Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les céramiques communes antiques d’Italie et de Narbonnaise

 | 
Michel Pasqualini

La production de céramique commune à Pompéi. Un four de potier dans l’insula 5 de la regio I

Laëtitia Cavassa

Volltext

1Depuis 2001, l’artisanat constitue le thème principal des recherches menées par le Centre Jean Bérard à Pompéi. De nombreuses activités ont été étudiées sur l’ensemble du site, depuis la parfumerie jusqu’à la teinture des tissus ou la tannerie (Borgard et al., 2005). Il reste toutefois une branche artisanale encore assez mal connue : celle de la production céramique. Les conditions d’ensevelissement et de conservation de ce site font de la découverte d’un four de potier et de sa production un élément important pour la connaissance de cet artisanat dans la cité antique. À l’heure actuelle, très peu de fours ont été reconnus à Pompéi. Nous en connaissons un en Reg. I, ins. 20, 3 ayant produit des lampes à huile durant le Ier siècle de notre ère (Annecchino 1977). Les fouilles du XIXe siècle ont également révélé des fours artisanaux ayant certainement produit de la céramique, le long de la via dei sepolcri (Breton 1855, Fiorelli 1875, et Annecchino 1977). Mais quelle était la typologie des céramiques produites dans ces fours ? Cette information fait défaut et constitue le point essentiel de toute recherche concernant les fours de potiers à Pompéi. Les récentes fouilles du Centre Jean Bérard menées dans la tannerie donnent quelques précisions concernant l’ars vasaria.

Fig. 1 – Plan de Pompéi. La tannerie se trouve en Reg. I, ins. 5

Fig. 2 – Plan général de la tannerie.

1. La tannerie en Reg. I, ins. 5, 2

  • 1 Les fouilles sont menées sous la direction de Martine Leguilloux que nous remercions de nous avoir (...)
  • 2 Chaque pièce de l’édifice a été numérotée. La zone du “jardin” où a été mis au jour le four porte (...)

2La tannerie de Pompéi se trouve dans la partie sud de la ville, à proximité de la porte de Stabies (fig. 1). Au moment de l’éruption du Vésuve, cet établissement artisanal occupe tout l’îlot 5 de la région I. L’édifice, dégagé en 1873-1874, fait depuis 2001 l’objet de recherches approfondies qui concernent son histoire et ses fonctionnalités (Leguilloux 2004, p. 44-50, Borgard et al. 2005, p. 197-199, Botte et al. 2006, Leguilloux 2007)1. Lors de la campagne de fouille de 2005, les recherches se sont concentrées sur le secteur sud de l’îlot, traditionnellement identifié comme un jardin, mais qui s’est avéré être au moment de l’éruption une vaste carrière de lave partiellement comblée de détritus2. Nous y avons mis au jour un four de potier ayant fonctionné avant l’installation de la tannerie (fig. 2). Un bref rappel chronologique de l’évolution de cet îlot est nécessaire avant d’en venir à la description du four. Les recherches stratigraphiques ont permis d’établir que la tannerie a été installée sur d’anciennes demeures, dont la plus ancienne remonte à la première moitié du IIIe siècle avant notre ère. La tannerie a connu deux grandes phases dont une antérieure au tremblement de terre de 62 ; ce sont des cuves de cette première phase qui ont recoupé le four de potier.

2. Le four

3Le four a été mis au jour au nord de l’espace 13 mais il n’en reste que très peu d’éléments : un morceau de paroi large d’une cinquantaine de centimètres et conservé sur environ 1,80 m de long. Ce mur (MR 148) est constitué de blocs de basalte et de tuf pour le parement extérieur, et de fragments de briques liées à l’argile pour le parement interne. Un fragment de la chambre de chauffe formée de tegulae est également conservé. Les traces de rubéfaction nous permettent de supposer qu’il s’agit d’une paroi du laboratoire du four (fig. 3a et b). Nous nous limiterons dans ce présent article à présenter les phases d’occupation en relation directe avec l’histoire du four et susceptibles d’apporter des éléments de chronologie (fig. 4a et b).

Fig. 3a – Vue du mur ouest du four (M148) et de la cuve 16

2.1. La mise en place du four

4La première phase d’occupation est caractérisée par une série de sols datables des IIe et Ier siècles avant J.-C. qui reposent sur le substrat et qui sont recoupés par la construction du four de potier dont la fondation atteint le substrat volcanique. Comme nous l’avons vu, le seul élément conservé du four est son mur ouest. Il est construit dans un remblai (US 13-037) qui comporte deux fragments de céramique sigillée italique. Il s’agit d’un plat de forme Ettlinger 4 et d’une coupe de forme Ettlinger 14.2. À partir de ces deux fragments, nous pouvons établir un terminus post quem pour l’installation du four, à savoir après le début de notre ère, peut-être vers la fin de la période augustéenne ou sous le règne de Tibère (Ettlinger et al. 1990, p. 58-59 et 76-77).

Fig. 3b – Détail du laboratoire du four en partie détruit par l’installation de la cuve 16

2.2. Le fonctionnement du four

5La période d’utilisation du four constitue la deuxième phase. De celle-ci, nous ne conservons que peu d’éléments : un fragment de la chambre de chauffe et la dernière couche d’utilisation du four (US 13-023). Cette strate est constituée de cendre et argile rubéfiées. Très peu de matériel a été mis au jour dans ce niveau en partie détruit. Nous avons recensé 134 fragments de céramique représentant 19 vases au minimum. La céramique commune italique, représentée par 132 fragments, soit 98 % du matériel mis au jour, est composée de treize ollae de forme Di Giovanni 2311a (fig. 5, LCP1) (Di Giovanni 1996, p. 92, fig. 19), de six couvercles dont un est surcuit (fig. 5, LCP3), d’une urne et de nombreuses panses de forme non identifiable.

Fig. 4a – Stratigraphique du secteur 13 : coupe ouest-est du four et de la cuve 16

Fig. 4b – Stratigraphique du secteur 13 : coupe ouest-est de la cuve 17

6Le reste du matériel, soit 2 %, se compose de deux fragments de céramique sigillée orientale A (ESA). Il s’agit d’une coupelle peu profonde avec un bord à marli. Son diamètre est de 17,5 cm. La forme n’est pas répertoriée dans la typologie de J.W. Hayes (voir Atlante 1985). Cette catégorie de vases ayant été produite pendant près de quatre siècles (IIe s. av. J.-C.-IIe siècle ap. J.-C.), sa présence est insuffisante pour cerner la chronologie.

7À l’est du four, au pied du mur 13, on retrouve une couche de terre cendreuse (US 13-024), dans laquelle a été installée, lors de la phase suivante, une cuve de tanneur (cuve 17). Cette couche correspond à la période de fonctionnement du four. 150 fragments céramiques en proviennent et correspondent à 23 vases. La céramique commune représente 83 % du total. Comme dans le dernier niveau du four, on y trouve six bords d’ollae de type Di Giovanni 2311a, dont un est surcuit, des couvercles et des fragments de panses non déterminables. Parmi le reste du matériel, signalons une panse de céramique campanienne A, un fragment de gobelet à paroi fine de type Mayet 2 dont la production est attestée du dernier quart du IIe s. au premier quart du Ier siècle av. J.-C (Mayet 1975, p. 27). Les attestations les plus récentes de ce type de gobelet sont datées des environs du milieu du Ier siècle av. J.-C (Gervasini 2005, p. 296). Enfin, nous dénombrons quelques fragments d’amphores italiques produites dans l’aire vésuvienne. Nous avons également mis au jour dans ce niveau six objets circulaires en céramique, d’une dizaine de centimètres de diamètre et d’une épaisseur de 2-3 centimètres. Il s’agit de séparateurs utilisés dans les fours et placés entre chaque vase pour éviter qu’ils ne se soudent l’un à l’autre (fig. 6a, b et c). Le four, ces séparateurs, le couvercle et le bord d’olla de forme Di Giovanni 2311a sont autant d’éléments confirmant l’activité d’un potier. Dans l’état actuel de nos connaissances, il semble que seule de la céramique culinaire ait été produite.

2.3. La destruction et l’abandon du four

8La troisième phase correspond à l’abandon et la destruction du four certainement entraînés par l’installation des deux cuves de tanneur (cuves 16 et 17) et d’un dolium. La cuve 16 est construite sur le four. Son creusement cause donc la destruction quasi intégrale de la structure. La cuve 17, construite à l’est du four, est installée sur la couche cendreuse (US 13-024) correspondant aux déchets de la dernière phase d’utilisation du four. Les cuves sont caractérisées par la présence de deux pavements superposés témoignant de deux états successifs de fonctionnement. Entre chaque sol, un peu de matériel a été mis au jour. Celui-ci donne des indications chronologiques supplémentaires concernant le fonctionnement des cuves et la destruction du four. Le niveau le plus ancien de la cuve 16, l’US 13-017, n’a pas livré de mobilier. Il est recouvert par deux couches (US 13-016 et 15) sur lesquelles sera mis en place le second sol. Ce remblai assez homogène a livré quelques fragments de céramique sigillée italique, un bol - archéologiquement complet-à paroi fine de forme Mayet XXXIII, dont la production est attestée durant le 1er quart du 1er siècle de notre ère (Mayet 1975, p. 67), de la céramique commune, un bord d’amphore vinaire italique de production locale de forme Dressel 2-4. Les données fournies par le matériel semblent indiquer que ce deuxième sol a été mis en place durant la Ière moitié du Ier siècle de notre ère. La cuve 17 a également subi une réfection. Entre les deux sols (US 13-018-19 et 13-022), un niveau de remblai (US 13-020) a été identifié : il contient de la céramique commune italique, quelques fragments de vases à paroi fine et de deux assiettes en céramique sigillée italique, forme Ettlinger 10.1.2 et 12, datées du milieu et de la fin de la période augustéenne, donc résiduelles (Ettlinger et al. 1990, p. 68-69 et p. 72-73).

9Compte-tenu de ces éléments, il paraît vraisemblable que le deuxième sol des cuves a été mis en place à partir du 2e quart ou vers le milieu du Ier siècle de notre ère. On peut donc en déduire, avec précaution, que la première phase de construction des cuves se situe quelques années auparavant. Le four a donc dû fonctionner jusqu’à cette date.

2.4. La production

  • 3 Le séparateur est posé à l’endroit où le diamètre de l’encolure est le plus étroit.

10Le matériel mis au jour dans les niveaux correspondant à la dernière phase d’utilisation du four (US 13-023 et 24) est peu abondant. Toutefois, ont été identifiés plusieurs fragments d’ollae en céramique commune de type Di Giovanni 2311a, parmi lesquels un bord surcuit (fig. 5, LCP2). Associé à ces fragments d’ollae, un bord de couvercle de petit diamètre, en céramique commune, est également surcuit. Enfin, l’activité artisanale est confirmée par six fragments de séparateurs circulaires. 19 autres fragments de séparateurs (US 13-001 et 02), représentant 10 objets, ainsi que 2 séparateurs en patte de coq (fig. 5, LCP4, et fig. 6a, b et c) ont été mis au jour dans des niveaux de surface (US 13-006). Les séparateurs n’apportent pas de renseignements concernant la chronologie. Toutefois la présence de deux types différents, circulaires et en patte de coq, nous incite à penser que le four a produit d’autres formes de vases. En effet, les séparateurs circulaires, selon une reconstitution effectuée à partir du matériel de métaponte, serviraient surtout à empiler des vases de forme fermée, tels que les ollae. Le séparateur était posé sur la gorge interne du bord3 d’un premier vase, puis en recevait un second (Cracolici 2003, p. 51-56). Ce procédé permettait d’empiler les vases en évitant qu’ils ne restent collés les uns aux autres. Le deuxième type, en patte de coq, serait plutôt employé pour la cuisson des vases de forme ouverte. Des exemplaires identiques ont été mis au jour dans un atelier ayant fonctionné durant la période augustéenne à Bram dans l’Aude, où les assiettes en céramique sigillée portent les traces des trois branches des séparateurs (Passelac 2001, p. 152, fig. 10). M. Passelac y verrait un des aspects du savoir-faire italique importé en Gaule. Les séparateurs, posés au centre des plats, seraient utilisés pour éviter l’affaissement des vases après le tournage et pour les séparer les uns des autres au moment de la cuisson (Passelac 1996a et b, p. 14-15).

11L’ensemble de ces éléments indique que le four a produit, parmi d’autres formes, des pots de forme Di Giovanni 2311a, comme le laisse supposer la présence d’un bord surcuit de ce type d’olla (fig. 7). Il s’agit d’un pot pour la cuisson des aliments, à fond plat, sans anse. La lèvre est oblique, en forme d’amande. Cette forme est attestée à Pompéi dans des contextes du Ier siècle avant J.-C. jusqu’au niveau de 79 de notre ère, et en Italie de la fin de la République au IIe siècle de notre ère (Di Giovanni 1996, p. 92). Vincenzo Di Giovanni, se basant sur les rapports diamètre / hauteur des vases, a réparti les 133 exemplaires conservés dans le dépôt des Granai, en trois groupes de mesures.

Fig. 5 – Échantillons analysés. Les échantillons LCP1, LCP2, LCP3, et LCP5 sont réduits au 1 :3, les séparateurs (LCP4 et LCP6 à 9) sont réduits au 1 :2

Fig. 6a, b et c – Séparateurs circulaires et en patte de coq

Fig. 7 – Production du four. 1 : olla Di Giovanni 12311a (Di Giovanni 1996, p. 92, fig. 19a), 2 : olla Di Giovanni 2311a provenant des niveaux du four (LCP1), 3 : olla Di Giovanni 2311a surcuite provenant des niveaux du four (LCP2)

12Les « petits vases » (diamètre d’ouverture : 12 à13 cm, hauteur 17 à 18 cm), les vases de taille moyenne (diamètre d’ouverture 15 à 16 cm, hauteur : 22 à 24 cm) et les grands vases (diamètre d’ouverture : 17 à 18 cm, hauteur : 26 à 28 cm). Notre échantillon (LCP1) appartient au premier groupe des petits vases, avec un diamètre de 12,4 cm. Ce groupe est rangé par V. Di Giovanni dans la catégorie des productions campaniennes. Le fragment surcuit (LCP2) a un diamètre d’ouverture légèrement plus petit (10,4 cm), peut-être surcuit.

  • 4 Chaque échantillon est nommé par les initiales LCP, suivies du numéro allant donc de 1 à 11.

13Cette étude concernant ce four et sa production d’ollae s’accompagne d’analyses chimiques réalisées par le laboratoire du département des Sciences de la Terre de l’Université Federico II de Naples. Parmi le mobilier, nous avons sélectionné onze échantillons (fig. 5) provenant des niveaux de fonctionnement du four, de la cuve 17, du dépotoir de la tannerie constitué dans la fosse d’extraction et enfin des niveaux de surface4.

14Provenant du niveau de cendres (US 13-023) reposant sur la sole du four, ont été analysés : un fragment d’olla de forme Di Giovanni 2311a (LCP1), un fragment de couvercle surcuit en céramique commune (LCP3), deux éléments rubéfiés provenant de la paroi du four (LCP10 et 11), le fragment surcuit d’olla de forme Di Giovanni 2311a (LCP2), ainsi qu’un séparateur circulaire (LCP9) mis au jour dans la couche de cendres (US 13-024) correspondant au niveau de fonctionnement du four. Parmi les séparateurs circulaires, plusieurs se distinguent par leur pâte, et pour cette raison trois autres, provenant cette fois de la couche de surface (US 13-001), ont été analysés (LCP 6, 7 et 8) ainsi qu’un fragment de séparateur en patte de coq (LCP4) provenant d’un niveau de dépotoir de la tannerie (US 13-006). Enfin, une cruche (LCP5) en céramique commune de type Gasperetti 1362a a été analysée (Gasperetti 1996, p. 47). Elle provient d’une fine couche de terre (US 13-013) reposant sur le dernier sol (US 13-018) de la cuve 17.

3. Les fours de potiers et la production céramique à Pompéi

15Les recherches conduites sur le four mis au jour dans le secteur sud de la tannerie offrent l’occasion d’une mise au point sur la production céramique à Pompéi. Plusieurs sources sont à notre disposition (fig. 8).

3.1. Les fours

  • 5 Concernant les coupes, les auteurs ne précisent pas de quelle production il s’agit.

16À ce jour, six fours ont été identifiés, mais très peu ont fourni un témoignage précis concernant leur production. Un premier four a été mis au jour durant la 1ère moitié du XIXe siècle au nord de la ville, le long de la via dei sepolcri, au n. 29 (Fiorelli 1875, p. 416). Ernest Breton qui a transmis ses impressions de voyage sous forme d’un guide de visite du site présente cette « fabrique de poteries » dont le four est « d’une construction très remarquable » (Breton 1855, p. 234-35). La production n’est toutefois mentionnée nulle part. Dans le même secteur, un autre four est découvert en 1875. Les journaux de fouille mentionnent la découverte de 34 « marmites » près du four, sans autre précision (Annecchino 1977, p. 106). Un troisième établissement, certainement le mieux documenté, a été dégagé en octobre 1958 par A. Maiuri, au sud de la voie de l’Abondance en Reg. I, ins. 20, 3. L’ensemble de l’atelier était composé d’une partie destinée à la production et d’un espace de vente, le tout dans un bon état de conservation. La production de l’atelier a été retrouvée dans l’un des deux fours : 61 lampes et 123 petits vases appelés frittili. Avec les lampes, les fouilleurs ont mis au jour 24 moules (Cerulli Irelli 1977, p. 55-57). Lors des récents travaux menés par F. Coarelli et F. Pesando, dans la Regio VI, un four ayant produit des tuiles, des coupes et de grands conteneurs a été identifié dans des niveaux datés du IIIe siècle. Cette structure a été découverte sous les sols de la maison des Fleurs (Reg. VI, ins. 5, 8) dont la construction remonte au IIe siècle avant J.-C (Coarelli, Pesando 2005, p. 169)5. Dans l’insula 15 de la région VII, les mêmes chercheurs ont découvert un autre four ayant produit des amphores et de la céramique à vernis noir. Ce four a été détruit durant la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère par la construction de la maison Reg. VII, ins. 15, 9 (Coarelli, Pesando 2005, p. 170). Le dernier four recensé est celui mis au jour dans la tannerie.

Fig. 8 – Plan général de Pompéi avec répartition des fours de potiers : 1 et 2 : via dei sepolcri, n. 29 ; 3 : Reg. I, ins. 20,3 ; 4 : Reg. VI, ins. 5,9 ; 5 : Reg. VII, ins. 15,9 ; 6 : Reg. I, ins. 5,2

3.2. L’épigraphie et l’iconographie

17Deux autres éléments pour la connaissance de l’artisanat à Pompéi, souvent pris en considération, sont l’iconographie et, dans une plus large mesure, l’épigraphie. Nombre de métiers sont en effet attestés par les enseignes de boutiques et les affiches électorales présentes sur les murs de la ville.

18Une inscription retrouvée sur les murs de la caupona des praedia de Iulia Felix mentionne un « fabricant de jarres » (CIL IV, 10150).

19CIL IV, 10150 : « Tu es tombé huit fois, mais tu serais bien capable de tomber seize fois. Tu as fait l’aubergiste, tu as eu un magasin de vases, tu as fait le charcutier, puis le boulanger et ensuite l’agriculteur, enfin tu t’es lancé dans le commerce des objets de bronze et tu as même fait le brocanteur ; maintenant tu te consacres à la fabrication des jarres… ».

20Une autre inscription, gravée sur l’un des murs d’une taberna le long de la voie de l’Abondance en Reg. III, ins. 4, 1, dégagée en 1916 (Eschebach 1993, p. 104), donne l’index nundinarius, les jours de marchés (CIL IV, 8863). Cette inscription témoigne de l’itinéraire hebdomadaire d’un commerçant : lundi, Cumes ; mardi, Pouzzoles ; mercredi, Rome ; jeudi, Capoue ; vendredi, repos ? ; samedi, Pompéi, et dimanche, Nola.

21Deuxième élément à prendre en compte : les « enseignes de boutiques ». La première se trouve en façade de l’édifice en Reg. I, ins. 8, 10, la taberna vasaria dite de Pulcinella. Cette structure a été dégagée en mars 1940 et a subi de nombreuses dégradations causées par les bombardements de 1943. La peinture se trouvait en fait sous une peinture plus récente trop abîmée et dont l’enduit s’est détaché de la paroi. Mesurant 1,30 m de long pour 0,57 m de hauteur, elle est composée de deux scénettes indépendantes. Il semble même que ces deux « tableaux » aient été réalisés par deux mains distinctes et à deux moments différents. La scène nous intéressant représente des potiers au travail. Au moins quatre artisans sont assis, occupés à tourner leur vase. Un cinquième personnage, une femme, se tient debout devant l’un des potiers, tenant deux vases dans ses mains. Cette enseigne correspondrait, selon A. Maiuri, non pas à un atelier mais à une boutique. Ce sont le manque d’espace et de structures caractéristiques qui l’ont fait pencher pour cette interprétation. Quoi qu’il en soit, si atelier ou boutique il y a eu, cela n’a pu fonctionner qu’avant le tremblement de terre de 62 ap. J.-C (Maiuri 1954, p. 90).

22La deuxième enseigne a été mise au jour en façade d’un bâtiment se trouvant en Reg. II, ins. 3, 7-9. Elle se trouve sur la façade sud-ouest du bâtiment, et représente le dieu Vulcain debout, près d’un potier assis en train de tourner un vase. Près des pieds de l’artisan se trouvent cinq vases achevés (Della Corte 1939). A côté de la peinture se trouvent deux inscriptions peintes (CIL IV 7573 et 7574), dont l’une d’elles semble être une interdiction d’entrer (CIL IV, 7574).

3.3. Les travaux de H. Eschebach

  • 6 Les neufs boutiques mentionnées sont les suivantes : Reg. I, ins. 5,1 ; Reg. I, ins. 8,10 ; Reg. I (...)

23H. Eschebach ne mentionne pas moins de cinq officinae vasariae et neuf läden vasarius, autrement dit neuf boutiques dont une ayant comme enseigne des vases peints (Eschebach 1993)6.

24Les cinq ateliers qu’il mentionne sont les suivants :

25En Reg. I, ins. 7, 4, l’interprétation repose sur la découverte d’un vase à garum sur lequel se trouvait l’inscription suivante : « P. Corneli / Corinti servos / fecit, qu’on peut traduire ainsi malgré les fautes : « Corinthus, esclave de Publius Cornelius, a fait ce vase » (Eschebach 1993, p. 38-39 ; CIL IV, 9683). Autrement dit nous aurions un urceus fabriqué par un certain Corinthus. Cette inscription sur vase peut être rapprochée d’une autre représentée sur une mosaïque trouvée dans une maison voisine en Reg. I, ins. 12, 4. Un urceus accompagné d’une inscription y est représenté : « Corinthus fecit » (NSC 1914, 202).

26Le parallèle est particulièrement intéressant et il est légitime de penser qu’il s’agit d’un seul et même potier. Nous pouvons donc avancer qu’un fabricant d’urceus du nom de Corinthus se trouvait à Pompéi. Eschebach mentionne aussi les deux ateliers susmentionnés (Reg. I, ins. 20, 3 et Reg. II, ins. 3, 7-9) ainsi qu’une officina en Reg. VI, ins. 2,7 dont l’interprétation est incertaine et une autre en Reg. VII, ins. 2,46. Cette dernière, fouillée en 1862, a livré plus de 104 couvercles identiques, mais aucune structure liée à la production (Eschebach 1993, p. 80-81, 91-92, 157, 263).

4. Conclusion

  • 7 Nous ne connaissons pas avec précision quelle est la (ou les) production(s) des fours mis au jour (...)

27Nous ne connaissons avec certitude à l’heure actuelle que six structures de productions liées à des fours, dont seulement quatre présentent une documentation suffisante pour permettre un rapprochement entre l’activité du potier et sa production7. Dans une fourchette chronologique de quatre siècles, deux fours du IIIe-IIe siècle avant notre ère, ont produit des amphores et de la céramique à vernis noir, des tuiles et de grands conteneurs, un four du Ier siècle de notre ère ayant cuit des pots en céramique commune et un four qui fonctionnait en 79 de notre ère pour la cuisson de lampes à huile et de petits vases.

  • 8 Annecchino 1977, p. 107. Ce banc d’argile a été mis au jour lors de sondages stratigraphiques réal (...)
  • 9 Annecchino 1977, p. 107. Ce gisement aurait identifié par W. Jashemski en 1972.

28Il manque un élément complémentaire à la connaissance et la compréhension de ces productions que seules les analyses pétrographiques pourraient nous aider à compléter : l’argile. M. Annecchino signale des gisements d’argile dans les niveaux antérieurs à la domus de Salluste (Reg. VI, ins. 2,3)8 et dans le jardin de la domus du navire Europa (Reg. II, ins. 16)9. Il semble que l’argile provenant des deux gisements ait la même composition. C’est la preuve que le sous-sol de Pompéi offre des possibilités d’approvisionnement en matière première.

Anmerkungen

1 Les fouilles sont menées sous la direction de Martine Leguilloux que nous remercions de nous avoir confié l’étude et la publication de ce four.

2 Chaque pièce de l’édifice a été numérotée. La zone du “jardin” où a été mis au jour le four porte le numéro 13. Chaque pièce ou élément mentionné dans l’article sera nommé par son numéro.

3 Le séparateur est posé à l’endroit où le diamètre de l’encolure est le plus étroit.

4 Chaque échantillon est nommé par les initiales LCP, suivies du numéro allant donc de 1 à 11.

5 Concernant les coupes, les auteurs ne précisent pas de quelle production il s’agit.

6 Les neufs boutiques mentionnées sont les suivantes : Reg. I, ins. 5,1 ; Reg. I, ins. 8,10 ; Reg. III, ins. 1,5 ; Reg. III, ins. 4,1a ; Reg. VII, ins. 4,3 ; Reg. VII, ins. 4,21 ; Reg. VIII, ins. 4,40-40a ; Reg. VIII, ins. 5,8-14 et Reg. IX, ins. 11,4.

7 Nous ne connaissons pas avec précision quelle est la (ou les) production(s) des fours mis au jour le long de la via dei sepolcri au XIXe siècle.

8 Annecchino 1977, p. 107. Ce banc d’argile a été mis au jour lors de sondages stratigraphiques réalisés par l’American Academy in Rome en 1971-72.

9 Annecchino 1977, p. 107. Ce gisement aurait identifié par W. Jashemski en 1972.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig. 1 – Plan de Pompéi. La tannerie se trouve en Reg. I, ins. 5
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 139k
Bildunterschrift Fig. 2 – Plan général de la tannerie.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Bildunterschrift Fig. 3a – Vue du mur ouest du four (M148) et de la cuve 16
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 151k
Bildunterschrift Fig. 3b – Détail du laboratoire du four en partie détruit par l’installation de la cuve 16
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 62k
Bildunterschrift Fig. 4a – Stratigraphique du secteur 13 : coupe ouest-est du four et de la cuve 16
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 127k
Bildunterschrift Fig. 4b – Stratigraphique du secteur 13 : coupe ouest-est de la cuve 17
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 77k
Bildunterschrift Fig. 5 – Échantillons analysés. Les échantillons LCP1, LCP2, LCP3, et LCP5 sont réduits au 1 :3, les séparateurs (LCP4 et LCP6 à 9) sont réduits au 1 :2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 70k
Bildunterschrift Fig. 6a, b et c – Séparateurs circulaires et en patte de coq
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 445k
Bildunterschrift Fig. 7 – Production du four. 1 : olla Di Giovanni 12311a (Di Giovanni 1996, p. 92, fig. 19a), 2 : olla Di Giovanni 2311a provenant des niveaux du four (LCP1), 3 : olla Di Giovanni 2311a surcuite provenant des niveaux du four (LCP2)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 57k
Bildunterschrift Fig. 8 – Plan général de Pompéi avec répartition des fours de potiers : 1 et 2 : via dei sepolcri, n. 29 ; 3 : Reg. I, ins. 20,3 ; 4 : Reg. VI, ins. 5,9 ; 5 : Reg. VII, ins. 15,9 ; 6 : Reg. I, ins. 5,2
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/4731/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 144k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540