Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

Les céramiques communes de la Provence romaine. Fabrications locales et importations IIe siècle avant notre ère / IIIe siècle de notre ère

Michel Pasqualini

Résumé

Divers travaux menés en Provence depuis le début des années quatre-vingt permettent d’avoir une bonne vision des différents types de céramiques communes utilisées au quotidien entre le IIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère. Les découvertes d’ateliers dont certains ont pu être fouillés, les analyses aussi, nous permettent d’en connaître souvent l’origine géographique précise et d’établir des aires de diffusion. Il apparaît aussi que dans la vaisselle utilisée, aussi modeste soit-elle, certaines productions sont importées, le plus souvent de régions proches, par voie fluviale ou maritime semble t-il.

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Généralités

1C’est la publication des fouilles de Vintimille, en fixant la typologie et la datation des céramiques fines, qui a donné les premiers repères chronologiques pour les céramiques communes romaines en Ligurie, dans les Alpes-Maritimes et en Provence (Lamboglia 1950). On trouve dans les travaux de Paul-Albert Février les premiers échos, côté provençal, d’une volonté de traiter la céramique dans son ensemble et d’accorder la place qui revenait aux communes (Février 1962). Mais, quinze années plus tard, la synthèse de Christian Goudineau sur les céramiques grises de Vaison faisait encore figure d’exception (Goudineau 1977 et 1978). Il est vrai qu’il était difficile d’envisager des études sur les céramiques communes, locales ou importées, en l’absence de publication des contextes archéologiques. Cette dynamique, dans laquelle des chercheurs comme Michel Bats sont des précurseurs, relayée aujourd’hui par l’équipe de Lattes, s’est traduite par la publication en 1993, d’un dictionnaire sur les céramiques (Dicocer 1993). Mais ce travail qui reflète un état de la recherche met encore en évidence le manque de connaissances que nous avons des céramiques communes provençales d’époque romaine. Il reflète aussi une disparité dans les modes de traitement et dans la terminologie utilisée qu’il faut aujourd’hui surmonter. Le contexte de la recherche a aussi évolué. La fouille de l’atelier des Carmes à Marseille, les nombreuses découvertes faites à Fréjus et dans le bassin de l’Argens permettent de saisir le lien existant entre production d’amphore et de vaisselle de table (Bertucchi 1992 ; Béraud, Gebara, Dumont 2001). Les recherches de Fanette Laubenheimer avaient elles déjà montré un réseau d’ateliers de production d’amphores structuré (Laubenheimer 1985). Ce sont ces avancées dans la connaissance des structures de production et des céramiques elles mêmes qui ont permis de répertorier les formes, de les classer et de constituer une nouvelle base de réflexion dont nous avons bénéficié pour ce travail (Rivet 1980 ; Bats 1988 et 1996b ; Meffre 1992 ; Berato 1993a ; Pasqualini 1993 ; Bonifay, Carre, Rigoir 1998 ; Pellegrino 2000b ; Nin 2001 ; Sanchez 2003b ; Bonifay, Tréglia 2007).

2Ce tour d’horizon des productions communes locales et importées ne sera pas complet car aujourd’hui, même si nous sommes en mesure d’isoler la plupart d’entre elles, toutes n’ont pas encore fait l’objet de synthèses typo-chronologiques. Pour les productions locales nous avons retenu celles pour lesquelles, depuis la table ronde de Naples de 1994, nous maitrisions le mieux les connaissances, n’évoquant les autres que de façon succincte. Certaines aussi sont maintenant bien connues et publiées comme les pâtes brunes provençales (Nin 2001) ou encore les kaolinitiques de la moyenne vallée du Rhône (Meffre 1992). D’autres, qui apparaissent trop rarement dans nos contextes, comme les « oxydantes micacées » ne sont pas mentionnées. Ce sont les productions de « céramiques communes provençales », productions des bassins d’Arles et du Rhône, de l’Arc (Aix-en-Provence), de l’Huveaune (Marseille), de l’Argens (Fréjus) et de La Siagne (Cannes / Mandelieu) qui ont retenu notre attention.

3C’est la relative bonne connaissance des productions locales et plus généralement du sud-est qui a permis de mettre en évidence les céramiques importées d’autres régions du pourtour méditerranéen et de mieux évaluer la place qu’elles occupaient dans l’archéologie provençale. Il était inutile de revenir sur les importations africaines bien connues depuis les études de Nino Lamboglia et J. W. Hayes. Dans ce domaine seul un travail de fond comme celui mené par Michel Bonifay pour l’Antiquité tardive pourrait apporter du nouveau (Bonifay 2004 ; Bonifay, Tréglia 2007). Les productions de Méditerranée orientale que l’on peut lier aux productions égéennes de l’Antiquité tardive ont bénéficié elles aussi de nouvelles études dont la publication des fouilles de la Bourse à Marseille est un bon reflet (voir Pellegrino infra et Bonifay, Carre, Rigoir 1998). Par contre les productions italiques, du fait de leur présence peu importante bien que régulière dans les contextes d’époque romaine en Provence méritent à notre avis toute notre attention.

2. Les productions provençales

2.1. L’origine des productions provençales

4Nos connaissances ne permettent pas toujours de donner un sens avec certitude au choix d’un répertoire de formes par des potiers et aux influences qu’il pourrait traduire. Nous remarquons cependant que la grise archaïque dès le cinquième siècle avant notre ère, puis les productions à pâte claire de Marseille montrent que notre région est très tôt soumise aux influences extérieures. Durant cette période, la céramique modelée est avant tout culinaire. Cette technique sera utilisée par les marseillais qui plutôt que l’urne, propre aux indigènes, produiront des formes inspirées du répertoire grec comme la lopas. Le choix de la technique de façonnage n’a pas ici de justification culturelle mais répond plutôt à une contrainte technique créée par l’absence d’argile réfractaire aux abords de Marseille. Les pâtes claires de Marseille reproduisent en dernier lieu le modèle campanien, notamment dans la vaisselle de table, transmis dès l’époque augustéenne aux ateliers du bassin de l’Argens qui le reproduiront jusqu’à la fin du Ier siècle de notre ère. Ce dernier faciès, bien que rural, perpétue quelque part le souvenir de l’influence des Grecs de Marseille, et s’oppose pour nous aux faciès qu’offrent les agglomérations romaines comme Aix-en-Provence, Fréjus et Narbonne qui produisent une vaisselle culinaire fortement inspirée du répertoire italique. En témoignent certaines formes de pâtes brunes de la région de Narbonne et d’Aix-en-Provence qui évoquent très fortement la céramique pour cuisiner de tradition italique, mieux adaptées aux traditions culinaires des colons.

2.2. Les centres de production de poteries entre le Rhône et le Var

5Les matières premières, argile, bois, eau, se trouvent en abondance dans ou aux abords des bassins de la Provence intérieure, dans les plaines alluviales et littorales qui constituent autant de centres producteurs (fig. 1) :

  • à l’est, le bassin de Fréjus/Argens et la plaine côtière de Cannes à Nice
  • au nord, le Verdon, relié à la plaine durancienne et au Rhône, mais aussi au centre Var par les dépressions et bassins naturels qui le lient à la dépression permienne au sud de Draguignan
  • à l’ouest, les bassins de l’Arc et de l’Huveaune, liés aux centres urbains d’Aix en Provence et Marseille, unissant Provence intérieure et Rhodanienne et qu’empruntait la voie d’Italie.

6Les Bassins de l’Argens, de l’Arc, de l’Huveaune, d’Arles, du Rhône et de la Siagne rassemblent des ateliers produisant de la vaisselle de table, de stockage et de préparation. Les argiles sont de couleur jaune pâle à rouge. Les engobes lorsqu’ils existent, vont de l’orangé au brun foncé. Les mêmes ateliers peuvent aussi produire des amphores (Fig. 2, n. 1 à 9).

7Aux abords d’Aix-Marseille se trouvent sans doute les ateliers de brunes provençales. Il s’agit d’une vaisselle culinaire, de table, de service et de stockage. Les pâtes vont du rouge au brun foncé avec des inclusions cristallines blanches grossières. Cette production, essentiellement diffusée dans la cité d’Aix et à Marseille, a un répertoire de formes fortement influencé par la sphère italique (Fig. 3 n. 10 à 12). Dans son aire de diffusion elle éclipse toutes les autres productions culinaires locales. Des productions semblables sont connues à Narbonne (Passelac 1996a, p. 372, fig. 7 n. 7 et Passelac 1996b ; Sanchez 2003b et infra). À Aix-en-Provence ces céramiques sont immédiatement postérieures à la période augustéenne (Nin 2001). Fréjus aussi semble avoir eu une production à pâte brune qui pourrait avoir été fabriquée au moins dans l’atelier de la Plateforme (Février 1962, fig. 24 pièce LVIII ; Pasqualini 1998a, p. 298, fig. 259 n. 17 et 18).

Fig. 1 – Zones de production des céramiques communes provençales : 1-Bassins d’Arles et du Rhône, de l’Arc (Aix-en-Provence), de l’Huveaune (Marseille), de l’Argens (Fréjus) et de Cannes/Mandelieu 2-Brunes provençales (Aix-Marseille) ; 3-Verdon ; 4-Modelées varoises

8De façon plus anecdotique on note une production de pâtes grises à Fréjus dont on ne connait que des cruches. Leur pâte est tendre et revêtue d’un engobe noir à l’extérieur (fig. 3 n. 13) (Pasqualini 1998a, p. 301, fig. 261 n. 26 à 28).

9Dans le Verdon des ateliers produisent de la vaisselle culinaire et de table en pâte kaolinithique de couleur blanche à grise, d’aspect grossier et granuleux. Cette vaisselle n’apparaît pas en Provence avant le deuxième quart du IIe siècle de notre ère. Elle se concentre essentiellement dans l’arrière pays varois et dans les Alpes-Maritimes ainsi que sur la côte entre Toulon et Nice (fig. 3 n. 14 à 18). A Aix-en-Provence cette production semble aussi être présente. Mais elle est mêlée à d’autres céramiques à pâte kaolinitique provenant de la moyenne vallée du Rhône (Dicocer 1993, p. 488-499). Ce type de pâte annonce les productions à pâte grise plus tardives ; la pâte granuleuse, dont la couleur peut varier du blanc au gris, est très caractéristique. Du point de vue typologique on constate une prédilection pour la forme de l’olla (Pasqualini 1998a, p. 300, fig. 260 n. 23 à 25). Les plus petits de ces vases, des pots globulaires, paraissent être avant tout destinés à un usage funéraire, comme le montre leur présence quasi exclusive dans les tombes. Le témoignage le plus ancien de cette pratique est sans doute fourni par les urnes cinéraires du cimetière du Pauvadou à Fréjus datées du IIe siècle. On les trouve dans les cimetières ruraux très fréquemment à partir du IIIe siècle (Gebara, Pasqualini 1993, fig. 5 n. 1, 5, 6 ; fig. 12 n. 14 ; fig. 18 n. 7 ; fig. 19 n. 20). On ne connaît pour la période qui nous intéresse que deux ateliers, celui de Château-Rima à La Martre sur les rives du Verdon dans le haut Var, et celui de Richelme (commune d’Entrages) dans le département des Alpes-de-Haute-Provence près de Digne. Il semble avoir fonctionné entre le IIIe et le IVe s. (Zérubia 1995) mais d’autres centres ont certainement produit ce type de céramiques.

Fig. 2 – Productions des Bassins de l’Argens, de l’Arc, de l’Huveaune, d’Arles et du Rhône.
Exemples du répertoire de formes
n. 1 forme 01.01.030 (Cavalaire Var, Pardigon inédit) ; n. 2 forme 01.01.060 (Cavalaire Var, Pardigon inédit) ;
n. 3 forme 01.04.010 (Hyères Olbia Var : Bats 2006 ; Bresciani, Excoffon 2004, p. 193, fig. 8.1) ; n. 4 à 6 formes 02.01.010,
012 et 013 (Toulon Besagne Var : Berato et al. 1986a) ; n. 7 forme 02.03.021 (Cavalaire Var, Pardigon inédit) ;
n. 8 forme 02.00.020 (La Garde Var Saint-Michel : Brun 1989a, fig. 42.2) ; n. 9 forme 02.03.010 (Marseille Bourse Bouches
du Rhône, Bassin d’eau douce (inédit)

10Indépendamment des productions que nous venons d’évoquer, la région de Fréjus et des Maures a été un centre de fabrication de céramiques modelées, essentiellement culinaires, remarquable du Ier siècle avant notre ère au IVe siècle de notre ère. L’argile non réfractaire est fortement micacée. Elle est abondamment diffusée sur tous les gisements de l’aire fréjusienne et on la retrouve dans plusieurs points du littoral entre Port-Vendres et Gênes (Berato 1993a et infra). Elle est le témoin de l’adaptation de techniques indigènes aux besoins d’une population totalement romanisée. Elle représente en outre, jusqu’à l’adoption par les potiers d’argiles réfractaires, et à l’exception des brunes provençales, les seules céramiques culinaires fabriquées localement dans cette zone.

Fig. 3 – Les pâtes brunes provençales
n.10 forme 5.310 ; n. 11, 12 forme 4.220 (Marseille Bourse Bouche-du-Rhône, Bassin d’eau douce)
Les pâtes grises de Fréjus n.13, cruche (Toulon Var inédit)
Les kaolinitiques du Verdon n.14 à 17, pots et jatte (La Crau Notre-Dame Var : Gébara, Pasqualini 1993, p. 349, fi g. 5 n. 1 et 2) n.18, cruche (Hyères Costebelle Var inédit)

2.3. Production et diffusion des céramiques communes provençales des bassins d’Arles et du Rhône, de l’Arc (Aix-en-Provence), de l’Huveaune (Marseille), de L’Argens (Fréjus) et de la Siagne (Cannes/Mandelieu)

2.3.1 Le cadre de production

11En l’état actuel des connaissances, lorsque se trouvent réunies dans un endroit les matières premières nécessaires, la demande locale paraît être le premier moteur de l’émergence d’une activité artisanale. On peut comprendre ainsi la création d’ateliers de tuiliers ou de fabrication d’amphores. Pour la vaisselle, le problème est peut-être plus complexe, la demande étant liée à la fois à la mode et à la tradition. Dans ce domaine, le potier devait respecter les goûts d’une clientèle qui étaient fondés non seulement sur des besoins précis mais aussi sur des habitudes issues d’une tradition culinaire. La persistance dans le Var de la fabrication et de l’utilisation des céramiques modelées est probablement due au respect de traditions culinaires antérieures à l’arrivée des romains. L’adoption de la vaisselle de table tournée est par contre le résultat d’une acculturation progressive du substrat indigène, d’abord par les grecs puis par les romains. Mais l’on doit admettre avec Michel Bats que « les comportements qui tournent autour de la nourriture et de la table subsistent longtemps malgré les changements radicaux intervenus dans la vie sociale » (Bats 1988, p. 26).

2.3.2. Organisation des ateliers et circuits de diffusion

12L’organisation des ateliers de potiers fait partie des conséquences indirectes de la romanisation où une industrie, tout en gardant un caractère artisanal, s’organise pour conquérir un marché. Ce phénomène s’intègre dans une dynamique commerciale qui profite largement à la céramique, même si elle n’y tient qu’une toute petite place (Andreau 1991). Un centre de production tel celui de Sallèles-d’Aude dans l’Hérault, celui de Velaux dans les Bouches-du-Rhône ou encore celui de Valescure/Saint-Lambert à Fréjus dans le Var sont de véritables quartiers artisanaux (Gebara, Béraud 1996). Le premier s’est développé du Ier au IIIe siècle de notre ère et couvre 2,5 hectares (Laubenheimer 1985, p. 212-219 et Laubenheimer 1990a). Celui de Velaux, dans les Bouches-du-Rhône, s’étend sur un hectare (Tchernia, Villa 1977 ; Villa 1974 ; Porcher infra). A Fréjus l’ensemble des ateliers, dont certains ont probablement fonctionné simultanément, représentait, entre le Ier siècle de notre ère et le IIIe siècle un potentiel de production remarquable et couvraient une surface encore plus grande que les précédents aux abords de la ville. Dans ce dernier cas, la ville se consacre essentiellement à la fabrication des amphores alors que l’arrière-pays produit la vaisselle de table. Ceci dénote un minimum d’organisation qui n’est sûrement pas le fait du hasard. La même remarque a d’ailleurs été faite sur la complémentarité des productions d’un centre comme Salléles-d’Aude qui fabrique amphores et vaisselle commune fermée et les centres producteurs de vaisselle fine de table proches, fabriquant surtout des formes ouvertes.

13En fait ces unités artisanales se fondaient sans doute dans des circuits commerciaux concernant des régions limitées. Ce n’est qu’en les considérant globalement (production de tuiles, amphores et vaisselle), qu’on peut comprendre leur organisation et leur importance. Ces produits bénéficient aussi d’une diffusion extrarégionale, qui même si elle est limitée, est attestée par les épaves chargées de céramiques du bassin de l’Argens et de Fréjus (les Roches d’Aurelle et le Dramont G).

2.3.3. A l’origine des « céramiques communes provençales, productions des bassins d’Arles et du Rhône, de l’Arc (Aix-en-Provence), de l’Huveaune (Marseille), de l’Argens (Fréjus) et de la Siagne (Cannes/Mandelieu) »

14La topographie du territoire de Marseille associe bassins et dépressions alluviales et littorales limitées par des chaînons de collines et de bas plateaux aux sols fortement dégradés. Ces dépressions et bassins qui constituent le terroir agricole de la colonie phocéenne offrent des bancs d’argiles accessibles que les potiers marseillais surent exploiter rapidement. Les argiles très calcaires du bassin de Marseille caractérisent les premières productions (Dubar 1986 ; Dubar, Riq-de Bouard 1986 ; Jorda, Leveau, Provansal 1990). Par la suite des ateliers apparaissent dans les bassins d’Aix, des Milles et de l’Arc, aux argiles souvent moins calcaires et parfois même, comme à Velaux légèrement micacées. A partir du Ier siècle avant notre ère, la géographie et la géologie nous incitent à désigner les céramiques communes d’Aix-Marseille sous l’appellation de productions des bassins de l’Huveaune et de l’Arc.

  • 1 communication Jean Piton, Jacques Brémond et Marc Heijmans (service archéologique d’Arles)

15Nous ne savons rien de l’emplacement des ateliers marseillais les plus anciens. On connaît seulement un atelier d’amphores d’époque grecque rue Leca et, pour l’époque romaine, un atelier en activité à la butte des Carmes. La production, essentiellement des amphores avec une pâte calcaire beige pâle le plus souvent micacée, s’échelonne entre la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère et le deuxième siècle de notre ère. Elle comprend des types Bertucchi 6 a et b, des types 7 a et b (respectivement Gauloises 2 et 4 de Fanette Laubenheimer) mais aussi des imitations d’amphores Dressel 2/4, 7/11, Pascual 1 (Bertucchi 1982, 1983 et 1992). Les types 6 et 7 de Guy Bertucchi initient la production d’amphores gauloises à fond plat. Les types 6a et b sont totalement originaux mais on peut déjà reconnaître dans la variante a le type 2 de Fanette Laubenheimer repris par la suite dans d’autres ateliers provençaux (Laubenheimer 1985). Le type 6a est daté de la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère. On le retrouve, avec un certain décalage, dans les ateliers d’Aix en Provence, de Velaux et du bassin de l’Argens à l’époque augustéenne (Tchernia, Villa, 1977, p. 238, fig. 6 ; Pasqualini 1993, p. 97, fig. 32 n. 28 ; Nin, Pasqualini, Pesty, 2003 ; voir Jean-Marie Michel et Emilie Porcher infra). La création de ce type est un événement majeur qui montre que Marseille, après 49, a suffisamment de dynamisme pour innover dans ce domaine en créant une nouvelle amphore vinaire à fond plat. Par la suite, si les gauloises 2 de Marseille (type 7a de Guy Bertucchi) sont apparemment absentes d’Ostie, des Gauloises de type 4 et 5 marseillaises y arrivent dans la deuxième moitié du Ier siècle et le deuxième siècle de notre ère (Widemann, Naciri 1989, fig. 9 et 10, p. 295). L’origine des ateliers connus en zone rurale est à peine plus tardive que ceux des Carmes. Ils sont plus nombreux, mais ne produisent à notre connaissance que des amphores. Nous retiendrons celui de Velaux qui a fabriqué des amphores à vin de type Gauloise 2 et 5, Dressel 2/4 et Bertucchi 6a. Les Dressel 2/4, Gauloises 2 et Bertucchi 6a proviennent de la fouille d’un dépotoir qui paraît constituer un lot homogène malheureusement non daté (Tchernia, Villa, 1977 ; Laubenheimer 1989, fig. 7 et 8 ; voir Emilie Porcher infra). À Aix-en-Provence des déchets de four, comprenant des amphores du type des Carmes, dont le type Bertucchi 6 b et de la vaisselle de table commune, proviennent des fouilles du 38-42 du boulevard de la République. Cet ensemble est daté de l’époque augustéenne. A Arles des surcuits de vaisselle à pâte claire ont été découverts lors des fouilles du cimetière de Trinquetaille à Arles en 1982 et 1986. Ils proviennent des remblais d’installation de la voie nord-sud datés de l’époque augustéenne et de tombes de la même époque1.

2.4. Les productions communes importées

16Les céramiques communes importées ont fait à ce jour l’objet d’études plus ou moins poussées. Les africaines de cuisine sont les premières à avoir bénéficié de l’attention des chercheurs (Lamboglia 1958 et 1963 ; Hayes 1972 ; Atlante 1981 et 1985 ; Bonifay 2004). Les productions de Méditerranée orientale grâce à la publication d’ensembles comme les fouilles de l’Agora d’Athènes, de Cosa, d’Ostie, de la villa Dionysos à Chypre sont bien cernées (Ostia I à IV ; Robinson 1959 ; Dyson 1976 ; Hayes 1983 ; Riley 1979). Les recherches de J. W. Hayes et la contribution de Lisa Pietropaolo dans la publication des fouilles de Marseille ainsi que les travaux récents d’Emmanuel Pellegrino permettent même de préciser leur origine et de comprendre les conditions de leur diffusion en Provence (Bonifay, Carre, Rigoir 1998 ; Hayes 2000 ; Pellegrino infra). On note aussi la présence plus anecdotique au Ier siècle de notre ère dans les modelées à usage culinaire, type dominé par les productions locales, des premières importations dans notre région en provenance de l’île de Pantelleria. Ces importations, surtout attestées jusqu’à ce jour pour l’Antiquité tardive, ne sont illustrées que par une marmite de forme globulaire (Pasqualini 1998a, p. 298, fig. 259 n. 20 ; C.A.T.H.M.A. 1991). Pour les importations italiques, si l’on excepte le travail de Marie-France Giaccobbi dans la publication de l’épave de La Madrague de Giens, la publication du mobilier de l’épave du dramont G et quelques informations à glaner dans les publications des Fouilles d’ensembles portuaires comme Marseille et Toulon, la seule référence utilisable en Provence est la publication des fouilles d’Olbia (Giacobbi 1978 ; Joncheray 1974 ; Bats 1988). Ces céramiques dont la présence est récurrente en Provence depuis le IIe siècle avant notre ère méritent pour nous de tenter une approche plus synthétique.

3. Conclusion

17Dans la seconde moitié du Ier siècle un changement dans la production des céramiques s’amorce à Marseille, qui de par sa structure économique et relationnelle très développée, va promouvoir un modèle fortement inspiré du monde romain en diffusant des amphores et de la vaisselle dont les formes sont directement inspirées du répertoire italique. Les amphores vinaires indiquent qu’elle maîtrise encore cette production et qu’elle la renouvelle à travers de nouveaux contenants qui serviront par la suite de modèle pour une grande partie de la Gaule. Un peu avant la période augustéenne, nous assistons à un véritable essaimage de la tradition potière marseillaise qui s’étend à toute la Provincia (Bats 1988, p. 167 ; Bertucchi 1992 ; Pasqualini 1996 ; Rothé, Tréziny 2005).

18À partir d’Auguste, la diffusion des amphores et des céramiques marseillaises, reprenant le répertoire campanien tardif ou celui des arétines précoces, s’étend largement aux campagnes et aux nouveaux centres urbains, le champ économique de la métropole phocéenne dépasse son domaine littoral traditionnel. Dans ce nouveau contexte il faut mettre l’accent sur le lien étroit qui paraît exister dès la fin du Ier siècle avant notre ère entre Marseille et Aix-en-Provence. À peine plus tard l’activité potière s’étend à Fréjus, Forum Iulii. La nouvelle colonie romaine concentre les ateliers d’amphores alors que les ateliers produisant de la vaisselle se répartissent dans le bassin de l’Argens. L’amphore Gauloises 2 (Bertucchi 7a) illustre le début de cette activité avec le type Pasqualini 01.01.010, tous deux hérités du répertoire marseillais.

19Toutefois les céramiques à pâte brune provençales prennent le contre-pied de ce que nous avons cru pouvoir discerner dans les productions d’amphores et de céramiques à pâte claire. Elles montrent qu’au delà de la perduration d’une tradition marseillaise apparaît une influence en rupture avec le monde hellénistique, sans doute apportée par la conquête.

20Les céramiques communes importées sont noyées dans la masse des productions locales. On note que leur présence entre la fin du IIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère concerne essentiellement le littoral et plus rarement la Provence intérieure. Toutefois ce serait une erreur de les négliger car elles illustrent les liens constants qui ont unis les divers points du pourtour méditerranéen. Leur quantité modeste ne doit pas non plus être considérée comme l’image précise de courants commerciaux ou de leur vitalité. Pour cela les amphores sont certainement un meilleur marqueur même si l’on sait maintenant que ce repère est loin d’être universel. Les céramiques importées doivent être considérées surtout les unes par rapport aux autres. On voit ainsi que la seule origine qui se retrouve en quantité régulière jusqu’au IIIe siècle ce sont les productions italiques, même lorsque aucune amphore de cette région ne parvient plus jusqu’à nous. Ce n’est qu’après le IIIe siècle que la tendance s’inverse avec des apports réguliers de Méditerranée orientale. Et si les céramiques culinaires africaines dépassent largement en quantité les autres provenances, au point même d’éclipser par endroits les productions locales, c’est sans doute parce que ce produit est une synthèse des autres productions et qu’il est conçu pour être diffusé. Le dynamisme économique et la richesse de l’Afrique ont sans doute largement facilité sa diffusion vers l’Italie et la Gaule du sud mais cela ne nous paraît pas suffisant pour expliquer ce phénomène car sinon comment comprendre que les amphores d’Espagne qui inondent le marché de Gaule du sud au IIe siècle ne s’accompagnent d’aucun autre produit céramique ?

Notes

1 communication Jean Piton, Jacques Brémond et Marc Heijmans (service archéologique d’Arles)

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Zones de production des céramiques communes provençales : 1-Bassins d’Arles et du Rhône, de l’Arc (Aix-en-Provence), de l’Huveaune (Marseille), de l’Argens (Fréjus) et de Cannes/Mandelieu 2-Brunes provençales (Aix-Marseille) ; 3-Verdon ; 4-Modelées varoises
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Fig. 2 – Productions des Bassins de l’Argens, de l’Arc, de l’Huveaune, d’Arles et du Rhône.Exemples du répertoire de formesn. 1 forme 01.01.030 (Cavalaire Var, Pardigon inédit) ; n. 2 forme 01.01.060 (Cavalaire Var, Pardigon inédit) ;n. 3 forme 01.04.010 (Hyères Olbia Var : Bats 2006 ; Bresciani, Excoffon 2004, p. 193, fig. 8.1) ; n. 4 à 6 formes 02.01.010,012 et 013 (Toulon Besagne Var : Berato et al. 1986a) ; n. 7 forme 02.03.021 (Cavalaire Var, Pardigon inédit) ;n. 8 forme 02.00.020 (La Garde Var Saint-Michel : Brun 1989a, fig. 42.2) ; n. 9 forme 02.03.010 (Marseille Bourse Bouchesdu Rhône, Bassin d’eau douce (inédit)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 3 – Les pâtes brunes provençalesn.10 forme 5.310 ; n. 11, 12 forme 4.220 (Marseille Bourse Bouche-du-Rhône, Bassin d’eau douce)Les pâtes grises de Fréjus n.13, cruche (Toulon Var inédit)Les kaolinitiques du Verdon n.14 à 17, pots et jatte (La Crau Notre-Dame Var : Gébara, Pasqualini 1993, p. 349, fi g. 5 n. 1 et 2) n.18, cruche (Hyères Costebelle Var inédit)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540