-Bastide ; 2-9. Vaugrenier

Fig. 19 – Céramiques d’origine indéterminée : 1. Notre-Dame d’Avinionet ; 2. moulin de Cassole

Notes

1 Voir l’article sur les importations de céramiques orientales dans le sud de la Gaule (Pellegrino infra)

2 D’après les renseignements de Stéphane Mauné et de Corinne Sanchez qui ont pourtant reconnu les formes les plus caractéristiques du Languedoc oriental.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Répartition des sites des Alpes-Maritimes évoqués dans le texte.1. Anse de la Salis (Antibes) ; 2. Anse Saint-Roch (Antibes) ; 3. Necropolis de l’anse Saint-Roch (Antibes) ; 4. résidence Port-Vauban (Antibes) ; 5. domus du presbytère de la rue Clémenceau (Antibes) ; 6. Moulin de Cassole (Cagnes-sur-Mer) ; 7. Fort de Sainte-Marguerite (Cannes) ; 8. Villa Titi (Cannes) ; 10. Abri Pendimoun (Castellar) ; 11. Eglise Paroissiale de Cipières ; 12. Le mont-Bastide (Eze) ; 13. Le montet (Gourdon) ; 14. Sépultures de Brassauris (Grasse) ; 15. Sépultures de l’usine Chiris (Grasse) ; 16. Grotte Bianchi (La Colle-sur-Loup) ; 17. La Plastra (Lucéram) ; 18. Notre Dame d’Avinionet (Mandelieu) ; 19. Stade de Saint-Cassien (Mandelieu) ; 20. Le Guillet (Mougins) ; 21. Château de Nice ; 22. Nécropole de l’arbre inférieur (Nice) ; 23. Nécropole de Cap de Croix (Nice) ; 24. Nécropole de la Galère (Nice) ; 25. Sépulture de Rimiez (Nice) ; 26. Nécropole de Torre di Cimela (Nice) ; 27. Nécropole Nord de Cimiez (Nice) ; 28. Villa des Arènas de Cimiez (Nice) ; 29. Nécropole de la voie romaine de Cimiez (Nice) ; 30. Sépultures du Piol de Cimiez (Nice) ; 31. Thermes de l’Est de Cimiez ; 32. Le Candéou (Peymeinade) ; 33. La chapelle Saint-Nicolas (Saint-Martin-Vésubie) ; 34. Site de l’Eglise paroissiale de Beaulieu ; 35. Col de Tende ; 36. Les Encourdoules (Vallauris) ; 37. Le Baou des Noirs ; 38. L’Ereste (Vence) ; 39. Saint-Andrieu (Villeneuve-Loubet) ; 40. Sépultures de Vaugrenier (Villeneuve-Loubet) ; 41. Vaugrenier (Villeneuve-Loubet).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 2 – Les productions de céramiques dans les Alpes-Maritimes 1-6. Villa Titi ; 7-21. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1986, fig. 6-7)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 3a – Céramiques à pâte calcaire aux parois brutes 1 et 4. Vaugrenier ; 2 et 5. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1990, 34.4 et fig. 96) ; 3. Mont-Bastide
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3b – 6. Le Montet ; 7. Néropole de Torre di Cimela.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 4 – Céramiques à pâte calcaire aux parois brutes. 1. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1990, fig. 81, n. 17) ; 2-4. Nécropole de Torre di Cimela ; 5. Nécropole Nord de Cimiez ; 6. Nécropole de l’anse Saint-Roch ; 7-8. Sépultures de Vaugrenier ; 9. Nécropole de la Galère ; 10. Nécropole de Saint-Cassien.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5 – Céramiques à pâte calcaire engobées 1-2, 10, 13. Les Encourdoules ; 3 et 6. Vaugrenier ; 4. Beaulieu ; 5. Mont-Bastide ; 7-8, 11-12, 14. Le Montet ; 9. Grotte Bianchi.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 6 – Céramiques à pâte calcaire engobée remarquables 1-2. Sépultures du Piol de Cimiez (d’après Rigoir 1958, fig. 12) ; 3. nécropole de Torre di Cemela.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 7a – Céramiques à pâte calcaire importées : 1-2. Vaugrenier ; 3. Mont-Bastide.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 7b – Céramiques à pâte calcaire importées : 4. Notre-Dame d’Avinionet (d’après Rivet 1990, fig. 34.11) ; 5 et 8. Antibes ; 6. Le Montet ; 7. Les Encourdoules.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 8 – Céramiques à pâte calcaire.1-3. Vaugrenier ; 4-5. Le montet ; 6. Nécropole de la voie romaine de Cimiez ; 7. Nécropole de Torre di Cimela
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 9 – Céramiques modelées des IIe-Ier s. av. J.-C. : 1. Les Encourdoules ; 2-3. Le Lauvert ; 4. Villa Titi ; 5-6, 15. Mont-Bastide ; 7-11, 16. Le Montet ; 12. La Plastra ; 13-14, 17. Le Guillet (d’après Sechter, Latour et al. 2001, fig. 21.21, 207 et fig. 20.191)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 10 – Céramiques modelées locales du Ier s. ap. J.-C. 1, 4-8. Vaugrenier ; 2. Antibes/Biot
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 11 – Céramiques modelées des Maures : 1. Nécropole de Cap de Croix ; 2. Sépulture de Rimez ; 3 et 7. Domus du presbytère de la rue Clémenceau ; 4. Mont-Bastide ; 5 et 8. Beaulieu ; 6. Vaugrenier ; 7. Moulin de Cassole
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 12b – Céramiques à pâte kaolinitique du Verdon : 1. Nécropole de Torre di Cimela ; 2, Le Montet ; 3-4. Saint-Cassien ; 5, Sépulture de Brassuaris.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 12b – Céramiques à pâte kaolinitique du Verdon : 7-8, 11, 15. Le Montet ; 3-4. Saint-Cassien ; 6, 9. Sépulture de Brassuaris ; 10, 13-14. Le Candéou ; 12. Les Encourdoules
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 13a – Céramiques communes italiques : 1. Le Montet ; 2. La Plastra ; 3-6. Mont-Bastide ; 7-11. Collection du palais des congrès de Juan-les-Pins ; 12-13. Château de Nice.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 13b – Céramiques communes italiques : 14. Château de Nice ; 15-18. Vaugrenier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 14a – Céramiques communes africaines : 1-2, 4. Mont-Bastide ; 3. Collection du palais des congrès de Juan-les-Pins ; 5. Vaugrenier (d’après Gaussel 1996, fig. XII) ; 6-7, 11, 13-15. Beauleu ; 8. Moulin de Cassole ; 9. Le Montet ; 10, 12, 16-17. Domus du presbytère de la rue Clémenceau (d’après Grandieux 2004a)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 14b – Céramiques communes africaines : 18. Thermes de l’Est de Cimiez ; 19. Domus du presbytère de la rue Clémenceau
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 15 – Céramiques kaolinitiques : 1. Vaugrenier ; 2. Beaulieu
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 16 – Pot à feu à épaulement caréné du mont-Bastide.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 17 – Autres céramiques culinaires 1. grises/brunes de Fréjus ; 2-4. pot à feu à « orlo sagomato » (1. Mont-Bastide ; 2-3. Beaulieu ; 4. Chapelle Saint-Nicolas)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 18 – Céramiques du Languedoc oriental : 1. Mont-Bastide ; 2-9. Vaugrenier
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 19 – Céramiques d’origine indéterminée : 1. Notre-Dame d’Avinionet ; 2. moulin de Cassole
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4770/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540